Archive mensuelle de mai 2014

Actu, économie, politique, société

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scandale BNP : vite un nouveau Kerviel

Scandale BNP : vite un nouveau Kerviel

 

La BNP risque une amende de 10 milliards de dollars pour infraction grave aux règles du commerce, faut-il s’attendre pour autant à une sanction de ses dirigeants. Sans doute pas et pas davantage que pour les scandales financiers précédents puisqu’après la crise financière aucun dirigeant de banques n’a été inquiété. Seul le lampiste Kerviel a été mis en prison. Coupable sans doute mais pas responsable de la politique aventuriste des banques. Pour la BNP, il est même vraisemblable qu’il n’y aura pas même de procès en France. La justice, on le sait c’est surtout pour les pauvres. Pour les grandes affaires financières, les procédures peuvent durer des années et des années et sous l’effet des changements de gouvernement la justice enterre la plupart des scandales. En cherchant bien on doit bien trouver une concierge portugais du siège  de la BNP qui pourrait faire l’affaire, comme Kerviel. En plus s’il est étranger, le profil sera encore plus pertinent. Un seul exemple de l’incurie de la justice : l’affaire Tapie. Lagarde à époque ministre des finances a donné son feu vert aux 450 millions dont 50 millions pour préjudice moral (record mondial !). A –t- elle été inquiété ? Non, seulement témoin assisté alors que son directeur de cabinet le sieur Richard actuellement PDG d’Orange affirme que c’est elle qui a pris la décision. Il est évident qu’on hésite à trop impliquer la directrice du FMI car la France a besoin de la mansuétude de cet organisme international. Conséquence : les clients de la BNP paieront la facture avec le personnel et les petits actionnaires (les gros auront vendu leurs parts avant la baisse de l’action). En France on ne s’attaque pas à la mafia des énarques et des polytechniciens qui monopolisent tous les postes administratifs, politiques et économiues. Mais cela ne met nullement en cause évidemment l’indépendance et la grandeur de notre justice !

Progression du FN : 65% des Français inquiets

Progression du FN : 65% des Français inquiets

 

 

 

Le FN a de toute évidence été le réceptacle de tous les mécontentements et de toutes les contradictions, une sorte de syndicat politique  d’opposition. Avec le score de près de 25%, il suscite maintenant l’  inquiétude compte tenu des valeurs qu’il porte et aussi sans doute du fait de  l’incohérence de son programme (Euro, frontière démocratie etc.). Fort de 24,95% des voix, devant les 20,79% de l’UMP et les 13,98% du PS, le succès du FN aux élections européennes passe mal pour deux tiers des Français. Selon un sondage* BVA pour I-Télé-CQFD publié samedi 31 mai, 65% des personnes interrogées estiment que le score du parti de Marine Le Pen est inquiétant pour la vie politique française. Ce constat est partagé quasi unanimement par les sympathisants de gauche (90%) mais également par ceux du MoDem (78%), de l’UDI (70%) et de l’UMP (62%). 53% de Français estiment par ailleurs que le FN devrait être considéré à présent comme un parti comme un autre. Ils étaient 58% à partager cette opinion au soir du deuxième tour des élections municipales. « Ce recul de 5 points fait état d’un risque latent pour le Front national », indique BVA. « Si le parti de Marine Le Pen pouvait jusqu’alors bénéficier d’une certaine mansuétude d’individus le considérant plutôt comme un trouble-fête, la progression de ses scores électoraux suscite un regain de méfiance des Français ».

 

La France en vacances depuis un mois !

La France en vacances depuis un mois !

La France est à moitié en vacances depuis un mois, la plupart auront pu prendre 13 jours de congé. De quoi tuer l’économie d’un pays. Inutile d’attendre de bons résultats de croissance en mai avec cette succession de ponts. Le travail, malheureusement un sujet quasi tabou dans le pays d’autant que d’après un sondage 56% des français ne l’aime pas ! Evidemment une problématique qui ne peut être évoquée par nos politiques trop discrédités pour évoquer ces facteurs explicatifs de la crise française. Les ponts font le bonheur des salariés, mais moins de leurs patrons. Avec trois jours fériés qui tombent un jeudi, le mois de mai 2014 a permis à de nombreux salariés de prendre quatre jours de break, en ne posant qu’une seule journée. Ils ont aussi pu profiter du lundi de Pâques, le 21 avril, et seront encore au repos le 9 juin, pour la Pentecôte. Des hasards de calendriers qui ne réjouissent pas les entreprises, qui s’en trouvent désorganisées: «La concentration de ces 5 jours fériés sur 8 semaines, combinée à l’obligation pour les salariés de solder leurs congés 2013 avant le 31 mai pose problème. Car les entreprises sont obligées de fonctionner à effectifs réduits, voir à 50 % les vendredis de pont», constate ainsi Jean-Christophe Sciberras, président de l’Association nationale des DRH. Certaines ont même été contraintes de fermer boutique les vendredis de pont, car elles ne pouvaient pas tourner en sous-effectif. Autre souci que posent les ponts: la productivité des salariés présents ces jours serait plus faible que d’habitude, selon Jean-Christophe Sciberras. «Travailler un vendredi où la moitié de l’entreprise fait le pont, c’est comme le faire un 8 août. La pression est moindre, les interlocuteurs sont plus difficilement joignables. Alors on en profite pour arriver plus tard et partir plus tôt. Il ne faut pas oublier que le travail est collectif dans une entreprise», souligne-t-il. Pour limiter l’impact négatif de cette période sur le reste de l’année, les entreprises ont donc essayé d’anticiper en donnant un coup de collier avant les ponts de mai, ou en prévoyant de se rattraper sur le mois de juin. «Mais cela peut engendrer des heures supplémentaires dont le coût n’est pas négligeable pour les entreprises», note Jean-Christophe Sciberras. Au final, la concentration de jours fériés en mai entraînerait donc une perte de chiffre d’affaires de 2 à 10 % selon les entreprises, en comparaison aux autres mois de l’année. «Certaines d’entre elles perdent des marchés, car leurs clients vont voir ailleurs. Ça tombe d’autant plus mal en période de crise», indique Geneviève Roy, vice-présidente de l’organisation patronale CGPME.

BNP : un exemple de la république bananière en France

BNP : un exemple de la république bananière en France

 

La condamnation de la BNP à 10 milliards pose la question de la responsabilité des dirigeants de la banque et notamment de son PDG qui forcément ne pouvait ignorer ces infractions. Or Jean-Laurent Bonnafé est un exemple de cette république bananière. Ancien fonctionnaire, puis conseiller dans les cabinets ministériels, il doit sa promotion à ses amitiés politiques. Il n’a jamais mis un sou dans sa banque ; c’est sans doute pourquoi aus si il a négligé les risques. Qui va payer ? Les clients de la BNP évidemment, le personnel aussi et un peu les actionnaires. C’est le mal profond de la gouvernance des grandes entreprises française, la plupart dirigées par des anciens fonctionnaires passés par les cabinets ministériels. Une véritable mafia qui gangrène le pays.  . La banque française est donc  menacée d’une amende record et d’un retrait de sa licence bancaire aux Etats-Unis où elle est accusée d’avoir contourné l’embargo contre Cuba, l’Iran et le Soudan. La pénalité s’élèverait à plus de 10 milliards de dollars, affirmait jeudi le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier non identifiées. BNP négocierait pour payer un peu moins de 8 milliards de dollars, écrit le quotidien. L’amende serait en tout cas au-dessus de 5 milliards de dollars, a indiqué à l’AFP une source proche du dossier ayant requis l’anonymat. Ces chiffres sont supérieurs aux quelque 4 milliards de dollars évoqués jusqu’ici et dépassent de loin l’amende infligée en 2012 à la banque britannique HSBC (1,9 milliard de dollars), accusée de complicité de blanchiment, et celle ayant frappé sa compatriote Standard Chartered Bank (670 millions de dollars) pour violation de l’embargo contre l’Iran. L’amende s’annonce en tout cas comme l’une des plus grosses jamais infligées à une banque aux Etats-Unis. Washington accuse BNP Paribas d’avoir contourné entre 2002 et 2009 des sanctions américaines contre l’Iran, le Soudan et Cuba, en effectuant des paiements en dollars dans ces pays. Une enquête interne de la banque avait recensé au début d’année un « volume significatif d’opérations qui pourraient être considérées comme non autorisées au regard des lois » américaines. Les transactions incriminées ont été effectuées depuis l’Iran, Cuba et le Soudan, pays où ces opérations étaient légales, argue une source. Seul hic, elles l’ont été en dollars, autrement dit compensées à un moment donné sur le territoire américain, ce qui les rend délictueuses, les Etats-Unis imposant des sanctions à ces trois Etats. Une amende de 10 milliards de dollars représenterait plus de quatre fois le bénéfice net réalisé par BNP Paribas au premier trimestre (1,7 milliard d’euros).

 

Hollande encore chahuté à Rodez

Hollande encore chahuté à Rodez  

Le président de la République est en déplacement ce vendredi à Rodez, dans le sud de la France, pour inaugurer le musée Soulages. Des militants de la Confédérartion paysanne manifestent en soutien aux gardés à vue à Amiens . Ces derniers sont déférés ce vendredi au palais de justice d’Amiens. Les policiers ont utilisés des gaz lacrymogènes pour tenir à distance les manifestants à Rodez. La Confédération paysanne a indiqué retenir un conseiller du Président. Les militants réclament la libération sans condition des quatre gardés à vue à Amiens. Selon Christian Roqueirol, membre du comité national de la Confédération et présent à Rodez, ses camarades comptent retenir le conseiller à l’agriculture de François Hollande tant que les quatre militants et le porte-parole du mouvement Laurent Pinatel ne seront pas libérés.

Coup de gueule contre Taubira

Coup de gueule contre Taubira

 

Avec la position de Taubira tous les délits pourront s’affranchir de la prison. Du Coup Hollande a poussé un coup de gueule contre la fantasque ministre de la justice. François Hollande serait « furieux » contre Christiane Taubira. C’est ce que rapporte vendredi Le Parisien. Le Président reproche à la ministre de la Justice d’avoir laissé passer, lors de l’examen mardi du texte sur la réforme pénale par la commission des Lois de l’Assemblée nationale, un amendement auquel le gouvernement était opposé. Il s’agit d’étendre la contrainte pénale – une peine en milieu ouvert, hors de prison – à tous les délits, alors que le texte initial prévoit qu’elle ne s’applique qu’aux délits passibles de cinq ans d’emprisonnement. Le trafic de drogue ou l’agression sexuelle étaient donc de facto exclus de la mesure, comme le souhaite le Premier ministre Manuel Valls. Sauf que la garde des Sceaux, a, selon le quotidien, omis de dire l’opposition du gouvernement sur la question et donc laissé passer l’amendement. La veille, une réunion interministérielle avait pourtant arrêté la ligne du gouvernement. La ministre de la Justice a été convoquée mercredi matin dans le bureau du Président. « Elle s’est fait vertement rappelé à l’ordre sur son devoir de loyauté », rapporte un proche de l’Elysée, cité par Le Parisien. » « Il faut garder la logique et les équilibres du texte, et faire attention aux amendements qui pourraient venir », lui a dit le Président selon Le Monde.  Depuis le début, Christiane Taubira plaide depuis le début pour une extension de la contrainte pénale à tous les délits. Elle n’a pas changé de position. « Il est cohérent, logique et plus efficace que dans certains cas, l’on puisse prononcer une contrainte pénale plus contraignante que le sursis avec mise à l’épreuve, qui couvre tout le champ des délits. On va priver les magistrats d’un outil. C’est mieux de donner le choix aux magistrats, c’est un outil supplémentaire. C’est une bonne mesure. Maintenant il y a l’arbitrage du Président », explique la ministre de la Justice au Monde.  Elle s’était déjà opposée à Manuel Valls sur plusieurs points de la réforme à l’été 2013. Selon Le Monde, elle aurait indiqué au Premier ministre que les députés socialistes étaient prêts à la soutenir sur l’idée d’étendre la contrainte pénale à tous les délits. « Le groupe PS à l’Assemblée m’a dit qu’il va voter cet amendement. Donc si tu veux que je fasse battre le gouvernement dans une séance publique, je le fais… », a-t-elle glissé au chef du gouvernement mercredi. Mais la chancellerie assure de son côté au Parisien que la ministre défendra la semaine prochaine dans l’hémicycle les amendements pour « rétablir le texte du gouvernement ».

 

Sondage UMP : Sarkozy en tête mais contesté

UMP : Sarkozy en tête mais contesté

Nicolas Sarkozy meilleur candidat de la droite mais de plus en plus contesté par l’appareil UMP. Une candidature par ailleurs largement hypothéquée par le nombre de casseroles que Sarko traîne, la dernière étant le financement tde sa  campagne de 2012.  demeure le meilleur opposant à François Hollande et au gouvernement pour 44% des sympathisants de l’UMP devant Alain Juppé (37%), selon un sondage BVA-I>Télé-CQFD et Le Parisien/Aujourd’hui en France publié samedi 31 mai.  A la question, parmi les personnalités suivantes de l’UMP, quel est le meilleur opposant à François Hollande et au gouvernement, Nicolas Sarkozy arrive en tête avec 44%, chez les sympathisants de l’UMP, devançant Alain Juppé (37%) et François Fillon (7%). Sur l’ensemble des Français, en revanche, Alain Juppé arrive en tête (39%) devant Nicolas Sarkozy (23%) et François Fillon (12%). « Juppé semble s’installer en rival de Sarkozy pour incarner l’opposition, alors même que l’ancien président de la République est confronté à un climat affairiste défavorable« , souligne Erwan Lestrohan, directeur d’études chez BVA Opinion. Enfin, les sympathisants de droite souhaitent à 49% que le positionnement politique de l’UMP soit « ni plus ni moins à droite« , 37% « plus à droite », 11% « moins à droite

Siemens : 11.600 postes menacés

Siemens : 11.600 postes menacés

Le président du directoire de Siemens a entrepris, dans le cadre de ce plan stratégique intitulé « Vision 2020″, de supprimer plusieurs échelons d’encadrement au sein du groupe. Celui-ci devrait ainsi être réorganisé en neuf divisions, appelées à remplacer l’organisation actuelle qui croise divisions sectorielles et géographiques. Les activités de santé du groupe devrait en outre être gérées séparément et la filiale de prothèses auditives introduite en Bourse. Le patron de Siemens a toutefois démenti, dans une note adressée au personnel de l’entreprise en Allemagne, des informations faisant état de 11.600 postes supprimés, et non simplement concernés par la restructuration. Ces informations sont basées sur une « fausse interprétation » de propos tenus lors d’une réunion d’investisseurs jeudi à New York, écrit Joe Kaeser dans la note, dont Reuters a obtenu une copie. Lors de la réunion de jeudi, Joe Kaeser a été prié de détailler pour la première fois son plan d’économies, notamment en termes d’impact sur les effectifs. « Nous en terminons avec les quatre secteurs; 7.600 personnes travaillent dans la coordination des secteurs, pour coordonner un échelon intermédiaire qui disparaît. Et 4.000 autres personnes faisaient de l’analyse régionale, ce qui n’est plus nécessaire », a-t-il expliqué. Siemens emploie 360.000 personnes dans le monde, dont un tiers environ en Allemagne. Joe Kaeser, dont le prédécesseur, Peter Löscher, avait été poussé dehors après plusieurs avertissements sur les résultats, pourrait s’efforcer de rassurer sur l’emploi au moment où le groupe prépare une offre sur Alstom face à celle de l’américain General Electric.

Actu-économie, politique, société: pages les plus lues

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sondage: Hollande doit démissionner

Hollande doit démissionner  !

 

A  droite mais aussi à gauche y compris dans les rangs du PS, on s’interroge sur la capacité de Hollande à tenir encore trois ans avec des résultats économiques auusi catastrophiques. De fait tout est dans le rouge, fiscalité, chômage, déficit, croissance. Seulement 6% des Français souhaitent que Hollande se représente en 2017. Par ailleurs le PS qui a obtenu 14% aux élections européennes n’a en fait été soutenu que par 5% des Français en tenant compte des abstentions. Un bilan pathétique et calamiteux. Sentant sans doute la menace Hollande a fait une intervention télévisée uniquement pour affirmer que la constitution l’autorisait à se maintenir jusqu’en 2017. Juridiquement, c’est exact mais il ne dispose plus d’aucun légitimité populaire, le discrédit est total tant en France qu’à l’étranger. Sa politique es t un échec dramatique, même les impôts ne rentrent plus, il manque 14 milliards d’après la Cour des comptes ; L’austérité a  tué  la croissance, l’emploi et même l’impôt. Hollande conduit le pays vers la catastrophe économique,  sociale et maintenant politique avec le score du FN. En outre il est incapable d’incarner la fonction présidentielle avec efficacité et dignité. Ses petits jeux de mots de café du commerce, ses discours inaudibles, ses visites sur le « terrain »  sont ridicules. Hollande doit partir de lui-même ou alors il faut le contraindre à démissionner. Il suffirait de redonner la parole aux électeurs via un référendum. et il faut faire vite car les Français ne supportent plus le personnage et sa politique suicidaire. Sinon c’est la grande braderie des entreprises françaises qui va continuer, la politique industrielle qui va complètement s’écrouler,  le chômage qui va encore se développer, la compétitivité qui va être davantage étouffée. La France n’en peut plus de ce président, de ce gouvernement de fonctionnaires, incompétents et méprisants qui ne cessent de masquer le vide de leur politique par des réformes sociétales uniquement destinées aux bobos. Hollande, en dépit de son embonpoint retrouvé, flotte dans un costume de président trop grand pour lui. Il n’a pas la dimension, la compétence, le charisme, le courage qu’il faudrait surtout en cette période de crise. Hollande a trop menti, il s’est  trop contredit, s’est trop compromis avec les lobbies financiers, il n’est plus crédible même parmi ses amis. Avec Hollande jusqu’en 2017, c’est l’agonie assurée pour lui mais surtout pour la France. La défiance générale qui s’installe mine le moral tant des ménages que des entreprises, empêche  tout redressement, hypothèque l’avenir. Partout dans le pays doivent s’élever des voix pour réclamer ce départ de Hollande qui est un préalable à tout changement profond dans les domaines économiques, sociaux  et politiques.

Supprimer l’argent dans la politique

Supprimer l’argent dans la politique

 

Les affaires de toutes sorte à gauche comme à droite ne cessent se multiplier et posent la question du rapport entre l’argent et la politique. Question simple : pourquoi payer pour les élus et les partis ? Pourquoi d’abord payer les élus alors que des centaines de milliers de militants associatifs se dévouent tout autant de manière totalement bénévole et souvent même en participant aux dépenses. Parce que la politique c’est sérieux ? Ça demande du temps ? Précisément il conviendrait d’encadrer ce temps politique qui se traduit par une inflation de lois, de règlements, de superstructures, de couts de fonctionnement, d’investissements inutiles et au bout du compte par une fiscalité qui plombe la croissance et l’emploi. La France ne souffrirait pas si les parlementaires ne siégeaient que quelques jours par mois et si on diviser par 4 ou 5 leur nombre. Même chose pour toutes les fonctions représentatives ; un maire à plein temps, ça sert à quoi ? Une fois les orientations décidées c’est à administration de mettre en œuvre (il y a assez de fonctionnaire pour ça !). On objectera qu’il faut participer à toutes sortes de commissions (préfecture, région, département, communautés de communes, syndicats etc.). Là aussi précisément il faut en supprimer les trois quarts car ces superstructures font double emploi et servent surtout à remplir l’agenda des élus et à créer des postes de fonctionnaires. Il n’y a aucune raison de rémunérer les politiques (sauf à les défrayer de leur frais de déplacements). Encore une fois des milliers et des milliers de militants associatifs consacrent autant de temps que les politiques. Ensuite il n’y auusi aucune raison de financer les partis politiques. Pour quoi faire ? Des meetings à la mode américaine ? En fait des shows de propagande qui sont une caricature de démocratie. Rappelons- nous le meeting de Hollande au Bourget (même chose pour tous les autres). La politique n’est pas un métier, ni une activité marchande, c’est un engagement, un service ; introduire de l’argent dans la politique c’est favoriser la constitution d’une sorte de clergé laïc (les oligarques) qui finissent par perdre de vue l’objet social pour lequel ils ont été élus et qui transforment leur fonction en métier, en carrière. Encore une fois chaque jour des milliers et des milliers de militants associatifs consacrent plusieurs heures par jour au service de leur organisation sans aucune rémunération, pourquoi en serait-il autrement en politique. On objectera encore que la politique demande compétences techniques, quand on voit le résultat que cela donne en matière économique et sociale (au plan national come local) il y a de quoi en rire. De toute évidence il y a urgence à engager une réflexion de fond sur le concept de mandat politique, sa durée, son contrôle, ses modalités et son financement sinon c’est le pourrissement assuré avec l’actuelle oligarchie.

Les magouilles financière des partis

Les magouilles financière des partis

Les magouilles financières existent dans tous les partis et pose la question du rapport entre politique et argent. , jadis c’était le PC qui était en pointe dans l’ingénierie du détournement de fonds ; le relais a été pris par d’autres partis. Récemment évidemment c’est l’affaire Bygmalion et Copé qui ont occupé la une de l’actualité dans ce domaine. Des millions d’euros surfacturés donc en fait détournés de leur objet dont personne paraît-il n’est au courant. ! La grande rigolade évidemment pour ce champion de la magouille qu’est Copé. Le PS lui auusi ne se gène pas pour trouver des « ressources externes ». L’ancien maire d’Hénin-Beaumont Gérard Dalongeville conte par le menu les magouilles financières des élus dans un livre intitulé Rose Mafia (Editions Jacob-Duvernet). Corruption, achat de la complaisance d’un magistrat, emplois fictifs, appels d’offres remportés à coup d’enveloppes de billets, rétro-commissions, comptes au Luxembourg : voilà à quoi ressemble le « système pourri jusqu’à la moelle » que décrit celui qui avait été mis en examen en 2009 pour détournement de fonds publics, faux et usage de faux et recel de favoritisme. le FN auusi , qui fonctionne comme une entreprise familiale lui surfacture des prêts à ses élus ; ainsi Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire contre X pour « escroquerie en bande organisée » et « faux et usage de faux », visant les comptes du micro-parti de la présidente du Front national Marine Le Pen , a-t-on appris mardi de source judiciaire, confirmant une information du Monde . « Je vous confirme cette information judiciaire. Je peux vous dire que c’est le juge Renaud van Ruymbeke » qui en est saisi, a également confirmé l’avocat et trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, assurant qu’ »il n’y a absolument aucune irrégularité » dans « les affaires de Jeanne » (nom du micro-parti, NDLR). « Ça ne nous inquiète absolument pas », a-t-il ajouté. Cette instruction a été ouverte le 3 avril à la suite d’une enquête préliminaire lancée en avril 2013 par le parquet et confiée à la Brigade financière, après un signalement de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Les investigations ont alors notamment porté sur les prêts accordés par le micro-parti de Marine Le Pen aux candidats frontistes lors des cantonales de 2011 et aux législatives de 2012. En marge des grandes formations politiques, de nombreux dirigeants disposent de leurs propres structures, appelées micro-partis, utilisées notamment pour le financement de campagnes. En novembre 2013, le site Mediapart avait évoqué des taux d’intérêt « particulièrement élevés de 6,5 % ou 7 % » dans les prêts pratiqués par Jeanne, un taux confirmé par un candidat frontiste sous le couvert de l’anonymat.

Le gouvernement veut faire sauter les seuils sociaux?

Le gouvernement veut faire sauter les seuils sociaux?

La suppression des seuls sociaux peut-elle permettre la création d’emploi ? Personne en fait n’en sait rien et ce n’est pas une seule mesure qui peut peser significativement sur la réduction du chômage. C’est un ensemble de mesures. Supprimer 50% des procédures serait par contre certainement efficace, en tout cas plus efficace que les mesures cosmétiques du gouvernement.  Le ministre du Travail, lui,  s’est dit prêt mercredi à « suspendre pendant trois ans » les seuils légaux créant des obligations sociales aux entreprises qui grandissent. Certaines études réalisées sur le sujet indiquent bien que ces seuils peuvent être un frein à la création d’emploi.  Les comparaisons internationales l’indiquent clairement : l’économie française se caractérise par une forte proportion de très petites entreprises et une plus faible proportion d’entreprises de taille moyenne. Les réglementations imposées aux entreprises qui augmentent  leurs effectifs sont souvent pointées du doigt pour expliquer cette particularité. Alors que Pôle emploi a annoncé une nouvelle hausse du chômage en avril, le ministre du Travail François Rebsamen s’est dit prêt mercredi à « suspendre pendant trois ans » ces seuils légaux. « Le patronat voit dans ces seuils des freins à l’embauche. Je dis donc aux organisations syndicales que le meilleur moyen de faire tomber cet argument, c’est de tenter l’expérience », a justifié le ministre. La loi impose aux entreprises des obligations d’autant plus fortes que leur effectif salarié est important. Exemple : à partir du seuil des 10 employés,  le taux de cotisation des entreprises pour la formation professionnelle augmente. A partir de 20, l’entreprise doit contribuer au Fond national d’aide au logement et verser une participation à l’effort de construction. Et à partir de 50 employés, elle doit mettre en place un comité d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail (CHSCT) ainsi qu’un comité d’entreprise (CE). L’accumulation d’obligations supplémentaires entrant en vigueur à partir de 10, 20 et 50 salariés pourrait dissuader les entreprises de croître au-delà de ces seuils. Trois études : les rapports Camdessus (2004), Aghion (2007) et Attali (2008) l’indiquent. Le rapport de la commission Attali proposait par exemple de remplacer par une représentation unique jusqu’à 250 salariés les institutions représentatives du personnel, et notamment le CE et le CHSCT. Il suggérait également de doubler les seuils de 10 et 50 salariés pour les porter à 20 et 100, et ce pendant trois ans, soit le temps nécessaire pour parvenir à simplifier la réglementation. Une étude de l’Insee publiée en décembre 2011 minimisait à l’inverse l’impact des seuils sur la création d’emploi. Sur les trois millions d’entreprises existantes, d’après les calculs de l’institut de statistiques, seules 22.500 embaucheraient des salariés supplémentaires en cas d’inexistence des seuils sociaux. Selon l’Insee, ces effets seraient loin de rendre compte des différences de taille d’entreprises entre la France et l’Allemagne. Mais la Fondation libérale Ifrap fait une toute autre lecture de ces chiffres et a estimé que les seuils sociaux tels que définis actuellement, empêchent la création de 70.000 à 140.000 emplois supplémentaires.

 

Croissance : baisse du PIB aux Etats-Unis

Croissance : baisse du PIB aux Etats-Unis

Preuve que la sortie de crise mondiale est encore incertaine, le produit intérieur brut américain s’est contracté de 1% au premier trimestre, selon la deuxième estimation livrée jeudi 29 mai par le département du Commerce. Fin avril, la première estimation de la croissance du PIB était ressortie quasi-nulle. C’est la première fois depuis le premier trimestre 2011 que l‘économie américaine détruit de la richesse. Au quatrième trimestre 2013, l’expansion avait atteint le rythme de 2,6%. Cette baisse est plus élevée que ce qu’attendait le consensus des économistes : ils anticipaient une contraction de 0,5%.  Un hiver extrêmement froid et une moindre accumulation de stocks par les entreprises expliquent en grande partie ce chiffre.  Certains économistes estiment, en effet, que le froid, qui a approché en janvier les -40°C dans certaines régions, a coûté 1,5 point de pourcentage à la croissance. Les chiffres du gouvernement ne donnent, eux, aucune estimation de l’impact hivernal. Autre explication: la moindre accumulation des stocks, qui a coûté 1,62 point de pourcentage à la croissance. Elle est toutefois de nature à nourrir l’optimisme pour le trimestre en cours : la reconstitution des stocks a, en effet, de grande chance de contribuer  au rebond du PIB au deuxième trimestre.

 

Ecotaxe : les bonnets rouges reprennent le combat

Ecotaxe : les bonnets rouges reprennent le combat

Le Collectif Vivre, Décider et travailler en Bretagne, plus connu sous le nom de Bonnets Rouges, a annoncé ce jeudi 29 mai la relance de ses actions, après une suspension liée aux élections européennes. « Le printemps des Bonnets Rouges commencera dès samedi à Nantes. Il s’étendra dans les jours qui viennent à toute la Bretagne », indique le collectif dans un communiqué. Au moins deux rassemblements sont prévus samedi, à Nantes et Brest, sur la question de la réunification de la Bretagne historique. Refusant les « décisions jacobines et partisanes », le collectif rappelle sa volonté de « libération des énergies pour l’économie et l’emploi dans une Bretagne historique », incluant la Loire Atlantique, ainsi que ses différentes revendications, dont le maintien de la gratuité des routes en Bretagne, la suppression de l’écotaxe, la fin des distorsions de concurrence et du dumping social. Par ailleurs, indique le communiqué, le maire de Carhaix (DVG), Christian Troadec, retrouve sa fonction de porte-parole du Collectif, dont il s’était départi pendant la campagne pour les élections européennes où il était candidat.

 

Manifs contre le FN

Manifs  contre le FN

Des manifs contre le FN pour condamner ses valeurs. Pas sûr cependant que la mayonnaise prenne. Se placer sur le terrain moral n’est pas forcément la priorité pour nombre de Français dont les préoccupations sont essentiellement sur e terrain économique et social. En outre dans les 25% obtenu par le FN, il y a surtout un cri de colère contre la classe politique, contre Hollande et pas nécessairement une adhésion aux thèses sociétales condamnables du FN. Plusieurs milliers de jeunes ont donc  manifesté ce jeudi en France contre la montée du Front national. Défilés à Paris ce jeudi après-midi, après Lyon, Marseille, Nantes, Rouen ou encore Nancy ce matin. Cette mobilisation lancée par les syndicats étudiants et lycéens est une réaction aux résultats obtenus par le FN aux élections européennes.  C’est Paris qui a vu défiler le plus gros cortège, qui allait de Bastille à République. Environ 4.200 selon la police à 8.000 selon les organisateurs lycéens et étudiants. Des chiffres bien en deçà des manifestations monstres qui avaient suivi le 21 avril 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen s’était hissé au second tour de la présidentielle. Le père n’est plus le leader du FN. C’est sa fille Marine qui a pris les rênes du parti et remporté un immense succès électoral aux européennes de dimanche, le FN étant arrivé en tête avec près de 25% des voix. La mobilisation de ce jeudi était très loin de celle du 1er mai 2002 lorsqu’un million trois cent mille personnes avaient défilé dans les rues de France dont 500.000 à Paris.

BNP : 10 milliards d’amendes aux Etats-Unis

BNP : 10 milliards d’amendes aux Etats-Unis

Cette fois on ne pourra pas accuser un lampiste comme Kerviel, c’est la politique de la BNP qui est en cause pour  infraction aux sanctions contre l’Iran et plusieurs autres pays ; 10 milliards,  Un tel montant représenterait l’une des plus importantes amendes jamais infligées à une banque, ajoute le quotidien américain qui précise que les discussions pourraient encore prendre plusieurs semaines. BNP Paribas cherche à limiter cette amende à moins de huit milliards de dollars, ont déclaré les sources du WSJ. Il y a deux semaines, des sources proches du dossier avaient dit à Reuters que la banque discutait du paiement d’une amende de plus de trois milliards de dollars. L’article du Wall Street Journal explique que les pourparlers entre les deux parties achoppent aussi sur la question d’une éventuelle suspension temporaire de l’autorisation donnée à la banque de transférer des fonds depuis ou vers les Etats-Unis.  Aucun représentant de BNP Paribas n’était disponible dans l’immédiat pour commenter ces informations.  Les autorités américaines enquêtent depuis plusieurs années déjà sur des paiements en dollars impliquant des pays sanctionnés par Washington comme Cuba, l’Iran ou le Soudan. BNP Paribas a inscrit dans ses comptes une provision de 1,1 milliard de dollars au quatrième trimestre 2013 pour ce litige mais elle a prévenu fin avril qu’une éventuelle amende pourrait largement dépasser ce montant.

 

Mettre fin à la monarchie républicaine

Mettre fin à la monarchie républicaine

 

La France se prétend une république démocratique alors qu’elle n’est qu’une monarchie. Cette démocratie est complètement obsolète et le pouvoir incarné par le Président de la République une caricature ; un président souvent élu par défaut car Hollande n’a pas été lu, c’est Sarkozy qui a été battu. Une confusion dramatique car le PS s’est cru autorisé à appliquer une programme complètement incohérent. La vérité c’est qu’il n’y a jamais eu de programme au PS, les orientations de Hollande ont été décidées à la hâte comme la taxe à sur les riches, la loi Florange, la réforme de l’Etat, la fiscalité en général ; Tout cela et le reste a fini en eau de boudin. Le taxe sur l es riches est finalement payée par les entreprises, la loi Florange qui devait sauver les entreprises est un enfumage, la justice sociale une fumisterie et finalemenet c’est l’austérité qui s’est imposé aux entreprises comme aux ménages. Tout cela décidé par un seul homme: le président de la république (et sa horde de petits marquis). Un énarque qui ignore tout du monde économique et social réel, qui a toujours vécu de la politique et qui est le pur produit du système politique français. On se moque souvenet à juste titre des oligarques des pays de l’Est, les anciens politiques qui ont pillé leur pays mais c’est la même logique qui prévaut en France. Car les énarques qui ont confisqué le pouvoir politique se partagent la direction des entreprises privées comme publiques, s’enrichissent sans jamais risquer le moindre ou, imposent auusi une politique économique délirante. Finalement l’oligarchie a remplacé la noblesse. A la tête le monarque, ensuite les marquis du gouvernement, les barons des partis, du parlement et des collectivités locales. Tous parlent la même langue de bois, font du verbiage, déversent les mêmes pluies d’âneries. Il faut mettre fin à cette monarchie républicaine ridicule, inefficace et injuste. La remplacer par une démocratie vivante avec l’exigence d’un renouvèlement du personnel politique notamment en interdisant de faire de la politique un métier. C’est une mission pas une carrière. Donc en particulier limiter les mandats, interdire aux fonctionnaires de faire de la politique (ou alors de démissionner de la fonction publique), consulter régulièrement le peuple. La vérité c’est que ce pays n’est plus gouverné que par des petits marquis nourris au lait des partis, incompétents et méprisants. La transformation démocratique exigera une modification profonde de la sociologie des responsables pour s’appuyer sur les forces vives de la nation et non sur une caste dégénérée.

Hollande : l’agonie

Hollande : l’agonie

Pour Hollande, c’est l’accélération de l’agonie, il n’y a plus que 3% des Français pour souhaiter sa candidature en 2017. La dignité et le respect de la démocratie imposerait qu’il démissionne, malheureusement il est vraisemblable qu’il va s’accrocher et tenter de rester jusqu’en 2017. Les grands médias sont légitimistes et ne réclament pas encore sa démission ; ils se contentent de diffuser des sondages ou de faire part du ralbol de certains socialistes. Pourtant, dans quelques semaines, quelques mois, ils seront bien contraints de relayer l’opinion publique qui n’en peut plus de Hollande et de sa politique. Pour 26% des Français, la personnalité politique la plus à même d’être le candidat du PS à la Présidentielle 2017 est Manuel Valls, tandis que François Hollande n’obtient que 3%, selon un sondage OpinionWay pour le Figaro Magazine. Parmi les personnes interrogées, 10% aimeraient que ce soit la maire de Lille, Martine Aubry, qui représente le PS à l’élection, 6% voudraient voir la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, et 4% le ministre de l’Économie, Arnaud Montebourg. À noter toutefois que 50% des sondés répondent « aucune de ces personnalités ». S’agissant des seuls sympathisants du parti socialiste, 40% voudraient Manuel Valls comme candidat. Une majorité de gens de gauche comme de droite souhaite qu’une primaire soit organisée en cas de candidature Hollande en 2017. 65% des sondés répondent par l’affirmative (41% « oui tout à fait », 24% « oui plutôt »). 34% répondent par la négative.

12345...16



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol