Archive pour le Tag 'sondage'

Sondage déconfinement :79% favorables

Sondage déconfinement :

selon le baromètre quotidien CoviDirect OpinionWay-Organ’Ice pour « Les Echos » ,  pas moins de 79 % des Français sont ainsi favorables à la limitation à 10 personnes des rassemblements sur la voie publique. Une hausse de 2 points par rapport à la fin avril. Seuls 18 % y sont opposés. Les personnes qui se disent favorables à la fermeture des cafés et restaurants« jusqu’à début juin au moins » restent majoritaires, à 55 %, malgré une baisse de 7 points depuis la fin avril. Même le maintien de la fermeture des parcs et jardins en zone rouge et la limitation des déplacements à moins de 100 kilomètres du domicile, qui font l’un comme l’autre polémique , divisent. Ces mesures sont approuvées par 51 % des Français. Dans tous les cas, la part de ceux qui sont « tout à fait opposés » à la poursuite de ces restrictions ne dépasse pas celle de ceux qui y sont « tout à fait favorables ».

Même  volonté de prudence, sur fond d’inquiétude persistante vis-à-vis du Covid-19 et de défiance à l’égard de l’exécutif (57 % n’ont pas confiance en lui pour limiter les effets de l’épidémie), et même doute partagé sur opportunité des élections municipales.

 

SONDAGE popularité: Macron baisse de 3 points

SONDAGE popularité: Macron baisse de 3 points

 

Selon le sondage IFOP du JDD, Macron perd encore trois points de popularité tandis que son Premier ministre en gagne deux points . L’écart se creuse et pourrait à terme alimenter les dissensions existantes entre l’Élysée et Matignon.. Ce n’est sans doute pas un hasard si Macron ses transformé en premier ministre et un ministre de l’industrie pour présenter dès la semaine prochaine le plan de sauvetage de l’automobile. Le problème, c’est que plus Macon s’agite et plus sa confiance s’effrite. L’inverse pour Édouard Philippe qui paraît plus mature et moins agité. Macron voit donc sa popularité chuter de trois points en un mois, avec 39% de satisfaits et 60% de mécontents, son Premier ministre Edouard Philippe, lui, en gagne deux, pour atteindre 46% de bonnes opinions, selon notre baromètre IFOP. Les Français saluent la gestion de la crise du coronavirus par le chef du gouvernement et apprécient ses discours clairs et son ton juste. Edouard Philippe vit « un petit état de grâce », selon le directeur général adjoint de l’IFOP Frédéric Dabi.

* L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1.918 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du jeudi 14 au samedi 23 mai 2020.

Sondage Coronavirus Europe : les Français les plus critiques

Sondage Coronavirus Europe : les Français les plus critiques

 

 

selon un sondage Odoxa pour Le Figaro et France Info une  majorité d’Européens estime que leur gouvernement a été «à la hauteur» mais en France  34% d’entre eux ont une opinion favorable de l’action de l’exécutif.

C’est pire que les Britanniques, qui au contraire plébiscitent à 63% leur premier ministre Boris Johnson – pourtant versatile dans sa gestion de l’épidémie - et pire que l’Italie, pays pendant longtemps le plus touché du monde. La défiance des Français se situe au niveau de celle des Espagnols, état plus impacté que la France en nombre de cas et de morts et où le confinement s’est fait plus dur encore.

À leurs yeux, seuls les maires sont plébiscités par 75% d’entre eux. Un motif de satisfecit pour les nombreux édiles en première ligne, souvent proactifs et à l’initiative dans la gestion de la crise, notamment pour les commandes de masques et de tests. Les entreprises sont également saluées par 69% des Français, soit quatre points au-dessus de la moyenne européenne.

Aux rayons des critiques adressées à leurs dirigeants, les Français sont systématiquement deux fois plus sévères que leurs voisins européens. Entre impéritie de l’exécutif et manque de clarté, 75% d’entre eux estiment que le gouvernement ne leur a «pas dit la vérité», 74% pensent qu’il n’a «pas pris les bonnes décisions au bon moment», et trois-quarts regrettent encore qu’il «n’ait pas fait ce qu’il fallait pour aider les hôpitaux et les soignants».

Au moment où des plaintes contre des membres du gouvernement se multiplient, entre autres pour faire la lumière sur la gestion des masques, une majorité de Français jugent que leurs dirigeants «n’ont pas pris la mesure de la gravité de la situation», quand les Européens sont seulement 37% à le penser.

dans  un sondage Ifop pour le JDD et Sud Radio publié dimanche, près de 50% de Français indique la lutte contre le chômage et la lutte contre la précarité comme «tout à fait prioritaires». Signe donc qu’après la santé, la situation économique fait figure de préoccupation première. D’autant qu’en France, la hausse du chômage couplée à un niveau de défiance record laisse présager d’une nouvelle crise sociale

Sondage déconfinement: autour de 60 % ne font pas confiance au gouvernement

Sondage déconfinement: autour de 60 % ne font pas confiance au gouvernement

D’après le  sondage Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo il sont  58 %  à ne pas faire confiance à l’exécutif pour le réussir. Pour autant, ils laissent de grandes latitudes au premier ministre sur les modalités de mise en œuvre de l’opération, prêts à ce que le déconfinement soit adapté au cas par cas. Voilà l’enseignement paradoxal d’un sondage Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo.

 «C’est une exception bien française en Europe, souligne l’institut Odoxa. Les Français ne font structurellement pas confiance à leur gouvernement dans toute la gestion de la crise sanitaire.» Signe de cette défiance, les Français sont persuadés que la sécurité promise pour le déconfinement ne sera pas au rendez-vous que ce soit dans les écoles (69 %) où les transports (74 %).

Sur ce dernier point, la défiance est d’autant plus forte que l’on se rapproche des grands centres urbains, à commencer par la région parisienne où la densité des transports est plus forte que dans le reste de la France. «80 % des “Parisiens” se montrent pessimistes à ce sujet», souligne ainsi l’étude.

À l’évidence, le gouvernement n’a pas réussi à convaincre les Français que le 11 mai se traduirait par une plus grande disponibilité de masques sanitaires ou de tests de dépistage du Covid-19. «Initialement confiants dans le gouvernement lors de l’annonce du confinement le 16 mars, les Français ne lui font plus confiance depuis le 27 mars, date à partir de laquelle ils ont été persuadés que le gouvernement leur avait menti sur les masques», note l’étude.

Economie SONDAGE consommation : les Français très prudents

Economie SONDAGE consommation : les Français très prudents

D’après Un sondage* réalisé par l’Ifop pour BNP Paribas Real Estate , les Français ont été économes depuis le 17 mars et vont continuer sur cette lancée. Ils ne sont que 16% à se dire prêts et impatients de consommer à l’issue de la période de confinement, le 11 mai. Ce chiffre grimpe, toutefois, à 30% pour les plus hauts revenus.

Leurs dépenses prioritaires porteront sur les départs en week-end et une visite chez le coiffeur, à quasi-parité d’intentions. Sortir au restaurant ou dans des bars n’arrive qu’en troisième position. L’achat d’équipements informatiques, de livres et DVD, le sport et les sorties culturelles ferment le classement. Signe que la peur de la contamination reste un frein pour ces deux dernières catégories de dépenses ainsi que la probabilité que de nombreuses manifestations sportives et culturelles restent durablement hors limite.

Concernant les vacances d’été, 46% des sondés déclarent qu’ils ne partiront pas.

L’enquête a été réalisée en ligne auprès d’un échantillon de 1.501 personnes âgées de plus de 18 ans du 28 au 29 avril 2020 sur la base d’un questionnaire auto-administré.

SONDAGE consommation : les Français très prudents

SONDAGE consommation : les Français très prudents

D’après Un sondage* réalisé par l’Ifop pour BNP Paribas Real Estate , l es Français ont été économes depuis le 17 mars et vont continuer sur cette lancée. Ils ne sont que 16% à se dire prêts et impatients de consommer à l’issue de la période de confinement, le 11 mai. Ce chiffre grimpe, toutefois, à 30% pour les plus hauts revenus.

Leurs dépenses prioritaires porteront sur les départs en week-end et une visite chez le coiffeur, à quasi-parité d’intentions. Sortir au restaurant ou dans des bars n’arrive qu’en troisième position. L’achat d’équipements informatiques, de livres et DVD, le sport et les sorties culturelles ferment le classement. Signe que la peur de la contamination reste un frein pour ces deux dernières catégories de dépenses ainsi que la probabilité que de nombreuses manifestations sportives et culturelles restent durablement hors limite.

Concernant les vacances d’été, 46% des sondés déclarent qu’ils ne partiront pas.

L’enquête a été réalisée en ligne auprès d’un échantillon de 1.501 personnes âgées de plus de 18 ans du 28 au 29 avril 2020 sur la base d’un questionnaire auto-administré.

Sondage Macron: recul en d’avril

 

D’une manière générale plus de 60 % des Français ne font pas confiance au gouvernement pour gérer la crise sanitaire. Par ailleurs la cote de popularité de Macron et du gouvernement s’affaiblit encore.

  • Macon perd un point dans le baromètre Ifop-JDD (de 43% à 42%), deux points chez BVA (40 à 38%), six points selon Ipsos (44% à 38%) et huit points chez Harris Interactive (de 51% à 43%), tous les quatre publiés depuis la mi-avril – et même ce vendredi pour Harris.
  • Il chute de 6 points dans le Kantar One-Point du mois de mai, qui a déjà été réalisé (de 47% à 41%) et qui comptera donc pour la prochaine vague.

Rappelons aussi que les différences d’une enquête à l’autre peuvent relever soit de la méthodologie utilisée par chacun des instituts (mode de collecte, taille et « redressement » de l’échantillon…) et surtout de la question exacte qui est posée…. sans parler des liens particuliers entre les financiers qui détiennent les médias et le pouvoir !

Sondage Coronavirus et déconfinement : 62 % n’ont pas confiance

Sondage Coronavirus et déconfinement : 62 % n’ont pas confiance

 

62% ne font pas confiance au gouvernement pour réussir le déconfinement, indique le baromètre politique Odoxa-CGI pour France Inter, L’Express et la Presse Régionale publié mardi. À la tribune, le premier ministre devra donc prouver aux Français les bienfaits du plan du gouvernement.

La cote de popularité d’Emmanuel Macron a elle gagné 4 points en avril et 9 points depuis mars et le début de la crise sanitaire, surtout chez les sympathisants PS et LR (+17), qui modèrent leurs critiques à cause de la crise sanitaire. Mais ils sont encore 58% (-4) à trouver qu’il est un «mauvais» président contre 42% (+4) qui le jugent un «bon» président. Edouard Philippe s’en sort mieux, avec une cote en hausse de 5 points en avril et de 11 points en deux mois. Mais il reste lui aussi majoritairement impopulaire (53% contre 46%). Pour près des deux-tiers des Français (65%), l’exécutif «n’est pas à la hauteur de la situation» depuis le début de la crise sanitaire, le même pourcentage que le mois dernier.

 

Sondage gouvernement : Baisse de la confiance

Sondage gouvernement : Baisse de la confiance

Grosse dégringolade de la confiance des Français dans la capacité du gouvernement à gérer la crise sanitaire La confiance en l’exécutif pour lutter contre la pandémie de coronavirus s’érode alors que la période délicate du déconfinement s’amorce.

Selon Elabe pour BFMTV, 62% des personnes interrogées déclarent ne pas avoir confiance en Emmanuel Macron et le gouvernement d’Edouard Philippe, ce qui constitue une hausse de 7 points par rapport à la dernière enquête d’opinion réalisée sur ce point, en date du 21 avril dernier.

Le plan de déconfinement présenté par Edouard Philippe n’emporte pas la même adhésion selon qu’il s’agit de son volet sanitaire ou de son volet économique.

Ainsi, d’après l’enquête d’opinion d’Elabe, sept Français sur dix se disent convaincus par les mesures économiques du plan. Mais seulement un Français sur deux se déclare satisfait du pan sanitaire: ils ne sont que 51% à estimer que ce plan va permettre de garantir la sécurité sanitaire de la population.

Sur le volet sanitaire également, les Français interrogés pour les besoins du sondage ne sont que 27% à afficher leur confiance dans la capacité de l’exécutif pour distribuer des masques à toute la population. Elabe pour BFMTV – Sondage Elabe pour BFMTV du 29 avril 2020.

Sondage réalisé par l’institut Elabe pour BFMTV selon la méthode des quotas, sur un échantillon représentatif de la population française de 1000 personnes. Il a été effectué par Internet les 28 et 29 avril 2020.

Déconfinement sondage : 55% de défiance

Déconfinement sondage : 55% de défiance

Selon le  sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info. 55 % des Français ne font pas confiance au gouvernement pour réussir le des confinements.

La plupart d’entre eux ne font toujours pas confiance à l’exécutif pour réussir le déconfinement (55%), même si la méfiance diminue (-7 points par rapport à la semaine dernière). Défi de plus pour le gouvernement depuis le début d’épidémie, la défiance de la population touche en particulier trois promesses post-11 mai, formulées mardi à la tribune de l’Assemblée nationale.

Quantité suffisante de masques pour répondre aux besoins de la population, sécurité sanitaire dans les établissements scolairesfonctionnement des transports sans danger pour la santé des personnels et des usagers : sur ces sujets, près de trois Français sur quatre (72%, 73% et 74%) estiment que le premier ministre ne pourra pas tenir parole.

«Les doutes demeurent», relève Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa. «Mais à la décharge d’Édouard Philippe, ces trois sujets – masques, et surtout écoles et transports – n’impliquent pas que le gouvernement. Ils nécessitent la mobilisation de nombreux autres acteurs.»

La plupart des Français croient toutefois en la réalisation de deux engagements qui sont surtout du ressort de l’exécutif : l’offre de solutions d’hébergement aux malades demandeurs (58%) et l’accès aux tests de dépistage pour les personnes présentant des symptômes et leur entourage (54%). «Mais la confiance dans ces deux domaines pèse bien moins que la défiance massive en ce qui concerne les transports, les écoles et les masques», nuance Céline Bracq.

Preuve de l’inquiétude d’une grande partie de la population face à l’épidémie, 45% des Français jugent que le plan du gouvernement est «trop rapide»malgré le choix d’un déconfinement en plusieurs phases. Ils sont plus nombreux que ceux qui le trouvent adapté (40%) ou trop lent (15%). L’expression d’un surcroît de vigilance ? Le premier ministre a prévenu, mardi : «Trop de prudence, et c’est l’ensemble du pays qui s’enfonce» dans la crise économique. À l’inverse, «trop d’insouciance, et c’est l’épidémie qui repart».

Dans l’opinion, la tendance se confirme d’une enquête à l’autre, observe Céline Bracq : «Pour une forte proportion de Français, le principe de précaution prime. Ils exigent systématiquement toujours plus de restrictions de leurs libertés».

D’où le soutien d’une majorité d’entre eux (61%) à la décision prise sur les restaurants, les cafés et les bars : pas de réouverture avant la deuxième phase de déconfinement, le 2 juin, contrairement aux autres commerces. En la matière aussi, la «prudence» de la population l’emporte sur l’«insouciance».

Sondage gouvernement et déconfinement : 62 % n’ont pas confiance

Sondage gouvernement et déconfinement : 62 % n’ont pas confiance

 

62% ne font pas confiance au gouvernement pour réussir le déconfinement, indique le baromètre politique Odoxa-CGI pour France Inter, L’Express et la Presse Régionale publié mardi. À la tribune, le premier ministre devra donc prouver aux Français les bienfaits du plan du gouvernement.

La cote de popularité d’Emmanuel Macron a elle gagné 4 points en avril et 9 points depuis mars et le début de la crise sanitaire, surtout chez les sympathisants PS et LR (+17), qui modèrent leurs critiques à cause de la crise sanitaire. Mais ils sont encore 58% (-4) à trouver qu’il est un «mauvais» président contre 42% (+4) qui le jugent un «bon» président. Edouard Philippe s’en sort mieux, avec une cote en hausse de 5 points en avril et de 11 points en deux mois. Mais il reste lui aussi majoritairement impopulaire (53% contre 46%). Pour près des deux-tiers des Français (65%), l’exécutif «n’est pas à la hauteur de la situation» depuis le début de la crise sanitaire, le même pourcentage que le mois dernier.

SONDAGE confiance gouvernement: En baisse

SONDAGE confiance gouvernement: En baisse

Selon un sondage Ifop réalisé pour le JDD, une minorité d’entre eux (39%) croient en la capacité du gouvernement à « faire face efficacement » à l’épidémie de Sars-CoV-2. Soit une baisse de sept points par rapport à la semaine précédente (46%). Même dynamique pour l’aide aux « entreprises en difficulté en raison du coronavirus » : ils ne sont plus que 46% à faire confiance à l’exécutif, contre 52% il y a sept jours (moins six points).

En cause, notamment, les incertitudes concernant le dispositif de déconfinement. « Après le cap donné par le chef de l’Etat, qui avait provoqué une embellie, les inquiétudes sur le retour à l’école ou sur les vacances d’été sont exacerbées », explique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop.

 

 

 

Dans le détail, la défiance est la plus marquée chez les sympathisants du Rassemblement national et de La France insoumise. Ils sont respectivement 19% et 20% à se fier à l’exécutif pour « faire face efficacement » à la crise sanitaire. Les partisans du Parti socialiste et des Républicains sont aussi une minorité à accorder leur confiance (45% et 46%). En revanche, les proches de La République en marche accordent à 88% leur confiance à l’exécutif.

* L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1.006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 21 au 22 avril 2020.

Sondage déconfinement école : 2 parents d’élèves sur 3 sont hostiles à la réouverture des écoles le 11 mai

Sondage déconfinement école : 2 parents d’élèves sur 3 sont hostiles à la réouverture des écoles le 11 mai

 

Plus globalement, 60% des personnes interrogées estiment que la réouverture des écoles est motivée par des raisons économiques, afin de permettre aux parents de reprendre le travail, tandis que 20% seulement considèrent que cette décision a été prise pour des motifs sociaux afin de limiter les risques de décrochage scolaire.

Les Français semblent peu convaincus par la mise en oeuvre des précautions sanitaires annoncées par le ministre de l’Education nationale. Plus d’un Français sur deux (55%) pensent que le respect des gestes barrières et la mise à disposition de savon et gel hydroalcoolique dans les écoles ne seront pas respectés.

Et si une large majorité des personnes interrogées (72 %) se montre favorable à une limitation des effectifs à 15 élèves par classe, elles sont toutefois plus de la moitié (58%) à ne pas croire que cette promesse pourra être tenue.

*Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 22 et 23 avril 2020, sur un échantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

SONDAGE Coronavirus : la crainte du chômage

SONDAGE Coronavirus : la crainte du chômage

Selon un sondage BVA exclusif pour Europe 1 et Orange publié ce vendredi. Une énorme majorité de Français

sont inquiets et seulement 13 %. sont optimistes.

De son côté, le pouvoir d’achat inquiète (un peu) moins et 17% des sondés seulement se disent confiants sur le sujet, en hausse de quatre points.

Sondage Coronavirus et Macron : les Français toujours critiques

Sondage Coronavirus et Macron : les Français toujours critiques

Selon un sondage Le Figaro et Franceinfo, les Français se sont opposés face à la réouverture progressive des écoles à partir du 11 mai. Une majorité d’entre eux (54%) la rejettent, en particulier les parents de jeunes enfants (60% des 25-34 ans), malgré la justification d’un chef de l’État convaincu que «la situation actuelle crée des inégalités»«Cette explication ne passe pas. Elle ne peut faire le poids face à l’enjeu sanitaire», selon Céline Bracq.

Favorable à des mesures plus ambitieuses, l’opinion regrette en majorité que les tests de dépistage soient réservés, à partir du 11 mai, aux personnes présentant des symptômes du virus (62% de rejet), et que le port du masque ne soit pas rendu obligatoire (65%) – seule sa mise à disposition de «chaque Français», à la levée du confinement, a été annoncée.

La crise de confiance, superposée aux crises sanitaire et économique, pourrait devenir un autre défi de l’«après-crise» pour le chef de l’État. La plupart des Français (56%) estiment que l’exécutif «n’en fait pas assez» face à l’épidémie et se montrent sceptiques devant le «cap social» esquissé par Emmanuel Macron d’une allocution à l’autre. Pour Céline Bracq, «la pénurie de matériel et les messages contradictoires sur les masques ont laissé des traces et le “chef de guerre” n’a pas fait disparaître “le président des riches”».

Sondage note communication de Macron: sous la moyenne, 9 sur 20 !

Sondage note communication de Macron: sous la moyenne,  9 sur 20 !

Les Français ne lui attribuent, en moyenne, qu’un 9 sur 20, selon le sondage Odoxa-Comfluence pour « Les Echos » et Radio Classique .

Presque une personne interrogée sur deux lui donne une appréciation sous la moyenne et 23 % le créditent de moins de 5, contre 9 % seulement plus de 16. « Une mauvaise note – éliminatoire au Bac – dans un contexte de crise », observe Gaël Sliman, le président d’Odoxa. « Habituellement, face à un péril extérieur, il y a un réflexe d’union nationale. Mais en se prenant les pieds dans les masques, Emmanuel Macron a cassé sa communication et sa crédibilité », explique-t-il.

 

Les jugements varient selon les catégories sociales. Le chef de l’Etat obtient une note moyenne de 10 chez les cadres, mais seulement 7 chez les ouvriers, le tiers d’entre eux lui attribuant moins de 5 sur 20. Les écarts sont encore plus marqués selon la proximité politique. Le locataire de l’Elysée satisfait au moins son camp. Les deux-tiers de ceux qui se disent aujourd’hui sympathisants de La République En marche lui accordent une mention bien (plus de 14) ou très bien (plus de 16), quand à peine 7 % lui donnent moins de 10. Soit une moyenne de 14 sur 20, qui tranche avec celles des sympathisants de droite (10), de gauche (9) et du Rassemblement national (5).

Les Français ne sont pas seulement critiques sur la communication d’Emmanuel Macron. Leur confiance envers l’exécutif « pour limiter les effets de l’épidémie » de Covid-19 n’en finit pas non plus de baisser dans le baromètre quotidien OpinionWay-Square - « Les Echos ». Elle est tombée à 42 %, son point le plus bas depuis le début de la pandémie. Une chute de 11 points en moins de trois semaines. A l’inverse, pas moins de 57 % des personnes interrogées ne lui font pas confiance et, pour la moitié d’en eux, « pas du tout ».

Pierre

Sondage relocalisation de l’économie: plus de 90% pour

Sondage relocalisation de l’économie: plus de 90% pour

Selon un sondage Odoxa , , l’exécutif doit garantir « l’autonomie agricole de la France » (93%), prendre des mesures pour « la relocalisation des entreprises industrielles françaises » (92%) et favoriser « la recherche et la production des laboratoires pharmaceutiques français et étrangers dans notre pays » (91%).

Pour 87%, il doit renforcer la politique écologique et pour 76%  »donner une nouvelle impulsion pour que l’UE ait plus de pouvoirs en cas de nouvelle crise ». Enfin, dans leur quasi-totalité (96%), les Français s’attendent à ce que la crise sanitaire ait des conséquences lourdes pour eux-mêmes (37%) ou l’ensemble de la société (59%). Toutefois, si 61% pensent que « nos sociétés ne pourront plus jamais fonctionner comme avant » après la crise, 38% s’attendent à ce qu’elles reprennent « leur fonctionnement exactement comme avant ».

* Enquête réalisée en ligne les 8 e 9 avril auprès de 1 003 personnes de 18 ans et plus, selon la méthodes des quotas. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.

Sondage Coronavirus : 60% pour le confinement sur des critères uniquement sanitaires

Sondage Coronavirus : 60% pour le  confinement sur des critères uniquement sanitaires

Six Français sur dix estiment que la prolongation du confinement doit être décidée « uniquement en fonction de critères sanitaires », selon un sondage Odoxa* réalisé avant l’allocution d’Emmanuel Macron, lundi 13 avril. Pour 39% des personnes interrogées, en revanche,  »la question de l’emploi et celle de la reprise économique doivent aussi être prises en compte ». Les Français jugent par ailleurs sévèrement la communication de l’exécutif depuis le début de la pandémie, à laquelle ils attribuent une moyenne de 9 sur 20, selon cette enquête. Par ailleurs, pour près de deux Français interrogés sur trois (64%), la réforme des retraites doit aussi être retirée.

Sondage crise sanitaire et les masques : pour 76% le gouvernement a menti

Sondage crise sanitaire et les masques : pour 76%  le gouvernement a menti

Trois Français sur quatre (77%) pensent que vis-à-vis des masques le gouvernement n’a été ni « clair » ni « cohérent« . Le sentiment d’inefficacité est partagé par tous les bords politiques, il est plus visible chez les sympathisants du Rassemblement national et de La France insoumise, un peu moins présent chez les sympathisants LREM. 73% des personnes interrogées estiment que le gouvernement « n’a pas fait ce qu’il fallait pour équiper les soignants et les hôpitaux« .

D’après ce sondage, les Français demandent une généralisation du port du masque : 72% demandent que le masque soit rendu obligatoire dans toutes les communes de France. Les seniors sont particulièrement demandeurs de cette mesure, à 81%.

Près de 4 Français sur 10 (37%) affirment qu’ils portent régulièrement un masque de protection. Parmi eux, près de la moitié indique même le porter « systématiquement dès qu’ils sortent de chez eux« . Parmi ceux qui portent des masques, 6 sur 10 (59%) utilisent des masques à usage médical, soit de type chirurgical, soit FFP2, des équipements qui sont pourtant en rupture de stock depuis des mois. Globalement, on estime donc que 22% des Français se promènent chaque jour dans les rues avec un masque à usage médical. Les autres utilisateurs prennent des masques prévus pour un autre usage comme des masques de chantier, ou des masques fabriqués maison.

 

Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting a été réalisée auprès d’un échantillon de 1 003 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogés par internet entre les 7 et 9 avril 2020.

Sondage Coronavirus et les masques : pour 76% le gouvernement a menti

Sondage Coronavirus et les masques : pour 76%  le gouvernement a menti

Trois Français sur quatre (77%) pensent que vis-à-vis des masques le gouvernement n’a été ni « clair » ni « cohérent« . Le sentiment d’inefficacité est partagé par tous les bords politiques, il est plus visible chez les sympathisants du Rassemblement national et de La France insoumise, un peu moins présent chez les sympathisants LREM. 73% des personnes interrogées estiment que le gouvernement « n’a pas fait ce qu’il fallait pour équiper les soignants et les hôpitaux« .

D’après ce sondage, les Français demandent une généralisation du port du masque : 72% demandent que le masque soit rendu obligatoire dans toutes les communes de France. Les seniors sont particulièrement demandeurs de cette mesure, à 81%.

Près de 4 Français sur 10 (37%) affirment qu’ils portent régulièrement un masque de protection. Parmi eux, près de la moitié indique même le porter « systématiquement dès qu’ils sortent de chez eux« . Parmi ceux qui portent des masques, 6 sur 10 (59%) utilisent des masques à usage médical, soit de type chirurgical, soit FFP2, des équipements qui sont pourtant en rupture de stock depuis des mois. Globalement, on estime donc que 22% des Français se promènent chaque jour dans les rues avec un masque à usage médical. Les autres utilisateurs prennent des masques prévus pour un autre usage comme des masques de chantier, ou des masques fabriqués maison.

 

Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting a été réalisée auprès d’un échantillon de 1 003 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogés par internet entre les 7 et 9 avril 2020.

12345...60



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol