Archive pour le Tag 'hausse'

ALLEMAGNE -l’industrie en hausse

ALLEMAGNE -l’industrie en hausse

 

Contrairement à la France, l’activité industrielle du secteur manufacturier se porte bien en Allemagne. Globalement même la croissance regroupant services et industries progressent assez nettement même si les services, eux, sont encore dans le rouge.

L’indice composite, qui combine l’activité des services et du secteur manufacturier, est pratiquement stable, à 54,5 contre 54,7 le mois précédent, montrent les résultats préliminaires de l’enquête mensuelle réalisée par IHS Markit auprès des directeurs d’achat (PMI).

Cet indice est supérieur aux prévisions des économistes interrogés par Reuters, qui l’attendaient à 53,2, et se maintient nettement au-dessus du seuil de 50, soit en territoire de croissance.

Mais si le secteur manufacturier s’avère robuste, avec un indice à 58,0, au plus haut depuis avril 2018, l’activité des services s’est contractée avec un indice à 48,9.

“Cela ressemble de plus en plus à une économie à deux vitesses”, commente Phil Smith, économiste d’IHS Markit. “Les usines ont continué à fonctionner en souffrant moins des nouvelles restrictions que les services et en bénéficiant d’une reprise du commerce mondial.”

 

Quartiers : hausse de la prime pour l’emploi à 7000 €

Quartiers : hausse de la prime pour l’emploi à 7000 €

 

Les emplois dits francs vont bénéficier d’une hausse de la prime pour les quartiers difficiles. La prime qui était fixée jusqu’ici à 5.000 euros pour un recrutement en CDI sera relevée à 7.000 euros pendant un an, puis de nouveau fixée à 5.000 euros pour les deux années suivantes.

Elle s’élèvera à 5.500 euros la première année pour un CDD d’au moins six mois, puis 2.500 euros les deux années suivantes.

Le dispositif, qui devait expirer au 31 décembre, a également été prolongé d’un an.

“C’est la promesse que chacun doit pouvoir trouver sa place dans la République”, a déclaré jeudi matin la ministre du Travail Elisabeth Borne sur France 2. “Je ne peux pas accepter qu’un jeune ne trouve pas de travail parce qu’il n’a pas la bonne adresse ou qu’il n’a pas les bons codes.”

Ces “emplois francs” ont été mis en place à titre expérimental en 2018 avant d’être étendus en 2020 à l’ensemble des quartiers prioritaires.

États-Unis– Moral des consommateurs américains : en hausse

États-Unis– Moral des consommateurs américains : en hausse

Le moral des consommateurs aux Etats-Unis s’améliorerait  encore selon l’estimation préliminaire de l’Université du Michigan publiée vendredi. Cependant les mêmes consommateurs sont davantage inquiets de l’environnement économique actuel. Bref difficile de tirer enseignement de ces deux tendances contradictoires.

L’indice général s’est établi à 81,2 points, contre 80,4 en septembre, les consommateurs étant confiants dans l’amélioration des perspectives économiques pour l’année à venir. C’est toutefois un peu inférieur aux 82% attendus par les analystes.

Dans le détail, l’indice mesurant la confiance dans l’avenir prend plus de 3 points par rapport à septembre, pour s’établir à 78,8 points. En revanche, celui mesurant l’environnement économique actuel recule de près de 3 points, et s’établit à 84,9 points.

« La croissance de l’emploi qui ralentit, la résurgence des cas de Covid-19, et l’absence d’un nouveau plan de relance du gouvernement fédéral, poussent les consommateurs à être plus inquiets de l’environnement économique actuel », a commenté Richard Curtin, l’économiste en chef chargé de cette enquête bi-mensuelle, cité dans le communiqué.

Mais il souligne que « ces inquiétudes sont largement compensées par l’amélioration continue des perspectives économiques pour l’année à venir ».

 

 

Coronavirus France : très forte hausse, 30.000 nouveaux cas

Coronavirus France : très forte hausse, 30.000 nouveaux cas

30.621 cas supplémentaires de contamination par le nouveau coronavirus en 24 heures, un record depuis le début de l’épidémie et une première au-dessus du seuil des 30.000, montrent les chiffres publiés jeudi par les autorités sanitaires.

Le taux de positivité des tests s’établit à 12,6% et le nombre total de cas confirmés de contamination atteint désormais 809.684 dans le pays.

Avec 88 décès supplémentaires en 24 heures, le bilan de l’épidémie en France s’élève à 33.125 morts.

Le nombre de personnes hospitalisées en raison du Covid-19, la maladie provoquée par le coronavirus, a augmenté de 411 pour grimper à 9.605.

Les services de réanimation traitent 77 patients supplémentaires depuis la veille, pour un total de 1.750.

L’épargne en hausse mais pour les plus aisés

 L’épargne en hausse mais pour les plus aisés

L’épargne atteint des sommets en France. Il faut cependant relativiser car il n’y a qu’environ la moitié de la population qui est en capacité de mettre de l’argent de côté. Par ailleurs, la hausse et surtout le fait des 10 % d’épargnants les plus riches.

Ceux  qui ont les moyens manifestent toujours des réticences à s’engager dans des dépenses supplémentaires notamment d’investissement et cela crée un climat de méfiance qui porte préjudice à la croissance. Selon une note éclairante du conseil d’analyse économique (CAE) rendue publique ce lundi 12 octobre, même si la consommation a redémarré depuis le déconfinement, le retour d’une seconde vague menace clairement la reprise de l’économie.

« La consommation a bien rebondi pendant l’été mais elle est sur une ligne de crête depuis la rentrée. Les revenus des ménages les plus modestes ont été les plus affectés par la crise. L’urgence est de renforcer l’arsenal à l’égard des plus modestes » a expliqué l’économiste et enseignant à la London School of Economics (LSE) Camille Landais ce matin lors d’un point presse. Alors que les discussions sur le projet de loi de finances 2021 débutent ce lundi à l’Assemblée nationale, beaucoup d’associations et d’organisations ont tiré récemment la sonnette d’alarme sur la situation des plus modestes et des plus précaires.

Coronavirus France: 8505 nouveaux cas en 24 heures, hausse des réanimations

Coronavirus France: 8505 nouveaux cas en 24 heures, hausse des réanimations

5.350 personnes ont été hospitalisées au cours des sept derniers jours. Parmi elles, 929 ont été admis en service de réanimation. Au total, 1.539 patients sont en réanimation, un record depuis le mois de mai. 55 nouveaux clusters ont été recensés depuis hier, ce qui porte à 1496 le nombre de clusters en cours d’investigation dans le pays.

Face à l’expansion de la pandémie, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a affirmé lundi qu’il «pourrait y avoir des mesures supplémentaires» pour lutter contre l’expansion de l’épidémie de coronavirus dans les villes les plus touchées, refusant toutefois d’en dire plus pour l’instant.

La situation est préoccupante à Paris: le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) Aurélien Rousseau a fait état d’un taux, jamais vu, de tests positifs de 17% en Ile-de-France. Et le taux d’incidence s’établissait dans la capitale à 413,2 pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours, en très nette hausse, d’après les derniers chiffres diffusés lundi par l’ARS. «On a passé les 42% d’occupation» des lits de réanimation par des patients Covid-19 dans la région la plus peuplée du pays (12 millions d’habitants), a ajouté Aurélien Rousseau, un niveau qui va imposer des déprogrammations d’interventions pour faire de la place dans les hôpitaux.

L’euro en hausse face au dollar

L’euro en hausse face au dollar

Les espoirs d’un nouveau plan de relance aux États-Unis mais aussi l’inquiétude concernant l’instabilité politique résultant des élections américaines profitent  à l’Euro. Il y a sans doute aussi la différence de posture des banques centrales. En effet la banque centrale américaine, la Fed, a réitéré son intention de soutenir sans condition la croissance et l’emploi en développant une politique encore beaucoup plus accommodante. Bref de faire tourner la machine à billets.

À l’inverse au sein de la BCE émerge désormais des critiques sur l’éventualité d’une nouvelle phase de politique, elle aussi, plus accommodante. L’Allemagne a fait savoir en particulier qu’elle n’était pas favorable à un nouveau plan de rachat d’actifs qui ferait s’engager les pays en situation financière dans la voie d’un plus grand endettement encore. Plus globalement,  il y a les incertitudes sur la réalité du redressement économique mondial qui ne semble pas aussi assuré que ce qui était prévu en août. Certes le redressement est là mais on est encore loin de retrouver le niveau de fin 2019. Il faudra encore deux ou trois ans. Du coup, les détenteurs d’actions qui s’interrogent tentent  pour certains de trouver des valeurs refuge comme actuellement l’euro mais aussi la livre sterling.

Coronavirus: hausse inquiétante, plus de 18.500 nouveaux cas en 24 heures

Coronavirus: hausse inquiétante, plus de 18.500 nouveaux cas en 24 heures

18.746 cas de contamination au nouveau coronavirus en 24 heures, une augmentation sans précédent depuis le débit de l’épidémie, pour un bilan de 653.509 personnes contaminées depuis le début de l’épidémie, montrent les données quotidiennes publiées mardi par le ministère de la Santé.

Quatre-vingt décès supplémentaires ont été signalés, ce qui porte le bilan total à 32.445 morts.

Ces sept derniers jours, 4.625 personnes ont été hospitalisées, dont 919 dans les services de réanimation. Les données gouvernementales montrent que la France compte désormais plus de 7.500 patients traités pour une infection au Covid-19, soit le plus haut niveau depuis trois mois.

Hausse du commerce international ( OMC)

Hausse du commerce international ( OMC)

 

Pour l’OMC la chute sera moins conséquente qu’attendu au moment du pic de la crise sanitaire. Reste que le rebond prévu en 2021 ne permettra pas de retrouver le niveau de 2019.

 

L’OMC table désormais sur une chute de 9,2% du commerce international en 2020 suivie d’un rebond de 7,2% en 2021.

En avril, elle avait dit s’attendre à une baisse de 13% à 32% des échanges cette année et à un rebond de 21% à 24% l’an prochain.

L’organisation basée à Genève ajoute que ses prévisions restent soumises à un degré élevé d’incertitude en raison de l’évolution de la pandémie et des réponses des Etats à la crise en cours.

Elle précise que le rebond attendu l’an prochain ne suffira pas à ramener le commerce mondial à son niveau d’avant la crise.

Moral des ménages États-Unis : hausse

Moral des ménages États-Unis :  hausse

Selon l’enquête mensuelle de l’Université du Michigan l’indice de confiance a progressé à 80,4 après 74,1 en août et une première estimation publiée il y a deux semaines à 78,9. Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un indice à 79,0.

La composante du jugement des consommateurs sur leur situation actuelle s’est élevée à 87,8 après 82,9 le mois précédent alors que la première estimation la donnait à 87,5.

Celle des perspectives a avancé à 75,6 contre 68,5 en août. La première estimation s’établissait à 73,3.

À noter que cette enquête a cependant été réalisée avant la contamination de Trump qui pourrait un peu plus déstabiliser la campagne électorale et peser sur l’avenir économique.

Pauvreté : hausse depuis le Coronavirus

Pauvreté : hausse depuis le Coronavirus

Pendant les deux mois du confinement, 1 270 000 personnes ont sollicité l’aide du Secours populaire dans ses permanences d’accueil – contre 3,3 millions sur toute l’année 2019. Parmi ces demandeurs, 45 % étaient jusque-là inconnus de l’association, indique son baromètre annuel réalisé avec Ipsos.

Dans les rues de Paris, les files d’attente pour les distributions alimentaires continuent de s’allonger, face à l’afflux inédit de nouvelles personnes venant s’ajouter aux précaires, dont la situation a empiré. Familles monoparentales, personnes âgées, étudiants, mais aussi intérimaires, ou travailleurs indépendants : personne ne semble plus à l’abri de la précarité, selon le Secours populaire.

«  Ce qui nous inquiète particulièrement, c’est la fermeture de petites entreprises, comme celles du bâtiment ou de la restauration, qui représentent beaucoup d’emplois et qui sont obligées de licencier », estime le secours populaire »

En France, la forte hausse du chômage déjà enregistrée en 2020 risque de continuer, avec 800 000 suppressions d’emplois attendues cette année selon la Banque de France. Selon l’ONU, à l’échelle mondiale, la pandémie de Covid-19 pourrait faire basculer plus de 130 millions de personnes supplémentaires dans la faim chronique d’ici à la fin de l’année. En France, les étudiants, nombreux à occuper de petits boulots pour financer leurs études, sont eux aussi durement touchés par la crise, note l’association.

Coronavirus : très forte hausse 15.797 nouveaux cas en 24 heures

Coronavirus : très forte hausse 15.797 nouveaux cas en 24 heures

 

15.797 nouveaux cas ont été détectés ces dernières 24 heures, a annoncé ce vendredi 25 septembre le ministère de la Santé. La veille, 16.096 cas avaient été détectés.

55 personnes sont mortes du Covid-19 en France ces dernières 24 heures, portant le total à 31.661 victimes. 95 personnes sont décédées en Ehpad depuis le dernier bilan effectué pour ces établissements. Au total, 6128 personnes sont hospitalisées, dont 97 nouvelles en 24 heures. 129 malades sont entrés en réanimation depuis hier.

La semaine dernière, les passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 ont augmenté de 21%, les hospitalisations de 34% et les nouvelles admissions en réanimation de 40%, ce qui constitue une augmentation «exponentielle». Le nombre de décès, reparti à la hausse il y a deux semaines, a de nouveau progressé de 25% la semaine dernière, avec 332 morts à l’hôpital ou en Ehpad, précise SPF.

L’agence sanitaire relève aussi la «circulation de plus en plus forte» du virus chez les personnes âgées, plus à risque de développer une forme grave de la maladie. Le taux de nouveaux cas a été «multiplié par quatre depuis mi-août» chez les 75 ans et plus, atteignant 55,4 pour 100.000 habitants, et par trois chez les 65-74 ans, à 44,5 pour 100.000

«Ce sont des chiffres qui nous inquiètent parce que ça laisse présager qu’on va avoir une poursuite des hospitalisations, des admissions en réanimation et possiblement des décès» dans les semaines à venir, a expliqué l’organisation.

Livret A : nouvelle hausse , pourquoi ?

Livret A : nouvelle hausse , pourquoi ?

La réponse est simple,  les ménages ne sont pas du tout persuadés de l’efficacité du plan de relance et envisage une crise grave en matière d’emploi et de pouvoir d’achat pour les mois à venir. Un récent sondage vient d’ailleurs de démontrer que 60 % des Français n’ont pas confiance dans l’efficacité des mesures défendues par le Premier ministre. La nouvelle hausse du montant de l’épargne constitue un très mauvais indicateur pour la santé future de l’économie. La confirmation que les ménages choisissent l’attentisme et retardent voire annulent leurs projets de dépenses notamment d’investissement.

En août, la collecte du livret A et livret de développement durable et solidaire est de nouveau repartie à la hausse, après plusieurs mois de baisse progressive. Ces deux produits ont récolté 2,85 milliards d’euros, contre 2,49 milliards d’euros le mois précédent. Dans le détail, le livret A a reçu 2,25 milliards d’euros, contre 600 millions d’euros pour le LDDS.

Depuis  début 2020, les dépôts nets sur les livrets A ont atteint 24,5 milliards d’euros, contre un peu moins de 7 milliards d’euros sur les LDDS, soit un total de plus de 31 milliards d’euros mis de côté en huit mois.  L’encours total des différents livrets d’épargne tourne autour de 450 milliards et il y aurait à peu près la même somme qui dort sur les comptes courants. Une épargne d’autant plus contradictoire en apparence qu’elle ne rapporte pas grand-chose sur les livrets d’épargne et rien du tout sur les comptes courants.

La ministre Élisabeth Borne constate que les Français ont épargné et elle espère qu’ils vont maintenant dépenser. Il faudrait d’abord faire observer que tous les Français n’épargnent pas, ensuite qu’aucune incitation à l’achat n’a été mise en œuvre dans le cadre du plan de relance. La crainte évidemment c’est que cette éventuelle incitation profite surtout aux importations compte tenu du manque de productivité de la production de biens en France.

Livret A : nouvelle hausse en raison de l’attentisme des ménages

Livret A : nouvelle hausse en raison de l’attentisme des ménages

Mauvais signe évidemment pour l’économie avec cette hausse des dépôts sur les livrets d’épargne. La confirmation que les ménages choisissent l’attentisme et retardent voire annulent leurs projets de dépenses notamment d’investissement.

En août, la collecte du livret A et livret de développement durable et solidaire est de nouveau repartie à la hausse, après plusieurs mois de baisse progressive. Ces deux produits ont récolté 2,85 milliards d’euros, contre 2,49 milliards d’euros le mois précédent. Dans le détail, le livret A a reçu 2,25 milliards d’euros, contre 600 millions d’euros pour le LDDS.

Depuis  début 2020, les dépôts nets sur les livrets A ont atteint 24,5 milliards d’euros, contre un peu moins de 7 milliards d’euros sur les LDDS, soit un total de plus de 31 milliards d’euros mis de côté en huit mois.  L’encours total des différents livrets d’épargne tourne autour de 450 milliards et il y aurait à peu près la même somme qui dort sur les comptes courants. Une épargne d’autant plus contradictoire en apparence qu’elle ne rapporte pas grand-chose sur les livrets d’épargne et rien du tout sur les comptes courants.

La ministre Élisabeth Borne constate que les Français ont épargné et elle espère qu’ils vont maintenant dépenser. Il faudrait d’abord faire observer que tous les Français n’épargnent pas, ensuite qu’aucune incitation à l’achat n’a été mise en œuvre dans le cadre du plan de relance. La crainte évidemment c’est que cette éventuelle incitation profite surtout aux importations compte tenu du manque de productivité de la production de biens en France.

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

 

 

Comme souvent le JDD qui supporte ouvertement le parti en marche annonce une remontée de macron et Castex. L’objectif est évidemment que ce sondage soit repris largement par les médias. En mal de copie pendant les week-ends, la plupart des médias recopie bêtement ce sondage sans aucune analyse.

 

Selon le baromètre Ifop-JDD, le  chef de l’Etat totalise 38% de Français satisfaits de son action – contre 23% pour le socialiste et 32% pour le Républicain à la même époque de leur mandat. « Il remobilise son socle », note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, qui note une progression par rapport à août dernier (+2 points), principalement chez les personnes âgées, les retraités, professions libérales et cadres. Et de faire la comparaison avec Sarkozy et Hollande en particulier dans la perspective des élections présidentielles. Le sondage montre cependant

. Cependant, les mécontents de son action, qui restent majoritaires, fustigent même son « inaction », une critique à laquelle Macron échappait jusqu’alors.

Pourtant un autre sondage, le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

Le JDD, propriété de Lagardère, s’affiche ouvertement en soutien de macron et les sondages de ce journal méritent pour le moins discussion. Ce soutien un peu inconditionnel de macron pèse sans doute d’ailleurs la diffusion du média qui ne cesse de perdre des lecteurs.: Autour de 140 000 actuellement, 145 000 en 2019,100 56 000 en 2000 1860 17 000 en 2017 180 000 en 2016. On objectera que la tendance baissière affecte la plupart des médias notamment ceux appartenant aux groupex financierx. Mais la ligne éditoriale très ambiguë du JDD pèse évidemment dans l’audience. Par ailleurs le groupe Lagardère est bousculé jusque dans son existence même notamment par Bolloré.

 

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

SONDAGE Macron-Castex : en hausse ou en baisse?

 

 

Comme souvent le JDD qui supporte ouvertement le parti en marche annonce une remontée de macron et Castex. L’objectif est évidemment que ce sondage soit repris largement par les médias. En mal de copie pendant les week-ends, la plupart des médias recopie bêtement ce sondage sans aucune analyse.

 

Selon le baromètre Ifop-JDD, le  chef de l’Etat totalise 38% de Français satisfaits de son action – contre 23% pour le socialiste et 32% pour le Républicain à la même époque de leur mandat. « Il remobilise son socle », note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, qui note une progression par rapport à août dernier (+2 points), principalement chez les personnes âgées, les retraités, professions libérales et cadres. Et de faire la comparaison avec Sarkozy et Hollande en particulier dans la perspective des élections présidentielles. Le sondage montre cependant

. Cependant, les mécontents de son action, qui restent majoritaires, fustigent même son « inaction », une critique à laquelle Macron échappait jusqu’alors.

Pourtant un autre sondage, le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

Le JDD, propriété de Lagardère, s’affiche ouvertement en soutien de macron et les sondages de ce journal méritent pour le moins discussion. Ce soutien un peu inconditionnel de macron pèse sans doute d’ailleurs la diffusion du média qui ne cesse de perdre des lecteurs.: Autour de 140 000 actuellement, 145 000 en 2019,100 56 000 en 2000 1860 17 000 en 2017 180 000 en 2016. On objectera que la tendance baissière affecte la plupart des médias notamment ceux appartenant aux groupex financierx. Mais la ligne éditoriale très ambiguë du JDD pèse évidemment dans l’audience. Par ailleurs le groupe Lagardère est bousculé jusque dans son existence même notamment par Bolloré.

Prix soja : en hausse soja au-dessus des 10 dollars

Prix soja : en hausse soja au-dessus des 10 dollars

 

Conséquence sans doute aussi de la sécheresse la demande de soja devrait s’envoler et profiter au producteur américain. Témoin cette commande d’une commande à l’exportation de 327.000 tonnes de soja américain de la campagne 2020/2021, qui doivent être livrés à la Chine. Cette annonce fait suite à une série de commandes chinoises pour l’oléagineux américain, l’un des produits agricoles phares importés par Pékin mais aussi par nombre d’autres pays. Le cours du soja est ainsi passé au-dessus de 10 $

Le blé et le maïs ont profité de l’élan du soja pour s’apprécier également.

 

Audience sites d’info en ligne: en très forte hausse

Audience sites d’info en ligne:  en très forte hausse

L’audience des sites d’infos en ligne a progressé de manière considérable de 30 à 50 %. Les sites de la presse nationale ont profité de cette croissance mais moins que les sites à vocation régionale, locale et indépendants. Pa presse nationale a effectué un certain virage numérique cependant le contenu est toute aussi décevant que la version papier. En cause, le faite que ces sites sont très peu mis à jour qu’ils reprennent souvent des infos déjà anciennes et surtout développent une ligne éditoriale assez convenue qui se limite à la reprise des articles des agences, des communiqués du gouvernement ,des entreprises et des institutions. Sur la tendance, c’est l’audience même des versions papier de la presse qui est en cause. Nombre de titres devrait encore connaître des plans de suppressions d’effectifs voire disparaître. La menace vaut aussi pour des versions numériques aussi indigentes que les versions papier.

La fréquentation des sites de presse en ligne a donc «explosé» de juillet 2019 à fin juin 2020, boostée au printemps par la crise sanitaire et le confinement, selon des données intermédiaires publiées mardi par l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM). Au total, 10 millions de visites supplémentaires par jour en moyenne ont ainsi été enregistrées sur un an «par les sites et applications de presse, toutes familles confondues», selon l’ACPM.

La fréquentation en ligne des seuls titres de presse grand public a progressé de 18,9%, contre une augmentation de 3,5% sur la période 2018-2019. Dans le détail, c’est la presse quotidienne régionale qui enregistre la plus forte hausse de visites sur le web (+24,5%), devant la presse magazine (+22,8%) et les quotidiens nationaux (+7,8%) qui ont amorcé le virage numérique plus tôt que les deux autres catégories.

Le désir de s’informer sur le Covid-19, conjugué à l’impossibilité de se déplacer et à la fermeture des points de ventes, a accéléré le processus de transition du papier vers le numérique, potentiellement de «deux à trois ans», a expliqué à l’AFP le directeur général adjoint de l’ACPM, Jean-Paul Dietsch.

CORONAVIRUS France : hausse inquiétante, environ 10 000 NOUVEAUX CAS EN 24 HEURES

CORONAVIRUS France : hausse inquiétante, environ 10 000 NOUVEAUX CAS EN 24 HEURES

 

9843 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés en France ces dernières 24 heures, et 71 nouveaux clusters ont été identifiés, selon le dernier bilan communiqué ce jeudi soir par la direction générale de la Santé (DGS).

Le taux de positivité des tests s’établit désormais à 5.4%. Par ailleurs, 5096 personnes sont actuellement hospitalisées pour une infection à Covid-19, dont 352 ont été admises au cours des dernières 24 heures. 615 patients dans un état grave se trouvent en réanimation, dont 54 ont été admis ces dernières 24h. Cette hausse inquiétante devrait être évoquée aujourd’hui par le président de la république qui doit annoncer un nouveau train de mesures tout en évitant d’évoquer le reconfinement qui pourrait tuer définitivement l’économie.

Croissance Chine : hausse des exportations mais recul des importations

Croissance Chine : hausse des exportations mais recul des importations

En août, le rythme de progression des exportations s’est encore accéléré sur un an (+9,5%). Sur un mois, les exportations marquent d’ailleurs un repli (-1%), relève auprès de l’AFP l’économiste Iris Pang, de la banque ING. Ce coup de frein « reflète une stabilisation de la demande (à l’étranger) pour des produits liés au Covid-19 tels que les masques » chinois, estime l’analyste Julian Evans-Pritchard du cabinet Capital Economics. Cependant les importations ont de nouveau marqué un repli en août sur un an (-2,1%), après une baisse de 1,4% le mois précédent. Ce chiffre, beaucoup moins bon qu’espéré par les analystes (+0,5%), est synonyme de faible demande sur le marché intérieur chinois. Car si l’activité dans le pays a largement repris, des secteurs entiers de l’économie tournent toujours au ralenti, notamment les transports et le tourisme.

 

Sur les huit premiers mois de l’année, les importations de viande ont ainsi bondi de 73,4% sur un an, à 6,58 millions de tonnes, selon les Douanes. Au final, l’excédent commercial en août s’est inscrit à 58,9 milliards de dollars, en repli par rapport à juillet (62,3 milliards).

Mais celui avec les Etats-Unis seuls – qui constitue une pomme de discorde avec le président Donald Trump – s’est creusé à 34,24 milliards de dollars. Un mois plus tôt, il s’affichait à 32,4 milliards de dollars.

En dépit de tensions grandissantes entre les deux pays, négociateurs chinois et américains ont convenu le mois dernier de faire avancer la première phase de leur accord commercial signé en janvier.

La Chine s’était alors engagée à importer pour 200 milliards de dollars supplémentaires de produits américains sur deux ans. En échange, l’administration Trump s’engageait à surseoir à toute nouvelle hausse de droits de douane sur des produits chinois. Un engagement finalement assez peu respecté.

 

12345...36



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol