Archive pour le Tag 'le Pen'

FN (RN): la séparation de Philippot et Le Pen a coupé la tête et les jambes du parti

FN (RN): la séparation de Philippot et Le Pen a coupé la tête et les jambes du parti

Il paraît vraisemblable que le parti front national a atteint maintenant ses limites. Certes le socle potentiel des lecteurs est loin d’être négligeable mais il paraît sans doute condamné à stagner voir à régresser. D’abord l’offre politique à droite s’est élargie avec le mouvement debout la France de Dupont Saint-Aignan aussi avec la droitisation du mouvement des Républicains présidé Wauquiez. Il y a plusieurs facteurs explicatifs à cette désaffection du parti. Il y a d’abord sa lamentable prestation lors du débat présidentiel avec Macron qui a mis en valeur son incompétence totale sur à peu près tous les problèmes complexes. Ensuite,  il y a eu le départ de Philippot qui a privé le Front National de toute capacité d’analyse et de propositions un tant soit peu crédible. D’une certaine manière, on peut dire que le Front National a perdu la tête et les jambes. Les jambes de Marine Le Pen complètement coupées depuis son échec aux présidentielles. Il faut d’ailleurs noter qu’elle s’exprime très peu et le plus souvent sans proposer une offre politique nouvelle. Pire,  on se ratatine sur les fondamentaux identitaires, le seul terrain majeur du Front National. C’est un retour en arrière de plusieurs dizaines d’années. Ce n’est pas par hasard si Front National est incapable de faire émerger des propositions politiques un peu originales et argumentées depuis le départ de Philippot lequel était depuis plusieurs années la véritable tête pensante du parti. La séparation du couple et Le Pen a été très néfaste pour les deux responsables. Philippot ne parvient pas à asseoir dans l’opinion dont l’audience tourne autour de 1 à 2 % des électeurs. De son côté Marine Le Pen semble avoir perdu toute crédibilité et même tout espoir quant à sa possibilité d’accéder un jour aux responsabilités nationales. Bien sûr Macron a largement contribué à bousculer tout le paysage politique. Ceci étant,  la dégradation de sa popularité va ouvrir de nouveaux espaces politiques d’autant qu’on s’oriente vers une dégradation de l’environnement économique international. Pas sûr cependant que cela profite au Front National dont la responsable paraît particulièrement usée et même peu convaincue maintenant de son avenir personnel.

Dupont-Aignan-Le Pen : « je t’aime,moi non plus !»

Dupont-Aignan-Le Pen : « je t’aime,moi non plus !»

Pour résumer Dupont Aignan plaide pour le rassemblement à droite mais aux Européennes, il veut se rassembler tout seul ! Et d’avancer la sempiternelle question du programme avant le chois des leaders et les arguments populistes les plus éculés : “Aujourd’hui, c’est ‘non’ à la cuisine politicienne”, a dit sur France 3 le député de l’Essonne, plaidant pour l’élaboration d’un projet et des discussions plus larges, au delà du “seul tête-à-tête” avec la finaliste de l’élection présidentielle de 2017, qu’il avait soutenue au second tour. Autrement dit Dupont Aignan veut bien l’union avec Marine Le Pen mais craint d’être étouffé si cette dernière le prend dans ses bras. Pour preuve,  Marine Le Pen a adressé jeudi une lettre ouverte à Nicolas Dupont-Aignan proposant de faire liste commune avec Debout la France et de rédiger à quatre mains une charte de transformation de l’Union européenne. Toujours aussi faux cul Dupont Aignan répond: “Sa proposition n’est pas du tout, même si ça part peut-être d’une bonne intention, à la hauteur de l’enjeu historique qui est devant nous. Il a dit son intention d’envoyer “à la fin de l’été” un projet “à tous les responsables politiques qui “disent combattre M. Macron et l’abandon de la France”, dont la présidente du Rassemblement national et le président du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez. “A ce moment-là, j’espère qu’elle aura clarifié sa position, sur l’euro notamment. J’espère que M. Wauquiez aura clarifié sa position et je leur dirai ‘unissons-nous tous ensemble, et beaucoup plus large que des petites cuisines’”, a déclaré Nicolas Dupont-Aignan. La réalité c’est qu’’il n’y aura pas d’alliance entre LR, debout la France et Marine Le Pen (RN). Chacun est bien décidé à capitaliser les mécontentements des français aux européennes ; Une élection traditionnellement à l’abstention record, sans véritable enjeu intérieur et qui permet de voter sans état d’âme pour l’opposition.  Dans un sondage Elabe pour BFM TV publié mercredi, le Front national est crédité de 19,5% des intentions de vote pour les européennes, Debout la France de 5,5% mais Dupont Aignan vise les 10%.  La République en marche est en tête, avec 24% des intentions de vote.

Fin du FN : « Trahison » (Jean-Marie Le Pen)

Fin du FN : « Trahison »  (Jean-Marie Le Pen)

Jean Marie le Pen s’indigne du changement de nom du Front national qu’il estime constituer une trahison. Des changements de nom qui ne sont pas de pure forme mais qui visent surtout précisément à opérer une coupure nette avec ce que ce fut le FN, son ancien chef, la doctrine et la pratique. Il ya longtemps que Marine le Pen pensait à changer le nom du FN, elle a d’ailleurs fait uen campagne électorale sous le nom de Marine. Jean Marie s’interrogeait alors pour savoir si sa fille avait oublié son nom.  La transformation du FN en RN constitue uen seconde rupture qui acte l’exclusion définitive de Jean marie Le Pen du mouvement qu’il a créé. La troisième trahison est plus inattendue, c’est celle de la petite fille de Jean Marie à savoir Marion Maréchal qui raye ainsi le nom de Le Pen de son patronyme. Marion Marechal qui rompt ainsi avec son grand père mais aussi avec sa tante Marine ; Dune certaine manière, le nom de Le Pen constitue un handicap politique. Du coup, Jean-Marie Le Pen, dénonce « le coup le plus rude que le Front National ait jamais reçu». Une initiative qui horripile son cofondateur, Jean-Marie Le Pen. Le père de l’actuelle présidente du parti a fait part de son amertume à travers un communiqué, qu’il a relayé sur les réseaux sociaux. Il critique notamment le « honteux effacement de l’identité » du FN, qui selon lui représente « le coup le plus rude que le Front National ait jamais reçu depuis sa fondation ».

Pourquoi Marion Maréchal cache aussi le nom Le Pen

Pourquoi Marion Maréchal cache aussi le nom Le Pen

Curieux mais le nom de le Pen semble moins apprécié que la fortune de la famille par ses propres membres. Ainsi Marine Le Pen a-t-elle mené une campagne sous le seul nom de Marine, (ses collaborateurs préfèrent aussi l’appeler marine plutôt que Le Pen) ;  Jean Marie Le Pen avait alors interpellé sa fille en lui demandant si elle avait oubliait qu’elle s’appelait Le Pen.  Un nom trop hypothéqué de manière négative  par Jean Marie. Un moment on a cru que le front national s’intitulerait « Marine ». La nièce suit le chemin de sa tante et se débarrasse d’un nom encombrant.  . Marion Maréchal-Le Pen a en effet effacé sur ses comptes Facebook et Twitter le nom Le Pen, une façon de se distancier de son grand-père et d’aborder son avenir indépendamment de sa tante. L’ancienne députée doit s’exprimer le 31 mai à Paris à la soirée destinée à « débrancher Mai-68″, organisée par ses proches. Elle y sera présentée comme « Marion Maréchal ». Une décision qui a fait réagir son grand-père, Jean-Marie Le Pen : « Marion pense peut-être que mon nom est trop lourd à porter », a-t-il déclaré à l’AFP. « J’ai l’habitude d’être abandonné », a aussi dit celui qui conteste le changement de nom du FN – pour Rassemblement national – proposé par sa fille. Pour le politologue Jean-Yves Camus, cité par l’AFP, « c’est l’acquisition d’une identité claire qui la prépare pour l’avenir ». Marion Maréchal a « doublement intérêt à effacer le nom Le Pen. Pour ne pas apparaître comme la concurrente de sa tante. Et ne plus porter l’héritage de son grand-père ». Mais « cela ne change rien au fait qu’elle est en concurrence avec sa tante et qu’à ce jour, elle est toujours en bons termes avec son grand-père », précise ce spécialiste de l’extrême droite. Jean-Marie Le Pen a encore reçu Marion Maréchal-Le Pen jeudi, avec son arrière petite-fille Olympe, pour « deviser » avec elle, y compris de son projet d’école politique des droites qu’elle doit inaugurer à Lyon fin juin. Dans l’entourage de Marine Le Pen, on rappelle que Marion Maréchal avait rajouté le nom Le Pen « pour faire de la politique ». « Elle le retire pour faire des affaires. Elle doit donc considérer que dans ce domaine c’est un obstacle ».

Jeanne d’Arc : après Le Pen récupérée par Philippe et Macron

Jeanne d’Arc : après Le Pen récupérée par Philippe et Macron

 

 

 

L’image Jeanne Drac tombe dans le potage politique contemporain. D’abord récupérée par Le Pen, la pucelle est maintenant courtisée par Philippe dans une  opération de recomposition politicienne  loin du symbole de libération que représente Jeanne d’Arc. En fait,  il s’agit d’honorer le maire d’Orléans qui a démissionné des Républicains pour rejoindre le mouvement d’Estrosi, la France audacieuse. Un mouvement qui montre uen grand communauté de pensée avec Macron. Et qu’il faut donc choyer pour solidifier la majorité présidentielle. Macron avait déjà montré l’exemple.  Le 8 mai 2016, le ministre de l’Economie avait posé les premiers jalons de sa course vers l’Elysée, en participant au défilé d’Orléans, en envoyant des signaux à la droite catholique et en truffant son discours de messages à double sens: «Comme une flèche (…) sa trajectoire est nette, Jeanne fend le système, elle brusque l’injustice qui devait l’enfermer», avait tonné le futur président. Et de poursuivre: Jeanne «est dans cette France déchirée, coupée en deux, agitée par une guerre sans fin qui l’oppose au royaume d’Angleterre. Elle a su rassembler la France pour la défendre, dans un mouvement que rien n’imposait.»

 

Sondage FN : Marion Le Pen devant Marine

Sondage FN : Marion Le Pen devant Marine

Le danger se précise sérieusement pour Marine Le Pen qui certes a conforté sa mainmise sur le parti mais dont l’image ne cesse d’être affectée dans l’opinion publique et même parmi ses troupes. Du coup pour 2022 des interrogations pourraient naître quant à la légitimité de la candidature de Marine Le Pen. Marion Maréchal le Pen elle n’est pas pressée. D’abord elle n’a que 28 ans. Si Marine échoue encore en 2022, ce sera un boulevard ouvert pour Marion en 2027. En outre, la donne pourrait évoluer avec une perspective alliance entre FN et LR. Une alliance souhaitée par les durs de LR mais aussi par Marion maréchal le Pen.  Près de sept Français sur dix (68%) jugent donc Marion Maréchal-Le Pen plus capable que sa tante, Marine Le Pen, de représenter le Front national à la présidentielle de 2022, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting paru jeudi. A l’inverse, 31% des personnes interrogées voient l’actuelle présidente du FN en meilleure position, selon cette enquête réalisée pour Le Figaro et franceinfo. Selon cette même enquête, 54% des sondés estiment que le changement de nom du parti, voulu par Marine Le Pen, est “plutôt une bonne idée” mais 55% considèrent que les polémiques déclenchées par l’appellation retenue, “Rassemblement national”, trahissent une forme d’amateurisme.

Sondage : Marine Le Pen : de plus en plus contestée comme candidate aux présidentielles par l’opinion

Sondage : Marine Le Pen : de plus en plus contestée comme candidate aux présidentielles par l’opinion

Selon  une étude Ifop réalisée pour le JDD, 61% des Français ne souhaitent pas que Marine Le Pen soit candidate en 2022. Seuls 39% le veulent, c’est 2 points de moins qu’en septembre 2017. Des chiffres qui ne sont pas si éloignés de ceux concernant Marion Maréchal-Le Pen. En effet, 66% des personnes interrogées ne souhaitent pas voir l’ex-députée candidate à la prochaine élection présidentielle, contre 34% qui la soutiennent. L’étude de l’Ifop demande également aux personnes interrogées leur pronostic sur une candidature à la prochaine présidentielle de Marine Le Pen et de Marion Maréchal-Le Pen. Pour la première d’entre elles, 71% des Français estiment qu’elle sera candidate dans quatre ans. En septembre dernier, ils étaient 81% à le penser. Quant à l’ancienne députée du Vaucluse, seuls 45% des Français pensent qu’elle tentera de conquérir l’Elysée. A noter que, parmi les sympathisants du FN, une large majorité (90%) pense que Marine Le Pen sera candidate. Ils sont en revanche 60% à estimer que Marion Maréchal-Le Pen ira.

Près des deux tiers des Français (63%) estiment que le Front national constituerait un danger pour la démocratie en France s’il accédait demain au pouvoir. Ils ne sont que 37% à estimer que ce ne serait pas le cas.

Sondage Marine Le Pen : seulement 16% pensent qu’elle ferait une bonne présidente

Sondage Marine Le Pen : seulement 16% pensent qu’elle ferait une bonne présidente 

Marine le Pen est en quelque sorte au fond du trou car les perspectives qu’elle soit un jour présidente de la république s’amenuisent de jour en jour.  Les Français ne sont plus que 16% à penser qu’elle ferait une bonne présidente pour 24% il y a un an d’après  le sondage Kantar Sofres-OnePoint pour franceinfo, Le Monde, LCP et Public Sénat, publié mercredi 7 mars. Ce dernier révèle que 66% des Français n’ont jamais voté pour le Front national et n’envisagent pas de le faire à l’avenir. Ce chiffre n’est pas le seul à être négatif pour la chef de file du FN et pour son parti. Franceinfo vous résume dans cet article les principaux enseignements de cette enquête. Si  29% des Français ont déjà voté pour le Front national et/ou envisagent de le faire, ils restent deux tiers à n’avoir jamais voté pour le parti et ne pas l’envisager à l’avenir. Ce chiffre est en hausse de 2 points par rapport à 2017. L’enquête révèle que 70% des personnes interrogées sont en désaccord avec les idées du FN, un chiffre en progression de 8 points par rapport à l’année dernière. Dans le même temps, 24% des Français sont au contraire d’accord avec les idées du FN.

Plus de la moitié des Français considèrent que le FN représente un danger pour la démocratie, alors que 38% pensent l’inverse. Plus de six Français sur 10 estiment que le FN n’est pas un parti de gouvernement et a seulement vocation à rassembler les votes d’opposition. Ils sont 28% à penser l’inverse. Près de 53% des Français estiment que le Front national ne pourra jamais accéder au pouvoir en France, contre 40%. Près de la moitié des Français n’ont pas d’opinion quant à un changement de nom du FN, 23% y sont favorables et 30% y sont opposés. Selon ce sondage Kantar Sofres-OnePoint, 55% des Français ne souhaitent pas que Marine Le Pen soit la candidate du Front national pour la prochaine élection présidentielle, tandis que 28% espèrent sa candidature. Ce chiffre atteint 86% chez les sympathisants du FN. Plus globalement, l’image de Marine Le Pen auprès des Français s’est sensiblement dégradée en un an selon cette enquête. Seuls 16% des Français considèrent que la présidente du Front national ferait une bonne présidente de la République, alors qu’ils étaient 24% lors de la précédente enquête réalisée en février 2017.

Moins d’un Français sur cinq estime qu’elle est honnête et inspire confiance, contre 28% en 2017. Un Français sur quatre pense qu’elle a de nouvelles idées pour résoudre les problèmes de la France, contre 36% en 2017. 30% pensent qu’elle peut rassembler au-delà de son camp, alors qu’ils étaient 42% en 2017. 49% des Français estiment qu’elle est capable de prendre des décisions, c’est 20 points de moins qu’en 2017.

Près de 64% des Français ne veulent pas que le FN et Les Républicains concluent un accord électoral pour les élections européennes de 2019. Ce chiffre est encore plus important concernant les sympathisants Les Républicains, qui sont 70% à ne pas souhaiter un accord avec le FN. En revanche, 71% des sympathisants du FN veulent un accord avec Les Républicains.

Marine Le Pen : « persécutée » par un contrôle fiscal

Marine Le Pen : « persécutée » par  un contrôle fiscal 

 

Sale temps en ce moment pour Marine le Pen politiquement au fond du trou depuis qu’elle a lamentablement échoué dans son débat avec Macron. Depuis il y a eu le départ de Philippot, la tête penseuse du mouvement. Le père aussi qui ne cesse de saboter l’image de sa fille. Les militants qui s’interrogent maintenant sur la capacité de Marine Le Pen d’assurer un jour la victoire du FN. Enfin commence à poindre la menace Marion maréchal Le Pen qui pourraiat pousser sa tante vers la sortie en 2022 ou 2027.  E cela s’ajoute les affaires en cours et maintenant un contrôle fiscal considérée par Marine Le Pen comme une persécution. Une persécution dont elle n’a cependant pas exclusivité et même très démocratisée !  Marine Le Pen, déjà visée par plusieurs procédures judiciaires, est également la cible d’un contrôle fiscal, croit savoir le Journal du Dimanche, ce que la présidente du Front national dit avoir découvert dans l’hebdomadaire dominical. “J’ai appris ce matin cette persécution fiscale (…) sauf que je ne le sais pas”, a déclaré la dirigeante d’extrême droite sur France 3. “Mais ça ne m’étonnerait pas outre mesure. Dans le tableau des persécutions, c’est à peu près le seul truc qui me manquait.” Marine Le Pen a été mise en examen pour abus de confiance dans le dossier des assistants parlementaires du FN au Parlement européen, soupçonnés d’avoir en réalité contribué à financer le fonctionnement du parti. Le préjudice est désormais évalué à sept millions d’euros, au lieu de cinq. Le FN conteste formellement toute infraction frauduleuse. Mais selon les avocats du Parlement européen cités par le JDD, Patrick et Antoine Maisonneuve, les éléments réunis dans le dossier établissent bien que “de l’argent des contribuables européens et français” a bien été “détourné au bénéfice du FN”. Marine Le Pen a également été mise en examen pour la diffusion sur Twitter d’images d’exactions du groupe Etat islamique en décembre 2015.

Marine Le Pen mise en examen

Marine Le Pen mise en examen

Marine Le Pen, a été a été mise en examen pour diffusion de messages à caractère violent susceptibles d’être vus par des mineurs, délit passible de trois ans de prison et 75.000 euros d‘amende, précise-t-on de même source.une décision  du  juge d‘instruction du tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour la diffusion sur Twitter de photos de victimes du groupe Etat islamique en décembre 2015, a-t-on appris de source judiciaire. Le bureau de l‘Assemblée nationale avait levé en novembre dernier son immunité parlementaire, comme l‘avait déjà fait en mars 2017 le Parlement européen, où siégeait alors la dirigeante d‘extrême droite. Les tweets incriminés contenaient des photos de torture et d‘exécution, dont celle du journaliste américain James Foley. Le député FN Gilbert Collard a été mis en examen il y a quelques semaines pour les mêmes motifs.

Laurent Wauquiez sur France 2. : Une audience encore plus faible que Le Pen et Mélenchon !

Laurent Wauquiez sur France 2. : Une audience encore plus faible que Le Pen et Mélenchon !

Laurent Wauquiez, président du parti Les Républicains, comptait bien sur «l’Emission politique» sur France 2 pour  préparer la grande réunion du parti de samedi, le premier conseil national depuis son élection. Malheureusement pour lui l’audience de l’émission télévisée a été catastrophique. Pas vraiment étonnant car l’intéressé n’est guère charismatique ni même très compétent sans parler de ses position ultra droitières très proches du Front National.  Seulement 1,49 million de téléspectateurs ont suivi sa prestation, ce qui représente seulement 6,8 % de PDA. À titre de comparaison, le premier ministre Edouard Philippe avait rassemblé 3,16 millions de téléspectateurs et Jean-Luc Mélenchon 2,05 millions de personnes. Avant l’émission de jeudi soir, c’était Marine Le Pen qui avait fait le moins bon score, avec 1,74 million de téléspectateurs. Une intronisation médiatique pour Laurent Wauquiez qui n’a pas vraiment été une réussite mais qui correspond à son image très dégradée comme le révèle  un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro. Seuls 41% des sondés trouvent compétent le nouveau président du parti Les Républicains, contre 57% qui le jugent incompétent. Laurent Wauquiez n’apparaît sympathique que pour 37% des Français, contre 61% qui ne lui prêtent pas cette qualité. C’est une perte de quatre points à chaque fois, par rapport au dernier sondage réalisé le 7 décembre dernier. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes n’est jugé honnête que par 34% des sondés, contre 64%, soit un peu plus de six personnes sur dix qui le trouvent malhonnête. Laurent Wauquiez perd là deux points d’opinion positive par rapport au mois de décembre 2017. Une personne sur deux estime que le président du parti Les Républicains imite le Front national : 51% des sondés le pensent contre 47%, soit une augmentation de trois points, si l’on se réfère au sondage précédent du 7 décembre.

 

*L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet, les 24 et 25 janvier 2018. Il s’agit d’un échantillon de 980 personnes représentatif de la population française âgée de18 ans et plus, parmi lesquelles 202 sympathisants de gauche, 150 sympathisants LREM, 105 sympathisants LR, et 156 sympathisants du FN. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas.

Européennes : Marine Le Pen s’esquive

Européennes : Marine Le Pen s’esquive

 

Marine Le Pen aurait décidé de se mettre à l’abri des balles qui pourraient survenir après le scrutin des européennes. Elle ne sera donc pas candidate. En cause,  le fait qu’il sera difficile pour  le front national de retrouver le score obtenu lors des élections présidentielles et surtout le score plus de 25 % obtenus lors des dernières européennes. Du coup on pourrait reprocher ce recul à Marine Le Pen. De quoi remettre en cause un peu plus son leadership sur le parti. Par ailleurs le Front National est en pleine remise en cause de sa politique européenne. Avec Philippot,  le front national était clairement anti européen, il proposait même d’abandonner la monnaie unique. Depuis le départ de Philippot,  le Front National ne fait plus du souverainisme économique et monétaire la pierre angulaire de son programme et remet en priorité les questions sociétales sur lesquels il est beaucoup plus à l’aise. Au-delà des orientations économiques qui doivent être redéfinies par le front national se pose aussi la question de la capacité de Marine Le Pen a rassemblé pour triompher un jour aux  présidentielles. Elle-même a d’ailleurs indiqué qu’elle pourrait ne pas être candidate en 2022. La raison est simple c’est que Marine Le Pen a sans doute atteint le seuil de ses compétences. Un éventuel recul au européenne pourrait poser à nouveau la question de sa légitimité à la tête du Front National. Nicolas Bay a tenté d’expliquer le renoncement de Marine Le Pen : «Elle a dit elle-même qu’elle ne le souhaitait pas, parce que maintenant elle est élue à l’Assemblée nationale où elle mène en première ligne le combat pour la défense des Français.» Face à un Président qui fait de son engagement pro-européen l’une des pierres angulaires de son quinquennat, Marine Le Pen ne descendra donc pas directement dans l’arène, comme elle l’avait fait en 2014. La partition du Front national s’annonce particulièrement compliquée pour rééditer son succès lors des dernières européennes. Il y a quatre ans, la formation était largement arrivée en tête avec 25,4% des suffrages, s’attribuant le statut de «premier parti de France.» Lasse de ses dernières défaites électorales tant à la présidentielle, qu’aux législatives, la formation d’extrême droite a fait évoluer sa doctrine sur l’Europe. Au point de provoquer le départ de l’ancien bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, en septembre dernier. S’il n’est plus question de «Frexit», d’un démantèlement de l’Union européenne ou d’une sortie imminente de l’Euro, le nouveau concept d’ «euroréformisme» défendue par le FN reste à définir. «Le but c’est de retrouver une monnaie qui serve l’économie et de retrouver une souveraineté monétaire. Il y a différents moyens d’y parvenir. À la fois en gardant l’euro et peut-être aussi en en sortant», a précisé Nicolas Bay, en charge des Affaires européennes au sein parti frontiste. Au lendemain du congrès du parti en mars, la question de la clarté de ses propositions sur l’Europe sera capitale, tant les élections européennes peuvent s’apparenter dans les urnes à un référendum pour ou contre l’union européenne. Marine Le Pen est par ailleurs handicapée car elle  est mise en examen depuis le 30 juin pour «abus de confiance» et «complicité d’abus de confiance» dans une enquête sur les assistants parlementaires de députés européens de son parti. Dix-sept élus FN sont visés par l’enquête en France, ouverte en 2015, qui porte sur au moins une quarantaine d’assistants.

Marine Le Pen : un déclin inévitable

Marine Le Pen : un déclin inévitable

Il faut au moins reconnaître un mérite à Marine Le Pen : sa lucidité quant à son avenir politique. En effet elle n’exclut  plus de ne pas ’être pas candidate à la présidence de la république en 2022. Une hypothèse en effet possible dans la mesure où on peut légitimement se demander si Marine Le Pen n’a pas atteint voire même largement dépassé les limites de ses compétences. Le fameux débat avec Macron a bien mis en évidence toutes les déficiences de la responsable du FN  tant sur le fond que sur la forme. Pour tout dire Marine Le Pen manque de tout d’intelligence, de culture, sans doute même de convictions et de cohérences  politiques. (À la différence de son père et de Maréchal Le Pen, à la fois très cultivés et cohérents même si évidemment leurs orientations sont très contestables). Sans parler du champ socio économique.  Concernant ce dernier domaine l’éviction de Philippot constitue un lourd handicap pour le Front National. Philippot  en effet soutenait à bout de bras un Front National surtout à l’aise sur les questions sociétales mais complètement à côté de la plaque dans le domaine socio-économique. La crédibilité de Marine Le Pen  est largement entamée dans l’opinion publique mais elle est aussi contestée maintenant à l’intérieur même du  front national. Sa dialectique provocatrice de camelot ne passe plus. En outre avec le départ de Philippot il faut redéfinir un projet. La présidente du Front national Marine Le Pen a donc jugé dimanche envisageable que le parti d’extrême droite choisisse un autre dirigeant qu’elle avant la prochaine élection présidentielle, revendiquant par ailleurs une série de succès du FN depuis qu’elle en a pris la tête en 2011. Interrogée lors du Grand Jury RTL - Le Figaro - LCI sur l’éventualité d’ »un Front national sans un ou une Le Pen à sa tête », l’ancienne candidate à la présidentielle, qui a été critiquée jusqu’en interne après sa défaite, a souligné qu’elle accueillait cette perspective « avec beaucoup de calme ». « Evidemment qu’on peut l’imaginer, il y a des élections, il y a une démocratie interne (..) et par conséquent il peut y avoir demain un candidat qui prenne ma place à la tête du Front national », a dit Marine Le Pen, seule candidate à sa propre succession au congrès du parti prévu en mars. »Il y aura un autre congrès avant les élections présidentielles » de 2022, lors duquel le parti sera appelé à élire son président et par conséquent son candidat à l’Elysée, a-t-elle précisé. Mais, a-t-elle souligné, « je ne peux pas forcer les candidats à se présenter s’ils n’ont pas le souhait de le faire, ou les secrétaires des départements à les parrainer s’ils n’ont pas non plus le souhait de le faire ». Eric Dillies, conseiller régional et patron du FN Lille, avait souhaité le mois dernier se présenter à la présidence du FN au prochain congrès, mais il n’a pas fait acte officiel de candidature dans les délais prévus et le bureau politique du FN a exclu de modifier les règles en vigueur.

Marine Le Pen : immunité parlementaire levée

Marine Le Pen : immunité parlementaire levée

L’immunité parlementaire de Marine Le Pen a été levée en raison de la diffusion de photos d’exécution de l’État islamique. La présidente du Front national fait l‘objet d‘une enquête ouverte pour l‘envoi, en décembre 2015, de tweets contenant des photos d‘exécution menées par l‘Etat islamique (EI), dont celle du journaliste américain James Foley. Le bureau de l‘Assemblée précise, dans un communiqué, qu‘il “ne se prononce ni sur la qualification pénale, ni sur la réalité des faits invoqués” à l‘encontre de l’élue “mais doit simplement apprécier le caractère sérieux, loyal et sincère ” de la demande de la justice. “Considérant que la demande (…) présente un caractère sérieux, loyal et sincère”, le bureau “autorise en conséquence le juge à délivrer un mandat d‘amener à l‘encontre de Mme Le Pen”, poursuit le texte. La levée de l‘immunité se limite aux faits incriminés et ne concerne pas l‘affaire des assistants FN au Parlement européen. En mars, le Parlement européen avait levé l‘immunité de l‘ancienne candidate à la présidentielle, alors eurodéputée, dans la même affaire. Réplique de l’intéressé pour se justifier : “Mieux vaut être un djihadiste qui rentre de Syrie qu’une députée qui dénonce les abjections de l’Etat islamique : on prend moins de risques judiciaires…”, a dit la députée du Pas-de-Calais sur Twitter. Le porte-parole du Front national, Sébastien Chenu, a de son côté insinué sur BFM TV que “l‘Etat, (…) la majorité En Marche ! ne veulent pas que les Français se rendent compte des résultats de ce que Daech souhaite faire à nos compatriotes, c‘est-à-dire nous tuer”.

Marine Le Pen sur France 2: l’écroulement médiatique

Marine Le Pen sur France 2: l’écroulement médiatique

 

 

Depuis le fameux débat avec Macron, Marine Le Pen ne cesse d’accumuler les pertes de crédibilité aussi bien dans l’opinion qu’à  l’intérieur même son parti. L’affaire du départ de Filippo n’a pas arrangé les affaires puisque désormais Marine Le Pen ne sait plus si  la France doit rester dans l’Europe, si elle doit ou non conserver l’euro. Bref brader les anciennes convictions économiques pour se recentrer sur l’identitaire. Au-delà de la crédibilité du Front National, c’est la personnalité même de Marine Le Pen  qui est en cause car il semble bien qu’elle ait atteint son seuil de compétence. Son discours de camelot ne passe plus dans l’opinion, ses approximations,  contradictions ne peuvent plus être masquées.  Au-delà des aspects politiques, Marine Le Pen souffre aussi d’une grande carence intellectuelle et culturelle (ce qui n’est pas le cas de son père ou de Marion Maréchal Le Pen). Pour toutes ces raisons,  Marine peine enregistre un nouvel échec médiatique lors de son passage à la télévision sur France 2 en rassemblant seulement 1,74 million de téléspectateurs jeudi 19 C’est la pire audience enregistrée par le programme en terme de part d’audience depuis son lancement il y a un peu plus d’un an. La députée du Pas-de-Calais a attiré 7,7% des personnes qui étaient devant leur télé. C’est encore moins bien que les 8% réalisés par le candidat à la primaire socialiste, Benoît Hamon, en décembre dernier. Par rapport à la campagne présidentielle, Marine Le Pen a divisé son score par deux. En février dernier, elle était parvenue à attirer environ 3,48 millions de personnes (soit plus de 16% de part d’audience). Un record pour l’émission.

 

Marine Le Pen pour l’UE et l’euro

Marine Le Pen pour l’UE et l’euro

Changement complet de ligne du Front national concernant l’Europe et la monnaie unique. Une ligne dans laquelle Marine Le Pen s’était complètement empêtrée dans le débat avec Macron. “Dans de nombreux domaines, on peut améliorer la vie quotidienne des Français sans quitter l‘Europe ni l‘euro”, déclare l‘ex-candidate à la présidentielle, interrogée par l‘hebdomadaire Valeurs actuelles. “Nous avons entendu les Français”, dit-elle également. Pour parler clair le Front National se débarrasse des questions économiques qui plombent sa crédibilité et se recentre sur les questions identitaires. De nombreux cadres frontistes souhaitaient de longue date que le parti d‘extrême droite abandonne sa promesse de quitter à court terme la monnaie unique, un point du programme selon eux beaucoup trop coûteux sur le plan électoral. L’objectif de la souveraineté monétaire ne serait pas officiellement abandonné mais reporté à la fin du prochain quinquennat soit pas avant 2027, autant dire aux calendes grecques. D’une certaine manière,  il s’agit d’un aveu d’incompétence économique L‘eurodéputé Bernard Monot, l‘un des conseillers économiques du FN, plaide pour un “euro-réformisme”. La formation a entamé son virage en juillet dernier en arrêtant une nouvelle position officielle lors d‘un bureau politique : en cas d‘arrivée au pouvoir, Marine Le Pen ne rendrait à la France sa “souveraineté monétaire” qu’à la fin d‘un processus courant sur l‘ensemble du quinquennat. Invité mercredi de RMC et BFM TV, le député Louis Aliot a revendiqué des convictions toujours “eurosceptiques” mais avec un flou qui  en dit long sur le manque de pertinence et de réalisme de la part du Front National.  Je suis pour qu‘on fasse un nouveau traité qui garantisse la souveraineté des Etats, l‘indépendance de la France et, dans cette indépendance (…), la question économique et monétaire sera posée”, a-t-il jugé. Pourtant en mars dernier, Marine Le Pen déclarait qu’“à peu près 70%” de son projet ne pourrait être mis en oeuvre dans le cadre de l‘UE sous sa forme actuelle et de la monnaie unique.

Sondage : Le Pen incompétente, pour 65%

Sondage : Le Pen incompétente, pour 65%  

 

 

La question de la légitimité de Marine le Pen comme leader du FN va se poser de manière de plus en plus forte dans les mois et les années à venir. Elle se pose aux yeux des Français dont seulement 35% la jugent compétente. Ce qui ne constitue pas en soi un score négligeable  mais qui paraît bien insuffisant pour prétendre un jour être élu présidente de la république. 27 % des Français seulement jugent d’ailleurs qu’elle en a la compétence. À l’intérieur même du Front National des interrogations du même type émerge de manière lancinante. En clair, Marine Le Pen n’a-t-elle pas atteint son seuil de compétence ? Évidemment chacun a encore en mémoire le débat avec Macron o elle a montré  une incurie manifeste. Le questionnement va se poser au FN mais la réponse n’est pas évidente dans la mesure où ce parti et surtout d’abord une entreprise familiale ; seule sans doute Marion Maréchal Le Pen aurait la légitimité familiale succéder à sa tante. Cependant le moment de la succession n’est vraisemblablement pas venu et le Front National risque de s’empêtrer dans cette question des limites de sa principale responsable. Une grande majorité de Français n‘imagine pas en effet que la présidente du Front national, Marine Le Pen, qui a effectué sa rentrée politique samedi, puisse un jour être élue à la présidence de la République, selon un sondage de l‘Ifop publié par le Journal du Dimanche. Sur 981 personnes interrogées les 7 et 8 septembre, seulement 29% souhaitent qu‘elle soit élue un jour présidente de la République, score inférieur au pourcentage de voix qu‘elle a recueillies au second tour de la présidentielle en mai. Les sondés ne sont que 41% à souhaiter qu‘elle soit candidate à la prochaine présidentielle, en 2022. Les sondés sont 66% à la juger sectaire, 44% estiment qu‘elle est attachée aux valeurs démocratiques, 41% qu‘elle comprend leurs problèmes, 35% qu‘elle est compétente, 32% qu‘elle a des solutions pour sortir la France de la crise et 27% qu‘elle a l’étoffe d‘un chef de l‘Etat. Des scores lui donnent peu de chances de devenir un jour présidente de la république mais des résultats assez significatifs pour lui permettre de durer encore des années en politique même si c’est confinée dans l’opposition.

 

FN : un champ de ruines à cause de Marine le Pen (Ménard)

FN : un champ de ruines à cause de Marine le Pen (Ménard)

 

C’est sans doute la première fois qu’un proche Front National met en cause la personnalité même de Marine Le Pen dont  le profil serait incapable de permettre  la victoire présidentielle. Le maire de Béziers, Robert Ménard, en profite aussi pour attaquer  nombre de membres de la direction notamment Filippot à qui  il reproche son obstination  concernant la sortie de l’euro. Robert Ménard met ainsi les pieds dans le plat et soulève les limites de la responsable actuelle du  front national. Une évidence notamment après le lamentable débat avec Macron. Une difficulté toutefois le front national est une entreprise familiale qui appartient de fait aux Le Pen. Seule peut-être Marion Maréchal Le Pen qui a pris du camp en s’éloignant du parti pourrait résoudre l’équation que pose Robert Ménard. Robert Ménard, qui gravite dans la galaxie FN sans en être adhérent, décrit dans ce texte le « cauchemar » que traverse selon lui un parti réduit à un « champ de ruines » et met en cause ouvertement Marine Le Pen. « Le problème – personne, dans les rangs du FN, n’ose le dire à haute voix mais beaucoup le répètent en catimini -, c’est qu’après le débat calamiteux, tant sur la forme que sur le fond, qui hante encore nos discussions, on est en droit de s’interroger: si Marine Le Pen a su sortir le FN de l’attitude uniquement protestataire où le cantonnait son père, est-elle aujourd’hui en position de le porter au pouvoir? », écrit le maire de Béziers. Il fait ainsi référence à la prestation de la présidente du FN lors du débat d’entre-deux-tours de la présidentielle, qui l’avait opposée à Emmanuel Macron. Les échecs de la présidentielle (33,9% au second tour) et des législatives (huit députés dont deux apparentés, Gilbert Collard et Emmanuelle Ménard, épouse du maire de Béziers) ont attisé les tensions au FN mais les critiques étaient jusqu’ici restées plus feutrées. « Si nous jetions par dessus bord nos dirigeants, nos idéologues, nos stratèges en chambre ? », propose Robert Ménard.

FN : «Le problème, c’est Marine Le Pen»

FN : «Le problème, c’est Marine Le Pen»

Finalement le principal handicap du Front National pourrait bien être Marine Le Pen elle-même. Ce que pense d’anciens cadres du parti qui estiment  que Marine Payne n’a aucune vision et aucune stratégie ;  des critiques qui ne sont sans doute pas sans fondement. D’un certain point de vue, Marine Payne est à la fois un atout mais aussi un handicap pour le Front national. Héritière d’un parti et d’un nom elle parvient à être relativement populaire à partir d’un positionnement protestataire systématique de type poujadiste  mais sans réel projet économique et social. Le fameux débat avec Macron a montré toutes les limites de l’intéressés qui contrairement à son père ou à sa nièce Marion Maréchal Le Pen manque totalement d’épaisseur idéologique et tout simplement de culture. Ce que confirment plusieurs anciens cadres du FN dans le Figaro. «Finalement, au FN comme au PS, il n’y a rien à refonder. On peut essayer d’habiller ces partis comme on veut, ils ont chacun un cœur nucléaire. Celui du Front national c’est l’immigration», tranche Jean-Claude Martinez.., l’ex-dissident en désignant Marine Le Pen comme la «seule responsable des défaites» du Front national.  Eric Pinel, autre ex-dissident estime que le FN est en perte de repères. «Avant qu’elle prenne la présidence du FN, nous avions remarqué une dérive programmatique importante. Le parti a trouvé de nouveaux électeurs mais beaucoup se demandent où va le mouvement», pointe l’ancien directeur de cabinet de Bruno Gollnisch. Il a passé plus de dix ans au FN (1998-2008). «Finalement, Philippot collait bien à la volonté de Marine Le Pen de faire un FN light. Il a apporté une méthode et des informations sondagières mais finalement, en s’éloignant du terrain des idées, on glisse vers celui de la démagogie», blâme l’ex-conseiller écologie du FN. Mêmes critiques chez Carl Lang. Frontiste de 1978 à 2009, celui qui occupa deux fois le siège de secrétaire général et une fois celui de vice-président fait porter le poids des tourments frontistes sur les épaules de Marine Le Pen et de sa «démagogie populiste de gauche». «Le problème, ce n’est pas le parti, c’est elle», insiste-t-il.

Jean-Marie Le Pen devant la justice pour la fournée promise à Patrick Bruel

Jean-Marie Le Pen devant la justice pour la fournée promise à Patrick Bruel

 

Jean-Marie Le Pen a été renvoyé en correctionnelle pour provocation à la haine raciale. En cause, des  propos tenus en 2014 à l’encontre du chanteur Patrick Bruel. Le député européen avait été mis en examen en février dans cette affaire. Dans une vidéo publiée en juin 2014 sur le site fn.com, Jean-Marie Le Pen s’en était pris à différentes personnalités critiques vis-à-vis du Front national. Au moment où son interlocutrice évoque le nom du chanteur de confession juive, l’eurodéputé éclate de rire et lance : « on fera une fournée la prochaine fois ». Selon l’avocat de Jean-Marie Le Pen, cette décision est une « persécution ». « On lui porte des pensées qu’il n’a jamais eues », a dit à Reuters Me Frédéric Joachim, qui conteste le caractère antisémite de la formulation.

12345...13



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol