Archive pour le Tag 'avec'

Trump admet des liens avec la Russie pendant la campagne électorale

Trump admet des liens avec la Russie pendant la campagne électorale

Changement de stratégie pour Trump qui avait toujours nié l’existence de relations avec la Russie pendant la dernière campagne électorale. Pire,  il avait même affirmé que cette affaire était une pure invention des médias mais aussi des services de contre-espionnage comme la CIA. Malheureusement pour lui le travail du procureur Mueller ne cesse de resserrer le filet autour du président américain. D’où les critiques véhémentes de Trump  à l’égard du procureur mais Trump  a bien été obligé d’admettre dimanche que son fils avait rencontré une avocate russe « pour obtenir des informations » sur son opposante à la présidentielle de 2016, Hillary Clinton, qualifiant de « totalement légal » un rendez-vous pourtant dénoncé comme l’indice d’une tentative de collusion avec Moscou. Dans un tweet, le président américain épingle sa cible favorite, les médias généralistes qualifiés de « fausses informations »: « Les ‘Fake News’ rapportent, une pure invention, que je suis inquiet à propos de la réunion que mon merveilleux fils, Donald, a eu à la Trump Tower » en juin 2016.

McDonald’s fait rouler ses camions avec des frites !

McDonald’s fait  rouler ses camions avec des frites !

 

 

  • Pas vraiment avec des frites mais avec l’huile de cuisson usagée. Chez McDo on change l’huile  tous les quatre à cinq jours et les quantités sont considérables. Notons que ce n’est peut-être pas suffisamment fréquent compte tenu du nombre incalculable de cuissons. Ceci étant, McDonald se retrouve avec des milliers et des milliers de vieilles huiles qu’elle utilise dans ses camions de livraison dans certains pays. Des camions dans les pots d’échappement diffusent sur la route un certain parfum de frites ! Un avantage écologique dit MacDo, aussi économique puisque cette huile n’est pas taxée comme le carburant traditionnel. Comme le proclame McDonald’s, c’est « un process bien huilé ». Le géant américain de la restauration rapide est devenu en Inde la première entreprise alimentaire à recycler son huile de friture usagée en biodiesel pour faire rouler ses camions de livraison. Lancé l’an dernier à Mumbai, ce programme écologique couvre désormais 85 restaurants McDonald’s dans le pays.  En France, McDonald’s collecte aussi son huile usagée. Une fois nettoyée, elle est acheminée en Allemagne pour être transformée par l’entreprise Vital Fettrecycling. Grâce aux huiles de McDonald’s France, « un camion consommant 33 litres de biodiesel aux 100 kilomètres pourrait parcourir 19,5 millions de kilomètres », affirme le PDG de la société allemande. Si les huiles sont envoyées en Allemagne, c’est parce que la réglementation française en la matière reste stricte. 17 camions circulant avec du biocarburant issu de l’huile de friture ont effectivement été expérimentés pendant cinq ans en Ile-de-France, rappelle La Tribune, mais le test a été interrompu « faute de reconnaissance de ces véhicules par l’administration fiscale ». Désormais, McDonald’s attend un coup de pouce des pouvoirs publics pour développer davantage le biodiesel dans l’Hexagone.

Chute de croissance avec les mesures Trump (FMI)

Chute de croissance avec les mesures Trump (FMI)

À juste titre, le fonds monétaire international lance un cri d’alarme pour les possibles effets de la guerre commerciale lancée par le président américain. Cela d’autant plus que depuis le début de l’année la conjoncture internationale semble  se tasser. Certes la croissance est toujours présente mais elle s’est affaiblie en particulier en Europe, au Japon voire en Chine. Or c’est dans cette conjoncture de tassement que Trump à décidé de lancer d’abord une première offensive sur l’acier et l’aluminium importé de Chine avec de nouveaux droits de douane. Du fait de la réplique chinoise, Trump a annoncé une deuxième vague beaucoup plus importante de droite à l’importation. Le même traitement à été appliqué à l’Europe par le président américain. Une Europe qui a dû répondre même si cette réponse demeure pour l’instant relativement mesurée. Bref un environnement qui n’est pas propice aux dynamismes des échanges internationaux. Cela d’autant plus qu’en réalité les productions dans de nombreux cas ne sont pas de nature exclusivement nationale. En effet les processus de production sont tellement impliqués pour les  produits un peu élaborés qu’il est difficile d’en connaître la nationalité exacte. Les pays visés par les nouveaux droits de douane américains sont évidemment concernés en premier par l’augmentation des taxes douanières mais en retour nombre de produits américains seront aussi concernés par ces nouveaux prélèvements douaniers. Le plus grave peut-être c’est l’incertitude que génère l’annonce de ces sanctions américaines et des contre sanctions décidées par les autres pays. Ce climat d’incertitude va immédiatement peser sur les investissements ensuite sur la consommation du fait de l’inflation qui commence à poindre un peu partout. Le FMI ne veut  sans doute quand même ne pas trop désespérer les acteurs économiques et estime que les risques des mesures américaines pourraient faire diminuer le produit intérieur brut mondial de zéro 0.5% par an les prochaines années. Une prévision  assez approximatifs car d’un point de vue méthodologique il est totalement impossible d’envisager la baisse de croissance ;  au  mieux peut-on faire des scénarios. Dans l’hypothèse d’une baisse même limité à 0,5 % certain pays comme l’Europe en particulier pourrait amplifier le tassement. Nombre de pays tomberaient au-delà des  limites de ce qui permet d’équilibrer les comptes nationaux et de donner du grain à moudre aux entreprises et aux salariés. Pire si la croissance devait baisser par exemple en Europe dans les proportions annoncées, le chômage repartirait à la hausse.

Le Fonds monétaire international (FMI) a maintenu donc  lundi une prévision de croissance mondiale «solide» à 3,9 % pour 2018, mais a indiqué qu’il pourrait chuter de 0,5 point d’ici 2020 en cas d’escalade dans la guerre commerciale. «Le risque d’une dégradation a augmenté, y compris à court terme», a prévenu le chef économiste du Fonds, Marc Obstfeld. La prévision de croissance pour la France a été revue à la baisse de 0,3 point. Le PIB tricolore devrait progresser de 1,8 % en 2018 et 1,7 % en 2019.

 

Déficit commercial : toujours la « cata » avec le creusement en mai

Déficit commercial : toujours la « cata » avec le   creusement en  mai

  • Les gouvernements  passent mais les faiblesses structurelles demeurent, ainsi le déficit commercial français s’est creusé « sensiblement » en mai, atteignant 6 milliards d’euros contre 5 milliards le mois précédent, en raison d’une chute des exportations, ont annoncé vendredi les Douanes. Sur les douze derniers mois, le déficit cumulé atteint 61,6 milliards d’euros, tandis qu’il s’était élevé à 62,7 milliards pour l’année calendaire 2017, précisent les Douanes dans un communiqué. A noter que dans le même l’Allemagne enregistre toujours bon an, mal an autours de 250 milliards d’excédents pas an.

Migrants: accords avec 14 Etats (Merkel)

Migrants: accords avec 14 Etats (Merkel)

 

Merkel qui a une épée dans le dos tenue par ses alliés au gouvernement s’est empressés de déclarer que 14 pays étaient prêts à accueillir des réfugiés actuellement en Allemagne. D’une  certaine manière, c’est une  application de l’accord très flou conclu entre les européennes ; accord  qui ne repose que sur le principe du volontariat quant à accueil des migrants et leur gestion. Merkel très pressée d’en finir avec la déstabilisation de son gouvernement a déclaré que Quatorze Etats membres de l’Union européenne, dont la France, se sont dits prêts à signer des accords avec Berlin pour prendre en charge des réfugiés arrivés en Allemagne après avoir été enregistrés dans des pays tiers, a-t-on appris samedi dans un document transmis par Angela Merkel à ses partenaires de coalition. Des accords distincts ont par ailleurs été trouvés avec la Grèce et l’Espagne, qui forment avec l’Italie le trio des pays européens en première ligne face aux arrivées de migrants. Ce document est une réponse de la chancelière fédérale aux exigences de ses alliés de la CSU, l’Union chrétienne sociale de Bavière, qui l’avaient mise en demeure de trouver d’ici la fin du mois une solution européenne à ce qu’ils considèrent comme une crise migratoire. Reste à savoir qu’el sera l’engagement réel des pays cités quant il s’agira de préciser le nombre de migrants susceptibles d’^ter accueillis. Certains pays contestent même cet accord avec Merkel.  A Budapest, un porte-parole du gouvernement hongrois de Viktor Orban a cependant démenti qu’un accord de ce genre ait été négocié avec l’Allemagne. Le quotidien Handelsblatt fait également état d’un démenti tchèque Figurent aussi sur la liste, outre la France, la Belgique, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal et la Suède. L’Autriche en revanche, où le conservateur Sebastian Kurz gouverne dans le cadre d’une coalition avec l’extrême droite, est absente de cette liste.

« Avec Trump, le mercantilisme remplace le multilatéralisme »

« Avec Trump, le mercantilisme remplace le  multilatéralisme »

Pour La Tribune, Corinne Vadcar analyste senior à la CCI Paris Ile-de-France revient sur les enjeux de cette décision.

Quelles pourraient être les conséquences directes des décisions de Donald Trump sur le commerce international ?

CORINNE VADCAR - A court terme, la première conséquence est que l’Union européenne vient de déposer un recours auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). La seconde conséquence est que la Commission européenne pourrait aussi mettre en place des taxes supplémentaires sur certains produits comme les Harley-Davidson, le bourbon, les produits agricoles ou des produits issus de l’industrie sidérurgique. Dans tous les cas, la décision américaine est à replacer dans un contexte politique qui est la perspective des élections de mi-mandat en novembre prochain.

A moyen terme, la guerre commerciale pourrait avoir un impact structurel et géographique sur le commerce mondial. L’expérience du passé permet de se faire une idée. Sous le mandat de George Bush fils, des entreprises américaines ont parfois importé des produits qui contenaient de l’acier au lieu d’importer des matériaux bruts, ce qui leur permettait d’échapper aux surtaxes sur l’acier. Par ailleurs, les entreprises européennes, notamment allemandes, qui exportent de l’acier outre-Atlantique, pourraient rechercher d’autres marchés. Dans tous les cas, les mesures douanières américaines et les contre-mesures européennes devraient entraîner une réorganisation des flux de commerce (« trade diversion »).

A plus long terme, la croissance du commerce international pourrait ralentir. L’attitude américaine va à l’encontre des règles de l’OMC. Cette situation peut clairement générer de l’incertitude et de l’attentisme des deux côtés de l’Atlantique. Les Etats-Unis étant le premier partenaire commercial de l’Union européenne, on peut supposer qu’il va y avoir, à un moment donné, une baisse des échanges entre les deux puissances économiques.

Dans quelle mesure le pouvoir d’achat des Européens et les entreprises européennes pourraient-ils être touchés ?

En ce qui concerne les produits américains qui seraient ciblés par les Européens, il devrait y avoir peu d’impact sur le consommateur. Il ne s’agit pas de produits stratégiques et les Européens ont la possibilité de se reporter sur d’autres produits.

En revanche, il pourrait y avoir des conséquences indirectes via le ralentissement de l’activité des entreprises dans les secteurs liés aux produits soumis aux taxes américaines et européennes. Au regard du volume d’échanges d’aluminium et d’acier entre les États-Unis et l’Europe, il faut, cependant, relativiser ces conséquences. Du côté de l’industrie automobile, l’enquête actuellement menée aux États-Unis pourrait, en revanche, avoir un impact plus significatif si elle aboutit d’ici à quelques temps.

Que pensez-vous des ripostes annoncées par l’Europe ou le Canada ?

Les ripostes européennes s’inscrivent avant tout dans un cadre légal, celui de l’OMC. Elles sont la réponse aux mesures unilatérales de Donald Trump, décidées au nom de la sécurité nationale et considérées comme abusives par Bruxelles. Le fait de vouloir entamer une procédure pour régler un différend devant l’OMC est une démarche qui respecte la légalité. Les mesures de rétorsion de l’Union européenne s’inscrivent dans le respect des règles juridiques du multilatéralisme commercial.

A court terme, il y a peu de chances que Donald Trump revienne sur sa décision sachant qu’il y a la perspective des élections. Mais qui sait ? Il y a quelques jours, le président américain est venu au secours du fabricant chinois de téléphonie ZTE alors que celui-ci était menacé par les sanctions américaines.

L’administration Trump est-elle favorable au libre-échange malgré ces différentes décisions ?

L’administration américaine est favorable au libre-échange dans la mesure où celui-ci est gagnant pour les États-Unis. Pendant des années, on a vu se construire un système international qui allait dans le sens de l’intérêt collectif. Avec leur dernière décision, les Américains s’éloignent de cette construction. Les États-Unis ne veulent plus d’un jeu gagnant/gagnant mais d’un jeu gagnant/perdant pour réduire leur déficit commercial.

Les États-Unis prennent-ils vraiment des risques vis-à-vis des règles de l’OMC ?

Les risques sont limités dans la mesure où les procédures pour régler les différends à l’OMC sont très longues. Il apparaît que le chef d’État américain veut passer outre les règles du multilatéralisme. Avec la politique commerciale de Donald Trump, le mercantilisme devient la règle au détriment du multilatéralisme, ce qui pourrait accentuer les déséquilibres sur la scène internationale. On est dans des jeux de puissance de la part de la Chine et des États-Unis qui peuvent refermer l’âge d’or du multilatéralisme comme garant de la stabilité mondiale.

Baisse des aides à l’emploi avec la baisse du chômage !!!

Baisse des aides à l’emploi avec la baisse du chômage !!!

Le moins que l’on puisse c’est que Lemaire, le ministre des finances,  n’a pas inventé l’eau chaude, l’eau tiède peut-être,  quand il affirme que si le chômage baisse les indemnisations baisseront aussi. Sur le plan macroéconomique c’est uen évidence, moins de chômeurs, moins d’indemnisation globale. Par contre on comprend mal pour ceux qui restent au chômage en dépit de la reprise pourquoi ils devraient être moins indemnisés. Au nom de quelle logique ? Certes on doit vérifier les conditions d’attribution pour éviter les dérives mais certainement pas enfoncer un peu plus ceux qui ne parviennent à trouver du travail. – Le gouvernement envisage de réduire les prestations sociales dans le domaine de l’emploi si la conjoncture économique le permet pour contribuer à l’amélioration des finances publiques, a pourtant déclaré dimanche le ministre de l’Economie et des Finances.

“A partir du moment où nous réussissons à créer des emplois dans le secteur privé, à trouver des emplois pour chacun, à mieux qualifier, à mieux former (…), il peut être légitime de réduire la politique sociale sur l’emploi parce que nous aurons résolu économiquement le problème de l’emploi”, a dit « naïvement « Bruno Le Maire lors du Grand Rendez-vous Europe

Mélenchon : retour vers 1936 avec le Front populaire !

Mélenchon : retour vers 1936 avec le Front populaire !

 

Mélenchon qui voulait déjà faire un bond en arrière d’environ deux siècles avec sa proposition de constituante, cette fois recule de près de 80 ans avec l’idée de reconstituer un front populaire. Il y a cependant uen différence de taille entre 1936 et maintenant. En 36,  le front populaire regroupait toutes les forces de gauches. Or le front de Mélenchon regrouperait uniquement les gauchistes. Historiquement, le Front populaire est une coalition de partis de gauche, qui a gouverné la France de mai 1936 à avril 1938 et dont les importantes réformes sociales demeurent une des références de l’histoire politique française. Des formations politiques de gauche, dont LFI et le Parti communiste, et des syndicats comme la CGT, la FSU, Solidaires et l’organisation étudiante UNEF, ont appelé à manifester le 26 mai dans toute la France, afin de constituer une “marée populaire” contre la politique du chef de l’Etat, Emmanuel Macron.

“Je milite pour une forme d’unité populaire qui décloisonne le syndicalisme, la politique et le monde associatif”, a  expliqué Mélenchon. “Nous avons besoin de faire une démonstration de la profondeur de l’enracinement du refus de la société libérale.” “Nous pouvons, sur la base d’expériences de cette nature, avoir pour objectif la construction d’un front populaire en France, qu’on appellera sans doute le Front populaire”, a ajouté Jean-Luc Mélenchon.

Pollution de l’air : la France assignée en justice

Pollution de l’air : la France assignée en justice avec six autres  pays

En dépit des discours et des dénégations de Hulot, la France est bien assignée en justice pour excès de pollution de l’air. Selon l’Agence européenne de l’environnement, la pollution aux particules fines est responsable de près de 400.000 décès prématurés par an, dont 66.000 en Allemagne, 60.000 en Italie et 35.000 en France. Pour le NO2, les morts prématurées sont estimées à 75.000 par an en Europe, dont 14.000 au Royaume-Uni, 12.800 en Allemagne et 9.300 en France. La Commission européenne a décidé jeudi de renvoyer six Etats membres, dont la France et l’Allemagne, devant la Cour de justice de l’UE pour avoir manqué à leurs obligations en matière de qualité de l’air. Bruxelles sanctionne ainsi les manquements répétés de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Italie, de la Hongrie et de la Roumanie pour « dépassement des valeurs limites de qualité de l’air fixées et manquement à l’obligation de prendre des mesures appropriées pour écourter le plus possible les périodes de dépassement ».

Manifestation du 26 mai : la CGT avec les Insoumis

Manifestation du 26 mai : la CGT avec les Insoumis

Les Insoumis et des organisations d’extrême gauche seront rejoints par la CGT pour la manifestation du 26 mai. Une manifestation qui du coup est assuré d’une certaine participation mais en même temps qui divise sur le rôle respectif du syndicat et du politique. Des syndicats comme le CFDT ou FO ne seront pas présents en raison précisément du caractère politique de cette journée du 26 mai. En gros,  il y aura à peu près dans la rue toutes les forces syndicales et politiques d’extrême gauche. Cela devrait permettre non pas de réunir uen marée populaire comme le souhaitent les insoumis mais un nombre quand même significatif de manifestants. La participation de la CGT s’explique aussi par certains signes d’essoufflement dans certains conflits en cours à la SNCF même si le taux de conducteurs est encore très largemenet majoritaire ou encore à AIR France où l’intersyndicale est déboussolée depuis la démission du président.  Le syndicat de Philippe Martinez a annoncé sa décision mercredi dans un communiqué, évoquant « l’urgence sociale » qui le pousse à rejoindre ce mouvement inédit. Un parti-pris qui vise à densifier la contestation, mais encontre l’opposition des syndicats réformistes. « Il n’y a aucune chance de voir [la CFDT] dans un défilé qui a une connotation politique », a déclaré Laurent Berger, secrétaire général du syndicat réformiste. Enjeu : préserver son indépendance vis-à-vis du politique. Lundi sur CNews, il a même affirmé que « ce serait une faute qu’une organisation syndicale quelle qu’elle soit appelle [à se mobiliser] le 26 mai. Ce n’est pas le rôle du syndicalisme ». Même positon  du côté de Force ouvrière. Pascal Pavageau, secrétaire confédéral, a tranché : « C’est une manifestation d’ordre politique, nous n’avons pas à nous en mêler et nous ne nous en mêlerons pas. »

 

 

Sondage : Macron paye sa visite grotesque avec Trump

Sondage : Macron paye sa visite grotesque avec Trump

 

 

Pour en avoir fait des tonnes avec Trump et surtout n’avoir surtout rien obtenu, Macron déçoit une majorité de Français. , selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo. Sur 962 Français interrogés mercredi, jeudi et vendredi, 55% se disent ainsi mécontents de l’attitude du chef de l’Etat français vis-à-vis de son homologue américain, Donald Trump. Pourtant les gestes d’amitié et même d’amour grotesques n’ont pas manqué de part et d’autre. Au total Macron n’obtient rien sur l’Iran, rien sur le climat et toujours rien sur les droits de douane .Macron n’a pas encore pris conscience que la France ne peut prétendre au même rang que les Etats Unis, la Russie, la Chine voire l’Inde.  Même en Europe le leadership de Macron est virtuel car c’est toujours Merkel qui tient la maison. Avec moins de com. mai davantage d’influence.  Le nombre de sondés satisfaits du bilan de Macron sur la scène internationale chute ainsi de huit points en cinq mois, à 53% au lieu de 61% en décembre dernier. Les personnes interrogées sont 76% à juger mauvaise la décision américaine et 87% à estimer qu’elle a tendance à augmenter les risques de conflits dans le monde. Selon ce sondage, plus des deux tiers des Français (67%) estiment que l’Europe doit passer outre la décision de Donald Trump et continuer à entretenir des relations commerciales avec l’Iran, en dépit des sanctions américaines. Dentsu Consulting relève que la proximité entre Emmanuel Macron et Donald Trump est considérée sur les réseaux sociaux comme “le point noir de la politique internationale” du président français. “Ce sentiment qu’Emmanuel Macron s’est ‘Trump’ risque fort de produire aussi des dégâts à plus moyen terme sur son image et sa stature de président ‘compétent’ et ‘efficace’”, écrit le président d’Odoxa, Gaël Sliman.

Rencontre ratée avec Trump : Parly défend Macron !

 

 Rencontre ratée avec Trump : Parly défend Macron !

On peut se demander si l défense de Macron par Florance Parly ministre de la défense est très opportune. Une défense assez maladroite qui ne fait que confirmer l’échec de la rencontre entre Trump et Macron. Première observation, Florence Parly n’est une première de la classe du gouvernement=t pour avoir la légitimité nécessaire pour s’exprimer sur ce sujet. On peut même dire qu’elle est très effacée dans un poste qu’elle a récupéré un peu au hasard du jeu de la chaise vide. Florence Parly affirme que Macron connaissait ce que serait la position de Trump mais qu’il fallait essayer de l’infléchir. Comme si la France pouvait encore se mesurer aux grands que sont Poutine, Trump, le président chinois voire Indien. Macron a voulu jouer dans la cour des grands, il a perdu en plus en acceptant que Trump le mette dans des situations grotesques (jusqu’aux bisous).  !). La ministre des Armées, Florence Parly, a cependant défendu mercredi les efforts d’Emmanuel Macron pour infléchir la position de son homologue américain Donald Trump, au lendemain de la sortie des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. L’opposition française a accusé le chef de l’Etat d’en avoir trop fait pour séduire Donald Trump dans l’espoir – déçu – de le faire changer d’avis, notamment lors de sa visite à Washington fin avril.

“J’étais aux Etats-Unis avec le président de la République. Avant même de partir le président connaissait – et d’ailleurs sa décision n’est pas une surprise – il connaissait les positions très affirmées du président Trump, puisque ces positions sont constantes”, a déclaré Florence Parly sur BFM TV. Dès lors on se demande pourquoi Macron d’une certaine façon a accepté d’être un peu ridicule  avec Trump qui l’a considéré comme un petit garçon. Sympa, moderne  mais petit !

Nucléaire iranien : Poutine et Macron en accord et « en même temps » avec Trump ?

Nucléaire iranien : Poutine et Macron en accord et « en même temps » avec Trump ?

 

De toute évidence,  Macron joue l’équilibriste par rapport à l’accord iranien sur le nucléaire. Pour sauver sa rencontre avec Trump, il avait évoqué devant Trump un nouvel accord mais en même temps il se dit d’accord avec Poutine pour le maintenir en l’état. Comme le problème est complexe, peu de médias vont relever cette contradiction. Notons que l’Iran, principal pays intéressé avait réagi nettement à la proposition de Macron de renégocier un nouvel accord : » pas question, même une ligne ». Dans cette affaire de grands entre surtout Poutine et Trump, Macron tente vainement de jouer un rôle quitte à se contredire. Emmanuel Macron a dit en effet  lundi à Vladimir Poutine sa volonté que des discussions s’ouvrent sur le contrôle de l’activité nucléaire iranienne après 2025, le programme balistique iranien et la situation en Syrie et au Yémen, a annoncé lundi la présidence française.

Lors d’un entretien téléphonique, « les deux présidents sont convenus de travailler dans cette direction ensemble dans les prochains jours et prochaines semaines », ajoute l’Elysée dans un communiqué.

Le président français a souhaité, lors d’une visite la semaine dernière à Washington, qu’un accord large pour l’avenir de l’Iran et de la région permette de surmonter l’opposition de Donald Trump à l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015. Selon le Kremlin, « les présidents russe et français se sont prononcés en faveur du maintien et de la stricte application » de l’accord de 2015.  Le président américain a donné aux signataires européens jusqu’au 12 mai pour « réparer les affreuses erreurs » de cet accord, faute de quoi il refusera de prolonger l’assouplissement des sanctions américaines contre l’Iran.

 

Droits de douane US : les patrons allemand déçus de la rencontre de Merkel et de Macron avec Trump

Droits de douane US : les patrons allemand déçus de la rencontre de Merkel et de Macron avec Trump

Les patrons allemands n‘ont guère été sensibles l’opération de charme de Macron vis-à-vis de Trump, pas plus qu’à leurs « zamours » ou à la rencontre plus soft entre Merkel et le président américain. Ce qu’ils retiennent c’est que ni Macron, ni Merkel n’ont obtenu la moindre concession sur les futurs droits de douane américains. – Les milieux d’affaires allemands ont exprimé samedi leur déception après ces rencontres  faisant part de leurs craintes de voir l’administration américaine appliquer les tarifs douaniers annoncés sur les importations d’acier et d’aluminium. Washington avait décrété en mars l’adoption de droits de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium mais avait octroyé un moratoire à l’Union européenne jusqu’au 1er mai. “Je regrette que la visite de la chancelière à Washington n’ait produit aucun progrès tangible sur les questions contentieuses entre l’Allemagne et les Etats-Unis”, a déclaré Dierter Kempf, président de la fédération des industries allemandes (BDI). Lors de la conférence de presse commune avec la dirigeante allemande, Donald Trump s’est plaint du déficit commercial des Etats-Unis à l’égard de l’Union européenne. Lors de sa visite d’Etat de trois jours à Washington, le président français Emmanuel Macron a, lui aussi, plaidé en faveur d’un assouplissement de la position américaine. Aucun des deux dirigeants ne semble avoir convaincu Donald Trump. “Malheureusement, il semble que l’UE ne sera pas exemptée des droits de douane américains injustes”, a déploré Volker Treier de la chambre allemande de l’industrie et du commerce.

SNCF: un rendez-vous avec le Premier ministre… le 7 mai

SNCF: un rendez-vous avec le Premier ministre… le 7 mai

 

On se demande pourquoi le Premier Ministre attend le 7  mai pour recevoir les cheminots. Soit encore une quinzaine de jours perdus pour rien sinon pour montrer des postures d’un gouvernement qui ne recule pas. Outre la reprise de la dette dont il faut cependant préciser les modalités et le calendrier, ensuite le maintien du statut pour ceux qui en bénéficie actuellement, enfin la future convention collective pour les nouveaux. En réalité ne restent que les modalités de la reprise de la dette. Une reprise indispensable avec le statut de la nouvelle société (EPIC transformée en SA°.) qui juridiquement ne peut porter le poids d’un tel passé financier. Encore une  fois le gouvernement traîne pour montrer sa détermination, montrer à tous qu’il ne recule pas. Bref une sorte de combat de coqs avec les syndicats inutile et couteux. Le gouvernemeet va forcément négocier sur ce point de la dette mais il veut en même temps montrer qu’il ne cède pas à la pression. Une attitude de cours de récréation qui coute cher à l’économie.  Dans un courrier adressé aux organisations représentatives, le Premier ministre dit regretter que la grève intermittente contre le projet de réforme du gouvernement se poursuive avec une dixième journée de perturbations sur le réseau ferroviaire. Jeudi dernier, l’intersyndicale réunissant la CGT, l’Unsa, Sud et la CFDT a décidé de suspendre sa participation à la concertation avec Elisabeth Borne et a demandé à être reçue à Matignon, où se prennent selon elle les véritables décisions.

Chine : moins d’exportations sauf avec les Etats-Unis

Chine : moins d’exportations  sauf avec les Etats-Unis

Conséquence de la guerre sur les droits de douane (peut-être), de la réorientation d’économie chinoise aussi du calendrier, La Chine a enregistré en mars un déficit commercial exceptionnel et inattendu de 5 milliards de dollars. D’un côté, les exportations, contre toute attente, s’affichent en repli, de l’autre, ses importations ont accéléré. Les douanes chinoises ont ainsi annoncé vendredi que les importations avaient ainsi dépassé en mars de précisément 4,98 milliards de dollars les exportations du pays. C’est la première fois depuis février 2017 que le géant asiatique connaît un déficit de son commerce extérieur, une situation qui était alors inédite depuis trois ans.

Ce déficit de près de 5 milliards est aussi une surprise de taille pour les analystes sondés par Bloomberg qui tablaient, eux, sur un surplus de 27,5 milliards en mars, après un excédent commercial de 20,5 milliards de dollars en janvier puis de 33,7 milliards en février. Ce retournement de la balance commerciale de la deuxième économie mondiale s’explique donc d’abord par le plongeon imprévu de ses exportations, qui ont reculé de 2,7% sur un an en mars selon les douanes, à rebours des anticipations des experts (+11,8%).  Dans le même temps, les importations du géant asiatique bondissaient de 14,4% (contre +6,3% en février), à l’heure où l’assouplissement des restrictions antipollution à la fin de l’hiver encourage une accélération de l’activité industrielle dans le pays. L’excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis, objet de vives frictions entre Pékin et Washington et au cœur de menaces de guerre douanières entre les deux puissances, s’est établi à 15,4 milliards de dollars en mars, ont précisé les douanes. C’est un fort reflux par rapport à l’excédent de 21 milliards de dollars en février, et moins que les 17,7 milliards de dollars de mars 2017. Ce qui pourrait témoigner d’un ralentissement. Il n’empêche, selon le porte-parole des Douanes chinoises, Huang Songping, l’excédent commercial du géant asiatique avec les Etats-Unis a tout de même bondi de 19,4% sur un an sur l’ensemble du premier trimestre.

SNCF- encore une réunion pour rien avec la ministre

SNCF- encore une réunion pour rien avec la ministre

 

La ministre des transports ne brille pas par sa pédagogie et son charisme, elle donne souvent ‘impression de réciter seulement son catéchisme de tecno. Ce qui a encore été le cas hier avec les syndicats. A la décharge de la ministre, elle n‘a rien à négocier et c’est Matignon et l’Elysée qui dirigent  la manœuvre. par exemple,  sur le problème fondamental de la dette où le gouvernemenet fait un pas un avant et deux pas en arrière. Or c’est l’une des questions fondamentales car si la dette est uen nouvelle fois en partie ou en totalité réaffectée à la SNCF,  aucune chance de survie de cette entreprise d’entrée plombée par les charges financière non seulement des 50 milliards de dettes mais par les investissements à venir en particulier pour entretenir le réseau des liaisons quotidiennes travail-domicile. Aucune entreprise SNCF ou autre ne peut partir avec un handicap de 50 milliards de dettes ou même de la moitié. Le gouvernement estime en effet que cette question se posera dans un second temps seulement, une fois que la compagnie ferroviaire aura entamé sa mue, comme l’a répété le Premier ministre, Édouard Philippe, jeudi sur France Inter Les syndicats de cheminots reçus jeudi par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, ont donc quitté la table des négociations sur un constat d’échec, estimant n’avoir avancé sur aucun des points à l’ordre du jour, dans une ambiance tendue. Visiblement déçus par la réunion qualifiée de “mascarade” par la CGT, les leaders syndicaux ont, pour plusieurs d’entre eux, prédit un durcissement de la grève face à un gouvernement déterminé à jouer la montre sans négocier sur le fond. La table ronde de plus de six heures a été “pénible et inutile”, a déclaré à sa sortie Laurent Brun, de la CGT Cheminots. “Nous sommes donc fondés à dire que cette réunion a été une véritable mascarade dans laquelle la ministre s’est contentée de critiquer ou de faire des remarques sur les propositions des organisations syndicales, sans apporter elle-même de propositions et de contenu”, a-t-il ajouté. “Nous sommes donc extrêmement déçus de cette réunion et extrêmement mécontents que les revendications des cheminots n’aient pas été entendues”. Une nouvelle table ronde entre les syndicats et la ministre des Transports est prévue vendredi.

Favoriser l’économie circulaire avec le recyclage (Citéo)

Favoriser l’économie circulaire avec le recyclage (Citéo)

 

Le président de Citéo, JEAN HORMAIN,  entame un tour de France et commence par la région la plus écolo dans ce domaine à savoir la région grand est (notamment Alsace Lorraine) où 25 % des ‘emballages sont  recyclés, et avec 84,6 % des tonnages recyclés localement en 2016, « une performance de recyclage supérieure de 16 % à la moyenne nationale ».

 

JEAN HORMAIN - Quels sont les objectifs de Citéo ?

LA TRIBUNE - Citeo a trois objectifs essentiels : accompagner les industriels au stade de l’éco-conception, inciter le grand public à trier les emballages et le papier, et mettre en œuvre le dispositif qui permet d’installer des structures de collecte et des centres de tri. Il y en a 200 en France. 68 % des emballages sont recyclés en France. Pour le papier, nous sommes à 55 %. Il y reste des progrès à réaliser sur les plastiques et, de manière générale, dans les villes. 30 % des ordures ménagères sont encore mises en décharge. C’est inacceptable.

Quel est l’objectif de vos ateliers régionaux ?

Nous démarrons dans le Grand-Est, vitrine de l’économie circulaire en France. L’éco-conception est déjà en marche dans cette région. Les barquettes de jambon Herta passent au mono-matériau, elles sont réalisées en PET. C’est plus facile à recycler. Les étiquettes sur les bouteilles Heineken (brassées à Schiltigheim, Bas-Rhin, Ndlr.) sont désormais recyclables avec le verre. Ces initiatives doivent être valorisées. Nous voulons porter un message : les entreprises qui pourront prospérer seront celles qui ont une politique de responsabilité sociétale. Les actions dont nous faisons la promotion n’ont rien à voir avec le « Greenwashing« . Les entreprises nous mettent une pression colossale.

Quelle est la cible de vos ateliers ?

Les grandes décisions sont nationales mais l’initiative, l’énergie, la collaboration se situent au niveau des territoires. C’est un jeu totalement collectif : nous nous adressons aux collectivités territoriales, aux entreprises, aux associations, aux recycleurs, aux industriels fabricants d’emballages, aux citoyens. Ils forment un ensemble dont nous sommes le coeur.

La Pologne choisit les Patriot américains….avec les fonds européens

La Pologne choisit les Patriot américains….avec les fonds européens

La Pologne continue de faire bande à part en choisissant des équipements militaires américains et non européens. Le tout sans doute avec en partie des fonds européens. La Pologne est en effet le pays qui a bénéficié au cours de ces dernières années des fonds européens les plus importants. En tout cas, cette décision polonaise n’est pas de nature à renforcer la politique de défense de l’UE, ni à réchauffer les relations avec Paris. On se souvient du conflit à propos de Whirlpool d’Amiens,  laissant 290 ouvriers français au chômage, Macron avait alors déclaré « Dans les trois mois qui suivront mon élection, il y aura une décision prise sur la Pologne. Je mets ma responsabilité sur la table sur ce sujet, a-t-il prévenu. On ne peut pas avoir un pays qui joue des écarts fiscaux sociaux au sein de l’Union européenne et qui est en infraction avec tous les principes de l’Union. » En l’état actuel des réglementations européennes, aucune sanction ne peut être prise à l’encontre d’un Etat membre sur la base des différences fiscales et du coût du travail. C’est pourquoi M. Macron a mis en avant les atteintes du gouvernemenet  polonais très conservateur par rapport aux principes démocratiques de l’UE, les rapports entre la France et Varsovie s’étaient  evidemmenet dégradés  quand la Pologne a  décidé de rompre brutalement, en octobre 2016, les négociations d’un contrat d’armement de 3 milliards d’euros avec le groupe Airbus. Il faudrait aussi ajouter l’affaire des travailleurs détachés qui a opposé la France et la Pologne. La décision concernant l’armement ne va pas arranger le climat déjà délétère entre les deux pays.  « Les accords d’offset pour le programme Wisla sont signés. Le transfert des technologies (…) renforcera les capacités de l’industrie polonaise de défense. C’est le dernier pas avant la signature du contrat pour la livraison du système Patriot », a déclaré la Pologne. Selon la télévision publique TVP Info, ce contrat porterait sur deux batteries et 208 missiles sol-air et son prix se situerait entre 1 et 1,3 milliard d’euros. Toutefois, l’Agence américaine de coopération pour la défense et la sécurité (DSCA) a estimé en novembre 2017 que l’ensemble de cette opération s’élèverait au total à 10,5 milliards de dollars.

« Il faut un accord avec le FN « (Mariani)

« Il faut un accord avec le FN »(Mariani)

L’ancien ministre et député Thierry Mariani dit sans doute tour ce que l’aile droite des républicains pense tout bas. Certes lors des prochaines élections présidentielles le Front National comme les Républicains défendront leur propre logique. Mais il se pourrait bien qu’au second tour on assiste à un accord surprise entre Wauquiez et Marine Le Pen. Un accord d’autant plus possible que Wauquiez ce sera débarrassé de toute l’aile moderniste de son parti et qu’il aura le soutien de l’aile essentiellement ultra droitière, réactionnaire et limite facho comme Mariani Regardons si un accord ou un rapprochement sont possibles », estime dans une interview au JDD :

 

Etes-vous favorable à des discussions entre la droite et le Front national?
Les Républicains, qui se présentaient comme le parti de la droite et du centre, ne sont plus aujourd’hui que le parti de la droite. Les centristes comme Jean Leonetti, à quelques exceptions près, sont passés chez Macron. Nous n’avons donc plus d’alliés. Il faut en tirer les conséquences et se poser les vraies questions : peut-on arriver au pouvoir tout seuls? Peut-on constituer une majorité sans alliés? La réponse est non. Sans alliés, nous allons rester dans l’opposition pour longtemps. Il est temps de renverser la table. Le Front national a évolué. Regardons si un accord ou un rapprochement sont possibles. Parce que si on veut des alliés, ils seront forcément de ce côté-là si on veut appliquer un programme de droite.

?

Laurent Wauquiez, lui, exclut toute alliance avec le FN…
Il ne suffit pas de dire « la droite est de retour » pour que ce soit le cas! Il faut aussi casser le carcan moral et idéologique dans lequel la gauche nous a enfermés. On nous a très longtemps expliqué que tout rapprochement était impossible. A l’époque de Jean-Marie Le Pen, c’était justifié. Aujourd’hui, ça l’est de moins en moins. On nous disait que le FN était raciste et antisémite, et certaines déclarations allaient dans ce sens. Maintenant, il n’y a plus ce genre de déclarations. On nous a dit ensuite que le FN était anti-euro, et aujourd’hui qu’ils ne sont pas fréquentables parce que Marine Le Pen a loupé son débat présidentiel… Soyons sérieux. Pourquoi ne pourrait-on pas avoir au moins des discussions? Le FN change de nom, ce qui est un signe. C’est le moment de réfléchir à autre chose. François Mitterrand, lui, avait su casser un autre carcan moral pour faire alliance avec le Parti communiste et il avait gagné les élections. On disait alors que les chars soviétiques allaient arriver sur les Champs-Elysées… C’est aussi ridicule que de dire que s’il y avait plus d’élus FN, le fascisme serait à nos portes.

Pensez-vous être entendu à LR?
Les choses évoluent. Les militants se posent la question. Beaucoup font le même constat que moi, mais ce débat reste à ce jour tabou. Laurent Wauquiez fait un bon travail, la droite ose à nouveau s’affirmer en tant que droite, mais si nous restons dans le même canevas, nous sommes voués à l’échec. Il faut un accord entre tous ceux qui veulent qu’il y ait une politique différente en France, qui retrouve les valeurs de la nation. Le FN et Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan sont évidemment de ceux-là.

Qu’est-ce qui différencie encore LR et le FN sur le fond?
Essentiellement le programme économique. En matière d’immigration, le programme du FN, c’est celui du RPR il y a vingt ans.

Le FN est affaibli. Est-ce le moment d’envisager une alliance?
Quand je vois ce qui se passe en Italie, je me dis que certains ont tort d’enterrer un mouvement qui est là depuis plus de trente ans et qui a construit un socle solide d’électeurs. Que cela nous plaise ou non, Marine Le Pen a réuni un électeur sur trois au second tour de la présidentielle.

12345...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol