Archive pour le Tag '16%'

Guerre commerciale : la chine taxe sur 16 milliards

guerre commerciale : la chine taxe sur 16 milliards

Réponse du berger à la bergère les chinois pénalisent aussi le commerce américain. Les Etats unis qui ont décidé de taxer 50 milliards d’imports chinois (sur un total de 500 milliards) subiront eux aussi une imposition des exports à destination de la Chine pour un montant de 16 Milliards. Le ministère chinois du Commerce a annoncé mercredi qu’il imposait des droits de douane de 25% sur 16 milliards de dollars (13,8 milliards d’euros) de produits américains en représailles à une mesure similaire prise par les Etats-Unis sur des produits chinois. La mesure prendra effet le 23 août et portera sur une liste de 333 produits américains dont le charbon, le diesel, des produits sidérurgiques ainsi que certaines automobiles, des marques de bicyclettes et des équipements médicaux. Le ministère chinois du Commerce explique que cette décision intervient en réponse à la décision de Washington de taxer à hauteur de 25% une seconde tranche de produits chinois à partir du 23 août. L’administration américaine a annoncé mardi qu’elle finalisait cette seconde tranche de produits chinois soumis à des taxes douanières qui vient s’ajouter à une première tranche portant de 34 milliards de dollars de biens Made in China taxés depuis le 6 juillet. Ces deux tranches représentent au total les 50 milliards de dollars d’importations en provenance de Chine dont Donald Trump avait annoncé le 15 juin qu’elles seraient frappées par des droits de douane de 25%.

Sondage Marine Le Pen : seulement 16% pensent qu’elle ferait une bonne présidente

Sondage Marine Le Pen : seulement 16% pensent qu’elle ferait une bonne présidente 

Marine le Pen est en quelque sorte au fond du trou car les perspectives qu’elle soit un jour présidente de la république s’amenuisent de jour en jour.  Les Français ne sont plus que 16% à penser qu’elle ferait une bonne présidente pour 24% il y a un an d’après  le sondage Kantar Sofres-OnePoint pour franceinfo, Le Monde, LCP et Public Sénat, publié mercredi 7 mars. Ce dernier révèle que 66% des Français n’ont jamais voté pour le Front national et n’envisagent pas de le faire à l’avenir. Ce chiffre n’est pas le seul à être négatif pour la chef de file du FN et pour son parti. Franceinfo vous résume dans cet article les principaux enseignements de cette enquête. Si  29% des Français ont déjà voté pour le Front national et/ou envisagent de le faire, ils restent deux tiers à n’avoir jamais voté pour le parti et ne pas l’envisager à l’avenir. Ce chiffre est en hausse de 2 points par rapport à 2017. L’enquête révèle que 70% des personnes interrogées sont en désaccord avec les idées du FN, un chiffre en progression de 8 points par rapport à l’année dernière. Dans le même temps, 24% des Français sont au contraire d’accord avec les idées du FN.

Plus de la moitié des Français considèrent que le FN représente un danger pour la démocratie, alors que 38% pensent l’inverse. Plus de six Français sur 10 estiment que le FN n’est pas un parti de gouvernement et a seulement vocation à rassembler les votes d’opposition. Ils sont 28% à penser l’inverse. Près de 53% des Français estiment que le Front national ne pourra jamais accéder au pouvoir en France, contre 40%. Près de la moitié des Français n’ont pas d’opinion quant à un changement de nom du FN, 23% y sont favorables et 30% y sont opposés. Selon ce sondage Kantar Sofres-OnePoint, 55% des Français ne souhaitent pas que Marine Le Pen soit la candidate du Front national pour la prochaine élection présidentielle, tandis que 28% espèrent sa candidature. Ce chiffre atteint 86% chez les sympathisants du FN. Plus globalement, l’image de Marine Le Pen auprès des Français s’est sensiblement dégradée en un an selon cette enquête. Seuls 16% des Français considèrent que la présidente du Front national ferait une bonne présidente de la République, alors qu’ils étaient 24% lors de la précédente enquête réalisée en février 2017.

Moins d’un Français sur cinq estime qu’elle est honnête et inspire confiance, contre 28% en 2017. Un Français sur quatre pense qu’elle a de nouvelles idées pour résoudre les problèmes de la France, contre 36% en 2017. 30% pensent qu’elle peut rassembler au-delà de son camp, alors qu’ils étaient 42% en 2017. 49% des Français estiment qu’elle est capable de prendre des décisions, c’est 20 points de moins qu’en 2017.

Près de 64% des Français ne veulent pas que le FN et Les Républicains concluent un accord électoral pour les élections européennes de 2019. Ce chiffre est encore plus important concernant les sympathisants Les Républicains, qui sont 70% à ne pas souhaiter un accord avec le FN. En revanche, 71% des sympathisants du FN veulent un accord avec Les Républicains.

Google : 16 milliards d’euros transférés aux Bermudes grâce aux Pays-Bas

Google : 16 milliards d’euros transférés aux Bermudes grâce aux Pays-Bas

 

Il est clair que les paradis fiscaux comme le Luxembourg ; l’Irlande  ou les Pays bas jouent le même rôle que des paradis plus exotiques mais ne figurent pas sur la liste noire de l’union économique. Ainsi la pratique de l’  externalisation des bénéfices (vers des pays à faible fiscalité)  et l’internalisation des charges (vers des pays à forte fiscalité)  peut-elle se développer tranquillement et en toute légalité. La maison mère de Google a ainsi transféré en 2016 15,9 milliards d’euros des Pays-Bas vers une société écran aux Bermudes, selon des documents officiels cités par l’agence Bloomberg. Une technique d’optimisation fiscale baptisée « dutch sandwich » (le « sandwich néerlandais »), qui a permis à l’entreprise d’éviter des milliards de dollars d’impôts. Fin 2016, le géant numérique détenait 60,7 milliards de dollars outre-mer, pour lesquels il n’avait pas encore payé d’impôts aux Etats-Unis, toujours selon Bloomberg.  Selon la Commission européenne, le taux d’imposition effectif sur le bénéfice réalisé par les colosses du numérique dans l’UE est en moyenne de 9 %, contre plus de 20 % pour les entreprises traditionnelles.

16 novembre : encore une manif fourre-tout

16 novembre : encore une manif fourre-tout

En décidant d’une nouvelle journée fourre-tout  le 16 novembre, certains syndicats démontrent à l’évidence que leur objectif est davantage politique que social. Difficile en effet de voir clair dans les plus objectives de l’action puisqu’on y traitera des ordonnances concernant le code du travail, des revendications étudiantes, de la formation permanente, de l’indemnisation du chômage, de l’apprentissage, du mécontentement des lycéens et des retraites. Bref le rituel social habituel en France qui privilégie la protestation globale à la négociation précise sur chaque dossier. Une stratégie de type mélenchonnienne. On peut d’ores et déjà prévoir son impact. Bien entendu elle sera suivie et on pourra afficher des chiffres en apparence satisfaisant de manifestations dans la rue. Pour autant les contingents de protestataires seront surtout fournis par les catégories habituelles ;  à savoir,  les fonctionnaires, le secteur public et nationalisé et des retraités. La majorité des travailleurs ne fera pas grève et sera absente des manifestations. Même dans le public les grévistes seront très minoritaires. Bref on sera quand même satisfait de l’effet médiatique mais une fois de plus on aura contribué à discréditer un peu plus un mouvement syndical dont la crédibilité est déjà fortement atteinte. Cette action est aussi une fuite en avant pour satisfaire les gauchistes de différentes organisations. Des gauchistes minoritaires dans la plupart des organisations syndicales mais cependant très agissants. La vérité c’est que les organisations ont été incapables de se mettre d’accord ni sur les objectifs ni sur les moyens d’action et  Pour la deuxième fois en deux semaines, elles ont échoué à s‘entendre. La CGT, FO, la CFE-CGC, Solidaires, la FSU, l‘UNEF, l‘Unl et Fidl n‘ont pas accepté le texte qui était porté par la CFDT, la CFTC, la Fage et l‘Unsa. Une partie d‘entre eux, dont la CGT et FO, ont décidé de lancer une nouvelle journée d‘action contre la politique “libérale” de l‘exécutif. Ce qui veut à la fois tout dire et ne rien dire du tout à moins évidemment de proposer comme le souhaitent  les gauchistes notamment des insoumis et autres micro partis d’extrême gauche de s’opposer à ce qu’il considère comme un coup d’État social, de contester la légitimité démocratique de Macron et de proposer une révolution de type bolivarienne (par parenthèse le Venezuela longtemps considéré comme modèle par les Insoumis est au bord de la cessation de paiement !). La CFDT, la CFTC, la Fage et l‘Unsa ont refusé de s’associer à cette agitation politicienne sans objectif précis qui une fois de plus discrédite le mouvement syndical. Pas étonnant si ces dernières organisations progressent de plus en plus chez les salariés et les étudiants au point même de devenir majoritaire pour la CFDT et Fage.

Fortune des Balkany : 16,5 millions selon le (fisc)

Fortune des Balkany : 16,5 millions selon le (fisc)

L’évaluation du patrimoine des époux Balkany n’a pas été une mince affaire pour l’inspectrice en charge du dossier. En s’appuyant sur l’instruction menée par les juges Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon, elle a pu recomposer un véritable puzzle, aux pièces cachées aux quatre coins du globe. Que comprend cette liste d’ »actifs nets payables », que le couple aurait dû déclarer au fisc en 2013 ? Le Moulin de Giverny, d’une valeur de 3,4 millions d’euros, est l’une des propriétés sur lesquelles Isabelle et Patrick Balkany devront payer l’ISF. Somptueux manoir normand doté d’une « pool house, d’une piscine de 100 m, d’un jacuzzi, d’un sauna et même d’un terrain de tennis, cette propriété bâtie autour d’un moulin à vent n’appartient plus directement aux époux Balkany mais à leurs enfants. Les deux élus en conservent cependant l’usufruit.   Autre bien sur la liste, la villa « Pamplemousse ». Située à Saint-Martin aux Antilles et acquise via une société-écran au Liechtenstein, le palace au standing incomparable est évalué par le fisc à 3,7 millions d’euros. À cette somme s’ajoutent, en outre, d’autres actifs financiers, dont la valeur s’élèverait à 1,7 millions. Selon ce rapport, les époux posséderaient également un riad à Marrakech. Bien que le couple nie toujours être propriétaire de cette villa, estimée à 2,75 millions d’euros, l’enquête du fisc a finalement conclu qu’elle entrait bien dans leurs actifs imposables. En plus de ces biens, le couple aurait également omis de déclarer un compte à Singapour, qui abritait près de 3,8 millions d’euros, ainsi que des assurances-vie, des meubles (pour une valeur 784.591 euros) et six voitures. Le couple a régit à la publication de ce rapport. À propos de leur manoir normand et à leurs nombreuses voitures, Patrick Balkany s’est ainsi justifié, affirmant que « Giverny ne possède aucun commerce de proximité ». Ils ont annoncé qu’ils déposeraient plusieurs recours en justice pour contester certains éléments du dossier.

 

Sondage Morano : seulement 16% de bonnes opinions

Sondage Morano :seulement  16% de  bonnes opinions

Si les propos de Morano sont largement rejetés par l’opinion,  il n’empêche qu’elle recueille quand même 16 % de suffrages. Sans doute pour la plupart des soutiens de Français aigris voire haineux  dont la caractéristique n’est pas la hauteur de vue intellectuelle (sauf exception). D’une certaine manière c’est la France paumée qui se retrouve dans ses propos populistes qui rassurent car leur simplisme permet d’identifier des boucs émissaires qui font office d’analyse. Selon un sondage Odoxa pour itéré et Paris Match publié vendredi soir. 16% des Français ont une bonne opinion de Nadine Morano, selon ce même sondage.  C’est un plébiscite…contre elle. 16% des Français seulement ont aujourd’hui une bonne opinion de Nadine Morano, qui a lancé une polémique il y a une semaine en parlant de la France comme d’un « pays de race blanche »: un Français sur deux (47%) en a une mauvaise (29%, une « très mauvaise ») et plus d’un Français sur trois (37%) ne la connaît pas, ou en tout cas pas suffisamment pour émettre une opinion à son égard, selon un sondage Odoxa pour iTélé et Paris Match publié vendredi soir.  Nadine Morano ne bénéficie pas non plus d’une forte côte de popularité auprès des sympathisants de son parti ou du FN : seulement 29% des sympathisants du parti Les Républicains et 34% des sympathisants du FN ont une bonne opinion d’elle.  60% des Français estiment que les propos tenus par Nadine Morano « sont le signe que la plupart des responsables du parti Les Républicains partagent désormais des positions proches de celles du FN ». Toutefois, un peu moins d’un Français sur deux pense qu’il faudrait l’exclure de son parti : seulement 47% des Français souhaiteraient voir Nadine Morano exclue de son parti, contre 52% qui ne lui souhaitent pas une telle sanction.  »C’est sans doute le signe que les Français estiment que la sanction déjà prise (consistant à l’exclure de la liste Les Républicains dans sa région Alsace Lorraine Champagne Ardenne) était suffisante », selon Odoxa.

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton -16 août 2015)

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton -16 août 2015)

Cette semaine, ce n’est encore pas le pied pour François de Tulle,  normal Premier, tout va mal dans le royaume. Devant les catastrophes économiques, le monarque a même fui, pas à Varennes mais peut-être dans le Var où il coule des jours de vacances avec sa Julie. Il y a d’abord la croissance qui fout le camp. Pourtant François de Tulle l’avait affirmé « la croissance est là ». Peut-être, mais où ? En fait,  la croissance comme l’emploi sont plombés. Tellement plombés que le baron Rebsamen, pressentant les défaites de la gauche à préféré se retirer dans ses terres dijonnaises pour assurer sa retraite. Rebsamen s’est défendu en déclarant « mais je ne quitte  pas le navire ». On voit mal comment le navire pourrait naviguer jusque dans le comté  de la moutarde. Derniers chiffres de la croissance,  zéro, ce qui n’empêche pas l’inénarrable Sapin de Noël de se réjouir de ce résultat. Sapin a même déclaré hier «Une croissance nulle conforte nos objectifs en matière de croissance». Difficile de considérer qu’il s’agit d’humour ou d’incompétence. Mais Sapin avait déjà démontré toutes ses qualités lorsqu’il était ministre du travail en réaffirmant chaque mois que l’inversion de la cour du chômage été proche. Il y a aussi la crise du cochon qui persiste ;  pourtant dans le cochon tout est bon mais là,  il s’agit du prix. Du coup,  le gouvernement semble paumé vis-à-vis des mesures à prendre,  coincé qu’il est par la logique de concurrence de l’Europe. Jusqu’à maintenant les seules propositions consistaient à offrir à la profession des tables rondes. Tables rondes inefficaces et dont il faudrait peut-être changer la géométrie pour aboutir à des propositions plus carrées. En fait  les producteurs de cochons découvrent les délices de l’économie française dont la compétitivité est plombée par la fiscalité et les normes. La cochonnaille pourrait bien connaître le sort de la sidérurgie. Jusque-là, François de Tulle tentait de compenser par des mesures sociétales l’insuffisance de sa gestion en matière économique et sociale. Hélas voilà que les statistiques d’insécurité routière déraillent.  Au moment où Diane de Taubira propose de dépénaliser l’absence de permis de conduire. Une erreur d’agenda sans doute. Cependant le royal gouvernement annonce de nouvelles mesures. Ce qu’on fait en général quand on est incapable de faire appliquer les mesures existantes. Nouvelles mesures qui ne seront pas plus efficaces que les précédentes mais on aura au moins gesticulé législativement. En l’absence du roi, la cour s’agite voir complote. Pour tenter de se faire élire en région parisienne, le comte de Bartolone ressort du placard l’écotaxe. Une manière de flatter les automobilistes en tapant sur les routiers professionnels. Heureusement Valls de Vienne tient la baraque royale et réaffirme son opposition la mise en œuvre de cette cathédrale administrative à laquelle pourtant la princesse Ségolène n’était pas opposée après avoir été contre, puis pour et  inversement. Bref ça branle  sérieusement dans le manche de  la gouvernance monarchique. D’ailleurs la noblesse financière ne cesse de fuir le royaume. On apprend en effet que les exilés fiscaux n’ont jamais été aussi nombreux. De là à penser que le monarque en vacances dans le Var en profite pour planquer la cassette royale à Monaco il n’y a qu’un pas qu’on hésite encore à franchir. Bref l’avenir c’est peut-être l’immigration. Pas l’immigration venue d’Afrique ou des Balkans qui empoisonne la vie politique de tous les Etats d’Europe. Pour l’instant, la seule solution, c’est de repousser ces migrants dans le pays voisin. Mieux les laisser se noyer en Méditerranée ou même faciliter leur tâche en tirant sur les embarcations comme l’a fait récemment la marine grecque. Noyer les migrants peut-être une solution à laquelle n’avait pas pensé l’union européenne. Mais c’est l’été, les principaux responsables politiques, les leaders d’opinion sont en vacance,  on attendra donc  septembre pour essayer de régler ces problèmes. On profite quand même de la période estivale pour augmenter en douce  le prix  de nombre de services publics, une sorte de tradition de la monarchie républicaine. Ce qui n’empêche nullement d’affirmer qu’il n’y a pas d’inflation en France (0.2% seulement sur un an) grâce à l’indice truqué de l’INSEE. Une invention méthodologique qui permet ainsi d’éviter d’augmenter salaires et pensions. Le monarque tente cependant toujours de trouver du réconfort dans les déboires de la fronde de l’opposition. Cette fois,  c’est l’un des plus fidèles du prince noir, Sarkozy,  qui est pris les mains dans le pot de confiture. La justice a en effet confisqué et vendu des biens des Balkany,  ces élus exemplaire dont l’honnêteté ne saurait être contestée mise à part le financement du luxueux patrimoine grâce à la corruption et à l’exil fiscal. Avec de  petits montages juridiques  dont certains ont été facilités par l’avocat associé de Sarkozy. Voilà le Prince noir encore impliqué dans une autre affaire et victime d’une justice inique  et vindicative qui le traite comme un voleur de poules. Décidément tout fout le camp dans ce pays quand la justice traite ainsi  la noblesse de la cuisse droite. Le monarque François de Tulle, lui,  ce repaît de ces dysfonctionnements. Reste qu’à la rentrée il faudra autre chose pour remonter la pente de l’impopularité royale. On parle notamment de la relance du bâtiment. Il pourrait être envisagé de construire une énorme pyramide pour organiser les funérailles électorales de François de Tulle. Sûrement une idée de l’ambitieux Valls de Vienne. !

Plus que jamais, God save the King 

Hollande : une semaine catastrophique ( feuilleton -16 mai 2015)

 

En l’absence du Roy François parti avec la duchesse Ségolène aux Antilles pour sa cure annuelle de « rejoussitude », à la cour on se réjouit aussi , notamment le petit marquis Macron : il y a de plus en plus de banquiers millionnaires.  BNP Paribas, la Société Générale et Natixis comptent à elles seules 277 banquiers ayant perçu en 2014 une rémunération supérieure à un million d’euros.  Ce sont les trois seules banques à avoir pour l’instant communiqué ces chiffres, qui doivent cette année pour la première fois être rendus publics à la demande de Bruxelles. En 2012, l’Autorité bancaire européenne n’avait comptabilisé, dans tous les établissements bancaires français, que 177 millionnaires, un peu plus que les 162 comptabilisés en 2011, note le quotidien économique Les Echos .  Et de quoi se rassurer quant à l’éventuelle remise en cause des privilèges princiers. Du coup la noblesse  financière s’insurge contre les avantages exorbitants du livret A encore rémunéré à 1%. C’est vrai avec un montant moyen autour de 4000 euros, ils vont se gaver les propriétaires de livret A : 3.33 euros en plus par mois en 2015, une honte ! De quoi mettre en péril le système bancaire ! Pour se consoler le bas peuple s’abandonne à son breuvage préféré : le pinard. Le royaume de France redevient le plus grand consommateur de picrate au monde ( avec les somnifères ;  sans doute prescrits pour endormir leur humeur trop critique). ° Juste derrière les russes (eux c’est la vodka) ; Poutine pourra s’acheter la meilleure avec l’indemnité qu’il réclame et que va sans doute lui accorder Hollande : autour de 1 milliard pour les Mistral non livrés. En plus le Tsar Poutine ne veut pas qu’on vende ces Mistral, en tout cas à n’importe qui. Alors aux chinois peut-êter, à la Suisse où à l’Etat islamique. Bref à des Etats argentés (avec ou sans façade maritime). Ils pourraient aussi servir à couler les  embarcations des passeurs de migrants comme cela se pratique en Asie du sud est. Finalement une solution plus efficace que celle de l’Europe qui propose 20 000 régularisations de ces migrants alors qu’ils seront 500 000 à un million cette année  à débarquer sur le vieux continent ; Autre solution que propose le maire de Venelles, bouter hors de France ceux qui pratiquent la religion musulmane. Où les faire piquer chez le vétérinaire ? En tout cas le concours du plus raciste est  ouvert dans le beau royaume de France. Heureusement Valls de Vienne et la Belle kacem, eux, s’occupent des vrais  problèmes des jeunes sujets français avec la réforme des collèges. Il y a aura des ateliers interdisciplinaires où on traitera  en même temps de l’histoire revisitée, des maths , du français  et de la pâte à modeler. Les élèves  ne seront plus notés mais encouragés. Avec moins de 50 fautes dans une dictée de 10 lignes l’élève se verra attribuer la mention «  peut encore progresser ». Comme Dati au parcours universitaire douteux, ce qui ne la pas empêché de devenir ministre et d’user et d’abuser du trésor royal pour ses propres dépenses de fringue de luxe. Pour sa défense l’intrigante a déclaré «  d’autres ont fait pire ». Elle pensait sans doute au prince noir Sarkozy  ou à Guéant. Ce dernier officiellement mis en examen pour avoir confondu la caisse du ministère de l’intérieur avec son argent de poche. Lui aussi a déclaré  « mais cela fait des dizaines d’années que cela se passe ainsi!. »  Décidément le bas peuple et les juges rouges ne  comprennent rien à la politique. En vérité ils ne s’intéressent qu’ à de vils problèmes comme les plans sociaux. Après Mory c’est Intermarché, Dim, Total, La Halle, Renault Trucks. Bien d’autres encore. La grande braderie est ouverte, on vend aux plus offrants, aux américains, aux chinois, au Qatar bientôt à l’Etat islamique. Tout est à vendre avant liquidation d’ici 2017. Pour oublier les cabales de cour et l’ ingratitude du peuple, François de Tulle s’est offert cette semaine une petite ballade aux Antilles en compagnie de la  princesse, non pas Julie Gayet mais la duchesse Ségolène qui après son long exil en Charente s’est rapprochée de la couche royale. Finalement une semaine moins catastrophique que les autres, il suffisait de prendre un peu de champ et de vacances dans nos fidèles provinces  coloniales.

Sondage Popularité : Hollande tombe à 16 %, Juppé à 46%

Sondage Popularité : Hollande tombe à 16 %, Juppé à 46%

Encore un plongeon pour Hollande  qui  a encore baissé, à 16 selon les résultats de novembre du baromètre politique Odoxa-Presse Régionale-France Inter-L’Express. Priés de dire si François Hollande est un bon président de la République, 83 % des sondés ont répondu « non » (+ 3 points en un mois), 16 % « oui » (- 4 points). 1 % ne s’est pas prononcé. Parmi les seuls sympathisants de gauche, 61 % l’ont jugé négativement, 38 % positivement. Quant à la question de savoir si Manuel Valls est un bon Premier ministre, 61 % ont répondu « non », 37 % « oui », niveaux stables. 2 % ne se sont pas prononcés. Dans les rangs des sympathisants de gauche, 55 % l’ont jugé positivement dans son poste à Matignon, 43 % négativement. Dans les personnalités politiques suscitant le plus de soutien ou de sympathie, Alain Juppé est resté en tête, avec une adhésion globale de 46 % (+ 2 points), dont 14 % le soutiennent et 32 % éprouvent de la sympathie pour lui. En deuxième position, François Bayrou, stable à 35 % (6 % soutien, 29 % sympathie), a devancé Nicolas Sarkozy, en baisse de 2 points à 33 % (14 % soutien, 19 % sympathie), Marine Le Pen, en repli d’un point à 30 %, Najat Vallaud-Belkacem, en recul de 2 points à 29 %, Ségolène Royal, en déclin d’un point à 28 %. Objets des plus fortes variations sur un mois, Bruno Le Maire a progressé de 6 points à 25 % (5 % soutien, 20 % sympathie), tandis que Martine Aubry a baissé de 3 points à 24 % (7 % soutien, 17 % adhésion). Parmi les seuls sympathisants de gauche, Najat Vallaud-Belkacem est ressortie en tête (57 %, – 2 points), ex-æquo avec Christiane Taubira (57 %, + 1), devant Ségolène Royal (55 %, – 4), Martine Aubry (54 %, – 6) et Jean-Luc Mélenchon (48 %, + 4). Chez les sympathisants de droite, Nicolas Sarkozy, en tête, a reculé de 3 points à 62 %, devançant Marine Le Pen (57 %, + 4 points), Alain Juppé (53 %, + 1), François Fillon (39 %, – 3), Bruno Le Maire (37 %, + 12). Au palmarès du rejet, Marine Le Pen est en première position, stable à 51 %, devant Cécile Duflot (46 %, + 5), Nicolas Sarkozy (46 %, stable), Christiane Taubira (45 %, – 4), Jean-Luc Mélenchon (43 %, + 1). Enquête réalisée par Internet les 20 et 21 novembre auprès d’un échantillon de 1 012 Français représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus et constitué selon la méthode des quotas.

Djihad : de plus en plus d’ados, deux gamines 16 et 17 ans arrêtées à Marseille

Djihad en Syrie : de plus en plus d’ados, deux gamines  16 et 17 ans  arrêtées à Marseille

 

Encore la preuve que la démocratie est mal adaptée pour lutter contre le terrorisme. Cette fois on a arrêtée deux ados, il y en de plus en plus qui sont candidats au djihad. En général des gamins paumés  dont certains prennent la guerre comme un jeu vidéo.  Deux jeunes filles en partance pour la Syrie. Résultat, on va les remettre à leur famille ! Curieuse sanction ! En effet Deux adolescentes soupçonnées de vouloir se rendre en Syrie ont été interceptées samedi 20 septembre par la police de l’air et des frontières à l’aéroport de Marseille, où elles s’apprêtaient à embarquer pour Istanbul, a-t-on appris de source proche du dossier. Les deux jeunes filles, de 16 et 17 ans, originaires pour l’une de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, pour l’autre du département de la Sarthe, étaient en fugue et leur signalement avait été diffusé par la gendarmerie, a-t-on précisé de même source. « Plusieurs éléments laissent supposer que leur destination finale était la Syrie », a-t-on encore ajouté. Les deux adolescentes devaient être remises à leurs familles, selon cette source. L’Assemblée a largement adopté jeudi le projet de loi de « lutte contre le terrorisme », qui crée notamment une interdiction de sortie du territoire pour freiner les départs croissants de jeunes Français candidats au djihad en Syrie. Plusieurs mineurs ont été interceptés ces derniers mois alors qu’ils tentaient de se rendre vers la Syrie. Le 30 août, un homme de 22 ans d’origine tchétchène, soupçonné de recruter pour le jihad en Syrie, et notamment d’avoir payé en liquide le billet d’avion d’une jeune fille de 16 ans à destination de la Turquie, avait été interpellé à l’aéroport de Nice. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a récemment indiqué qu’après la mise en place de la plateforme de signalement depuis le printemps, « au moins 70 départs » ont pu être évités, sur « 350 signalements, dont 80 mineurs et 150 femmes ». Selon le gouvernement, environ 930 Français sont impliqués dans des filières vers la Syrie et l’Irak (350 sur place dont 63 femmes, 185 repartis de Syrie, 170 en transit vers la zone et 232 ayant des velléités de départ), un nombre en « augmentation de 74% en huit mois ».

 

Bank of America : amende de 16 milliards aux Etats-Unis

Bank of America : amende de  16 milliards aux Etats-Unis

 

Bank of America est proche d’un accord avec le département de la Justice au terme duquel la banque verserait plus de 16,5 milliards de dollars (12,3 milliards d’euros) pour mettre un terme aux poursuites lancées dans le dossier de la vente abusive de produits financiers adossés à des créances immobilières, a-t-on appris mercredi de sources proches de la situation. La banque a accepté de verser 9 milliards de dollars en numéraire aux différentes autorités américaines, la différence étant destinée à soutenir les propriétaires qui peinent à rembourser leurs crédits, a dit la source qui s’exprimait sous le sceau de l’anonymat. Aucun représentant de BofA n’était disponible dans l’immédiat pour commenter l’information. Les négociations se poursuivent ce mercredi, a dit la source, une réunion étant organisée entre un représentant de Bank of America, Gary Lynch, et Tony West, numéro trois du département de la Justice. Aucune annonce officielle ne devrait être faite cette semaine, a encore indiqué la source. Citigroup, visée par des procédures semblables, a accepté le mois dernier de verser 7 milliards de dollars.

 

Sondage : Valls, c’est la gauche pour 43%, Hollande à 16%

Sondage : Valls, c’est la gauche pour 43%, Hollande à 16%

 

Manuel Valls incarne mieux la gauche que François Hollande ou Arnaud Montebourg pour 43% de Français, selon un sondage. Manuel Valls (43%) se classe loin devant Arnaud Montebourg (23%) et François Hollande (16%) comme « personnalité incarnant le mieux la gauche », selon un sondage IFOP pour Le Journal du dimanche. Seuls les noms du Premier ministre, du ministre de l’Economie et du président de la République étaient proposés dans ce baromètre. A la question « Pour vous personnellement, qui incarne le mieux la gauche aujourd’hui ? », 43% des Français répondent Manuel Valls, 23% Arnaud Montebourg et 16% François Hollande. 17% disent « aucune de ces personnalités » et 1% ne se prononce pas. Par ailleurs, 46% des personnes interrogées jugent que la présence d’Arnaud Montebourg est « un atout » pour le gouvernement Valls, contre 41% qui pensent que c’est « un handicap ». Cette enquête a été réalisée par téléphone les 11 et 12 juillet auprès d’un échantillon de 980 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

 

Sondage popularité : Hollande toujours plus bas à 16%

Sondage popularité : Hollande toujours plus bas à 16%

 

Pas de chance pour Hollande, son derbier coup sur la réforme territoriale a été condamnée par les français, encore un coup de com. qui foire. . François Hollande atteint un niveau de 16% au bout de seulement un peu plus de deux ans de mandat. Aucun président avant lui n’avait plongé aussi bas en si peu de temps. En juin 1983, François Mitterrand atteignait 46 %, en juin 2004, Jacques Chirac était à 35 % et en juin 2009, Nicolas Sarkozy était remonté à 41 %.  Avec une cote aussi basse, le président de la République se retrouve sans soutien clair. Même dans son propre camp. Les sympathisants socialistes ne sont plus que 46 % à lui faire confiance. Les jeunes, qui constituaient sa cible principale pendant la campagne présidentielle, ceux sur qui il misait, se sont totalement détournés de lui. Ils ne sont plus que 9 %, dans la tranche 18-24 ans, à lui faire confiance.  Autre inquiétude pour François Hollande, le retour de Dominique Strauss-Kahn dans le baromètre. Compte tenu de sa situation, de son silence, son résultat n’est pas si mauvais: avec 22 % de cote de confiance pour l’avenir, il peut jouer les trouble-fêtes.  D’autant que le Premier ministre est entraîné dans la chute présidentielle. Au bout de trois mois à Matignon, Manuel Valls est désormais impopulaire auprès des Français. À l’inverse du chef de l’État, il conserve une cote élevée auprès des sympathisants socialistes (68 %, + 2). Mais, au PS, certains interprètent cette baisse de la cote de confiance du chef du gouvernement comme étant la conséquence de son positionnement politique, trop proche du chef de l’État. Mardi matin sur BFM TV, Manuel Valls l’a revendiqué: «Il m’a nommé. Et la relation avec lui, c’est la confiance et c’est la loyauté.» Hors de question pour le chef du gouvernement, dans l’immédiat, de prendre ses distances avec le chef de l’État. Pour le moment. Car le Premier ministre se retrouve aujourd’hui au même niveau que Dominique de Villepin en 2005, juste devant Edith Cresson en 1991…

 

BNP: amende de 16 milliards et démission du président ?

BNP: amende  de 16 milliards et démission du président ?

Selon Reuters ce vendredi 6 juin ce n’est plus 10 mais 16 milliards de dollars que la justice américaine réclamerait à la banque pour avoir contourné un embargo américain sur plusieurs pays dont l’Iran. L’agence cite deux sources proches du dossier. Si ce chiffre venait réellement à être confirmé, BNP Paribas battrait largement l’amende record payée l’an dernier par JPMorgan sur le dossier des subprimes.  Au delà-des informations rapportée par Reuters ce vendredi, la justice américaine semble continuer d’augmenter la pression sur la banque française. Des rumeurs rapportées jeudi par la presse américaine ont fait état d’une possible démission de Baudouin Prot, le président de la banque, comme gage de bonne volonté auprès des autorités américaines. Ces rumeurs n’ont toutefois pas été étayées. Par ailleurs, l’agence américaine Bloomberg rapporte ce vendredi que Benjamin Lawsky, le chef de la régulation bancaire new-yorkaise demanderait désormais la démission du directeur général délégué de BNP Paribas, Georges Chodron de Courcel.  Dans le même temps, sur RTL, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères qui assistait hier soir au dîner entre François Hollande et Barack Obama, a, comme Michel Sapin la veille, affirmé que ce dossier pourrait avoir des conséquences négatives sur les négociations liées au traité transatlantique.

 

Sondage Impact pacte de responsabilité sur l’emploi : seulement 16% des DRH y croient

Sondage Impact pacte de responsabilité sur l’emploi : seulement 16% des DRH y croient

Le baromètre « Défis RH 2014″ publié ce mardi 20 mai a été réalisé par ANDRH-Inergie pour Entreprise & Carrières. Selon ce sondage, les directeurs de ressources humaines (DRH) ne croient pas à l’effet du pacte de responsabilité sur les emplois. Ils sont 37% à penser que la baisse des charges du pacte de responsabilité présenté par le gouvernement ne va engendrer à court terme « aucun changement significatif ». Le pacte de responsabilité comprend les 20 milliards du Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) et 10 milliards d’euros d’exonérations de cotisations patronales sur les salaires compris entre le Smic et 3,5 fois le Smic. Le gouvernement en attend jusqu’à 500.000 emplois créés à l’horizon 2017. 16% des DRH croient à cette hypothèse.  Un quart d’entre eux estime que la baisse des charges pourrait « produire à court terme » des investissements, un autre quart croit en une politique de rémunération plus attractive, et 24% y voient une augmentation des marges. Un an après la promulgation de la loi sur la sécurisation de l’emploi, ils ne sont plus que 19% à penser que cette réforme répond à l’objectif de flexibiliser l’emploi, contre 54% en avril 2013. La loi sur la sécurisation de l’emploi promulguée en juin 2013 accorde plus de flexibilité aux entreprises (accords de maintien dans l’emploi, mobilité interne, refonte des procédures de licenciement) et crée de nouveaux droits pour les salariés (droits rechargeables au chômage, compte individuel formation, encadrement des temps partiels). L’enquête révèle aussi que 23% des DRH considèrent que cette loi permet de sécuriser le parcours professionnel des salariés. Ils étaient 44% l’année dernière. Seuls 17% estiment que la loi de sécurisation de l’emploi peut leur permettre de « maintenir des emplois malgré des difficultés conjoncturelles ». Ils sont un peu mois d’un quart (23%) à considérer que cette loi favorise la mobilité interne.

 

Elections européennes : l’UMP remonte, le PS à 16%

Elections européennes : l’UMP remonte, le PS à 16%

 

Avec un taux d’abstention qui se situe entre 5à et 60%, les sondages varient. Selon un sondage Opinion Way réalisé pour Le Figaro et publié ce vendredi, l’UMP l’emporterait avec 23% des voix lors des élections du 25 mai. Le FN arriverait juste derrière (22%). A neuf jours des élections européennes, l’UMP et le FN sont au coude à coude. Selon un sondage OpinionWay réalisé pour Le Figaro publié ce vendredi, l’UMP arriverait en tête, devant le FN lors des élections du 25 mai, avec 23% des voix contre 22%. Le PS arriverait en troisième (16%), suivi par le MoDem/UDI (10,5 %), les Verts (9 %) le Front de Gauche (8 %), Debout la République (2,5 %) et Nouvelle Donne (2,5 %). « Quand les écarts sont petits, il faut être très prudent », prévient Bruno Jeanbart, directeur des études politiques d’OpinionWay ajoutant que 1 point de résultat aux européennes représente seulement 150 000 voix, soit environ deux fois moins qu’à la présidentielle (360 000 voix). « Cette élection s’annonce une nouvelle fois avec très faible participation, ce qui rend d’autant plus incertains les résultats », avertit-il.

Elections européennes : le PS à 16% !

.Elections européennes : le PS à 16%

Le parti de Marine Le Pen est en tête dans un nouveau sondage TNS-Sofres pour RTL et Le Nouvel Observateur. Crédité de 23% des intentions de vote, le FN est devant l’UMP (21%) et le PS (16%). EELV pointe ensuite avec 8,5% des intentions de vote devant les listes UDI-MoDem (8%) et Front de Gauche (6%).  L’abstention devrait être massive pour ce scrutin même si pour la première fois l’intérêt des Français pour ces élections dépasse les 50%. 56% des Français se disent en effet intéressés contre 44% de récalcitrants. 11% des sondés ne sont « pas du tout » intéressés par ce vote. Les électeurs UDI-MoDem et UMP se sentent le plus concernés par le scrutin du 25 mai puisque 61% ont l’intention d’aller aux urnes, devant les sympathisants FN (59%), FG, PS et EELV (56%).  Mais les problèmes de construction européenne ne semblent pas intéresser les Français, seulement 43% d’entre eux se disant prêt à tenir compte au moment de voter. Plus instructif (ou inquiétant), « ils sont 46% à ignorer qui sont Martin Schulz et Jean-Claude Juncker, les deux favoris dans la course à la présidence de la Commission européenne » d’après RTL.

Sondage : 16% seulement optimistes pour le chômage

Sondage : 16% seulement optimistes pour le chômage

L’optimisme gagne à peine  de terrain. 50% des Français abordent l’année 2014 avec optimisme, selon le baromètre annuel Harris Interactive pour RTL. 48% sont pessimistes et 2% ne se prononcent pas. C’est l’inverse de l’an dernier, où 50% des Français voyaient l’avenir d’un mauvais œil et 49% étaient optimistes. Les Français sont en revanche moins positifs quand il s’agit de faire le bilan de l’année écoulée. Pour 51% d’entre eux, l’année 2013 a été globalement négative. C’est plus que pour l’année 2012, que seuls 46% des personnes interrogées avait qualifiée de négative. Les plus jeunes se réjouissent davantage que le reste de la population. 70% d’entre voient l’avenir de façon vraiment positive et 68% estiment que l’année 2013 a été très positive.  Les sujets jugés prioritaires pour les Français restent le chômage, 83% en font leur priorité, puis le pouvoir d’achat, jugé prioritaire pour 69% d’entre eux, et la croissance économique, priorité pour 69% des Français également.  Les domaines jugés prioritaires par les Français sont précisément ceux pour lesquels ils sont les moins optimistes. 16% des Français seulement sont optimistes pour le chômage, 14% le sont pour le pouvoir d’achat et 19% le sont pour la croissance économique.

Renault-PSA: la production en recul de 16%

Renault-PSA: la production en recul de 16%

 

La production hexagonale des deux constructeurs automobiles français Renault et PSA a reculé de 16,4% sur l’année 2012, selon des chiffres du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) cités par Les Echos jeudi. Le recul est d’un niveau équivalent à celui observé en 2009 (-15,3%), année de la crise financière, remarque le quotidien économique sur la base du Tableau de bord automobile 2012 mis en ligne sur le site du CCFA. La production en France des deux constructeurs a baissé de 16,4% en 2012 pour un total de 1.646.775 voitures. Renault est en recul de 17,6% avec 532.571 unités produites dans l’Hexagone et PSA de 15,9% (1.114.204 véhicules). La chute est encore plus prononcée au quatrième trimestre 2012 (-26,3%), principalement chez PSA (-31,5%), Renault accusant une baisse de 15,6% de sa production.  La production hors France est pour sa part en recul de 11,4% pour les deux constructeurs avec là encore de grosses disparités entre Renault pour qui la baisse à l’international est modérée (2,1% pour 2.132.330 unités produites) et PSA qui chute de 20,4% (1.797.203 véhicules). Les voitures sorties des usines françaises pèsent 20% des volumes produits par le groupe Renault. Elles représentent pratiquement deux fois plus (38%) chez PSA. Ces chiffres, ajoutés à l’effondrement des ventes de voitures neuves (-13,9%), confirment que 2012 a été une année noire pour l’automobile française dont les deux constructeurs sont visés par des restructurations.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol