• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

Archive mensuelle de janvier 2013

Etats-Unis: hausse du chômage

Etats-Unis: hausse du chômage

Les nouvelles inscriptions au chômage sont reparties à la hausse la semaine dernière aux Etats-Unis après être retombées à leur plus bas depuis cinq ans, selon des chiffres publiés aujourd’hui par le département du Travail. Le ministère a recensé le dépôt de 368.000 demandes d’allocations de chômage dans le pays pendant la semaine achevée le 26 janvier, soit 11,5% de plus que la semaine précédente, une hausse supérieure aux attentes des analystes dont la prévision médiane donnait cet indicateur à 345.000 nouveaux chômeurs.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

L’Europe accuse Novartis et J&J d’avoir freiné des génériques

L’Europe  accuse Novartis et J&J d’avoir freiné des génériques

La Commission européenne poursuit sa bataille contre les laboratoires qui entravent la mise sur le marché de médicaments génériques, accusant Novartis et Johnson & Johnson d’avoir conclu des accords dans ce sens aux Pays-Bas. Il s’agit de la troisième procédure ouverte par l’exécutif européen, qui a épinglé l’an dernier le danois Lundbeck, l’allemand Merck, ainsi que Servier et plusieurs autres groupes pharmaceutiques. Les régulateurs des deux côtés de l’Atlantique sont partis en guerre contre ces accords dans le cadre desquels les gros laboratoires paient les fabricants de génériques pour qu’ils repoussent la mise sur le marché de leurs produits. Ils soulignent que cette pratique entraîne un surcoût pour les consommateurs. La Commission européenne a annoncé qu’elle avait envoyé un communiqué des griefs à J&J et Novartis concernant un accord de ce type entre leurs filiales aux Pays-Bas. Elle précise que cet accord aurait peut-être bloqué la commercialisation du produit générique du médicament antidouleur fentanyl entre juillet 2005 et décembre 2006.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Russie: ralentissement de la croissance en 2012

Russie: ralentissement de la croissance en 2012

3,4% sur l’année 2012, contre 4,3% l’année précédente pour le PIB , selon des statistiques officielles publiées jeudi.  Ce chiffre délivré par l’institut fédéral des statistiques Rosstat est tout juste inférieur aux estimations données la semaine dernière par le Premier ministre Dmitri Medvedev lors du forum économique de Davos (3,5%) et par le Fonds monétaire international (3,6%).  Après un début d’année marqué par une forte expansion (4,9% au premier trimestre en glissement annuel et 4% au deuxième), l’économie russe, qui repose en grande partie sur la production des hydrocarbures, a subi un net coup de frein, avec une croissance de 2,9% au troisième trimestre.  Rosstat n’a pas publié de chiffres portant sur le seul quatrième trimestre, mais le ministère du Développement économique a estimé mardi que le PIB avait progressé de 2,2% sur les trois derniers mois de 2012 par rapport à la même période un an plus tôt.  Ce ralentissement a été notamment la conséquence de la mauvaise récolte de céréales (autour de 71 millions de tonnes contre 94,2 millions de tonnes en 2011), qui a entraîné une flambée des prix.  Rosstat estime que la richesse produite par le secteur agricole a subi une contraction de 3,8% en 2012, après une croissance de 16,9% en 2011.  L’industrie a quant à elle ralenti son expansion, aussi bien pour l’exploitation des ressources naturelles (0,9% en 2012 contre 2,9% en 2011) ou l’industrie de transformation (3,2% contre 5,3%).  Le secteur de la construction a lui enregistré une croissance de 2,0% (contre 4,5%) tandis qu’à l’inverse la finance a bénéficié d’une forte expansion (15% contre 3,6%).  Le gouvernement estime que le trou d’air que traverse actuellement l’économie se poursuivra jusqu’à la mi-2013. Le vice-ministre du Développement économique Andreï Klepatch a indiqué mardi tabler sur une croissance d’un peu plus de 2% au premier semestre mais d’au moins 4% sur le second.

 

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Goodyear Amiens : 1.173 postes menacés

Goodyear Amiens : 1.173 postes menacés

« La fermeture de l’usine est la seule option possible après cinq années de négociations infructueuses », a expliqué la direction dans un communiqué. Elle a précisé que le projet avait été présenté au Comité central d’entreprise réuni au siège de l’entreprise, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), et ferait l’objet d’une consultation des représentants du personnel.  Elu CGT, Mickael Wamen a aussitôt appelé à la mobilisation, annonçant une « journée de lutte » le 12 février à l’occasion du prochain CCE.   »L’ensemble du site sera en grève » le 12 février, a annoncé l’élu vêtu d’un t-shirt orné d’un cercueil annonçant « plan antisocial » sur le devant et dénonçant « Goodyear, patron voyou » dans le dos.   »On fera le déplacement ici-même (ndlr à Rueil-Malmaison) avec l’ensemble des salariés de Goodyear », a-t-il promis.  M. Wamen a appelé l’ensemble des salariés des entreprises en difficulté en France à se joindre à ceux de Goodyear pour « une nouvelle journée de lutte ».  On va se battre jusqu’au bout », a-t-il ajouté, estimant que cette décision ne faisait que « pousser les salariés à bout » et que « Goodyear n’a aucune possibilité juridique » de fermer l’usine.  La direction de Goodyear France a pour sa part mis l’accent, dans son communiqué, sur les difficultés du secteur: « Dans un contexte de déclin de l’industrie automobile et de changements structurels du marché des pneumatiques en Europe, ce projet (de fermeture) a pour objectif de sauvegarder la compétitivité des secteurs d’activité tourisme et agricole du groupe », a-t-elle affirmé.   »En 2011, la production de pneus tourisme à Amiens Nord a engendré une perte de 41 millions d’euros pour le groupe », a-t-elle précisé, ajoutant que les activités du groupe dans le domaine agricole en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique étaient « confrontées à des pertes progressives de parts de marché », responsables d’une perte de 20 millions d’euros pour le groupe.  En septembre 2012, faute d’un accord avec les syndicats après huit mois de discussions, la direction de Goodyear France avait annoncé le retrait d’un projet de plan de départs volontaires sans licenciements.  Avant cela, un plan social, qui prévoyait de mettre un terme à la production de pneus de tourisme à Amiens-Nord, avait été invalidé à plusieurs reprises par la justice, saisie par la CGT du site.  Des négociations avec un éventuel repreneur, le groupe Titan, qui a repris l’essentiel des activités de pneus agricoles de Goodyear dans le monde, ont également échoué en juin dernier.  Mercredi, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait néanmoins estimé qu’il était « possible d’éviter le pire » pour le site d’Amiens-Nord à condition de reprendre les négociations avec les syndicats et le groupe Titan.   »Nous préférons le plan de départ volontaires et la reprise par Titan, et nous avons repris contact avec Titan (…) Il est possible d’éviter le pire », avait-t-il dit à l’Assemblée nationale.   »Depuis le début, nous avions raison. Le plan Titan n’a jamais existé. La direction nous a menti », a réagi Mickael Wamen.  A l’adresse du ministre du Redressement productif le syndicaliste a aussi lancé : « Arnaud Montebourg tu as dit que tu voulais éviter le pire. Mon pote, donc, tu prends ton copain Hollande et tu fais ton boulot ! »   »Nous allons aller en justice nous allons encore une fois invalider le processus », a-t-il encore affirmé.  Entre 2008 et 2011, Goodyear, dont l’activité est cyclique, a enregistré des pertes de 87 millions de dollars en moyenne par an, selon une porte-parole de la direction.  Le groupe était endetté à hauteur de 3,4 milliards de dollars en septembre 2012 et les actionnaires n’ont pas touché de dividendes depuis 2003, a-t-elle ajouté.

 

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Etats-Unis: l’inflation seulement à 1,3% en décembre sur un an

Etats-Unis: l’inflation seulement  à 1,3% en décembre sur un an

Signe du tassement économique, l’inflation a légèrement ralenti aux Etats-Unis en décembre, où elle a atteint 1,3% sur un an, selon l’indice des prix associés aux dépenses de consommation des ménages (PCE) publié jeudi par le département du Commerce vendredi à Washington.  La hausse des prix, qui avait atteint 1,4% en novembre, reste inférieure à l’objectif de la banque centrale des Etats-Unis (Fed), qui souhaite une inflation de 2,0% sur un an à moyen terme.  Hors alimentation et énergie, l’inflation dite sous-jacente a elle aussi ralenti à 1,4% en décembre, après avoir atteint 1,5% le mois précédent, selon les chiffres du gouvernement.  Par rapport au mois précédent, indique le ministère, les prix sont restés stables après avoir reculé le mois précédent (-0,2%) pour la première fois en six mois.  Sur un mois, l’inflation sous-jacente a elle aussi été nulle, alors que la prévision médiane des analystes tablait sur une légère hausse de 0,1%.  L’indice PCE sert de référence à la Fed pour la conduite de la politique monétaire américaine.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Economie, politique, société: pages les plus regardées 31 janvier 2013

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Mittal : négociations suspendues

 

 

 

 

  •  
  •  
  •  

 

  •  
  •  

 

  •  

 

  •  

 

Sondage : pas de redémarrage de la consommation en 2013

Sondage : pas de redémarrage de la consommation en 2013

 

 

Publiée ce matin, la dernière vague du baromètre Viavoice-BPCE des projets des Français pour « Les Echos » et France Info ne laisse pas présager d’un prochain redémarrage de la consommation. Non seulement car le pouvoir d’achat est sous pression mais aussi parce que les Français ne semblent pas enclins à puiser dans leurs bas de laine.  Près de la moitié des personnes interrogées (48 % précisément) anticipent une baisse de leur pouvoir d’achat au cours des trois prochains mois. Cette crainte se stabilise par rapport à l’enquête de décembre (- 1 point) et poursuit sa décrue par rapport à son pic d’octobre (- 9 points). A l’époque, l’annonce d’un budget de rigueur pour 2013 avait emmené les inquiétudes à un niveau record. En ce début d’année, les craintes restent tout de même élevées. En dépit du net reflux de l’inflation, les inquiétudes restent particulièrement vives sur l’évolution du prix de l’essence ou de l’électricité, tandis que l’alimentation reste en tête des dépenses qui préoccupent le plus.  «  Le pouvoir d’achat demeure pris en tenaille entre hausses d’impôts, faibles revalorisations des prestations sociales et pression sur les salaires », commentent les experts de Viavoice. Dans ce contexte, toute la question est de savoir si les Français vont puiser ou non dans leur épargne pour consommer. L’environnement incertain et la montée du chômage devraient limiter l’ampleur du phénomène. Et le baromètre Viavoice ne donne pas non plus beaucoup d’espoir. Les intentions d’épargne demeurent stables pour les mois à venir : 11 % des Français envisagent de mettre plus d’argent de côté (+ 1 point) et 36 % autant qu’avant (+ 1 point).  Et ce n’est visiblement pas la baisse du taux de rémunération du Livret A et du livret de développement durable (LDD) qui va pousser les Français à lâcher du lest : alors que le taux tombe vendredi de 2,25 % à 1,75 %, seuls 4 % des sondés déclarent qu’ils vont dépenser « davantage d’argent que prévu » actuellement placé sur un livret de ce type. Très peu (8 %) envisagent également de transférer une partie de leur épargne sur d’autres comptes ou placements. Parmi eux, les plus enclins à agir sont les jeunes actifs ou les catégories aisées, « ces dernières disposant potentiellement de portefeuilles plus diversifiés que la moyenne des Français, ce qui facilite ces transferts », précise Viavoice.  En clair, la majorité des sondés envisage donc de maintenir son épargne sur le Livret A ou le LDD. Le rehaussement du plafond peut même les encourager à en placer plus. L’engouement des Français pour le Livret A, qui a déjà enregistré une collecte historique en 2012, n’est pas près de retomber.

 

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Automobiles : pas de rebond avant 10 ans au moins

Automobiles : pas de rebond avant 10 ans au moins

L’agence de notation Fitch a publié une note pessimiste sur l’avenir du marché automobile en Europe mercredi 30 janvier. Elle estime qu’il n’y aura pas de reprise sur le continent avant la fin de la décennie. L’agence va même plus loin : « il n’est pas certain que les ventes retrouvent un jour leur sommet de 1999″ écrivent ses analystes. 1999 avait été une année record avec plus de 15 millions de voitures vendues en Europe.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Voitures à bas prix chez Citroën

Voitures à bas prix chez Citroën

Répondre aux nouvelles attentes des automobilistes et gagner en compétitivité : ce sont les deux priorités de Citroën. Cela va se traduire par une toute nouvelle offre. Une gamme essentielle, des voitures qui reviendront aux fondamentaux sans tomber, assure-t-on, dans le low cost. Le premier exemple de ce type de modèle est actuellement en phase de développement dans l’usine PSA espagnole de Madrid. Basée sur le concept C Cactus, il s’agira d’une citadine. Présenté en septembre prochain au salon de Francfort, ce véhicule devrait être commercialisé en 2014, l’année du remplacement de l’actuel C3. Une offre moderne, fiable et économe à l’usage, avec un positionnement « prix agressif ». Citroën veut ainsi échapper à la guerre des prix qui sévit en Europe. Une stratégie qui s’inscrit dans celle de PSA. Le groupe souhaite que ses 2 marques deviennent complémentaires. A Citroën, l’entrée de gamme et le premium avec DS. A Peugeot le cœur de gamme.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Espagne: l’inflation se tasse

Espagne: l’inflation se tasse  

En dépit de la hausse de fiscalité, l’inflation se tasse en Espagne ; Un effet de l’atonie de la demande. Le rythme de l’inflation en Espagne s’est légèrement ralenti en janvier, à 2,8% sur un an, contre 3% en décembre, selon les chiffres provisoires publiés jeudi par l’Institut national de la statistique (Ine). L’Ine ne détaille pas ces statistiques, calculées en données harmonisées avec celles de l’Union européenne. L’inflation du pays avait atteint ces derniers mois ses niveaux les plus élevés depuis octobre 2011, après l’entrée en vigueur en septembre d’une hausse généralisée de la TVA.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Baisse des prix dans l’industrie

Baisse des prix dans l’industrie

 

Sous l’effet de la baisse de la demande, les prix à la production de l’industrie française ont baissé de 0,3% en décembre après s’être déjà contractés de 0,4%, un chiffre révisé, le mois précédent, selon les données publiées jeudi par l’Insee. Sur un an, ils sont en hausse de 1,6%. Six économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une baisse de 0,2% en décembre, leurs estimations allant de -0,2% à +0,0%. Le recul de novembre, qui faisait suite à quatre mois consécutifs de hausse, avait été annoncé à -0,5% en première estimation.  Comme en novembre, les prix des produits du raffinage se sont repliés nettement le mois dernier (-3,2% après -3,0%). La baisse des prix de l’énergie (électricité) a été plus sensible (-0,9 % après -0,4%), la hausse modérée des prix des denrées alimentaires et des équipements électriques et informatiques (+0,3 % chacun) atténuant l’impact de ces ralentissements.  Les prix des produits du raffinage après trois mois consécutifs de baisse faisant suite aux fortes hausses d’août et septembre ont retrouvé leur niveau de juillet, un des mois les plus bas de l’année.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Croissance-Allemagne: recul des ventes au détail

Croissance-Allemagne: recul  des ventes au détail

Comme c’était prévisible, l’Allemagne commence à être touchée par le ralentissement général en Europe. Les ventes au détail en Allemagne sont reparties à la baisse en décembre, reculant sur un mois de 1,7% à prix constants ajustés des variations calendaires, selon des chiffres provisoires publiés jeudi par l’Office fédéral des statistiques Destatis. Sur l’ensemble de l’année, elles ont reculé de 0,3% par rapport à 2011, se situant dans la partie basse d’une estimation de Destatis faite début janvier.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Première grève des fonctionnaires pour la gauche

Première grève des fonctionnaires pour la gauche

 

La trève sociale est terminée dans le public ; le gouvernemenet affronte la première grève des fonctionnaires depuis larrivée de Hollande. 5,2 millions de fonctionnaires sont appelés à cesser le travail jeudi par trois syndicats, un mouvement de grogne qui se cristallise principalement autour des rémunérations et de l’emploi. Quelque 120 rassemblements et manifestations sont prévus dans toute la France, dont une manifestation à 14 heures à Paris à partir de Port-Royal.  Le mouvement doit toucher les trois versants de la fonction publique (Etat, Territoriale et Hospitalière) où le gouvernement compte une part importante de son électorat. Son impact est difficile à anticiper, mais selon le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, près d’un enseignant sur trois devrait notamment être en grève dans les écoles primaires.  La CGT, FSU et Solidaires, à l’origine de cette journée d’action, réclament une revalorisation du point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires et est gelé depuis 2010. Mais ils entendent aussi faire part de leurs revendications sur l’emploi – les créations de postes dans les ministères « prioritaires » (Justice, Police, Education) devant se traduire par de nouvelles suppressions de postes ailleurs -, ou la journée de carence (non indemnisée) en cas d’arrêt maladie.  Avec ce mouvement, les syndicats espèrent peser sur une réunion consacrée aux carrières et rémunérations prévue le 7 février avec la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu.  Mais cette dernière a d’ores et déjà laissé entendre qu’une revalorisation globale des salaires n’était pas d’actualité. Elle a reconnu mardi « une situation difficile pour les fonctionnaires », mais rappelé aussitôt « les contraintes budgétaires », une hausse de 1% du point d’indice augmentant de 800 millions d’euros la masse salariale de l’Etat (80,6 milliards d’euros en 2013), que le gouvernement entend garder stable.  La ministre a néanmoins souligné que de nombreux sujets seraient abordés dans le but d’améliorer les conditions de travail des agents, citant l’égalité homme-femme, la formation professionnelle, ou encore les parcours professionnels. Elle a également indiqué qu’elle comptait discuter d’un « nouveau système de primes » en modifiant notamment un dispositif de rémunération au mérite instauré par le précédent gouvernement, la Prime de fonction et de résultat (PFR).  Pour Jean-Marc Canon (CGT), cette annonce est une bonne nouvelle. Mais, a-t-il indiqué à l’AFP, « maintenant, il s’agit de voir quel est le dispositif qui va s’y substituer parce que l’argent, il faudra bien le redonner aux salariés concernés ».  La réunion du 7 février pourrait permettre aux syndicats d’en savoir plus sur les intentions de la ministre. Ils ont d’ores et déjà prévu de se réunir à nouveau après cette rencontre, pour voir si leur « impatience » a été prise en compte.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Nouveau contrôle fiscal pour les entreprises

Nouveau contrôle fiscal pour les entreprises

 

Bercy veut refondre complètement les modalités du contrôle fiscal des entreprises et un dispositif basé sur un contrôle en amont plutôt qu’a posteriori, va être testé dès cette année, annonce Les Echos jeudi. « La relation de confiance titre du projet sur lequel travaille Bercy depuis plusieurs semaines, a été présenté aux entreprises par la Direction générale des finances publiques (DGFiP,) il y a quelques jours », indique le quotidien économique. Et d’expliquer: « le principe consiste à les encourager à être loyales, c’est-à-dire à fournir un maximum d’informations financières à l’administration. En contre-partie, elles obtiendront une plus grande sécurité juridique et fiscale, et un accompagnement au moment de leur déclaration. »"L’idée (est de) contrôler en amont plutôt qu’a posteriori », souligne le journal qui précise que: « les entreprises sont prêtes à coopérer à condition de ne pas être recontrôlées ensuite. « L’administration « s’engage aussi sur les délais: trois mois au maximum entre le moment où l’entreprise sollicite l’assistance de l’administration et celui où elle envoie sa déclaration pour une PME, neuf mois pour les sociétés plus grosses », ajoute les Echos qui voit dans ce projet : « une petite révolution pour le fisc comme pour les entreprises. » « Le projet qui s’inscrit dans le cadre du pacte de compétitivité, va d’abord s’appliquer sur quelques dizaines d’entreprises volontaires en 2013, avant une généralisation en 2014, toujours sur la base du volontariat », conclut le quotidien économique après avoir rappelé que « des dispositifs de ce type existent dans d’autres pays comme les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou l’Espagne, où ils fonctionnent bien. »

Croissance : stabilité de la consommation des ménages en décembre

Croissance : stabilité de la consommation des ménages en décembre

La consommation des ménages français est restée stable – mais à un bas niveau- en décembre sur un mois, après un léger rebond en novembre, mais a reculé de 0,2% en moyenne en 2012 par rapport à l’année précédente, a annoncé jeudi l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).  En décembre, le rebond des achats d’automobiles et le recul des dépenses en énergie se compensent, précise l’Insee dans un communiqué.

 

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

L’Etat en « faillite financière » pour 63% des Français

L’Etat en « faillite financière » pour 63% des Français

 

 

Dans le débat quasi théologique sur la faillite ou pas de l’Etat, les français ont tranché ; 63% des français estiment en effet que l’Etat est bien en situation de faillite. Finalemenet une bonne évaluation de la situation même si juridiquement l’Etat n’est pas en cessation de paiement tant qu’il peu emprunter pour fiancer ses dépenses. Près de deux Français sur trois (63%) sont d’accord avec l’idée qu’ »en France, l’Etat est en faillite », selon un sondage de l’institut CSA pour BFMTV publié jeudi. Interrogés sur le fait de savoir s’il est « justifié de dire que l’Etat est en faillite », 45% des sondés ont estimé « plutôt justifiée » une telle affirmation, tandis que 17% l’ont jugée « tout à fait justifiée », soit un total de 63%.  A l’inverse, 33% des personnes interrogées se sont dites en désaccord avec cette idée. Pour 25%, elle n’est « pas vraiment justifiée », et elle ne l’est « pas du tout » pour 8%. 5% ne se sont pas prononcés.  Pour décrire, selon ses dires, la situation prévalant en 2007, et non la situation actuelle, le ministre du Travail Michel Sapin avait approuvé dimanche la formule de François Fillon utilisée cette année-là et parlant d’un Etat « en faillite ».

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Japon: reprise de la production industrielle ?

Japon: reprise de la production industrielle ?

Selon le ministère de l’Industrie, la production industrielle a certes reculé de 0,3% en 2012 par rapport à 2011 et de 1,9% au cours du seul quatrième trimestre par rapport au troisième, mais « elle semble avoir arrêté de baisser » en décembre.  D’après une enquête du ministère auprès des professionnels, la production pourrait ainsi augmenter de 2,6% en janvier (sur un mois) et de 2,3% en février, dopée entre autres par le secteur de l’automobile.  Les usines tournent plus vite grâce à la légère reprise de l’activité mondiale, après une année 2012 dans l’ensemble très morose.  Outre les voitures, les pièces détachées pour automobiles et les semi-conducteurs, les industries nippones ont fabriqué davantage de machines destinées à la production, semblant indiquer un certain redémarrage général.  Les livraisons ont augmenté pour leur part de 4,4% sur un mois et les stocks ont diminué de 1,1%.  L’environnement des affaires a été difficile pour l’industrie de la troisième puissance économique mondiale toute l’année dernière, avec un ralentissement de la croissance en Chine, une grave crise d’endettement en Europe et une vigueur exceptionnelle du yen qui a nui à la compétitivité des produits « made in Japan » à l’étranger.  En fin d’année, la croissance en Chine a toutefois légèrement accéléré, la crise européenne a donné des signes d’apaisement et le yen a fortement baissé face au dollar et à l’euro.  Le tout a joué en faveur des secteurs exportateurs japonais comme l’automobile, l’électronique ou l’industrie lourde, en dépit d’un différend territorial sino-japonais qui a rejailli sur le commerce bilatéral.   »En plus de la reprise de l’économie mondiale, les mesures économiques prises par le nouveau gouvernement devraient tirer encore davantage la production » dans les mois à venir, a jugé Yusuke Shimoda, économiste au Japan Research Institute de Tokyo.  Le nouveau Premier ministre nippon, le conservateur Shinzo Abe, au pouvoir depuis fin décembre, a fait de la reprise économique sa priorité, avec une politique à trois têtes: assouplissements monétaires, incitations budgétaires et réformes réglementaires pour inciter les entreprises à investir.  M. Abe veut à tout prix sortir le pays de la récession, dans laquelle il a rechuté cet été, et le débarrasser de la déflation qui entrave l’activité depuis 15 ans, avec une brève période de rémission entre 2006 et 2009.  Sur le plan monétaire, la forte pression exercée avec succès sur la Banque du Japon pour qu’elle adopte, le 22 janvier, un objectif d’inflation de 2% a entraîné ces dernières semaines un plongeon du yen face à l’euro et au dollar.  Ce retournement est bienvenu pour les industries nippones tournées vers l’étranger et qui ont souffert ces dernières années d’une vigueur jugée excessive de la devise nippone.  Du côté budgétaire, le projet du gouvernement pour l’exercice d’avril 2013 à mars 2014 prévoit de consacrer plus de 40 milliards d’euros aux travaux publics, s’ajoutant à une somme voisine déjà intégrée dans un plan de relance mis sur les rails au début du mois.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Ryanair : le travail dissimulé en justice

Ryanair : le travail dissimulé en justice

.

La question du dumping social concerne particulièrement le transport qui utilise le droit européen pour contourner les législations nationales. C’est particulièrement vrai pour Ryanair (mais cela concerne aussi le transport routier). Début 2007, la compagnie y a basé quatre avions (qui dorment là chaque nuit) et 127 salariés, mais n’a déclaré cette activité ni au registre du commerce ni à l’Urssaf. Pas plus qu’elle ne remplit de déclaration fiscale en France ni n’applique à ses employés la législation française du travail.  Le droit irlandais prévaut, argue Ryanair. La société nie d’ailleurs avoir une « base d’exploitation », ses salariés prenant selon elle leurs consignes au siège, à Dublin, pour une activité marseillaise temporaire, et volant dans des avions irlandais.  La justice estime à l’inverse que la compagnie mène une activité pérenne, et même croissante, depuis cette base. L’enquête des gendarmes de l’Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI) montre ainsi que Ryanair dispose de 300 m2 de locaux, avec des lignes fixes, 95 casiers, des sous-traitants et deux cadres reconnus comme supérieurs hiérarchiques. Une surveillance des parkings révèle aussi que les salariés vivent dans la région.  Pour l’accusation, c’est le droit français qui s’applique aux personnels navigants des compagnies installées en France, comme le stipule un décret de 2006, transposant des réglements européens.  Mise en examen fin 2010, Ryanair avait d’emblée répliqué en fermant sa base, son patron descendant à Marseille dénoncer haut et fort un acte judiciaire contraire au droit européen et aux intérêts économiques locaux. Michael O’Leary avait reçu le soutien d’élus, le maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin en tête fustigeant le « comportement irresponsable des syndicats ».  Trois semaines plus tard, la compagnie, qui se veut « la seule ultra low-cost en Europe », rouvrait la plupart des lignes en affectant à Marignane deux avions pour la saison estivale, et non toute l’année, contournant ainsi la loi. Son activité sur l’aéroport ne cesse depuis de prospérer: Ryanair vient d’annoncer 5 nouvelles lignes en 2013 en plus des 32 existantes.  A nouveau de passage le 16 janvier, son médiatique patron affichait sa sérénité à l’approche du procès: « Nous pensons qu’il est clair que le droit européen prévaut », a-t-il dit à l’AFP. « Si nous perdons, nous en appellerons à la cour de justice de l’Union européenne, devant laquelle nous pensons gagner car nous appliquons le droit européen ».  Un argument que réfutent les plaignants: l’avocate du SMPL estime que c’est un problème de dumping social par rapport aux salariés, et de concurrence déloyale par rapport aux autres compagnies ».  L’avocate relève chez d’autres low-cost « une tendance à la régularisation. Mais Ryanair est le seul qui n’a absolument rien fait encore ».  Depuis 2010, plusieurs compagnies dont easyJet, CityJet (filiale d’Air France) et l’Espagnole Vueling ont été condamnées en France pour des faits similaires.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Réforme bancaire à minima pour la France et l’Allemagne

Réforme bancaire à minima pour la France et l’Allemagne

 

La crise financière passée, on oublie les bonnes intentions. C’est tout juste si on se souvient qu’il a fallu que la BCE prêt 1000 milliards aux banques européennes. Tout comme la France, l’Allemagne se prépare à réformer à minima son système bancaire, une orientation qui sape de facto les propositions de la commission Liikanen chargée de redéfinir les règles du secteur en Europe. Selon un projet de loi que Reuters a pu consulter mercredi, et qui sera présenté en conseil des ministres le mois prochain, les banques allemandes seront contraintes d’isoler leurs activités pour compte propre si elles représentent plus de 100 milliards d’euros au bilan ou 20% du bilan total de l’établissement concerné. Les banques du pays devraient parallèlement être autorisées à mener des activités de trading pour le compte de leurs clients ainsi que des activités de tenue de marché (market making) sans pour autant avoir à les cantonner dans une filiale dédiée. Ces nouvelles dispositions pourraient entrer en vigueur en janvier 2014 mais les banques devraient bénéficier d’un délai supplémentaire, jusqu’en juillet 2015, pour procéder à la séparation effective de leurs activités à risque. L’architecture du projet de loi allemand ressemble à celle du texte dévoilé par la France mi-décembre. Le Parlement français doit examiner le texte à partir du 12 février. Et Les positions de Paris et Berlin sur la réforme bancaire, même si elles doivent encore être avalisées par les parlements allemand et français, sont plus souples que celles de la commission présidée par Erkki Liikanen, le gouverneur de la Banque de Finlande chargé en janvier 2012 de formuler des propositions pour mieux encadrer le secteur bancaire européen. Ses recommandations, plus strictes en matière de séparation des activités des établissements de crédit – et en ce sens proches du Glass Steagall Act américain de 1933 – servent en principe de cadre de réflexion en vue de l’élaboration d’une directive européenne. La France et l’Allemagne ont néanmoins décidé de prendre les devants, manifestement sensibilisées par la nécessité de protéger le modèle de « banque universelle » incarné par BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole et Deutsche Bank.

Tapie-Lagarde: « spoliation des contribuables »

Tapie-Lagarde: « spoliation des contribuables »

Les locaux des protagonistes de l’arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais sur la vente d’Adidas ont été récemment perquisitionnés, trois juges d’instruction enquêtant sur les conditions dans lesquelles l’homme d’affaires a été indemnisé par l’Etat.   »Je pense depuis le premier jour de cette affaire qu’il y a là un scandale d’Etat », a expliqué sur LCI le patron du MoDem qui s’est toujours élevé contre le choix et les conditions de l’arbitrage dans ce dossier.   »On parle de l’affaire Tapie mais ce n’est pas Bernard Tapie la question, la question, c’est l’Etat », a-t-il lancé.   »(…) C’est l’Etat qui a organisé en son sein une spoliation de l’argent des contribuables pour une somme astronomique », a accusé l’ancien candidat à la présidentielle, estimant qu’une telle décision n’a pu être prise sans que « les plus hautes autorités de l’Etat de l’époque, c’est à dire évidemment l’Elysée » en soient informées.  Interrogé sur le rôle de Christine Lagarde qui a toujours affirmé avoir agi seule, François Bayrou a estimé possible que l’ancienne ministre de l’Economie soit de bonne foi.   »Elle dit: +je n’ai jamais parlé de cela avec Nicolas Sarkozy+. C’est tout a fait possible, compte-tenu de l’organisation de la République, que cela passe par d’autres canaux, que les conseillers, les cabinets reçoivent des instructions et que le ministre a soin de ne pas être associé directement à cette affaire », a-t-il concédé.  M. Bayrou s’est félicité qu’un réquisitoire supplétif (élargissement de la saisine des juges par le parquet, ndlr) ait été pris pour « enquêter dans la direction du faux et du détournement d’argent public ».   »Et s’il y a une falsification, une fraude, alors cela veut dire qu’il faudra que l’on rembourse au contribuable », a-t-il conclu

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

12345...21



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol