Archive pour le Tag 'fermées'

Frontières de plus en plus fermées aux touristes français

Frontières de plus en plus fermées aux touristes français

 

La France est de plus en plus considérée par les pays étrangers comme une zone à risque et des mesures sont prises pour fermer les frontières aux  touristes français. Des touristes qui doivent souvent lorsqu’ils peuvent effectuer le voyage être soumis à des tests de stage et où soumettre à une forme de quarantaine

La France n’est pas le seul pays concerné comme zones à risques; par ailleurs chaque pays prend des mesures qui ne sont pas très coordonnées. Du coup, l’Allemagne, qui occupe la présidence tournante de l’Union européenne, a indiqué lundi 31 août vouloir harmoniser les restrictions de voyage au sein de l’UE. La durée de la quarantaine obligatoire (10 à 14 jours), la validité des tests de dépistage (de 48 à 96 heures avant l’arrivée) ainsi que la définition d’une «zone à risque» diffèrent en effet d’un pays à l’autre.

Coronavirus Canada : les frontières fermées

Coronavirus Canada : les frontières fermées

Sans doute une des mesures les plus efficaces, celle de la fermeture temporaire mais quasi totale des frontières choisies notamment par le Canada. Le Canada va en effet prolonger jusqu’au 30 septembre la fermeture de ses frontières internationales aux étrangers, à l’exception notamment de certains Américains, afin d’éviter la propagation du coronavirus, a annoncé vendredi 28 août le gouvernement. Depuis mars dernier, les voyageurs arrivant au Canada, qu’ils soient Canadiens ou non, sont soumis à une quarantaine obligatoire de 14 jours. Les ressortissants étrangers qui présentent des symptômes du Covid-19 se voient quant à eux interdire l’entrée au Canada.

 

 

 

Coronavirus États-Unis : et des écoles à nouveau fermées

Coronavirus États-Unis : et des écoles à nouveau fermées

 

D’une certaine manière, on peut dire qu’il y a deux types de stratégies en matière de prévention sanitaire vis-à-vis du Coronavirus dans les écoles. En France, on définit un protocole très contraignant mais pratiquement inapplicable alors qu’aux États-Unis faute de contraintes de prévention clairement établies,  les écoles préfèrent fermer. Une solution qui pourrait bien toucher aussi la France à la rentrée.

La rentrée dans la plupart des écoles, collèges, lycées et universités américains doit avoir lieu d’ici la fin du mois ou début septembre. En l’absence de directives contraignantes à l’échelon national, certains établissements ont opté pour l’enseignement à distance, d’autres pour le retour en classe, d’autres encore pour un modèle combinant les deux formules.

Mais le manque de personne ou la multiplication des cas d’infection a obligé une partie d’entre eux à renoncer rapidement à l’enseignement en classe.

L’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill a ainsi annoncé lundi qu’elle basculait en enseignement à distance intégral pour les étudiants de premier cycle, des tests ayant révélé une propagation rapide du coronavirus. Pour l’instant, 177 étudiants sont placés à l’isolement et 349 en quarantaine sur un total d’environ 19.000 en premier cycle.

En Géorgie, trois lycées du comté de Cherokee ont dû renoncer à l’enseignement en classe en raison d’une augmentation du nombre de cas positifs.

En Arizona, un district scolaire a dû annuler des classes, le personnel s’étant placé en arrêt maladie en arguant du fait que les conditions de sécurité n’étaient pas réunies.

Dans l’Oklahoma, les responsables d’un district scolaire ont rapporté avoir appris qu’un lycéen avait effectué sa rentrée alors qu’il avait été testé positif et qu’il n’avait pas achevé sa quarantaine.

Le nombre de nouveaux cas d’infection au niveau national baisse depuis quatre semaines mais il reste élevé dans de nombreux Etats et le chiffre des décès reste proche de 1.000 par jour. Au total, l’épidémie a fait plus de 170.000 morts aux Etats-Unis selon un décompte de Reuters.

Coronavirus: boutiques fermées aux Etats-Unis

Coronavirus: boutiques fermées aux Etats-Unis

 

la situation sanitaire est encore loin d’être maîtrisée au États-Unis. Pour preuve certaines grandes marques réduisent la présence commerciale. Par exemple Apple a annoncé vendredi qu’il fermait de nouveau provisoirement certaines boutiques dans plusieurs Etats des Etats-Unis confrontés à une résurgence des cas de contamination par le nouveau coronavirus.

Cette décision porte sur une dizaine de boutiques réparties entre la Floride, la Caroline du Nord, la Caroline du Sud et l’Arizona.

A Wall Street, le titre Apple perdait 0,5% au moment de cette annonce.

L’épidémie se poursuit aux Etats-Unis sur un rythme élevé, avec plus de 2,2 millions de personnes touchées par le coronavirus et au moins 118.396 morts, selon un décompte réalisé par l’agence Reuters.

 

Banque centrale Russie : vers un taux zéro ?

La banque centrale de Russie n’a pas encore atteint le taux zéro son principal taux directeur mais là elle a prononcé une baisse historique de  taux directeur à un plus bas historique de 4,50%, via une réduction de 100 points de base plus massive que d’habitude.

Elle a en outre prévenu qu’elle pourrait procéder à une nouvelle baisse de taux prochainement dans un contexte de faible risque inflationniste et de crise économique provoquée par la pandémie de nouveau coronavirus. Une baisse qui n’est pas terminée et qui pourrait la conduire proche précisément de ce taux zéro

“Si la situation évolue conformément au scénario de base, la Banque de Russie envisagera la nécessité d’une réduction supplémentaire du taux directeur lors de ses prochaines réunions”, a déclaré l’institut.

La baisse de 100 points de base annoncée vendredi est conforme aux attentes des économistes interrogés par Reuters.

L’inflation en Russie était de 3,1% en rythme annuel au 15 juin, a dit la banque centrale, sous son objectif de 4%, et l’économie russe devrait se contracter de 4% à 6% cette année avant de renouer avec la croissance en 2021. À ces difficultés s’ajoutent pour la Russie un problème de financement qui repose beaucoup sur l’exportation de matières premières notamment de gaz. En dépit de l’action de l’OPEP plus les cours ne parviennent pas à remonter de manière significative et surtout durable privant ainsi la Russie d’une de ses premières ressources financières.

Chine: 1000 entreprises fermées d’ici 3 ans

Chine: 1000 entreprises fermées d’ici 3 ans

Pour des raisons économiques mais aussi environnementales un millier d‘entreprises du secteur manufacturier auront fermé d‘ici 2020 à Pékin, dans le cadre d‘un plan de restructuration économique de la capitale, annonce samedi l‘agence de presse officielle Chine nouvelle. Cette année, 500 entreprises manufacturières seront fermées dans la capitale, ainsi que 176 marchés et centres logistiques. Plusieurs universités et hôpitaux seront transférés dans des zones périurbaines, a précisé Liu Bozheng. Ces fermetures s‘inscrivent dans un plan d‘intégration des économies des villes de Pékin et de Tianjin et de la province du Hebei. D‘ici la fin de la décennie, 300 marchés et centres logistiques seront également fermés à Pékin, précise Chine nouvelle, qui s‘appuie sur la conférence de presse donnée par le directeur adjoint du bureau de Pékin chargé de superviser l‘intégration de la région Pékin-Tianjin-Hebei. Pékin, qui compte 22 millions d‘habitants, s‘efforce de juguler sa croissance démographique et de transférer les entreprises et certaines “fonctions non capitales” dans le Hebei pour réduire la pollution.

Etats Unis : des administrations fermées ?

Etats Unis : des administrations fermées ?

La perspective de la première fermeture des services fédéraux en 17 ans se dessine de plus en plus. Le débat budgétaire se double en outre d’inquiétudes liées au plafond de la dette autorisée -16.700 milliards de dollars- qui, selon le secrétaire au Trésor Jack Lew, serait atteint au plus tard le 17 octobre. Bien qu’une solution provisoire, prévoyant une prorogation de dix jours du financement des administrations ait été évoquée vendredi, aucun signe ne permet de penser qu’un accord pourrait être trouvé d’ici la date-butoir du 1er octobre, début de l’année fiscale, entre les démocrates, majoritaires au Sénat, et les républicains, majoritaires à la Chambre. La dernière fermeture des services administratifs, du 16 décembre 1995 au 6 janvier 1996, était due à la guérilla budgétaire entre l’administration démocrate de Bill Clinton et les républicains, conduits par le président de la Chambre des représentants d’alors, Newt Gingrich. Sans surprise, le Sénat a adopté vendredi et transmis immédiatement à la Chambre des représentants un projet de loi destiné à assurer jusqu’au 15 novembre le financement des administrations fédérales, afin d’éviter leur fermeture, ou « shutdown ». Les républicains de la Chambre entendent l’amender en y incluant plusieurs dispositions controversées, notamment dans le but d’empêcher le financement pendant un an de la nouvelle loi sur l’assurance santé, l’un des textes emblématiques de l’administration Obama. Le représentant républicain Tom Graves a annoncé vendredi que lui et 61 de ses collègues parlementaires allaient insister pour que le financement de l’ »Obamacare », qui doit être lancé au 1er octobre, soit retardé d’un an. Si les républicains mettent à exécution leur menace d’amender le projet en privant l’Obamacare de financement, il y a tout lieu de penser que le Sénat rejettera la nouvelle mouture du texte. Et si le Congrès n’adopte pas un texte de loi d’ici lundi en fin de journée, l’administration Obama ne sera plus en mesure de débloquer des fonds pour faire marcher au quotidien certains de ses services.

France : 1000 usines fermées depuis 2009

France : 1000 usines fermées depuis 2009

 

La France a perdu plus d’un millier d’usines depuis 2009, a annoncé le quotidien économique Les Echos qui cite une enquête d’une société de veille économique. Le quotidien écrit que « le délitement du tissu industriel français s’est de nouveau accéléré en 2012, avec une augmentation du rythme des fermetures de sites de 42%, selon les estimations du cabinet Trendeo ». « L’an dernier, 266 usines de plus de 10 salariés ont encore mis la clé sous la porte », ajoute Les Echos. « Cette accélération des fermetures d’usines a de lourdes conséquences sur l’emploi », estime le jounal qui poursuit: « après avoir remonté la pente en 2010 et 2011, l’industrie manufacturière a perdu près de 24.000 postes au cours de l’année 2012 et plus de 120.000 depuis janvier 2009″. Selon le quotidien économique, « les secteurs de l’automobile, de la pharmacie, du meuble ou de l’imprimerie » sont en « première ligne » de cette dégradation. En revanche, souligne Les Echos, « dans cet environnement difficile, la construction aéronautique et le luxe continuent d’afficher leur singularité, avec plus de 2.400 créations de postes ». « L’industrie bénéficie aussi des investissements dans les énergies vertes, avec plus de de 9.000 annonces de création en l’espace d’un an », écrit encore le journal qui conclut toutefois que cette « montée en puissance … restera insuffisante pour redonner du souffle à l’industrie française ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol