Archive pour le Tag 'avec'

Sondages politique Nupes : l’union de la gauche s’est discréditée avec les affaires

Sondages politique Nupes : l’union de la gauche s’est discréditée avec les affaires

Selon un sondage Odoxa et Backbone pour Le Figaro, le constat est sans appel. Pour 64% des Français, ces incidents internes ont «décrédibilisé l’ensemble» de cette alliance. Ils sont également une majorité à le penser chez les sympathisants de gauche (52%). Ces derniers sont par ailleurs 51% à se dire «personnellement choqués» par les épisodes de ces dernières semaines.
L
. 63% des Français considèrent que cette alliance ne se préoccupe pas «des grandes questions qui traversent la société» et 59% d’entre eux estiment que cette gauche unie «ne serait pas à la hauteur pour diriger la France». D’ailleurs, 42% des sondés jugent que la Nupes ne défend pas bien «les classes populaires». Une chute vertigineuse de onze points par rapport à juin 2022.

Forcément, les différents protagonistes apparaissent comme les plus abîmés. 47% des Français ont désormais une «mauvaise opinion» d’Adrien Quatennens. En retrait, le député LFI du Nord avait reconnu des actes de violence, dont une gifle, contre son épouse. Une enquête a été ouverte par le parquet de Lille.

Ils sont également 49% à avoir une mauvaise image de Sandrine Rousseau. Fin septembre, la députée écologiste a accusé Julien Bayou de «violences psychologiques» contre son ex-conjointe en direct à la télévision sans apporter de faits précis. 60% des Français considèrent que l’écologiste «a eu tort d’accuser sans preuve» son collègue. Cette position est partagée chez les sympathisants de gauche (66% pour ceux de LFI, 55% pour ceux d’EELV). Ironie de l’histoire pour celle qui fait de son engagement politique un combat féministe : 56% des femmes interrogées désapprouvent ses propos contre Julien Bayou. L’ex-secrétaire national d’EELV démissionnaire apparaît d’ailleurs comme plus préservé que sa collègue avec seulement 42% de «mauvaise opinion» (contre 49%).

En revanche, les partis politiques membres de la Nupes sont inégalement affectés. Europe Écologie-Les Verts perd dix points d’opinions favorables (40% contre 50% depuis 2019). La France Insoumise en perd seulement deux (26% contre 28 depuis 2020). Le Parti socialiste, jusqu’ici épargné par les affaires, gagne quant à lui huit points (32% contre 24% depuis 2019).
Une autre personnalité de gauche tire les marrons du feu : le communiste Fabien Roussel. L’ancien candidat à la présidentielle se hisse en personnalité de gauche préférée des Français avec 29% de «bonne opinion», au point de devancer Jean-Luc Mélenchon (22%). Chez les sympathisants de gauche, il se place juste après l’Insoumis (41% contre 49%).
Croissance : l’économie

Education douce ou avec contraintes ?

Education douce ou avec contraintes ?

Didier Pleux et Catherine Gueguen s’opposent «sur la nature de l’homme».( dans le Figaro, extrait)

Didier Pleux, docteur en psychologie du développement, estime que les parents d’aujourd’hui sont trop «sympathiques». Catherine Gueguen, pédiatre, dénonce la maltraitance «encore majoritaire dans les familles françaises».

Débat intéressant compte tenu de certaines dérives pédagogistes mais peut-être relativement théorique ; la bonne pratique se situant entre pédagogisme et apprentissage des contraintes NDLR

Ils s’opposent sur à peu près tout. Mais chacun assure défendre «l’intérêt des enfants». La pédiatre Catherine Gueguen fait partie des premiers spécialistes de l’enfance à avoir vulgarisé les neurosciences affectives et sociales qui ont donné naissance à l’éducation positive et bienveillante. Ladite éducation exclut les cris, les coups, les menaces, les humiliations et les punitions.

Didier Pleux, docteur en psychologie, est à l’origine du concept d’«enfant tyran». Il assure que l’éducation positive et bienveillante peut engendrer ce type de caractère, «intolérant à la frustration».


Ces vingt dernières années, les recherches en neurosciences affectives et sociales ont émergé. Que nous ont-elles appris sur le développement de l’enfant ?

Catherine GUEGUEN. – Au XXe siècle, nous savions que le cerveau était dévolu aux capacités intellectuelles, motrices et sensorielles. Les neurosciences cognitives nous l’ont appris dans les années 70. Les neurosciences affectives et sociales, elles, datent du XXIe siècle et nous enseignent une chose supplémentaire et extraordinaire : une grande partie de notre cerveau est dévolue aux émotions ! Un chercheur comme Antonio Damasio a montré que nous devons accorder une grande place aux émotions pour favoriser le bon développement de l’enfant, sa capacité à se comprendre et à comprendre les autres, à se faire confiance, à faire confiance aux autres, à avoir un sens éthique et moral…

Didier PLEUX. – Pour moi aussi, les neurosciences ont été une façon de corroborer certaines intuitions. Antonio Damasio a aussi écrit, dans son troisième livre L’ordre étrange des choses (2017), que pour faire des progrès, pour atteindre la stabilisation, l’homme doit passer par un «déséquilibre neuronal». Sa réflexion a alimenté la mienne : je suis persuadé que l’être humain, s’il ne rencontre pas à un moment donné des obstacles déplaisants, risque la stagnation.

En plaçant les émotions au cœur du développement de l’enfant, les neurosciences affectives et sociales ont fait émerger une nouvelle théorie éducative : l’éducation bienveillante – ou positive. En quoi consiste-t-elle ?

C. G. – C’est une éducation fondée sur l’empathie, la compréhension de l’enfant, la non-violence, assortie d’un cadre avec des règles claires. L’adulte apprend à percevoir et comprendre ses propres émotions et celles de l’enfant. Les neurosciences montrent que le cerveau de ce dernier est très immature jusqu’à 5-6 ans, ce qui ne lui permet pas de se maîtriser lorsqu’il traverse des «tempêtes émotionnelles». Lui manifester de l’empathie – ça ne veut pas dire céder – l’aide à se réguler.

La chercheuse Rianne Kok a montré en 2015 que lorsque les deux parents sont empathiques, il y a un épaississement du cortex préfrontal, siège des fonctions intellectuelles.

Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures

Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures

On enregistre jeudi 29 septembre 2022 :  51 366 cas supplémentaires 24 heures, 155.078 morts au total, +33 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.146 (+1) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 125.932 (+32 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,26 le taux d’incidence à 392,01 et la tension hospitalière à 15,6 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 14.259 (+245) personnes hospitalisées et 789 (+5) malades en réanimation.

Bilan des régions  :

  • Ile-de-France : 4.297 (+67) hospitalisées, 293 (+4) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Grand Est : 1.222 (+67) hospitalisés, 63 (+3) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.142 (+11) hospitalisés, 69 (0) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 1.369 (+62) hospitalisés, 54 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.157 (-18) hospitalisé, 46 (0) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Bretagne: 421 (-6) hospitalisés, 16 (-2) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Normandie : 766 (+15) hospitalisés, 25 (-1) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.080 (+5) hospitalisés, 73 (+3) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 237 (+4) hospitalisés, 14 (-4) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Occitanie: 965 (+11) hospitalisés, , 51 (+3) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 657 (+10) hospitalisés, 27 (-3) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 611 (+23) hospitalisés, 38 (+4) en réanimation et +1 décès en 24h

Covid France 29 sept 2022: hausse avec +53.410 cas supplémentaires en 24h.

 Covid France 29 sept 2022: hausse avec   +53.410 cas supplémentaires en 24h.

On enregistre  mercredi 28 septembre 2022 :  +53.410 cas supplémentaires en 24h , 155.045 morts au total, +45 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.145 (+8) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 125.900 (+37 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,26 le taux d’incidence à 358,35 et la tension hospitalière à 15,5 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 14.014 (+246) personnes hospitalisées et 784 (+23) malades en réanimation.

 

Bilan ds régions  :

  • Ile-de-France : 4.230 (+9) hospitalisées, 289 (+6) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Grand Est : 1.155 (+38) hospitalisés, 60 (+5) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.131 (+15) hospitalisés, 69 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 1.307 (+93) hospitalisés, 54 (+1) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.175 (+23) hospitalisé, 46 (+1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Bretagne: 427 (+27) hospitalisés, 18 (+1) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Normandie : 751 (+10) hospitalisés, 26 (-3) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.075 (+15) hospitalisés, 70 (+2) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 233 (+3) hospitalisés, 18 (+2) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Occitanie: 954 (+12) hospitalisés, , 48 (+6) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 647 (+18) hospitalisés, 30 (+1) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 588 (-5) hospitalisés, 34 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h

Covid France 28 sept.2022: forte hausse avec +73.639 cas supplémentaires en 24h.

Covid France  28 sept.2022: forte hausse avec  +73.639 cas supplémentaires  en 24h. 

On enregistre  mardi 27 septembre 2022 :  +73.639 cas supplémentaires  en 24h , 155.000 morts au total, +40 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.137 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 125.863 (+40 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,26 le taux d’incidence à 354,05 et la tension hospitalière à 15,0 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 13.768 (+414) personnes hospitalisées et 761 (+28) malades en réanimation.

Bilan dess régions françaises  :

  • Ile-de-France : 4.221 (+90) hospitalisées, 283 (+15) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Grand Est : 1.117 (+53) hospitalisés, 55 (-6) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.116 (+39) hospitalisés, 68 (+5) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 1.214 (+77) hospitalisés, 53 (+9) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.152 (+9) hospitalisé, 45 (+2) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bretagne: 400 (+8) hospitalisés, 17 (0) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Normandie : 741 (+21) hospitalisés, 29 (+1) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.060 (+22) hospitalisés, 68 (0) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 230 (+17) hospitalisés, 16 (+1) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Occitanie: 942 (-6) hospitalisés, , 42 (-5) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 629 (+54) hospitalisés, 29 (0) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 593 (+12) hospitalisés, 33 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h

Macronie, avec Renaissance , la gauche éjectée !

 

 

Un papier de la Tribune qui marque l’éjection progressive de la gauche en macronie.

Peu de gens l’ont remarqué, mais la bande autoproclamée des « Mormons », ces historiques de la macronie, en partie issus des réseaux DSK (mais pas uniquement), qui avait amené Macron au pouvoir en 2017 en créant de toute pièce en Marche, semble avoir disparu en ce début de deuxième quinquennat Macron. La presse est parfois cruelle : alors que les journaux en avaient fait des personnages incontournables de la macronie, allant jusqu’à les présenter comme étant aussi importants que le président lui-même (ce qu’Emmanuel Macron déteste…), les journalistes politiques sont déjà passés à autre chose.

 

Après cinq ans de pouvoir sans partage de leur « champion » à l’Elysée, chaque membre de cette bande a finalement poursuivi sa route, parfois loin de la politique. On se souvient encore de la photographie qui les avait tous immortalisés sur les marches de l’Elysée après leur arrivée groupée dans la cour du Palais en mai 2017. Ils étaient alors tout sourires, Sibeth Ndiaye seule femme posant au milieu de ces jeunes premiers aux allures d’ambitieux d’école de commerce. Ils étaient alors censés incarner le renouvellement de la vie politique française, la « startup nation ».

Le seul de ces ambitieux qui garde pleinement les grâces du président et de son entourage, c’est Julien Denormandie. Ancien directeur de cabinet adjoint d’Emmanuel Macron à Bercy, l’homme a l’avantage d’avoir su passer à travers les gouttes médiatiques (y compris dans les affaires Kohler ou Alstom) tout en conservant une fidélité à toute épreuve à l’égard du chef de l’État. Alors qu’on apprenait hier que Denormandie avait rejoint Sweep, une startup de conseil en réduction des émissions de carbone pour les entreprises, son nom avait encore circulé ces derniers jours d’une manière insistante pour prendre la tête d’EDF.

Selon un proche du président, cela ne doit rien au hasard : « C’est en fait ses anciens copains de l’Elysée, les fameux Mormons, qui font tourner son nom à chaque fois qu’un poste se libère. Comme Denormandie est le chouchou du PR [président], et qu’il est le dernier de leur bande à forte valeur ajoutée, les Mormons font courir le bruit partout qu’il peut aller partout pour montrer qu’ils existent encore ! C’est drôle ! ». Et ce n’est d’ailleurs pas EDF que Julien Denormandie aurait visé, mais l’un des fromages de la République, la Caisse des Dépôts et des Consignations.

De fait, la bande des Mormons depuis la fin du précédent quinquennat et plus encore après la dernière campagne présidentielle se sont littéralement dissous dans la macronie. « Les Mormons, ce n’est plus qu’un cimetière. La campagne les a définitivement enterrés », cingle un initié. Dans la macronie, il n’a d’ailleurs échappé à personne que Fort, Griveaux et Ndiaye n’avaient pas été conviés à l’investiture à l’Elysée. En dehors du premier qui continue à disposer une chronique hebdomadaire dans l’Express, les deux autres se sont d’ailleurs totalement éloignés de la sphère publique.

D’autres figures des Mormons ont bien du mal à exister en ce début de second quinquennat. Par Libération, on apprenait ainsi que le premier salarié d’En Marche, Ludovic Chaker, chargé de mission à l’Elysée apparu au moment de l’affaire Benalla et un des rouages essentiels de la victoire en 2017, était désormais rattaché au ministère des Armées (et plus directement au Château). De son côté, Jean-Marie Girier, chef de cabinet historique de Gérard Collomb devenu l’un des hommes à tout faire d’Emmanuel Macron lors du précédent quinquennat, continue désormais sa carrière dans la préfectorale (après le territoire de Belfort, il a rejoint la Vienne), loin de l’Elysée (lui non plus n’était pas présent à l’investiture). « Ils sont désormais loin de Macron, mais en plus, ils ne s’entendent plus entre eux », confie l’un de ceux qui les a côtoyés.

Seuls Ismaël Emelien, Cédric O (tous les deux partis dans le privé), et Stanislas Guérini (ancien « directeur général » de feu la République en Marche propulsé ministre de la transformation et de la fonction publiques) restent indéfectiblement unis. Emelien passe une partie de son temps à Londres, où il fait du conseil, et s’occupe de sa startup Zoï, mais aussi de ses restaurants…

Alors face à la quasi disparition de ces « technos » sans peur ni reproches, ces Strauss-Kahn boys issus en partie de la « bande de la Planche », certains poids lourds politiques de la majorité savourent leur revanche. Comme François Bayrou, déjà Haut-Commissaire au Plan et nommé à la tête du Conseil national de la Refondation : « Une claque pour les Mormons, Bayrou les hait et c’est réciproque ! », balance mon précédent interlocuteur. De même, l’ancien journaliste Bruno Roger-Petit, devenu « conseiller mémoire » à l’Elysée (après avoir été un fugace porte-parole), a été reconduit dans ses fonctions au Château, confirmé par le président lui-même. Un signe de confiance. Chouchou de Brigitte et Emmanuel Macron dès la campagne de 2017, l’ancien éditorialiste de Challenges avait dû batailler dur avec les Mormons en poste au Château pour y survivre.

Durant tout le début du premier quinquennat, une vraie guerre d’influence s’était jouée en coulisses entre d’un coté « BRP », allié à la « bande de Poitiers » (anciens des jeunes socialistes) et au cabinet de Brigitte Macron, et de l’autre Ismaël Emelien et ses amis, qui profitaient des relais de la puissante agence Havas dans les médias. C’était presque la belle époque, celle du temps de l’insouciance dirait Emmanuel Macron : échos dans la presse, qui constituaient autant de peaux bananes lancées par les deux clans, au gré des offensives et contre-offensives en « off » auprès des journalistes… sous le regard parfois amusé, parfois irrité du président. Et finalement, « BRP », face au mastodonte Havas et aux railleries de la presse établie (qui ne lui pardonne pas ses aventures télévisuelles auprès de Jean-Luc Delarue, lui, l’ancien journaliste politique de la rédaction d’Antenne 2 puis France 2), a réussi à triompher. En véritable « outsider ». Nostalgique des années Mitterrand, devenu proche de Michel Charasse, Bruno Roger-Petit a l’avantage de disposer de davantage de culture politique et de réseau historique dans le personnel politique. « Après ce premier quinquennat Macron, Mitterrand a tué DSK », commente, amusé, un observateur. Frédéric Michel, le nouveau spin Doctor de Macron est prévenu : il devra faire avec BRP qui dispose aussi de nombreux relais dans la presse.

Autre déconvenue pour les Mormons, Sébastien Lecornu, un des préférés de Brigitte Macron, a été nommé ministre des Armées, contrairement à l’avis d’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée. Lecornu n’a jamais caché son mépris pour l’ancienne bande de 2017 et ne s’est pas gêné pour le faire savoir. Ce n’est pas la seule déconvenue d’« AK » depuis la contre performance des marcheurs aux législatives : les arrivées d’Aurore Bergé comme présidente de groupe et de Yaël Braun-Pivet comme présidente de l’Assemblée Nationale, se sont faites contre son avis. Pour le perchoir, le secrétaire général aurait souhaité la nomination de Roland Lescure, désormais ministre délégué à l’Industrie. Idem, c’est également contre son avis que le président décide d’appeler Arnaud Montebourg fin juin après les législatives pour enterrer la hache de guerre avec l’ancien ministre socialiste.

Finalement, la nomination d’Elisabeth Borne à Matignon, option ardemment défendue par Alexis Kohler en mai dernier, a constitué une victoire à la Pyrrhus pour celui que d’aucuns présentent comme le cardinal de l’Elysée, et qui pourrait l’amener à terme à sa perte. « Cela consacre la chute de l’Empire. Plus personne ne craint AK », analyse un proche d’Emmanuel Macron. En cette rentrée politique, le puissant SG de l’Elysée ne serait plus tout aussi puissant qu’il ne l’était à la fin du précédent quinquennat Un signe qui ne trompe pas : comme la Tribune le rapportait dans une enquête publiée en pleine campagne des législatives qui avait créé le buzz, Emmanuel Macron a bien failli se séparer de son principal collaborateur après sa victoire à la présidentielle.

De son côté, Alexis Kohler se verrait bien aujourd’hui à la tête de la Caisse des Dépôts (lui aussi…), et dit parfois à certains de ses interlocuteurs qu’il ne sera plus à l’Elysée à Noël… « À voir quand même ! », nuance un macroniste. Une chose est sure : dans le processus de recrutement pour EDF, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, ne ménage pas sa peine pour faire valoir son point de vue auprès du président directement. Pour lui comme pour François Bayrou, l’heure de la revanche aurait-il sonné ?

S’il y en a bien un en tout cas qui savoure sa revanche dans la macronie, c’est Stéphane Séjourné, issu de ce qu’on appelait la « bande de Poitiers », ces jeunes macronistes issus du MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes), qui ont également dû batailler avec les Mormons lors du précédent quinquennat. Ancien conseiller parlementaire d’Emmanuel Macron à Bercy, devenu conseiller politique au Château, puis président du groupe Renew au parlement européen, ce jeune homme de 37 ans a désormais pris la direction de « Renaissance », le nouveau parti de la majorité. Autre pilier de cette bande Poitiers à avoir survécu au premier quinquennat, Sacha Houlié, devenu président de la Commission des Lois à l’Assemblée Nationale, un poste stratégique et qui dispose d’un « poids grandissant ». Ces deux profils issus de la gauche sont pourtant noyés dans un parti désormais particulièrement teinté à droite. Ce n’est pas un mince symbole de voir débarquer chez Renaissance Gérald Darmanin comme responsable de la formation, quand Bruno Le Maire est chargé des idées, Aurélie de Montchalin des relations extérieures, Aurore Bergé de la cellule « riposte », Franck Riester des élections, et Fabienne Keller de la « mobilisation ».

« Séjourné a gagné le parti. Il fait le job, tout le monde se plie aux volontés présidentielles. Et on assiste dans Renaissance à une quasi fusion de Territoires de Progrès, créé initialement par Jean Yves Le Drian et Gilles Savary et censé représenté les sociaux démocrates de la majorité, critique « Jacques Sisteron », ce marcheur de la première heure qui décrypte en off régulièrement les coulisses de la macronie. Le président est en train de mettre au pas TDP. Quoi qu’en dise Olivier Dussopt [Le président de Territoires de Progrès, ndlr], la jambe gauche de la macronie se réduit à deux orteils ». Olivier Dussopt a d’ailleurs dit récemment que la social-démocratie était morte, et qu’il fallait parier désormais sur le « progressisme ».

Cela ne semble pas suffire au président : lors du diner à l’Elysée de la semaine dernière célébrant la création de Renaissance, ce dernier a vertement recadré son ministre du Travail. Dans un texte interne à Territoires de Progrès, intitulé « où va TDP ? », deux questions essentielles sont posées par les partisans d’une plus grande autonomie de leur mouvement par rapport à Renaissance : « TDP sera-t-il autonome financièrement ou dépendra-t-il, pour une part significative, de subventions versées par une association de financement contrôlée par Renaissance ? ». Et aussi : « TDP aura-t-il, au moins à l’Assemblée nationale, un groupe parlementaire lui donnant une visibilité (temps de parole) et une autonomie de vote ou sera-t-il noyé dans un groupe Renaissance indifférencié ? ». Ces questions sont en effet importantes quant à la possibilité de la recomposition politique au cours de ce second quinquennat pour « l’aile gauche » de la macronie. Car, Mormons ou pas, cette « jambe gauche » de la macronie semble avoir bien du mal à subsister auprès d’Emmanuel Macron. Stéphane Séjourné semble en avoir conscience lui qui disait il y a quelques jours au Parisien qu’il ne souhaitait pas d’un « parti caporalisé ».

Ukraine: la Chine fait son business avec la Russie

Ukraine: la Chine fait son business avec la Russie

 

 

Les deux économistes Antonia Hmaidi et François Chimits constatent dans une tribune au « Monde » que les importations et les exportations entre Pékin et Moscou ont bondi, sauf dans quelques secteurs.

 

Grâce à la situation en Ukraine, la Chine renforce à bon compte ses relations avec la Russie ; Un partenariat économique stratégique qui pourrait bien conduire à terme à la vassalisation  de la Russie. NDLR.

 

Dans le contexte d’incertitudes engendrées par la guerre en Ukraine, la Chine s’est avérée être l’un des partenaires les plus fidèles de la Russie. Les importations chinoises depuis la Russie – largement composées de matières premières – ont bondi. En valeur d’abord, tirées par l’envolée des prix des matières premières : puis en volumes, avant une légère baisse due au ralentissement de la croissance chinoise à partir de juin 2022.

Cette tendance à la hausse va à l’inverse de la baisse constante des volumes d’exportations russes à destination des pays du G7. Elle reste cependant plus modérée que le bond des flux de produits russes vers les autres grands émergents, mais cette hausse s’observe à partir de niveaux plus modestes au départ.

On retrouve des tendances similaires pour les exportations chinoises vers la Russie. Un rebond a succédé à une forte baisse au cours des premiers mois de guerre, quoique les exportations actuelles restent toujours plus faibles que l’an dernier, du fait de l’effondrement de la consommation russe.

La aussi, le contraste avec les pays du G7, dont les flux d’exportation vers la Russie ont quasiment disparu, est flagrant. Parmi les grands émergents, moins affectés que les économies avancées, seules les exportations turques ont été plus dynamiques que les chinoises.

Le secteur des semi-conducteurs, vitaux à toute économie moderne, illustre particulièrement l’absence de retenue chinoise. Un bref déclin a laissé place à une croissance de près de 300 % des exportations chinoises de semi-conducteurs vers son « partenaire stratégique ». La hausse des prix unitaires de ces biens, spécifique à la Russie, reflète à la fois une montée en gamme pour se substituer aux importations des économies avancées, et l’opportunisme des fournisseurs chinois, qui se retrouvent en quasi-monopole.

En effet, dans le même temps, les importations russes en provenance des autres grands producteurs, solidaires des sanctions du G7, se sont effondrées. Si les grands producteurs chinois de semi-conducteurs dépendants directement d’intrants américains ou européens, et de ce fait exposés aux sanctions, semblent réticents à commercer avec la Russie, les entreprises retraitant ces produits semblent moins gênées.

Leurs sites internet témoignent de leurs efforts commerciaux récents en direction du marché russe. Plusieurs entreprises russes ont d’ailleurs communiqué sur leur manière de s’accommoder des produits chinois, certes moins performants. Les sanctions internationales et les incertitudes autour de l’économie russe ont cependant grevé certains pans des échanges bilatéraux.

Avec l’Ukraine, la relance de l’OTAN ?

Avec  l’Ukraine, la relance de l’OTAN ?

Jugée « en état de mort cérébrale » par Emmanuel Macron en 2021, l’OTAN se trouve aujourd’hui significativement revitalisée par le conflit russo-ukrainien. Par Julien Pomarède, Université Libre de Bruxelles (ULB)

 

 

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres. Dès lors, la guerre en Ukraine marquerait une nouvelle césure dans l’histoire de l’OTAN, à l’image de la fin de la guerre froide ou du 11 septembre 2001. Elle lui donnerait une nouvelle raison d’être, traduite par un renforcement de son dispositif militaire sur le flanc Est – la plus importante solidification de sa défense collective depuis la chute du bloc communiste.

En quoi consiste exactement cette relance de l’OTAN, et quelles en sont les limites ?

 Les mesures prises en réaction à la guerre en Ukraine sont incomparablement plus cohérentes, solides et consensuelles que les opérations dites de « gestion de crises » menées par l’Alliance depuis la fin de la guerre froide dans les Balkans (années 1990), en Libye (2011) et en Afghanistan (années 2000-2010).

Ces engagements militaires furent caractérisés par de fortes dissensions entre les États membres de l’OTAN sur les objectifs à atteindre, les ressources nécessaires et les procédures opérationnelles. Une des raisons essentielles à ces tensions multilatérales réside dans le fait que, dans la gestion de crises, l’OTAN combat des risques (terrorisme, instabilités régionales, piraterie, etc.) dont la dangerosité est différemment perçue selon les États membres.

Immanquablement, ces variations trouvent une traduction dans la conduite des opérations. Par exemple, certains États membres s’engagent davantage que d’autres dans telle ou telle mission, en effectifs et au sein des combats, selon qu’ils estiment ou non que ces missions constituent une priorité pour leur sécurité nationale.

[Près de 70 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du mondeAbonnez-vous aujourd’hui]

L’action de l’Alliance en Afghanistan a représenté le paroxysme de ces dissensions. Les disputes qui divisaient la mission de l’OTAN – la Force Internationale d’Assistance et de Sécurité (FIAS) – ont fragmenté l’effort allié, empêchant l’émergence d’une stratégie commune.

Officiellement, la FIAS luttait contre le terrorisme en menant des opérations de contre-insurrection. Mais cet objectif très général était entendu de manière hétérogène au sein de l’Alliance. De fait, il comportait beaucoup de sous-éléments concurrents (stabilisation militaire, lutte contre le trafic de drogue, reconstruction, etc.) et des différentiels d’engagement très significatifs parmi les États participants, en particulier entre les États-Unis et les Européens. Si bien qu’il était quasi impossible de déceler un but clair.

Ces difficultés ont participé à la défaite révélée aux yeux du monde entier en juin 2021, lorsque les talibans reprirent le contrôle de Kaboul.

La réaction de l’OTAN à la guerre en Ukraine contraste avec ce bilan mitigé.

Remontons là aussi un peu dans le temps. La séquence s’engage à partir de l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Il s’agit du point de bascule : l’OTAN se recentre alors sur son pilier historique, la défense collective, matérialisée dans l’article 5 du Traité fondateur de Washington (1949), dans lequel est stipulé qu’une agression armée contre l’un des États membres – perspective apparue envisageable au vu de la dégradation des relations russo-otaniennes à partir de 2014 – susciterait une réponse militaire collective de l’Alliance.

Trois sommets importants ont jalonné cette évolution. Au pays de Galles (2014), le Plan d’action réactivité de l’OTAN est adopté. Il inclut des mesures de réassurance à destination des pays d’Europe centrale et orientale. Les effectifs de la Force de réaction de l’OTAN sont triplés et on annonce la création, au sein de celle-ci, d’une composante à haut niveau de préparation, déployable sur un très court préavis.

Le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, le président ukrainien Petro Porochenko et le premier ministre britannique David Cameron le 4 septembre 2014 lors du sommet de l’OTAN à Newport (pays de Galles). Leon Neal/AFP

Le sommet de Varsovie (2016) consolide le recentrage sur la défense collective, en activant la présence rehaussée (Enhanced forward presence – EFP) de l’OTAN sur son flanc Est. Mise en place en 2017, cette force est composée de quatre bataillons multinationaux stationnés dans les trois pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) et en Pologne. Après février 2022, l’EFP est élargie à la Roumanie, à la Bulgarie, à la Hongrie et à la Slovaquie. En juin 2022, on compte entre 900 et 11 600 soldats en renfort dans chaque pays.

Enfin, le Sommet de Madrid (juin 2022) scelle cette évolution. Il marque l’adoption d’un nouveau Concept stratégique, texte boussole de l’Alliance, qui relègue la Russie du rang de partenaire à celui de première menace. Aussi, la Suède et la Finlande sont invitées à devenir membres, après que ces deux pays aient demandé l’adhésion.

La séquence allant de l’annexion de la Crimée à l’invasion de l’Ukraine est donc marquée par un recentrage sur ce qu’il y a de plus consensuel en sein de l’Alliance : une menace étatique, l’article 5, des mesures militaires qui ont un incontestable effet dissuasif. L’OTAN ne fait pas que dissuader, mais attire de nouveaux membres.

La phase de « mort cérébrale de l’OTAN », selon une expression détonante d’Emmanuel Macron en novembre 2019, semble soudain se dissiper, si bien que la débâcle afghane fait presque office de mauvais souvenir au moment de la résurgence de la menace russe. En bref, la géographie politico-militaire de l’OTAN, alors dispersée dans des opérations de gestion de crises allant jusqu’en Asie centrale, se clarifierait avec le retour du vieil ennemi et des schémas de dissuasion qui l’accompagnent.

Attention, toutefois, à ne pas tomber trop vite sous le charme du discours officiel, qui présente l’action actuelle de l’OTAN comme l’incommensurable succès d’une défense collective renforcée.

Souligner la différence entre les difficultés de la gestion de crises et les facilités présumées de la défense collective ne suffit pas pour comprendre la pérennité de l’OTAN et ses transformations. Cette dichotomie vaut jusqu’à un certain point, à commencer par la comparaison elle-même. Contrairement à l’Afghanistan, l’OTAN n’est pas en guerre en Ukraine, mais se situe dans une posture de dissuasion visant à empêcher une attaque russe contre l’un de ses pays membres. En cela, la présence avancée de l’OTAN n’a pas à pâtir des gigantesques difficultés opérationnelles et en matière de prise de décision inhérentes à la conduite d’une guerre en format multilatéral.

Ensuite, si la menace russe est perçue de manière plus consensuelle que d’autres catégories de risque comme le terrorisme, son niveau de dangerosité ne fait pas non plus l’unanimité. De fait, la défense collective reste le noyau dur de l’Alliance, mais sa mise en place n’est pas harmonieuse (ce qui n’était pas non plus le cas lors de la guerre froide, rappelons-le).

La Russie est certes qualifiée de « menace directe », surtout depuis février 2022. La déclaration commune issue du récent sommet de Madrid et la tonalité grave du nouveau concept stratégique concernant la Russie montre certes que les Alliés resserrent les rangs face à cette menace. Néanmoins, la raison d’être même d’un texte comme le concept stratégique est d’exposer au grand jour l’unité de l’Alliance autour de principes clefs. Ce qui ne signifie pas, pour autant, que les dissensions disparaissent, loin de là. Le retour post-2014 de la défense collective a ainsi été marqué par des divergences et des compromis entre, schématiquement, deux positions.

D’un côté, celle des pays d’Europe centrale et orientale (pays baltes, Pologne, Roumanie), souvent soutenus par les États-Unis, et partisans d’une posture militaire ferme et consolidée contre la Russie. De l’autre, celle des pays d’Europe de l’Ouest (France, Allemagne, Espagne), favorables à une politique de dissuasion modérée laissant ouvert le dialogue avec la Russie et écartant le risque d’une escalade.

Les négociations ayant débouché sur le déploiement de la présence avancée de l’OTAN résultèrent d’un compromis entre les deux positions.

Les premiers souhaitaient l’installation de bases militaires permanentes sur leur territoire afin d’afficher une politique de dissuasion soutenue contre la Russie. Les seconds désapprouvaient, car ils y voyaient une mesure exagérée, susceptible d’engendrer une escalade, et se situant en porte-à-faux par rapport à l’Acte fondateur de la coopération OTAN-Russie (1997), qui exclut tacitement l’installation de structures militaires permanentes chez les futurs membres.

Les Alliés en vinrent donc au compromis suivant : la présence avancée serait « permanente mais rotationnelle ». La force serait physiquement présente mais ses contingents seraient sujets à rotation tous les quelques mois, ce qui satisfaisait les deux orientations.

Le fonctionnement militaire même de l’EFP s’innerve de ces différences de points de vue. L’EFP se fonde sur le principe de la « dissuasion par représailles » ( « deterrence by punishment »). Elle ne vise pas le déploiement d’une force militaire suffisamment importante pour rendre immédiatement inopérante une attaque potentielle et saper toute confiance chez l’agresseur en le succès initial de son action armée (la « dissuasion par interdiction » – « deterrence by denial » – l’option initialement promue par les pays baltes par exemple). Il s’agit plutôt de laisser peser la probabilité d’une réplique ultérieure qui augmenterait de manière considérable le coût initial de l’agression.

En cela, les effectifs modérés déployés dans l’EFP en font une présence qui n’a pas pour but d’infliger à la Russie des dommages inacceptables dès les premiers affrontements. L’EFP se conçoit davantage comme un « fil piège » (« trip wire »), qui, une fois franchi (ou plutôt attaqué) déclencherait la réponse militaire complète de l’OTAN, à savoir la mobilisation de sa Force de réaction. De facto, la dissuasion par représailles était la seule option consensuelle possible, car le fruit d’un compromis entre les pays souhaitant une présence substantielle de l’OTAN sur le flanc Est et ceux qui y voient une mesure d’escalade.

En effet, prétendre refouler instantanément, disons d’un État balte, une armée de la taille et de la puissance de feu de celle de la Russie impliquerait d’y déployer une force militaire considérable. Ce qui est, financièrement et politiquement, inenvisageable pour la plupart des Alliés. Ainsi, le renforcement de l’EFP avec quatre bataillons supplémentaires en réaction à l’invasion de l’Ukraine, ainsi que l’annonce au Sommet de Madrid d’une présence américaine renforcée en Europe, se situent dans la continuité de ce compromis.

Par conséquent, cette logique de compromis comporte aussi certaines limites, la plus importante d’entre elles étant la crédibilité des représailles. Se montrer résolu à répliquer est essentiel dans une logique de dissuasion, en particulier dans l’option de la dissuasion par représailles. Celle-ci dépend largement du message envoyé, qui se doit de véhiculer une détermination à user de la force de manière élargie afin de faire payer au prix fort le choix d’une attaque. Or, construire ce discours commun et cohérent dans le cadre d’une politique de dissuasion face à la Russie reste un défi pour l’OTAN, en raison précisément des différences de perception de cette menace entre les États membres.

À terme, l’étalement public récurrent des critiques que s’adressent ces derniers à ce sujet risque d’écorner la crédibilité de la dissuasion otanienne. Mentionnons simplement les reproches réguliers adressés par la Pologne ou les États baltes à l’Allemagne ou la France, accusées de se montrer trop complaisantes vis-à-vis de Moscou.

De ce fait, certains spécialistes doutent de la capacité réelle de l’OTAN à répliquer comme elle le clame officiellement. Par exemple, si la Russie décidait de cibler les contingents norvégiens ou luxembourgeois stationnés en Lituanie pour mettre sous pression la solidarité alliée, l’Allemagne, également présente en Lituanie, y réagirait-elle militairement au risque d’une escalade guerrière ? Ce scénario est certes peu probable, mais pas non plus inenvisageable, étant donné la persistance des menaces de la Russie à l’égard du camp occidental. Ainsi, en déployant des unités aux frontières d’une Russie agressive et en affichant dans le même temps ses dissensions internes, l’OTAN ne fait pas que renforcer sa posture mais prend aussi un risque : s’exposer à des attaques de basse intensité sur ses effectifs, qui ne rentreraient pas parfaitement dans le cadre de l’article 5 et rendraient, par extension, une réponse très délicate à définir.

Schématiquement, la non-action minerait la crédibilité de l’EFP, et la réplique, même limitée, pourrait être prétexte à l’escalade. À terme, des divisions trop explicites pourraient laisser entrevoir au sein de la politique de dissuasion de l’Alliance des poches de vulnérabilités qui, si exploitées, pourraient avoir des effets conséquents sur la crédibilité plus large de l’OTAN.

En conclusion, s’il paraît clair que le retour de la défense collective au sein de l’OTAN contraste dans sa cohérence avec la gestion de crises, la différence ne doit pas être exagérée. Ces deux piliers de l’Alliance partagent un socle commun en matière de négociations multilatérales. Ils résultent de jeux de compromis entre les États membres et présentent tous deux des limites.

La guerre en Ukraine n’a pas sauvé l’OTAN. Celle-ci n’était tout simplement pas en danger de mort – n’oublions pas que le projet « OTAN 2030 » naît sur la fin, pourtant peu glorieuse, des opérations en Afghanistan… Toutefois, l’invasion russe a clairement redynamisé l’Alliance.

Les tensions, les compromis et les ambiguïtés font partie de la vie multilatérale de l’OTAN. Il ne faut pas y voir une contradiction, mais plutôt une normalité. La défense collective, tout autant que la gestion de crises, n’échappe pas à cette réalité. En somme, plutôt que d’assister à une nouvelle guerre froide salvatrice pour une Alliance qui aurait été en perte de repères, comme certains le clament trop rapidement, nous sommes les témoins d’une actualisation des logiques d’inimitiés où se mêlent vieilles rivalités interétatiques et perceptions plus mouvantes des risques.

______

Par Julien Pomarède, Docteur et chercheur en sciences politiques et sociales – Sécurité internationale, Université Libre de Bruxelles (ULB).

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Aveugles: UN IMPLANT AVEC DES CELLULES DE PEAU DE COCHON

Aveugles: UN IMPLANT   AVEC DES CELLULES DE PEAU DE COCHON

D’après BFM des chercheurs affirment vouloir concevoir une solution abordable et facilement pour tous.

Des premiers résultats plus qu’encourageants. Une équipe de l’université de Linköping, en Suède, a annoncé dans Nature Biotechnology avoir réussi à rendre la vue à trois personnes non-voyantes. Cette avancée, dévoilée le 11 août dernier, a été rendue possible grâce à un implant conçu à partir de cellule de peau de cochon.

Ces cornées artificielles ont été installées sur vingt patients volontaires atteints d’un kératocône. Quatorze d’entre eux étaient devenus aveugles des suites de cette maladie évolutive. Si trois ont obtenu une vision complète grâce à l’implant, tous ont en partie retrouvé la vue.

Des solutions existent déjà pour les personnes qui souffrent de cette maladie, mais nécessitent des greffons humains, comme l’explique Sciences et Avenir. L’intérêt d’utiliser des cellules de peau de cochons est qu’il s’agit d’une matière première facile à trouver, et qui peut donc être accessible plus rapidement pour les plus de 12 millions de personnes qui seraient aveugles à cause d’un kératocône.

 

Politique: Rompre totalement les relations avec les dictatures

Politique: Rompre totalement les relations avec les dictatures

 

Du fait notamment de la crise économique, nombre de pays de dictature ou de régime autoritaire profitent  de la situation pour durcir encore le champ des libertés voire la répression , la torture et même le crime.

La plupart du temps, on fait jouer la corde nationaliste pour donner une légitimité au renforcement de l’autoritarisme. C’est parce qu’il est supposé être attaqué de l’extérieur que les mesures d’exception s’imposent. Au-delà des velléités territoriales qui ambitionnent de modifier la géographie politique se pose surtout le combat entre deux types de civilisation. La civilisation archaïque de type néo-néandertalien qui considère que les citoyens ne sont pas compétents pour orienter  les décisions de leur pays et qui confient  à une poignée d’oligarques profiteurs (ou se font imposer) le soin de prendre toutes les décisions. Pour preuve, dans la plupart des pays à caractère autoritaire, les dirigeants ont sagement placé les ressources détournées dans les pays libres. Une sorte de confirmation du caractère illégal du détournement des richesses et de la peur d’un changement de régime un jour. 

Il ne sert pas à grand-chose de prendre des sanctions très parcellaires qui en réalité sont vite détournées par les responsables des pays visés, aidés aussi par un système financier international plus que complaisant.

Les pays démocratiques ont les faiblesses de leurs vertus. Les décisions qui y sont prises sont plus complexes et plus longues à prendre que dans les dictatures. En outre, les pays démocratiques s’interdisent d’utiliser les actions criminelles mettant en cause notamment la vie et les droits des populations civiles.

Fondamentalement, c’est une guerre culturelle qui est en cause, celle des primitifs moyenâgeux qui utilisent la terreur pour maintenir leur pouvoir et celle des défenseurs des libertés qui ne peuvent transiger sur les droits individuels et collectifs.

Le dialogue est impossible entre ces deux types de régimes. Le développement du commerce international n’a pas permis de faire évoluer les dictatures. D’une certaine manière au contraire , il a rendu possible son renforcement et même son développement géographique.

Du coup, il conviendrait sans doute de rompre tous liens commerciaux avec les pays qui bafouent la modernité et en particulier le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes autant que les autres libertés individuelles et collectives.

En clair, cela signifie la rupture totale à terme mais programmé des échanges commerciaux . avec des régimes criminels comme la Chine, la Russie, la Turquie, le Brésil, la Corée du Nord en particulier.

Il y a notamment deux exemples du caractère très pervers de la mondialisation essentiellement soutenue par les grands intérêts financiers occidentaux.  En Chine par exemple, le pays a pu concurrencer le monde entier grâce à la délocalisation organisée par les multinationales occidentales . La Chine a pu s’emparer des nouvelles technologies et devenir particulièrement compétitive mais sans changer d’un iota bien au contraire la mainmise du parti communiste sur les libertés. L’Occident est de fait  complice du renforcement de l’autoritarisme chinois.

Autre exemple, l’Europe qui s’est rendue complètement dépendante du pétrole et surtout du gaz russe assurant ainsi les ressources considérables à la mafia des politiques et autres oligarques qui pillent le pays en toute tranquillité grâce à la terreur que fait régner Poutine.

Notons que derrière l’ambition idéologique se dissimule le plus souvent des intérêts mafieux des dirigeants et de leur entourage . Exemple,Vladimir Poutine ne vivrait d’ailleurs que de son salaire de chef de l’État qui est de 11 000 euros par mois. Mais le consortium de médias occidentaux, qui a travaillé plusieurs années sur le sujet, révèle qu’en réalité le chef du Kremlin serait à la tête d’un empire colossal de 4,5 milliards d’euros.


Selon la plateforme « Autour de la France », la fortune <https://www.celebritynetworth.com/richest-politicians/presidents/xi-jinping-net-worth/> de l’actuel président chinois s’élève à 1 million de dollars. mais l faut prendre en compte la fortune dissimulée au sein de la famille du président.

D’après les documents publics compilés par Bloomberg, ces intérêts attribués à la sœur aînée de Xi, Qi Qiaoqiao, son beau-frère Deng Jiagui ainsi que leur fille Zhang Yannan se seraient développés en même temps que le clan « montait les échelons au sein du Parti communiste chinois ». Ils s’étendraient aujourd’hui dans les domaines de la téléphonie mobile, de l’immobilier, des minerais ou encore des terres rares.

La famille posséderait, par ailleurs, une villa estimée à 31 millions de dollars à Hong Kong et six autres propriétés dans l’ancienne colonie britannique pour une valeur cumulée de 24 millions de dollars.

 

Notons que le salaire moyen en Russie comme en Chine tournent pendant ce temps-là autour de 800 € mensuels !

 

Géopolitique- Rompre totalement avec les dictatures

 

Géopolitique- Rompre les relations avec les dictatures

 

Du fait notamment de la crise économique, nombre de pays de dictature ou de régime autoritaire profitent  de la situation pour durcir encore le champ des libertés voire la répression , la torture et même le crime.

La plupart du temps, on fait jouer la corde nationaliste pour donner une légitimité au renforcement de l’autoritarisme. C’est parce qu’il est supposé être attaqué de l’extérieur que les mesures d’exception s’imposent. Au-delà des velléités territoriales qui ambitionnent de modifier la géographie politique se pose surtout le combat entre deux types de civilisation. La civilisation archaïque de type néo-andertalien qui considère que les citoyens ne sont pas compétents pour orienter  les décisions de leur pays et qui confient  à une poignée d’oligarques profiteurs (ou se font imposer) le soin de prendre toutes les décisions. Pour preuve, dans la plupart des pays à caractère autoritaire, les dirigeants ont sagement placé les ressources détournées dans les pays libres. Une sorte de confirmation du caractère illégal du détournement des ressources et de la peur d’un changement de régime un jour. 

Il ne sert pas à grand-chose de prendre des sanctions très parcellaires qui en réalité sont vite détournées par les responsables des pays visés, aidés aussi par un système financier inter national plus que complaisant.

Les pays démocratiques ont les faiblesses de leurs vertus. Les décisions qui y sont prises sont plus complexes et plus longues à prendre que dans les dictatures. En outre, les pays démocratiques s’interdisent d’utiliser les actions criminelles mettant en cause notamment la vie et les droits des populations civiles.

Fondamentalement, c’est une guerre culturelle qui est en cause, celle des primitifs moyenâgeux qui utilisent la terreur pour maintenir leur pouvoir et celle des défenseurs des libertés qui ne peuvent transiger sur les droits individuels et collectifs.

Le dialogue est impossible entre ces deux types de régimes. Le développement du commerce international n’a pas permis de faire évoluer les dictatures. D’une certaine manière au contraire , il a rendu possible son renforcement et même son développement géographique.

Du coup, il conviendrait sans doute de rompre tous liens commerciaux avec les pays qui bafouent la modernité et en particulier le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes autant que les autres libertés individuelles et collectives.

En clair, cela signifie la rupture totale à terme mais programmé des échanges commerciaux . avec des régimes criminels comme la Chine, la Russie, la Turquie, le Brésil, la Corée du Nord en particulier.

Il y a notamment deux exemples du caractère très pervers de la mondialisation essentiellement soutenue par les grands intérêts financiers occidentaux.  En Chine par exemple, le pays a pu concurrencer le monde entier grâce à la délocalisation organisée par les multinationales. La Chine a pu s’emparer des nouvelles technologies et devenir particulièrement compétitive mais sans changer d’un iota bien au contraire la mainmise du parti communiste sur les libertés. L’Occident est de fait  complice du renforcement de l’autoritarisme chinois.

Autre exemple, l’Europe qui s’est rendue complètement dépendante du pétrole et surtout du gaz russe assurant ainsi les ressources considérables à la mafia des politiques et autres oligarques qui pillent le pays en toute tranquillité grâce à la terreur que fait régner Poutine.

Notons que derrière l’ambition idéologique se dissimule le plus souvent des intérêts mafieux des dirigeants et de leur entourage . Exemple,Vladimir Poutine ne vivrait d’ailleurs que de son salaire de chef de l’État qui est de 11 000 euros par mois. Mais le consortium de médias occidentaux, qui a travaillé plusieurs années sur le sujet, révèle qu’en réalité le chef du Kremlin serait à la tête d’un empire colossal de 4,5 milliards d’euros.


Selon la plateforme « Autour de la France », la fortune <https://www.celebritynetworth.com/richest-politicians/presidents/xi-jinping-net-worth/> de l’actuel président chinois s’élève à 1 million de dollars.

Notons que le salaire moyen en Russie comme en Chine tournent pendant ce temps-là autour de 800 € mensuels !

 

Géopolitique- Rompre les relations économiques avec les dictatures

Géopolitique- Rompre les relations avec les dictatures

 

Du fait notamment de la crise économique, nombre de pays de dictature ou de régime autoritaire profitent  de la situation pour durcir encore le champ des libertés voire la répression , la torture et même le crime.

La plupart du temps, on fait jouer la corde nationaliste pour donner une légitimité au renforcement de l’autoritarisme. C’est parce qu’il est supposé être attaqué de l’extérieur que les mesures d’exception s’imposent. Au-delà des velléités territoriales qui ambitionnent de modifier la géographie politique se pose surtout le combat entre deux types de civilisation. La civilisation archaïque de type néo-andertalien qui considère que les citoyens ne sont pas compétents pour orienter  les décisions de leur pays et qui confient  à une poignée d’oligarques profiteurs (ou se font imposer) le soin de prendre toutes les décisions. Pour preuve, dans la plupart des pays à caractère autoritaire, les dirigeants ont sagement placé les ressources détournées dans les pays libres. Une sorte de confirmation du caractère illégal du détournement des ressources et de la peur d’un changement de régime un jour. 

Il ne sert pas à grand-chose de prendre des sanctions très parcellaires qui en réalité sont vite détournées par les responsables des pays visés, aidés aussi par un système financier inter national plus que complaisant.

Les pays démocratiques ont les faiblesses de leurs vertus. Les décisions qui y sont prises sont plus complexes et plus longues à prendre que dans les dictatures. En outre, les pays démocratiques s’interdisent d’utiliser les actions criminelles mettant en cause notamment la vie et les droits des populations civiles.

Fondamentalement, c’est une guerre culturelle qui est en cause, celle des primitifs moyenâgeux qui utilisent la terreur pour maintenir leur pouvoir et celle des défenseurs des libertés qui ne peuvent transiger sur les droits individuels et collectifs.

Le dialogue est impossible entre ces deux types de régimes. Le développement du commerce international n’a pas permis de faire évoluer les dictatures. D’une certaine manière au contraire , il a rendu possible son renforcement et même son développement géographique.

Du coup, il conviendrait sans doute de rompre tous liens commerciaux avec les pays qui bafouent la modernité et en particulier le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes autant que les autres libertés individuelles et collectives.

En clair, cela signifie la rupture totale à terme mais programmé des échanges commerciaux . avec des régimes criminels comme la Chine, la Russie, la Turquie, le Brésil, la Corée du Nord en particulier.

Il y a notamment deux exemples du caractère très pervers de la mondialisation essentiellement soutenue par les grands intérêts financiers occidentaux.  En Chine par exemple, le pays a pu concurrencer le monde entier grâce à la délocalisation organisée par les multinationales. La Chine a pu s’emparer des nouvelles technologies et devenir particulièrement compétitive mais sans changer d’un iota bien au contraire la mainmise du parti communiste sur les libertés. L’Occident est de fait  complice du renforcement de l’autoritarisme chinois.

Autre exemple, l’Europe qui s’est rendue complètement dépendante du pétrole et surtout du gaz russe assurant ainsi les ressources considérables à la mafia des politiques et autres oligarques qui pillent le pays en toute tranquillité grâce à la terreur que fait régner Poutine.

Notons que derrière l’ambition idéologique se dissimule le plus souvent des intérêts mafieux des dirigeants et de leur entourage . Exemple,Vladimir Poutine ne vivrait d’ailleurs que de son salaire de chef de l’État qui est de 11 000 euros par mois. Mais le consortium de médias occidentaux, qui a travaillé plusieurs années sur le sujet, révèle qu’en réalité le chef du Kremlin serait à la tête d’un empire colossal de 4,5 milliards d’euros.


Selon la plateforme « Autour de la France », la fortune <https://www.celebritynetworth.com/richest-politicians/presidents/xi-jinping-net-worth/> de l’actuel président chinois s’élève à 1 million de dollars.

Notons que le salaire moyen en Russie comme en Chine tournent pendant ce temps-là autour de 800 € mensuels !

 

Rompre les relations avec les dictatures

Engager un processus de rupture commerciale totale avec toutes les dictatures

 

Du fait notamment de la crise économique, nombre de pays de dictature ou de régime autoritaire profitent  de la situation pour durcir encore le champ des libertés voire la répression , la torture et même le crime.

La plupart du temps, on fait jouer la corde nationaliste pour donner une légitimité au renforcement de l’autoritarisme. C’est parce qu’il est supposé être attaqué de l’extérieur que les mesures d’exception s’imposent. Au-delà des velléités territoriales qui ambitionnent de modifier la géographie politique se pose surtout le combat entre deux types de civilisation. La civilisation archaïque de type néo-andertalien qui considère que les citoyens ne sont pas compétents pour orienter  les décisions de leur pays et qui confient  à une poignée d’oligarques profiteurs (ou se font imposer) le soin de prendre toutes les décisions. Pour preuve, dans la plupart des pays à caractère autoritaire, les dirigeants ont sagement placé les ressources détournées dans les pays libres. Une sorte de confirmation du caractère illégal du détournement des ressources.

Il ne sert pas à grand-chose de prendre des sanctions très parcellaires qui en réalité sont vite détournées par les responsables des pays visés, aidés aussi par un système financier inter national plus que complaisant.

Les pays démocratiques ont les faiblesses de leurs vertus. Les décisions qui y sont prises sont plus complexes et plus longues à prendre que dans les dictatures. En outre, les pays démocratiques s’interdisent d’utiliser les actions criminelles mettant en cause notamment la vie et les droits des populations civiles.

Fondamentalement, c’est une guerre culturelle qui est en cause, celle des primitifs moyenâgeux qui utilisent la terreur pour maintenir leur pouvoir et celle des défenseurs des libertés qui ne peuvent transiger sur les droits individuels et collectifs.

Le dialogue est impossible entre ces deux types de régimes. Le développement du commerce international n’a pas permis de faire évoluer les dictatures. D’une certaine manière au contraire , il a rendu possible son renforcement et même son développement géographique.

Du coup, il conviendrait sans doute de rompre tous liens commerciaux avec les pays qui bafouent la modernité et en particulier le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes autant que les autres libertés individuelles et collectives.

En clair, cela signifie la rupture totale à terme mais programmé des échanges commerciaux de toute nature avec des régimes criminels comme la Chine, la Russie, la Turquie, le Brésil, la Corée du Nord en particulier.

Régénération cellulaire possible avec les nouvelles technologies ?

Régénération cellulaire possible avec les nouvelles technologies ?

Pour la première fois, un morceau de tissu humain imprimé en 3D a été implanté sur une patiente, ouvrant la voie à la régénération du corps en imprimant ses propres cellules. Pour des greffons accessibles, naturels avec zéro rejet. ( un papier de la Tribune )

 

C’est une première pour la communauté scientifique et médicale. En mars dernier, une équipe américaine a implanté sur une patiente un pavillon d’oreille biologique imprimé en 3D. La greffe visait à corriger la malformation congénitale d’une des oreilles due à ce qu’on appelle la microtie. Fabriquée par la biotech américaine 3DBio Therapeutics, l’implant a été imprimé avec des cellules de cartilage de la patiente. Auparavant la biotech avait aussi imprimé une coque de la même forme que l’autre oreille. Une coque pour que le mélange de cellules et gel de collagène imprimés garde la bonne forme du pavillon en se développant. Faite de matériaux biodégradables, cette coque sera intégrée au corps de la patiente au fil du temps pour laisser libre ce nouveau pavillon d’oreille vivant. Suite à ce premier succès, 3DBio Therapeutics lance un essai clinique à Los Angeles (Californie) et San Antonio (Texas) sur onze patients atteints de microtie.

L’impression de cartilage

Si l’essai décrit est confirmé par les publications à venir, cette greffe de tissus biologiques imprimés fait partie des grandes innovations médicales attendues. La biotech américaine est restée avare sur les détails de sa technologie, mais l’annonce semble sérieuse alors que 3DBio Therapeutics travaille sur l’impression de cartilage depuis plusieurs années. En France, notre pionnière de l’impression de tissus biologique Proietis est également sur les rangs. Elle devrait implanter le premier morceau de peau imprimée en 3D à l’hôpital de Marseille en fin d’année.

Le principe de l’impression biologique semble simple : cultiver différents types de cellules de peau ou de cartilage afin d’obtenir des « encres » biologiques à imprimer en D. En réalité, il s’agit d’une bio technologie très complexe qui a demandé des années de mise au point. D’une part, les cellules sont vivantes et doivent le rester pendant l’impression et après. L’imprimante doit éviter toute contamination microbienne ou chimique qui dégraderait le tissu. Les différentes cellules doivent toutes être imprimées dans le bon ordre pour fonctionner entre elles comme dans notre organisme. Elles doivent aussi disposer des ressources nécessaires pour survivre le temps que le tissu soit utilisé.

L’unité Inserm BIOTIS travaille sur l’impression de tissus biologiques en 3D. Elle imprime notamment des tumeurs cancéreuses pour comprendre comment elles se développent et à quoi elles réagissent. « Avec ces encres biologiques, les tissus évoluent une fois imprimés et il faut bien comprendre comment, souligne son directeur Jean-Christophe Fricain. Ils doivent aussi être alimentés en oxygène et en nutriments pour survivre. Imprimés en couches fines, on peut les alimenter de l’extérieur in vitro et in vivo le corps les revascularisera une fois qu’ils seront implantés. Mais imprimer un organe plus épais nécessiterait d’y adjoindre un circuit veineux vasculaire hiérarchisé à raccorder aux vaisseaux du patient ce qui est un nouveau défi à relever. »

Autorisation réglementaire

Si certains labos et biotechs impriment des tissus biologiques depuis quelques années, ils sont utilisés dans le cadre d’analyses et de recherches. Jusqu’à l’expérience 3DBio Therapeutics, personne n’avait encore reçu l’autorisation réglementaire de les implanter sur des patients. Car l’opération nécessite des autorisations strictes comme dans le cadre des médicaments.

Depuis 2016, la biotech française Proietis imprime de la peau destinée aux recherches pharma, aux tests toxicologiques et à la cosmétique. Elle est passée au stade supérieur en novembre dernier en installant sa plateforme de bio impression dans un hôpital de Marseille pour lancer des essais cliniques. Là encore, un implant de peau imprimée sera une première. Mais l’exercice nécessite de convaincre les instances sanitaires très vigilantes sur sujet : le procédé d’impression doit être conforme aux bonnes pratiques de fabrication (BPF) du médicament pour que le morceau greffé au patient soit parfaitement sans danger.

« Nous sommes en train de boucler le dossier de demande d’essai clinique avec l’APHM (1), affirme le CEO Fabien Guillemot. Avec les essais précliniques sur des souris, nous avons vérifié la capacité à suturer cette peau imprimée et sa bonne prise sur la plaie de l’implant. Nous pensons envoyer la demande d’essai en septembre et, grâce à la procédure fast track, nous pourrions obtenir l’autorisation en fin d’année. » Comme avec de nombreuses biotechnologies aux tarifs difficiles à supporter par les systèmes de santé, ce nouveau traitement posera la question du modèle économique, alors que cultiver des cellules vivantes ou modifier des gènes coûte bien plus cher que le travail de substances chimiques. « Nous avons cherché des moyens de maîtriser le coût de cette nouvelle technologie. Nous proposons d’implanter nos plateformes dans les plus grands hôpitaux afin de produire là où on implante sans coûts de conservation et de transport. En imprimant les propres cellules de peau du patient, nous évitons aussi tout phénomène de rejet. »

Ces premiers essais cliniques, actuels et à venir, font déjà rêver d’une médecine capable d’imprimer des cœurs et des foies en 3D pour remplacer les organes malades, mais on en est encore vraiment très loin. Le laboratoire de recherche CNRS 3DFab étudie les différentes applications de la fabrication 3D en santé : « Si l’on sait imprimer des tissus simples, on ne maîtrise pas du tout la fabrication de ceux qui, par exemple, filtrent le sang ou produisent des substances nécessaire au corps, affirme le Dr Christophe A. Marquette, Directeur adjoint du laboratoire. On va déjà avoir besoin de cinq ou dix ans pour greffer couramment la peau ou le cartilage. Mais de bien plus encore pour pouvoir implanter des organes plus complexes. » En mars dernier, des chercheurs de l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) ont imprimé des cellules hépatiques pour créer un tout petit foie au fonctionnement proche d’un organe naturel. Mais l’organe n’était vraisemblablement pas vascularisé pour survivre et lorsque l’on saura fabriquer des foies ou des reins valides, encore faudra-t-il leur apprendre à fonctionner. « Aujourd’hui, la science travaille sur des systèmes de développement in vitro des organes. Au-delà de leur impression, ils doivent être capables d’entrer en fonction comme ceux d’un embryon. Fabriquer et mettre en service ce type d’organe devrait impliquer des coûts très élevés au regard des volumes que l’on pourra vendre. »

En attendant les peaux et les cartilages imprimés – alors que la Chine travaille sur l’impression de vaisseaux sanguins – l’impression 3D au service de la médecine permet déjà de fabriquer des structures pour des greffons sur mesure. Ces coques sont imprimées dans des matériaux naturels type silicone. On y injecte les cellules du patient pour qu’elles se multiplient dans un milieu adapté et à la bonne forme. C’est le cas des bioprothèses mammaires de la biotech française Healshape, des prothèses faites des cellules du corps lui-même qui reprennent la forme souhaitée après une mastectomie (voir article de La Tribune ).

Tout jeune, mais en pleine expansion, le marché semble prometteur. Data Bridge Market Research estime que ce marché des tissus imprimés en 3D devrait connaître une croissance à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 14,32 % entre 2021 et 2028. Il se développerait en médecine régénérative sous l’effet des maladies chroniques et du vieillissement de la population nécessitant davantage de régénérations.

(1) APHM : Assistance publique hôpitaux de Marseille

Un influenceur youtubeur disparaît avec la caisse des cryptomonnaies

Un influenceur  youtubeur disparaît avec  la caisse des cryptomonnaies

 

Encore plusieurs centaines de personne arnaquées par un influenceur de placements de cryptommonnaies sur internet.

Sous le pseudo « Crypto Gouv », l’homme « a créé une chaîne Youtube dans laquelle il proposait des explications sur la manière d’investir en commun dans des projets en cryptomonnaie et NFT sur Discord et Telegram » (deux applications de messagerie), explique à l’AFP l’avocat au barreau de Lyon.

L’enquête, ouverte notamment pour escroquerie, a été confiée à la section de recherche de Paris.

Les arnaques au cryptomonnaies ont le vent en poupe. Selon les régulateurs AMF et ACPR, en charge de la protection des épargnants, les arnaques aux cryptos explosent, avec un préjudice moyen qui a doublé en quelques mois, de 20.000 à 40.000 euros.

Pour opérer en France, une entreprise doit faire la demande du statut « PSAN » (prestataire de services sur les actifs numériques) auprès de l’AMF (Autorité des marchés financiers).

Autre fléau dans le monde des cryptomonnaies, celui du blanchiment d’argent via ces nouveaux réseaux. En particulier dans le secteur de la Finance Décentralisée (DeFi), celui aurait cru de 263% au cours des deux premiers trimestres 2022, selon les données de CryptoMonday.

En 2021, les escroqueries aux cryptomonnaies ont atteint 7,7 milliards de dollars dérobés dans le monde, soit une augmentation de 81% par rapport à 2020 – année en fort recul pendant la pandémie par rapport à 2019, selon le cabinet Chainalysis.

 

Covid France 7 juillet 2022 : haut niveau avec +154.615 nouveaux cas confirmés en 24h.

Covid France 7 juillet 2022 :  haut niveau avec +154.615 nouveaux cas confirmés en 24h.

 

 

Covid France 7 juillet 2022 :  haut niveau avec +154.615 nouveaux cas confirmés en 24h.

On enregistre mercredi 6 juillet 2022 +154.615 nouveaux cas confirmés en 24h, 149.854 morts au total, +53 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.912 (+7) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 120.942 (+46 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,45 le taux d’incidence à 1.153,34 et la tension hospitalière à 20,3 %. Le taux de positivité est à 13,1 %.

La France compte actuellement 17.496 (+455) personnes hospitalisées et 1.027 (+23) malades en réanimation.

Compte tenu de la tendance actuelle favorable et la baisse des principaux indicateurs, à partir du 11 juin 2022, les indicateurs COVID-19 produits par Santé publique France seront actualisés sur Géodes et data.gouv.fr tous les jours à l’exception des week-end et des jours fériés.

Bilan des régions :

  • Ile-de-France : 4.842 (+83) hospitalisées, 347 (+6) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Grand Est : 1.135 (+45) hospitalisés, 73 (+2) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.499 (+40) hospitalisés, 94 (-8) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 1.709 (+12) hospitalisés, 84 (-3) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.407 (+57) hospitalisé, 67 (-3) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Bretagne: 665 (+32) hospitalisés, 34 (+3) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Normandie : 1.110 (+13) hospitalisés, 41 (+7) en réanimation et -1 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.231 (+54) hospitalisés, 63 (+8) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 506 (+20) hospitalisés, 34 (-5) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Occitanie: 1.370 (+36) hospitalisés, , 80 (+12) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 714 (+41) hospitalisés, 36 (+3) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 710 (+16) hospitalisés, 36 (+3) en réanimation et +2 décès en 24h

Covid: les chiffres explosent avec 200.000 cas positifs en 24 heures

Covid: les chiffres explosent avec 200.000 cas positifs en 24 heures

il y a déjà un moment que les chiffres progressent de manière exponentielle en quelques jours;  on a ainsi constaté un doublement des cas de contamination quotidien sont passés de 60 000 en moyenne quotidienne sur une semaine à 120 000. Et pour toute réponse la première ministre a proposé de rétablir un pass aux frontières.  Autant dire pas grand-chose alors que la situation aurait dû provoquer une mobilisation du gouvernement pour remettre en place des mesures d’hygiène et de vaccination.

Pour le ministre de la Santé François Braun. La septième vague épidémique « augmente ces derniers jours » et « nous enregistrons de l’ordre de 120.000 cas (par jour) en moyenne cette dernière semaine, avec un nombre de cas qui devrait légèrement dépasser les 200.000 ce soir », a déclaré le ministre en ouverture d’une discussion sur le projet de loi « de veille et de sécurité sanitaire ».

Face à un virus qui « circule plus et plus vite, nous devons protéger la population et veiller au retentissement de cette reprise sur le système de santé », a plaidé le ministre devant la commission des Lois, au lendemain de sa nomination dans le gouvernement Borne II.

Mais ar peur sans doute de l’opinion publique notamment des vacanciers, le gouvernement s’est limité à des recommandations là où  des contraintes aurait dû être imposées notamment dans les lieux publics. Pire, le bavard ministre de la communication Olivier vétéran se réjouit même de la levée de toutes les contraintes dans le prochain projet de loi seulement rétablir le pas aux frontières.

« …. tous les autres dispositifs de lutte contre l’épidémie (…) ne font plus partie de ce projet de loi », a-t-il confirmé. ! Ainsi, le texte ne prévoit pas de prolonger au-delà du 31 juillet la possibilité de rétablir l’état d’urgence sanitaire, ni un pass sanitaire ou vaccinal pour restreindre l’accès à certains lieux ou rassemblements.

Hausse des taux: cohérente avec les fondamentaux économiques

 Hausse des taux: cohérente avec les fondamentaux économiques

 

Les turbulences boursières récentes reflètent un contexte économique fragile marqué par la forte inflation. Une situation qui tranche avec l’évolution des cours pendant la pandémie de Covid. Par Vincent Fromentin, Université de Lorraine

 

Tribune

 

La bourse danse tel un voilier sur la houle qui navigue à vue ! Les marchés financiers mondiaux sont en baisse depuis ces dernières semaines, malgré de légers soubresauts d’optimisme. Le CAC 40 a perdu environ 19 % depuis le début de l’année 2022. L’Euro Stoxx 50 (indice de référence des marchés de la zone euro) chute de 20 % en 6 mois. Aux États-Unis, l’indice S&P 500 plonge de 23 %.

Les investisseurs aiment anticiper mais ils n’aiment pas l’incertitude… Les variations de la bourse sont donc régies par les anticipations des agents économiques et des investisseurs. Autrement dit, la valeur d’une action reflète principalement les anticipations de résultats d’une entreprise, la vigueur de l’économie mondiale et le momentum de marché (le taux d’accélération du prix d’un titre).

Ces dernières semaines, la deuxième dimension a pris le dessus au regard du contexte politique, économique et financier : guerre en Ukraine, ralentissement économique en Chine, problèmes sur les chaînes d’approvisionnement, forte inflationremontées des taux d’intérêt, fragmentation des dettes souveraines, envolée du « spread » italien… La plupart des voyants « macro » sont dans le rouge ; la bourse aussi.

La macro-finance étudie la relation entre les prix des actifs et les fluctuations économiques ; entre « la bourse et la vie ». Les prix des actifs correspondent à une prime de risque (supplément de rendement par rapport à un actif sans risque) importante, variable dans le temps et corrélée au cycle économique. Les prix des actions et les rendements des actifs sont donc souvent corrélés aux cycles économiques et aux variations des fondamentaux macroéconomiques.

Les rendements boursiers aident également à prévoir les événements macroéconomiques tels que la croissance du PIB, le chômage et l’inflation. On comprend alors que la connexion ou la déconnexion et la causalité entre les variables macroéconomiques et le marché boursier reste une question centrale pour les universitaires, les décideurs politiques, les investisseurs ou les gestionnaires de fonds.

On cherche à solutionner le paradoxe de l’œuf et de la poule. En effet, on peut se demander si les marchés boursiers sont en avance ou en retard sur les fondamentaux macroéconomiques. D’un côté, les variables macroéconomiques influencent et aident à prédire les prix des actions. Les changements économiques affectent les taux d’actualisation et, parallèlement, les variables macroéconomiques font partie des facteurs de risque sur les marchés boursiers. D’un autre côté, les marchés boursiers peuvent également être des indicateurs retardés, réagissant aux données macroéconomiques. Par exemple, les prix des actions peuvent être liés à la production future attendue.

Toutefois, la littérature n’aboutit pas à un consensus sur l’existence, la force et la durée des causalités entre la bourse et les fondamentaux macroéconomiques, en raison du caractère non linéaire et variant des relations. Les cycles d’expansion et de récession semblent conditionner les transmissions et les retombées d’informations entre les fondamentaux macroéconomiques et le marché boursier.

Dans un article de recherche récemment publié, j’analyse l’existence et l’intensité d’une causalité bidirectionnelle variant dans le temps entre la bourse et cinq variables macroéconomiques aux États-Unis entre 1960 et 2021. En intégrant différents marchés (le marché monétaire avec un taux d’intérêt et une masse monétaire, le marché des biens avec l’inflation et la production industrielle et le marché du travail avec le chômage) dans un modèle économétrique, il est possible de déterminer les dates d’origine et de fin de tout épisode de causalité avec une méthodologie récente.

Les résultats empiriques ont révélé que ces relations varient dans le temps, en particulier lors de crises économiques ou financières. Pendant la crise sanitaire, ce constat était moins valable, ce qui pourrait témoigner d’une déconnexion entre les fondamentaux et l’activité boursière. La crise du Covid pourrait avoir modifié les relations économiques. On pourrait être en présence d’exubérances irrationnelles ou de bulles spéculatives. Durant la pandémie, les marchés vivaient leurs vies et se souciaient peu des fondamentaux macroéconomiques.

Dans une autre étude récente, qui se focalise sur les liens entre l’activité boursière et le chômage, les tests de causalité révèlent que les réalisations décalées du marché boursier ont un pouvoir prédictif sur le chômage, et vice versa. En effet, les cours des actions sont notamment impactés par les nouvelles sur les taux de chômage, qui peuvent contenir des informations sur la croissance et/ou la prime de risque des actions.

Toutefois, cette capacité prédictive, que l’on retrouve en particulier durant les périodes de crise, ne se produit que de manière sporadique dans le temps. Par exemple, pendant la bulle Internet, au début des années 2000, la capacité prédictive du chômage vers le marché boursier a semblé plus forte et plus persistante que pendant la grande récession qui a suivi la crise financière de 2008. Depuis, au fil du temps, l’intensité des causalités s’est diluée. On peut donc penser que la déconnexion s’est progressivement confirmée.

En revanche, l’activité boursière des dernières semaines semble étroitement corrélée avec certains fondamentaux macroéconomiques, tels que l’inflation ou les risques de ralentissement de l’activité.

En effet, récemment, la banque centrale américaine a largement augmenté ses taux à court terme de 0,75 point (ce qui est inédit depuis 1994) pour tenter de limiter les tensions inflationnistes, ce qui a provoqué des turbulences sur les marchés.

Toutefois, cette reconnexion récente risque de ne pas durer au regard des conclusions des études mentionnées précédemment. Elle semble principalement provenir d’une conjonction d’événements qui affole les investisseurs et les marchés boursiers, averses à la navigation à vue. La connexion est pourtant indispensable puisque la sphère financière devrait être étroitement reliée à l’économie réelle…

______

Par Vincent Fromentin, Maître de conférences HDR, Université de Lorraine

Sondage gouvernement : avec des écolos et des Républicains ?

Sondage gouvernement : avec des écolos et des Républicains ?

 

Un gouvernement composé de différentes forces politiques? Alors qu’Emmanuel Macron a chargé sa Première ministre Élisabeth Borne de sonder les groupes parlementaires afin de former un « gouvernement d’action » et que des consultations sont en cours, 1 Français sur 2 souhaite que des personnalités d’EELV (50%) et de LR (47%) entrent au gouvernement selon un sondage Elabe réalisé pour BFMTV.

Ils sont 44% à le souhaiter pour le Parti socialiste, 41% pour le Rassemblement national, 33% pour La France insoumise et 30% pour le Parti communiste français.

Si la coalition Ensemble ne dispose que d’une majorité relative à l’Assemblée nationale, 63% des Français pronostiquent que le chef de l’État et le gouvernement « chercheront vraiment des compromis et des accords avec des partis d’opposition », selon le sondage Elabe.

 

Dans la même veine, 52% estiment que les oppositions seront « vraiment ‘constructives’ en approuvant certaines des lois proposées par le gouvernement avec lesquelles ils seraient en accord ou qu’ils auraient réussi à faire modifier ».

Aussi, une proportion légèrement supérieure, 54%, considère que sur certains textes et sur le budget, le gouvernement parviendra à obtenir des majorités à l’Assemblée nationale. La proportion est particulièrement haute chez les électeurs d’Ensemble (77%). A contrario, les électeurs RN jugent à 56% qu’il n’y aura pas de majorités de circonstances pour le gouvernement.

 

Covid France 30 juin 2022 : nouvelle hausse avec 124.724 cas nouveaux

Covid France 30 juin 2022 : nouvelle hausse avec 124.724 cas nouveaux

 

ON ENREGISTRE ce mercredi 29 juin 2022 : 124.724 cas nouveaux en 24h, 149.491 morts au total, +48 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.903 (+1) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 120.588 (+47 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,45 le taux d’incidence à 741,97 et la tension hospitalière à 18,1 %. Le taux de positivité est à 13,1 %.

La France compte actuellement 15.690 (+194) personnes hospitalisées et 914 (+16) malades en réanimation.

Compte tenu de la tendance actuelle favorable et la baisse des principaux indicateurs, à partir du 11 juin 2022, les indicateurs COVID-19 produits par Santé publique France seront actualisés sur Géodes et data.gouv.fr tous les jours à l’exception des week-end et des jours fériés.

Bilan des régions :

  • Ile-de-France : 4.503 (+44) hospitalisées, 296 (+2) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Grand Est : 971 (+5) hospitalisés, 78 (-1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.331 (+27) hospitalisés, 88 (0) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 1.572 (+26) hospitalisés, 78 (+7) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.236 (-3) hospitalisé, 64 (-1) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bretagne: 576 (+18) hospitalisés, 34 (+3) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Normandie : 1.031 (0) hospitalisés, 38 (+1) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.017 (+2) hospitalisés, 54 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 365 (+19) hospitalisés, 21 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Occitanie: 1.227 (+11) hospitalisés, , 67 (+6) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 613 (-3) hospitalisés, 34 (0) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 656 (+14) hospitalisés, 26 (0) en réanimation et +2 décès en 24h

 

12345...38



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol