Archive pour le Tag 'sondage'

Sondage Macron: en baisse

Sondage Macron: en baisse

 

Les sondages se suivent et se ressemblent tous pour l’exécutif sauf dans le journal très militant JDD pro Macron.  Un nouveau sondage commandé par Le Figaro avec Kantar-One Point. Le président et son Premier ministre sont en chute libre et le dossier plus qu’épineux de la réforme des retraites ne fait que dégrader leur image. Ainsi, depuis septembre dernier, la cote de confiance d’Emmanuel Macron a chuté de 8 points « pour atteindre 24% ». Une « tendance » d’autant plus inquiétante pour Emmanuel Macron qui, si elle se poursuit, pourrait atteindre ou dépasser la plus basse jamais enregistrée par un président, à savoir celle de François Hollande.

 

Sondage Municipales à Paris : Hidalgo en tête, Buzyn à 22%

Sondage Municipales à Paris : Hidalgo en tête, Buzyn à 22% !

 

Il convient sans doute de se méfier particulièrement en ce moment des possibilités de manipulation des sondages. Cela vaut particulièrement pour Paris où la stabilisation des intentions de vote est mal assurée. Brutalement, d’après un sondage Ifop-Fiducial pour le « JDD » et « Sud Radio », Agnès Buzyn  serait remontée à 22 % à la hauteur de Rachida Dati et rejoignant presque Anne Hidalgo. Il faut dire que ce sondage provient du JDD et de Sud-Radio soutiens inconditionnels de Macron et qui ont la particularité de diffuser des consultations de l’opinion publique très favorables au pouvoir. Ainsi encore aujourd’hui, le JDD est à peu près le seul à afficher une remontée de Macron dans l’opinion publique quand les autres sondages montrent une stagnation ou une baisse.

D’après ce sondage curieux moins d’un mois des élections municipales, Anne Hidalgo se maintient en tête des intentions de vote pour la mairie de Paris. D’après un sondage IFOP-Fiducial pour le JDD et Sud Radio* dévoilé ce dimanche, l’édile socialiste recueille 24% des voix pour le premier tour. Un score en baisse de 1%, dans la marge d’erreur, par rapport au dernier sondage de janvier. De son côté, la candidate LR et ancienne ministre Rachida Dati se classe en seconde position avec 22% des voix, à plus 3 points.

 

Mais la surprise de ce sondage vient du camp de la majorité, puisqu’Agnès Buzyn récolte 22% des intentions de vote pour le premier tour du 15 mars. Une semaine après avoir remplacé au pied levé Benjamin Griveaux, poussé à jeter l’éponge par la diffusion d’une vidéo à caractère sexuel, l’ex-ministre de la Santé et des Solidarités fait mieux que le champion parisien déchu de la majorité. La nouvelle challenger pour le fauteuil parisien récolte 4 points de plus que son prédécesseur, et se retrouve en troisième position à trois points de Rachida Dati.

Un sondage contredit par un autre effectué à peu près la même période,

Un sondage* Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo publié jeudi 20 février. La candidate LR Rachida Dati est créditée de 20% des voix, juste devant Agnès Buzyn (19%), désignée dimanche dernier comme candidate LREM après le retrait de Benjamin Griveaux.

La liste du candidat EELV David Belliard est en quatrième position avec 13% d’intentions de vote. Cédric Villani, exclu de LREM, recueille quant à lui 9%. La candidate de La France insoumise (LFI) Danielle Simonnet arrive en sixième position avec 5% d’intentions de vote. Derrière, la liste de Serge Federbusch, soutenue par le RN, est créditée de 4%. Gaspard Gantzer obtient 1,5% et Marcel Campion 1%.

Concernant la notoriété des candidats, 96% des personnes interrogées connaissent Anne Hidalgo et 46% d’entre elles ont une bonne opinion de la maire de Paris (50% une mauvaise). 94% connaissent Rachida Dati avec 41% de bonne opinion et 53% de mauvaise). Cédric Villani tout comme Agnès Buzyn sont connus par 87% des personnes interrogées qui ont, à 53%, une bonne opinion de Cédric Villani (34% une mauvaise). Agnès Buzyn jouit elle de 49% de bonne opinion et de 38% de mauvaise.

*Ce dernier sondage a été réalisé du 18 au 19 février auprès de 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales de Paris, constituant un échantillon représentatif des habitants de Paris âgés de 18 ans et plus.

 

Sondage agriculteurs: une forte cote d’amour mais moins pour leur production.

Sondage  agriculteurs: une forte cote d’amour mais moins pour leur  production.

indiscutablement les agriculteurs font parti des professions les plus appréciés par les Français en raison sans doute notamment de la valeur travail qu’ils  représentent et de leur proximité avec la nature.  Par contre sont de plus en plus discutée la nature des produits et les conditions de production.. Selon le sondage Odoxa, Dentsu-Consulting, France Info et Le Figaro, réalisé à l’occasion du Salon de l’agriculture, près de neuf Français sur dix (88%) ont une bonne opinion des agriculteurs.

Une cote d’amour stable depuis quatre ans que cette question est posée. Les Français apprécient les agriculteurs et considèrent leur rôle comme essentiel dans la société. Huit Français sur dix estiment qu’Emmanuel Macron ne soutient pas suffisamment les agriculteurs. Les Français attendent aussi une nette évolution des produits agricoles.

Pour l’avenir, les Français privilégient unanimement, à 88% contre 11%, une agriculture fondée sur de petites exploitations plutôt que sur des grandes. Aimer les agriculteurs ne signifie pas que les Français ne veulent pas qu’ils changent. «Si notre agriculture a déjà beaucoup évolué en allant davantage vers le «bio» et les faibles rendements, cette tendance n’empêche pas qu’aujourd’hui notre agriculture demeure essentiellement une industrie de rendement, indique Gaël Sliman, cofondateur et président d’Odoxa. Or, pour l’avenir, nos concitoyens pensent que l’agriculture française devrait «parier» sur «de petites exploitations qui privilégient la qualité des produits plutôt que sur des grandes exploitations qui privilégient la quantité pour rester compétitives».

Selon une étude Opinion Way/ French Food Capital, les Franaçis sont ainsi 86 % à faire attention à leur alimentation dont 21 % très attention .  Pour 48 %, il s’agit avant tout de la qualité des produits, notamment le bio et la naturel. Suivi à 34 % par l’origine des produits et à 22 % le local.

Alors que le secteur évolue dans un contexte de défiance du consommateur, l’étude révèle la perception des Français sur l’évolution de leur alimentation. pour eux, ce qui s’est le plus amélioré, c’est à 46 % la diversité et le choix des produits alimentaires, à 45 % la traçabilité et à 34 % la facilité à se procurer les produits alimentaires. A l’inverse, ils estiment, à une très grande majorité (74 %) que les prix se sont dégradés, tout comme la juste rémunération des producteurs, la qualité gustative des produits, les conditions de production et les effets des produits alimentaires sur la santé.

Sans surprise, les petits producteurs ont la cote, tout comme les labels de qualité, les produits d’origine France, les ingrédients d’origine naturelle et enfin mais finalement à seulement 51 % les produits bio. Ce qui faire la différence, c’est selon eux, la qualité gustative des produits. Le sentiment de qualité gustative des aliments varie aussi selon les types de commerce. Les marchés ressortent comme le lieu privilégié pour cela à 74 % puis juste derrière les ventes directes aux producteurs et enfin à seulement 51 % la grande distribution.

Dans ce contexte, le désir d’informations se fait toujours plus fort. 86 % souhaitent obtenir plus d’informations dont 28 % toutes informations possibles. A ce jour, 65 % jugent les informations actuelles des marques comme « peu complètes », 62 % « peu claires », 58 % « peu compréhensibles et 57 % « peu fiables ». Ce qui les intéressent le plus, dans l’ordre, le prix, la provenance et l’origine géographique et la composition des produits (liste d’ingrédients).

En conclusion, l’étude a demandé aux Français quelles sont selon eux les solutions pour améliorer la qualité gustative des produits alimentaires. Ainsi, ils sont 60 % à souhaiter une agriculture plus raisonnée et plus vertueuse, 45 % pour des contrôles sanitaires plus systématiques et rigoureux, 41 % pour une vérification plus organisée et précise des produits auxquels on attribue des labels, 37 % pour un étiquetage plus compréhensible sur les produits alimentaires et 20 % des audits plus réguliers et approfondis des lieux de distribution.    Il y a un lien évident entre production agricole et alimentation. la contradiction jusque-là a été de favoriser une industrialisation de l’agriculture dans les produits de masse face  à une concurrence faussée sur les marchés internationaux. La course à la grandeur des exploitations conduit au suicide économique et alimentaire. L’avenir passe sans doute par une réorientation vers une plus grande diversification et  une plus grande qualité pour ne pas dépendre de marcher internationaux à la fois faussés et spéculatifs. Évidemment la transition ne peut pas être brutale mais on doit l’encourager.

Sondage candidat idéal 2022 : honnête, compétent, démocrate

Sondage candidat   idéal  2022 : honnête, compétent, démocrate

Comme Diogène , l’électeur  recherche un homme virtuel ( ou une femme) qui soit à la fois honnête, compétent et démocrate lors de l’élection présidentielle de 2022. Sans doute un responsable fictif dans la mesure où il est sans doute difficile voire impossible de trouver un candidat réunissant les trois conditions. En tout cas actuellement l’offre politique ne correspond pas aux exigences de cet électeur.

Selon un sondage Elabe  72% des personnes interrogées se déclarent insatisfaites de l’offre politique actuelle. Un sentiment qui s’exprime de façon majoritaire parmi toutes les catégories socioprofessionnelles de la population. 

S’ils sont minoritaires, 45% des électeurs d’Emmanuel Macron, 41% de ceux de Marine Le Pen et 37% de ceux de François Fillon lors de la présidentielle de 2017 indiquent qu’au moins une personnalité politique trouve grâce à leurs yeux. A contrario, 74% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 85% de ceux de Benoît Hamon ne trouvent aucune personnalité politique convenable. Un taux qui atteint 90% chez les abstentionnistes.

Pour ce  portrait-robot du candidat idéal à la présidentielle de 2022, les Français ont mis en avant plusieurs éléments de parcours qui correspondraient à ce profil. Ainsi, le fait d’avoir eu des responsabilités politiques est cité par 43% des personnes interrogées et le fait d’avoir exercé des responsabilités associatives à 37%. Mais à l’inverse, 24% des personnes ne souhaitent plus être représentées par un responsable politique.

Le fait d’avoir été chef d’entreprise est cité à 32%, viennent ensuite les profils d’intellectuel, universitaire et chercheur (32% également), d’ouvrier et employé (29%), les personnes n’ayant jamais fait de politique (24%), les responsables militaires (16%), responsables syndicaux (11%) puis les sportifs (6%), humoristes (5%), personnalités issues des médias (4%) et les artistes (3%).

Parmi les qualités souhaitées, ce sont l’honnêteté (71%), l’écoute des Français (67%) et le réalisme (28%) qui arrivent en tête. Ces trois traits de personnalités sont suivis par la détermination (26%), l’autorité et la simplicité ex-æquo à 15%, le courage (14%), le dynamisme (11%), le charisme (10%), l’indépendance (9%) et l’humour, qui ferme la marche avec 2%.

Arrivée deuxième, l’écoute des Français apparaît en forte progression avec une augmentation de 13 points par rapport à une mesure réalisée en avril 2016, soit un an avant la précédente élection présidentielle.

Elabe pour BFMTV – Notre sondage Elabe du 12 février 2020.Sondage réalisé par Internet les 11 et 12 février selon la méthode des quotas sur un échantillon de 1002 personnes âgées de 18 ans et plus, représentatif de la population française. 

 

Sondage Municipales : 25% prêts à sanctionner Macron

Sondage Municipales : 25% prêts à sanctionner Macron  

Selon un sondage BVA réalisé pour Europe 1 et Orange, l’enjeu des municipales est essentiellement local. 90 % voteront donc en fonction de ce qui leur apparaît comme les intérêts locaux ( dans l’ordre la sécurité, les impôt et l’environnement) . Pour autant 25 % déclarent qu’ils en profiteront pour sanctionner Macron et son gouvernement.

Un chiffre minoritaire mais suffisant pour influencer la répartition des forces politiques .  Les résultats pourraient être catastrophiques pour la république en marche . Ce parti déjà peu implanté localement manque d’affichage et de présence locale .

Un quart des personnes (26%) souhaite utiliser ce moment pour sanctionner l’exécutif actuel. Les employés et ouvriers (35%) et les sympathisants du Rassemblement National (53%) sont parmi les plus nombreux à vouloir signaler leur mécontentement au niveau national. À l’inverse, pour 9% des sondés, il y aura un vote en « soutien » d’Emmanuel Macron et de son gouvernement.

Toujours selon ce sondage, la réforme des retraites compte pour beaucoup dans la décision de sanctionner ou de soutenir Emmanuel Macron et son gouvernement : 91% de ceux qui souhaitent sanctionner l’exécutif déclarent que la réforme des retraites pèse dans leur décision. Et 80% de ceux qui souhaitent soutenir l’exécutif disent de même.

Près de la moitié (48%) des Français ayant l’intention d’aller voter déclarent qu’ils se baseront sur le programme et les propositions des candidats aux municipales pour faire leur choix. En tête des sujets à traiter en priorité aux yeux des Français : la sécurité (36%), les impôts locaux et la gestion des finances locales (32%) et la protection de l’environnement (31%).

* Étude réalisée par BVA auprès d’un échantillon interrogé par internet du 6 au 10 février 2020. Échantillon de 1005 personnes âgées de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de l’interviewé, région et catégorie d’agglomération.

Sondage Macron: bientôt plus impopulaire qu’Hollande .

Sondage Macron: bientôt plus impopulaire qu’Hollande .

 

Depuis des semaines Macron enregistre une véritable dégringolade de sa cote de popularité. dans les différents sondages. La cote de confiance d’Emmanuel Macron, et en parallèle celle de son premier ministre, Édouard Philippe, ne cesse de se dégrader. Elle a perdu 8 points depuis septembre 2019 pour atteindre 24 %. Si la tendance se poursuit, il deviendra le président le plus impopulaire, devant François Hollande dont la cote était temporairement remontée après les attentats de janvier 2015.

 

Au-delà de cette contre-performance, le plus embêtant pour Emmanuel Macron reste le départ d’une partie des sympathisants de droite qui le soutenaient jusqu’ici. Ils ne sont plus que 28 % à avoir confiance (-2 points en un mois). De mauvais augure à quelques semaines des élections municipales. Une fuite confirmée par Christian Jacob, le patron des LR, qui avait assuré (Le Figaro Magazine de la semaine dernière): «Les nôtres reviennent à la maison.» Le débat au Parlement sur les retraites promet donc d’être décisif. Les députés LR l’ont bien compris, qui ont décidé d’en faire une bataille projet contre projet pour montrer aux électeurs de droite que leur camp est prêt pour l’alternance.

 

 

Sondage Municipales: les écolos dans le vent

Sondage Municipales: les écolos dans le vent

Près d’un électeur sur deux (45%) pourrait voter pour une liste Europe Ecologie Les Verts aux élections municipales dans les villes de plus de 10.000 habitants, selon un sondage Harris Interactive Epoka publié ce vendredi.

L’enquête porte sur le « potentiel de vote » des listes et non sur des intentions de vote. A la question « pourriez-vous voter pour chacune des listes suivantes ? », la liste EELV devance celles des Républicains (39%), de LaREM (32%), du PS (30%) et du Rassemblement national (26%), selon cette enquête pour TF1, LCI et RTL.

Suivent les listes UDI (24%), La France Insoumise (19%) et Debout la France (19%), Lutte ouvrière (15%) et du PCF (14%).

 

La question a été posée aux personnes inscrites sur les listes électorales des villes de plus de 10.000 habitants.

La sécurité des biens et des personnes sera la principale motivation de 41% des personnes interrogées au moment de voter aux municipales, devant les impôts locaux (33%), la préservation de l’environnement (31%), la qualité des services publics (27%) et la propreté (27%).

 

Enquête réalisée en ligne du 28 au 30 janvier auprès de 603 personnes habitant une commune de 10.000 habitants et plus, issus d’un échantillon de 1.058 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,8 à 4,1 points.

Sondage exécutif: baisse légère

Sondage exécutif: baisse légère

 

31% (-1) des Français interrogés par Elabe pour Les Echos et Radio Classique accordent leur confiance à Emmanuel Macron pour affronter efficacement les problèmes qui se posent au pays. Plus précisément 8% lui font tout à fait et 23% plutôt confiance. Après deux mois d’augmentation (+4 points entre novembre 2019 et janvier 2020), l’amélioration de la confiance à l’égard d’Emmanuel Macron marque donc un arrêt ce mois-ci. Depuis un an, la confiance à l’égard d’Emmanuel Macron évolue entre 27% et 33%. Elle se situe ce mois-ci 2 points au-dessus de celle de François Hollande à la même période de son mandat, ce dernier ayant bénéficié d’un sursaut de mobilisation à son égard suite à l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo (29%, +8 points en février 2015).

La part de Français ne faisant pas confiance à Emmanuel Macron est stable, à 63%, tandis que la part de Français ne lui faisant « pas confiance du tout » – après trois mois d’augmentation – est en baisse de 2 points, à 37%.

D’un point de vue politique, sa cote de confiance progresse auprès de son électorat (76%, +5 points, après une augmentation de 4 points en janvier) et baisse auprès de celui de François Fillon (44%, -7, après une augmentation de 8 points le mois précédent). Elle évolue moins fortement auprès de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon (17%, -3), de Benoît Hamon (19%, +2), de Marine Le Pen (12%, -1) et des abstentionnistes (18%, +1).

En termes socio-économiques, la confiance à l’égard du président de la République est en hausse auprès des professions intermédiaires (34%, +3) et des catégories populaires (23%, +3), tandis qu’elle baisse auprès des cadres (41%, -2) et des retraités (38%, -3).

Dans le contexte de la présentation de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, 28% des Français font « plutôt » (23%) ou « tout à fait » (5%) confiance au Premier ministre pour affronter efficacement les problèmes qui se posent au pays.

A l’inverse, 62% des Français (-1) déclarent ne pas lui faire confiance, dont 35% (-1) « pas confiance du tout ». 10% (+2) ne se prononcent pas ce mois-ci.

D’un point de vue politique, sa cote de confiance progresse nettement auprès de l’électorat d’Emmanuel Macron (74%, +11), et dans une moindre mesure auprès de l’électorat de Marine Le Pen (12%, +4, après une baisse de 8 points le mois précédent). A l’inverse, elle baisse auprès des électeurs de Jean-Luc Mélenchon (13%, -2), de Benoît Hamon (15%, -5), de François Fillon (46%, -8) et des abstentionnistes (12%, -7).

Socialement, la cote de confiance du Premier ministre baisse auprès cadres (34%, -4), mais progresse auprès des catégories populaires (22%, +5). Elle est stable auprès des retraités (41%, =) et des professions intermédiaires (27%, +1).

A la faveur d’une augmentation de 3 points, Nicolas Hulot accroit encore son avance et domine toujours largement le classement des personnalités politiques (50%). Il devance ce mois-ci Jean-Yves Le Drian (31%, +1) et Nicolas Sarkozy (30%, -2). Xavier Bertrand (27%, -3) et Christian Taubira (27% +2) complète le la tête du classement.

Exposées à l’actualité sur différents sujets, Agnès Buzyn obtient 18% d’opinion positive (+2), tandis que Muriel Pénicaud en obtient 12% (-1).

Rachida Dati fait son entrée ce mois-ci dans le classement et recueille 21% d’opinion positive. A titre de comparaison, Anne Hidalgo bénéficie d’un niveau de popularité similaire (21%, -1). Elles devancent toutes deux les autres candidats à la mairie de Paris testés, Cédric Villani (19%, +4) et Benjamin Griveaux (13%, +2). Ces mesures sont calculées sur la France entière et ne sont données qu’à titre indicatif, elle ne représente en aucun cas les rapports de forces en présence pour l’élection du maire de Paris. 

Auprès des sympathisants de gaucheNicolas Hulot enregistre une forte hausse de sa popularité (78%, +18 points) qui dépasse largement la baisse enregistrée le mois précédent (-13 points). Christiane Taubira passe ce mois-ci en deuxième position (54%, +6), suivie d’Olivier Besancenot (50%, -1). Les trois précédents candidats PS à la présidentielle complète le classement : François Hollande (45%, +3), Benoît Hamon (44%, -1) et Ségolène Royal (43%, +6).

Auprès des sympathisants de « La République En Marche ! » et du MoDemJean-Yves Le Drian occupe toujours la tête (68%, +1) et devance Nicolas Hulot (62%, +3), François Bayrou (59%, +8) et Bernard Cazeneuve (59%, +11). Après des hausses marquées le mois précédent François Baroin (41%) et Xavier Bertrand (41%) voient leur cote de popularité fortement baisser (respectivement -15 et -18 points). Enfin, Cédric Villani, suite à son refus d’abandonner la bataille municipale à Paris, est en baisse de 10 points, à 27%.

Auprès des sympathisants de droiteNicolas Sarkozy occupe toujours la premier place (79%, -4) et devance François Baroin (69%, +13). Xavier Bertrand (62%, +2) et Valérie Pécresse (59%, +5) complète le quatuor de tête. De nombreuses personnalités sont en fortes augmentations ce mois-ci, dont notamment Bruno Le Maire (51%, +10), Jean-Michel Blanquer (46%, +10) et Marine Le Pen (37%, +14, après une baisse de 12 points en janvier).

Auprès des sympathisants du Rassemblement National, Marine Le Pen accroît encore son avance (96%, +2) et devance toujours Marion Maréchal (77%, -9, après une augmentation de 10 points le mois précédent). Nicolas Sarkozy se classe ce mois-ci 3ème (43%, +4). Après une baisse de 9 points en janvier, Nicolas Dupont-Aignan baisse encore de 12 points ce mois-ci (34%).

Sondage parti d’opposition: 41% aucun, 25% RN et LFI 13%.

Sondage parti d’opposition: 41% aucun, 25% RN et LFI 13%.  

D’après un sondage Elabe pour BFM, 4 Français interrogés sur 10 (41%) déclarent qu’aucun mouvement politique ne parvient à incarner l’opposition à l’exécutif à leurs yeux. Un chiffre similaire à celui enregistré en septembre 2019 par Elabe, à la même question.

Le premier parti cité à cette question est le Rassemblement National (RN). Il est pour 25% des Français interrogés (+1% par rapport au même sondage en septembre 2019), le principal groupe politique d’opposition. Le parti d’extrême droite est nettement devant La France Insoumise (LFI) à 13% (-1%). Le parti Les Républicains (LR) est lui cité par 7% (-1%) des personnes interrogées, alors qu’Europe Ecologie / Les Verts (EELV) l’est par 5% (=).

À noter que le RN de Marine Le Pen est le premier groupe politique cité comme principale force d’opposition quelle que soit la catégorie professionnelle des Français interrogés.

Il ressort que des catégories de la population sont particulièrement représentées chez certains partis. Ainsi, les personnes se sentant proches du RN sont plus nombreuses au sein des ouvriers (23%), les personnes âgées de plus de 65 ans se sentent plus proches de LaREM ou de LR (16% et 18%). LFI fédère avant tout les moins de 25 ans, et enfin les professions intermédiaires expriment une plus forte proximité avec EELV que la moyenne (14%).

Etude ELABE réalisée pour BFMTV sur un échantillon 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet les 4 et 5 février 2020.

Sondage élections municipales : la république en marche à seulement 18 %

Sondage élections municipales : la république en marche à seulement 18 %

Sans doute pour une des rares fois, l’élection municipale va constituer aussi un enjeu national puisque selon une enquête 30 % des Français veulent en profiter pour régler des comptes avec Macron. Au total ,la république en marche devrait voir son score se situer seulement à 18 %. La confirmation que la république en marche est largement minoritaire dans le pays même si l’addition de toutes les oppositions ne peut constituer une alternative politique en regard des contradictions dont elles sont porteuses. Trois Français sur dix (30%) veulent en effet sanctionner Emmanuel Macron et le gouvernement lors des élections municipales de mars, mais une forte majorité entend se prononcer uniquement sur des enjeux locaux, selon un sondage Odoxa-CGI* diffusé mardi. Ils ne sont que 12% à vouloir soutenir l’exécutif et 58% ne voteront qu’en fonction d’enjeux spécifiques à leur commune.

Si le premier tour avait lieu dimanche, 18% des Français interrogés (inscrits sur les listes électorales et qui comptent aller voter) voteraient pour une liste La République en marche alliée au MoDem. C’est 4 points de moins que le score de LREM aux européennes de mai 2019, selon cette enquête pour la Presse régionale, France Inter et L’Express. Viennent ensuite les listes du Rassemblement national avec 14% d’intentions de vote, devant celles des Républicains et d’Europe Écologie Les Verts, toutes deux à 13,5%, puis celle du PS (11%) et de La France Insoumise (7%).

Ils sont 19% a vouloir voter pour une liste sans étiquette politique et 25% n’ont pas exprimé d’intentions de vote. Enfin, un Français sur deux (52%) souhaite la réélection de son maire actuel, contre 47% qui veulent en changer.

L’exécutif ne semble pas subir le contrecoup de plus d’un mois de conflit social contre la réforme des retraites. La popularité d’Emmanuel Macron est en hausse de 3 points en un mois à 36%, mais 64% (-3) considèrent qu’il n’est pas un bon président de la République. La cote d’Edouard Philippe est également en légère hausse à 36% (+1), mais près de deux Français sur trois (63%, -2) ont une opinion négative du chef du gouvernement. Nicolas Sarkozy est en tête des personnalités politiques dont les Français ont une opinion positive (32%, +1) devant Xavier Bertrand (27%, +1) et Jean-Yves Le Drian (27%, +2).

*Enquête réalisée en ligne les 22 et 23 janvier auprès de 1.002 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.

Sondage Macron- sa popularité victime de la réforme des retraites

Sondage Macron- sa popularité victime de la réforme des retraites

 

Selon un sondage Elabe , 62% des Français se déclarent déçus, 14% jugent son action satisfaisante et 24% lui accordent le bénéfice du doute en estimant qu’il est prématuré de se prononcer sur ce point-là. Un chiffre en hausse, qui « s’observe auprès de l’ensemble des catégories de populations, hormis chez les cadres et les retraités ». 61% des personnes interrogées estiment par ailleurs que le président de la République devrait prendre en compte la contestation de la réforme des retraites et retirer le projet.

Ce n’est pas une nouveauté, mais la cote de popularité d’Emmanuel Macron n’est pas au beau fixe, indique notre dernier sondage réalisé par l’institut Elabe pour BFMTV et publié ce mercredi.

Ainsi, selon cette étude, 61% des personnes interrogées estiment que la contestation actuelle de la réforme des retraites devrait être davantage prise en compte par le chef de l’État et qu’il devrait retirer ce projet, alors qu’il doit être présenté en conseil des ministres vendredi.

« À l’inverse, 39% estiment qu’il a raison de faire cette réforme et qu’elle était dans son programme. C’est notamment le cas des retraités et des cadres », développe Elabe.

Au sujet de cette réforme, Emmanuel Macron est soutenu par 74% de ses électeurs du premier tour de la présidentielle de 2017 interrogés et 62% de ceux de François Fillon.

Sondage Retraites :le mouvement va continuer pour 70% Français

Sondage Retraites :le mouvement va continuer pour 70% Français

 

70 % des Français pensent que le mouvement est loin d’être terminé même s’il prend désormais d’autres formes que la grève traditionnelle. L’examen par le Parlement risque en effet de constituer un long chemin de croix pour le pouvoir avec des contradictions dans son propre camp. Selon le dernier baromètre BVA pour La Tribune, RTL et Orange, 70% des Français pensent que le mouvement de protestation va se poursuivre contre la réforme des retraites. À l’opposé, ils sont 29% à penser que cette dynamique va s’arrêter. Alors que l’exécutif doit présenter le projet de loi sur la réforme des retraites ce vendredi à l’issue du conseil des ministres, les Français ne semblent pas convaincus par les concessions et les méthodes présentées par Edouard Philippe.

Si la grève dans les transports a clairement marqué le pas, les modes d’action ont changé de nature. Toute la semaine, des opérations souvent spectaculaires ont été menées par les avocats, les professions médicales, les enseignants mais aussi dans les ports ou les gares. Les foyers de contestation continuent à attiser la défiance après sept semaines de mobilisation et plus de 40 jours de grève.

Les résultats communiqués par BVA mettent en exergue certaines disparités. Ainsi, 76% des professions intermédiaires sont convaincues que les contestations devraient continuer dans les semaines à venir. Ils sont 72% chez les employés et ouvriers, 70% chez les cadres. Le score le plus faible (66%) apparaît chez les retraités.

L’âge peut également avoir une influence sur les résultats. Ils sont 74% chez les 50-64 ans à juger que le mouvement de protestation va se poursuivre, 71% chez les 35-49 ans et 70% chez les moins de 35 ans. Le niveau le plus bas est une nouvelle fois atteint chez les plus de 65 ans, une catégorie qui n’est pas concernée par le projet de l’exécutif.

(*) Méthode : Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet du 22 au 23 janvier 2020. Elle s’appuie sur un échantillon de 1.005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage et de la personne interrogée, région et catégorie d’agglomération.

 

SONDAGE: une majorité contre les réformes de Macron

SONDAGE: une majorité contre les réformes de Macron

Pour une majorité, non seulement Macron n’a pas réussi les réformes passées mais on ne croit pas aux réformes futures. La capacité réformatrice du pouvoir en place est gravement remise en cause tant sur les aspects économiques, sociaux que sociétaux.

Selon les résultats du Tableau de bord No Com-Ifop-JDD, un tiers seulement des Français considèrent que le pays « s’est transformé » depuis le début du quinquennat (33%) et un peu moins en ressentent « des effets positifs » pour eux-mêmes (29%, - 4 par rapport à la vague précédente, en juin 2019) et seuls 43 % en attendent pour l’avenir (- 5). À la question : « Croyez-vous que la France va réussir à se transformer dans les prochaines années? », la réponse n’est d’ailleurs positive que pour 39 % de nos concitoyens, alors que l’optimisme était majoritaire en mai 2017 (53%).

Signe que le désenchantement l’emporte : tous les indicateurs relevés par l’Ifop virent de nouveau au rouge, après une amélioration sensible l’été dernier qui laissait envisager une sortie par le haut de la crise des Gilets jaunes. Ainsi, l’orientation de la politique ­actuelle n’est approuvée en matière de sécurité qu’à 42% (- 11), pour baisser les impôts qu’à 38% (- 12), pour la qualité de l’école qu’à 38% aussi (- 20), sur le pouvoir d’achat qu’à 31% (- 13), contre l’islamisme radical qu’à 30% (- 11).

 

Enquête Ifop pour No Com menée par questionnaire auto-administré en ligne du 13 au 18 décembre 2019 auprès d’un échantillon de 2.009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

 

 

SONDAGE. Retraites : 63% des Français contre l’âge pivo

SONDAGE. Retraites : 63% des  Français contre  l’âge pivot

65 % des Français sont contre la création d’un âge d’équilibre à 64 ans assorti d’un système de bonus-malus, que le gouvernement a décidé in extremis samedi de retirer des projets de loi sur les retraites. Selon un sondage IFOP6JDD, réalisé vendredi avant cette annonce de l’exécutif, ce dispositif est même désapprouvé par une majorité des sympathisants Les Républicains (55%), pourtant partisans d’une réforme des retraites, ainsi que par 71% de ceux du ­Rassemblement national, 84% de ceux du Parti socialiste et 89% de La France insoumise. Il n’est majoritairement soutenu, à 64%, que par les sympathisants de La République en marche.

 

Divisés en deux blocs équivalents sur la mise en place d’un système par points, les Français approuvent en revanche massivement, à 63%, la suppression des régimes spéciaux. La mesure est plébiscitée dans toutes les catégories de population, hormis les partisans de La France insoumise.

Alors que les grèves contre la réforme des retraites entrent dans leur 39e jour, 30% des ­Français soutiennent le mouvement, un chiffre en forte augmentation, de cinq points en une semaine. Ils sont 19% à exprimer aussi de la « sympathie » pour les grévistes, quand 19% s’y déclarent « opposés » (+1 point) et 15% « hostiles » (- 4 points).  »La situation reste bloquée dans l’opinion publique », juge Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop.

Une fois passé l’agacement suscité par les perturbations dans les transports au moment des fêtes de fin d’année, « on retrouve des niveaux de soutien équivalents à ce qu’ils étaient avant les vacances ; le gouvernement n’a pas perdu la bataille de l’opinion, mais la poursuite du conflit le ­fragilise », note-t‑il.

Le souhait que le gouvernement aille au bout de sa réforme reste minoritaire chez les Français, à 43%, en léger recul de deux points par rapport à il y a une semaine. Pour autant, l’opinion demeure convaincue, à 72%, de la détermination du gouvernement à mener à bien son projet, sans céder aux mobilisations et grèves.

 

Enquête Ifop pour Le Journal du Dimanche menée par questionnaire auto-administré en ligne du 9 au 10 janvier 2020 auprès d’un échantillon de 1.007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. La marge d’erreur de ce sondage est de + ou – 1,4 point pour les résultats de 5% ou 95%, + ou – 1,8 point pour ceux de 10% ou 90%, + ou – 2,5 points pour ceux de 20% ou 80%, + ou – 2,8 points pour ceux de 30% ou 70%, + ou – 3 points pour ceux à 40 ou 60% et + ou – 3,1 points pour ceux à 50%.

 

Sondage: grosse chute de Macron, à 25% seulement

Sondage: grosse chute de Macron, à 25% seulement 

Un sondage très peu repris par les grands médias sous domination de la finance qui montre que Macron paye lourdement la facture de son incompétence et de ses provocations à propos des retraites. Pour le  dernier baromètre YouGov réalisé du 6 au 7 janvier, Emmanuel Macron voit sa popularité chuter de 4 points, pour s’établir à 25% d’opinions favorables, contre 29% au mois de décembre.

 

Une chute brutale qui intervient alors que la grève contre la réforme des retraites s’enlise, et que les tractations avec les syndicats réformistes sur l’âge pivot patinent.

De son côté, le premier ministre accuse une baisse -moins sévère- de 2 points sur le mois.

“Malgré une hausse de 5 points auprès des sympathisants de Gauche (26% d’opinions favorables), le chef de l’Etat baisse auprès de l’ensemble des autres franges de l’opinion”, note l’institut de sondage. Emmanuel Macron a néanmoins encore de la marge avant de retrouver l’impopularité qui s’exprimait au plus fort de la crise des gilets jaunes, quand sa cote flirtait avec les 20% d’opinions favorables.

En cette rentrée 2020, la popularité du chef de l’État est dans la moyenne qu’il enregistre depuis la révélation de l’affaire Benalla en juillet 2018.

Difficile de ne pas lier cette glissade à la gestion de la réforme des retraites. Surtout que dans le détail, Emmanuel Macron perd 15 points auprès des électeurs de droite, après avoir progressé de 12 points dans cette frange de l’opinion le mois précédent. Un rééquilibrage qui peut s’expliquer par les concessions faites à certaines catégories professionnelles qui échappent déjà au régime universel, la disparition des régimes spéciaux étant un marqueur fort à droite. Édouard Philippe enregistre d’ailleurs une chute similaire sur cette frange de l’opinion.

 

Le chef de l’État semble également payer son absence dans les débats, alors que le pays vit sa plus longue grève depuis mai 68.

 

À l’inverse, Édouard Philippe, qui est en première ligne sur le front syndical et médiatique, accuse dans ce dernier baromètre une baisse moins importante.

Emmanuel Macron voit aussi sa cote baisser au sein de son cœur électoral. En un mois, le chef de l’État perd 9 points chez les sympathisants du centre, et plus spécifiquement 3 points chez ceux de La République en Marche. Une tendance qui pourrait s’expliquer par la crispation autour de l’âge pivot, une mesure rejetée par 34% des sympathisants LREM.

Sondage vœux Macron 2020:pas convaincant pour 76% (Odoxa)

Sondage vœux Macron 2020:pas convaincant pour 76%  (Odoxa)

Un score sans appel puisque 76 % des Français n’ont pas jugé convaincants le propos de Macron pour ses vœux 2020. Pas étonnant, Macron est apparu coincé comme un jeune évangéliste qui tenterait de se convaincre lui-même de son propre discours. Une prestation très triste, convenue manquant sérieusement de charisme. Le moins qu’on puisse dire c’est que le discours de Macron n’était guère enthousiasmant, guère novateur encore moins mobilisateur. Un schéma ultra classique d’abord pour se féliciter de l’action menée jusque-là, ensuite la description d’un environnement socio-économique idyllique qui n’existe que dans la tête de Macron, enfin l’affirmation de la poursuite des grandes réformes. À peine une petite ouverture sur les retraites où  Macron était attendu.  Il faudra faire vite a-t-il seulement indiqué renvoyant ainsi la patate chaude à Édouard Philippe.

Macron  se réserve sans doute ainsi une porte de sortie en ne s’impliquant pas trop dans une situation complètement bloquée. Si le climat devait se durcir et si l’opinion , comme ses probable, fait plonger la popularité de Macron, il sera toujours temps de se séparer de ce premier ministre qui il faut bien le dire à créé une véritable pagaille avec son idée d’âge pivot transformant ainsi la réforme d’un système en mesure financière punitive pour tous.

Une bavure qui s’ajoute au manque de préparation d’une réforme qui révèle par exemple tout d’un coup qu’l il faudrait augmenter les enseignants pour un montant de 10 milliards par an, si on ne veut pas les léser en matière de retraite. Si on ajoute à cette somme le coût des exceptions déjà accordées et de celles qui sont prévisibles on doit sans doute atteindre ainsi de 20 milliards. Bref finalement la réforme de retraite de Macron serait comme celle de Sarkozy, elle coûtera plus cher que le système actuel.

Visiblement, Macron paraissait très coincé dans le climat actuel. Sans doute pourquoi il  s’est limité pour les vœux à un exercice ultra traditionnel sans originalité et sans grande dimension. Une sorte de discours évangélique de jeune curé de campagne un peu coincé .

Sondage retrait de la réforme des retraites : 75 % des Français pour

Sondage retrait de la réforme des retraites : 75 % des Français pour

 

Un  sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info étude révèle que 75% des Français estiment que le gouvernement doit abandonner ou modifier son projet. Une mesure en particulier cristallise le débat: 46% sondés (+4% par rapport au 19 décembre) réclament le retrait du fameux âge pivot, fixé à 64 ans par l’exécutif. À peine annoncée par Édouard Philippe, cette mesure d’économie, qui vise à maintenir l’équilibre du système, avait été immédiatement qualifiée de «ligne rouge» par le numéro un de la CFDT, Laurent Berger.

Enfin, malgré leur soutien persistant au mouvement social, les Français ne plébiscitent aucun camp pour incarner la sortie de crise: que ce soit la CGT (63% de mauvaises opinions) ou le premier ministre Édouard Philippe (67% de mauvaises opinions), personne n’emporte l’adhésion. Idem pour le chef de l’État, Emmanuel Macron, dont les vœux du 31 décembre n’ont pas du tout convaincu. Au point que trois quarts des Français (75%) disent ne pas avoir été satisfaits par son allocution télévisée, et considèrent qu’il n’a ni «cherché à apaiser les Français» (57%), ni montré «qu’il était prêt à trouver des solutions au conflit actuel» (70%). Quant aux partis d’opposition, ils ne tirent pas non plus leur épingle du jeu: 75% des Français ont une mauvaise opinion de leur attitude dans ce conflit.

 

 

Sondage Popularité : Macron va replonger

Sondage Popularité : Macron va replonger

 

Suite au mouvement des gilets jaunes, Macron avait perdu une dizaine de points  de popularité il y a un an. De 30 %, il  était passé à autour de 20 %. Péniblement -avant le mouvement social relatif aux grèves- il a récupéré son niveau antérieur. Depuis plusieurs mois toutefois,  la tendance baissière est nettement engagée et il devrait ce retrouver rapidement autour des 20 % dans les semaines à venir. dans le  dernier baromètre Ipsos de décembre  publié par Le Point . Édouard Philippe et Emmanuel Macron perdent tous les deux 4 points.

Les grèves ont bien  un impact direct sur la popularité des deux têtes de l’exécutif, telle qu’elle a été mesurée par Ipsos pour Le Point le week-end du 14-15 décembre. Le président de la République et le Premier ministre perdent chacun 4  % d’opinons favorables – et 7 et 6  % depuis septembre. La baisse est marquée autant chez les actifs que chez les retraités. Plus préoccupant, elle touche des populations qui sont, naturellement, proches de l’exécutif. La chute est forte chez les habitants des grandes villes notamment à Paris. A noter une perte   de 12 points chez les bacs+2 et plus. C’est le cœur de l’électorat macroniste qui est en train de s’éroder sous le choc de la réalité : une réforme illisible, anxiogène et portée un ministre qui a dû démissionner pour avoir menti sur ses liens avec les assurances et ses revenus.

 

 

 

Précisément , Emmanuel Macron a remonté sur l’année dans les  baromètres de popularité  mais depuis octobre il a perdu en moyenne quatre points.

  • Le baromètre IFOP pour le JDD, publié chaque mois dans nos colonnes, le crédite désormais de 34% d’avis favorables. Il était à 23% en décembre 2018 mais à 52% en décembre 2017.
  • L’IFOP réalise également une enquête pour Paris Match et Sud Radio, en mesurant plus précisément « l’approbation de son action ». Il est mesurée à 35% contre 23% en décembre 2018.
  • S’agissant de l’institut Elabe pour Les Echos et Radio Classique, Emmanuel Macron est à 30% de confiance, contre 23% en décembre 2018.
  • Le baromètre Ipsos pour Le Point fait état de 29% d’avis favorables, contre 20% en décembre 2018.
  • Le Kantar Sofres-One Point pour Le Figaro Magazine évalue la confiance au Président à 27%, contre 21% en décembre 2018.

Après deux ans et demi d’exercice du pouvoir, Emmanuel Macron a une popularité supérieure à François Hollande mais inférieure à celle des autres chefs d’Etat à la même époque. Il est toutefois proche du niveau de Nicolas Sarkozy, François Mitterrand et Valéry Giscard D’Estaing, selon le baromètre IFOP/JDD existant depuis 1958.

 

Sondage popularité Macron: nouvelle chute de 4 points passée sous silence dans de nombreux médias

Sondage popularité Macron: nouvelle chute de 4 points passée sous silence dans de nombreux médias

 

Sans doute pour ne pas désespérer l’opinion publique vis-à-vis de la crédibilité des réformes en cours notamment de celles des retraites, la plupart des médias ont snobé la  nouvelle chute de 4 points de Macron  dans le  dernier baromètre Ipsos de décembre  publié par Le Point . Édouard Philippe et Emmanuel Macron perdent tous les deux 4 points. Pourtant les médias  avaient largement repris le sondage bidon du JDD du mois dernier qui annonçait une remontée de 1 point de Macron. Une remontée pour le moins suspecte mais qu’on comprend mieux quand on sait que le JDD de Bolloré est l’un  des meilleurs supports de propagande de Macron. Le rédacteur en chef de ce journal ne se prive pas de se déclarer officiellement macroniste et d’intervenir publiquement à ce titre.. Le dernier sondage en date montre cependant une chute de Macron

.

Les grèves ont bien  un impact direct sur la popularité des deux têtes de l’exécutif, telle qu’elle a été mesurée par Ipsos pour Le Point le week-end du 14-15 décembre. Le président de la République et le Premier ministre perdent chacun 4  % d’opinons favorables – et 7 et 6  % depuis septembre. La baisse est marquée autant chez les actifs que chez les retraités. Plus préoccupant, elle touche des populations qui sont, naturellement, proches de l’exécutif. La chute est forte chez les habitants des grandes villes notamment à Paris. A noter une perte   de 12 points chez les bacs+2 et plus. C’est le cœur de l’électorat macroniste qui est en train de s’éroder sous le choc de la réalité : une réforme illisible, anxiogène et portée un ministre qui a dû démissionner pour avoir menti sur ses liens avec les assurances et ses revenus.

 

SONDAGE grèves retraites : le tripatouillage des médias

SONDAGE  grèves retraites : le tripatouillage  des médias

 

Les  médias ( dont les journalistes sont pour la plupart en vacances) reprennent bêtement le sondage du JDD pour la soutien à la grève . Pourtant 68% soutenaient la grève selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé il y a quelques jours  pour Le Figaro et France Info, mais le JDD annonce curieusement qu’ ils ne sont que 31% des personnes interrogées par l’IFOP .  

« C’est le plus bas niveau de soutien depuis le début du mouvement, il y a deux semaines  » affirme encore le JDD. Bien entendu,  les sondages évoluent mais là on a perdu en route 37 % ! L’explication n’est pas tellement méthodologique mais surtout politique. Le JDD appartient à Lagardère, un des soutiens inconditionnels à Macron. Le rédacteur en chef du JDD se déclare d’ailleurs officiellement macroniste  et ne cache pas ses opinions dans ses différentes apparitions notamment sur les chaînes d’information continue. Même tonalité dans plusieurs médias désormais détenus par les financiers qui ont soutenu Macron.  Lagardère, patron du JDD,  qui n’a jamais fait dans la dentelle dans ses médias sait parfaitement que la bataille de la retraite se jouera sur la question du soutien de l’opinion publique. Du coup, on n’hésite pas à tordre les sondages. Pas étonnant que le JDD sorte de cocktail du sensationnalisme, sur fond de soutien au  pouvoir perde autant de lecteurs depuis des années. On trouve là les raisons du rachat de la plupart des médias par les financiers; en même temps que  la raison de la désaffection du public pour ces médias très orientés.

D’après le sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour Le Figaro et France Info  Depuis le 5 décembre, près d’un Français sur deux (48 %) et une large majorité de Parisiens (78 %) ont subi les perturbations liées au mouvement de grève. Pourtant, 66 % des Français continuent d’estimer que ce mouvement contre le projet de réforme des retraites est justifié. La raison de ce paradoxe: «Une majorité de Français ne fait pas confiance au gouvernement pour la mise en place d’un nouveau système, et l’âge pivot ou d’équilibre passe très mal, explique Céline Bracq, directrice générale de l’institut Odoxa. C’est surtout la jeune génération (née en 1975 ou après), concernée par la réforme qui trouve le mouvement justifié (78 %), tandis que leurs aînés ne sont que 57 % à le dire.»Cette réforme et son point cardinal, l’instauration d’un système universel avec des règles communes de calcul des pensions, ne recueille l’assentiment que d’une faible minorité de Français (23 %). Selon les autres, il faut que le gouvernement renonce à la réforme (35 %), comme le demande la CGT de Philippe Martinez, ou qu’il la modifie en abandonnant la piste d’un âge pivot de 64 ans nécessaire pour toucher une retraite à taux plein (42 %), comme le réclame la CFDT de Laurent Berger.

Alors que le gouvernement s’évertue à affirmer qu’il n’est pas question de toucher à l’âge légal, «la mesure de l’âge pivot est bel est bien assimilée à un recul de l’âge de départ à la retraite, analyse Céline Bracq. Les Français en veulent d’autant moins qu’elle n’avait pas été annoncée par le candidat Emmanuel Macron».

12345...58



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol