Archive pour le Tag 'juillet'

Sécheresse : Juillet le plus sec depuis 60 ans

 Sécheresse : Juillet le plus sec depuis 60 ans 

Le  mois de juillet dernier a été le deuxième mois le plus sec depuis 1959.  La France n’a presque jamais été aussi sèche. Vingt-sept départements sont placés en vigilance orange canicule depuis ce mardi. Toute la France est concernée par la sécheresse, et 93 départements font l’objet de restrictions d’eau.

Au mois de juillet dernier, il est tombé seulement 9,7 millimètres de précipitations. C’est dix fois moins que l’année dernière et 84% de moins que la normale sur la période 1991-2020, à 61,6 millimètres. Juillet 2022 est ainsi devenu le deuxième mois le plus sec depuis le début des relevés Météo France en 1959. Conséquence visible de cette sécheresse : en montagne, les lacs sont plus bas, les barrages sont moins remplis. D’ailleurs, ceux exploités par EDF le sont à seulement 69%, soit onze points en dessous de la moyenne historique. Le déficit est particulièrement fort dans les barrages EDF des Alpes du sud où le taux de remplissage est inférieur de 26 points à la moyenne historique.

  Ce manque d’eau est très problématique parce que la pluie alimente moins nos réserves de surface. Il y a moins d’eau dans les fleuves, les étangs, les rivières. C’est la raison pour laquelle nous avons plus de mal à assumer les 5,3 milliards de mètres cubes d’eau que nous consommons chaque année. Ensuite, en plus de l’eau de surface, il y a aussi l’eau souterraine qui représente un stock de 2.000 milliards de mètre cubes. Un trésor qui représente l’équivalent de 8.380 milliards d’euros, au prix moyen de l’eau en France. Mais cette richesse est, elle aussi, fragile : en Provence, sur la Côte d’Azur ou encore en Charente, les nappes phréatiques sont particulièrement basses.
 L’agriculture utilise 45% de l’eau consommée chaque année, devant le refroidissement des centrales électriques à 31%. Ensuite, l’eau potable consomme 21% de l’eau, pour les usages destinés à la population comme l’alimentaire, le sanitaire ou encore l’hygiène.

 

Covid France 27 juillet 2022:11 195 personnes contaminées en 24 heures

 

 

  • On enregistre 11 195 personnes  contaminées en 24h au 25 juillet, en baisse de 36 % sur les sept derniers jours. Le taux de positivité est de 30,2%. Par ailleurs, le nombre de personnes hospitalisées baisse sur une semaine, avec 8 118 hospitalisations sur les 7 derniers jours, soit une baisse de 7% en 7 jours. Au total, 20 769 personnes sont actuellement hospitalisées. Mais le nombre de décès demeure en hausse : 642 sur les sept derniers jours (+20%). 
  • Cependant  »les indicateurs se maintiennent à un niveau très élevé et l’augmentation du nombre de décès se poursuit », selon le bulletin épidémiologique de Santé Publique, publié ce 21 juillet. En semaine 28 (du 11 au 17 juillet 2022), la circulation du SARS-CoV-2 a diminué sur l’ensemble du territoire avec un R-effectif inférieur à 1 et un taux d’incidence en baisse de 16%, néanmoins « toujours à un niveau très élevé » et de façon « moins marquée chez les 60-79 ans ».
  • Les indicateurs hospitaliers restaient en outre « élevés, en particulier chez les 70 ans et plus tandis que le nombre de décès continuait d’augmenter », souligne. « L’effort de vaccination doit s’accentuer pour améliorer la couverture vaccinale qui reste insuffisante, notamment dans les territoires ultra-marins et chez les plus âgés, rappelle encore SPF. Seuls 39,5% des 80 ans et plus et 45,4% des résidents en EHPAD qui y étaient éligibles avaient reçu la seconde dose de rappel. » Dans le contexte de la circulation active du SARS-CoV-2 et des congés estivaux, l’application des gestes barrières reste nécessaire pour limiter la diffusion de l’épidémie. En cas de symptômes, de test positif ou de contact à risque, il reste primordial de suivre les mesures préconisées.

Covid 6 juillet 2022: alerte, au moins +206.554 ces dernières 24h en France

  • Covid  6 juillet 2022:alerte,  au moins +206.554 ces dernières 24h en France 
  • En France on enregistre mardi 5 juillet 2022 :  au moins +206.554 ces dernières 24h en France ,  2.043.661 cas de contaminations au total dont au moins +206.554 ces dernières 24h. On recense ce mardi 5 juillet 2022, +75 morts en 24h soit 149.801 au total. Le nombre total de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.905 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 120.896 (+75 en 24h). 53.570.760 personnes sont totalement vaccinées contre la covid-19 en France.
  • En Italie, on note +133.015 nouveaux cas ces dernières 24h. On compte +94 décès en 24h ce mardi 5 juillet 2022. Le nombre de décès est désormais de 168.698 au total depuis le début de l’épidémie. Le nombre total de cas recensés est de 18.938.771. 138.319.018 doses de vaccin ont été administrées.
  • Aux États-Unis, le nombre de nouveaux cas s’élève aujourd’hui à +33.565 contaminations recensées ces dernières 24h. Ce lundi 4 juillet 2022, le pays compte 85.041.199 cas. Le nombre de décès ce jour est de +45 morts en 24h, soit 973.195 décès au total. 596.233.489 doses de vaccin contre la covid-19 ont été administrées.
  •  Le Portugal enregistre +18 morts en 24h ce dimanche 3 juillet 2022 portant le total à 24.223 morts depuis le début de la pandémie et +3.333 nouveaux cas en 24h soit un total de 5.201.407 cas confirmés. 24.616.852 doses de vaccin ont été administrées.

Covid France 5 juillet 2022: +24.418 nouveaux cas nouveaux confirmés en 24h.

On enregistre lundi 4 juillet 2022 :+24.418 nouveaux cas nouveaux  confirmés en 24h,  149.726 morts au total, +97 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.905 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 120.821 (+97 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,45 le taux d’incidence à 1.098,78 et la tension hospitalière à 19,3 %. Le taux de positivité est à 13,1 %.

La France compte actuellement 16.638 (+360) personnes hospitalisées et 978 (+25) malades en réanimation.

 

Bilan des régions :

  • Ile-de-France : 4.663 (+30) hospitalisées, 331 (-1) en réanimation et +20 décès en 24h
  • Grand Est : 1.037 (+23) hospitalisés, 66 (-6) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.391 (+7) hospitalisés, 92 (-6) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 1.652 (+40) hospitalisés, 91 (+10) en réanimation et +11 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.315 (+37) hospitalisé, 70 (+10) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Bretagne: 631 (+27) hospitalisés, 32 (+1) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Normandie : 1.072 (-4) hospitalisés, 39 (+3) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.129 (+68) hospitalisés, 54 (+5) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 463 (+34) hospitalisés, 31 (+7) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Occitanie: 1.330 (+18) hospitalisés, , 66 (-1) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 664 (+35) hospitalisés, 32 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 699 (+34) hospitalisés, 37 (+4) en réanimation et +8 décès en 24h

Covid 3 juillet 2022: irresponsabilité du gouvernement face à la hausse en France

Covid 3 juillet 2022: irresponsabilité du gouvernement face à la hausse en France

 

non seulement la campagne électorale a fait l’impasse la question militaire liée à la Covid mais le danger est toujours autant ignoré par un gouvernement irresponsable. Pire, le ministère de la santé avec le départ de la ministre battu aux élections est aux abonnés absents. Quant à l’administration et a décidé déjà depuis plusieurs semaines de ne plus publier de statistiques les week-ends considérant que la situation s’améliore !

En réalité les statistiques françaises sont particulièrement mauvaises comparées aux autres pays. Ainsi en France on a même atteint 125 000 contaminations nouvelles dans les dernières publiées vendredi 1er juillet. Et les hospitalisations reprennent aussi nettement à la hausse.

La semaine du 20 au 26 juin, la hausse des nouvelles hospitalisations s’est également poursuivie (+19%) après une augmentation de 26% la semaine précédente. Jeudi, 15.836 personnes étaient hospitalisées avec un diagnostic Covid. Les taux d’hospitalisation étaient particulièrement élevés chez les 80-89 ans (35,4 pour 100.000 habitants) et les 90 ans et plus (61,8 pour 100.000), précise Santé publique France. Sur la semaine étudiée, le nombre de décès à l’hôpital et en établissements et services médico-sociaux a aussi augmenté après plusieurs semaines de baisse (225, +3%).

À peu près toutes les protections ont été levées en France en raison du contexte électoral afin de ne pas déplaire aux Français. Il serait pourtant urgent de rétablir les mesures d’hygiène en particulier dans les lieux clos et les transports; de relancer aussi la politique de vaccination.

 

  • En France, on a enregistré ce vendredi 1 juillet 2022,  +125.066 ces dernières 24h, +52 morts en 24h soit 149.585 au total. Le nombre total de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.904 (+1) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 120.681 (+51 en 24h). 53.562.287 personnes sont totalement vaccinées contre la covid-19 en France.
  • L’Espagne recense aux dernières remontées, 12.734.038 (0) cas au total. Le pays dénombre, le jeudi 30 juin 2022, 107.906 morts au total soit 0 depuis le dernier bilan. 95.071.546 doses de vaccin ont été administrées.
  • Le Portugal enregistre +25 morts en 24h ce mercredi 29 juin 2022 portant le total à 24.149 morts depuis le début de la pandémie et +10.657 nouveaux cas en 24h soit un total de 5.171.236 cas confirmés. 24.616.852 doses de vaccin ont été administrées.
  • Au Royaume-Uni, on compte +14.586 nouveaux cas en 24h, soit 22.720.797 cas au total depuis le début de l’épidémie. Le pays enregistre, ce mercredi 29 juin 2022, +12 morts en 24h soit 180.330 morts au total. 103.703.976 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Italie, on note +86.900 nouveaux cas ces dernières 24h. On compte +72 décès en 24h ce vendredi 1 juillet 2022. Le nombre de décès est désormais de 168.425 au total depuis le début de l’épidémie. Le nombre total de cas recensés est de 18.610.011. 138.272.875 doses de vaccin ont été administrées.

Covid 2 juillet 2022: Forte hausse en France

Covid 2 juillet 2022: Forte hausse en France

 

  • En France, on enregistre ce vendredi 1 juillet 2022,  +125.066 ces dernières 24h, +52 morts en 24h soit 149.585 au total. Le nombre total de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.904 (+1) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 120.681 (+51 en 24h). 53.562.287 personnes sont totalement vaccinées contre la covid-19 en France.
  • L’Espagne recense aux dernières remontées, 12.734.038 (0) cas au total. Le pays dénombre, le jeudi 30 juin 2022, 107.906 morts au total soit 0 depuis le dernier bilan. 95.071.546 doses de vaccin ont été administrées.
  • Le Portugal enregistre +25 morts en 24h ce mercredi 29 juin 2022 portant le total à 24.149 morts depuis le début de la pandémie et +10.657 nouveaux cas en 24h soit un total de 5.171.236 cas confirmés. 24.616.852 doses de vaccin ont été administrées.
  • Au Royaume-Uni, on compte +14.586 nouveaux cas en 24h, soit 22.720.797 cas au total depuis le début de l’épidémie. Le pays enregistre, ce mercredi 29 juin 2022, +12 morts en 24h soit 180.330 morts au total. 103.703.976 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Italie, on note +86.900 nouveaux cas ces dernières 24h. On compte +72 décès en 24h ce vendredi 1 juillet 2022. Le nombre de décès est désormais de 168.425 au total depuis le début de l’épidémie. Le nombre total de cas recensés est de 18.610.011. 138.272.875 doses de vaccin ont été administrées.

Retraités: soudain Une augmentation de 4 % en juillet !

Retraités: soudain Une augmentation de 4 % en juillet !

 

Alors que pratiquement les retraites sont bloquées depuis des années par les différents gouvernements( une toute petite exception toutefois avec Hollande), d’un coup du fait du miracle de la campagne électorale, le président candidat annonce l’indexation des retraites sur l’évolution des prix avec une augmentation de 4 % en juillet. Dommage que les élections présidentielles n’aient pas lieu tous les ans !

 

Pour tenter de convaincre les électeurs retraités d’ici le 24 avril, date du second tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a fait une promesse : augmenter les retraites de 4% en juillet s’il est réélu, et ce, en les indexant sur l’inflation.

 

Macron pense aussi à ceux qui seront retraités assez prochainement. En conséquence il assouplit ses propositions à propos de la date butoir de 65 ans il fait passer à 64 et annonces il allongera l’âge légal de quatre mois par an. En faite la philosophie qui était en cours.

 

Les retraités actuels et futurs peuvent dans pour partie se dire satisfaits de cette campagne électorale qui les aura fait sortir de l’anonymat des rémunérations.

Indexation des Retraites: soudain plus 4 % en juillet !

Indexation des Retraites: soudain plus 4 % en juillet !

 

Alors que pratiquement les retraites sont bloquées depuis des années par les différents gouvernements( une toute petite exception toutefois avec Hollande), d’un coup du fait du miracle de la campagne électorale, le président candidat annonce l’indexation des retraites sur l’évolution des prix avec une augmentation de 4 % en juillet. Dommage que les élections présidentielles n’aient pas lieu tous les ans !

 

Pour tenter de convaincre les électeurs retraités d’ici le 24 avril, date du second tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a fait une promesse : augmenter les retraites de 4% en juillet s’il est réélu, et ce, en les indexant sur l’inflation.

 

Macron pense aussi à ceux qui seront retraités assez prochainement. En conséquence il assouplit ses propositions à propos de la date butoir de 65 ans il fait passer à 64 et annonces il allongera l’âge légal de quatre mois par an. En faite la philosophie qui était en cours.

 

Les retraités actuels et futurs peuvent dans pour partie se dire satisfaits de cette campagne électorale qui les aura fait sortir de l’anonymat des rémunérations.

Covid: la fin du pass d’ici juillet

Covid: la fin du pass d’ici juillet

 

Le ministre de la santé considère que la crise est derrière nous et que le pass pourra être supprimé d’ici juillet

«Le passe vaccinal aura une fin, et vu la dynamique épidémique actuelle, il est probable que cette fin soit bien avant le mois de juillet. Sauf s’il y a une mauvaise nouvelle», a-t-il précisé. «Quand on aura vidé les réanimations, et rendu la place aux malades qui relèvent normalement de la réa, qu’il n’y aura plus de soins reprogrammés dans notre pays, et s’il n’y a pas de nouveaux variants en circulation à ce moment-là, l’utilité du passe vaccinal sera totalement discutable. Et nous pourrons le retirer», a-t-il détaillé.

 

Météo : un mois d’octobre comme en juillet

Météo : un mois d’octobre comme en juillet

 

En juillet le pull-over était de rigueur, fin septembre, on  se baignait  encore un peu partout et en octobre le T-shirt était permis jusqu’à ces derniers jours.

Les températures ont continué à grimper dans la journée, oscillant entre 19 °C et 26 °C selon les régions. Face assez des règlements les météorologistes sont aussi déboussolés et disent un peu n’importe quoi pour faire semblant d’expliquer ce qui semble quand même découler du nouveau général des températures. Témoins les déclarations du météorologue Patrick Galois sur France Info qui déclare à peu près : les périodes de chaud se succèdent les périodes de froid…. et inversement.

Ces températures élevées sont-elles hors du commun ? 

Patrick Galois : Ces températures n’ont rien d’exceptionnel. Ce qui rend ce pic de douceur plus remarquable est que nous sortons d’une séquence de températures fraîches. Mais en soi, cette douceur n’a rien d’extraordinaire pour la saison. Ce type de variations de températures est même tout à fait dans la logique de notre climat hexagonal.

Comment expliquer ces températures quasiment estivales en plein automne ?

Cette situation s’explique par le passage d’un flux de vents venant du sud. Nous avons eu, pendant quelque temps, une dépression sur l’Atlantique qui a fait remonter l’air chaud du sud de l’Europe voire de l’Afrique du Nord. Et cette masse d’air chaud se déplace progressivement vers l’est et le nord du pays.

A la mi-octobre, la température peut encore dépasser les 30 °C dans le Sud-Ouest, dans des villes comme Biarritz. Actuellement, nous sommes autour de 28 °C dans cette région. Alors que du côté de la Méditerranée, les températures sont à peine au-dessus des normales saisonnières. Et dans la capitale, la température est de 23 °C mardi. Les 15 et 16 octobre 2018, le mercure était monté à 26 °C.

Est-ce que cela présage d’un hiver avec des températures plus douces que la normale ?

Nous n’avons pas encore assez d’éléments pour nous prononcer sur les températures hivernales à venir. Nous avions projeté un automne plus doux mais il a commencé en fraîcheur pour atteindre les températures que nous connaissons actuellement.

Bref pour résumer, il fera sans doute plus frais en hiver que l’été dernier ! Et après la pluie le beau temps.

Crise Sanitaire: Bruxelles veut la fin des aides de l’État aux entreprises au 1er juillet 2022

Crise Sanitaire: Bruxelles veut la fin des aides de l’État aux entreprises au 1er juillet 2022

 

 

Encore une orientation européenne qui risque de faire émerger les oppositions entre différents pays de l’UE. Cette décision de mettre fin aux aides aux entreprises des entreprises dès la fin de juin 2022 va susciter nombre de polémiques. Elle va d’abord apparaître comme une orientation très technocratique car s’appliquant à tous les secteurs économiques sans distinction des conséquences concrètes. Or certains secteurs économiques ont été bien plus touchés que d’autres. En outre des aides devront être lissés dans le temps pour ne pas d’un coup peser de manière brutale sur la situation financière des entreprises.

La crise a en outre révélé la nécessité de soutenir durablement des secteurs en voie de disparition du fait d’une mondialisation incontrôlée. Certains produits et services devront être rapatriés pour assurer un minimum de souveraineté européenne ( l’exemple le plus caricatural étend celui des composants électroniques).

La Commission européenne a don annoncé qu’elle souhaitait mettre fin en juin 2022 à l’assouplissement exceptionnel des aides d’État introduit pendant la crise du Covid-19 pour aider les entreprises en difficulté. Prenant acte de la forte reprise économique depuis le printemps, Bruxelles «a envoyé aux États membres, pour consultation, un projet de proposition visant à prolonger jusqu’au 30 juin 2022 l’encadrement temporaire des aides d’État, tout en définissant la voie à suivre en vue de [sa] suppression progressive», précise un communiqué.

Ce régime d’exception, introduit depuis mars 2020, devait expirer fin 2021. Il a permis aux États membres de verser un total de 3 milliards d’euros d’aides pour sauver des entreprises touchées par la crise économique liée à la pandémie de Covid-19.

Croissance Commerce : en retrait en juillet

Croissance Commerce : en retrait en juillet

 

Un recul de 0,5 % des ventes en juillet surtout dans les ventes de cycles et motocycles (-14,1 %), de chaussures (-12,8 %) et de matériel de sport (-12,6 %), mais  après deux très beaux mois en mai et juin. Les produits de confort et de loisir, comme la parfumerie-hygiène (+12,7 %), les jeux et jouets (+9,3 %) et l’horlogerie-bijouterie (+5,2 %), continuent pour leur part leur progression, ajoute la Banque de France. Dans l’ensemble, la vente de produits manufacturés a tout de même baissé de 3,4 % en juillet.

Dans les petits commerces, les ventes ont baissé de 4,4 % alors qu’elles sont restées stables dans la grande distribution. « Les données définitives de la vente à distance ne sont pas encore disponibles pour le mois de juillet. Cependant elle était en baisse sur un an en juin de -4,7 %, après -10,7 % en mai, mais restait très au-dessus de son niveau d’avant crise », précise la note.

Economie-Croissance Commerce: : en retrait en juillet

Economie-Croissance Commerce: : en retrait en juillet

 

Un recul de 05 % des ventes en juillet surtout dans les ventes de cycles et motocycles (-14,1 %), de chaussures (-12,8 %) et de matériel de sport (-12,6 %), mais  après deux très beaux mois en mai et juin. Les produits de confort et de loisir, comme la parfumerie-hygiène (+12,7 %), les jeux et jouets (+9,3 %) et l’horlogerie-bijouterie (+5,2 %), continuent pour leur part leur progression, ajoute la Banque de France. Dans l’ensemble, la vente de produits manufacturés a tout de même baissé de 3,4 % en juillet.

Dans les petits commerces, les ventes ont baissé de 4,4 % alors qu’elles sont restées stables dans la grande distribution. « Les données définitives de la vente à distance ne sont pas encore disponibles pour le mois de juillet. Cependant elle était en baisse sur un an en juin de -4,7 %, après -10,7 % en mai, mais restait très au-dessus de son niveau d’avant crise », précise la note.

Croissance Commerce: : en retrait en juillet

Croissance Commerce: : en retrait en juillet

 

Un recul de 05 % des ventes en juillet surtout dans les ventes de cycles et motocycles (-14,1 %), de chaussures (-12,8 %) et de matériel de sport (-12,6 %), mais  après deux très beaux mois en mai et juin. Les produits de confort et de loisir, comme la parfumerie-hygiène (+12,7 %), les jeux et jouets (+9,3 %) et l’horlogerie-bijouterie (+5,2 %), continuent pour leur part leur progression, ajoute la Banque de France. Dans l’ensemble, la vente de produits manufacturés a tout de même baissé de 3,4 % en juillet.

Dans les petits commerces, les ventes ont baissé de 4,4 % alors qu’elles sont restées stables dans la grande distribution. « Les données définitives de la vente à distance ne sont pas encore disponibles pour le mois de juillet. Cependant elle était en baisse sur un an en juin de -4,7 %, après -10,7 % en mai, mais restait très au-dessus de son niveau d’avant crise », précise la note.

Juillet : record historique de chaleur dans le monde

Juillet : record historique de chaleur dans le monde

Record historique de chaleur dans le monde en juillet 2021 d’après l’Agence nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA). Conséquence immédiate et visible, la multiplication un peu partout d’immenses incendies par exemple en Grèce, au Maghreb ou aux États-Unis. Sans parler évidemment des autres effets environnementaux et sociaux.

 

«Ici, la première place est la pire», a déclaré dans un communiqué le chef de NOAA, Rick Spinrad. «Le mois de juillet est généralement le mois le plus chaud de l’année, mais juillet 2021 s’est surpassé, devenant le mois de juillet et le mois tout court le plus chaud jamais enregistré.» «Ce nouveau record s’ajoute à la trajectoire inquiétante et dérangeante sur laquelle le changement climatique a mis le globe», a-t-il ajouté.

La température globale à la surface de la planète a été plus élevée de 0,01°C par rapport au précédent mois de juillet le plus chaud, en 2016 (qui était alors arrivé à égalité avec les mois de 2019 et 2020). Les relevés ont commencé il y a 142 ans, a précisé NOAA.

. Ces événements se produisent alors que la hausse de la température à l’échelle de la planète n’est «que» de 1,1°C par rapport à la période pré-industrielle. En 2015, l’Accord de Paris prévoyait de limiter le réchauffement climatique à un niveau bien inférieur à 2°C, à +1,5°C de préférence.

Popularité : Macron en baisse en juillet

Popularité : Macron en baisse en juillet

 

Emmanuel Macron et Jean Castex perdent deux points de popularité en juillet, avec un jugement positif de leur action de respectivement 39% et 38% des Français, selon un sondage Odoxa – Dentsu* pour France Inter et la presse régionale paru mardi 20 juillet.

Selon cette enquête, le chef de l’État obtient pourtant une meilleure appréciation de sa gestion de la crise sanitaire qu’au printemps: 42% des personnes interrogées se disent satisfaites, soit six points de mieux qu’en mai. Mais en remettant sur la table la réforme des retraites, Macron a aussi mécontenté 65% des Français, note l’institut Odoxa.

À droite, Xavier Bertrand (ex-LR), candidat à la présidentielle, recueille 27% d’approbation, devant Valérie Pécresse (ex-LR, 26%) et Laurent Wauquiez (LR, 22%).

*Le sondage a été réalisé en ligne les 15 et 16 juillet, sur un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française adulte et selon la méthode des quotas. Marge d’erreur comprise entre 1,4 et 3,1 points.


Covid-Europe : cinq fois plus de contaminations fin juillet

Covid-Europe : cinq fois plus de contaminations fin juillet

 Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) vient d’actualiser ses projections pour les semaines qui viennent, et anticipe qu’il y aura sans doute cinq fois plus de nouveaux cas d’ici fin juillet sur le vieux contient, plus précisément dans une zone qui englobe l’Union européenne, la Norvège et l’Islande.

 

Actuellement l’incidence est d’environ 90 nouveaux cas pour 100.000 habitants, l’ECDC projette que celle-ci sera de plus de 420 nouveaux cas pour 100.000 habitants la semaine s’achevant le 1er août. Et continuera de progresser pour atteindre 620 nouveaux cas à la fin de la semaine suivante.

En fait on retrouverait les  pics de l’automne 2020 et d’avril 2021.

La semaine dernière (5 au 11 juillet), le nombre de nouveaux cas dans l’Union européenne a bondi de 60 %, augmentant pour la deuxième semaine consécutive selon l’ECDC du fait « du relâchement des mesures et de la progression du variant Delta ».

Contaminations Covid Europe : cinq fois plus de contaminations fin juillet

Contaminations Covid  Europe : cinq fois plus de contaminations fin juillet

 Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) vient d’actualiser ses projections pour les semaines qui viennent, et anticipe qu’il y aura sans doute cinq fois plus de nouveaux cas d’ici fin juillet sur le vieux contient, plus précisément dans une zone qui englobe l’Union européenne, la Norvège et l’Islande.

 

Actuellement l’incidence est d’environ 90 nouveaux cas pour 100.000 habitants, l’ECDC projette que celle-ci sera de plus de 420 nouveaux cas pour 100.000 habitants la semaine s’achevant le 1er août. Et continuera de progresser pour atteindre 620 nouveaux cas à la fin de la semaine suivante.

En fait on retrouverait les  pics de l’automne 2020 et d’avril 2021.

La semaine dernière (5 au 11 juillet), le nombre de nouveaux cas dans l’Union européenne a bondi de 60 %, augmentant pour la deuxième semaine consécutive selon l’ECDC du fait « du relâchement des mesures et de la progression du variant Delta ». 

Variant Delta : une quatrième vague fin juillet (ministre de la santé)

Variant Delta : une quatrième vague fin juillet (ministre de la santé)

Non seulement le variant Delta ne baisse plus en France mais il a tendance à augmenter chez les nouveaux contaminés. Il dépasse maintenant nettement les 20 % chez les personnes atteintes « Depuis 5 jours, le virus ne baisse plus, il réaugmente. A cause du variant Delta qui est très contagieux. L’exemple anglais montre qu’une vague est possible dès la fin juillet », a déclaré le ministre de la santé

« Nous devons aller encore plus vite (dans la vaccination). C’est une course contre la montre qui se joue dans notre pays », a-t-il de nouveau souligné. « Les vaccins font chuter le risque de forme grave, y compris avec le variant Delta. »

Olivier Véran avait prévenu vendredi que le pays pourrait être confronté à une reprise de la crise sanitaire dès cet été en raison de la progression du variant Delta et avait appelé les Français à se faire vacciner, alors que le gouvernement a assoupli les procédures de vaccination.

La contradiction en France comme d’ailleurs dans beaucoup d’autres pays comme au Royaume-Uni, c’est qu’on lève les restrictions de mobilité alors que des signes de reprise de la pandémie menacent de reprendre au point d’envisager une quatrième vague.

 

PMA : en juillet pour les homosexuelles et célibataires mais pas pour les mariées !

PMA : en juillet pour les homosexuelles et célibataires mais pas pour les mariées !

 

  •  

Christophe Kastner, le président du groupe en marche à l’Assemblée nationale s’explique sur la future loi PMA qu’il souhaite voir mise en œuvre à partir de juillet. Pour l’essentiel,  elle doit permettre d’assister la procréation pour les homosexuels et les célibataires. Un grand trou cependant dans la raquette celui concernant les femmes mariées qui pour une raison ou une autre ne peuvent procréer et dont on demande des conditions d’âge pour accéder à la PMA. Ou alorsfaudra-t-il que les femmes intéressées divorcent, deviennent homosexuelles et célibataires pour bénéficier elles aussi de la PMA ?  La preuve que cette loi nécessaire a surtout été inspirée par des groupes de pressions minoritaires et qu’on a tout simplement oublié la normalité maritale en matière de procréation.

L’interview de Christophe Castaner

 

Le projet de loi bioéthique revient lundi en séance publique à l’Assemblée nationale. Enfin?
Le processus a été long, c’est vrai. Je comprends évidemment la frustration des femmes concernées. Mais ces débats méritent du temps. C’était un choix politique. Le Président avait souhaité une large consultation avant l’examen parlementaire. Et après la deuxième lecture au Sénat en janvier, le Parlement a été très occupé par la crise sanitaire.

C’est le seul projet de loi du quinquennat pour lequel le gouvernement n’a pas engagé de procédure accélérée, qui limite le nombre d’examens par les deux chambres…
Ayons le courage de prendre le temps de la nuance! Elle est trop souvent considérée comme passée de mode dans notre vie politique. La nuance permet l’acceptation des projets sensibles. Et c’est un excellent antidérapant sur la pente glissante du populisme. Par ailleurs, la procédure accélérée n’est jamais engagée sur des textes sociétaux.

N’était-ce pas un manque de courage politique de ne pas avancer plus vite?
Prendre en compte les oppositions, ce n’est jamais manquer de courage. Faudrait-il être brutal pour être courageux? Dès 2018, lorsque j’étais délégué général de LREM, nous avons réclamé l’ouverture de la PMA à toutes les femmes et son remboursement intégral par l’Assurance maladie, quand le sujet faisait débat, y compris au sein du gouvernement. Nous avons eu une position offensive, en assumant la pression que nous mettions à l’exécutif ; je ne le regrette pas.

Quand les femmes homosexuelles et célibataires pourront-elles, en France, s’engager dans un parcours PMA?
Ce sera possible avant la fin de l’été ; nous souhaitons que la loi soit promulguée en juillet.

La PMA sera-t-elle remboursée par la Sécurité sociale?
Oui, pour toutes les femmes, c’est dans le texte. Ce nouveau droit ne doit pas être réservé à quelques-unes.

Ce marqueur sociétal était-il indispensable, au moment des élections locales et à un an de la présidentielle? Ou au contraire risqué?
Seul l’aboutissement compte. La PMA pour toutes s’inscrit dans un quinquennat de progrès : nous avons allongé le congé paternité, combattu les violences intrafamiliales, assuré le versement par la CAF des pensions alimentaires impayées… Sur l’allongement de deux semaines du délai légal pour avoir recours à l’avortement, j’ai demandé au Premier ministre que nous puissions l’intégrer au projet de loi de finances de la Sécurité sociale, examiné cet automne.

Craignez-vous un débat tendu, d’autant plus à l’approche d’échéances électorales?
La surenchère est toujours un risque sur ces sujets d’une grande sensibilité. Mais elle appauvrit le débat démocratique, dévalorise toute la parole publique. J’invite ceux qui seraient tentés par l’obstruction parlementaire à rehausser leur niveau de jeu, à proposer autre chose.

Pourquoi ne pas avoir ce débat à l’occasion de la campagne présidentielle de 2022, comme le souhaitent certains élus et comme vous le préconisez en ce qui concerne la fin de vie?
Où étaient ces élus en 2017? Le candidat Macron s’était prononcé en faveur de la PMA. Nous mettons donc en œuvre la promesse présidentielle. Si nous écoutions les LR, ils proposeraient ensuite de renvoyer le débat à 2027, 2032… En revanche, Emmanuel Macron ne s’était pas prononcé sur une nouvelle loi sur la fin de vie.

La majorité pourrait-elle aller plus loin et autoriser la PMA post-mortem ou pour les personnes transgenres?
La position de mon groupe est de retrouver les équilibres du texte voté en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Nous ne porterons donc pas de nouveaux éléments.

Comment augmenter le nombre de donneurs de sperme, dans un contexte de levée partielle de l’anonymat?
D’autres pays ont connu une baisse des dons, mais seulement temporaire. Il faudra faire de la pédagogie, rassurer. Mais il n’y a aucune raison que nous n’y arrivions pas.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol