Archive pour le Tag 'le'

Productivité : le frein économique français

Productivité : le frein  économique français
Non seulement nombre de Français au travail est insuffisant et plombe la croissance mais en plus la productivité de ceux qui travail plonge de manière dangereuse. De nombreux facteurs explicatifs comme sans doute le rapport au travail mais aussi le manque de formation de base et de compétence. La désindustrialisation aussi au profit de services eux-mêmes insuffisamment productifs. Dans une note intitulée « Cap sur le capital humain pour renouer avec la croissance de la productivité », le conseil d’analyse économique a tiré la sonnette d’alarme ce jeudi 29 septembre. « Le ralentissement de la productivité est un problème économique important dans notre pays. Par rapport aux Etats-Unis et à l’Allemagne, la productivité en France diminue plus vite », a déclaré Xavier Jaravel, un des co-auteurs de la note et prix du meilleur jeune économiste en 2021 lors d’un point presse. ( papier de la Tribune)

Le premier enseignement frappant de ce travail documenté de plus de 80 pages est que la baisse de productivité tricolore a amputé le produit intérieur brut (PIB) d’environ 5,8 points sur la période 2003-2019. Cela représente environ 140 milliards d’euros en quinze ans. Ce décrochage de la productivité hexagonale par rapport à l’Allemagne ou aux Etats-Unis entraîne également des pertes faramineuses pour les finances publiques de l’ordre de 65 milliards d’euros avec un taux de prélèvements obligatoires de 46%.

Pour se donner un ordre de grandeur, les économistes rappellent que cette somme représente le budget annuel du ministère de l’Education nationale. Le centre de recherches rappelle que la France a perdu 7 points de PIB par habitant par rapport à l’Allemagne en quinze années. Une grande partie de ce décrochage (5 points) s’explique par des pertes de vitesse de la productivité.

Enfin, il faut rappeler que si les chercheurs ont focalisé leurs travaux sur les deux dernières décennies, le ralentissement de la productivité en France est loin d’être un phénomène récent. Depuis la fin des « 30 glorieuses », l’économie hexagonale enregistre de plus faibles gains de productivité. « En France, la croissance de la productivité du travail est divisée par deux au cours des années 70 et passe d’un rythme de 5% l’an à un rythme de 2,6% », expliquent les économistes de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) Éric Heyer et Xavier Timbeau dans un récent (*) ouvrage consacré à l’économie tricolore. Les différentes crises économiques liées aux chocs pétroliers des années 70 et au resserrement drastique des politiques monétaires ont porté un coup dur à la productivité dans les pays riches de la planète durant cette période.

L’autre constat important est que la plupart des secteurs sont concernés par ce coup de frein de la productivité. Sans surprise, la chute de productivité dans l’industrie peut s’expliquer en partie par une transformation du modèle productif français. La désindustrialisation accélérée de l’économie hexagonale depuis les années 70 a provoqué des destructions massives d’emplois dans l’industrie. Résultat, les emplois à forte productivité ont considérablement chuté.

La productivité est en général plus forte dans l’industrie que dans les autres secteurs. Dans la construction et le commerce, les tendances sont très négatives par rapport à l’Allemagne. Enfin, même dans les technologies de l’information et de la communication, les résultats sont « alarmants » jugent les économistes du centre d’analyse.

L’un des principaux facteurs évoqués par les économistes pour expliquer ce ralentissement est le décrochage de la France en matière de compétences, en particulier en mathématiques. « Plusieurs analyses récentes s’accordent sur le constat d’une nette dégradation du niveau moyen mais restent ambiguës concernant l’évolution en haut de la distribution [...] Nous confirmons ici le constat d’une dégradation générale du niveau en France et montrons également que ce constat s’applique également aux meilleurs scores de la distribution en particulier sur la période récente », indiquent les économistes. L’organisme rattaché à la Première ministre pointe du doigt également la dégradation des compétences dans la sphère professionnelle.

« Le décrochage éducatif sur les mathématiques et les compétences socio-comportementales pèse sur la productivité. Les capacités socio-comportementales comprennent les capacités à travailler en équipe, à communiquer par exemple. La France est en mauvaise posture sur les compétences en mathématiques et socio-comportementales. La baisse en mathématiques concerne aussi bien la moyenne générale mais aussi les meilleurs élèves, » résume Xavier Jaravel, professeur à la London School of Economics (LSE).

Face à ce constat accablant, le conseil d’analyse économique fait plusieurs préconisations. « Notre première recommandation est de mettre en place une vraie ambition sur la hausse des performances éducatives. Il y a une série de réformes à mener sur les programmes, la formation des enseignants. Il faut également insister sur le renforcement des compétences socio-comportementales dans le cursus scolaire. il faut mettre l’accent sur les formations ultérieures [au cours de la carrière] », poursuit l’économiste.

Le crédit d’impôt recherche convoité par les grandes entreprises est dans le viseur du conseil d’analyse économique. Plusieurs économistes de tout bord ont étrillé cette niche fiscale réclamée par les grands groupes tricolores. « L’effet incitatif du CIR est faible pour la dépense de R&D des grands groupes, qui bénéficient de 400 millions d’euros de subventions à 5 % », soulignent les auteurs de la note. Les chercheurs recommandent de baisser le plafond de dépenses éligibles à 20 millions d’euros.

« On peut optimiser le Crédit d’impôt recherche en conservant l’enveloppe globale [ de 7 milliards d'euros par an] et le redéployer en diminuant les subventions au profit du capital humain », conclut l’économiste.

(*) L’économie française 2020, Editions La Découverte.

Politique: Le suicide de la gauche ?

Politique: Le suicide de la gauche ?
Dix jours de discussions stériles entre les chefs des partis du Nouveau Front populaire n’auront abouti qu’à une évidence : unie et efficace dans le combat contre l’extrême droite, la gauche perd toute cohérence lorsqu’elle est aux portes du pouvoir. (papier du Monde) 
Les discussions ne sont pas rompues, mais dix jours de palabres stériles entre des chefs de parti qui promettaient de s’entendre rapidement sur le nom d’un premier ministre et n’y parviennent pas mettent en lumière une faiblesse structurelle : unie et efficace dans le combat contre l’extrême droite, la gauche perd toute cohérence lorsqu’elle est aux portes du pouvoir.

Alors qu’elle est arrivée en tête du second tour des élections législatives, dimanche 7 juillet, sans pour autant disposer, à elle seule, d’une majorité pour gouverner, ses dirigeants ont laissé passer leur chance d’imposer un rapport de force au président de la République, affaibli par la dissolution. En jouant de l’effet de surprise, ils pouvaient tout à la fois revendiquer Matignon et imposer une lecture parlementaire de la Constitution en cherchant à nouer des alliances. Encore fallait-il qu’ils agissent vite, unis et déterminés, ce qu’ils ont été incapables de faire.

Le spectacle offert par des négociations menées à huis clos sans aucune transparence, avec des noms jetés en pâture pour être aussitôt disqualifiés, s’apparente à un sabordage. Il renvoie la gauche à ses faiblesses stratégiques et programmatiques. Sous la belle appellation du Nouveau Front populaire, la guerre des gauches continue de faire rage. Elle se cristallise dans un affrontement sans merci entre LFI et le Parti socialiste, au moment où une amorce de rééquilibrage s’opère. Jean-Luc Mélenchon cherche à conserver l’ascendant sur la gauche qu’il exerçait à travers la Nouvelle Union populaire écologique et sociale depuis les élections législatives de 2022. Partisan de la radicalité, privilégiant le rendez-vous présidentiel, il ne veut gouverner qu’aux conditions fixées par LFI, ce qui revient à s’exclure du jeu.

Les socialistes, qui ont quasiment doublé le nombre de leurs élus, cherchent à s’affranchir de son joug. Eux sont attachés à la culture de gouvernement, ils savent que le contexte budgétaire tendu exige de hiérarchiser les priorités et que le tripartisme oblige à chercher des alliés au-delà de son camp. Mais ils ne veulent pas prendre le risque de se désolidariser du reste de la gauche et redoutent d’être vus comme des « traîtres ». C’est pourquoi l’union n’est pas officiellement rompue mais elle menace de devenir stérile. Plus ils tergiversent, plus les dirigeants du Nouveau Front populaire se condamnent à ne peser qu’en contre dans les mois à venir.

Au regard de la complexité de la situation politique, ce choix revient à privilégier l’évitement plutôt que la prise de risque. Le calcul très politicien peut avoir des avantages si l’instabilité gouvernementale domine au cours des prochains mois. Il risque cependant d’être sévèrement jugé par les électeurs de gauche qui ont voté pour que ça change et constatent qu’en réalité tout est fait pour que rien ne bouge.

Le suicide de la gauche ?

 

Le suicide de la gauche ?
Dix jours de discussions stériles entre les chefs des partis du Nouveau Front populaire n’auront abouti qu’à une évidence : unie et efficace dans le combat contre l’extrême droite, la gauche perd toute cohérence lorsqu’elle est aux portes du pouvoir. (papier du Monde) 

Les discussions ne sont pas rompues, mais dix jours de palabres stériles entre des chefs de parti qui promettaient de s’entendre rapidement sur le nom d’un premier ministre et n’y parviennent pas mettent en lumière une faiblesse structurelle : unie et efficace dans le combat contre l’extrême droite, la gauche perd toute cohérence lorsqu’elle est aux portes du pouvoir.

Alors qu’elle est arrivée en tête du second tour des élections législatives, dimanche 7 juillet, sans pour autant disposer, à elle seule, d’une majorité pour gouverner, ses dirigeants ont laissé passer leur chance d’imposer un rapport de force au président de la République, affaibli par la dissolution. En jouant de l’effet de surprise, ils pouvaient tout à la fois revendiquer Matignon et imposer une lecture parlementaire de la Constitution en cherchant à nouer des alliances. Encore fallait-il qu’ils agissent vite, unis et déterminés, ce qu’ils ont été incapables de faire.

Le spectacle offert par des négociations menées à huis clos sans aucune transparence, avec des noms jetés en pâture pour être aussitôt disqualifiés, s’apparente à un sabordage. Il renvoie la gauche à ses faiblesses stratégiques et programmatiques. Sous la belle appellation du Nouveau Front populaire, la guerre des gauches continue de faire rage. Elle se cristallise dans un affrontement sans merci entre LFI et le Parti socialiste, au moment où une amorce de rééquilibrage s’opère. Jean-Luc Mélenchon cherche à conserver l’ascendant sur la gauche qu’il exerçait à travers la Nouvelle Union populaire écologique et sociale depuis les élections législatives de 2022. Partisan de la radicalité, privilégiant le rendez-vous présidentiel, il ne veut gouverner qu’aux conditions fixées par LFI, ce qui revient à s’exclure du jeu.

Les socialistes, qui ont quasiment doublé le nombre de leurs élus, cherchent à s’affranchir de son joug. Eux sont attachés à la culture de gouvernement, ils savent que le contexte budgétaire tendu exige de hiérarchiser les priorités et que le tripartisme oblige à chercher des alliés au-delà de son camp. Mais ils ne veulent pas prendre le risque de se désolidariser du reste de la gauche et redoutent d’être vus comme des « traîtres ». C’est pourquoi l’union n’est pas officiellement rompue mais elle menace de devenir stérile. Plus ils tergiversent, plus les dirigeants du Nouveau Front populaire se condamnent à ne peser qu’en contre dans les mois à venir.

Au regard de la complexité de la situation politique, ce choix revient à privilégier l’évitement plutôt que la prise de risque. Le calcul très politicien peut avoir des avantages si l’instabilité gouvernementale domine au cours des prochains mois. Il risque cependant d’être sévèrement jugé par les électeurs de gauche qui ont voté pour que ça change et constatent qu’en réalité tout est fait pour que rien ne bouge.

Postes à l’assemblée: le RN faiseurs de rois

Postes à l’assemblée: le RN faiseurs de rois

 

Pour l’élection des principaux responsables  aux postes de l’assemblée notamment du président chaque formation premier tour présentera son candidat. La plupart n’ont aucune chance d’être élus dès ce premier tour. Au tour suivant on commencera à voir émerger les pires contradictions qui caractérisent la crise politique

 

Pour sa part, le RN ne peut compter sur aucun autre soutien que le sien. Du coup, il pourrait bien jouer un rôle d’arbitre comme déjà précédemment soit en soutenant un candidat, soit en s’abstenant. De toute manière, il y a de quelque chose de surréaliste dans les clivages entre les partis. Ainsi par exemple beaucoup de députés républicains farouchement contre la gauche ne doivent leur élection qu’au retrait du candidat de cette gauche. Ainsi par exemple des candidats du groupe renaissance ne doivent leur élection également qu’au retrait de cette même gauche tout en refusant d’envisager une forme de collaboration. On retrouve ces contradictions au sein même de chaque camp y compris du nouveau Front populaire.

L’élection des principaux responsables de l’Assemblée nationale ne fera que confirmer les ambiguïtés et les contradictions des différents partis qui conduisent en réalité la France vers l’immobilisme d’abord , la crise ensuite

Gouverner passe par le compromis

Gouverner passe par le compromis

 

Au lendemain des élections législatives, la France connaît une situation inédite et incertaine quant à la forme que pourra prendre le prochain gouvernement et à son espérance de vie. Aucune des trois grandes coalitions préélectorales n’a obtenu de majorité absolue à l’Assemblée nationale. La première force, le Nouveau Front populaire, ne dispose que de 180 sièges sur les 289 que nécessite une majorité absolue. Dans la plupart des régimes parlementaires ou semi-présidentiels, cette situation n’aurait rien d’inhabituel et déboucherait sur une séquence démocratique classique : un représentant de la première force (en l’espèce, le NFP) serait appelé par le chef de l’État à négocier avec les autres forces sur le programme de politiques publiques à mettre en œuvre et la distribution des positions ministérielles. Si la première force s’avérait incapable de constituer un gouvernement de coalition et/ou d’obtenir le soutien d’une majorité de l’Assemblée nationale, la seconde force serait chargée de former un gouvernement, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé.

 

par  Chargée de recherches CNRS, Sciences Po

 Chercheur postdoctoral, University of Konstanz

 Professeur des Universités en science politique, Université Grenoble Alpes (UGA) dans The Conversation

 

En France, il semble qu’on ne sait pas faire. À l’exception des dirigeants du RN, qui ont visiblement acté qu’ils n’accéderont pas immédiatement au gouvernement et entretiennent le flou sur la manière dont ils comptent investir l’opposition, les responsables politiques revendiquent presque tous la légitimité de former un gouvernement assis sur leur propre socle programmatique et semblent incapables de s’extraire de la culture majoritaire qui s’est imposée sous la Ve République. Aucun des leaders ne se montre prêt à négocier un programme de coalition au-delà de son propre bloc. Parmi les dirigeants du Front populaire, rares sont celles et ceux qui, comme l’écologiste Marine Tondelier, admettent que le programme du Front populaire devra être revu pour convaincre un nombre suffisant de députés de soutenir sa mise en œuvre, ou au moins ne pas s’y opposer.

Après avoir critiqué Emmanuel Macron pour avoir gouverné sans majorité et passé au forceps ses réformes depuis deux ans, les responsables de gauche ne semblent pas envisager de mode de gouvernement alternatif maintenant qu’ils disposent eux-mêmes d’une majorité relative.

Du côté de l’ex-majorité présidentielle, plusieurs ténors ont pris position en faveur d’une coalition qui irait du MoDem aux Républicains, alors même que cette coalition sortante à peine élargie a été sanctionnée dans les urnes, et regrouperait environ 240 députés, encore plus loin de la majorité absolue que sous la précédente législature.

La « lettre aux Français » d’Emmanuel Macron n’est guère constructive non plus. Certes, il y appelle à constituer un :

« large rassemblement […] des forces politiques se reconnaissant dans les institutions républicaines, l’État de droit, le parlementarisme, une orientation européenne et la défense de l’indépendance française ».

Et envisage pour cela l’existence d’une coalition post-électorale. Mais, en déclarant que « personne n’a gagné » alors même que le paysage est extrêmement tripolarisé et que les deux gagnants de cette élection sont le Nouveau Front populaire et Rassemblement national, il ralentit l’ouverture de négociations entre les blocs.

Cette situation plonge les observateurs étrangers dans la perplexité. Un gouvernement minoritaire qui ne serait pas disposé à négocier un soutien au moins passif auprès de certaines forces d’opposition semble voué au mieux à la paralysie législative (faute de majorité), au pire à une fin prématurée par voie de motion de censure.

Pourquoi et comment les partis français ne se rendent-ils pas à l’évidence ?

L’observation du fonctionnement des coalitions en France – car les gouvernements de la Ve République ont presque toujours été composés d’au moins deux partis – est utile pour comprendre ces réactions et mettre en perspective la situation actuelle.

Si le jeu des coalitions est moins important que dans d’autres démocraties, c’est principalement parce que le système électoral à deux tours offre généralement une majorité à un seul parti.

Les responsables politiques français ayant toujours agi dans des institutions produisant des majorités absolues – qu’il s’agisse du niveau local ou national –, ils partagent une culture politique intrinsèquement majoritaire et rétive aux compromis qu’exigent les coalitions post-électorales.

Le mode de scrutin incite à la conclusion d’accords préélectoraux dans le cadre desquels les grands partis accordent des circonscriptions/sièges à des partenaires de moindre importance. Ces accords impliquent parfois des dimensions programmatiques, mais cela reste marginal. Ainsi, dans l’accord signé entre le PS et les Verts en vue des élections de 2012, qui a mené à un gouvernement de coalition, la dimension programmatique a été reléguée au second plan dès l’annonce des 60 engagements de François Hollande.

Une fois les élections passées, les petits partis sont rarement nécessaires à la formation d’un gouvernement. Ils rejoignent la coalition mais n’ont aucun moyen de pression car la majorité subsisterait même s’ils décidaient de la quitter. C’est ainsi qu’en 2014, les Verts ont quitté le gouvernement pour s’opposer à la nomination de Manuel Valls au poste de premier ministre, sans grande conséquence. L’exécutif a continué à faire passer des lois – souvent très éloignées du programme même de François Hollande – sans le soutien des Verts.

Les maigres accords de coalition pré-électoraux ne sont ainsi accompagnés d’aucun mécanisme garantissant quoi que ce soit aux partenaires juniors. Par exemple, le gouvernement Jospin a pu se permettre de rompre sa promesse de mettre un coup d’arrêt aux privatisations malgré l’importance accordée à cet engagement par le partenaire communiste et les factions de gauche du PS. Une fois au gouvernement, les négociations sont réduites à la portion congrue – même si les choses ont commencé à changer entre 2022 et 2024, du fait d’une majorité relative.

Lors de nos entretiens avec d’anciens ministres et responsables de petits partis, ces derniers ont ironisé sur leurs marges de manœuvre infimes, limitées essentiellement à « tracer quelques lignes rouges » et à s’adresser au « chef » de la majorité lorsque ces dernières sont franchies pour menacer de quitter le gouvernement.

Les partis français ne sont donc pas habitués à négocier des coalitions et des compromis. Chaque bloc espère bénéficier des institutions majoritaires pour mettre en œuvre « tout son programme et rien que son programme », comme l’ont invoqué de nombreux leaders du NFP ces derniers jours.

Cette approche a perduré après l’explosion du système partisan français en 2017, marquée par une situation de forte tripolarisation, y compris, depuis 2022, dans l’accès aux positions parlementaires. Ainsi, alors qu’Emmanuel Macron n’a pas obtenu de majorité absolue à l’Assemblée en 2022, il s’est appuyé sur les outils de forçage du parlementarisme offerts par la Constitution (notamment le fameux article 49.3) pour faire passer réformes et budgets sans soutien d’une majorité, plutôt que de négocier un soutien en échange de concessions politiques. En l’absence d’une majorité de députés prêts à renverser le gouvernement, celui-ci continue à gouverner et les ressentiments s’accumulent.

Tout gouvernement s’appuyant sur un seul bloc sera très fragile et n’aura que peu de chances de survivre. Gouverner durablement impliquera donc de négocier au moins quelques points d’accord avec les partis qui soutiendront le gouvernement au parlement – ou a minima ne s’y opposeront pas.

L’observation des forces en présence permet de déterminer le périmètre des coalitions possibles. Nous nous sommes ici concentrés sur les coalitions que la science politique, depuis les travaux pionniers de Wiliam Riker, qualifie de gagnantes et connectées.

Gagnantes, car elles incluent une majorité absolue des sièges ; connectées, car elles incluent des partis qui sont adjacents sur la division Gauche-Droite sur laquelle nous les avons positionnés, celle qui structure la compétition politique – et plus prosaïquement le positionnement des députés dans l’hémicycle – depuis la Révolution française.

Cette présentation des coalitions possibles doit être considérée avec précaution car elle se fonde sur les appartenances partisanes déclarées des élus et non de leur groupe parlementaire – que l’on ne connaîtra avec précision que lors de la reprise de l’activité parlementaire le 18 juillet.

Par exemple, tout indique que le groupe Renaissance pourrait perdre des membres issus de son aile gauche ; de même, le groupe de la France insoumise pourrait voir des départs associés à ceux de Clémentine Autain, François Ruffin et des autres députés sanctionnés par la FI.

Quoi qu’il en soit, chacune des coalitions présentées ci-dessous peut mener soit à un gouvernement de coalition qui inclurait tous ses membres, soit – il est important de garder cette possibilité à l’esprit – à un gouvernement minoritaire qui bénéficierait du soutien sans participation d’un ou plusieurs de ses membres, comme cela a été le cas lors de la mandature précédente avec le groupe LR.

Cela étant rappelé, on s’aperçoit que le champ des possibles est limité. Trois coalitions incluent le Rassemblement national, une hypothèse qui semble écartée par les déclarations des représentants des blocs centristes et de gauche.

Trois autres coalitions impliquent une division du NFP laissant à l’écart la France insoumise, une hypothèse là aussi écartée, pour le moment, par l’ensemble des dirigeants du NFP. Une dernière coalition inclut l’ensemble du NFP, mais va jusqu’aux députés Renaissance dont plusieurs cadres, à l’instar de Yael Braun-Pivet ont déclaré qu’ils et elles refuseraient de gouverner avec LFI.

Aucune des coalitions gagnantes et connectées envisageables n’ont réellement été discutées publiquement au moment où nous avons écrit. Chacune impliquerait des renoncements. Une coalition qui irait de LFI à Renaissance impliquerait, pour Renaissance, d’accepter de rejoindre un gouvernement où le NFP est majoritaire et, pour LFI, gouverner avec le soutien de macronistes. Toutes les coalitions qui n’impliqueraient que des portions du NFP signifieraient la division de cette coalition préélectorale, alors même que c’est la stratégie d’union qui a permis d’obtenir cette (très relative) victoire électorale.

Trouver un équilibre précaire mais fonctionnel pour gouverner le pays n’est donc pas une tâche aisée. Quels peuvent être les points d’étape ?

En premier lieu, le NFP, qui peut légitimement revendiquer la tête de l’exécutif, doit mandater un formateur – c’est-à-dire une personne chargée de négocier la formation d’une majorité basée sur un compromis – qui ne peut pas être considéré comme une compromission, au vu de la situation politique du pays avec un nombre important de députés issus de la majorité sortante.

En second lieu, il faut indiquer quels sont les éléments programmatiques sur lesquels il ne pourra y avoir de transaction. Ce ne peut être tout le programme et rien que le programme du NFP.

Pour ne prendre qu’un exemple, il est peu probable que le NFP réussisse à obtenir la suppression conjointe de la réforme des Retraites et de la loi Immigration, le rétablissement de l’ISF, l’augmentation des salaires, le moratoire sur les méga-bassines, le plan climat et l’abolition de Parcoursup. Il faudra établir des priorités.

Parmi ces priorités devraient se trouver les règles et les principes qui fondent et structurent l’exercice de la démocratie en France. L’adoption d’un mode de scrutin proportionnel, par exemple, bénéficie désormais d’un consensus assez large dans le système politique – seuls les gaullistes semblent irrémédiablement attachés au scrutin majoritaire à deux tours. Un tel objectif de réforme pourrait former le socle d’une nouvelle majorité.

Cette réforme nous paraîtrait même la principale voie possible pour un pays aussi clivé que l’est la France, divisé en trois pôles de taille à peu près équivalente, même si l’ordre d’arrivée fluctue selon les élections. Dans ce contexte, seule la proportionnelle permet d’écarter définitivement l’hypothèse d’une majorité absolue du RN à l’Assemblée nationale, hypothèse qui transformerait durablement le visage des institutions françaises.

La Ve République confère au chef de l’exécutif un pouvoir démesuré. Aux mains de responsables politiques qui remettent en cause certains fondamentaux de la République et de l’État de droit, elle donnerait une latitude autrement plus importante qu’en Italie, aux États-Unis ou au Brésil, pour glisser vers un régime autoritaire. La seule manière de s’en prémunir et d’obliger toute force politique, quelle qu’elle soit, au compromis et au respect du pluralisme.

Politique: le blocage de nos responsables politiques

Politique: le  blocage de nos responsables politiques

Le constitutionnaliste Dominique Rousseau  affirme, dans un entretien au « Monde », que nous avons un problème de culture politique, et non de droit. Il revient sur les perspectives de coalition et le risque d’ingouvernabilité.

Dominique Rousseau est professeur émérite de droit public à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Spécialiste de droit constitutionnel, il a notamment écrit l’ouvrage Les Contestations. Penser, décider, agir (Belopolie, 56 pages, 10 euros).

Au vu du résultat des législatives, est-ce qu’un premier ministre issu d’une certaine famille politique s’impose à Emmanuel Macron ?

D’après la Constitution, en l’absence d’une majorité absolue au Parlement, le président n’est pas tenu de nommer un premier ministre issu d’un camp particulier. Et justement, nous sommes dans une situation inédite où l’Assemblée nationale n’est composée que de minorités. Ce à quoi il faudrait rajouter, pour complexifier l’équation, qu’il s’agit de minorités sans chef. Ensemble et le Nouveau Front populaire (NFP) n’ont pas de leader clair ; seul le Rassemblement national (RN) en a un, Marine Le Pen.

Le président est tenu de nommer un premier ministre qui pourra gouverner ou, au moins, qui ne risquera pas d’être immédiatement renversé. Il est donc naturel qu’Emmanuel Macron ait demandé dans sa lettre aux Français, le 10 juillet, aux partis politiques de s’entendre, afin de former une coalition majoritaire. Pour l’instant, une telle coalition n’a pas encore émergé.

Le déni des deux dettes

Le déni des deux dettes

 

Dette financière et climatique se cumulent, avec la même menace : la perte de contrôle. Le dérapage inédit du déficit à 5,5 % du PIB n’a pas fini de laisser des traces et l’ensemble de la trajectoire budgétaire d’ici à 2027 pourrait dérailler.(papier du « Monde »)

 

Si la situation politique demeure dans le brouillard après le choc de la dissolution de l’Assemblée nationale, une certitude est en train de s’imposer : le prochain gouvernement, quelle que soit la majorité sur laquelle il s’appuiera, devra s’atteler au contrôle des finances publiques. La Cour des comptes dénonce dans son rapport annuel, publié lundi 15 juillet, une situation « inquiétante ». Le message doit s’interpréter comme une mise garde à l’adresse de ceux qui aspirent à exercer le pouvoir dans les prochaines semaines.Le constat n’est pas nouveau, et les alertes se sont multipliées ces dernières années sans être entendues. Mais ce nouveau rapport prend une résonance particulière dans la perspective de l’élaboration à l’automne d’un budget 2025 qui s’annonce des plus périlleux, à la fois au regard de l’instabilité politique, mais aussi de la situation léguée par la majorité sortante.

La mauvaise appréciation par le gouvernement des recettes espérées en 2023, qui a eu pour conséquence un dérapage inédit du déficit à 5,5 % du PIB, n’a pas fini de laisser des traces. Non seulement l’exercice 2024 est jugé « à risques » par la Cour des comptes, mais c’est l’ensemble de la trajectoire budgétaire d’ici à 2027 qui pourrait dérailler et mettre le pays en porte-à-faux avec ses engagements européens.

Dans cette période où la constitution d’une coalition viable n’a rien d’évident, la chose la mieux partagée en France reste le déni face à la nécessité de rééquilibrer les comptes publics. Obnubilé par sa politique de l’offre, le pouvoir sortant a basé toute sa stratégie sur un rythme de croissance trop optimiste, et s’est privé de précieuses recettes fiscales en décrétant des baisses d’impôts à l’effet électoral limité et à l’efficacité macroéconomique contestée. Les pistes d’économies sont restées tardives et peu convaincantes. Pendant que le reste de l’UE fait des efforts pour se désendetter, il serait illusoire de penser que l’Hexagone puisse faire cavalier seul, tout en continuant à profiter de la protection de l’euro.

Les oppositions ne se sont pas privées de fustiger le manque de sérieux budgétaire d’Emmanuel Macron. Mais la débauche de propositions non financées faites pendant la campagne des élections législatives montre qu’elles n’en ont tiré aucune leçon. Le « quoi qu’il en coûte » est prêt à changer de nature, mais pas vraiment d’intensité.

La situation est d’autant plus préoccupante qu’elle n’a pas permis de résoudre l’insatisfaction légitime de millions de Français sur leurs salaires, bien au contraire. La France a dilapidé son crédit européen sans mettre fin au mécontentement sur lequel surfe le RN. Toujours plus d’argent public n’est pas forcément synonyme d’amélioration du fonctionnement de l’Etat et d’amélioration du niveau de vie.

Plutôt que de se contenter de slogans déconnectés de la situation budgétaire, le prochain gouvernement devra élaborer des politiques publiques mieux définies, ciblées sur ceux qui en ont le plus besoin, en s’attachant davantage à des critères d’efficacité et de performance. C’est la seule voie pour retrouver des marges de manœuvre. Le but n’est pas de sombrer dans l’austérité, mais de se concentrer sur les investissements indispensables, à commencer par la transition écologique.

Car deux dettes se cumulent. L’une financière, l’autre climatique, avec la même caractéristique : lorsqu’on les laisse filer, un effet boule de neige finit par se produire, jusqu’à la perte de contrôle. Dans un cas comme dans l’autre, le point de non-retour est proche.

Le « Macronisme »: Surtout de l’opportunisme

Le « Macronisme »: Surtout de  l’opportunisme

L’usage journalistique et la facilité de langage conduisent souvent à accoler un suffixe en -isme au nom d’une personnalité politique pour désigner un courant politique qui s’incarnerait à travers un responsable. C’est ainsi qu’est apparu « le macronisme. » Dans une acception faible, ce serait un courant plus ou moins organisé désignant un groupe d’élus et militants, et le camp de ses soutiens électoraux. Dans un sens plus fort, cela induirait l’existence d’un corps de doctrine, une idéologie fixant un cap. Or, on peut arguer que ce qu’Emmanuel Macron incarne ne correspond véritablement à aucune de ces deux conceptions.Si beaucoup d’analystes et journalistes politiques se sont éreintés à trouver une définition objective du « macronisme » et de ses paradoxes, c’est que l’action du président n’est pas régie par une ligne directrice constante, mais est dans son essence un opportunisme, un art de saisir le moment, de tenter des coups, parfois avec brio, parfois en échouant, comme pour cette dissolution « ratée ». Ratée au point d’ouvrir sans doute l’ère de l’après-Macron mais pas ratée au point de ne pas offrir de nouvelles opportunités qu’il peut tenter de saisir.

 

par 

Professeur en Information-Communication à l’Institut Français de presse (Université Paris-Panthéon-Assas), Université Paris-Panthéon-Assas dans The Conversation 

 

Un courant politique sans véritable parti ? Le macronisme serait, en parodiant Jean-Luc Mélenchon, une composante « gazeuse ». Loin de former un parti politique au sens classique et institutionnel, avec des cadres dirigeants, une colonne vertébrale qui innerve un corps militant jusqu’à des cellules de base, l’ADN macronien reste indistinct sur le plan organisationnel.

La meilleure preuve est sa propension à changer le nom du parti censé l’incarner, sans même laisser à la marque le temps de s’imposer : En marche (2016 – mi-2017), le parti la République en marche (2017 à 2022), Renaissance (depuis 2022), tout en ayant participé juste avant à une coalition électorale baptisée Ensemble pour la majorité présidentielle, abrégée par Ensemble.

Sur le plan doctrinal, les partis du président de la République n’ont pas œuvré à produire un corps de doctrine qui orienterait le travail législatif. La majorité présidentielle au Parlement a pour principale source d’inspiration le programme du candidat Macron, qui n’a pas été rédigé sous forme d’une motion collective votée par un collectif militant mais uniquement par son fondateur et quelques conseillers. Le macronisme n’est donc pas une doctrine à forte probabilité de survivre à son inventeur.

Les fonctions dévolues habituellement à un parti ne sont pas exercées : incarnation, réseau militant actif et nombreux, formation de cadres ayant vocation à devenir des élus, laboratoire d’idées.

C’est la seule figure de ce chef fondateur qui fait tenir le mouvement et cela grâce à sa victoire inattendue à la présidentielle de 2017. C’est ce coup politique, perçu par ses soutiens comme un coup de génie, un triomphe, qui lui a donné une telle force d’attraction personnelle. Il a ensuite joué la carte d’un président omniprésent, assumant de réaffirmer l’autorité, en adoptant une posture « jupiterienne ».

Sa façon d’assurer dépasser les corps intermédiaires et l’orientation de son action assumant de plus en plus de passer en force, même sans majorité, grâce à tous les atouts donnés par la Ve République (les fameux 49.3), permettent de qualifier son style de gouvernance de bonapartiste.
Emmanuel Macron joue souvent sur l’effet de surprise pour déstabiliser ses adversaires, en tentant des coups politiques. Christophe Ena/AFP
Emmanuel Macron joue souvent sur l’effet de surprise pour déstabiliser ses adversaires, en tentant des coups politiques (rencontres de Saint-Denis avec les leaders de tous les partis, conférences citoyennes, dissolution surprise…). Il s’essaie à une synthèse toute personnelle et personnalisée des idéaux des deux camps (« et de droite et de gauche ») pensant incarner un dépassement : tout comme Napoléon Bonaparte conserva de la Révolution l’idéal de souveraineté populaire et prit en même temps en héritage l’idéal d’autorité impériale pour créer un régime impérial plébiscitaire, centré sur sa personne.L’une des difficultés à saisir le macronisme est liée à ses changements de soutiens électoraux au cours du premier mandat.

En 2017, Emmanuel Macron a atteint le deuxième tour de l’élection présidentielle grâce à une combinaison électorale d’électeurs socialistes et centristes. Selon Ipsos, 47 % des électeurs de François Hollande en 2012 ont voté Macron, de même que 43 % des électeurs de François Bayrou. À l’époque déjà, il mord un peu sur l’électorat plus à droite, puisque le candidat Macron a attiré à lui 17 % des électeurs de Nicolas Sarkozy en 2012.

Si on raisonne par sympathies partisanes, le côté attrape-tout du macronisme initial est évident. Au premier tour de la présidentielle 2017, il rallie sur son nom 19 % des sympathisants écologistes (EELV), 42 % du PS, 46 % du MoDem, 36 % de l’UDI, 9 % des LR.

Au premier tour de la présidentielle 2022, le président sortant fidélise 73 % de ses électeurs de 2017 (il en perd donc 27 %) et il attire 39 % des électeurs Fillon, considéré comme incarnant une droite conservatrice. En 2022, sa perte des électeurs de centre gauche et socialistes, est plus que compensés par des électeurs de la droite traditionnelle au profil sarkozyste.

En 2022, les données Ipsos, le vote Macron n’attire plus que 28 % des sympathisants PS, 13 % des écologistes, mais 25 % des LR. Et le mouvement se poursuit pour le premier tour des législatives de 2024. Selon l’enquête IFOP, les électeurs Renaissance au 1er tour représentent 13 % des sympathisants PS, 12 % des écologistes et 21 % des Républicains. Et on ajoutera que ce parti attire 35 % des (maigres) effectifs de votants pour Valérie Pécresse en 2022.

Le dictionnaire de l’Académie définit l’opportunisme comme une « attitude consistant à régler sa conduite selon les circonstances du moment, à subordonner toute autre considération à son intérêt immédiat ». Emmanuel Macron sait repérer et saisir des opportunités.

En 2017, face à l’affaiblissement du président Hollande, il a vu un espace politique se libérer et s’est engouffré. Dans un appel au « dépassement » du clivage traditionnel droite/gauche, il a croisé la route de François Bayrou dont le soutien a fait décoller sa campagne dans les sondages.

Il a pu alors entamer une campagne placée sous le signe de la « bienveillance » vis-à-vis de ses adversaires, au profit d’un rassemblement transpartisan.

Puis, profitant largement des ennuis judiciaires de François Fillon, il a eu l’opportunité de se retrouver au second tour face à Marine Le Pen, pour bénéficier du vote de « barrage contre l’extrême droite ». Voilà pourquoi, non sans un peu de cynisme, il a fêté avec ses amis sa victoire présidentielle dès le premier tour.

Depuis ce coup de maître, sa gouvernance se révèle difficile à suivre, sans boussole idéologique claire. Il défendait une retraite à points, soutenue par la CFDT, mais il finit par imposer de force une réforme que tous les syndicats et une écrasante majorité de Français rejettent. Il se voulait soucieux des deniers publics et équilibres budgétaires, ses sept années de mandat ont vu la dette publique exploser, au point d’être mis sous surveillance par la Commission européenne. Il défend une solution de compromis âprement négociée avec LR pour la loi sur l’immigration, mais s’empresse de la livrer au Conseil constitutionnel avec l’espoir de la voir largement censurée. Il promet une loi progressiste sur la fin de vie, largement plébiscitée par les Français, mais accouche finalement d’un projet de loi assez restrictif pour essayer de trouver un compromis entre les partis, que la dissolution condamne finalement à retomber dans les limbes.

Sa posture de défiance vis-à-vis du jeu des appareils partisans entre en contradiction avec ses calculs politiciens, jouant sur le fractionnement des partis, à coup de triangulation programmatique, de débauchages individuels et désormais de tractations pour contrer l’arithmétique défavorable sortie des urnes. Il accusait le « vieux système des partis » de vouloir se protéger lors de sa conférence de presse justifiant la dissolution. Voilà que son camp qui a perdu la majorité (déjà que relative), s’emploie pour nouer des alliances compliquées afin de survivre à la tête du gouvernement.
Le président Macron voulait une « clarification », nous sommes face à une grande confusion. Il voulait freiner l’élan du Rassemblement national, ce parti a gagné une cinquantaine de sièges. Pire, de premier pôle parlementaire, son alliance partisane passe seconde. La dissolution semble être un échec stratégique.

Néanmoins, le jeu des « désistements républicains » a permis de sauver Renaissance qui ne sort donc pas du jeu parlementaire. Comme la force du président Macron réside dans son aptitude à croire qu’il peut toujours sauver la situation et saisir une opportunité, il y voit la chance de retrouver les moyens d’avoir un gouvernement conforme à ses ambitions.

En conformité avec toute son action passée, la probabilité la plus forte est que ses efforts tendent vers un scénario idéal ou à défaut vers un scénario minimal qui exclut tout ou une partie de la gauche.

L’idéal serait de profiter de la position « centrale » de son mouvement pour tenter d’agréger dans une grande coalition des députés de la droite LR et des élus de gauche, sauf LFI car rejetée comme extrémiste. Il sortirait ainsi de son échec par la grande porte, celle d’une recomposition politique permettant un accord de gouvernement entre des partis qui s’opposent sur bien des points.

L’autre scénario, s’il n’arrive pas à fracturer le Nouveau Front populaire au profit d’une alliance droite-centre-gauche, serait d’arrimer son groupe parlementaire au groupe LR, avec un contrat de gouvernement penchant clairement à droite. Et peu importe si une bonne partie des députés Renaissance doivent leur réélection à un fort soutien des électeurs de gauche pour faire front contre le RN.

Il s’agit en effet d’acter que le barycentre du vote pour le Parlement penche nettement à droite, et ce faisant l’argument est tout trouvé : il ne ferait qu’épouser l’aspiration majoritaire des électeurs : 8,7 millions de voix au second tour se sont portées sur une candidature RN, 1,3 pour une candidature LR-RN, 1,4 million pour LR, 6,3 pour Renaissance, 250 000 Horizons, 1 million divers droite, soit presque 19 millions de voix qui vont du centre droit à l’extrême droite, contre 7 millions pour le Nouveau Front populaire.

Un sursaut… dans le vide ?
L’annonce brutale de la dissolution et la perte importante de députés laissent des rancœurs qui fendillent le camp présidentiel. François Bayrou, comme Edouard Philippe, et même Gabriel Attal commencent à tester leur autonomie vis-à-vis du chef.

Le seul moyen de contrecarrer ces velléités d’autonomie est de leur donner la satisfaction de s’ancrer résolument à droite et de refuser les « égarements » du projet de gauche, décrit comme insensé durant la campagne. À condition néanmoins que ladite « aile gauche » du macronisme ne fasse pas acte d’autonomie en créant son propre groupe au Parlement sous la houlette de Sacha Houlié. Acte qui signerait le début de l’éclatement du « macronisme » comme regroupement de tendances divergentes.

L’alliance, côté LR, serait plus justifiable aussi. La situation est différente de 2022 lorsque pareille alliance fût refusée : il s’agit cette fois de faire barrage à l’arrivée de la gauche au pouvoir, présentée comme extrémiste, communautariste, etc. Hypothèse crédible puisque la gauche crie à sa victoire (malgré ses moins de 200 députés). L’agrégation des forces du centre et de droite donne 234 sièges. Soit 16 de moins seulement que la majorité relative sortante qui a quand même pu gouverner depuis deux années. Impossible donc qu’Emmanuel Macron n’y voit pas un coup à tenter pour conserver le pourvoir malgré sa défaite.

Mais si les jeux de posture de chaque acteur partisan interdisaient toute forme d’alliance, ce sera la paralysie législative d’une chambre introuvable. Pour le président de la République, ce serait l’échec dans l’échec de sa dissolution et la fin potentielle du « macronisme » car cela signifierait qu’il a perdu tout son pouvoir attracteur. Son appel aux électeurs pour un « sursaut démocratique » sera alors devenu pour son courant un sursaut dans le vide.

1000 milliards de dettes publiques supplémentaires : le bilan financier de Macron

 

1000 milliards de dettes publiques supplémentaires : le bilan financier de Macron

Compte tenu du niveau de l’endettement et surtout de la dérive des déficits, la France doit faire l’objet d’une procédure de sanction budgétaire de la part de Bruxelles.

 

En effet sur la tendance, la France ne pourra pas tenir ses engagements de ramener le déficit à un maximum de 3 % du PIB. Depuis 2017, Macron aura donc créé 1000 milliards de dettes supplémentaires et le montant total atteint désormais 3157 milliards. Un chiffre astronomique que ne comprennent  pas la majorité des Français peu formés sur le plan économique et même sur le plan mathématique.

Pourtant , la France pour compenser son insuffisance de recettes va emprunter, emprunter encore davantage et la Cour des Comptes indique que la charge de la dette sera le premier budget en 2027. Le coût sera forcément répercuté sur le pouvoir d’achat et la compétitivité des entreprises. Pour les ménages cela se traduira par exemple par une augmentation du prix de la baguette ou de l’essence. Bref par une forme d’inflation sournoise qui diminue le pouvoir d’achat et la performance  des entreprises.

 

Le prix de l’or: Nouveau record

Le prix de l’or: Nouveau record  

Bruits de bottes, tassement de la croissance et incertitude politique font encore monter le prix de l’or: Un nouveau sommet à 2 452,30 dollars l’once (2 669 euros). La demande en or des clients institutionnels, qui cherchent à diversifier leurs placements dans un contexte géopolitique incertain, contribue à tirer le cours de l’or vers le haut. 

« C’est un actif qui, dans sa version physique, ne peut pas faire faillite. Il joue à plein son rôle de valeur refuge », précise François de Lassus, consultant pour Or en cash, un réseau de boutiques. Ces dernières semaines, la demande des particuliers chinois, inquiets des difficultés du système bancaire et gros acheteurs d’or, a aussi joué un rôle inflationniste. « L’immobilier s’est cassé la figure en Chine, la Bourse est à la peine, ajoute Philippe Crevel. L’or fait figure d’alternative pour les particuliers, et cela joue désormais sur le cours. »

Politique: le temps des extrêmes

Les extrêmes sont devenus monnaie courante, y compris chez ceux que l’on qualifiait autrefois de raisonnables qui grimpent à leur tour, le cœur léger, dans le train des outrances. L’«extrême centre» lui-même fut amplement théorisé. Dans un univers où c’est la modération qui étonne, la pratique démocratique fait désormais systématiquement appel aux dérives. Une culture belliqueuse s’est implantée dans le paysage politique et sociétal.
par (*) Michel Santi  dans la Tribune

Dans sa guerre du Péloponnèse, Thucydide avait décrit cette mécanique de la haine des autres débouchant fatalement sur la guerre totale. Les poisons menaçant notre démocratie ne sont pas d’autre nature que cette dynamique de guerre civile contée par Thucydide. Celui-ci nous montre à quel point les processus de polarisation font sombrer dans la partialité, privent de tout recul. Exactement comme les habitants de Corcyre, persuadés en 427 avec J.C. de leur victoire totale, s’étant laissé aller à une colère et à des postures radicales, toutefois légitimes à leurs yeux. À l’issue de leur victoire (grâce à l’alliance nouée avec la cité d’Athènes incarnant alors l’État de droit), les démocrates de Corcyre se vengent brutalement sur les oligarques, faisant couler sans hésitation leur sang comme celui de leurs soutiens. Subtilement, Thucydide suggère l’inutilité de l’éradication de l’adversaire, car toute victoire totale est par définition dangereuse, déstabilisante. La victoire totale porte en son sein les graines de la perversion, car les démocrates ne valent dès lors pas plus que les oligarques.

Si l’objectif des démocrates de Corcyre était certes de pérenniser leur système, ils usèrent cependant pour y parvenir des mêmes méthodes que leurs ennemis. L’essence de la démocratie, pourtant, est de ne pas réduire son adversaire au silence, encore moins de l’éradiquer du système. John Stuart Mill expliquait que c’est précisément pour n’avoir pu consacrer de vainqueur que les guerres de religion ouvrirent la voie de la coexistence entre réformés et catholiques. Si nous acceptons, rappelle Tocqueville, de nous retrouver aujourd’hui parmi les perdants d’une élection, c’est dans l’espoir que nous soyons victorieux demain. Hier comme aujourd’hui, la violence sous toutes ses formes ne peut être évitée qu’à la condition expresse d’abandonner ce mythe de la victoire totale. N’attendons jamais – n’espérons jamais – la défaite consommée de l’autre, qui sera nécessairement la voie royale vers la violence. Tandis que l’impasse et que le doute mènent à la tolérance envers l’autre, dût-on le haïr. Orwell mettait en garde contre la polarisation, Huxley contre la tyrannie.

Leur hésitation à prendre parti (entre démocrates et oligarques) fut interprétée comme une injure envers ceux qui risquaient leur vie pour leurs convictions. L’existence même de ces modérés à Corcyre – et leur survie – était devenues un affront aux polarisés de tous bords. Pour les belligérants des deux extrêmes, la modération n’était plus acceptable. La modération n’était plus que lâcheté, voire complicité. Moralité : même un démocrate est capable de se transformer en dictateur, si c’est pour de bonnes raisons…

Pour beaucoup d’entre nous, aujourd’hui, notre démocratie est devenue aliénante, elle tourne parfois au totalitarisme. Autrefois laboratoire de l’humanité, la France devient progressivement une civilisation périmée. Elle a renoncé à la politique. Elle n’a plus rien à apporter au monde. Elle n’est plus qu’une sorte d’assemblée de copropriétaires rébarbative. Ses dysfonctionnements à tous les niveaux douchent toute espérance d’une vie meilleure. Pour beaucoup d’autres, ce pays est synonyme de brutalité, de brimades. « Il faut obliger les gens à être libre », lançait Jean-Jacques Rousseau. «Le prix de la liberté est la vigilance éternelle», avertissait Thomas Jefferson.

 

Mais à quoi sert-il d’être libre et miséreux, libre et jamais considéré ?

_____

(*) Michel Santi est macro-économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales, écrivain. Il vient de publier un ouvrage critique sur la Banque centrale suisse : BNS : une banque centrale ne devrait pas faire çaSon fil Twitter.

Postes à l’ assemblée : ni soutien au RN ni soutien au NFP pour Renaissance

Postes à l’ assemblée : ni soutien au RN ni soutien au NFP pour Renaissance

Le groupe macroniste refuse de soutenir le RN et LFI pour des postes à l’Assemblée

Aucun soutien du groupe Renaissance aux candidats du Rassemblement national ou de La France insoumise pour les élections aux postes-clés du Palais Bourbon (présidence, vice-présidences, questure…), qui se tiendront à partir de jeudi.

Cette ligne tranche avec l’attitude adoptée en 2022, quand des membres du RN et de LFI avaient accédé à des vice-présidences de l’Assemblée avec le soutien d’une partie des députés du camp présidentiel, dans le cadre d’un accord sur la répartition des postes.

Dette, déficits : le mensonge français

Comptes publics  : le mensonge français

La Cour des comptes sonne une nouvelle fois le tocsin sur nos comptes publics. La situation politique actuelle ne va malheureusement pas permettre de redresser le tir.

Par Dominique SEUX dans Les Echos

La Cour des comptes et le désert français. Une fois de plus, l’organisme de contrôle tire la sonnette d’alarme sur la situation de nos comptes publics et on peut, hélas, parier que cela ne suscitera qu’un intérêt poli. Ses mots sont pourtant forts. La situation est « inquiétante » et « la divergence avec les principaux Etats européens est de plus en plus marquée et singularise encore davantage la France », écrit-elle noir sur blanc.

Le Petit Robert liste les synonymes du mot « inquiétant » : alarmant, angoissant, effrayant, menaçant. Réveilleront-ils des responsables politiques qui se font à de rares exceptions près la courte échelle pour endormir l’opinion ? Seront-ce les chiffres sinon les mots ? La dette publique tricolore se situe 20 points (de produit intérieur brut) au-dessus de la moyenne de la zone euro et 50 points au-dessus de l’Allemagne.

Les finances publiques sont l’angle mort de la politique économique d’Emmanuel Macron, qui a par ailleurs obtenu de bons résultats sur l’emploi et l’attractivité notamment. Sa double erreur : avoir cru que la croissance suffirait pour éponger naturellement les déficits et avoir prolongé trop longtemps les boucliers anti-inflation. Cela, la Cour des comptes a raison de le rappeler. Mais il n’est pas le seul coupable.

« Je crois à la victoire finale des démocraties, mais à une condition, c’est qu’elles le veuillent », avait écrit Raymond Aron en 1939. Le parallèle entre la Seconde Guerre mondiale et la situation financière d’un Etat peut sembler déplacé. Mais ce n’est plus le cas quand cette situation risque un jour ou l’autre de provoquer une crise nationale, voire européenne (zone euro). La Grèce en 2010-2012, la France en 2024 ?

 La Cour des comptes ne peut pas l’écrire, mais le projet du Nouveau Front populaire provoquerait un choc immédiat sur les finances publiques, entre des dépenses certaines et des recettes incertaines parce que spoliatrices. Le ras-le-bol fiscal dénoncé à Bercy en 2012 par le ministre Pierre Moscovici (sous François Hollande) serait multiplié par 10, avec des effets dévastateurs. Quant aux autres partis, rien ne dit qu’ils corrigeraient sérieusement le tir.

Le drame des Français c’est qu’ils ont trois raisons d’être frustrés. Ils doivent prendre en charge les dépenses collectives d’un niveau hors norme par rapport aux grands pays développés (1.607 milliards d’euros), avec les impôts et les déficits qui les financent. Ils ne sont pas satisfaits de la qualité des services rendus par ces dépenses : école, santé, retraites, etc. Et l’ingouvernabilité actuelle n’a aucune raison d’arranger les choses.

Les finances publiques, quoi qu’il vous en coûte.

Sport-Équipe de France foot : 51% pour le départ de Deschamps

Sport-Équipe de France foot  : 51% pour le  départ de Deschamps

51% des fans de football souhaitent le départ de Didier Deschamps après cet Euro 2024. 

 On reproche logiquement les dernières défaites de l’équipe de France notamment lors de l’euro 2024 mais surtout la médiocrité du jeu et l’ennui qu’il génère chez les fans de football. Deschamps a sans doute apporté beaucoup à cette équipe mais beaucoup considèrent que l’heure  de son remplacement est venu. Quelques jours après l’élimination de l’équipe de France en demi-finale de l’Euro 2024battue (2-1) par l’Espagne, le sélectionneur est sur le gril de nombreux supporters. Quand bien même, il a été récemment conforté par son sélectionneur.

 Ils n’étaient que 25% à réclamer son départ en juillet 2021. 58% des Français se disent déçus du parcours de l’équipe de France. 83% déplorent un manque d’ambition offensive.

 

Gouvernement: Le compromis prendra du temps

Gouvernement: Le compromis prendra du temps

 

Alors qu’Emmanuel Macron est souvent décrit comme un politicien/manager, l’absence de majorité à l’Assemblée nationale force le président de la République et l’ensemble des partis politiques à mettre en place des pratiques centrées sur le dialogue, le compromis et la négociation, à l’instar de ce qui se fait aujourd’hui dans certaines entreprises. Si le Nouveau Front populaire (NFP) revendique la « victoire » suite aux dernières élections législatives, le scrutin n’a cependant pas débouché sur une majorité à l’Assemblée nationale. Avec 182 sièges, il manque 107 sièges à la coalition de gauche pour gouverner seule.Le Président de la République et les autres partis politiques n’ont pas manqué de le leur rappeler et de nombreuses voix s’élèvent pour essayer de proposer des coalitions alternatives. Quelle que soit l’issue finale de cette séquence inédite sous la Ve République, il faudra que le président, le gouvernement et les députés apprennent à travailler avec des personnes et des groupes n’ayant pas les mêmes projets politiques.

 

par 

Enseignant-chercheur en stratégie et en sciences politiques, INSEEC Grande École dans The Conversation

Cette nécessité constitue un défi de taille pour les formations politiques françaises. Avec son élection présidentielle au suffrage universel direct et son élection législative au scrutin majoritaire, la Vᵉ République s’est structurée autour du principe de l’alternance entre deux grandes forces de gauche et de droite. La culture du compromis y est très peu développée contrairement à d’autres pays comme la Belgique ou l’Allemagne.

Le système actuel a notamment été mis en place pour faire oublier une IVe République qui s’était distinguée par son parlementarisme et son instabilité. Les gouvernements se succédaient à un rythme soutenu au gré des alliances entre des partis nombreux et volatiles. Au-delà de la nécessité de sortir de l’impasse dans laquelle se trouvait le pays avec la guerre d’Algérie, le retour du Général de Gaulle et la nouvelle Constitution avaient aussi mis en lumière la culture bonapartiste française de l’homme providentiel et du chef indiscuté et peu enclin au compromis.

Dans cette perspective, la cohabitation constitue un partage du pouvoir entre le président et le premier ministre qui correspond peu à cette culture et à l’esprit censé inspiré les institutions de la Ve République.

Malgré le respect de quelques domaines « réservés » au président, comme la défense nationale et la politique étrangère, les trois premières furent marquées par un rapport de force à l’avantage du premier ministre.

Ironie de l’histoire, elles furent pourtant fatales à leurs ambitions présidentielles de l’époque (Jacques Chirac en 1988Edouard Balladur en 1995 et Lionel Jospin en 2002). Celle qui s’annonce devrait être bien différente tant elle dépendra, compte tenu de l’absence de majorité, de la recherche d’équilibre et de compromis entre le président et le premier ministre, entre le premier ministre et le gouvernement et entre le gouvernement et les partis le soutenant.

Trouver des terrains d’entente entre des personnes et des formations politiques au départ très éloignées en matière d’idées et de convictions ne sera pas une tâche facile dans le contexte actuel. Tout d’abord parce que notre société moderne se distingue par une très forte bipolarisation liée à l’intensité des problématiques actuelles.

Les questions portant sur l’environnement, l’immigration, la répartition des richesses… sont existentielles et créent des oppositions marquées. Les moyens de communication, en particulier les réseaux sociaux, exacerbent leur perception.

Les tensions géopolitiques liées à la situation en Ukraine, avec la guerre contre la Russie, ou la situation en Israël, suite aux attaques du Hamas, illustrent bien ce phénomène.

La France sort aussi d’une mandature législative marquée par des antagonismes et des clivages très profonds. L’usage répété du 49.3, pour faire passer des lois parfois impopulaires comme celle des retraites, et les polémiques et invectives, qui ont émaillé les travaux de l’Assemblée nationale lors des deux dernières années, ont généré des tensions et des inimitiés qu’il sera compliqué de dépasser.

Les sciences de gestion éclairent d’une lumière intéressante cet impératif de dialogue et de compromis du monde politique. Nombreux sont les ouvrages et articles scientifiques qui ont mis en lumière les efforts des organisations pour dépasser des modèles fondés sur des structures très hiérarchisées, menées par des leaders autoritaires et se caractérisant par l’absence de dialogue.

En matière de management, le leadership narcissique, solitaire et déconnecté de ses équipes, a laissé la place à un leadership transformationnel. Cette forme de leadership mise sur la confiance, le dialogue et met en avant la compétence et la capacité à convaincre et à partager une vision stratégique.

En matière d’organisation, des concepts comme ceux d’entreprises libérées ou d’organisations agiles sont apparus. Ces théories mettent l’accent sur des structures revendiquant des fonctionnements avec peu ou même sans strates hiérarchiques. Elles visent à responsabiliser et à mettre sur un pied d’égalité les collaborateurs et les « chefs ». Elles obligent les personnes à privilégier la communication, l’entente et le compromis.

En matière de stratégie, la coopétition, qui désigne la coopération entre des entreprises concurrentes, requiert la mise en place d’une relation de confiance. Elle ne peut s’établir qu’en écoutant l’autre et en étant capable d’accepter ses idées et de les intégrer dans des projets communs.

Si ces concepts sont à la mode et alimentent recherches et pratiques en entreprise, il serait naïf de penser qu’ils concernent la majorité des organisations et se mettent en place sans heurts. Les difficultés et les limites sont nombreuses. Beaucoup d’entreprises continuent de privilégier les anciens modèles basés sur la verticalité des décisions et des hiérarchies très stratifiées. C’est par exemple généralement le cas dans les entreprises du CAC 40 français.

Pendant longtemps, la culture du compromis et du dialogue a été liée à l’importance des corps intermédiaires comme les syndicats. Mais leur perte d’influence et l’avènement de pratiques démocratiques plus directes, liées notamment aux progrès technologiques, ont renforcé une culture politique française où faire des concessions est souvent perçu comme un aveu de faiblesse.

Les blocages actuels mettent en lumière les faiblesses des personnels politiques en matière de management et expliquent sans doute le choix de certains de suivre des formations en la matière. L’ampleur de la tâche qui attend les responsables politiques français dans les semaines et les mois qui viennent est immense. Si certains d’entre eux ont officiellement revendiqué l’adhésion à cette nouvelle approche, la grande majorité des responsables politiques semble encore privilégier le rapport de forces et la compétition, malgré la nécessité d’avancer autrement.

Comme tout changement culturel profond, le passage à des pratiques politiques basées sur le compromis et le dialogue devrait prendre du temps. L’urgence de la situation actuelle ne le permet pourtant pas et augure mal des prochaines semaines en matière de stabilité.

12345...488



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol