Archive pour la Catégorie 'santé'

Actu économie, social, société, les plus lus

 

 

 

 

Déménagement de la gare de l’Est à Paris: le maire n’a aucune compétence !

 

 

 

 

 

  • Liens

 

 

 

 

 

 

 

Coronavirus : vers un contrôle numérique des déplacements

Coronavirus : vers  un contrôle numérique des déplacements 

Pour sortir du confinement, le PDG d’Orange, Stéphane Richard, préconise, dans une tribune au « Monde », de suivre l’exemple de Singapour et de recourir au traitement de données individualisées de géolocalisation, avec le consentement de l’usager, et ce, dans le cadre protecteur du RGPD européen.

Tribune. Comment sortir du confinement ? Une fois le pic épidémique passé, comme nombre de pays asiatiques avant nous, l’Europe sera confrontée à ce défi redoutable : comment permettre à chacun de retrouver une vie normale, et à nos économies, profondément bouleversées, de redémarrer rapidement, tout en évitant une reprise de l’épidémie ?

La première réponse sera évidemment sanitaire. Plus que jamais, nous aurons besoin de nos personnels soignants dont l’engagement et la mobilisation depuis le début de cette crise forcent le respect. Nous devrons aussi maintenir dans la durée les « gestes barrières », auxquels nous sommes désormais habitués, et poursuivre à grande échelle les tests de dépistage pour qu’aucune braise ne rallume l’incendie.

Mais la deuxième réponse, c’est de plus en plus évident, sera technologique. Je suis convaincu en effet que la technologie et une utilisation intelligente et raisonnée des data seront le complément indispensable à l’action sanitaire.

Le sujet est sensible, épidermique même. Il est aussi complexe, tant sur le plan juridique que technique. Le but de cette tribune est d’apporter un éclairage aussi factuel que possible dans un débat trop souvent passionnel et sans nuance.

Disons-le tout de suite : il ne s’agit en rien d’imposer, comme à Taïwan, un contrôle numérique intensif des déplacements ou, comme en Israël, de donner aux forces de l’ordre la possibilité de géolocaliser les personnes contaminées via leur téléphone pour garantir le respect de la quarantaine.

Ma position est simple. Nous avons la chance dans l’Union européenne d’avoir un cadre réglementaire protecteur : le règlement général sur la protection des données (RGPD). Sachons l’utiliser dans toutes ses dispositions !

Le RGPD permet, en premier, lieu de traiter des données anonymisées de géolocalisation, c’est-à-dire suffisamment agrégées pour ne pas permettre d’identifier un individu particulier. Orange a ainsi développé un outil de modélisation des flux de population à partir de données de géolocalisation anonymisées que nous mettons à disposition de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

 

 

Coronavirus : Édouard Philippe conteste le nombre de tests allemands

  • Coronavirus : Édouard Philippe conteste le nombre de tests allemands
  • Alors qu’actuellement la France réalise seulement 60 000 tests par semaine, l’Allemagne ,elle, atteint 300 à 500 000. La campagne de tests est massive en Allemagne et expliquerait que la proportion de décès est très inférieure à celle de la France. Il faut dire que la politique allemande est très volontariste et que le pays peut s’appuyer sur une industrie pharmaceutique très puissante. Du coup interrogé sur la question, le Premier ministre essaye de s’en sortir en mettant en cause les chiffres allemands. Notons que c’est une argumentation aussi fallacieuse qui a justifié pendant longtemps le fait que les pouvoirs publics ne recommandaient pas le port de masques et même le déconseillaient . On peut facilement retrouver les déclarations officielles du Premier ministre, du directeur général de la santé et du ministre de la santé affirmant cette contrevérité pourtant mortelle.
  • Ce n’est qu’après le 23 février que les pouvoirs publics ont commencé à changer leur discours considérant que le masque pouvait être utile. La vérité c’est qu’on a choisi une argumentation de pénurie correspondant à la pénurie de masques qu’on avait oubliés de renouveler. le premier ministre Edouard Philippe est notamment revenu sur la campagne de dépistage du coronavirus outre-Rhin. Interrogé sur le sujet des 500.000 tests par semaine réalisés en Allemagne, le chef du gouvernement a cependant exprimé ses doutes.
  •  «Je suis prudent sur l’ensemble des chiffres, non pas du tout parce que je croirais à la malveillance ou à la malhonnêteté de nos amis allemands», a-t-il commencé, ajoutant : «Je ne sais pas forcément comment ils construisent leurs chiffres. Quand l’Allemagne dit qu’elle procède à 500.000 tests par semaine, est-on absolument certain qu’elle procède à 500.000 tests par semaine, ou qu’elle se fixe l’objectif de… ou qu’elle pourrait techniquement procéder à… ?». «Il peut y avoir un décalage entre la réalité de ce qui est fait et l’ambition ou l’objectif affichés», a encore expliqué le Premier ministre; un premier ministre incapable de toute façon d’expliquer l’énorme décalage de la pratique des tests mais qui n’a quand même pas osé comme pour les masques en critiquer l’intérêt comme précédemment.

Un virus qui va circuler pendant deux ans (Yves Gaudin, virologue)

  • Un virus qui va circuler pendant deux ans (Yves Gaudin, virologue)

La crise sanitaire est loin d’être terminée d’après Yves Gaudin, virologue, directeur de recherche au CNRS. Il pourrait encore circuler pendant deux ans. (Interview le Figaro

Que se passera-t-il à la fin du confinement en France?

Yves GAUDIN. - Il est certain que la fin du confinement ne sera pas la fin de la pandémie. Vers début ou mi-mai, le développement de l’épidémie en France ne sera pas au même stade que dans les autres grands pays. Si les mesures prises ici ont eu l’effet attendu, il risque d’y avoir, à la même période, toujours de nombreux cas aux États-Unis et peut être en Grande-Bretagne. Tandis que dans les pays d’Europe du Nord, l’évolution pourrait être plus contenue, car les populations y sont plus raisonnables, notamment pour se soumettre au confinement.

  • Le virus circulera-t-il encore en France?
  • En France, il restera des personnes malades ou asymptomatiques, et il y aura des risques d’importations d’autres pays européens quand les frontières seront rouvertes.

( Sans parler évidemment des risques de contamination en provenance d’autres continents comme l’Afrique qui vont affronter la vague de la pandémie avec six mois de retard)

Déconfinement: un débat hors sujet et dangereux

 

Parler officiellement de déconfinement aujourd’hui peut paraître assez surréaliste et particulièrement irresponsable dans la mesure où l’enjeu prioritaire consiste à persuader le maximum de populations à rester chez eux. Une recommandation déjà insuffisamment suivie notamment dans certaines zones urbaines. La problématique du déconfinement supposerait que déjà les pouvoirs publics sont en mesure d’imaginer la sortie de crise sanitaire. On en est encore loin, en France comme dans le monde. Au plan international , on a en effet un doublement des infectés officiels en une semaine. Le temps n’est donc pas venu de donner de faux espoirs et d’encourager un relâchement vis-à-vis du confinement.

Le confinement dépendra évidemment de l’évolution des chiffres de personnes concernées par la maladie mais surtout des progrès qui seront faits en matière de tests, de traitement et de vaccin. Pour l’instant la France est bien incapable comme en Allemagne -ou mieux-  en Corée d’envisager un dépistage massif qui permettrait d’identifier davantage ceux qui sont infectés. Par ailleurs, la question du traitement fait encore polémique, aucun ne s’est encore vraiment imposé. Plusieurs pistes sont étudiées notamment celle de la chloroquine. Enfin le vaccin, lui, ne pourra pas mais être mis au point avant des mois voire une année. Il faut aussi tenir compte du fait que ce virus montre des résistances particulières. Certains experts pensent que ces effets pourraient encore se faire sentir pendant un voire deux ans. Du coup, toute hypothèse de déconfinement paraît discréditée tant que les incertitudes évoquées ci-dessus n’auront pas été levées

Le gouvernement, poussé par des responsables politiques en mal existentiel, a d profité de la toute première séance d’audition de la mission d’information parlementaire, mercredi soir, pour esquisser la suite. «Plusieurs équipes y travaillent», a indiqué le premier ministre devant les députés. Édouard Philippe a exclu une sortie du dispositif en «une fois, partout, pour tout le monde», laissant comprendre que la solution serait graduelle et sans doute différenciée selon les territoires ou l’âge, sans en dire davantage. «Je comprends l’impatience des Français, mais cela ne sera pas pour demain matin», a-t-il martelé, jeudi soir, sur TF1.

Un peu plus tôt, devant les chefs de parti réunis pour une visioconférence, Édouard Philippe a promis de leur présenter les différents scénarios possibles, une fois qu’ils seront définis. «La science travaille», a-t-il lâché, cachant mal son embarras.«On aurait préféré ne pas aborder dès maintenant ce sujet», reconnaît un membre du gouvernement, pour qui évoquer le déconfinement, dans cette période, porte le risque une nouvelle fois d’envoyer des messages contradictoires.«Le déconfinement, cela n’a jamais été fait, sauf par les Chinois, mais leur cas est difficile à interpréter, résume un conseiller de poids. On ne sait pas comment faire, ni si on le fera dans quelques longues journées ou dans plusieurs semaines.». Notons enfin qu’on ne peut exclure l’arrivée d’une deuxième vague de contamination avec un déconfinement massif.

Duration 3:55

Loaded: 4.25%

 

Coronavirus: d’un million d’infectés ciel dans le monde

Coronavirus: d’un million d’infectés ciel dans le monde

 

Le nombre de personnes concernées est impressionnant mais plus inquiétant encore est le taux de progression de la pandémie qui fait apparaître un doublement de la population infectée  en une semaine.  Environ 1 million d’infectés officiels et 50 000 décès selon l’Université Johns-Hopkins aux Etats-Unis, dont les données sont réputées parmi les plus fiables au monde. Il s’agit cependant d’un chiffre d’infectés officiels c’est-à-dire de personnes reconnues comme telles. Le nombre d’infectés est sans doute 10 voir une fois supérieure compte tenu du caractère asymptomatique de certains porteurs. En outre il faut sans doute douter très sérieusement des chiffres annoncés par le gouvernement chinois.

Le plus grand nombre officiel de décès a été comptabilisé en Italie, l’Espagne et les Etats-Unis étant les deux autres pays les plus touchés, précise le Center for System Science and Engineering de l’université de Baltimore.

Plus de 200.000 personnes ont guéri de la maladie, dont plus de 75.000 en Chine où le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 est apparu en décembre dernier.

La barre des 100.000 premiers cas de contamination avait été franchie au bout de 55 jours environ, celle des 500.000 après 76 jours, selon les calculs de Reuters à partir des statistiques officielles. Au-delà des chiffres plus ou moins discutables, ce qui est particulièrement inquiétant c’est la progression du taux de contamination à méthode de comptabilisation constante. Le nombre de cas a en effet doublé pour atteindre un million au cours des huit derniers jours.

Coronavirus France : 5.400 décès; 884 dans les Ehpad

Coronavirus France : 5.400 décès; 884 dans les Ehpad

5.387 décès dus au coronavirus depuis l’apparition de l’épidémie, dont 4.503 dans les hôpitaux et 884 dans les établissements sociaux et médico-sociaux

Le nombre de personnes hospitalisées a augmenté en 24 heures de 1.607 (+6,5%) pour atteindre 26.246. Parmi ces patients, 6.399 sont en réanimation (contre 6.017 mercredi), alors que la capacité totale en lits de réanimation a été portée dans le pays à plus de 9.000, a précisé Jérôme Salomon.

Cet indicateur, rappelle régulièrement Jérôme Salomon, est capital pour mesurer les effets du confinement général de la population mis en place le 17 mars dernier.

“Le délai d’apparition des formes graves pourrait être autour de 15 jours, jusqu’à 17-18 jours, cela veut dire qu’on est à peu près à cette période par rapport au début du confinement”, a précisé jeudi le directeur général de la santé.

“A la fin de la semaine ou au cours du week-end, on devrait commencer à avoir un impact (du confinement) sur les admissions à l’hôpital, sur les admissions en réanimation en particulier.” , a-t-il encore précisé.

Concernant les personnes hospitalisées en réanimation, Jérôme Salomon a déclaré que 35% d’entre eux avaient moins de 60 ans, 60% entre 60 et 80 ans. “Quatre-vingt-dix personnes en réanimation ont moins de 30 ans”, a-t-il relevé.

Quant au nombre de personnes sorties guéries de l’hôpital, il s’élève à 12.428, soit 1.493 personnes supplémentaires en 24 heures.

Coronavirus Italie : 760 décès 24 en heures en Italie; 14.000 en tout

Coronavirus Italie : 760  décès en 24 heures en Italie;  14.000 en tout 

 

760 personnes sont mortes du coronavirus ces dernières 24 heures, portant à 13.915 le nombre de personnes mortes du virus depuis le début de l’épidémie.

heureusement le nombre de nouvelles personnes infectées par le Covid-19 est en baisse dans le pays, puisque 2477 cas de contamination supplémentaires ont été signalés ces dernières 24 heures, contre 2927 mercredi. 83.049 personnes sont actuellement positives au coronavirus dans le pays, et au total, 115.242 cas d’infection ont été recensés dans le pays depuis le début de l’épidémie.

Actu économie, social, société, les plus lus

 

 

 

 

Déménagement de la gare de l’Est à Paris: le maire n’a aucune compétence !

 

 

 

 

 

  • Liens