Archive pour la Catégorie 'sciences'

Bruno Le Maire : la France aura un « SpaceX en 2026 »

Bruno Le Maire : la France aura un « SpaceX en 2026 »

Le ministre de l’économie a indiqué qu’ArianeGroup allait développer, à son tour, un mini lanceur réutilisable concurrent de l’engin américain. « Nous aurons un SpaceX en 2026 » a assuré le ministre tout en reconnaissant que « le délai (était) court ». Une confirmation de ce qu’avait annoncé Emmanuel Macron lors de la présentation de son plan 2030. Le seul problème qui se pose c’est la question de l’existence même d’Ariane group dont l’avenir n’est nullement assuré !

Ariane Group a clairement des problèmes de compétitivité. Pour preuve, cela se traduit désormais dans les chiffres, avec l’annonce de la suppression de 600 postes au sein du groupe européen d’aérospatial d’ici la fin 2022. Si ces 600 départs vont concerner la France et l’Allemagne, le groupe va aussi opérer le transfert de la production du moteur Vinci d’Ariane 6 de l’usine de Vernon (Eure) vers le voisin allemand, a appris jeudi l’AFP de sources syndicales.

« Tous les postes de travail sont concernés, sauf les personnels en atelier », a précisé une source syndicale. Les départs, volontaires, s’étaleront tout au long de l’année 2022. Dévoilé par Challenges, ce plan vise à redonner de la compétitivité et réduire les coûts du fabricant des fusées Ariane.

« Sachant qu’en France, on a 350 départs naturels chaque année, si on y ajoute le flux d’embauches que l’entreprise va maintenir, il faudra faire partir 150 à 200 personnes », a estimé Philippe Gery, délégué syndical central CFE-CGC.

ArianeGroup fait face à la féroce concurrence de l’américain SpaceX et ses lanceurs réutilisables. Avec sa constellation Starlink, elle possède déjà une avance sur son rival européen. Sur plus de 9.000 satellites placés en orbite depuis 1957, « Space X a déjà déployé 1.677 satellites pour Starlink, ça veut dire qu’aujourd’hui, sur tous les satellites en opération, 35% appartiennent à un homme, Elon Musk, et si vous prenez les satellites de plus de 50 kg, c’est plus de 50% », pointait le PDG d’Arianespace.

La régulation de l’intelligence artificielle par l’Unesco

La régulation de l’intelligence artificielle (par l’Unesco)

 

L’Unesco a annoncé jeudi 25 novembre avoir adopté un premier texte mondial sur l’éthique de l’intelligence artificielle. 

 

Dans son rapport du printemps 2019, un  groupe d’experts de haut niveau de la Commission européenne notait que : « Dès qu’un système d’IA a une incidence importante sur la vie des personnes, il devrait être possible d’exiger une explication appropriée du processus de décision. »

Absence de sens commun. Performants pour des tâches simples et répétitives, les systèmes d’IA n’ont en revanche aucune compréhension du monde qui les entoure, ou du contexte dans lequel ils opèrent. Cela entraîne, par exemple, des erreurs de traduction cocasses (pour s’en assurer, il suffit de tester la phrase « mon avocat est immangeable » sur Google Traduction).

Mais cela peut aussi engendrer de graves dérives : après les attentats de Londres en juin 2017, l’algorithme de tarification dynamique d’Uber avait commencé par doubler le tarif des courses dans la zone concernée pour répondre à l’afflux de demandes.

Une solution à cette absence de sens commun peut être de mettre des humains « dans la boucle » des décisions, mais ce n’est pas toujours possible. Une autre approche consiste à définir des seuils de confiance, au-delà desquels une validation de la décision deviendrait obligatoire.

Certification impossible. Pour certaines applications, notamment dans les systèmes critiques (transport aérien, par exemple), les logiciels sont aujourd’hui certifiés, c’est-à-dire que leur fiabilité est mesurée et garantie. L’informatique classique, basée sur des programmes et des règles, le permet. En revanche, ce n’est pas encore possible avec les outils d’intelligence artificielle, dont les résultats varient en fonction des données qui servent à les entraîner. Aujourd’hui, aucun pilote automatique d’avion ne repose sur des outils d’intelligence artificielle et on imagine mal que les voitures autonomes soient autorisées à grande échelle sans aucune certification.

Dans leur rapport de 2019, les experts de l’Union européenne appelaient de leurs voeux la mise en place de ces certifications, qui « appliqueraient des normes définies pour différents domaines d’application et techniques d’IA, dûment alignées sur les normes industrielles et sociétales des différents contextes. »

« Les technologies de l’IA peuvent rendre de grands services à l’humanité » et « tous les pays peuvent en bénéficier », mais  »elles soulèvent également des préoccupations éthiques de fond », souligne dès son préambule la recommandation de 28 pages, ratifiée par les 193 Etats-membres de l’Unesco.

Fruit d’un travail ayant démarré en 2018, la recommandation de l’Unesco met en avant des valeurs – « respect, protection et promotion des droits de l’homme », « diversité et inclusion », promotion de  »sociétés pacifiques » et de l’environnement – que les Etats-membres s’engagent à respecter.

Elle liste également des actions que les signataires devront réaliser, notamment la mise en place d’un outil législatif pour encadrer et surveiller les IA,  »assurer une sécurité totale pour les données personnelles et sensibles » ou encore éduquer les masses à leur sujet.

5G : le mythe des ondes dangereuses ?

5G : le mythe des ondes dangereuses ?

 

OPINION.

 

On n’entrevoit probablement qu’à peine les applications qui seront demain rendues possibles par la 5G. Pourtant, son déploiement a suscité voilà quelques mois une levée de boucliers sans précédent, et la 5G fut pilonnée et accusée de tous les maux. Dernier écho en date: la 5G pourrait perturber les radioaltimètres des avions et provoquer paralysie aéroportuaire et incidents aériens. Crash en vue pour la 5G ou simple effet de manche interroge dans la Tribune Sébastien Point, physicien et ingénieur, spécialiste des sciences & technologies, président de la section Rayonnements non ionisants de la Société française de radioprotection.

Une information sur de potentielles interférences entre les ondes de la 5G et les radioaltimètres des avions a depuis peu contribué à ranimer les débats sur la pertinence de déployer la technologie 5G, laquelle technologie avait subi, il y a quelques mois, de violentes attaques d’une mouvance écoésotérique radicale qui y voyait un asservissement de l’humanité aux machines ou encore une immense catastrophe sanitaire à venir.

Ainsi, après s’être demandé si la 5G pouvait être dangereuse pour la santé des individus et non satisfaite sans doute d’avoir dépensé tant d’énergie à débattre de son éventuel impact environnemental, voilà qu’une partie de la presse se demande désormais si la 5G ne serait pas dangereuse pour… les avions. On lit ainsi, sur le site lechotouristique.com[1] , que des compagnies aériennes « pourraient être contraintes d’annuler, de retarder ou de détourner des vols dans les 46 zones américaines où se trouvent des tours 5G ».

Un avertissement qui ne date pas d’hier

En cause, la proximité des fréquences utilisées par les radioaltimètres des avions avec l’une des bandes de fréquences des émetteurs 5G. Sont rapportés sur de nombreux sites d’information en ligne les propos d’un porte-parole de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avertissant que « l’utilisation d’appareils 5G à bord des aéronefs pourrait conduire à des risques d’interférences conduisant à des erreurs potentielles sur les mesures d’altitude », ce qui serait critique lors des phases d’atterrissage et de décollage. Le site lesnumériques.com[2] insiste quant à lui sur le fait que l’avertissement ne date pas d’hier puisqu’aux Etats-Unis l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) « avait déjà alerté à ce sujet l’an dernier » et qu’« en France, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avait demandé en 2020 des analyses techniques supplémentaires avant l’allumage d’antennes 5G proches des aéroports ».

Néanmoins, comme le précise la FAA, « il n’a pas encore été rapporté d’exemples prouvés d’interférences dues aux réseaux de téléphonie sans fil au niveau international », et certains, à l’image du site nouvelles-du-monde.com[3], se demandent si tout cela n’est pas monté en épingle pour des raisons bassement politiques de concurrence entre l’Administration fédérale de l’aviation et la Commission fédérale des communications.

Quoiqu’il en soit, il y a fort à parier qu’une fois les ajustements techniques réalisés, cette histoire, qui relève de la compatibilité électromagnétique, un champ d’investigation scientifique bien encadré normativement et parfaitement connu des ingénieurs, finisse par ressembler à un simple trou d’air dans le déploiement de la 5G. Le fait qu’elle fasse les gros titres montre néanmoins que le débat n’est pas apaisé et qu’une certaine presse gagnerait peut-être à ce qu’il s’enflamme à nouveau. Car, faut-il le rappeler, aucune des accusations proférées à cors et à cris contre la 5G n’a jamais bénéficié de réel fondement, et toutes se sont révélées in fine appartenir au domaine de la croyance.

Exposition aux champs électromagnétiques

On a dit de la 5G qu’elle multiplierait l’exposition aux champs électromagnétiques par 10 ou 100 : ces allégations démagogiques n’avaient aucune chance d’être justes compte-tenu des lois qui régissent la physique des ondes, et effectivement les mesures réalisées en France par l’Agence nationale des fréquences ont confirmé que l’élévation du niveau de champ électrique à proximité des émetteurs 5G était tout à fait négligeable, les points les plus élevés étant toujours très en deçà des valeurs limites d’exposition. On a entendu que la 5G rendrait la vie définitivement impossible à tous les électrosensibles du monde, en dépit de l’évidence grandissante de la nature psychiatrique de cette maladie, dont j’ai montré ailleurs [4], qu’elle était très probablement une phobie spécifique.

On a affirmé que la 5G avait tué les oiseaux du parc Huygens, à La Hague… lesquels oiseaux avaient en réalité consommé des baies toxiques. On a dit de la 5G, sur la base de modèles numériques, qu’elle décimerait les insectes… Mais aucune observation in situ ne confirme les résultats de ces modélisations. On a dit de la 5G qu’elle décuplerait les consommations électriques, qu’elle favoriserait la surveillance de la population, et même qu’elle accélèrerait la transmission de la Covid-19, que certains activistes complotistes ont rebaptisé du doux nom de « syndrome d’hypertoxicité Covid-5G ». On a tout dit sur la 5G. Sauf peut-être l’essentiel : que nulle nation ne peut se permettre, à notre époque, de retarder volontairement son progrès scientifique, technologique et économique, sauf à accepter de devenir le spectateur de son propre devenir.

Des perspectives que l’on ne peut qu’entrevoir aujourd’hui

A ceux qui les développeront et les maitriseront, les nouveaux outils de communication, dont la 5G fait partie, offriront des perspectives que probablement l’on ne peut qu’entrevoir aujourd’hui : désenclavement culturel et économique de régions entières du globe sans besoin de réseaux routiers supplémentaires ; partages de données entre ingénieurs et chercheurs, sans nécessité de déplacer des dizaines ou des  centaines d’entre eux en un même lieu ; opérations ou consultations à distance, en réponse aux problèmes de désertification médicale. Sécurisation des grands axes routiers et des bâtiments, supervisés en temps réel.

 

Et après-demain, c’est l’exploration et la conquête des planètes de notre système solaire par des robots intelligents et interconnectés, puis par l’Homme, qui seront rendues possibles. Face à ces perspectives immenses pour l’avenir, cet épisode des interférences avec les radioaltimètres des avions est anecdotique et ne révèle rien d’autre qu’une énième tentative d’instrumentaliser les peurs de la 5G au profit de quelques-uns et au détriment du plus grand nombre.

_____________

[1] Aérien : la 5G est-elle dangereuse pour les avions ? (lechotouristique.com)

[2] La 5G pourrait-elle perturber le trafic aérien ? – Les Numériques (lesnumeriques.com)

[3] La préoccupation de la FAA concernant l’interférence des avions est-elle légitime ? – Nouvelles Du Monde (nouvelles-du-monde.com)

[4] Sébastien Point, La religion anti-ondes : comment médias et associations ont fabriqué les électrosensibles, 2021.

Tech: Le danger des amis virtuels

Tech: Le danger des amis virtuels

 

 

L’éditorial de Dominique Leglu est extrait de Sciences et Avenir – La Recherche numéro 898, daté décembre 2021, qui fait sa couverture sur Icelandia, le continent englouti. Le magazine est disponible chez tous les marchands de journaux, et en numérique.

 

 

Des robots qui discutent

Qui d’entre nous, d’ailleurs, ne s’est pas retrouvé un jour à sermonner sa propre voiture quand, par un froid matin d’hiver, elle refusait de démarrer ? Comment allons-nous nous comporter à l’avenir, suite à des échanges de plus en plus fréquents avec les agents conversationnels — ces « chatbots » ou robots qui discutent — répondant à nos questions et donnant des conseils ? Déjà une réalité pour qui converse avec Siri sur son iPhone ou avec Alexa d’Amazon, appelé avec Disney à se déployer un peu partout. Manipulation douce. Que se passera-t-il demain avec le développement du métavers annoncé récemment par Mark Zuckerberg (lire p. 42) ?

 
 Dans cet univers virtuel, où tout un chacun est censé vivre via son avatar en 3D parmi d’autres avatars amis, comment détecter les pseudo-personnages… Des robots si persuasifs qu’on les prendrait pour des anges gardiens. À l’heure où la Stratégie nationale pour l’intelligence artificielle (2018-2022) entre dans sa deuxième phase, ce n’est pas un hasard si un avis sur les enjeux éthiques des chatbots vient d’être émis par le Comité national pilote d’éthique du numérique (CNPEN). Les agents conversationnels sont en effet des intermédiaires puissants du système numérique pour que ce dernier engrange pléthore de données sur nos réactions émotionnelles et notre comportement général.Tech: Le danger des amis virtuels dans sciences amis ! dans sciences

« Manipulation douce »

 Un apprentissage qui, en retour, peut permettre d’exercer insidieusement une « manipulation douce », explique ainsi Laurence Devillers, corapporteuse de l’avis du CNPEN, professeure d’IA et d’éthique (université Paris-Sorbonne, CNRS) que les lecteurs de Sciences et Avenir – La Recherche connaissent bien. Brouillage et mensonges. Il est grand temps que des normes encadrent la déferlante annoncée de chatbots, pour éviter le brouillage entre humain et non-humain. Voire une perte de repères entre la vie et la mort, quand il devient possible de poursuivre le dialogue avec une personne décédée grâce à un « deadbot » qui en garde la voix et l’apparence. Que deviendrait le temps du deuil, indéfiniment prolongé ? Une éducation s’impose ainsi dès le plus jeune âge, pour faire prendre pleinement conscience de cette nouvelle réalité. Pour éviter non seulement que s’aggrave l’addiction aux images ou à la consommation de produits mais aussi que s’infiltrent mensonges et fake news, à l’insu de notre plein gré. Un défi à la démocratie

Contre les poisons de l’idéologie : Favoriser la découverte

Contre les poisons de l’idéologie : Favoriser la découverte

Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuelle honoraire de l’Académie des sciences, ambassadrice déléguée à la science, à la technologie et à l’innovation et présidente du comité scientifique de la Revue politique et parlementaire estime que la découverte peut être le contre-poison de l’idéologie et de l’intoxication intellectuelle (dans la Tribune)

 

Avec la pandémie qui s’est installée sur le monde, la science n’a jamais été aussi présente dans nos vies. Près de 8 Français sur 10 (79%) estiment que la science est porteuse d’espoir pour l’avenir, rapporte 3M, une entreprise internationale d’innovation. Mais la fraude, la théorie du complot, les faux experts mettent à mal l’intégrité scientifique. Pourquoi ce comportement ambivalent de la société vis-à-vis de la science ? Parce que les scientifiques sont sortis des murs de leurs laboratoires, et s’ils poursuivent toujours les débats entre spécialistes au sein de cénacles adaptés pour que progresse la connaissance, ces chercheurs, avec leurs qualités et leurs défauts, dans leur dialogue avec la société, enjolivent ou noircissent les enjeux de leur recherche. Leurs propos sont alors déformés par le tam-tam numérique, amplifiés par les médias, ils provoquent du trouble dans les esprits.

Pour progresser deux conditions sont nécessaires : la découverte, et la création. La création consiste à produire quelque chose de nouveau à partir de données préexistantes. L’homme seul ne crée pas ex nihilo l’impensable, il ne fait pas sortir du néant ce qui n’existe pas. Il transfère une idée d’un domaine à un autre, et pour ce faire, utilise son intuition qui balaye avec fulgurance les savoirs acquis. Dans le domaine de l’art, ce transfert d’idées surprend lorsqu’il n’a pas été mis en relation auparavant, il surprend, il dérange souvent par son caractère insolite, comme dans le mouvement surréaliste. Gilles Deleuze, lors d’une conférence sur qu’est-ce que l’acte de création ? explique devant les étudiants de la FEMIS que le créateur est celui qui sait agencer « une série de petits morceaux dont la connexion n’est pas prédéterminée ». C’est ce nouvel agencement qui crée l’œuvre, et cet agencement lorsqu’il est régit par la combinatoire peut engendrer une infinité d’œuvres. Tel est le cas de ce groupe français littéraire qui créa au début du XXème siècle l’Oulipo et la littérature combinatoire, qui permit à Raymond Queneau d’écrire Cent mille milliards de poèmes. Dans le domaine des sciences, le transfert de concept d’un domaine vers un autre est souvent très productif. C’est le cas du biomimétisme, un processus créatif entre la biologie et la technique, par le transfert de connaissances issues de modèles biologiques pour créer de nouveaux objets, ou de nouveaux procédés. Structuration, déstructuration pour permettre une reconstruction, l’homme, avec son intuition, son imagination, sa mémoire, ses connaissances, remodèle la substance matérielle ou intellectuelle pour engendrer une invention aux conséquences parfois dangereuses, avec ou sans préméditation, qui sont un terreau favorable pour infiltrer la peur.

Imagination, intuition, création ne suffisent pas pour sortir des savoirs acquis. Seule la découverte provoque une rupture de pensée. Les grandes découvertes sont très rares. Elles provoquent des séismes dans la réflexion. La grande découverte du 20ème siècle fut celle de l’atome entrainant avec elle celle du monde quantique, au comportement souvent contre intuitif. Mais ces découvertes resteraient stériles si l’homme ne créaient pas des concepts pour les comprendre, c’est cet ensemble découvertes-créations qui nous permet de dialoguer avec le monde qui nous entoure comme le langage permet le dialogue entre les humains. La démarche scientifique devient alors l’outil indispensable qui permet de faire progresser la science au sens de la confrontation entre l’expérience ou l’observation et la théorie créée par l’homme. La démarche scientifique mise à jour pour la physique par Galilée a permis aussi à la chimie de devenir ce que nous appelons aujourd’hui une science exacte. C’est Lavoisier dans « Méthode de nomenclature chimique » publié en 1787 qui devant le nombre de substances connues qui ne cessaient d’être découvertes à l’époque, établit la première classification méthodique des éléments. Observer, accumuler des données, faire des synthèses, créer des langages et établir des lois pour expliquer les faits expérimentaux tout en cherchant s’il n’existe pas un contre-exemple qui contredit la loi, fut la méthode qui nous permit d’appréhender le monde qui nous entoure d’une manière conceptuelle et synthétique. Ceci présente en outre l’avantage de minimiser la place qu’occuperait la mémorisation d’un grand nombre d’observations dans notre cerveau.

Mais aujourd’hui, il semble que le chaos s’installe dans la pensée collective de nos sociétés. Quelques cohortes de personnes refusent cet équipage fécond entre découverte et création, revendiquant l’arrêt du progrès. Serait-ce le retour à l’obscurantisme, où l’émotionnel l’emporte sur le rationnel, où les peurs bondissent de l’ombre pour inhiber l’action, où l’esprit critique est étouffé, où les gourous surgissent d’on ne sait où pour donner des explications qui n’en sont pas. Idéologie, harcèlement intellectuel, sont les fléaux qui nous menacent aujourd’hui contre lesquels il faut raison garder.

Croissance et progrès technique ne vont pas forcément de pair

Croissance et progrès technique ne vont pas forcément de pair

 

L’économiste Pierre-Cyrille Hautcœur rappelle, dans sa chronique au Monde , que la quête du profit a mené, dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, le premier exploitant de la machine à vapeur à la faillite.

 

Chronique. 

 

La COP26 a certes échoué à définir les modalités partagées d’une révolution énergétique, mais celle-ci se dessine néanmoins pour les prochaines décennies : les énergies carbonées, qui ont permis la croissance des âges industriel et postindustriel, vont céder le pas. De multiples innovations ont déjà réduit massivement les coûts des énergies renouvelables (éolien et solaire). Les investissements suivront tout seuls, disent les optimistes. Pourtant, ni les choix politiques ni les investissements privés ne dépendent des seules réductions de coûts, comme le rappellent les premiers pas de la machine à vapeur, symbole de la révolution industrielle anglaise.

 

L’extraction massive du charbon permit à l’Angleterre de surmonter la pénurie d’énergie qui la guettait à la fin du XVIIIe siècle, quand les cours d’eau étaient saturés de moulins et les forêts surexploitées. Outre le chauffage et bientôt le transport, elle permit de produire une énergie mécanique en quantité très supérieure, et moins contraignante à localiser. La machine à vapeur de l’inventeur Watt et de l’entrepreneur Boulton reste ainsi le symbole des « lumières industrielles » britanniques.

Dans un travail récemment présenté à l’Ecole d’économie de Paris, Mary O’Sullivan, professeure à l’université de Genève, explique les conditions de l’adoption et de la diffusion de ces machines dans les mines de Cournouailles à partir de 1776.

Obsession pour le profit

L’industrie du cuivre est l’un des secteurs les plus dynamiques de la Grande-Bretagne du XVIIIe siècle, mais son développement se heurte au coût prohibitif du pompage de l’eau dans les mines. La machine de Boulton et Watt permet de réaliser ce pompage à bien moindre coût que celle de Newcomen qu’elle remplace : la réduction de coût (en charbon) est d’au moins 65 %, un vrai saut qualitatif. Après le brevet pris en 1769 et sa prolongation jusqu’à 1800, des perspectives radieuses s’offrent : la demande en cuivre est en hausse grâce aux exportations et, surtout, aux besoins de l’industrie navale qui commence à gainer de cuivre les coques de bois des navires, que les mers chaudes détériorent vite. La Royal Navy, qui règne sur toutes les mers du globe, la Compagnie des Indes et les navires négriers s’équipent rapidement après 1775. En 1779, le gouvernement décide d’en doter toute la Navy – la guerre d’indépendance américaine se joue aussi sur les mers.

 

Pourtant, malgré ce brillant saut technologique et ces perspectives favorables, les mines de Cornouailles vont faire faillite en quelques années. Certes, l’émergence des mines concurrentes d’Anglesey (Pays de Galles) y est pour quelque chose, car le cuivre y est extrait à ciel ouvert à moindre coût. Mais l’obsession de Boulton et Watt pour le profit y est pour davantage. En effet, leur brevet leur permet d’imposer des contrats léonins aux entreprises minières, qui de ce fait ont le plus grand mal à réaliser des profits et doivent fermer certains sites pour éviter de tourner à perte. Obsédés par l’extraction maximale de leur rente, Boulton et Watt négligent les autres débouchés pour leur machine. Ils en retardent notamment l’adaptation à l’industrie textile, bien plus importante mais très concurrentielle. Toujours à la recherche de profit, Boulton cherche, au contraire, à coaliser les entreprises minières dans une fusion puis un cartel qui leur permettrait de contrôler le marché et d’augmenter les prix. Mais les stocks s’accumulent et l’entreprise fait faillite.

Métavers: Éloge de la technologie au service de l’inutile ?

 Métavers: Éloge de la technologie au service de l’inutile ?

À grand renfort de pub, Facebook ne cesse d’annoncer la révolution culturelle qui fera confondre virtualité et réalité. En fait un nouveau gadget. Un article du Wall Street Journal fait l’éloge de la technologie au service de l’inutile. 

Depuis l’aube de la civilisation, les humains n’ont eu qu’un seul environnement dans lequel vivre : le monde réel. Mais les spécialistes de la prospective en matière de tech affirment que nous aurons bientôt une alternative : un univers virtuel où nos avatars numériques ainsi que ceux de nos proches et de personnes vivant dans le monde entier se rassembleront pour travailler, faire des achats, suivre des cours, s’adonner à leurs passe-temps, participer à des activités sociales, etc. À grand renfort de pub, Facebook ne cesse d’annoncer la révolution culturelle qui fera confondre virtualité et réalité. En fait un nouveau gadget. Un article du Wall Street Journal fait l’éloge de la technologie au service de l’inutile

Si les jeux vidéo immersifs et les concerts virtuels nous ont donné un avant-goût de ce nouveau monde, les prospectivistes assurent que le métavers — nom donné à cet univers virtuel —, sera bien plus attrayant et développé. Selon eux, il ne se contentera pas de refléter le monde réel dans toute sa complexité tridimensionnelle, mais le prolongera pour nous permettre d’être et de faire ce qui, auparavant, ne pouvait relever que dans notre imagination. Marcher sur la lune en pyjama ? Regarder un match de baseball depuis le monticule du lanceur ? Batifoler dans un pré rempli de licornes — ou être soi-même une licorne ? Dans le métavers, disent les spécialistes de la tech, tout sera possible.

«Le métavers va être la plus grande révolution que le monde ait connue dans le domaine des plateformes informatiques. Elle surpassera celle de la téléphonie mobile ou celle du Web», déclare Marc Whitten, « vice-président senior et directeur général de la création» chez Unity, un développeur de logiciels basé à San Francisco.

«Il y a un risque que certains préfèrent le métavers au monde réel»

Unity conçoit des outils et des services afin de permettre aux gens de créer du contenu pour le métavers. D’autres grandes entreprises de la tech mettent également au point des matériels et des logiciels pour ce monde virtuel et certains sont même en train de concevoir leur propre métavers, notamment Nvidia, Roblox, Epic Games, Microsoft et Facebook.

«En plus de constituer l’Internet de prochaine génération, le métavers va également représenter notre nouveau chapitre en tant qu’entreprise, a lancé Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, aux analystes lors d’une conférence téléphonique sur les résultats en juillet. Dans les années à venir, je m’attends à ce que les gens cessent de nous voir principalement comme une plateforme de réseaux sociaux pour nous considérer comme une entreprise de métavers.»

On pourra peut-être accéder à ce futur monde virtuel via des appareils grand public comme les smartphones et les ordinateurs. Mais les dirigeants de la tech affirment que des lunettes spécifiquement conçues — proches des casques de réalité virtuelle actuellement sur le marché, mais moins encombrantes et plus confortables — permettront une immersion plus poussée. Nous verrons aussi probablement apparaître de nouveaux d’appareils haptiques permettant aux utilisateurs de «toucher» les objets virtuels, et des équipements innovants, par exemple des tapis roulants omnidirectionnels pouvant simuler la course à pied, l’escalade ou d’autres activités physiques.

Pour que le métavers se développe, il faudra améliorer les systèmes informatiques et les technologies existantes, avertissent les responsables techniques. Cela passera notamment par l’augmentation de la puissance de calcul et de la qualité des graphismes ainsi que par la création d’un environnement universel permettant aux utilisateurs de passer sans entrave d’une partie du métavers à une autre. Il sera également indispensable, selon eux, de disposer d’outils de programmation suffisamment simples pour permettre à quiconque — et non aux seuls développeurs chevronnés — de créer ses propres expériences et mondes virtuels.

Il faudra également répondre aux préoccupations en matière de respect de la vie privée et de sécurité. Sans oublier les pièges potentiels du métavers, notamment la menace que les gens trouvent ce monde virtuel si captivant qu’ils négligent leurs besoins dans le monde réel.

«Il y a un risque que certains préfèrent le métavers au monde réel», prévient Rachel Kowert, une psychologue de l’Ontario (Canada) qui a étudié la santé mentale chez les fans de jeux vidéo. Elle ajoute que ceux qui courent les plus grands dangers sont les enfants. «C’est par le biais de leurs pairs et des interactions sociales qu’ils apprennent à se comporter et à s’intégrer dans le monde, précise Mme Kowert. C’est un élément essentiel dans notre apprentissage de la vie.»

Mais qu’il soit bénéfique ou néfaste — ou les deux à la fois —, le métavers va probablement devenir une réalité incontournable.

Des voyages scolaires n’importe où, à n’importe quelle époque

Les dirigeants des entreprises technologiques qui participent à la création du métavers affirment que sa taille sera considérable et qu’il comprendra des répliques de lieux du monde réel — passé, présent et futur — toutes restituées en 3D de manière réaliste. Il sera capable de prendre en charge un nombre infini d’utilisateurs simultanément, sans les lags qui agacent souvent les joueurs de jeux vidéo multijoueurs.

Par exemple, n’importe quel nombre d’élèves, où qu’ils habitent sur la planète, pourront se retrouver, dans le cadre d’un voyage scolaire, dans la Rome antique, explique Richard Kerris, cadre de Nvidia, qui participe à la supervision d’un projet d’infrastructure de métavers appelé Omniverse. Ce dernier permettra aux développeurs du monde entier de collaborer en temps réel pour concevoir des logiciels de création de contenus pour le métavers. Dans cet univers, les étudiants pourront explorer tous les recoins du Colisée où un gladiateur virtuel utilisant l’intelligence artificielle sera capable de répondre à leurs questions.

Nous pourrons mélanger contenu virtuel et vidéos du monde réel ou interagir dans le métavers, par exemple en lançant des tomates sur des joueurs de football — rassurez-vous, les joueurs ne sentiront rien

Selon les gourous de la tech, dans le métavers, les gens se verront et interagiront entre eux par le biais d’avatars. Mais grâce aux progrès attendus en matière de graphisme, ils seront beaucoup plus réalistes que les versions cartoonesques aujourd’hui familières des amateurs de réalité virtuelle, selon Daren Tsui, directeur général de Together Labs, un développeur spécialisé dans la social tech de Palo Alto, en Californie. Les avatars pourront également représenter des personnes décédées, notamment des membres de la famille et des amis, ainsi que des personnages historiques, et les ramener à la vie grâce à l’intelligence artificielle.

«L’expérience avec un avatar sera si proche du réel que vous pourrez difficilement faire la différence entre une réunion virtuelle et une en présentiel, affirme M. Tsui. Et la première sera meilleure.»

Les avatars ne seront toutefois pas la seule façon dont les gens apparaîtront dans le métavers. Les dirigeants de la tech affirment que nous pourrons regarder des vidéos «réelles», notamment des retransmissions en direct de concerts et de rencontres sportives. Mais plutôt que d’être obligés de regarder ces événements avec les angles limités que nous proposent les producteurs, nous aurons la liberté d’en profiter avec la perspective de notre choix. D’un simple mouvement du doigt, nous pourrons obtenir des informations sur les artistes et les athlètes que nous regardons, comme leur position dans le classement Billboard (NDLR : top 100 hebdomadaire des chansons aux Etats-Unis) ou le nombre de points inscrits en une saison.

Nous pourrons également mélanger contenu virtuel et vidéos du monde réel ou interagir dans le métavers, par exemple en lançant des tomates sur des joueurs de football — rassurez-vous, les joueurs ne sentiront rien.

Compagnons virtuels, mariages et tourisme

Selon John Egan, directeur général de L’Atelier BNP Paribas, une société de prospective et d’innovation basée à Paris, le métavers sera aussi un lieu de commerce. Il prédit notamment que les utilisateurs achèteront et vendront des animaux de compagnie virtuels, qu’il s’agisse de chiens et de chats plus vrais que nature ou de dragons ou autres créatures fantastiques. Il prévoit également l’émergence d’un marché pour les services connexes, comme la promenade et le toilettage des animaux, car les compagnons virtuels pourront être programmés pour avoir besoin des mêmes types de soins que les homologues réels.

Les animaux de compagnie virtuels pourraient posséder un «ADN virtuel» authentifié, un peu comme les jetons non fongibles, ou NFT, qui certifient la propriété des œuvres d’art numériques

Parmi les autres débouchés commerciaux potentiels, on peut citer les mariages et fêtes virtuels, pour lesquels des prestataires pourront créer des lieux et facturer des frais de location ou d’entrée, selon M. Egan. De même, des guides touristiques privés auront la possibilité de guider leurs clients vers des destinations de voyage virtuelles. «Le potentiel est infini», résume-t-il.

Les entrepreneurs du metavers n’accepteront pas d’argent liquide, affirment les spécialistes de la prospective. Les transactions pourraient donc se faire via des cartes de crédit et des services de paiement en ligne comme PayPal. Mais il est probable, selon M. Egan, que les cryptomonnaies et la technologie blockchain joueront un rôle majeur. Ainsi, par exemple, les animaux de compagnie virtuels pourraient posséder un «ADN virtuel» authentifié, un peu comme les jetons non fongibles, ou NFT, qui certifient la propriété des œuvres d’art numériques. En conséquence, ajoute-t-il, les animaux virtuels pourront être «élevés» pour être rapides, ce qui permettra d’organiser des courses et des paris virtuels.

Une « stratégie métavers » pour les entreprises

Selon M. Whitten de chez Unity, les entreprises du monde réel pourront également participer au métavers en proposant des déclinaisons virtuelles de leurs établissements physiques. Dans les boutiques en ligne existantes, les clients peuvent lire les descriptions des produits et faire des achats. Dans le métavers, ils pourront visiter des points de vente virtuels et essayer les produits en 3D à la taille réelle avant de les acheter. Une personne grande pourra ainsi vérifier si elle peut se tenir confortablement à l’intérieur d’une tente de camping avant de la commander et de la faire expédier à son domicile réel.

«Chaque entreprise du classement Fortune 1 000 aura une stratégie métavers»

De même, les agents immobiliers pourront utiliser le métavers pour permettre aux personnes à la recherche d’un nouveau logement d’en visiter virtuellement partout dans le monde sans quitter leur domicile, selon M. Kerris de Nvidia. Ils pourront se promener dans les lieux, pièce après pièce, et même scanner leurs meubles actuels et les téléporter dans un autre logement pour se rendre compte de ce que ça donnerait.

«Chaque entreprise du classement Fortune 1 000 aura une stratégie métavers», assure M. Whitten.

Les employeurs profiteront également des environnements 3D partagés du métavers pour permettre à des collaborateurs éloignés de travailler ensemble dans des conditions inatteignables avec la technologie vidéo actuelle, selon les experts en prospective. Par exemple, des architectes et des cadres d’une entreprise de construction — où qu’ils se trouvent dans la vie réelle — pourront se rendre virtuellement sur un chantier afin de surveiller la construction d’un nouveau bâtiment, qui, avec son environnement, sera rendu de manière très réaliste en 3D.

«Le métavers permettra un formidable saut qualitatif pour le télétravail, poursuit M. Whitten. Vous serez en mesure de concevoir et de construire plus rapidement, avec plus de sécurité et pour moins cher qu’aujourd’hui.»

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Grégoire Arnould)

« Une histoire de la philosophie » de Jürgen Habermas

« Une histoire de la philosophie », de Jürgen Habermas

Dans son nouvel essai, le philosophe allemand montre l’étroite parenté entre religion et pensée rationnelle au cours d’une ample exploration, de l’Antiquité à la Renaissance.(analyse du Monde)

 

« Une histoire de la philosophie. Tome I. La constellation occidentale de la foi et de la raison » (Auch eine Geschichte der Philosophie. Band I. Die okzidentale Konstellation von Glauben und Wissen), de Jürgen Habermas, traduit de l’allemand par Frédéric Joly, Gallimard, « NRF essais », 852 p., 32 €, numérique 23 €.

L’œuvre du philosophe allemand Jürgen Habermas (né en 1929) a toujours été nourrie des débats de son temps. Aujourd’hui, c’est celui de la relation entre la foi et le savoir qu’il redéfinit dans toute sa complexité. En intellectuel résolument agnostique, il s’interroge, en effet, sur l’attitude à observer face aux « contenus de vérité », traductibles en termes rationnels, portés par les religions. Avec les deux gros volumes d’Une histoire de la philosophie, dont le premier paraît en français, Habermas parvient à reformuler les termes d’une discussion – ou d’une absence de discussion – qui, généralement, n’aborde la question du religieux qu’à travers les prismes de la violence ou du caractère inéluctable de la sécularisation.

Interrogations très contemporaines

L’auteur du Discours philosophique de la modernité (Gallimard, 1988) ne nie pas la réalité sociologique de la perte de croyance ; il renvoie d’ailleurs l’irruption de l’intégrisme islamique, dans nos sociétés, non à un « retour du religieux » mais à une simple réaction à la modernisation. Mais cette réalité ne saurait suffire pour lui, comme pour le Marcel Gauchet du Désenchantement du monde (Gallimard, 1985), à établir le diagnostic d’une « sortie de la religion ». Du reste, la discussion publique entre foi et savoir s’est imposée à Jürgen Habermas par la force des interrogations très contemporaines qu’ont suscitées, en Allemagne, les manipulations génétiques, associées aux souvenirs de l’eugénisme et de l’« effondrement moral » nazis.

Ainsi la confrontation entre la Révélation et cette « pensée scientifique sans être une science » que demeure à ses yeux la philosophie hante-t-elle non seulement le passé de la « métaphysique » mais détermine son actualité « postmétaphysique ». Par cet adjectif, qui s’applique à sa propre démarche, Habermas signifie que la philosophie ne saurait avoir de présent et d’avenir qu’en admettant le pluralisme et en abdiquant toute prétention à la totalité.

Le divin tiré hors du monde

Le détour par une ample histoire se donne pour but de déceler et de mettre en évidence la source commune de la « mentalité religieuse » et de la rationalité occidentale. Jürgen Habermas estime pouvoir situer cette source dans l’« âge axial » (environ 800-200 av. J.-C.), nom donné à l’irruption simultanée, et hors de tout échange d’influences connu, de doctrines en rupture avec la pensée mythique et magique propre aux sociétés premières. A cette époque, le divin est tiré hors du monde et s’installe dans une « transcendance » éminente. Au même moment, la constitution du canon biblique dans l’ancien judaïsme, le confucianisme, le bouddhisme, le zoroastrisme mais aussi l’éclosion de la philosophie dans la Grèce antique partagent ainsi les traits communs d’une révolution spirituelle mondiale. Elle bouleverse le « complexe sacral » qui accompagnait l’humanité depuis au moins cinquante mille ans, quand, en Australie, des peintures rupestres attestent pour la première fois la présence de lieux de culte, tandis que les premières sépultures remontent, chez Homo sapiens, à soixante-dix mille ou cent mille ans.

Réagir au déclin de la recherche

Réagir au déclin de la recherche

 

La crise liée à la pandémie a mis en évidence les faiblesses de la recherche et de l’innovation, pointe un collectif de scientifiques qui propose, dans une tribune au « Monde » , « sept actions » d’envergure, notamment l’augmentation des financements et un plus grand poids politique accordé à la science.(extraits)

 

Tribune.

Chacun s’accorde à reconnaître que la recherche est une priorité, source de développement pour une nation comme la nôtre. Or, il faut bien admettre que la France recule régulièrement dans la hiérarchie internationale dans de nombreuses disciplines, tant dans la recherche fondamentale que dans la recherche finalisée. Ce déclin s’est aggravé au cours de ces quinze dernières années, en partie faute d’un soutien suffisant de l’Etat, en dépit d’effets d’annonce, mais aussi en raison de choix inappropriés dans l’organisation de la recherche.

La crise sanitaire déclenchée par le coronavirus SARS-CoV-2 a mis en évidence les faiblesses de la recherche et de l’innovation en santé en France. Le pays de Pasteur est resté en retrait dans la course pour la mise au point d’un vaccin au moment même où les vaccins à ARN, après quinze ans de recherche, démontraient brillamment leur efficacité.

Pour remédier aux difficultés de la recherche française et en arrêter le déclin, il est urgent d’engager notamment actions suivantes :

– Amener le financement de la recherche en France au niveau des grands pays qui font le choix de la science. Le financement en France de la recherche et du développement est seulement de 2,21 % du PIB (avec un total de 50,6 milliards d’euros), en dessous de celui de l’Allemagne (3,04 %) et des Etats-Unis (2,79 %). Entre 2011 et 2018, les crédits du seul secteur de la santé ont diminué de 28 % en France, alors qu’ils augmentaient de 11 % en Allemagne et de 16 % en Grande-Bretagne. Le vote récent de la loi de programmation de la recherche est un premier pas, un peu lent, vers un budget de la recherche à 3 % du PIB.

 

– Rehausser l’importance de la science auprès de la classe politique. Aux plus hauts niveaux, ceux du gouvernement et de la haute fonction publique, la quasi-totalité de la classe politique est formée par une seule école, l’Ecole nationale d’administration, où l’enseignement des sciences et des technologies est pratiquement inexistant. Très souvent, les personnes ayant une formation scientifique sont reléguées à des postes dits « techniques ». Dans le gouvernement actuel, la hiérarchie place le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au 14e rang sur 16 dans l’ordre protocolaire, ce qui en dit long sur le peu d’intérêt porté à la science.

 

Société-Environnement : la conquête spatiale touristique pour quoi faire ?

Société-Environnement : la conquête spatiale touristique pour quoi faire ?

Si la conquête spatiale en tant que telle peut présenter un intérêt du point de vue scientifique par contre le développement de l’activité touristique dans l’espace peut susciter des fortes interrogations et même des condamnations.

D’abord concernant l’aspect environnemental, le développement touristique dans l’espace constitue un énorme gouffre énergétique et en même temps l’exemple même d’activité socialement inutile.

Il est difficile de prétendre que la croissance du tourisme spatial participe du progrès scientifique. En outre une activité qui pendant longtemps sera réservé à des milliardaires qui s’offrent ainsi une espèce de droit à polluer pour satisfaire leurs caprices.

Une telle activité au regard des menaces environnementales et notamment climatiques devrait rapidement faire l’objet d’une régulation mondiale. Déjà dans l’espace proche la multiplication des satellites transforme le ciel en poubelle. Des milliers de satellites devenus inutiles encombrent en effet le ciel.

On recense en 2019 34 000 objets de plus de 10 cm circulant en orbite basse (dont 5 000 satellites et 2 000 satellites actifs), 5 400 débris spatiaux de plus de 1 m en orbite géostationnaire et, selon un modèle statistique de l’ESA 900 000 objets de plus de 1 cm et 130 000 000 objets de plus de 1 mm. Les débris spatiaux situés sur une orbite inférieure à 400 kilomètres sont éliminés au bout d’une vingtaine d’années car leur altitude diminue en raison de la perte de vitesse due aux frottements dans l’atmosphère résiduelle. Ils finissent par brûler dans l’atmosphère terrestre lors de leur rentrée atmosphérique. Mais leur nombre est en augmentation constante du fait de l’activité spatiale (notamment le lancement de nano-satellites) et cette élimination naturelle intervient au bout de centaines d’années dès que leur orbite dépasse 700 km.

Ces débris constituent la manifestation la plus importante de la pollution spatiale et représentent en 2021 une menace très grave pour les engins spatiaux opérationnels en orbite basse (moins de 2000 kilomètres d’altitude). ( wikipédia)

 

Il y a maintenant de nombreux risques de collision en plus de la pollution déjà évoquée. Le développement touristique impulsé par certains chefs d’entreprise déments comme Eon Musk qui veut même coloniser Mars relève d’une folie scientiste et d’un nombrilisme entrepreneurial s’affranchissant de toute contrainte d’intérêt général.

Environnement : la conquête spatiale touristique pour quoi faire ?

Environnement : la conquête spatiale touristique pour quoi faire ?

Si la conquête spatiale en tant que telle peut présenter un intérêt du point de vue scientifique par contre le développement de l’activité touristique dans l’espace peut susciter des fortes interrogations et même des condamnations.

D’abord concernant l’aspect environnemental, le développement touristique dans l’espace constitue un énorme gouffre énergétique et en même temps l’exemple même d’activité socialement inutile.

Il est difficile de prétendre que la croissance du tourisme spatial participe du progrès scientifique. En outre une activité qui pendant longtemps sera réservé à des milliardaires qui s’offrent ainsi une espèce de droit à polluer pour satisfaire leurs caprices.

Une telle activité au regard des menaces environnementales et notamment climatiques devrait rapidement faire l’objet d’une régulation mondiale. Déjà dans l’espace proche la multiplication des satellites transforme le ciel en poubelle. Des milliers de satellites devenus inutiles encombrent en effet le ciel.

On recense en 2019 34 000 objets de plus de 10 cm circulant en orbite basse (dont 5 000 satellites et 2 000 satellites actifs), 5 400 débris spatiaux de plus de 1 m en orbite géostationnaire et, selon un modèle statistique de l’ESA 900 000 objets de plus de 1 cm et 130 000 000 objets de plus de 1 mm. Les débris spatiaux situés sur une orbite inférieure à 400 kilomètres sont éliminés au bout d’une vingtaine d’années car leur altitude diminue en raison de la perte de vitesse due aux frottements dans l’atmosphère résiduelle. Ils finissent par brûler dans l’atmosphère terrestre lors de leur rentrée atmosphérique. Mais leur nombre est en augmentation constante du fait de l’activité spatiale (notamment le lancement de nano-satellites) et cette élimination naturelle intervient au bout de centaines d’années dès que leur orbite dépasse 700 km.

Ces débris constituent la manifestation la plus importante de la pollution spatiale et représentent en 2021 une menace très grave pour les engins spatiaux opérationnels en orbite basse (moins de 2000 kilomètres d’altitude). ( wikipédia)

 

Il y a maintenant de nombreux risques de collision en plus de la pollution déjà évoquée. Le développement touristique impulsé par certains chefs d’entreprise déments comme Eon Musk qui veut même coloniser Mars relève d’une folie scientiste et d’un nombrilisme entrepreneurial s’affranchissant de toute contrainte d’intérêt général.

Sociologie: L’intérêt de l’auto-analyse ?

Sociologie: L’intérêt de l’auto-analyse ? 

 

La sociologue Anne Bory, dans une « Carte blanche » au « Monde », salue le travail de Rose-Marie Lagrave, qui a enquêté sociologiquement sur son propre parcours pour servir une compréhension fine à la fois des mondes sociaux et des époques traversés.

. De nombreux sociologues et historiens sont revenus, dans leurs écrits, sur leurs parcours personnels, tantôt pour rendre visible une trajectoire particulière éclairant les logiques sociales d’une époque, tantôt pour ne pas laisser dans l’ombre ce qui, dans un parcours de recherche, doit aux expériences passées.

Souvent, ces récits sont le fait de « transfuges de classe », passés d’un monde social populaire à un autre, celui de la bourgeoisie intellectuelle, à l’instar du classique 33 Newport Street, de Richard Hoggart, paru en 1988. Si ces démarches autobiographiques empruntent et, parfois, enrichissent les outils conceptuels des sciences sociales, elles sont presque exclusivement centrées sur la trajectoire individuelle du chercheur déclinant les multiples rencontres et interactions qui en ont façonné les contours.

Sur ce modèle, les étudiants et étudiantes en sociologie apprennent à conduire leur « auto-socioanalyse », pour faire comprendre « d’où ils et elles parlent », afin d’éviter que ce qui relève d’un rapport personnel à l’objet, qu’il soit enchanté, critique, heureux ou douloureux, n’échappe à l’objectivation scientifique ou ne l’empêche.

Il y a fort à parier que l’exercice de l’autoanalyse, et celui consistant à enquêter sociologiquement sur son entourage proche, se renouvelle profondément avec la publication, en février dernier, de Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe (La Découverte, 438 pages, 22 euros), par Rose-Marie Lagrave. D’abord parce que s’il s’agit, là encore, du récit d’une transfuge de classe, c’est un récit au féminin. Là où les récits masculins oublient souvent d’interroger ce que la trajectoire retracée doit à leur genre, c’est ici une question centrale, d’autant plus cruciale dans un monde universitaire très masculin. Etre une femme dans le monde scientifique implique ainsi de déjouer préjugés et assignations, y compris en sciences sociales.

Mais au-delà de cette invitation à prendre en compte le genre dans l’analyse des trajectoires de transfuges de classe, que l’on peut étendre à la prise en compte, par exemple, de la couleur de la peau, Rose-Marie Lagrave montre que se faire la sociologue de son propre parcours, de l’enfance à la vieillesse, implique bel et bien d’enquêter sur soi-même en sociologue.

Pour comprendre son passage d’une famille très nombreuse, profondément catholique, éduquée mais pauvre, vivant dans la campagne normande, aux salles de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, la sociologue dépouille les archives familiales et les dossiers administratifs la concernant, analyse les dossiers scolaires de sa fratrie, mais aussi de ses camarades de classe, dont la majorité n’a pas dépassé le certificat d’études. Pour comprendre son statut de boursière, elle retrouve barèmes et dossiers de demande.

Le patriotisme technologique d’Emmanuel Macron est dépassé

 Le patriotisme technologique d’Emmanuel Macron est dépassé

 

 

Jean-Baptiste Fressoz, Historien, chercheur au CNRS, critique dans le monde le patriotisme techno de Macron (extrait)

 

 

A l’issue d’un quinquennat très « Silicon Valley », « French Tech » et « start-up », on en revient aux fondamentaux du patriotisme technologique français : discours le 17 septembre devant les caméras pour célébrer les 40 ans du TGV avec, en arrière-plan, la proue du dernier modèle, flambant neuf. Le 1er septembre, Macron avait confié au magazine Challenges son panthéon technologique : « Le TGV, Ariane, le Concorde et le nucléaire. »

 

Voici donc les techniques « nationales » qu’il admire et auxquelles il faudrait, affirme-t-il, donner « des successeurs ». C’est à cela que doivent servir les milliards d’euros du plan de relance, et certainement pas à financer l’isolation des bâtiments ou la nécessaire mais peu spectaculaire rénovation ferroviaire.

Cet inventaire de machines de pointe, puissantes et rapides – qui paraît tout droit sorti de la scène érotique assez cocasse du dernier OSS 117 – a cela d’étrange qu’il est difficile d’y trouver une technologie qui ait rendu les Français plus prospères.

Le cas le plus évident est celui du Concorde. Si l’on accuse parfois la jalousie américaine d’avoir tué dans l’œuf « le bel oiseau franco-anglais » sous prétexte de nuisances sonores, son histoire est en fait celle d’un désastre économique annoncé. Comme l’ont montré récemment les travaux de Thomas Kelsey au King’s College de Londres, le Treasury (ministère des finances) britannique s’est opposé avec constance à ce projet sans débouché commercial.

Les gouvernements successifs persévérèrent pour diverses raisons – ne pas fâcher les Français qui tenaient la clé de leur entrée à la CEE, ne pas se mettre à dos les syndicats, ne pas froisser le patriotisme des électeurs. Et malgré la propagande pesante sur la « prouesse technologique », le Concorde fut un formidable fiasco. Du fait de sa consommation extravagante, le poids du carburant embarqué était supérieur à celui de l’appareil et égal à dix fois sa charge utile.

Les coûts d’opération étaient si élevés qu’il fallait le vendre un cinquième de son prix de production pour que British Aviation et Air France acceptent de le faire voler ; les autres compagnies s’y refusèrent. Même à 8 000 euros le billet Paris-New York, l’argent du contribuable subventionnait largement les fantasmes de vitesse de quelques fortunés.

La science française: La grande oubliée des enjeux du pays

La science française: La grande oubliée des enjeux du pays 

ÉDITORIAL

Jérôme Fenoglio, Directeur du « Monde » pousea un cri d’alarme vis-à-vis d’une recherche relativement marginalisée dans les débats actuels.( extrait)

 

 

Dans le débat public, la  recherche figure, certes, comme un passage obligé des programmes de tous les partis. Pour autant, elle n’apparaît que très marginalement dans les confrontations d’idées et d’arguments. L’esquisse de campagne présidentielle qui se dessine ces jours-ci en fournit une illustration confondante.

Un polémiste d’extrême droite, candidat non déclaré, y réécrit sans vergogne le passé ; démonstration par l’obscène de la nécessité d’une science historique qui puisse être opposée aux falsificateurs. D’autres y font régulièrement état de leur angoisse devant les travaux intersectionnels dans quelques facultés de sciences humaines ; signe que leur échelle des périls qui pèsent sur l’enseignement supérieur, et obèrent son avenir, est singulièrement faussée. Certains s’y montrent obsédés par les étrangers qui arrivent, mais beaucoup moins tourmentés par les Français qui partent, comme ces jeunes titulaires d’un doctorat qui finissent par s’expatrier par lassitude d’attendre un poste, ou des moyens à la hauteur de leurs capacités – la Prix Nobel de chimie 2020, Emmanuelle Charpentier, en a fourni un exemple récent.

Globalement, les débats tournent en boucle autour des thèmes, certes non dénués d’enjeux, de la sécurité et de l’identité, à rebours de ce qui vient d’arriver lors des législatives allemandes, où les Verts et les libéraux ont accru leur audience en inscrivant notamment la recherche comme un dossier central de leur campagne. En France, les sciences sont même parfois délibérément écartées de la scène pour que le thème de la laïcité puisse y jouer seul le rôle que les sciences ont pourtant rempli sans faillir depuis leur entrée dans l’ère moderne, il y a plus de trois siècles : opposer l’esprit des Lumières, et la vigueur de leur universalisme, à tous les obscurantismes.

Cet effacement est d’autant plus dommageable que, au-delà de son inscription dans le récit national, la recherche scientifique fournit des éléments essentiels à la vie démocratique. Sa méthode, tant qu’elle est tenue à l’écart des conflits d’intérêts, s’oppose aux fantasmes et aux manipulations. Son expertise donne la mesure des dangers, tels ceux d’une crise climatique qui ne cesse de s’aggraver, ou de la pandémie de Covid qui vient de nous frapper. Son besoin de collaborations larges, souvent internationales, s’oppose aux enfermements locaux. Elle détient ainsi la clé des délibérations qui doivent conduire les citoyens à choisir entre tous les avenirs possibles.

 

Pour lui permettre de remplir durablement cette mission, encore faut-il lui accorder une protection, des moyens et de la considération. C’est très exactement ce qui est en train de se perdre, en France, si une prise de conscience générale n’impose pas la relance et la sanctuarisation de la recherche comme des objectifs essentiels du prochain quinquennat.

« Principes de sociologie générale » d’Alain Testart

« Principes de sociologie générale » d’Alain Testart

L’anthropologue, mort en 2013, ambitionnait de formuler les lois de la science sociale. Des « Principes » aujourd’hui publiés. Analyse du sociologue Bernard Lahire les a lus pour le Monde (extrait)

 

« Principes de sociologie générale. 1. Dépendances et rapports sociaux », d’Alain Testart, édité par Valérie Lécrivain et Marc Joly, CNRS Editions, « Interdépendances », 616 p., 29 €, numérique 21 €.

Alain Testart (1945-2013) nous a laissé une œuvre magistrale et foisonnante sur le communisme primitif, l’origine des inégalités économiques ou de l’Etat, le fait religieux, le don, la monnaie, le système de parenté des Aborigènes d’Australie, la division sexuelle du travail, les rites d’initiation, l’esclavage ou l’art pariétal. Ses travaux font référence dans sa discipline, et ont aussi permis de faire dialoguer anthropologues, préhistoriens et archéologues. Il n’était pas pour autant un touche-à-tout papillonnant. Sa prolixité et la variété de ses objets étaient liées à la quête systématique de liens entre des phénomènes étudiés séparément par des chercheurs spécialisés. Et cette quête de systèmes cohérents n’avait de sens que parce qu’Alain Testart cherchait in fine à classifier l’ensemble des sociétés connues par la préhistoire, l’ethnologie, l’histoire et la sociologie, afin de pouvoir penser l’évolution d’un type de société à l’autre.

L’anthropologue a été un courageux adepte de la contre-pente. Convaincu qu’une véritable science sociale, capable de formuler des lois, était possible dans un monde académique largement acquis à la cause du relativisme épistémologique, défenseur d’un évolutionnisme (révisé) alors que l’idée d’évolution (qui suppose que le passage d’un type de société à l’autre n’est pas purement aléatoire mais est gouverné par des régularités) était abandonnée par la grande majorité de ses collègues, il a voulu renouer avec les fondateurs de l’anthropologie et de la sociologie. Pour cela, il s’est armé d’une foi scientifique très ferme, d’une érudition époustouflante et d’une rigueur de pensée que sa formation scientifique initiale (ingénieur de l’Ecole des mines) et son goût prononcé pour le droit ont contribué à forger.

Une sociologie à la recherche des « rapports sociaux fondamentauxLa synthèse de toutes ces qualités se lit dans le premier volet d’une œuvre inédite intitulée Principes de sociologie générale. Ce volume formule le programme ambitieux d’une sociologie à la recherche des « rapports sociaux fondamentaux », en tant que « rapports sociaux de dépendance » caractérisant les différents types de société. Pour lui, toutes les sociétés sont « conceptualisables en fonction de la façon dont elles font jouer la dépendance entre leurs membres ». Il définit rigoureusement sa méthode de travail (un comparatisme sociologique à la recherche des plus grands contrastes entre sociétés, plutôt que des petites variations) et ses concepts principaux, tout en montrant leur pertinence sur une série de sociétés choisies pour leur caractère particulièrement cohérent et homogène. Alain Testart propose donc bien une « sociologie générale », qui tire parti de la comparaison en posant les mêmes questions, à l’aide des mêmes outils conceptuels, aux sociétés les plus différentes : chasseurs-cueilleurs avec ou sans richesse, sociétés antiques, féodales, lignagères (le lignage étant un groupe de filiation dont les membres se réclament d’un ancêtre commun) ou capitalistes.

Les recherches “décoloniales”: science ou idéologie ?

 Les recherches “décoloniales”: science ou idéologie ?
Pour le philosophe Philippe d’Iribarne  le mouvement “décolonial” relève davantage d’une démarche idéologique que de la science. (Tribune dans le Figaro, extrait)

La place tenue par le courant dit décolonial au sein des universités est l’objet d’intenses polémiques: cette approche relève-t-elle de la science ou plutôt d’une démarche militante parée des oripeaux de la science? Le fait social sur lequel ce courant se penche n’est pas en cause. Il est vrai que, dans les pays occidentaux, les membres de certains groupes sociaux originaires de pays extra-européens ont statistiquement un sort moins favorable que la population majoritaire. Le point d’achoppement est autre.

Ces travaux mettent en œuvre une démarche intellectuelle qui n’est pas celle de la science. Ils délimitent le champ d’application des théories auxquelles ils font appel en fonction de critères strictement idéologiques. De plus leurs tenants refusent de soumettre ce qu’ils présentent comme leurs résultats de recherche à une confrontation rigoureuse avec les faits, dès lors que ces derniers sont de nature à mettre en cause leurs convictions.

Les limites de la science économique

Les limites de la science économique 

L’anthropologue, sociologue et médecin Didier Fassin plaide, dans une tribune au « Monde », pour une ouverture d’une discipline économique trop « monolithique » et normative aux autres sciences sociales et à de nouveaux paradigmes.

 

 

Didier Fassin enseigne à Princeton à l’Institut d’études avancées, haut lieu de « fertilisation croisée » entre les différentes disciplines des sciences humaines. Le texte ci-dessous est issu du discours qu’il a prononcé lundi 31 mai dans le grand amphithéâtre du « Monde » , à l’occasion de la remise du Prix du meilleur jeune économiste 2021, décerné chaque année par le Cercle des économistes et « Le Monde ». 

Tribune. 

 

N’appartenant pas moi-même à la discipline ainsi célébrée, je ne peux certainement pas me réclamer d’une compétence particulière, mais seulement d’une curiosité et d’un intérêt pour l’économie, et tout autant pour les économistes. A cet égard, deux circonstances singulières m’ont rendu attentif à l’évolution de la discipline et à l’activité de celles et ceux qui la pratiquent.

D’abord, animant l’Ecole de science sociale de l’Institute for Advanced Study de Princeton, qui se veut ouverte à tous les savoirs, j’ai tenu à ce que l’économie soit toujours représentée parmi les vingt-cinq chercheurs qui viennent y passer un an pour écrire leur livre ou leurs articles, ayant même en 2020 choisi comme thème fédérateur le très wébérien « Economie et société ».

Ensuite, dans la mesure où notre école est traditionnellement composée de quatre postes de professeur, en anthropologie, sociologie, science politique et économie, j’ai été chargé de conduire le recrutement sur ce dernier poste, ce qui m’a donné l’obligation de lire les travaux de nombre d’économistes, étant fort heureusement aidé dans cette tâche par un comité de véritables experts. Mon propos sera donc celui d’un observateur extérieur, naïf en quelque sorte, qui, à ce titre, osera des commentaires parfois étonnés.

L’extension du domaine de l’économie

Découvrir les recherches conduites par les économistes sélectionnés pour le Prix du meilleur jeune économiste a été pour moi un plaisir, d’autant qu’elles manifestent un engagement sur des enjeux importants de société, qu’il s’agisse de justice pénale, de démocratie représentative, de santé publique ou d’innovation scientifique – cette liste n’étant pas exhaustive.

Un tel éclectisme est significatif d’une évolution majeure à l’œuvre depuis plusieurs décennies : l’investissement des économistes sur des sujets paraissant éloignés de leur objet initial, à savoir les questions proprement économiques – ce que certains chercheurs, dans les disciplines ainsi visitées, voient même comme une colonisation. Cette extension du domaine de l’économie témoigne assurément du dynamisme et de la créativité de celles et ceux qui la pratiquent. Elle peut cependant trouver ses limites de deux façons : par défaut de critique épistémologique et par manque d’échange scientifique.

La pertinence de l’hydrogène pour l’aviation ?

 

« Il faut réexaminer la pertinence de l’hydrogène pour l’aviation » estime dans la Tribune (extrait) Michel Wachenheim, président de l’Académie de l’Air et de l’Espace)

 Airbus entend lancer un avion à hydrogène d’ici à 2035. Cela est-il possible selon vous et si oui quel type d’avion pourrait voler à l’hydrogène à cet horizon-là ?

MICHEL WACHENHEIM* - Airbus a déjà présenté publiquement ses différents projets et fera certainement d’autres annonces lorsque ses travaux de recherche seront plus avancés. L’Académie de l’Air et de l’Espace a organisé en mars dernier, sous la présidence de Madame Violetta Bulç, ancienne Commissaire européenne aux transports, un colloque dont l’objet était de mettre en évidence les voies et moyens de la décarbonation du transport aérien, sans tabous ni concessions, en donnant la parole à des acteurs extérieurs, à des jeunes et à des points de vue non européens. Bien évidemment, l’innovation technologique tient une large place dans la feuille de route qui mène à la neutralité carbone totale pour l’aviation. Les experts entendus considèrent unanimement que l’utilisation d’hydrogène pour propulser des avions court-courriers n’est pas hors de portée, même si de nombreuses difficultés restent à résoudre.  Quelles sont-elles ?

  • La taille et le poids des réservoirs : même si son rapport énergie/masse est environ 3 fois plus élevé que celui du kérosène, la densité très faible de l’hydrogène nécessitera des volumes 4 fois plus grands pour l’hydrogène liquide à -253°C, 6 fois plus grands pour l’hydrogène comprimé à 700bars, ce qui alourdira l’avion et entraînera de plus une surconsommation ;
  • La complexité des systèmes de gestion des circuits d’alimentation des moteurs, de l’évaporation permanente d’hydrogène, de l’étanchéité des circuits, qui devront respecter les normes de sécurité du transport aérien et sans doute de nouvelles normes qui restent à établir, beaucoup plus drastiques que celles de l’industrie spatiale conçues pour des vols de courte durée ;
  • La disponibilité d’infrastructures de production et de distribution sur les aéroports accueillant ces avions, respectant les normes de protection environnementales spécifiques et coexistant pendant le temps nécessaire avec les autres moyens d’avitaillement en kérosène et en carburants durables actuels ou à venir.

Ce ne sont là que les principaux défis. L’innovation technologique permettra sans doute d’en relever un certain nombre, mais les contraintes de volume et de poids (qui relèvent des lois de la physique, valables aujourd’hui, en 2035 et au-delà !) pourront difficilement être contournées, ce qui fait que ce type de propulsion ne pourra être envisagé à court et moyen terme que sur des avions à rayon d’action de 500 à 1000 km pour l’hydrogène gazeux, et environ jusqu’à 2000 km pour l’hydrogène liquide, selon les chiffres avancés par les experts présents au colloque de l’Académie en mars dernier. Ainsi cette solution, pour aussi séduisante qu’elle soit, n’impactera que très minoritairement les émissions de l’aviation dont les deux tiers proviennent des vols moyens et long-courriers.

Ce constat doit aussi être évalué au regard de la politique de flotte des compagnies aériennes. La coexistence d’avions de technologies très différentes, si elle n’est pas impossible, est plus difficile à gérer à tous points de vue (interopérabilité, flexibilité des affectations d’appareils aux différentes dessertes, formation des personnels techniques

L’avenir des taxis volants ?

L’avenir des taxis volants ?

 

par Sindreu du Wall Street Journal (extrait)

Les start-up sont nombreuses à essayer de créer des taxis volants qui circuleraient en agglomération. Mais c’est peut-être pour relier les villes entre elles qu’ils seront utiles

 

 

Ces derniers mois, quatre start-up spécialistes des eVTOL (pour « electric vertical-takeoff-and-landing vehicles », c’est-à-dire aéronef électrique à décollage et atterrissage vertical) sont entrées en Bourse après leur fusion avec une Spac. Deux californiennes, Joby Aviation et Archer, ont été les premières à se lancer, suivies par l’allemande Lilium et, quelques semaines plus tard, la britannique Vertical Aerospace. Visant toutes un lancement en 2024, elles veulent à la fois fabriquer et opérer leur flotte, un modèle économique très inhabituel dans le secteur aérien.

Devenir le Boeing ou l’Airbus des taxis volants ne sera pas chose aisée. Comme le soulignent les analystes de Cowen dans une nouvelle étude, les quatre jeunes pousses veulent fabriquer près de 4 000 véhicules en 2027, soit plus que le nombre d’avions commerciaux, jets privés et hélicoptères produits en 2018, année record dans ce domaine. Il leur faudra aussi franchir le terrible obstacle de la certification.

Pourtant, c’est peut-être le deuxième volet de leur projet (devancer Uber et Lyft) qui s’annonce le plus périlleux.

En général, on prend un taxi pour deux raisons : la praticité et la rapidité. Mais, contrairement à une voiture, un eVTOL a besoin d’un « vertiport » adapté pour décoller et atterrir. Les compagnies de taxis volants sont donc en train de s’associer à des entreprises comme le spécialiste des parkings REE ou le géant du BTP Ferrovial pour en bâtir. Mais si l’on se fie à l’exemple des héliports, un certain nombre de villes n’auront pas les moyens (ou l’envie) d’accueillir un vertiport de taille suffisante pour que l’activité soit financièrement viable.

En outre, pour aller d’un vertiport à un autre, il faut souvent un autre moyen de transport : si la distance à parcourir est inférieure à 50 kilomètres (le rayon d’action d’Uber), le taxi volant est inutile. Les banquiers de Wall Street qui doivent aller prendre l’avion à l’aéroport JFK de New York pourront peut-être profiter d’un vertiport bien situé, mais pour l’humain moyen, les eVTOL n’auront jamais d’intérêt, quels que soient les tarifs.

L’exemple de Blade Urban Air Mobility, une application de réservation d’hélicoptères et de jets privés, raconte cependant une autre histoire. Même si son nom évoque plus la ville que la campagne, l’entreprise transporte ses clients, parfois sur plus de 150 kilomètres, pour les amener de New York aux très chics Hamptons ou de Los Angeles à la station de ski d’Aspen, dans le Colorado.

Si le service est moins évocateur du film de Robert Zemeckis, il semble beaucoup plus adapté à la technologie des eVTOL. En se lançant dans les taxis volants, les compagnies aériennes pourraient proposer de nouvelles liaisons premium entre des agglomérations situées à cinq heures de route les unes des autres. United Airlines et American Airlines ont d’ailleurs passé des précommandes chez Archer et Vertical respectivement.

Lilium, elle, est la seule start-up spécialiste des eVTOL à se focaliser sur ce marché. Propulsé par 36 petits moteurs électriques, son Lilium Jet est conçu pour transporter six passagers à environ 200 kilomètres (et plus au fur et à mesure des progrès des batteries). La jeune pousse veut d’abord relier les villes entre elles – en Floride et en Allemagne – et envisage aussi d’acheminer des colis, un marché estimé à 2 500 milliards de dollars d’ici cinq ans par Cowen.

D

La propulsion électrique pourrait révolutionner le marché des vols régionaux. Mais pour aller dîner au restaurant, la voiture risque de rester indispensable.

 

Le concept d’entropie de l’Univers et ses paradoxes

Le concept d’entropie de l’Univers et ses paradoxes

 

 

 

L’entropie, censée rendre compte de la complexité d’une situation physique, n’est pas commensurable si elle s’applique au contenu d’une bouteille de gaz ou à celui de l’Univers, soulignent les physiciens Wiebke Drenckhan et Jean Farago dans leur carte blanche au « Monde ».

 

Quand le monde était encore jeune, les sociétés humaines se dotaient de druides et de bardes. Leur fonction, tenter d’extraire un peu d’intelligibilité du chaos apparent du monde, en faisait les interprètes des dieux auprès des hommes ordinaires.

Aujourd’hui que nous obéissons à des représentations de l’Univers beaucoup plus rationnelles, la figure du barde n’a pourtant pas disparu : elle s’est réinventée sous les traits contemporains du vulgarisateur philosophe, souvent médiatique, qui se pose en intermédiaire entre l’homme et l’Incompréhensible. Seulement, le mystérieux a de nos jours une déclinaison totalement scientifique, et s’incarne à travers des noms empreints de magie, boson de Higgs, saveur des quarks, entropie de l’Univers…

Ces concepts recouvrent en fait un appareil théorique redoutablement difficile, ce qui tombe bien pour le poète scientifique car, comme dans toute liturgie, le but est aussi de ne pas tout dévoiler. Prenez l’entropie de l’Univers, un concept plein de paradoxes. L’entropie est une mesure de la complexité d’une situation physique quelconque et correspond à peu près à compter le nombre de configurations que le système peut possiblement adopter.

Il s’agit donc d’une grandeur informationnelle, assez loin d’une caractéristique physique intrinsèque comme l’énergie d’une particule ou sa charge. Sa pertinence physique se révèle quand la dynamique chaotique d’un système isolé le conduit à visiter quasiment aléatoirement et sans préférence les différentes configurations qui lui sont accessibles. Dans ce cas, le système atteint après un certain temps un état macroscopique stable, appelé état d’équilibre et caractérisé comme étant celui représenté par les états microscopiques « les plus fréquents », c’est-à-dire celui dont l’entropie est maximale.

Pour un gaz dans une bouteille, une répartition homogène est toujours observée, car les états de ce type sont infiniment plus nombreux que tous les autres réunis, ceux où le gaz n’est pas homogène. On voit que la notion n’a de sens que si le système dispose de temps pour « visiter » ses différentes configurations.

Quand on essaie d’appliquer ce raisonnement aux échelles stellaires et au-delà, quand l’attraction gravitationnelle n’est plus négligeable, il se passe un phénomène paradoxal : à cause de la longue portée de la force gravitationnelle, un immense nuage de poussières et de gaz n’augmente pas son entropie en se dilatant comme le gaz dans la bouteille, mais en faisant exactement le contraire, et en se fragmentant en globules qui se densifient et chauffent, conduisent à l’allumage des réactions thermonucléaires des étoiles, à la vie…

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol