Archive pour le Tag 'hausse'

Hausse des prix Electricité : plus 1,6 % pour les particuliers

Hausse des prix Electricité : plus 1,6 % pour les particuliers

 

 

Cette hausse de 1,6 % proposés par la commission de régulation de l’énergie gouvernement serait justifiée par l’environnement. Notons que les professionnels eux subiraient une hausse de 2,6 %.

 

On se demande quelle est la pertinence de cette référence à l’environnement. Il s’agit sans doute des tensions entre l’offre et la demande qui contraint la France désormais à importer de l’électricité en particulier depuis la fermeture de Fessenheim.

 

Notons que cette électricité est souvent importée d’Allemagne et le produit de centrales à charbon ! La commission de régulation s’appuie aussi sur le retard pris par EDF pour l’entretien des centrales qui vise notamment à les mettre aux normes suite à l’accident de Fukushima. En réalité, le retard pris par EDF est bien antérieur à l’arrivée du virus. Observons aussi que le retard pris par l’EPR de Flamanville n’a rien à voir avec la pandémie. Certains pourront considérer que la hausse est faible. Il faut cependant relativiser car l’inflation actuellement est à peu près inexistante voire négative et une hausse de 1,6 à 26 % est loin d’être négligeable.

Le taux de mortalité en hausse de 9%

Le taux de mortalité en hausse de 9%

L’Insee a indiqué qu’au 15 janvier, un total de 667.400 décès toutes causes confondues avaient été enregistrés pour 2020 en France – 53900 de plus qu’en 2019. Soit une hausse moyenne de 9 %.

«Les taux de mortalité en France ont été marqués par l’épidémie de COVID-19», a déclaré l’Insee, ajoutant que les données de mortalité pour fin 2020 n’avaient pas encore été transmises à l’Insee.

L’institut a déclaré que le taux de mortalité plus élevé n’avait touché que les personnes âgées de 65 ans et plus, avec un taux de surmortalité de 10%.

Alors que le taux de mortalité des personnes de plus de 65 ans augmentait avec l’âge au cours des deux vagues Covid au printemps et en automne, prises sur toute l’année, le taux de mortalité excédentaire était le même de 10%, pour les 65-74, 75-84 et plus de 85 groupes. , A déclaré l’Insee.

Pour les personnes de moins de 65 ans, la surmortalité était d’un peu plus 2% pour les personnes âgées de 50 à 64 ans, moins 1% pour les personnes âgées de 25 à 49 ans et même 6% de moins pour les personnes de moins de 25 ans.

Tout au long de 2020, le taux de mortalité des hommes était 10% plus élevé et 8% plus élevé pour les femmes.

Au niveau régional, la région Ile-de-France autour de Paris a été la plus touchée, avec des taux de surmortalité de 90% en mars-avril et de 18% pour l’ensemble de 2020.

L’Est de la France a connu une surmortalité de 55% en mars-avril et de 13% sur toute l’année.

Plusieurs régions, dont la Bretagne et la région de la Loire, ont vu peu ou pas d’impact de Covid sur leurs taux de mortalité.

Croissance Chine : commerce extérieur toujours en hausse

Croissance Chine : commerce extérieur toujours en hausse

Les exportations ont augmenté de 18,1% en décembre par rapport à un an plus tôt, ralentissant après un bond de 21,1% en novembre. Les analystes d’un sondage Reuters s’attendaient à ce que les exportations augmentent de 15% en glissement annuel le mois dernier.

Les importations ont quant à elles augmenté de 6,5% en décembre par rapport à un an plus tôt, après une croissance de 4,5% en novembre et dépassant les attentes d’une augmentation de 5% du sondage Reuters.

Les analystes ont déclaré que les exportations chinoises continueraient d’être soutenues par la demande de fournitures médicales et de produits de travail à domicile chez les principaux partenaires commerciaux aux prises avec de nouvelles vagues d’infections à coronavirus.

La Chine a affiché un excédent commercial de 78,17 milliards de dollars en décembre. Les analystes du sondage s’attendaient à ce que l’excédent commercial se réduise à 72,35 milliards de dollars contre 75,40 milliards de dollars en novembre.

Son excédent commercial avec les États-Unis s’est rétréci à 29,92 milliards de dollars en décembre, contre 37,42 milliards de dollars en novembre.

 

Bitcoin : des records en hausse et en baisse

Bitcoin : des records en hausse et en baisse

 

Il y a peine quelques jours le bitcoin  a franchi la barre symbolique des 40 000 dollars. ,

Il ne faut sans doute pas confondre totalement la technologie Blockchain et la monnaie numérique. La technologie Blockchain permet dans différents secteurs et pas seulement sur le plan monétaire des opérations particulièrement complexes, sures et à l’abri de toute manipulation. Le bitcoin et les autres monnaies numériques s’appuient sur cette technologie. La question est de savoir quel sera l’avenir de cette monnaie qui fait l’objet depuis sa création d’une énorme spéculation. Certains considèrent y compris dans le monde bancaire qu’il  il s’agit de la monnaie d’avenir. Une monnaie internationale qui sera à l’abri des aléas économiques et financiers des Etats tout autant que de la gestion des banques centrales.

 

En fait un moyen d’enlever la souveraineté monétaire aux Etats, c’est-à-dire une grande partie tout simplement de sa souveraineté. Ces monnaies numériques seraient aussi une sorte de valeur refuge un peu comme l’or.

En 2020, le prix a quadruplé, et même avec la correction des dernières heures, le bitcoin reste en hausse de plus de 20% depuis le début de l’année. Vendredi, il s’est aventuré autour de 42.000 dollars. «Quoi que vous pensiez de l’avenir des cryptomonnaies, il ne faut pas nier qu’il s’agit d’actifs très volatils, et sont donc parmi les plus risqués» des investissements, a commenté Laith Khalaf, analyste chez AJ Bell. Le régulateur du marché britannique, la FCA, a d’ailleurs publié lundi un avertissement: «si les consommateurs investissent (dans les cryptomonnaies), ils doivent être préparer à perdre tout leur argent».


Coronavirus France : 15.944 cas mais positivité en hausse

Coronavirus France : 15.944 cas mais positivité en hausse

16.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon les données publiées dimanche 10 janvier par Santé publique France, tandis que la crainte d’un nouveau rebond de l’épidémie a poussé au renforcement du couvre-feu à travers le pays. À LIRE AUSSI :Covid : avec le vaccin, pourra-t-on atteindre l’immunité collective dans les prochains mois ?

Le nombre de cas confirmés a été de 15.944 dimanche, contre 20.177 samedi. Une baisse habituelle en fin de semaine. Depuis mardi, le nombre quotidien de contaminations au coronavirus tourne autour de 20.000.

 

Cette donnée a beaucoup varié depuis la mi-décembre, oscillant entre 3000 et plus de 25.000, mais toujours loin en moyenne de l’objectif du gouvernement de descendre à 5000 cas par jour.

Le taux de positivité, qui mesure le pourcentage de personnes positives au Covid-19, continue d’augmenter, à 6,5% (contre 6,3% samedi, et 5,2% il y a une semaine).

Le nombre de malades du Covid hospitalisés s’élève à 24.526 contre 24.240 samedi, avec 729 nouvelles hospitalisations en une journée. En réanimation, le nombre de malades est de 2620 (+118 en 24h), contre 2.600 la veille.

Les hôpitaux ont enregistré 151 nouveaux décès en 24 heures, portant le bilan total de la maladie à 67.750 morts depuis le début de l’épidémie.

Les deux prochaines semaines s’annoncent cruciales pour ces indicateurs, selon les experts, qui craignent de probables retombées des fêtes de fin d’année.

La délinquance rurale en hausse

La délinquance rurale en hausse

L’insécurité gagne nettement dans les zones rurales et périphériques. À l’inverse des zones urbaines où le très haut niveau d’insécurité a légèrement diminué. En cause sans doute là aussi la perte d’autorité des institutions officielles. À l’école par exemple où les parents viennent contester les enseignants. Dans la rue ou dans les commerces où personnes ne dit plus bonjour depuis longtemps et/ou on s’abstient de toute remarque vis-à-vis des personnages qui troublent l’ordre public. Chez les responsables politiques qui préfèrent enterrer les affaires plutôt que d’avoir à traiter à leur niveau le marais social délinquant. Il y a aussi malheureusement la diminution des effectifs et les fermetures de gendarmerie parfois un jour sur deux. En plus des gendarmeries complètement barricadées par peur d’être attaquées avec seulement un interphone qui permet de communiquer avec des gendarmes à 15 ou20 kilomètres de là. Nombre de délits ne font même plus l’objet d’enquêtes où sont enterrés dans les procédures.

Salaire : pour une hausse de 15 % dans le secteur médical (CFDT)

Salaire : pour une hausse de 15 % dans le secteur médical (CFDT)

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, constate :

 

« que les fiches de paie des femmes dans le secteur médico-social sont inférieures à la moyenne de plus de 25 %» et «leurs conditions de travail et d’emploi sont marquées par un fort recours au temps partiel et aux contrats précaires, une sinistralité élevée, un taux important d’arrêts de travail et une absence de reconnaissance de la pénibilité de leurs emplois».

 

Il appelle dans une tribune publiée par le JDD à une hausse immédiate de 15% des salaires dans le secteur social et médico-social, où les salariés sont «aux trois quarts des femmes» qui devraient être «LA grande cause du quinquennat», à ses yeux.

Coronavirus France : hausse, 25.379 cas en 24 heures

Coronavirus France : hausse, 25.379 cas en 24 heures

25.379 cas supplémentaires de Covid-19 lors des dernières 24 heures, selon les dernières données publiées mercredi sur le site internet du gouvernement. Ce chiffre est en nette hausse par rapport à la veille, où 20.489 cas avaient été recensés.

Cette hausse du nombre de cas s’accompagne d’une légère décrue du nombre de patients hospitalisés, 163 en moins ce mercredi (1433 au total). En réanimation, les chiffres sont quasi-stables, avec 9 patients en moins (2616 au total).

Les chiffres font par ailleurs état de 283 nouveaux décès à l’hôpital, portant à 66.565 le nombre de morts depuis le début de la pandémie de coronavirus.

Coronavirus France : hausse contaminations, plus de 20.000 cas en 24 heures

Coronavirus France : hausse contaminations, plus de 20.000 cas en 24 heures

20.489 nouvelles contaminations par le coronavirus annoncées mardi et 867 décès supplémentaires, dont 345 en 24 heures dans les hôpitaux et 522 dans les Ehpad, montrent les chiffres publiés mardi par les autorités sanitaires.

Le bilan de l’épidémie dans le pays s’établit désormais à 66.282 morts. Les données des Ehpad ne sont actualisées que deux fois par semaine.

Le nombre de patients hospitalisés en raison du COVID-19 a baissé de 91 à 24.904. La tendance est la même dans les services de réanimation avec 41 patients en moins à 2.625.

Coronavirus France : hausse avec 20.000 cas en 24 heures

Coronavirus France : hausse avec 20.000 cas en 24 heures

19.348 nouvelles contaminations dues au coronavirus en 24 heures vendredi, soit près de 600 de moins que la veille (19.927).

Cependant cent trente-trois décès supplémentaires ont par ailleurs été recensés, ce qui porte le bilan français à 64.765 morts pour 2.639.773 cas depuis le début de l’épidémie.

Selon les chiffres provisoires publiés par le service Géodes de Santé publique France, 24.263 patients atteints du COVID-19 sont actuellement hospitalisés et 2.609 se trouvent en réanimation, ce qui fait respectivement 177 de moins et 41 de plus que jeudi. Parmi eux, 677 ont été admis au cours des 24 dernières heures et 99 ont été placés en soins intensifs.

Coronavirus France : hausse avec 20.000 cas en 24 heures

Coronavirus France : hausse avec 20.000 cas en 24 heures

19.348 nouvelles contaminations dues au coronavirus en 24 heures vendredi, soit près de 600 de moins que la veille (19.927).

Cependant cent trente-trois décès supplémentaires ont par ailleurs été recensés, ce qui porte le bilan français à 64.765 morts pour 2.639.773 cas depuis le début de l’épidémie.

Selon les chiffres provisoires publiés par le service Géodes de Santé publique France, 24.263 patients atteints du COVID-19 sont actuellement hospitalisés et 2.609 se trouvent en réanimation, ce qui fait respectivement 177 de moins et 41 de plus que jeudi. Parmi eux, 677 ont été admis au cours des 24 dernières heures et 99 ont été placés en soins intensifs.

Bourse américaine en hausse en 2020

Bourse américaine en hausse en 2020

Tandis que le CAC 40 recule 7 % cette année, le S&P 500 enregistre un bond de 16% sur l’ensemble de 2020 après avoir pris plus de 66% depuis son point bas en mars, porté notamment par la hausse des valeurs technologiques.

Le même élément explique la progression du Nasdaq Composite qui a bondi de plus de 43% cette année, sa meilleure performance annuelle depuis 2009, grâce à la progression des mastodontes tels que Alphabet, Microsoft, Apple, Facebook et Netflix.

De son côté, le Dow Jones a conclu l’année sur un gain plus modeste d’environ 7%.

Jeudi, les indices américains ont fini en hausse dans un marché peu animé à la veille du Nouvel An.

Hausse des prix du services public

Hausse des prix du services public

Les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie augmentent de 0,2 % en moyenne. Les tarifs du courrier vont augmenter de 4,7 % en moyenne au 1er janvier et tous les timbres ordinaires coûteront désormais plus d’un euro. Le prix du timbre vert – pour un pli distribué en 48 heures en France métropolitaine – pour les particuliers va passer de 97 centimes à 1,08 euro (+11,3 %) et celui du timbre rouge – pour une lettre prioritaire théoriquement distribuée le lendemain – de 1,16 à 1,28 euro (+10,3 %). Quant à l’ « Ecopli » – formule la moins chère pour un envoi en quatre jours en moyenne, avec un timbre gris -, il va augmenter de 95 centimes à 1,06 euro (+11,6 %).D’autres augmentations vont suivre.

Coronavirus France : hausse, 26.000 nouveaux cas

Coronavirus France : hausse, 26.000 nouveaux cas

Une forte hausse mais à relativiser pour des questions statistiques liées notamment à l’ouverture des laboratoires en ces périodes de fêtes.

26.457 nouvelles contaminations par le coronavirus mercredi, une progression sur 24 heures inédite depuis le 18 novembre, et 303 décès supplémentaires en milieu hospitalier liés à l’épidémie pour un bilan total de 64.381 morts depuis le début de la crise sanitaire, selon les chiffres publiés par les autorités.

Au total, 2.600.498 personnes ont été contaminées en France depuis le début de l’épidémie, en mars. Cette progression sur 24 heures s’explique en partie par un rattrapage de données qui n’avaient pu être intégrées aux bilans épidémiques de la veille en raison d’un incident sur les remontées informatisées, explique l’agence Santé publique France.Les autorités sanitaires avaient souligné mardi que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 déclarés (+11.395) était “sous-estimé”.

Les hôpitaux français traitent parallèlement 24.593 patients atteints du COVID-19, soit 183 de moins que mardi, une première baisse après quatre jours de remontée continue du nombre de patients hospitalisés pour une infection liée au SARS-CoV-2.Le nombre de patients soignés en réanimation recule à 2.661, soit 14 lits occupés de moins que la veille.

USA: opposition des sénateurs républicains sur la hausse de l’aide aux particuliers….. contre l’avis de Trump

USA: opposition des sénateurs républicains sur la hausse de l’aide aux particuliers….. contre l’avis de Trump

Nouveau rebondissement aux États-Unis alors qu’un accord se profilait sur le plan de relance entre démocrates et républicains contre l’avis initial de l’actuel président des États-Unis, ce sont maintenant les sénateurs républicains qui s’opposent à une partie de ce plan concernant l’aide aux particulier et contre l’avis de Trump  (qui a changé d’opinion).

On se demande si les républicains n’ont pas été contaminés par la folie de Trump .

Le plan budgétaire d’environ 900 milliards de dollars approuvé la semaine dernière par le Congrès pour compenser l’impact de la crise du coronavirus prévoit un chèque de 600 dollars pour les particuliers.

Donald Trump a menacé la semaine dernière de ne pas ratifier ce nouveau plan de relance si le Congrès n’augmentait pas le montant de l’aide directe aux Américains.

Le président sortant a finalement fait marche arrière dimanche, alors que la menace d’une fermeture partielle des administrations (“shutdown”) se faisait de plus en plus précise, le texte voté au Congrès prévoyant aussi 1.400 milliards de dollars de financements fédéraux.

Mais les élus démocrates, qui souhaitaient de longue date une aide directe aux Américains de 2.000 dollars, ont utilisé l’un de leurs rares points de convergence avec Donald Trump pour organiser lundi un vote sur cette proposition.

D’après la commission bipartite des impôts, qui prépare l’estimation des coûts des projets de loi présentés au Congrès, quelque 464 milliards de dollars seront nécessaires pour financer la proposition.

Le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, a fait part de son intention de voter la hausse de l’aide directe. Le chef de la majorité républicaine, Mitch McConnell, n’a pas évoqué de possible vote après avoir salué la ratification du projet de loi par Donald Trump.

En plus de la question du plan de relance, le Sénat doit se prononcer sur le veto opposé par Donald Trump au projet de budget de la Défense pour 2021. Un vote est attendu dans la semaine, après que la Chambre des représentants s’est prononcée lundi pour contourner le veto du président sortant. Bref politiquement, c’est en ce moment une grande confusion qui règne aux États-Unis en attendant la mise en place de Joe Biden.

Chômage : en hausse

Chômage : en hausse

 

Pendant des mois, le ministère du travail a annoncé une baisse du chômage alors que le pays était en pleine crise et l’économie au ralenti. En fait ,un biais  statistique puisque d’une part nombre de chômeurs ont pu bénéficier du chômage partiel d’autre part que beaucoup de chômeurs ont été transférés dans les catégories précaires.

Au mois de novembre, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A de Pôle emploi) a grimpé de 0,9 %. Selon les statistiques du ministère du Travail publiées ce lundi, cela représente 34.400 inscrits supplémentaires. Cette hausse intervient après six mois consécutifs de baisse qui résultaient d’un jeu de transferts des chômeurs entre les différentes catégories de Pôle emploi. Depuis le début de l’été, de nombreuses personnes qui s’étaient retrouvées sans emploi avec le premier confinement avaient en effet progressivement repris une activité réduite (catégories B et C).

 

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A s’établit désormais à 3. 828 200, soit 10 % au-dessus de son niveau d’avant crise, en février 2020. Cette augmentation des inscriptions (341. 800) concerne toutes les tranches d’âge mais touche toutefois plus fortement les jeunes. Les moins de 25 ans accusent la plus forte hausse (2,1 %) et sont 10.700 de plus. La variation est de 0,7 % chez les 25-49 ans et de 0,9 % chez les plus de 50 ans.

En incluant l’activité réduite, soit les catégories B et C, le nombre total de demandeurs d’emploi en France est stable en novembre (+ 0,1 %) et s’établit à 6,010 millions. Mais ces chiffres décevants du mois de novembre viennent confirmer la mauvaise dynamique que laissaient présager d’autres indicateurs publiés récemment. Ainsi, selon l’Acoss, la fédération des Urssaf, le nombre de déclarations d’embauche de plus d’un mois a nettement replongé (- 19,8 %), après une hausse de 2,5 % en octobre. L’intérim s’est lui aussi dégradé en novembre, avec l’équivalent de 110. 000 emplois détruits sur un an contre 80.000 en octobre, selon la fédération du secteur. Bien que moins violent que celui du printemps dernier, ce reconfinement aura tout de même occasionné de nouveaux dégâts.

Coronavirus France : HOSPITALISATIONS EN HAUSSE

Coronavirus France : HOSPITALISATIONS EN HAUSSE

 

Seulement 2960 cas ont été rapportés positifs au Covid-19 en France ces dernières 24 heures, un chiffre à nuancer en raison de la fermeture des centres de dépistage en ce week-end d’après-Noël. Par contre avec24.645 hospitalisations en cours, ce chiffre revient au niveau du 23 décembre dernier. En réanimation aussi le nombre de patients augmente de nouveau.

363 morts supplémentaires liés au coronavirus sont à déplorer à l’hôpital selon les derniers chiffres de Santé Publique France. Au total, 63.109 personnes sont décédées du Covid-19 depuis le début de la pandémie.24.678 patients sont actuellement hospitalisés pour une infection à Covid-19, soit une hausse de 25 patients par rapport à dimanche en tenant compte des sorties. Un chiffre au plus haut depuis le 23 décembre.

 

229 nouveaux patients ont par ailleurs été admis en réanimation ces dernières 24 heures pour un total de 2703 personnes en services de réanimation, un chiffre là encore en hausse en tenant compte des sorties: 44 lits sont occupés en plus par rapport à la veille.

Hausse de la facture d’électricité

Hausse de la facture d’électricité

 

 

Plusieurs facteurs explicatifs expliquent la hausse des factures d’électricité depuis quelques années. Une hausse renforcée par la crise sanitaire qui a provoqué une accélération de la consommation.

Selon le réseau de transport d’électricité (RTE), la consommation d’électricité chez les particuliers a augmenté de 4% pendant le premier confinement, tandis qu’Engie prévoit une hausse de 20% pour le deuxième confinement. Début janvier on devrait ajouter une nouvelle augmentation des prix de 2 %.

Depuis 2010, son prix flambe de 3,2% par an en moyenne. Pour une famille de quatre personnes, par exemple, la facture annuelle moyenne est passée de 1019 euros à 1522 euros. Soit une augmentation de 49%.

Sur la période allant de 2009 à 2016, la montée du prix de l’électricité est encouragée par la hausse des taxes. Selon une étude réalisée par l’Insee en 2019, la Contribution au service public de l’électricité – partie des taxes imputées aux clients – a été multipliée par cinq durant cette période.

« Ces taxes qui servent à financer la transition énergétique écologique ont plus que quadruplé. « , affirme François Carlier, délégué général de l’association de défense des consommateurs Consommation Logement Cadre de vie (CLCV). Le spécialiste détaille : « Il existe, par exemple, des parataxes, intégrées dans le prix de l’électricité pour financer les travaux d’économie d’énergie. « 

 

Il y a aussi le coût  des dés investissements pour renforcer la sécurité de la totalité des réacteurs français suite à l’accident de Fukushima.

Coronavirus France : hausse avec 21.000 nouvelles contaminations

Coronavirus France : hausse avec 21.000 nouvelles contaminations

 

Hausse des contaminations avec 21.634 nouveaux cas en 24 heures, pour un total de 2.527.509 personnes contaminées depuis le début de l’épidémie, selon les données publiées jeudi par Santé Publique France (SPF).

Avec 292 décès supplémentaires dans les hôpitaux, le bilan de l’épidémie en France s’établit désormais à 62.268 morts, selon SPF.

5G : empreinte carbone en hausse

5G : empreinte carbone en hausse

Dans un rapport, publié samedi,  le Haut Conseil pour le Climat (HCC), s’alarme en effet sur la facture climat de la 5G. Et, pire selon le HCC, personne ne semble s’en préoccuper avant son déploiement.

C’est pourquoi l’instance consultative indépendante, créée par Emmanuel Macron il y a deux ans pour conseiller le gouvernement sur le climat, recommande de procéder à une évaluation préalable sur l’impact environnemental avant  les prochaines attributions de fréquences 5G.

« En l’absence de moratoire sur la 5G permettant de réévaluer la décision concernant les fréquences déjà distribuées, la première application d’une telle évaluation devra être l’attribution des prochaines bandes de fréquences pour la 5G », note dans son rapport le HCC.

Dans son rapport, le HCC étudie plusieurs hypothèses, en précisant que ces travaux ne peuvent se substituer à une évaluation complète des impacts  »environnementaux, sanitaires, économiques, financiers et sociaux », qui n’a jamais été réalisée au préalable.

Le  rapport estime que la 5G est « susceptible d’augmenter significativement » l’empreinte carbone du secteur du numérique, qui représente actuellement environ 2% de l’empreinte totale de la France (soit l’équivalent du secteur aérien).

Les scientifiques estiment que les nouveaux réseaux vont générer 2,7 à 6,7 millions de tonnes de CO2 supplémentaires, par rapport aux 15 millions de tonnes de CO2 émises par le numérique en France en 2020.Cette augmentation de 18 à 44 %, selon les hypothèses, résulte pour les trois quarts de la fabrication des matériels importés, comme de nouveaux smartphones ou les objets connectés.

La 5G entraînera également une hausse de la consommation d’électricité, « entre 16TWh et 40 TWh en 2030″, soit entre 3 à 8 % de l’électricité consommée en France. Toutefois, l’électricité est largement d’origine nucléaire en France.

12345...38



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol