• Accueil
  • > Archives pour septembre 2022

Archive mensuelle de septembre 2022

Cryptomonnaies :le coût social et environnemental équivalent à celui de la viande

 

Cryptomonnaies : le coût social et environnemental équivalent à celui de la viande

L’énergie consommée pour produire la plus importante des cryptomonnaies a eu un impact social et environnemental comparable à celui de la production de viande bovine et neuf fois plus élevé que l’extraction de l’or d’après franceinfo. C’est ce que révèle un article (en anglais) publié dans la revue Scientific Reports du groupe Nature, jeudi 29 septembre. Il s’appuie sur le concept du « coût social du carbone », une méthode qui chiffre les effets négatifs (sanitaires, économiques et environnementaux) de l’émission dans l’atmosphère d’une tonne de CO2 ou d’équivalent.

Les auteurs, en retenant un coût de 100 dollars la tonne, « estiment que chaque bitcoin produit en 2021 a généré 11 314 dollars de dommages climatiques, le total des dommages mondiaux dépassant 12 milliards de dollars » depuis 2016, soit 25% de la valeur totale du marché de cette cryptomonnaie. Sur la période 2016-2021, ce coût social de la production de bitcoin a représenté en moyenne 35% de la valeur de marché de la cryptomonnaie. Autrement dit, un dollar de bitcoin produit a eu un coût social de 35 centimes.

Ce coût est comparable à celui de la production de viande bovine (33%), inférieur à celle de l’électricité générée à partir du gaz naturel (46%) et largement supérieur à l’extraction de l’or (4%). « Nos résultats suggèrent que la production de bitcoins pose de réels problèmes de durabilité », a déclaré à l’AFP Benjamin Jones, principal auteur.

« La production de bitcoins est de plus en plus néfaste pour le climat au fil du temps (en moyenne) », a-t-il souligné. L’étude relève que « les émissions énergétiques liées à l’extraction de bitcoins ont été multipliées par 126, passant de 0,9 tonne d’émissions par pièce en 2016 à 113 tonnes par pièce en 2021″. Par ailleurs, « cette production est parfois ‘submergée’, ce qui signifie que ses dommages climatiques dépassent la valeur d’un bitcoin créé », a-t-il expliqué.

Poutine va-t-il annexer la Corse et la Bretagne ?

Poutine va-t-il annexer la Corse et la Bretagne ?

 

Un recul très net sur le terrain et peut-être même proche de la débâcle, Poutine substitue l’action juridique à l’action militaire. Ainsi a-t-il annexé des territoires compris sur des parties occupées par les forces ukrainiennes. Il lui a fallu pour cela des référendums d’un homme bidon qui sans doute aurait pu afficher un succès de 279 % de oui au rattachement.

De proche en proche, Poutine grappille un peu partout autour de la Russie des territoires nouveaux par la force tout autant que par des décisions politiques délictueuses autant que ridicules. Récemment hier il a déclaré que le grand problème est le plus grave pour la Russie était la disparition de l’Union soviétique. On comprend mieux sa volonté d’annexer les territoires voisins. Il faut convenir qu’en face la réponse occidentale est assez mollassonne ; en cause le fait que nombre de responsables à droite comme à gauche seraient bien près à sacrifier des territoires annexés pour avoir la paix dans le reste de l’Europe.

Le seul problème c’est qu’il n’y a pas de limite au nouvel impérialisme colonial de Poutine. Faudra-t-il qu’il envisage d’annexer la Corse ou la Bretagne  pour que l’Occident décide enfin de sanctions à la hauteur des crimes ? L’esprit munichois résiste beaucoup chez les spécialistes de la géopolitique et chez  j’ai beaucoup de responsables. Il ne s’agit sans doute pas de bombarder la Russie à coups de frappes nucléaires mais de prendre fin tous les moyens pour couper totalement ce pays du reste du monde en tout cas avec l’Occident .

La crise de recrutement dans les métiers terrains

La crise de recrutement dans les  métiers terrains

. Par Olivier Severyns, Fondateur et CEO de Snapshift qui s’inquiètent des difficultés de recrutement essentiellement dans les métiers de terrain.( la Tribune, extrait)

 

L’auteur porte surtout son analyse des difficultés sur l’insuffisance d’apport technologique dans ses métiers de base. Il aurait pu insister encore davantage sur les conditions de travail et l’insuffisance des rémunérations. Comment par exemple convaincre une assistante de vie à domicile qui effectue moins de 30 heures par semaine pour 800 € avec des horaires très tôt et très tard y compris dimanches et jours de fête. Par ailleurs, dans ces métiers les technologies ont des limites sauves par exemple dans la restauration qui a supprimé la préparation pour s’approvisionner en plats tout préparés dans l’industrie. Bref la de transformation du restaurant en cantine !NDLR

 

Depuis le mois de mai, pas un jour ne s’est écoulé sans qu’un nouveau gérant ou patron ne partage son désarroi et sa difficulté à recruter. Malgré les prises de parole répétitives et les diverses tentatives pour créer de l’attractivité, des milliers de postes saisonniers sont restés vacants un peu partout en France.

Alors que tout laissait à penser que la saison estivale cette année serait, pour la première fois depuis deux ans, synonyme d’activité économique forte, de tourisme de masse et de recettes similaires à celles des saisons antérieures à la crise du Covid-19, il semblerait que le spectre de la grande démission a fini par réellement frapper l’Hexagone.

Si le phénomène a été décortiqué et analysé Outre Atlantique pour tenter de comprendre la source du mal et les raisons qui attisent ce fléau, en France les travailleurs et salariés ont surtout été pointés du doigt. Jugés tour à tour d’idéalistes, d’hédonistes, de profiteurs ou de pantouflards, la plupart des voix qui se sont élevées ont souvent affirmé que les Français ne voulaient plus travailler.

Tandis que la saison touche à sa fin et que la problématique du recrutement de masse est momentanément derrière nous, il est grand temps de tirer quelques enseignements et de réfléchir à des solutions pérennes. La désillusion des salariés, appartenant majoritairement à des équipes terrains, est bel et bien réelle. Or celles et ceux qui ne croient plus à ce qu’on leur propose pourraient continuer de se désengager et devenir plus nombreux. Les difficultés à trouver de la main d’œuvre vont alors perdurer et s’intensifier.

En tant que patrons et managers, il est grand temps de prendre la mesure de cette vague d’absentéisme et de nous interroger sur les conditions de travail proposées. Aujourd’hui il n’y a pas de remise en question réelle de ce que nous offrons aux équipes terrain, or trop souvent les habitudes restent inflexibles et les méthodes inchangées.

Selon une étude publiée le 22 juin par la Dares, Direction statistique du ministère du Travail, 71% des entreprises ont actuellement des difficultés à recruter mais seulement 15% des employeurs estiment que cette pénurie est liée aux conditions de travail proposées. Le milieu de l’hôtellerie-restauration est finalement le secteur le plus conscient du phénomène, les employeurs sont 24% à reconnaître que leur problème de recrutement provient des conditions de travail.

Ces chiffres montrent à quel point le fossé entre employeur et équipe terrain se creuse et dans quelle mesure nous avons besoin d’une prise de conscience généralisée.

Si le manque de profils qualifiés et le niveau de salaire sont des freins véritablement existants, nous devons être une plus large majorité à affirmer que le problème vient aussi des conditions de travail, qui ne sont parfois plus acceptables et doivent être reconsidérées.

La désertification de certains secteurs est liée au manque de considération et à une sous valorisation permanente. Force est de constater que des méthodes de travail âgées de plus de 20 ans existent encore, tandis que les perspectives d’évolution et les innovations sont trop souvent absentes de l’équation.

En tant qu’ancien opérationnel de la restauration, auparavant gérant de 5 établissements, j’ai moi-même été confronté à la difficulté de conserver des équipes ainsi qu’aux limites d’un système et d’un fonctionnement papier-crayon. Nous parlons sans cesse de nouvelles technologies, de progrès, d’innovation, plus récemment de Métavers, alors que certaines professions n’ont toujours pas accès à un ordinateur et à des outils digitaux dignes de ce nom.

La revalorisation de certains métiers et l’attractivité de secteurs entiers passeront obligatoirement par une mise à jour des méthodes et des outils. Ces métiers terrain sont les grands oubliés de la transformation digitale. Alors qu’ils représentent 80% de la main-d’œuvre mondiale, seuls 1% des investissements en technologie les concernent !

Aujourd’hui ces travailleurs sont totalement déconnectés de tout écosystème digital dans leur quotidien professionnel, ce qui crée un sentiment d’exclusion. Revaloriser ces métiers passera aussi par l’inclusivité digitale et par la nouvelle expérience que l’employeur sera en capacité de proposer.

Il existe déjà des solutions tangibles qui donneront de nouveau aux salariés l’envie de faire partie d’une équipe, de recréer un sentiment d’appartenance et d’améliorer les conditions de travail.

Ce nouveau quotidien s’illustre par la modulation du temps de travail avec des plannings mieux gérés et plus de visibilité, qui permettent de trouver un équilibre positif entre vie professionnelle et vie privée. Pour regagner la confiance des équipes, une meilleure prise en compte des heures supplémentaires est également une évolution nécessaire et facile à imaginer dans le cadre d’un dispositif numérique efficace.

Enfin mettre en place des outils digitaux c’est aussi réduire les marges d’erreurs humaines pour une gestion de paie, RH et administrative plus fluide qui, in fine améliore considérablement les relations et la communication en interne.

Oui les métiers terrain ont aussi besoin du digital pour exercer correctement et c’est une erreur dans ce monde post-Covid de penser que ces secteurs doivent rester inchangés. Leurs conditions de travail, dépourvues de toute technologie et de toute amélioration en termes d’innovation, seront un fléau à long terme si nous n’investissons pas davantage en faveur de ceux qui représentent 80% de la main d’œuvre mondiale.

L’enjeu d’une révolution anthropologique en France ?

L’enjeu d’une révolution anthropologique en France ?

Par Éric Fourel Président EY France ( dans la Tribune, extrait)

 Acte de contrition en même temps que démarche messianique de la part d’un bureau de conseil dans le passé largement responsable de la fuite en avant vers l’inutile et la rentabilité à tout prix. Des propos de colloques à mettre en cohérence avec les stratégies d’audit NDLR

 

Qui aurait osé imaginer à l’aube de l’année 2022 une bascule aussi brutale entraînant, au-delà même des tragédies humaines et du danger mortel pour le modèle démocratique qu’elle révèle, un renversement total de tous les paramètres économiques sur lesquels s’est bâtie la prospérité du monde au cours des 20 dernières années ?

L’Homme doit réinventer sa relation au monde car le glas de la « mondialisation heureuse » a définitivement sonné. Il doit aussi réinventer sa relation à la nature car l’ère anthropocène menace aujourd’hui de manière tangible la survie même de l’humanité. Il doit enfin réimaginer sa relation à lui-même du fait d’une révolution technologique qui le propulse dans un univers virtuel où ses propres avatars pourraient, demain, le dominer.

 

Le vertige est absolument saisissant face à l’ampleur des chantiers de transformation à enclencher. À court et moyen terme, la priorité est sans nul doute de reconquérir la souveraineté de nos approvisionnements énergétiques, mais aussi en matière de santé publique et de sécurité alimentaire. Le symbole est bien dérisoire au regard des souffrances de nos semblables en Ukraine, mais il est parlant : qui aurait imaginé qu’en 2022 nous ferions la chasse à la moutarde dans les rayons de nos supermarchés ?

Derrière les pots de moutarde, se cachent des dépendances autrement plus préoccupantes. Le rapport d’information déposé devant le Sénat le 6 juillet dernier sur le sujet de notre souveraineté économique nous apprend, parmi de multiples autres domaines, que si la France demeure de loin le pays leader de l’agriculture au sein de l’Union européenne, sa production agricole et agroalimentaire dépend de 40 à 50 % d’intrants importés. Notre industrie dépend à hauteur de 40 % de matières premières et de biens intermédiaires importés. 80 % des principes actifs qui entrent dans nos compositions pharmaceutiques sont d’origine chinoise ou indienne.

De toute évidence, la sécurité de nos approvisionnements énergétiques est le terrain stratégique le plus sensible, mais les solutions d’urgence s’y heurtent en parallèle à l’impérieuse sortie des énergies fossiles. À moyen terme, la mutation à peine amorcée vers les énergies renouvelables génère un même risque de perpétuation de nos dépendances quand on sait que la quasi-totalité des composants nécessaires à la production d’éoliennes ou de panneaux photovoltaïques est d’origine chinoise.

Face à tous ces défis,  mettre en lumière trois constats principaux :

 

  • L’Union européenne avec les Projets Importants d’Intérêt Européen Commun (PIIEC) et un État véritablement Stratège (France 2030) doivent définir et faciliter les cadres d’investissement majeurs sans se disperser dans le saupoudrage d’aides multiples auprès d’acteurs en quête de simples aubaines. Bruno Bonnell, Secrétaire Général à l’Investissement, a rappelé à cet égard le cadre d’intervention de l’État.
  • Les Territoires doivent favoriser et accompagner l’éclosion de nouveaux écosystèmes indispensables à l’émergence de chaînes de valeur plus agiles fondées sur une économie davantage circulaire. Carole Delga, Présidente de l’Association des Régions de France, a particulièrement bien illustré ce rôle clé des nouvelles régions tout en signalant ses limites du fait des ressources budgétaires disponibles.
  • Les entreprises doivent apprendre à maîtriser progressivement leurs dépendances internationales dans un climat géopolitique dangereux et redessiner des moyens de production résilients et responsables au plus proche de leurs lieux de chalandise. Benoît Lemaignan, Président de la société Verkor spécialisée dans la production de batteries de nouvelle génération et Christel Heydemann, Directrice Générale d’Orange, ont d’ailleurs montré comment la transformation permanente de leur entreprise prend appui sur une vision messianique de leur contribution au monde et à la planète.

>> Aucune des solutions provenant de ces transformations indispensables pour redonner un souffle souverain à la France ne sera pérenne si elles ne sont pas accompagnées par un plan massif d’investissement dans les compétences nécessaires à leur émergence et leur maintenance. La régression et le vieillissement de nos savoir-faire industriels est patent. La rareté de nos compétences informatiques de niveau intermédiaire rend impossible notre extraction de la dépendance des GAFAM en matière de gestion et de stockage des données. Nul besoin de multiplier les exemples pour comprendre l’ampleur du gouffre à combler. Or, notre jeunesse est avide de sens. Un grand plan Marshall de l’éducation, tourné vers les sciences et l’innovation, destiné aux élèves de niveau intermédiaire et pas seulement à l’élite, permettrait non seulement de jeter les bases d’une restauration de notre indépendance des savoirs produire ; laquelle sera la vraie carte maîtresse de notre avenir commun, mais aussi de régénérer la cohésion sociale de notre société qui ne cesse de se déliter.

>> Troisième constat : le modèle de dialogue et de débats permanents, propre à nos vieilles démocraties en Europe, est de plus en plus souvent décrié comme moins efficace pour affronter les enjeux de transformation par rapport aux modèles dirigistes qui profitent d’une concentration des pouvoirs permettant d’enclencher plus rapidement le temps de l’action. Or, oser le débat contradictoire et affronter les oppositions, même virulentes, est en réalité un atout déterminant qui favorise la sélection des bonnes solutions et permet in fine d’embarquer le plus grand nombre derrière l’œuvre réformatrice qui nécessitera forcément des efforts et des choix souvent difficiles. Ce n’est pas tant le débat démocratique qui est un frein à la transformation que notre manque d’audace à remettre en cause les rentes acquises et la paresse de notre esprit collectif, anesthésié par tant d’années d’un confort consumériste et dont nous avons tant de mal à accepter la mort, pourtant annoncée.

Comme en matière de réchauffement climatique, l’heure est grave, mais le sursaut est encore possible pour rendre à la France sa souveraineté économique sans pour autant sombrer dans l’isolationnisme, à condition, toutefois, de nous départir sans tarder de notre insouciance héritée des trente glorieuses et de faire la preuve de la pugnacité d’un corps collectif resoudé autour de quelques enjeux stratégiques clairement identifiés et débattus.

La culture financière insuffisante des Français

La culture financière insuffisante des Français

Par Antoine Porte, cofondateur de Lydia Constate l’insuffisance de culture financière des Français en raison notamment de la complexité et de l’opacité du milieu bancaire. (Dans la Tribune, extrait)

 

L’auteur aurait pu étendre sa réflexion à l’ensemble du champ de la culture économique où là les français sont encore moins performants qu’en matière de culture bancaire. Une étude d’un groupe d’assurances avait d’ailleurs démontré que sur 19 pays européens la France occupait la dernière place. Pas étonnant que les réformes soient aussi difficiles ! NDLR

 

Si le mot banque et l’institution bancaire ont évolué avec leur temps, l’aspiration des consommateurs d’aujourd’hui s’agissant de leur argent reste simple et basique : optimiser leur pouvoir d’achat et épargner suffisamment pour concrétiser leurs projets d’avenir.

En revanche, le mot banque, qui a toujours accompagné ces deux objectifs, s’est considérablement complexifié. Dans l’esprit collectif, il ne désigne plus le lieu où se déroule une transaction, mais évoque l’incompréhension, la lourdeur administrative voire la méfiance et l’opacité.

Cette complexité bancaire est l’héritage de plusieurs siècles d’accumulation de process et d’empilement de règles, de technologies et de jargon, qui se heurte aujourd’hui à la révolution numérique. Cette complexité est en réalité un mythe, qu’il nous faut déconstruire.

Depuis plusieurs années, on s’aperçoit que la culture financière des Français est très limitée. Nous ne serions pas très au fait des effets de l’inflation sur le pouvoir d’achat, du calcul des intérêts pour un placement ou du mécanisme d’un crédit renouvelable. En 2019, une étude menée pour la Banque de France rapportait qu’à peine la moitié des Français (51%) jugeaient moyenne leurs connaissances financières.

Faut-il s’en étonner ? Petit à petit, les banques ont imposé leur langage et leur terminologie pour des actes du quotidien. Ordonner un virement c’est finalement rembourser ou payer quelqu’un. Transmettre son RIB revient à donner son numéro de téléphone. Consulter son relevé d’opérations, c’est surveiller l’équilibre de son argent. Faire un chèque, c’est donner de l’argent. Autant d’expressions du langage commun qui sont en réalité des termes métier.

On imagine sans mal le niveau de complexité pour les produits d’investissement, les solutions d’épargne complexes, la bourse…

À cette complexité s’est conjugué un système bancaire rigide, formalisé et lent, provoquant peu à peu un rejet et un désintérêt des questions financières, tel qu’elles ont été imposées par les banques.

Faut-il s’en inquiéter ? Il est vrai que la posture des Français envers l’argent est prudente, timide, presque tabou. Même en compagnie de personnes que l’on connaît bien, nous sommes très peu à discuter librement de notre situation financière.

Cela dit, la dernière étude de la Banque de France salue le comportement réfléchi des Français, qui sont 71% à surveiller de près leur situation financière. Et si pour la majorité d’entre eux le taux du Livret A reste un mystère (et on peut le comprendre), le trading connaît un engouement sans précédent auprès des particuliers. D’après l’AMF, ils étaient 1 million à trader avant la crise sanitaire…Ils sont désormais 1,4 millions : soit une augmentation de 40% en l’espace de deux ans, alors que la bourse telle qu’on la connaît aujourd’hui existe depuis des dizaines d’années.

Surtout, les nouvelles générations font preuve d’une grande confiance en eux en matière de connaissances financières. Ils s’y intéressent et n’hésitent pas à se lancer, comme on l’observe avec les cryptomonnaies.

Moralité ? Les Français n’ont pas besoin de comprendre la technicité bancaire pour maîtriser leur gestion financière. Informés à bon escient et avec des termes compréhensibles, équipés d’outils évidents à l’usage et offrant une vision globale des risques et opportunités, nous pouvons avoir toute confiance en eux et en leurs choix.

C’est d’ailleurs ce qu’ils réclament dans leur écrasante majorité. 94% des Français souhaitent être autonome dans leur gestion de compte. (Journal de l’Eco 2021)

 

Cette tendance forte est évidemment le résultat de la percée des services digitaux financiers, accélérée par l’open banking et la crise sanitaire. Mais cette transformation massive ne signifie pas pour autant que les banques vont disparaître. Ce n’est d’ailleurs pas souhaitable.

Dans les années à venir, les services bancaires vont indéniablement évoluer vers plus de mobilité et d’instantanéité. Ceux-ci seront proposés à la fois par de nouveaux entrants provenant de la Tech, agiles et innovants et dont l’ambition est de casser les barrières et réinventer les usages. Mais ils proviendront aussi d’acteurs traditionnels du secteur financier. Des banques qui sauront s’adapter, se remettre en question et s’aligner sur les attentes de leurs clients. De la même manière qu’aujourd’hui, l’acteur Tech Amazon et l’acteur historique Walmart dominent le marché de la distribution mondiale.

D’où qu’ils viennent, les leaders de la banque de demain devront s’attacher à gommer la complexité qui fait défaut aujourd’hui. Plus exactement, à maîtriser cette complexité pour faire de chaque fonctionnalité, un service personnalisé et inclusif. L’expérience la plus proche de l’intention naturelle, celle qui répondra avec clarté aux besoins fondamentaux que représente l’argent (rembourser, économiser, emprunter, partager, placer…) sera déterminante.

Il leur faudra aussi accepter de donner le pouvoir aux consommateurs. Leur permettre d’apprendre en essayant et ainsi se forger leur propre culture financière. Enfin, jouer la carte de la transparence, pour que chacun soit en mesure de comprendre comment fonctionne réellement sa banque et par quels mécanismes transite son argent.

Sans compromis sur la sécurité et la protection des données, les acteurs qui sauront conjuguer ces éléments tireront leur épingle du jeu. Et cette liberté rendue aux consommateurs pourrait bien rebattre les cartes de ce qui constitue la finance mondiale.

Economie, politique, société: les plus lus (30 sept 2022 – 7h03)

  • Economie, politique, société: les plus lus (2 oct 2022 – 7h48)
  • Industrie: Particulièrement plombée par les coûts de l’énergie
  • La culture moteur de la transition écologique

    Compatibilité entre progrès technique et progrès écologique ?
    La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso ?
    Politique : Appel aux « Refondations » de la gauche
    Les villes de plus en plus rongées par la drogue et la violence
    Retraite à 65 ans : la CFDT dit non
    >Empreinte carbone : Les trois méthodes à prendre en compte pour calculer
    Covid France 2 octobre 2022 : tendance toujours à la hausse avec 48261cas supplémentaires en 24 heures

  • Industrie: Particulièrement plombée par les coûts de l’énergie
  • Retraites : une concertation…pour rien ?
  • Productivité : le nouveau boulet économique français
  • Le lithium, prochain enjeu de la guerre économique
  • C’est parce qu’il est acculé que Poutine menacent de jouer la carte nucléaire
  • Un budget de 2023 auberge espagnole
  • Services publics et publique : enjeux structurels ?
  • Sauver la mer pour sauver l’homme
  • L’écologie aussi pour prévenir la santé ?
  • Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures
  •  

    Industrie: Particulièrement plombée par les coûts de l’énergie

    Industrie:  Particulièrement plombée par les coûts de l’énergie

     

    « Des pans entiers de l’industrie pourraient être menacés, il faut un bouclier tarifaire pour les protéger », alerte Eric Trappier, le président de l’UIMM (Union des industries et des métiers de la métallurgie). Main d’œuvre, matières premières et coûts de l’énergie : de passage à Bordeaux pour visiter les sites de formation de la Maison de l’industrie, le patron de Dassault Aviation revient sur les tensions qui menacent le mouvement de réindustrialisation du territoire.( dans la Tribune, extrait)

     

     Quel est votre degré d’inquiétude quant à la capacité de résistance des entreprises de l’industrie et de la métallurgie ?

    Eric TRAPPIER - 

    La flambée des prix de l’énergie place les entreprises industrielles face à des surcoûts impossibles à surmonter. C’est le sujet numéro un de préoccupation de nos PME partout en France et les remontées du terrain traduisent beaucoup d’inquiétude des entreprises.

    Qu’en est-il pour les sous-traitants tout au long de la supply chain aéronautique ?

    Nous avons des outils pour nous serrer les coudes et nous soutenir. On a conservé la watch tower, la cellule de vigilance, créée pendant le Covid pour vérifier qu’il n’y a pas d’écroulement de la chaîne de sous-traitant. Par ailleurs, le fonds de soutien de près d’un milliard d’euros mis sur pied pendant le Covid nous permet aussi de pouvoir mobiliser au total deux milliards d’euros pour soutenir les entreprises qui ont le plus de difficulté, y compris par un apport en fonds propres si nécessaire. L’aéronautique est donc bien outillée mais ça peut être plus difficile pour d’autres filières industrielles. En réalité, il y a des pans entiers de l’industrie qui pourraient être menacés, il faut un bouclier tarifaire pour les protéger sinon il y a un vrai risque de casser la dynamique de réindustrialisation.

    Concernant les prix de l’énergie, quelles sont les solutions envisagées ?

    Il faut trouver la bonne mécanique au niveau européen. Le Medef s’est exprimé sur le sujet et nous sommes assez en phase avec cette proposition de caper le prix du gaz, surtout le gaz qui sert à produire de l’électricité, comme cela a été fait en Espagne et au Portugal. J’ai le sentiment que la Commission européenne et le gouvernement ont bien compris les enjeux, il faut maintenant trouver la bonne formule sans décider d’un plafond qui empêche d’acheter du gaz à d’autres fournisseurs, notamment de GNL qui coûte plus cher.

    Avez-vous pu quantifier l’ampleur des arrêts ou baisses de production dans les secteurs industriels les plus électro-intensifs ?

    Non, pas encore précisément. Dans les fonderies, les forges, les verreries, les tuileries on sait qu’il y a des entreprises qui ne sont pas loin de mettre la clef sous la porte ou, en tous cas, qui stoppent leur production le temps que les prix de l’énergie baissent. Cela a des conséquences en cascade sur le reste de la chaîne de production.

    Chez Dassault Aviation, avez-vous pu sécuriser vos approvisionnements pour alimenter votre montée en cadence ?

    On a sécurisé la chaîne d’approvisionnement, notamment le titane, mais c’est une sécurité qui est en réalité toute relative puisqu’on parle d’un ou deux ans. Mais pour l’instant ça tient et nous avons réussi à augmenter la cadence de production des Falcon et à tripler la cadence de fabrication des Rafale. On était en 2020 en capacité de construire un Rafale par mois et nous sommes aujourd’hui à trois par mois. Donc, c’est aussi la preuve que nous savons répondre à la demande d’une économie de guerre.

    Qu’en est-il de l’attractivité de la filière pour attirer suffisamment de nouveaux salariés dans l’industrie ?

    Tout le monde est en tension sur ce sujet ! Mais les plus grandes entreprises, comme Dassault Aviation, Airbus, Safran, Thales, restent attractives parce que ce n’est pas la mine et qu’il y a beaucoup d’avantages ! Dans la supply chain, en revanche, c’est souvent plus compliqué parce qu’il y a moins d’avantages et souvent des salaires inférieurs. Et c’est un sujet pour nous puisque nous sommes en bout de chaîne et nous subissons donc les retards s’il y en a. Il faut donc continuer à former les jeunes en apprentissage et les demandeurs d’emplois et à attirer davantage de femmes dans nos métiers.

    Notre industrie est encore à risque dans la compétition mondiale. Il y a une vraie prise de conscience de l’importance de l’industrie, il faut mesurer cet effort dans la durée. On a de vrais atouts : une bonne main d’œuvre et des savoir-faire anciens et modernisés dans des secteurs qui fonctionnent bien tels que l’aéronautique, l’automobile, l’électronique. On a aussi le meilleur système social du monde mais aussi le plus cher donc il faut pouvoir se le payer en gagnant en compétitivité. Pour cela il faut amplifier le soutien à l’innovation et la baisse de la fiscalité de production.

     

    Retraites : une concertation…pour rien ?

    Retraites : une concertation…pour rien ? 

     

     

    D’après le gouvernement le pouvoir aurait fait le choix du dialogue. En réalité, il n’ira pas grand-chose à discuter puisque les axes de centraux sont déjà fixés à savoir la retraite à 65 ans, le minimum à 1100 € et la suppression des régimes spéciaux.
    Le président se veut ferme sur le contenu et le calendrier. Enfin presque puisque l’objectif est d’obtenir un vote avant la fin de l’hiver. Pas sûr que le délai soit tenu compte tenu de l’environnement social, économique mais aussi géopolitique.

    Pour persuader de sa conviction, le président menace même de dissoudre l’Assemblée nationale en cas de rejet de la loi spéciale sur les retraites.
    Une sorte de menace à la mode Poutine : répandre la terreur verbale pour impressionner. Pas sûr que le président d’ici cinq à six mois soit en capacité de remporter les élections après dissolution. Un pari toujours dangereux qui avait torpillé le mandat de Chirac.

    Elisabeth Borne a précisé, ce jeudi matin, à l’AFP que la réforme devrait bien prévoir un « report progressif de l’âge de départ de 4 mois par an, aboutissant à 65 ans en 2031 ».

    Pas ceratin  cependant qu’on assiste à une véritable négociation. Il s’agira plutôt d’une concertation assez formelle sur quelques points de détail, l’échange ne soit très nourri : tous les syndicats de salariés – CFDT en tête-  ont d’emblée fait valoir qu’ils étaient contre un décalage de l’âge. Il n’empêche, l’Elysée y tient. Et pour cause, « c’est le plus simple, c’est compréhensible par tout le monde et c’est ce qui rapporte le plus aux finances », argue un conseiller du Palais. A Bercy, les calculettes ont déjà commencé à tourner. Un décalage de 62 à 64 ans ferait gagner à la France jusqu’à 0,2 point de PIB.

    En parallèle sera discutée aussi une accélération de la réforme de 2014 de Marisol Touraine, concernant la durée de cotisation.

    En échange de travailler plus longtemps pour une majorité des Français, la prise en compte de la dureté de certains métiers sera assurée. Et pour cause, la CFDT en a fait un point d’honneur. Et dans l’opinion publique, c’est un marqueur fort. Les Français sont attachés à protéger ceux qui sont les plus usés par leurs métiers.

    La principale force d’opposition viendra sans doute de syndicats d’EDF évidemment contre la suppression de leurs régimes de retraite particulier; Mais l’opposition pourrait venir d’un champ plus large de salariés qui font du pouvoir d’achat une priorité autrement plus importante que la réforme des retraites.

     

     

    Productivité : le nouveau boulet économique français

    Productivité : le nouveau boulet économique français

    Non seulement nombre de Français au travail est insuffisant et plombe la croissance mais en plus la productivité de ceux qui travail plonge de manière dangereuse. De nombreux facteurs explicatifs comme sans doute le rapport au travail mais aussi le manque de formation de base et de compétence. La désindustrialisation aussi  au profit de services eux-mêmes insuffisamment productifs.

    Dans une note intitulée « Cap sur le capital humain pour renouer avec la croissance de la productivité », le conseil d’analyse économique a tiré la sonnette d’alarme ce jeudi 29 septembre. « Le ralentissement de la productivité est un problème économique important dans notre pays. Par rapport aux Etats-Unis et à l’Allemagne, la productivité en France diminue plus vite »,  a déclaré Xavier Jaravel, un des co-auteurs de la note et prix du meilleur jeune économiste en 2021 lors d’un point presse. ( papier de la Tribune)

    Le premier enseignement frappant de ce travail documenté de plus de 80 pages est que la baisse de productivité tricolore a amputé le produit intérieur brut (PIB) d’environ 5,8 points sur la période 2003-2019. Cela représente environ 140 milliards d’euros en quinze ans. Ce décrochage de la productivité hexagonale par rapport à l’Allemagne ou aux Etats-Unis entraîne également des pertes faramineuses pour les finances publiques de l’ordre de 65 milliards d’euros avec un taux de prélèvements obligatoires de 46%.

    Pour se donner un ordre de grandeur, les économistes rappellent que cette somme représente le budget annuel du ministère de l’Education nationale. Le centre de recherches rappelle que la France a perdu 7 points de PIB par habitant par rapport à l’Allemagne en quinze années. Une grande partie de ce décrochage (5 points) s’explique par des pertes de vitesse de la productivité.

    Enfin, il faut rappeler que si les chercheurs ont focalisé leurs travaux sur les deux dernières décennies, le ralentissement de la productivité en France est loin d’être un phénomène récent. Depuis la fin des « 30 glorieuses », l’économie hexagonale enregistre de plus faibles gains de productivité. « En France, la croissance de la productivité du travail est divisée par deux au cours des années 70 et passe d’un rythme de 5% l’an à un rythme de 2,6% », expliquent les économistes de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) Éric Heyer et Xavier Timbeau dans un récent (*) ouvrage consacré à l’économie tricolore. Les différentes crises économiques liées aux chocs pétroliers des années 70 et au resserrement drastique des politiques monétaires ont porté un coup dur à la productivité dans les pays riches de la planète durant cette période.

    L’autre constat important est que la plupart des secteurs sont concernés par ce coup de frein de la productivité. Sans surprise, la chute de productivité dans l’industrie peut s’expliquer en partie par une transformation du modèle productif français. La désindustrialisation accélérée de l’économie hexagonale depuis les années 70 a provoqué des destructions massives d’emplois dans l’industrie. Résultat, les emplois à forte productivité ont considérablement chuté.

    La productivité est en général plus forte dans l’industrie que dans les autres secteurs. Dans la construction et le commerce, les tendances sont très négatives par rapport à l’Allemagne. Enfin, même dans les technologies de l’information et de la communication, les résultats sont « alarmants » jugent les économistes du centre d’analyse.

    L’un des principaux facteurs évoqués par les économistes pour expliquer ce ralentissement est le décrochage de la France en matière de compétences, en particulier en mathématiques. « Plusieurs analyses récentes s’accordent sur le constat d’une nette dégradation du niveau moyen mais restent ambiguës concernant l’évolution en haut de la distribution [...] Nous confirmons ici le constat d’une dégradation générale du niveau en France et montrons également que ce constat s’applique également aux meilleurs scores de la distribution en particulier sur la période récente », indiquent les économistes. L’organisme rattaché à la Première ministre pointe du doigt également la dégradation des compétences dans la sphère professionnelle.

    « Le décrochage éducatif sur les mathématiques et les compétences socio-comportementales pèse sur la productivité. Les capacités socio-comportementales comprennent les capacités à travailler en équipe, à communiquer par exemple. La France est en mauvaise posture sur les compétences en mathématiques et socio-comportementales. La baisse en mathématiques concerne aussi bien la moyenne générale mais aussi les meilleurs élèves, » résume Xavier Jaravel, professeur à la London School of Economics (LSE).

    Face à ce constat accablant, le conseil d’analyse économique fait plusieurs préconisations. « Notre première recommandation est de mettre en place une vraie ambition sur la hausse des performances éducatives. Il y a une série de réformes à mener sur les programmes, la formation des enseignants. Il faut également insister sur le renforcement des compétences socio-comportementales dans le cursus scolaire. il faut mettre l’accent  sur les formations ultérieures [au cours de la carrière] », poursuit l’économiste.

    Le crédit d’impôt recherche convoité par les grandes entreprises est dans le viseur du conseil d’analyse économique. Plusieurs économistes de tout bord ont étrillé cette niche fiscale réclamée par les grands groupes tricolores. « L’effet incitatif du CIR est faible pour la dépense de R&D des grands groupes, qui bénéficient de 400 millions d’euros de subventions à 5 % », soulignent les auteurs de la note. Les chercheurs recommandent de baisser le plafond de dépenses éligibles à 20 millions d’euros.

    « On peut optimiser le Crédit d’impôt recherche en conservant l’enveloppe globale [ de 7 milliards d'euros par an] et le redéployer en diminuant les subventions au profit du capital humain », conclut l’économiste. A quelques jours de l’ouverture de la session parlementaire sur le budget 2023, cette proposition risque de raviver les débats sur cette niche fiscale particulièrement controversée.

    (*) L’économie française 2020, Editions La Découverte.

    Le lithium, prochain enjeu de la guerre économique

    Le lithium, prochain enjeu de la guerre économique

     

    La compétition pour le contrôle des futurs sites d’extraction de ce minerai critique, indispensable à la fabrication de batteries électriques, devient un enjeu géopolitique majeur. ( le Monde)

    L’Occident et en particulier l’Europe s’est sans doute peut-être un peu précipitée dans une transition énergétique visant à se libérer du pétrole mais à se ligoter vis-à-vis du précieux lithium indispensable dans les batteries électriques aujourd’hui. La dépendance changera de champ géographique en passant des pays arabes producteurs de pétrole à la Russie et à la Chine. De quoi peut-être repenser les calendriers, voir les technologies NDLR

     

     

    Ce n’est plus un sujet de spécialistes des matières premières, mais déjà un objet de géopolitique brûlant, qui intéresse les Etats autant qu’il les inquiète : le lithium figure désormais en tête de la liste des « minerais critiques ». Ce métal, qui sert à la fabrication de batteries électriques, voit ses cours exploser, au point d’être qualifié d’« or blanc ». Il a aussi gagné, dans le jargon des groupes miniers, le surnom de « pétrole du XXIe siècle », indiquant son rôle de premier plan dans la définition des rapports de force mondiaux, un rôle occupé jusqu’ici par les hydrocarbures.

    Il suffit de remplacer lithium par gaz pour comprendre la nature des interrogations sur le futur de cette ressource. Le cas de la guerre en Ukraine l’a illustré, lorsque la Russie a en substance fermé ses robinets à destination de l’Europe, procédant à une « militarisation » (weaponisation) de cette ressource naturelle. Voilà qui illustre ce qui pourrait arriver demain avec des minerais dits critiques, au premier rang desquels figure le lithium.

    Ce métal est crucial pour la production de batteries (au lithium-ion) pour les véhicules électriques, en remplacement des moteurs thermiques (dont l’Europe a programmé la disparition pour 2035), mais aussi de façon plus générale dans toute l’économie de la transition énergétique, parmi d’autres minerais critiques. « Le monde va passer de kilowattheures très carbonés, consommateurs d’énergies fossiles, à des kilowattheures très “métallisés”. En outre, toutes les technologies de pointe et aciers à haute valeur ajoutée utilisent une quantité croissante de métaux rares. C’est notamment le cas de l’industrie aéronautique et de défense », analyse Vincent Donnen, dans une note de l’Institut français des relations internationales consacrée aux métaux critiques.

    Le lithium entre – en apparence modestement – dans la fabrication des cathodes, le pôle négatif des batteries électriques. Seulement, qui contrôle la possibilité de fabriquer des cathodes contrôle en fait la production de batteries. En résumé, rien ne sert de construire des megafactories, à l’image de celles de Telsa, pour alimenter la consommation exponentielle de véhicules électriques, si un acteur en position de dominance du secteur des cathodes peut couper, du jour au lendemain, l’approvisionnement d’un composant crucial. Cet acteur, ce pourrait être la Chine, où se transforme et se raffine une partie du lithium extrait dans le monde. Mais des contre-offensives sont en cours.

    C’est parce qu’il est acculé que Poutine menace de jouer la carte nucléaire

    C’est parce qu’il est acculé que Poutine menacent de jouer la carte nucléaire

     

    Alors que son armée continue de subir des revers, la nouvelle allusion à l’arme nucléaire du président russe ne vaut pas tant comme menace stratégique que comme outil de propagande destiné aux populations des démocraties, explique l’historien et politiste Benjamin Hautecouverture dans une tribune au « Monde ».

     

    Dans les faits, l’armée de Poutine est en pleine déroute et les très prochaines semaines pourraient confirmer le succès de la reconquête ukrainienne dans le Donbass. D’où le rattachement à la va-vite de ces territoires à la Russie avec des référendums bidons afin de justifier l’éventuel recours au nucléaire tactique. La dernière carte  du dictateur pourrait aussi signifier sa fin d’autant qu’il a commis l’erreur fondamentale d’une mobilisation générale terrorise maintenant la population russe NDLR

     

    Le facteur nucléaire agit dans l’ombre du conflit en Ukraine depuis février. Il a resurgi à la faveur de l’allocution du président russe, mercredi 21 septembre, évoquant de nouveau la menace d’emploi de l’arme nucléaire, sans la nommer (le paragraphe pertinent du texte mentionne « différents types d’armes » ainsi que « tout type de système d’arme disponible »).

    Or, l’évolution du contexte militaire en modifie peut-être le sens : les régions dans lesquelles se sont déroulés les référendums de rattachement évoqués par Vladimir Poutine avec une probabilité élevée de réponses qui lui seraient favorables seraient-elles, le cas échéant, considérées comme participant des intérêts vitaux de la Russie une fois leurs résultats parvenus permettant au Kremlin de les attacher au territoire de la Fédération ? La protection de leur intégrité relèverait alors, craint-on, de la dissuasion nucléaire russe. Cette question appelle des commentaires dont il faut distinguer les termes discursifs, doctrinaux, stratégiques.

    Rien ne permet, dans la construction du discours du 21 septembre, d’indiquer un lien mécanique entre l’issue de possibles référendums locaux et l’anticipation d’un risque d’atteinte à l’intégrité territoriale de la Russie dont feraient partie de nouveaux territoires contestés. Il s’agit, pour le moment, d’une lecture interprétative d’un argumentaire dont les développements nucléaires qui le concluent s’adressent au premier chef à certains représentants de l’OTAN tentés, aux dires du président russe, de faire usage de l’arme nucléaire. Dans ce cas, il s’agirait de la part du Kremlin d’une insistance dans le cadre d’un dialogue dissuasif qui fait des vagues depuis sept mois mais qui n’appelle pas aujourd’hui de commentaire complémentaire.

    Mais supposons qu’une telle lecture soit justifiée, ce à quoi l’auteur de ces lignes ne souscrit pas. D’abord, l’enchaînement doctrinal qui résulterait de tels référendums n’a que l’apparence de la simplicité. On ne retrouve pas la mention de l’intégrité territoriale de l’Etat dans les documents doctrinaux russes récents, en particulier dans l’oukase présidentiel n° 355 de juin 2020. Tout au plus, peut-on convoquer ici le cas d’une agression armée de type conventionnelle susceptible de compromettre l’existence de l’Etat russe, c’est-à-dire l’un des quatre cas dans lesquels l’article 19 de l’oukase n° 355 envisage l’emploi de l’arme nucléaire.

    Or, la continuation d’un conflit conventionnel dans ce qui deviendrait une nouvelle frontière de la Russie ne serait pas une menace existentielle. Il y a là pour le moins une marge interprétative importante. En outre, les critères d’exercice de la dissuasion nucléaire ne sont nulle part gravés dans le marbre. Autrement dit, le seuil nucléaire n’étant ni parfaitement connu ni mécaniquement déductible, rien ne permet de l’abaisser à la continuation d’un conflit conventionnel dans des territoires nouvellement rattachés (et dont le changement de statut serait alors contesté à Kiev).

    Un budget de 2023 auberge espagnole

    Un budget de 2023 auberge espagnole

     

    Compte tenu des incertitudes économiques mondiales, le gouvernement donne l’impression de naviguer à vue dans ses arbitrages, constate dans sa chronique Audrey Tonnelier dans le« Monde ».

    La vérité c’est qu’il n’y a pas de véritable orientation stratégique dans un budget type auberge espagnole où tout est traité à peu près sur le même plan avec un saupoudrage général des différentes champs d’intervention.Bref il n’y a pas de vrai choix dans ce budget. Une illustration par exemple du flou des orientations en matière énergétique on fera un peu d’énergie alternative, un peu de lancement nucléaire et un peu d’hydrogène. Un peu partout et partout trop peu pour redonner une vraie indépendance aux pays NDLR

    « Ce n’est pas un budget de rigueur, de facilité, mais un budget responsable et protecteur, dans des temps de grande incertitude. » Lundi 26 septembre, en présentant le projet de loi de finances (PLF) pour 2023 devant la commission des finances de l’Assemblée nationale, Bruno Le Maire a donné le ton. Il faut dire que, entre la poursuite de la guerre en Ukraine, la flambée des prix de l’énergie, les confinements en Chine et les risques de récession aux Etats-Unis et en Allemagne, le second quinquennat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une conjoncture économique bien différente de celle de 2017.

    Le ministre de l’économie a eu beau expliquer vouloir tenir l’équilibre entre protection des Français et rétablissement des finances publiques, et défendre « la ligne économique qui est la [sienne] : rémunération du travail, croissance et investissement », difficile de déceler un fil conducteur dans le budget pour 2023 : dans un contexte de forte inflation, la quasi-totalité des ministères ont vu leurs enveloppes gonflées, à rebours de la nécessité de « choix » souvent défendue par le locataire de Bercy pour mener des politiques efficaces.

    Les 45 milliards d’euros du bouclier tarifaire, bien que difficilement contestables au vu de la hausse des factures de gaz et d’électricité, viennent mettre à mal l’idée de fin du « quoi qu’il en coûte » pourtant défendue mordicus par l’exécutif. Quant au report d’un an de la suppression totale de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, il brouille pour la première fois le message probusiness qui fut la marque de fabrique du chef de l’Etat.

    Les oppositions n’ont d’ailleurs pas manqué de s’engouffrer dans la brèche. « Ça n’est pas très rassurant que les pilotes de l’avion anticipent aussi peu un environnement mondial que chacun sait compliqué », a critiqué Eric Coquerel, le président (LFI) de la commission des finances, en référence à la révision tardive de la prévision de croissance pour 2023 (1 % désormais). « Le “quoi qu’il en coûte” est peut-être réalisé d’une autre manière, mais il continue. C’est décevant et inquiétant », a de son côté réagi la députée Véronique Louwagie, cheffe de file des élus Les Républicains à la commission des finances.

    Même le Medef, dont les adhérents avaient longuement applaudi M. Le Maire lors de leurs universités d’été fin août, s’est fendu d’un communiqué sévère : regrettant une « accoutumance à la dépense publique », l’organisation patronale a souligné que les dépenses courantes (hors crise) allaient augmenter de « plus de 62 milliards d’euros en 2023 » et déploré que « la France continue de vivre au-dessus de ses moyens ».

     

     

     

    Services publics et publique : enjeux structurels ?

    Services publics et publique : enjeux structurels ?

     

    Dans un contexte socio-économique difficile, il est indispensable de maintenir un niveau d’engagement fort en faveur des services publics, estime dans une tribune au « Monde » Luc Farré, secrétaire général de l’UNSA Fonction Publique.

     

     

    A juste titre le syndicat une ça plaide le maintien et le renforcement du service public dans les fonctions régaliennes pour une société plus solidaire, plus écologique et plus citoyenne.

    Reste que le syndicat se montre assez discret sur les conditions de fonctionnement et d’efficacité de ce service public qu’il amalgame avec la fonction publique. Une confusion classique entre l’objectif et les moyens. Pour parler clair, une vision assez corporatiste. Le service public n’est pas une affaire de statut du personnel ou de statut de l’entreprise et nombre d’activités sont epar le privé par délégation. Le statut de fonctionnaire dans de nombreux cas au contraire porte atteint au concept même de service public du fait de son inefficacité NDLR

    La mondialisation et l’exploitation sans limite de ressources épuisables, l’injuste répartition des richesses et ses effets sur le climat nous exposent à des crises majeures : sanitaires, sociales, environnementales, économiques et géopolitiques. La prise de conscience est d’autant plus brutale qu’elle est tardive. L’inaction de ces dernières décennies a considérablement réduit les marges de manœuvre d’une transition écologique socialement soutenable.

    Il est donc urgent d’agir avec des moyens d’action fondateurs pour une société plus solidaire, plus écologique, plus citoyenne. Dans le panel des évolutions structurelles et structurantes à accomplir face à ces nombreux défis, la France peut se prévaloir de ses services publics et de son niveau de protection sociale. L’UNSA plaide pour un réinvestissement significatif dans les services publics et la fonction publique, bien commun, ciment de notre modèle et porteur d’avenir pour notre pays et nos enfants.

    Les services publics assurent des activités d’intérêt général et leur existence comme leur fonctionnement résultent de contributions socialisées. Ils participent à réduire les écarts entre les citoyens. Les règles qui leur sont propres constituent un rempart contre les conflits d’intérêts et renforcent la cohésion sociale. Cette spécificité doit perdurer et s’amplifier car, plus les incertitudes sont grandes, plus la confiance des citoyens dans les services publics doit être un point d’appui pour affronter les crises.

    Face aux périls, les principes de continuité, d’égalité et de mutabilité des services publics sont de réels atouts. La crise sanitaire en est une parfaite illustration, la lutte contre les incendies également. Ce contexte implique de réactiver les fondements mêmes des services publics : la satisfaction des besoins des citoyens, de revoir leurs contours et leurs objectifs.

    Gestion de l’eau, énergie, transports, information, formation, éducation, sécurité, justice, aide à la personne, santé, culture, sport, petite enfance, dépendance…, nécessitent d’importants investissements. Les services publics et les infrastructures participent aussi au développement et à la protection des activités du secteur privé.

    Pour faire face au dérèglement climatique, les employeurs publics doivent donner l’exemple. La mise en œuvre concrète d’une sobriété énergétique impose des économies et l’adhésion des agents, mais surtout des investissements importants dès à présent et sur une longue période. Un plan massif pour isoler et transformer les bâtiments publics, pour substituer à une gestion au jour le jour une vision structurante à moyen et long terme est urgent.

    Sauver la mer pour sauver l’homme

    Sauver la mer pour sauver l’homme 

    A l’occasion des Rendez-Vous de l’histoire de Blois, consacrés cette année aux océans, « Le Monde » dresse, dans un hors-série, l’état des lieux de l’écosystème marin.

     L’homme a mis des siècles à maîtriser la mer. Il a commencé petit à petit à s’éloigner des rivages sur de frêles embarcations, craignant les colères de Poséidon, le dieu de la mer dans la mythologie grecque. Puis, il s’est lancé sur l’immensité des « plaines liquides », comme ces marins du Pacifique qui, à des milliers de kilomètres de distance, à bord de leurs radeaux, ralliaient les Marquises à l’île de Pâques.

    De l’autre côté du globe, les Vikings se jouaient de toutes les tempêtes, montrant le chemin des Amériques. Puis, à la sortie du Moyen Age, les navigateurs ibériques ont découvert des continents et prouvé que la Terre est ronde en en faisant le tour sur leurs galions.

    La planète est devenue, pour les empires les plus puissants, un terrain de conquête où s’affrontaient leurs armadas et le contrôle des océans a permis pendant des siècles à l’Occident de s’enrichir grâce à la colonisation et à l’esclavage. Une fois les océans maîtrisés, la mer est devenue une ressource pour la pêche industrielle et une poubelle pour les déchets. L’homme a façonné la mer à son image, creusant des canaux pour mieux commercer ou faisant surgir des îles artificielles pour mieux se défendre et assurer sa souveraineté.

    Aujourd’hui, les rivages s’ornent d’éoliennes et les falaises s’effondrent. Les îliens, qui ont déjà les pieds dans l’eau, migrent vers des terres plus hospitalières. Les bateaux-usines raclent les fonds pour traquer ce qui reste de poissons. Les routes maritimes sont devenues des ­autoroutes pour porte-conteneurs tandis que, dans les profondeurs, les sous-marins jouent au chat et à la souris.

    Les grands cétacés s’échouent sur les plages, où, bientôt, l’été sera aussi chaud dans l’eau qu’hors de l’eau. Cette énumération non exhaustive et désespérante montre que, certes, l’homme a maîtrisé la mer, mais qu’il est en train de la détruire.

    La mer est notre miroir. On pourrait dire, pour paraphraser Charles Baudelaire, qu’à défaut de l’avoir chérie, il va falloir la réparer. Dans ce miroir apparaissent le réchauffement ­climatique qui fait monter les eaux, les ravages sur la biodiversité qui menacent l’écosystème marin, le plastique qui empoisonne les poissons et les oiseaux – il y aurait 24 400 milliards de microparticules de plastiques dans les mers –, les migrants qui se noient… Dans ce hors-série, publié à l’occasion des Rendez-Vous de l’histoire de Blois, dont le thème est la mer, l’historien Christian Buchet avertit : « Nous n’aurons pas d’océan de rechange !  »

    L’écologie aussi pour prévenir la santé ?

    L’écologie aussi pour prévenir la santé ?

     

    A l’occasion de la Journée mondiale du cœur, jeudi 29 septembre, le cardiologue Pierre-Vladimir Ennezat appelle, dans une tribune au « Monde », à jouer sur la fibre écologique pour lutter contre ces maladies chroniques.

     

    Il y a près de trois ans, une épidémie d’infections respiratoires causée par un virus, le SARS-CoV-2, émergeait dans la province du Hubei, en Chine, avant de se propager rapidement pour provoquer une pandémie ou plus précisément une syndémie, entrelacement aggravant de maladies et de facteurs biologiques et environnementaux : grand âge et perte d’autonomie, maladies chroniques, obésité, défaillances des systèmes de soins et inégalités sociales et raciales déterminaient une large proportion de la mortalité et des formes graves liées à cette infection Covid-19.

    D’immenses progrès médicaux diagnostiques et thérapeutiques ont pourtant été réalisés depuis l’après-guerre. A contrario, notre mode de vie semble avoir fait le lit des maladies chroniques, qui submergent littéralement notre système de santé et le mettent en faillite financière. Inactivité physique, pollution, anxiété et dépression, addictions au tabac, à l’alcool, au sucre, aux aliments ultra-transformés et désormais aux écrans sont clairement à l’origine de nos maladies cardio- et cérébro-vasculaires, de l’obésité, du diabète, mais aussi des maladies respiratoires et des cancers.

    Sensibiliser et convaincre nos citoyens d’abandonner ce mode de vie délétère est une tâche immense voire impossible pour le corps médical dans un environnement si toxique et pourtant permis, voire autorisé, par nos gouvernements successifs, perméables aux lobbys de la grande distribution et des industries agroalimentaires, automobiles et pétrochimiques. A l’aune de la sobriété, la fibre écologique pourrait être un fil conducteur pour prévenir et réduire l’incidence de ces innombrables maladies. Quelques exemples pourraient être proposés pour célébrer, jeudi 29 septembre, la journée mondiale d’action contre les maladies cardio-vasculaires.

    L’utilisation au maximum des escaliers et non des Escalator ou des ascenseurs, la marche ou la bicyclette de préférence au recours à des voitures, trottinettes ou bicyclettes à assistance électrique de plus en plus lourdes et puissantes sont des activités par essence écoresponsables et bénéfiques pour le système cardio-vasculaire d’Homo sapiens. Lorsque la distance entre le domicile et le lieu de travail est inférieure à 1 km, 42 % des personnes prennent hélas leur voiture pour s’y rendre ; 56 % lorsque la distance est comprise entre 1 et 2 km ; 63 % entre 2 et 3 km.

    Ces proportions témoignent de la très faible motivation pour l’effort, permise par une énergie abondante et pas assez coûteuse. La réduction du temps affalé (« sitting disease ») dans un canapé, très souvent devant des écrans et, pis, en grignotant, est un objectif primordial pour lutter contre la pandémie d’obésité et de diabète qui sévit depuis plusieurs décennies et provoque plusieurs millions de décès chaque année.

    Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures

    Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures

    On enregistre jeudi 29 septembre 2022 :  51 366 cas supplémentaires 24 heures, 155.078 morts au total, +33 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.146 (+1) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 125.932 (+32 en 24h).

    Le taux de reproductivité R est de 1,26 le taux d’incidence à 392,01 et la tension hospitalière à 15,6 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

    La France compte actuellement 14.259 (+245) personnes hospitalisées et 789 (+5) malades en réanimation.

    Bilan des régions  :

    • Ile-de-France : 4.297 (+67) hospitalisées, 293 (+4) en réanimation et +4 décès en 24h
    • Grand Est : 1.222 (+67) hospitalisés, 63 (+3) en réanimation et +5 décès en 24h
    • Hauts de France : 1.142 (+11) hospitalisés, 69 (0) en réanimation et 0 décès en 24h
    • Auvergne Rhône Alpes : 1.369 (+62) hospitalisés, 54 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
    • Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.157 (-18) hospitalisé, 46 (0) en réanimation et +2 décès en 24h
    • Bretagne: 421 (-6) hospitalisés, 16 (-2) en réanimation et +2 décès en 24h
    • Normandie : 766 (+15) hospitalisés, 25 (-1) en réanimation et +1 décès en 24h
    • Nouvelle-Aquitaine : 1.080 (+5) hospitalisés, 73 (+3) en réanimation et +8 décès en 24h
    • Pays de la Loire : 237 (+4) hospitalisés, 14 (-4) en réanimation et +1 décès en 24h
    • Occitanie: 965 (+11) hospitalisés, , 51 (+3) en réanimation et +4 décès en 24h
    • Centre-Val de Loire : 657 (+10) hospitalisés, 27 (-3) en réanimation et +1 décès en 24h
    • Bourgogne-Franche-Comté : 611 (+23) hospitalisés, 38 (+4) en réanimation et +1 décès en 24h

    Retraites : la réforme reportée en janvier… Peut-être !

    Retraites : la réforme reportée en janvier… Peut-être !

     

    Il est clair que Macron  hésite depuis un bon moment entre autoritarisme et laxisme vis à vis de la réforme des retraites. Une hésitation nourrie par les interrogations mêmes dans la majorité dont certains souhaiteraient davantage de concertation surtout face à l’opposition unanime des syndicats.
    Du coup une troisième voie pourrait être envisagée avec une loi rectificative financement de la sécurité sociale seulement début de l’année 2023.

    Le problème est de savoir si le contexte socio-politique sera plus favorable début 2023 . Rien n’est sûr car on aura alors la confirmation de la nette dégradation de la croissance, du pouvoir d’achat de la consommation et même de l’emploi

     Une difficulté technique se pose aussi: il est difficilement possible d’intégrer la suppression des régimes spéciaux dans un texte budgétaire. Or sans modification des régimes spéciaux, la réforme perd beaucoup de sa légitimité. Rappelons-nous qu’au départ il s’agissait de mettre en place un régime universel !

    Compte tenu de toutes les contradictions y compris au sein même de la majorité on pourra donc se rabattre sur une troisième voie début 2023 avec un objectif limité seulement au report de l’âge vers 64 ans. Finalement une réforme assez ratatinée quand on sait que l’âge moyen réel  de départ à la retraite est actuellement de 63 ans et demi. Finalement,  si le climat social se montre assez délétère début 2023 on pourrait même s’orienter vers une quatrième voie à savoir l’abandon pur et simple de la réforme !

     

    0 Réponses à “Réforme des retraites :

    Énergie et crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents

    Énergie et crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents

    Si le gouvernement multiplie les annonces rassurantes face à la crise énergétique, son discours masque mal le fait que la situation actuelle résulte d’abord de choix qui ont été faits durant les dix dernières années. Et la crise ukrainienne aura servi de révélateur de l’absence d’une vision de long terme de notre politique énergétique. Par Didier Julienne, Président de Commodities & Resources (*). ( la Tribune)

     

    Ce n’est pas bien, paraît-il, de remuer le passé politique pour parler d’erreurs fatales, surtout s’il est proche. Ce n’est pas bien parce que ce n’est pas positif, pas constructif, cela impose l’humilité aux responsables et n’apporte rien aux éventuelles solutions. Bref, c’est une perte de temps.

    En effet, à quoi cela sert-il de répéter que l’électricité française est plantée à cause des deux derniers mandats présidentiels qui ont décidé des choses sans intelligence ni compétences et sans prévoir l’incroyable ? C’est une grave faute politique et non pas un accident industriel.

    À quoi cela sert-il d’écrire encore et toujours que ramener la part de l’électricité nucléaire à 50 %, fermer Fessenheim, abandonner Astrid, sans solution opérationnelle fiable ? Le fruit subtil du déclassement PISA dirait : c’était « déconner grave ».

    Il n’y a qu’à constater la tragédie industrielle allemande pour s’en rendre compte. Où sera la solution miracle des renouvelables allemands cet hiver ? Dans le charbon ! Alors que l’on dit, à la mode d’un général Tapioca qui se défausserait sur ses guérilleros, que les coupables sont EDF, ou les deux producteurs d’électricité allemands, Uniper en faillite et RWE. La France vaut mieux que cela. Si le bilan énergétique d’Angela Merkel est questionné, qui questionne celui de Paris ?

    À quoi cela sert-il de rappeler que la communication performative ne fonctionne pas, ni dans l’industrie ni dans l’énergie? La communication performative est utilisée par le maire d’une commune pour que le couple qui se présente devant lui passe du statut de deux célibataires à celui d’un couple marié. Elle provoque ce changement immédiat.

    La communication en imitation de la performative est la cause d’une France en charge mentale excessive, psychologiquement plantée et peut être ex abruto électriquement plantée cet hiver. Cette communication ne donne en effet aucun électron supplémentaire lorsque l’on décide de la construction future de nouveaux réacteurs, sans pour autant annuler en plein crise de souveraineté la fermeture des centrales actuelles qui sont efficaces, non dangereuses et rentables, comme l’était Fessenheim. L’énergie c’est le temps long, il ne faut jamais se tromper.

    À quoi cela sert-il de répéter que grâce à un esprit transgressif le régime de l’Arenh qui tue EDF aurait dû être aboli depuis longtemps au lieu de le consolider par le décret du 11 mars 2022 ? Sinon à quoi sert-il d’avoir un esprit transgressif ?

    À quoi cela sert-il de répéter que la gazoduc Midcat reliant l’Espagne à l’Europe du Nord est utile, car l’Espagne a des capacités de GNL inusitées ? Refuser cette redondance de sécurité pour le long terme est de la même impréparation vis-à-vis de l’impensable que la fermeture de centrales nucléaires sans une alternative fiable.

    À quoi cela sert-il de rappeler que l’arrêt des réacteurs du programme Astrid était une bêtise, car il démobilise les chercheurs qui chercheront autre chose autre part ? Alors que ce type de réacteurs, qui brûle les déchets des centrales actuelles, est la pièce manquante à l’économie circulaire du nucléaire. Il assurera une électricité sans limites pendant au moins 2000 ans à toute l’Europe, puisqu’ils sont le cercle vertueux brûlant les déchets entreposés dans toutes les piscines de refroidissement disposées sur notre continent européens ; sans plus jamais d’uranium minier. De plus, pour appuyer là où cela fait mal, la Russie construit déjà un tel réacteur de nouvelle génération, il sera opérationnel en 2026.

    Et puis il y a les causes diverses.

    À quoi cela sert-il de répéter qu’au lieu d’interdire le stationnement de scooters à Paris, un décret devrait obliger l’installation de panneaux solaires sur toutes les toitures et façades d’immeubles ; et au lieu de subventionner les éoliennes, payons massivement la disparition des chaudières au fioul ?

    À quoi sert-il de démasquer des « happy few » qui ont bénéficié de la désindustrialisation française ? À révéler une forme de décadence industrielle !

    À quoi bon parler du complot « des métaux rares » et de la corruption qui le paye pour contrer l’incontestable progrès qu’est la voiture électrique ? Et pour en revenir au plantage électrique français, à quoi bon répéter qu’Areva a perdu la boule parce qu’il a tout simplement été géré par des incompétences qui comparaient l’entreprise à une cafetière Nespresso ; l’affaire Uramin, qui n’est pas encore jugée, en présente tous les symptômes.

    Cet aggiornamento sert à parler vrai, juste quelques secondes, pour tuer le cynisme à la mode dans notre pays et nous redonner l’envie du courage, parce que combien de Françaises et de Français se battraient pour défendre la France ; à la manière héroïque des Ukrainiennes et des Ukrainiens ?

    ——

    (*) Didier Julienne anime un blog sur les problématiques industrielles et géopolitiques liées aux marchés des métaux.

    Bourses : krach ou pas ?

    Bourses : krach ou pas  ?  

     

    Dans un papier des » Echo »s, on s’interroge sur l’évolution des valorisations boursières et la possibilité ou pas de krach.

     

    .La Bourse enregistre l’une de ses plus graves crises en plus de dix ans. Après avoir caracolé en 2021 , avec notamment un record historique pour le CAC 40 qui est monté à près de 7.400 points, la chute des bourses mondiales est arrivée dans le sillage de la guerre en Ukraine, sans qu’elle en soit la seule cause. En quelques semaines, la Bourse de Paris est retombée et varie depuis entre 5.700 et 6.700 points. Pas mieux outre-Atlantique où le S&P 500, l’indice phare de Wall Street, a perdu plus de 20 % depuis début 2022.

    L’année est d’ores et déjà très mauvaise pour les investisseurs. Les premiers tremblements sont apparus fin 2021 aux Etats-Unis avec le début d’une série de remontée des taux . Après une décennie proche du zéro, voire de taux négatifs, qui ont dopé les valorisations boursières, le choc a été rude. Les marchés ont commencé une descente accentuée ensuite par la conjoncture géopolitique, par la crise immobilière doublée d’une politique zéro Covid en Chine, puis la rupture dans les chaînes d’approvisionnement de l’après-pandémie, et enfin la crise énergétique. Un cumul inattendu de faits traditionnellement déprimants pour les marchés.

    Parmi les valeurs ayant le plus souffert, figurent celles de la Tech. La chute de leur valorisation a eu un impact direct sur les particuliers, qui les privilégiaient, et alors qu’ils étaient revenus en France dans le jeu boursier après une décennie de désaffection. Le risque existe de voir les bourses mondiales s’enfoncer un peu plus en octobre. Certains craignent même de toucher un point de rupture alors que, depuis 1929, ce mois de l’année est celui que l’on associe au krach boursier. La situation est particulière, avec un risque inflationniste auquel répondent les hausses de taux des banques centrales . Une politique monétaire qui rend les investisseurs pessimistes.

    Robotisation : l’homme transformé en animal de compagnie des robots ?

    Robotisation : l’homme transformé en animal de compagnie des robots ? 

     

     

     

    Il y a évidemment quelque chose de surréaliste avec cette information en provenance de la Chine où une femme robot a été nommée PDG d’une entreprise de plusieurs milliers de salariés. On avance une raison « rationnelle » car ce robot travaille  mieux et surtout 24 heures sur 24.

    On rêve aussi peut-être d’un robot un jour à la tête de l’État qui par parenthèse permettrait de faire l’économie d’élections qui ne servent  d’ailleurs pas grand-chose en Chine puisque le parti communiste décide de tout par avance.

    Un parti communiste composé aussi pour l’essentiel de robots qui lèvent la main en même temps que le chef et savent aussi tous ensemble l’abattre sur les contestataires.

    On pourrait prolonger la prospective et envisager aussi le remplacement des consommateurs par des robots. Donc des robots chefs d’entreprise, des robots producteurs et des robots consommateurs. De quoi se passer de l’espèce humaine et de réaliser peut-être le grand rêve communiste du socialisme totalitaire enfin réalisé.

    On imagine aussi que les responsables de la défense seront désormais des robots de sorte qu’on pourra sans doute plus rapidement programmer la fin De l’Homo sapiens peut-être en animal de compagnie des robots.

    Une femme robot vient d’être nommée à la tête d’une grosse entreprise chinoise. L’un des leaders chinois du jeu vidéo, NetDragon Websoft, est à l’origine de cette première et a confié sa filiale, Fujian NetDragon Websoft, à une intelligence artificielle. L’idée remonte en fait à plusieurs années. En 2017, grâce à l’IA, la société décide de créer un personnage virtuel et de lui donner des responsabilités. L’entreprise, à l’époque, a envie de montrer à ses clients que l’intelligence artificielle qu’elle développe pour ses jeux peut aussi fonctionner dans la vie réelle de l’entreprise.

    Ce personnage est donc Tang Yu, une femme robot qui a commencé par occuper le poste de numéro 2 de l’entreprise, avant d’être nommée à un poste de PDG tournant de la société. C’est inédit. NetDragon Websoft compte plusieurs milliers de salariés et brasse des milliards de dollars. En interne, on appelle ça un dirigeant numérique virtuel mais qui a tout de même une apparence physique. Le visage de la PDG robot apparaît sur les écrans d’ordinateurs sous la forme d’un humanoïde, avec son, costume strict, sa coupe de cheveux parfaite. Grâce à l’intelligence artificielle, elle est aussi capable de s’exprimer.

     

    12345...23



    L'actu écologique |
    bessay |
    Mr. Sandro's Blog |
    Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
    | MIEUX-ETRE
    | louis crusol