Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Russie « un système totalitaire » (Pougatchev)

Russie «  un système totalitaire » (Pougatchev)

Le régime russe est   »totalitaire » d’après un ’ex-oligarque russe Sergueï Pougatchev, ancien conseiller de Boris Eltsine puis de Vladimir Poutine  (interview JDD).

 

. Pour l’ex-oligarque, le régime de Moscou oeuvre pour la chute de l’Union européenne et transforme également ses citoyens en esclaves d’un système verrouillé à plusieurs tours.

Emmanuel Macron a-t-il raison de rencontrer Vladimir Poutine lundi?
C’est une erreur de le rencontrer maintenant et dans un format bilatéral plutôt qu’avec la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président ukrainien, Petro Porochenko, dans le format Normandie [quatuor diplomatique composé de l’Allemagne, de la France, de l’Ukraine et de la Russie] mis en place sous la présidence de François Hollande pour le règlement de la crise en Ukraine. La tentation d’échanger avec des dictateurs a toujours existé : il suffit de se souvenir du colonel Kadhafi. Mais ce genre de procédé ne produit pas les résultats espérés, surtout si on envisage une négociation avec Vladimir Poutine, qui ne tient jamais ses engagements. Regardez les accords de Minsk sur l’Ukraine, qu’il sabote et utilise comme objet de chantage à l’encontre de l’Union européenne…

 

Comment qualifieriez-vous la Russie de Vladimir Poutine aujourd’hui?
Ce système de gouvernance est autoritaire, voire totalitaire. Avec la concentration dans ses mains d’un pouvoir sans limite, il a depuis longtemps transformé les citoyens russes en esclaves sans droit de vote. Actuellement, l’atmosphère en Russie est irrespirable, y compris dans la sphère culturelle, puisque Macron et Poutine parleront demain de culture.

 

La France doit-elle coopérer avec Moscou contre le terrorisme?
Les positions de Poutine ne sont pas dirigées contre le terrorisme : c’est lui-même qui a lancé la guerre avec l’Ukraine, où les troupes russes sont impliquées, alors que plus de 10.000 personnes sont déjà décédées dans ce conflit. C’est lui qui a annexé la Crimée de force. En Syrie, il se bat pour que le président Bachar el-Assad conserve le pouvoir à n’importe quel prix, alors même que sont ciblés des civils, des organisations humanitaires, des hôpitaux. L’arrivée de Poutine en 2000 et son maintien au pouvoir ont eu lieu sous les auspices d’un accroissement du terrorisme. C’est au cours de son premier mandat présidentiel que les actes terroristes majeurs ont eu lieu (explosions d’immeubles, la prise d’otages lors de la comédie musicale Nord-Ost, la prise d’otages et le massacre dans l’école de Beslan…) Encore aujourd’hui, les véritables motifs et les conditions de ces événements n’ont pas été rendus publics, alors qu’il y a des témoins de ces événements et des auteurs de ces attentats, qui n’ont pas été inquiétés.

 

La Maison-Blanche a exclu vendredi d’alléger les sanctions visant la Russie. Les Européens devraient les reconduire le 22 juin. Est-ce une bonne décision?
C’est une très bonne chose, car Poutine est clairement contre l’Union européenne. Pourquoi croyez-vous qu’il s’est immiscé dans l’élection présidentielle française et que le Kremlin a financé directement le Front national de Marine Le Pen – un fait sans précédent pour la France? Pour que l’UE s’effondre.

 

Dans quel état est l’économie russe aujourd’hui?
Il n’y a qu’un seul homme d’affaires aujourd’hui en Russie : c’est Poutine. En raison de sa politique agressive, l’économie russe se trouve dans un état terrible, au plus bas depuis la chute de l’URSS. En dix-sept ans à la tête du pays, il ne s’est pas contenté d’usurper le pouvoir : il a également placé sous sa coupe toute l’économie. Les entreprises dans les secteurs qui fonctionnent encore, essentiellement l’énergie, le pétrole et l’extraction gazière, Poutine les a partagées avec ses amis, principalement des anciens du KGB, tout en restant le bénéficiaire final. Les opposants comme Alexeï Navalny essaient bien de pousser la population à manifester pour ses droits. Mais les Russes ne sont pas près de s’opposer à Poutine.

 

Comment se portent les relations économiques et commerciales entre la France et la Russie?
Les échanges commerciaux s’élèvent à environ 11 milliards d’euros, ce qui est ridiculement peu pour un PIB français de plus de 2 200 milliards d’euros. J’aimerais néanmoins que le Président Macron prenne la peine de se pencher sur la sécurité des actifs des rares investisseurs français présents en Russie qui, si l’on suit mon propre exemple, encourent des risques énormes, comme les groupes Auchan, Danone, Renault, Total.

 

Imaginez-vous jouer un rôle dans le futur de la Russie?
Non, car je ne suis plus citoyen russe. Je suis maintenant citoyen français.

 

Plainte de Cazeneuve contre Mélenchon pour diffamation

 Plainte de Cazeneuve  contre Mélenchon pour diffamation

Jean-Luc Mélenchon a de nouveau accusé Bernard Cazeneuve d’être responsable de la mort de Rémi Fraisse selon des propos diffusés ce dimanche dans un reportage de l’émission « C politique » sur France 5. Le jeune militant écologiste avait été tué par l’explosion d’une grenade offensive lancée par un gendarme dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014.  « Cazeneuve, le gars qui s’est occupé de l’assassinat de Rémi Fraisse. Le gars qui a fait gazer, matraquer toutes les manifestations et qui prend maintenant sa tête de petit sainte-nitouche pour dire que c’est moi qui ne sais pas choisir entre le Front national et je sais pas qui », a lancé le leader de LFI. M. Cazeneuve avait dénoncé auparavant « une faute politique et morale » de M. Mélenchon pour « ne pas avoir appelé clairement à voter » pour Emmanuel Macron face à Marine Le Pen. « Coutumier de l’outrance et de l’abaissement du débat public, Jean-Luc Mélenchon a franchi la frontière de la diffamation. Par ses propos à mon sujet, il démontre que l’insulte est devenue son mode de pensée et d’expression », a réagi Bernard Cazeneuve dans un communiqué. « Parce que je crois que le débat d’idée implique du respect et doit prévaloir sur l’invective, la manipulation et le mensonge, j’ai décidé de porter plainte contre Jean-Luc Mélenchon pour diffamation », a ajouté l’ancien Premier ministre, désormais chef de file du PS pour les législatives des 11 et 18 juin.

Trump -Merkel : la guerre économique

Trump -Merkel : la guerre économique

. La rencontre  a tourné à l’affrontement entre Trump et Merkel. Trump n’a cessé de critiquer l’Allemagne et a même mis en cause la qualité de ses produits dans l’automobile. Au-delà de la guerre des mots c’est la guerre économique qui commence entre les deux pays Le président américain Donald Trump a lancé une salve contre l’Allemagne et ses ventes de voitures aux Etats-Unis lors d’une rencontre jeudi avec les dirigeants de l’Union européenne, assure le site de l’hebdomadaire Der Spiegel.  »Les Allemands sont mauvais, très mauvais », a-t-il dit, lors de son entretien avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, celui du Conseil, Donald Tusk et d’autres hauts responsables de l’UE à Bruxelles. « Regardez les millions de voitures qu’ils vendent aux Etats-Unis. Horrible. Nous allons arrêter ça », a-t-il ajouté, selon des « participants à la rencontre » explique le Spiegel. Jean-Claude Juncker est alors intervenu, toujours selon la même source, pour fermement défendre l’Allemagne en assurant que le libre-échange profite à tous.  Le président américain, avant même son élection, s’en était pris à l’Allemagne et à Angela Merkel. Fidèle à son discours anti-libre-échange, il avait notamment adopté un ton très dur vis-à-vis des excédents commerciaux allemands, menaçant d’instaurer des taxes douanières en représailles. Trump accuse aussi l’Allemagne, de devoir « d’énormes sommes d’argent » à l’Otan et aux Etats-Unis.

Divorce entre l’Allemagne et les États-Unis

Divorce entre l’Allemagne et les États-Unis

Le G7, qui s’est déroulé ces derniers jours à Taormina, en Sicile, a visiblement laissé des traces… La chancelière allemande Angela Merkel en tire un constat amer : « L’époque où nous pouvions entièrement compter les uns sur les autres est quasiment révolue. C’est mon expérience de ces derniers jours », a dit Mme Merkel lors d’un meeting à Munich, dans le Sud de l’Allemagne. « Nous, Européens, devons prendre notre destin en main« , a-t-elle ajouté. « Nous devons nous battre pour notre propre destin« , a poursuivi la cheffe du gouvernement allemand, selon qui les relations avec le président français Emmanuel Macron doivent être d’autant plus étroites. Angela Merkel s’exprimait dans la capitale bavaroise au lendemain d’un sommet du G7 (Allemagne, France, Italie, Japon, Canada, Etats-Unis, Royaume-Uni) où l’unité des sept pays parmi les plus riches du monde s’est brisée face à un Donald Trump refusant de s’engager en faveur de l’accord de Paris contre le réchauffement climatique. La chancelière allemande avait d’ailleurs jugé les discussions de vendredi et samedi sur le climat « pas du tout satisfaisantes ».  Au cours du premier voyage à l’étranger de sa présidence, M. Trump s’est également rendu à Bruxelles où il a infligé une sérieuse déconvenue à ses alliés de l’Otan en refusant de s’engager explicitement en faveur de leur défense collective. Il y a aussi qualifié les pratiques commerciales des Allemands de « mauvaises, très mauvaises », selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel.

Moscovici : « J’aimerais que le débat politique italien cesse de viser la Commission »

Moscovici : « J’aimerais que le débat politique italien cesse de viser la Commission »

. Les personnalités politiques parlent toujours d’une Europe de technocrates ou d’eurocrates, surtout en Italie. Cela vous irrite-t-il ?(Interview)

S’il y a bien un pays qui ne peut pas penser que cette Commission est une Commission technocrate, c’est l’Italie. C’est le seul pays qui a bénéficié de toute la flexibilité offerte par le pacte. Pour 2016, cette flexibilité représente bien plus de 10 milliards d’euros. Personne d’autre n’a eu cette chance. L’an dernier, nous avons même accordé à l’Italie la clause sur les investissements, alors qu’en réalité, les investissements avaient chuté, mais nous avons pris en compte le délai d’arrivée des fonds structurels. Nous avons considéré que les mesures budgétaires en place pour 2017 étaient suffisantes, dans l’ensemble, pour que les conditions du pacte soient respectées. Donc, franchement, quiconque reproche à la Commission d’être une gardienne sévère des règles ne peut être sérieux. J’aimerais que le débat politique italien cesse de viser la Commission, alors qu’elle a été une alliée vigilante, sérieuse et exigeante du pays. Soyons sérieux, si la Commission est l’ennemi de l’Italie, je ne vois pas qui seraient ses amis. Je me considère personnellement un grand ami de l’Italie. Tout ce que nous voulons, c’est que cela soit reconnu.

L’Italie bénéficie donc d’un traitement de faveur ?

Personne n’est traité plus favorablement que les autres. Nous avons simplement pris en compte la situation. Il n’y a donc pas de favoritisme, pas de distinction entre grands et petits pays. Nous essayons d’être justes. Il est pourtant vrai que nous sommes montrés du doigt pour tous les maux du monde par la presse italienne, malgré le fait que nous ayons fait tout ce qui est en notre pouvoir pour trouver des solutions pour le pays. Je voudrais simplement que cela soit reconnu. Ce serait, selon moi, la justice politique la plus fondamentale.

Pour mettre en place des réformes, il faut de la stabilité. L’élection de Pedro Sanchez à la tête du parti socialiste espagnol pose-t-elle, selon vous, un risque pour la stabilité politique du pays ? Les réformes en seront-elles affectées ?

Nous ne nous occupons jamais des évolutions politiques internes dans les États membres, tant que les populistes ne sont pas vainqueurs. Tout comme nous ne commentons pas la vie interne des partis européens. Ce qui se passe au sein du PSOE regarde l’Espagne, et la question de la stabilité politique du pays concerne le gouvernement espagnol et les partis espagnols.

Pensez-vous que l’élection du nouveau président français ouvre une nouvelle dynamique politique en Europe ?

Je suis personnellement très content parce que depuis des années je propose de nommer un ministre des Finances de la zone euro, un budget et un parlement de la zone euro. Donc oui, il me semble qu’une fenêtre d’opportunité s’est ouverte. Cela ne veut pas dire que tout sera fait en un an ou que nos visions s’harmoniseront du premier coup. Nous savons que ce ne sera pas le cas, mais nous savons aussi qu’il existe une volonté d’aller vers une zone euro plus intégrée, plus forte, qui crée plus d’emplois et de croissance. La Commission, et moi-même, tout particulièrement, dédieront toute notre énergie politique à cet objectif. Le 22 mai, la Commission européenne a annoncé que le Portugal ne serait plus soumis à une procédure de déficit excessif. Après avoir reçu un renflouement de 78 milliards d’euros en 2011, le pays s’est redressé et l’exécutif européen a estimé qu’il atteindrait cette année un déficit de 2 % du PIB, soit bien en-dessous du plafond européen fixé à 3 %.L’Italie a aussi reçu de bonnes nouvelles, puisque la Commission a indiqué que Rome ne devrait pas introduire de nouvelles mesures de réduction de la dette, pourtant écrasante, à 133 % du PIB. L’institution a donné un avis positif sur les mesures adoptées cette année. La Commission a par ailleurs décidé d’appliquer une marge de flexibilité à la Lituanie et à la Finlande. Un avertissement a cependant été envoyé à la Roumanie, qui « dévie sérieusement » du plan budgétaire censé équilibrer ses comptes publics. La Commission a proposé que le pays adopte de nouvelles mesures de correction. Après des années de déficit excessif, d’avertissement, de mesures d’austérité et, plus récemment, de flexibilité de la part de la Commission, tous les États membres respectent aujourd’hui les règles budgétaires de l’Union, à l’exception de la France, de l’Espagne, de la Grèce et du Royaume-Uni. La France est le seul pays du groupe qui compte toujours des déséquilibres macroéconomiques excessifs.

___

Par Jorge Valero, Euractiv.com (traduit par Manon Flausch)

Code du travail: attendre début octobre (CFDT)

Code du travail: attendre début octobre (CFDT)

 

 

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a demandé dimanche au gouvernement d’attendre « fin septembre-début octobre » pour réformer le code du travail par ordonnances, « le temps de la concertation nécessaire ». Souhaitant aller vite, l’Elysée a précisé cette semaine vouloir une ratification des ordonnances « d’ici la fin de l’été », soit avant le 21 septembre. « Il ne faut pas passer des ordonnances en août (…) on peut être rapide sans être précipité », a déclaré Laurent Berger, invité du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro. « Il faut aller vers fin septembre-début octobre pour qu’on ait le temps de discuter du fond des sujets » et notamment « ce qui doit être traité » dans le code du travail, la branche ou l’entreprise, a-t-il ajouté. Sur cette question, la CFDT estime que « le code du travail doit garantir un socle important de droits », auxquels aucun accord de branche ou d’entreprise ne peut déroger, parmi lesquels « le salaire minimum » et « la sécurité au travail ». Ensuite, les branches professionnelles doivent déterminer les « classifications, les déroulements de carrière », a-t-il ajouté en estimant que « l’organisation du travail, la responsabilité sociale, les conditions de travail » devaient se négocier au niveau de l’entreprise. Mais « cette négociation doit être menée avec des représentants des organisations syndicales ». « Un référendum sans être passé par un accord, non », a-t-il prévenu alors qu’Emmanuel Macron a promis, pendant sa campagne, le référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur. Le numéro un de la CFDT, qui sera reçu lundi par le Premier ministre, entend à cette occasion « lui apporter un gros dossier avec un tas de propositions » sur « tous les sujets y compris la question européenne, la protection sociale, l’outre-mer ». Il a cité la création d’une « assurance chômage européenne ». La CFDT viendra aussi avec des « contrepropositions » sur les projets auxquels le syndicat est hostile, comme la barémisation des indemnités prud’homales pour licenciements abusifs. L’objectif est que « si des projets devaient se mettre en place, ce soit le moins difficile possible pour les travailleurs sur ces sujets là », a expliqué M. Berger.

Sondage prud’hommes : Les Français contre le plafonnement

Sondage prud’hommes : Les Français contre le plafonnement

Les Français veulent une réforme du code du travail mais ils sont opposés à 56% à un plafonnement des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif, au programme du président Macron, indique dimanche soir un sondage Elabe. Selon ce sondage, réalisé pour Les Echos, Radio Classique et l’Institut Montaigne, 44% des Français sont favorables à une réforme « en profondeur » du code du travail, mais 50% ne veulent « l’aménager sur quelques aspects seulement ». Ils ne sont que 6% à désirer le statu quo. Une grande majorité (72%) est en revanche favorable à une fusion des instances représentatives du personnel ou à l’organisation par l’employeur de référendum en cas d’accord minoritaire (71%).

Trump veut se retirer l’Accord de Paris ?

Trump veut se retirer l’Accord de Paris ?

Le président américain, Donald Trump, a confié à certains membres de son entourage qu’il entendait soustraire les Etats-Unis de l’Accord de Paris, rapporte samedi le site d’information Axios qui cite trois sources proches du dossier. Parmi les personnes que le président a informées, figure Scott Pruitt, patron de l’EPA (Agence de protection de l’environnement), écrit Axios. Personne à la Maison blanche n’a immédiatement répondu aux demandes de commentaires formulées par Reuters. Donald Trump annoncé samedi sur Twitter qu’il prendrait sa décision la semaine prochaine.  Si les Etats-Unis ont paru faire quelques concessions sur la question des relations commerciales lors du sommet des dirigeants du G7, ils sont restés isolés sur celle du climat, exigeant de leurs partenaires plus de temps pour décider s’ils vont honorer les engagements pris lors de la COP21 en 2015 à Paris. L’Accord de Paris sur le climat est entré en vigueur le 4 novembre dernier, après sa ratification par au moins 55 pays comptant plus de 55% des émissions de gaz à effet de serre de la planète. Les Etats-Unis et la Chine l’ont ratifié ensemble au tout début septembre 2016.

NKM dans la majorité (Sarnez)

NKM  dans la majorité (Sarnez)

Priée de dire si l’ancienne ministre de l’Ecologie, candidate du parti Les Républicains à Paris pour les législatives de juin, avait sa place « dans la majorité et au sein du gouvernement », Marielle de Sarnez a répondu sur Radio J : « C’est à elle de nous le dire, bien sûr qu’elle pourrait le soutenir, je n’en doute pas. » « Nous avons cinq ans et dans ces cinq années nous avons une obligation absolue de réussite », a poursuivi la vice-présidente du MoDem, elle aussi candidate dans une circonscription parisienne. « Pour réussir, il faut être unis, il faut être rassemblés. Une majorité d’abord parlementaire, et ensuite, oui, si on pouvait sortir de la guerre de tranchées, ce serait bien », a-t-elle ajouté. Nathalie Kosciusko-Morizet, ex-candidate à la primaire de droite avait signé avec plus de 170 élus Les Républicains un appel à « répondre à la main tendue » d’Emmanuel Macron.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Macron intransigeant face à May sur le Brexit

Macron intransigeant face à May sur le Brexit

Les relations entre la France et le Royaume-Uni ne se sont guère réchauffées lors du G7. On a même vu que Le président français Emmanuel Macron éviter la proximité avec la première ministre britannique. En cause une divergence très importante : le Royaume uni veut d’abord discuter des futures relations commerciales et en fait un préalable tendis que que Macron, lui, veut discuter en premier d des conditions de départ  du Royaume-Uni Lors de la première réunion bilatérale vendredi entre les deux dirigeants, en marge du G7, Mme May a répété qu’elle souhaitait que des négociations sur un futur accord commercial entre le Royaume-Uni et l’Europe démarrent dès le début des négociations sur la sortie de son pays de l’Union européenne. Et ce, sans attendre que soient réglées les questions délicates de la facture financière du Brexit et des droits des expatriés. « Pour le Brexit, je redis clairement qu’aux termes du traité européen nous disposons de deux ans pour négocier la sortie et les relations futures avec l’UE. Et quand nous sortirons, il est important que nous sachions non seulement les termes de la sortie mais ce que sera cette relation future y compris commerciale », a-t-elle dit devant la presse. Elle a aussi « réaffirmé son souhait de clarifier très tôt le statut des citoyens européens dans le Royaume-Uni et vice versa », a indiqué la délégation britannique. Mais de son côté, M. Macron s’est borné à indiquer que « l’UE sera unie dans la négociation du Brexit », ce qui signifie, a précisé la délégation française, que la France restera sur la position que partagent les autres pays européens, à savoir d’abord le Brexit, puis après seulement les négociations sur les relations futures entre l’UE et le Royaume-Uni. »Mais la France et le Royaume-Uni continueront d’entretenir des liens étroits dans tous les domaines de coopération économiques, sécuritaires et diplomatiques entre nos deux pays », a ajouté le président français. L’activation, le 29 mars par le gouvernement britannique de l’article 50 du traité de Lisbonne, a officiellement lancé le divorce avec l’UE, ouvrant la voie à deux années de négociations de sortie. En avril, les 27 dirigeants de l’UE ont adopté à l’unanimité les grands principes directeurs qui guideront les négociateurs européens du Brexit au cours des deux prochaines années, illustrant ainsi leur unité revendiquée face au Royaume-Uni. Début mai, le négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, Michel Barnier, avait prévenu que le Brexit ne se ferait pas « rapidement et sans douleur », alors que Londres et Bruxelles se crispent en particulier autour de la facture du départ.

 

 

Risque d’éclatement de la bulle Uber

Risque d’éclatement de la bulle Uber

Selon un analyste Uber qui ne cesse d’accumuler les pertes risque d’éclater en plein vol du faîte d’une valorisation complètement artificielle.  Cette valorisation avoisine les 70 milliards de dollars.  Un gérant de fonds estime que les investisseurs qui ont misé dans Uber sont victimes d’un système s’apparentant à une pyramide de Ponzi. Selon Hamid Douglass, il n’y a que 1% de chance que le groupe évite la faillite dans les dix ans qui viennent. Pointé du doigt par une partie de ses chauffeurs et même de ses clients après les polémiques déclenchées par son patron Travis Kalanick, Uber commence à l’être également par certains investisseurs. Hamid Douglass, le co-fondateur d’une société d’investissement qui gère plus de 37 milliards de dollars, estime que dans les dix ans qui viennent, Uber a moins de 1% de chance de survie. « Quand je regarde Uber … je pense que c’est l’un des investissements les plus stupides de l’histoire. La probabilité de faillite de cette entreprise dans une décennie est de 99% », a déclaré le dirigeant de Magellan Financial Group.  Hamid Douglass va même plus loin et compare les levées de fonds d’Uber à un système de Ponzi, un montage financier frauduleux qui consiste à rentabiliser les investissements des anciens actionnaires essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants.  »La société perd constamment de l’argent, et sa stratégie de levée de fonds ressemble de plus en plus à un système de Ponzi (…) Tout ce qu’ils font avec les levées de fonds est de continuer à faire progresser la valorisation de l’entreprise car il y a toujours quelqu’un pour dire, ‘je vais mettre de l’argent dans l’entreprise puisque la prochaine levée de fonds se fera à un prix plus élevé’ ». Hamid Douglass n’est pas le seul à critiquer la valorisation d’Uber. Certains analystes doutent également de la capacité de groupe à devenir rentable. En 2016, le groupe américain a enregistré une perte de 2,8 milliards de dollars, soit près de 1 milliard de dollars de plus qu’en 2015. Une somme colossal qui est difficile à comprendre pour une entreprise qui ne compte que 6.700 salariés dans le monde (dont à peine 120 en France) et aucun site industriel.

Climat G7 : Merkel pas contente

Climat G7 : Merkel pas contente

Alors que Macron affiche un certaine optimiste sur l’évolution possible de la position américaine en matière de climat Merkel, elle,  se montre très déçue le dit    »Toute la discussion sur le sujet du climat a été très difficile, pour ne pas dire pas du tout satisfaisante », a déclaré Mme Merkel devant la presse. « Nous avons ici une situation à six contre un, ce qui signifie qu’il n’y a encore aucun signe quant à savoir si les Etats-Unis resteront ou non dans l’accord de Paris » sur le climat, a-t-elle ajouté. Des sources européennes ont également confirmé que le communiqué final acterait l’absence de position commune entre les Etats-Unis et les six autres membres du G7. Peu avant, le président américain, a annoncé, sur Twitter qu’il déciderait la semaine prochaine, sur un éventuel retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat.

Cambadélis : le dernier secrétaire du PS

Cambadélis : le dernier secrétaire du PS

Cambadélis pourrait bien être le dernier secrétaire du parti socialiste. En cause, le fait qu’il risque de ne pas être reconduit comme député. Il ne sera pas le seul car si le parti socialiste peut compter sur environ 250 députés aujourd’hui, lors  des prochaines législatives ce nombre pourrait être ramené à une trentaine. Un véritable cataclysme qui pourrait faire éclater ce qui reste du parti socialiste. Bref le parti socialiste s’apprête à devenir un groupuscule de gauche et d’une certaine façon Cambadélis pourrait être le croque-mort du parti socialiste même s’il affirme qu’il Il n’est pas prêt de raccrocher: dans une interview au Monde, Jean-Christophe Cambadélis promet qu’il « fer[a] de la politique jusque dans [s]a tombe ». En cas de défaite aux législatives, le premier secrétaire du Parti socialiste ne compte pas se ranger des voitures.  Candidat dans la 16ème circonscription de Paris, l’éléphant socialiste est pris en étau entre le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi pour La République en marche et la représentante de la France insoumise Sarah Legrain, tous deux trentenaires et étoiles montantes de leurs partis. Député depuis 1988 (avec une interruption de 1993 à 1997), « Camba » pourrait cette fois ne pas être reconduit, victime du « dégagisme » ou du « renouvellement». Dans le 19ème arrondissement, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 30,5%, suivi d’Emmanuel Macron à 29,9%. Benoît Hamon a beau avoir obtenu le double de son résultat national (13,2% contre 6,36%) dans cette circonscription, il est toutefois arrivé quatrième, derrière François Fillon. De quoi donner des sueurs froides au patron de Solferino.

Energie nucléaire : indispensable en France (EDF)

Energie nucléaire : indispensable en France (EDF)

En écho à la nomination de Nicolas Hulot comme ministre de l’écologie le patron d’EDF a tenu à rappeler que le nucléaire était indispensable en France pas seulement maintenant mais pour des décennies. Une sorte de mise en cause de l’évolution de la politique énergétique décidée par Ségolène Royal. Effectivement aujourd’hui, 71% de la production d’électricité émane de l’énergie nucléaire, 14% de l’énergie hydraulique, 6% du gaz, 4% de l’énergie solaire, 3% de l’éolien, 1% des bioénergies et 1% du charbon. La loi de transition énergétique adoptée en août 2015 prévoit de baisser de 75 à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité d’ici 2025.  Certes on ne peut qu’être d’accord avec la politique de transition énergétique qui vise d’une part à réduire la part du nucléaire à 50 % d’ici 10 ans,  d’autre part à développer les énergies alternatives. Un objectif ambitieux mais difficilement réalisable. Pour preuve dans les 20 ans à venir, on  ne fermera aucune centrale nucléaire et Fessenheim sera plus que  compensée par la mise en service de la centrale de Flamanville.  La durée de vie du parc actuel sera même prolongée d’une vingtaine d’années avec l’opération grand carénage. Du coup, les objectifs de la loi de transition énergétique paraissent assez hypothétiques puisqu’il est supposé par ailleurs que la demande sera réduite de 20% d’ici 2020-2025 et de 50% d’ici 2050. Pour tout dire,  cette loi présente davantage un caractère d’affichage qu’une dimension réellement opérationnelle. Pour parler plus clair,  elle a surtout été décidée pour satisfaire les écolos politisés et-ou- ésotériques et non pour constituer la base d’une politique énergétique. Pour gommer ses contradictions,  au moins en apparence,  la France développe un plan de développement d’éoliennes à la fois incongru, coûteux et dangereux pour l’environnement. En outre,  les conditions financières de ce plan constituent une aberration puisque la rentabilité des éoliennes est essentiellement fondée sur un tarif de rachat de l’électricité garanti par l’État supérieur de deux fois au prix du marché de l’électricité. (Une aide illégale d’après  la Cour de Justice de l’Union Européenne). On peut se demander, en l’état actuel des finances d’EDF, quel sera l’équilibre économique de ces projets. En effet la situation d’EDF est catastrophique et s’il  agissait d’une entreprise réellement privée, elle serait en faillite depuis longtemps (l’action d’EDF a perdu le tiers de sa valeur en quelques années et cela en dépit de la présentation d’un résultat relativement artificiel). L’entreprise est sans doute au bord de la rupture financière en tout cas à moyen et long terme.  Il faudra sans doute envisager pour les prochaines années une augmentation de l’ordre de 50 % à 100% du prix de l’électricité. D’une manière générale,  le coût de l’électricité d’origine nucléaire a été complètement sous-estimé en France. Il faut dire que la situation financière d’EDF est intenable. Il faut d’abord apurer une énorme dette de 40 milliards, ensuite trouver 50 milliards pour les travaux permettant de prolonger la durée de vie du parc nucléaire actuel. Financer aussi au moins en partie les 25 à 50 milliards du site d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure en Moselle ; un site d’enfouissement qui va permettre de participer au démantèlement du parc nucléaire actuel le moment venu. Un démantèlement dont le coût est fixé autour de 15 milliards et qui pourrait être plus proche de 100 milliards. Enfin avec le développement notamment des énergies alternatives, il faudra envisager la construction d’un nouveau réseau électrique pour collecter et redistribuer le courant. Pour raccorder des milliers de centrales de production d’électricité que seraient tous ces parcs éoliens disséminés sur le territoire, et pour éviter une instabilité des réseaux, ERDF a annoncé 40 milliards d’investissements dont 4000 km de lignes haute tension. Enfin il faudra faire face à un besoin de financement de 200 milliards à terme pour le renouvellement du parc nucléaire. Globalement  il faudra trouver de l’ordre de 500 milliards d’ici 2050-2060. On se demande comment EDF pourra assurer dans ces conditions le rachat d’électricité d’origine éolienne au double du prix du marché. Il est vraisemblable que le développement d’autres énergies alternatives serait économiquement plus rentable  pour EDF, les clients et plus généralement la collectivité. On pense en particulier au développement d’énergies neutres voire positives des bâtiments industriels et agricoles et des résidences d’habitation via la filière photo voltaïque notamment. Aujourd’hui 75% de l’énergie primaire sont utilisés par le résidentiel, le tertiaire et le transport. Avec les bâtiments à énergie neutre ou positive on pourrait réduire cette part à 25 %. Contrairement à l’idée répandue,  les prix mondiaux de l’électricité ne s’inscriront pas dans une tendance haussière compte tenu de l’excédent de l’offre. Les baisses enregistrées du prix de l’électricité ces derniers temps sur le marché mondial en témoignent.  Du coup l’équilibre économique d’EDF s’en trouvera encore davantage perturbé et le rachat de l’énergie d’origine  éolienne au double du prix de ce marché encore plus intenable. D’autant que la concurrence des distributeurs va encore s’accroître (voir notamment les effets du regroupement Engie et l’entreprise allemande RWE).

États-Unis : La croissance révisée en hausse à 1,2% pour le 1er trimestre

États-Unis : La croissance  révisée en hausse à 1,2% pour le 1er trimestre

Le tassement assez net de la croissance au premier trimestre et confirmé même s’il est moins important que ce qui était prévu dans les chiffres provisoires. En fait la croissance en rythme annualisé serait de 1,2 % au premier trimestre pour. Au quatrième trimestre, la croissance avait été de 2,1%. « La deuxième estimation donne une image plus exacte du degré de ralentissement au début de l’année mais la principale inquiétude sur la croissance de la consommation privée demeure », a déclaré Michael Papen, économiste en chef chez Barclays. Le gouvernement a révisé à la hausse son estimation initiale de la croissance de la consommation des ménages, mais a revu en forte baisse la constitution de stocks des entreprises. La faiblesse constatée au premier trimestre ne fait pas les affaires de Donald Trump qui a promis de doper l’économie américaine. Lors de la campagne présidentielle, le magnat de l’immobilier avait dit vouloir porter la croissance annuelle à 4%. L’administration républicaine table aujourd’hui sur une croissance de 3%, qu’elle juge plus réaliste. Pour développer l’économie, Trump a proposé un programme basé notamment sur des baisses d’impôts et des investissements dans les infrastructures. Mais les analystes craignent que cette politique, si elle se concrétise, provoque une surchauffe de l’économie compte tenu de la faiblesse de la productivité et du manque de main d’oeuvre dans certains secteurs. Si la croissance semble avoir retrouvé un peu de son élan au début du deuxième trimestre, la faiblesse des investissements des entreprises, la modeste hausse des ventes au détail et le déficit commercial au mois d’avril suggèrent qu’elle pourrait ne pas être robuste. Le département du Commerce a annoncé vendredi que les commandes de biens durables hors défense et aéronautique, considérées comme un bon baromètre des projets d’investissement des entreprises, sont restées inchangées en avril, pour le deuxième mois d’affilée. La croissance des dépenses des ménages, qui représentent plus des deux tiers du PIB, s’est faite à un rythme annualisé de 0,6%, au lieu de 0,3% en première estimation, mais reste à son niveau le plus faible depuis le quatrième trimestre 2009, après le rythme soutenu, de 3,5%, constaté au quatrième trimestre.

Le TGV rebaptisé InOui !!!

Le TGV rebaptisé InOui !!!

 

 

À défaut de développer une politique réellement innovante pour reconquérir une clientèle qui ne progresse guère,  la SNCF une nouvelle fois fait dans la com. Elle rebaptise ses TGV. Pas sûr cependant que cette initiative soit très heureuse dans la mesure où le TGV est sans doute le seul produit de l’entreprise dont le nom est attaché à une certaine idée de la modernité. Manquerait plus que le nom de TGV soit utilisé par des concurrents ferroviaires ou d’autres modes.  Le  train à grande vitesse de la SNCF, va « progressivement » changer de nom à partir du mois de juillet, devenant inOui, a dit à Reuters un porte-parole de l’entreprise de transports, confirmant une information parue samedi dans Le Parisien. InOui, qui promet wifi, wagon bar et voitures confortables, doit être le pendant premium de Ouigo, la marque de train low-cost de la SNCF lancée en 2013. Les nouvelles rames doivent être présentées officiellement lundi après-midi à la Gare Montparnasse, à Paris. Elles seront inaugurées le 1er juillet, en même temps que les lignes à grande vitesse du TGV Atlantique reliant Paris à Rennes et Bordeaux, précise la SNCF. Le déploiement des nouvelles rames se fera « progressivement » d’ici à la fin de l’année 2018. Le site internet voyages-SNCF, premier site de e-commerce français, sera de son côté renommé oui.sncf. Avec cette nouvelle appellation, la SNCF entend clarifier son offre, après avoir lancé Ouigo, ses services d’autocars Ouibus et de location de voitures OuiCar.

Climat : Macron pense que Trump a « pris conscience »

Climat : Macron pense que Trump a « pris conscience »

 

Macron se montre peut-être un peu optimiste en pensant que le président américain a pris conscience des enjeux concernant le climat. On observera en tout cas qu’aucun accord n’a été possible lors de la rencontre du G7 et que la chancelière allemande endiablée Merkel s’est déclarée particulièrement déçue sur ce point. On pourra vérifier cette semaine si l’optimisme de macro l’emporte sur le pessimisme de Merkel car le président américain doit définir sa position concernant l’accord de Paris dans la semaine. En attendant Macron  mise sur une évolution de la position américaine « Il y a quelque semaines encore, on pensait que les Etats-Unis allaient quitter le cadre des accords de Paris (sur le climat-NDLR) et qu’aucune discussion ne serait possible », a estimé le chef de l’Etat à l’issue de la réunion de Taormine. »Je considère qu’il y a eu un progrès et qu’il y a eu une vraie discussion et de vrais échanges. Et je pense que les arguments qui ont été mis en lumière par les six autres Etats membres ont été extrêmement complémentaires et, je crois, ont permis à M. Trump de prendre conscience de l’importance de cet enjeu et de sa nécessité, y compris pour sa propre économie. »Les chefs d’Etat du G7 se sont engagés samedi à lutter contre le protectionnisme, surmontant les résistances de Donald Trump qui continue à développer sa position de « l’Amérique d’abord », thème sur lequel il a été élu, mais ne sont pas parvenus à s’accorder sur la question de la lutte contre le réchauffement climatique. Si les Etats-Unis ont paru faire quelques concessions sur la question des relations commerciales, ils restent isolés sur celle du climat, exigeant de leurs partenaires plus de temps pour décider s’ils vont honorer les engagements pris lors de la COP21 en 2015 à Paris. Le président français a fait état d’un « désaccord profond » avec Donald Trump mais, contrairement à la chancelière allemande Angela Merkel, qui a fait part de sa déception sur le climat, Emmanuel Macron a voulu positiver, récusant par exemple l’image d’un G7 qui n’aurait été qu’un « 6+1″. »Je ne veux pas entrer dans une logique d’un 6+1 parce qu’on irait dans le sens d’une fragmentation des démocraties et des grandes puissances économiques, ce qui n’irait pas dans le sens de nos intérêts », a-t-il dit lors de sa conférence de presse.   »Il y a des désaccords qui s’expriment autour de la table. Il y en a eu un, en tout cas à ce stade, sur le climat. J’espère que nous continuerons à réduire cet écart. » Il a souligné que la Chine, l’autre grand pollueur de la planète avec les Etats-Unis, avait, elle, changé d’attitude. « La Chine a pris ses responsabilités en matière climatique. Si nous décidions de ne pas les prendre, notre responsabilité sur le plan moral, politique et économique serait immense. Je pense que ce serait une erreur », a dit Emmanuel Macron. Adopté le 12 décembre 2015 lors de la 21e Conférence des parties à la convention climat, l’accord de Paris jette les bases d’une maîtrise des émissions de gaz à effet de serre à l’origine des dérèglements climatiques. Il fixe le cadre d’engagements politiques, économiques et financiers visant à contenir la hausse de la température moyenne de la planète « nettement en dessous de 2°C » en 2100 par rapport aux niveaux préindustriels.

Rencontre Macron Poutine : au menu la Syrie et l’Ukraine

Rencontre Macron Poutine : au menu la Syrie et l’Ukraine

 

Le menu de la rencontre entre Emmanuel macro et Poutine risque d’être relativement indigeste. Il sera surtout question des problèmes qui fâchent,  c’est-à-dire des rapports entre la Russie et l’Ukraine, entre la Russie et la Syrie. Le dialogue ne sera sans doute pas inutile mais il ne faut guère espérer de décision très claire. La rencontre se terminera sans doute par un communiqué indiquant que les échanges ont été pragmatiques et francs   »J’aurai un dialogue exigeant avec la Russie. Mais ça veut dire malgré tout avoir un dialogue », a déclaré le chef de l’Etat français à l’issue du sommet du G7 de Taormine (Italie). « Je considère qu’il est indispensable de parler avec la Russie parce qu’il y a nombre de sujets internationaux qui ne se règleront pas sans avoir un échange exigeant avec les Russes. » « Nous devons parler avec la Russie pour changer le cadre de sortie de la crise militaire en Syrie et pour construire de manière beaucoup plus collective et intégrée une solution politique inclusive », a-t-il expliqué. Il a notamment regretté qu’aucun pays du G7 n’ait été autour de la table des discussions sur l’avenir de la Syrie qui se sont déroulées à Astana avec la Russie, l’Iran et la Turquie. Il entend également parler du dossier ukrainien « sans aucune concession sur le sujet » vis-à-vis de la Russie. »Sur ce point, d’ailleurs, je souhaite que nous puissions au plus vite, sous le format qu’on qualifie Normandie, avoir une discussion à quatre sur le sujet de l’Ukraine », a-t-il dit. La France, l’Allemagne, la Russie et l’Ukraine font partie de ce format .

12345...1144



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol