Archive pour le Tag 'présidentielle'

Sondage Présidentielle : la menace Attal pour Édouard Philippe

Présidentielle : la menace Attal pour Édouard Philippe

La menace Attal se précise pour Édouard Philippe; en effet Dans un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, l’ancien premier ministre est le meilleur candidat de la majorité pour la prochaine présidentielle à (49%). Gabriel Attal réalise une percée fulgurante (+15 points depuis septembre) et atteint 44% d’opinion favorable. Les deux devancent très largement les autres «poids lourds» du camp Macron, Bruno Le Maire (30%), Gérald Darmanin (23%) et François Bayrou (19%).

Alors que la question du mode de désignation d’un successeur d’Emmanuel Macron est à l’agenda des stratèges du parti présidentiel, 40% des Français plébiscitent la tenue d’une primaire ouverte à tous les Français «se sentant proches» des idées du président.

Emmanuel Macron, qui ne peut se représenter pour un troisième mandat consécutif tentera-t-il de désigner lui-même son héritier ? L’option ne séduit en tout cas pas les Français (7%), ni ses sympathisants (11%), pourtant très légitimistes. Une courte majorité (41%) des Français considère que le président «aura un rôle important mais pas décisif» dans la nomination tandis que 38% pensent qu’il n’en «aura pas vraiment».

Sondage Présidentielle 2027 : la majorité s’écroule

Sondage Présidentielle 2027 : la majorité s’écroule


À trois ans de l’échéance présidentielle, Marine Le Pen caracole en tête des intentions de vote et se place désormais en position de prétendante à la victoire selon un sondage Ifop-Fiducial* pour Valeurs Actuelles. Quel que soit le candidat estampillé macroniste en lice, la candidate du RN arriverait en tête au premier tour : en forte progression, elle obtiendrait 36% des voix, loin devant Édouard Philippe ou Gabriel Attal avec chacun 22% des suffrages.

Marine Le Pen obtiendrait 50% des voix face au maire du Havre et 51% en cas du duel avec l’actuel premier ministre. Face à Gabriel Attal, Marine Le Pen remporterait le match dans toutes les classes d’âge, sauf chez les plus de 65 ans, qui ne voteraient qu’à 38% en sa faveur.
Mélenchon en tête à gauche, mais distancé face à Le Pen
Vivement critiqué pour ses positions sur la guerre entre le Hamas et Israël, Jean-Luc Mélenchon écrase pourtant ses concurrents à gauche en conservant son socle de 14% d’intentions de vote. Fabien Roussel obtiendrait 4% des voix quand Olivier Faure (PS) et Marine Tondelier (EELV) ne dépasseraient pas les 2%, soit 0,5% de plus que Nathalie Arthaud (LO) et Philippe Poutou (NPA). Au total, les candidats de gauche engrangent 25% des intentions de vote, à peine de quoi se qualifier au second tour. En cas du duel Le Pen/Mélenchon, la patronne des députés RN l’emporterait largement avec 64% des voix.

À droite, entre le candidat estampillé macroniste et Marine Le Pen, l’espace est restreint. Éric Zemmour est une nouvelle fois donné quatrième homme du scrutin avec 6% des suffrages (soit un point de moins que son score de 2022). Laurent Wauquiez, discret depuis un an, ne totaliserait que 5,5% des voix (4,5% en cas de candidature d’Édouard Philippe).

*L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 081 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 216 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Présidentielle Russie : la candidature du seul opposant interdite

Présidentielle Russie : la candidature du seul opposant interdite

Il faut vraiment que le pouvoir russe soit aux abois et dans une paranoïa pathétique pour interdire le seul candidat qui devait être opposé à Poutine. Vraisemblablement, ce candidat n’aurait pas dépassé les 5 à 10 % et Poutine aurait pu s’honorer d’une victoire autour des 90 %. Mais c’est encore trop ou plus exactement la peur règne en permanence autour du dictateur Poutine. Bafouer la démocratie à ce point démontre la nature de ce régime stalinien qui au mieux interdit les candidatures, au pire mais les intéressés en prison ou le plus souvent les élimine physiquement. La même peur doit sans doute travailler le régime chinois qui s’est cru obliger de pondre un communiqué pour condamner l’ingérence des occidentaux dans la démocratie russe. De quoi rire si ce n’était pas si grave.

Depuis plusieurs semaines, la candidature de Boris Nadejdine suscitait Un petit des citoyens russes. Partisan d’un arrêt de la guerre en Ukraine, ce vétéran proposait également une refonte du système démocratique russe. Une manière de critiquer les dérives autoritaires de Vladimir Poutine, au sommet du pouvoir depuis 1999. Il se montrait également favorable à une libération des « prisonniers politiques », comme Alexeï Navalny, l’ennemi numéro un du chef de l’État retenu dans une colonie pénitentiaire.

Poutine pourra donc se maintenir à son poste jusqu’en 2036grâce à l’adoption d’une réforme constitutionnelle en 2020.

Sondage Présidentielle 2027 : Marine Le Pen nettement en tête

Sondage Présidentielle 2027 : Marine Le Pen nettement en tête


À trois ans de l’échéance présidentielle, Marine Le Pen caracole en tête des intentions de vote et se place désormais en position de prétendante à la victoire selon un sondage Ifop-Fiducial* pour Valeurs Actuelles. Quel que soit le candidat estampillé macroniste en lice, la candidate du RN arriverait en tête au premier tour : en forte progression, elle obtiendrait 36% des voix, loin devant Édouard Philippe ou Gabriel Attal avec chacun 22% des suffrages.

Marine Le Pen obtiendrait 50% des voix face au maire du Havre et 51% en cas du duel avec l’actuel premier ministre. Face à Gabriel Attal, Marine Le Pen remporterait le match dans toutes les classes d’âge, sauf chez les plus de 65 ans, qui ne voteraient qu’à 38% en sa faveur.
Mélenchon en tête à gauche, mais distancé face à Le Pen
Vivement critiqué pour ses positions sur la guerre entre le Hamas et Israël, Jean-Luc Mélenchon écrase pourtant ses concurrents à gauche en conservant son socle de 14% d’intentions de vote. Fabien Roussel obtiendrait 4% des voix quand Olivier Faure (PS) et Marine Tondelier (EELV) ne dépasseraient pas les 2%, soit 0,5% de plus que Nathalie Arthaud (LO) et Philippe Poutou (NPA). Au total, les candidats de gauche engrangent 25% des intentions de vote, à peine de quoi se qualifier au second tour. En cas du duel Le Pen/Mélenchon, la patronne des députés RN l’emporterait largement avec 64% des voix.

À droite, entre le candidat estampillé macroniste et Marine Le Pen, l’espace est restreint. Éric Zemmour est une nouvelle fois donné quatrième homme du scrutin avec 6% des suffrages (soit un point de moins que son score de 2022). Laurent Wauquiez, discret depuis un an, ne totaliserait que 5,5% des voix (4,5% en cas de candidature d’Édouard Philippe).

*L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 081 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 216 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Politique: Élection présidentielle américaine et risques de conflits mondiaux

Politique: Élection présidentielle américaine et risques de conflits mondiaux (Eurasia Group)

Comme chaque année depuis sa création en 1998, l’Eurasia Group, un influent consultant américain spécialisé dans les risques géopolitiques, publie son rapport sur les grands risques pour l’année 2024. La Tribune a rencontré Cliff Kupchan, président de l’Eurasia Group et co-auteur du rapport. Notons également qu’à Davos on s’inquiète aussi sérieusement des conséquences économiques d’une éventuelle élection d’un Trump complètement imprévisible.(extrait)

Les États-Unis, démocratie prospère et fonctionnelle, sont classés comme risque principal de votre rapport 2024, devant deux conflits armés avec un risque d’embrasement régional, voire mondial. Pourquoi ce choix ?

CLIFF KUPCHAN – Les États-Unis font face à de sérieux problèmes structurels : la société est profondément polarisée et toutes les institutions, du Congrès à la justice en passant par les médias, font face à une crise de confiance, alors que se profile l’une des élections les plus clivantes et importantes de leur histoire. Le fait que l’un des deux candidats soit un ancien président ayant tenté d’entraver le processus démocratique est sans précédent, et en dit long sur l’état d’érosion des institutions américaines. On peut également s’attendre à une campagne ponctuée d’attaques ad hominem entre deux vieillards impopulaires… Bref, c’est une élection horrible.

En outre, quel que soit le résultat, il faut s’attendre à des conséquences négatives. Si Biden gagne et que Trump va en prison, près de la moitié de l’électorat sera convaincu que son candidat a perdu suite à une fraude électorale et été placé derrière les barreaux pour des raisons politiques. Si Trump l’emporte, il faut s’attendre à des manifestations dans de nombreuses villes, et sa seconde présidence sera beaucoup plus autoritaire que la première.

Pourquoi cela ?

Il est convaincu que l’élection de 2020 lui a été volée, et, grâce à l’expérience de son premier mandat, a bien identifié les éléments qui l’ont empêché de gouverner comme il l’entendait. On peut donc s’attendre à une purge de fonctionnaires, ainsi qu’à une confrontation avec le FBI et le Département de la Justice. Il va également faire en sorte que les enquêtes ouvertes contre lui soient closes et potentiellement cibler ses ennemis politiques.

Enfin, les contre-pouvoirs ne joueront pas leur rôle : le Congrès est trop divisé, les juges conservateurs sont en majorité à la Cour Suprême et trois d’entre eux ont été nommés par Trump… Il aura également les mains libres pour mener une politique extérieure génératrice de chaos : accélération de la guerre commerciale contre la Chine, fin de l’aide militaire à l’Ukraine, affaiblissement de l’OTAN et perte de crédibilité de l’article 5…

Le rapport pointe également le risque d’un embrasement au Moyen-Orient ainsi que d’une partition de l’Ukraine…

Le conflit entre Israël et le Hamas a de fortes chances de s’envenimer et de prendre de l’ampleur. La frontière nord-est particulièrement polémogène, dans la mesure où une confrontation avec le Hezbollah ouvre la voie à un conflit direct avec l’Iran. Les rebelles Houthis vont continuer de perturber le trafic en mer Rouge et les États-Unis vont sans doute devoir effectuer de nouvelles frappes à leur encontre, mais ils ne sont pas aussi proches de l’Iran que le Hezbollah, le risque d’escalade est donc moindre.

Concernant l’Ukraine, la partition est, selon nous, actée : les territoires occupés la Russie dans le Donbass et le sud de l’Ukraine ne retourneront pas sous le contrôle de Kiev. La dynamique est désormais favorable à la Russie, et le risque est que Zelensky, désespéré, n’agisse sans l’aval des États-Unis, en ciblant par exemple les exportations de pétrole russe dans la mer Noire, de quoi semer de nouveau la zizanie dans le marché mondial de l’énergie. Cette mer concentre la majorité des risques d’escalade : la Russie pourrait s’en prendre à des vaisseaux occidentaux transportant des céréales, par exemple, et les choses pourraient alors rapidement dégénérer.

OpenAI et ChatGPT ont fait couler beaucoup d’encre récemment. Selon vous, notre incapacité à réguler l’intelligence artificielle (IA) pose aussi un gros risque...

Il y a eu plusieurs tentatives bien inspirées de réguler l’IA l’an passé, notamment au sein de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis. Malheureusement, elles s’avéreront au mieux insuffisantes : l’IA avance trop vite, les capacités des grands modèles linguistiques doublent chaque mois. Avec deux écueils importants. D’importants flux de désinformations, d’une part, alors qu’une cinquantaine d’élections doivent avoir lieu cette année dans le monde, et une facilité croissante d’accès à l’IA pour les États voyous et acteurs malveillants, avec la possibilité de mener des attaques hautement disruptives.

Votre rapport pointe enfin la lutte pour les minerais critiques parmi les risques existants. Quel est le danger ?

Les États-Unis et l’UE vont causer une distorsion de la demande sur le marché, dans la mesure où ils ont besoin de ces minerais pour leur transition énergétique et plus généralement pour leur marché des nouvelles technologies. Cependant, ils ont tous deux mis en place des règles leur interdisant d’importer ces minerais depuis un certain nombre de pays qui portent atteinte aux droits de l’Homme. En outre, plusieurs marchés exportateurs, dont la Chine, qui occupe une place prépondérante dans le raffinage de ces minerais, veulent limiter ces exportations pour remonter la chaîne de valeur. Il y a donc d’importants risques de volatilité du point de vue de l’offre comme de la demande.

Puisque l’on parle de la Chine, finissons sur une note positive : malgré l’élection de Lai Ching-Te à Taïwan, les risques d’un conflit nous semblent plutôt faibles, les canaux diplomatiques entre la Chine et les États-Unis étant désormais très robustes. Cela pourrait changer si Trump est réélu, mais ce sera pour 2025…

Élection présidentielle américaine et risques de conflits mondiaux (Eurasia Group)

Élection présidentielle américaine et risques de conflits mondiaux (Eurasia Group)

Comme chaque année depuis sa création en 1998, l’Eurasia Group, un influent consultant américain spécialisé dans les risques géopolitiques, publie son rapport sur les grands risques pour l’année 2024. La Tribune a rencontré Cliff Kupchan, président de l’Eurasia Group et co-auteur du rapport. Notons également qu’à Davos on s’inquiète aussi sérieusement des conséquences économiques d’une éventuelle élection d’un Trump complètement imprévisible.(extrait)

Les États-Unis, démocratie prospère et fonctionnelle, sont classés comme risque principal de votre rapport 2024, devant deux conflits armés avec un risque d’embrasement régional, voire mondial. Pourquoi ce choix ?

CLIFF KUPCHAN – Les États-Unis font face à de sérieux problèmes structurels : la société est profondément polarisée et toutes les institutions, du Congrès à la justice en passant par les médias, font face à une crise de confiance, alors que se profile l’une des élections les plus clivantes et importantes de leur histoire. Le fait que l’un des deux candidats soit un ancien président ayant tenté d’entraver le processus démocratique est sans précédent, et en dit long sur l’état d’érosion des institutions américaines. On peut également s’attendre à une campagne ponctuée d’attaques ad hominem entre deux vieillards impopulaires… Bref, c’est une élection horrible.

En outre, quel que soit le résultat, il faut s’attendre à des conséquences négatives. Si Biden gagne et que Trump va en prison, près de la moitié de l’électorat sera convaincu que son candidat a perdu suite à une fraude électorale et été placé derrière les barreaux pour des raisons politiques. Si Trump l’emporte, il faut s’attendre à des manifestations dans de nombreuses villes, et sa seconde présidence sera beaucoup plus autoritaire que la première.

Pourquoi cela ?

Il est convaincu que l’élection de 2020 lui a été volée, et, grâce à l’expérience de son premier mandat, a bien identifié les éléments qui l’ont empêché de gouverner comme il l’entendait. On peut donc s’attendre à une purge de fonctionnaires, ainsi qu’à une confrontation avec le FBI et le Département de la Justice. Il va également faire en sorte que les enquêtes ouvertes contre lui soient closes et potentiellement cibler ses ennemis politiques.

Enfin, les contre-pouvoirs ne joueront pas leur rôle : le Congrès est trop divisé, les juges conservateurs sont en majorité à la Cour Suprême et trois d’entre eux ont été nommés par Trump… Il aura également les mains libres pour mener une politique extérieure génératrice de chaos : accélération de la guerre commerciale contre la Chine, fin de l’aide militaire à l’Ukraine, affaiblissement de l’OTAN et perte de crédibilité de l’article 5…

Le rapport pointe également le risque d’un embrasement au Moyen-Orient ainsi que d’une partition de l’Ukraine…

Le conflit entre Israël et le Hamas a de fortes chances de s’envenimer et de prendre de l’ampleur. La frontière nord-est particulièrement polémogène, dans la mesure où une confrontation avec le Hezbollah ouvre la voie à un conflit direct avec l’Iran. Les rebelles Houthis vont continuer de perturber le trafic en mer Rouge et les États-Unis vont sans doute devoir effectuer de nouvelles frappes à leur encontre, mais ils ne sont pas aussi proches de l’Iran que le Hezbollah, le risque d’escalade est donc moindre.

Concernant l’Ukraine, la partition est, selon nous, actée : les territoires occupés la Russie dans le Donbass et le sud de l’Ukraine ne retourneront pas sous le contrôle de Kiev. La dynamique est désormais favorable à la Russie, et le risque est que Zelensky, désespéré, n’agisse sans l’aval des États-Unis, en ciblant par exemple les exportations de pétrole russe dans la mer Noire, de quoi semer de nouveau la zizanie dans le marché mondial de l’énergie. Cette mer concentre la majorité des risques d’escalade : la Russie pourrait s’en prendre à des vaisseaux occidentaux transportant des céréales, par exemple, et les choses pourraient alors rapidement dégénérer.

OpenAI et ChatGPT ont fait couler beaucoup d’encre récemment. Selon vous, notre incapacité à réguler l’intelligence artificielle (IA) pose aussi un gros risque...

Il y a eu plusieurs tentatives bien inspirées de réguler l’IA l’an passé, notamment au sein de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis. Malheureusement, elles s’avéreront au mieux insuffisantes : l’IA avance trop vite, les capacités des grands modèles linguistiques doublent chaque mois. Avec deux écueils importants. D’importants flux de désinformations, d’une part, alors qu’une cinquantaine d’élections doivent avoir lieu cette année dans le monde, et une facilité croissante d’accès à l’IA pour les États voyous et acteurs malveillants, avec la possibilité de mener des attaques hautement disruptives.

Votre rapport pointe enfin la lutte pour les minerais critiques parmi les risques existants. Quel est le danger ?

Les États-Unis et l’UE vont causer une distorsion de la demande sur le marché, dans la mesure où ils ont besoin de ces minerais pour leur transition énergétique et plus généralement pour leur marché des nouvelles technologies. Cependant, ils ont tous deux mis en place des règles leur interdisant d’importer ces minerais depuis un certain nombre de pays qui portent atteinte aux droits de l’Homme. En outre, plusieurs marchés exportateurs, dont la Chine, qui occupe une place prépondérante dans le raffinage de ces minerais, veulent limiter ces exportations pour remonter la chaîne de valeur. Il y a donc d’importants risques de volatilité du point de vue de l’offre comme de la demande.

Puisque l’on parle de la Chine, finissons sur une note positive : malgré l’élection de Lai Ching-Te à Taïwan, les risques d’un conflit nous semblent plutôt faibles, les canaux diplomatiques entre la Chine et les États-Unis étant désormais très robustes. Cela pourrait changer si Trump est réélu, mais ce sera pour 2025…

Présidentielle américaine et risques de conflits mondiaux

Présidentielle américaine et risques de conflits mondiaux (Eurasia Group)

Comme chaque année depuis sa création en 1998, l’Eurasia Group, un influent consultant américain spécialisé dans les risques géopolitiques, publie son rapport sur les grands risques pour l’année 2024. La Tribune a rencontré Cliff Kupchan, président de l’Eurasia Group et co-auteur du rapport. (extrait)

Les États-Unis, démocratie prospère et fonctionnelle, sont classés comme risque principal de votre rapport 2024, devant deux conflits armés avec un risque d’embrasement régional, voire mondial. Pourquoi ce choix ?

CLIFF KUPCHAN – Les États-Unis font face à de sérieux problèmes structurels : la société est profondément polarisée et toutes les institutions, du Congrès à la justice en passant par les médias, font face à une crise de confiance, alors que se profile l’une des élections les plus clivantes et importantes de leur histoire. Le fait que l’un des deux candidats soit un ancien président ayant tenté d’entraver le processus démocratique est sans précédent, et en dit long sur l’état d’érosion des institutions américaines. On peut également s’attendre à une campagne ponctuée d’attaques ad hominem entre deux vieillards impopulaires… Bref, c’est une élection horrible.

En outre, quel que soit le résultat, il faut s’attendre à des conséquences négatives. Si Biden gagne et que Trump va en prison, près de la moitié de l’électorat sera convaincu que son candidat a perdu suite à une fraude électorale et été placé derrière les barreaux pour des raisons politiques. Si Trump l’emporte, il faut s’attendre à des manifestations dans de nombreuses villes, et sa seconde présidence sera beaucoup plus autoritaire que la première.

Pourquoi cela ?

Il est convaincu que l’élection de 2020 lui a été volée, et, grâce à l’expérience de son premier mandat, a bien identifié les éléments qui l’ont empêché de gouverner comme il l’entendait. On peut donc s’attendre à une purge de fonctionnaires, ainsi qu’à une confrontation avec le FBI et le Département de la Justice. Il va également faire en sorte que les enquêtes ouvertes contre lui soient closes et potentiellement cibler ses ennemis politiques.

Enfin, les contre-pouvoirs ne joueront pas leur rôle : le Congrès est trop divisé, les juges conservateurs sont en majorité à la Cour Suprême et trois d’entre eux ont été nommés par Trump… Il aura également les mains libres pour mener une politique extérieure génératrice de chaos : accélération de la guerre commerciale contre la Chine, fin de l’aide militaire à l’Ukraine, affaiblissement de l’OTAN et perte de crédibilité de l’article 5…

Le rapport pointe également le risque d’un embrasement au Moyen-Orient ainsi que d’une partition de l’Ukraine…

Le conflit entre Israël et le Hamas a de fortes chances de s’envenimer et de prendre de l’ampleur. La frontière nord-est particulièrement polémogène, dans la mesure où une confrontation avec le Hezbollah ouvre la voie à un conflit direct avec l’Iran. Les rebelles Houthis vont continuer de perturber le trafic en mer Rouge et les États-Unis vont sans doute devoir effectuer de nouvelles frappes à leur encontre, mais ils ne sont pas aussi proches de l’Iran que le Hezbollah, le risque d’escalade est donc moindre.

Concernant l’Ukraine, la partition est, selon nous, actée : les territoires occupés la Russie dans le Donbass et le sud de l’Ukraine ne retourneront pas sous le contrôle de Kiev. La dynamique est désormais favorable à la Russie, et le risque est que Zelensky, désespéré, n’agisse sans l’aval des États-Unis, en ciblant par exemple les exportations de pétrole russe dans la mer Noire, de quoi semer de nouveau la zizanie dans le marché mondial de l’énergie. Cette mer concentre la majorité des risques d’escalade : la Russie pourrait s’en prendre à des vaisseaux occidentaux transportant des céréales, par exemple, et les choses pourraient alors rapidement dégénérer.

OpenAI et ChatGPT ont fait couler beaucoup d’encre récemment. Selon vous, notre incapacité à réguler l’intelligence artificielle (IA) pose aussi un gros risque...

Il y a eu plusieurs tentatives bien inspirées de réguler l’IA l’an passé, notamment au sein de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis. Malheureusement, elles s’avéreront au mieux insuffisantes : l’IA avance trop vite, les capacités des grands modèles linguistiques doublent chaque mois. Avec deux écueils importants. D’importants flux de désinformations, d’une part, alors qu’une cinquantaine d’élections doivent avoir lieu cette année dans le monde, et une facilité croissante d’accès à l’IA pour les États voyous et acteurs malveillants, avec la possibilité de mener des attaques hautement disruptives.

Votre rapport pointe enfin la lutte pour les minerais critiques parmi les risques existants. Quel est le danger ?

Les États-Unis et l’UE vont causer une distorsion de la demande sur le marché, dans la mesure où ils ont besoin de ces minerais pour leur transition énergétique et plus généralement pour leur marché des nouvelles technologies. Cependant, ils ont tous deux mis en place des règles leur interdisant d’importer ces minerais depuis un certain nombre de pays qui portent atteinte aux droits de l’Homme. En outre, plusieurs marchés exportateurs, dont la Chine, qui occupe une place prépondérante dans le raffinage de ces minerais, veulent limiter ces exportations pour remonter la chaîne de valeur. Il y a donc d’importants risques de volatilité du point de vue de l’offre comme de la demande.

Puisque l’on parle de la Chine, finissons sur une note positive : malgré l’élection de Lai Ching-Te à Taïwan, les risques d’un conflit nous semblent plutôt faibles, les canaux diplomatiques entre la Chine et les États-Unis étant désormais très robustes. Cela pourrait changer si Trump est réélu, mais ce sera pour 2025…

Présidentielle américaine : Une victoire déjà inquiétante Trump dans l’Iowa

Présidentielle américaine : Une victoire déjà inquiétante Trump dans l’Iowa

L’ancien président américain a remporté, lundi 15 janvier, dans l’Iowa la première des primaires républicaines, ont annoncé les médias américains à peine une demi-heure après le début du vote, consolidant son statut de grand favori de la droite pour la présidentielle de novembre. Le magnat de 77 ans, quatre fois inculpé au pénal, laisse loin derrière lui ses principaux rivaux Nikki Haley et Ron DeSantis, même si les résultats sont encore provisoires et que les estimations continuent d’évoluer.

Une première victoire forcément inquiétante compte tenu du profil très caractériel de l’intéressé à la fois inculte, provocateur et imprévisible.

Présidentielle-Trump ou Biden: un enjeu considérable

Présidentielle-Trump ou Biden: un enjeu considérable

Pour l’ex-conseiller opinion de Nicolas Sarkozy à l’Élysée la perspective du match retour entre Joe Biden et Donald Trump en 2024 Constitue un enjeu considérable à la fois interne et externe. Interview dans  » la Tribune »

La présidentielle de l’an prochain sera « l’élection la plus importante en un siècle, peut-être même en deux », pour les États-Unis, écrivez-vous. Pourquoi ?

JULIEN VAULPRÉ – La polarisation de l’Amérique atteint un niveau de paroxysme qui n’a jamais été aussi fort depuis la guerre de Sécession. L’Amérique est à la fois hébétée, stressée et sur ses gardes. Le temps est aux doutes. Doute sur la nation, d’abord. L’histoire patriotique des pionniers, the American frontier, mélange de démocratie et de violence, se heurte à la honte de l’esclavage. Une woke America émerge contre celle de la « destinée manifeste » dotant l’Amérique blanche d’une vocation universelle autorisant toutes les barbaries. Doute sur l’État ensuite, car la Constitution n’a jamais paru aussi fragile et le verdict de l’élection présidentielle n’est plus inattaquable.

Pourquoi Trump et Biden n’ont-ils l’un et l’autre jamais été aussi puissants au sein de leurs partis ?

Pour une raison simple : les deux candidats les ont kidnappés. Grâce à un leverage buy-out électoral, Trump dispose du soutien inconditionnel de 30 % des républicains et il a purgé le parti des héritiers de Reagan et Bush. De son côté, Joe Biden a fait un hold-up. Sénateur en 1972, candidat aux primaires en 1988, vice-président et président, il est « le » Parti démocrate comme il est « la » figure de l’average Joe, l’Américain du coin de la rue. Les cols bleus s’y retrouvent, et il séduit à la fois Wall Street et la tech californienne. Joe Biden est également un antidote à l’image du parti des urbains wokes, ces hipsters parodiant Jack Kerouac, devenus upper class [les classes aisées] et focalisés sur le prix du latte et les débats intellectuels. Biden est un mea culpa d’Obama 2008, de sa campagne trop brillante, quasi messianique, aux espoirs infinis. La coolitude d’Obama a fabriqué d’immenses déceptions et été le terreau de la radicalisation conservatrice. C’est la revanche des « descendants », majorité blanche, classe ouvrière, populations âgées, face à la coalition of the ascendant, jeunes et minorités. Joe Biden a ainsi imposé une candidature inévitable.

En quoi Trump est-il le favori ? Que change sa disqualification de la primaire du Colorado ?

Donald Trump fait figure d’ultra-favori en dépit des multiples procédures judiciaires. La décision de la Cour suprême du Colorado est un événement mais pas un coup d’arrêt, car elle est suspendue jusqu’au 4 janvier et fait l’objet d’un recours. Trump n’a ni stratégie ni plateforme politique, mais il a des intuitions et un personnage. Il reste difficile à combattre. Il fixe les termes du débat et couvre de ses cris ceux qui ne lui conviennent pas. Sa force réside également dans les faiblesses de Joe Biden. La première, c’est l’âge : le président sortant est off chart [à côté de la plaque]. La deuxième, c’est le pari économique des « Bidenomics » : Biden a été pris à revers par une inflation qui continue de toucher le pouvoir d’achat des ménages. Le bilan économique est bon, mais, à ce stade, personne ne lui en sait gré.

Vous expliquez qu’en fait la campagne va se jouer sur l’avortement. Pourquoi ?

Les deux programmes sont de plus en plus similaires : protectionnisme, durcissement contre la Chine, réindustrialisation, politique migratoire restrictive. Seul le droit à l’avortement s’impose comme clivant, au détriment inattendu des républicains. Tant que son interdiction était un horizon souhaitable, c’était un outil de mobilisation, mais depuis qu’il s’agit d’une réalité dans plusieurs États, les plus conservateurs se démobilisent, ayant atteint leur but, tandis que les pro-choice démocrates se mobilisent.

Dans quels États l’élection va-t-elle se jouer ?

Les deux partis tentent de convaincre le même groupe d’électeurs, les classes moyennes centrales, écartelées par la mondialisation. Les électeurs démocrates se concentrent de plus en plus sur les deux côtes ; mais elles sont déjà acquises à) Biden. En revanche, ce sont les États où les non-diplômés restent nombreux, et avec eux les électeurs républicains, qui constituent les swings states. Ces États clés, ceux du doute américain, sont l’Ohio [remporté par Trump], la Pennsylvanie, le Michigan, ou le Wisconsin, arrachés par Joe Biden en 2020 et qu’il doit conserver. La bataille sera difficile en Géorgie, au Nevada, en Arizona, et les écarts pourraient être minimes dans le Minnesota, le New Hampshire, la Caroline du Nord et la Floride.


Quel que soit le vainqueur, les États-Unis ne s’enfonceront-ils pas malgré tout un peu plus dans la crise ?

À quoi ressemblerait un deuxième mandat de Trump ? En 2016, les Américains ont choisi l’aventure. En 2024, ils choisiraient la fureur. Trump reviendrait durci par des années de rancœurs politiques et mieux armé autour d’ultra-loyalistes. Ce mandat pourrait être une période de frein à la globalisation, même si celle-ci reste une priorité pour les décideurs économiques. À quoi ressemblerait une reconduction de Biden ? Il sera tenté par une politique interventionniste dans le domaine industriel afin de consolider l’industrie américaine. Tous les diplomates s’accordent à dire que l’obsession chinoise demeurera, et que les mesures protectionnistes seront renforcées. Au fond, l’Amérique a le choix entre la fureur et la langueur. L’Amérique est prisonnière de fantômes. Les siens, les mythes qu’elle s’est créés. Celui d’un American way of life en contradiction avec la mondialisation et le changement climatique. Celui d’une idolâtrie de l’argent et de la réussite face à une paupérisation rampante. Celui d’un melting-pot transformé en Fort Alamo géant derrière le mur de la frontière mexicaine contre l’immigration. Celui de sa foi inconditionnelle dans la liberté déformée au miroir grimaçant des hate speeches sur Internet, des overdoses d’opioïdes et des massacres par arme à feu. Pour se libérer de ses fantômes, l’Amérique a besoin d’un avenir et donc d’un passé réconcilié. L’avertissement de Tocqueville à la France révolutionnaire s’applique aussi aux États-Unis de 2024 : « Le passé n’éclairant plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres. »

Présidentielle 2027 : Darmanin futur Premier ministre d’ Édouard Philippe ?

Présidentielle 2027 : Darmanin futur Premier ministre d’ Édouard Philippe ?


Il est clair qu’au sein du gouvernement, personne ne parvient à s’imposer pour remplacer le moment venu Macron en 2027. Du coup Gérald Darmanin en tire sans doute des conclusions en prenant d’ores et déjà les devants pour annoncer qu’il soutiendra la candidature d’Édouard Philippe.

Une manière bien entendu aussi de se préparer comme futur premier ministre. Un poste qu’il envisage depuis longtemps afin d’obtenir la crédibilité suffisante avant la magistrature suprême.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est donc déclaré dimanche prêt à soutenir l’ex-Premier ministre Édouard Philippe à la présidentielle de 2027, parce qu’il est le «mieux placé» pour battre Marine Le Pen. «Je pense qu’Édouard Philippe est le mieux placé aujourd’hui, au moment où je vous parle», a déclaré Gérald Darmanin au média Brut qui l’interrogeait sur ses propres ambitions présidentielles.

«Moi je pense qu’il faut soutenir le mieux placé parce que je crois que Madame Le Pen peut gagner l’élection présidentielle. Je pense que c’est dangereux pour notre pays, même si je respecte Madame Le Pen», a-t-il dit dimanche au média Brut. «Je souhaite qu’Édouard Philippe puisse porter cela s’il respecte un certain nombre de choses sur lesquelles on peut être d’accord ou pas», a-t-il ajouté sans plus de précisions.

Sondage Présidentielle 2027 : Le Pen favorite au premier tour

Sondage Présidentielle 2027 : Le Pen favorite au premier tour

Dans toutes les hypothèses de la candidature à la présidentielle de 2027, Marine Le Pen apparaît comme favorite au premier tour

.

La cheffe du Rassemblement national recueille 30 à 33% d’intentions de vote au premier tour, systématiquement en tête. Jean-Luc Mélenchon (16 à 17%) arrive en seconde position, sauf en cas de candidature d’Edouard Philippe (deuxième avec 22%), voire de Bruno Le Maire (deuxième ex æquo, 16%). Les autres personnalités de la majorité testées douchent les espoirs macronistes d’accéder au second tour du scrutin: Gérald Darmanin (14% d’intentions de vote), Gabriel Attal (12%), Elisabeth Borne (11%) et Jean Castex (9%) sont donnés troisièmes. François Bayrou arriverait cinquième avec 8% d’intention de vote, alors que la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, ne recueille que 5% d’intentions de vote, en huitième position.

L’enquête a été réalisée en ligne du 1er au 4 septembre auprès d’un échantillon de 2.525 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 2148 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas.

Présidentielle 2027 : Carole Delga candidate

Présidentielle 2027 : Carole Delga candidate

Carole Delga, , ne fait plus mystère de son envie d’être candidate à l’élection présidentielle de 2027. La présidente (PS) du conseil régional d’Occitanie n’élude plus les questions à ce sujet. Invitée de La Tribune ce samedi aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence, elle a confirmé qu’elle est« engagée pour [le] pays, pour un projet national qui soit de gauche ».

« Je ne me résous pas à la montée de l’extrême-droite, à une présentation sur le thème « On a tout essayé, pourquoi pas essayer la famille Le Pen ? » et je ne me résous pas non plus à cette société de l’affrontement, de la France à deux vitesses », a-t-elle ajouté.

« Donc oui, je prendrai ma part », a enchaîné Carole Delga.

« La gauche a beaucoup de talent et beaucoup d’envie », a poursuivi la patronne de la région Occitanie, lâchant que sa famille politique – le Parti socialiste notamment – « n’avait pas suffisamment travaillé » la dernière présidentielle. La candidate Anne Hidalgo avait en effet récolté moins de 2% des suffrages en avril 2022…

Un temps révolu, selon elle. « Nous sommes de nombreux socialistes, hommes et femmes de gauche, qui travaillons avec ambition et pragmatisme, sans aucun dogmatisme et en pensant profondément que c’est en réconciliant les gens et en conciliant les enjeux écologiques et sociaux que nous pouvons faire gagner la France ».

« Et donc gagner les élections », a conclu Carole Delga.

Russie: Evguéni Prigojine (Wagner) , candidat à l’élection présidentielle en Ukraine !

Russie: Evguéni Prigojine (Wagner) , candidat à l’élection présidentielle en Ukraine !

De pire en pire pour la Russie comme pour le monde avec la candidature annoncée du patron de Wagner pour des élections présidentielles en 2024 en Ukraine!

Une annonce qui n’est pas gratuite et qui vise aussi Poutine car Prigojine se verrait bien aussi successeur de Poutine . Ce serait évidemment une catastrophe supplémentaire au plan mondial d’autant que le groupe Wagner développe ses activités économiques et politiques criminelles dans des pays de plus en plus nombreux, dans des pays de l’Est mais aussi en Amérique du Sud et en Afrique.

Pour dissimuler son opposition à Poutine, il se se dit prêt à affronter Volodymyr Zelensky ou encore l’ancien président Petro Porochenko en 2024.

Le patron du groupe paramilitaire russe se dit prêt à affronter l’ancien président Petro Porochenko et Volodymyr Zelensky : «Je me présenterai à ce poste contre» eux, martèle-t-il. «Si je gagne l’élection au poste de président de l’Ukraine, tout ira bien, les gars. Les munitions ne seront plus nécessaires», assure-t-il en direct du front de Bakhmout, la plus longue bataille depuis le début de l’offensive russe.

Cette dernière remarque vise directement le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, et le chef d’état-major, Valéri Guerassimov, que Prigojine accuse de commettre une «trahison» en refusant de fournir des munitions à Wagner. En début de semaine, il s’était de nouveau plaint d’un manque de munitions, attribuant les retards de livraison à une possible «trahison».

«Des ordres ont été donnés pour la livraison le 23 février. Mais à ce jour, la plupart des munitions n’ont pas été envoyées», avait déclaré Prigojine sept jours plus tôt. Il avait menacé : «Si Wagner se retire maintenant de Bakhmout, c’est le front tout entier qui s’effondrera». «Il s’effondrera jusqu’aux frontières de la Russie, peut-être même plus loin. De manière générale, la situation ne sera pas des plus agréables», avait-il poursuivi.

Présidentielle au Brésil : Lula nettement en tête mais le résultat pourrait être contesté par Bolsonaro

• Présidentielle au Brésil : Lula nettement en tête mais le résultat pourrait être contesté par Bolsonaro

Lula a obtenu 48,2% des voix, contre 43,30% pour Bolsonaro. Les deux candidats s’affronteront lors d’un second tour le 30 octobre.


• « La surprise serait que Jair Bolsonaro reconnaisse sa défaite sans rechigner », estime dimanche 2 octobre sur franceinfo, Frédéric Louault, professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles et spécialiste du Brésil. Le président sortant a donné de nombreux signes qu’il pourrait ne pas reconnaître les résultats en cas de défaite à la présidentielle, invoquant notamment des risques de « fraude ». Alors que le premier tour de l’élection présidentielle brésilienne a lieu ce dimanche, Lula est le grand favori selon les derniers sondages, étant crédité de 51-52% des suffrages. La campagne est marquée aussi « par la violence » et « beaucoup d’électeurs s’apprêtent à aller aux urnes avec un petit peu la peur au ventre en ayant la crainte des agressions », précise Frédéric Louault, auteur du livre « Le Brésil, l’interminable émergence », aux éditions Tallandier.

Ce sont deux visions du Brésil, et même du monde, qui s’affrontent lors de ce premier tour de l’élection présidentielle ?

• Frédéric Louault : Oui, ce sont deux modèles de société très opposés. L’ancien président Lula, parle de la « démocratie contre la barbarie » et en s’adressant au camp adverse, il évoque la « barbarie ». Du côté de l’actuel président sortant Jair Bolsonaro, lorsqu’il parle de son adversaire, il évoque le retour du « diable au pouvoir ». Cette élection est très tendue. Les derniers débats présidentiels, marqués par des attaques très dures entre les différents candidats, l’ont bien montré.

Est-ce qu’il y a une vague de rejet du président sortant Jair Bolsonaro, étant donné que d’après les derniers sondages Lula est très largement en tête ?
• Le président sortant a un rejet qui dépasse les 50%. Cela lui rend la tâche très difficile pour son projet de réélection. C’est un rejet qui, en particulier, est très lié à sa gestion de la crise sanitaire, mais aussi des affaires publiques en général avec un style marqué par une forte polarisation et par des provocations incessantes qui tend à fatiguer une grande partie de la population brésilienne. Jair Bolsonaro a d’ailleurs été accusé à l’issue de la crise sanitaire par son propre congrès de « crime contre l’humanité » et c’est utilisé par ses opposants pour le fragiliser.
• Mais les thèmes qui comptent le plus actuellement sont plutôt des thèmes d’ordre socio-économique avec les questions autour des programmes de redistribution et de la relance de l’économie. Pour l’ancien président Lula, c’est la question de la protection de la démocratie, de rétablir le cadre démocratique, de rétablir l’image du Brésil sur la scène internationale.
• Un dernier thème qui compte en faveur du président sortant, Jair Bolsonero, c’est la question des valeurs familiales et de la religion. Il joue beaucoup sur cela pour discréditer son adversaire. Enfin, Jair Bolsonaro joue aussi sur le thème de la corruption en associant le Parti des Travailleurs de l’ancien président Lula aux grands scandales de corruption pour essayer de le fragiliser. Une campagne tendue.

Est-ce que cela témoigne d’un pays, le Brésil, aujourd’hui particulièrement fracturé ?
• Aujourd’hui, le pays est fracturé, comme le sont d’autres pays de la région. Ce qui est inquiétant au Brésil, c’est que la violence a marqué la campagne électorale et beaucoup d’électeurs s’apprêtent aujourd’hui à aller aux urnes avec un petit peu la peur au ventre en ayant la crainte des agressions, des violences politiques.
• L’élection est moins festive que d’habitude et il y a aussi une grande inquiétude quant à l’issue pour savoir si Jair Bolsonaro n’est pas élu, est-ce qu’il va reconnaître sa défaite électorale. Jair Bolsonaro a en effet critiqué à maintes reprises le vote électronique. Quelles conséquences cela peut avoir, notamment en cas de défaite dès le premier tour ce soir si Lula obtient plus de 50% des suffrages. Que Lula obtienne plus de 50% des suffrages est une hypothèse assez crédible puisque les derniers sondages le placent entre 51 et 52% des voix.
• Bien sûr, Jair Bolsonaro a balayé les sondages en disant que les sondages faisaient eux même partie d’un grand système de fraude. Mais partant de ce scénario selon lequel Lula remporterait l’élection dès le premier tour, Jair Bolsonaro contesterait les résultats, comme il l’a annoncé à de nombreuses reprises. Et quand on parle avec ses bases électorales, on se rend compte que c’est un message qui a beaucoup d’écho et beaucoup d’électeurs de Jair Bolsonaro qu’on rencontre ici nous disent ainsi que s’il n’est pas élu dès le premier tour, c’est qu’il y a fraude et donc forcément, il faut s’attendre à ce qu’il y ait une dénonciation de fraude. La surprise serait que Jair Bolsonaro reconnaisse sa défaite sans rechigner.

Présidentielle 2022 : Une information objective des journalistes ?

Présidentielle 2022 : Une information objective des journalistes ?

 

 

D’après une étude, les Français seraient satisfaits de l’objectivité des journalistes pendant la campagne électorale. Pas tellement étonnant car cet étude a été commandé par des organes de presse. D’autres études ont démontré par ailleurs que les Français étaient de plus en plus dubitatifs vis-à-vis des grands médias.Selon une étude réalisée par Viavoice pour les Assises du journalisme de Tours, publiée samedi ; une majorité de Français (57%) juge « bonne » l’information délivrée par les journalistes pendant la campagne présidentielle. D’après ce sondage effectué en partenariat avec France Télévisions, France Médias Monde, Le Journal du Dimanche et Radio France, seuls 11% des personnes interrogées estiment que l’information délivrée était « très mauvaise » et 25% la trouvent « assez mauvaise », Parmi les Français satisfaits de la couverture faite par les médias, 8% estiment que l’information délivrée était « très bonne » et 49% « assez bonne ».

 

12345...25



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol