Archive pour le Tag 'économie'

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Économie : le retour de Keynes ?

Économie : le retour de Keynes ?

 

Antoine Reverchon

L’économiste américain Stephen Marglin publie un ouvrage rappelant la radicalité oubliée du grand économiste britannique, dont la pensée retrouve toute son actualité, rapporte Antoine Reverchon dans sa chronique du Monde .

 

Chronique.

 

Bien peu d’articles de l’économiste américain Stephen Marglin ont été traduits en français. L’un d’eux, « A quoi servent les patrons ? » l’a été sous une forme abrégée dans un ouvrage collectif publié en 1973 sous la direction d’André Gorz – il a été republié en version intégrale et commenté en 2004 (Bruno Tinel, ENS Editions).

Dans ce texte, le professeur de Harvard, qui avait débuté comme un brillant économiste néoclassique (il fut en 1969 l’un des plus jeunes chercheurs de Harvard à y obtenir une tenure – sommet de la hiérarchie académique), prenait le contrepied de la théorie économique alors dominante, selon laquelle le niveau des salaires est fixé par l’équilibre de marché entre offre et demande de travail. Il démontrait en effet qu’il s’expliquait aussi (et surtout) par les rapports de domination au sein de l’entreprise – devenant ainsi une figure de proue de ce que l’on appelle aux Etats-Unis les économistes « radicaux », et en France les « hétérodoxes ».

Stephen Marglin a publié cet été un livre couronnant sa longue carrière : Raising Keynes. A Twenty-First-Century General Theory (« Retrouver Keynes, une théorie générale pour le XXIsiècle », Harvard University Press, 928 pages, non traduit), qu’il a présenté le 22 novembre lors d’un séminaire à l’université de Genève. Il y propose une nouvelle lecture de l’ouvrage majeur du Britannique John Maynard Keynes (1883-1946), Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (première publication aux Etats-Unis en 1936), car, selon lui, la lecture des économistes néo et post-keynésiens en aurait trahi le propos véritable. Ils ont en effet utilisé l’analyse des dysfonctionnements du capitalisme proposée par Keynes pour construire des modèles permettant de corriger ces dysfonctionnements.

Un Etat libéral et démocratique ne peut pas être uniquement un « régulateur » corrigeant les défaillances de marché, mais doit être un acteur économique à part entière

Cette interprétation est à la base des instruments de politique économique déployés depuis cinquante ans pour retrouver l’« équilibre naturel » entre prix, salaires et production : cible d’inflation, « assouplissement » du marché du travail, déréglementation pour « libérer » la croissance, etc. Mais pour Stephen Marglin, Keynes démontre en réalité que le capitalisme ne possède pas de capacité d’autorégulation ; ses dysfonctionnements sont intrinsèquement liés à son fonctionnement, dont la description inclut la formation de monopoles et des oligopoles, la destruction des ressources, le chômage, les inégalités de revenus, les crises financières. Il ne s’agit pas d’« externalités » qui pourraient être « internalisées » par un meilleur fonctionnement des marchés, mais du fonctionnement des marchés eux-mêmes.

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie-Inflation : vers une hausse réelle d’environ 5 à 10 %

Economie-Inflation : vers une hausse réelle d’environ 5 à 10 %

 

Officiellement l’INSEE a seulement constaté une hausse de 2,6 % sur un an en octobre. Une hausse beaucoup moins importante que celle enregistrée dans la zone euro avec 4,1 %. Une différence curieuse quand on sait que la France importe la majorité des produits consommés qui subissent forcément l’augmentation des matières premières, des dérèglements logistiques et de l’énergie. L’explication vient en grande partie du caractère obsolète de l’indice qui mesure les prix et qui ne tient pas compte de l’évolution structurelle de la consommation

Dans l’alimentaire, on aussi  prévoit des augmentations qui pourraient atteindre jusqu’à 10 %. Ne parlons pas des dépenses contraintes  » logement, assurance, abonnement, énergie don,t les prix dérapent de façon notoire.

Dans l’habillement aussi on prévoit une augmentation de cinq à 10 %, l’habillement fait les frais d’une conjonction de facteurs négatifs à commencer par la hausse des coûts des matières premières. Le prix du coton atteint ainsi des sommets jamais vus depuis 2011. La laine suit elle aussi une tendance à la hausse de même que le pétrole, dont le textile est très demandeur pour fabriquer ses fibres synthétiques. L’augmentation des prix du fret, le transport de marchandises, pèse également sur les prix de l’habillement. 

Une solution qui montre la capacité d’adaptation du secteur mais qui ne devrait pas inverser la tendance haussière pour autant dans les magasins. Seules les perspectives optimistes de la Banque centrale européenne qui prévoit une inflation temporaire permettent de se montrer optimistes. «Les mesures de l’inflation sous-jacente», c’est-à-dire hors des prix volatils de l’énergie et de matières premières, «évoluent dans la bonne direction»a encore affirmé sa présidente, Christine Lagarde, lors d’un congrès sur la finance à Francfort, le 19 novembre dernier. Même si ce scénario se réalisait, les prix sur les portants ne baisseraient pas pour autant, conclut un expert de l’habillement : «Une fois qu’ils ont augmenté, la hausse est entérinée et c’est difficile de revenir en arrière».

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus