Archive pour le Tag 'hausse'

Covid-19 : contaminés, hospitalisés et réanimés toujours en hausse

Covid-19 : contaminés, hospitalisés et  réanimés  toujours en hausse

 

Les chiffres clés de l’épidémie de coronavirus étaient toujours à la hausse dimanche 4 avril, avec plus de 5300 malades en réanimation, selon les données des autorités sanitaires.

On comptait 5341 personnes (contre 5273 samedi) dans les services de réanimation, qui traitent les formes les plus graves de la maladie. Il y a eu 3109 nouvelles admissions en une semaine, selon les chiffres de Santé publique France.

Dans ce domaine, la troisième vague de l’épidémie a dépassé lundi dernier le pic de la deuxième, qui était de 4903 malades dans les services de soins critiques à la mi-novembre.

Le nombre d’hospitalisations est toujours à la hausse, avec 13.717 patients traités pour le Covid-19, ces sept derniers jours, dont 3109 en soins critiques.

Concernant les contaminations, le taux de positivité sur les sept derniers jours, qui mesure le pourcentage de personnes positives au Covid-19 sur l’ensemble des personnes testées, s’établit à 7,8%.

La maladie a tué 96.678 personnes, depuis le début de l’épidémie en mars 2020, dont 70.602 à l’hôpital (+185 en 24 heures).

Selon les autorités sanitaires, plus de 9,2 millions de personnes ont reçu au moins une injection d’un vaccin contre le Covid-19 et plus de 3 millions de personnes ont reçu 2 doses.

Covid : la pandémie en hausse partout dans le monde

Covid : la pandémie en hausse partout dans le monde

 

Le Brésil reste le pays ayant enregistré le plus grand nombre de nouvelles contaminations cette semaine, avec 74.200 nouveaux cas quotidiens (-4%), devant les États-Unis (66.200, +14%), l’Inde (62.000, +39%), la France (38.700, +12%) et la Turquie (34.000, +40%).

En proportion de la population, hors micro-États, la Hongrie est le pays ayant recensé le plus de cas cette semaine (604 pour 100.000 habitants), devant l’Uruguay (539) et la Pologne (534).

Avec 582.600 contaminations enregistrées quotidiennement cette semaine, l’indicateur mondial a poursuivi sa hausse (+11% par rapport à la semaine précédente), selon un bilan de l’AFP arrêté à jeudi.

L’indicateur croît de nouveau depuis un mois et demi, après une chute inédite d’un mois en début d’année, qui avait vu les contaminations se réduire de moitié. Malgré la hausse des dernières semaines, l’indicateur reste très éloigné de son record (743.600 nouveaux cas quotidiens pendant la semaine du 5 au 11 janvier).

La quasi-totalité des régions du monde ont connu des accélérations cette semaine: +32% en Asie, +15% aux Etats-Unis/Canada, +9% en Europe, +6% en Amérique latine/Caraïbes et en Afrique, +2% au Moyen-Orient.

 

Au niveau mondial, les décès quotidiens ont augmenté sensiblement cette semaine (10.337 par jour, +13%), mais ils restent beaucoup moins nombreux que fin janvier, lorsqu’ils avaient flirté avec les 15.000 par jour.

Covid Turquie : hausse des 40.000 cas quotidiens, un record

Covid  Turquie : hausse des  40.000 cas quotidiens, un record

Il faut sans doute prendre avec des pincettes les chiffres des contaminations en Turquie. Ceci étend d’après les chiffres officiels le nombre de contaminés aurait atteint un chiffre de record de 40 000 en 24 heures en raison notamment de la réouverture des restaurants Selon le ministre de la Santé, 40.806 nouveaux cas de coronavirus ont été diagnostiqués en 24 heures et 176 personnes sont décédées des suites du Covid.

Covid-19 : indicateurs encore en hausse

Covid-19 : indicateurs encore en hausse

La France compte 28 581 personnes hospitalisées pour une infection au Sars-CoV-2, dont 5 109 en réanimation, selon les dernières données publiées par Santé publique France (SPF) jeudi 1er avril. Au total, 480 malades sont entrés en réanimation ces dernières 24 heures (ils étaient 408 il y a une semaine) et on compte 2 035 nouvelles hospitalisations (contre 1 860 il y a une semaine). Par ailleurs, 313 personnes sont mortes en 24 heures à l’hôpital, contre 225 il y a une semaine, rapporte SPF. Notons que santé publique France ne publie plus le nombre de contaminés qui a largement franchi la barre des 50 000 par jour.

Salaire aides à domicile : hausse « historique » enfin !

Salaire aides à domicile : hausse « historique » enfin !

 

 

Les salaires de base des les aides à domicile seront enfin augmentés. De quoi peut-être faciliter un recrutement particulièrement difficile. En cause souvent le temps partiel, les temps d’attente et les temps de déplacement peu ou pas pris en charge. De sorte que souvent les assistantes de vie gagnent moins que le SMIC mais avec des frais considérables de déplacement puisqu’elle utilise le plus souvent la voiture. (Notons aussi qu’il y a quelques hommes assistants de vie)

Concrètement, un salarié de catégorie A (soit le plus faible échelon), sans ancienneté, qui touche aujourd’hui le SMIC, sera augmenté de 2,2%. Mais avec 10 ans d’ancienneté, le même salarié (aujourd’hui également au SMIC), sera augmenté de 13,6%. «Il est essentiel de revaloriser ces professionnels mobilisés en première ligne auprès des personnes en perte d’autonomie dans la lutte contre la Covid-19, et qui permettront demain aux Français de vieillir plus longtemps chez eux», a commenté la ministre.

«C’est une excellente nouvelle!» a réagi auprès de l’AFP Thierry d’Aboville, le secrétaire général de l’ADMR, le principal réseau associatif d’aide à domicile. «C’est un message très fort adressé aux salariés», a-t-il commenté, soulignant que cette revalorisation allait améliorer l’attractivité du secteur, qui connaît des difficultés chroniques pour recruter. «On construit pour le futur: ça permet de donner des perspectives pour le secteur», s’est-il encore félicité.

Ces hausses de salaire représentent une enveloppe de 300 millions d’euros par an, à la charge des départements – compétents en la matière -, mais que «l’État s’engage à couvrir à 50%», ont précisé les services de Brigitte Bourguignon. Et pour la période d’«amorçage», soit les trois derniers mois de 2021, le gouvernement propose de porter sa contribution à 70% au lieu de 50%. En octobre dernier, l’exécutif avait fait voter un amendement au budget 2021 de la Sécurité sociale qui confirmait «l’engagement de l’État de contribuer à hauteur de 200 millions d’euros annuels au financement, par les conseils départementaux, des revalorisations salariales», rappelle Brigitte Bourguignon. «C’est une main tendue aux départements, nous sommes confiants qu’ils vont la saisir», a-t-on confié dans l’entourage de la ministre. «De toute façon, c’est une nécessité, les départements eux-mêmes reconnaissent que les salaires dans ce secteur sont indignes», a-t-on ajouté de même source.

À ce stade, l’Assemblée des départements de France (ADF) n’a toutefois «pas accepté cette proposition», selon Le Monde

PLUS FORTE HAUSSE DE LA MORTALITÉ DEPUIS 70 ANS

PLUS FORTE HAUSSE DE LA  MORTALITÉ DEPUIS 70 ANS

Selon des nouvelles données de l’Insee,  la France a connu une hausse significative et inédite des morts sur l’année 2020, la plus forte depuis maintenant 70 ans.

Dans le détail de ces travaux disponibles sur le site officiel de l’institut, l’année dernière, 668.000 décès toutes causes confondues ont été recensés, soit 55.500 de plus qu’en 2019 (+9,1%). Cette hausse est plus importante chez les hommes que chez les femmes et a surtout concerné les individus de plus de 70 ans.

Si l’Insee rappelle que l’augmentation annuelle des morts en France est vraie pour toutes les années depuis 2010, cette hausse observée en 2020 est « sans commune mesure » avec celle des années précédentes. De manière logique, en raison de la pandémie, cette augmentation a été divisée en deux vagues distinctes, au printemps et à l’automne 2020, qui correspondent aux deux pics de la circulation du Covid-19 sur le territoire national.

La première vague de décès remonte à la période de mars/avril, au cours de laquelle « 27.300 décès supplémentaires sont survenus par rapport à la même période de 2019. De son côté, la vague de l’automne a duré de septembre à décembre. Elle a été « moins intense », mais a duré « plus longtemps. » L’excédent « s’avère au final plus important que celui de la première vague (+34.300 décès, soit +17 %) », souligne l’Insee.

De plus, alors que la première vague s’était terminée de manière assez nette au mois d’avril, elle a été bien moins visible fin 2020. « Plutôt qu’une fin de deuxième vague, un plateau semble être atteint fin 2020, d’autant qu’en janvier 2021, les décès augmentent à nouveau légèrement », apprend-on également.

En raison de l’omniprésence du Sars-CoV-2, l’Insee souligne que les morts liées à l’épidémie de grippe dite « classique » sont bien moins nombreuses en 2020 qu’en 2019: « environ 4000 en 2020, après 8100 en 2019 et 13.000 en 2018. » À l’inverse cependant, les vagues de chaleur ont semblé être bien plus mortelles en 2020 qu’en 2019, avec 1900 morts contre 1500 l’année précédente.

Mais de manière générale, il est également signifié que le surcroît global de morts en 2020, 55.500 personnes donc, est bien plus élevé que « ceux des épisodes grippaux ou caniculaires des cinq dernières années » et même que le tragique bilan de l’épisode caniculaire de 2003.

Dans son rapport, l’Insee rapporte que l’excédent de mortalité de l’année 2020 a particulièrement touché les individus de plus de 70 ans, avec un bond de 14%. De plus, toujours dans les tranches d’âges les plus élevées, elle est aussi en forte augmentation chez les 80-89 ans (+9%) et au-delà (+12%). Pour les plus de 70 ans seulement, l’excédent se dénombre à 52.100 personnes disparues supplémentaires.

En revanche, les décès chez les classes d’âges les plus jeunes n’ont cessé de diminuer: -6% chez les moins de 25 ans et une proportion qui reste stable chez les 25-49 ans.

 

L’alerte à la hausse des contaminations va concerner d’autres régions (L’épidémiologiste Arnaud Fontanet)

 

L’alerte à la hausse des contaminations va concerner d’autres régions (L’épidémiologiste Arnaud Fontanet)

 

 

L’épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique, estime que l’alerte à la hausse des contaminations va concerner d’autres régions que celles soumises aux récents confinements.( Interview dans le JDD)

 

Comment comprendre ce « confinement » ouvert, dont Emmanuel Macron réfute le nom?
Le gouvernement choisit une approche rationnelle qui s’appuie sur un double constat. D’une part, l’impact très lourd du confinement sur la santé mentale des Français. D’autre part, la physiologie de la transmission du Sars-CoV-2. La très grande majorité des contaminations se produit en espaces clos – repas, bureaux partagés, covoiturage… –, lorsque les mesures barrière ne sont pas respectées. La stratégie consiste donc à dire : avec le retour des beaux jours, sortez, promenez-vous, faites du sport, tout en évitant les regroupements. Mais en contrepartie – et il faut insister –, limitez au maximum vos rencontres en intérieur, et si vous en avez, appliquez strictement les gestes barrière.

Les mesures annoncées suffiront-elles à freiner l’épidémie?
La question est de savoir si, avec la lassitude ambiante, les gens vont comprendre et se saisir de ces consignes. Mais en Île-de-France, dans les Hauts-de-France et en Paca, on n’a pas le droit à l’erreur. On frôle déjà les 100% de saturation en réanimation. Quoi qu’il arrive, on a devant nous deux à trois semaines avant que les mesures prises aient un effet sur les admissions en réanimation, pendant lesquelles le variant anglais va achever d’occuper l’espace. La pression sur l’incidence sera d’autant plus forte qu’il représentera 90% des cas fin mars et 100% courant avril, sachant qu’il est 60% plus transmissible que le virus historique.

Fallait-il laisser les écoles ouvertes?
Une fois que l’on est, comme aujourd’hui, dans une situation où le virus circule fortement, maintenir les établissements ouverts revient à prendre un risque. L’école n’est pas un amplificateur mais un reflet de la circulation du virus dans la communauté. Si l’immense majorité des enfants ne fait pas de complications cliniques, ils exposent leurs proches ayant des comorbidités ou leurs grands-parents. Dans l’étude ComCor que nous avons menée à l’Institut Pasteur, avoir un collégien ou un lycéen chez soi accroît de 30% le risque d’être infecté. On n’a pas observé d’augmentation de risque avec un enfant en primaire, mais c’était avant l’arrivée du variant anglais. Le dédoublement des classes de lycée par groupes va donc dans le bon sens. Mais il faut vraiment y réfléchir pour les collèges.

Une fermeture prochaine est-elle envisagée?
La question se pose. L’école est le talon d’Achille assumé du dispositif actuel. Mais garder les établissements ouverts le plus longtemps possible est important : il faut être strict sur les mesures sanitaires, notamment pendant les repas, éviter les regroupements aux alentours et y intensifier le dépistage. En Autriche, les élèves de primaire font deux autotests par semaine, ceux du secondaire, un seul. La France a l’une des plus fortes capacités de dépistage d’Europe : inspirons-nous de nos voisins!

 

Le conseil scientifique réclamait une stratégie précoce, régionale et ciblée pour anticiper la saturation hospitalière. Emmanuel Macron ne vous a pas entendus?
Le gouvernement y réfléchit, mais il prend aussi en compte les enjeux économiques et la santé mentale des Français. Pour nous, le maître mot demeure l’anticipation. C’est maintenant qu’il faut agir et tester ailleurs l’impact de nouvelles mesures pour voir si elles marchent, avant d’arriver au stade où l’on n’a plus d’autre choix que de tout fermer. Hormis la façade atlantique (Bretagne, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine) et peut-être la Corse qui ont toujours mieux résisté, on peut redouter que les autres Régions basculent bientôt dans une situation très difficile avec la poussée du variant anglais. Si les mesures proposées pour l’Île-de-France et les Hauts-de-France, sans doute allégées pour les commerces, étaient mises en place précocement dans ces autres Régions, on aurait le temps d’évaluer leur efficacité pour n’avoir à les durcir qu’en cas de nécessité.

Une réouverture des lieux culturels est-elle envisageable dans les zones peu touchées?
Il y a peut-être un peu de marge. Les données dont on dispose sur ces lieux quand ils étaient ouverts en octobre étaient rassurantes mais datent d’avant l’arrivée du variant anglais. Une fois la pleine mesure de l’intensité de l’épidémie connue quand le variant anglais occupera tout l’espace, on pourra voir si des allègements sont possibles dans les Régions où la circulation du virus est la mieux contrôlée.

Les Français seront-ils libérés avant l’été, grâce à la vaccination?
D’ici mai ou juin, on attend une réduction de 50% des hospitalisations par rapport à une situation sans vaccin. Mais tout dépend du contrôle de l’épidémie : diviser par deux, c’est très bien, mais cela ne nous mènera pas loin si les courbes s’envolent! L’impact réel de la campagne se fera sentir à l’été, si la population accepte de se faire très largement vacciner. Pour autant, il est crucial de ne pas aborder cette période estivale avec une circulation trop élevée du virus. Le variant anglais pourrait se révéler très déstabilisant lorsque les gens vont se relâcher, même si les plus fragiles sont protégés.

Vous aviez été le premier à parler des effets secondaires graves potentiels des vaccins. Que vous inspire le cas AstraZeneca?
C’est une bonne illustration d’une pharmacovigilance réactive. Sur 20 millions de vaccinés en Europe et en Grande-Bretagne, on a détecté 18 cas de ces thrombophlébites cérébrales avec troubles de la coagulation. Seize concernent des femmes, presque toutes âgées de moins de 50 ans. Le risque est faible mais suffisant pour recommander de basculer les injections au-delà de cet âge. La transparence est cruciale. Il faut s’adapter, et ne pas enterrer un vaccin parce qu’il y a un jour eu un signal. Et les nouvelles données du Royaume-Uni montrent que le produit d’Astra Zeneca est très efficace chez les personnes âgées contre les hospitalisations, déjà quinze jours après la première dose.

Les variants peuvent-ils compromettre la campagne vaccinale?
Ma réserve, c’est l’efficacité des vaccins contre les mutants du type sud-africain ou d’autres qui pourraient émerger. Cet « échappement » se produit quand la circulation du virus reste élevée et qu’une part importante de la population est immunisée, naturellement ou par vaccin. En Inde, au Brésil, en Afrique du Sud ou au Mexique, le risque d’apparition de nouveaux variants est important. Il faudrait une campagne de vaccination massive dans ces pays pour éteindre cette étincelle potentielle.

Faut-il avoir peur du mutant breton?
Il nous inquiète dans la mesure où il est plus difficile à détecter par prélèvement nasopharyngé et peut donc passer inaperçu. Cela rend le dépistage et l’isolement des malades difficile. Des enquêtes sont en cours par séquençage et par sérologie pour estimer l’étendue de sa diffusion. Mais il est trop tôt pour déterminer l’ampleur et la gravité qui y sont associées.

Une quinzaine de « recombinants » ont été détectés au Royaume-Uni. Est-ce préoccupant? 
La recombinaison est un phénomène courant avec les coronavirus. Il s’agit d’un échange de matériel génétique entre deux virus infectant la même personne. Il est difficile à détecter sauf quand un variant avec une séquence génétique suffisamment distincte apparaît, comme cela a été le cas avec le variant anglais. Il est encore trop tôt pour dire si ces recombinants représentent une nouvelle menace dans le cours de cette épidémie qui nous a déjà réservé bien des surprises.

Situation sanitaire : les deux tiers des Français ne font pas confiance au gouvernement

 

Selon un sondage Ifop pour le JDD, Il n’y a guère que les proches de la République en marche (91%) et les électeurs d’Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017 (70%) pour garder une confiance majoritaire dans la capacité du gouvernement à lutter efficacement contre le coronavirus. Ce chiffre est au plus bas depuis de le début de la crise sanitaire (34%).

Les Français interrogés par l’Ifop pour le JDD font confiance au gouvernement pour aider les entreprises en difficultés ( à vérifier !  NDLR) , mais seuls 34% (-4 points par rapport au 4-5 mars) l’estiment capable de lutter contre le coronavirus et 41% (+3 points par rapport au 4-5 mars) de mener à bien la campagne de vaccination. Les plus sceptiques sur ce dernier sujet : les 18-24 ans (30%). Les moins confiants : les 35-49 ans (48 %).

« La confiance économique est toujours là, bien incarnée par Bruno Le Maire, observe Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Mais jamais la confiance à l’égard de la gestion sanitaire n’a été aussi faible. » Mi-avril 2020, alors que le gouvernement annonçait le déconfinement du pays, ils étaient près de 46% à croire en la capacité du gouvernement à faire face au Covid-19. Un an plus tard, ils sont dix points de moins. Les artisans ou commerçants (31%), les ouvriers (29%) et les professions intermédiaires (28%) sont particulièrement sévères. Le Rassemblement national (13%) et les sympathisants de gauche également (33%).

Vaccination : changer de rythme et vite !

La présidente du Comité vaccin, Marie-Paule Kieny, estime qu’il faut « très vite changer d’échelle » pour la campagne vaccinale alors que le nombre de doses disponibles devrait fortement augmenter en avril. Elle incite à « créer des centres de vaccination comme les Etats-Unis l’ont fait depuis l’élection de Joe Biden avec des gymnases ouverts parfois 24 heures sur 24″.(Interview dans le JDD)

 

 

La France limite l’emploi du vaccin d’AstraZeneca aux plus de 55 ans. Est-ce justifié, alors que l’Agence européenne du médicament l’estime « sûr et efficace »?
Les autorités européennes ont pris le temps d’analyser les données et c’est très rassurant : on a trouvé un nombre inférieur de cas de thromboses parmi les personnes vaccinées par rapport à ce qui est attendu en population générale. Cela penche clairement en faveur de la poursuite de la campagne. On va cependant continuer à acquérir des informations sur une forme particulière inattendue et grave, et analyser de près son éventuel lien de causalité avec le vaccin. Dans l’attente, ces épisodes ayant été rapportés chez des personnes de moins de 55 ans, la Haute autorité de santé a recommandé d’utiliser plutôt d’autres vaccins dans cette tranche d’âge. C’est une position raisonnable.

Sa suspension temporaire n’a-t-elle pas accru la défiance des Français?
C’était une décision difficile. Dans une situation où les annonces inquiétantes se multipliaient, avec sept cas déclarés en Allemagne, il paraissait raisonnable de chercher à comprendre et de marquer une pause. Le début de la confiance, c’est la transparence. Cette prudence des pouvoirs publics doit justement donner confiance à nos concitoyens.

Pourquoi cet effet n’est-il pas apparu lors des essais cliniques, ou en Grande-Bretagne, où ce sérum a été massivement administré?
Pour l’instant, le lien de causalité n’a pas été démontré, ni la plausibilité biologique, c’est-à-dire, si le vaccin est en cause, quels mécanismes sont en jeu. S’il était établi, cet effet indésirable ne toucherait que quelques personnes sur un million environ. Les essais cliniques les plus importants portaient sur 40.000 volontaires, dont la moitié ont reçu un placebo, et n’auraient pas permis d’identifier un phénomène aussi rare. En Grande-Bretagne, le produit d’AstraZeneca a été administré en majorité à des plus de 65 ans. Une tranche d’âge dans laquelle cette forme de thrombose cérébrale n’a pas été non plus été détectée dans le reste de l’Europe.

La campagne française avance-t-elle assez vite?
Bien sûr que non. Mais son rythme est contraint par l’approvisionnement, pas par notre capacité à injecter les doses. Grâce aux week-ends de vaccination intensive, on n’avait plus de flacons « dormants ». Avec l’interruption d’AstraZeneca on a à nouveau du stock à écouler. A partir d’avril on espère avoir bien plus de doses disponibles. Il faut donc très vite changer d’échelle, créer des centres de vaccination comme les Etats-Unis l’ont fait depuis l’élection de Joe Biden avec des gymnases ouverts parfois 24 heures sur 24. En France, on a peut-être péché par excès de prudence. Les « vaccinodromes » souffrent d’une image négative. Mais si la campagne ne repose que sur les hôpitaux, les généralistes et les pharmaciens, on n’ira pas assez vite pour mener à bien cette phase « 2.0″ où l’on va essayer de vacciner tout le monde.

Le vaccin unidose de Johnson&Johnson, attendu mi-avril, peut-il changer la donne?
Un produit de plus, une seule injection, c’est une excellente nouvelle! Cela augmentera le nombre de doses disponibles mais ne révolutionnera pas la stratégie de vaccination, car les capacités de production de ce fabriquant sont inférieures à celles de Pfizer/BioNTech. Mais notre arsenal va bientôt s’enrichir. On attend l’enregistrement par les autorités européennes du produit de Novavax, dont l’atout est d’être très bien toléré. On espère que celui de Curevac, qui livrera ses résultats en avril-mai, sera aussi efficace que les deux vaccins à ARN messager déjà disponibles. L’Europe a aussi débuté l’examen du russe Spoutnik. Les résultats d’efficacité présentés à Moscou, en novembre, nous avaient convaincus. Quant à celui que Sanofi développe avec GSK, malgré son retard, il semble extrêmement prometteur. On attend en principe son autorisation avant la fin de l’année.

Les variants chamboulent-ils la stratégie?
Pour l’instant non. Les vaccins développés sur la base de la souche historique génèrent des anticorps qui neutralisent le mutant britannique, aujourd’hui dominant en France. On ne sait pas encore si ce dernier aura un avantage compétitif sur le variant dit sud-africain dans sa capacité à infecter, ou si ce sera le contraire. Il faudra aussi suivre de près la capacité de la population générale à neutraliser les variants qui apparaissent à divers endroits, que ce soit par l’immunité conférée par le vaccin ou par une infection passée. La plupart des producteurs se préparent pour, le moment venu, remplacer ces vaccins par des formules monovalentes, contre un variant, ou bivalentes, associant dans la même seringue un produit contre la souche historique et contre le variant.

Connaît-on l’impact de la vaccination sur la transmission du virus?
D’après l’expérience d’Israël, qui n’a injecté que Pfizer/BioNTech, elle semble bien réduire la transmissibilité et donc protéger contre l’infection. Ces données récentes sont compatibles avec les essais menés sur les animaux pour différents vaccins. Les hamsters et les primates vaccinés ont beaucoup moins de virus dans la sphère respiratoire supérieure que les non-vaccinés, et celui-ci disparait plus vite. On attend donc une réduction de la transmission chez l’homme, peut-être pas de la même intensité selon les vaccins.

Faudra-t-il vacciner les enfants?
Il faut d’abord démontrer la tolérance et la sécurité chez les jeunes. Pfizer/BioNTech a déjà des données pour les adolescents à partir de 16 ans et démarre des essais cliniques en descendant dans les tranches d’âge, comme AstraZeneca et Moderna, qui ira jusqu’aux bébés de 6 mois. On attend des résultats avant l’été. Si on veut empêcher la circulation du virus, il n’y a pas photo : il faudra vacciner les adolescents et les enfants.

Le bitcoin : une hausse démentielle

Le bitcoin : une hausse démentielle

Le bitcoin a même dépassé les 60 000 $, il  ne cesse actuellement de repousser ses records et a triplé de valeur sur les trois derniers mois : il valait encore seulement 20.000 dollars mi-décembre. Une vraie folie évidemment car cette monnaie virtuelle ne repose sur aucun actif réel mais uniquement sur la confiance qu’on y accorde et surtout sur d’immenses spéculations en cours y compris par des grandes entreprises et des institutions.

La croissance exponentielle de la cryptomonnaie inquiète certains observateurs du marché, qui n’excluent pas une forte correction, voire l’explosion d’une bulle. Si certains se méfient de la volatilité du marché du bitcoin, d’autres estiment que la situation est bien différente de 2017, quand les prix avaient grimpé avec un entrain encore plus soutenu avant de s’écraser début 2018.

Outre les fonds d’investissement et quelques entreprises comme le constructeur automobile américain Tesla, qui a investi 1,5 milliard de dollars dans la cryptomonnaie, les particuliers sont nombreux à acheter des fractions de bitcoins, profitant des nombreuses plateformes qui ont fleuri ces dernières années.

Prix du pétrole : forte hausse

Prix du pétrole : forte hausse

 

Du fait du contingentement de la production par l’OPEP et autre producteurs de pétrole, les prix renouent avec de haut niveau et évidemment le prix du carburant va suivre et dépasser 1,50 € le litre.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a gagné 3,9% à Londres, à 69,36 dollars, un plus haut à la clôture depuis avril 2019. Le baril américain de WTI pour avril a grimpé de 3,5% à 66,09 dollars, un niveau de fin de séance plus atteint en 22 mois. Les deux contrats de référence ont gagné près de 35% depuis le 1er janvier.

Pour les producteurs cette politique de contingentement a produit ses effets en valorisant la ressource avec une production plus réduite. La question qui se posera à terme sera de savoir si forte tendance à la hausse ne sera pas nuisible à terme à la reprise économique encore fragile dans de nombreux pays. Il conviendra aussi de prendre en compte son incidence éventuelle sur l’inflation.

États-Unis : emploi en hausse

États-Unis : emploi en hausse

La machine économique semble repartir aux États-Unis et compte aussi sur l’immense de soutien de 2000 milliards de Biden pour se relancer. La croissance pourrait ainsi atteindre 8 % en 2021, soit plus du double de celle de l’Union européenne. De ce fait, l’emploi aux États-Unis commence à redémarrer.  Le taux de chômage, qui sera publié vendredi 5 mars, est attendu à 6,3%, comme en janvier.

La situation semble s’améliorer du côté des emplois créés le mois dernier par les entreprises et administrations du pays, qui auraient augmenté, avec 200.000 créations attendues contre seulement 49.000 en janvier. 18 millions d’Américains touchent cependant encore des allocations de chômage.

Crainte de hausse des taux ?

Crainte de hausse des taux ?

 

La banque centrale européenne est face à un dilemme : encourager une certaine inflation pour faciliter la reprise et en même temps éviter une flambée inflationniste qui pourrait tuer la croissance. La marge est étroite mais la banque centrale à travers les propos de Fabio Panetta, membre du directoire de la Banque Centrale européenne, affirme qu’elle utilisera les moyens nécessaires pour contrôler la hausse des taux.

Le problème c’est que les banques centrales ne sont pas les seuls à décider de l’inflation et que par exemple la hausse des matières premières pourrait contaminer la production et les prix des biens de consommation.

L’institution de Francfort « ne doit pas hésiter » à utiliser l’intégralité de l’enveloppe de sa principale arme anti-crise, le programme d’achat d’urgence face à la pandémie (PEPP), soit 1.850 milliards d’euros, a encore suggéré M. Panetta.

La présidente de l’institut monétaire, Christine Lagarde, et d’autres membres du directoire, ont déjà signalé ces derniers jours qu’ils ne resteraient pas les bras croisés si les rendements obligataires devaient grimper de manière incontrôlable.

A quelques jours de la prochaine réunion devant décider de la politique monétaire en zone euro, le 11 mars, M. Panetta évoque désormais clairement la possibilité d’un « engagement ferme à contrôler » la courbe des taux.

L’objectif: « préserver des conditions de financement favorables pour soutenir la reprise » économique européenne et la hausse de l’inflation à un niveau proche mais inférieur à 2%, objectif de la BCE pour sa politique monétaire.

 

Le rendement du Bund à 10 ans a récemment atteint des niveaux légèrement supérieurs à -0,25%, au plus haut depuis mars 2020, alors que le rendement obligataire américain à dix ans évolue autour de 1,50% après une remontée galopante.

La hausse des matières premières prélude à une plus large inflation ?

La hausse des matières premières prélude à une plus large inflation ?

 

 

La hausse des coûts de production découle surtout de l’augmentation du prix des matières premières. Les matières premières dont  la hausse évolue entre plus 10 et 40 %. Le cuivre, lui s’envole et voit son prix doubler. Nécessairement,  cette hausse des coûts de production devra se faire sentir sur les prix industriels et les prix des biens manufacturiers.

L’indice FIM Mecastar de la fédération a ainsi enregistré des augmentations de 10% à 40% sur la période septembre-décembre 2020 pour plusieurs matières premières comme l’aluminium, le bronze en lingot, le fil de cuivre, le laiton en lingot…

Cela s’explique entre autres par la forte reprise économique au cours du second semestre, notamment dans l’industrie et le bâtiment, ainsi que par la demande asiatique et en particulier chinoise très soutenue, alors que les producteurs avaient réduit leur production pour s’adapter à une demande en berne au moment des confinements.

Les utilisateurs de plastiques sont dans la même situation avec un « phénomène de raréfaction, de pénurie [qui] provoque une forte hausse des prix », constate Jean Martin, délégué général de Polyvia, la fédération professionnelle du secteur plasturgie et composites. En janvier, les augmentations de prix se sont établies entre 5% et 25%.  »On voit apparaître, et c’est encore plus inquiétant, des ruptures », souligne-t-il.

 

Coronavirus France : hausse des malades en réanimation

Coronavirus France : hausse des malades en réanimation

Encore près de 20 000 nouveaux cas ce dimanche ce qui constitue un haut niveau pour un week-end. Il faut se signaler la hausse des malades en réanimation conséquence directe de l’augmentation du nombre de contaminés de ces derniers jours. Avec 3492 malades, dont 164 accueillis ces dernières 24 heures, le niveau d’occupation des services de réanimation, où sont soignés les cas les plus graves, retrouve celui de début décembre, à la sortie de la deuxième vague épidémique du coronavirus. Le nombre de malades en réa était redescendu à environ 2600 début janvier, avant de repartir progressivement à la hausse depuis, conséquence de l’augmentation de la circulation du virus depuis le début de l’année 2021. Mais ce niveau reste éloigné du pic de la deuxième vague de l’automne (4900) et, surtout, de la première vague au printemps (7000).

Le total des personnes hospitalisées (pas forcément en réanimation) atteint lui 25.280 ce dimanche, un chiffre stable. 122 décès ont été enregistrés à l’hôpital entre samedi et dimanche, en baisse par rapport à dimanche dernier (160). Plus de 86.000 personnes malades du Covid-19 sont décédées depuis le début de l’épidémie, il y a environ un an.

Dans son point quotidien, l’agence sanitaire note que 19.952 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés durant les dernières 24 heures, soit un total depuis lundi d’environ 150.000 cas, contre 140.000 la semaine précédente, qui était déjà en hausse. Le taux de positivité, qui mesure le pourcentage de tests positifs sur l’ensemble des tests, était de nouveau à la hausse dimanche, à 7,3% contre 7,2% samedi et 6% le 18 février.

Face à la progression des variants plus contagieux du coronavirus, le gouvernement a instauré des confinements localisés le week-end sur tout le littoral des Alpes-Maritimes et pour la communauté urbaine de Dunkerque. Il a également placé 20 départements, qui couvrent notamment Paris, Lyon et Marseille, sous surveillance accrue, avec la possibilité d’y prendre les mêmes mesures.

Finances –Tendance à la hausse des taux obligataires

Finances –Tendance à la hausse des taux obligataires

 

Inévitablement certaines hausses à la production mais aussi à la consommation contaminent la sphère financière notamment aux États-Unis. Ainsi certains taux obligataires ont atteint presque 1,40 % outre-Atlantique. À cela s’ajoute la peur de voir la reprise économique s’emballer un peu vite. D’où des anticipations d’inflation qui se répercutent sur les taux obligataires américains et qui forcément vont toucher aussi d’autres zones. Jusque-là nombres d’experts ont évacué d’un revers de main les perspectives d’une reprise de forte inflation considérant que les banques centrales continueraient d’inonder le marché de liquidités. Le problème est cependant que l’inflation repose aussi sur l’évolution des coûts et des prix de l’économie réelle et sur la confiance dans le système monétaire.

 

En nette progression depuis plus d’une semaine, le taux américain à dix ans, référence sur le marché, est monté lundi jusqu’à 1,39%, son plus haut depuis un an, entraînant dans son sillage le taux allemand jusqu’à -0,28%, un niveau inédit depuis juin dernier, et rapprochant le taux français de la barre symbolique de 0%, avant que la situation ne s’apaise un peu mardi.

 Plus que la progression des rendements obligataires elle-même, conséquence des réajustements qu’opère le marché dans ses anticipations d’inflation, c’est sa rapidité qui inquiète.

Coronavirus France : une hausse avec 25.403 nouveaux cas

Coronavirus France : une hausse avec 25.403 nouveaux cas

La situation est critique pour le nombre de personnes hospitalisées est sous assistance respiratoire.

25.403 nouveaux cas ont été détectés ce jeudi 25 février, portant le bilan à 3.686.813 personnes positives depuis l’apparition du virus dans l’Hexagone en janvier 2020. 261 personnes sont mortes à l’hôpital. Au total, 85.582 malades sont décédés du coronavirus, selon les dernières données du ministère de la Santé de ce jeudi 25 février.

25.317 personnes sont actuellement hospitalisées dont 3430 en réanimation. 1454 nouveaux patients ont été admis à l’hôpital ces dernières 24 heures, et 301 dans les services de soins intensifs.

Dans une conférence de presse ayant eu lieu ce jeudi soir, le premier ministre Jean Castex a annoncé envisager de nouvelles restrictions dès le 6 mars dans 20 départements en «surveillance renforcée», à savoir Paris, les Yvelines, l’Essonne, le Val-d’Oise, le Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, le Nord, le Pas-de-Calais, l’Oise, la Somme, les Bouches-du-Rhône, le Var, les Alpes-Maritimes, le Rhône, la Drôme, la Moselle, la Meurthe-et-Moselle et l’Eure-et-Loir. Les éventuelles contraintes seront annoncées la semaine prochaine, après concertations.

Coronavirus France : nette hausse avec 31.519 nouveaux cas en 24 heures

Coronavirus France : nette hausse avec 31.519 nouveaux cas en 24 heures

 

 

31.519 nouveaux cas ont été détectés ces dernières 24 heures, selon le dernier bilan épidémique du ministère de la Santé. Au total, 3.661.410 personnes ont été testées positives depuis l’apparition de l’épidémie dans l’Hexagone, en janvier 2020.

278 individus sont décédés de la maladie entre mardi et mercredi, portant le bilan à 85.347 morts. 1636 patients ont été admis à l’hôpital sur les dernières 24 heures contre 1780 la veille, et 25.614 personnes y sont actuellement soignées. Parmi elles, 3436 sont en réanimation, dont 319 arrivées dans ces services ces dernières 24 heures contre 345 mardi. Sur les sept derniers jours, 9450 personnes ont été hospitalisées, dont 1809 admises en service de réanimation.

Le taux de positivité (pourcentage de personnes positives au Covid-19 sur l’ensemble des personnes qui se sont fait tester) était en revanche stable par rapport à la veille, à 6,5%. Une semaine auparavant, le taux était à 5,9%.

Covid- soins intensifs : hausse très inquiétante

Covid- soins intensifs : hausse très inquiétante

Forte hausse mardi, avec un pic de 12 semaines à 3435 .

La France a signalé 20 064 nouveaux cas de COVID-19, contre 19590 mardi précédent.

La moyenne mobile sur sept jours des cas est restée supérieure à 20000 pour le troisième jour consécutif, à 20109, le plus élevé depuis 20466 le 5 février.

Le nombre total cumulé de cas en France est passé à 3,63 millions, le sixième au monde.

Le nombre de personnes décédées d’infections au COVID-19 a augmenté de 431 à 85 044 – le septième nombre de décès le plus élevé au monde – contre une moyenne mobile sur sept jours de 319, un plus bas depuis plus d’un mois et demi.

Tendance à la hausse des taux obligataires

Tendance à la hausse des taux obligataires

Inévitablement certaines hausses à la production mais aussi à la consommation contaminent la sphère financière notamment aux États-Unis. Ainsi certains taux obligataires ont atteint presque 1,40 % outre-Atlantique. À cela s’ajoute la peur de voir la reprise économique s’emballer un peu vite. D’où des anticipations d’inflation qui se répercutent sur les taux obligataires américains et qui forcément vont toucher aussi d’autres zones. Jusque-là nombres d’experts ont évacué d’un revers de main les perspectives d’une reprise de forte inflation considérant que les banques centrales continueraient d’inonder le marché de liquidités. Le problème est cependant que l’inflation repose aussi sur l’évolution des coûts et des prix de l’économie réelle et sur la confiance dans le système monétaire.

En nette progression depuis plus d’une semaine, le taux américain à dix ans, référence sur le marché, est monté lundi jusqu’à 1,39%, son plus haut depuis un an, entraînant dans son sillage le taux allemand jusqu’à -0,28%, un niveau inédit depuis juin dernier, et rapprochant le taux français de la barre symbolique de 0%, avant que la situation ne s’apaise un peu mardi.

 Plus que la progression des rendements obligataires elle-même, conséquence des réajustements qu’opère le marché dans ses anticipations d’inflation, c’est sa rapidité qui inquiète.

Livret A: nouvelle hausse

Livret A: nouvelle hausse

Après les progressions de la collecte en 2020, le livret a connaît encore une embellie en janvier 2021. Le Livret A a enregistré une collecte d’environ 6,32 milliards d’euros pour le premier mois de l’année.

De quoi relancer le débat sur la nécessité ou pas de taxer l’épargne comme le proposent certains experts. Il faut cependant noter que la rémunération du livret A est  pourtant insignifiante. En effet, l’inflation des prix à la consommation sur un an atteint 0,6 % % officiellement. Le problème est à la fois conjoncturel et structurel devant l’avenir à court et long terme .

La crise sanitaire a bien évidemment réduit les  dépenses en particulier de loisirs, des dépenses qui pourront difficilement être reportées à plus tard. (Notons cependant que la hausse de  l’épargne est le fait d’environ 20 % de la population).

En gros, on considère que l’épargne qui figure sur les différents livrets atteints maintenant un chiffre de l’ordre  de 500 milliards et il y aurait autant sur les comptes courants. Des comptes courants qui augmentent chez les épargnants qui ne voient pas l’intérêt de placer leurs fonds disponibles sur des comptes d’épargne peu rémunérés. Il est clair que la taxation de cette épargne envisagée par certains serait sans doute politiquement mal acceptée. Mais on pourrait sans doute assister à une baisse de la rémunération réclamée depuis longtemps par la Banque de France et les banques.

Considéré comme un placement refuge, le Livret A, qui garantit pourtant un taux d’intérêt historiquement faible de 0,5% par an, a connu en 2020 un succès historique, avec une collecte près de deux fois supérieure à la normale, à plus de 26 milliards d’euros, dans le contexte d’incertitudes économiques et sanitaires liées au Covid-19.

De son côté, le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) a connu un ralentissement, avec 870 millions d’euros collectés en janvier, contre 1,01 milliard en décembre. C’est cependant plus que les 410 millions de janvier 2020.

Ainsi, la collecte enregistrée par le Livret A et le LDDS réunis s’est montée en janvier à plus de 7 milliards d’euros. Le Livret A finance essentiellement le logement social, tandis que le LDDS est dédié à l’économie sociale et solidaire ainsi qu’aux économies d’énergie dans les logements. À fin janvier, 455,5 milliards d’euros étaient placés au total sur les deux, soit une hausse de près de 10% sur un an.

L’inflation: une hausse de 0,6 %

L’inflation: une hausse de 0,6 %

Contrairement à ce qu’affirme nombre d’experts,  l’inflation ne peut être renvoyée à un rôle de fantasme au prétexte que la banque centrale délivre pour l’instant des masses de liquidités à taux zéro. En effet aux États-Unis et maintenant en France, on constate un processus de hausse des prix. Ainsi en France, les prix à la consommation ont augmenté de 0,6% sur un an en janvier, après avoir stagné en décembre, tirés par le décalage des soldes d’hiver qui a fait progresser les prix des produits manufacturés, a indiqué l’Insee vendredi dans son estimation définitive.

Sur un mois, les prix à la consommation ont augmenté de 0,2%, comme en décembre, ajoute l’Institut national de la statistique.

Fait marquant, les prix des produits manufacturés rebondissent nettement (+0,8% après −0,9%) par rapport à la même période l’an passé, « en lien avec le décalage des soldes d’hiver », note l’Insee.

Si les prix des services de communications accélèrent, « en particulier ceux des services d’accès à internet » (+6,0%), les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères progressent plus légèrement (+0,3 %), relève l’Insee.

 

L’inflation semble être revenue en Europe en janvier. En Allemagne, les prix à la consommation ont augmenté pour la première fois depuis juin et en Espagne pour la première fois depuis avril.

En France, l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) a progressé de 0,3 % sur un mois et de 0,8% sur un an. Sur l’ensemble de l’année 2020, l’inflation a atteint en moyenne 0,5%, après avoir stagné voire reculé plusieurs mois de suite.

12345...40



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol