Archive pour le Tag '2022'

Présidentielle 2022 : encore un sondage contradictoire

Présidentielle 2022 : encore un sondage contradictoire

Les sondages multiplient et les contradictions aussi. Ainsi par exemple dans certains sondages Valérie Pécresse serait à égalité avec Macron au second toujours et pourrait même l’emporter. Dans d’autres au contraire Macron  domine assez largement. De toute manière il y a de vrais problèmes méthodologiques relatifs aux   » intentions de vote »  surtout quand 50 % ne sont pas certains d’aller voter. Sans parler des manipulations en fonction des intérêts des arts et des autres.

 

Concernant le match entre Marine Payne et Zemmour seuls 40% des Français considèrent désormais la candidate du Rassemblement national comme étant la «représentante d’une extrême droite nationaliste et xénophobe» (soit 9 points de moins qu’en février 2019), contre 64% pour Éric Zemmour. C’est ce que révèle le baromètre annuel de l’image du Rassemblement national, réalisé par Kantar Public pour Franceinfo et Le Monde , publié ce lundi 17 janvier.

Inspirant moins de rejet que son concurrent, la candidate du RN est également vue comme plus à même d’accéder à l’Élysée en avril. 29% des personnes interrogées jugent en effet probable que Marine Le Pen soit élue présidente de la République, alors que seules 10% croient pour l’instant en la victoire d’Éric Zemmour.

Covid France 18 janvier 2022 : encore 278 129 cas en plus en 24

  • Covid France 18 janvier 2022 : encore 278 129 cas en plus en 24
  • Lundi 17 janvier 2022 on a enregistré 14.172.384 cas de contaminations au total dont au moins +278.129 ces dernières 24h. On recense ce lundi 17 janvier 2022, +296 morts en 24h soit 127.263 au total. Le nombre total de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.212 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 100.051 (+296 en 24h). 52.271.529 personnes sont totalement vaccinées contre la covid-19 en France.

Election présidentielle 2022 : Des sondages faussés

Election présidentielle 2022 : Des sondages faussés

 

Charlotte Taupin, directrice d’une société d’études d’opinion, estime, dans une tribune au « Monde », que les méthodes employées par les principaux sondeurs en vue de la présidentielle sont dépassées, les sondés étant de moins en moins nombreux, avec des pans de la population mal représentés.

 

A trois mois de l’élection présidentielle, les sondages inondent la sphère publique, les médias s’emparent du sujet, et les instituts d’études sont invités sur les plateaux à révéler au monde quel sera le candidat le plus probablement présent au second tour, et peut-être même élu.

Au centre du débat se place un seul (ou presque) indicateur : l’intention de vote. Cette question fermée, posée à partir d’une liste de candidats à l’élection à un échantillon de Français, est formulée à quelques variantes près de la façon suivante : « Si l’élection avait lieu aujourd’hui, pour quel candidat voteriez-vous ? »

Pourtant, l’histoire des élections présidentielles passées a montré le manque de fiabilité de cet indicateur. Personne n’aurait raisonnablement, à plusieurs mois des échéances électorales, pu prévoir la victoire de François Hollande, l’effondrement des partis traditionnels ou encore l’irruption du candidat Emmanuel Macron, pour lequel aucun sondage n’avait prédit la réussite.

De plus, la mesure de l’intention de vote était jadis plus simple : moins de candidats, des Français davantage encartés politiquement, et par conséquent des choix plus tranchés permettant de définir des intentions de vote claires et stables, même plusieurs mois avant l’élection.

Aujourd’hui, face à des électeurs qui se montrent incertains jusqu’au terme de la campagne et une liste des candidats non arrêtée, se prononcer sur une personnalité précise, et ce parfois avant même que ledit candidat se soit déclaré, n’est-il pas un exercice risqué, voire hasardeux ?

L’intention de vote est un outil de mesure non exhaustif, à la fiabilité modérée, d’autant plus en étant calibré prématurément plusieurs mois avant le scrutin. En 2022, annoncer tout et son contraire à partir de l’indicateur erroné des intentions de vote revient à tromper les Français, en leur prêtant des choix qui ne sont pas les leurs.

Ainsi, dans de nombreux sondages publiés ces derniers jours, le seul indicateur d’intention de vote donne Macron-Pécresse au second tour, sans tenir compte de potentiels rebondissements, qui peuvent cependant être déjà devinés dans les données d’enquête, ni de l’incertitude qui plane sur les candidats et, de façon inégale, entre eux.

L’une des principales raisons qui permettent de remettre en cause ces résultats repose sur les limites des fameux panels, appelés parfois « access panels », utilisés par la plupart des instituts traditionnels et régulièrement pointés du doigt pour leur manque de fiabilité.

 

Covid France 17 janvier 2022: +278.129 cas en 24h.

Covid France 17 janvier 2022:  +278.129 cas en 24h. 

dimanche 16 janvier 2022 , on enregistre  +278.129 cas en 24h, : 126.967 morts au total, +98 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.212 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 99.755 (+98 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,44 le taux d’incidence à 2.923,21 et la tension hospitalière à 76,2 %. Le taux de positivité est à 22,2 %.

La France compte actuellement 24.887 (+343) personnes hospitalisées et 3.852 (0) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 6.788 (+118) hospitalisées, 940 (+11) en réanimation et +26 décès en 24h
  • Grand Est : 1.779 (+35) hospitalisés, 272 (0) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.625 (+7) hospitalisés, 264 (-2) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 3.278 (+26) hospitalisés, 507 (-2) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.815 (+95) hospitalisé, 496 (-4) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Bretagne: 657 (+10) hospitalisés, 82 (-1) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Normandie : 1.142 (+3) hospitalisés, 125 (-4) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.379 (+14) hospitalisés, 237 (+2) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 713 (0) hospitalisés, 106 (-1) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Occitanie: 1.941 (+17) hospitalisés, , 373 (-3) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 752 (+1) hospitalisés, 123 (+2) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 1.021 (+25) hospitalisés, 160 (+3) en réanimation et +5 décès en 24h

France 2022 : quelle transformation publique

France 2022  : quelle  transformation publique

 

OPINION. Après une crise sans précédent qui a remis en cause la manière de gérer l’action publique, il est nécessaire de réimaginer la nature d’un quinquennat de transformation. Par Olivier Bouet, Directeur EY Consulting secteur public et Guéric Jacquet, Associé EY-Parthenon secteur public (dans la Tribune)

 

Depuis 2017, les initiatives en matière de transformation publique ont été fortes : lancement de la démarche CAP 2022 de refonte des politiques publiques, financement de réformes structurelles via un fonds interministériel de 1 milliard d’euros, lancement d’une stratégie globale de transformation publique, portage au plus haut niveau de l’État… Cela s’est traduit à la fois par la mise en place de réformes d’ampleur (prélèvement à la source, maisons France Service, ENA, mis en place du droit à l’erreur) mais aussi par une appréciation positive historique des services publics, à plus de 51% par les Français en 2020 (Institut Paul Delouvrier).

Pourtant, la crise sanitaire et économique a limité les résultats des réformes : les réductions de postes ont été reportées, le déficit public s’est accru et les difficultés d’exécution des politiques de proximité ont été mises en lumière. Après une crise sans précédent qui a remis en cause la manière de gérer l’action publique (gestion de crise, télétravail, plans de relance, articulation entre État et collectivités locales…), il est nécessaire de réimaginer la nature d’un quinquennat de transformation publique ambitieux, articulé autour de 5 grands piliers.

Une grande politique de simplification et de dérégulation des normes

En sortie de crise, l’État est appelé à changer de paradigme pour simplifier la vie des Français. La création d’une mission gouvernementale de simplification du stock de lois, règlements et dispositifs, issue de la fusion des nombreux comités et conseils de simplification, pouvant se traduire par exemple en réécrivant les codes existants, ou en pilotant la suppression, par les ministères, de 10% des normes afférentes à leurs domaines d’intervention.

Une transformation digitale massive et qui touche le cœur de métier

Selon nos analyses, pour 3 milliards d’euros investis sur 5 ans, un ROI significatif de 12 milliards d’euros de gains de productivité annuels peut être espéré. Au-delà de l’impact majeur que le numérique a sur les grands métiers de la Fonction publique, les gains de productivité issus du recours aux nouvelles technologies touchent à la fois les fonctions de back-office (RH, IT, finance) et le cœur de métier (enseignement, police, justice…) à l’instar des entreprises privées qui ont engagé ces transformations massives.

L’extension de la dynamique de transformation publique à toutes les fonctions publiques

Après une décennie de réforme de l’administration d’État, il est prioritaire d’inclure les opérateurs de l’État dans l’effort collectif de rationalisation, ou le lancement de de nouveaux programmes de mutualisation entre l’État et les collectivités, sur le modèle des centres de service partagés de fonctions support. D’ailleurs, lorsqu’on interroge les Français sur les dépenses qui pourraient baisser, ils citent pour 50% d’entre eux la masse salariale et les effectifs des collectivités (IFOP- EY-Acteurs Publics, novembre 2022), qui ont atteint 1,9 million d’employés en 2020.

Un nouveau mode de délivrance des services publics par les entreprises et les associations pour réallouer des moyens vers les priorités de politique publique

Réinterroger le périmètre d’intervention de la puissance publique nécessite l’acceptation d’un nouveau mode de délivrance des services publics, par les entreprises et les associations, si ces acteurs peuvent produire des services de meilleure qualité et à moindre coût (via par exemple l’externalisation de fonctions administratives et de contrôle). À l’instar des lois de dérégulation de 2015, il est possible de créer de nouveaux marchés rentables au service de la croissance économique à qualité de service égale, et permettant la réallocation de crédits publics vers les priorités gouvernementales.

Un investissement massif dans les RH pour redonner des perspectives de formation et de carrière aux agents publics

Aujourd’hui, un agent public reçoit en moyenne 30 heures de formation continue par an là où un actif du secteur privé en reçoit 2,5 fois plus. C’est pourquoi il est désormais urgent d’accélérer le programme de formation, notamment dédié aux usages numériques, pour que chaque agent et chaque manager réussisse le tournant de la révolution digitale, et construire un plan de reconversion pour préparer les agents aux métiers et compétences de demain.

En combinant ces piliers à une forte volonté politique, une gouvernance au plus haut niveau et une focalisation des efforts sur quelques sujets clés plutôt que de multiples petites réformes, la transformation publique pourra permettre de rendre des services publics plus efficaces.

Vichy et les juifs : rétablir la vérité

Vichy et les juifs : rétablir la vérité

 

L’historien ,Jacques Semelin  revient, à la première personne, sur les faits et comment ils ont été établis. « Une énigme française », un livre contre Eric Zemmour.

Par André Loez ( Historien et collaborateur du « Monde des livres »)

« Une énigme française. Pourquoi les trois quarts des Juifs en France n’ont pas été déportés », de Jacques Semelin, avec Laurent Larcher, Albin Michel, 224 p., 19 €, numérique 13 €.

Qu’une connaissance historique soit exacte ne suffit pas pour qu’elle soit connue, reconnue, ni surtout correctement interprétée dans l’espace public. Tel est l’inconfortable constat qui traverse le nouveau livre de Jacques Semelin, directeur de recherche émérite au CNRS. Une énigme française tient à la fois du carnet de recherche et du plaidoyer pour la compréhension du fait remarquable qui en forme le sous-titre : Pourquoi les trois quarts des juifs en France n’ont pas été déportés. Il y récapitule les résultats des ouvrages qu’il a déjà consacrés à la question, dont le récent et fouillé La Survie des juifs en France. 1940-1944 (CNRS Editions, 2018).

Une utile synthèse des acquis

Ce rappel vient évidemment s’inscrire en opposition aux assertions d’Eric Zemmour qui, en partant des mêmes chiffres – sur près de 320 000 juifs établis en France avant 1940, environ 74 150 furent déportés, soit un taux de survie de 75 % –, attribue faussement la responsabilité de ce bilan (moins lourd que dans la plupart des pays soumis aux nazis, des Pays-Bas à la Pologne) au régime de Vichy dirigé par le maréchal Pétain. Un des derniers chapitres de l’ouvrage, sobrement intitulé « Déjouer les pièges de M. Zemmour », redit avec clarté pourquoi ces vues sont intenables.

Lire aussi cette tribune de Jacques Semelin (2021) : Article réservé à nos abonnés « M. Zemmour, votre rhétorique est celle de “l’entrepreneur identitaire” qui peut entraîner un pays au massacre »

Sur le plan factuel, en effet, le livre constitue une utile synthèse des acquis permettant de comprendre cette proportion apparemment étonnante, déjà soulignée dans les travaux de Serge Klarsfeld (Vichy-Auschwitz, Fayard, 1983) et dans le fameux discours de Jacques Chirac commémorant la rafle du Vél’d’hiv,’ en 1995. Si les trois quarts des juifs ont, en France, échappé à la déportation, ce n’est pas dû à une quelconque protection de Vichy, qui entreprit au contraire de les discriminer et prêta le concours de sa police à l’occupant pour les traquer, mais à l’entrecroisement de plusieurs facteurs : leurs propres stratégies de survie ; les priorités stratégiques du IIIe Reich, initialement moins brutal dans l’ouest de l’Europe ; des réseaux d’entraide ou d’évasion relevant notamment des Eglises ; la complicité ordinaire d’une population prompte à les cacher ou du moins à ne pas les dénoncer ; ainsi que les protestations publiques de plusieurs prélats catholiques, dont l’archevêque de Toulouse, Mgr Jules Saliège (1870-1956), en 1942, aboutissant à infléchir les politiques de persécution. De l’« énigme » du titre, il ne reste rien, en réalité.

 

Covid France 13 janvier 2022 : encore 361 719 cas en 24 heures

Covid France 13 janvier 2022 : encore 361 719 cas en 24 heures

 

Encore +361.719 en 24h mercredi 12 janvier 2022..

On recense ce mercredi 12 janvier 2022 126.305 morts au total, +246 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.212 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 99.093 (+246 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,44 le taux d’incidence à 2.810,96 et la tension hospitalière à 78,8 %. Le taux de positivité est à 16,8 %.

La France compte actuellement 23.889 (+518) personnes hospitalisées et 3.985 (+16) malades en réanimation.

Bilan des régions : :

  • Ile-de-France : 6.312 (+235) hospitalisées, 929 (+24) en réanimation et +61 décès en 24h
  • Grand Est : 1.726 (+28) hospitalisés, 305 (-2) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.625 (+38) hospitalisés, 287 (-3) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 3.225 (+92) hospitalisés, 532 (+4) en réanimation et +28 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.815 (-1) hospitalisé, 528 (-26) en réanimation et +45 décès en 24h
  • Bretagne: 639 (+9) hospitalisés, 85 (-1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Normandie : 1.068 (+29) hospitalisés, 123 (+11) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.301 (+1) hospitalisés, 263 (+11) en réanimation et +19 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 667 (-4) hospitalisés, 111 (0) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Occitanie: 1.880 (+5) hospitalisés, , 387 (+2) en réanimation et +27 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 720 (+38) hospitalisés, 122 (-1) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 967 (+24) hospitalisés, 157 (+3) en réanimation et +14 décès en 24h

 

Covid France 11 janvier 2022 : 93 896 contaminés en 24 heures

Covid France 11 janvier 2022 : 93 896 contaminés en 24 heures

 

Un chiffre encore important pour un lundi dans la mesure où les laboratoires ne fournissent pas les résultats de tous les contaminés ce jour-là.

Lundi 10 janvier 2022, 12.205.114 cas confirmés soit +93.896 en 24h.

: 125.718 morts au total, +280 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.139 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 98.579 (+280 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,61 le taux d’incidence à 2.545,10 et la tension hospitalière à 77,2 %. Le taux de positivité est à 15,2 %.

La France compte actuellement 22.749 (+767) personnes hospitalisées et 3.904 (+57) malades en réanimation.

Le le bilan des différentes régions:

  • Ile-de-France : 5.821 (+157) hospitalisées, 873 (+20) en réanimation et +59 décès en 24h
  • Grand Est : 1.686 (+57) hospitalisés, 313 (+7) en réanimation et +23 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.538 (+49) hospitalisés, 290 (+6) en réanimation et +20 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 3.048 (+138) hospitalisés, 511 (+9) en réanimation et +32 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.784 (+55) hospitalisé, 541 (+18) en réanimation et +44 décès en 24h
  • Bretagne: 635 (+47) hospitalisés, 88 (+3) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Normandie : 988 (+15) hospitalisés, 113 (0) en réanimation et +11 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.294 (+68) hospitalisés, 252 (-6) en réanimation et +19 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 644 (+33) hospitalisés, 118 (+5) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Occitanie: 1.870 (+31) hospitalisés, , 390 (-9) en réanimation et +32 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 664 (+21) hospitalisés, 118 (+2) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 939 (+29) hospitalisés, 155 (-9) en réanimation et +16 décès en 24h

« Mercato » politique 2022: Guillaume Peltier muté chez Zemmour

« Mercato » politique  2022: Guillaume Peltier muté chez Zemmour

 

Comme football le mercato politique est ouvert avec des mutations de certains responsables. Le dernier en date concerne Guillaume Peltier un habitué des changements de maillots puisqu’il aura été responsable au Front National, puis au MNR mouvement de Maigret puis au MPF mouvement de de Villiers en passant par l’UMP, puis les républicains et nombres de micros partis.

 

Bref l’archétype du mercenaire politique de droite ( il en existe aussi à gauche) qui certes n’aura pas réussi dans les affaires mais qui se sera fait une place en politique depuis maintenant une vingtaine d’années.

 

Et pour être élu ce responsable issu de la région parisienne a labouré le terrain des ploucs : en Touraine puis dans le Loir-et-Cher.

 

 Dernièrement il avait été exclu des organes dirigeants des républicains pour avoir signalé sa proximité avec Robert Ménard le maire de Béziers un autre itinérant de la politique passé lui de l’extrême gauche à l’extrême droite. Et récemment selon les sondages de Le Pen à Zemmour et réciproquement

Covid France 10 janvier 2022 : encore 296.000 cas en France en 24h

Covid France 10 janvier 2022 : encore 296.000 cas en France en 24h

 

EN France, 296.097 nouveaux cas ont été enregistrés en 24h ce dimanche 9 janvier. C’est 2,5% de moins que la veille (303.669), mais ces décalages quotidiens sont peu significatifs car ils peuvent être dus à des rattrapages statistiques.

A l’hôpital, le nombre de malades du Covid continue d’augmenter, avec 21.982 patients (contre 21.721 la veille), dont 842 nouveaux patients. Il y a sept jours, les hôpitaux en France comptaient 16.365 malades, dont 506 admissions.

3847 de ces patients sont en services de soins critiques, réservés aux cas les plus graves, contre 3299 il y a une semaine.

 

2022- Une grève de la « fin de la gauche »

2022- Une grève de la  « fin de la gauche »

Quelques militants pour l’essentiel des bobos de gauche ont entamé une grève de la faim en faveur d’une candidature unique de la gauche. En fait, ce pourrait être véritablement la grève de la « fin de la gauche ». En effet après les scores catastrophiques de toutes les formations de gauche lors des présidentielles de 2022, il faudra sans doute s’attendre à un véritable big-bang au sein des organisations intéressées dont derrière certaines devraient éclater ou  purement et simplement disparaître, à commencer par le parti socialiste.

 

Le problème de ces militants partisans d’une candidature unique, c’est qu’ils semblent ignorer que la plupart des formations et des leaders de gauche sont opposés à tout concept d’union. Une union par ailleurs impossible du fait des divergences inconciliables entre bobo gauchiste, bobo écolo, bobo communiste ou encore bobo socialiste

 

L’opinion a d’ailleurs déjà tranché puisque les sondages n’accordent qu’un ridicule score de 2,5 % à l’une des candidates à cette union à savoir Christiane Taubira. Une candidate qui justement incarne sans doute le mieux cette contradiction fondamentale de la gauche qui consiste à concilier une posture de bobo bourgeoise élitiste avec des propos radicaux complètement coupés de la sociologie des couches moyennes et populaires.

 

Une situation également bien illustrée par Sandrine Rousseau, l’écolo gauchiste convaincue de l’éco féminisme et du wokisme  complètement inculte sur des questions socio-économiques mais très en pointe sur des sociétales dont d’ailleurs elle ne connaît pas grand-chose.

 

Bref les nouveaux évangélistes de la gauche radicale qui ressemble beaucoup aux anciens évangélistes maoïstes radicaux des années 70 ( depuis souvent recasés à droite).

SONDAGE JDD 2022 : Un sondage maison pour Macron !

SONDAGE JDD 2022 : Un sondage maison pour Macron !

 

Sondage maison comme d’habitude pour le JDD qui soutient Macon. Ainsi son étude affirme en titre que 62 % des Français ne croient pas que Valérie Pécresse pourrait battre Emmanuel Macron et pas davantage Le Pen.

Notons qu’il ne s’agit pas d’un sondage portant sur des intentions de vote des sondés car là le résultats serait différent puisque dess sondages démontrent que le score serait très serré entre Macron et Pécresse et même que Pécresse pourrait triompher.

Et pour bien enfoncer la candidate Pécresse, le JDD affirme que Valérie Pécresse a encore beaucoup à prouver aux yeux des Français : ils ne sont que 17% à partir du principe qu’elle ferait « mieux » à l’Élysée. Pas mieux, mais pas pire non plus. Seule une minorité (30%) estime qu’elle ferait « moins bien », la majorité des sondés considérant, à 53%, qu’elle ne ferait « ni mieux ni moins bien ».

Cependant d’après le JDD, sur le terrain économique, la candidate LR est par ailleurs jugée – légèrement – plus crédible que ses concurrents : 16% estiment qu’elle ferait « mieux » que ­Macron, contre 12% pour Marine Le Pen et seulement 6% pour Zemmour. Surtout, Pécresse est, de loin, considérée comme la plus capable de l’emporter face à Macron en 2022 : 46% des sondés pensent qu’elle pourrait le battre. Ils sont nombreux à croire en ses chances : à droite, bien sûr (85% des sympathisants LR), mais aussi au RN (46%) et à gauche (46% des sympathisants EELV et 45% des socialistes).

En revanche, seule une minorité (32%) pense que Le Pen pourrait battre Macron, et moins d’un quart (21%) que Zemmour y parviendrait. « Pour les Français, si Pécresse est au second tour, il y a match, alors que si Le Pen et Zemmour y sont, il n’y a pas de match », conclut Dabi. De quoi conforter la stratégie de la candidate LR : devenir, demain, le réceptacle du « tout sauf Macron ».

Covid soins intensifs France 9 janvier 2022 : 3821 malades concernés et saturation

Covid soins intensifs France 9 janvier 2022 : 3821 malades concernés et saturation

En France samedi plus de 3821 malades du Covid-19 suivis en soins critiques – nombre d’hôpitaux sont au bord de la saturation. Le nombre de nouveaux patients dans ces services est de 243. Au total, 21.721 personnes sont hospitalisées sur un diagnostic de Covid-19, avec 1485 nouvelles hospitalisations en 24 heures. Vendredi, les hôpitaux comptaient 21.605 patients et le 1er janvier 18.811. Pour  les admissions en soins critiques, il y a  1995 malades admis en une semaine (1942 vendredi, et 1934 jeudi).

COVID FRANCE 9 janvier 2022 : 303.669 nouvelles contaminations en 24 heures

COVID FRANCE 9 janvier 2022 : 303.669 nouvelles contaminations en 24 heures

Une tendance en légère baisse mais qui reste à confirmer. En effet, 303.669 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés ces 24 dernières heures, selon les derniers chiffres de Santé Publique France. Ce résultat est en légère baisse par rapport aux 328.214 nouvelles contaminations annoncées la veille, chiffre qui était le plus élevé jamais enregistré dans l’hexagone. Une variation sur une seule journée ne permet néanmoins pas de dessiner une tendance. La moyenne sur sept jours est toujours en progression, avec plus de 270.000 cas quotidiens, contre environ 267.000 la veille, et 204.000 jeudi. La maladie a emporté 125.349 personnes depuis le début de l’épidémie au printemps 2020. Dont 98.209 sont mortes à l’hôpital, avec 143 nouveaux décès en 24 heures. La maladie a emporté 125.349 personnes depuis le début de l’épidémie au printemps 2020. Dont 98.209 sont mortes à l’hôpital, avec 143 nouveaux décès en 24 heures.

Sondage Présidentielle 2022 : duel serré entre Le Pen et Pécresse

Sondage Présidentielle 2022 : duel serré entre Le Pen et Pécresse

 

Selon le sondage Ipsos – Sopra Steria pour franceinfo et Le Parisien/Aujourd’hui en France publié vendredi 7 janvier ,  le chef de l’État recueille près de 26% des intentions de vote, contre 17% pour Marine Le Pen, placée en deuxième position. Ces valeurs sont quasiment identiques au dernier il y a un mois.

Marine Le Pen gagne un point en un mois (17%) alors qu’Eric Zemmour en perd deux (12%). La candidate du Rassemblement national devance d’ailleurs légèrement la candidate Les Républicains, Valérie Pécresse (16%), qui reste stable. La deuxième place pour accéder au second tour de la présidentielle reste ainsi très disputée et très incertaine.

Un peu moins de la majorité de l’électorat de la candidate du RN (47%) croit en son élection au second tour. C’est un peu plus (54%) pour l’électorat de Valérie Pécresse alors que 88% de l’électorat d’Emmanuel Macron croit en sa réélection. 

 À gauche, Christiane Taubira ne perce pas dans les sondages, avec 3% d’intentions de vote au premier tour. Même score de 3 % pour Anne Hidalgo. Yannick Jadot est à 8 %.

Jean-Luc Mélenchon reste  stable dans les deux cas (9%). Le leader de La France insoumise gagne d’ailleurs un point par rapport à la dernière enquête il y a un mois. La même stabilité est retrouvée pour le communiste Fabien Roussel (2%), Arnaud Montebourg (1%), Nathalie Arthaud soutenue par Lutte Ouvrière (1%) et Philippe Poutou Nouveau parti anticapitaliste (1.%)

Covid: des masques chirurgicaux seront fournis aux enseignants à partir de la mi-janvier …..2022 ?

Covid: des masques chirurgicaux seront fournis aux enseignants à partir de la mi-janvier …..2022 ?

 

Les enseignants peuvent être rassurés. Après avoir largement bénéficié de masse en simple tissu plus ou moins protecteur, ils pourront recevoir des masques ordinaires 10 masques chirurgicaux à partir de la mi-janvier. On espère évidemment qu’il s’agit de l’année 2022. Il y a maintenant presque deux ans que la pandémie a débutés et visiblement les pouvoirs publics ont un peu de mal à mettre en cohérence leurs politiques concrètes d’hygiène avec leur déclaration.

 

En outre il faut espérer que la pandémie se prolonge si l’on veut qu’un jour les mêmes enseignants bénéficient des masques F aspects de dont l’attribution était l’étude.

Compte tenu des délais on ne perd pas toute espérance de les fournir en 2023. Les fabricants espèrent évidemment que la pandémie pourra durer jusque-là !

Covid Europe 8 janvier 2022 : la France nettement en tête des contaminés

Covid  Europe 8 janvier 2022 : la France nettement en tête des contaminés

  • En France, +261.481 cas de nouveau contaminé ces dernières 24h. Soit nettement plus que partout en Europe.
  • En Allemagne, on comptabilise +64.340 nouveaux cas en 24h. Le pays compte, mardi 4 janvier 2022, 7.361.660 cas recensés pour 113.368 décès (+443). 152.496.126 doses de vaccin ont été administrées.
  • Au Royaume-Uni, on compte +33.877 nouveaux cas en 24h, soit 14.193.228 cas au total depuis le début de l’épidémie. Le pays enregistre, ce jeudi 6 janvier 2022, +32 morts en 24h soit 149.744 morts au total. 99.497.317 doses de vaccin ont été administrées.
  • Aux Pays-Bas on compte +34.872 nouveaux cas en 24h soit 3.282.772 cas au total. Le pays dénombre 21.065 décès dont +24 ces dernières 24h. 29.407.636 doses de vaccin ont été administrées.
  • L’Espagne recense aux dernières remontées, 7.160.941 (+1.104) cas au total. Le pays dénombre, le vendredi 7 janvier 2022, 89.929 morts au total soit +1 depuis le dernier bilan. 84.790.916 doses de vaccin ont été administrées.
  • Au Danemark, on compte +28.283 nouveaux cas de contamination en 24h ce qui fait un au total de 893.393 cas. Le pays comptabilise 3.322 décès dont +15 ces dernières 24h. 12.451.953 doses de vaccin ont été administrées.
  • La Grèce enregistre +43.386 nouveaux cas en 24h soit 1.388.309 au total depuis le début de la pandémie. Le pays, qui comptabilise 21.115 morts dont +62 ces dernières 24h. 17.638.813 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Suède on compte, ce jeudi 6 janvier 2022, +17.376 nouveaux cas de contamination, soit au total 1.416.650 infectés et 15.369 décès dont 0 depuis le dernier bilan. 17.743.797 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Suisse, on compte +45 nouveaux cas en 24h pour un total de 1.476.569 cas. Le pays comptabilise 11.915 morts, dont 0 depuis la veille. 14.177.368 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Autriche, on compte +8.499 nouveaux cas soit 1.318.829 au total et +5 décès en 24h pour 13.390 décès au total ce jeudi 6 janvier 2022. 16.620.595 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Belgique, on compte +10 nouveaux cas de contamination en 24h ce qui fait un total de 2.231.686 cas ce vendredi 7 janvier 2022. Il y a eu +3 nouveaux décès ces dernières 24h soit désormais 28.429 morts au total. 16.883.724 doses de vaccin ont été administrées.
  • La Pologne compte actuellement 4.179.292 (+16.577) cas de contaminations et 99.311 (+645) morts dues au Covid-19. 47.775.010 doses de vaccin ont été administrées.
  • Le Luxembourg enregistre, ce mardi 4 janvier 2022, +2.131 nouveaux cas en 24h soit au total 108.366 cas et 920 décès (+2 en 24h) depuis le début de la pandémie. 1.076.765 doses de vaccin ont été administrées.

Covid 8 janvier 2022 : encore 262 000 contaminés en 24 heures

Covid 8 janvier 2022 : encore 262 000 contaminés en 24 heures

En France, 11.183.238 cas de contaminations au total dont au moins +261.481 ces dernières 24h. On recense ce jeudi 6 janvier 2022, +204 morts en 24h soit 125.013 au total. Le nombre total de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.139 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 97.874 (+204 en 24h). 51.925.362 personnes sont totalement vaccinées contre la covid-19 en France.

Présidentielle 2022 : l’union de la gauche de Taubira à 2,5 % !

Présidentielle 2022 :  l’union de la gauche de Taubira à 2,5 % ! 

 

 

Christiane Taubira vient de déclarer qu’elle réfléchit sérieusement au maintien de sa candidature comme candidat de l’union de la gauche. Il y a effectivement matière à réflexion car le dernier sondage  Ifop-Fiducial pour Le Figaro et LCI place Christiane Taubira en queue de peloton avec 2,5 %.

 

De quoi évidemment discréditer définitivement le concept d’union de la gauche qui déjà n’avait pas beaucoup de sens avant l’intervention de Taubira et qui se trouve complètement démonétisé avec son incarnation par une personnalité qui réunit sur elle toutes les contradictions de la gauche notamment l’élitisme coupé des réalités socio-économiques et cependant la radicalité notamment sociétale dans le discours.

 

Dans le sondage évoqué, le président de la République devance très largement Marine Le Pen (16%) et Valérie Pécresse (16%). Toutes deux en recul de -1 point, la candidate LR et son adversaire RN se disputent virtuellement la place qualificative pour le second tour.

Jean-Luc Mélenchon est à à 8,5%. , l’écologiste Yannick Jadot est donné à 7%, contre 3,5% seulement pour la socialiste Anne Hidalgo, et à peine 2,5% pour Christiane Taubira lorsqu’elle est testée. Le souverainiste Arnaud Montebourg s’effondre enfin à 1%, soit autant que Jean Lassalle et Philippe Poutou.

COVID FRANCE 6 JANVIER 2022 : encore +261.481 NOUVEAUX CAS en 24 heures

COVID FRANCE 6 JANVIER 2022 : encore +261.481 NOUVEAUX CAS en 24 heures

Toujours très haut niveau avec +261.481 en 24h en France..

On recense ce jeudi 6 janvier 2022 : 125.013 morts au total, +204 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.139 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 97.874 (+204 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,61 le taux d’incidence à 2.030,46 et la tension hospitalière à 74,3 %. Le taux de positivité est à 21,8 %.

La France compte actuellement 21.169 (+481) personnes hospitalisées et 3.759 (+64) malades en réanimation.

Bilan des régions françaises:

  • Ile-de-France : 4.731 (+283) hospitalisées, 754 (+4) en réanimation et +65 décès en 24h
  • Grand Est : 1.581 (+43) hospitalisés, 305 (-18) en réanimation et +30 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.427 (+41) hospitalisés, 261 (-1) en réanimation et +16 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.668 (+24) hospitalisés, 506 (+4) en réanimation et +51 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.735 (+70) hospitalisé, 518 (+10) en réanimation et +33 décès en 24h
  • Bretagne: 521 (-3) hospitalisés, 78 (0) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Normandie : 855 (+18) hospitalisés, 110 (-6) en réanimation et +16 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.178 (+30) hospitalisés, 264 (+1) en réanimation et +19 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 573 (+27) hospitalisés, 99 (+4) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Occitanie: 1.753 (+5) hospitalisés, , 382 (-7) en réanimation et +22 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 583 (-3) hospitalisés, 114 (+9) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 877 (+6) hospitalisés, 149 (+6) en réanimation et +11 décès en 24h

 

12345...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol