Archive pour le Tag 'hausse'

Tarifs d’électricité : hausse limitée à 4 % au lieu de 45 % !

 Tarifs d’électricité : hausse limitée à 4 % au lieu de 45 % !

 

La double peine pour EDF doit fournir de l’électricité sous tarifée  par rapport au prix du marché aux particuliers et aux entreprises mais aussi à ses concurrents. Un cout sans doute d’au moins une dizaine de milliards pour EDF et huit milliards pour l’État. Une mesure forcément conjoncturelle pour répondre à la folle envolée de toutes les énergies y compris l’électricité. Le pire c’est que dans la période actuelle, la France normalement exportatrice doit acheter de l’électricité à l’étranger au prix fort. En cause des opérations d’entretien retardé par la crise sanitaire et qui immobilisent  des réacteurs. Aussi le faite que Fessenheim a été fermée prématurément sur insistance de Nicolas Hulot alors  ministre de l’écologie, aujourd’hui en disgrâce.

Selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE), la hausse, qui aurait été de 330 euros par an pour un client résidentiel, ne sera que de 38 euros. Soit près de 300 euros d’économies. Pour un client professionnel, l’augmentation ne sera que d’environ 60 euros par an contre 540 euros. Pour en arriver-là, le gouvernement a annoncé jeudi dernier qu’il augmenterait de 100 à 120 térawatts-heure (TWh) les volumes qu’EDF doit céder à ses concurrents dans le cadre du dispositif Arenh (accès régulé à l’électricité nucléaire historique), une mesure susceptible d’avoir un impact de 7,7 à 8,4 milliards d’euros sur les résultats du groupe. Ces mesures interviennent alors que l’État va d’abord abaisser au minimum la taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité (TICFE), une mesure qui permet à elle seule ramener la hausse des TRVE à 20,04% TTC pour les ménages.

Moral des patrons allemands: En hausse

Moral des patrons allemands: En hausse

Curieusement c’est au moment où le gouvernement allemand baisse un peu ses prévisions de croissance que le moral des patrons s’améliore. Le moral des investisseurs allemands s’est amélioré en janvier, à 51,7 points, les marchés montrant un regain d’optimisme pour l’année à venir malgré les difficultés économiques actuelles liées aux pénuries et à la crise sanitaire, selon le baromètre ZEW publié mardi dernier. Cet indicateur, particulièrement instable, qui mesure les attentes des marchés financiers sur l’évolution de la conjoncture, a gagné 21,8 points par rapport au mois de décembre, qui était en baisse, selon un communiqué de l’institut ZEW. Il a dépassé les attentes des analystes de Factset, qui tablaient sur une modeste hausse de 0,6 point, à 30,5 points. Dans la zone euro, l’indicateur a pris 22,6 points à 49,4 points.

Pétrole : hausse record

Pétrole : hausse record

 

Alors que déjà les prix à la pompe atteignent des records que peuvent constater les automobilistes pour le carburant, le prix du pétrole continue lui aussi d’atteindre de nouveaux records. De nouvelles hausses qui ne manqueront pas de se répercuter encore sur le prix du carburant d’ici quelques jours ( nota : les hausses se répercutent beaucoup plus que les baisses !
Les prix du Brent et du WTI évoluaient mardi à leur plus haut niveau depuis plus de sept ans, dopés par des perturbations de l’offre, de vives tensions géopolitiques et une remontée de la demande, malgré le variant Omicron.

 Le cours du baril de pétrole a atteint ce mardi en séance son plus haut niveau depuis octobre 2014, avant que le flot de brut américain issu de l’exploitation des schistes fasse s’écrouler les prix.

En séance, le baril de Brent de la mer du Nord, la référence européenne, a atteint les 88,13 dollars puis évoluait sous la barre des 88 dollars. Celui du WTI la référence américaine a touché les 85,74 dollars pour refluer vers la barre des 85 dollars.

En cause, les craintes géopolitiques mais aussi le froid que connaissent plusieurs pays. Aussi l’envolée des prix des énergies en général.

Faillites entreprises : en hausse en fin d’année

Faillites entreprises : en hausse en fin d’année

 

Récemment ,on annonçait un record en 2021 de créations d’entreprise. Un examen détaillé dont rend compte la Tribune montrait cependant que la très grosse partie des nouvelles entreprises était composée de micro société particulièrement fragiles. L’étude de la démographie des entreprises n’a d’intérêt que si on met les créations en perspective et notamment ceci on les compare aussi aux faillites. De ce point de vue les faillites ont été nombreuses au quatrième trimestre 2021.

Au mois de décembre, les défaillances ont effectivement progressé de 9% par rapport à décembre 2021. Au dernier trimestre, la situation dans la construction est plus critique. Le gros œuvre, la maçonnerie générale, la construction de maisons individuelles, les travaux publics sont affectés. Dans l’immobilier, la conjoncture est encore plus morose avec une explosion des faillites dans la promotion immobilière (+54%) et dans une moindre mesure, les agences immobilières connaissent des difficultés (+9%).

« Au mois de décembre 2021, la plupart des secteurs et des régions sont dans le rouge. Dans l’industrie, il y a des tensions sur l’automobile. Dans le bâtiment, on a remarqué des tensions. La France a atteint un niveau plancher de faillites », estime une études d’Altarès

Les entreprises industrielles ont connu globalement une évolution favorable avec 12% de faillites en moins l’année dernière. En revanche, la fin de l’année est plus sombre avec un bond des faillites de 7%.

Ce rebond des faillites en fin d’année intervient alors que seulement près de 28.000 défaillances ont été recensées sur l’ensemble de l’année 2021. Il s’agit d’une baisse de 12% par rapport à 2020 et de 45% par rapport à 2019. Avant la crise sanitaire, les chiffres de faillites en France tournaient autour de 50.000 environ chaque année et sur 10 ans, la moyenne était de 44.000. «  Il y a eu beaucoup d’efforts dans l’accompagnement public. Le niveau de défaillances est très bas. C’est de bon augure sur le front de l’emploi et le front des affaires »   »Pour autant, la situation pourrait se ‘normaliser’ en 2022″ avance Thierry Millon.

L’un des principaux enseignements de cette vaste étude est que toutes les tailles d’entreprise ont enregistré une diminution des défaillances avec des ratios variant entre -6% et -38% au cours de l’année 2021. La plupart des grands secteurs ont été également épargnés par des fermetures en série. Si certaines entreprises dans l’automobile, dans la métallurgie ou la mécanique  ont particulièrement souffert de la pandémie en raison notamment d’une chute abyssale de l’activité, d’autres ont été préservées comme l’hôtellerie, les cafés et restaurants (HCR). Malgré des mois entiers de fermeture, la baisse des faillites est spectaculaire avec un record de 36,8% pour le HCR.

Il faut dire que les aides mises en oeuvre (fonds de solidarité, chômage partiel, PGE, prise en charge des coûts fixes) depuis le début de la pandémie ont permis de préserver une bonne partie des établissements, notamment dans les secteurs S1 et S1 bis. 

Hausse du carburant : ça continue….Discrètement !

Hausse du carburant : ça continue….Discrètement !

Discrètement mais sûrement le prix du carburant continu d’augmenter en ce début d’année 2022. En cause surtout les directives de contrôle de production de l’OPEP ( rejointe par la Russie pour former l’OPEP plus ). Une augmentation d’autant plus discrète qu’elle profite bien sûr aux pays producteurs mais aussi aux sociétés pétrolières et au gouvernement. Le carburant atteint ainsi des niveaux exceptionnels. Des hausses de prix qui participent àla croissance de l’inflation qui aura atteint environ 3 % en 2021 alors que pour l’instant les revenus du travail et l’épargne ne doit bénéficier que d’une hausse de 1 % en 2022. Bref la manière classique d’amortir une crise financière en pompant revenus et salaires via l’inflation.

Dans le détail, le litre de gazole a atteint, sur la semaine du 7 janvier, près de 1,59 euro – 1,5883 euro, précisément -, en hausse de cinq centimes par rapport au dernier relevé, fin décembre 2021. De même, le litre de SP95 (+6 centimes), de SP98 (+5 centimes) et de Superéthanol E85 (+4 centimes) ont tous augmenté.

Ces prix n’ont jamais été aussi élevés : à titre de comparaison, le litre de gazole avait atteint 1,53 euro mi-octobre 2018, au moment du déclenchement de la crise des «gilets jaunes», celui de SP95 1,57 euro et 1,64 euro pour le litre de SP98. La hausse est considérable, même par rapport à la période pré-crise sanitaire : aux premières heures de 2020, le gazole atteignait 1,48 euro, et le SP98 1,6 euro. Depuis le début de la crise sanitaire, les prix ont fait le grand écart, s’effondrant au moment de la première vague, avant de repartir progressivement à la hausse avec la reprise.

Covid France 12 janvier 2002 : forte hausse avec +368.149 cas en 24h.

.

Covid France 12 janvier 2002 : forte hausse avec +368.149 cas en 24h

On recense ce mardi 11 janvier 2022 : 126.059 morts au total, +341 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.212 (+73) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 98.847 (+268 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,44 le taux d’incidence à 2.790,03 et la tension hospitalière à 78,5 %. Le taux de positivité est à 15,9 %.

La France compte actuellement 23.371 (+622) personnes hospitalisées et 3.969 (+65) malades en réanimation.

Bilan des régions

  • Ile-de-France : 6.077 (+256) hospitalisées, 905 (+32) en réanimation et +66 décès en 24h
  • Grand Est : 1.698 (+12) hospitalisés, 307 (-6) en réanimation et +21 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.587 (+49) hospitalisés, 290 (0) en réanimation et +19 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 3.133 (+85) hospitalisés, 528 (+17) en réanimation et +39 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.816 (+32) hospitalisé, 554 (+13) en réanimation et +23 décès en 24h
  • Bretagne: 630 (-5) hospitalisés, 86 (-2) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Normandie : 1.039 (+51) hospitalisés, 112 (-1) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.300 (+6) hospitalisés, 252 (0) en réanimation et +20 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 671 (+27) hospitalisés, 111 (-7) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Occitanie: 1.875 (+5) hospitalisés, , 385 (-5) en réanimation et +22 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 682 (+18) hospitalisés, 123 (+5) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 943 (+4) hospitalisés, 154 (-1) en réanimation et +15 décès en 24h

Hausse des taux longs

Hausse des taux longs

comme prévu par nombre d’experts, la tendance à la remontée des taux ce confirme notamment des taux longs Les taux d’intérêt des emprunts d’État démarrent l’année sur les chapeaux de roues. Les Treasuries à dix ans américaines atteignaient lundi matin 1,8 %, un niveau pas vu depuis 2020, après une hausse d’un quart de point en une semaine. Le Bund allemand, négatif depuis mai 2019, s’apprête à repasser en territoire positif, à - 0,03 %.

Concrètement, depuis deux ans et demi, les investisseurs acceptaient de perdre de l’argent pour prêter à l’État allemand. C’est bientôt fini. Quant à eux, les taux des obligations du Trésor françaises à 10 ans avaient déjà franchi ce cap symbolique du retour dans le positif dès septembre 2021, pour le retrouver depuis la mi-décembre, après une brève incursion en dessous de zéro.

Lors de leur dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed il a été indiqué que la banque centrale pourrait être amenée à relever ses taux plus rapidement que prévu. En vérité, l’augmentation n’est pas considérable ni brutale. La banque centrale envisage de relever trois fois ses taux d’un quart de point; une opération qui pourrait commencer avant le printemps car les indicateurs économiques sont pour l’instant à peu près tous au beau fixe.

Peut-être une déclaration qui vit surtout à peser sur l’envolée de l’inflation qui a atteint plus de 6,8/1 an en novembre. Du coup la bourse a immédiatement intégré cette menace. «Le marché n’a pas aimé ce passage», ont commenté, dans une note, les analystes de Briefing.com. C’est d’abord le marché obligataire qui s’est cabré, le taux de référence des emprunts d’Etat américains à 10 ans bondissant au-dessus de 1,70%, à un plus haut de neuf mois. Déjà mal orienté, le Nasdaq a plongé, perdant plus de 3%. «Les titres qui ont des multiples élevés (prix de l’action rapporté au bénéfice) en prennent généralement plein la figure quand il semble que la Fed s’apprête à augmenter ses taux», a expliqué le responsable de l’investissement au sein de la société de gestion Bokeh Capital Partners.

 

TVA : recettes en hausse de 2,5 milliards depuis fin octobre

TVA : recettes en hausse de 2,5 milliards depuis fin octobre

Compte tenu du rythme de reprise de l’activité, mécaniquement les recettes fiscales augmentent en 2021 D’après Olivier Dussopt, ministre délégué en charge des Comptes publics, les recettes fiscales de l’Etat devraient être supérieures en 2021 à ce qui était anticipé par le gouvernement.

Première ressource financière de l’Etat, la TVA devrait notamment rapporter « 2,5 milliards d’euros » supplémentaires sur le seul dernier trimestre, a indiqué Olivier Dussopt sur BFM Business ce mardi:

« Nous avions dit en octobre que la TVA était à un niveau supérieur à ce que nous avions prévu début 2021. Et c’est normal, l’activité était plus forte. Depuis octobre, cette activité, encore plus forte que prévu, permet à l’Etat d’avoir une recette de TVA, sans bouger les taux, supérieure de 2,5 milliards à ce que nous pensions fin octobre », a expliqué le ministre délégué en charge des Comptes publics.

De son côté, l’impôt sur les sociétés devrait lui aussi rapporter davantage que prévu.

Reste cependant que le déficit budgétaire sera de 8 % en 2021. Une évolution négative en raison surtout de l’envolée  des dépenses

L’Opep : production en hausse

L’Opep : production en hausse

 

Considérant que le variant micron n’aura pas une grosse influence sur la demande d’énergie, l’ »OPEP plus » a décidé d’augmenter un peu le volume de production du pétrole. Depuis la chute des cours à près de 20 dollars en avril 2020 dans le sillage du confinement mondial pour faire face à la crise sanitaire entraînée par l’apparition du Covid-19, les prix du baril sont revenus évoluer autour des 80 dollars .

Dans ces conditions, et sans grande surprise, l’augmentation de 400.000 barils par jour du quota de production en février prochain, qui était à l’ordre du jour, a été entérinée. Elle traduit le fait que les 19 pays producteurs concernés considèrent que l’impact du variant Omicron sur l’économie mondiale, et donc sur la demande de pétrole, sera faible. Ce volume est le même que celui qu’ils avaient ajouté à la mi-2021.

Des interrogations demeurent quand même sur l’incidence de la pandémie vis-à-vis de l’activité mondiale et en fonction de l’impact sanitaire sur la croissance l’OPEP pourrait être amenée à revoir encore ses consignes de production.

Covid : des taux d’incidence en hausse avec de fortes différences

Covid : des taux d’incidence en hausse avec de fortes différences 

Un taux d’incidence de 1671 cas pour 100 000 habitants particulièrement inquiétants car cet indicateur montre l’état de la diffusion dans la population. Le taux d’incidence correspond au nombre de cas positifs au Covid-19 pour 100 000 habitants. La formule utilisée pour calculer ce fameux taux est la suivante : nombre de personnes positives multiplié par 100 000, le tout divisé par le nombre d’habitants de la zone étudiée. C’est ce chiffre qui fait basculer un département dans le rouge. Plus précoce que les données hospitalières, cet indicateur recense les résultats des tests virologiques (tests RT-PCR, tests antigéniques…).

 

Le taux d’incidence par département est un indicateur à suivre de très près pour suivre l’évolution de l’épidémie. Les taux d’incidence sont particulièrement différents selon les régions il varie de 500 à 2500 pour 100 000 habitants.

Le taux d’incidence global en France au vendredi 31 décembre 2021 (données consolidées) atteint 1.671,62 cas pour 100.000 habitants au cours des 7 derniers jours.

Les taux par zone géographique :

  • 01 — Ain — Bourg-en-Bresse 1.365,2   
  • 02 — Aisne — Laon 834,3  
  • 03 — Allier — Moulins 922,1   
  • 04 — Alpes-de-Haute-Provence — Digne-les-Bains  1.395,9   
  • 05 — Hautes-Alpes — Gap 1.355,9   
  • 06 — Alpes-Maritimes — Nice 1.449,6   
  • 07 — Ardèche — Privas 1.439,4   
  • 08 — Ardennes — Charleville-Mézières 935,9   
  • 09 — Ariège — Foix 999,4   
  • 10 — Aube — Troyes 917,4   
  • 11 — Aude — Carcassonne 1.189,1   
  • 12 — Aveyron — Rodez 1.060,1   
  • 13 — Bouches-du-Rhône — Marseille 1.694,3   
  • 14 — Calvados — Caen 1.094,5   
  • 15 — Cantal — Aurillac  929,9   
  • 16 — Charente — Angoulême  623,0   
  • 17 — Charente-Maritime — La Rochelle  873,0   
  • 18 — Cher — Bourges  872,5   
  • 19 — Corrèze — Tulle  912,9   
  • 2A — Corse-du-Sud — Ajaccio  1.802,7   
  • 2B — Haute-Corse — Bastia  2.123,4   
  • 21 — Côte-d’Or — Dijon 1.067,0  
  • 22 — Côtes-d’Armor — Saint-Brieuc  821,2   
  • 23 — Creuse — Guéret  714,7   
  • 24 — Dordogne — Périgueux  908,2   
  • 25 — Doubs — Besançon 1.109,1  
  • 26 — Drôme — Valence  1.578,9   
  • 27 — Eure — Évreux  1.144,5   
  • 28 — Eure-et-Loir — Chartres  1.365,1   
  • 29 — Finistère — Quimper  896,7   
  • 30 — Gard — Nîmes  1.234,1   
  • 31 —  Haute-Garonne — Toulouse  1.173,4   
  • 32 — Gers — Auch  851,4   
  • 33 — Gironde — Bordeaux  1.375   
  • 34 — Hérault — Montpellier  1.441,4   
  • 35 — Ille-et-Vilaine — Rennes  1.403,5   
  • 36 — Indre — Châteauroux  694,9   
  • 37 — Indre-et-Loire — Tours  1.108,2   
  • 38 — Isère — Grenoble  1.725,9   
  • 39 — Jura — Lons-le-Saunier 1.000,2   
  • 40 — Landes — Mont-de-Marsan  1.148,1   
  • 41 — Loir-et-Cher — Blois  762,0   
  • 42 — Loire — Saint-Étienne  1.491,5   
  • 43 — Haute-Loire — Le Puy-en-Velay  1.344,2   
  • 44 — Loire-Atlantique — Nantes  1.297,9   
  • 45 — Loiret — Orléans  1.086,9   
  • 46 — Lot — Cahors  1.055,6   
  • 47 — Lot-et-Garonne — Agen  795,9   
  • 48 — Lozère — Mende  732,8   
  • 49 — Maine-et-Loire — Angers  1.067,2   
  • 50 — Manche — Saint-Lô  937,3   
  • 51 — Marne — Châlons-en-Champagne 1.284,4   
  • 52 — Haute-Marne — Chaumont 712,6   
  • 53 — Mayenne — Laval  1.032,9   
  • 54 — Meurthe-et-Moselle — Nancy 957,8   
  • 55 — Meuse — Bar-le-Duc 776,3   
  • 56 — Morbihan — Vannes  1.096,1   
  • 57 — Moselle — Metz 936,4   
  • 58 — Nièvre — Nevers 850,7   
  • 59 — Nord — Lille 1.196,3   
  • 60 — Oise — Beauvais 1.393,0   
  • 61 — Orne — Alençon  926,7   
  • 62 — Pas-de-Calais — Arras 799,7   
  • 63 — Puy-de-Dôme — Clermont-Ferrand  1.481,1   
  • 64 — Pyrénées-Atlantiques — Pau  1.278,9   
  • 65 — Hautes-Pyrénées — Tarbes  1.120,2   
  • 66 — Pyrénées-Orientales — Perpignan  1.671,2   
  • 67 — Bas-Rhin — Strasbourg 1.725,4   
  • 68 — Haut-Rhin — Colmar 1.350,1   
  • 69 — Rhône — Lyon  1.660,9   
  • 70 — Haute-Saône — Vesoul 876,1   
  • 71 — Saône-et-Loire — Mâcon 965,8   
  • 72 — Sarthe — Le Mans  1.364,1   
  • 73 — Savoie — Chambéry  2.628,4   
  • 74 — Haute-Savoie — Annecy  2.605,7   
  • 75 — Paris — Paris 2.646,2   
  • 76 — Seine-Maritime — Rouen  1.646,5   
  • 77 — Seine-et-Marne — Melun 2.383,2   
  • 78 — Yvelines — Versailles 1.872,3   
  • 79 — Deux-Sèvres — Niort  812,6   
  • 80 — Somme — Amiens 854,0   
  • 81 — Tarn — Albi  943,5   
  • 82 — Tarn-et-Garonne — Montauban  971,0   
  • 83 — Var — Toulon  1.444,2   
  • 84 — Vaucluse — Avignon  1.194,5   
  • 85 — Vendée — La Roche-sur-Yon  857,3   
  • 86 — Vienne — Poitiers  779,6   
  • 87 — Haute-Vienne — Limoges  675,6   
  • 88 — Vosges — Épinal 914,8   
  • 89 — Yonne — Auxerre 2.221,3   ,
  • 90 — Territoire de Belfort — Belfort 3.018,3   
  • 91 — Essonne — Évry 3.034,8   
  • 92 — Hauts-de-Seine — Nanterre 2.550,5   
  • 93 — Seine–Saint-Denis — Bobigny 2.287,6   
  • 94 — Val-de-Marne — Créteil 2.448,5   
  • 95 — Val-d’Oise — Cergy-Pontoise 2.425,6   
  • 971 — Guadeloupe — Basse-Terre  860,0   
  • 972 — Martinique — Fort-de-France  630,5   
  • 973 — Guyane — Cayenne  622,3   
  • 974 — La Réunion — Saint-Denis  1.049,9   
  • 976 — Mayotte — Dzaoudzi 509,9  

 

Covid-19 : des taux d’incidence en hausse de plus en plus inquiétants

Covid-19 : des taux d’incidence en hausse de plus en plus inquiétants

Un taux d’incidence de 1671 cas pour 100 000 habitants particulièrement inquiétants car cet indicateur montre l’état de la diffusion dans la population. Le taux d’incidence correspond au nombre de cas positifs au Covid-19 pour 100 000 habitants. La formule utilisée pour calculer ce fameux taux est la suivante : nombre de personnes positives multiplié par 100 000, le tout divisé par le nombre d’habitants de la zone étudiée. C’est ce chiffre qui fait basculer un département dans le rouge. Plus précoce que les données hospitalières, cet indicateur recense les résultats des tests virologiques (tests RT-PCR, tests antigéniques…).

 

Le taux d’incidence par département est un indicateur à suivre de très près pour suivre l’évolution de l’épidémie. Les taux d’incidence sont particulièrement différents selon les régions il varie de 500 à 2500 pour 100 000 habitants.

Le taux d’incidence global en France au vendredi 31 décembre 2021 (données consolidées) atteint 1.671,62 cas pour 100.000 habitants au cours des 7 derniers jours.

Les taux par zone géographique :

  • 01 — Ain — Bourg-en-Bresse 1.365,2   
  • 02 — Aisne — Laon 834,3  
  • 03 — Allier — Moulins 922,1   
  • 04 — Alpes-de-Haute-Provence — Digne-les-Bains  1.395,9   
  • 05 — Hautes-Alpes — Gap 1.355,9   
  • 06 — Alpes-Maritimes — Nice 1.449,6   
  • 07 — Ardèche — Privas 1.439,4   
  • 08 — Ardennes — Charleville-Mézières 935,9   
  • 09 — Ariège — Foix 999,4   
  • 10 — Aube — Troyes 917,4   
  • 11 — Aude — Carcassonne 1.189,1   
  • 12 — Aveyron — Rodez 1.060,1   
  • 13 — Bouches-du-Rhône — Marseille 1.694,3   
  • 14 — Calvados — Caen 1.094,5   
  • 15 — Cantal — Aurillac  929,9   
  • 16 — Charente — Angoulême  623,0   
  • 17 — Charente-Maritime — La Rochelle  873,0   
  • 18 — Cher — Bourges  872,5   
  • 19 — Corrèze — Tulle  912,9   
  • 2A — Corse-du-Sud — Ajaccio  1.802,7   
  • 2B — Haute-Corse — Bastia  2.123,4   
  • 21 — Côte-d’Or — Dijon 1.067,0  
  • 22 — Côtes-d’Armor — Saint-Brieuc  821,2   
  • 23 — Creuse — Guéret  714,7   
  • 24 — Dordogne — Périgueux  908,2   
  • 25 — Doubs — Besançon 1.109,1  
  • 26 — Drôme — Valence  1.578,9   
  • 27 — Eure — Évreux  1.144,5   
  • 28 — Eure-et-Loir — Chartres  1.365,1   
  • 29 — Finistère — Quimper  896,7   
  • 30 — Gard — Nîmes  1.234,1   
  • 31 —  Haute-Garonne — Toulouse  1.173,4   
  • 32 — Gers — Auch  851,4   
  • 33 — Gironde — Bordeaux  1.375   
  • 34 — Hérault — Montpellier  1.441,4   
  • 35 — Ille-et-Vilaine — Rennes  1.403,5   
  • 36 — Indre — Châteauroux  694,9   
  • 37 — Indre-et-Loire — Tours  1.108,2   
  • 38 — Isère — Grenoble  1.725,9   
  • 39 — Jura — Lons-le-Saunier 1.000,2   
  • 40 — Landes — Mont-de-Marsan  1.148,1   
  • 41 — Loir-et-Cher — Blois  762,0   
  • 42 — Loire — Saint-Étienne  1.491,5   
  • 43 — Haute-Loire — Le Puy-en-Velay  1.344,2   
  • 44 — Loire-Atlantique — Nantes  1.297,9   
  • 45 — Loiret — Orléans  1.086,9   
  • 46 — Lot — Cahors  1.055,6   
  • 47 — Lot-et-Garonne — Agen  795,9   
  • 48 — Lozère — Mende  732,8   
  • 49 — Maine-et-Loire — Angers  1.067,2   
  • 50 — Manche — Saint-Lô  937,3   
  • 51 — Marne — Châlons-en-Champagne 1.284,4   
  • 52 — Haute-Marne — Chaumont 712,6   
  • 53 — Mayenne — Laval  1.032,9   
  • 54 — Meurthe-et-Moselle — Nancy 957,8   
  • 55 — Meuse — Bar-le-Duc 776,3   
  • 56 — Morbihan — Vannes  1.096,1   
  • 57 — Moselle — Metz 936,4   
  • 58 — Nièvre — Nevers 850,7   
  • 59 — Nord — Lille 1.196,3   
  • 60 — Oise — Beauvais 1.393,0   
  • 61 — Orne — Alençon  926,7   
  • 62 — Pas-de-Calais — Arras 799,7   
  • 63 — Puy-de-Dôme — Clermont-Ferrand  1.481,1   
  • 64 — Pyrénées-Atlantiques — Pau  1.278,9   
  • 65 — Hautes-Pyrénées — Tarbes  1.120,2   
  • 66 — Pyrénées-Orientales — Perpignan  1.671,2   
  • 67 — Bas-Rhin — Strasbourg 1.725,4   
  • 68 — Haut-Rhin — Colmar 1.350,1   
  • 69 — Rhône — Lyon  1.660,9   
  • 70 — Haute-Saône — Vesoul 876,1   
  • 71 — Saône-et-Loire — Mâcon 965,8   
  • 72 — Sarthe — Le Mans  1.364,1   
  • 73 — Savoie — Chambéry  2.628,4   
  • 74 — Haute-Savoie — Annecy  2.605,7   
  • 75 — Paris — Paris 2.646,2   
  • 76 — Seine-Maritime — Rouen  1.646,5   
  • 77 — Seine-et-Marne — Melun 2.383,2   
  • 78 — Yvelines — Versailles 1.872,3   
  • 79 — Deux-Sèvres — Niort  812,6   
  • 80 — Somme — Amiens 854,0   
  • 81 — Tarn — Albi  943,5   
  • 82 — Tarn-et-Garonne — Montauban  971,0   
  • 83 — Var — Toulon  1.444,2   
  • 84 — Vaucluse — Avignon  1.194,5   
  • 85 — Vendée — La Roche-sur-Yon  857,3   
  • 86 — Vienne — Poitiers  779,6   
  • 87 — Haute-Vienne — Limoges  675,6   
  • 88 — Vosges — Épinal 914,8   
  • 89 — Yonne — Auxerre 2.221,3   ,
  • 90 — Territoire de Belfort — Belfort 3.018,3   
  • 91 — Essonne — Évry 3.034,8   
  • 92 — Hauts-de-Seine — Nanterre 2.550,5   
  • 93 — Seine–Saint-Denis — Bobigny 2.287,6   
  • 94 — Val-de-Marne — Créteil 2.448,5   
  • 95 — Val-d’Oise — Cergy-Pontoise 2.425,6   
  • 971 — Guadeloupe — Basse-Terre  860,0   
  • 972 — Martinique — Fort-de-France  630,5   
  • 973 — Guyane — Cayenne  622,3   
  • 974 — La Réunion — Saint-Denis  1.049,9   
  • 976 — Mayotte — Dzaoudzi 509,9  

 

Covid-19: La fin de la hausse à mi-janvier ?

Covid-19: La fin de la hausse à mi-janvier ?

 

 

La fin de la hausse à mi-janvier ? C’est en tout cas ce que prétend Arnaud Fontanet est membre du Conseil scientifique. Cette prévision se fonde sur le fait que la vague pandémique est tellement violente dans le monde qu’une très grande partie de la population va se trouver de fête vaccinée après contaminations permettant ainsi une certaine immunité collective

Le pic du nombre de cas de Covid-19 «devrait culminer mi-janvier», a indiqué au Journal du Dimanche l’épidémiologiste Arnaud Fontanet. Alors que la France bat les records de cas quotidiens, avec plus de 200.000 contaminations par jour depuis mercredi, le membre du Conseil scientifique estime que «le pic hospitalier pourrait avoir lieu une semaine plus tard (…). L’Île-de-France sera la première touchée», a-t-il indiqué.

Le pic aura «une durée limitée» car les patients atteints de ce variant ont un besoin moindre de ventilation mécanique et séjournent moins longtemps à l’hôpital. La protection contre les formes sévères est très bien conservée avec le vaccin , a–t-il rappelé, «de l’ordre de 80-90 % après une dose de rappel».

« On peut s’attendre à ce que de nouveaux variants émergent mais, notre immunité se renforçant avec le temps, soit par infection naturelle, soit avec des doses de rappel du vaccin, leur capacité à donner des formes sévères va diminuer».

 

Covid–taux d’incidence : en forte hausse en Europe

Covid–taux d’incidence : en forte hausse en Europe

Les pays avec l’incidence la plus élevée dans le monde se situent surtout  en Europe, à commencer par le Danemark (incidence de 2.045), Chypre (1.969) et l’Irlande (1.964).

Ce mercredi 29 décembre 2021 (données consolidées), ce taux d’incidence s’élève en moyenne à 1.332,70 en France. En Île-de-France, ce même taux est de 2.206,20 cas pour 100.000 habitants au cours de 7 derniers jours.

Aussi, Santé publique France précise que ce taux d’incidence représente le nombre de personnes, sur une semaine glissante, testées positives (RT-PCR et tests antigéniques confondus) pour la première fois depuis plus de 60 jours rapporté à la taille de la population. Il est exprimé pour 100.000 habitants et permet de comparer des zones géographiques entre elles.

Le taux d’incidence peut fluctuer en fonction des activités de dépistage et de délais de rendus de résultat. Chaque département est classé selon trois couleurs : en rouge les départements avec taux d’incidence élevé, en orange ceux avec un taux d’incidence moyen, en vert, les départements avec un taux d’incidence faible.

CAC 40 : la Bourse de Paris encore en hausse avant correction

CAC 40 : la Bourse de Paris encore en hausse….. avant correction 

Comme d’habitude, c’est un peu le même rituel qui se déroule dans les milieux boursiers avec une envolée des cours vers la fin de l’année avant correction et prise de bénéfice. L’argent n’a pas manqué cette année grâce notamment à la générosité de la banque centrale européenne qui a inondé l’économie mais aussi les milieux financiers. Pour preuve de cette excellente santé financière, nombre d’entreprises se sont engagés dans la voie du rachat d’actions. Une opération complètement inutile sur le plan stratégique mais qui permet de gonfler les cours avant d’encaisser le fruit des hausses et de les faire payer ensuite aux naïfs de la bourse.

D’une certaine manière c’est le grand paradoxe de l’année 2021, année de crise sanitaire, année de redressement économique ( mais le retard demeure encore sur 2019) et d’amélioration du volume de liquidités des entreprises.

Le quoi qu’il en coûte était nécessaire mais il a été déversé sans condition vraiment contraignante et sans ciblage précis . De sorte que l’argent gratuit offert aux banques par la BCE n’a pas servi seulement qu’à soutenir l’économie. Il a aussi servi à soutenir inutilement les cours boursiers. Pour preuve cette augmentation de 30 % des cours complètement déconnectés de l’évolution des activités et de la vraie rentabilité des entreprises.

 

Hier l’indice CAC 40 avait encore gagné 0,57% à 7.181,11 points, un plus haut en clôture, mais, au cours de la séance, il était monté jusqu’à 7.187,76, un pic absolu améliorant son précédent plafond de la mi-novembre. 

Catastrophes climatiques : en hausse et un coût annuel de 170 milliards

Catastrophes climatiques : en hausse et un coût annuel de 170 milliards

L’an dernier, le montant des dommages économiques des 10 événements météo les plus coûteux avait été calculé à près de 150 milliards de dollars (environ 132,5 milliards d’euros) par l’ONG britannique Christian Aid , qui souligne que la plupart des évaluations «sont basées uniquement sur les dommages assurés, ce qui laisse supposer des coûts réels encore plus élevés».

En 2021 le cout se monterait à 150 milliards de dollars.

La catastrophe la plus coûteuse a été la tempête Ida (fin août/début septembre), qui avait notamment entraîné des inondations à New York, avec 65 milliards de dollars (57,43 milliards d’euros) de coûts économiques estimés.

Viennent ensuite les inondations de juillet en Allemagne, en Belgique et dans les pays voisins, avec 43 milliards de dollars (38 milliards d’euros) de pertes, puis la tempête hivernale Uri aux Etats-Unis, avec une vague de froid jusqu’au Texas, qui a notamment touché le réseau électrique et fait 23 milliards (20,32 milliards d’euros) de dégâts.

Une quatrième catastrophe dépasse les 10 milliards de dollars de dommages, les inondations dans la province du Henan en Chine en juillet, pour un coût de 17,6 milliards.

Suivent les inondations en Colombie-Britannique au Canada (novembre, 7,5 milliards), la vague de froid tardive d’avril en France (5,6 milliards), qui a ravagé de prestigieux vignobles, le cyclone Yaas en Inde et au Bangladesh (mai, 3 milliards), le typhon In-Fa en Chine (juillet, 2 milliards), les inondations en Australie (mars 2,1 milliards) et le cyclone Tauktae en Inde et au Sri Lanka (mai, 1,5 milliard).

Mi-décembre, le réassureur Swiss Re avait publié une estimation globale du coût des catastrophes naturelles en 2021 dans le monde, évalué à quelque 250 milliards de dollars (220,8 milliards d’euros), en hausse de 24% par rapport à 2020.

Hausse des hospitalisations d’enfants aux États-Unis

Hausse  des hospitalisations d’enfants aux États-Unis

Tandis que le débat s’éternise un peu partout à propos de la nécessité ou pas de vacciner les enfants, le variant, lui, semble toucher désormais toutes les catégories d’âge y compris avec des formes graves. Le variant Omicron continue ainsi de se propager aux États-Unis, où les autorités sanitaires de New York constatent une hausse du nombre d’enfants hospitalisés en lien avec le Covid-19, tandis que la Maison Blanche a promis dimanche de résoudre rapidement la pénurie de tests dans le pays. Le département de la santé de l’État de New York «surveille de près une tendance à la hausse des hospitalisations pédiatriques associées au Covid-19», selon un communiqué publié vendredi.

Covid France 25 décembre 2021: hausse avec +94.124 en 24h

Covid France 25 décembre 2021: hausse avec +94.124 en 24h

 

 Encore la hausse en France avec +94.124 en 24h. ,

On enregistre ce vendredi 24 décembre  122.462 morts au total, +167 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.033 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 95.429 (+167 en 24h)

Le taux de reproductivité R est de 1,09 le taux d’incidence à 597,80 et la tension hospitalière à 64,3 %. Le taux de positivité est à 8,4 %.

La France compte actuellement 16.173 (+113) personnes hospitalisées et 3.254 (+46) malades en réanimation

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 3.244 (+78) hospitalisées, 634 (+7) en réanimation et +24 décès en 24h 
  • Grand Est : 1.408 (-14) hospitalisés, 302 (+2) en réanimation et +11 décès en 24h 
  • Hauts de France : 1.249 (-9) hospitalisés, 283 (+13) en réanimation et +18 décès en 24h  
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.077 (+16) hospitalisés, 445 (+7) en réanimation et +19 décès en 24h 
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.260 (+24) hospitalisé, 435 (+12) en réanimation et +30 décès en 24h 
  • Bretagne: 440 (-6) hospitalisés, 66 (+3) en réanimation et +4 décès en 24h 
  • Normandie : 699 (-12) hospitalisés, 85 (-2) en réanimation et +13 décès en 24h 
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.056 (+15) hospitalisés, 246 (0) en réanimation et +10 décès en 24h 
  • Pays de la Loire : 466 (-12) hospitalisés, 95 (-3) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Occitanie: 1.519 (+7) hospitalisés, , 330 (+3) en réanimation et +14 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 467 (-16) hospitalisés, 100 (-3) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 789 (+13) hospitalisés, 127 (-4) en réanimation et +9 décès en 24h

Ce vendredi 24 décembre 2021, le virus Covid-19 touche 276.806.996 cas confirmés et a fait au total 5.375.296 morts dans le monde

Wall Street : hausse record….. avant correction ?

Wall Street : hausse record….. avant correction ?

Officiellement les experts expliquent la très forte hausse de la bourse à Wall Street par la prise en compte d’éléments rassurants relatifs au variant omicron. Les cours auraient progressé du faît que les opérateurs sont un peu rassuré par les experts qui affirment que le variant Omicron serait moins dangereux que le variant Delta, même s’il est nettement plus contagieux.

La vérité sans doute c’est aussi que le marché est très volatile et surtout que comme c’est la tradition certain grand opérateurs poussent  les cours à la hausse vers la fin de l’année avant la traditionnelle correction qui suit.

Le Dow Jones a ainsi terminé sur un gain de 0,55% à 35.950,56 points, l’indice Nasdaq, à forte pondération technologique, a pris 0,85% à 15.653,37 points et le S&P 500 a avancé de 0,62% pour s’inscrire à 4.725,79 points, un record absolu, le 68ème de l’année pour l’indice élargi.

 Le danger économique réel viendra sans doute d’un niveau d’inflation particulièrement élevée mesurée à à 5,7% sur un an en novembre, soit son rythme le plus élevé depuis 1982. Une inflation de nature à amputer sérieusement le pouvoir d’achat et qui va peser notamment sur la consommation. Dans l’enquête mensuelle de l’université du Michigan, publiée jeudi également, un ménage sur quatre a «spécifiquement cité l’impact négatif de l’inflation sur son niveau de vie».

Covid France jeudi 23 décembre 2021 : nouvelle forte hausse avec plus de 84 000 cas

  •  Covid France jeudi 23 décembre 2021 : nouvelle forte hausse avec  plus de 84 000 cas

au moins +84.272 cas  ces dernières 24h. On recense ce mercredi 22 décembre 2021, +170 morts en 24h soit 122.116 au total. Le nombre total de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.033 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 95.083 (+170 en 24h). 51.522.919 personnes sont totalement vaccinées contre la covid-19 en France.

Covid Monde 21 décembre 2021: Hausse partout et explosion en France

Covid Monde 21 décembre 2021: Hausse partout et explosion en France

 

 

  • En France 8.713.756 cas de contaminations au total dont au moins +72.832 ces dernières 24h. On recense ce mardi 21 décembre 2021, +229 morts en 24h soit 121.946 au total.
  • Au Royaume-Uni, on compte +22.553 nouveaux cas en 24h, soit 11.542.143 cas au total depuis le début de l’épidémie. Le pays enregistre, ce lundi 20 décembre 2021, +21 morts en 24h soit 147.433 morts au total. 98.640.641 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Allemagne, on comptabilise +23.428 nouveaux cas en 24h. Le pays compte, ce dimanche 19 décembre 2021, 6.833.050 cas recensés pour 108.814 décès (+462). 143.183.952 doses de vaccin ont été administrées.
  • En Italie, on note +30.783 nouveaux cas ces dernières 24h. On compte +153 décès en 24h ce mardi 21 décembre 2021. Le nombre de décès est désormais de 135.931 au total depuis le début de l’épidémie. Le nombre total de cas recensés est de 5.436.143. 106.585.939 doses de vaccin ont été administrées.
  • L’Espagne recense aux dernières remontées, 5.534.764 (+244) cas au total. Le pays dénombre, le lundi 20 décembre 2021, 88.794 morts au total soit 0 depuis le dernier bilan. 83.502.561 doses de vaccin ont été administrées.
  • Au Canada, on dénombre +10.450 nouveaux cas en 24h sur +10.450 au total, soit un nouveau record depuis le début de la pandémie, et 30.063 décès, dont +13 depuis hier. 65.385.590 doses de vaccin ont été administrées.
  •  Aux États-Unis, le nombre de nouveaux cas s’élève aujourd’hui à +61.213 contaminations recensées ces dernières 24h. Ce dimanche 19 décembre 2021, le pays compte 49.540.706 cas. Le nombre de décès ce jour est de +116 morts en 24h, soit 768.526 décès au total. 496.239.573 doses de vaccin contre la covid-19 ont été administrées.
12345...50



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol