Archive pour le Tag 'européennes'

Des règles financières européennes théoriques

Des règles financières européennes théoriques


L’économiste Pierre Jaillet déplore, dans une tribune au « Monde », que le cadre budgétaire européen, mis en place depuis le 1ᵉʳ janvier, fasse l’impasse sur la question d’une orientation budgétaire commune pour la zone euro.

Jacques Delors (1925-2023) portait un regard sans complaisance sur l’union économique et monétaire (UEM) dont le volet économique, pour reprendre ses termes, était le talon d’Achille. Le compromis laborieux entre Etats « dépensiers » et « frugaux » sur la réforme du pacte de stabilité et de croissance (PSC), qui entre en vigueur en 2024, semble conforter ce diagnostic.

A l’origine de l’UEM prévalait l’hypothèse que la convergence des économies et le respect par les Etats d’un code de bonne conduite autorisaient une coordination macroéconomique minimaliste fondée sur la pression des pairs et la fixation de normes de référence – 60 % et 3 % du produit intérieur brut (PIB) pour les dettes et les déficits publics –, complétées ensuite par une cible de déficit structurel et un objectif de réduction d’un vingtième par an des dettes excédant 60 % du PIB.

Ces règles n’ont guère été respectées (une fois sur deux en moyenne, une fois sur cinq par la France ou l’Italie…). Le plafond des 3 % a été régulièrement enfoncé, les soldes structurels ignorés et les dettes publiques ont fortement divergé. La surveillance macroéconomique communautaire s’est en outre révélée inapte à prévenir les déséquilibres ayant conduit à la crise de la zone euro de 2010-2014. L’UEM a survécu grâce au Mécanisme européen de stabilité et à la mobilisation par la Banque centrale européenne (BCE) d’instruments anti-fragmentation, dans un rôle d’assureur en dernier ressort de l’intégrité de la zone euro.

L’échec du PSC a souvent été attribué à la complexité des règles ou à leur nature trop coercitive, dont certains Etats ont pu s’abstraire quand d’autres s’y conformaient (ces derniers étant ceux où le PIB par habitant a le plus progressé depuis 1999). La pertinence théorique ou empirique des références de 3 % et 60 % du PIB a aussi été discutée. Mais il faut plutôt admettre une défaillance de la gouvernance économique globale de la zone euro, les garanties offertes par la BCE créant un aléa moral peu propice au respect d’une discipline collective.

Élections européennes : la grande débâcle de Macron et de sa majorité

Élections européennes : la grande débâcle de Macron et de sa majorité

L’échéance des élections européennes du 9 juin pourrait se traduire par une véritable débâcle pour Macon et sa majorité. Une étude délabre pour la tribune montre en effet que cette majorité dégringole encore pour ne plus recueillir qu’un peu plus de 16 % au lieu de 18 il y a seulement un mois. Le Front National lui enregistre 27,5 % encore en hausse.

Un tel résultat assez vraisemblable pourrait créer les conditions pour une très grave crise économique, sociale et politique dès la rentrée 2024. Ce scrutin va encore confirmer le caractère ultra minoritaire d’un pouvoir qui aura échoué dans tous les domaines ( école, pouvoir d’achat, santé, sécurité, immigration, endettement). Un pouvoir qui laissera le pays dans un état catastrophique. Dès leur il y aura une légitimité politique a réclamé le départ de Macon et sa clique d’arrivistes incompétents et son courage.

Au Rassemblement national, malgré la perte de 1 point par rapport à janvier, la fidélité du socle joue à plein : dans ce sondage, 85 % des électeurs de Marine Le Pen disent vouloir voter pour la liste Bardella. Le RN récupérerait, au passage, près de la moitié (48 %) des Français qui ont soutenu Éric Zemmour à la dernière élection présidentielle.

À gauche, les rapports de force n’évoluent qu’à la marge. La liste La France insoumise conduite par Manon Aubry monte à 9 %, celle des écologistes à 9,5 %, quand la candidature de Raphaël Glucksmann, soutenue par les socialistes, se tasse légèrement pour s’établir à 9 %. Si on additionne les quatre principales listes de gauche, on arrive à 30 %, ce qui est à peu près le niveau des européennes de 2019. »

Élections européennes : Raphaël Glucksmann cible des écologistes, des « insoumis » et des communistes

Élections européennes : Raphaël Glucksmann cible des écologistes, des « insoumis » et des communistes

À défaut de présenter un front uni et cohérent sur les questions européennes, la gauche se déchire. Au lieu de proposer des orientations pour l’Europe et de combattre le pouvoir actuel, elle choisit de s’entre-déchirer. Haro notamment sur Raphaël Glucksmann qui figure en tête de la gauche dans les sondages.

La vérité c’est que toute la gauche est en pleine décomposition ; les plus radicaux se sont complètement discrédités du fait de leur radicalité et du caractère illusoire de leurs propositions. ( Exemple quitter l’Europe pour sauver l’agriculture !).

Certes, le parti socialiste n’est pas non plus dans un très bel état. Il est d’ailleurs aussi divisé entre marxistes et sociaux-démocrates. Mais pour les européennes Raphaëlle Glucksmann qui n’est pas encarté pourrait permettre aux socialistes de se refaire une santé même si cela ne résoudra pas leurs problèmes internes

Ce week-end, Raphaël Glucksmann, qui conduira, sauf surprise, la campagne du PS pour ce scrutin, et qui devance les autres candidats à gauche dans les sondages, a été la cible d’EELV, de La France insoumise (LFI), et du Parti communiste (PCF). Les jours précédents, l’eurodéputé, considéré comme un refuge potentiel pour les déçus du macronisme, avait multiplié les interventions médiatiques, donnant des sueurs froides aux écologistes, qui bataillent pour le même électorat.

Européennes : François-Xavier Bellamy Pour pour le chapeau de la défaite des « républicains »

Européennes : François-Xavier Bellamy pour porter le chapeau de la défaite des « Républicains »

François-Xavier Bellamy a été désigné tête de liste des Républicains (LR) pour les élections européennes prévues le 9 juin, a annoncé lundi le parti politique sur son compte X, anciennement Twitter. Il est clair qu’aucun Grand responsable républicain n’a voulu être désigné pour porter le chapeau de la future défaite. En effet c’est tout juste les sondages donne 10 % au parti des républicains.

À l’issue d’ailleurs de ce scrutin des européennes en fonction de l’ampleur de la défaite on pourrait assister à un nouveau tsunami au sein d’un parti qui progressivement éclate sous l’attraction de Macron mais aussi de ses contradictions. Sans parler de l’insignifiance de sa direction actuelle.

« Le Président des Républicains, Eric Ciotti, vient de l’annoncer : François-Xavier Bellamy conduira la liste des Républicains aux élections européennes ! La droite est de retour ! Rendez-vous le dimanche 9 juin prochain ! », a annoncé LR sur son compte X.

Dans une interview publiée sur le site du Figaro dans la foulée de l’annonce des Républicains, François-Xavier Bellamy a déclaré vouloir « reconstruire une Europe qui donne à nos démocraties les moyens de maîtriser leur destin » lors d’un vote qui a « aussi pour enjeu la reconstruction de notre vie démocratique en France.

(Reportage par Zhifan Liu)

Élections européennes: Quelle tête de turc pour encaisser la défaite de Macron

Élections européennes: Quelle tête de turc pour encaisser la défaite de Macron

Dans le camp du pouvoir on cherche désespérément une terre de turque encaissait l’inévitable défaite prochaine élections européenne. En effet les différents sondages n’accordent même pas 20 % au camp de Macon pour 30 % au rassemblement national futur grand vainqueur.

Il faudra donc une tête de liste très combattante pour affronter les vents contraires d’autant qu’en général les élections européennes servent d’exutoire au mécontentement car sans trop d’effets sur la politique nationale en tout cas moins que les autres échéances.

Une tête de liste qui acceptera aussi la responsabilité de la défaite. Bref quelqu’un qui veut bien se sacrifier en espérant cependant ensuite une récompense du monarque.

Clément Beaune fait parti des candidats sacrifices après avoir été écarté du gouvernement. Il y a aussi l’ancien porte-parole Olivier Vérand, lui aussi mis sur la touche, mais capable de parler au effort de tout et de son contraire avec une très forte apparence de conviction.

Sondages élections européennes : le RN à 31 %

Sondages élections européennes : le RN à 31 %

Selon le dernier baromètre Odoxa pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale publié le 19 décembre, si les européennes devaient avoir lieu maintenant, le Rassemblement national occuperait de loin la première place en termes d’intention de votes, avec 31 % des voix chez les personnes interrogées certaines d’aller voter et ayant exprimé un choix. Ce serait potentiellement un record pour le parti d’extrême-droite, qui avait réalisé 24,86 % en 2014 et 23,34 %, lors du dernier scrutin européen en 2019.

Avec 31 % de voix dans cette enquête, une liste conduite par de Jordan Bardella dépasserait de 10 points celle du camp présidentiel (Renaissance, Modem, Horizons). Par rapport à 2019, cette dernière sera en léger recul, puisqu’elle avait recueilli 22,42 %.

Dans ces conditions, le Rassemblement national pourrait gagner 29 sièges, sur les 81 qui reviennent à la France au Parlement européen. Il n’est pas le seul à être sur la ligne de départ à l’extrême droite. Reconquête aborde pour la première fois ce scrutin. Après son échec cuisant aux législatives, le parti fondé par Éric Zemmour à la dernière présidentielle recueillerait 6 % d’intention de votes, dans l’hypothèse d’une liste conduite par Marion Maréchal. Rappelons qu’une liste doit obtenir au minimum 5 % pour obtenir des sièges au Parlement européen : la liste Reconquête pourrait emporter 5 sièges. Nicolas Dupont Aignan, avec une liste Debout la France, serait en mesure de remporter 2 % des voix.

La liste des Républicains, que devrait conduire une nouvelle fois l’eurodéputé François-Xavier Bellamy, obtiendrait 9 %, un niveau très proche de son étiage de 8,5 % atteint en 2019.

Sous les 7 % d’intentions de vote, les Écologistes et les Insoumis à la peine
Aucun parti de gauche ne parviendrait non plus à dépasser la barre des 10 %. Une liste du Parti Socialiste conduite par Raphaël Glucksmann recueillerait 9 %. C’est malgré tout un niveau supérieur aux 6,2 % récoltés en 2019. La France Insoumise ne bougerait quasiment pas, à 6,5 % (6,3 % en 2019). Le recul serait en revanche conséquent pour les écologistes, qui ont officiellement désigné Marie Toussaint pour prendre la tête de la campagne. Dans notre sondage, la famille écologiste recueillerait 6 %, ce qui serait son plus mauvais score depuis 20 ans à des élections européennes. Il y a 5 ans, la liste Europe Écologie menée par Yannick Jadot avait recueilli 13,5 %, c’est-à-dire plus du double.

Les communistes, avec 3 % d’intentions de vote, ne seraient pas en mesure dans la projection de ce sondage, de remporter des sièges. Les différentes forces qui avaient participé à la naissance de la NUPES pèseraient ensemble 24,5 %, soit quatre points de moins en cinq ans. Le Parti radical de Gauche pourrait obtenir 0,5 % des voix, et une liste Lutte Ouvrière 2,5 %.

À noter que l’Alliance rurale conduite par Willy Schraen, créditée de 0,5 % des voix dans cette étude, n’aurait qu’un effet marginal sur les listes à droite de la majorité présidentielle.

Enfin, 3 % des électeurs interrogés font le choix d’une autre liste. Au total, 24 % parmi l’échantillon interrogé n’a pas encore exprimé d’intention de vote.

Méthodologie : l’enquête a été réalisée les 13 et 14 décembre 2023, sur Internet, auprès d’un échantillon de 1 004 Français, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Politique-Européennes: Raphaël Glucksmann: espoir ou bouée de sauvetage pour la gauche ?

Politique-Européennes: Raphaël Glucksmann: espoir ou bouée de sauvetage pour la gauche ?

Jamais encarté dans un parti, le député européen Raphaël Glucksmann sera la tête de liste des socialistes aux élections européennes de juin. Il incarne le nouvel espoir d’une gauche toujours très malade de ses contradictions. Les sondages n’accordent aujourd’hui que de l’ordre de 10 % au parti socialiste ( pour 6 à 7% aux « Insoumis ». La victoire est donc hors de portée mais un tel score constituerait une bouée de sauvetage qui permettrait OPF de reprendre la main sur la direction de la gauche Interview dans la tribune.

- Le projet de loi immigration ouvre une crise politique qui percute le second mandat d’Emmanuel Macron. Que dit-elle selon vous de sa pratique du pouvoir ?

RAPHAËL GLUCKSMANN – C’est à la fois un naufrage idéologique et une politique de gribouille. La faiblesse profonde de ceux qui ont le pouvoir a offert au Rassemblement national un triomphe idéologique et politique majeur sur le sujet qui constitue le cœur de sa vision du monde. Cette défaite-là, nous allons la payer dans les mois et les années qui viennent. Ce n’est pas juste un moment ou une séquence comme on adore dire en politique, c’est une crise. Nous n’avons pas encore perdu les élections face à l’extrême droite, mais nous semblons avoir déjà perdu la bataille idéologique. Tant qu’on n’aura pas de cap clair face au RN, on peut faire tout ce qu’on veut pour les amadouer, transgresser toutes les lignes rouges, ça les fera progresser. Vous avez vu le sourire de Marine Le Pen ? Quelles que soient les contorsions du président à la télévision pour nous expliquer qu’il s’agit d’une défaite de l’extrême droite, ce sourire restera la vérité du moment.

Le texte touche à plusieurs totems : le droit du sol, la déchéance de nationalité, les quotas, la préférence nationale… sans que cela ne soulève aucun débat dans la société. La France s’est-elle droitisée ou est-elle résignée ?

Il y a une droitisation réelle, en particulier sur les questions d’immigration. Et il y a aussi, en face, un abattement, une forme de résignation. Comme si ceux qui portent une vision humaniste de la République avaient déjà perdu. Il n’y a pas que CNews en France, il y a aussi des millions de citoyens qui attendent une autre offre. Et c’est ce qui permettra de sortir de cette impression de plus en plus partagée de défaite inexorable.

Que dites-vous aux macronistes qui se sont abstenus ou ont voté contre le texte ?

Je les remercie d’avoir tenu bon. Ils ont fait primer leurs convictions sur les logiques d’appareil et sur les pressions hiérarchiques : c’est le premier pas d’un être libre. Emmanuel Macron a trahi sa promesse d’ouverture et de modernité, mais y a-t-il jamais vraiment cru ? Cette année, qui a commencé par la réforme des retraites et s’est conclue par la loi Darmanin, marque en tout cas la mort du « et en même temps ». À nous de faire émerger une alternative, dès l’année prochaine aux élections européennes.

La Nupes a voté comme un seul homme contre le texte. Cela veut-il dire qu’elle n’est pas morte, comme l’affirme Jean-Luc Mélenchon ?

Qu’il y ait une opposition unanime à ce texte est une excellente chose ! Mais le projet que l’on porte sur la question européenne n’est évidemment pas le même que celui de Jean-Luc Mélenchon, ni même du Parti communiste. Nos différences sont fondamentales, ce ne sont pas des nuances. Nous ne sommes pas d’accord sur ce que nous voulons faire de l’Union européenne, sur l’émergence d’une véritable puissance politique européenne, sur la guerre en Ukraine, qui ébranle notre continent, sur les relations de l’Europe et du monde. Pour qu’il y ait union, il faudrait s’accorder sur des principes que Jean-Luc Mélenchon bafoue. Et, pour qu’une alternative émerge, il faut d’abord de la clarté.

Vous serez tête de liste aux élections européennes, soutenu par le Parti socialiste, qui a suspendu sa participation à la Nupes. Ce n’est pas forcément clair pour tout le monde.

On pourra tout me reprocher, mais pas l’absence de clarté. Nous avons toujours assumé ces divergences de fond sur l’Europe et nous avons expliqué depuis le début avec Place publique qu’elles devaient logiquement se traduire en offres politiques différentes aux élections européennes de 2024. Et je suis convaincu qu’une large majorité des électeurs de gauche, y compris parmi ceux qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon aux dernières présidentielles, vont trancher le 9 juin. On va se rendre compte ce jour-là à quel point l’attachement viscéral à la construction européenne, à la démocratie, aux droits humains reste dominant au sein de la gauche française.

Daniel Cohn-Bendit, qui vous a apporté son soutien, plaide pour une alliance entre socialistes, écologistes et radicaux de gauche. Vous aussi ?

Permettez-moi d’abord de me réjouir que Dany – sans doute la personnalité française qui a le plus incarné l’Europe ces dernières décennies – ait rompu avec l’illusion macroniste et nous apporte son soutien ! On s’est assez disputés sur Emmanuel Macron depuis 2017 pour que je souligne combien cette bascule est importante et qu’elle en appelle d’autres. Sur votre question, j’ai appris que les dynamiques politiques en plein jour comptent infiniment plus que les négociations de salles obscures. Quand on a lancé Place publique fin 2018, on a mis tout le monde autour d’une table en cherchant à trouver le plus petit dénominateur commun. Ça ne marche pas. Donc je suis totalement focalisé sur notre propre dynamique. Il faut que les sondages augmentent, qu’il y ait des milliers de jeunes qui nous rejoignent, comme c’est le cas actuellement, qu’on fasse une campagne enthousiasmante, que nous devenions un aimant politique et alors on verra. Nous serons toujours ouverts aux gens qui partagent notre vision de l’Europe, mais nous n’attendrons personne.

C’est le 9 juin 2024 qu’on doit renverser la table… ces élections sont vitales !

Sur quel thème allez-vous faire campagne ? Vous êtes le candidat de quoi ?

Du refus de l’impuissance ! Le candidat d’une puissance européenne écologique et solidaire qui défend ses principes et ses intérêts avec force, le candidat d’un grand take back control européen – oui, le fameux slogan des Brexiters, mais porté à l’échelle continentale. Le candidat d’une Europe qui s’affirme face aux empires autoritaires qui attaquent nos démocraties, face aux multinationales qui n’obéissent à aucune règle, face à la catastrophe climatique qui menace de tout emporter et face aux grands intérêts privés qui minent l’intérêt général. Le candidat d’une Europe adulte qui construit enfin sa propre défense sans dépendre des élections dans le Michigan pour savoir si Varsovie ou Berlin seront défendus. Le candidat de la fin de l’impunité des puissants et celui de la relocalisation de la production en rompant avec le dogme du libre-échange. Nous irons parler aux agriculteurs, aux pêcheurs, aux habitants des zones désindustrialisées qui voient dans l’UE un cheval de Troie de la globalisation néolibérale. Et nous leur dirons que les choses peuvent changer. L’Europe sera la solution à leurs problèmes si nous sommes assez forts en 2024 pour changer les politiques industrielles, commerciales, économiques de l’Union. Faire émerger cette puissance européenne, démocratique et juste, c’est le combat de ma vie !

Faites-vous partie de ceux qui pensent que Jean-Luc Mélenchon est le problème ou en tout cas l’obstacle au rassemblement de la gauche pour 2027 ?

Je refuse d’enjamber les élections européennes ! Nous commettrions tous une erreur immense si on lançait dès aujourd’hui un débat sur 2027. C’est le 9 juin 2024 qu’on doit renverser la table. Notre continent est en guerre, nos démocraties sont attaquées à l’extérieur et à l’intérieur, Trump va peut-être redevenir président des États-Unis la même année, la catastrophe climatique n’attend pas : ces élections sont vitales !

François Ruffin pourrait-il être un bon candidat pour la gauche en 2027 ?

Ce qui est certain, c’est que Ruffin fait du bien à la politique. Sur les questions sociales, il est la voix aujourd’hui qui porte le plus car elle respire la sincérité. Je ne sais pas ce qu’il pense de plein de sujets cruciaux, sur l’Europe notamment, mais sa parole est originale, revigorante. Pour parler au-delà des sphères militantes, il faut sortir du pavlovisme et de sa zone de confort. Romain Gary s’est posé une question qui m’accompagne depuis l’adolescence : pourquoi les élites françaises n’ont-elles pas suivi le général de Gaulle à Londres ? Ce n’est pas parce qu’elles étaient pronazies, ni pro-allemandes, ni violemment antisémites. La vraie raison, c’est qu’elles aimaient trop leurs meubles. C’est très compliqué de sortir de ses meubles idéologiques ou militants. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation démocratique tellement grave que le fait de refuser de déplacer les meubles du salon quand la maison est en train de cramer c’est consentir à mourir. On a besoin de démarches qui soient sincères et empruntent des chemins différents. Et c’est ce que fait François Ruffin.

Européennes: Raphaël Glucksmann: un espoir pour la gauche ?

Européennes: Raphaël Glucksmann: un espoir pour la gauche ?

Jamais encarté dans un parti, le député européen Raphaël Glucksmann sera la tête de liste des socialistes aux élections européennes de juin. Il incarne le nouvel espoir d’une gauche toujours très malade de ces contradictions. Interview dans la tribune.

- Le projet de loi immigration ouvre une crise politique qui percute le second mandat d’Emmanuel Macron. Que dit-elle selon vous de sa pratique du pouvoir ?

RAPHAËL GLUCKSMANN – C’est à la fois un naufrage idéologique et une politique de gribouille. La faiblesse profonde de ceux qui ont le pouvoir a offert au Rassemblement national un triomphe idéologique et politique majeur sur le sujet qui constitue le cœur de sa vision du monde. Cette défaite-là, nous allons la payer dans les mois et les années qui viennent. Ce n’est pas juste un moment ou une séquence comme on adore dire en politique, c’est une crise. Nous n’avons pas encore perdu les élections face à l’extrême droite, mais nous semblons avoir déjà perdu la bataille idéologique. Tant qu’on n’aura pas de cap clair face au RN, on peut faire tout ce qu’on veut pour les amadouer, transgresser toutes les lignes rouges, ça les fera progresser. Vous avez vu le sourire de Marine Le Pen ? Quelles que soient les contorsions du président à la télévision pour nous expliquer qu’il s’agit d’une défaite de l’extrême droite, ce sourire restera la vérité du moment.

Le texte touche à plusieurs totems : le droit du sol, la déchéance de nationalité, les quotas, la préférence nationale… sans que cela ne soulève aucun débat dans la société. La France s’est-elle droitisée ou est-elle résignée ?

Il y a une droitisation réelle, en particulier sur les questions d’immigration. Et il y a aussi, en face, un abattement, une forme de résignation. Comme si ceux qui portent une vision humaniste de la République avaient déjà perdu. Il n’y a pas que CNews en France, il y a aussi des millions de citoyens qui attendent une autre offre. Et c’est ce qui permettra de sortir de cette impression de plus en plus partagée de défaite inexorable.

Que dites-vous aux macronistes qui se sont abstenus ou ont voté contre le texte ?

Je les remercie d’avoir tenu bon. Ils ont fait primer leurs convictions sur les logiques d’appareil et sur les pressions hiérarchiques : c’est le premier pas d’un être libre. Emmanuel Macron a trahi sa promesse d’ouverture et de modernité, mais y a-t-il jamais vraiment cru ? Cette année, qui a commencé par la réforme des retraites et s’est conclue par la loi Darmanin, marque en tout cas la mort du « et en même temps ». À nous de faire émerger une alternative, dès l’année prochaine aux élections européennes.

La Nupes a voté comme un seul homme contre le texte. Cela veut-il dire qu’elle n’est pas morte, comme l’affirme Jean-Luc Mélenchon ?

Qu’il y ait une opposition unanime à ce texte est une excellente chose ! Mais le projet que l’on porte sur la question européenne n’est évidemment pas le même que celui de Jean-Luc Mélenchon, ni même du Parti communiste. Nos différences sont fondamentales, ce ne sont pas des nuances. Nous ne sommes pas d’accord sur ce que nous voulons faire de l’Union européenne, sur l’émergence d’une véritable puissance politique européenne, sur la guerre en Ukraine, qui ébranle notre continent, sur les relations de l’Europe et du monde. Pour qu’il y ait union, il faudrait s’accorder sur des principes que Jean-Luc Mélenchon bafoue. Et, pour qu’une alternative émerge, il faut d’abord de la clarté.

Vous serez tête de liste aux élections européennes, soutenu par le Parti socialiste, qui a suspendu sa participation à la Nupes. Ce n’est pas forcément clair pour tout le monde.

On pourra tout me reprocher, mais pas l’absence de clarté. Nous avons toujours assumé ces divergences de fond sur l’Europe et nous avons expliqué depuis le début avec Place publique qu’elles devaient logiquement se traduire en offres politiques différentes aux élections européennes de 2024. Et je suis convaincu qu’une large majorité des électeurs de gauche, y compris parmi ceux qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon aux dernières présidentielles, vont trancher le 9 juin. On va se rendre compte ce jour-là à quel point l’attachement viscéral à la construction européenne, à la démocratie, aux droits humains reste dominant au sein de la gauche française.

Daniel Cohn-Bendit, qui vous a apporté son soutien, plaide pour une alliance entre socialistes, écologistes et radicaux de gauche. Vous aussi ?

Permettez-moi d’abord de me réjouir que Dany – sans doute la personnalité française qui a le plus incarné l’Europe ces dernières décennies – ait rompu avec l’illusion macroniste et nous apporte son soutien ! On s’est assez disputés sur Emmanuel Macron depuis 2017 pour que je souligne combien cette bascule est importante et qu’elle en appelle d’autres. Sur votre question, j’ai appris que les dynamiques politiques en plein jour comptent infiniment plus que les négociations de salles obscures. Quand on a lancé Place publique fin 2018, on a mis tout le monde autour d’une table en cherchant à trouver le plus petit dénominateur commun. Ça ne marche pas. Donc je suis totalement focalisé sur notre propre dynamique. Il faut que les sondages augmentent, qu’il y ait des milliers de jeunes qui nous rejoignent, comme c’est le cas actuellement, qu’on fasse une campagne enthousiasmante, que nous devenions un aimant politique et alors on verra. Nous serons toujours ouverts aux gens qui partagent notre vision de l’Europe, mais nous n’attendrons personne.

C’est le 9 juin 2024 qu’on doit renverser la table… ces élections sont vitales !

Sur quel thème allez-vous faire campagne ? Vous êtes le candidat de quoi ?

Du refus de l’impuissance ! Le candidat d’une puissance européenne écologique et solidaire qui défend ses principes et ses intérêts avec force, le candidat d’un grand take back control européen – oui, le fameux slogan des Brexiters, mais porté à l’échelle continentale. Le candidat d’une Europe qui s’affirme face aux empires autoritaires qui attaquent nos démocraties, face aux multinationales qui n’obéissent à aucune règle, face à la catastrophe climatique qui menace de tout emporter et face aux grands intérêts privés qui minent l’intérêt général. Le candidat d’une Europe adulte qui construit enfin sa propre défense sans dépendre des élections dans le Michigan pour savoir si Varsovie ou Berlin seront défendus. Le candidat de la fin de l’impunité des puissants et celui de la relocalisation de la production en rompant avec le dogme du libre-échange. Nous irons parler aux agriculteurs, aux pêcheurs, aux habitants des zones désindustrialisées qui voient dans l’UE un cheval de Troie de la globalisation néolibérale. Et nous leur dirons que les choses peuvent changer. L’Europe sera la solution à leurs problèmes si nous sommes assez forts en 2024 pour changer les politiques industrielles, commerciales, économiques de l’Union. Faire émerger cette puissance européenne, démocratique et juste, c’est le combat de ma vie !

Faites-vous partie de ceux qui pensent que Jean-Luc Mélenchon est le problème ou en tout cas l’obstacle au rassemblement de la gauche pour 2027 ?

Je refuse d’enjamber les élections européennes ! Nous commettrions tous une erreur immense si on lançait dès aujourd’hui un débat sur 2027. C’est le 9 juin 2024 qu’on doit renverser la table. Notre continent est en guerre, nos démocraties sont attaquées à l’extérieur et à l’intérieur, Trump va peut-être redevenir président des États-Unis la même année, la catastrophe climatique n’attend pas : ces élections sont vitales !

François Ruffin pourrait-il être un bon candidat pour la gauche en 2027 ?

Ce qui est certain, c’est que Ruffin fait du bien à la politique. Sur les questions sociales, il est la voix aujourd’hui qui porte le plus car elle respire la sincérité. Je ne sais pas ce qu’il pense de plein de sujets cruciaux, sur l’Europe notamment, mais sa parole est originale, revigorante. Pour parler au-delà des sphères militantes, il faut sortir du pavlovisme et de sa zone de confort. Romain Gary s’est posé une question qui m’accompagne depuis l’adolescence : pourquoi les élites françaises n’ont-elles pas suivi le général de Gaulle à Londres ? Ce n’est pas parce qu’elles étaient pronazies, ni pro-allemandes, ni violemment antisémites. La vraie raison, c’est qu’elles aimaient trop leurs meubles. C’est très compliqué de sortir de ses meubles idéologiques ou militants. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation démocratique tellement grave que le fait de refuser de déplacer les meubles du salon quand la maison est en train de cramer c’est consentir à mourir. On a besoin de démarches qui soient sincères et empruntent des chemins différents. Et c’est ce que fait François Ruffin.

Européennes : un nouveau sondage donne le RN largement en tête

Européennes : un nouveau sondage donne le RN largement en tête

Un nouveau sondage paru dans les Échos fait état de la nette avancée du FN avec 27 % des intentions de vote. Deux autres sondages attribuent même entre 28 et 30 % au RN.

selon un sondage Ifop pour le JDD, Dans la perspective d’élections législatives le parti de Macron et ses alliés seraient lessivés. Il ne recueillerait en effet que 18 % des voix des électeurs.

Les autres partis seraient loin derrière avec 10 % pour la France insoumise, 10 % pour les républicains, 9 % pour les écologistes, 7à 8 % par le parti socialiste 5 à 6 % pour reconquête 3 à 4 % pour le parti communiste.

Si un tel scrutin avait lieu dimanche, le parti de Marine Le Pen et Jordan Bardella, avec 28 % des suffrages, enregistrerait un bond de près de 9 points par rapport aux législatives de juin 2022.

« L’enseignement majeur, c’est que pour la première fois depuis que l’Ifop réalise cette enquête pré-électorale, le RN est en tête dans toutes les hypothèses, analyse Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop. Il possède désormais un électorat attrape-tout. Il n’y a presque plus de catégories où il est très faible. Même chez les cadres supérieurs et les retraités, il est en dessous de la moyenne, mais ce n’est plus une faiblesse. La structure électorale du RN s’apparente aujourd’hui à celle d’un parti de gouvernement. »

Ce récent sondage du JDD concernant les législatives confirment d’autres sondages parus notamment dans le Figaro concernant les européennes.

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour les européennes, la liste RN obtiendrait 30% des voix . La liste Renaissance est créditée d’à peine 18% des intentions de vote.

À distance du peloton de tête, le ventre mou voit s’affronter différentes forces politiques qui ne parviennent pas à perturber le duel annoncé entre la majorité présidentielle et le Rassemblement national. Faute d’une liste unique de la Nupes aux européennes, le Parti socialiste fait ainsi la course en tête à gauche, mais avec 10% seulement d’intentions de vote. Dans un scrutin qui leur est historiquement plutôt favorable, les écologistes ne comptent quant à eux que 8% des suffrages annoncés, devant La France Insoumise (7%) et le Parti communiste (4,5%).
Le Rassemblement national distance aussi de loin les listes concurrentes pour les européennes de juin 2024, avec 27% des intentions de vote contre 19% pour la majorité d’Emmanuel Macron, selon un sondage* Opinionway pour Les Échos et Radio Classique publié mardi 19 décembre.

Le reste du paysage est très éclaté, notamment en l’absence d’union à gauche: la liste soutenue par le PS tire son épingle du jeu (10%, +1), devant Europe Écologie – Les Verts (8%, stable), La France insoumise (6%, -1) et le PCF (3%, stable). À droite de l’échiquier, Les Républicains (9%), Reconquête (8%) et Debout la France (3%) grappillent chacun un point.

Parmi les enjeux de ces élections, le pouvoir d’achat reste la priorité chez la moitié des personnes sondées, mais est en net recul de 6 points alors que l’inflation ralentit. Arrivent derrière, l’immigration pour 46% des interrogés, puis la sécurité pour 45%, deux sujets en légère progression d’un point.

*Enquête réalisée en ligne du 13 au 14 décembre, auprès d’un échantillon représentatif de 1.005 personnes inscrites sur les listes électorales. La marge d’erreur est comprise entre 1,8 et 3,7 points.

Stations européennes: 50 % manqueront de neige d’ ici 2050

Stations européennes: 50 % manqueront de neige d’ici 2050

Le chercheur grenoblois Hugues François (INRAE), l’un de ses principaux contributeurs de l’étude publiée par l’INRAE et Météo France sur l’avenir de l’enneigement des stations de ski européennes Estime que au moins la moitié des stations européennes manquerons de neige d’ici 2050. Une véritable catastrophe économique évidemment.

Interview dans le journal la Tribune

Vous avez étudié les scénarii à venir, en matière d’enneigement, de plus de 2.000 stations de ski européennes, dans 28 pays, de la Turquie à l’Islande en passant par les Balkans, la Scandinavie, les Carpates, les Alpes etc. Quelles sont les conclusions ? Devrons-nous faire une croix sur le ski ?

Hugues François – En partant du scenario le plus probable désormais, c’est-à-dire un réchauffement planétaire de plus deux degrés qui devrait être atteint à horizon 2050, il apparaît que 53% des stations européennes seront exposées à un risque qualifié de « très élevé » de manque de neige, sans production de neige. Avec une hausse de + 3 degrés, cette proportion passerait à 75% environ et à 98% dans l’hypothèse d’une hausse de quatre degrés.

Les situations sont très variables selon l’implantation géographique. Plus spécifiquement, dans les Alpes françaises, la proportion est de 31% des stations présentant un très haut risque de faible enneigement avec une hypothèse de + 2 degrés. Dans les Pyrénées, ce sont 89% des stations qui seraient exposées à un très haut niveau de risque de faible enneigement et 80% dans les moyennes montagnes Franco-Suisse (Massif-Central, Vosges et Jura).

Sur quels outils vous êtes-vous appuyés pour arriver à ces conclusions ?

Cette étude repose sur une dynamique de recherche amorcée depuis assez longtemps et qui croise les outils et les compétences de Météo France et de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE). Nous avons développé des outils de modélisation permettant d’avoir une vision assez précise de ce qu’on peut attendre en matière d’enneigement dans les prochaines décennies, en fonction du changement climatique.

Est-ce que la production de neige artificielle pourrait permettre de compenser ce faible enneigement ?

Il n’est pas possible de généraliser, car la contribution de la production de neige pour s’adapter aux impacts du changement climatique est très hétérogène, en fonction des massifs et à l’intérieur des massifs. La capacité à produire de la neige dépend également des conditions météo locales et varie donc beaucoup d’une station à l’autre. Cela dépend notamment de la latitude et de l’altitude. La production de neige peut avoir un impact positif sur les conditions d’enneigement des domaines skiables mais ne constitue pas une solution générique. En outre, la capacité de production diminue également en fonction du niveau de réchauffement.

Pour donner quelques chiffres, selon nos modélisations, à + 2° de réchauffement planétaire en 2050, la production de neige permettrait de faire passer à 27% la proportion des stations européennes exposées à un haut risque de faible enneigement. Avec 50% des pistes couvertes par les installations de production de neige, la proportion de stations exposées à un risque très élevé passe de 31 à 7% dans les Alpes françaises. Dans les Pyrénées, ce chiffre passe de 89 à 9%. En revanche, dans les moyennes montagnes franco-suisses, l’exposition au risque est réduite de manière moins importante : il passe de 80% de stations exposées à un très haut niveau de risque de faible enneigement à 54%.

Mais cette production de neige artificielle ne participe-t-elle pas elle-même au cycle du réchauffement climatique ?

L’empreinte carbone de la production de neige en elle-même est assez limitée. Cependant, elle ne peut pas être détachée de celle de l’activité touristique et des émissions de gaz à effet de serre principalement dues au transport pour se rendre en station et à l’hébergement durant le séjour au ski. La question est également celle du lien entre le maintien des activités touristiques et les objectifs de décarbonation des économies pour limiter le changement climatique dont les impacts menacent le tourisme de montagne.

Autre point à ne pas négliger sur ce sujet : l’eau. Notre étude évalue le besoin en eau nécessaire pour produire de la neige en fonction du besoin et des conditions climatiques, mais ne tient pas compte de la disponibilité des ressources en eau nécessaires. En outre, notre étude n’évalue pas non plus les conditions de partage de la ressource entre différents usages, y compris pour répondre aux besoins des écosystèmes.

Finalement, quel est le message de cette étude ?

Le principal enjeu est de permettre aux stations d’évaluer les risques auxquelles elles sont exposées face au réchauffement climatique et la capacité de la production de neige pour en limiter les effets et jusqu’à quel point. D’une certaine manière, l’enjeu c’est de rentrer dans une forme de démarche coûts/bénéfices pour évaluer l’opportunité de concentrer les efforts sur le tourisme de neige par rapport à d’autres voies de développement. L’ensemble de ces éléments apporte des données objectivées aux responsables de stations de sports d’hiver pour définir leur stratégie d’adaptation. Jusqu’à quel point investir dans les installations de production ? Dans le renouvellement des remontées mécaniques ?


Sports d’hiver : les stations des Alpes françaises vont-elles tenir le choc face aux crises ?

Il faut savoir que dans un premier temps, le changement climatique a été ignoré par de nombreux professionnels du tourisme de ski. Ceci est sans doute lié aux progrès techniques de la production de neige qui ont amélioré la capacité des gestionnaires à composer avec la variabilité naturelle de l’enneigement d’une année à l’autre, contribuant ainsi à masquer les premiers effets sensibles du réchauffement climatique. Du côté de la recherche, la première étude publiée à l’échelle européenne, au début des années 2000, ne tenait pas compte de la production de neige. Le fait de prendre en compte les pratiques de gestion de l’enneigement utilisées par les stations de sports d’hiver a contribué à la reconnaissance du changement climatique et de ses impacts au sein de la profession.

L’avenir des stations de sports d’hiver est un objet de débat généralement clivant et un des enjeux de nos travaux est d’apporter des éléments factuels comme bases d’échanges aussi constructifs que possible. En France, nos travaux contribuent depuis 2020 à la production du service climatique ClimSnow, en partenariat avec le bureau d’étude Dianeige, qui a été utilisé par plus de 150 stations. Cet outil dresse un état des lieux de l’enneigement et de son évolution projetée sous la forme d’un ensemble de graphiques et de cartes établi pour chaque station.

Perspectives Elections européennes 2024 : les Européen optimistes sauf les Français

Perspectives Elections européennes 2024 : les Européen optimistes sauf les Français

Un nouveau sondage qui révèle l’extrême pessimisme des Français comparés à celui des autres pays de l’Europe. Un sondage qui sans doute caractérise le mécontentement relatif à l’union européenne mais sans doute tout autant et même davantage le mécontentement pour les questions purement hexagonales. Dans la perspective des élections européennes de 2024, tous les Européens sont majoritairement optimistes… sauf les Français. L’Eurobaromètre, publié régulièrement par les institutions européennes, se base sur 26 523 entretiens réalisés entre le 25 septembre et le 19 octobre auprès d’une population européenne âgée de 15 ans et plus dans les 27 Etats membres. Dans le détail, les Danois et les Irlandais sont les plus confiants, avec 83% de « très » ou « plutôt » optimistes. Cette proportion est de 58% pour les Allemands, 55% pour les Hongrois. Elle tombe sous la barre des 50% dans un seul pays, la France, où les sondés ne sont que 46% à se dire optimistes, dépassés par les pessimistes (49%).

Sur l’ensemble des 27 pays de l’UE toutefois, 48% des sondés estiment que « les choses vont dans la mauvaise direction » dans l’UE (contre 33% l’inverse). Mais 61% des personnes interrogées considèrent que l’adhésion de leur pays à l’UE est une bonne chose – une proportion à peu près stable par rapport à septembre 2018. Et quelque 70% des Européens estiment que les actions de l’UE ont « un impact sur leur vie quotidienne ». Un peu plus de la moitié (53%) pense que l’invasion russe de l’Ukraine doit être l’occasion d’accélérer l’élargissement de l’UE.

Politique- Élections européennes : Hollande ne sera pas candidat; Ouf !

Politique- Élections européennes : Hollande ne sera pas candidat, Ouf !

Voilà la France rassurée d’un danger supplémentaire écarté: Hollande ne sera pas Candidat pour les européennes en 2024. Un non-événement évidemment mais qui donne l’occasion à l’ancien président de faire encore parler de lui même pour rien. Et de croire qu’il a toujours une influence avec des propos toujours aussi bizarres et ambigus .

François Hollande assure dans un entretien accordé ce samedi 2 décembre à Ouest-France que «non, pas candidat, mais je jouerai un rôle». Sans doute un rôle de figurant !

«J’appuierai la liste socialiste si elle s’élargit à toutes les composantes du PS et à des mouvements extérieurs, comme celui de Bernard Cazeneuve (son ancien premier ministre et ministre de l’Intérieur, qui a quitté le PS et créé son propre mouvement, NDLR), et les radicaux…» du Parti radical de gauche (PRG), deux opposants à la Nupes.

L’ancien président de la République (2012-2017) estime que «seul cet élargissement peut donner une nouvelle force à l’idée sociale-démocrate», notamment en vue de la présidentielle de 2027.

«La direction du Parti socialiste n’a pas le choix. Elle doit accepter d’ouvrir largement sa liste», insiste l’ancien président, alors que le patron du PS Olivier Faure n’entend pas inviter Bernard Cazeneuve ou le PRG. «Le PS a besoin que Bernard Cazeneuve s’investisse personnellement dans cette campagne. Pour bien le connaître je le considère comme un atout», assure François Hollande.

Le PRG, opposé à toute alliance avec LFI, a annoncé fin novembre qu’il voulait présenter sa propre liste aux élections européennes, appelant le PS à sortir de «l’ambiguïté» et invitant Raphaël Glucksmann à ne pas être «le chef de file d’une liste du moratoire».

Sondage Élections Européennes: gauche et macronistes à la dérive

Sondage Élections Européennes: gauche et macronistes à la dérive

Nouvel éclatement à gauche avec cette fois une liste du parti radical de gauche ne comprenant pas les socialistes dissidents de Bernard Cazeneuve et bien sûr les « insoumis » de Mélenchon.

Guillaume Lacroix, le président du Parti radical de gauche (PRG) devrait annoncer une liste pour un « large rassemblement de la gauche laïque, républicaine et pro-européenne » aux européennes de 2024. Rien de nouveau, minimise ce ténor du PS au Sénat : « Guillaume Lacroix déteste les socialistes et personne n’aurait voulu de lui dans une liste rose. » Cette nouvelle candidature pourrait néanmoins avoir pour effet de grignoter 3 % des voix à gauche, selon un sondage OpinionWay. Au détriment de Raphaël Glucksmann, la probable tête de liste du PS.

Dans un dernier sondage pour « Les Echos », la liste du Rassemblement national obtiendrait 28 % des voix aux européennes.

La majorité présidentielle décroche 19 % d’intentions de vote seulement.

L’écart entre la liste RN et celle de Renaissance est de 9 points, alors qu’il n’était que d’un petit point (23,34 % pour le RN, 22,42 % pour le camp macroniste) au soir du dernier scrutin en 2019.

L’autre élément significatif de ce sondage est la bonne tenue de la liste Reconquête emmenée par Marion Maréchal, avec 7 ù des intentions de vote. En revanche, pour Les Républicains (LR), le score promis – 8 % – est comparable à celui de 2019. A gauche, où toutes les composantes de la très mal en point Nupes partent séparément en campagne, aucune liste n’émerge véritablement. Le PS fait la course en tête avec 9 % des intentions de vote, devançant Les Ecologistes (8 %), LFI (7 %) et le PCF (3 %). La liste du PRG est également créditée de 3 % des voix.

Énergie–Des technologies vertes enfin européennes ?

Énergie–Des technologies vertes enfin européennes ?

Le Parlement européen a voté une loi qui vise à favoriser la fabrication, en Europe, de technologies propres, avec une liste incluant le nucléaire. Notons en effet que la plupart des technologies s’appuyant sur du renouvelable viennent surtout de Chine. D’ici à 2030, l’UE veut donc produire au moins 40 % de ses technologies vertes, d’après la loi votée par le Parlement européen. Finalement un chiffre relativement faible qui témoigne qu’en réalité le renouvelable vient de l’étranger.

Lee Parlement européen vient de voter une loi qui vise à booster la fabrication, en Europe, de technologies vertes – au moins 40 % du total devra être produit sur place d’ici à 2030 -, que ce soit des panneaux solaires, de l’éolien, ou des composants nucléaires.

Définie dans le texte, une liste de technologies propres va pouvoir bénéficier de procédures accélérées pour des permis, ou encore des facilités d’accès aux financements, notamment via un allègement fort du régime des aides d’Etat .

Pour la première fois, un texte européen promeut le made in Europe, un combat cher à la France . « C’est le premier Buy European Act pour toutes les technologies vertes », a ainsi salué Pascal Canfin, président (Renew, centre) de la commission Environnement du Parlement, en référence au Buy American Act.

« Une éolienne, un réacteur nucléaire, vont être assemblés, demain, aux quatre coins de l’Europe. Si nous ne promouvons pas nos technologies propres, dans dix ans, on ira les chercher aux Etats-Unis ou en Chine », explique l’eurodéputé français Christophe Grudler (Mouvement démocrate), chargé de négocier des compromis sur ce texte pour le groupe Renew.

La liste du Parlement inclut, sujet sensible, le captage et le stockage du carbone. Et surtout, l’intégralité des technologies nucléaires, alors que Bruxelles n’avait intégré que celles les plus avancées.

Les futures négociations déboucheront peut-être aussi sur une plus grande ambition concernant les marchés publics. Le Parlement n’y a introduit qu’un « embryon » de préférence européenne.

Politique–Élections Européennes: gauche et macronistes à la dérive

Politique–Élections Européennes: gauche et macronistes à la dérive

Nouvel éclatement à gauche avec cette fois une liste du parti radical de gauche ne comprenant pas les socialistes dissidents de Bernard Cazeneuve et bien sûr les « insoumi »s de Mélenchon.

Guillaume Lacroix, le président du Parti radical de gauche (PRG) devrait annoncer une liste pour un « large rassemblement de la gauche laïque, républicaine et pro-européenne » aux européennes de 2024. Rien de nouveau, minimise ce ténor du PS au Sénat : « Guillaume Lacroix déteste les socialistes et personne n’aurait voulu de lui dans une liste rose. » Cette nouvelle candidature pourrait néanmoins avoir pour effet de grignoter 3 % des voix à gauche, selon un sondage OpinionWay. Au détriment de Raphaël Glucksmann, la probable tête de liste du PS.

Dans un dernier sondage pour « Les Echos », la liste du Rassemblement national obtiendrait 28 % des voix aux européennes.

La majorité présidentielle décroche 19 % d’intentions de vote seulement.

L’écart entre la liste RN et celle de Renaissance est de 9 points, alors qu’il n’était que d’un petit point (23,34 % pour le RN, 22,42 % pour le camp macroniste) au soir du dernier scrutin en 2019.

L’autre élément significatif de ce sondage est la bonne tenue de la liste Reconquête emmenée par Marion Maréchal, avec 7 ù des intentions de vote. En revanche, pour Les Républicains (LR), le score promis – 8 % – est comparable à celui de 2019. A gauche, où toutes les composantes de la très mal en point Nupes partent séparément en campagne, aucune liste n’émerge véritablement. Le PS fait la course en tête avec 9 % des intentions de vote, devançant Les Ecologistes (8 %), LFI (7 %) et le PCF (3 %). La liste du PRG est également créditée de 3 % des voix.

12345...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol