Archive pour la Catégorie 'sport'

Tennis Wimbledon: russes et biélorusses exclus

Tennis Wimbledon: russes et biélorusses exclus

L’ATP, association qui régit le le circuit masculin de premier plan (sauf les Grands Chelems), a critiqué la décision de Wimbledon d’exclure les athlètes russes et biélorusses du plus prestigieux tournoi sur gazon de l’année, mercredi 20 avril. La WTA, qui gère le circuit féminin, lui a emboité le pas. Cette décision a également été prise par la LTA, fédération britannique de tennis pour tous les tournois disputés outre-Manche.

L’association assure que les joueurs russes et biélorusses seront toujours autorisés à jouer les tournois ATP sous drapeau neutre, comme depuis le début de l’invasion russe en Ukraine. La WTA a embrayé le pas de l’ATP par un communiqué publié plus tard dans la soirée. L’organisation souligne, elle aussi, le caractère discriminatoire d’une telle mesure et se dit « décue des annonces du jour ».

Une position que ne partage pas l’athlète ukrainienne Elina Svitolina, épouse de Gaël Monfils, très engagée depuis le début de l’invasion. Dans un tweet, la joueuse a demandé aux joueurs et joueuses concernés de prendre position contre l’invasion ukrainienne et de les suspendre en cas de réponse négative. « Il est des temps où le silence est une trahison et ce moment est venu« , affirme-t-elle.

Foot-Nouvelle honte pour le PSG !

 

Nouvelle honte pour le club et les mercenaires du PSG battu sévèrement 3à 0 par Monaco. La confirmation de la déliquescence complète de cette équipe sans âme, sans dynamisme et sans direction. Une équipe où sans doute tout est à reconstruire y compris en se séparant des joueurs les plus cotés surpayés complètement amorphes.

Il s’agit de la quatrième défaite du PSG cette saison en championnat, la troisième en cinq journées. Il y a dix jours, les Parisiens ont également été battus par le Real Madrid (3-1) et éliminés en 8e de finale de la Ligue des Champions. « Cela ne peut plus se répéter. On peut encore perdre des matches. Mais ce qui s’est passé ne doit plus et ne peut plus se reproduire. Parce que c’est grave », a encore jugé Pochettino.

« 

FOOT-PSG: pitoyable, changer tout

Encore un match pitoyable pour le PSG dimanche. La victoire ne change rien tellement le contenu était désespérant avec des joueurs sans physique, sans moral et sans motivation. À juste titre,  les supporters du PSG ont demandé la démission de la direction. C’est un effet là énième défaite du club en ligue des champions depuis l’arrivée du Qatar aux commandes. Une direction qui porte la lourde responsabilité des piètres résultats mais aussi d’un spectacle en général assez pitoyable en dépit de moyens financiers considérables et même scandaleux. Pour résumer, le PSG n’est pas une équipe, c’est un ramassis de mercenaires, souvent fatigués et sans motivation mais aussi sans stratégie et sans attachement au maillot.

Dans un communiqué publié ce samedi, le Collectif Ultras Paris (CUP) hausse le ton, appelle à de « véritables changements d’envergure » et confirme des actions dimanche face aux Girondins de Bordeaux (13h) au Parc des Princes.

« Nous allons montrer notre mécontentement et nous demandons à tous les amoureux du club présents de s’unir à nos actions sans violence », écrit le groupe de supporters, marqué par le naufrage du PSG face au Real Madrid (3-1) en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Des joueurs à la direction, personne n’est épargné.

 

FOOT- PSG: tout changer !

FOOT- PSG: tout changer !

 

À juste titre,  les supporters du PSG demandent la démission de la direction. C’est un effet là énième défaite du club en ligue des champions depuis l’arrivée du Qatar aux commandes. Une direction qui porte la lourde responsabilité des piètres résultats mais aussi d’un spectacle en général assez pitoyable en dépit de moyens financiers considérables et même scandaleux. Pour résumer, le PSG n’est pas une équipe, c’est un ramassis de mercenaires, souvent fatigués et sans motivation mais aussi sans stratégie et sans attachement au maillot.

Dans un communiqué publié ce samedi, le Collectif Ultras Paris (CUP) hausse le ton, appelle à de « véritables changements d’envergure » et confirme des actions dimanche face aux Girondins de Bordeaux (13h) au Parc des Princes. Selon nos informations, le CUP fera ainsi part de sa colère d’abord des banderoles. Le principal groupe de supporters utilisera aussi des fumigènes, alors qu’un boycott partiel de la rencontre est en outre envisagé.

« Nous allons montrer notre mécontentement et nous demandons à tous les amoureux du club présents de s’unir à nos actions sans violence », écrit le groupe de supporters, marqué par le naufrage du PSG face au Real Madrid (3-1) en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Des joueurs à la direction, personne n’est épargné.

 

Covid: baisse des hospitalisations

Covid: baisse des hospitalisations

 

La France compte actuellement 22.196 (-447) personnes hospitalisées , soit 3000 de moins que la semaine derrière. Et 2.075 (-78) malades en réanimation. 

La veille, le chiffre était de 22.643 personnes hospitalisées. Les services de soins critiques accueillaient 2.075 malades (dont 55 admissions), 400 de moins que le samedi précédent.

Sport international : l’exclusion de la Russie en cours partout

Sport international : l’exclusion de la Russie en cours partout

 

Déjà fortement suspecté de dopages  systématiques, les sportifs russes pourraient bien être exclus pendant un bon moment des épreuves internationales en raison de l’invasion de l’Ukraine.

  • La Fédération internationale de football a annoncé la suspension des sélections nationales et des clubs russes « jusqu’à nouvel ordre ». Hôtes du dernier Mondial en 2018, les Russes sont donc exclus de l’édition 2022 au Qatar, pour laquelle ils devaient disputer des barrages. Le comité exécutif de l’UEFA se réunira prochainement pour décider de l’impact de l’exclusion de l’équipe russe sur l’Euro féminin prévu en juillet.
  • Le Comité international olympique a recommandé de bannir les Russes et les Biélorusses des compétitions sportives.
  • Ces derniers jours, la Fédération internationale de ski a annoncé l’annulation de toutes ses compétitions en Russie et la Fédération internationale de biathlon (IBU) avait banni hymnes et drapeaux de la Russie et de la Biélorussie. En réponse, les Russes ont mis un terme à la saison de leurs biathlètes.
  • Les fédérations suédoise et norvégienne de ski ont fait savoir que les sportifs russes n’étaient pas les bienvenus sur leurs territoires pour les épreuves de mars. Les autorités britanniques ont, elles, prévenu que « les sélections nationales » russes et biélorusses étaient persona non grata. Les basketteurs biélorusses en ont déjà fait les frais.
  • La Fédération internationale de hockey sur glace a décidé de suspendre toutes les équipes nationales russes et biélorusses, ainsi que tous les clubs de ces deux pays, de toute participation dans ses compétitions dans toutes les catégories d’âge « jusqu’à nouvel ordre ». La Russie, dont la présence aux Mondiaux en mai en Finlande est désormais menacée, s’est vue en outre privée des droits d’organisation du championnat du monde junior prévu en 2023.
  • World Rugby a de son côté suspendu « jusqu’à nouvel ordre » la Russie et la Biélorussie, ce qui entraîne la fin des minces espoirs russes de qualification à la Coupe du monde de rugby, qui se disputera l’année prochaine en France.
  • Le Grand Prix de Russie de Formule 1 prévu à Sotchi a été retiré du calendrier. L’écurie américaine Haas a de son côté remis en cause son partenariat avec son sponsor russe Uralkali. Et l’avenir en F1 de Nikita Mazepin, fils d’un dirigeant d’Uralkali, qui devait piloter une des deux monoplaces, semble remis en question.
  • Les escrimeurs ukrainiens, qui devaient affronter dimanche les Russes en Coupe du monde par équipes de fleuret au Caire, se sont retirés de la compétition. Vêtus en jaune et bleu, les membres de l’équipe masculine ont brandi des pancartes : « Arrêtez la Russie ! Arrêtez la guerre ! ».
  • Les quatre grandes fédérations de la boxe n’autoriseront plus de combats en Russie.
  • La Fédération internationale de natation a annulé les Mondiaux juniors de Kazan en août et prévenu qu’aucune compétition ne serait tenue en Russie.
  • La participation des trois clubs russes alignés en Euroligue de basket a été suspendue lundi et leurs résultats pourraient être annulés « si la situation n’évolue pas dans la bonne direction ».
  • Prévus du 26 août au 11 septembre, les mondiaux de volley-ball semblent menacés même si la fédération internationale n’a pas encore réagi. Polonais et Français, respectivement champions du monde et olympiques, ont prévenu qu’ils seraient forfait si la compétition était maintenue en Russie.

Sport en France : la nécessité d’une une grande cause nationale

Sport en France : la nécessité d’une une grande cause nationale 

 

La présidente du Comité olympique français, Brigitte Henriques, interpelle, dans une tribune au « Monde », les candidats à l’élection présidentielle sur la place du sport dans la société. De la santé au mieux vivre-ensemble, il peut se retrouver au centre

Tribune.

 Le mouvement sportif français aurait préféré ne pas avoir à livrer ce constat : le sport s’avère trop souvent un thème mineur de la campagne présidentielle. Mais loin de nous la tentation de nous résigner. Nous sommes déterminés à voir le sport occuper l’espace qui doit être le sien dans les programmes de tous les candidats, celui d’une composante essentielle du lien social, de la politique sanitaire et du rayonnement de la France.

Notre mobilisation se veut d’autant plus forte à l’heure où le prochain quinquennat verra les projecteurs du monde se braquer sur notre pays dès 2023, lors des Mondiaux de ski et de rugby, mais plus encore, au moment des Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de Paris 2024.

Ces événements au puissant retentissement devront contribuer à relancer la dynamique de la pratique sportive en France – touchée, comme nombre de secteurs d’activité, par les effets de la pandémie. Il y va de la santé publique comme d’autres enjeux sociétaux. Sur le volet de la santé, au moins deux sujets d’inquiétude justifient l’urgence d’un positionnement de tous les prétendants à la fonction suprême.

D’abord, il convient d’alerter sur la sédentarité en hausse des plus jeunes, qui vient nourrir des fléaux tels que l’obésité. Le sport doit aider à combattre cette menace qui pèse sur la santé de nos enfants. Peut-on continuer d’accepter que les capacités physiques des 9-16 ans aient ainsi diminué de 25 % en quarante ans ?

Second dossier majeur : la santé des femmes. Ces dernières années, l’accroissement significatif des maladies cardiovasculaires chez les femmes, au bilan plus lourd que le cancer du sein, résonne comme un signal d’alarme. S’il ne permet pas de vaincre toutes les pathologies, le sport présente au moins cette vertu, reconnue, de prévenir les risques cardiaques. Or, en 2022, de trop nombreuses femmes demeurent éloignées de la pratique d’un sport.

 

Outre ses bienfaits sur la santé, le sport se situe au confluent de plusieurs attentes majeures des Français : l’éducation, l’emploi, l’inclusion, le mieux vivre-ensemble, sans oublier, pour certaines disciplines, le rapport à une nature qu’il convient de préserver durablement. Nous attendons donc des candidats une vision et des discours clairs sur la place qu’ils accorderaient au sport au cours du quinquennat. En particulier son degré d’importance dans les parcours scolaires et le développement des nouvelles générations, sur le plan physique comme de la confiance en soi.

De tous les candidats, nous attendons un plan d’actions en matière d’équipements sportifs sur l’ensemble des territoires pour garantir au plus grand nombre un meilleur accès à la pratique sportive. Nous attendons également leur projet global pour faire vivre un secteur d’activité qui, sur le plan associatif, concerne plus de 160 000 clubs, 3,5 millions de bénévoles et près de 17 millions de licenciés, soit 25 % de la population de notre pays.

Chine: Disparition définitive de la championne de tennis Peng Shuai ?

Chine: Disparition définitive de la championne de tennis Peng Shuai  ?

 

 Garbine Muguruza, numéro 3 du tennis mondial  féminin estime que vraisemblablement la championne de tennis chinoise Peng Shuai ne réapparaître pas Et qu’on ne sera jamais la vérité sur sa mise à l’écart. On se souvient que la championne chinoise avait été interdite de sortie de Chine après des accusations contre des responsables pouvoirs.

« Allons-nous savoir quelque chose à ce sujet ? Je ne sais pas, je pense que c’est un pays compliqué à gérer », a déclaré Muguruza aux journalistes à propos de Peng Shuai et de la Chine, qui accueillera les Jeux olympiques d’hiver le mois prochain à Pékin.

« Ça n’avance pas beaucoup, j’ai l’impression. Et pourtant ça dure depuis des mois et des mois », a déclaré l’Espagnole, victorieuse de deux tournois du Grand Chelem, avant le début de l’Open d’Australie lundi, où Peng Shuai sera absente.

« Il a semblé pendant un moment que nous allions découvrir ce qu’il s’était passé, mais non. Je pense qu’il va être très difficile de connaître la ‘vraie’ vérité et qu’elle puisse parler librement », a poursuivi Muguruza.

En novembre dernier, dans un message publié sur le réseau social chinois Weibo, Peng Shuai, ancienne championne de Wimbledon et de Roland-Garros en double, avait décrit une relation sentimentale sincère mais contrariée avec l’ancien haut dirigeant chinois Zhang Gaoli.

Début décembre, la WTA avait annulé tous ses tournois en Chine et réclamé une enquête transparente sur les accusations de la joueuse. « La WTA a bien fait, du moins c’est mon sentiment« , a ajouté l’Espagnole. « Je pense qu’ils ont montré beaucoup de courage et de caractère en prenant ces décisions fortes ».

L’Australienne Ashleigh Barty, numéro 1 mondiale, a déclaré au nom des joueuses et de la WTA que leur « message n’a pas changé ».

 

tennis et Covid-Le père de Djokovic défend la liberté ou le fils tirelire ?

Covid-Le père de Djokovic défend la liberté ou le fils tirelire ?

 

 

D’après le père de Djokovic – (numéro un mondial du tennis qui refuse la vaccination), le fils serait le symbole même de la liberté mondiale ! Ce n’est évidemment pas la première fois que le paternel sublime la réussite de son fils le compare même à Jésus.

 

La vérité est sans doute plus prosaïque, ce paternel défend surtout le fils tirelire qui risque d’être privé des revenus du tournoi d’Australie faute d’être vacciné. Le père de Djokovitch n’est malheureusement pas le seul parent à se préoccuper autant de la tirelire filiale voire  même à intervenir dans le champ sportif de leur descendance. La tirade du père laisse évidemment pantois face à l’hypocrisie et au ridicule qui atteint les sommets :: «Nole (le surnom de Djokovic) est le cœur de la Serbie, notre fierté. Notre fierté ils veulent la mettre à genoux, mais ils n’y arriveront pas ! Serbes, et toutes les autres nations libertaires du monde, le moment est venu d’arrêter d’être opprimés ! (…) Mon fils, enchaine-t-il, est en captivité mais il n’a jamais été aussi libre. Novak deviendra un symbole et un leader du monde libre, le leader des pays et des peuples opprimés. Même un petit pays héroïque comme la Serbie peut avoir le plus grand athlète de tous les temps. Vous pouvez être mis en prison aujourd’hui ou demain, mais la vérité trouve toujours son chemin. Novak se bat pour l’égalité de tous les peuples de la planète.»

 

On pourrait suggérer aux autorités d’attribuer le Nobel de la paix à ce père aussi aimant vis-à-vis de son fils et de son  pays ou alors le prix du ridicule et de l’hypocrisie.

 

Affaire Djokovic: le résultat d’un ego surdimensionné et du nationalisme idiot serbe

Affaire Djokovic: le résultat d’un ego surdimensionné et du nationalisme idiot serbe,

 

Dans un entretien au Figaro, Jean-Paul Loth spécialiste du tennis résume assez bien les raisons de cette affaire invraisemblable de la non vaccination de Djokovic - Consultant pour Eurosport et ancien capitaine de Coupe Davis, Jean-Paul Loth, qui suivra dès lundi l’Open d’Australie, partage ses interrogations sur Novak Djokovic.

 

Jean-Paul LOTH. - J’ai une opinion assez tranchée qui nécessite une explication sur trois points. Le premier, il est dommage que ce bonhomme, à un Grand Chelem d’être consacré meilleur joueur de tous les temps, ne puisse pas accomplir son affaire. Le deuxième point, quand on est à l’orée d’être consacré comme le meilleur, comment peut-on ne pas accepter les lois d’un pays pour atteindre ce graal? J’ai essayé de le retourner dans tous les sens, je n’ai pas d’autre explication et ce sera mon troisième point: refuser une telle consécration avec un tel palmarès me paraît insensé pour quelqu’un de normalement constitué intellectuellement, et il a l’air de l’être.

Seuls les gens qui sont enchristés dans une secte ou une communauté à part sont capables d’être aussi entêtés. J’ai le sentiment très fort que refuser cette consécration-là ne peut être attaché qu’à une espèce de croyance qui va au-delà de sa croyance personnelle.

En fait ce qui est en jeu également c’est la position nationaliste serbe qui se manifeste une nouvelle fois mais dans le secteur sportif. On voit en effet les responsables du gouvernement faire de Djokovic le champion mondial des libertés ! Le champion se trouve prisonnier de ce nationalisme. Par ailleurs le père de Djokovic entretien ce climat détestable en comparant son fils à un héros alors qu’il ne fait en réalité que défendre le fils tirelire. Djokovic , très entêté, confirme là à la fois sa faiblesse psychologique et intellectuelle.

«Sport scolaire: pas pour vocation de former une élite sportive » !

«Sport  scolaire:  pas pour vocation de former une élite sportive » ! 

 

Trois enseignants d’éducation physique et sportive, Guillaume Dietsch, Serge Durali, Loïc Le Meur estiment, dans une tribune au « Monde », que la récente nomination d’Olivier Girault, ancien champion olympique de handball, à la tête de l’Union nationale du sport scolaire témoigne d’une méconnaissance du sport scolaire. Pour le renforcer, il faudrait mieux s’appuyer sur les enseignants.

 

Une tribune au parfum un peu corporatiste qui met surtout en cause la nomination d’un champion à la tête de l’institution nationale du sport scolaire. Certes, le sport scolaire n’a pas pour objet premier de former une élite mais inversement aucune élite ne peut émerger en France sans le développement du sport à l’école. Or la grande faiblesse de la France dans ce domaine explique largement les piètres résultats de la France dans les grandes compétitions internationales. Les deux objectifs ne sont nullement contradictoires mais parfaitement complémentaires NDLR

 

Tribune.

 

Pour la première fois depuis sa création, le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports, Jean-Michel Blanquer, a décidé de nommer [mercredi 22 décembre 2021] un sportif de haut niveau à la tête de l’Union nationale du sport scolaire (UNSS) : Olivier Girault. Le choix d’une « figure inspirante et charismatique », dixit le ministre, questionne les finalités et le rôle de cette fédération scolaire. Nous estimons qu’il témoigne de la méconnaissance des spécificités et des missions propres au sport scolaire.

L’UNSS est une fédération scolaire originale, une « fédération affinitaire », c’est-à-dire multisports, ayant pour but l’éducation par le sport. C’est une fédération « scolaire » avec des missions de service public.

Instrumentalisation politique

Le sport scolaire a donc pour vocation de proposer une éducation par le sport, pour toutes et tous, et non de former une élite sportive. Il est pratiqué par les élèves dans les associations sportives (AS) d’établissement, encadré par les enseignants d’éducation physique et sportive (EPS). Il peut ainsi être considéré comme le prolongement de l’EPS. Statutairement, les enseignants d’EPS disposent d’un forfait de trois heures inclus dans leur service pour faire vivre ces AS.

Le choix de nommer un ancien champion olympique de handball à la direction nationale de l’UNSS constitue une forme d’instrumentalisation politique du sport scolaire. Ce n’est pas tant la présence d’un sportif de haut niveau que nous remettons en question mais les compétences et le projet politique de ce dernier.

De plus, Olivier Girault n’a pas été retenu initialement par la commission de présélection – composée de la direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco), du ministère des sports et de représentants des AS. Il n’a pas convaincu les membres du conseil d’administration de l’UNSS, se classant dernier des candidats auditionnés. Le ministre, président de l’UNSS, certes seul décideur de cette nomination, a semble-t-il fait fi du processus démocratique, ne prenant pas en compte l’avis d’élus et d’experts du sport scolaire.

L’UNSS, comme toutes les fédérations sportives, a été mise à mal par la crise sanitaire. Elle demeure pourtant la deuxième fédération en France en nombre de licenciés (au-delà du million de pratiquants avant la crise sanitaire), avec un taux de participation des filles en constante augmentation. Dire qu’il convient de donner « un nouvel élan » au sport scolaire relève d’une manipulation.

Covid et Tennis: Djokovic exclu d’Australie victime surtout de lui-même

 

Covid et Tennis: Djokovic exclu d’Australie victime surtout de lui-même

Djokovic le champion mondial actuel du tennis est tombé dans son propre piège qui risque de lui coûter cher sur le plan sportif et même personnel. On sait que l’intéressé est psychologiquement relativement fragile et son exclusion du tournoi d’Australie pourrait constituer un virage dans sa carrière. L’intéressé est surtout victime du nationalisme serbe puisque le gouvernement serbe opposé à la vaccination générale instrumentalise la situation de Djokovic. Ce dernier est aussi victime des propos complètement délirants de son père qui confond sans doute le combat des libertés avec le combat pour protéger la tirelire de son fils. Un père qui n’a pas hésité à comparer son fils en héros du combat libéral mondial et même à Jésus !

Enfin Djokovic est victime de lui-même et de son ego un peu trop surdimensionné. Il a considéré que les organisateurs du tournoi d’Australie ne pourraient pas se passer de sa présence et  devraenit donc faire une entorse à la réglementation relative à la vaccination contre le virus. Djokovic a d’ailleurs menti en affirmant qu’il avait été de fête vacciné après avoir été contaminé. L’ennui c’est que cela ne l’a pas empêché de jouer. Et le toute manière, la vaccination reste obligatoire en Australie pour lui comme pour les autres.

Indiscutablement Djokovic est actuellement le meilleur joueur du monde est sans doute un des plus grands dans l’histoire de ce sport. Mais une histoire qui démontre aussi qu(aucun champion aussi grand fut-il  ne peut rester éternellement le meilleur et la  lucidité et la  modestie ne nuisent pas à la réputation et même aux performances.

Covid-Le père de Djokovic défend la liberté ou le sport fric?

Covid-Le père de Djokovic défend la liberté ou le sport fric?

 

 

D’après le père de Djokovic – (numéro un mondial du tennis qui refuse la vaccination), le fils serait le symbole même de la liberté mondiale ! Ce n’est évidemment pas la première fois que le paternel sublime la réussite de son fils et  le compare même à Jésus. Derrière les propos universalistes, le père défend surtout le fils tirelire et le sport fric.

 

La vérité est sans doute plus prosaïque, ce paternel défend surtout le fils tirelire qui risque d’être privé des revenus du tournoi d’Australie faute d’être vacciné. Le père de Djokovitch n’est malheureusement pas le seul parent à se préoccuper autant de la tirelire filiale voire  même à intervenir dans le champ sportif de leur descendance. La tirade du père laisse évidemment pantois face à l’hypocrisie et au ridicule qui atteint les sommets :: «Nole (le surnom de Djokovic) est le cœur de la Serbie, notre fierté. Notre fierté ils veulent la mettre à genoux, mais ils n’y arriveront pas ! Serbes, et toutes les autres nations libertaires du monde, le moment est venu d’arrêter d’être opprimés ! (…) Mon fils, enchaine-t-il, est en captivité mais il n’a jamais été aussi libre. Novak deviendra un symbole et un leader du monde libre, le leader des pays et des peuples opprimés. Même un petit pays héroïque comme la Serbie peut avoir le plus grand athlète de tous les temps. Vous pouvez être mis en prison aujourd’hui ou demain, mais la vérité trouve toujours son chemin. Novak se bat pour l’égalité de tous les peuples de la planète.»

 

On pourrait suggérer aux autorités d’attribuer le Nobel de la paix à ce père aussi aimant vis-à-vis de son fils et de son  pays ou alors le prix du ridicule et de l’hypocrisie.

 

Protection sociale: Des efforts mieux répartis démographiquement

 Protection sociale: Des efforts mieux répartis démographiquement 

 

Les trois économistes Hippolyte d’Albis, Julien Navaux et Jacques Pelletan montrent, dans une tribune au « Monde », que, si le vieillissement de la population met en tension les systèmes de protection sociale, les efforts entre les générations son aujourd’hui mieux répartis. ( Ils le seront sans doute encore davantage avec la future réforme des retraites NDLR)

 

Tribune.

 

Si la réforme des retraites n’a pu être menée à son terme, stoppée par un choc épidémique et économique sans précédent, elle met en lumière la nécessaire question du partage des efforts dans le financement des systèmes de protection sociale et plus généralement celle de la solidarité entre les générations.

On entend souvent dire que les seniors sont les grands bénéficiaires des réformes passées, les actifs ayant été pénalisés. Mais la réalité des chiffres conduit à une vision plus nuancée. C’est le propos d’une étude de France Stratégie que nous venons de publier avec Pierre-Yves Cusset. Quatre enseignements majeurs peuvent être tirés de l’évolution de ces systèmes depuis quarante ans.

Le premier enseignement porte sur le montant total des dépenses : le vieillissement de la population a alimenté la hausse des dépenses de protection sociale – aujourd’hui supérieures à 30 % du PIB – cette croissance étant concentrée sur les risques vieillesse-survie et maladie. Les seniors entre 60 et 79 ans sont de très loin les premiers destinataires de la protection sociale, alors que leurs effectifs sont fortement croissants.

Les seniors, des vainqueurs provisoires

Les dépenses qui leur sont consacrées ont progressé de trois points de produit intérieur brut (PIB), de même que celles à destination des plus de 80 ans, ce qui représente au total six points de PIB pour les plus de 60 ans. A l’inverse, les dépenses dont bénéficient les moins de 20 ans ont progressé moins vite que le PIB, leur poids passant de 4 à 3 points de PIB au cours de la période. Cela tendrait à accréditer le discours d’une opposition entre les générations dont les seniors seraient les vainqueurs provisoires.

Mais, dans ces trajectoires de dépenses, il convient de faire la part entre deux facteurs : d’une part les évolutions démographiques, c’est-à-dire l’évolution du poids des différents groupes d’âge dans la population ; d’autre part l’évolution des dépenses de protection sociale dont bénéficie en moyenne chaque individu au sein des différents groupes d’âge.

La méthodologie des comptes de transferts nationaux (ou national transfer accounts) initiée à l’université de Berkeley permet cette finesse d’analyse. La consommation, les revenus ou les transferts publics et privés sont décomposés en fonction de l’âge, donnant ainsi une vision cohérente des flux financiers entre les âges sur une longue période.

Un allègement des cotisations pesant sur le travail

A une échelle individuelle, les enseignements sont alors beaucoup plus nuancés. Les dépenses de protection sociale par personne à destination des plus de 60 ans ont évolué moins vite que la richesse par habitant. Cela vient principalement des réformes successives du système de retraite.

Obligation vaccinale pour les plus de 50 ans….. en Italie

Obligation vaccinale pour les plus de 50 ans….. en Italie

 

Il n’est guère étonnant que le cœur de la pandémie se situe désormais en Europe compte tenu de l’attentisme des responsables politiques. La hausse des statistiques doit beaucoup à leurs incompétence et à leur manque de courage en particulier sur le problème central de l’obligation vaccinale. On avance dans ce domaine pas à pas chez les très jeunes et chez les plus anciens. Ainsi en Italie l’obligation vaccinale sera obligatoire pour les plus de 50 ans. Le gouvernement italien, confronté à des contagions au Covid en forte hausse, a décidé mercredi d’instaurer l’obligation vaccinale pour toutes les personnes âgées de plus de 50 ans. «Nous voulons freiner la courbe des contagions et inciter les Italiens qui ne se sont pas encore vaccinés à le faire», a justifié lors du conseil des ministres ayant adopté cette mesure le premier ministre Mario Draghi, cité dans un communiqué.

Covid : le scandale de l’exemption de vaccin de Djokovic

Covid : le scandale de l’exemption de vaccin de  Djokovic

 

 

l’Australie ne ce grandit pas en accordant une exception de vaccination pour le champion lors de l’open.

L’Australie s’est toujours un peu caractérisée par des positions un peu anachronique dans beaucoup de domaines par exemple en matière environnementale. Cette fois il s’agit d’un risque menaçant la vie d’autres participants. Sans parler du caractère d’exemplarité lamentable donnée à la population et en particulier aux jeunes. Il faut espérer que les organisations internationales protesteront contre cette entrave aux mesures élémentaires de protection sanitaire

Djokovic a annoncé, mardi 4 janvier, partir à Melbourne pour disputer l’Open d’Australie (17-30 janvier), première levée du Grand Chelem de l’année.

Réticent vis-à-vis de la vaccination et opposé à son obligation, le tenant du titre du tournoi, a obtenu une exemption médicale de six mois pour entrer sur le territoire australien. « Je me dirige vers le Down Under [l'hémiphère sud] avec une autorisation d’exemption », a publié le numéro 1 mondial sur Instagram.

Quelques minutes après, l’Open d’Australie confirmait dans un communiqué que « Novak Djokovic a demandé une exemption médicale qui a été accordée à la suite d’un processus d’examen rigoureux impliquant deux panels indépendants d’experts médicaux. »

« 

La privatisation progressive des grands événements sportifs

La privatisation progressive des grands événements sportifs

 

Régis Juanico, député (Génération.s) de la Loire, vice-président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation à l’Assemblée nationale, s’inquiète, dans une tribune au « Monde », de la privatisation des grandes compétitions sportives par des intérêts privés qui, selon lui, captent le « bien commun », et propose un nouveau modèle.

 

Tribune

.Le modèle sportif européen est aujourd’hui percuté par deux grandes menaces. La première est celle d’une privatisation progressive des grandes compétitions sportives continentales par des intérêts privés à l’œuvre dans de nombreuses disciplines individuelles ou collectives, à l’instar de la récente tentative de créer une « Super Ligue » en Europe, à l’initiative de quelques clubs de football parmi les plus riches.

La seconde menace est celle de l’accaparement des grandes compétitions ou événements sportifs internationaux par les grandes multinationales (Warner, Discovery, MGM, Amazon, Google) à la force de frappe financière considérable, ou des fonds d’investissement souverains à la main d’Etats aux moyens illimités qui n’hésitent pas à instrumentaliser le sport pour en faire une vitrine politique ou une « arme diplomatique ».

Ces tentatives de captation du « bien commun » de l’organisation des grandes compétitions sportives et, plus largement, de prédation financière du sport sont très préoccupantes car avec elles font peser, par leur tendance inflationniste, un risque de disparition des valeurs universelles liées au modèle sportif européen fondé sur la solidarité, la durabilité, l’inclusion et qui repose sur une compétition ouverte et équitable.

Cette offensive mortifère doit absolument être stoppée sur un plan politique par les Etats de l’Union européenne et par les instances du mouvement sportif international, en particulier pour protéger la spécificité de notre modèle européen : système pyramidal de montées et descentes des clubs dans les ligues, accueil, détection, formation et protection des jeunes joueurs – formés localement, à l’opposé du modèle des ligues fermées.

La crise sanitaire en cours a montré à quel point le sport est un « bien essentiel » pour nos sociétés. Ses conséquences économiques, financières et sociétales dramatiques que nous n’avons pas fini de mesurer auraient dû faire l’effet d’un électrochoc pour les acteurs concernés : où sont passées aujourd’hui les promesses d’un « sport plus sobre, plus tempérant » ?

A défaut, la crise sanitaire a été un accélérateur et un révélateur d’une tendance préexistante pour le football professionnel français. La pérennité de son modèle économique n’est pas assurée, du fait du déséquilibre structurel d’exploitation des comptes, de l’inflation de la masse salariale, des effectifs professionnels pléthoriques, du manque d’attractivité des matchs de la Ligue 1, de la complexité de l’offre d’abonnement, de son prix élevé et de la difficulté d’accès qui pousse les consommateurs au piratage audiovisuel.

 

Violences dans le football : enfin de vraies sanctions contre Paris FC-et Lyon

Violences dans le football : enfin de vraies sanctions contre Paris FC-et Lyon

 

 

C’est sans doute la première fois que les autorités sportives prennent enfin devraient sanction vis-à-vis des violences inqualifiables dans le football à propos des événements entre le Paris FC et Lyon, La commission de discipline de la Fédération française de football a éliminé les deux clubs de la coupe de France. Il pourrait être exclu définitivement à l’avenir.

Le Paris FC a par ailleurs écopé de cinq matches de suspension de terrain (Stade Charléty) et de 10.000 euros d’amende. L’Olympique Lyonnais, lui, s’est vu signifier la fermeture de son espace visiteur jusqu’à la fin de la saison en Ligue 1 et se retrouve sous la menace d’une exclusion de la Coupe de France à partir de la saison 2022-2023 en cas de récidive.

Il serait sans doute temps que le bouillonnant président du club de Lyon se taise un peu pour ne pas ajouter à l’ambiance délétère. De ce point de vue, il pourrait prendre exemple sur les présidents de clubs anglais qui laissent seulement aux entraîneurs et managers le soin de s’exprimer. Le président Aulas lui ne manque pas une occasion de critiquer un jour les arbitres, un autre ses adversaires et même ses entraîneurs ! De quoi légitimer les réactions violentes des supporters les plus abrutis. La recommandation vaut aussi pour d’autres présidents. On pourrait sans doute dans le football s’inspirer un peu plus du fair-play qui caractérise d’autres sports notamment le rugby où le respect de l’adversaire e des arbitres est tout à fait exemplaire.

COVID: les jeux menacés EN CHINE

Des millions d’habitants seraient déjà confinés en Chine notamment pour tenter de réguler la progression de la pandémie dans la perspective des JO.

Les chiffres avancés par la Chine ne sont pas significatifs dans la mesure où il est difficile de faire crédit aux organisations officielles . Cependant officiellement reconnaît quand même la progression du virus et le fait que certaines régions sont désormais soumises à des confinements stricts.  La Chine a signalé samedi 140 nouveaux cas de coronavirus, le chiffre le plus élevé depuis quatre mois, tandis que les autorités s’empressent de contenir l’épidémie dans plusieurs régions, dont la ville de Xi’an, où des millions de personnes sont confinées.

Les jeux d’hiver organisé en Chine pourraient être victime d’une double menace. D’abord une menace diplomatique et politique en réaction au travail forcé et aux atteintes à la démocratie, ensuite du fait des risques sanitaires pour les athlètes pourrait y participer. D’ores et déjà les États-Unis ont menacé de ne pas déplacer leurs délégations en Chine.

Nouveaux incidents OL–Paris FC -Le football professionnel complice des violences

Nouveaux incidents OL–Paris FC -Le football professionnel complice des violences

 

Après les récents incidents dans les stades, l’ancien président de l’Olympique de Marseille Christophe Bouchet et le journaliste Eric Champel proposent, dans une tribune au « Monde », la création d’une « supercommission de discipline », indépendantes des institutions officielles.

 

Après l’arrêt de la rencontre entre Lyon et Marseille, dimanche 21 novembre à Lyon, en raison d’un jet de bouteille sur un joueur marseillais, et après plusieurs incidents dans les stades, le foot français doit sortir de sa consanguinité pour trouver des solutions adaptées.

Les catastrophes ne sont jamais le fruit d’un hasard. Elles surviennent toujours après s’être engouffrées dans des failles dont on n’a pas su – voulu – percevoir l’importance sur le moment. La multiplication des incidents dans les stades français est la conséquence d’un lent effritement structurel des clubs de Ligue 1. Ils sont aujourd’hui confrontés à un désespérant mouvement de balancier.

Sportivement, la « Ligue des talents » n’a jamais été aussi performante et attractive, ses résultats sur la scène européenne le prouvent. Mais, dans le même temps, elle n’a jamais été aussi fragile et vulnérable. Elle a brutalement perdu le contrôle de son équilibre financier après avoir été confrontée, coup sur coup, à deux impondérables.

D’abord, l’arrêt définitif de la saison 2019-2020, en avril 2020, en raison de la crise sanitaire. Sans doute trop docile et trop vite résignée, elle a été le seul grand championnat européen à se retrouver dans un tel cas de figure, ce qui a eu de lourdes conséquences économiques.

Huit mois plus tard, la défaillance du groupe audiovisuel espagnol Mediapro, incapable d’honorer le chimérique contrat à 762 millions d’euros annuels concernant l’acquisition des droits télévisuels domestiques de la Ligue 1 pour la période 2020-2024, a été un autre coup d’arrêt. Cette somme est encore en deçà des pertes cumulées du foot français, qui dépassent largement le milliard d’euros.

Depuis le début de la saison, dans un pernicieux effet domino qui tient de la loi des séries, le foot professionnel s’est aussi laissé déborder par une partie de ses supporteurs, et ses stades ne sont plus des lieux sûrs ni recommandables.

Ce problème de sécurité publique s’inscrit dans une interminable partie de ping-pong engagée il y a plusieurs années. Pouvoirs publics et clubs s’y renvoient inlassablement la balle dans un conflit stérile et inutile qui repose sur une ambiguïté : le club est responsable de la sécurité à l’intérieur du stade et l’Etat à l’extérieur.

Pourtant, il ne fait aucun doute que, s’il y a des incidents graves à l’intérieur du stade, il y en aura aussi à l’extérieur. La première urgence consiste donc à sortir de cette guerre froide et malsaine. Il faut élaborer une véritable doctrine du maintien de l’ordre dans les tribunes et en dehors, et définir des règles strictes et incontournables pour décréter l’arrêt d’une rencontre. Cela permettrait d’éviter une scène ubuesque et burlesque, comme celle qui s’est déroulée à Lyon, le 21 novembre. Au point d’en arriver au comble de l’hypocrisie et du sens de l’irresponsabilité et de faire croire que l’arbitre de la rencontre pouvait être le seul fautif d’un tel chaos.

12345...21



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol