Archive pour le Tag 'Orange'

Télécoms : Orange en tête pour la qualité de service

Télécoms : Orange En tête pour la qualité de service (Arcept)

L’Arcep, le régulateur du secteur, a publié ce jeudi ses travaux concernant la qualité de service sur les réseaux mobiles en France métropolitaine. C’est globalement Orange qui affiche les meilleurs résultats. Toutes zones d’habitation confondues, l’opérateur historique affiche un taux de mesures de débits supérieurs à 30 Mbit/s de 76%. Derrière, Bouygues Telecom et SFR se tiennent dans un mouchoir de poche, avec des scores de respectivement 67% et 66%. Avec ses 58%, Free se situe, en revanche, loin derrière.

Il existe, en revanche, de fortes disparités entre les performances des opérateurs selon les territoires considérés. Dans les grands centres urbains, par exemple, Orange et Bouygues Telecom font franchement jeu égal. Leurs taux de mesures de débits supérieurs à 30 Mbit/s ressortent respectivement à 91% et 90%. Ils se situent loin devant SFR (85%), et très, très loin devant Free (71%).

Dans les campagnes, toujours derrière Orange, c’est SFR qui obtient de meilleurs résultats que Bouygues Telecom. Dans les zones rurales, le taux de mesures de débits supérieurs à 8 Mbit/s de l’opérateur au carré rouge est de 65%, contre 62% pour Bouygues Telecom. Avec respectivement 74% et 67%, Orange et Free se situent un cran devant.

Pour choisir le meilleur réseau selon l’endroit où l’on vit, son lieu de travail et ses déplacements, l’Arcep recommande son site « Mon réseau mobile ». Celui-ci permet aux usagers de comparer localement la couverture mobile des opérateurs dans tout le pays.

Électricité : approvisionnement sous vigilance orange

Électricité : approvisionnement sous vigilance orange

 


 

T out dépendra de la température mais l’approvisionnement des Français en électricité pourrait être menacé notamment depuis la fermeture de la centrale de Fessenheim. RTE, le réseau de transport de l’électricité, prévoit en effet un hiver sous vigilance particulière pour l’approvisionnement des Français en électricité. À cause de retards dans les travaux de maintenance du parc nucléaire, engendrés par la crise du coronavirus, le gestionnaire prévoit qu’entre cinq et 15 réacteurs seront à l’arrêt cet hiver, sur les 56 que compte l’Hexagone.

Résultat : l’approvisionnement en électricité sera tendu, surtout début 2022. Cette période est en effet remplie d’incertitudes. « On n’a pas encore de boule de cristal sur les conditions météos pour les mois de janvier et février », confirme au micro d’Europe 1 Jean-Paul Roubin de RTE.  »Est-ce qu’il fera froid ? Il y aura-t-il du vent ?… On va attendre d’avoir plus de certitudes. Pour autant, avec les données que dont on dispose aujourd’hui, on considère qu’on n’est pas dans des disponibilités de production qui permettent d’évacuer tout risque par rapport à la sécurité d’approvisionnement, mais sans générer une alerte très forte à ce sujet-là. »

Si l’électricité venait toutefois à manquer, RTE pourrait prendre plusieurs mesures, allant de l’incitation aux écogestes à une baisse de tension sur l’ensemble du réseau ou encore, en dernier recours, à des coupures d’électricité ciblées.

Orange : préavis de grève pour le 21 septembre

Orange : préavis de grève pour le 21 septembre

.Tous les syndicats de l’opérateur historique (CFDT, CFTC, CGT, FO, Unsa et SUD) ont lancé un préavis de grève le 21 septembre prochain. Seule la CFE-CGC ne l’a pas signé. Celui-ci a été envoyé à Stéphane Richard, le PDG du groupe.

Ils réclament notamment  une révision salariale.

Enquête officielle qualité: Orange devant Free et Bouygues

Enquête officielle qualité: Orange devant Free et Bouygues 

D’après un sondage de l’IFOP réalisé pour l’Arcep, le régulateur des télécoms, l’opérateur historique récolte une note de 7,7 sur 10, devant celui de Xavier Niel (7,6 sur 10), celui de Martin Bouygues (7,4 sur 10). SFR ferme la marche, avec un niveau de satisfaction de 7,1 sur 10.

 

Orange décroche la timbale. L’Arcep, le régulateur des télécoms, a publié ce lundi son « observatoire de la satisfaction client ». Celui-ci repose sur un sondage réalisé par l’IFOP en novembre 2020. Avec une note moyenne de 7,7 sur 10, attribuée par ses clients, Orange décroche, au global, la meilleure note pour ses services Internet fixe et mobile. L’opérateur historique est talonné par Free (7,6 sur 10), et Bouygues Telecom (7,4 sur 10). SFR prend la quatrième place, avec un niveau de satisfaction client de 7,1 sur 10.

 

 

SFR est l’opérateur avec lequel les clients rencontrent le plus de problèmes – qu’il s’agisse de coupures, de mauvaise qualité du réseau, de surfacturation, ou de fraudes et appels indésirables. 66% des abonnés de l’opérateur au carré rouge ont ainsi rencontré au moins un problème concernant leur accès Internet ou leur forfait mobile au cours des 12 derniers mois. Cette proportion tombe à 60% chez Orange et Free, et à 56% chez Bouygues Telecom.

En revanche, l’opérateur de Patrick Drahi est plutôt bien classé en matière de résolution des problèmes. Son taux de résolution des problèmes après contact avec le service client s’élève à 75%. Ce taux est le même chez Bouygues Telecom. Orange affiche un taux supérieur, de 77%. Free, de son côté, se situe ici loin du trio de tête, avec un taux de résolution des problèmes de 68%.

Désaménagement du territoire : Orange veut fermer le réseau cuivre

Désaménagement du territoire : Orange veut fermer le réseau cuivre

Un nouveau scandale d’aménagement du territoire se prépare avec la confirmation par Orange de son intention de liquider le réseau cuivre. Un réseau qui n’est déjà pas entretenu et dont souvent les fils tiennent des poteaux ou qui traînent par terre. La patronne d’Orange France réitère son intention de mettre un terme à l’exploitation du réseau cuivre qui rend possible les liaisons Internet dans une grande partie de la France qui ne peut disposer d’autres moyens.

 Cela vise la France profonde désertifiée, c’est-à-dire géographiquement la plus grande partie du territoire. Des zones qui ne sont déjà pas raccordées à la téléphonie mobile ou qui le sont de manière très irrégulière. Pour la 5G par exemple il faudra attendre. De la même manière,  la desserte par le câble n’est pas pour demain. Elle est  promise dans les départements mais se bornera à atteindre seulement les zones agglomérées. Pour schématiser les zones peu denses n’auront donc plus aucun moyen pendant un temps d’accéder à Internet puisque le réseau cuivre aura été abandonné, que les antennes 5 G seront absentes  ( nota : il faudra trois fois plus compte-tenu de la technologie) et que le câble restera virtuel.

 Une nouvelle preuve du désaménagement du territoire au profit de la sur urbanisation dans des métropoles devenues d’ailleurs invivables tant sur le plan environnemental que sur le plan sociétal.

Internet fixe : Orange veut fermer le réseau cuivre

Internet fixe : Orange veut fermer le réseau cuivre

Un nouveau scandale d’aménagement du territoire se prépare avec la confirmation par Orange de son intention de liquider le réseau cuivre. Un réseau qui n’est déjà pas entretenu et dont souvent les fils tiennent des poteaux ou qui traînent par terre. La patronne d’Orange France réitère son intention de mettre un terme à l’exploitation du réseau cuivre qui rend possible les liaisons Internet dans une grande partie de la France qui ne peut disposer d’autres moyens. Cela vise la France profonde désertifiée c’est-à-dire géographiquement la plus grande partie du territoire. Des zones qui ne sont déjà pas raccordées à la téléphonie mobile ou qui le sont de manière très irrégulière. Pour la 5G par exemple il faudra attendre. De la même manière la desserte par le câble n’est pas pour demain. Elle  promises dans les départements mais se bornera à atteindre seulement les zones agglomérées. Pour schématiser les zones peu denses n’auront donc plus aucun moyen pendant un temps d’accéder à Internet puisque le réseau cuivre aura été abandonné, que les antennes 5 G seront absentes  ( nota : il faudra trois fois plus compte-tenu de la technologie) et que le câble restera virtuel. Une nouvelle preuve du désaménagement du territoire au profit de la sur urbanisation dans des métropoles devenues d’ailleurs invivables tant sur le plan environnemental que sur le plan sociétal.

Orange: un recul du bénéfice

Orange: un recul du bénéfice

L’opérateur télécoms Orange a annoncé jeudi un bénéfice net en recul d’un peu plus de 10% (-10,7%) sur le semestre, à 1,04 milliard d’euros, qui s’explique principalement par une hausse des provisions liées aux risques et litiges, et confirmé ses objectifs pour l’année. Sur les six premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires du groupe est resté en progression de 1%, à 20,77 milliards d’euros, principalement grâce à une croissance de ses ventes en France, malgré la période de confinement lié au Covid-19, ainsi que sur le marché entreprises, avec Orange Business Services (OBS), et en Afrique et Moyen-Orient.

Sur le deuxième trimestre, le plus concerné par la crise provoquée par la pandémie du coronavirus, l’opérateur historique conserve un chiffre d’affaires quasi stable (-0,1%), la progression des ventes en France (+2,8%) venant compenser le recul plus marqué en Espagne (-6,8%) et dans le reste de l’Europe (-5,1%). « Le groupe démontre sa très bonne résistance dans un contexte de crise sans précédent. des résultats qui reflètent des tendances commerciales solides malgré le quasi arrêt de l’économie notamment en France. La France ainsi que l’Afrique et Moyen-Orient sont en croissance et font plus que compenser la totalité de la baisse des autres segments », a détaillé le directeur financier du groupe, Ramon Fernandez, lors d’une conférence de presse téléphonique.

 

Un accord entre Orange et le réseau d’Open Fiber en Italie

Un accord entre Orange et le réseau d’Open Fiber en Italie

il ne s’agit pas d’une offre de services aux particuliers mais aux entreprises et l’accord  entre orange et l’opérateur italien pourrait constituer un avantage stratégique important dans ce domaine. Orange est sur le point de signer un contrat d’utilisation du réseau à haut début d’Open Fiber, contrôlé par le groupe d’électricité Enel et l’établissement financier public CDP, pour son offre de services aux entreprises en Italie, a-t-on appris de source proche du dossier mercredi.

Un déconfinement en vert, orange, rouge très , technocratique.

Un  déconfinement en vert,  orange, rouge très , technocratique.

 

Une nouvelle fois on  confond la géographie économique, sociale, culturelle et politique. Le découpage du pays en départements en vert, orange ou rouge  selon l’intensité de la pandémie n’a aucun sens. Certes certaines régions ont été plus infectées  que d’autres mais il s’agit surtout des zones concentrées du nord-est.

Même à l’intérieur de ces régions et des départements concernés il y a de fortes disparités. Dans les autres régions globalement moins touchées, les disparités sont aussi très importantes à l’intérieur de chaque département. Évidemment dans les métropoles et les grandes villes, le taux d’infectés et de malades est assez important par rapport à la moyenne.

À l’inverse dès qu’on  éloigne vers les zones rurales l’épidémie devient heureusement assez marginale en raison de la distanciation géographique quasi mécanique entre les habitants. Ce zonage en couleurs  vise surtout à conforter le pouvoir des préfets au détriment des responsabilités des vraies autorités locales que sont notamment les maires. Enfin il y a longtemps que les départements ne se justifient que pour des raisons administratives : les préfectures en particulier.

Il y a aussi  longtemps que la vie économique et sociétale s’organise autour de pôles d’activité autour de zones trans-départementales. Le maintien des départements et surtout l’occasion de fournir un nombre d’élus considérables aux partis politiques et d’assurer ainsi la pérennisation de l’oligarchie française.

 

Coronavirus : déconfinement technocratique en vert, orange et rouge

 

 

Une nouvelle fois on  confond la géographie économique, sociale, culturelle et politique. Le découpage du pays en départements en vert, orange ou rouge  selon l’intensité de la pandémie n’a aucun sens. Certes certaines régions ont été plus infectées c’est que d’autres mais il s’agit surtout des zones concentrées du sud-est, de l’Est et de la région parisienne.

Même à l’intérieur de ces régions et des départements concernés il y a de fortes disparités. Dans les autres régions globalement moins touchées, les disparités sont aussi très importantes à l’intérieur de chaque département. Évidemment dans les métropoles et les grandes villes, le taux d’infectés et de malades est assez important par rapport à la moyenne.

À l’inverse dès qu’on  éloigne vers les zones rurales l’épidémie devient heureusement assez marginale en raison de la distanciation géographique quasi mécanique entre les habitants. Ce zonage en couleurs  vise surtout à conforter le pouvoir des préfets au détriment des responsabilités des vraies autorités locales que sont notamment les maires. Enfin il y a longtemps que les départements ne se justifient que pour des raisons administratives : les préfectures en particulier.

Il y a longtemps que la vie économique et sociétale s’organise autour de pôles d’activité autour de zones trans-départementales. Le maintien des départements et surtout l’occasion de fournir un nombre d’élus considérables aux partis politiques et d’assurer ainsi la pérennisation de l’oligarchie française.

 

Orange: trop dominateur sur le marché entreprises

Orange: trop dominateur sur le marché entreprises

 

Orange reste « tout puissant », annonce son président Sébastien Soriano dans un entretien mis en ligne sur le site des Echos.

« Nous ne sommes pas satisfaits de la situation. Nous voulons un marché entreprises puissant et concurrentiel ; nous sommes loin de l’avoir aujourd’hui », explique Sébastien Soriano dans l’entretien. Le régulateur prévoit de soumettre à consultation une nouvelle régulation en vue d’une mise en oeuvre d’ici la fin de l’année.

« Dans ce cadre, sur la fibre dédiée aux entreprises, l’Arcep fera un suivi beaucoup plus fin des offres d’Orange », explique Sébastien Soriano.

L’Arcep menace en outre Orange, numéro un français des télécoms, d’une mise en demeure s’il ne baisse pas « immédiatement » le prix de l’option qualité de ses offres fibres pour les entreprises.

 

Orange dit non à Huawei

Orange dit non à Huawei

C’est évidemment une décision stratégique d’importantes. Jusque-là le PDG d’orange avait milité  en faveur de la technologie du leader chinois Huawei . Il semble bien qu’il ait été sensible au danger de la pénétration de l’opérateur chinois dont l’Allemagne vient d’ailleurs de révéler les liens particuliers qu’il entretient avec les services secrets chinois. Un double risque, d’abord technologique  car le chinois est un avance  et un risque politique avec la possibilité pour les Chinois d’utiliser les données non seulement au plan économique mais aussi dans le domaine politique. Il faut cependant relativiser le choix d’Orange  en faveur  des européens Nokia et Ericsson en France car dans d’autres pays il n’existe pas la même pression des gouvernements, Orange à ‘l’étranger  pourra s’appuyer sur la technologie du chinois ( en Espagne par exemple) . Après Free, c’est au tour d’Orange d’annoncer officiellement le choix de ses fournisseurs pour son réseau 5G en France métropolitaine: ce seront les européens Nokia et Ericsson. La décision n’a rien d’anodine dans le contexte actuel. Les Américains sont en guerre ouverte avec Huawei, le premier équipementier télécoms mondial. Ils l’ont exclu de leur marché et incitent leurs partenaires et alliés à en faire de même. Mercredi, la commission européenne a dévoilé sa «boîte à outils», préconisant des limites à l’utilisation d’équipementiers «à risques» dans les réseaux – sans jamais nommer Huawei. La commission encourage les États membres à mettre en place les mesures appropriées. Ce que la France a déjà fait avec la «Loi Huawei».

Richard (Orange) dérape encore en soutenant le chinois Huawei

 

 

Stéphane Richard, PDG d’Orange, qui s ‘est illustré comme directeur de cabinet de Christine Lagarde (quand elle était ministre des finances)  en accordant la modique somme de 400 millions à Tapie dérape à nouveau. Par parenthèse dans cette affaire tous les responsables de l’État ont tous  été innocentés démontrant ainsi la collusion entre la justice et les affaires politiques ou financières. Stéphane Richard défend la technologie chinoise de , qu’ils accusent de servir aux activités d’espionnage de la Chine, ce que le groupe chinois dément.“Je suis contre l’exclusion de Huawei qui pourtant menace la souveraineté et la démocratie.

Ce n’est sans doute pas un patron d’entreprise surtout à un ancien fonctionnaire  spécialiste du pantouflage d’influencer les choix nationaux et européens concernant une technologie qui menace la souveraineté. L’intéressé a un peu tendance à tout mélanger:  son intérêt personnel, l’intérêt de son entreprise et celui du pays. On objectera que le patron d’Orange a continué à contribuer à moderniser son entreprise,. en clair, à en faire une entreprise comme les autres c’est-à-dire qui n’a plus  avoir avec la moindre option du service public. Pour ‘en rendre compte, il  suffit de voir quelles sont les conditions de couverture du territoire qui comporte encore de nombreux trous voir une absence de couverture et surtout l’état de déliquescence du réseau cuivre. On sait que ce réseau cuivre sera encore longtemps indispensable aux zones peu denses dans la mesure où ni le câble ni la technologie G5 ne parviendra dans certaines régions.

Les Etats-Unis incitent les pays européens à se passer de la technologie de Huawei, qu’ils accusent de servir aux activités d’espionnage de la Chine, ce que le groupe chinois dément.“Je suis contre l’exclusion de Huawei”, a dit cependant Stéphane Richard lors de la présentation de ses voeux.

Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, a affirmé dimanche que le recours à des entreprises européennes ne retarderait pas le développement de la 5G en Europe, contrairement aux craintes formulées, en Allemagne notamment, sur les conséquences d’une mise à l’écart de Huawei.

Stéphane Richard s’est néanmoins prononcé jeudi pour la définition de règles claires au niveau européen sur le sujet.

“J’espère que ça ne va pas conduire à une exclusion de fait des Chinois et notamment de Huawei sur la scène européenne qui, je pense, serait contraire aux intérêts de l’Europe et par ailleurs poserait des problèmes importants à la plupart des opérateurs européens”, a toutefois dit le PDG d’Orange.

 

Alerte suppression Wanadoo (Orange)

Alerte suppression Wanadoo (Orange)

 

Wanadoo est une ancienne messagerie de France Télécom, une entreprise reprise par Orange. Orange qui a imposé sa messagerie tout en assurant la continuité de Wanadoo. Mais avec une certaine réticence au point maintenant d’organiser progressivement la fin de Wanadoo. On sait qu’en cas de perte d’un mot de passe de messagerie, il est possible de le récupérer ou den créer un autre  après demande au gestionnaire de cette messagerie. Ce que fait Orange pour les adresses Mel  « Orange » mais pas pour Wanadoo. Dans beaucoup de cas, les mots de passe sont enregistrés dans les ordinateurs. Il arrive que le disque dur tombe en panne et/ou  que toutes les données disparaissent ; Du coup les mots de passe avec. Or Orange se refuse à réactiver un nouveau mot de passe pour Wanadoo et en profite  pour supprimer le compte dont la gestion n’est consentie que gratuitement. Une curieuse conception de la politique commerciale. On comprend qu’une société fasse évoluer sa gamme de produits, en supprime certains, en créent d’autres mais la moindre des choses est d’aviser les clients avant de fermer brutalement le service. On se demande si Orange n’a pas conserver ses reflexes d’administration en considérant les abonnés comme des usagers captifs et non comme des clients. En tout cas, autant prévenir les vieux utilisateurs de Wanadoo, un jour le compte risque d’être fermé sans préavis ; et avec disparaissent évidemment toutes les adresse des correspondants ! Merci à Orange pour ce respect très approximatif des obligations commerciales. Sans parler des lignes téléphoniques physiques (qu’Orange est supposé entretenir) dont les fils tiennent de nombreux poteaux endommagés !

Fin de la messagerie Wanadoo ? (Orange)

Fin  de la messagerie  Wanadoo ?  (Orange)

 

Wanadoo est une ancienne messagerie de France Télécom, une entreprise reprise par Orange. Orange qui a imposé sa messagerie tout en assurant la continuité de Wanadoo. Mais avec une certaine réticence, au point maintenant d’organiser progressivement la fin de Wanadoo. On sait qu’en cas de perte d’un mot de passe de messagerie, il est possible de le récupérer ou d’en créer un autre  après demande au gestionnaire de cette messagerie. Ce que fait Orange pour les adresses Mel  « Orange » mais pas pour Wanadoo. Dans beaucoup de cas, les mots de passe sont enregistrés dans les ordinateurs. Il arrive que le disque dur tombe en panne et/ou  que toutes les données disparaissent ; Du coup les mots de passe avec. Or Orange se refuse à réactiver un nouveau mot de passe pour Wanadoo et en profite  pour supprimer le compte dont la gestion n’est consentie que gratuitement. Une curieuse conception de la politique commerciale. On comprend qu’une société fasse évoluer sa gamme de produits, en supprime certains, en crée d’autres mais la moindre des choses est d’aviser les clients avant de fermer brutalement le service. On se demande si Orange n’a pas conserver ses réflexes d’administration en considérant les abonnés comme des usagers captifs et non comme des clients. En tout cas, autant prévenir les vieux utilisateurs de Wanadoo, un jour le compte risque d’être fermé sans préavis ; et avec disparaissent évidemment toutes les adresse des correspondants ! Merci à Orange pour ce respect très approximatif des obligations commerciales. Sans parler des lignes téléphoniques physiques (qu’Orange est supposé entretenir) dont les fils tiennent de nombreux poteaux endommagés !

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol