Archive pour la Catégorie 'politique'

Discrètement la pieuvre chinoise avance ses pions dans le monde

Discrètement la pieuvre chinoise avance ses pions dans le monde

Tandis que Poutine multiplie les opérations spectaculaires et les esbroufes médiatiques, la Chine avance à pas feutrés pour étant le champ de son influence partout dans le monde en particulier en Asie mais (aussi ailleurs en particulier en Afrique NDLR).
. Par Emmanuel Véron, Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco)

Le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) tenu à Samarcande (Ouzbékistan) les 15 et 16 septembre aura marqué les esprits pour au moins trois grandes raisons : tout d’abord, parce que chaque sommet international rassemblant plus d’une vingtaine d’États représentant plus de 40 % de la population mondiale est un événement notable ; ensuite, parce que l’OSC prend de plus en plus la forme d’un club de puissances nucléaires non occidentales (Chine, Russie, Inde, Pakistan… et Iran) ; enfin, parce que la réunion qui vient de s’achever, organisée en plein recul de l’armée russe en Ukraine, a mis en évidence la perte d’influence de Moscou au profit de la Chine dans cet immense espace eurasiatique.

Précisons d’abord ce que l’OCS n’est pas : contrairement à ce que l’on entend parfois, ce n’est ni une alliance, ni une « OTAN eurasiatique », ni une sorte de « G20 bis ». Cette organisation, encore trop méconnue en Occident, est le produit de la recomposition de l’ordre international consécutive à l’implosion de l’URSS et de la volonté de Pékin d’affirmer son influence dans son pourtour asiatique.

Une première réunion a lieu en 1996 à Shanghai, entre la Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Tadjikistan et le Kirghizistan – d’où le nom initial de « Groupe de Shanghai ». Petit à petit, Pékin va institutionnaliser cette plate-forme régionale, qui devient l’OCS en 2001, intégrant au passage l’Ouzbékistan. L’Organisation va organiser annuellement des sommets consacrés aux questions sécuritaires et économiques et, ces dernières années, s’ouvrir à de nouveaux membres. Les six pays fondateurs de 2001 sont rejoints par l’Inde et le Pakistan en 2017, puis par l’Iran en 2021.
Depuis l’ère Deng Xiaoping (1978-1989), l’appareil du Parti-État met en œuvre une « diplomatie multilatérale » (duobian waijiao) qui a pour ambition première de remodeler les routes commerciales eurasiatiques au départ de la Chine en connectant l’Asie centrale, la Russie et l’Europe.

Plusieurs leviers institutionnels y pourvoient, et notamment l’OCS. Initiée par Pékin et Moscou afin de stabiliser et de limiter l’influence occidentale en Asie centrale, l’OCS est un outil diplomatique pleinement investi par Pékin comme espace de dialogue et d’influence, de commerce et de coopération militaire. C’est ainsi qu’en 2017, la Chine a favorisé l’entrée du Pakistan dans l’OCS pour faire contrepoids à l’entrée de l’Inde, soutenue quant à elle par la Russie. Enfin, après plusieurs années de discussions, l’Iran est devenu membre en 2021.
L’OCS, dont le siège est à Pékin, a donc évolué avec les années, mais demeure fermée à l’Occident et au Japon. Elle rassemble ainsi aujourd’hui l’ensemble des puissances nucléaires non occidentales (Israël et Corée du Nord à part).

La gouvernance de l’Organisation s’articule, on l’a dit, autour de réunions étatiques annuelles dans les pays membres (la prochaine devrait avoir lieu en Inde), mais aussi de diverses réunions ministérielles fonctionnelles (sécurité, économie, finance, éducation, etc.). Pékin a toujours privilégié un organigramme de gouvernance chinois ou sinisant. Actuellement, le secrétaire général, Zhang Ming, est chinois et, parmi ses adjoints, on retrouve un Kazakhstanais, Yerik Sarsebek Ashimov, et un Russe, Grigori Logvinov. Tous sont diplomates de carrière, à la fois sinophones et russophones.

Le président chinois, Xi Jinping, s’est rendu à Samarcande pour le sommet de l’OCS 2022. Quelques jours plus tôt, il a effectué une courte visite d’État au Kazakhstan, voisin d’importance majeure dans la politique régionale de Pékin (par ses exportations de ressources fossiles et de minerais).
Ces deux visites, et spécialement celle de Samarcande, sont cruciales pour comprendre les priorités actuelles de Xi Jinping, qui n’était plus sorti de Chine depuis la fin de l’année 2019. Elles interviennent en effet dans un contexte international rendu particulièrement tendu par la guerre en Ukraine et la dégradation notable des relations entre la Chine et l’Occident ; de plus, elles se situent à la veille du 20ᵉ Congrès du PCC (16 octobre 2022).

À Samarcande, Xi Jinping a déclaré que l’OCS devait « renforcer la coopération et promouvoir la construction d’une communauté de destin plus étroite ».
Pas de grandes surprises dans le déclaratif du président chinois, mais une occasion majeure de mettre en avant des éléments de langage, en amont de l’institutionnalisation de son maintien au pouvoir ad vitam aeternam qui doit intervenir lors du 20e Congrès. La presse chinoise a beaucoup insisté sur la réussite de ce sommet et sur les diverses rencontres auxquelles Xi Jiping a participé, plutôt que la question bilatérale sino-russe.

Malgré des résultats économiques de moins en moins mirifiques (ralentissement structurel, pandémie de Covid-19, guerre en Ukraine et intensification des tensions avec les États-Unis), Pékin continue de susciter des volontés de partenariats, d’autant plus que l’influence de Moscou semble reculer nettement dans le grand espace post-soviétique.
Pour l’ensemble des pays de la zone (l’Inde exceptée), c’est la Chine qui est le premier partenaire économique, d’intérêt diplomatique et, de plus en plus, sécuritaire. Aussi furent évoqués les grands projets d’infrastructures et de connectivité dans le cadre des « Nouvelles routes de la soie » – un projet bien à la peine, notamment du fait de l’endettement, de la corruption et du manque de liquidité des opérateurs chinois, ces derniers étant très touchés par la guerre en Ukraine. Les segments ferroviaires et routiers (Ukraine, Russie, Biélorussie) de ces nouvelles routes sont tous à l’arrêt. Les projets de désenclavement de l’Afghanistan ont également été abordés, mais avant tout via un axe à travers les pays d’Asie centrale évitant la Russie…
Plus généralement, le sommet a permis l’affichage du poids de la Chine dans la région. Des rencontres bilatérales successives (avec Poutine, mais aussi l’Iranien Raïssi, Erdogan et le Pakistanais Sharif notamment) ont été tenues avec les dirigeants des divers pays membres, Narendra Modi à part. L’OCS permet à Pékin d’asseoir son influence régionale sans entrave majeure, l’objectif étant de devenir LA puissance de référence et organiser un « pourtour de vassalité » dans la zone.

Exemple éclatant des dynamiques non occidentales des relations internationales, l’OCS constitue un espace singulier dans lequel des puissances rivales et partenaires se retrouvent afin d’établir leur feuille de route diplomatique sans en référer aux Occidentaux.
Attirés par le poids de Pékin dans la région, les pays de la zone souhaitent courtiser la deuxième puissance mondiale et, en même temps, se défaire de l’influence russe. Nombreux sont les États souhaitant intégrer l’OCS sous l’un des trois statuts (membre, partenaire de dialogue ou observateur) : Arabie saoudite, Turquie, Égypte, Émirats arabes Unis, Birmanie, Maldives…
La présence de l’Inde montre tout l’intérêt que l’OCS recèle pour ses membres. Narendra Modi compose au sein de l’OCS à la fois avec le rival stratégique durable chinois et avec l’ennemi pakistanais, tout en gagnant en influence en Asie centrale et au Moyen-Orient et en participant « aux schémas Indopacifiques » alors que ses relations avec la Russie n’ont pas été dégradées par la guerre en Ukraine.
Par ailleurs, l’OCS, sensible au contexte international immédiat, a fait du président turc Recep Tayyip Erdogan (par ailleurs membre de l’OTAN…) et de son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliev, deux invités attendus et visibles.

La guerre et l’instabilité intérieure marquent toutes deux la plupart des États présents : outre la guerre ouverte en Ukraine, on a assisté, tout récemment, à la ré-intensification des conflits entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, et entre le Tadjikistan et le Kirghizstan, et à une révolte importante en Iran…
Tous ces soubresauts sont le signe, d’une part, de l’affaiblissement de Moscou, traditionnel acteur d’influence du Caucase et de l’Asie centrale, et d’autre part de la recomposition post-impériale des ambitions des pôles régionaux de puissance (Turquie, Iran, Inde, Chine, etc.). Si l’OCS est un outil d’influence de Xi Jinping, les convulsions internes (y compris la question de l’Afghanistan et des talibans) demeurent. Et n’oublions pas que les États d’Asie centrale, au cœur de toutes les problématiques, sont demandeurs de plus d’échanges avec l’Europe.
_______
Par Emmanuel Véron, Enseignant-chercheur – Ecole navale, Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco)
La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Economie, politique, société: les plus lus (6 oct 2022 – 6h32)

Economie, politique, société: les plus lus (6 oct 2022 – 6h32)

Manifs en Iran : » mort au dictateur »
Energie -Plan de sobriété du gouvernement : « C’est dérisoire » (Laignel, de l’Association des maires de France)
Sondage Retraites : Les Français disent non au report à 65 ans
Un pal sobriété bidon
Sobriété énergétique : un slogan de bobo
Un nouveau concept politique :l’intelligence territoriale !
Nouvelle vaccination Covid-19
L’Assemblée nationale a voté une nouvelle modulation des règles d’indemnisation.
Scandale Ferrand : La Cour de cassation passe l’éponge… pour prescription
Covid France 6 octobre 2022 : encore à un haut niveau
Twitter : nouveau coup de bluff à 45 milliards d’Elon Musk ?
L’agriculture numérisée des multinationales peut-elle être souhaitable et responsable ?
Discrètement la pieuvre chinoise avance ses pions dans le monde
Commerce mondial : risque de récession
Pétrole : Nouveaux risques de hausse des prix (OPEP)

Affaire Ferrand : Retour de la magouille financière ?
Finances: nouvelle guerre des monnaies !
Hausse des taux : Opposition entre l’ONU et le FMI
Erdogan , Intermédiaire et complice de Poutine
« La Provence » : encore un journal racheté par un grand financier
Naturopathie : ne pas tout mélanger
Stopper toute exploitation animale ?
Pour la décarbonation de tous les services publics !
L’arriviste ultra gauchiste Sandrine Rousseau risque de faire éclater EELV
Covid France 5 octobre 2022 : très forte augmentation 89.185 supplémentaires en 24h.
Nouvelles technologies: Une révolution digitale qui va tout changer
Education douce ou avec contraintes ?
Sécurité sociale : la Cour des comptes pour la réduction des dépenses de santé de la médecine libérale
Perte ou gain de pouvoir d’achat pour les Français en 2023 ?

Quelle révolution industrielle ?
LEMAIRE, MACRON, BORNE EN COL ROULÉ, DOUDOUNE ET BIENTOT EN UN PASSE-MONTAGNE ?
De petits avions à hydrogène près de Toulouse
Hydrogène: quel avenir pour cette technologie
Hydrogène-Élément clé de la transition écologique ?
Ukraine : Un échec durable de la Russie
Après le XXᵉ Congrès du Parti communiste chinois , Xi Jinping Encore plus puissant et …..plus dangereux
Royaume-Uni: La logique du déclin après le Brexit
La déliquescence de l’empire britannique
ONU: Donner une plus grande place à l’Afrique
Faut-il remettre en cause l’activité touristique en France ?
Justice: les plus riches continuent de s’enrichir
Réforme des retraites : une méthode monarchique
Covid France 4 octobre 2022 : 8690 cas supplémentaires en 24 heures

Quelle adaptation au nouveau monde du travail ? ( directeur général de l’OIT)
Crise de la dette : S&P dégrade la perspective du Royaume-Uni
Après le Mali, La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso
Des risque de crise financière d’après la BCE
Quelles orientations pour la fixation des prix en Europe
La révolte antitchador des Iraniennes met la gauche devant ses contradictions
Supermarchés: les conséquences de l’inflation
Éviter le pillage des ressources halieutiques
À quoi sert une opposition Parlement ?
Pour un vrai régime de protection des océans

La culture moteur de la transition écologique
Compatibilité entre progrès technique et progrès écologique ?
La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso ?
Politique : Appel aux « Refondations » de la gauche
Les villes de plus en plus rongées par la drogue et la violence
Retraite à 65 ans : la CFDT dit non
>Empreinte carbone : Les trois méthodes à prendre en compte pour calculer
Covid France 2 octobre 2022 : tendance toujours à la hausse avec 48261 cas supplémentaires en 24 heures

Risque de crise financière ?
Sciences-L’écologie aussi pour la prévention de la santé
Une révolution digitale qui va tout changer ?
Maths au Lycée : Bayrou responsable de l’abandon progressif
Conflit Russie Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
La réforme des retraites : en janvier… Peut-être !
Crise énergétique : conséquence des choix incohérents
Révolution énergétique : une volonté politique et un nouveau type d’aménagement de nos milieux de vie
Critique de Métavers: Substituer le fantasme au réel !
Température-Eté 2022 : La future norme ?
Economie-Productivité : le nouveau boulet économique français

Industrie: Particulièrement plombée par les coûts de l’énergie
Retraites : une concertation…pour rien ?
Productivité : le nouveau boulet économique français
Le lithium, prochain enjeu de la guerre économique
C’est parce qu’il est acculé que Poutine menacent de jouer la carte nucléaire
Un budget de 2023 auberge espagnole
Services publics et publique : enjeux structurels ?
Sauver la mer pour sauver l’homme
L’écologie aussi pour prévenir la santé ?
Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures
Cryptomonnaies :le coût social et environnemental équivalent à celui de la viande
Poutine va-t-il annexer la Corse ?
La crise de recrutement dans les métiers terrains
L’enjeu d’une révolution anthropologique en France ?
La culture financière insuffisante des Français
Grande-Bretagne : la fin d’un Empire
La France parie aussi sur l’hydrogène
Recherche académique : Trop soumise à la vulgarisation médiatique
Refuser le chantage des plates-formes payantes
Retraites : d’une réforme universelle à une réformette
Les « déserts médicaux »: Une catastrophe bientôt dramatique
Reporting climatique : souvent du bidon
Décès d’Elizabeth II : Ras-le-bol de l’enflure médiatique
Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
Covid France 29 sept 2022: hausse avec +53.410 cas supplémentaires en 24h.
Retraites : la réforme reportée en janvier… Peut-être !
Énergie et crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents
Bourses : krach ou pas ?
Robotisation : l’homme transformé en animal de compagnie des robots ?
Liquidation de Camaïeu : 2600 salariés concernés par cette erreur de gestion
Marchés et inversion de la courbe des taux : L’alerte
Marchés financiers : secousses en Europe ?
Risque de récession mondiale (OMC)
En Iran, l’immense cri des femmes pour la liberté
Abandon progressif des maths au lycée : Bayrou responsable (en 1993)
Royaume-Uni: vers le déclin ?
La légitimité de la désobéissance civile des scientifiques ?
Boycotter la coupe du monde de foot au Qatar ?
L’emploi sous perfusion en France
Covid France 28 sept.2022: forte hausse avec +73.639 cas supplémentaires en 24h.
Vers un envol des taux d’intérêt ?
Référendum Poutine en Ukraine : un taux de oui de 273 % !
Réforme des retraites : reportée en janvier… Peut-être !
Numérique et développement durable : où en sont les entreprises françaises ?
Marchés: secousses en Europe ?
Dette France : record d’emprunt… et de coût
L’écologie coûtera plus cher (François Lévêque)
Après la Suède et l’Italie, l’Europe en question ?
Giorgia Meloni :Rassembler l’inconciliable ?
Macron coincé entre immobilisme et autoritarisme
Fonctionnaires: plus de 10 000 créations de postes
La révolution digitale va tout changer ?
Les superprofits gonflés par l’inflation ?
Entreprises : prendre en compte les aspirations écologiques des jeunes générations !
Chauffage: La sobriété surtout pour les pauvres
Remise en cause des véhicules électriques?
Italie: enjeux et risques après la victoire de la droite
Covid France 27 septembre 2022 : +7.489 cas supplémentaires en 24h.
Italie : probable gouvernement d’extrême droite mais pas fait pour durer
Cinéma : la crise des scénarios français
Budget : au moins autant de déficit
Retraites : coup de pouce supplémentaire de 0, 8 % !
Iran : colère contre la dictature et la situation économique
Géopolitique : Quels risques de guerre nucléaire ?
Culture: Netflix ou l’aliénation de masse
Grande-Bretagne:la perspective d’une grave crise financière
Italie et chefs d’État en Europe : sauveur un jour, pestiféré le lendemain !
Covid France 26 septembre 2022: +37.524 cas supplémentaires en 24h.
Mobilité : « comment concilier transition écologique et justice sociale
Mettre fin au foot fric ?
Transition énergétique : une volonté politique pour un nouveau type d’aménagement de nos milieux de vie
Climat et enjeu de l’eau
Une autre approche du féminisme
Métavers: Substituer le fantasme au réel !
Réforme des retraites : Pour un autre partage de la richesse
Les centrales nucléaires: nouvelles cibles de guerre
Logement : pour un autre conception
Santé : la formation des internes dans les déserts médicaux contestée par la confédération des syndicats médicaux français !
Répression Iran : Déjà au moins 35 morts
Un risque de guerre nucléaire en Europe ?
Grande-Bretagne: Le risque d’une grave crise financière
Chefs d’État en Europe : sauveur un jour, pestiféré le lendemain !
Soutien énergétique en Europe : Une aide peut-être dangereuse
Gaz : les raisons de l’envol des prix
Enquête sur le financement de Partis politiques par de grandes firmes financières ou par des pays étrangers
Netflix ou l’aliénation de masse
Ecole : Comment éviter le naufrage ?
Eoliennes terrestres: Une dépréciation de l’immobilier de 30 %
Crise de l’électricité : conséquence des choix politiques
Sobriété énergétique: Les économies possibles
Retour de la valeur travail à gauche ?
Climat: Eté 2022 : La future norme ?
Quels risques de guerre nucléaire ?
Politique de défense : : rétablir le service militaire obligatoire
Guerre Russie Ukraine : Choisir son camp !

Crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents
Défense : : rétablir le service militaire obligatoire
Conflit ukrainien: Quels risques nucléaires ?
Automobile Électrique: pour une transition plus progressive
Défense de la forêt landaise
La prise de conscience écologique
Température et risques de l’ Eté 2022 : La future norme ?
Les fragilités de l’économie française
Réhabilitation du travail à gauche ?
Santé : le grand âge oublié
Face à Poutine, Choisir son camp !
L’influence culturelle de la France en danger
L’Inde devra choisir son camp
Hollande meilleur journaliste président
Des mesures pour améliorer l’accès aux soins
Pourquoi les classes populaires ont abandonné la gauche (François Ruffin )
Oser affronter Poutine
Sobriété énergétique: Limiter aussi le ralentissement de la croissance.
Les prix de l’énergie : Danger pour notre économie
Géopolitique : rétablir le service militaire obligatoire
Sobriété : Les économies possibles
Resserrement monétaire de la BCE: Des conséquences pour les pays endettés…. comme la France ?
Electricité : Une crise , conséquence des choix depuis 10 ans
Eoliennes: Une dépréciation de l’immobilier de 30 %
Poutine acculé mais dangereux
La déliquescence de la monarchie britannique
Le « juste soin »: Un nouveau concept ?
Les causes de l’inflation
Livret A : Forte hausse dans l’attentisme ambiant
Taux d’intérêt américains : nouveau relèvement au risque d’une récession.
Taux d’intérêt : La politique monétaire américaine en avance
Référendums de Poutine : pour préparer le pire ?
Covid France 22 septembre 2022 :hausse, avec 38 250 cas supplémentaires en 24 heures
Arme nucléaire tactique ou stratégique ?
Iran : La colère contre la dictature
Economie, politique, société: les plus lus (22 sept 2022 – 7h55)
LREM rebaptisé « Renaissance » : un parti bidon de 12000 personnes qui ont voté pour
Société : Netflix, l’aliénation de masse
L’« autosolisme » et la voiture individuelle en question
Ukraine: L’intoxication russe en difficulté
Sobriété énergétique : les moyens pour y parvenir
Référendums de Poutine : la grosse ficelle pour justifier le pire ?
Système éducatif : Comment éviter le naufrage ?
Taux d’intérêt de la BCE : bientôt un nouveau relèvement (BCE) ?
Prix électricité : Un plafonnement contre la spéculation ( Medef)
Nouvelles technologies : la photonique
Taux d’intérêt : le dollar en avance
Quelle confidentialité concernant les monnaies numériques des banques centrales ?
École : introduire le concept d’incertitude dans les programmes ?
L’enseignement général au lycée professionnel en question
Arme atomique de l’ Iran : Nouveaux dangers de l’impérialisme
Mémoire de la guerre d’Algérie : soutiens à l’article censuré par le « Monde »
Politique: une nouvelle démocratie ?
Poutine de plus en plus isolé au plan international
Se libérer de l’impérialisme russe et de la tyrannie rouge
L’alimentation trop chère en France
SONDAGE Chauffage: une majorité pour limiter à 19 degrés
Inflation Europe: Hausse du pain jusqu’à 65 % en Hongrie
Geodis (SNCF): Une ouverture du capital, pour quoi faire ?
Objectifs climatiques: Révision en hausse de l’Union économique
Faire entrer Sandrine Rousseau au Panthéon… de la paresse
La définition de la précarité énergétique
Remise en cause de l’abondance », une chance pour l’ humanité
Gratuité des transports publics : Non pertinent et injuste
Retraite: La réforme est devenue un piège pour Macron
L’écologie partout, EELV nulle part
Débat nucléaire : une discussion de bistrot !
Covid Monde 20 septembre 2022
Réforme des retraites : Berger (CFDT), Mobilisé contre le passage en force
IA : ni intelligente ni artificielle
Géopolitique de la Russie : la restauration de la puissance tsariste et soviétique
Aide alimentaire : comment orienter vers ceux qui en ont le plus besoin
Plates-formes et cinéma: le débat
Culture et cinéma : une crise de création
Pour une politique publique de la santé visuelle
Le temps de la guerre des ressources
Electricité : Stopper le bidouillage tarifaire et les superprofits
Hongrie : lutte contre la corruption ou suppression des subventions européennes
Taxer les superprofits ( Stiglitz)
Ukraine : un avertissement pour l’Europe tout entière
Société-France et Élisabeth II: une nostalgie monarchique ?
Économie–Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (instituts)
Civilisations : les sociétés complexes sont encore plus fragiles
France et Élisabeth II: une nostalgie monarchique ?
Élisabeth II : pourquoi la fascination ?
LREM : « Renaissance » ou Enterrement ?
Dérapages : Sandrine Rousseau remplacé Ségolène Royal !
Données: Et l’impact des entreprises sur le changement climatique ?
Le social abandonné par la gauche ?
Transport ferroviaire : Rétablir les petites lignes
Le pari du bouclier tarifaire
États-Unis :un plan anti-inflation et de transition écologique
Sondage : 75 % pour le nucléaire
Collège: le niveau est trop faible d’après le ministre de l’éducation
Le travail « est une valeur de droite » d’après l’exibitionniste Sandrine Rousseau
Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (instituts)
Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (Banque de France)
Société- Allongement des retraites et fin de vie : La martingale de Macron
Ukraine : la paix négociée ou la fragile victoire?
Se renouveler en politique : comme la girouette ?
Précarité énergétique 20 % concernés ?
Energie : des mesures Européennes de trop de court terme discutables !
SNCF : Une concurrence inutile pour les intercités
Souveraineté numérique : L’Europe, trop dépendante
Données personnelles : aussi un bien commun pour le progrès
La révolution de Mélenchon reportée à une date ultérieure !
Covid: vers une huitième vague ?
Covid France 17 septembre 2022 : encore 28 686 cas supplémentaires en 24 heures
Allongement des retraites et fin de vie : La martingale de Macron
Le discours hypnotisant de Bruno Lemaire
Croissance France 2023 : risque de récession (Banque de France)
Marchés financiers : plombés aussi par la hausse des taux
Le dividende salarié ?
Le fioul a encore un avenir ?
La coupable bienveillance de la gauche vis-à-vis de Poutine
Crises : une Europe plus pragmatique et plus forte ?
Débat fin de vie : fonction de convictions
Culture: Netflix, l’aliénation de masse
Une conception plus globale du pouvoir d’achat
Priorité aux trains ? (Elus écologistes)
Covid France 16 septembre 2022 : encore 33 263 cas supplémentaires en 24 heures
Un « plan Marshall » pour relancer le nucléaire
Électricité : l’alerte Ecowatt, un gadget pour justifier les augmentations
Le fiasco du marché de l’électricité
Plaidoyer pour la « Real Politik »
Énergie : un discours alarmiste pour justifier une hausse de 15 %
Polluer ou dépolluer
Ferroviaire: Pour un doublement des investissements
Fin de vie : le journal « Le Monde » déraille encore
Les sociétés complexes sont encore plus fragiles
Forêt landaise: les écolos se trompent
Guerre en Ukraine: La faute à Poutine ou à la Russie ?
Pas de distinction entre gauche du travail et gauche des allocations !
Covid France : en hausse, une 8e vague ?
La secrétaire d’État à la ruralité aux champs !
Taxation des multinationales : Les oppositions
Pour une acceptation sociale de l’instabilité de l’innovation
Retour aux forêts naturelles ?
Conventions citoyennes : le coup d’Etat permanent de Macron
Du temps pour réinventer l’école de la confiance
La médecine, complices et victime de l’hubris technoscientifique
Fin de vie : pas d’urgence politique à politiser la question
Mélenchon : Son rêve permanent de révolution !
Pour un numérique social et sobre
Djihadistes : Pour un jugement en France ?
Fabien Roussel, PC, fier d’être le parti du travail
Covid France : une 8e vague ?
Covid France 14 septembre 2022 : 41 850 cas supplémentaires en 24 heures
Un Poutine fragilisé mais encore davantage dangereux
«Arrêter d’emmerder les agriculteurs !
Sondage : 72 % inquiets pour le chauffage d’hiver
Economie, politique, société: les plus lus (13 sept 2022 – 6h50)
Mobilisation sociale : les syndicats ne veulent pas de récupération politique par Mélenchon et la NUPES
Système de retraite : provisoirement dans le vert
Crise de l’énergie: le gouvernement annoncera une hausse des prix mercredi
Hypersonique : La France écartée par l’Europe
Tourisme spatial : La fusée Bkue Origin s’écrase
Un cloud souverain : Pour se libérer enfin de la domination américaine ?
Mobilisation sociale : les syndicats ne veulent pas de récupération politique par Mélenchon et la NUPES
Système de retraite : provisoirement dans le vert
Crise de l’énergie: le gouvernement annoncera une hausse des prix mercredi
Hypersonique : La France écartée par l’Europe
Tourisme spatial : La fusée Bkue Origin s’écrase
Un cloud souverain : Pour se libérer enfin de la domination américaine ?
Des conventions citoyennes partout !
« Il faut se préparer à une forte augmentation de la fiscalité locale !!! » (Fonctionnaires territoriaux)
Numérique : L’Europe à la botte des Américains ?
Covid France 13 septembre 2022 : 4579 supplémentaires en 24 heures
France: nostalgie monarchique ?
« France travail »: un nouveau coup de peinture sur pôle emploi
Propos écolos de Macron : colère de streamers !
États-Unis : risque de récession
Poutine–Macron : encore une conversation inutile !
Importation de sable au Sahara et en France ?
La décision de la BCE insuffisante pour faire reculer l’inflation ?
Dérèglement climatique : la responsabilité occidentale dans les pays pauvres
Les crises imposent de moderniser le budget de l’Union européenne
La crise climatique tolère encore moins les inégalités sociales
Recherche pluridisciplinaire: la mal-aimée !
Relance du programme nucléaire: Hypothéquée par les contradictions du pouvoir et la question financière
» L’Afrique et le monde : histoires renouées »
Covid monde 12 septembre 2022
Nucléaire–Les énormes contradictions de Macron
Société-Incompatibilité de la croissance et de la transition énergétique ?
Nucléaire: l’avantage compétitif
Croissance ou inflation : le choix cornélien des banques centrales
Le mensonge constitutif incontournable de la politique ?
Technologie – : La révolution économique par les drones ?
La hausse des taux jusqu’où ?
Les produits qui ont le plus augmenté en août
Gestion du rapport de l’économie au vivant : ralentir le rythme
Société-Une reine aimée en Angleterre, un président détesté en France
La marginalisation de l’économie sociale et solidaire
Pour une vraie approche ESG de la responsabilité des entreprises
Sobriété : aussi une question de gestion du temps
Croissance France : révision en baisse des prévisions et risque de récession 2023
Conseil national de la Refondation : Un édito surprenant du « Monde » !
Taux d’intérêt : hausse modeste mais dangereuse pour la croissance
Réchauffement climatique : Un basculement inexorable selon une étude
Comment prévenir les incendies de forêt ?
Des migrations climatiques incontournables
Pour une transition économique équitable et acceptée
Rapport de l’économie au vivant : ralentir le rythme
Développer l’économie sociale et solidaire
Une monarchie britannique cosmétique (Piketty)
Philosophie : Penser la contradiction
Une reine aimée en Angleterre mais un président détesté en France
Covid France 10 septembre 2022 :19 087 cars supplémentaires en 24 heures
BCE : une hausse des taux finalement modeste au regard de l’inflation
Sondage Conseil national de la refondation : Pas efficace pour 56 % des Français
Plan de relance français : Trop flou pour la Cour des comptes européenne
Les menaces cybernétiques russes sur l’Occident
Pour des modèles économiques durables attrayants
La tentation monarchique ?
Les leçons d’économie d’Elisabeth I
Climat : « Les Africains premières victimes
Incompatibilité de la croissance et de la transition énergétique ?
Conseil national de la Refondation : le journal « le Monde déraille »!
École polytechnique : contestation de la présence des LVMH
L’innovation démocratique ?
Covid France 9 septembre 2022 : 19 866 cas supplémentaires 24 heures
Macronie, avec Renaissance , la gauche éjectée !
Faire entrer l’intelligence artificielle à l’école
Électricité : sortir du marché ?
Assurance-chômage et retraite : passage en force ?
Peu d’effet des taux d’intérêt sur l’inflation ?
Quelle réforme du marché européen de l’électricité ?
Hôpital: pour une révolution numérique
Conseil national de la refondation: Une opération politicienne
Ukraine : Des conséquences sur les importations de blé en Afrique
La corruption politique est contagieuse !
Croissance France : révision en baisse des prévisions
Croissance Chine: Ralentissement
Croissance mondiale : vers une crise comme les années 70
Covid France 28 septembre 2022 : 20.142 cas supplémentaires en 24h
Crise énergétique: Des factures qui deviennent insupportables des millions
IA: Fantasme ou réalité ?
Grève CGT du 29 septembre : FO refuse
La France empêtrée dans ses contradictions : le coup de gueule de Nicolas Dufourcq (Bpifrance)
Fessenheim : Le mensonge tragique de Macron
Climat : reconstruire le système agricole africain
Le foot pro et l’écologie compatibles ?
Sécheresse : Pour une évolution durable de l’agriculture
Sécheresse : Une autre gestion de l’eau potable
Ukraine: la Chine fait son business avec la Russie

Voir aussi théâtre

Macron dit Jean Edouard 1er

Manifs en Iran : » mort au dictateur »

Manifs en Iran : » mort au dictateur »

Les protestations des femmes en Iran visaient la remise en cause des libertés et l’assassinat d’une jeune iranienne pour port d’un voile non conforme.

Depuis, les manifestations se multiplient dans les différentes couches de la société et en particulier chez les jeunes. Globalement il y a un rejet de la dictature des mollahs mais aussi une protestation contre des conditions économiques de plus en plus dégradées compte tenu en particulier de l’isolement de l’Iran.

Dans une vidéo vérifiée par l’AFP, des jeunes filles, la tête non voilée, scandent « Mort au dictateur », en référence au guide suprême Ali Khamenei, lundi dans une école de Karaj, à l’ouest de Téhéran. Un autre groupe de filles scande « Femme, vie, liberté » en défilant dans une rue. D’autres vidéos publiées en ligne montrent des écolières quittant les salles de classe pour défiler dans divers endroits de la ville lors de manifestations éclair, afin d’éviter d’être repérées. L’AFP n’a pas été en mesure de vérifier ces images de manière indépendante.
Au moins 92 morts depuis le 16 septembre.

« Ce sont des scènes vraiment extraordinaires. Si ces manifestations doivent aboutir à quelque chose, ce sera grâce aux écolières », a déclaré Esfandyar Batmanghelidj, du site d’information et d’analyse Bourse&Bazaar. Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le 16 septembre, selon l’ONG Iran Human Rights, basée à Oslo (Norvège)

Sondage Retraites : Les Français disent non au report à 65 ans

Sondage Retraites :Les Français disent non au report à 65 ans

Encore une réforme très mal ficelée et qui peut-être ne verra jamais le jour alors qu’il y a sans doute nécessité d’assurer le financement tout autant que la justice sociale.Selon le dernier baromètre « Les Français et la retraite » réalisé par l’institut Odoxa pour Groupama, la population rejette massivement l’idée d’un recul de l’âge légal de départ.

Selon le dernier baromètre « Les Français et la retraite » réalisé par l’institut Odoxa pour Groupama, 67 % des personnes interrogées indiquent être contre une réforme impliquant un recul de l’âge légal de départ à 64 ou 65 ans , prôné par Emmanuel Macron pendant la campagne électorale, et qui paraît plus que jamais d’actualité.

« Le consensus dans le rejet est total : même les retraités, habituellement favorables aux réformes des retraites concernant les autres (NDLR : catégories de Français), sont une courte majorité (54 %) à se dire opposés à cette réforme. Sans doute anticipent-ils qu’elle générerait du désordre, des manifestations et des difficultés économiques », souligne l’étude dévoilée le 4 octobre lors des Rencontres sur les retraites organisées par Groupama en partenariat avec Sapiendo Retraite.

C’est auprès des ouvriers et des personnes âgées de 50 à 64 ans que les réticences restent les plus fortes. En revanche, les cadres (42 % d’opinion favorable), les travailleurs indépendants (39 %), les 18-24 (36 %) ans, et les habitants de l’agglomération parisienne (37 %) semblent les moins hostiles, même s’ils ne sont qu’une minorité à soutenir la réforme.
Les femmes se montrent encore moins enclines que les hommes à une réforme des retraites, pourtant présentée comme censée avantager les femmes aux carrières hachées.
Partage de points au sein du couple

S’ils rejettent massivement l’idée d’un allongement du nombre d’années travaillées, les Français plaident néanmoins en faveur des évolutions pour plus de justice sociale. Conscients des distorsions entre les hommes et les femmes face à la retraite, les Français se déclarent très largement favorables à des changements permettant de corriger ces inégalités.

Un nouveau concept politique : l’intelligence territoriale !

Un nouveau concept politique :l’intelligence territoriale !

Par Guillaume Guérin, Jean-Luc Moudenc, Franck Proust, Olivier Bianchi, Frédéric Augis, Alain Gest, Robert Vila, François Grosdidier, David Margueritte, Nicolas Daragon, Philippe Gamen et Jean-Pierre Gorges

Une tribune sympathique dans « l’Opinion »pour vanter les mérites de la décentralisation. Le seul problème c’est que le pouvoir est aussi concentré au plan local et même davantage qu’au plan national. La très grosse majorité des citoyens ignorent complètement ou presque les stratégies et l’action locale. La démocratie locale est l’espace réservé aux professionnels de la politique et ce ne sont pas quelques comités locaux bidon qui peuvent changer la situation. Pire avec l’empilage des structures communautés de communes et Métropole notamment le pouvoir local s’éloigne encore plus du citoyen NDLR

Les élections législatives ont démontré la volonté de nos compatriotes de ne pas concentrer les pouvoirs à l’Elysée comme ils l’avaient fait en 2017 en réaction à un quinquennat Hollande décevant à bien des égards.

Mais les Français ne s’y sont pas trompés. Ils ne se trompent jamais (!). Après avoir pour la troisième fois voté par défaut pour fermer les portes de l’Elysée à la représentante du parti historique de Jean-Marie Le Pen, ils ont dessiné une Assemblée nationale plus représentative des diversités de l’électorat français avec dix groupes parlementaires. Alors certes, la distribution des vice-présidences et des présidences de commissions a agité le microcosme politique. Mais est-ce bien là l’essentiel ? Lorsque quatre Français sur dix seulement se sont déplacés pour élire leurs députés, combien de ceux-là s’intéressent à qui sous-présidera telle ou telle commission ? Bien peu…

Désormais, un projet de loi gouvernemental ne pourra être voté que si l’un au moins des groupes d’opposition apporte ses voix à la majorité relative du Président Macron. Le rôle du Parlement s’en trouve restauré. C’est le retour du régime parlementaire et de la culture de compromis. Dans ce contexte, le Sénat, émanation faut-il le rappeler des territoires, retrouve toute sa place dans la fabrication éclairée et raisonnée de la loi.

Mais quel est le cap du président de la République ? Quelles options de politiques publiques, pour quelles réformes ? Dans ses propres rangs, bien peu se risquent à répondre car, au fond, ils n’en savent rien. Les armées de mercenaires ont-elles jamais servi les nations ? C’est le nœud gordien d’une hypothétique coalition. Au contraire de nos amis allemands, coutumiers du fait, la question posée est une coalition « autour de qui ? » au lieu de se demander « autour de quoi ? ». Pas, ou peu, de programme et pour seule idée-force la lutte contre des extrêmes, pourtant utiles en période électorale, et une défense tous azimuts de l’élargissement européen. C’est bien, mais un peu léger.

Les difficultés quotidiennes des Français sont immenses et de toute évidence, la déconnexion du pouvoir central a résisté à l’émergence du nouveau monde. Qui parle vraiment de la France périphérique, de la France d’à côté ? L’Etat profond a porté bien des noms. Lorsque les sachant ne savent plus, faisons confiance à celles et ceux qui pratiquent au plus près les territoires.
Nous, maires et présidents d’intercommunalités, vivons et habitons nos territoires quotidiennement et affectivement. Or, la réalité est là et elle est cruelle : les prix de l’énergie explosent, l’inflation atteint des niveaux historiques et le pouvoir d’achat de nos compatriotes fond comme neige au soleil !La sobriété est un concept à la mode. Elle serait le remède à tous nos maux. Que les ministres du gouvernement viennent dans nos communes exiger d’une mère célibataire ou d’un couple de retraités qu’ils basculent dans la sobriété lorsque depuis plusieurs années déjà ils peinent à payer leurs factures ! Nous ne ferons pas cet affront à nos administrés. Nous le refusons. La sobriété, beaucoup baignent déjà dedans, non pas par choix ou par effet de mode mais parce que, structurellement, les décisions politiques passées et présentes les y contraignent.

« L’essentiel des forces vives des courants politiques auxquels nous appartenons se situe désormais en province. A ce titre, nous réclamons un leadership qui soit enfin d’extraction territoriale »
Les collectivités locales et les maires en particulier portent des actions concrètes et visibles. Les mairies répondent-elles aux besoins quotidiens de nos enfants ? Oui. Les Conseils départementaux apportent-ils assistance à nos aînés dépendants ? Oui. Les intercommunalités et les régions accompagnent-elles efficacement les entreprises dans un contexte économique incertain ? Toujours oui.
Partage. L’essentiel des forces vives des courants politiques auxquels nous appartenons se situe désormais en province. A ce titre, nous réclamons un leadership qui soit enfin d’extraction territoriale. Alors, sans tomber dans la facilité stérile qui consisterait à s’opposer aux élites parisiennes, nous appelons à ne pas fragiliser ce qui fonctionne et au contraire à assumer un partage efficace de la décision. L’hypercentralisation démontre chaque jour ses limites et la parole politique ne fait pas exception. Nos concitoyens, qui constatent l’éloignement des centres de pouvoir dans les préfectures de régions ou à Paris, voient aussi des responsables politiques hors-sol prodiguer leurs bons conseils sur les plateaux de télévision.

Il est essentiel de rompre cette spirale dont le baromètre s’appelle l’abstention et de redonner espoir avec des paroles et des actes tangibles. Aussi nous, maires et présidents de collectivités territoriales, sans ambition hégémonique aucune, revendiquons une décentralisation effective des options politiques choisies par nos décideurs. Assumons d’appartenir à des courants revendiquant l’intelligence territoriale !

Scandale Ferrand : La Cour de cassation passe l’éponge… pour prescription

Scandale Ferrand : La Cour de cassation passe l’éponge… pour prescription !

La cour de cassation vient de trancher une nouvelle fois en faveur de Ferrand et le scandale financier de la mutuelle de Bretagne. Motif il y avait bien prescription. Ce qui par parenthèse moralement et politiquement ne supprime nullement l’accusation. La grosse magouille financière de Ferrand , premier soutien socialiste de Macron en 2017, était remontée à la surface après avoir été classée pour prescription . Il est clair que Richard Ferrand a largement utilisé son double statut de dirigeant des Mutuelles de Bretagne et d’élu pour directement et indirectement se remplir les poches. L’affaire la plus scandaleuse concerne un contrat de location d’un local par les Mutuelles de Bretagne à la compagne de Ferrand alors que cette dernière ne possédait pas encore ce local. Grâce à de généreuses conditions de location de ce local, la compagne de Ferrand a pu réaliser un petit profit de l’ordre de 800 000 €. Le détail de ces opérations est rappelé ci-après à partir d’une information tirée de Wikipédia. Toute la famille Ferrand a bénéficié des largesses mutuelles de Bretagne : son ancienne femme, ensuite sa compagne et lui-même. La justice de Brest avait enterré l’affaire considérant qu’il s’agissait d’une affaire privée et que les délais d’instruction étaient dépassés. Le seul problème c’est qu’il s’agit aussi de fonds publics !

Comme le dossier a été dépaysé à Lille, les nouveaux juges ont porté un autre regard sur ses affaires en mettant en examen Richard Ferrand. Ces nouveaux juges connaissent évidemment le contexte politique particulièrement délicat qui entoure cette affaire et s’ils ont mis en examen Richard Ferrand s’est qu’il dispose d’éléments nouveaux. Tout cela révèle que les bonnes vieilles pratiques provinciales de la IVe République ne sont pas mortes avec des relations plus ou moins sulfureuses entre les élus politiques, le monde économique et la justice. Bref le nouveau monde promis par macro et bien mort-né surtout si on n’y ajoute les autres affaires concernant par exemple le MoDem et Bayrou, Benalla, de Rugy, le secrétaire de l’Élysée, Macron lui-même avec les conditions de financement de sa campagne. On pourrait ajouter les lenteurs de la justice concernant aussi bien les affaires de Sarkozy que celle de tapie vis-à-vis desquels le pouvoir semble manifester une grande bienveillance. Bref, il n’y a pas de Nouveau Monde dans la république en marche mais plutôt la résurgence de pratiques caractérisées par la confusion des intérêts entre le monde politique, le monde économique et l’État.

L’ouverture d’une information judiciaire remonte à 2017, à la suite d’une plainte de l’association anticorruption Anticor consécutive aux révélations du Canard Enchaîné. L’ex-quatrième personnage de l’État est mis en examen deux ans plus tard, en 2019, par trois juges d’instruction lillois pour «prise illégale d’intérêt» et Sandrine Doucen placée sous le statut plus favorable de témoin assisté. Les avocats de Richard Ferrand avaient ensuite saisi la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Douai, considérant les faits prescrits, le délai étant de trois ans dans cette affaire.
Les juges leur ont donné raison en mars 2021: ils estiment les faits prescrits soit depuis 2014, soit depuis 2015, c’est-à-dire trois ans après la signature du bail ou trois ans après la démission de Richard Ferrand des Mutuelles. Dans les deux cas, avant qu’ils ne soient dénoncés à la justice. Le pourvoi en cassation d’Anticor vise à casser cette décision. L’association estime que le délai de prescription débute à la révélation des faits en 2017, car ils ont auparavant été dissimulés. Pour elle, tous les administrateurs des Mutuelles de Bretagne n’avaient pas connaissance de la relation entre Richard Ferrand et Sandrine Doucen au moment de l’opération.

Selon l’enquête, Richard Ferrand a signé fin 2010, au nom de sa compagne, un compromis pour acheter un immeuble, au moment même où les Mutuelles de Bretagne étaient à la recherche de nouveaux locaux. Ce compromis avait été assorti d’une clause conditionnant l’achat du bien à la promesse de sa location par l’organisme de Richard Ferrand.
Ce n’est qu’une fois cette location approuvée que Sandrine Doucen avait monté une SCI, domiciliée à l’adresse commune du couple, pour finaliser la transaction. Elle avait pu emprunter la totalité des 375.000 euros nécessaires, le loyer annuel de 42.000 euros sur neuf ans permettant d’auto-financer l’opération. Les lieux avaient ensuite été rénovés par les Mutuelles de Bretagne, organisme bénéficiant de subventions publiques, pour environ 250.000 euros.

Economie, politique, société: les plus lus (5 oct 2022 – 7h49)

Economie, politique, société: les plus lus (5 oct 2022 – 7h49)

Affaire Ferrand : Retour de la magouille financière ?
Finances: nouvelle guerre des monnaies !
Hausse des taux : Opposition entre l’ONU et le FMI
Erdogan , Intermédiaire et complice de Poutine
« La Provence » : encore un journal racheté par un grand financier
Naturopathie : ne pas tout mélanger
Stopper toute exploitation animale ?
Pour la décarbonation de tous les services publics !
L’arriviste ultra gauchiste Sandrine Rousseau risque de faire éclater EELV
Covid France 5 octobre 2022 : très forte augmentation 89.185 supplémentaires en 24h.
Nouvelles technologies: Une révolution digitale qui va tout changer
Education douce ou avec contraintes ?
Sécurité sociale : la Cour des comptes pour la réduction des dépenses de santé de la médecine libérale
Perte ou gain de pouvoir d’achat pour les Français en 2023 ?

Quelle révolution industrielle ?
LEMAIRE, MACRON, BORNE EN COL ROULÉ, DOUDOUNE ET BIENTOT EN UN PASSE-MONTAGNE ?
De petits avions à hydrogène près de Toulouse
Hydrogène: quel avenir pour cette technologie
Hydrogène-Élément clé de la transition écologique ?
Ukraine : Un échec durable de la Russie
Après le XXᵉ Congrès du Parti communiste chinois , Xi Jinping Encore plus puissant et …..plus dangereux
Royaume-Uni: La logique du déclin après le Brexit
La déliquescence de l’empire britannique
ONU: Donner une plus grande place à l’Afrique
Faut-il remettre en cause l’activité touristique en France ?
Justice: les plus riches continuent de s’enrichir
Réforme des retraites : une méthode monarchique
Covid France 4 octobre 2022 : 8690 cas supplémentaires en 24 heures

Quelle adaptation au nouveau monde du travail ? ( directeur général de l’OIT)
Crise de la dette : S&P dégrade la perspective du Royaume-Uni
Après le Mali, La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso
Des risque de crise financière d’après la BCE
Quelles orientations pour la fixation des prix en Europe
La révolte antitchador des Iraniennes met la gauche devant ses contradictions
Supermarchés: les conséquences de l’inflation
Éviter le pillage des ressources halieutiques
À quoi sert une opposition Parlement ?
Pour un vrai régime de protection des océans

La culture moteur de la transition écologique
Compatibilité entre progrès technique et progrès écologique ?
La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso ?
Politique : Appel aux « Refondations » de la gauche
Les villes de plus en plus rongées par la drogue et la violence
Retraite à 65 ans : la CFDT dit non
>Empreinte carbone : Les trois méthodes à prendre en compte pour calculer
Covid France 2 octobre 2022 : tendance toujours à la hausse avec 48261 cas supplémentaires en 24 heures

Risque de crise financière ?
Sciences-L’écologie aussi pour la prévention de la santé
Une révolution digitale qui va tout changer ?
Maths au Lycée : Bayrou responsable de l’abandon progressif
Conflit Russie Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
La réforme des retraites : en janvier… Peut-être !
Crise énergétique : conséquence des choix incohérents
Révolution énergétique : une volonté politique et un nouveau type d’aménagement de nos milieux de vie
Critique de Métavers: Substituer le fantasme au réel !
Température-Eté 2022 : La future norme ?
Economie-Productivité : le nouveau boulet économique français

Industrie: Particulièrement plombée par les coûts de l’énergie
Retraites : une concertation…pour rien ?
Productivité : le nouveau boulet économique français
Le lithium, prochain enjeu de la guerre économique
C’est parce qu’il est acculé que Poutine menacent de jouer la carte nucléaire
Un budget de 2023 auberge espagnole
Services publics et publique : enjeux structurels ?
Sauver la mer pour sauver l’homme
L’écologie aussi pour prévenir la santé ?
Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures
Cryptomonnaies :le coût social et environnemental équivalent à celui de la viande
Poutine va-t-il annexer la Corse ?
La crise de recrutement dans les métiers terrains
L’enjeu d’une révolution anthropologique en France ?
La culture financière insuffisante des Français
Grande-Bretagne : la fin d’un Empire
La France parie aussi sur l’hydrogène
Recherche académique : Trop soumise à la vulgarisation médiatique
Refuser le chantage des plates-formes payantes
Retraites : d’une réforme universelle à une réformette
Les « déserts médicaux »: Une catastrophe bientôt dramatique
Reporting climatique : souvent du bidon
Décès d’Elizabeth II : Ras-le-bol de l’enflure médiatique
Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
Covid France 29 sept 2022: hausse avec +53.410 cas supplémentaires en 24h.
Retraites : la réforme reportée en janvier… Peut-être !
Énergie et crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents
Bourses : krach ou pas ?
Robotisation : l’homme transformé en animal de compagnie des robots ?
Liquidation de Camaïeu : 2600 salariés concernés par cette erreur de gestion
Marchés et inversion de la courbe des taux : L’alerte
Marchés financiers : secousses en Europe ?
Risque de récession mondiale (OMC)
En Iran, l’immense cri des femmes pour la liberté
Abandon progressif des maths au lycée : Bayrou responsable (en 1993)
Royaume-Uni: vers le déclin ?
La légitimité de la désobéissance civile des scientifiques ?
Boycotter la coupe du monde de foot au Qatar ?
L’emploi sous perfusion en France
Covid France 28 sept.2022: forte hausse avec +73.639 cas supplémentaires en 24h.
Vers un envol des taux d’intérêt ?
Référendum Poutine en Ukraine : un taux de oui de 273 % !
Réforme des retraites : reportée en janvier… Peut-être !
Numérique et développement durable : où en sont les entreprises françaises ?
Marchés: secousses en Europe ?
Dette France : record d’emprunt… et de coût
L’écologie coûtera plus cher (François Lévêque)
Après la Suède et l’Italie, l’Europe en question ?
Giorgia Meloni :Rassembler l’inconciliable ?
Macron coincé entre immobilisme et autoritarisme
Fonctionnaires: plus de 10 000 créations de postes
La révolution digitale va tout changer ?
Les superprofits gonflés par l’inflation ?
Entreprises : prendre en compte les aspirations écologiques des jeunes générations !
Chauffage: La sobriété surtout pour les pauvres
Remise en cause des véhicules électriques?
Italie: enjeux et risques après la victoire de la droite
Covid France 27 septembre 2022 : +7.489 cas supplémentaires en 24h.
Italie : probable gouvernement d’extrême droite mais pas fait pour durer
Cinéma : la crise des scénarios français
Budget : au moins autant de déficit
Retraites : coup de pouce supplémentaire de 0, 8 % !
Iran : colère contre la dictature et la situation économique
Géopolitique : Quels risques de guerre nucléaire ?
Culture: Netflix ou l’aliénation de masse
Grande-Bretagne:la perspective d’une grave crise financière
Italie et chefs d’État en Europe : sauveur un jour, pestiféré le lendemain !
Covid France 26 septembre 2022: +37.524 cas supplémentaires en 24h.
Mobilité : « comment concilier transition écologique et justice sociale
Mettre fin au foot fric ?
Transition énergétique : une volonté politique pour un nouveau type d’aménagement de nos milieux de vie
Climat et enjeu de l’eau
Une autre approche du féminisme
Métavers: Substituer le fantasme au réel !
Réforme des retraites : Pour un autre partage de la richesse
Les centrales nucléaires: nouvelles cibles de guerre
Logement : pour un autre conception
Santé : la formation des internes dans les déserts médicaux contestée par la confédération des syndicats médicaux français !
Répression Iran : Déjà au moins 35 morts
Un risque de guerre nucléaire en Europe ?
Grande-Bretagne: Le risque d’une grave crise financière
Chefs d’État en Europe : sauveur un jour, pestiféré le lendemain !
Soutien énergétique en Europe : Une aide peut-être dangereuse
Gaz : les raisons de l’envol des prix
Enquête sur le financement de Partis politiques par de grandes firmes financières ou par des pays étrangers
Netflix ou l’aliénation de masse
Ecole : Comment éviter le naufrage ?
Eoliennes terrestres: Une dépréciation de l’immobilier de 30 %
Crise de l’électricité : conséquence des choix politiques
Sobriété énergétique: Les économies possibles
Retour de la valeur travail à gauche ?
Climat: Eté 2022 : La future norme ?
Quels risques de guerre nucléaire ?
Politique de défense : : rétablir le service militaire obligatoire
Guerre Russie Ukraine : Choisir son camp !

Crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents
Défense : : rétablir le service militaire obligatoire
Conflit ukrainien: Quels risques nucléaires ?
Automobile Électrique: pour une transition plus progressive
Défense de la forêt landaise
La prise de conscience écologique
Température et risques de l’ Eté 2022 : La future norme ?
Les fragilités de l’économie française
Réhabilitation du travail à gauche ?
Santé : le grand âge oublié
Face à Poutine, Choisir son camp !
L’influence culturelle de la France en danger
L’Inde devra choisir son camp
Hollande meilleur journaliste président
Des mesures pour améliorer l’accès aux soins
Pourquoi les classes populaires ont abandonné la gauche (François Ruffin )
Oser affronter Poutine
Sobriété énergétique: Limiter aussi le ralentissement de la croissance.
Les prix de l’énergie : Danger pour notre économie
Géopolitique : rétablir le service militaire obligatoire
Sobriété : Les économies possibles
Resserrement monétaire de la BCE: Des conséquences pour les pays endettés…. comme la France ?
Electricité : Une crise , conséquence des choix depuis 10 ans
Eoliennes: Une dépréciation de l’immobilier de 30 %
Poutine acculé mais dangereux
La déliquescence de la monarchie britannique
Le « juste soin »: Un nouveau concept ?
Les causes de l’inflation
Livret A : Forte hausse dans l’attentisme ambiant
Taux d’intérêt américains : nouveau relèvement au risque d’une récession.
Taux d’intérêt : La politique monétaire américaine en avance
Référendums de Poutine : pour préparer le pire ?
Covid France 22 septembre 2022 :hausse, avec 38 250 cas supplémentaires en 24 heures
Arme nucléaire tactique ou stratégique ?
Iran : La colère contre la dictature
Economie, politique, société: les plus lus (22 sept 2022 – 7h55)
LREM rebaptisé « Renaissance » : un parti bidon de 12000 personnes qui ont voté pour
Société : Netflix, l’aliénation de masse
L’« autosolisme » et la voiture individuelle en question
Ukraine: L’intoxication russe en difficulté
Sobriété énergétique : les moyens pour y parvenir
Référendums de Poutine : la grosse ficelle pour justifier le pire ?
Système éducatif : Comment éviter le naufrage ?
Taux d’intérêt de la BCE : bientôt un nouveau relèvement (BCE) ?
Prix électricité : Un plafonnement contre la spéculation ( Medef)
Nouvelles technologies : la photonique
Taux d’intérêt : le dollar en avance
Quelle confidentialité concernant les monnaies numériques des banques centrales ?
École : introduire le concept d’incertitude dans les programmes ?
L’enseignement général au lycée professionnel en question
Arme atomique de l’ Iran : Nouveaux dangers de l’impérialisme
Mémoire de la guerre d’Algérie : soutiens à l’article censuré par le « Monde »
Politique: une nouvelle démocratie ?
Poutine de plus en plus isolé au plan international
Se libérer de l’impérialisme russe et de la tyrannie rouge
L’alimentation trop chère en France
SONDAGE Chauffage: une majorité pour limiter à 19 degrés
Inflation Europe: Hausse du pain jusqu’à 65 % en Hongrie
Geodis (SNCF): Une ouverture du capital, pour quoi faire ?
Objectifs climatiques: Révision en hausse de l’Union économique
Faire entrer Sandrine Rousseau au Panthéon… de la paresse
La définition de la précarité énergétique
Remise en cause de l’abondance », une chance pour l’ humanité
Gratuité des transports publics : Non pertinent et injuste
Retraite: La réforme est devenue un piège pour Macron
L’écologie partout, EELV nulle part
Débat nucléaire : une discussion de bistrot !
Covid Monde 20 septembre 2022
Réforme des retraites : Berger (CFDT), Mobilisé contre le passage en force
IA : ni intelligente ni artificielle
Géopolitique de la Russie : la restauration de la puissance tsariste et soviétique
Aide alimentaire : comment orienter vers ceux qui en ont le plus besoin
Plates-formes et cinéma: le débat
Culture et cinéma : une crise de création
Pour une politique publique de la santé visuelle
Le temps de la guerre des ressources
Electricité : Stopper le bidouillage tarifaire et les superprofits
Hongrie : lutte contre la corruption ou suppression des subventions européennes
Taxer les superprofits ( Stiglitz)
Ukraine : un avertissement pour l’Europe tout entière
Société-France et Élisabeth II: une nostalgie monarchique ?
Économie–Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (instituts)
Civilisations : les sociétés complexes sont encore plus fragiles
France et Élisabeth II: une nostalgie monarchique ?
Élisabeth II : pourquoi la fascination ?
LREM : « Renaissance » ou Enterrement ?
Dérapages : Sandrine Rousseau remplacé Ségolène Royal !
Données: Et l’impact des entreprises sur le changement climatique ?
Le social abandonné par la gauche ?
Transport ferroviaire : Rétablir les petites lignes
Le pari du bouclier tarifaire
États-Unis :un plan anti-inflation et de transition écologique
Sondage : 75 % pour le nucléaire
Collège: le niveau est trop faible d’après le ministre de l’éducation
Le travail « est une valeur de droite » d’après l’exibitionniste Sandrine Rousseau
Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (instituts)
Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (Banque de France)
Société- Allongement des retraites et fin de vie : La martingale de Macron
Ukraine : la paix négociée ou la fragile victoire?
Se renouveler en politique : comme la girouette ?
Précarité énergétique 20 % concernés ?
Energie : des mesures Européennes de trop de court terme discutables !
SNCF : Une concurrence inutile pour les intercités
Souveraineté numérique : L’Europe, trop dépendante
Données personnelles : aussi un bien commun pour le progrès
La révolution de Mélenchon reportée à une date ultérieure !
Covid: vers une huitième vague ?
Covid France 17 septembre 2022 : encore 28 686 cas supplémentaires en 24 heures
Allongement des retraites et fin de vie : La martingale de Macron
Le discours hypnotisant de Bruno Lemaire
Croissance France 2023 : risque de récession (Banque de France)
Marchés financiers : plombés aussi par la hausse des taux
Le dividende salarié ?
Le fioul a encore un avenir ?
La coupable bienveillance de la gauche vis-à-vis de Poutine
Crises : une Europe plus pragmatique et plus forte ?
Débat fin de vie : fonction de convictions
Culture: Netflix, l’aliénation de masse
Une conception plus globale du pouvoir d’achat
Priorité aux trains ? (Elus écologistes)
Covid France 16 septembre 2022 : encore 33 263 cas supplémentaires en 24 heures
Un « plan Marshall » pour relancer le nucléaire
Électricité : l’alerte Ecowatt, un gadget pour justifier les augmentations
Le fiasco du marché de l’électricité
Plaidoyer pour la « Real Politik »
Énergie : un discours alarmiste pour justifier une hausse de 15 %
Polluer ou dépolluer
Ferroviaire: Pour un doublement des investissements
Fin de vie : le journal « Le Monde » déraille encore
Les sociétés complexes sont encore plus fragiles
Forêt landaise: les écolos se trompent
Guerre en Ukraine: La faute à Poutine ou à la Russie ?
Pas de distinction entre gauche du travail et gauche des allocations !
Covid France : en hausse, une 8e vague ?
La secrétaire d’État à la ruralité aux champs !
Taxation des multinationales : Les oppositions
Pour une acceptation sociale de l’instabilité de l’innovation
Retour aux forêts naturelles ?
Conventions citoyennes : le coup d’Etat permanent de Macron
Du temps pour réinventer l’école de la confiance
La médecine, complices et victime de l’hubris technoscientifique
Fin de vie : pas d’urgence politique à politiser la question
Mélenchon : Son rêve permanent de révolution !
Pour un numérique social et sobre
Djihadistes : Pour un jugement en France ?
Fabien Roussel, PC, fier d’être le parti du travail
Covid France : une 8e vague ?
Covid France 14 septembre 2022 : 41 850 cas supplémentaires en 24 heures
Un Poutine fragilisé mais encore davantage dangereux
«Arrêter d’emmerder les agriculteurs !
Sondage : 72 % inquiets pour le chauffage d’hiver
Economie, politique, société: les plus lus (13 sept 2022 – 6h50)
Mobilisation sociale : les syndicats ne veulent pas de récupération politique par Mélenchon et la NUPES
Système de retraite : provisoirement dans le vert
Crise de l’énergie: le gouvernement annoncera une hausse des prix mercredi
Hypersonique : La France écartée par l’Europe
Tourisme spatial : La fusée Bkue Origin s’écrase
Un cloud souverain : Pour se libérer enfin de la domination américaine ?
Mobilisation sociale : les syndicats ne veulent pas de récupération politique par Mélenchon et la NUPES
Système de retraite : provisoirement dans le vert
Crise de l’énergie: le gouvernement annoncera une hausse des prix mercredi
Hypersonique : La France écartée par l’Europe
Tourisme spatial : La fusée Bkue Origin s’écrase
Un cloud souverain : Pour se libérer enfin de la domination américaine ?
Des conventions citoyennes partout !
« Il faut se préparer à une forte augmentation de la fiscalité locale !!! » (Fonctionnaires territoriaux)
Numérique : L’Europe à la botte des Américains ?
Covid France 13 septembre 2022 : 4579 supplémentaires en 24 heures
France: nostalgie monarchique ?
« France travail »: un nouveau coup de peinture sur pôle emploi
Propos écolos de Macron : colère de streamers !
États-Unis : risque de récession
Poutine–Macron : encore une conversation inutile !
Importation de sable au Sahara et en France ?
La décision de la BCE insuffisante pour faire reculer l’inflation ?
Dérèglement climatique : la responsabilité occidentale dans les pays pauvres
Les crises imposent de moderniser le budget de l’Union européenne
La crise climatique tolère encore moins les inégalités sociales
Recherche pluridisciplinaire: la mal-aimée !
Relance du programme nucléaire: Hypothéquée par les contradictions du pouvoir et la question financière
» L’Afrique et le monde : histoires renouées »
Covid monde 12 septembre 2022
Nucléaire–Les énormes contradictions de Macron
Société-Incompatibilité de la croissance et de la transition énergétique ?
Nucléaire: l’avantage compétitif
Croissance ou inflation : le choix cornélien des banques centrales
Le mensonge constitutif incontournable de la politique ?
Technologie – : La révolution économique par les drones ?
La hausse des taux jusqu’où ?
Les produits qui ont le plus augmenté en août
Gestion du rapport de l’économie au vivant : ralentir le rythme
Société-Une reine aimée en Angleterre, un président détesté en France
La marginalisation de l’économie sociale et solidaire
Pour une vraie approche ESG de la responsabilité des entreprises
Sobriété : aussi une question de gestion du temps
Croissance France : révision en baisse des prévisions et risque de récession 2023
Conseil national de la Refondation : Un édito surprenant du « Monde » !
Taux d’intérêt : hausse modeste mais dangereuse pour la croissance
Réchauffement climatique : Un basculement inexorable selon une étude
Comment prévenir les incendies de forêt ?
Des migrations climatiques incontournables
Pour une transition économique équitable et acceptée
Rapport de l’économie au vivant : ralentir le rythme
Développer l’économie sociale et solidaire
Une monarchie britannique cosmétique (Piketty)
Philosophie : Penser la contradiction
Une reine aimée en Angleterre mais un président détesté en France
Covid France 10 septembre 2022 :19 087 cars supplémentaires en 24 heures
BCE : une hausse des taux finalement modeste au regard de l’inflation
Sondage Conseil national de la refondation : Pas efficace pour 56 % des Français
Plan de relance français : Trop flou pour la Cour des comptes européenne
Les menaces cybernétiques russes sur l’Occident
Pour des modèles économiques durables attrayants
La tentation monarchique ?
Les leçons d’économie d’Elisabeth I
Climat : « Les Africains premières victimes
Incompatibilité de la croissance et de la transition énergétique ?
Conseil national de la Refondation : le journal « le Monde déraille »!
École polytechnique : contestation de la présence des LVMH
L’innovation démocratique ?
Covid France 9 septembre 2022 : 19 866 cas supplémentaires 24 heures
Macronie, avec Renaissance , la gauche éjectée !
Faire entrer l’intelligence artificielle à l’école
Électricité : sortir du marché ?
Assurance-chômage et retraite : passage en force ?
Peu d’effet des taux d’intérêt sur l’inflation ?
Quelle réforme du marché européen de l’électricité ?
Hôpital: pour une révolution numérique
Conseil national de la refondation: Une opération politicienne
Ukraine : Des conséquences sur les importations de blé en Afrique
La corruption politique est contagieuse !
Croissance France : révision en baisse des prévisions
Croissance Chine: Ralentissement
Croissance mondiale : vers une crise comme les années 70
Covid France 28 septembre 2022 : 20.142 cas supplémentaires en 24h
Crise énergétique: Des factures qui deviennent insupportables des millions
IA: Fantasme ou réalité ?
Grève CGT du 29 septembre : FO refuse
La France empêtrée dans ses contradictions : le coup de gueule de Nicolas Dufourcq (Bpifrance)
Fessenheim : Le mensonge tragique de Macron
Climat : reconstruire le système agricole africain
Le foot pro et l’écologie compatibles ?
Sécheresse : Pour une évolution durable de l’agriculture
Sécheresse : Une autre gestion de l’eau potable
Ukraine: la Chine fait son business avec la Russie

Voir aussi théâtre

Macron dit Jean Edouard 1er

Economie, politique, société: les plus lus (5 oct 2022 – 7h49)

Economie, politique, société: les plus lus (5 oct 2022 – 7h49)

Affaire Ferrand : Retour de la magouille financière ?
Finances: nouvelle guerre des monnaies !
Hausse des taux : Opposition entre l’ONU et le FMI
Erdogan , Intermédiaire et complice de Poutine
« La Provence » : encore un journal racheté par un grand financier
Naturopathie : ne pas tout mélanger
Stopper toute exploitation animale ?
Pour la décarbonation de tous les services publics !
L’arriviste ultra gauchiste Sandrine Rousseau risque de faire éclater EELV
Covid France 5 octobre 2022 : très forte augmentation 89.185 supplémentaires en 24h.

Quelle révolution industrielle ?
LEMAIRE, MACRON, BORNE EN COL ROULÉ, DOUDOUNE ET BIENTOT EN UN PASSE-MONTAGNE ?
De petits avions à hydrogène près de Toulouse
Hydrogène: quel avenir pour cette technologie
Hydrogène-Élément clé de la transition écologique ?
Ukraine : Un échec durable de la Russie
Après le XXᵉ Congrès du Parti communiste chinois , Xi Jinping Encore plus puissant et …..plus dangereux
Royaume-Uni: La logique du déclin après le Brexit
La déliquescence de l’empire britannique
ONU: Donner une plus grande place à l’Afrique
Faut-il remettre en cause l’activité touristique en France ?
Justice: les plus riches continuent de s’enrichir
Réforme des retraites : une méthode monarchique
Covid France 4 octobre 2022 : 8690 cas supplémentaires en 24 heures

Quelle adaptation au nouveau monde du travail ? ( directeur général de l’OIT)
Crise de la dette : S&P dégrade la perspective du Royaume-Uni
Après le Mali, La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso
Des risque de crise financière d’après la BCE
Quelles orientations pour la fixation des prix en Europe
La révolte antitchador des Iraniennes met la gauche devant ses contradictions
Supermarchés: les conséquences de l’inflation
Éviter le pillage des ressources halieutiques
À quoi sert une opposition Parlement ?
Pour un vrai régime de protection des océans

La culture moteur de la transition écologique
Compatibilité entre progrès technique et progrès écologique ?
La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso ?
Politique : Appel aux « Refondations » de la gauche
Les villes de plus en plus rongées par la drogue et la violence
Retraite à 65 ans : la CFDT dit non
>Empreinte carbone : Les trois méthodes à prendre en compte pour calculer
Covid France 2 octobre 2022 : tendance toujours à la hausse avec 48261 cas supplémentaires en 24 heures

Risque de crise financière ?
Sciences-L’écologie aussi pour la prévention de la santé
Une révolution digitale qui va tout changer ?
Maths au Lycée : Bayrou responsable de l’abandon progressif
Conflit Russie Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
La réforme des retraites : en janvier… Peut-être !
Crise énergétique : conséquence des choix incohérents
Révolution énergétique : une volonté politique et un nouveau type d’aménagement de nos milieux de vie
Critique de Métavers: Substituer le fantasme au réel !
Température-Eté 2022 : La future norme ?
Economie-Productivité : le nouveau boulet économique français

Industrie: Particulièrement plombée par les coûts de l’énergie
Retraites : une concertation…pour rien ?
Productivité : le nouveau boulet économique français
Le lithium, prochain enjeu de la guerre économique
C’est parce qu’il est acculé que Poutine menacent de jouer la carte nucléaire
Un budget de 2023 auberge espagnole
Services publics et publique : enjeux structurels ?
Sauver la mer pour sauver l’homme
L’écologie aussi pour prévenir la santé ?
Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures
Cryptomonnaies :le coût social et environnemental équivalent à celui de la viande
Poutine va-t-il annexer la Corse ?
La crise de recrutement dans les métiers terrains
L’enjeu d’une révolution anthropologique en France ?
La culture financière insuffisante des Français
Grande-Bretagne : la fin d’un Empire
La France parie aussi sur l’hydrogène
Recherche académique : Trop soumise à la vulgarisation médiatique
Refuser le chantage des plates-formes payantes
Retraites : d’une réforme universelle à une réformette
Les « déserts médicaux »: Une catastrophe bientôt dramatique
Reporting climatique : souvent du bidon
Décès d’Elizabeth II : Ras-le-bol de l’enflure médiatique
Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
Covid France 29 sept 2022: hausse avec +53.410 cas supplémentaires en 24h.
Retraites : la réforme reportée en janvier… Peut-être !
Énergie et crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents
Bourses : krach ou pas ?
Robotisation : l’homme transformé en animal de compagnie des robots ?
Liquidation de Camaïeu : 2600 salariés concernés par cette erreur de gestion
Marchés et inversion de la courbe des taux : L’alerte
Marchés financiers : secousses en Europe ?
Risque de récession mondiale (OMC)
En Iran, l’immense cri des femmes pour la liberté
Abandon progressif des maths au lycée : Bayrou responsable (en 1993)
Royaume-Uni: vers le déclin ?
La légitimité de la désobéissance civile des scientifiques ?
Boycotter la coupe du monde de foot au Qatar ?
L’emploi sous perfusion en France
Covid France 28 sept.2022: forte hausse avec +73.639 cas supplémentaires en 24h.
Vers un envol des taux d’intérêt ?
Référendum Poutine en Ukraine : un taux de oui de 273 % !
Réforme des retraites : reportée en janvier… Peut-être !
Numérique et développement durable : où en sont les entreprises françaises ?
Marchés: secousses en Europe ?
Dette France : record d’emprunt… et de coût
L’écologie coûtera plus cher (François Lévêque)
Après la Suède et l’Italie, l’Europe en question ?
Giorgia Meloni :Rassembler l’inconciliable ?
Macron coincé entre immobilisme et autoritarisme
Fonctionnaires: plus de 10 000 créations de postes
La révolution digitale va tout changer ?
Les superprofits gonflés par l’inflation ?
Entreprises : prendre en compte les aspirations écologiques des jeunes générations !
Chauffage: La sobriété surtout pour les pauvres
Remise en cause des véhicules électriques?
Italie: enjeux et risques après la victoire de la droite
Covid France 27 septembre 2022 : +7.489 cas supplémentaires en 24h.
Italie : probable gouvernement d’extrême droite mais pas fait pour durer
Cinéma : la crise des scénarios français
Budget : au moins autant de déficit
Retraites : coup de pouce supplémentaire de 0, 8 % !
Iran : colère contre la dictature et la situation économique
Géopolitique : Quels risques de guerre nucléaire ?
Culture: Netflix ou l’aliénation de masse
Grande-Bretagne:la perspective d’une grave crise financière
Italie et chefs d’État en Europe : sauveur un jour, pestiféré le lendemain !
Covid France 26 septembre 2022: +37.524 cas supplémentaires en 24h.
Mobilité : « comment concilier transition écologique et justice sociale
Mettre fin au foot fric ?
Transition énergétique : une volonté politique pour un nouveau type d’aménagement de nos milieux de vie
Climat et enjeu de l’eau
Une autre approche du féminisme
Métavers: Substituer le fantasme au réel !
Réforme des retraites : Pour un autre partage de la richesse
Les centrales nucléaires: nouvelles cibles de guerre
Logement : pour un autre conception
Santé : la formation des internes dans les déserts médicaux contestée par la confédération des syndicats médicaux français !
Répression Iran : Déjà au moins 35 morts
Un risque de guerre nucléaire en Europe ?
Grande-Bretagne: Le risque d’une grave crise financière
Chefs d’État en Europe : sauveur un jour, pestiféré le lendemain !
Soutien énergétique en Europe : Une aide peut-être dangereuse
Gaz : les raisons de l’envol des prix
Enquête sur le financement de Partis politiques par de grandes firmes financières ou par des pays étrangers
Netflix ou l’aliénation de masse
Ecole : Comment éviter le naufrage ?
Eoliennes terrestres: Une dépréciation de l’immobilier de 30 %
Crise de l’électricité : conséquence des choix politiques
Sobriété énergétique: Les économies possibles
Retour de la valeur travail à gauche ?
Climat: Eté 2022 : La future norme ?
Quels risques de guerre nucléaire ?
Politique de défense : : rétablir le service militaire obligatoire
Guerre Russie Ukraine : Choisir son camp !

Crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents
Défense : : rétablir le service militaire obligatoire
Conflit ukrainien: Quels risques nucléaires ?
Automobile Électrique: pour une transition plus progressive
Défense de la forêt landaise
La prise de conscience écologique
Température et risques de l’ Eté 2022 : La future norme ?
Les fragilités de l’économie française
Réhabilitation du travail à gauche ?
Santé : le grand âge oublié
Face à Poutine, Choisir son camp !
L’influence culturelle de la France en danger
L’Inde devra choisir son camp
Hollande meilleur journaliste président
Des mesures pour améliorer l’accès aux soins
Pourquoi les classes populaires ont abandonné la gauche (François Ruffin )
Oser affronter Poutine
Sobriété énergétique: Limiter aussi le ralentissement de la croissance.
Les prix de l’énergie : Danger pour notre économie
Géopolitique : rétablir le service militaire obligatoire
Sobriété : Les économies possibles
Resserrement monétaire de la BCE: Des conséquences pour les pays endettés…. comme la France ?
Electricité : Une crise , conséquence des choix depuis 10 ans
Eoliennes: Une dépréciation de l’immobilier de 30 %
Poutine acculé mais dangereux
La déliquescence de la monarchie britannique
Le « juste soin »: Un nouveau concept ?
Les causes de l’inflation
Livret A : Forte hausse dans l’attentisme ambiant
Taux d’intérêt américains : nouveau relèvement au risque d’une récession.
Taux d’intérêt : La politique monétaire américaine en avance
Référendums de Poutine : pour préparer le pire ?
Covid France 22 septembre 2022 :hausse, avec 38 250 cas supplémentaires en 24 heures
Arme nucléaire tactique ou stratégique ?
Iran : La colère contre la dictature
Economie, politique, société: les plus lus (22 sept 2022 – 7h55)
LREM rebaptisé « Renaissance » : un parti bidon de 12000 personnes qui ont voté pour
Société : Netflix, l’aliénation de masse
L’« autosolisme » et la voiture individuelle en question
Ukraine: L’intoxication russe en difficulté
Sobriété énergétique : les moyens pour y parvenir
Référendums de Poutine : la grosse ficelle pour justifier le pire ?
Système éducatif : Comment éviter le naufrage ?
Taux d’intérêt de la BCE : bientôt un nouveau relèvement (BCE) ?
Prix électricité : Un plafonnement contre la spéculation ( Medef)
Nouvelles technologies : la photonique
Taux d’intérêt : le dollar en avance
Quelle confidentialité concernant les monnaies numériques des banques centrales ?
École : introduire le concept d’incertitude dans les programmes ?
L’enseignement général au lycée professionnel en question
Arme atomique de l’ Iran : Nouveaux dangers de l’impérialisme
Mémoire de la guerre d’Algérie : soutiens à l’article censuré par le « Monde »
Politique: une nouvelle démocratie ?
Poutine de plus en plus isolé au plan international
Se libérer de l’impérialisme russe et de la tyrannie rouge
L’alimentation trop chère en France
SONDAGE Chauffage: une majorité pour limiter à 19 degrés
Inflation Europe: Hausse du pain jusqu’à 65 % en Hongrie
Geodis (SNCF): Une ouverture du capital, pour quoi faire ?
Objectifs climatiques: Révision en hausse de l’Union économique
Faire entrer Sandrine Rousseau au Panthéon… de la paresse
La définition de la précarité énergétique
Remise en cause de l’abondance », une chance pour l’ humanité
Gratuité des transports publics : Non pertinent et injuste
Retraite: La réforme est devenue un piège pour Macron
L’écologie partout, EELV nulle part
Débat nucléaire : une discussion de bistrot !
Covid Monde 20 septembre 2022
Réforme des retraites : Berger (CFDT), Mobilisé contre le passage en force
IA : ni intelligente ni artificielle
Géopolitique de la Russie : la restauration de la puissance tsariste et soviétique
Aide alimentaire : comment orienter vers ceux qui en ont le plus besoin
Plates-formes et cinéma: le débat
Culture et cinéma : une crise de création
Pour une politique publique de la santé visuelle
Le temps de la guerre des ressources
Electricité : Stopper le bidouillage tarifaire et les superprofits
Hongrie : lutte contre la corruption ou suppression des subventions européennes
Taxer les superprofits ( Stiglitz)
Ukraine : un avertissement pour l’Europe tout entière
Société-France et Élisabeth II: une nostalgie monarchique ?
Économie–Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (instituts)
Civilisations : les sociétés complexes sont encore plus fragiles
France et Élisabeth II: une nostalgie monarchique ?
Élisabeth II : pourquoi la fascination ?
LREM : « Renaissance » ou Enterrement ?
Dérapages : Sandrine Rousseau remplacé Ségolène Royal !
Données: Et l’impact des entreprises sur le changement climatique ?
Le social abandonné par la gauche ?
Transport ferroviaire : Rétablir les petites lignes
Le pari du bouclier tarifaire
États-Unis :un plan anti-inflation et de transition écologique
Sondage : 75 % pour le nucléaire
Collège: le niveau est trop faible d’après le ministre de l’éducation
Le travail « est une valeur de droite » d’après l’exibitionniste Sandrine Rousseau
Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (instituts)
Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (Banque de France)
Société- Allongement des retraites et fin de vie : La martingale de Macron
Ukraine : la paix négociée ou la fragile victoire?
Se renouveler en politique : comme la girouette ?
Précarité énergétique 20 % concernés ?
Energie : des mesures Européennes de trop de court terme discutables !
SNCF : Une concurrence inutile pour les intercités
Souveraineté numérique : L’Europe, trop dépendante
Données personnelles : aussi un bien commun pour le progrès
La révolution de Mélenchon reportée à une date ultérieure !
Covid: vers une huitième vague ?
Covid France 17 septembre 2022 : encore 28 686 cas supplémentaires en 24 heures
Allongement des retraites et fin de vie : La martingale de Macron
Le discours hypnotisant de Bruno Lemaire
Croissance France 2023 : risque de récession (Banque de France)
Marchés financiers : plombés aussi par la hausse des taux
Le dividende salarié ?
Le fioul a encore un avenir ?
La coupable bienveillance de la gauche vis-à-vis de Poutine
Crises : une Europe plus pragmatique et plus forte ?
Débat fin de vie : fonction de convictions
Culture: Netflix, l’aliénation de masse
Une conception plus globale du pouvoir d’achat
Priorité aux trains ? (Elus écologistes)
Covid France 16 septembre 2022 : encore 33 263 cas supplémentaires en 24 heures
Un « plan Marshall » pour relancer le nucléaire
Électricité : l’alerte Ecowatt, un gadget pour justifier les augmentations
Le fiasco du marché de l’électricité
Plaidoyer pour la « Real Politik »
Énergie : un discours alarmiste pour justifier une hausse de 15 %
Polluer ou dépolluer
Ferroviaire: Pour un doublement des investissements
Fin de vie : le journal « Le Monde » déraille encore
Les sociétés complexes sont encore plus fragiles
Forêt landaise: les écolos se trompent
Guerre en Ukraine: La faute à Poutine ou à la Russie ?
Pas de distinction entre gauche du travail et gauche des allocations !
Covid France : en hausse, une 8e vague ?
La secrétaire d’État à la ruralité aux champs !
Taxation des multinationales : Les oppositions
Pour une acceptation sociale de l’instabilité de l’innovation
Retour aux forêts naturelles ?
Conventions citoyennes : le coup d’Etat permanent de Macron
Du temps pour réinventer l’école de la confiance
La médecine, complices et victime de l’hubris technoscientifique
Fin de vie : pas d’urgence politique à politiser la question
Mélenchon : Son rêve permanent de révolution !
Pour un numérique social et sobre
Djihadistes : Pour un jugement en France ?
Fabien Roussel, PC, fier d’être le parti du travail
Covid France : une 8e vague ?
Covid France 14 septembre 2022 : 41 850 cas supplémentaires en 24 heures
Un Poutine fragilisé mais encore davantage dangereux
«Arrêter d’emmerder les agriculteurs !
Sondage : 72 % inquiets pour le chauffage d’hiver
Economie, politique, société: les plus lus (13 sept 2022 – 6h50)
Mobilisation sociale : les syndicats ne veulent pas de récupération politique par Mélenchon et la NUPES
Système de retraite : provisoirement dans le vert
Crise de l’énergie: le gouvernement annoncera une hausse des prix mercredi
Hypersonique : La France écartée par l’Europe
Tourisme spatial : La fusée Bkue Origin s’écrase
Un cloud souverain : Pour se libérer enfin de la domination américaine ?
Mobilisation sociale : les syndicats ne veulent pas de récupération politique par Mélenchon et la NUPES
Système de retraite : provisoirement dans le vert
Crise de l’énergie: le gouvernement annoncera une hausse des prix mercredi
Hypersonique : La France écartée par l’Europe
Tourisme spatial : La fusée Bkue Origin s’écrase
Un cloud souverain : Pour se libérer enfin de la domination américaine ?
Des conventions citoyennes partout !
« Il faut se préparer à une forte augmentation de la fiscalité locale !!! » (Fonctionnaires territoriaux)
Numérique : L’Europe à la botte des Américains ?
Covid France 13 septembre 2022 : 4579 supplémentaires en 24 heures
France: nostalgie monarchique ?
« France travail »: un nouveau coup de peinture sur pôle emploi
Propos écolos de Macron : colère de streamers !
États-Unis : risque de récession
Poutine–Macron : encore une conversation inutile !
Importation de sable au Sahara et en France ?
La décision de la BCE insuffisante pour faire reculer l’inflation ?
Dérèglement climatique : la responsabilité occidentale dans les pays pauvres
Les crises imposent de moderniser le budget de l’Union européenne
La crise climatique tolère encore moins les inégalités sociales
Recherche pluridisciplinaire: la mal-aimée !
Relance du programme nucléaire: Hypothéquée par les contradictions du pouvoir et la question financière
» L’Afrique et le monde : histoires renouées »
Covid monde 12 septembre 2022
Nucléaire–Les énormes contradictions de Macron
Société-Incompatibilité de la croissance et de la transition énergétique ?
Nucléaire: l’avantage compétitif
Croissance ou inflation : le choix cornélien des banques centrales
Le mensonge constitutif incontournable de la politique ?
Technologie – : La révolution économique par les drones ?
La hausse des taux jusqu’où ?
Les produits qui ont le plus augmenté en août
Gestion du rapport de l’économie au vivant : ralentir le rythme
Société-Une reine aimée en Angleterre, un président détesté en France
La marginalisation de l’économie sociale et solidaire
Pour une vraie approche ESG de la responsabilité des entreprises
Sobriété : aussi une question de gestion du temps
Croissance France : révision en baisse des prévisions et risque de récession 2023
Conseil national de la Refondation : Un édito surprenant du « Monde » !
Taux d’intérêt : hausse modeste mais dangereuse pour la croissance
Réchauffement climatique : Un basculement inexorable selon une étude
Comment prévenir les incendies de forêt ?
Des migrations climatiques incontournables
Pour une transition économique équitable et acceptée
Rapport de l’économie au vivant : ralentir le rythme
Développer l’économie sociale et solidaire
Une monarchie britannique cosmétique (Piketty)
Philosophie : Penser la contradiction
Une reine aimée en Angleterre mais un président détesté en France
Covid France 10 septembre 2022 :19 087 cars supplémentaires en 24 heures
BCE : une hausse des taux finalement modeste au regard de l’inflation
Sondage Conseil national de la refondation : Pas efficace pour 56 % des Français
Plan de relance français : Trop flou pour la Cour des comptes européenne
Les menaces cybernétiques russes sur l’Occident
Pour des modèles économiques durables attrayants
La tentation monarchique ?
Les leçons d’économie d’Elisabeth I
Climat : « Les Africains premières victimes
Incompatibilité de la croissance et de la transition énergétique ?
Conseil national de la Refondation : le journal « le Monde déraille »!
École polytechnique : contestation de la présence des LVMH
L’innovation démocratique ?
Covid France 9 septembre 2022 : 19 866 cas supplémentaires 24 heures
Macronie, avec Renaissance , la gauche éjectée !
Faire entrer l’intelligence artificielle à l’école
Électricité : sortir du marché ?
Assurance-chômage et retraite : passage en force ?
Peu d’effet des taux d’intérêt sur l’inflation ?
Quelle réforme du marché européen de l’électricité ?
Hôpital: pour une révolution numérique
Conseil national de la refondation: Une opération politicienne
Ukraine : Des conséquences sur les importations de blé en Afrique
La corruption politique est contagieuse !
Croissance France : révision en baisse des prévisions
Croissance Chine: Ralentissement
Croissance mondiale : vers une crise comme les années 70
Covid France 28 septembre 2022 : 20.142 cas supplémentaires en 24h
Crise énergétique: Des factures qui deviennent insupportables des millions
IA: Fantasme ou réalité ?
Grève CGT du 29 septembre : FO refuse
La France empêtrée dans ses contradictions : le coup de gueule de Nicolas Dufourcq (Bpifrance)
Fessenheim : Le mensonge tragique de Macron
Climat : reconstruire le système agricole africain
Le foot pro et l’écologie compatibles ?
Sécheresse : Pour une évolution durable de l’agriculture
Sécheresse : Une autre gestion de l’eau potable
Ukraine: la Chine fait son business avec la Russie

Voir aussi théâtre

Macron dit Jean Edouard 1er

Affaire Ferrand : Retour de la magouille financière ?

Affaire Ferrand : Retour de la magouille financière

La grosse magouille financière de Ferrand , premier soutien socialiste de Macron en 2017, remonte à la surface après avoir été classée prescription . Il est clair que Richard Ferrand a largement utilisé son double statut de dirigeant des Mutuelles de Bretagne et d’élu pour directement et indirectement se remplir les poches. L’affaire la plus scandaleuse concerne un contrat de location d’un local par les Mutuelles de Bretagne à la compagne de Ferrand alors que cette dernière ne possédait pas encore ce local. Grâce à de généreuses conditions de location de ce local, la compagne de Ferrand a pu réaliser un petit profit de l’ordre de 800 000 €. Le détail de ces opérations est rappelé ci-après à partir d’une information tirée de Wikipédia. Toute la famille Ferrand a bénéficié des largesses mutuelles de Bretagne : son ancienne femme, ensuite sa compagne et lui-même. La justice de Brest avait enterré l’affaire considérant qu’il s’agissait d’une affaire privée et que les délais d’instruction étaient dépassés.

Comme le dossier a été dépaysé à Lille, les nouveaux juges ont porté un autre regard sur ses affaires en mettant en examen Richard Ferrand. Ces nouveaux juges connaissent évidemment le contexte politique particulièrement délicat qui entoure cette affaire et s’ils ont mis en examen Richard Ferrand s’est qu’il dispose d’éléments nouveaux. Tout cela révèle que les bonnes vieilles pratiques provinciales de la IVe République ne sont pas mortes avec des relations plus ou moins sulfureuses entre les élus politiques, le monde économique et la justice. Bref le nouveau monde promis par macro et bien mort-né surtout si on n’y ajoute les autres affaires concernant par exemple le MoDem et Bayrou, Benalla, de Rugy, le secrétaire de l’Élysée, Macron lui-même avec les conditions de financement de sa campagne. On pourrait ajouter les lenteurs de la justice concernant aussi bien les affaires de Sarkozy que celle de tapie vis-à-vis desquels le pouvoir semble manifester une grande bienveillance. Bref, il n’y a pas de Nouveau Monde dans la république en marche mais plutôt la résurgence de pratiques caractérisées par la confusion des intérêts entre le monde politique, le monde économique et l’État.

L’ouverture d’une information judiciaire remonte à 2017, à la suite d’une plainte de l’association anticorruption Anticor consécutive aux révélations du Canard Enchaîné. L’ex-quatrième personnage de l’État est mis en examen deux ans plus tard, en 2019, par trois juges d’instruction lillois pour «prise illégale d’intérêt» et Sandrine Doucen placée sous le statut plus favorable de témoin assisté. Les avocats de Richard Ferrand avaient ensuite saisi la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Douai, considérant les faits prescrits, le délai étant de trois ans dans cette affaire.
Les juges leur ont donné raison en mars 2021: ils estiment les faits prescrits soit depuis 2014, soit depuis 2015, c’est-à-dire trois ans après la signature du bail ou trois ans après la démission de Richard Ferrand des Mutuelles. Dans les deux cas, avant qu’ils ne soient dénoncés à la justice. Le pourvoi en cassation d’Anticor vise à casser cette décision. L’association estime que le délai de prescription débute à la révélation des faits en 2017, car ils ont auparavant été dissimulés. Pour elle, tous les administrateurs des Mutuelles de Bretagne n’avaient pas connaissance de la relation entre Richard Ferrand et Sandrine Doucen au moment de l’opération.

Erdogan , Intermédiaire et complice de Poutine

Erdogan , Intermédiaire et complice de Poutine

La Turquie qui évidemment n’est pas un État de droit mais une dictature qui s’accommode évidemment du régime politique de Poutine. Même si dans le cadre du conflit actuel Erdogan tente de d’équilibrer ses relations entre la Russie et l’Ukraine; Pour des raisons économiques mais aussi politiques afin de compenser la faiblesse de son audience en interne par une posture internationale plus présentable NDLR

« l’intimité stratégique » du régime d’Erdogan avec les démocraties européennes reste limitée, analyse, dans une tribune au « Monde », Marc Pierini, ancien ambassadeur de l’Union européenne en Turquie.

La Turquie de Recep Tayyip Erdogan peut-elle s’asseoir durablement à la table des démocrates européens ? A la veille du double sommet de Prague qui doit débattre, le 6 octobre, de l’Europe politique, la question peut paraître déplacée. Il semble évident que, dans le contexte sécuritaire entourant l’invasion russe de l’Ukraine, les vingt-sept chefs d’Etat et de gouvernement ont souhaité dans leur majorité la présence de leur homologue turc. Néanmoins, au-delà d’une invitation de circonstance, cette question se pose crûment.

Le débat sur l’Europe politique, notamment sur la proposition française de Communauté politique européenne – une structure plus large que l’Union européenne (UE) qui n’impliquerait pas nécessairement une adhésion future à celle-ci –, est quasiment inextricable si on veut lui donner une traduction institutionnelle. Inviter le chef de l’Etat turc au sommet politique du 6 octobre (qui doit être suivi, le 7 octobre, d’un Conseil européen informel) obéit certes aux nécessités du moment, mais son implication durable dans un format institutionnel pérenne fondé sur une « intimité stratégique » avec l’UE est un choix bien plus ardu.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Erdogan est l’homme de contact des Russes et des Ukrainiens : il a une relation forte avec Zelensky et s’entend bien avec Poutine »
En clair, il s’agit de savoir si un nouveau cadre intergouvernemental distinct de l’UE doit inclure l’autocratie turque qui, par sa Constitution de 2017 et le fonctionnement de ses institutions, s’est positionnée aux antipodes des principes et valeurs européens.

Dans le camp du oui, les arguments sont bien connus : la Turquie appartient à l’OTAN, elle a condamné l’invasion russe sans équivoque, elle a fermé les détroits des Dardanelles et du Bosphore dès le début des hostilités, elle s’efforce de jouer un rôle de facilitatrice entre la Russie et l’Ukraine, et elle déploie à cet effet son efficace réseau diplomatique. Le dirigeant turc serait donc utile à la cause de la paix entre Russie et Ukraine. Mais au-delà ?
Dans le camp du non, les arguments sont clairs : la Turquie n’est plus un Etat de droit, elle tient en permanence un discours anti-occidental et imprévisible, elle remet en cause des frontières internationalement reconnues, et elle a fourni un avantage stratégique considérable au Kremlin en achetant des missiles S-400. Cette décision aboutit en 2019 à éliminer du flanc sud de la Russie des systèmes de l’OTAN équivalents et, par ricochet, conduit en 2020 les Etats-Unis à renoncer à livrer 120 chasseurs furtifs F-35 initialement destinés à l’armée de l’air et à la marine turques. Dès lors, où serait l’intimité stratégique ?

L’arriviste ultra gauchiste Sandrine Rousseau risque de faire éclater EELV

L’arriviste ultra gauchiste Sandrine Rousseau risque de faire éclater EELV

Ce qu’il se passe chez EELV recouvre une évolution plus générale à gauche. La conquête du pouvoir ne se conçoit plus au centre mais aux extrêmes. A ce compte, toutes les surenchères sont bonnes à prendre Un papier du monde.

Le problème de l’extrémisme et de l’ultra gauchisme, c’est qu’il risque de faire éclater un parti écolo livré aussi aux ambitions personnelles ; cela d’autant plus que ce parti n’a pas de véritable colonne vertébrale idéologique véritable, ce qui autorise tous les excès . NDLR

Qui se souvient encore du score de Yannick Jadot aux élections européennes de 2019 ? Des espoirs que l’ancien militant de Greenpeace avait alors suscités dans la famille écologiste ? Le 26 mai de cette année-là, la tête de liste d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) avait remporté 13,48 % des suffrages exprimés, laissant loin derrière ses concurrents de gauche. La liste conduite par Raphaël Glucksmann n’avait enregistré que 6,19 % des suffrages exprimés, celle de La France insoumise (LFI), menée par Manon Aubry 6,31 %, réduisant à néant l’espoir de Jean-Luc Mélenchon de s’imposer comme l’opposant numéro un à Emmanuel Macron.

Pour les écologistes, une occasion historique se présentait de chambouler la hiérarchie de la gauche plurielle en supplantant le Parti socialiste, dynamité par la récente défaite de François Hollande.

La montée continue des préoccupations liées au réchauffement climatique donnait quelque crédit au pari. La stratégie était empreinte de bon sens. Elle consistait à renforcer l’assise locale du mouvement avant de revendiquer la conquête et l’exercice du pouvoir national dans le cadre d’un large rassemblement allant de la gauche au centre.

La première partie du contrat a été remportée haut la main. En témoigne la vague verte de 2020, qui a vu plusieurs métropoles, Lyon, Bordeaux, Strasbourg, basculer aux mains des écologistes. La seconde partie, beaucoup plus aléatoire au regard de l’histoire du mouvement, a en revanche débouché sur un fiasco. Yannick Jadot a terminé la présidentielle avec moins de 5 % des suffrages exprimés au terme d’une campagne qui n’a jamais décollé.

EELV, qui revendique 11 000 adhérents, est de nouveau en proie à de graves déchirements internes autour d’une réforme des statuts maladroitement conduite par sa direction. Seule l’élection de vingt-trois députés Verts en juin sauve un peu la mise, à ceci près que la plupart des élus écolos doivent leur victoire au bon vouloir de Jean-Luc Mélenchon.

En outre, le groupe est, en pleine rentrée parlementaire, déstabilisé par les accusations publiques portées par l’une de ses membres, Sandrine Rousseau, contre son coprésident, Julien Bayou. Désigné à la vindicte pour violence psychologique à l’égard de son ex-compagne, fait qu’il conteste, l’élu a dû se mettre en retrait de cette fonction avant de démissionner, quelques jours plus tard, de la présidence du parti. Selon le quotidien Libération, il vivait depuis trois ans sous la pression d’un collectif féministe informel qui lui reprochait sa conduite et enquêtait sur ses relations avec les femmes.

LEMAIRE, MACRON, BORNE EN COL ROULÉ, DOUDOUNE ET BIENTOT EN UN PASSE-MONTAGNE ?

LEMAIRE, MACRON, BORNE EN COL ROULÉ, DOUDOUNE ET BIENTOT EN UN PASSE-MONTAGNE ?

IL FAUT VRAIMENT QUE LE GOUVERNEMENT MANQUE DE CONVICTION POUR QUE LES PLUS HAUTS RESPONSABLES POLITIQUES DU PAYS S’AFFICHENT DEVANT LES CAMERAS EN COL ROULE. DEMAIN SANS DOUTE EN PASSE-MONTAGNE . DE QUOI RELANCER AUSSI EN FRANCE L’INDUSTRIE DU PULL-OVER EN LAINE. POURTANT LA RENTREE POURRAIT ETRE CHAUDE AVEC D’UNE PART LES CONTRADICTIONS DU BUDGET ET DE LA REFORME DES RETRAITES. ON ATTEND DES POLITIQUES QU’ILS SE METTENT PLUTOT EN BRAS DE CHEMISE POUR FAIRE UNE VERITABLE REFORME EQUITABLE AU LIEU D’UNE REFORMETTE INJUSTE ET INEFFICACE. CETTE MISE EN SCENE EN COL ROULE ET DOUDOUNE DEVANT LES CAMERAS EST EVIDEMMENT PATHETIQUE AUTANT QUE RIDICULE. POURQUOI AUSSI NE PAS PRENDRE LA TEMPERATURE EN PUBLIC DES INTERESSES. ON OBJECTERA QUE LE SPECTACLE POURRAIT TUTOYER LA PORNOGRAPHIE MAIS CETTE DERNIERE N’A PAS BESOIN DE MONTRER LE CUL POUR ETRE QUALIFIEE COMME TELLE. LES PROPOS AUTANT QUE LE DEGUISEMENT DES RESPONSABLES SUFFISENT A LA RECONNAITRE.

Macro en col roulé et Élisabeth Borne, elle, en doudoune lors d’un échange avec le maire écologiste de Lyon Grégory Doucet sur la sobriété énergétique, où elle s’est rendue vêtue d’une veste matelassée avec des papillons.
Le lendemain, rebelote dans l’Oise. La cheffe du gouvernement porte alors une doudoune bleu à motif marron tout comme sa ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher. La communication de l’exécutif laisse dubitatif les oppositions.

« Si la situation n’était pas tragique, ce serait comique, leur histoire », a ironisé Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, invité sur BFMTV ce dimanche.
« Le président de la République qui vous fait une allocution officielle pour dire qu’il faut régler son chauffage à 19°C, ou les membres du gouvernement qui vous recommandent la doudoune, c’est du dernier chic », a poursuivi l’ancien candidat à l’investiture LR pour la présidentielle.

Economie, politique, société: les plus lus (4 oct 2022 – 7h06)

Economie, politique, société: les plus lus (4 oct 2022 – 7h06)

Quelle révolution industrielle ?
LEMAIRE, MACRON, BORNE EN COL ROULÉ, DOUDOUNE ET BIENTOT EN UN PASSE-MONTAGNE ?
De petits avions à hydrogène près de Toulouse
Hydrogène: quel avenir pour cette technologie
Hydrogène-Élément clé de la transition écologique ?
Ukraine : Un échec durable de la Russie
Après le XXᵉ Congrès du Parti communiste chinois , Xi Jinping Encore plus puissant et …..plus dangereux
Royaume-Uni: La logique du déclin après le Brexit
La déliquescence de l’empire britannique
ONU: Donner une plus grande place à l’Afrique
Faut-il remettre en cause l’activité touristique en France ?
Justice: les plus riches continuent de s’enrichir
Réforme des retraites : une méthode monarchique
Covid France 4 octobre 2022 : 8690 cas supplémentaires en 24 heures

Quelle adaptation au nouveau monde du travail ? ( directeur général de l’OIT)
Crise de la dette : S&P dégrade la perspective du Royaume-Uni
Après le Mali, La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso
Des risque de crise financière d’après la BCE
Quelles orientations pour la fixation des prix en Europe
La révolte antitchador des Iraniennes met la gauche devant ses contradictions
Supermarchés: les conséquences de l’inflation
Éviter le pillage des ressources halieutiques
À quoi sert une opposition Parlement ?
Pour un vrai régime de protection des océans

La culture moteur de la transition écologique
Compatibilité entre progrès technique et progrès écologique ?
La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso ?
Politique : Appel aux « Refondations » de la gauche
Les villes de plus en plus rongées par la drogue et la violence
Retraite à 65 ans : la CFDT dit non
>Empreinte carbone : Les trois méthodes à prendre en compte pour calculer
Covid France 2 octobre 2022 : tendance toujours à la hausse avec 48261 cas supplémentaires en 24 heures

Risque de crise financière ?
Sciences-L’écologie aussi pour la prévention de la santé
Une révolution digitale qui va tout changer ?
Maths au Lycée : Bayrou responsable de l’abandon progressif
Conflit Russie Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
La réforme des retraites : en janvier… Peut-être !
Crise énergétique : conséquence des choix incohérents
Révolution énergétique : une volonté politique et un nouveau type d’aménagement de nos milieux de vie
Critique de Métavers: Substituer le fantasme au réel !
Température-Eté 2022 : La future norme ?
Economie-Productivité : le nouveau boulet économique français

Industrie: Particulièrement plombée par les coûts de l’énergie
Retraites : une concertation…pour rien ?
Productivité : le nouveau boulet économique français
Le lithium, prochain enjeu de la guerre économique
C’est parce qu’il est acculé que Poutine menacent de jouer la carte nucléaire
Un budget de 2023 auberge espagnole
Services publics et publique : enjeux structurels ?
Sauver la mer pour sauver l’homme
L’écologie aussi pour prévenir la santé ?
Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures
Cryptomonnaies :le coût social et environnemental équivalent à celui de la viande
Poutine va-t-il annexer la Corse ?
La crise de recrutement dans les métiers terrains
L’enjeu d’une révolution anthropologique en France ?
La culture financière insuffisante des Français
Grande-Bretagne : la fin d’un Empire
La France parie aussi sur l’hydrogène
Recherche académique : Trop soumise à la vulgarisation médiatique
Refuser le chantage des plates-formes payantes
Retraites : d’une réforme universelle à une réformette
Les « déserts médicaux »: Une catastrophe bientôt dramatique
Reporting climatique : souvent du bidon
Décès d’Elizabeth II : Ras-le-bol de l’enflure médiatique
Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
Covid France 29 sept 2022: hausse avec +53.410 cas supplémentaires en 24h.
Retraites : la réforme reportée en janvier… Peut-être !
Énergie et crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents
Bourses : krach ou pas ?
Robotisation : l’homme transformé en animal de compagnie des robots ?
Liquidation de Camaïeu : 2600 salariés concernés par cette erreur de gestion
Marchés et inversion de la courbe des taux : L’alerte
Marchés financiers : secousses en Europe ?
Risque de récession mondiale (OMC)
En Iran, l’immense cri des femmes pour la liberté
Abandon progressif des maths au lycée : Bayrou responsable (en 1993)
Royaume-Uni: vers le déclin ?
La légitimité de la désobéissance civile des scientifiques ?
Boycotter la coupe du monde de foot au Qatar ?
L’emploi sous perfusion en France
Covid France 28 sept.2022: forte hausse avec +73.639 cas supplémentaires en 24h.
Vers un envol des taux d’intérêt ?
Référendum Poutine en Ukraine : un taux de oui de 273 % !
Réforme des retraites : reportée en janvier… Peut-être !
Numérique et développement durable : où en sont les entreprises françaises ?
Marchés: secousses en Europe ?
Dette France : record d’emprunt… et de coût
L’écologie coûtera plus cher (François Lévêque)
Après la Suède et l’Italie, l’Europe en question ?
Giorgia Meloni :Rassembler l’inconciliable ?
Macron coincé entre immobilisme et autoritarisme
Fonctionnaires: plus de 10 000 créations de postes
La révolution digitale va tout changer ?
Les superprofits gonflés par l’inflation ?
Entreprises : prendre en compte les aspirations écologiques des jeunes générations !
Chauffage: La sobriété surtout pour les pauvres
Remise en cause des véhicules électriques?
Italie: enjeux et risques après la victoire de la droite
Covid France 27 septembre 2022 : +7.489 cas supplémentaires en 24h.
Italie : probable gouvernement d’extrême droite mais pas fait pour durer
Cinéma : la crise des scénarios français
Budget : au moins autant de déficit
Retraites : coup de pouce supplémentaire de 0, 8 % !
Iran : colère contre la dictature et la situation économique
Géopolitique : Quels risques de guerre nucléaire ?
Culture: Netflix ou l’aliénation de masse
Grande-Bretagne:la perspective d’une grave crise financière
Italie et chefs d’État en Europe : sauveur un jour, pestiféré le lendemain !
Covid France 26 septembre 2022: +37.524 cas supplémentaires en 24h.
Mobilité : « comment concilier transition écologique et justice sociale
Mettre fin au foot fric ?
Transition énergétique : une volonté politique pour un nouveau type d’aménagement de nos milieux de vie
Climat et enjeu de l’eau
Une autre approche du féminisme
Métavers: Substituer le fantasme au réel !
Réforme des retraites : Pour un autre partage de la richesse
Les centrales nucléaires: nouvelles cibles de guerre
Logement : pour un autre conception
Santé : la formation des internes dans les déserts médicaux contestée par la confédération des syndicats médicaux français !
Répression Iran : Déjà au moins 35 morts
Un risque de guerre nucléaire en Europe ?
Grande-Bretagne: Le risque d’une grave crise financière
Chefs d’État en Europe : sauveur un jour, pestiféré le lendemain !
Soutien énergétique en Europe : Une aide peut-être dangereuse
Gaz : les raisons de l’envol des prix
Enquête sur le financement de Partis politiques par de grandes firmes financières ou par des pays étrangers
Netflix ou l’aliénation de masse
Ecole : Comment éviter le naufrage ?
Eoliennes terrestres: Une dépréciation de l’immobilier de 30 %
Crise de l’électricité : conséquence des choix politiques
Sobriété énergétique: Les économies possibles
Retour de la valeur travail à gauche ?
Climat: Eté 2022 : La future norme ?
Quels risques de guerre nucléaire ?
Politique de défense : : rétablir le service militaire obligatoire
Guerre Russie Ukraine : Choisir son camp !

Crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents
Défense : : rétablir le service militaire obligatoire
Conflit ukrainien: Quels risques nucléaires ?
Automobile Électrique: pour une transition plus progressive
Défense de la forêt landaise
La prise de conscience écologique
Température et risques de l’ Eté 2022 : La future norme ?
Les fragilités de l’économie française
Réhabilitation du travail à gauche ?
Santé : le grand âge oublié
Face à Poutine, Choisir son camp !
L’influence culturelle de la France en danger
L’Inde devra choisir son camp
Hollande meilleur journaliste président
Des mesures pour améliorer l’accès aux soins
Pourquoi les classes populaires ont abandonné la gauche (François Ruffin )
Oser affronter Poutine
Sobriété énergétique: Limiter aussi le ralentissement de la croissance.
Les prix de l’énergie : Danger pour notre économie
Géopolitique : rétablir le service militaire obligatoire
Sobriété : Les économies possibles
Resserrement monétaire de la BCE: Des conséquences pour les pays endettés…. comme la France ?
Electricité : Une crise , conséquence des choix depuis 10 ans
Eoliennes: Une dépréciation de l’immobilier de 30 %
Poutine acculé mais dangereux
La déliquescence de la monarchie britannique
Le « juste soin »: Un nouveau concept ?
Les causes de l’inflation
Livret A : Forte hausse dans l’attentisme ambiant
Taux d’intérêt américains : nouveau relèvement au risque d’une récession.
Taux d’intérêt : La politique monétaire américaine en avance
Référendums de Poutine : pour préparer le pire ?
Covid France 22 septembre 2022 :hausse, avec 38 250 cas supplémentaires en 24 heures
Arme nucléaire tactique ou stratégique ?
Iran : La colère contre la dictature
Economie, politique, société: les plus lus (22 sept 2022 – 7h55)
LREM rebaptisé « Renaissance » : un parti bidon de 12000 personnes qui ont voté pour
Société : Netflix, l’aliénation de masse
L’« autosolisme » et la voiture individuelle en question
Ukraine: L’intoxication russe en difficulté
Sobriété énergétique : les moyens pour y parvenir
Référendums de Poutine : la grosse ficelle pour justifier le pire ?
Système éducatif : Comment éviter le naufrage ?
Taux d’intérêt de la BCE : bientôt un nouveau relèvement (BCE) ?
Prix électricité : Un plafonnement contre la spéculation ( Medef)
Nouvelles technologies : la photonique
Taux d’intérêt : le dollar en avance
Quelle confidentialité concernant les monnaies numériques des banques centrales ?
École : introduire le concept d’incertitude dans les programmes ?
L’enseignement général au lycée professionnel en question
Arme atomique de l’ Iran : Nouveaux dangers de l’impérialisme
Mémoire de la guerre d’Algérie : soutiens à l’article censuré par le « Monde »
Politique: une nouvelle démocratie ?
Poutine de plus en plus isolé au plan international
Se libérer de l’impérialisme russe et de la tyrannie rouge
L’alimentation trop chère en France
SONDAGE Chauffage: une majorité pour limiter à 19 degrés
Inflation Europe: Hausse du pain jusqu’à 65 % en Hongrie
Geodis (SNCF): Une ouverture du capital, pour quoi faire ?
Objectifs climatiques: Révision en hausse de l’Union économique
Faire entrer Sandrine Rousseau au Panthéon… de la paresse
La définition de la précarité énergétique
Remise en cause de l’abondance », une chance pour l’ humanité
Gratuité des transports publics : Non pertinent et injuste
Retraite: La réforme est devenue un piège pour Macron
L’écologie partout, EELV nulle part
Débat nucléaire : une discussion de bistrot !
Covid Monde 20 septembre 2022
Réforme des retraites : Berger (CFDT), Mobilisé contre le passage en force
IA : ni intelligente ni artificielle
Géopolitique de la Russie : la restauration de la puissance tsariste et soviétique
Aide alimentaire : comment orienter vers ceux qui en ont le plus besoin
Plates-formes et cinéma: le débat
Culture et cinéma : une crise de création
Pour une politique publique de la santé visuelle
Le temps de la guerre des ressources
Electricité : Stopper le bidouillage tarifaire et les superprofits
Hongrie : lutte contre la corruption ou suppression des subventions européennes
Taxer les superprofits ( Stiglitz)
Ukraine : un avertissement pour l’Europe tout entière
Société-France et Élisabeth II: une nostalgie monarchique ?
Économie–Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (instituts)
Civilisations : les sociétés complexes sont encore plus fragiles
France et Élisabeth II: une nostalgie monarchique ?
Élisabeth II : pourquoi la fascination ?
LREM : « Renaissance » ou Enterrement ?
Dérapages : Sandrine Rousseau remplacé Ségolène Royal !
Données: Et l’impact des entreprises sur le changement climatique ?
Le social abandonné par la gauche ?
Transport ferroviaire : Rétablir les petites lignes
Le pari du bouclier tarifaire
États-Unis :un plan anti-inflation et de transition écologique
Sondage : 75 % pour le nucléaire
Collège: le niveau est trop faible d’après le ministre de l’éducation
Le travail « est une valeur de droite » d’après l’exibitionniste Sandrine Rousseau
Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (instituts)
Prévisions Croissance France 2023 : risque de récession (Banque de France)
Société- Allongement des retraites et fin de vie : La martingale de Macron
Ukraine : la paix négociée ou la fragile victoire?
Se renouveler en politique : comme la girouette ?
Précarité énergétique 20 % concernés ?
Energie : des mesures Européennes de trop de court terme discutables !
SNCF : Une concurrence inutile pour les intercités
Souveraineté numérique : L’Europe, trop dépendante
Données personnelles : aussi un bien commun pour le progrès
La révolution de Mélenchon reportée à une date ultérieure !
Covid: vers une huitième vague ?
Covid France 17 septembre 2022 : encore 28 686 cas supplémentaires en 24 heures
Allongement des retraites et fin de vie : La martingale de Macron
Le discours hypnotisant de Bruno Lemaire
Croissance France 2023 : risque de récession (Banque de France)
Marchés financiers : plombés aussi par la hausse des taux
Le dividende salarié ?
Le fioul a encore un avenir ?
La coupable bienveillance de la gauche vis-à-vis de Poutine
Crises : une Europe plus pragmatique et plus forte ?
Débat fin de vie : fonction de convictions
Culture: Netflix, l’aliénation de masse
Une conception plus globale du pouvoir d’achat
Priorité aux trains ? (Elus écologistes)
Covid France 16 septembre 2022 : encore 33 263 cas supplémentaires en 24 heures
Un « plan Marshall » pour relancer le nucléaire
Électricité : l’alerte Ecowatt, un gadget pour justifier les augmentations
Le fiasco du marché de l’électricité
Plaidoyer pour la « Real Politik »
Énergie : un discours alarmiste pour justifier une hausse de 15 %
Polluer ou dépolluer
Ferroviaire: Pour un doublement des investissements
Fin de vie : le journal « Le Monde » déraille encore
Les sociétés complexes sont encore plus fragiles
Forêt landaise: les écolos se trompent
Guerre en Ukraine: La faute à Poutine ou à la Russie ?
Pas de distinction entre gauche du travail et gauche des allocations !
Covid France : en hausse, une 8e vague ?
La secrétaire d’État à la ruralité aux champs !
Taxation des multinationales : Les oppositions
Pour une acceptation sociale de l’instabilité de l’innovation
Retour aux forêts naturelles ?
Conventions citoyennes : le coup d’Etat permanent de Macron
Du temps pour réinventer l’école de la confiance
La médecine, complices et victime de l’hubris technoscientifique
Fin de vie : pas d’urgence politique à politiser la question
Mélenchon : Son rêve permanent de révolution !
Pour un numérique social et sobre
Djihadistes : Pour un jugement en France ?
Fabien Roussel, PC, fier d’être le parti du travail
Covid France : une 8e vague ?
Covid France 14 septembre 2022 : 41 850 cas supplémentaires en 24 heures
Un Poutine fragilisé mais encore davantage dangereux
«Arrêter d’emmerder les agriculteurs !
Sondage : 72 % inquiets pour le chauffage d’hiver
Economie, politique, société: les plus lus (13 sept 2022 – 6h50)
Mobilisation sociale : les syndicats ne veulent pas de récupération politique par Mélenchon et la NUPES
Système de retraite : provisoirement dans le vert
Crise de l’énergie: le gouvernement annoncera une hausse des prix mercredi
Hypersonique : La France écartée par l’Europe
Tourisme spatial : La fusée Bkue Origin s’écrase
Un cloud souverain : Pour se libérer enfin de la domination américaine ?
Mobilisation sociale : les syndicats ne veulent pas de récupération politique par Mélenchon et la NUPES
Système de retraite : provisoirement dans le vert
Crise de l’énergie: le gouvernement annoncera une hausse des prix mercredi
Hypersonique : La France écartée par l’Europe
Tourisme spatial : La fusée Bkue Origin s’écrase
Un cloud souverain : Pour se libérer enfin de la domination américaine ?
Des conventions citoyennes partout !
« Il faut se préparer à une forte augmentation de la fiscalité locale !!! » (Fonctionnaires territoriaux)
Numérique : L’Europe à la botte des Américains ?
Covid France 13 septembre 2022 : 4579 supplémentaires en 24 heures
France: nostalgie monarchique ?
« France travail »: un nouveau coup de peinture sur pôle emploi
Propos écolos de Macron : colère de streamers !
États-Unis : risque de récession
Poutine–Macron : encore une conversation inutile !
Importation de sable au Sahara et en France ?
La décision de la BCE insuffisante pour faire reculer l’inflation ?
Dérèglement climatique : la responsabilité occidentale dans les pays pauvres
Les crises imposent de moderniser le budget de l’Union européenne
La crise climatique tolère encore moins les inégalités sociales
Recherche pluridisciplinaire: la mal-aimée !
Relance du programme nucléaire: Hypothéquée par les contradictions du pouvoir et la question financière
» L’Afrique et le monde : histoires renouées »
Covid monde 12 septembre 2022
Nucléaire–Les énormes contradictions de Macron
Société-Incompatibilité de la croissance et de la transition énergétique ?
Nucléaire: l’avantage compétitif
Croissance ou inflation : le choix cornélien des banques centrales
Le mensonge constitutif incontournable de la politique ?
Technologie – : La révolution économique par les drones ?
La hausse des taux jusqu’où ?
Les produits qui ont le plus augmenté en août
Gestion du rapport de l’économie au vivant : ralentir le rythme
Société-Une reine aimée en Angleterre, un président détesté en France
La marginalisation de l’économie sociale et solidaire
Pour une vraie approche ESG de la responsabilité des entreprises
Sobriété : aussi une question de gestion du temps
Croissance France : révision en baisse des prévisions et risque de récession 2023
Conseil national de la Refondation : Un édito surprenant du « Monde » !
Taux d’intérêt : hausse modeste mais dangereuse pour la croissance
Réchauffement climatique : Un basculement inexorable selon une étude
Comment prévenir les incendies de forêt ?
Des migrations climatiques incontournables
Pour une transition économique équitable et acceptée
Rapport de l’économie au vivant : ralentir le rythme
Développer l’économie sociale et solidaire
Une monarchie britannique cosmétique (Piketty)
Philosophie : Penser la contradiction
Une reine aimée en Angleterre mais un président détesté en France
Covid France 10 septembre 2022 :19 087 cars supplémentaires en 24 heures
BCE : une hausse des taux finalement modeste au regard de l’inflation
Sondage Conseil national de la refondation : Pas efficace pour 56 % des Français
Plan de relance français : Trop flou pour la Cour des comptes européenne
Les menaces cybernétiques russes sur l’Occident
Pour des modèles économiques durables attrayants
La tentation monarchique ?
Les leçons d’économie d’Elisabeth I
Climat : « Les Africains premières victimes
Incompatibilité de la croissance et de la transition énergétique ?
Conseil national de la Refondation : le journal « le Monde déraille »!
École polytechnique : contestation de la présence des LVMH
L’innovation démocratique ?
Covid France 9 septembre 2022 : 19 866 cas supplémentaires 24 heures
Macronie, avec Renaissance , la gauche éjectée !
Faire entrer l’intelligence artificielle à l’école
Électricité : sortir du marché ?
Assurance-chômage et retraite : passage en force ?
Peu d’effet des taux d’intérêt sur l’inflation ?
Quelle réforme du marché européen de l’électricité ?
Hôpital: pour une révolution numérique
Conseil national de la refondation: Une opération politicienne
Ukraine : Des conséquences sur les importations de blé en Afrique
La corruption politique est contagieuse !
Croissance France : révision en baisse des prévisions
Croissance Chine: Ralentissement
Croissance mondiale : vers une crise comme les années 70
Covid France 28 septembre 2022 : 20.142 cas supplémentaires en 24h
Crise énergétique: Des factures qui deviennent insupportables des millions
IA: Fantasme ou réalité ?
Grève CGT du 29 septembre : FO refuse
La France empêtrée dans ses contradictions : le coup de gueule de Nicolas Dufourcq (Bpifrance)
Fessenheim : Le mensonge tragique de Macron
Climat : reconstruire le système agricole africain
Le foot pro et l’écologie compatibles ?
Sécheresse : Pour une évolution durable de l’agriculture
Sécheresse : Une autre gestion de l’eau potable
Ukraine: la Chine fait son business avec la Russie

Voir aussi théâtre

Macron dit Jean Edouard 1er

Ukraine : Un échec durable de la Russie

Ukraine : Un échec durable de la Russie

L’annexion de quatre régions ukrainiennes n’est pour la Russie qu’une victoire en trompe-l’œil. Le maximalisme de Vladimir Poutine aura un coût stratégique. Par Cyrille Bret, Sciences Po

À première vue, l’annexion illégale de quatre nouveaux territoires ukrainiens semble donner au régime russe bien des raisons de crier victoire. En effet, par cette quadruple prise de guerre que Vladimir Poutine a officialisée le 30 septembre en grande pompe, la Russie porte vers l’Ouest sa ligne de contact avec les Occidentaux ; elle divise et affaiblit durablement l’Ukraine ; elle paralyse l’opposition intérieure au nom de l’union sacrée ; et, ultime succès, elle sanctuarise ces conquêtes en les plaçant sous l’ombre de son parapluie nucléaire tout en rompant avec un Occident présenté comme « colonisateur ».

En réalité, ce triomphe officiel est un faux-semblant digne de ceux qui ont fait passer à la postérité le prince Potemkine. En 1787 le favori de Catherine II (1729-1796) avait fait édifier de véritables décors de carton-pâte le long de la route de l’impératrice lors d’un voyage de celle-ci – précisément dans les régions qui viennent d’être aujourd’hui annexées par Moscou, et qu’elle venait alors de conquérir une première fois ! – afin de donner l’illusion que ces zones étaient prospères et leurs habitants satisfaits.
L’impérialisme russe se trouvait ainsi justifié, du moins aux yeux de Catherine, protectrice de Diderot et férue des Lumières françaises. Le despotisme éclairé s’aveuglait lui-même sur son expansionnisme armé, tout comme aujourd’hui l’illusion est créée par les pseudo-référendums tenus à la va-vite dans les régions arrachées à l’Ukraine – et que la Russie ne contrôle d’ailleurs pas entièrement. Les célébrations martiales sur la Place rouge, le discours de Vladimir Poutine et la couverture médiatique russe tentent de créer une impression de victoire. À y regarder de plus près, les limites de la scénographie sont évidentes.

On aime parfois à considérer, à Washington, Londres ou Paris, que l’armée russe est proche de la déroute, que la présidence Poutine est minée par la contestation intérieure et que l’effondrement stratégique est imminent. Le bilan des sept mois d’invasion de l’Ukraine est moins tranché, si on l’observe du point de vue du Kremlin : celui-ci a bel et bien réussi à atteindre certains de ses objectifs cardinaux. Prendre en compte ces succès tactiques – et, bien entendu, les défaites stratégiques – est indispensable pour comprendre le nouveau cours de la politique russe pour la décennie qui vient, et les risques qui en découlent pour l’Union européenne.

Si l’on évalue les résultats obtenus par le Kremlin à l’aune de ses propres critères, plusieurs acquis apparaissent substantiels.
De fait, l’annexion et son corollaire – un état de guerre durable avec l’Ukraine – permettent à la Russie de Poutine d’atteindre des objectifs militaires anciens et explicites. Avec cette guerre, la Russie vient de stopper la dynamique d’expansion de l’OTAN dans l’espace post-soviétique. Il s’agissait d’un fil rouge des présidences et des primatures Poutine : les adhésions à l’Alliance des anciennes démocraties populaires (Pologne, Hongrie, Roumanie, etc.) et de trois ex-Républiques socialistes soviétiques (Estonie, Lettonie et Lituanie) avaient déjà été considérées à Moscou comme autant de provocations contre la puissance russe.

Aujourd’hui, les candidatures de la Géorgie et de l’Ukraine sont devenues des casus belli. Et, à l’intérieur, Vladimir Poutine peut imposer l’idée qu’il est en guerre avec l’OTAN – conflit qu’il annonce depuis les années 2000. Avec ses formules violemment anti-occidentales du discours du 30 septembre, il rompt définitivement avec la dynamique pro-occidentale des années 1990 et consacre le divorce de son pays avec l’Europe tout entière.

Par ailleurs, ce recul illégal de la frontière russo-ukrainienne vers l’Ouest offre à la Russie un gain démographique dont elle a besoin. Surtout, il ruine durablement l’Ukraine, rend sa convergence avec l’UE bien plus difficile encore, anéantit presque l’espoir de reconstituer la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays.
En outre, du point de vue du Kremlin, cette guerre et ces annexions adressent un message à toutes les communautés russophones – et russes par distribution de passeports – qui vivent hors du territoire de la Fédération : la Russie est susceptible d’intervenir militairement là où se trouvent ces populations. Moscou se dote ainsi d’un levier de pression efficace sur les États qui abritent une communauté russophone en Baltique et en Asie centrale. Le « monde russe » théorisé par le Kremlin n’est pas qu’un nation branding : c’est un concept stratégique réel qui déstabilise l’étranger proche de la Russie.

La Russie réoriente ainsi sans retour sa posture diplomatique et géoéconomique vers l’Est : c’est l’Eurasie qui est désormais son champ d’action. La Fédération se recentrera sur l’Union économique eurasiatique dont la Biélorussie et l’Arménie sont membres pour éloigner ces États de l’orbite européenne. Elle pousse d’ailleurs la Biélorussie à engager ses troupes sur le front ukrainien. Elle renforcera également l’Organisation du Traité de Sécurité collective (OTSC). Enfin, elle renonce à sa coopération tendue avec l’UE pour se tourner presque exclusivement vers ses partenaires asiatiques au sein de l’Organisation de Coopération de Shanghai, au premier rang desquels la République populaire de Chine et l’Union indienne, ainsi que le Vietnam.
Sur le plan économique, les résultats ne sont pas à négliger. En déclenchant la guerre et en annexant les régions de Donetsk, Lougansk, Zaporijia et Kherson, la Russie a renforcé son statut de price maker sur les marchés de l’énergie, des minerais et des denrées agricoles.

Amplifiant l’inflation issue de la reprise consécutive à la pandémie de Covid-19, la pénurie organisée a permis à la Russie de reconstituer ses fonds souverains, ses réserves de devises et ses réserves en or. Autrement dit, ces annexions interviennent dans un contexte économique bien différent de celui de l’annexion de la Crimée en 2014 : celle-ci avait été suivie de deux années de récession due à la combinaison de la baisse des cours du pétrole et des sanctions occidentales. Si les sanctions de l’UE frappent l’économie de guerre russe, elles se portent sur un pays qui a jusqu’ici jugulé les risques d’inflation et reconstitué ses réserves financières gelées en partie.

À l’intérieur, enfin, le régime a reconnu des « erreurs » et des « difficultés ». Toutefois, ce régime est capable de tourner la fuite des réservistes mobilisables et les manifestations anti-mobilisation en avantage pour lui-même : ces mouvements serviront de justification à une reprise en main encore plus vigoureuse du corps social russe au nom de l’union sacrée, du patriotisme et de la réunification des Russes.
L’annexion des territoires ukrainiens à l’abri de l’arme nucléaire constitue, pour la Russie, une affirmation de son statut international. En rappelant sa force militaire, en insistant sur son statut de puissance nucléaire, en se posant comme étant en guerre avec l’OTAN, en renforçant ses liens avec les puissances asiatiques, et surtout en remettant en cause les frontières de 1991, la Fédération de Russie revendique avec fracas le rôle de chef de file de la désoccidentalisation du monde. Le président russe l’a martelé dans son discours du 30 septembre : il considère que l’Occident est la principale menace pour la Russie.

On aime souvent, en Occident, rappeler la formule du président Obama selon laquelle la Russie est une puissance régionale dangereuse non pas par sa force mais plutôt par sa faiblesse. Il faut aujourd’hui prendre conscience – sans les accepter – des succès que la Russie a obtenus de son propre point de vue. Sous-estimer ces gains nourrirait un triomphalisme béat à l’Ouest. Exactement comme surestimer le bilan stratégique de cette guerre conduirait à négliger les faiblesses réelles de la Russie – et les forces de ses adversaires.

Les résultats de la campagne d’Ukraine doivent en effet s’apprécier sur la longue durée et avec une focale large. À cette échelle, les succès sont moins évidents. Et les revers structurels, incontestables. Concernant l’Ukraine elle-même, intégrée à l’empire au XVIIe siècle, à l’URSS en 1921 et indépendante depuis 1991, les succès tactiques russes ne doivent pas éclipser les revers stratégiques. En 2022, le but explicite de la Russie était bel et bien d’envahir l’intégralité du territoire de l’Ukraine, de remplacer son gouvernement élu et de l’empêcher de dériver davantage vers l’UE et l’OTAN. Le succès est partiel et l’échec patent.Après l’annexion et après la guerre, il existera une Ukraine mutilée mais indépendante, solidement attachée à son identité nationale, à son rapprochement avec les Occidentaux et structurellement hostile à la Russie. En d’autres termes, les annexions remplacent la politique d’influence. Des annexions auxquelles le président Zelensky a immédiatement réagi… en signant une demande d’adhésion accélérée de son pays à l’OTAN.

Si la Russie est contrainte d’envahir et d’annexer un pays pour conserver son influence, c’est que cette influence peine à s’imposer autrement. La « défense de la Grande Russie » proclamée le 30 septembre consacre en réalité le rétrécissement de l’influence et de l’aire d’influence de la Russie. Au lieu d’occuper l’Ukraine et de « réunir » les Ukrainiens aux Russes, la Russie a définitivement fracturé les relations entre les deux peuples. Au lieu de souligner les proximités culturelles entre Ukraine et Russie, le Kremlin a conduit l’identité ukrainienne à se définir en opposition avec la Russie. Si l’identité nationale ukrainienne était contestée par certains avant l’invasion, elle est aujourd’hui solidifiée dans la résistance à Moscou.
Concernant les relations avec l’OTAN, là encore, les résultats structurels sont en réalités mitigés.

Certes, malgré la demande symbolique que vient de signer Zelensky, les futures adhésions seront sans doute paralysées par la guerre en Ukraine. Mais, surtout, la Russie a « réussi » à précipiter deux États pivots, historiquement attachés à la neutralité, le Royaume de Suède et la République de Finlande, dans l’OTAN. En d’autres termes, Moscou a changé en quelques semaines la donne stratégique en Baltique à son détriment. Désormais la mer Baltique est une « mer OTAN » qui enserre les deux débouchés maritimes russes de Kaliningrad et Saint-Pétersbourg.

Le pivot eurasiatique de la Russie constitue enfin un revers pour Moscou sur le long terme. Dans le tête-à-tête Pékin-Moscou, la Russie est structurellement un junior partner. Elle l’était déjà avant la guerre en raison de son faible poids économique et elle le sera encore plus après la guerre en raison de l’absence d’alternative pour elle. Couper les ponts avec l’Europe condamne la Russie à un face-à-face déséquilibré avec la puissance véritablement mondiale qu’est la Chine. D’autant que le corollaire de ce divorce avec l’Europe est, évidemment, la réduction de la croissance potentielle de la Russie à moyen terme : privée des investissements, des technologies et des spécialistes européens, la Russie réduit sensiblement ses capacités à diversifier son économie. La guerre en Ukraine réduit le spectre de ses clients, limite la gamme de ses investisseurs et abaisse ses standards commerciaux.

En somme, le triomphalisme russe consécutif à l’annexion des territoires ukrainiens repose sur des succès tactiques de court terme. Mais il occulte plusieurs échecs structurels pour la Russie : celle-ci n’a pas réussi à diversifier son économie grâce à des échanges stables avec l’Europe ; elle n’est pas parvenue à défendre ses intérêts en Ukraine de façon pacifique ; elle a polarisé les relations européennes entre une OTAN renforcée et une Russie presque seule.

On aime à décrire le président russe soit comme un nouveau Docteur Folamour – fou de la bombe – soit comme un stratège hors pair – un génie maléfique. Il pourrait bien être tout simplement un nouveau Potemkine de lui-même. Sa campagne ukrainienne lui offre des succès immédiats. Mais ils sont obtenus au prix d’échecs durables.
_______
Par Cyrille Bret, Géopoliticien, Sciences Po.
La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Après le XXᵉ Congrès du Parti communiste chinois , Xi Jinping Encore plus puissant et …..plus dangereux

Après le XXᵉ Congrès du Parti communiste chinois , Xi Jinping Encore plus puissant et …..plus dangereux

Vu de Chine, le Parti communiste et le numéro un chinois sont bien loin de la crise supposée par l’Occident, analyse Frédéric Lemaître, correspondant du « Monde » à Pékin, dans sa chronique.

Contrairement à Poutine, Xi Jinping ne multiplie pas les déclarations aussi fracassantes que ridicules. C’est tout en douceur qu’il avance ses pions un peu partout dans les pays en développement comme en Afrique ou comme dans les pays développés comme en Europe. Les intérêts économiques chinois dominent nettement les aspects géopolitiques. NDLR

Amoins de deux semaines de l’ouverture, prévue le 16 octobre, du XXe congrès du Parti communiste chinois, les esprits commencent à s’échauffer en Occident. Xi Jinping serait contesté. Une rumeur a même couru sur Twitter les 23, 24 et 25 septembre : le président chinois aurait été victime d’un coup d’Etat militaire. Rien de moins.
Les rumeurs de ce type sont légion, mais celle-ci a été répercutée et commentée par nombre de « China watchers », notamment aux Etats-Unis. Les auteurs à l’origine de la rumeur s’appuyaient sur l’annulation d’environ 60 % des vols en Chine, le 23 septembre, sur une colonne de camions militaires de plus de 50 kilomètres autour de Pékin et sur l’absence de Xi Jinping de la scène publique depuis son retour d’Ouzbékistan, le 16 septembre.

Ces rumeurs, propagées notamment par des membres de l’organisation Falun Gong, violemment anticommuniste, et reprises par des médias indiens nationalistes, ne reposaient sur aucun fondement. Les annulations de vols sont légion en Chine depuis la mise en place de la politique zéro Covid, le convoi militaire figurait déjà sur une vidéo postée en 2021, et si Xi Jinging était invisible, c’est tout simplement parce qu’il a effectué les dix jours de quarantaine à laquelle tout Pékinois doit se soumettre quand il revient de l’étranger.
Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Xi Jinping, ultime tête pensante du destin chinois

Xi Jinping avait déjà « disparu » plusieurs jours après la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, le 4 février, ainsi qu’après les commémorations des 25 ans de la rétrocession de Hongkong, le 1er juillet. Durant le week-end du 24 septembre, plusieurs journalistes étrangers basés à Pékin se sont d’ailleurs rendus dans les lieux stratégiques de la capitale pour constater qu’aucun élément ne permettait de supposer un quelconque coup de force militaire. De son côté, Xi Jinping a refait une apparition le 27 septembre, dix jours après son retour sur le sol chinois.
Envie d’en savoir plus sur l’essor de la Chine ?

La mise en scène de ce retour ne doit rien au hasard : le président, entouré des vingt-quatre autres membres du bureau politique du Parti communiste chinois et de quelques autres personnalités, a en effet inauguré une exposition intitulée « Aller de l’avant dans la nouvelle ère ». Une exposition consacrée aux dix dernières années, au cours desquelles le Parti a « réussi des tâches colossales », et à l’avenir, qui s’annonce, bien sûr, radieux. Bref, une exposition à la gloire de Xi Jinping. Comme l’a dit Wang Huning, idéologue en chef, « la raison pour laquelle le Parti et le pays ont pu accomplir des tâches historiques réside dans le fait que le secrétaire général Xi Jinping en est à la tête ».

Royaume-Uni: La logique du déclin après le Brexit

Royaume-Uni: La logique du déclin après le Brexit

En faisant souffler un vent de libéralisme teinté de populisme et de conservatisme obtus sur un Royaume-Uni fragilisé, le gouvernement de Liz Truss conduit le pays dans une impasse, estime dans sa chronique Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde ». Le panthéon des plus grandes erreurs de politique économique vient de s’enrichir d’un nouveau cas d’école. En décidant de faire souffler un vent de libéralisme teinté de populisme et de conservatisme obtus sur un Royaume-Uni fragilisé par son isolement post-Brexit, une économie minée par l’inflation et une crise énergétique sans précédent, la première ministre britannique, Liz Truss, et son chancelier de l’Echiquier, Kwasi Kwarteng, plongent leur pays dans une grave crise financière.

Pour doper la croissance, Liz Truss, à peine nommée, lance, le 23 septembre, un gigantesque plan de réduction d’impôts, jamais vu depuis 1972, qui n’est pas financé, avec pour corollaire un programme de soutien aux ménages britanniques pour payer leurs factures de gaz et d’électricité. Un cocktail détonnant qui menace la soutenabilité de la dette britannique. La réaction des marchés financiers ne s’est pas fait attendre en propulsant la livre à ses plus bas historiques et les rendements des obligations d’Etat à des sommets. Le 3 octobre, Kwasi Kwarteng annonce revenir sur sa baisse d’impôt sur le revenu pour les plus riches. Le gouvernement avait modestement qualifié son initiative de « mini-budget », il doit désormais en gérer les « maxi-effets ».

« C’est la caractéristique des situations où la crédibilité est perdue », résume Larry Summers, ex-secrétaire au Trésor sous Bill Clinton entre 1999 et 2001, qui a qualifié les annonces du gouvernement britannique de « totalement irresponsables ». « Cela se produit le plus souvent dans les pays en développement, mais cela s’est déjà produit avec François Mitterrand avant qu’il ne fasse volte-face [en 1983], avec l’administration Carter avant Volker [nommé président de la Fed en 1979], et avec Oskar Lafontaine en Allemagne [en 1999] ».

Liz Truss devient donc la première femme à intégrer ce club sélect des dirigeants, qui, par dogmatisme, ont choisi de faire cavalier seul, à rebours de l’environnement économique. « C’est un gouvernement qui donne l’impression d’être très loin des réalités avec des références idéologiques qui, dans le contexte actuel, sont vouées à l’échec », estime l’économiste Véronique Riches-Flores, présidente de RF Research.

La première ministre a voulu appliquer une énième version de la « théorie du ruissellement » consistant à baisser les impôts des plus aisés pour doper la croissance. Les investisseurs ont douté, tandis que le Fonds monétaire international a pris ses distances avec « des plans fiscaux massifs et non ciblés » et s’est inquiété de mesures qui « vont probablement accroître les inégalités ».

La déliquescence de l’empire britannique

La déliquescence de l’empire britannique

De la guerre des Malouines au Brexit, l’idée impériale continue, plus de cinquante ans après la décolonisation, d’influencer la politique extérieure de la Grande-Bretagne, estime l’historien indo-américain Sanjay Subrahmanyam dans une tribune au « Monde ». (extrait)

La mort de la reine Elizabeth II et le long deuil national qui a suivi (et frisé parfois l’hystérie collective) sont l’occasion de s’interroger sur ce qu’il reste aujourd’hui de l’idée impériale britannique. Le projet d’empire britannique a pris forme au XVIe siècle, sous les Tudor, pour concurrencer l’Espagne et le Portugal et, dans une moindre mesure, la France, et il emprunta beaucoup aux institutions et aux pratiques du monde ibérique.

Durant le XVIIe siècle, l’empire britannique se déclina en deux versions : l’une, atlantique, reposait en grande partie sur la colonisation et la conquête de territoires ; et l’autre, asiatique, fut au départ plus orientée vers le commerce, que ce soit par l’intermédiaire de la Compagnie des Indes orientales ou d’entreprises privées.

L’empire asiatique se transforma au XVIIIe siècle : la conquête de vastes territoires et l’accumulation de richesses en Inde l’incitèrent à s’étendre vers l’est en usant de la diplomatie de la canonnière. Les guerres de l’opium avec la Chine en sont un résultat, mais les Britanniques resserrèrent aussi leur emprise sur l’Asie du Sud-Est.

La guerre d’indépendance menée par les colonies américaines à partir des années 1770 allait réduire l’empreinte britannique sur l’Atlantique. Le XIXe siècle fut néanmoins dominé par l’empire, qui s’enrichit de nombreux territoires en Afrique et ailleurs. Il en résulta un régime politique éminemment ambivalent, avec une forme singulière de démocratie en métropole et différentes formes de despotisme dans les colonies.

C’est dans ce contexte que se produisit la décolonisation au XXe siècle. Le processus n’allait pas concerner les trois grandes « colonies de peuplement blanches » que sont le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande mais il commença dans une quatrième de ces colonies, l’Irlande. Les principales étapes furent franchies au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avec l’indépendance des pays du sous-continent indien puis de la plupart des colonies d’Afrique, jusqu’à celle du Zimbabwe à la fin des années 1970.

Certains dirigeants politiques durent admettre que les arguments habituels sur les avantages de la pax britannica et le « despotisme éclairé », et l’idée que les peuples colonisés étaient de grands enfants, ne tenaient plus la route. Une bonne partie de la classe politique britannique continua toutefois à penser que l’empire avait apporté des bienfaits, non seulement à la Grande-Bretagne, mais aussi aux colonies.

Cette vision des choses se manifesta lors de la guerre des Malouines contre l’Argentine, en 1982. Il s’agissait de « défendre la cause de la liberté », affirma Elizabeth II devant le président américain Ronald Reagan. « Le conflit aux îles Malouines nous a été imposé par une agression caractérisée, et il va de soi que nous sommes fiers de la façon dont nos soldats servent leur pays. » Dans cette langue de bois habituelle, l’empire devenait synonyme de liberté. La majorité des sujets de Sa Majesté étaient favorables à l’intervention aux Malouines, ignorant visiblement que l’« agression caractérisée » faisait partie intégrante de l’histoire de leur empire.

ONU: Donner une plus grande place à l’Afrique

ONU: donner une plus grande place à l’Afrique

Pour l’historienne Chloé Maurel, le continent, qui est au centre des actions des Nations unies, mériterait d’être davantage représenté au Conseil de sécurité.

Il est clair qu’en raison de son poids l’Afrique devrait peser davantage de l’ONU et en particulier disposer d’un siège au conseil de sécurité

L’assemblée générale des Nations unies, fin septembre, a été l’occasion pour les délégations des Etats africains de réclamer davantage de place pour le continent au sein des instances de l’organisation internationale. L’Afrique, qui comprend aujourd’hui 1,4 milliard d’habitants, en comptera en 2050 plus de 2 milliards. Or elle ne dispose pas de siège permanent au Conseil de sécurité.
Une réforme de cette instance est en discussion depuis plus de quarante ans, mais elle tarde à prendre forme. La configuration actuelle du Conseil de sécurité date de 1945 : les cinq Etats considérés comme les vainqueurs de la seconde guerre mondiale (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) y disposent d’un siège permanent et du droit de veto. Un privilège qui apparaît de plus en plus anachronique et injustifié. D’autant plus que le veto ou la menace de veto ont, en bien des cas, paralysé l’ONU. Brandis par la Russie ou la Chine, ils ont récemment empêché l’ONU d’intervenir dans un but pacificateur en Syrie ou en Ukraine.

Il est donc urgent de donner plus de place à l’Afrique au sein de l’organisation. Cela pourrait passer par l’attribution d’un siège de membre permanent au Conseil de sécurité à un Etat africain, par exemple le Nigeria, pays le plus peuplé du continent avec 190 millions d’habitants, ou encore l’Afrique du Sud, sa principale économie. On peut également envisager un élargissement du nombre de membres du Conseil de sécurité. Actuellement, il compte quinze Etats membres : cinq permanents et dix non-permanents, qui tournent par roulement. Trois sièges sont réservés à l’Afrique parmi les non-permanents. Un chiffre qui pourrait être porté à cinq ou six sièges, ce qui augmenterait le nombre de membres total du Conseil à 17 ou 18 membres.

Une telle réforme est d’autant plus indispensable que l’Afrique est au centre des actions des Nations unies : en effet, parmi les seize opérations de maintien de la paix de l’ONU en cours dans le monde, neuf ont lieu sur le sol africain, avec plus de 80 000 casques bleus déployés au total. De plus, 50 % des questions à l’ordre du jour du Conseil de sécurité, et même 70 % des questions inscrites au titre du chapitre VII de la Charte de l’ONU (qui concerne les actions à mener en cas de menace contre la paix, rupture de la paix ou acte d’agression), concernent l’Afrique.

Nouvel Appel aux « Refondations » de la gauche

Nouvel Appel aux « Refondations » de la gauche

Claire Fita, vice-présidente de la région Occitanie ainsi que 150 signataires signent un appel à de multiples « Refondations » et expriment leur souhait de « rassembler les socialistes sur l’essentiel pour pouvoir espérer à nouveau rassembler la gauche durablement ».

Un nouvel appel dans le JDD ‘après notamment celui du maire du Mans ou de Cazeneuve pour reconstruire une gauche qui se libère de Mélenchon et sur des valeurs plus universelles. Un appel sympathique mais qui a le défaut de ses origines puisqu’il est lancé par 150 élus. Or ce sont précisément les élus et autres clercs qui se sont coupés des classes populaires et qui ont tué le parti socialiste. La Refondation d’un tel parti supposerait d’abord de commencer par des assises des différentes forces démocratiques de gauche pour en priorité faire une analyse des facteurs pluridimensionnels de la crise actuelle et ensuite seulement pour tracer des perspectives crédibles de changement. Bref, pas un parti construit encore d’en haut comme la SFIO ou le parti socialiste et qui finalement fait la même politique que la droite quand il est au pouvoir. La première Refondation d’un parti socialiste serait d’abord sociologique et méthodologique. ( bref, démocratique).La seconde serait intellectuelle afin de comprendre davantage les mutations systémiques qui interagissent dans les domaines économique, social, technologique, environnemental, géopolitique et même sociétal.Par ailleurs le vieux discours socialo « d’opposition » sent un peu le réchauffé NDLR

Alors que le Parti socialiste doit dévoiler dans quelques jours les conditions d’organisations de son congrès, plusieurs élus du parti entendent participer au futur du parti, en appelant à plusieurs « Refondations » nécessaires à leurs yeux. Ces proches – pour certains – d’Anne Hidalgo veulent mettre en avant une « écologie sociale », qui ne doit pas se fondre automatiquement dans la Nupes. Voici leur tribune : « Nous sommes dans un moment de bascule. Le réchauffement climatique s’accélère dramatiquement. La guerre est en Ukraine -c’est-à-dire en Europe- et sème ses malheurs sur tous les continents. L’inflation galope. Les prix de l’énergie explosent. Les inégalités sociales et territoriales s’approfondissent. Beaucoup ne peuvent plus vivre de leur travail. Les droits acquis sont menacés comme celui à la retraite. La violence et les haines de l’autre envahissent l’espace public et les réseaux sociaux.
Ces crises climatiques, sanitaires, sociales, démocratiques ou géopolitiques, montrent chaque jour que ni la loi du marché sur le plan économique, ni l’autoritarisme sur le plan politique, qui sont les deux faces du pouvoir actuel d’Emmanuel Macron, ne sont capables d’y répondre. Au contraire, ils les aggravent. Les temps telluriques que nous vivons nécessitent de réaffirmer le besoin de vision politique, de projet global, de puissance publique, de solidarité, d’action collective, d’humanisme et d’internationalisme, avec la conviction profonde qu’il n’y aura plus de justice sociale sans écologie, ni d’écologie sans justice sociale.
Une nouvelle dynamique d’espérance peut renaître
Le pire est envisageable, mais le meilleur est possible si nous prenons la mesure des changements radicaux à opérer, si nous ne nous laissons plus submerger par l’incertitude généralisée sur le devenir du monde et de nos vies. Une nouvelle dynamique d’espérance peut renaître. Mais ce ne sera ni en reproduisant l’ancien, ni en oubliant ses acquis. Mais bien par une, et même plusieurs, refondations.
• Refondation de l’économie qui ne peut plus reposer sur la mainmise de la finance, la désindustrialisation, la tyrannie du court terme, la marchandisation de la société, le consumérisme au détriment de l’environnement, de la santé, et du pouvoir de vivre. La social-écologie, c’est penser l’économie de la vie et prendre pleinement en compte l’utilité sociale des métiers et des engagements. C’est revaloriser la valeur du travail et défendre nos retraites. C’est jouer de tous les leviers, y compris la fiscalité, pour mettre l’argent au service de l’Humain et de la Nature. C’est ouvrir le chemin d’une « nouvelle abondance humaniste ».
• Refondation des rapports sociaux qui ne peuvent plus installer et creuser les inégalités devenues insupportables, ni faire primer le chacun pour soi sur la coopération, l’attention et l’ouverture aux autres, en particulier les plus vulnérables, et le soin des générations futures. Les menaces sur les droits des femmes et la persistance des violences sexistes et sexuelles, dont les mouvements de libération de la parole continuent de montrer l’ampleur y compris dans le milieu politique, doivent enfin faire l’objet d’un volontarisme politique à la hauteur de l’enjeu.
• Refondation de notre rapport à la Nature et à la biodiversité qui ne peuvent plus être les victimes des activités humaines, mais dont la protection doit être pensée durablement avec celle des femmes et des hommes.
• Refondation de la République, pour qu’elle tienne toutes ses promesses de liberté, d’égalité et de fraternité. Par le renforcement et le redéploiement de ses services publics dans tous les territoires, par la priorité absolue à l’éducation, à la santé, à l’enseignement supérieur et à la recherche. Par un soutien sans faille à la Culture que nous considérerons toujours comme « essentielle ». Par le renforcement et l’impartialité de sa justice et de sa police déployées au plus proche des citoyens. Par son engagement contre toutes les discriminations, le racisme, l’antisémitisme, le sexisme et l’homophobie, et pour faire vivre la laïcité partout. Par l’aboutissement de sa décentralisation, pour donner enfin de l’air et de la visibilité budgétaire aux territoires, en co-construisant les politiques et en clarifiant les compétences.
• Refondation de la démocratie qui ne peut plus reposer sur un régime de « monarchie présidentielle », qui doit renforcer son modèle représentatif avec un Parlement fort et respecté et par la participation directe et permanente des citoyens et des corps intermédiaires à la délibération, à la décision ainsi qu’au suivi des politiques mises en œuvre. Une démocratie qui défend et conforte la liberté, le pluralisme et l’indépendance des médias.
• Refondation de l’Europe qui ne peut plus être basée sur les seuls échanges économiques, mais sur ses valeurs et son intégration politique et sociale. Les grands défis de ce siècle (réchauffement climatique, terrorisme, flux financiers, conflits internationaux, migrations…) sont tous mondiaux. Nous défendons l’Europe qui se range résolument aux côtés du peuple ukrainien face à l’agression de la Russie de Poutine, en lui livrant les armes pour sa défense, en accentuant ses sanctions économiques et en favorisant l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne. Nous soutenons une Europe de la Défense. Face aux libéraux nous défendons l’Europe sociale, celle du travail, de la coopération et des solidarités. Face aux ultra-conservateurs et aux extrêmes-droites qui s’affirment en Italie, Pologne, Hongrie, Suède, nous défendons nos valeurs humanistes, les libertés démocratiques, les droits des femmes si chèrement conquis mais sans cesse remis en cause.
• Refondation des relations entre les peuples, qui ne peuvent plus être fondées sur la loi cynique du plus fort et des intérêts commerciaux au détriment des droits humains et de l’universalisme, comme avec l’Arabie Saoudite qui massacre au Yémen ou avec la Chine qui génocide les Ouïgours.
• Refondation de la gauche qui n’a de raison d’être qu’en redevenant demain l’outil politique pour l’égalité, la liberté, la fraternité. En s’imposant le droit d’inventaire autant que le devoir d’inventer.
Sur le plan national, depuis trop longtemps nous nous dispensons de pensée globale, d’association sincère des acteurs de la société civile, des mouvements sociaux et des territoires pour nourrir nos idées, d’attention à entraîner les couches populaires, d’audace dans nos propositions et réalisations, alors même que nous démontrons sur le plan local, partout où nous dirigeons, notre capacité à agir avec succès. La raison des défaites aux scrutins nationaux depuis 5 ans, élections européennes, présidentielles comme législatives, est d’abord là.
Pour mener à bien ces refondations, nous revendiquons la radicalité des politiques publiques nécessaires. Car c’est bien à la racine que tous ces défis doivent être relevés. Et vite, car le temps nous est compté. Mais cette radicalité ne peut se confondre avec les démagogies et populismes qui conduisent au chaos. Chercher la vérité et la dire, c’est avoir le courage de nommer les problèmes autant que celui de proposer des solutions ambitieuses mais crédibles, que nous réaliserons réellement. Elles seules sont susceptibles de rassembler et d’emporter l’adhésion d’une majorité de nos concitoyens.

L’enjeu du congrès du Parti socialiste ne peut être à nouveau réduit à un affrontement d’écuries
Dans ce contexte, l’enjeu du congrès du Parti socialiste ne peut être à nouveau réduit à un affrontement d’écuries pour le pouvoir, ni à un choix de tactiques électorales les yeux rivés sur la prochaine élection présidentielle. Parce que nous voulons un Parti socialiste ancré au cœur de la gauche, nous souhaitons rassembler les socialistes sur l’essentiel pour pouvoir espérer à nouveau rassembler la gauche durablement.
L’accord électoral Nupes a été le produit de l’état « comatique » de la gauche sociale et écologique, une réponse électorale unitaire attendue par le peuple de gauche face à sa dispersion, une réponse conjoncturelle visant à préserver sa présence à l’Assemblée Nationale et y agir ensemble.
Pour regagner et créer une dynamique positive, d’espérance et de conquêtes, sans laquelle la gauche même unie est condamnée à n’être qu’une force d’opposition plus ou moins forte, nous devons la refonder avec audace et sincérité, et changer son centre de gravité actuel qui la conduit à l’impasse.
Parce que nous voulons que notre congrès soit utile aux Françaises et aux Français, en écho avec leurs aspirations, nous voulons que notre famille politique prenne l’initiative d’ouvrir le chemin sincère et volontaire de ces refondations, en proposant dès maintenant à toutes les forces politiques et engagées de la société civile et des mouvements sociaux, l’organisation d’Etats Généraux de la transformation sociale et écologique. Les raisons d’espérer sont là. Les graines d’espoir et les énergies sont là.
Elles sont dans les mobilisations populaires et citoyennes, dans les entreprises et les services publics, pour le climat avec la jeunesse aux avant-postes, la justice sociale, l’égalité entre les femmes et les hommes, contre toutes les discriminations, pour l’accueil digne des réfugiés. Elles se trouvent parmi les agriculteurs et les entrepreneurs, les chercheurs et les ingénieurs, les salariés et les retraités qui pensent, imaginent et mettent en œuvre des réponses concrètes aux défis du siècle. Elles puisent leurs racines dans nos communes, nos départements et nos régions, en Outre-mer comme en métropole, dans nos quartiers, nos villes et nos campagnes, où chaque jour des majorités de gauche avec les socialistes agissent concrètement.
Elles sont au Parlement, où des députés et des sénateurs, armés de nos convictions résistent et proposent des lois et des moyens pour que notre peuple vive mieux, que ses droits soient défendus et respectés. Les graines d’espoir sont là. Mais il y a urgence. Car si rien ne change, c’est l’extrême droite qui a toutes les probabilités de prendre le pouvoir en alternative à Emmanuel Macron.
« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent », disait Albert Einstein. Refonder pour ne plus reproduire les renoncements d’hier, ni jamais ne céder au populisme d’aujourd’hui, mais ouvrir un chemin nouveau, un chemin d’espoir, un chemin d’avenir. Refonder un mouvement ouvert et moderne, qui invente et encourage des nouvelles pratiques militantes, et ouvre grand ses portes à la jeunesse, précaire, étudiante ou travailleuse.
Un mouvement féministe jusqu’au bout, exemplaire dans l’attitude de ses dirigeants, qui garantit l’égal accès à toutes les responsabilités dans notre parti jusque dans les secteurs jusqu’ici réservés aux hommes comme les élections et les fédérations, comme dans les mandats en commençant par l’Assemblée nationale. La régression historique de la place des femmes dans notre représentation à l’Assemblée Nationale est une entorse grave à nos valeurs. Aucune liste de candidat ne devrait pouvoir être ratifiée par nos instances qui ne respecte la parité réelle, celle qui porte sur les territoires à perspective de victoire, aucun accord ne devrait jamais être signé sans respecter cette exigence fondamentale. Les violences faites aux femmes n’ont aucune place dans un parti politique pas plus que dans le reste de la société : leur éradication, via la mise en place de mécanismes internes dédiés d’accompagnement des victimes et de traitement efficace des signalements, doit être l’horizon de tout parti de gauche se disant féministe.
Un mouvement inclusif qui permet à ceux qui sont souvent exclus de fait par nos anciens modes de fonctionnement, issus des catégories populaires et de notre diversité, qu’ils vivent dans nos campagnes ou dans nos villes, de s’y épanouir. Un mouvement qui ne soit pas uniquement urbain, mais bien connecté à tous les territoires de France et en particulier à la ruralité.
Un mouvement qui propose toujours l’unité d’action à toutes les forces de la gauche et de l’écologie, mais qui sait aussi affirmer, sans s’effacer, son identité et ses valeurs. Qui dès la prochaine échéance des Européennes, pourra porter fièrement devant notre pays avec celles et ceux qui le souhaitent un projet résolument européen, clairement ancré à gauche, social et écologiste, féministe et humaniste, universaliste et républicain. »

Présidentielle au Brésil : Lula nettement en tête mais le résultat pourrait être contesté par Bolsonaro

• Présidentielle au Brésil : Lula nettement en tête mais le résultat pourrait être contesté par Bolsonaro

Lula a obtenu 48,2% des voix, contre 43,30% pour Bolsonaro. Les deux candidats s’affronteront lors d’un second tour le 30 octobre.


• « La surprise serait que Jair Bolsonaro reconnaisse sa défaite sans rechigner », estime dimanche 2 octobre sur franceinfo, Frédéric Louault, professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles et spécialiste du Brésil. Le président sortant a donné de nombreux signes qu’il pourrait ne pas reconnaître les résultats en cas de défaite à la présidentielle, invoquant notamment des risques de « fraude ». Alors que le premier tour de l’élection présidentielle brésilienne a lieu ce dimanche, Lula est le grand favori selon les derniers sondages, étant crédité de 51-52% des suffrages. La campagne est marquée aussi « par la violence » et « beaucoup d’électeurs s’apprêtent à aller aux urnes avec un petit peu la peur au ventre en ayant la crainte des agressions », précise Frédéric Louault, auteur du livre « Le Brésil, l’interminable émergence », aux éditions Tallandier.

Ce sont deux visions du Brésil, et même du monde, qui s’affrontent lors de ce premier tour de l’élection présidentielle ?

• Frédéric Louault : Oui, ce sont deux modèles de société très opposés. L’ancien président Lula, parle de la « démocratie contre la barbarie » et en s’adressant au camp adverse, il évoque la « barbarie ». Du côté de l’actuel président sortant Jair Bolsonaro, lorsqu’il parle de son adversaire, il évoque le retour du « diable au pouvoir ». Cette élection est très tendue. Les derniers débats présidentiels, marqués par des attaques très dures entre les différents candidats, l’ont bien montré.

Est-ce qu’il y a une vague de rejet du président sortant Jair Bolsonaro, étant donné que d’après les derniers sondages Lula est très largement en tête ?
• Le président sortant a un rejet qui dépasse les 50%. Cela lui rend la tâche très difficile pour son projet de réélection. C’est un rejet qui, en particulier, est très lié à sa gestion de la crise sanitaire, mais aussi des affaires publiques en général avec un style marqué par une forte polarisation et par des provocations incessantes qui tend à fatiguer une grande partie de la population brésilienne. Jair Bolsonaro a d’ailleurs été accusé à l’issue de la crise sanitaire par son propre congrès de « crime contre l’humanité » et c’est utilisé par ses opposants pour le fragiliser.
• Mais les thèmes qui comptent le plus actuellement sont plutôt des thèmes d’ordre socio-économique avec les questions autour des programmes de redistribution et de la relance de l’économie. Pour l’ancien président Lula, c’est la question de la protection de la démocratie, de rétablir le cadre démocratique, de rétablir l’image du Brésil sur la scène internationale.
• Un dernier thème qui compte en faveur du président sortant, Jair Bolsonero, c’est la question des valeurs familiales et de la religion. Il joue beaucoup sur cela pour discréditer son adversaire. Enfin, Jair Bolsonaro joue aussi sur le thème de la corruption en associant le Parti des Travailleurs de l’ancien président Lula aux grands scandales de corruption pour essayer de le fragiliser. Une campagne tendue.

Est-ce que cela témoigne d’un pays, le Brésil, aujourd’hui particulièrement fracturé ?
• Aujourd’hui, le pays est fracturé, comme le sont d’autres pays de la région. Ce qui est inquiétant au Brésil, c’est que la violence a marqué la campagne électorale et beaucoup d’électeurs s’apprêtent aujourd’hui à aller aux urnes avec un petit peu la peur au ventre en ayant la crainte des agressions, des violences politiques.
• L’élection est moins festive que d’habitude et il y a aussi une grande inquiétude quant à l’issue pour savoir si Jair Bolsonaro n’est pas élu, est-ce qu’il va reconnaître sa défaite électorale. Jair Bolsonaro a en effet critiqué à maintes reprises le vote électronique. Quelles conséquences cela peut avoir, notamment en cas de défaite dès le premier tour ce soir si Lula obtient plus de 50% des suffrages. Que Lula obtienne plus de 50% des suffrages est une hypothèse assez crédible puisque les derniers sondages le placent entre 51 et 52% des voix.
• Bien sûr, Jair Bolsonaro a balayé les sondages en disant que les sondages faisaient eux même partie d’un grand système de fraude. Mais partant de ce scénario selon lequel Lula remporterait l’élection dès le premier tour, Jair Bolsonaro contesterait les résultats, comme il l’a annoncé à de nombreuses reprises. Et quand on parle avec ses bases électorales, on se rend compte que c’est un message qui a beaucoup d’écho et beaucoup d’électeurs de Jair Bolsonaro qu’on rencontre ici nous disent ainsi que s’il n’est pas élu dès le premier tour, c’est qu’il y a fraude et donc forcément, il faut s’attendre à ce qu’il y ait une dénonciation de fraude. La surprise serait que Jair Bolsonaro reconnaisse sa défaite sans rechigner.

12345...807