Archive pour le Tag 'forte'

Bâtiment : forte hausse de l’activité de l’artisanat

Bâtiment : forte hausse de l’activité de l’artisanat

 

Selon Jean-Christophe Repon, président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb)  l’activité du secteur, qui va de la construction de maisons à la rénovation énergétique, a progressé de 0,5% par rapport au premier semestre 2019. En comparaison au deuxième trimestre 2020, cette croissance atteint +37%.

«Finalement, on n’a pas perdu d’emplois», se réjouit Jean-Christophe Repon, qui revendique même la création de 26.000 emplois dans des entreprises du BTP de moins de 20 salariés entre le premier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021. Au premier semestre, 18% des entreprises artisanales ont cherché à recruter et 14% y sont parvenues. L’emploi salarié dans le BTP augmente ainsi de 3,8% sur un an malgré un «manque de main-d’œuvre qualifiée».

L’activité de l’artisanat du bâtiment a été tirée par la rénovation énergétique, en croissance de 3,3% au premier semestre, par rapport à la même période en 2019. De manière générale, la branche Entretien-Rénovation est en croissance (+2,2%). «Le confinement et le télétravail ont poussé les Français à changer leur habitat, pour y vivre mieux», analyse Jean-Christophe Repon. En revanche, l’activité de Construction neuve ne retrouve pas son niveau d’avant-crise, et reste en retrait de 1,8% par rapport au premier semestre 2019.

Retour des talibans : une répression encore plus forte (ambassadeur d’Afghanistan)

Retour des talibans : une répression encore plus forte (ambassadeur d’Afghanistan)

Mohammad Homayoon Azizi, ambassadeur critique la France qui n’a pas joué son rôle au conseil de sécurité de l’ONU

 

Interview sur France Info (extrait)

 

Après la victoire des talibans en Afghanistan et la chute de Kaboul dimanche, êtes-vous, techniquement, toujours ambassadeur ?

Mohammad Homayoon Azizi : La légitimité de tout gouvernement découle d’élections démocratiques. C’est comme ça que les choses fonctionnent dans un système démocratique. Et si le pouvoir est pris par la force, alors les nouvelles autorités ne peuvent être considérées comme étant légitimes. Donc, en vertu de ça, je suis toujours le représentant à Paris de la République islamique d’Afghanistan. Je vais vous donner un exemple. C’est comme si on vous volait votre maison, mais que le titre de propriété restait à votre nom. C’est exactement la même situation en Afghanistan aujourd’hui. Et nous, nous sommes les représentants d’un gouvernement élu. Par conséquent, nous jouissons de cette légitimité-là. Et moi, tant qu’il n’y a pas un gouvernement légitimement élu, je continuerai mon travail d’ambassadeur à Paris, je continuerai de représenter la République islamique d’Afghanistan. Et dans le contexte actuel, sous l’administration des talibans, moi, je ne retournerai pas en Afghanistan.

 

Le président afghan Ashraf Ghani est parti dimanche vers l’étranger. Comprenez-vous cette décision ?

Oui, absolument. La manière dont les États-Unis ont traité les talibans ces dernières années, avec ces pourparlers qui finalement n’avaient de pourparlers que le nom, qui se sont déroulés à Doha, et un processus de paix qui avait énormément de failles, tout cela a permis aux talibans de revenir, et de le faire avec une grande brutalité. À cause de cela, nous n’avons pas été en mesure de sauver notre pays, l’Afghanistan. Nous avons commencé par perdre les villes, puis des provinces. Et plus récemment, les talibans ont encerclé Kaboul et c’est là que le président a été mis sous une énorme pression et qu’il a été contraint de quitter ses fonctions. Ces pressions, elles viennent de tous bords et s’expliquent notamment par le fait que certains veulent donner une légitimité aux talibans. L’idée, c’est de vendre cette propagande, de dire qu’il y a une solution politique pour le pays. Mais en réalité, ce n’est pas possible parce qu’on l’a bien observé, en pratique, il y a eu des violences. Les droits de l’Homme n’ont pas été respectés. Il y a des actes de guerre qui ont été commis et chaque disposition de la Convention de Genève a été violée. Et ceux qui soutiennent les talibans espèrent qu’ils seront perçus comme étant légitimes. C’est à cause de tout cela que le président a dû partir parce qu’il n’acceptait pas cet état de fait. Et par conséquent, il a dû quitter ses fonctions ainsi que quitter le pays.

Craignez-vous que le régime des talibans soit encore plus dur que celui qu’ils ont imposé entre 1996 et 2001 ?

Ce que l’on a pu observer ces dernières semaines, c’est plus de violence, plus de répression qu’en 2001. Et puis, n’oublions pas la relation historique des talibans avec les groupes terroristes. Et les relations plus récentes, ces vingt dernières années, nouées avec les groupes terroristes. Ajoutez à cela toute la souffrance qui a été endurée par les populations dans les provinces, surtout du sud. Tout cela est très inquiétant. Il y a beaucoup de personnes qui ont subi des exactions, devant leurs familles, devant leurs femmes, leurs enfants. Donc moi, je suis certain que la nature d’un groupe fondamentaliste islamiste ne peut pas changer. En tout cas, elle ne peut pas changer de manière positive. Je crains même l’inverse, que la répression soit encore plus dure qu’entre 1996 et 2001.

« On en attendait beaucoup plus de la France ».

 

Emmanuel Macron appelle à protéger les Afghans qui ont aidé la France, mais alerte également contre de possibles flux migratoires irréguliers venus d’Afghanistan. Comment le prenez-vous ?

Je pense que le message porté par le gouvernement français est un message qui arrive un peu tard. Par le passé, nous avons à de nombreuses reprises expliqué et décrit la menace que représentaient les talibans, on a expliqué plusieurs fois que ce qui se passait en Afghanistan était extrêmement inquiétant. J’en ai parlé avec mes collègues et pour être franc, on en attendait beaucoup plus de la France, notamment parce que la France est un Etat membre du Conseil de sécurité des Nations unies. Et les pays membres du Conseil de sécurité ont pour rôle de protéger les pays qui, précisément, sont confrontés au genre de menaces qui pèsent sur l’Afghanistan. Maintenant, pour ce qui est des flux migratoires irréguliers, depuis l’Afghanistan vers l’Europe, évidemment, je comprends que cela soit perçu comme un problème par les Européens. Mais moi, ce que j’espère, c’est que la France ne va pas se contenter de prononcer quelques paroles et va réellement agir, c’est-à-dire faire pression sur les autres pays du Conseil de sécurité des Nations unies pour qu’il puisse y avoir un échange te pour que des solutions puissent émerger et être proposées.

Russie : catastrophes naturelles en forte hausse

Russie : catastrophes naturelles en forte hausse

Le président Vladimir Poutine s’est inquiété samedi de catastrophes naturelles d’une ampleur «sans précédent» en Russie, confrontée à des feux de forêts dévastateurs en Sibérie et des inondations dans le Sud. «L’ampleur et la nature des catastrophes naturelles dans certaines régions sont absolument sans précédent», a déclaré M. Poutine lors d’une réunion retransmise à la télévision, appelant le gouvernement à «agir rapidement et efficacement» face aux problèmes écologiques.

Passe sanitaire: forte manif à prévoir

Passe sanitaire: forte manif à prévoir 

237.000 anti-passe sanitaire  le week-end dernier, selon les chiffres officiels. Ils n’étaient que 114.000 trois semaines plus tôt.

Les services de renseignement prévoient une mobilisation oscillant entre 200.000 et 250.000 manifestants.  En fait la participation est largement alimentée par les anti passe mais aussi par les anti Macron. Après le 15 août, cette constatation pourrait bien s’installer dans la durée et finalement prendre le relais des gilets jaunes mais avec un caractère encore plus politique qui vise à mettre en cause le pouvoir non seulement vis-à-vis de la crise sanitaire mais des orientations en général.

On objectera que les actions sont pas encore massives cependant si le mouvement se perpétue dans les semaines à venir, ce qui est probable, le risque pour le pouvoir c’est que s’agrègent à cette contestation sanitaire et politique des revendications d’ordre social à la rentrée.

Croissance Royaume-Uni: reprise plus forte, comme la chute

Croissance Royaume-Uni: reprise plus forte, comme la chute

 

 

Le Royaume-Uni a été plus durement touché par la pandémie que la France. Au plus fort de la crise, le pays a vu son PIB dégringoler de 19,5% contre 13,5% pour l’Hexagone. D’un point de vue sanitaire aussi, le Covid-19 a fait plus de 130.000 morts outre-Manche, contre 112.000 dans l’Hexagone, selon Santé Publique France.

Du coup, le produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni effet fortement rebondi de 4,8% au deuxième trimestre, contre seulement +0,9% en France, l’économie ayant redémarré plus tôt outre Manche, selon le Bureau national de statistiques (ONS). Néanmoins, il n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant-crise, puisqu’il est 4,4% inférieur à ce qu’il était fin 2019. La France de son côté se rapproche davantage de son niveau d’avant-crise, avec -3,3% par rapport au quatrième trimestre 2019.

Covid France : forte hausse en 24 heures avec 26 829 cas

Covid France : forte hausse en 24 heures avec 26 829 cas

 

 

La crise sanitaire variant delta prend encore de l’ampleur en France avec notamment 26 829 cas en 24 heures.

Par ailleurs , 57 personnes sont mortes du virus ces dernières 24 heures, selon le dernier bilan de Santé Publique France.

Les services de soins critiques, qui reçoivent les cas les plus graves, comptent 1331 patients (dont 218 admissions en 24 heures) contre 1232 malades lundi et 978 il y a une semaine. Cet indicateur était passé sous le seuil de 1000 le 7 juillet, avant d’entamer une lente remontée et de repasser au-dessus de 1000 il y a cinq jours.

Le nombre de malades du Covid à l’hôpital est désormais de 7974, soit 134 de plus que lundi et 837 de plus qu’il y a une semaine. Les admissions sur les dernières 24 heures sont également en hausse, avec 818 patients contre 688 lundi, un chiffre au plus haut depuis la fin mai.

Forte hausse de la délinquance

Forte hausse de la délinquance

 

Le Figaro publie en exclusivité le bilan analytique de la délinquance pour les six premiers mois de l’année. Un tableau saisissant, où l’on découvre que le degré de violence dépasse déjà, en ce milieu d’année, le niveau atteint durant la séquence pourtant agitée des «gilets jaunes» au premier semestre 2019. Les atteintes à l’intégrité physique, majoritairement des coups et blessures volontaires, n’ont jamais été aussi nombreuses. Avec plus de 350.000 agressions constatées en six mois, contre 300.000 au premier semestre 2020 et 320.000 sur la même période de 2019.

La hausse par rapport aux six premiers mois de l’an dernier, marqués il est vrai par deux mois de confinement, dépasse + 16 %. Mais si l’on compare à la même période de 2019, nettement plus pertinente, la violence a quand même augmenté de + 10 %. Les agressions de tout type, celles commises sur la voie publique, à l’école ou dans le cadre intrafamilial, avoisinent ainsi en moyenne le rythme effarant de 2000 par jour!

Sondage moral des patrons : en forte hausse

  • Sondage moral des patrons : en forte hausse
  • Selon l’enquête mensuelle de l’Insee sur le climat des affaires, les patrons n’avaient même jamais exprimé une aussi forte confiance en l’avenir depuis les mois précédents la grande crise financière de 2008.
  • Cet optimisme corrobore les prédictions de la Banque de France qui a relevé  à 5,75 % ses prévisions de croissance hexagonales pour 2021, tablant sur « un fort rebond aux troisième et quatrième trimestres, avec une croissance soutenue de la consommation des ménages ».
  • Pour mesurer le climat des affaires, l’Insee interroge un panel de chefs d’entreprise représentant les principaux secteurs d’activité marchands. À partir de leurs réponses, l’institut calcule un indicateur exprimé en points, dont la moyenne de long terme s’établit à 100. Or, en juin, cet indicateur s’est envolé à 113, un plus haut donc depuis quatorze ans, bien au-dessus de la moyenne, autour de 105.
  • Un sondage qui toutefois pourrait être fortement affecté par la montée de la quatrième vague sanitaire

Covid France : forte hausse des hospitalisations ?

Covid France : forte hausse des hospitalisations ?

Les hospitalisations et les admissions en soins critiques repartent assez nettement à la hausse en France: respectivement + 48 % et + 70 % en une semaine. Guillaume Rozier, l’ingénieur créateur des outils Covidtracker et Vitemadose, a même projeté que d’ici trois semaines, la France comptera 773 hospitalisations par jour si la croissance actuelle se poursuit.

Covid France : forte hausse

Covid France : forte hausse

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a reconnu que le taux de contamination avait doublé en une semaine. Aujourd’hui la France enregistre environ 10 000 contaminations par 24 heures. Par ailleurs L’épidémie de Covid-19 a fait 20 morts ces dernières 24 heures, selon le dernier bilan de Santé Publique France. 7041 personnes sont actuellement hospitalisées, dont 360 entrées depuis la veille. 902 malades sont en service de soins critiques, dont 76 arrivés depuis dimanche. 4151 nouveaux cas ont été dénombrés contre 1260 lundi dernier.

Economie-Moral des patrons : en forte hausse

  • Economie-Moral des patrons : en forte hausse
  • Selon l’enquête mensuelle de l’Insee sur le climat des affaires, les patrons n’avaient même jamais exprimé une aussi forte confiance en l’avenir depuis les mois précédents la grande crise financière de 2008.
  • Cet optimisme corrobore les prédictions de la Banque de France qui a relevé  à 5,75 % ses prévisions de croissance hexagonales pour 2021, tablant sur « un fort rebond aux troisième et quatrième trimestres, avec une croissance soutenue de la consommation des ménages ».
  • Pour mesurer le climat des affaires, l’Insee interroge un panel de chefs d’entreprise représentant les principaux secteurs d’activité marchands. À partir de leurs réponses, l’institut calcule un indicateur exprimé en points, dont la moyenne de long terme s’établit à 100. Or, en juin, cet indicateur s’est envolé à 113, un plus haut donc depuis quatorze ans, bien au-dessus de la moyenne, autour de 105,

Covid France : forte hausse avec 8800 cas en 24h

Covid France : forte hausse avec 8800 cas en 24h

Plus de 8800 contaminations au Covid-19 ont été enregistrées en 24 heures, niveau plus vu depuis début juin, a indiqué mercredi Santé publique France, données qui relancent la crainte d’une 4e vague épidémique.

Ces 8875 nouvelles contaminations en un jour (6950 la veille) signalent un bond, du simple au double en moins d’une semaine (4442 cas enregistrés le 8 juillet).

La pression sur les hôpitaux continue de diminuer. Ce mercredi, 7047 patients souffrants du Covid-19 étaient hospitalisés en France, contre 7137 lundi. Parmi eux, 246 personnes sont entrées à l’hôpital lors des dernières 24 heures.

Le nombre de personnes en réanimation était également en légère baisse ce mercredi. 931 patients se trouvaient en soins intensifs ce jour, contre 957 lundi. 19 ont été admises lors des dernières 24 heures. Six décès de malades du Covid ont été enregistrés à l’hôpital en 24 heures, portant le bilan total depuis le début de l’épidémie à 111.442 (dont 84.937 à l’hôpital).

Prix agricoles en forte hausse

Prix agricoles en forte hausse

 

 

Conséquences de certains dérèglements climatiques, de la crise sanitaire et de la crise économique plus générale, les productions agricoles comme les autres matières premières voient  leur prix s’envoler, céréales exceptées. La FAO s’attenden effet  à ce que la production céréalière mondiale enregistre sa troisième année consécutive de hausse en 2021. 

Les prix mondiaux des autres produits alimentaires ont à nouveau globalement progressé .  Ils sont tirés par les huiles végétales et les produits laitiers, alors que les cours des céréales ont baissé. L’indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 118,5 points en mars, soit une hausse de 2,1% par rapport à février et son niveau le plus haut depuis juin 2014.

Inversement les prix des céréales ont baissé de 1,8%, mais restent en hausse de 26,5% par rapport à mars 2020. Les prix du blé à l’exportation sont ceux qui ont le plus baissé, principalement parce que l’offre est satisfaisante et que les perspectives de production pour les cultures de 2021 sont favorables, explique la FAO. Les prix du maïs et du riz ont également fléchi, mais ceux du sorgho ont progressé. L’indice des prix du sucre a cédé 4% mais reste supérieur de plus de 30% à son niveau de mars dernier.

La FAO s’attend à ce que la production céréalière mondiale enregistre sa troisième année consécutive de hausse en 2021. L’organisation a revu à la hausse ses premières estimations concernant la production mondiale de blé, les conditions de culture étant meilleures que prévu dans plusieurs pays.

Moral des patrons : en forte hausse

  • Moral des patrons : en forte hausse
  • Selon l’enquête mensuelle de l’Insee sur le climat des affaires, les patrons n’avaient même jamais exprimé une aussi forte confiance en l’avenir depuis les mois précédents la grande crise financière de 2008.
  • Cet optimisme corrobore les prédictions de la Banque de France qui a relevé la semaine dernière à 5,75 % ses prévisions de croissance hexagonales pour 2021, tablant sur « un fort rebond aux troisième et quatrième trimestres, avec une croissance soutenue de la consommation des ménages ».
  • Pour mesurer le climat des affaires, l’Insee interroge un panel de chefs d’entreprise représentant les principaux secteurs d’activité marchands. À partir de leurs réponses, l’institut calcule un indicateur exprimé en points, dont la moyenne de long terme s’établit à 100. Or, en juin, cet indicateur s’est envolé à 113, un plus haut donc depuis quatorze ans, bien au-dessus de la moyenne, autour de 105,

Airbus : carnet de commandes en forte hausse

Airbus : carnet de commandes en forte hausse

Un rebond spectaculaire est attendu chez Airbus en raison de la reprise du marché peut-être aussi des difficultés de Boeing.

Airbus anticipe bien un retour à la normale « entre 2023 et 2025 », en commençant par le marché moyen-courrier. Dans la droite ligne des annonces faites à ses fournisseurs il y a trois semaines, les dirigeants d’Airbus ont confirmé la remontée des cadences de production de la famille A320 de 40 appareils par mois actuellement à 45 en fin d’année, 64 au deuxième trimestre 2023 et 70 début 2024. Soit dix de plus par mois qu’avant la crise .

Prix alimentaires : forte hausse des prix ?

Prix alimentaires : forte hausse des prix ?

 

La très forte progression des prix des matières premières conduit les industriels à souhaiter une forte hausse des prix à la consommation. À cela il faudrait ajouter les conditions climatiques et les désordres logistiques qui ont pesé sur l’envol des cours des matières premières. Des matières premières qui dans les prix ont augmenté de 40 % sur un an.

 «les tensions sur le prix des matières premières affectent considérablement la santé financière des industries agroalimentaires, traduisant un double décrochage de compétitivité, en France et en comparaison internationale», explique l’Association nationale des industries alimentaires. Dans ce contexte, «les entreprises interrogées par l’Ania remontent un besoin tarifaire de 9% en moyenne toutes catégories confondues, ce qui traduit l’urgence de la situation». Dans le détail, elles réclament d’augmenter le prix des produits laitiers de 11%, celui des plats préparés de 8%, et les huiles et les graisses de 50%.

 

Immobilier : le marché en forte hausse

Immobilier : le marché en forte hausse

A fin mars 2021, le volume des ventes de logements anciens a atteint 1,08 million de transactions sur un an, selon les chiffres des notaires publiés ce jeudi. Après 1,024 million à fin décembre 2020. Alors même que l’activité avait commencé à décroître après le millésime exceptionnel de 2019 , et qu’elle a continué à baisser jusqu’au troisième trimestre 2020 du fait des conséquences de l’épidémie de Covid-19…

Chômage: forte hausse

Chômage: forte hausse

Après des mois de stabilité (liée au plan de soutien au gouvernement notamment concernant le chômage partiel), le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans activité) a enregistré une hausse de 1,7% en avril, soit 65.600 inscrits en plus, pour s’établir à 3,863 millions, selon les chiffres du ministère du Travail publiés ce jeudi. En incluant l’activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi en France (hors Mayotte) est quasi stable en avril par rapport au mois précédent(-0,1%, soit -7.000) et s’établit à 6,012 millions, selon la Direction des statistiques (Dares).

Moral des patrons : en forte hausse

Moral des patrons : en forte hausse

Le climat des affaires en France a fortement progressé au mois de mai pour atteindre un niveau supérieur à celui d’avant la crise sanitaire, a rapporté mercredi l’Insee.

Ce rebond est porté par les bonnes perspectives du commerce de détail, grâce notamment à la réouverture des magasins « non essentiels » le 19 mai, et par celui « extrêmement vif » du secteur de l’hôtellerie-restauration, précise l’Institut national des statistiques.

Pour la première fois depuis février 2020, dernier mois avant le début de l’épidémie de Covid-19 en France, le climat des affaires, qui reflète l’évaluation de l’activité par les chefs d’entreprise, repasse au-dessus de sa moyenne de longue période, qui est de 100 points.

Il atteint même 108 points en mai, contre 105 avant la crise sanitaire, détaille l’Insee.

L’ensemble du secteur des services fait un bond de 92 à 107 points entre avril et mai, tandis que l’industrie continue sa progression à partir d’un niveau déjà plus élevé, passant de 104 à 107 points, grâce à « la hausse des soldes d’opinion sur les perspectives de production et les carnets de commandes ».

Le bâtiment est lui aussi orienté à la hausse sur les trois prochains mois avec des « carnets de commandes jugés bien remplis » et des « tensions importantes sur l’appareil productif ».

Enfin, le climat de l’emploi retrouve sa moyenne de longue période, alors qu’il était encore en retard de huit points (92) en avril.

Forte hausse prévisible des maladies liées à l’alcoolémie et à l’obésité

Forte hausse prévisible des maladies liées à l’alcoolémie et à l’obésité

Selon une étude britannique si la consommation d’alcool et l’évolution du poids des Français restent en l’état, le pays enregistrera d’ici 2030 73.000 nouveaux cas de cirrhoses, 55.000 nouveaux cas de cancers du foie et 61.000 nouveaux cas d’autres maladies chroniques du foie, selon cette étude rendue publique à l’occasion du Congrès européen sur l’obésité (10-13 mai), organisé en ligne à cause de la pandémie de Covid-19. Ses auteurs prédisent aussi 425.000 nouveaux cas de maladies coronariennes et 550.000 AVC.

L’étude a été réalisée par HealthLumen, société britannique spécialisée dans les modélisations sur les questions de santé, et l’Association européenne pour l’étude du foie (EASL). Ces modélisations sont des outils informatiques qui permettent d’établir des prévisions pour les années à venir, sur la base de données de santé existantes.

L’étude en question est basée sur l’évolution du poids des Français d’une part et leur consommation d’alcool de l’autre. Pour le premier paramètre, en se basant sur les tendances actuelles, le modèle prévoit une hausse de l’obésité sur la période (de 17,8% à 27,3% de la population chez les hommes, et de 19,3% à 31,3% chez les femmes). Pour le second, les chercheurs ont pris comme base une consommation de 52,5 unités d’alcool par semaine chez les hommes en moyenne et 35 chez les femmes.

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol