Archive pour le Tag '21'

Page 2 sur 2

Immobilier- taxe foncière : +21% en cinq ans

Immobilier- taxe foncière : +21% en cinq ans

 

Difficile de croire que l’inflation est limitée à environ 0.4% en 2014 quand on constate l’augmentation de a taxe foncière. Il faut préciser que les impôts ne sont pas pris en compte dans le calcul de l’inflation ! En cinq ans la taxe foncière a augmenté de 21,26% avec une augmentation particulièrement forte pour les parisiens.  Pour l’avenir cette taxe devrait augmenter encre beaucoup du fait de la diminution de la dotation aux collectivités locales et de l’augmentation croissante des déficits des organisations territoriales.  La taxe foncière sur les propriétés bâties a augmenté en moyenne de 21,26% en France entre 2008 et 2013, selon une étude de l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), publiée mardi. La forte hausse sur cinq ans est en partie due à l’augmentation des taux d’impositions départementaux (+24,49%) et communaux (+18,42%) mais aussi à la progression de la valeur locative sur laquelle est calculée l’impôt. Entre 2008 et 2013, la majoration a été de 9,65%. Au niveau de la part départementale, entre 2008 et 2013, ce sont les contribuables parisiens qui ont enregistré la plus forte hausse avec une augmentation de 232%. Au petit taux régional appliqué en 2008 (1,27%) est venu s’ajouter en 2009 un taux départemental de 3%, passé à 5,13% en 2013. Le taux régional a lui totalement disparu partout en France en 2011. En revanche, le taux global de la taxe foncière de la capitale s’établit à 13,5% en 2013, soit un des plus faibles des cinquante plus grandes villes de France. Amiens (55,87%), Le Havre (54,36%) et Grenoble (54%) occupent les trois premières places du classement des villes au plus haut taux de taxe foncière (département et bloc communal). Lyon (28,26%) et Aix-en-Provence (30,97%) figurent en 45e et 43e position. Marseille (39,83%) se classe 30e, et Toulouse occupe la 19e place (44,72%). Nice (35,54%) est 39e sur 50. Les taux d’imposition sont calculés sur la valeur locative des immeubles. L’étude rappelle « que ceux-ci sont déterminées au niveau local en fonction des caractéristiques des immeubles et notamment de leur situation géographique », ce qui explique les grandes disparités entre les communes. Derrière Paris, le département de la Corse du Sud a appliqué la plus forte hausse (73,40% en moyenne) sur 5 ans, suivie par l’Aisne (62,05% en moyenne) et le Val d’Oise (31,07%). C’est en Guadeloupe que la part départementale a le moins augmenté (9%), devancée par la Martinique (9,03%), La Guyane (10,28%) et l’Orne (10,30%). En 2013, le taux de la taxe foncière était de 35,59% pour Saint-Denis de la Réunion et de 39,51% pour Saint-Paul. Le département des Bouches-du-Rhône a relevé ses prélèvements à hauteur de 10,75% de 2008 à 2013, soit une faible hausse. En revanche, les habitants de Marseille ont vu leur taxe foncière augmenter de 5,94% entre 2013 et 2014, selon l’étude, et se retrouvent en tête du classement, devant Courbevoie (2,37%) et Créteil (2,15%). L’augmentation pour le contribuable parisien est de 0,9%, comme Toulouse, Nice, Lyon et Lille.

 

Présidence UMP : Sarkozy 69%, Le Maire 21%

Présidence UMP : Sarkozy 69%, Le Maire 21%
Bruno le Maire rêve sans doute une peu trop fort en pensant prendre la présidence de l’UMP et ses chances de l’emporter le 29 novembre, jour de l’élection, semblent pour l’instant maigres. Celui qu’on considère comme l’intello du parti n’a guère fait preuve d’originalité et n’a guère évité la démagogie. En outre en dépit de ses efforts, il manifeste toujours le charisme d’une limande. Un premier sondage IFOP/Sud-Ouest crédite Sarkozy de 69 %, Le Maire de 21 % et Mariton 2 %. Alors, l’ancien ministre sort le grand jeu pour convaincre les militants. Lui, l’énarque, agrégé de lettres et écrivain reconnu, concis et réservé en interview, fait sensation. Au programme : une violente charge contre François Hollande, « le pire de tous les présidents de la République, toutes catégories confondues ». « Un président qui n’a pas de dignité, qui se promène en scooter rue du Cirque. » Rires et applaudissements fusent. Le probable challenger de Sarkozy, qui affiche sa « coolitude » avec une montre Swatch bleu électrique au poignet, durcit son discours. Et cite pêle-mêle, le cheminot qui part à la retraite plus tôt que l’infirmière, l’étranger qui se fait soigner gratuitement, le délinquant libéré sur parole grâce à Mme Taubira. Le premier pilier de son projet, avant la liberté entrepreneuriale et l’éducation, est d’ailleurs le rétablissement de l’autorité de l’État. Un registre classique mais efficace.

 

« Marine Le Pen, la jeanne d’Arc » du 21 ème siècle « (Brigitte Bardot )

« Marine Le Pen,  la jeanne d’Arc »  du 21 ème siècle «  (Brigitte Bardot )

 

 

B.B ne ses jamais signalé par sa culture et sa nuance mais cette fois elle fait fort avec cette déclaration. BB avait déjà affirmé ses amitiés avec l’extrême droite mais là elle a dû fumer le tapis. La vieillesse  est vraiment parfois un naufrage ; dommage pour cet actrice qui a marqué le cinéma français et qui défend souvent justement la cause animale. La sénilité n’a pas épargné l’ancienne vedette des écrans qui sait cumuler le ridicule, l’outrance et la sottise.  L’ancienne actrice vient en effet une nouvelle fois de déclarer sa flamme à la présidente du Front national dans une interview accordée à « Paris Match ».  À l’occasion d’une interview accordée à l’hebdomadaire « Paris Match » en kiosques depuis jeudi, l’ancienne actrice Brigitte Bardot, qui soufflera ses 80 bougies au mois de septembre, s’est encore une fois tristement illustrée avec ses propos dithyrambiques sur la présidente du Front national, Marine Le Pen. Et cette fois-ci, ils dépassent allègrement les limites du ridicule. Ils sont réellement consternants…  Elle lui (re)déclare sa flamme en la comparant à la « Pucelle d’Orléans »,1922 : « Marine sait ce qu’elle doit faire et n’a pas besoin de mes conseils. Je souhaite qu’elle sauve la France, elle est la Jeanne d’Arc du XXIe siècle ! ».

 

 

Sondage popularité : chute Hollande-Valls à 21%

Sondage popularité : chute Hollande-Valls à 21%

, un sondage IFOP-JDD montre que seuls 21% de nos compatriotes ont confiance dans le couple exécutif formé par le président de la République et le Premier ministre, Manuel Valls. Un chiffre révélateur de la faiblesse des marges de manœuvre au sommet de l’État. Les députés et les sénateurs ne rassurent pas plus. Simplement 33% des sondés leur accordent leur confiance, soit 10 points de moins qu’en novembre 2011. Quant aux partis politiques, seuls 16% des Français croient en eux. Un très mauvais chiffre, mais qui n’a guère varié depuis novembre 2011. Seuls rescapés de ce naufrage, les élus locaux, maires et conseillers généraux, qui bénéficient de la confiance de 71% des Français. De quoi inciter François Hollande à la réflexion au moment où il se penche sur une vaste réforme des territoires. Cette  étude intervient après une semaine noire pour la vie politique. Dimanche soir, le Front national a écrasé les deux partis de gouvernement, laissant l’UMP 4 points derrière et le Parti socialiste accusant plus de 11 points de retard. Une déroute historique. Mardi, Jean-François Copé a démissionné de la tête de l’UMP. Ce n’est pas la première fois que les européennes bouleversent la donne dans les partis politiques. En 1994, après son score catastrophique (14,49%), Michel Rocard avait dû quitter la tête du Parti socialiste, remplacé par Henri Emmanuelli. En 1999, l’échec de Nicolas Sarkozy, arrivé en troisième position, avait entraîné sa démission de la présidence par intérim du RPR et son retrait momentané de la vie politique.

Sondage élections européennes : FN 22%, UMP 21, PS 17 %

Sondage élections européennes : FN 22%, UMP 21, PS  17 %

Le Front national fait la course en tête dans les intentions de vote pour les élections européennes avec 22% des voix, selon un sondage Harris Interactive pour LCP et Le Parisien diffusé mardi. L’UMP est en deuxième position avec 21% des intentions de vote, devant le Parti socialiste (17%), les listes centristes de l’UDI et du MoDem (9%) et celles d’Europe-Ecologie (9%), et celles du Front de gauche (8%). Selon cette enquête, 36% des sondés considèrent que la France gagne à être dans l’Union européenne, 28% jugeant qu’elle y perd et 34% répondant ni l’un, ni l’autre.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol