Archive pour la Catégorie 'finances'

Banques :Une crise des actifs pourris ?

Banques :Une crise des actifs pourris ? 

 

 

En autorisant la titrisation des « prêts non performants », ( refinanciarisation des actifs pourris), l’Europe prend le risque de voir une crise financière redoubler les effets de la crise économique due au Covid-19, prévient l’économiste  Jézabel Couppey-Soubeyran  dans sa chronique au « Monde ».

 

Chronique.

 

 En Europe comme ailleurs, les faillites d’entreprises ont été plus faibles qu’attendu en 2020, car les mesures d’aide les ont contenues ou différées. Selon les prévisions, elles devraient augmenter en 2021 et lester les bilans des banques d’une masse de prêts qui ne seront pas remboursés. La Commission européenne a tout prévu : transformer ces « prêts non performants » en produits revendables sur un marché. La foire est ouverte !

Comme l’explique le Fonds monétaire international dans ses Perspectives de l’économie mondiale d’avril, contrairement à ce qui s’est passé pendant la crise financière ou d’autres récessions, les faillites d’entreprises ont diminué dans les économies avancées pendant la crise sanitaire. Cela est dû notamment aux moratoires sur les remboursements de prêts bancaires. Ce sont les petites entreprises qui en ont particulièrement profité. Les plus grandes ont plutôt accès aux marchés obligataires, où le FMI observe parallèlement, dans son rapport sur la stabilité financière globale, un taux de défaillance des émetteurs de titres mal notés à son plus haut depuis la crise financière.


En substance, le FMI craint qu’une horde d’entreprises « zombies », petites et grandes, maintenues artificiellement en vie par les aides généralisées, vienne plomber la reprise. S’ils veulent moins d’entreprises « zombies », qui feront faillite demain tout en accaparant des ressources qui seraient plus utiles à d’autres, les pouvoirs publics doivent se résoudre à accepter plus de faillites aujourd’hui.

« Bad banks »

Cela rejoint les prévisions des instituts de conjoncture et des professionnels du secteur financier qui s’attendent à une remontée des faillites d’entreprises en 2021, à un niveau qui dépasserait celui de 2019 (l’assureur-crédit Atradius prévoit une augmentation de 26 % dans le monde en 2021, et de 80 % en France). Au bilan des banques de la zone euro, qui sont entrées dans la crise sanitaire mieux capitalisées et plus résistantes qu’elles ne l’étaient avant la crise financière de 2008, le taux de prêts non performants, resté en dessous de 3 % en 2020 (contre 7 % fin 2015), pourrait remonter et causer des pertes. Le préjudice ne sera pas seulement pour la profitabilité des banques mais aussi, suivant leur capacité à absorber les pertes, pour la stabilité globale du secteur. En 2008, la crise financière avait débouché sur la crise économique. En situation de pandémie, la crise bancaire et financière pourrait venir à la suite de la crise économique et en redoubler les effets.

Bientôt un euro numérique ?

Bientôt un euro numérique ?

 

 

Nombre de Banques Centrales s’interroge sur l’intérêt ou pas de réguler les cryptomonnaies y compris en créant une version numérique des monnaies classiques C’est le cas aussi de la Banque centrale européenne. Mais cette fois comme le ministre des finances allemand s’est prononcé pour la création d’un euro numérique la question pourrait avancer de façon significative et la BCE pourrait décider dès l’été de son principe.

 

L’Europe doit être « aux avant-postes » de la création d’une monnaie numérique commune et « activement » œuvrer pour que ce nouvel outil de paiement voit le jour, a plaidé vendredi 16 avril le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz.« Une Europe souveraine a besoin de solutions de paiement innovantes et compétitives », a-t-il déclaré en amont d’une visioconférence des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe), qui doit aborder cette question.

 

La BCE décidera cet été si elle se lance ou non dans la création d’un euro numérique, à l’issue d’une vaste consultation et d’études engagées ces derniers mois, a indiqué cette semaine l’un de ses responsables. Selon une enquête publique de l’institution de Francfort, également dévoilée cette semaine, les particuliers et les professionnels interrogés attendent en premier lieu de la monnaie numérique la confidentialité (43%), suivie de la sécurité (18%), la capacité de payer dans la zone euro (11 %), l’absence de frais supplémentaires (9%) et la possibilité de payer en dehors de l’internet (8%).

Entrée en Bourse de Coinbase une, révolution ?

Entrée en Bourse de Coinbase  une, révolution ?

Sur France Info on s’interroge sur le caractère révolutionnaire de l’entrée en bourse de Coinbase plate-forme de cryptomonnaie.  En fait de révolution, il s’agit d’une tentative quantitativement cependant modeste de substituer une monnaie virtuelle aux monnaies traditionnelles. Une tentative qui sera forcément régulée par les banques centrales qui ne peuvent laisser les pays abandonner leur souveraineté essentielle dans ce domaine.

Notons en outre que faute d’être institutionnalisé pour l’instant, les cryptomonnaies  affichent une valeur tout à fait virtuel ne reposant sur aucun actif et que leur  révolution découle essentiellement de la spéculation.

L’ascension de l’entreprise américaine Coinbase est aussi fulgurante que le bitcoin. Fondée en 2012 par Fred Ehrsam et Brian Armstrong, la plateforme est devenue un poids lourd en misant sur les cryptomonnaies, dont l’utilisation a explosé au début des années 2010. Coinbase, qui permet d’acheter et de vendre une cinquantaine de cryptomonnaies dont le bitcoin et l’ethereum, revendique 56 millions d’utilisateurs et s’enrichit sur les transactions de ses utilisateurs grâce aux frais de transactions. « C’est du trading de cryptomonnaies », explique Alexandre Delaigue, professeur d’économie à l’université de Lille. Coinbase assure ainsi le stockage des cryptodevises et promet à ses utilisateurs un niveau de sécurité élevé grâce notamment à des serveurs « hors-ligne » déconnectés d’internet. Le but ? Éviter les piratages.

La compagnie a profité de l’ascension fulgurante du bitcoin, dont la valeur est passée de 6 500 dollars en avril 2020 à près de 62 000 dollars ces derniers jours, pour devenir une référence. Jusqu’à être la première entreprise de cryptomonnaies à faire une entrée fracassante sur une place boursière américaine. Pour sa toute première cotation sur le marché boursier Nasdaq, l’action de Coinbase a terminé à 328,28 dollars, mercredi, alors que le groupe américain a été valorisé à 86 milliards de dollars, effaçant ainsi des tablettes le record de 81 milliards établi par Facebook en 2012.

Révolution, bascule de la finance dans le numérique, nouvelle ère : l’arrivée en Bourse d’une plateforme de cryptomonnaies a été largement commentée. « Certains la comparent à l’entrée en Bourse du navigateur Netscape dans les années 1990 [qui a popularisé le web grâce à ses logiciels]« , explique Alexandre Delaigue à franceinfo. « C’est une fantaisie pour certains, alors que d’autres y voient le début d’un changement majeur qui touchera les systèmes monétaires et financiers », poursuit le professeur d’économie à l’université de Lille. L’entrée en Bourse de Coinbase symbolise quand même une petite bascule pour l’économie mondiale, dont les devises virtuelles font désormais partie intégrante.

« C’est une étape de plus dans la normalisation des cryptomonnaies. Cette entrée en Bourse participe à faire entrer la cryptomonnaie dans le paysage de l’économie normale. »Alexandre Delaigue, professeur d’économie à franceinfo

A ses yeux, l’entrée en Bourse de Coinbase est surtout la conséquence de la bonne santé des cryptomonnaies, une sorte « d’aboutissement ». Et une manière, peut-être, de démocratiser l’utilisation de ces nouvelles monnaies, principalement utilisées par des amateurs de trading, des banques et des institutions financières. « Ça ne changera rien pour ceux qui font du trading. Cela accompagne le processus de normalisation important pour l’essor des cryptomonnaies, dont la valeur ne dépend que de leur capacité à être utilisées et acceptées », ajoute Alexandre Delaigue. Ainsi, Coinbase revendique actuellement 43 millions d’utilisateurs dans une centaine de pays.

 

Si la conjoncture semble favorable à Coinbase et aux cryptomonnaies, la prudence reste toutefois de mise vis-à-vis de l’avenir de ce marché incarné par l’entreprise américaine. En cause : le caractère fluctuant et volatile des cryptomonnaies, parfois qualifiées de bulle spéculative, ainsi que la réputation de ces devises virtuelles auprès des législateurs.

« La vraie question est de savoir si toute cette valorisation sera durable, notamment à cause du nombre important de gouvernements qui ne sont pas vraiment enchantés par les cryptomonnaies, explique Michael Hewson, analyste en chef chez CMC Markets UK, cité par l’AFP. Il y a des réticences parce que la culture de la cryptomonnaie présente une dimension anti-système, mais Coinbase ne l’est pas. L’entreprise veut plutôt faire entrer la cryptomonnaie dans le système.

Musk spécule sur GameStop et le bitcoin

Musk spécule sur GameStop et le bitcoin 

 

 

Musk  est sans doute un entrepreneur innovant et dynamique mais ses pratiques sont contestées quand il intervient pour spéculer sur des valeurs boursières ou sur ou le bitcoin. Sans parler de son exhibitionnisme permanent et ses promesses illusoires (le voyage prochain sur mars ouvert au public). Des postures qui permettent de gonfler considérablement la valeur d’une entreprise bien au-delà de sa valeur réelle.

 

Récemment masque avait fait savoir qu’il investissait 1,5 milliards de bitcoins et qu’on pouvait payer ses voitures électriques avec cette crypto monnaie. Cette déclaration avait contribué à faire envoler le bitcoin. Autre exemple ! ‘investisseur David Einhorn a déclaré jeudi que l’éminent capital-risqueur Chamath Palihapitiya et l’entrepreneur Elon Musk avaient jeté du «carburéacteur» sur la frénésie commerciale de GameStop Corp (GME.N) en janvier lorsque les actions du détaillant de vidéos ont augmenté de 2000% et ont ensuite déclenché une audience aux États-Unis Congrès.

 

Einhorn, qui dirige le fonds spéculatif Greenlight Capital (GLRE.O) , a également déclaré que les législateurs américains cherchant des réponses sur la façon dont les day traders ont pu arracher le contrôle du cours de l’action GameStop à des fonds spéculatifs établis devraient sonder les régulateurs plutôt que les investisseurs.

Les investisseurs amateurs organisés sur des sites de médias sociaux tels que Reddit ont organisé une virée d’achat obstinée il y a trois mois, remportant les fonds spéculatifs de Wall Street qui avaient court-circuité les actions de GameStop ou pariaient que le prix baisserait.

Les fluctuations sauvages des prix ont causé de lourdes pertes au fonds spéculatif Melvin Capital, entre autres. Les législateurs américains ont réagi en organisant une audition de la Chambre des représentants américaine en février au cours de laquelle ils ont interrogé des fonds spéculatifs, un day trader et le chef de l’application de trading en ligne Robinhood.

 

Einhorn a blâmé jeudi le PDG de Palihapitiya et de Tesla Inc (TSLA.O) , Musk, pour avoir jeté ce qu’il a appelé «du carburéacteur sur la pression du GME». Ses commentaires sont apparus dans une lettre trimestrielle aux investisseurs de Greenlight Capital qui a été vue par Reuters.

Les représentants de Palihapitiya et Musk n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Einhorn a déclaré qu’il était approprié pour les investisseurs de discuter des actions.

« Les investisseurs qui discutent des raisons pour lesquelles ils pensent que GameStop (ou toute autre action) devrait augmenter ou diminuer devraient être encouragés », a-t-il écrit.  »Il n’y a aucune raison de traîner qui que ce soit devant le Congrès pour avoir fait une sélection de titres.

 

Einhorn a déclaré que Palihapitiya, qui est apparue à la télévision fin janvier et a rejeté les critiques des day traders, aurait peut-être tenté de nuire à Robinhood parce qu’elle était en concurrence avec la start-up de fintech SoFi, qui était soutenue par Palihapitiya.

Et Musk, contre qui Einhorn partage Tesla a longtemps parié, s’est lancé dans le drame en tweetant « Gamestonk !! » et l’ajout d’un lien vers le forum Reddit où les day traders discutaient de GameStop.

« Si les régulateurs voulaient qu’Elon Musk arrête de manipuler les actions, ils auraient dû le faire avec plus qu’une légère gifle au poignet lorsqu’ils l’ont accusé de manipuler les actions de Tesla en 2018″, a écrit Einhorn.

Einhorn a déclaré que si les législateurs voulaient comprendre « pourquoi GameStop a fait ce qu’il a fait … il serait préférable de demander des comptes aux régulateurs absents et à leurs soutiens philosophiques. »

Une mise en cause claire du laxisme des autorités boursières américaines mais aussi internationales.

Bitcoin: une spéculation potentiellement explosive

Bitcoin: une spéculation potentiellement explosive

 

Philippe Boyer, directeur relations institutionnelles et innovation à Covivio explique dans la Tribune les dangers de la spéculation incontrôlable aujourd’hui sur le bitcoin.

 

Dans son roman «Les Faux-Monnayeurs », André Gide fait dire à l’un des personnages que, « dans un monde où chacun triche, c’est l’homme vrai qui fait figure de charlatan ». Bien que l’intrigue de ce roman soit d’abord centrée sur l’hypocrisie et le mensonge bien plus que sur l’histoire d’experts en fausses monnaies, ce titre de 1927 acquiert une résonance particulière en ce début de XXIe siècle où s’épanouissent toutes sortes de crypto-devises. Outre le bitcoin, de loin la plus connue, il existe plus de 1.500 « devises numériques » parmi lesquelles cohabitent Ethereum, Ripple ou encore Litecoin…

Il ne se passe pas un jour sans que ces crypto-monnaies, et singulièrement la plus médiatisée d’entre toutes, le Bitcoin, ne défraient la chronique : ici, une équipe de basket, les « Kings » de Sacramento qui se propose de payer ses salariés dans cette « monnaie[1] », là, l’annonce qu’il sera bientôt possible d’acquérir une Tesla[2] en la payant en Bitcoins… Tout cela avec, en arrière-plan, l’envolée de son cours lorsque, il y a quelques semaines, le Bitcoin a atteint 59.000 dollars pièce, huit fois sa valeur d’il y a un an. Et d’ailleurs, à en croire certains fonds, l’hypothèse que le Bitcoin puisse dépasser les 110.000 dollars pièce pourrait devenir une réalité au cours des prochains mois[3]. Au cours des 3 dernières années (2017-2020), le prix d’un Bitcoin a été multiplié par 19,5. Une progression spectaculaire pour un actif numérique qui, à sa création en janvier 2009, au pire moment de la plus importante crise financière de l’après-guerre, valait à peine 0,001 dollar américain.

Valeur refuge incertaine

Si plusieurs raisons objectives expliquent cette flambée du cours de cette cryptomonnaie - quantité limitée d’unités : 21 millions de Bitcoin au maximum (il y en a déjà 18,5 millions sur le marché), alternatives aux contrôles de tiers de confiance que sont les banques centrales et les Etats, propriétés techniques qui reposent sur la technologie de la blockchain c’est-à-dire sans contrôle central, anonymat des transactions, etc. - il n’empêche, la « Bitcoin-mania » cristallise une intense spéculation qui fait de cette devise une machine à se faire des frayeurs : 15.000 dollars l’unité au mois de décembre 2017 contre moins de 3.000 dollars une année plus tard.

Sans doute est-ce pour cette raison-là que le fondateur de Tesla s’est récemment empressé de spécifier à ses clients qui voudraient s’offrir une de ses voitures en utilisant leurs Bitcoins que s’ils venaient ensuite à demander un remboursement de cet achat, il se pourrait qu’ils reçoivent en retour une somme moindre que celle de leur versement initial[4]. Sorte de rappel du fameux proverbe populaire : « Un homme averti en vaut deux » …

En dépit de ses caractéristiques hautement volatiles, la finance commence à convertir certains de ses placements en Bitcoins, sans parler d’autres tentatives destinées à rendre accessible ce moyen de paiement au grand public. Il y a quelques semaines, la plate-forme de paiement PayPal [5] a offert à ses clients la possibilité de régler leurs achats « en crypto», aux côtés d’autres méthodes de paiement beaucoup plus classiques. A terme, PayPal a pour ambition de rendre l’usage du Bitcoin accessible à des millions d’entreprises en ligne dans le monde.

Effet « Mary Poppins »

Outre le fait d’être une valeur hautement spéculative, le Bitcoin a peu à voir avec ce qui fait une « monnaie », au sens où les économistes l’entendent. Si la seconde possède ses caractéristiques propres en tant que bien public émanant d’une souveraineté politique tout en étant une unité de compte reconnue, les fondements de la crypto-devise ne reposent sur aucune de ces caractéristiques essentielles. Si un jour le marché venait à se convaincre que le Bitcoin n’avait plus aucune valeur du fait de l’inexistence de sous-jacents réels non garantis par un tiers de confiance (un État, une banque centrale…), il se pourrait que l’on revive la fameuse scène de la panique bancaire dans le film « Mary Poppins[6] » lorsque le directeur d’une agence tente de persuader un petit garçon qu’il doit investir dans sa banque. Lorsque ce dernier refuse catégoriquement en le suppliant qu’il lui rendre son argent, tous les autres clients qui assistent à la scène sont persuadés de vivre le début d’une débâcle financière et, à leur tour, exigent que leurs avoirs leur soient rendus séance tenante.

Lien social

Pour comprendre ce qui fait qu’une monnaie est dite « de référence », c’est-à-dire pérenne, solide et digne de confiance en tant que réserve de valeur, il faut lire l’ouvrage « Le Futur de la monnaie[7] », essai rédigé par deux économistes : Michel Aglietta et Natacha Valla. Remarquablement pédagogique, les auteurs s’attachent à rappeler qu’au-delà de ses caractéristiques intrinsèques, la monnaie est d’abord un élément du lien social. Depuis les Sumériens, l’ordre monétaire et l’ordre politique ont un but commun: d’une part, l’acceptation des règles monétaires par les sujets de l’échange marchand et, d’autre part, l’adhésion des citoyens à la loi. Dit autrement, en matière de gouvernement comme de monnaie, ce qui est recherché, c’est le fait d’être capable de réduire les incertitudes et d’instaurer la confiance sur la durée. Il suffit que la confiance soit ébranlée pour qu’une monnaie cesse d’être légitime.

Rappelant que la capitalisation boursière combinée des cryptoactifs a plus que quintuplé depuis juillet 2017 pour atteindre un pic de 480 milliards d’euros avant de dévisser peu après, les auteurs Michel Aglietta et Natacha Valla se montrent plus que sceptiques à l’idée que le Bitcoin et quelques autres crypto-monnaies puissent se substituer aux monnaies officielles. Et d’avertir qu’il faut avoir les idées claires car « c’est une question démocratique, au sens le plus noble, qui se cache derrière une évolution apparemment technique, celle de la délégation d’un bien public sur lequel un contrôle démocratique est indispensable : le système de paiement ».

close

volume_off

 

Et d’ajouter : « En affirmant qu’il s’agit d’une monnaie, les promoteurs du Bitcoin veulent s’affranchir de tout pouvoir monétaire central, donc de la souveraineté politique qui le légitime. »

D’inspiration libertaire et ayant une valeur qui repose sur la seule confiance que ses acquéreurs lui accordent, on comprend les raisons pour lesquelles le Bitcoin fascine. Mais comprendre ne signifie pas approuver, et encore moins se laisser bercer par quelques promesses de futures valeurs, forcément haussières. Y croire benoîtement c’est, à coup sûr, faire sien le titre du roman d’André Gide.

___
NOTES

[1] https://www.lepoint.fr/economie/etats-unis-une-grande-equipe-sportive-propose-de-payer-ses-joueurs-en-bitcoin-06-04-2021-2421092_28.php

[2] https://www.cnbc.com/2021/03/24/elon-musk-says-people-can-now-buy-a-tesla-with-bitcoin.html

[3] https://in.investing.com/news/bitcoin-to-hit-115000-by-mid-summer-2021-predicts-pantera-capital-in-latest-investor-report-2651305

[4] https://www.fastcompany.com/90618478/elon-musk-announces-teslas-can-now-be-bought-with-bitcoin

[5] https://www.businessinsider.fr/us/more-companies-accepting-bitcoin-cryptocurrency-paypal-starbucks-2021-4

[6] https://youtu.be/r8jTPocY1Y8

[7] https://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/economie-et-finance/futur-de-la-

La folie du bitcoin continue à plus de 60.000 dollars

La folie du bitcoin continue à plus de 60.000 dollars

il se confirme de plus en plus que les énormes masses de liquidités déversées par les banques centrales ne sont pas toutes  orientées vers le soutien socio-économique. Une partie non négligeable qui transite par les banques sert aussi à alimenter la spéculation sur les marchés boursiers. Les valeurs ne cessent en effet de grimper en contradiction avec le résultat des entreprises et les tendances globales de l’économie.

Pour le bitcoin, c’est une véritable folie Le cours du bitcoin a de nouveau dépassé 60.000 dollars (50.420 euros) dimanche, confirmant le regain d’intérêt des investisseurs pour la plus connue des cryptomonnaies, dont l’offre reste limitée.  Le pire c’est que cette monnaie virtuelle ne repose sur aucun actif mais uniquement sur la confiance. Le pire aussi c’est que des institutions et de grandes entreprises nationales sont aussi engagées dans cette spéculation particulièrement dangereuse. En cas d’éclatement de la bulle la contamination avec d’autres secteurs financiers pourrait être dramatique.

La valeur du bitcoin a progressé de 116% depuis son plus bas du 4 janvier à 27.734 dollars, profitant notamment de l’annonce par le président américain, Joe Biden, d’un plan de relance de 1.900 milliards de dollars, qui a incité des investisseurs à acheter des cryptomonnaies pour se protéger contre une éventuelle poussée inflationniste.

Bientôt un dollar numérique ?

Bientôt un dollar numérique ?

Comme d’autres zones, les États-Unis s’interrogent sur la nécessité de mettre sur le marché un dollar numérique. La décision semble déjà prise par la Chine et les États-Unis ne peuvent rester en marge du phénomène d’autant que les initiatives privées d’entreprise se proposent aussi d’attaquer les monnaies traditionnelles pour les remplacer par des monnaies virtuelles qui priveraient les Etats de leur souveraineté.

 

Il s’agit d’une question monétaire mais aussi politique surtout pour le delà monnaie américaine mais aussi monnaie d’échange international. Jerome Powell le président de la a confirmé que la banque centrale américaine étudiée la possibilité d’un dollar numérique américain, mais la décision finale de le rendre public ne sera prise qu’une fois son impact pleinement compris.

 

Le dollar est «la monnaie de réserve du monde. Le dollar est si important (…) Nous n’avons pas besoin d’être les premiers à le faire. Nous voulons bien faire les choses. Et c’est ce que nous allons faire», a-t-il insisté.

 

En octobre dernier, Jerome Powell avait déjà indiqué que les États-Unis réfléchissaient à l’émission de leur cryptomonnaie mais il avait alors prévenu que l’évaluation complète des avantages et des risques prendrait du temps. La création d’un dollar numérique pourrait être bénéfique à l’économie américaine, a estimé plus récemment la secrétaire au Trésor, Janet Yellen dans un entretien au New York Times publié le 22 février dernier. Elle avait alors évoqué la nécessité pour les Banques centrales de bien évaluer les problématiques associées, notamment la protection des consommateurs.

 

Un plan bidon de rétablissement des finances en cinq ans

Un plan bidon de rétablissement des finances en cinq ans

 

Un plan de rétablissement des finances en cinq ans visant en particulier à ramener le déficit public à 3 % du PIB a été élaboré par le ministère de l’économie. En réalité,  peu de médias ont repris une information essentiellement destinée à faire semblant de rassurer la commission européenne de Bruxelles.

 

On voit mal comment la France pourrait ramener ce déficit public sous la barre des 3 % en 2027 en sachant qu’à partir de 2023 les prévisions de croissance annuelle vont reprendre leur rythme antérieur à la crise sanitaire à savoir une évolution de plus de 1,5 % PIB par an  . Non seulement on ne peut guère espérer une amélioration des déséquilibres financiers mais on peut craindre au contraire une dégradation dans la mesure où les moyens budgétaires actuellement prévus paraissent insuffisants y compris au Fonds monétaire international (FMI)  pour que des pays comme la France retrouve une dynamique de croissance satisfaisante pour développer l’activité et l’emploi.

 

Pourtant , l a semaine prochaine, la France doit présenter officiellement à la Commission européenne son programme budgétaire. Le ministère des Finances a partagé ses projections au Haut conseil des finances publiques. Une fois la crise passée, le gouvernement se donne ainsi cinq ans pour rétablir les finances publiques. L’objectif est de faire passer le déficit sous la barre des 3% en 2027, conformément aux règles budgétaires européennes d’avant-crise. Du propre aveu du ministère, ce plan « ambitieux mais crédible » passera par des « efforts importants » mais pas d’austérité.

Avec la crise sanitaire du Covid-19, l’économie française a été mise à rude épreuve. Le déficit public en 2020 s’élève au taux record de 9,2%, un chiffre qui est la conséquence des moyens mobilisés pour mettre en place diverses mesures de soutien. En 2020, le pays a connu une récession historique avec une contraction de 8,2% de son PIB, tandis que le ratio d’endettement public a flambé pour atteindre 115,7% du PIB. Les dépenses devraient se poursuivre tant que l’épidémie sévira toujours, elles doivent notamment permettre d’alimenter le fonds de solidarité, l’activité partielle ou encore venir en aide aux hôpitaux.

Le ministère de l’Economie espère voir le pays renouer avec la croissance, avec un retour de l’activité à son niveau d’avant crise d’ici la fin 2022. Selon les projections du ministère des Finances, la croissance pourrait atteindre 4% en 2022 et 5% cette année. Pour cela, la bonne application du plan de relance sera primordiale : le ministère table sur une stabilisation de la croissance à 1,4% par an à partir de 2025.

 Il ne faut guère espérer sur la croissance et sur les recettes fiscales améliorer les équilibres financiers. Du coup revient dans l’actualité la question de la maîtrise des dépenses publiques. Or ce plan de la France n’a jamais été capable de les réduire puisqu’elles ont augmenté hors inflation en moyenne de 1,5 par an. Il faudrait diviser par deux au moins cette tendance.

Les espérances de réformes structurelles paraissent assez limitées. Bruno Le Maire semble compter sur la poursuite de certaines réformes mises en sommeil par la crise sanitaire. Ainsi, la réforme des retraites tout comme celle de l’assurance-chômage devraient retrouver une place de choix dans l’agenda gouvernemental. Mais compte tenu du calendrier politique, ce n’est sans doute pas avant 2023 que d’éventuelles réformes pourraient commencer à donner quelques résultats surtout pour les retraites dont les effets significatifs ne sont pas attendre avant une bonne dizaine d’années.

Monnaie: la planche à billets comme solution ?

Monnaie: la planche à billets comme solution ?

 

Professeur émérite d’économie à l’université de Lille,  Jean-Claude Werrebrouck estime que l’Allemagne devra se résoudre à voir la dette Covid des pays du sud de la zone euro financée par « la planche à billets », comme l’a été celle de la France pendant la première guerre mondiale. (tribune dans le Monde)

 

Tribune

 Les banques centrales semblent pouvoir créer aujourd’hui toutes les liquidités dont on a besoin. Ce ne fut pas toujours le cas. Lorsque la monnaie était métallique, sa rareté était décriée : on pouvait alors parler d’une véritable « loi d’airain » de la monnaie.

Après de nombreux échecs historiques, la première guerre mondiale mit fin à cette pénurie par une innovation radicale : le cours forcé des billets devait durablement autoriser des dépenses militaires illimitées. Jamais l’effort militaire de la période 1914-1918 n’eût été pensable sans cette réforme monétaire de grande ampleur.

Les canons devenus silencieux, il faudra néanmoins en payer le prix par une inflation et une dévaluation massive, consacrée officiellement en 1928. Mais ce retour brutal à la loi d’airain fut tempéré par des barrières accrues à la convertibilité en métal précieux, puis par la fin définitive de ladite convertibilité à la suite de la crise de 1929 et à la seconde guerre mondiale.

Près d’un siècle plus tard, la nouvelle monnaie européenne, l’euro, devait consacrer le retour de la loi d’airain. Les pays du Sud ne devaient plus pouvoir payer leurs importations allemandes en imprimant des billets, à l’inverse de l’Etat français de 1914 qui, dans une logique déficitaire, pouvait payer ses dépenses militaires par simple impression de papier.

Les pays déficitaires de la zone euro ne disposant plus de l’outil monétaire, ils devaient immédiatement s’endetter pour payer. Toute une série de règles de l’Eurosystème [le réseau de banques centrales piloté par la Banque centrale européenne, BCE] ont fait qu’aujourd’hui la dette est devenue un enjeu central, alors qu’entre 1914 et 1918 ce même enjeu était totalement dépourvu de sens.

La crise financière de 2008 a donc réanimé de façon magistrale la loi d’airain. Parce que les Grecs devaient payer les BMW achetées en Allemagne, sans pouvoir obtenir les moyens de paiement au guichet de la Banque centrale européenne, ils devaient rééquilibrer leurs comptes par des réformes structurelles.

Ces réformes déjà entreprises ailleurs ont fait entrer la zone euro dans des politiques budgétaires restrictives, dont le prix a été une croissance beaucoup plus faible que dans le reste du monde. Si la France avait appliqué une politique budgétaire restrictive entre 1914 et 1918, aurait-elle gagné la guerre ?

La pandémie semble à nouveau questionner la loi d’airain de la monnaie. Tous les pays de la zone euro se sont mis à dépenser sans compter, « comme en 14 ». D’où les très nombreux débats concernant la partie Covid de la dette. Pourquoi ne pas renouer avec quelque chose comme l’équivalent du cours forcé des billets de 1914 ?

Une taxe provisoire sur les riches proposée par le FMI

Une taxe provisoire sur les riches proposée par le FMI

Comme d’autres, le FMI propose la mise en place d’une taxe provisoire sur les plus riches pour financer les énormes dépenses des gouvernements qui font face au financement de la crise sanitaire. L’idée peut paraître pertinente et généreuse. Le seul problème pour des pays comme la France par exemple c’est que déjà le niveau de prélèvements obligatoires atteint des records avec 46 % du PIB consacré à l’impôt et 56 % du PIB aux dépenses.

La question est complexe car la taxation ne concernerait que ce qui aurait bénéficié de revenus supplémentaires (entreprises et particuliers) pendant la crise. Il faudrait en effet distinguer les bénéficiaires et les victimes ; ces dernières très nombreuses. Enfin et peut-être surtout, il faudrait s’assurer du caractère réellement provisoire de la nouvelle taxation. Or en France en particulier il est rare qu’une nouvelle taxation ne soit pas institutionnalisée pour toujours.

 

Notons aussi que les besoins financiers sont immenses et la France par exemple aurait besoin de  200 milliards par an de fiscalité nouvelle pour financer son déficit budgétaire covid. Un poids fiscal difficile à supporter sur une année et qui pourrait tuer la compétitivité et la croissance future.

 

Mieux vaudrait sans doute amortir sur le long terme l’endettement. Le  FMI recommande pourtant, comme il l’avait fait en octobre, la mise en place d’une fiscalité provisoire sur les revenus les plus élevés pour aider les gouvernements à répondre à ces besoins de financement. Prenant acte du fait que dans les économies avancées, il y a eu ces dernières années une érosion des revenus provenant de l’impôt sur les sociétés, Paolo Mauro, économiste au FMI a salué l’initiative internationale «pour parvenir à un accord» sur l’imposition d’une fiscalité minimale mondiale.

 

«Nous avons également constaté une érosion de l’imposition des revenus personnels pour les personnes se situant tout en haut de l’échelle des revenus», a-t-il ajouté. «Ainsi, dans les économies avancées, il y a une opportunité d’inverser» cette tendance en augmentant à la fois l’impôt sur le revenu des sociétés et des particuliers les plus riches, en éliminant les niches fiscales, en augmentant les impôts fonciers ou les droits de succession, a-t-il détaillé.

Le chef des affaires budgétaires du FMI Vitor Gaspar a de son côté défendu la vaccination tous azimuts. Plus de 1.000 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires pourraient être générées d’ici 2025 à l’échelle mondiale si tous les pays parvenaient à maîtriser la pandémie plus tôt que prévu. Cela permettrait aussi «d’économiser des milliards supplémentaires dans les mesures d’aide» aux économies, observe le FMI dans son rapport sur la surveillance budgétaire publié mercredi dans le cadre des réunions de printemps. «La vaccination est donc plus que rentable, car elle offre un excellent rapport qualité-prix aux fonds publics investis pour accélérer la production et la distribution mondiales de vaccins», commentent les auteurs.

Le CAC 40 poursuit sa folle ascension, jusqu’à quand

Le CAC 40 poursuit sa folle ascension, jusqu’à quand

 

Il est clair que les valeurs boursières sont engagées dans une course folle à la hausse qui pourrait bien se terminer un jour par un éclatement de bulles financières. En effet, rien ne justifie réellement les hausses records enregistrées aux États-Unis bien sûr mais aussi en France. En France où précisément les résultats des entreprises et l’activité sont en pleine contradiction avec l’évolution des valeurs. En réalité, cette embolie financière est surtout due  aux masses de liquidités consenties par la banque centrale y compris la banque centrale européenne en direction des banques et autres institutions qui réaffectent une partie de cet argent gratuit pour spéculer sur les marchés financiers.

Ainsi le  CAC 40 a gagné plus de 10% depuis le début de l’année, affichant l’une des meilleures performances boursières dans le monde. Il se rapproche du pic de 2007 à 6.168 points, mais reste encore loin du sommet historique de 2000 à 6.922 points.

 

Pourtant contrairement aux États-Unis ou encore à la Chine les perspectives de croissance de la France sont relativement modestes. On prévoyait au début de l’année une évolution du pipe de 6 % mais du fait du développement d’une nouvelle phase de la pandémie, le ministre de l’économie lui-même a été contraint de revoir sa prévision à seulement 5 % de croissance pour 2021. Qui semble d’ailleurs encore assez optimiste. On sera encore nettement sous le niveau d’activité de 2019 ( l’activité a reculé de 6,6 % en 2020).

 

L’indice phare de la place parisienne poursuit donc son ascension. Le CAC 40 a ainsi terminé la séance de mardi à 6.131 points, à quelques encablures de son pic de juin 2007 (6.168 points), avant les premiers craquements annonciateurs de la pire crise financière depuis la Seconde Guerre mondiale. politiques monétaires ultra-accommodantes des banques centrales ont artificiellement gonflé le prix de certains actifs, comme les valeurs de croissance ou de technologie où cela en contradiction avec l’évolution globale de l’économie et des entreprises..

Remboursement des prêts PGE : une majorité d’entreprises ont demandé un délai supplémentaire

Remboursement des prêts PGE : une majorité d’entreprises ont demandé un délai supplémentaire

comme c’était prévisible une grande partie des entreprises sera dans l’incapacité de rembourser les prêts garantis par l’État dans le délai initial. Pour preuve une majorité ont demandé et obtenu un étalement supplémentaire Plus de la moitié des quelque 670.000 entreprises ayant reçu un prêt garanti par l’État ont opté pour une année supplémentaire avant de commencer à rembourser leur crédit, a fait savoir mardi la Fédération bancaire française.

Ces prêts, lancés en urgence en mars 2020 et distribués à prix coûtant par les banques, ont bénéficié – à la date du 19 mars – à 669.883 entreprises, pour un montant de plus de 135,9 milliards d’euros, a indiqué la fédération dans un communiqué, précisant que l’essentiel avait été contracté entre avril et juillet 2020.

À ce stade, «les entreprises font le choix de la précaution: environ la moitié ont aujourd’hui sur leurs comptes bancaires l’intégralité de leur PGE ; pour autant, la plupart choisissent de rembourser le plus tard possible, et 55% optent pour l’année supplémentaire de décalage du remboursement en capital», est-il ajouté.

Dans le détail, selon les informations reçues au 26 mars et encore susceptibles d’évoluer, environ 12% prévoient de rembourser dès 2021: 5% devraient l’amortir entre 2022 et 2023, 9% entre 2024 et 2025 et 74% choisissent la durée la plus longue possible pour une fin du prêt en 2026.

Les prêts garantis par l’État avaient été lancés en mars 2020 pour soutenir la trésorerie des entreprises face à la crise sanitaire. Dans la plupart des cas, ils sont très majoritairement couverts par l’État, à 90%, et pour 10% à la charge des banques. Il était initialement prévu que les entreprises qui bénéficient de ce prêt garanti n’aient aucun remboursement à effectuer la première année, pour ensuite pouvoir le rembourser dans un délai de 5 ans maximum.

Mais face au prolongement de la crise sanitaire, les banques se sont engagées début janvier à accepter de manière systématique de reporter d’un an supplémentaire le début de remboursement de ces prêts pour les entreprises en faisant la demande. Durant cette année supplémentaire, seuls les intérêts et le coût de la garantie d’État sont alors payés.

Quelle transparence de la monnaie électronique

Quelle transparence de la monnaie électronique

Surveillance, souveraineté et propriété des données, tels sont trois enjeux cruciaux liés à la monnaie électronique, détaille la sociologue Jeanne Lazarus dans une tribune au « Monde ».

 

Tribune. 

 

L’affaire semble entendue : l’argent liquide est voué à disparaître au profit des moyens de paiement électroniques, de la carte bancaire à la puce greffée en passant par les QR codes scannés avec les téléphones portables et les prélèvements automatiques. En parallèle, les cryptomonnaies concurrencent les monnaies nationales et affichent pour ambition de remplacer les banques traditionnelles par des systèmes indépendants des Etats.

Les fintech – ces entreprises qui ont fleuri grâce aux avancées technologiques et à l’ouverture du marché des paiements à des acteurs non bancaires par les directives européennes de 2007 et 2015 – ne cessent d’améliorer la fiabilité et la facilité d’usage de leurs services. L’argent liquide coûte cher à fabriquer et à entretenir, il est falsifiable, incontrôlable et peut servir à des activités illégales, du travail au noir, du blanchiment ou de l’évasion fiscale : les gouvernements auraient donc tout intérêt à le remplacer par de l’argent électronique, plus facile à tracer.

Pourtant, à y regarder de plus près, l’argent liquide fait plus que résister. La Suède, exemple sans cesse mis en avant d’un pays sur le point de supprimer le cash, a promulgué une loi, le 1er janvier 2020, exigeant « l’approvisionnement d’un niveau suffisant de services pour obtenir de l’argent liquide ». En effet, utiliser l’argent électronique exige de savoir utiliser les outils qui en sont le support, excluant potentiellement les plus âgés, les personnes porteuses de certains handicaps ou les enfants. Mais au-delà de l’aspect technique, ces modalités de paiement nécessitent l’enregistrement dans les réseaux administratifs sur lesquels ils s’appuient, ce qui signifie qu’il faut renseigner son identité, posséder un compte en banque et une adresse stable. Le potentiel d’exclusion des paiements électroniques est plus important qu’il n’y paraît.

Dans la zone euro, d’après les chiffres de la Banque centrale européenne (BCE), le cash reste majoritaire pour les paiements dans les magasins : 79 % d’entre eux en 2016, 73 % en 2019. Si la crise sanitaire a renforcé les paiements sans contact – le geste barrière du paiement –, elle n’a pas supprimé le cash, bien au contraire. Il y aurait même un « paradoxe du billet de banque », selon les analystes de la BCE : la quantité de billets en circulation ne cesse de croître dans la zone euro, alors même que les paiements en argent liquide diminuent. L’explication est que ces billets servent de « réserve de valeur ». Autrement dit, ils sont conservés dans des coffres ou sous des matelas. La crise, comme les taux d’intérêt négatifs, renforce sans doute cette pratique.

 

Les États-Unis veulent un taux minimum mondial d’imposition des sociétés

Les États-Unis veulent un taux minimum mondial d’imposition des sociétés

 

les États-Unis souhaiteraient un minimum mondial d’imposition sur les sociétés. L’objectif est louable, reste la question du niveau. En effet un taux trop bas risquerait en fait d’institutionnaliser les distorsions de concurrence entre pays. Un dispositif qui pourrait aussi être utilisé par les GAFA pour limiter l’imposition envisagée au plan international. La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a plaidé lundi en faveur l’instauration d’un taux minimum mondial d’imposition des sociétés et a appelé les pays du G20 à oeuvre dans ce sens afin, a-t-elle dit, de mettre un terme au nivellement par le bas de l’impôt sur les entreprises.

Dans ce discours, tenu devant le Chicago Council on Global Affairs, l’ancienne présidente de la Réserve fédérale a également annoncé qu’elle profiterait des réunions prévues cette semaine avec le Fonds monétaire international et avec la Banque mondiale pour faire avancer le dossier du dérèglement climatique, celui de l’accès aux vaccins et celui de la reprise économique mondiale.

Selon Janet Yellen, les gouvernements doivent pouvoir de doter de systèmes fiscaux stables capables de fournir des ressources suffisantes pour financer les services publics essentiels et réagir aux crises et que « tous les citoyens contribuent équitablement au financement » de la puissance publique.

Le déficit public 2021 : encore autour de 10 %

Le  déficit public 2021 : encore autour de 10 %

Officiellement le déficit public a été limité à 9,2 % en 2020. En 2021,  l’objectif était du même ordre mais le ministre de l’économie a convenu qu’il pourrait être un peu dépassé. En vérité des chiffres assez provisoires car il est difficile d’évaluer les emprunts consentis qui ne seront pas remboursés. En outre ces chiffres ne tiennent pas compte du déficit de la sécu ni des aides publiques qui devront être accordées pour boucher les trous de 2020 et 2021.

 

Le déficit de l’État – hors périmètre des collectivités locales et de la sécurité sociale - est passé de près de 93 milliards d’euros en 2019 à 178,2 milliards d’euros en 2020. C’est aussi 30 milliards d’euros de plus que le déficit enregistré en 2009 lors de la crise financière.

 

Avec le troisième confinement qui débute ce dimanche, «nous évaluons le déficit public pour 2021 à 9% au lieu des 8,5%», a déclaré Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro ce dimanche. Quant à la dette publique, elle devrait atteindre 118% cette année. C’est toutefois moins élevé que les prévisions initiales. Dans le budget 2021, l’exécutif tablait sur une explosion à 122,4 % à la fin de l’année.

 

 

Cette nouvelle dégradation du déficit public n’est pas une surprise. Bercy vient en effet de réviser à la baisse sa prévision de croissance pour cette année à 5% au lieu de 6% , en raison de la fermeture des commerces jugés non essentiels sur tout le territoire et de l’arrêt des écoles ces prochaines semaines. Et puis, parallèlement, la facture des aides publiques aux entreprises (chômage partiel, fonds de solidarité, exonération de cotisations sociales) pour faire face à ces nouvelles restrictions va à nouveau grimper considérablement. Le ministère de l’Économie chiffre le coût à 11 milliards d’euros pour les quatre prochaines semaines.

La monnaie : d’abord un fondement politique

 La monnaie : d’abord un fondement politique 

Les économistes Michel Aglietta et Natacha Valla, auteurs de l’ouvrage « Le Futur de la monnaie », expliquent, dans un entretien au « Monde », que les innovations dans les politiques monétaires ou les technologies financières ne remettent pas en cause les fondements psychologiques et politiques de l’argent tel que nous le connaissons.

 

Entretien.
Michel Aglietta est conseiller scientifique au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), organisme de recherche indépendant placé auprès du premier ministre. Né en 1938, professeur émérite de sciences économiques à l’université Paris-Nanterre, il a écrit de nombreux ouvrages sur la théorie de la monnaie : La Violence de la monnaie (avec André Orléan, PUF, 1984), La Monnaie souveraine (Odile Jacob, 1998), La Monnaie : entre violence et confiance (Odile Jacob, 2002), La Monnaie : entre dettes et souveraineté (avec Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot, Odile Jacob, 2016) et Le Futur de la monnaie (avec Natacha Valla, Odile Jacob, 320 pages, 24,90 euros). 

 

Natacha Valla est doyenne de l’Ecole de management et d’innovation de Sciences Po Paris. Née en 1976, elle a fait une grande partie de sa carrière à la Banque centrale européenne, de 2001 à 2005, puis de 2018 à 2020 comme directrice générale adjointe chargée de la politique monétaire, entrecoupée de passages par le secteur privé – Goldman Sachs de 2008 à 2014, LVMH de 2016 à 2018 et à nouveau depuis 2020 – et par la recherche – CEPII de 2014 à 2016. Avec Michel Aglietta, elle a publié, en 2017, Macroéconomie financière (La Découverte).

Le déversement de milliers de milliards de dollars et d’euros d’argent public sur les économies victimes de la crise du Covid-19, de part et d’autre de l’Atlantique, risque-t-il de rallumer les craintes d’une perte de confiance dans la « valeur de l’argent », tant le sentiment d’une abondance soudaine paraît surréaliste après des décennies de discours sur la nécessité de l’austérité budgétaire et la condamnation de l’obésité financière des Etats ?

Il convient de repartir de l’idée que la monnaie n’est pas un dispositif technique, une simple fonction « d’utilité » pour opérer des transactions, mais une institution essentielle, exprimant l’appartenance sociale à une communauté humaine ; son fonctionnement est la manifestation d’une souveraineté publique. La monnaie est née il y a 5 000 ans à Sumer, entre le Tigre et l’Euphrate, en même temps que l’écriture et qu’une entité nouvelle, l’Etat, qui met à distance le sacré pour devenir l’expression du collectif dans sa diversité. Et cela n’a pas changé : toute crise de la monnaie, qu’elle soit inflationniste (envolée des prix et effondrement de la valeur de la monnaie) ou déflationniste (insolvabilité en chaîne des dettes), est aussi une crise politique.

Monnaie électronique: quelle transparence ?

Monnaie électronique: quelle transparence ? 

 

Surveillance, souveraineté et propriété des données, tels sont trois enjeux cruciaux liés à la monnaie électronique, détaille la sociologue Jeanne Lazarus dans une tribune au « Monde ».

 

 

Tribune.
 L’affaire semble entendue : l’argent liquide est voué à disparaître au profit des moyens de paiement électroniques, de la carte bancaire à la puce greffée en passant par les QR codes scannés avec les téléphones portables et les prélèvements automatiques. En parallèle, les cryptomonnaies concurrencent les monnaies nationales et affichent pour ambition de remplacer les banques traditionnelles par des systèmes indépendants des Etats. 

Les fintech – ces entreprises qui ont fleuri grâce aux avancées technologiques et à l’ouverture du marché des paiements à des acteurs non bancaires par les directives européennes de 2007 et 2015 – ne cessent d’améliorer la fiabilité et la facilité d’usage de leurs services. L’argent liquide coûte cher à fabriquer et à entretenir, il est falsifiable, incontrôlable et peut servir à des activités illégales, du travail au noir, du blanchiment ou de l’évasion fiscale : les gouvernements auraient donc tout intérêt à le remplacer par de l’argent électronique, plus facile à tracer.

 


 

Pourtant, à y regarder de plus près, l’argent liquide fait plus que résister. La Suède, exemple sans cesse mis en avant d’un pays sur le point de supprimer le cash, a promulgué une loi, le 1er janvier 2020, exigeant « l’approvisionnement d’un niveau suffisant de services pour obtenir de l’argent liquide ». En effet, utiliser l’argent électronique exige de savoir utiliser les outils qui en sont le support, excluant potentiellement les plus âgés, les personnes porteuses de certains handicaps ou les enfants. Mais au-delà de l’aspect technique, ces modalités de paiement nécessitent l’enregistrement dans les réseaux administratifs sur lesquels ils s’appuient, ce qui signifie qu’il faut renseigner son identité, posséder un compte en banque et une adresse stable. Le potentiel d’exclusion des paiements électroniques est plus important qu’il n’y paraît.

Le « paradoxe du billet de banque »

Dans la zone euro, d’après les chiffres de la Banque centrale européenne (BCE), le cash reste majoritaire pour les paiements dans les magasins : 79 % d’entre eux en 2016, 73 % en 2019. Si la crise sanitaire a renforcé les paiements sans contact – le geste barrière du paiement –, elle n’a pas supprimé le cash, bien au contraire. Il y aurait même un « paradoxe du billet de banque », selon les analystes de la BCE : la quantité de billets en circulation ne cesse de croître dans la zone euro, alors même que les paiements en argent liquide diminuent. L’explication est que ces billets servent de « réserve de valeur ». Autrement dit, ils sont conservés dans des coffres ou sous des matelas. La crise, comme les taux d’intérêt négatifs, renforce sans doute cette pratique.

Monnaie gratuite: pas automatiquement un futur krach !

Monnaie gratuite:  pas automatiquement un futur krach !

  

S’appuyant sur l’exemple des assignats émis pendant la Révolution française, deux économistes, Laure Desprès et André Tiran, et un ingénieur, Serge Aberdam estiment, dans une tribune au « Monde », qu’un pouvoir politique peut réguler une économie d’émission afin de compenser les effets néfastes de l’émission sur l’appareil productif et sur la répartition des richesses et des revenus.

 

Tribune. 
Le débat actuel sur la question du financement monétaire de la dette publique renvoie à diverses expériences passées, notamment celle des assignats émis en 1789 et devenus monnaie en 1791. L’actuelle doxa veut que cette émission ait été désastreuse alors que jusqu’au milieu du XIXe siècle, un grand nombre de républicains continuèrent à soutenir l’expérience des assignats et émirent un jugement moins critique. 

D’ailleurs en 1919, dans Le Papier-monnaie dans la Révolution française, un économiste russe Semion Anissimovitch Fal’kner (1890-1938) a soutenu l’émission des assignats :

– D’un point de vue politique : sans eux, la Révolution française n’aurait pas été en mesure de résister à la coalition des monarchies européennes et de financer l’effort de guerre.

– D’un point de vue monétaire : une émission monétaire débridée dans une période de crise majeure ne débouche pas automatiquement sur un krach.

– D’un point de vue social et économique : l’émission monétaire n’engendre pas inévitablement un effondrement de la production et un appauvrissement généralisé.

Une théorie originale

Semion Anissimovitch Fal’kner a entrepris son étude en 1916, au moment où le gouvernement tsariste a choisi de financer l’effort de guerre par émission monétaire. Elle fut publiée en pleine tourmente révolutionnaire, alors que la guerre civile et l’hyperinflation battaient leur plein. L’ouvrage n’a jamais été traduit, sauf très partiellement en allemand. Une traduction en français (Classique Garnier, 536 pages, 49 euros, janvier 2021), vient enfin combler cette absence.

Fal’kner a élaboré une synthèse des recherches historiques de son temps sur les assignats, ainsi qu’une théorie originale de ce qu’il appelle une économie d’émission. Pour lui, le financement monétaire des déficits publics, dans une période de crise aiguë, impacte l’économie réelle et la répartition des richesses entre les groupes sociaux, créant un système sui generis, qui fonctionne selon ses propres lois socio-économiques.

 

L’Ancien Régime avait laissé une très lourde dette publique, et la capacité d’emprunter du nouveau pouvoir révolutionnaire était quasi inexistante, les impôts rentrant très mal. Dans une situation de crise extrême, les bourgeois révolutionnaires n’hésitèrent pas à opérer une redistribution radicale des richesses en nationalisant les biens de l’Eglise, consolidant ainsi leurs propres créances sur l’Etat. 

Fondamentalement, Fal’kner considère l’émission de papier-monnaie comme une forme d’imposition, la plus puissante qui soit, à la disposition des Etats affaiblis. Chacun va chercher, en se débarrassant au plus vite de ses billets, à transférer le poids de cet impôt sur quelqu’un d’autre. Finalement, l’impôt d’émission pèse sur les plus pauvres.

Monnaie: Mythe ou créature de l’Etat

Monnaie: Mythe ou  créature de l’Etat 

La théorie monétaire moderne qui révolutionne les approches de l’Etat, de la dette publique et de l’emploi trouve un regain d’intérêt auprès des gouvernements, car elle permet de répondre à la doctrine du « quoi qu’il en coûte » liée à la crise du Covid, explique, dans une tribune au « Monde », l’économiste Jean-François Ponsot.

Tribune.

 

La théorie monétaire moderne, en anglais Modern Monetary Theory (MMT) entreprend d’interroger le rôle de l’Etat et de son financement. Elle est devenue populaire au-delà des cercles académiques en 2019 à l’occasion des primaires des élections américaines. Bernie Sanders s’en est largement inspiré pour son programme. Puis ce fut le tour de Jeremy Corbyn au Royaume-Uni.

La traduction récente de deux ouvrages de vulgarisation rédigés par Stéphanie Kelton, Le Mythe du déficit (Les liens qui libèrent, 368 pages, 23,50 euros), et Pavlina Tcherneva, La Garantie d’emploi (La Découverte, 152 pages, 18 euros) est l’occasion pour les Français de découvrir ce courant théorique qui suscite débats et controverses.

 

D’un point de vue historique, la MMT n’est pas si moderne que cela. D’une part, elle a été développée à partir des années 1990 par des économistes de l’Université du Missouri à Kansas City et le Levy Institute, un club de réflexion américain. D’autre part, les influences théoriques sont anciennes avec notamment les « chartalistes » (du latin charta, papier) du XXe siècle (Georg Friedrich Knapp 1842-1926, Alfred Mitchell-Innes 1864-1950), qui analysent le fonctionnement d’une économie moderne par le lien entre monnaie et Etat, les travaux d’Abba Lerner (1903-1982) sur la fonction de la relance budgétaire, ceux d’Hyman Minsky (1919-1996) sur l’instabilité financière structurelle du capitalisme, constituent les trois principaux points d’ancrage théoriques de la MMT. 

Comme son nom l’indique, la théorie monétaire moderne s’intéresse d’abord à la monnaie. L’approche est originale car elle place d’emblée la monnaie au départ du raisonnement économique ; elle la réhabilite, alors que les économistes sont plutôt perturbés par la monnaie.

 

Ceux qui sont influencés par Marx y voient le fétiche universel du capitalisme, un objet sordide que le capitaliste cherche à accumuler sans fin pour lui-même. D’autres, d’inspiration néoclassique, voient dans la monnaie un simple voile entourant les échanges : la monnaie est une créature du marché qu’il convient de mettre à l’abri des manipulations par l’Etat car cela pourrait conduire à l’inflation si la monnaie est créée en excès ; les banques centrales doivent donc être indépendantes du politique. 

La MMT adopte une position à front renversé. La monnaie n’est pas nocive et elle est avant tout une créature de… l’Etat. Elle adopte une conception chartaliste de la monnaie défendue notamment par Keynes, en 1930 : la fonction première de la monnaie est celle de l’unité de compte qui doit être la seule à circuler.

S&P: note de la France maintenue

S&P: note de la France maintenue

Standard and Poor’s a maintenu vendredi la note de la dette à long terme de la France à «AA» ainsi que la perspective «stable» qui y est attachée, confiante dans sa capacité à renouer avec la croissance et rétablir l’équilibre de ses finances publiques.

 

L’agence de notation avait maintenu la note souveraine du pays inchangée lors de son précédent examen en octobre. S&P, qui prévoit un rebond de 5,6% du PIB, admet que «les vastes mesures de soutien à l’économie ont entraîné un important déficit budgétaire et une forte augmentation de la dette publique». La crise a fait s’envoler la dette à 115,7% du PIB en 2020, tandis que le déficit public a atteint 9,2% du PIB, l’Etat ayant dépensé sans compter pour soutenir l’économie face aux restrictions sanitaires.

Mais «nous pensons que l’économie diversifiée de la France, ses institutions solides et la politique économie contra-cyclique opportunément suivie, associées au soutien monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), confortent les perspectives de reprise et de retour progressif à l’équilibre des finances publiques». La perspective stable «reflète notre opinion selon laquelle la France contiendra les effets négatifs de la pandémie sur son économie et sa situation budgétaire», ajoute l’agence.

12345...72



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol