• Accueil
  • > Archives pour février 2015

Archive mensuelle de février 2015

Actualités, info, économie: articles les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croissance- climat des affaires : toujours morose

 

 

 

Actualités, infos: articles les plus lus

Taxis : manif lundi à Paris

Climat : un accord vraiment au minimum

UberPOP : covoiturage ou business ?

Sondage Merkel : le oui mais des Français 

Airbus 350: retard ou caprices du Qatar

Travail le dimanche : « triple erreur » (Hamon)

Parti socialiste : 500.000 pour quoi faire ?

Loi Macron : « Du bruit pour pas grand-chose » (Juppé)

Rachida Dati : « Non à une campagne avec les cantines halal ou la burqa»,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sondage :montée de l’islamophobie et de l’antisémitisme

Sondage :montée de l’islamophobie et de l’antisémitisme

 

 

Un sondage qui confirme  l’idée que se font les français du communautarisme et de ses dérives. Un sondage qui montre aussi que les Français s’interrogent sur le rôle de l’Etat qui voudrait réformer l’Islam. Les Français ressentent plus fortement l’antisémitisme et l’islamophobie, à en croire un sondage Odoxa pour i-Télé et Le Parisien. Quelques jours après la profanation du cimetière de Sarre-Union, et alors que plusieurs chiffres font état d’une hausse des actes islamophobes, 77% estiment que l’islamophobie progresse; ils sont 68% à considérer que c’est également le cas pour l’antisémitisme. «Ces résultats ne signifient pas que l’antisémitisme et l’islamophobie progressent en réalité en France», tempère Gaël Sliman, président de l’institut Odoxa. «Mais cela nous indique que les Français ressentent, eux cette progression de l’un et l’autre dans leur pays.» Le sondeur souligne par ailleurs que «malheureusement, ce sentiment rejoint effectivement une réalité» décrite par le baromètre de CSA puis LH2, qui mesure le taux de racisme et d’antisémitisme en France. «Comparés aux statistiques objectives et aux sondages permettant une mesure sur le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme, on observe que, malheureusement, ce sentiment rejoint effectivement une réalité», résume Gaël Sliman. Les résultats de ce sondage permettent également de constater que l’idée d’une progression de l’islamophobie en France est partagée à droite et à gauche: 75% des sympathisants de droite estiment qu’elle est une réalité, tout comme 84% des sympathisants de gauche. Un constat rare, souligne Odoxa. L’institut de sondage a également interrogé les 1.003 sondés sur la polémique qui a entouré le 30e dîner du Crif et la tentative de François Hollande de réconcilier le président de l’instance représentative juive, Roger Cukierman, et le président du CFCM Dalil Boubakeur. Ils sont 63% à approuver la démarche du président français dans cet épisode de tensions en vue de réconcilier les deux responsables. Du côté des sympathisants de gauche, 83% jugent que le chef de l’État était dans son rôle en recevant les deux représentants. Ils ne sont que 49% à le penser à droite. Dernier sujet abordé par le sondage: les mesures annoncées pour renforcer le dialogue avec l’islam. Les sondés sont très partagés: 49% estiment que l’État doit prendre des mesures pour réformer l’islam de France tandis que 51% pensent au contraire que c’est aux musulmans de décider eux-mêmes de l’organisation de leur culte. L’écart se creuse selon les appartenances politiques. À droite, 55% pensent que l’État doit intervenir, tandis qu’ils ne sont que 43% parmi les sympathisants de gauche.

 

Fondamentalisme- terrorisme : l’Etat veut former les imams !!!!

Fondamentalisme- terrorisme : l’Etat veut former les imams !!!!

 

La plupart des médias et des experts se sont félicités de la décision du gouvernement de s’immiscer dans la formation des imams «  en contribuant à élaborer uen théologie compatible avec les valeurs de la république ». Drôle de charabia en vérité  La théologie musulmane repose sur la révélation par Mahomet à travers le Coran de l’existence du Créateur, Allah, unique, omniscient et omnipotent. Cela impose donc de nombreuses limites d’interprétations, car jamais les enseignements philosophiques tirés ne peuvent mettre en cause le Coran. De la même manière que le rapport quasi existentiel entre Dieu et l’homme, l’homme et la religion ne peut être mis en cause par la philosophie dans de nombreuses autres religions. Dès lors il y a une confusion entre la sphère privée ( la croyance personnelle ) et la sphère publique ( lois qui déterminent le vivre ensemble comme ont aujourd’hui) de la part du gouvernement. Première observation , c’est une  mesurette car cette formation n’est pas obligatoire ( comme le service civique,  c’est si on veut !). Pourquoi former les Imams et pas tous les clercs des autres religions ? L’Etat  laïc n’a pas à s’immiscer dans l’intime croyance des individus, dans la religion mais à fixer l’environnement juridique qui s’impose à tous religieux ou pas. A cet égard li faut observer que nombre d’imams sont étrangers ( plus de la moitié). Certains viennent ici  simplement parce qu’ils ne pourraient se comporter de la même manière  dans leur propre pays  . La France compte, aujourd’hui, environ 1 800 imams en activité. Seulement un tiers sont rémunérés. Pour le moment, les milieux musulmans ont axé leurs efforts financiers sur la construction de lieux de culte. Pour pallier ce manque de moyens, le recours à des imams étrangers payés perdure. La moitié des imams salariés viennent d’Algérie (120), de Turquie (150) et du Maroc (30) pour un séjour en France qui n’excède généralement pas quatre ans..  La seule obligation pour l’Etat est de s’assurer que ces imams respectent les valeurs traduites dans les lois de la république. En cas d’infraction incitant notamment à la violence ce doit être le retour dans le pays d’origine. Pour les Imams d’origine étrangère disposant de la double nationalité ce devrait être la déchéance de la nationalité ( approuvée par 81% des français). Le reste est littérature et basse manœuvres politiciennes pour masquer l’absence de volonté de s’attaquer à ceux qui diffusent  cette violence , encouragent  le crime et le terrorisme. Il y a une curieuse inversion des champs de responsabilité quand l’Etat s’investit dans la formation théologique mais qu’à l’inverse  il manifeste un pathétique laxisme à l’égard des obligations  de la république.( obligations et droits  de la constitution et des  lois) . Or c’est précisément cette  contradiction et cet angélisme qui permettent  au FN de progresser. En niant le réel, les responsables politiques offrent uen opportunité extraordinaire de discréditer leur propre politique, en niant le réel ils permettent surtout de donner une  crédibilité au tout aussi  virtuel programme extrémiste. L a faute notamment à cette oligarchie coupée depuis longtemps des réalités socio culturelles. La contrepartie de cette intransigeance vis-à-vis du respect de la loi,’c'est la nécessité d’assurer pour tous le libre exercice de la religion et de protéger notamment de la même manière tous les lieux de culte, mosquées comprises.

Pétrole : rebond

Pétrole : rebond 

 

Le pétrole a d’abor enregistré uen hausse sur les marchés asiatique ces derniers jours puis vendredi aux Etats Unis. Un rebond en Asie mais qui ne devrait pas affecter la tendance actuelle du pétrole en raison de la faiblesse de la demande et du niveau de l’offre. Les cours du pétrole ont rebondi en Asie vendredi, soutenus par les achats à bon compte après le net repli de la séance précédente, le marché sombrant à nouveau dans le pessimisme quant à l’abondance de l’offre. Le cours du baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en avril gagnait 54 cents, à 48,71 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord à même échéance s’adjugeait 66 cents, à 60,71 dollars.  Vendredi, les cours du pétrole ont terminé en forte hausse sur le marché new-yorkais Nymex, soutenus par une amélioration des perspectives de demande de pétrole et la réduction des investissements dans le secteur dans les pays hors Opec.
Ils ont affiché leur première hausse mensuelle depuis juin. Mais restent néanmoins en retrait de près de 50% depuis leurs pics de l’été dernier.
Le contrat avril sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,59 dollar vendredi, soit 3,3%, à 49,76 dollars le baril. Sur l’ensemble du mois de février, le brut WTI affiche un gain de 3,1%. Le Brent a pris de son côté 2,53 dollars vendredi, soit 4,21%, à 62,58 dollars. Sur le mois de février, il a progressé de 18%, sa plus forte hausse mensuelle depuis mai 2009. En dépit de la légère reprise mondiale, normalement d’après les experts économiques le pétrole ne devrait pas augmenter manière sensible en 2015 toutefois on ne peut exclure une spéculation  qui pourraiat se traduire par des mouvements erratiques.

Des dérives qui mènent au «suicide de l’humanité» ( Michel Rocard)

Des dérives qui mènent au «suicide de l’humanité» ( Michel Rocard)

 

L’ancien Premier ministre dont les propos ne sont pas toujours accessibles au commun des mortels demeure sans doute un des rares politiques qui ait une  pensée intellectuelle élaborée même si évidemment on peut contester certaines de ses analyse et propositions.  D’autres se contentant le  plus souvent de poncifs, de caricatures  et de démagogie. Dans son livre «Suicide de l’Occident, suicide de l’humanité ?», Michel Rocard alerte sur les dérives qui affectent notre civilisation. L’ancien premier ministre socialiste propose quelques «traitements» et confie au Figaro qu’il faut «repenser le temps de travail». Michel Rocard tire la sonnette d’alarme. Dans son livre «Suicide de l’Occident, suicide de l’humanité?», publié aux éditions Flammarion, l’ancien premier ministre socialiste dresse un portrait très sombre de la période que nous traversons et met en garde contre les dérives qui menacent l’humanité. «Nous sommes actuellement face à une demi-douzaine de crises n’ayant que peu à voir les unes avec les autres. La plus facile à définir c’est la crise écologique», confie Michel Rocard au Figaro.  «Il y a une limite à la possibilité de préserver notre planète avec nos conditions de vie actuelle. La pollution nous empoisonne. Les ressources naturelles ne sont pas éternelles: il n’y aura par exemple plus de poissons dans moins de 30 ou 40 ans. L’effet de serre augmente et si nous continuons, nous allons transformer la planète en poêle à frire!», indique l’ambassadeur de France chargé de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique. A ce titre, l’année 2014 a été sacrée année la plus chaude jamais enregistrée sur le globe.  L’ancien premier ministre socialiste alerte en outre sur la hausse des inégalités. Il constate que «les inégalités à l’intérieur des sociétés n’ont jamais été aussi fortes en plus d’un siècle».  «Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, une régulation mondiale faite d’un commun accord a permis de lutter contre la spéculation. La période des Trente Glorieuses dominée par la pensée de Keynes avait ainsi un cadre financier international stable et les crises financières ont disparu du fonctionnement habituel du capitalisme. Mais depuis que cette doctrine a été abandonnée dans les années 1990, nous connaissons une méga crise mondiale et financière tous les quatre ou cinq ans. Nous avons perdu le savoir-faire de limiter les crises qu’on avait construit avant», déplore ainsi l’ancien premier ministre.  Depuis la fin des années 1990, le système financier est instable,  «On a besoin de finance, on a besoin d’une finance saine. Je ne hais pas la finance, je la hais quand elle est malsaine. La spéculation est malsaine», nous confie l’ancien premier ministre. Or, il constate qu’en «pays développés, les banques et les marchés financent de moins en moins l’investissement et l’économie réelle en générale». La Banque des règlements internationaux (BRI) estime que le montant total des liquidités circulant dans le monde atteint près de 700 trillions de dollars en juin 2011. «Ces liquidités représentent près de trois fois le produit brut mondial», indique Michel Rocard dans son livre. Il note en outre que «la part de ces liquidités dont le volume et les emplois sont liés à l’économie réelle est très faible. La somme de celles fondées sur des matières premières ou même des actifs boursiers est négligeable (…) près des trois quarts sont des paris mutuels entre opérateurs», écrit Michel Rocard.  Face à ce sombre constat, Michel Rocard dresse une liste de plusieurs remèdes. Selon lui, «il faut repenser le temps de travail (…) Les salariés doivent aussi pouvoir disposer de temps libre. La société à croissance lente, faible production industrielle et moindres dommages écologiques dont nous avons besoin pour la survie de l’espèce, ne pourra être mise en place que si le temps libre qu’elle suppose est demandé et souhaité», nous confie Michel Rocard. «Il faut des traitements mais les États ne peuvent pas tout faire, la société civile doit aussi s’impliquer. On peut probablement gagner le combat écologique, à condition toutefois de s’y prendre assez vite, par des mesures politiques des grands gouvernements de la planète. Ce n’est pas improbable mais cela se fera au prix d’un changement économique, une diminution de l’incitation au profit personnel. Il faut laisser toute sa place à tout ce qui est non marchand dans la sphère économique, comme les coopératives. Il faut aussi, comme avec la micro-finance, retrouver le rôle de l’argent sans qu’il retombe dans ses dérives».

 

La charcuterie française en déprime

La charcuterie française en déprime

 

La charcuterie toujours en progression jusque là connait la déprime, seulement +0.4% en 2014. En cause évidemment la crise , le chômage, la stagnation du pouvoir d’achat mais aussi et surtout les doutes sur la qualité des produits qui pour essentiel proviennent de l’industrie alimentaire même quand ils sont vendus  par le charcutier du coin ( sauf rares exception et pour quelques produits ). En fait i faut alors accepter en même temps de manger dans cette charcuterie  industrielle, les pesticides et engrais avalés par animaux, leurs « complément »s  alimentaires, les produits vétérinaires, phytosanitaires et surtout les innombrables produits chimiques incorporés dans le produit final afin qu’il se conserve mieux, qu’il prenne du poids, transforme le goût ( des centaines et des centaines d’additifs chimiques). Bien sûr il y a les normes mais pour nombre de produits la chaine de fabrication est internationale où parfois les normes sont approximatives voire inexistantes. Encore un peu et la charcuterie industrielle sera remboursée par la sécurité sociale tellement elle comprend de substances chimiques. D’autant que ceste plutôt le plat du pauvre !  Du coup, La consommation de charcuterie en France a marqué le pas l’an dernier, et c’est une surprise pour un secteur habitué à de belles progressions. Les ventes ont fait du sur-place. C’est rare. Un petit +0,4%, soit trois fois moins que d’habitude, selon les chiffres du panel « Kantar », pour la Fédération française des Charcutiers Traiteurs, qui parle de mauvaise année. Ainsi les Français ont mangé un peu plus de 13 kilos de charcuterie, 100 grammes de moins en un an, soit 30,7 kilos par foyer. Les Français préfèrent le jambon cuit qui est solide numéro 1 des ventes. L’an passé, pas d’innovation, mais des rayons qui débordent. Supérieur, au torchon, bio, noix, fumé, à l’étouffé, appauvri en sel… Les consommateurs s’y perdent et cherchent de l’authenticité. Et le marché ne progresse plus. Cela ne nous a pas empêché de manger chacun plus de 3 kilos de jambon l’an dernier. C’est une moyenne. Les lardons sont deuxième du podium. Grillés ou non, qui sont appréciés notamment pour leurs petits prix. Viennent ensuite les saucisses qu’on appelle « à gros hachage » Morteau, Toulouse ou encore Montbéliard. Les rillettes, jambons crus, ou de volaille sont aussi dans le vert.  En revanche, le saucisson sec voit rouge avec -1,5%. Dans le Nord, ses ventes chutent spectaculairement de 10%. Enfin en queue de peloton, le boudin et les andouilles sont en repli aussi respectivement de -1,3% et -5,1%. du fait notamment de leur prix plus élevé. On importe principalement du jambon sec d’Italie et d’Espagne. Pour les exportations, il s’agit surtout de saucisson sec, vers la Belgique, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Cette charcuterie, on préfère l’acheter à la coupe, dans les grandes surfaces ou chez son charcutier. Mais les trois-quarts sont vendus au rayon libre-service des enseignes. De plus en plus dans les commerces de proximité, +7% l’an dernier. Alors que les magasins de hard-discount en vendent beaucoup moins. Quant à notre budget moyen, il est stable avec 312 euros dépensés par foyer pour ces petits moments de convivialité.  Le Nord est toujours la région qui consomme le plus de charcuterie avec plus de 34 kilos par foyer, suivi de près par l’Est et l’Alsace, puis la Bretagne et la Normandie qui sont troisièmes. La lanterne rouge c’est la région parisienne, qui en consomme 30% de moins, 23,2 kilos.

Terrorisme : 2014, année de la folie meurtrière

Terrorisme : 2014, année de la folie meurtrière

L’année 2014 marquera un record d’attentats terroristes dans le monde 13 000, en espérant que ce record ne sera pas dépassé. Rien n’est sûr tellement la lutte des djihadistes est absurde et violente comme par exemple ces petits filles transformées en kamikazes qui se sont fait exploser en plein  marché au Nigéria. Trois attentats du même types avec des enfants de 10 ans et moins ! face à de tels actes, y compris ceux perpétrés en occident, ce ne sont pas évidemment les meurettes à l’eau de rose qui sont susceptibles de constituer uen vraie politique de lutte contre le terrorisme, le fondamentalisme et la violence. Dernier exemples en date : la formation des Imams, facultative ( comme le service civique obligatoire si on veut !) ou des ordinateurs dans les écoles ; De quoi rire sil n’était pas plus décent d’en pleurer.  L’année 2014 a été la plus meurtrière du terrorisme international. Selon le directeur du renseignement national américain, James Clapper, cette année a été record en termes de victimes. « Quand le décompte sera achevé, il apparaîtra que 2014 a été l’année la plus meurtrière pour le terrorisme international depuis que ce comptage a été institué », a-t-il affirmé lors de la Commission aux armées du Sénat américain. Selon une estimation, « 13.000 attaques terroristes ont tué 31.000 personnes dans les neuf premiers mois de 2014. En 2013, le chiffre total était de 22.000 tués dans 11.500 attaques », rappelle Le Figaro. James Clapper précise que la moitié des attaques terroristes ont eu lieu en Irak, au Pakistan et en Afghanistan. Bagdad subit des attaques quotidiennes. En 2013, l’Irak avait « subi 2.858 attaques faisant 7.046 morts, soit près d’un quart des victimes du terrorisme international cette année-là », explique le journal. « Les récentes attaques terroristes en Europe ont accentué la menace posée par de petits nombres d’extrémistes radicalisés par les conflits en Syrie et en Irak », a déclaré le directeur du renseignement national américain. Il déplore « l’attention mondiale » faite sur ces événements, qui ne peut qu’intéresser les terroristes à en perpétuer.

 

Musée Mossoul – Djihadistes : couper des têtes et la mémoire

Musée Mossoul - Djihadistes : couper des têtes et la mémoire

.

 

Les djihadistes ne connaissent que deux méthodes couper des têtes de ceux qui ne sont accord avec eux et couper la mémoire en massacrant les lieux historiques comme au musée de Mossoul. A la barbarie s’ajoute évidemment la stupidité et l’ignorance de cette bande de ratés révolutionnaires. Car le djihadisme permet à tous les ratés, les marginaux, les fous de trouver des excuse à leur ignorance ,  à leur bêtise, à leur folie. Bêtise et violence sont les deux « vertus » communes qui unissent ce combattants de l’absurde meurtrier. Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco dans uen interview au JDD évoque le dernier exploit à Mossoul de ces abrutis.

Vous avez expliqué que ces destructions d’œuvres d’art étaient « plus qu’une tragédie culturelle ». C’est-à-dire?
Nous sommes profondément choqués par ce qui s’est passé jeudi à Mossoul, car ce n’est pas la première fois que l’on assiste à une destruction délibérée du patrimoine dans ce conflit. Cela fait partie des moyens d’actions des extrémistes pour chasser les minorités : la destruction, le pillage, le trafic illicite. Au delà de la tragédie culturelle, je crois que cela porte une atteinte aux identités des peuples et des différentes communautés. Ces gens veulent imposer leurs vues sur une société sans mémoire ni histoire. Ils veulent faire table rase.

A-t-on une idée précise des dégâts causés sur place, à Mossoul?
Nous recevons des informations toutes les heures, mais c’est très difficile de connaître exactement l’étendue des dégâts, car parmi les objets, il existe des répliques et des œuvres authentiques. Nous sommes en train de vérifier cela avec le directorat des antiquités auprès du ministère de la Culture à Bagdad. Leurs experts sont actuellement sur place.

 

Quelle est la stratégie de l’Etat islamique derrière ces actes de vandalisme?
Ils veulent supprimer la mémoire, la diversité culturelle pour imposer une vision totalitaire et unique, qui n’est pas en rapport avec l’histoire de l’humanité et la vision du 21e siècle. Ils veulent aussi empêcher toute réconciliation à l’avenir, en instiguant des fractures au sein de la société irakienne.

Quelle réponse compte apporter l’Unesco à ces agissements?
J’ai envoyé vendredi matin une lettre à la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) parce que je considère qu’il s’agit d’un crime contre l’humanité. J’ai aussi appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à se réunir en urgence. Ces actes arrivent quelques jours seulement après l’adoption d’une résolution sur le financement du terrorisme. Celle-ci va aider à protéger le patrimoine. Elle condamne les nettoyages culturels et entend lutter contre le trafic illicite qui finance une partie des activités terroristes.

«La résolution fait le lien entre les considérations sécuritaires, politiques et celles touchant à la protection du patrimoine.»

Concrètement, comment cette résolution se met en place?
Elle fait le lien entre les considérations sécuritaires, politiques et celles touchant à la protection du patrimoine. Cela permet d’intégrer cette notion dans les réponses humanitaires à la crise. Nous sommes mieux organisés désormais pour travailler en collaboration avec Interpol, l’organisation mondiale des douanes, les grandes maisons d’enchères et les musées notamment. J’ai aussi lancé ce vendredi l’idée de créer une coalition internationale pour lutter contre le trafic illicite des biens culturels.

En attendant une issue au conflit, comment protéger les sites au sol?
Ce n’est pas facile, et il y a des réponses différentes à apporter. En Syrie par exemple, j’ai lancé l’idée – de plus en plus soutenue – d’avoir des zones culturelles protégées, à commencer par Alep. Cela doit permettre de sauvegarder tout ce qui n’est pas encore détruit. Mais en temps de conflit, il faut veiller à la protection du patrimoine.

 

Un tiers des Français ignorent les départementales

Un tiers des Français ignorent les  départementales

Nombre de français se désintéressent des départementales puisqu’on prévoit une abstention proche de 6%. Un record. Un tiers n’ont jamais entendu parler de cette élection et pour cause. D’abord c’est une élection appelée précédemment  cantonale déjà bien peu connue. A vec la réformette des structures , on a changé le nom des cantonales transformée en départementales. Second élément d’explication, on ne connait pas avec précision quel sera le rôle des départements avec les nouvelles fonctions de régions. Normalement la réformes des régions aurait dû faire disparaitre les départements mais le lobby des élus a fortement freiné des quatre fers pour maintenir ce niveau qui procure autant de mandants ( et de dépenses inutiles). Selon un sondage Odoxa pour i-Télé  un tiers des Français ignore cette élection. Cette proportion évolue nettement en fonction de l’âge des personnes interrogées. Ainsi, les jeunes âgés de 18 à 24 ans sont 56% à ignorer l’existence de ce scrutin. Ils ne sont plus que 29% chez les 50-64 ans et 9% chez les plus de 65 ans. Une précédente enquête de l’Ifop pour le JDD montrait à la mi-février le relatif désintérêt des Français pour ces départementales, puisque 58% prévoyaient de s’abstenir le mois prochain. Le sondage Odoxa calcule également le « potentiel de vote » en faveur du Front national. Un tiers des Français (33%) envisagent de voter pour le parti de Marine Le Pen : 17% en sont même « certains » et 16% assurent que c’est « probable ». La porosité entre la droite et le FN est particulièrement élevée : 32% des électeurs de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2012 envisagent de voter en faveur de candidats frontistes le mois prochain. Ils ne sont que 15% des électeurs de François Hollande à penser ainsi. Dans les autres enquêtes, les intentions de vote en faveur du FN se situent entre 26 et 30% à un niveau national, mais cela ne permet pas de savoir quels départements pourraient basculer vers le FN.

 

Parlementaires en Syrie : Hollande savait (Gérard Bapt )

Parlementaires en Syrie : Hollande savait (Gérard Bapt )

 

Dans uen interview au JDD confirme évidemment que tout le monde savait à propos de la délégation de parlementaires chez Assad.

Vendredi, le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a affirmé que « ni l’exécutif, ni le PS, ni l’Assemblée n’était au courant » de votre projet de voyage en Syrie. Confirmez-vous?
C’est faux. Avant mon départ, j’ai prévenu et rencontré les conseillers diplomatiques de quatre autorités : l’Elysée, les ministères des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Intérieur. L’information a donc dû être remontée à François Hollande (ce dernier a affirmé, jeudi depuis Manille, ne pas avoir été informé, Ndlr). Par ailleurs, nous avons proposé à de nombreux députés de partir avec nous. La plupart ne pouvait pas pour des raisons d’agenda.

La commission des Affaires étrangères, présidée par Elisabeth Guigou, a-t-elle été informée?
Pas officiellement. Mon assistant a contacté celui d’Elisabeth Guigou, mais de toute façon, nous avions proposé à la majorité des élus de la commission de participer au voyage. Tout le monde, au sein de celle-ci, était en connaissance de cause. Quant à Bruno Le Roux (le patron du groupe PS, Ndlr), je n’ai pas eu le temps de l’informer car il devait alors gérer la loi Macron.

François Hollande, Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis ont condamné votre initiative, et notamment la rencontre avec Bachar el-Assad…
Avant tout, je tiens à préciser que je n’ai pas rencontré le président syrien, à la différence de mes trois collègues. Il était convenu que je reste à mon hôtel à ce moment. Depuis mercredi soir, de nombreuses informations inexactes circulent.

Qui avez-vous personnellement rencontré sur place?
J’ai visité des camps de réfugiés et des hôpitaux. J’ai rencontré les professeurs et élèves du lycée français de Damas, les autorités religieuses du pays ainsi que des responsables d’associations comme la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge.

Vous n’avez pas rencontré de responsables politiques?
Si, mais pas Bachar el-Assad lui-même. Je me suis entretenu avec le ministre des Affaires étrangères syrien ainsi qu’avec le président de l’Assemblée nationale.

«Damas évoque le chiffre de 2.000 Français dans les rangs de Daech.»

François Hollande et Manuel Valls ont martelé jeudi qu’on ne peut parler avec le régime d’un dictateur, « d’un boucher », a même dit le Premier ministre. Comprenez-vous cette position?
Le Président et le Premier ministre sont dans leur rôle par rapport à la ligne politique qu’ils se sont donnés, par rapport à la ligne morale qu’ils souhaitent tenir. Mais leurs réactions et celles de l’ensemble du personnel politique prouvent qu’il y a beaucoup d’interrogations sur place. Je ne m’attendais pas une telle déferlante de réactions à mon retour.

Quel bilan tirez-vous de votre visite?
Je fais partie de la majorité socialiste. Aussi je partagerai d’abord mes analyses avec les représentants de l’Etat. Mais je peux souligner la gravité de la situation sur place. La souffrance civile est réelle là-bas. Le régime syrien doit résister aux assauts continus de Daech au Nord comme au Sud du pays. Jeudi encore, des centaines de chrétiens ont été enlevés par les islamistes.

Faut-il renouer un lien avec Bachar el-Assad pour lutter contre l’Etat islamique?
Ce n’est pas à moi de le dire, mais à l’exécutif. J’observe seulement des faits. L’armée régulière syrienne lutte chaque jour contre Daech, qui compte, nous a-t-on dit en Syrie, des ressortissants de 83 nationalités. A Damas, les autorités ont évoqué le chiffre de 2.000 Français dans les rangs des terroristes (le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve évoque 1.400 personnes, Ndlr). Si les Kurdes ont réussi à résister à l’Etat islamique à Kobané, ce n’est pas grâce au seul parachutage d’armes américaines. Ce constat fait, je note que plusieurs pays occidentaux ont rouvert leur ambassade à Damas, comme l’Espagne récemment. Et j’ai pu observer que les Américains y sont encore présents. J’ai ainsi croisé Ramsey Clark, ex-ministre de la Justice américain, dans un ascenseur. Ces éléments méritent d’être apportés au débat.

Poutine :son opposant Boris Nemtsov, leader de l’opposition, abattu à Moscou

Poutine  :son opposant  Boris Nemtsov, leader de l’opposition, abattu à Moscou

Encore un des rares opposants à Poutine abattu. L a plupart ont déjà subi le même sort, ont été emprisonnés  ou se sont exilés. C’est de cette manière que Poutine à réussi à asseoir son pouvoir : décapiter l’opposition, museler les médias. Ce qui lui permet d’hystériser le sentiment national et l’ expansionnisme russe. En même temps il dissimule ses échecs internes : croissance dans le rouge, baisse des recettes du pétrole, évasion des capitaux certes le principal opposant à Poutine était un oligarque mais Poutine aussi ;  ès uen enquête américaine Poutine a  accumulé un fortune de l’ordre de 40 milliards. Poutine adhère à la démocratie mais à la démocratie de terreur sas opposition, la démocratie du KGB où tous les coups sont permis. Tant que l’occident n’aura pas compris la psychologie du dictateur russe aucun compromis ne sera possible par exemple sur l’Ukraine.  Boris Nemtsov, figure de l’opposition au président russe Vladimir Poutine, a été abattu à Moscou vendredi soir, après avoir été touché par quatre balles. Il avait été de tous les combats, depuis quelques années, contre le pouvoir russe, de l’élection présidentielle à la guerre en Ukraine, en passant par les Jeux olympiques de Sotchi.  Ses assassins l’ont abattu devant le Kremlin, sur le Grand pont de pierre. Ultime symbole pour l’un des opposants politiques les plus féroces à Vladimir Poutine, Boris Nemtsov, tombé vendredi soir à Moscou après avoir reçu quatre balles. Ancien ministre de l’Énergie de Boris Eltsine, il avait notamment été en pointe pour dénoncer le coût des Jeux olympiques de Sotchi, il y a un an, cette ville des bords de la mer Noire qui l’avait vu naître. « Dans la Russie de Poutine, le sujet est tabou et la discussion impossible« , avait-il lâché à l’époque. Cinq ans plus tôt, en 2009, il avait été aspergé d’ammoniac par des inconnus dans la rue, alors qu’il était candidat à la mairie de la ville. Le 6 décembre 2011, il avait fait partie des nombreux opposants arrêtés en marge de la manifestation monstre contre la candidature de Vladimir Poutine à l’élection présidentielle de 2012. 

Actualités, info, économie: articles les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croissance- climat des affaires : toujours morose

 

 

 

Actualités, infos: articles les plus lus

Taxis : manif lundi à Paris

Climat : un accord vraiment au minimum

UberPOP : covoiturage ou business ?

Sondage Merkel : le oui mais des Français 

Airbus 350: retard ou caprices du Qatar

Travail le dimanche : « triple erreur » (Hamon)

Parti socialiste : 500.000 pour quoi faire ?

Loi Macron : « Du bruit pour pas grand-chose » (Juppé)

Rachida Dati : « Non à une campagne avec les cantines halal ou la burqa»,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Syrie: Assad ou l’Etat islamique ?

Syrie: Assad ou l’Etat islamique ?

 

Après les réactions très faux cul de la plus grande partie de la classe  politique concernant la visite de 4 parlementaires en Syrie, on peut légitimement s’interroger sur la pertinence de la politique étrangère française. Des réactions très faux cul car ils étaient tous au courant et avaient même soutenu cette initiative qui devait rester secrète. Malheureusement Assad a médiatisé cette entrevue. Assad est un dictateur assassin, cela ne se discute pas mais pas davantage que d’autres Kadhafi, Saddam Hussein, bien d’autres encore. Des dictateurs que l’on reçoit avec d’autant plus de solennité quand ils ont les moyens d’acheter des produits de la France ( centrales nucléaires, TGV, armement  etc.), première hypocrisie. N e parlons pas de notre servilité  l’égard des dirigeants chinois. Deuxième élément fondamental celui là, comment lutter le plus efficacement contre l’Etat islamique et ses filiales. Depuis qu’on a largement contribuer à abattre les dictateus Kadhafi et Saddam Hussein c’est la  barbarie et l’Etat islamique qui avance avec une barbarie pire que la précédente  Désormais c’est un moitié  de l’Afrique qui est concernée, évidemment le Proche et le Moyen orient. On le sait les frappes aériennes ont des  limites quand les terroristes peuvent se dissimuler dans la population, il  faudra des troupes au sol tout le monde en convient même le prudent Obama. Sur qui compter ? Sur des Etats qui n’existent pas, sur de armées locales virtuelles ou mal équipées, mal payées, mal organisées. Pour combattre efficacement l’Etat islamique il faudra évidemment s’appuyer sur les  Etats existants , sur les forces locales réelles et même sur Assad qui est le seul dans la région à posséder une  armée. La  plupart des pays où les dictateurs ont été déchus ont connus les pires bouleversements et c’set la dictature de l’Etat islamique ( ou leur mouvance)  qui tente de s’imposer. Le printemps arabe s’est transformé en hiver. La Lybie, l’Irak, la Syrie sont complètement déstabilisés ;  en Afrique noire c’est le Nigéria,  le Cameroun, le Tchad, la l Mali, la centre Afrique  demain le Niger, la Côte-D’ivoire, l’Afrique de l’est aussi. La Turquie, L’Arabie Saoudite,  aussi , d’autres encore. Encore uen fois avec quelle troupe au sol combattre et anéantir ce cancer de l’Etat islamique. Jusque là seul le courageux Tchad a pris l’initiative de s’engage fortement contre Boko-Haram  ( sans doute les fous de tous). Pour gagner cette guerre car il s’agit bien d’uen guerre y compris avec des conséquences dans tous les pays du monde via les attentats surmédiatisé, on ne peut  pas compter que les Etats vertueux  , ll faudra compter sur tous, ceux qui condamnent et s’engagent sans ambigüité. Et  De ce point de vue la récente conférence mondiale organisée par Obama n’a débouché sur strictement rien. Alors faut-il attendre que l’Etat islamique s’étende encre à 4, 5, 10 pays avant de faire de la politique étrangère sur des réalités ?

Prix à la production : baisse de 0.9% en janvier

Prix à la production : baisse de 0.9% en janvier

Un bonne et uen mauvaise nouvelle. Bonne nouvelle car cela redonne de la compétitivité ( à relativiser car   les prix à l’import ont diminué davantage) , uen mauvaise nouvelle car cela traduit l’ atonie de la demande en France ou l’industrie va baisser en janvier ( contrairement à la consommation et contrairement à d’autres pays d’Europe) . Ces prix à la production de l’industrie sur le marché français ont reculé de 0,9% en janvier, après une baisse de même ampleur en décembre, selon les données publiées vendredi par l’Insee. Sur un an, ils accusent un repli de 3,3%. Les prix des produits pétroliers raffinés ont poursuivi leur chute, reculant de 11,9% après -14,9% en décembre. Sur un an, ils s’effondrent de 35,7%. Dans le même temps, la baisse ininterrompue des prix des denrées alimentaires entamée en mai s’est prolongée le mois dernier (-0,3%). Les prix des autres produits industriels se sont contractés pour leur part de 0,1%. Les prix des produits industriels destinés aux marchés extérieurs ont reculé de 0,1% et les prix d’importation des produits industriels ont quant à eux baissé de 1,6%, après -2,0% en janvier, leur recul sur un an atteignant 6,6%.

Consommation des ménages :hausse de 0.6% en janvier

Consommation des ménages :hausse de 0.6% en janvier

 

 

Une petite embellie de la consommation en janvier qui devrait soutenir un peu la croissance. La consommation des ménages français en biens a progressé de 0,6% en janvier, portée par les achats d’automobiles et les dépenses de gaz et d’électricité à la faveur de températures de retour à un niveau proche des normales saisonnières, selon les données publiées vendredi par l’Insee. L’Institut a révisé dans le même temps à 1,6%, contre 1,5% annoncé précédemment, la hausse du mois de décembre. La consommation des ménages en biens représente un peu moins de 50% de leur consommation totale. Janvier a été marqué par un rebond de 1,9% des achats de biens durables imputable pour l’essentiel aux achats d’automobiles (+3,2% après -0,1% en décembre). Les achats en équipement du logement, et notamment en meubles, ont également renoué avec une tendance positive (+1,4% après -0,5% un mois plus tôt). Les dépenses en textile, habillement et cuir (+2%) ont enregistré leur quatrième mois consécutif de hausse après les plus bas depuis 2001 touchés en septembre. La consommation en produits alimentaires est restée quasi stable (-0,1%). Après un mois de décembre très dynamique, du fait d’importantes dépenses en fuel et carburant, la progression des dépenses en énergie a ralenti (+0,6% après +0,9%) même si la consommation en gaz et électricité a progressé à un rythme élevé du fait de la baisse des températures.

 

Syrie-Visite à Assad : les réactions des faux culs de la classe politique

Syrie-Visite à Assad : les réactions des faux culs de la classe politique

Hollande, Valls, Sarko se sont étonnés de la visite de 4 parlementaires à Assad le dictateur Syrien, et ils  n’ont pas hésité à condamné cette initiative en termes très durs. En fait de réactions de vrais faux culs car étaient au courant de cette initiative voire l’avait encouragée. En matière diplomatique c’est presque toujours comme cela que se passe les choses, on envoie d’abord un émissaire non mandaté pour tâter le terrain puis en fonction des réactions des médias notamment on n’hésite pas à condamner ensuite,  quitte quelques mois ( ou quelques années)  plus tard à suivre les préconisations de ceux qu’on a affligés de tous les noms d’oiseaux. L’Elysée, Matignon, le quai d’Orsay, Sarko étaient évidemment au courant. Certes Assad n’est pas un enfant de chœur c’est même un assassin et un dictateur mais on ne se prive pas de recevoir des dirigeants qui sont aussi des assassins et des dictateurs  ( pas seulement Kadhafi , lui reçu en grande pompe par Sarko),mais d’autres , les chinois, les russes,  les émirs arabes surtout ceux avec lesquels on peut faire du commerce. Après Manuel Valls, qui a dénoncé une « faute morale », François Hollande a condamné jeudi le déplacement de quatre parlementaires en Syrie, pour rencontrer Bachar al-Assad. Le député UMP Jacques Myard, le sénateur UMP Jean-Pierre Vial, le sénateur UDI François Zocchetto et le député socialiste Gérard Bapt se sont en effet rendus mardi à Damas, où trois d’entre eux ont parlé avec le président syrien.   »On ne peut pas travailler sur Daesh et contre Daesh sans passer par la Syrie, donc une nécessaire reprise de dialogue est obligatoire », a ainsi estimé l’ex-patron du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, sur BFMTV. Bachar al-Assad n’est « pas le poussin du jour, je vous accorde qu’il a du sang sur les mains, mais il est une partie qui va intervenir dans le règlement politique de la guerre civile », a argumenté pour sa part Jacques Myard, l’un des parlementaires qui ont rencontré Bachar al-Assad.   Pour Jean-François Daguzan, directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), il est aujourd’hui  » nécessaire » de « renouer une forme de dialogue, qui doit passer par les canaux officiels-officieux ». « Le minimum de dialogue doit être ré-établi avec le gouvernement syrien actuel, ce qui ne veut pas dire embrasser Bachar al-Assad sur la bouche. Aujourd’hui, la rupture complète des communications telle qu’elle s’est faite depuis début 2012 pose un vrai problème, et évidemment, la question de Daesh est au cœur de tout cela », estime ce spécialiste du Moyen-Orient

 

Salaires minimum en Europe : de 184 à 1923 euros

Salaires minimum en Europe : de 184 à 1923 euros

 

L’harmonisation sociale en Europe ce n’est pas pour demain.Pour l’instanat l’Europe se limite à uen vaste zone de libre échange et dans cette compétitivité, le salaire ( ici le salaire minimum joue notamment  un rôle.  Le salaire minimum de tous les pays d’Europe a augmenté depuis 2008, à l’exception de celui de la Grèce, indique jeudi Eurostat. Après élimination des différences de niveau des prix, cette baisse est de 12%. Le salaire minimum est resté inchangé en Irlande, précise également l’office européen des statistiques.  Les hausses les plus importantes entre 2008 et 2015 ont été enregistrées en Roumanie (+95%), en Bulgarie (+64%), en Slovaquie (+58%) et en Lettonie (+57%), des pays où le salaire minimum est inférieur à 400 euros par mois.  La publication de ces statistiques survient alors que le débat sur le salaire minimum a été relancé en Europe, avec la volonté de la Grèce de le relever. Le gouvernement de gauche radicale d’Alexis Tsipras veut le reporter à 751 euros, le niveau qu’il avait atteint avant d’être réduit à 580 euros sous pression des créanciers du pays. Mais certains ministres des Finances de la zone euro sont contre, reprochant à la Grèce d’avoir un salaire minimum plus élevé que des pays n’étant pas sous perfusion financière.  Au sein de l’UE, le pays avec le salaire minimum le plus bas est la Bulgarie (184 euros). A l’opposé, le Luxembourg offre un salaire minimum de 1.923 euros, soit un ratio de 1 à 10. En France, le Smic est actuellement de 1.458 euros, contre 1.280 euros en 2008.  Toutefois, après ajustement des disparités de pouvoir d’achat, l’écart entre les États membres se réduit à 1 à 4, souligne Eurostat. (d’après  AFP- BFM)

 

 

 

 

Frondeurs du PS : Cambadélis ménage la chèvre, le choux et son avenir

Frondeurs du PS : Cambadélis ménage la chèvre, le choux et son avenir

Pas fou Cambadélis, on l’attendait pour sanctionner sérieusement les frondeurs suite à l’échec  du vote de la loi Macron. Le sang devait couler. En fait ce serait plutôt du jus de tomates. Cambadélis s’est limité à gronder les frondeurs ( ce que lui avait demandé Hollande et surtout Valls) mais a aussi invité le gouvernement à davantage écouter les parlementaires. En fait derrière cet exercice de synthèse à la « Hollande » se joue les prochains enjeux du congrès du PS en mai. Et là après la débâcle au départementales le plateau de la balance PS  risque de pencher à gauche, Cambadélis sil veut conserver sa place doit donc ménager les opposants à la ligne de Hollande. La résolution adoptée par le bureau national ménage la chèvre et le chou. Certes, le ton adopté est grave. « Le manque de respect, de fraternité ou tout simplement de camaraderie a atteint un niveau intolérable », constate le texte, qui fait état d’un « climat de division à gauche jamais vu ». La résolution rappelle que selon les statuts du PS, les parlementaires « doivent respecter la règle de l’unité de vote de leur groupe », sous peine de sanctions. Un rappel en forme de dernier avertissement. La résolution annonce d’ailleurs que le bureau national « donnera maintenant ses consignes sur les textes après audition du Gouvernement ». Mais le texte se montre aussi critique envers l’exécutif, en estimant que le PS n’a pas été assez écouté lors de l’examen de la loi Macron. Selon le bureau national, son mémorandum adressé gouvernement à l’automne, dans lequel il préconisait par exemple le chiffre de sept dimanches ouverts au commerce, contre 12 dans le projet de loi, « n’a pas été étudié comme il aurait dû » et « doit l’être en seconde lecture ». Avec son art consommé de la synthèse, cette résolution a eu le mérite de mettre tout le monde d’accord : le texte a été adopté avec 29 voix pour, 9 abstentions, et aucun vote contre. Pour le premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, le contrat est rempli : rappeler à l’ordre les frondeurs hostiles à l’exécutif, sans se mettre à dos l’aile gauche du PS, alors qu’il brigue sa propre succession au congrès de juin. « J’ai privilégié le chemin du rassemblement, je suis contre la fragmentation », a-t-il expliqué à la presse après la réunion du bureau national.

 

Macron : »le bovarysme parlementaire »

Macron : »le bovarysme parlementaire »

Un formule qui nous sort un peu de la dialectique habituelle de l’oligarchie et  qui résume bien les contradictions de nombre de députés qui ont surtout voté pour ce que la loi ne contenait pas. Un sorte de vote de frustration. Certes la loi Macron n’est pas la loi su siècle, loin s’en faut, c’est même un peu un fourre-tout ,  mais elle comporte des dispositions qui sont clairement libérales et que la droite aurait pu et du voter. Quant aux députés frondeurs, ils sont simplement traités de fainéants par Macron ! Emmanuel Macron n’a donc  pas encore encaissé les soubresauts politiques autour de son projet de loi, adopté en force par le gouvernement grâce à l’utilisation du tant commenté article 49 alinéa 3 de la Constitution. Dans une interview accordée au journal Le Monde daté de ce vendredi, le ministre de l’Economie a en effet estimé que son texte a été « pris en otage », car victime de « logiques politiciennes ». « Je pense que ce texte a été pris en otage ou, en tout cas, qu’il a été pris dans des logiques politiciennes, indépendamment du travail du fond qui avait été accompli », a-t-il déploré. Beaucoup de gens au centre-droit et à droite, a-t-il ajouté, pouvaient se reconnaître dans ce texte, ils le disaient d’ailleurs ». Mais « la logique partisane, en particulier à l’approche des élections départementales, a été telle que seuls ceux qui n’avaient rien à perdre ont eu le courage de la dépasser », a souligné le ministre. « Les autres, a-t-il accusé, se sont pliés à la discipline de parti ». « Ils ont justifié leur vote, ce qui est assez inédit, par tout ce que la loi ne contenait pas, la suppression des 35 heures par exemple. C’est ce que j’appelle le bovarysme parlementaire », a-t-il regretté.  Avec le rejet, sans surprise, de la motion de censure portée par l’UMP, le projet de loi Macron a passé ce jeudi une première étape, en étant adopté par… « Je pense qu’il y a une politique de fainéants et il y a la politique des artisans », a encore ajouté le ministre. « Moi je fais la politique avec les artisans et les artisans, au sens fort du terme, ce sont ceux qui ont passé des jours et des nuits à travailler un texte au fond, qui savent ce qu’il y a dedans, qui peuvent en être fiers. Et il y a la politique des fainéants, qui consiste à regarder la surface de l’eau. On meurt de cela. » Toujours dans son entretien au MondeEmmanuel Macron se montre également sévère aussi pour le Parti socialiste où, rappelle le quotidien, les réserves étaient vives dès le début sur l’extension du travail du dimanche. « Sur cette position initiale du parti s’est greffé un foyer infectieux qui ne s’est pas éteint », selon le ministre de l’Economie. « Au cours de la dernière nuit de discussion à l’Assemblée, j’ai été saisi de voir à quel point certains députés étaient dans un débat théorique et à quel point ils perdaient le réel ».

 

Pétrole : rebond en Asie

Pétrole : rebond en Asie 

 

Un rebond en Asie mais qui ne devrait pas affecter la tendance actuelle du pétrole en raison de la faiblesse de la demande et du niveau de l’offre. Pour L’année 205, les spécialistes prévoient d’ailleurs une  certaine  stabilisation. Les cours du pétrole ont rebondi en Asie vendredi, soutenus par les achats à bon compte après le net repli de la séance précédente, le marché sombrant à nouveau dans le pessimisme quant à l’abondance de l’offre.
Le cours du baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en avril gagnait 54 cents, à 48,71 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord à même échéance s’adjugeait 66 cents, à 60,71 dollars. Le pétrole avait chuté jeudi, les marchés semblant s’apercevoir avec un jour de retard du niveau toujours élevé des réserves américaines, au lendemain des derniers chiffres officiels en date. Le cours du baril de WTI pour livraison en avril a dévissé de 2,82 dollars à 48,17 dollars le baril, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), faisant totalement oublier une tentative de rebond la veille et retombant à son niveau de fin janvier.  A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour avril a limité ses pertes à 60,05 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 1,58 dollar. Les stocks américains de brut ont encore augmenté de plus de huit millions de barils la semaine dernière, atteignant 434,10 millions de barils, leur plus haut niveau depuis novembre 1930.

 

12345...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol