Archive pour le Tag 'présidentielle'

Présidentielle 2022: après Mélenchon, Montebourg maintenant Taubira !

Présidentielle 2022: après Mélenchon, Montebourg maintenant Taubira !

D’une certaine façon, la gauche voudrait bien refaire le coup de Mitterrand en 81 à savoir présenter un programme très à gauche pour rassembler avant les élections. Ensuite l’élection passée, on passe aux choses sérieuses et aux alliances pour finalement mettre en place une politique tout aussi libérale sinon davantage qu’actuellement.

 

Après Mélenchon, après Montebourg,  c’est maintenant Taubira, la prêtresse de la gauche radicale déjà responsable de la défaite de Jospin et qui pourrait en rajouter une couche en 2022.

L’ancienne ministre, que l’on sait sceptique sur une aventure présidentielle, a donné son feu vert. Avec une question en tête: la mèche prendra-t-elle? Sur France Inter, fin septembre, elle avait déclaré«S’il se dégage que c’est à moi qu’il reviendra de tenir le gouvernail (…) oui, je serai là.» L’heure est enfin venue d’en avoir le cœur net, alors que les sondages la placent toujours haute dans l’électorat de gauche.

 

Le problème c’est que cet électorat de gauche est de plus en plus exsangue et qu’il s’appuie surtout sur les purs, les durs ; comme par exemple Chevènement en 81 qui avait préparé le programme socialiste, vite rangé dans un tiroir par Mitterrand pour être remplacé par les 101 propositions de l’intéressé.

 

Une candidature de plus de division à gauche même pas certaine de faire les 6 % qu’avait récupéré Hamon  au dernier scrutin présidentiel. En plus des candidatures de leaders de gauche très embourgeoisés !

États-Unis : les démocrates remportent tout, la présidentielle, la chambre des représentants et le Sénat

États-Unis : les démocrates remportent tout, la présidentielle, la chambre des représentants et le Sénat

 

On peut comprendre que Trump,  l’ancien président des États-Unis, ait déversé sa colère devant ses partisans les invitant à demi-mots entrer dans le Capitole  Pour Trump,  la défaite est sanglante. Non seulement il a perdu largement les élections présidentielles mais en plus il n’a pas triomphé dans la chambre des représentants et il a perdu la majorité au sénat. En Géorgie, dans deux scrutins très stratégiques pour le Sénat, le candidat démocrate Raphael Warnock s’est imposé face à l’élue républicaine sortante Kelly Loeffler, selon les projections des chaînes de télévision américaines et l’institut Edison Research, tandis que l’autre démocrate, Jon Ossoff, l’a remporté d’une faible marge face au républicain David Perdue.

Avec ce coup double des démocrates, le Sénat sera divisé en deux camps égaux de 50 parlementaires mais la vice-présidente élue Kamala Harris aura le dernier mot pour trancher en cas d’égalité, donnant de facto la majorité au parti de Joe Biden, qui contrôle déjà la Chambre des représentants.

Traditionnel bastion républicain, la Géorgie a surpris le 3 novembre en donnant une courte majorité d’environ 12.000 voix à Joe Biden sur Donald Trump et ce second tour des sénatoriales, en raison de l’importance de son enjeu au niveau national, a suscité une forte mobilisation dans les deux camps, avec une participation record estimée à 4,5 millions d’électeurs.

Les derniers jours de la campagne ont en outre été marqués par les efforts de Donald Trump en vue d’obtenir une inversion du résultat de la présidentielle dans cet Etat.

Le président sortant, qui ne reconnaît pas la victoire de son rival démocrate, a fait pression samedi sur Brad Raffensperger pour qu’il “trouve” suffisamment de voix en sa faveur,

Élection présidentielle de 2022 : les Républicains avec ou contre Macron ?

Élection présidentielle de 2022 : les Républicains avec ou contre Macron ?

 

La situation ne paraît guère confortable pour les Républicains par rapport à la future élection présidentielle. En effet, certains républicains ont déjà rejoint Macron au gouvernement. Théoriquement ,le groupe parlementaire républicain demeure dans l’opposition. Le problème fondamental est celui de l’homme ou de la femme susceptible d’incarner le rassemblement à droite. Or actuellement aucun leader ne parvient réellement à s’imposer sauf sans doute Sarkozy mais empêtré dans ses affaires politico-financières. On s’interroge de plus en plus à propos d’une candidature Macron. L’intérêt pour le parti républicain serait de faire partie de la majorité mais aussi de compter le groupe le plus puissant à l’assemblée nationale puisque les candidatures à la députation En marche risquent d’être balayées par l’opinion. Une manière de faire contrepoids à Macron et de le contrôler.

Présidentielle 2022 : Macron pas candidat ?

Présidentielle 2022 : Macron pas candidat ?

 

Pour 2022, Macon déclare qu’il «n’exclu(t) rien» non plus, y compris un scénario à la manière de François Hollande, qui a renoncé à se présenter en vue du scrutin de 2017, sur fond de forte impopularité. «Peut-être que je ne pourrai pas être candidat», a déclaré le chef de l’État vendredi à la fin d’un entretien de plus de deux heures au média en ligne Brut. Et d’expliquer qu’une déclaration immédiate de sa part, à un an et demi du scrutin, l’empêcherait de prendre ces possibles «décisions impopulaires»«Si je me mets dans la situation d’être candidat, je ne prendrais plus les bonnes décisions», ni de «risques pour «répondre à l’exigence du moment», avance-t-il, à la façon de ses prédécesseurs tenant à retarder une éventuelle entrée en campagne. «On vit quand même des temps qui sont assez inédits», se justifie le chef de l’État.

 

Et de rééquilibrer son propos en affirmant, «je suis candidat depuis le premier jour, parce que je me suis toujours construit, bâti, dans une volonté de convaincre et d’être au rendez-vous des résultats», explique-t-il.

 

Élection présidentielle États-Unis : aucune fraude déclare département de la Justice

Élection présidentielle États-Unis : aucune fraude déclare département de la Justice

« A ce jour, nous n’avons constaté aucune fraude d’ampleur qui aurait pu donner lieu à un résultat différent », a déclaré le ministre de la Justice.

Le mois dernier, William Barr avait demandé aux procureurs fédéraux d’enquêter sur tout élément crédible accréditant l’hypothèse d’une fraude électorale, tout en leur recommandant d’éviter de creuser « les accusations fantaisistes ou improbables ».

Joe Biden a été donné vainqueur de l’élection du 3 novembre avec 306 grands électeurs contre 232 à Donald Trump. Il a également remporté le vote à l’échelle nationale avec une avance de plus de 6,2 millions de voix.

Malgré cela, Donald Trump continue d’affirmer que l’élection a été entachée par de graves irrégularités et qu’on lui a volé la victoire.

Réagissant aux déclarations de William Barr, son équipe de campagne a regretté que le département de la Justice (DoJ) n’ait pas poussé davantage ses investigations.

Présidentielle 2022: une femme écolo pour départager le gauchiste Piolle et le radical-socialiste Jadot

Présidentielle 2022: une femme écolo pour départager le gauchiste Piolle et le radical-socialiste Jadot

 

Il est clair que le mouvement écolo qui a une légitimité en tant que mouvement de défense de l’environnement est plus contestable sur le plan politique. En effet, l’intérêt général ne saurait se réduire à la seule question environnementale même si elle est importante. Il convient aussi de prendre en compte tous les facteurs explicatifs de la crise historique que nous vivons notamment les aspects économiques, sociaux, technologiques mais aussi sociétaux. Autant de dimensions qu’enjambent  allègrement Europe écologie les Verts en raison des orientations gauchistes qui constituent leur véritable fondement philosophique et politique.

Du coup une femme, Sandrine Rousseau,( elle aussi marquée à gauche)  pourrait bien arbitrer le duel entre le très gauchiste Piolle et l’opportuniste Jadot sorte d’écolo radical-socialiste dont les positions se nourrissent surtout d’opportunisme et de sondages.

«Pour la première fois de notre histoire, nous pouvons gagner», martèle Julien Bayou. Voilà des mois que les Verts en sont convaincus. Après leur bon score aux européennes en 2019 et leur belle performance aux municipales de 2020, leur heure serait venue pour la présidentielle. Si EELV n’est pas hostile au rassemblement de la gauche, Julien Bayou prévient: «Nous ne voulons plus être sous-traités. S’il y a bien un parti qui s’est déjà retiré au profit des autres, c’est nous.» . Bref l’unité à gauche c’est pas pour demain desquamation

Présidentielle 2022 : Cambadélis aussi candidat socialiste, de pire en pire !

Présidentielle 2022 : Cambadélis aussi candidat socialiste, de pire en pire !

Après l’hypothèse de la candidature de François Hollande, c’est maintenant celle de Cambadélis le toujours fringuant gauchiste de 70 ans ambitionne la magistrature suprême. Il représenterait évidemment ce candidat d’union de la gauche écolo compris. Pas vraiment un problème pour cet ancien socialiste qui a navigué dans les différents courants pour finir dans la social-démocratie molle, une pseudo social-démocratie du parti socialiste qui a toujours ignoré le monde du travail et ses représentants, Pas un n’a jamais figuré dans les organes de direction du parti socialiste (une particularité française en Europe !). Un facteur explicatif de la quasi extinction d’un parti auquel Cambadélis a largement participé.

Alors qu’il avait promis 500 000 adhérents, lorsqu’il était secrétaire du parti socialiste il a fini avec 40 000 et a été contraint même de liquider le siège social. Ni son bilan, ni son âge ni son idéologie ne semblent refroidir l’ardeur de Cambadélis qui sait faire le grand écart entre le trotskisme, la pseudo social démocratie et le libéralisme de Hollande.

Bref Cambadélis représente l’archétype de ces dirigeants du parti socialiste à l’idéologie molle . Cambadélis n’a même pas été capable de se faire élire comme député en 2017. Ce fils de la bourgeoisie, gauchiste de salon, ancien  partisan de la révolution, puis de l’évolution enfin de l’immobilisme n’a pas d’états d’âme.

De toute manière comme chez la plupart des trotskisme, il est convaincu d’avoir raison et que  la dialectique doit l’emporter sur toute réalité, toute sincérité et  toute pertinence . Le dernier représentant officiel du parti socialiste Hamon n’avait remporté que 6 % des voix lors de la dernière élection présidentielle. Jean-Christophe Cambadélis, lui, pourrait faire encore moins ou la décomposition d’un pseudo parti socialiste avant la mort définitive comme le parti communiste.

Présidentielle : Hollande pour une nouvelle force politique», au secours !

Présidentielle : Hollande pour une nouvelle force politique»,  au secours !

 

En justifiant le fait que la gauche ne pourra pas avoir de candidats susceptibles de gagner les élections de 2022, Hollande veut travailler la création d’un nouveau parti politique est donc participer activement au jeu politique dans la perspective de 2022. Dans un entretien au Parisien de ce vendredi, l’ancien président socialiste indique même qu’il souhaite «travailler à la construction d’une nouvelle force politique»«Sans elle, la gauche de gouvernement n’aura pas de candidature capable de gagner la présidentielle. C’est de ce mouvement que viendra la solution», assure-t-il. En clair sans Hollande pas de victoire possible bien qu’il affirme n’être pas dans l’obsession. Certes le parti socialiste est en pleine décomposition depuis longtemps surtout avec le très transparent Olivier Faure, actuel premier secrétaire de ce qui reste des lambeaux du parti socialiste. Pour autant Hollande paraît vraiment le moins bien qualifié pour redonner à la fois du contenu et du dynamisme à une pseudo social-démocratie  qui s’est perdue dans les bras du libéralisme échevelé autant que dans l’incompétence.

Présidentielle 2022: Mélenchon pour une primaire avec lui seulement

Présidentielle 2022: Mélenchon pour une primaire avec lui seulement

 

En gros c’est ce que reprochent les forces de gauche à Mélenchon à savoir d’organiser une sorte de primaire bidon mais avec lui seulement comme candidat pour rassembler les sympathisants de gauche. Évidemment cela ne convient pas aux écologistes qui entendent bien faire la même démarche que Mélenchon à  savoir présenter un candidat qui réunirait toute la gauche. La démarche de Mélenchon est aussi critiquée par d’autres notamment les socialistes.

De toute manière, l’opinion semble assez loin des préoccupations électorales de Mélenchon dont l’ego pourrait bien tuer encore la gauche pour cette élection de 2022. Un ego surdimensionné bien sûr avec en plus des propos un peu surréaliste quand il suggère qu’il est la lumière que le pays attend au bout du tunnel !

«Quand tout va mal, et que cela semble nuit noire pour beaucoup de monde qui ne trouvent pas leur compte dans cette société, il faut allumer une lumière pour qu’on se dise: il y a un bout au tunnel, on peut faire autrement», a déclaré Jean-Luc Mélenchon. D’où son choix de soumettre sa candidature au vote de 150.000 citoyens. Un vote en ligne simple, complètement bidon d’une part parce qu’il sera facile d’obtenir 150 000 soutiens( sur les 2 millions followers de Mélenchon) et en plus des soutiens complètement anonymes et qui suffira de donner son pseudo de messagerie.

Présidentielle 2022: Mélenchon candidat…dans l’indifférence

Présidentielle 2022: Mélenchon candidat…dans l’indifférence

 

 

Sans doute une erreur de timing Mélenchon qui vient d’annoncer plus exactement de proposer sa candidature aux élections présidentielles de 2022. Une annonce qui a même été ignorée par nombre de médias tellement elle semble un peu décalée par rapport aux préoccupations actuelles.

 

Notons également que même dans les organisations politiques les réactions sont trop nombreux car cette annonce  ne change rien à la donne. On sait depuis longtemps que les écologistes à gauche ont l’intention de présenter leurs propres candidats. Ils veulent eux aussi exactement comme Mélenchon rassembler mais sur leur nom. Cela avec une difficulté supplémentaire puisque les écolos se déchirent comme d’habitude. Entre Jadot et le maire de Grenoble, c’est la guerre.

 

Du coup, le duel pourrait être arbitré par une candidate lui peu connue du grand public. Un atout sans doute pour éviter les déchirements mais un désavantage en termes de notoriété. De ce côté, Mélenchon lui aussi se veut le grand rassembleur. Pourtant personne n’empêchera la multitude des candidatures à gauche. Notons qu’elles seront aussi nombreuses à droite.

 

Il n’y a aujourd’hui que l’extrême droite qui est à peu près assurée d’éviter l’éclatement des candidatures. Pour Mélenchon la plupart des instituts de sondage lui donne autour de 15 % mais à condition d’être le seul candidat de gauche;  Soit assez loin des 20 % obtenus en 2017. Mélenchon avait failli obtenir la qualification pour le second tour. En 2022, il pourrait se retrouver en quatrième position avec un score autour de 10 % à peine.

 

Présidentielle américaine : les priorités Joe Biden

Présidentielle américaine : les priorités Joe Biden

 

La première priorité sera sans doute de combattre avec une plus grande efficacité la crise sanitaire qui fait d’énormes dégâts en moyenne 100 000 contaminés par jour actuellement au moins ( proportionnellement à peu près autant que la France qui détient aussi le triste privilège de figurer en tête des pays les plus touchés). Il faut noter qu’aux États-Unis la plupart des soins sont payants y compris à l’hôpital. Certes, il ne s’agira sans doute pas de rétablir un système universel mais d’aller plus loin que  l’ Obamacare , l’idée est de permettre à chacun de souscrire un programme de soins, type Medicare , mais aussi de faciliter l’adhésion fiscalement aidée à une assurance santé pour les plus défavorisés.

La seconde priorité concernera la relance économique. Joe Biden considère que le fameux made in america de l’ancien président est un concept très théorique. Il entend définir un label beaucoup plus contraignant.( Plus de la moitié des produits entrant dans la composition de la production devrait être américaine) Parallèlement,  il veut favoriser les dépenses publiques en faveur des biens et services produits américains. Biden entend privilégier le développement technologique et les investissements qu’il est supporte. Un plan de 700 milliards pourrait être consacré à cet objectif. Biden vise aussi parallèlement l’accroissement du nombre d’emplois.

En attendant les effets de ces investissements du futur un vaste programme d’infrastructures sera lancé de l’ordre de 1300 milliards sur 10 ans avec un plan immédiat de 50 milliards pour remettre à niveau des infrastructures.

En matière d’environnement , Joe Biden a promis d’engager 1700 milliards sur 10 ans au service du climat et de l’environnement. Par ailleurs,  il  va réadhérer à l’accord de Paris. Pour financer ces différentes mesures, la politique fiscale sera revue à la hausse mais de façon plus égalitaire aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises.

Au total Joe Biden va surtout apporter davantage de confiance et de lisibilité à l’avenir économique ce qui devrait générer une croissance bénéfique aux États-Unis mais également au plan international. Reste qu’il ne faut sans doute pas s’attendre à de changement radicaux des États-Unis dans leurs rapports économiques avec les autres puissances concurrentes dont l’Europe. Certes on comptera moins de déclarations tonitruantes mais globalement les États-Unis vont sans doute tenter d’être encore plus protecteurs de leurs intérêts.

Au plan international géopolitique, Biden va sans doute jouer la carte de l’apaisement notamment vis-à-vis de l’Iran et redonner vie aussi à l’OTAN ce qui passera notamment par des clarifications avec la Turquie.

 

 

Présidentielle 2022: Mélenchon lance sa campagne au pire moment

Présidentielle 2022: Mélenchon lance sa campagne au pire moment

Normalement c’est au cours d’une rencontre parlementaire prévue ce week-end que Mélenchon devrait annoncer sa candidature pour 2022. Une candidature lancée sans doute au pire moment. La première raison, c’est que les Français pensent à tout sauf à l’échéance présidentielle de 2022 en tout cas dans la période présente. En effet, les préoccupations premières -et de loin -concernent la crise sanitaire, la crise économique et la crise islamique.

D’une certaine façon, c’est d’ailleurs un peu indécent de déclarer une candidature quand en fait la priorité devrait être de présenter des programmes ou perspectives d’action sur chacun des champs prioritaires évoqués. En outre, sur la question de l’islamisme, en dépit de quelques pas en arrière très récemment, les insoumis sont loin d’être au clair sur la question. Certains comme Autain Clémentine entretiennent des liens plus que douteux avec certaine organisation qui lutteraient contre l’islamophobie , une lutte  qui en fait est au service de l’islamisme radical. Et que dire de ce mot d’humour plus que douteux-en tout cas scandaleux– de Clémentine Autain critiquant l’islamophobie au moment de l’assassinat de Samuel Patty :

« Qu’est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain qui fait   mine d’oublier que c’est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

Il est vrai que Mélenchon a pris quelques distances et a même déclaré que la communauté tchétchène pouvait poser des problèmes, ce qui lui a été beaucoup reproché. Cette déclaration de candidature de Mélenchon paraît un peu hors sujet et hors du temps. En outre, elle fait de toute recherche d’union avec les autres forces de gauche condamnées à se rallier à Mélenchon ou à ne pas se présenter. Ce qui évidemment vont refuser les écolos et autres. Pour la gauche la candidature de Mélenchon signifie l’éclatement de la représentation et un échec assuré, peut-être même une humiliation pour Mélenchon lui-même qui avait réalisé un très bon score en 2017. Bref la perspective d’une sortie par la petite porte.

Présidentielle: «victoire de l’extrême droite possible»( Michèle Cotta et Robert Namias)

Présidentielle: «victoire de l’extrême droite possible»( Michèle Cotta et Robert Namias)

Michèle Cotta et Robert Namias ont écrit ensemble un polar Le brun et le rouge qui envisage une victoire aux présidentielles de Marion Maréchal.  Une hypothèse douteuse pour certains, pourtant l’hypothèse victoire de l’extrême droite même des 2022 n’est pas à exclure compte tenu du climat actuel. Interview dans l’Opinion

Dans Le Brun et le Rouge, vous racontez l’élection à l’Elysée, en 2025, de la candidate de la France d’abord, une jeune femme Charlotte Despenoux, sous les traits de laquelle on reconnaît aisément Marion Maréchal. Cela signifie-t-il que vous estimez son ascension irrésistible ?

Michèle CottaNous avons fait un roman policier, surtout pas une thèse politique. Cela nous a permis de laisser une totale liberté à notre imagination. Mais nous l’avons écrit dans un certain contexte et en prenant en compte deux éléments. Le premier est qu’aujourd’hui, droite et gauche sont sous le boisseau face à un chef de l’Etat qui n’est ni droite-ni gauche. De la décomposition de ces deux familles historiques peut naître un appétit pour l’extrême droite ou l’extrême gauche. Le deuxième est ce qu’on raconte, y compris au sein du Rassemblement national : Marine Le Pen n’aurait pas de chance d’être élue, car elle se heurterait à un plafond de verre. Charlotte Despenoux, notre personnage, est catholique, libérale. C’est un composite de plusieurs tendances, qui existent au RN, mais aussi à droite.

Robert Namias: Dans notre scénario, la victoire de l’extrême droite à la présidentielle est possible grâce à un électorat composite qu’on appelle communément populiste et qui rassemble de manière assez évidente des électeurs d’extrême droite et des électeurs d’extrême gauche. C’est un cas de figure qui n’est pas nouveau. On l’a vu il y a vingt ans dans ce qu’on appelait le Midi rouge, où une partie des électeurs du PC sont passés au FN. Les projets respectifs de l’extrême droite et de l’extrême gauche peuvent comporter de vraies proximités (le protectionnisme, l’anti-européisme…). Dans une situation de crise, ces accointances idéologiques peuvent provoquer une alliance électorale à la base, plutôt qu’au niveau des états-majors, et la victoire par effraction d’une candidate d’extrême droite à la présidentielle. Aujourd’hui, au regard de la crise que nous traversons, cet improbable est devenu relativement possible.

« L’arrivée à l’Elysée d’un Président de 39 ans a aussi été l’expression d’un besoin de renouvellement de la classe politique »

Ce qui est frappant dans la conquête de Marion Maréchal, euh pardon de Charlotte Despenoux, c’est sa jeunesse, son énergie. C’est aussi un trait de caractère de son entourage. Face à cela, il n’y a plus qu’un système « vieilli, usé, fatigué », comme dirait l’autre…

R.N.: Nous avons écrit notre fiction sur un fond de décor sans précédent : à un an et demi de la présidentielle, aucun parti de gouvernement n’est en mesure de présenter un candidat ayant de vraies chances de gagner. Les deux seules formations politiques qui apparaissent structurées sont aujourd’hui La France insoumise et le Rassemblement national. PS et LR, qui ont été rejetés en 2017, n’ont pas réussi, depuis, à se reconstruire. Au-delà des circonstances politiques, l’arrivée à l’Elysée d’un Président de 39 ans a aussi été un fait générationnel. Cela a été l’expression d’un besoin de renouvellement de la classe politique.

M.C.: Dans nombre de secteurs de la société, comme les banlieues par exemple, on paye la disparition des catholiques et des communistes. Pendant longtemps, la fonction tribunitienne y était occupée par le PC et la fonction humaniste par les catholiques. Aujourd’hui, la fonction tribunitienne est exercée par l’extrême droite et l’extrême gauche. Tout comme par l’islam, qui peut y ajouter une dimension sociale.

La violence est également omniprésente…

R.N.: Les polars sont par nature toujours violents avec leur lot obligé de morts. A cela s’ajoute la violence sociétale qui accompagne l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir, même si celle-ci s’est faite, dans notre livre, démocratiquement. L’extrême droite peut arriver au pouvoir par un putsch militaire, comme au Chili ou en Grèce, mais aussi de manière tout à fait légale, à l’issue d’élections, comme on l’a vu en Allemagne, en Italie… Aucune démocratie n’est à l’abri ; c’est ce qu’on a voulu montrer.

M.C. : Il existe aujourd’hui en France un vrai désir d’autorité. Jusqu’où ira ce désir d’ordre ? Mais, il ne faut pas non plus négliger que, parallèlement, l’anarchie demeure un élément constituant de l’âme française. On le voit avec le sentiment anti-jacobin qui demeure toujours aussi fort, comme on peut le constater avec la crise sanitaire.

R.N. : Le peuple français est sans doute bipolaire !

Cette nouvelle Présidente, qui n’a aucune confiance dans le GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République) s’entoure d’une « garde prétorienne ». C’est une claire allusion à l’affaire Benalla ?

R.N. : Cela a toujours été ainsi. Les présidents de la Ve République ont tous organisé de manière plus ou moins poussée leur propre protection, notamment pour préserver leur vie privée. Souvenez-vous de François Mitterrand !

« Les journalistes de TF1 et France 2 n’avaient plus la cote et leurs noms avaient été relégués au bas de la liste des possibles au profit de leurs confrères des chaînes d’info », écrivez-vous. L’ancien directeur de l’information de TF1 et l’ex-directrice générale de France 2 que vous êtes estiment-ils que la montée en puissance de celles-ci, ces dernières années, a tout changé ?

R.N.: Tout, pas encore. Les journaux de 20 heures de TF1 et de France 2 gardent encore une audience exceptionnelle en Europe, même si elle est deux fois moindre qu’il y a dix ans. Mais c’est vrai qu’un problème est apparu avec la montée en puissance des chaînes d’info continue : celui de la hiérarchie de l’information. Les coups de projecteur sont mis sur une seule information et occultent tout le reste. Ce n’est pas normal.

Un des chapitres du livre est le récit d’un débat d’entre deux tours de la présidentielle. Vous qui en avez organisé ou animé, lequel vous a le plus marqué ?

M.C. : Celui de 1988 entre François Mitterrand et Jacques Chirac avec leur fameux affrontement « dans les yeux ». C’était un vrai moment de télé. Le débat reposait, comme il se doit, sur un schéma très structuré que nous avions préparé [Elie Vannier était l’autre arbitre du débat, N.D.L.R.]. Celui-ci s’est échappé car on ne pouvait pas anticiper que les deux hommes s’affronteraient sur le cas du diplomate iranien Wahid Gordji. Quand j’ai entendu Jacques Chirac demander à François Mitterrand s’il pouvait contester sa version des faits « en le regardant dans les yeux », je me suis dit qu’il était bien naïf.

« Je me suis toujours interrogé : Jacques Chirac a-t-il vraiment eu raison de refuser de débattre avec Jean-Marie Le Pen ? »

R.N. : Le débat de 2002, car il n’a pas existé, alors que nous avions fait une proposition pour l’organiser ! Je me suis toujours interrogé : Jacques Chirac a-t-il vraiment eu raison de refuser de débattre avec Jean-Marie Le Pen ? Ce n’est, selon moi, jamais une bonne solution de se dérober face à un adversaire. Il aurait été dans son rôle et eu tout à gagner à montrer aux Français les hérésies que contenait le programme de Jean-Marie Le Pen. De la même manière, son choix de ne pas tenir compte des conditions de son élection en nommant un gouvernement d’union nationale m’a toujours paru une autre erreur.

M.C. : Cela relevait d’un manque de confiance en lui. Quelques années plus tard, j’ai demandé à Jacques Chirac pourquoi il n’avait pas joué l’union nationale. Il m’avait répondu : « Je ne sais pas faire »…

De la fiction à la réalité, il n’y a qu’un pas. Votre livre débute en 2025. En 2022, Emmanuel Macron sera-t-il réélu ?

R.N. : C’est impossible de répondre dix-huit mois avant l’échéance à une telle question. L’irruption de l’imprévisible est devenue le quotidien de la politique en France. Cela lui donne un air de démocratie anglo-saxonne. A cela s’ajoute le fait que nous vivons une époque sans précédent. Elle concentre sur un même moment plusieurs évènements que nous avons déjà pu connaître dans le passé mais qui n’étaient pas superposés : une crise économique comme en 1929, une crise sociale comme celle qui précéda 40, une crise sanitaire comme du temps de la grippe espagnole. Les trois en même temps, c’est du jamais vu !

M.C.: J’y ajouterai un autre élément : on retrouve également le sentiment de décomposition politique d’avant la guerre de 40. Le personnel politique est contesté, les ligues font régner leur loi… A l’époque, la guerre était arrivée comme une délivrance. Nous sommes à nouveau dans un creux de la vie politique française. Il y a l’angoisse due au Covid. La démocratie et la nation sont contestées. L’esprit public est abîmé. La gauche et la droite ne se sont pas reconstruites… Tout peut arriver !

Le Brun et le Rouge de Michèle Cotta et Robert Namias, édition Robert Laffont, 390 pages, 20 euros.

 

Élection présidentielle : Sandrine Rousseau candidate des écolos ?

Élection présidentielle : Sandrine Rousseau candidate des écolos ?

L’ancienne porte-parole d’Europe écologie les Verts se pose en arbitre entre l’eurodéputé l’eurodéputé Yannick Jadot et le maire de Grenoble Éric Piolle.

Les profils des deux hommes sont en effet assez opposés. D’un côté, Yannick Jadot se situe plutôt au centre de l’échiquier politique tandis que son concurrent le maire de Grenoble Eric Piolle est plutôt un vert fortement teinté de rouge;  Bref plutôt un gauchiste utopiste.

Nombre de militants d’Europe écologie ne se retrouvent pas pleinement dans les positions de Yannick Jadot ou d’Eric Piolle. Il est reproché au député européen, Jadot,  d’être un peu trop social-démocrate, pas assez anticapitaliste et trop individualiste. Des critiques aussi s’adressent au maire de Grenoble considéré comme un gauchiste et un sectaire.

La candidature de Sandrine Rousseau est jugée plus consensuelle par certains cadres d’Europe Écologie-Les Verts qui assument, en interne, ne pas se retrouver dans les profils trop marqués voir trop polémistes de Yannick Jadot et d’Éric Piolle.

Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon temporise

Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon temporise

Après le succès des verts aux municipales et le relatif échec des Insoumis, Mélenchon temporise avant d’annoncer sa nouvelle candidature présidentielle de 2022. Le problème en effet c’est qu’une candidature écolo assez vraisemblable risque de le marginaliser. Du coup, Mélenchon donne du temps au temps en le justifiant : «C’est d’un ridicule de savoir comment désigner un candidat pendant que des gens meurent de peur de perdre leur boulot, de payer leur loyer», a-t-il d’abord balayé dimanche matin, en clôture des «AmFis d’été» de La France Insoumis, à Châteauneuf-sur-Isère, dans la Drôme. Jean-Luc Mélenchon a toutefois assuré qu’il prendrait sa décision «en octobre», soit avant les assemblées représentatives du mouvement, prévues en novembre, où la décision sera annoncée, a-t-il précisé sur TF1. «Si une autre option se présente entre nous, qu’on puisse en parler», a-t-il proposé.

Le chef des Insoumis estime cependant qu’il a une «responsabilité particulière» après ses deux premières candidatures à l’élection présidentielle (2012, 2017). Selon lui, ces dernières lui donnent « une légitimité » pour retourner dans l’arène. Le député des Bouches-du-Rhône a également vanté, à 69 ans, son «expérience» de la vie politique, et du pays en général.

S’il n’est donc pas encore officiellement candidat, le patron de LFI a déjà annoncé un premier acte de campagne. Les Insoumis vont «transformer» leur programme, L’Avenir en commun – qui va être retouché dans les prochains mois – en propositions de loi et directives européennes. «Pour vous montrer que vous aurez un gouvernement prêt à gouverner», a-t-il expliqué. Et d’ajouter : «Je préfère qu’on soit bien préparé».

 

Présidentielle 2022 : la guerre des écolos

Présidentielle 2022 : la guerre des écolos

 

Une fois de plus les écolos bobos ne vont pas échapper aux querelles intestines qui caractérisent la plupart des partis politiques. Pour l’instant, la lutte en prévision des présidentielles se circonscrit à Julien Bayou le patron des écolos, Yannick Jadot et Éric Piolle . Comme souvent on oppose comme priorité le choix du  futur leader candidat en 2022 et le programme. Jadot voudrait bien être désigné immédiatement et éviter la sélection des candidats.

 

À l’inverse Julien bayou veut mettre l’urgence sur la définition d’un programme. Éric Piolle , lui, cherche déjà des alliés auprès du mouvement de Mélenchon. La preuve en tout cas que nombre d’écolos bobos ont des ADN gauchisants. Pas étonnant, la plupart des gauchistes se sont résignés à abandonner les parties d’extrême-gauche de lutte ouvrière, de l’ancienne ligue communiste révolutionnaire et autres groupuscules afin d’utiliser l’écologie comme nouvel instrument de conquête politique. Pour cela d’ailleurs l’anticapitalisme, l’internationalisme domine la préoccupation environnementale. Le radicalisme sert de ciment à des idéologies assez disparates entre les vrais écolos, les gauchistes, les anarchistes et les rêveurs.

 

Pas étonnant que différents leaders écolos au cours de ces dernières années aient rejoint le parti socialiste, puis Macron. Mais pour l’instant l’heure est à la conquête électorale. Pas forcément un sujet qui intéresse les Français davantage préoccupés par la crise sanitaire et la crise économique plutôt que par 2022.

Biélorussie présidentielle : l’UE condamne le résultat

Biélorussie présidentielle : l’UE condamne le résultat

L’Union économique européenne condamne le résultat de l’élection présidentielle qu’elle juge illégal. Le président du Conseil européen a précisé que l’UE allait imposer des sanctions sur un nombre « substantiel » de responsables du régime du dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko.

Dans ce sens, la chancelière allemande Angela Merkel a également exprimé son soutien aux manifestants biélorusses qui contestent la réélection du président Alexandre Loukachenko. « Nous ne doutons pas qu’il y ait eu des fraudes massives lors de la présidentielle », a-t-elle déclaré à l’issue du sommet des 27 dirigeants de l’UE.

« Pour nous, il est clair que la Biélorussie doit trouver sa propre voie. Cela doit se faire par le dialogue et il ne doit y avoir aucune intervention extérieure », a ajouté la chancelière.

Lundi 17 août déjà, Steffen Seifert, le porte-parole d’Angela Merkel, avait exhorté les autorités à renoncer à l’usage de la violence contre les manifestants, à libérer « immédiatement et sans condition » ceux qui ont été emprisonnés et mettre en place un « dialogue national entre gouvernement, opposition et la société (…) afin de surmonter cette crise ».

Officiellement déclaré vainqueur le 9 août avec plus de 80% des voix à l’issue d’une présidentielle contestée, Alexandre Loukachenko fait face à une pression croissante. Sa reconduction au pouvoir, qu’il détient depuis 26 ans, a donné lieu à des manifestations sévèrement réprimées. Il a ordonné mercredi au gouvernement d’empêcher les troubles en Biélorussie et de renforcer les frontières. Le président a rejeté à plusieurs reprises l’idée d’un départ. Il se dit toutefois ouvert un référendum constitutionnel et à l’organisation de nouvelles élections. Dans le même temps il a sollicité l’aide militaire de la Russie.

 

Présidentielle 2022 – à droite, un candidat LR pour Noël ?

Présidentielle 2022 – à droite, un candidat  LR pour Noël ?

 

 

Le sondage Elabe diffusé le 1er juillet sur BFMTV, qui crédite François Baroin de 11 à 12% des voix à la présidentielle, loin derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen,  n’est pas très rassurant quant aux chances de succès d’un candidat du parti des républicains aux présidentielles. Du coup l’appareil veut accélérer le rythme. Beaucoup craignent en effet que faute de dynamique et de clarification le candidat naturel du parti républicain s’appelle Édouard Philippe.

L’hypothèse a été mise sur la table par Jean-François Copé. « J’ai dit ce que tout le monde ressent, explique-t-il. Nos électeurs, ce qui les intéresse, c’est d’avoir un nouveau leader et si nous ne sommes pas capables de créer une dynamique d’incarnation politique, ils se tourneront naturellement vers Édouard Philippe. Si Baroin y va, il occupera sans doute l’espace, mais s’il n’y va pas… » Si Jacob l’exclut, cette hypothèse séduit certains. Un responsable LR le rappelle : « 70 % des électeurs de Fillon voulaient que Philippe reste à Matignon. On ne peut pas raisonner uniquement en termes de trahison. »

 

Présidentielle 2022 : un sondage donne à Macron 55 % contre 45 % à Le Pen

Présidentielle 2022 : un sondage donne à Macron 55 % contre 45 % à Le Pen

Un  sondage Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio montre qu’ Emmanuel Macron et Marine Le Pen seraient au coude-à-coude au premier tour, avec respectivement 26% à 28% et 27% à 28% des voix, en fonction des scénarios testés.

Quel que soit le candidat de la droite, le chef de l’État et la présidente du Rassemblement national le distanceraient très largement : François Baroin et Xavier Bertrand plafonneraient tous les deux à seulement 12% des suffrages. Ce qui les placerait dans un mouchoir avec Jean-Luc Mélenchon, donné à 11% face au président de la région des Hauts-de-France, et 12% face au président de l’Association des maires de France.

Derrière, aucun autre candidat n’atteindrait la barre des 10%. Si Yannick Jadot se présente pour Europe Écologie-Les Verts, le troisième homme des européennes plafonnerait à 8%. Quant au souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), il oscillerait entre 5% et 5,5%. Enfin, le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, diviserait par deux le score de son camp par rapport à 2017, puisqu’il s’effondrerait à 3% des voix.

 

Pause

Présidentielle : François Baroin se décidera peut-être à l’automne !

Présidentielle :. François Baroin se décidera peut-être à l’automne  !

Président de l’ Association des maires de France (AMF), François Baroin ne s’est pas encore prononcé sur sa candidature éventuelle présidentielle de 2022. Il le fera peut-être à l’automne ( interview APF)

 

Craignez-vous une forte abstention au second tour des municipales, comme ce fut le cas au premier tour en raison du coronavirus?
Si le gouvernement confirme la possible tenue du scrutin, il faut tout faire pour que la participation soit la plus élevée possible. Les propositions du Sénat visant à faciliter les procurations vont dans la bonne direction. Le risque épidémique sera bien sûr une clé de la mobilisation le 28 juin.

 

L’enjeu du scrutin est-il local ou national?
Il serait paradoxal de faire appel aux maires à chaque fois que le Président est en délicatesse avec le pays et d’expliquer ensuite que ce scrutin est purement local! Les scores des candidats d’Emmanuel Macron au premier tour ont souvent été très décevants pour eux, pour ne pas dire humiliants. Ils ont été punis par les électeurs, qui sanctionnent leur incompréhension complète du besoin de proximité. C’est un échec sévère pour le parti du Président, qui avait abordé cette échéance avec beaucoup de certitudes : il mesure désormais le peu d’intérêt que les électeurs lui portent. Le premier tour a en revanche été un succès pour Les Républicains, qui restent la première force politique municipale. La droite en termine avec un long cycle de défaites. Cette dynamique va conforter la reconstruction de notre parti engagée par Christian Jacob, qui a su rassembler nos alliés naturels.

 

Le macronisme n’est-il, selon vous, qu’une parenthèse?
L’histoire le dira. Mais je suis frappé du traitement fait à Gérard Collomb : son rôle a été décisif en 2017 pour donner un peu de crédibilité à Macron aux yeux des élus locaux. Le voir se faire traiter de traître par ceux qui ont eux-mêmes quitté leur parti à l’époque pour le suivre dans cette démarche… c’est un peu l’histoire des arroseurs arrosés pour LREM!

 

Est-ce le retour du clivage gauche-droite?
Jamais, depuis 1958, un parti présidentiel n’avait eu un aussi faible enracinement local, c’est-à-dire avec le pays tel qu’il est. Au même moment, l’unité du groupe parlementaire LREM à l’Assemblée se dissout. Ils n’ont pas su trouver ce qui les rassemblait et cette lente dérive des continents va conduire à retrouver un paysage politique traditionnel : une droite populaire, forte d’une nouvelle génération qui a obtenu des scores spectaculaires aux municipales, comme à Reims, à Cannes ou à Chalon-sur-Saône, et une gauche qui reconstitue un arc assez large. La préoccupation environnementale est incontestable, mais elle n’est pas l’apanage d’un seul parti. Elle est portée par toutes les équipes municipales. Ce qui transcende aussi tous les clivages, c’est la demande d’efficacité locale. C’est pourquoi nous allons prendre une initiative très forte début juillet avec le Sénat et Territoires unis, qui rassemble régions, départements et communes.

 

Laquelle?
Le Président semble encore à la recherche d’idées. Puisqu’il écrit au Parlement et au Conseil économique et social pour savoir ce qu’il faut faire, je lui dis qu’il y a une chose à faire d’urgence : un grand texte de libertés locales. Nous demanderons des transferts de compétences, de moyens et d’effectifs aux collectivités locales, et une modification de la Constitution, notamment de son article 72, pour consacrer leur autonomie fiscale et financière et leur libre administration. Emmanuel Macron doit acter la fin d’un schéma ultra-centralisé qui a montré son impuissance lors de cette crise. Il a l’opportunité de se saisir de ce grand chantier, peut-être le seul de son mandat utile pour le pays.
Est-ce une révolution girondine que vous demandez?
Je souhaite une révolution de liberté et d’efficacité. Le statu quo n’est plus possible. La crise a mis en lumière, de façon douloureuse pour les Français, ce que nous disons depuis des années.

 

Faut-il sanctionner, lors de ce scrutin, la gestion de la crise du Covid-19 par le gouvernement?
Les électeurs le diront. Mais de nombreux maires en place ont montré leur réactivité, leur vélocité, leur volonté d’être utiles et de régler les problèmes quand l’État a montré des défaillances criantes. Je pense notamment à la distribution de masques chirurgicaux. La médecine de ville, le médico-social, les aides à domicile en ont manqué, le gouvernement ayant accordé la priorité à l’hôpital. C’est quand même une très grande partie du secteur de la santé qui a été ainsi mis de côté par ce gouvernement. Quant aux promesses sur les masques grand public, elles n’ont été tenues que grâce à l’action de nombreux maires. Ce sont eux qui ont fait le travail.

Comment jugez-vous la gestion de la crise par le gouvernement?
Ce qui est certain, c’est qu’il n’a pas tranché en début de crise qui devait être le pilote. Pour les élus, ce devait être le ministère de l’Intérieur. Il aurait fallu reconstituer le Conseil national de la sécurité civile abandonné par François Hollande. Il fallait aussi s’appuyer sur les militaires et les zones de défense pour combler le vide sidéral en matière de logistique, ce qui n’était pas dans les compétences du ministère de la Santé. La gestion de la proximité par ce pouvoir a été un échec incontestable.

 

LR a conclu des accords avec LREM dans cinq des dix grandes villes françaises. Vous n’êtes donc pas si opposés que cela au macronisme…
Les candidats d’En Marche, pour essayer d’exister, sont contraints de s’allier à ceux qui les ont battus. Aux échecs, c’est ce qu’on appelle un coup forcé : soit ils disparaissent du paysage, soit ils intègrent une majorité plus large sous l’autorité de maires républicains.

 

Vous gardez le mystère sur vos intentions pour la présidentielle. Vos amis espèrent un signe de votre part. Le ferez-vous cette année?
Le temps n’est pas à la présidentielle. Les leçons de la crise doivent être tirées, c’est la priorité pour les Français. Quelle que soit ma décision, je clarifierai mes intentions à l’automne.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol