Archive pour le Tag 'près'

Croissance Chine : près de 5 % au 3e trimestre, mieux que le reste du monde

Croissance Chine : près de 5 % au 3e trimestre, mieux que le reste du monde

Un chiffre officiel d’augmentation de la croissance de 4,9 % pour le troisième trimestre en Chine. Un chiffre comme d’habitude qui peut susciter des interrogation tellement les statistiques chinoises présentent un caractère politique. Cette croissance tranche avec la chute du premier trimestre de près de 7 %.

L’économie chinoise avait enregistré un taux de croissance de 3,2% au deuxième trimestre de 2020.

D’après ‘OCDE. Le PIB mondial devrait flancher de 4,5%, alors qu’en juin un recul de 6% était annoncé. Sur les économies passées en revue, toutes restent dans le rouge (la France est en chute de 9,5%, à l’exception de la Chine. Le pays d’où est partie l’épidémie devrait enregistrer cette année une croissance de 1,8%, suivi d’un rebond de 8% en 2021, deux fois plus qu’aux Etats-Unis.

 

Mais la Chine ne sera pas le moteur de la reprise mondiale: « Son modèle est désormais davantage tiré par la consommation intérieure que par les exportations » explique Laurence Boone, chef économiste de l’OCDE, qui  a assorti ses prévisions de nombreux bémols, en insistant sur leur « degré d’incertitude extrêmement élevé » lié à la propagation du virus et ses conséquences. Elle insiste par ailleurs, sur la variation importante des chiffres d’un pays à l’autre, en prenant comme exemple l’Inde, économie voisine de la Chine, qui, elle, s’effondre de plus de 10% cette année.

 

Près d’un million de conducteurs sans assurance et 700 000 sans permis

Près d’un million de conducteurs sans assurance et 700 000 sans permis

 

Des chiffres forcément approximatifs concernant ceux qui circulent sans permis et sans assurance Ils seraient 800.000 à circuler en France sans assurance selon les chiffres de la délégation à la sécurité routière. Et selon le dernier baromètre du fonds de garantie des victimes, publié cette semaine, ces conducteurs non assurés ont causé l’an dernier 28.469 demandes de prises en charge de personnes de victimes, à la suite d’accidents. Pour les sans permis on évalue le chiffre à 700 000. Ce sont parfois les mêmes.

 

En croisant les données récoltées par les assureurs dans le cas d’accidents causés par ces conducteurs non assurés et les statistiques des forces de l’ordre losrqu’elles réalisent des contrôles (rouler sans assurance est interdit et passible de 750 euros d’amende), le fonds de garantie des victimes a dressé dans son baromètre le portrait de ces automobilistes. 80% sont des hommes et 60% ont ainsi moins de 35 ans. Un tiers de ces conducteurs sans assurance sont âgés de 26 à 33 ans.

Beaucoup de conducteurs non-assurés viennent de catégories modestes. 31,3% n’ont pas d’emploi, un peu moins de 24% sont ouvriers, selon les chiffres du baromètre.

Depuis le 4 juin 2019, un fichier a été mis en place pour croiser les données des assureurs avec les plaques d’immatriculation lors des contrôles, afin d’identifier plus rapidement les conducteurs non assurés.

Coronavirus France : près de 10.000 cas détectés en 24 heures, le nombre de décès augmente

Coronavirus France : près de 10.000 cas détectés en 24 heures, le nombre de décès augmente

9784 nouveaux cas ont été détectés ces dernières 24 heures, a annoncé ce mercredi 16 septembre Santé Publique France dans son communiqué quotidien. La veille, 7852 cas avaient été détectés.

46 personnes sont mortes de la Covid en France ces dernières 24 heures, portant le total à 31.045 victimes. Le nombre de patients entrant en réanimation a encore augmenté, avec 508 nouveaux malades hospitalisés au cours des 7 derniers jours, soit 29 de plus en 24 heures.

862 «clusters», ou foyers de contagion, sont toujours en activité sur le territoire, dont 77 nouveaux qui ont été détectés ces dernières 24 heures. Le taux de positivité des tests s’élève désormais à 5,4%. Au total, 84 départements en métropole et outre-mer sont classés en situation de vulnérabilité «modérée ou élevée», un chiffre en hausse.

Coronavirus France : près de 8000 cas en 24 heures

Coronavirus France : près de 8000 cas en 24 heures

7852 nouveaux cas ont été détectés ces dernières 24 heures, a annoncé ce mardi 15 septembre Santé Publique France dans son communiqué quotidien. La veille, 6158 cas avaient été détectés.

37 personnes sont mortes de la Covid en France ces dernières 24 heures, portant le total à 30.999 victimes.

Le nombre de patients entrant en réanimation a encore augmenté, avec 479 nouveaux malades hospitalisés au cours des 7 derniers jours, soit 31 de plus en 24 heures.

866 «clusters», ou foyers de contagion, sont toujours en activité sur le territoire, dont 68 nouveaux qui ont été détectés ces dernières 24 heures. Le taux de positivité s’élève désormais à 5,4%.

Au total, 82 départements en métropole et outre-mer sont classés en situation de vulnérabilité «modérée ou élevée», un chiffre en hausse.

Biodiversité–Près de 70 % des animaux disparus en 50 ans( WWF)

Biodiversité–Près de 70 % des animaux disparus en 50 ans( WWF)

 

Du fait des perturbations de la biodiversité, du réchauffement climatique et de la pollution, 60 à 70 % des animaux vertébrés ont disparu du globe. En France par exemple cela concerne 60 % des moineaux. Les populations de vertébrés, poissons, oiseaux, amphibiens et reptiles ont chuté de 68% selon le dernier Rapport Planète Vivante du WWF.

 

Tous les deux ans, l’ONG analyse la perte de la biodiversité à l’échelle planétaire. Le déclin est « spectaculaire » : entre 2014 et 2016, la Terre a perdu 8% de ses populations d’animaux sauvages.

La chute de la biodiversité est plus forte dans certaines régions du monde. Loin devant, on trouve l’Amérique Latine, l’Amérique Centrale et les Caraïbes avec 94% des vertébrés disparus depuis 1970. Sur le continent africain, la perte est de 65%.

Selon le WWF, la situation est due avant tout à la perte des habitats animaliers à cause des conversions de sols au profit de l’agriculture et de l’alimentation. D’autres raisons sont pointées du doigt, comme la surexploitation des espèces et des ressources, les pollutions, l’introduction par l’homme d’espèces étrangères invasives ou encore le réchauffement climatique « 

Certaines espèces, autant chez les mammifères que les insectes, subissent des pertes alarmantes :  » Sur 17 espèces de papillons européens suivis, la baisse des effectifs est de 49% entre 1990 et 2017. »  Parmi les espèces les plus en danger, on trouve les gorilles de République démocratique du Congo ou encore les tortues luth de Guyane.

 

L’ONG appelle les gouvernements du monde entier à prendre des mesures immédiates. Les solutions identifiées passent par une augmentation des surfaces des aires protégées, une réduction de moitié de la consommation de viande dans les pays développés ou encore une réduction de 50% du gaspillage.

Près de 70 % des animaux disparus en 50 ans( WWF)

Près de 70 % des animaux disparus en 50 ans( WWF)

Du fait des perturbations de la biodiversité, du réchauffement climatique et de la pollution 60 à 70 % des animaux vertébrés ont disparu du globe. En France par exemple cela concerne 60 % des moineaux. Les populations de vertébrés, poissons, oiseaux, amphibiens et reptiles ont chuté de 68% selon le dernier Rapport Planète Vivante du WWF.

 

Tous les deux ans, l’ONG analyse la perte de la biodiversité à l’échelle planétaire. Le déclin est « spectaculaire » : entre 2014 et 2016, la Terre a perdu 8% de ses populations d’animaux sauvages.

La chute de la biodiversité est plus forte dans certaines régions du monde. Loin devant, on trouve l’Amérique Latine, l’Amérique Centrale et les Caraïbes avec 94% des vertébrés disparus depuis 1970. Sur le continent africain, la perte est de 65%.

Selon le WWF, la situation est due avant tout à la perte des habitats animaliers à cause des conversions de sols au profit de l’agriculture et de l’alimentation. D’autres raisons sont pointées du doigt, comme la surexploitation des espèces et des ressources, les pollutions, l’introduction par l’homme d’espèces étrangères invasives ou encore le réchauffement climatique « 

Certaines espèces, autant chez les mammifères que les insectes, subissent des pertes alarmantes :  » Sur 17 espèces de papillons européens suivis, la baisse des effectifs est de 49% entre 1990 et 2017. »  Parmi les espèces les plus en danger, on trouve les gorilles de République démocratique du Congo ou encore les tortues luth de Guyane.

 

L’ONG appelle les gouvernements du monde entier à prendre des mesures immédiates. Les solutions identifiées passent par une augmentation des surfaces des aires protégées, une réduction de moitié de la consommation de viande dans les pays développés ou encore une réduction de 50% du gaspillage.

Sondage confiance de Macron: hausse près l’accord européen

Sondage confiance de Macron: hausse près l’accord européen

.

Le sondage Harris interactive accorde une hausse de 6 points de confiance à Macron après l’accord de relance européen. Ce sondage  été réalisé du 21 au 23 juillet dans la foulée du sommet européen au terme duquel les dirigeants européens ont approuvé un plan de relance de 750 milliards d’euros que le président français a qualifié d’historique et qui permettra à la France de récupérer 40 milliards d’euros de subventions européennes.( Mais d’en payer entre 70 et 90 milliards puisque aucun financement spécifique n’a été prévu hormis quelques taxes complètement hypothétiques et symboliques NDLR).

Le nouveau Premier ministre Jean Castex est quant à lui crédité d’une cote de confiance de 56%, un niveau supérieur aux 51% dont jouissait son prédécesseur Edouard Philippe quand il a quitté Matignon.

Hausse de l’or à près de 2000 $ l’once : un mauvais signe pour l’économie

Hausse de l’or à près de 2000 $ l’once : un mauvais signe pour l’économie

 

L’or  retrouve des niveaux historiques, ce qui constitue un mauvais signe pour l’économie. Cela veut dire que certains épargnants préfèrent la valeur refuge que les investissements menacés par la chute de l’économie. En août 2018 , l’once d’heures était environ à 1194 $ aujourd’hui il est à près de 2000 $. L’or a atteint lundi un record historique à 1.930,48 dollars l’once, confirmant son statut de valeur refuge en temps de pandémie, alors que la baisse du billet vert contribue aussi à le faire grimper. L’or, qui gagnait plus de 1% dans les échanges en Asie, devrait prochainement dépasser la barre des 2.000 dollars, selon des analystes.

Les mesures d’assouplissement monétaire décidées par la Réserve fédérale mais aussi par les autres banques centrales encouragent l’attractivité de l’or.

«Des gains forts sont inévitables au moment où nous entrons dans une période semblable à l’environnement apparu après la crise financière mondiale, où les prix avaient atteint des niveaux records du fait des quantités d’argent injectées par la Fed dans le système financier», a déclaré Gavin Wendt, analyste chez MineLife.

Libellé en billet vert, une baisse de la devise américaine rend le métal précieux moins onéreux pour les acheteurs utilisant d’autres devises. Son précédent record historique, à 1.921,18 dollars l’once, avait été atteint en septembre 2011.

une amende de près de 100 millions pour les industriels de la charcuterie pour entente illégale

une amende de près de 100 millions pour les industriels de la charcuterie pour entente illégale

« Les industriels concernés (les charcutiers-salaisonniers) se coordonnaient pour acheter moins cher les pièces de jambon auprès des abatteurs et/ou s’entendaient par ailleurs sur les hausses de prix des produits charcutiers qu’ils entendaient pratiquer auprès des enseignes de la grande distribution, pour leurs marques de distributeurs (MDD) ou premiers prix », indique l’Autorité de la concurrence dans un communiqué.

La plus forte sanction (35,5 millions d’euros) vise le leader français de la production porcine, la coopérative Cooperl, qui possède six sites intervenant dans la fabrication de charcuterie. Suivent le groupe de distribution Les Mousquetaires (Intermarché, Netto), qui fabrique également des produits sous ses propres marques comme Monique Ranou (31,7 millions d’euros d’amende), et le groupe Fleury Michon (près de 14,8 millions d’euros d’amende).

« Les ententes ont concerné de très nombreux produits de consommation courante (jambon cru, jambon cuit, saucissons, rosette, chorizo…) », souligne l’Autorité de la concurrence.

Coronavirus États-Unis : près de 60.000 cas en 24 heures

Coronavirus États-Unis : près de 60.000 cas en 24 heures

Les Etats-Unis, le pays le plus affecté par la pandémie de coronavirus, ont recensé dimanche 59.747 nouvelles contaminations en 24 heures, selon le bilan quotidien de l’Université Johns Hopkins. Le nombre de cas confirmés s’établit à 3.301.820 et le nombre de décès à 135.171 (442 de plus en une journée), selon cette université basée à Baltimore (est) et dont les bilans font référence.

Samedi, le nombre de nouvelles infections aux Etats-Unis avait atteint un record de 66.528 en 24 heures.

ATR : suppression de près de 15% des effectifs

ATR : suppression de près de 15% des effectifs

Face à une crise très violente du transport aérien, le constructeur franco-italien de turbopropulseurs pour le transport régional est contraint à son tour de s’adapter. Il va supprimer 204 emplois, dont 186 en France.

Après Airbus, Air France, Daher, c’est au tour d’ATR d’annoncer un plan de suppression d’emplois d’envergure dans l’écosystème aéronautique et aérien. Face à une crise du transport aérien d’une violence inédite, le constructeur franco-italien de turbopropulseurs pour le transport régional est contraint, lui aussi, de redimensionner ses effectifs pour s’adapter à la la baisse vertigineuse du transport aérien ces derniers mois. ATR va donc supprimer 204 emplois,…

Chômage partiel: près d’un million d’entreprises et plus de 11 millions de salariés

Chômage partiel: près d’un million d’entreprises et plus de 11 millions de salariés

Près de 900.000 entreprises qui ont fait des demandes depuis le début de la crise. Le dispositif mis en oeuvre par le gouvernement pour limiter la casse sociale dans les entreprises tournent à plein régime.

La perspective d’un déconfinement progressif le 11 mai prochain devrait permettre à un grand nombre d’établissements de reprendre leur activité, sauf les restaurants, les cafés et les hôtels. « Le dispositif d’activité partielle, qui est l’un des plus généreux d’Europe, restera en place jusqu’au premier juin. Il nous faudra ensuite l’adapter progressivement, afin d’accompagner la reprise d’activité si l’épidémie est maîtrisée. Bien sûr, nous continuerons à protéger les personnes vulnérables et les secteurs professionnels qui demeureraient fermés » a expliqué, le Premier ministre.

 

Coronavirus États-Unis : 2.500 morts en 24 heures, près de 61.000 au total

Coronavirus États-Unis : 2.500 morts en 24 heures, près de 61.000 au total

 

 

Les Etats-Unis ont enregistré au cours des dernières 24 heures plus de 2.500 décès supplémentaires liés au nouveau coronavirus, selon le comptage mercredi à 20 heures 30 locales (02 heures 30 en France) de l’université Johns Hopkins, qui fait référence. Après deux jours de ralentissement dimanche et lundi, ce nouveau bond (+2.502 exactement) porte le bilan américain à 60.853 morts au total depuis le début de la pandémie. Ce nombre a tout simplement doublé en l’espace de deux semaines.

De loin le pays le plus touché, les Etats-Unis, qui ont franchi mardi le cap du million de cas diagnostiqués de Covid-19, comptent à eux seuls près d’un tiers des cas recensés à travers le monde. Le coronavirus «va partir», a assuré mercredi le président Donald Trump depuis la Maison Blanche. «Il va s’en aller, il va être éradiqué», a-t-il soutenu, sans préciser comment. Le Wall Street Journal affirme de son côté que le gouvernement américain vient de passer commande de 100.000 sacs mortuaires supplémentaires, ce qui augure mal d’un ralentissement du rythme de l’épidémie.

Coronavirus: Royaume-Uni: près de 1000 décès en 24 heures

Coronavirus: Royaume-Uni: près de 1000 décès en 24 heures

 

Comme aux États-Unis, la prise en charge encore plus tardive qu’ailleurs du Coronavirus se traduit par des chiffres de mortalité particulièrement inquiétants.

L’épidémie a fait encore 888 morts de plus en 24 heures dans les hôpitaux du Royaume-Uni, ce qui porte le total à 15.464 décès, a annoncé samedi le ministère de la Santé, dont le bilan porte sur la situation le 17 avril à 16h00 GMT. Des chiffres qui ne intègrent pas encore ce des maisons de retraite où on s’attend à une véritable hécatombe.

Le bilan quotidien le plus lourd a été atteint le 9 avril avec 980 décès. Il est resté inférieur à 800 une partie de la semaine mais a repassé cette barre depuis mercredi.

Coronavirus États-Unis : 4500 morts en 24 heures , près de 33.000 morts en tout

  • Coronavirus États-Unis : 4500 morts en 24 heures , près de 33.000 morts en tout
  • La terrible catastrophe sanitaire s’amplifie comme prévue aux États-Unis. La barre des 30.000 morts recensés du nouveau coronavirus a été franchie jeudi aux Etats-Unis, où l’on comptait près de 33.000 décès dans la soirée selon le comptage en temps réel de l’université Johns Hopkins. Selon cette source, consultée à 20 heures 30, le pays a connu 4.491 décès supplémentaires en 24 heures. De loin le bilan quotidien le plus élevé, mais il est très probable que ce chiffre inclut des cas de morts «probablement liées» au Covid-19, mais qui n’avaient pas été initialement comptabilisées comme tel.
  • Cette semaine, la ville de New York a ainsi annoncé qu’elle allait ajouter 3.778 morts «probables» du Covid-19 à son bilan.
  • Selon le bilan à 20 heures (temps universel) des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), une agence gouvernementale, le pays comptait 31.071 morts, dont 4.141 «probables». Un chiffre légèrement inférieur à celui donné alors par l’université Johns Hopkins.
  • Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé au monde, devant l’Italie (avec 22.170 morts), l’Espagne (19.315) et la France (17.941).

Pétrole OPEP plus : réduction de près de 25 %

Pétrole OPEP plus : réduction de près de 25 %

Après bien des difficultés, l’OPEP à laquelle  se joignent  d’autres producteurs dans la Russie et le Mexique ont décidé de réduire la production d’environ 25 % soit près de 10 millions de barils par jour à dater du 1er mai. Une réduction historique dont on espère qu’il va favoriser la remontée des cours qui étaient tombés jusqu’à près de 20 $ en mars. La question est de savoir cela sera suffisant car tout dépendra d’une demande qui depuis le Coronavirus s’est complètement écroulée.

Par exemple, la demande de kérosène pour le transport aérien a diminué de 90 % et le carburant pour automobiles de près de 70 %. Tout dépendra donc de l’ampleur et de la durée de la crise sanitaire. Il faut aussi tenir compte d’une demande en baisse de la part de l’industrie consécutive à un net tassement de la demande en particulier des ménages mais pas seulement. Les investissements dans de nombreux secteurs devraient par exemple être différés et peser sur la demande pétrolière.

L’OPEP et ses partenaires ont convenu dimanche soir de la «plus grande baisse de production de l’histoire», dans l’espoir de faire remonter les prix du pétrole en pleine pandémie de coronavirus et malgré les tensions entre Moscou et Ryad.

La réunion «s’est terminée par un consensus des producteurs de l’OPEP+ sur les baisses de production à partir de mai», a écrit sur Twitter le ministre saoudien de l’énergie Abdul Aziz bin Salman.

Son homologue koweitien Khaled al-Fadhel a confirmé l’accord «historique pour réduire la production des Etats membres de l’OPEP+ de près de 10 millions de barils par jour, à dater du 1er mai».

La représentante mexicaine Rocio Nahle Garcia a également salué dimanche sur Twitter «l’accord unanime des 23 pays participants», parlant d’une «réduction de 9,7 millions de barils de pétrole» à partir de mai.

«Cet accord va permettre de sauver des centaines de milliers d’emplois dans le secteur de l’énergie aux États-Unis», a réagi le président américain Donald Trump sur Twitter, «remerciant et félicitant» le président russe Vladimir Poutine et le roi Salmane d’Arabie saoudite pour ce «très bon accord pour tous». Vladimir Poutine et son homologue américain ont noté lors d’un appel téléphonique «la grande importance» de l’accord a pour sa part indiqué le Kremlin.

Selon Bjornar Tonhaugen, analyste de Rystad Energy, «l’OPEP+ a réussi aujourd’hui à conclure un accord historique pour réaliser la plus grande baisse de production de l’histoire»«Même si les réductions de production sont inférieures à ce dont le marché avait besoin, le pire est pour l’instant évité», estime son collègue Magnus Nysveen.

Près de 60% d’infectés dans les EHPAD

Près de 60% d’infectés dans les EHPAD

La statistique vaut pour l’Île-de-France mais elle est sans doute valable pour l’ensemble des EHPAD. « En Île-de-France, on a près de 60% des Ehpad dans lesquels il y a au moins un cas de Covid, un peu plus de 400″ des 700 établissements que compte la région, a déclaré à l’AFP Aurélien Rousseau, directeur de l’ARS Ile-de-France.

En Île-de-France, qui compte 60.000 résidents d’Ehpad pour 40.000 personnels, le nombre de tests devrait atteindre « dans les prochains jours 2.500 par jour » pour les deux catégories, a indiqué M. Rousseau.

« Pour l’instant, nous devons assumer une priorisation des situations où il y a le plus de cas pour être sûr que les mesures de confinement et d’isolement, voire de transfert hospitalier, soient à la hauteur de la situation », a-t-il ajouté.

Actuellement, près de 9.000 personnes de plus de 60 ans atteintes du Covid sont hospitalisées en Île-de-France, soit 67% du total des patients, a par ailleurs annoncé M. Rousseau.

Plus en détail, 27% des lits d’hospitalisation pour les cas de Covid sont occupés par des plus de 80 ans, a-t-il précisé, affirmant que « l’hôpital joue son rôle dans la prise en charge des malades d’Ehpad ».

« Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas des Ehpad dans lesquels il y a beaucoup de décès et les équipes sont débordées. Cela veut dire qu’on prend en charge les patients qui ont bénéfice à être hospitalisés, et on voit qu’il y a des personnes très âgées qui s’en sortent », a-t-il ajouté.

Coronavirus: Italie :10.779 morts, près de 100.000 contaminés

Coronavirus: Italie :10.779 morts, près de 100.000 contaminés

 

10.779 morts, soit 756 de plus que la veille. Un petit espoir quand même, il  s’agit de la deuxième baisse consécutive du nombre de morts quotidien après le record de 919 décès signalés vendredi, puis 889 samedi.

Le nombre de personnes contaminées s’établit désormais à 97.689 dans le pays, le plus touché d’Europe, contre 92.472 auparavant. Cela représente la plus faible progression en un jour depuis mercredi.

Sur l’ensemble des personnes contaminées, 13.030 étaient complètement guéries dimanche, contre 12.384 samedi. Quelque 3.906 personnes se trouvent en soins intensifs, contre 3.856 la veille.

Coronavirus Espagne : près de 40 000 infectés

Coronavirus Espagne : près de 40 000 infectés

Selon ces chiffres publiés par le ministère de la Santé, le nombre total de cas confirmés a, lui, progressé de 20% de lundi à mardi et s’approche des 40 000 avec 39 673, alors que les autorités multiplient les tests.

 

Deuxième pays le plus touché en Europe, avec un nouveau record de 514 morts du Covid-19 en 24 heures, portant le bilan total à 2 696.

Selon ces chiffres publiés par le ministère de la Santé, le nombre total de cas confirmés a, lui, progressé de 20% de lundi à mardi et s’approche des 40 000 avec 39 673, alors que les autorités multiplient les tests.

« Nous sommes dans la semaine difficile », durant laquelle « nous attendons » de voir si, grâce au strict confinement de la population, « nous allons réussir à atteindre le pic (de l’épidémie) et commencer à voir baisser le nombre de cas », a expliqué le directeur du Centre d’alertes sanitaires Fernando Simon lors de son point presse quotidien.

Nucléaire: un coût prohibitif de près de 50 milliards pour le démantèlement dont Fessenheim ( Cour des Comptes)

Nucléaire: un coût prohibitif de près de 50 milliards pour le démantèlement dont Fessenheim ( Cour des Comptes)

  • Finalement le démantèlement très politique de la centrale de Fessenheim pourrait coûter une fortune. Il faudra en effet accorder des indemnités de près de 500 millions aux opérateurs dont EDF sans parler des sommes qui seront nécessaires pour reconvertir l’économie du secteur. La Cour des Comptes considère à juste titre que ces fermetures relèvent de la politique de gribouille. En effet, chacun sait qu’il s’agit  d’une fermeture très symbolique pour maintenir  le développement nucléaire ailleurs y compris le développement de six EPR qui vont plus que compenser la fermeture de Fessenheim à terme.
  • À moins de fermer les 14 réacteurs théoriquement prévus mais pas avant 2028 d’après la dernière programmation énergétique (PPE) autant dire presque aux calendes grecques, en tout cas après le deuxième possible mandat d’Emmanuel Macron. Une fermeture de centrales qui pourraient coûter près de 50 milliards alors que leur durée de vie pourrait sans dommage être prolongés de 10 à 20 ans comme d’ailleurs aux États-Unis par exemple. On se souvient que Mitterrand avait abandonné le projet de Tricastin, victime expiatoire d’une politique nucléaire non  n’avouée. Hollande et Macron, pour les mêmes raisons sacrifient Fessenheim sur l’autel du populisme écolo.
  • Et pour faire semblant, on inonde la France de moulins à vent complètement inutiles et ruineux : les fameuses éoliennes dont se gavent certains grâce aux subventions de l’État. Près de huit ans après la promesse de François Hollande, la fermeture cette année de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), « caractérisée par un processus de décision chaotique »« risque d’être coûteuse pour l’État », insiste un rapport de la Cour des comptes publié ce mercredi. Le protocole signé entre les pouvoirs publics et EDF comporte le versement à l’entreprise d’une indemnité initiale pour anticipation des dépenses liées à la fermeture (entre 370 et 443 millions d’euros en fonction des dates de versement), ainsi qu’une indemnité pour bénéfice manqué. « Ce protocole présente sur de nombreux points des risques de divergence d’appréciation, et donc un risque financier pour l’État », relèvent les Sages.
  • Les montants liés au futur manque à gagner restent « très incertains », car ils dépendent notamment de la régulation à venir des prix de l’électricité nucléaire.La fermeture de l’usine alsacienne est la première d’une longue série à laquelle il convient de se préparer « pour se prémunir de risques futurs d’indemnisation », poursuit le rapport. Les arrêts parmi les 58 réacteurs de « deuxième génération » du parc actuel d’EDF (en comptant ceux de Fessenheim) vont se multiplier à moyen terme (principalement dans les décennies 2030-2050), compte tenu de leur vieillissement et de l’objectif de réduire la part du nucléaire dans la production française d’électricité de 72 % en 2018 à 50 % en 2035.
  • La Cour estime qu’il serait souhaitable que le pays se prononce sur l’évolution à plus long terme du mix énergétique. Une meilleure visibilité est d’autant plus nécessaire que les démantèlements en cours de 36 installations de « première génération », déjà arrêtées par EDF, le CEA et ­Orano, « sont soumis à de fortes contraintes techniques et financières, et connaissent d’importantes dérives de coûts prévisionnels ». Pour l’heure, le montant total des charges futures de démantèlement évalué par les trois exploitants s’élevait, à fin 2018, à 46,4 milliards sur près d’un siècle, précise la Cour, pour qui ce calcul peut « encore gagner en exhaustivité et en prudence ».
123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol