Archive pour le Tag 'forte'

Drogue ÎLE-DE-FRANCE: Les cas d’héroïne en forte progression

Drogue ÎLE-DE-FRANCE: Les cas d’héroïne en forte progression


Une inquiétante série d’overdoses en Île-de-France. L’Agence régionale de santé (ARS) de la région francilienne pointe ce jeudi dans un communiqué « un nombre important d’overdoses à l’héroïne » survenues ces derniers jours, principalement dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis.

Rien que dans ces deux départements, 23 cas d’overdoses à l’héroïne ont été repérés par les services de l’ARS depuis ce mardi, le 16 mai.

« L’ARS Île-de-France a été informée, via son Point Focal Régional de réception des alertes sanitaires, d’un nombre important d’overdoses à l’héroïne repérées dès mardi 16 mai au soir par le Samu 92. Le mercredi 17 mai au soir, les cas recensés s’élèvent à 23 et concernent le 92 et le 93″, indique l’agence dans un communiqué.

Une situation particulièrement troublante à laquelle l’ARS d’Île-de-France tente de faire face. L’agence s’attèle donc à sensibiliser l’ensemble des équipes du Samu et d’accueil des urgences, notamment pour faciliter la prise en charge et identifier plus rapidement d’autres cas d’overdose.

Le réseau francilien d’Addictovigilance a ainsi été activé avec comme objectif de « collecter le maximum d’informations sur les cas qui sont survenus: produit, lieu de vente, contexte de consommation, etc », selon l’ARS.

« Ces informations doivent permettre de suivre la situation et d’adapter les recommandations », indiquent les services sanitaires dans leur communiqué.

Sondage qualité services publics : près de 60 % des Français mécontents de la qualité

Sondage qualité services publics : près de 60 % des Français mécontents de la qualité

Les Français sont mécontents des services publics. Pour eux, les priorités sont les suivantes: La santé pour54 %.
Suivent l’Éducation (46 %), la sécurité et la Défense (30 %), les retraites (28 %), l’environnement (23 %), la justice à égalité avec l’énergie (15 %), le remboursement de la dette publique (14 %), la famille (13 %), le soutien à l’économie (12 %), et, sous la barre des 10 %, les solidarités, la lutte contre le chômage, les transport, les services généraux ou encore la culture et le sport.

Selon une étude Ifop réalisée pour Contribuables associés et dévoilée par le JDD, une majorité des Français estiment que le montant des impôts et taxes est trop important. Eu égard de ce qu’ils paient, ils sont aussi majoritaires à être mécontents de la qualité des services publics. En particulier dans le secteur de la santé.

66 % des Français estiment que le montant des impôts et des taxes est trop important. À l’inverse, 34 % des personnes interrogées considèrent le niveau d’imposition comme acceptable.

59 % des Français sont mécontents de la qualité des services publics, quand 30 % sont, au contraire, satisfaits.

Hôpital public: Pour 81 % des personnes interrogées, la qualité et l’efficacité des services s’y sont dégradées.

Suivent l’Éducation (74 % des Français constatent une dégradation des services), la sécurité (68 %), la justice (67 %) et enfin les transports (57 %).

Enfin, le sondage de l’Ifop interroge les Français sur les secteurs prioritaires que devraient financer leurs impôts. De loin, c’est celui de la santé et de l’Assurance maladie qui apparaît en tête du classement avec 54 %. Pour 24 % des personnes interrogées, ce secteur devrait même être « la première priorité ».

Suivent l’Éducation (46 %), la sécurité et la Défense (30 %), les retraites (28 %), l’environnement (23 %), la justice à égalité avec l’énergie (15 %), le remboursement de la dette publique (14 %), la famille (13 %), le soutien à l’économie (12 %), et, sous la barre des 10 %, les solidarités, la lutte contre le chômage, les transport, les services généraux ou encore la culture et le sport.

* Méthodologie
Enquête réalisée selon la méthode des quotas auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La marge d’erreur se situe entre 1,4 et 3,1 points. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 21 au 24 avril 2023.

L’inflation en France encore plus forte

L’inflation en France encore plus forte

Officiellement d’après l’INSEE l’inflation serait de 6,2 % sur un an un chiffre supérieur aux attentes et surtout aux prévisions du ministre de l’économie qui prévoyait une diminution progressive. La réalité c’est que l’inflation s’installe y compris dans les secteurs dans les prix sont les moins volatils. Une inflation qui pèse beaucoup plus sur les moins favorisés dont la structure de consommation est davantage soumise à l’effet inflationniste.

L’indice des prix à la consommation en France a atteint 6,3% en février sur un an, montrent les données définitives publiées ce mercredi par l’Insee, un taux revu à la hausse après une première estimation à 6,2%

L’inflation en France a été un peu plus forte que prévue pour le mois de février. Selon les données définitives publiées ce mercredi 15 mars par l’Insee, l’indice des prix à la consommation (IPC) dans le pays s’établit à 6,3 % en février sur un an, alors qu’une première estimation le plaçait à 6,2 %. En janvier, l’Insee avait mesuré l’inflation à 6 % en rythme annuel.

Cette hausse est en majorité tirée par le bond des prix de l’alimentation de 14,8 % en février sur un an, contre 13,3 % en janvier, selon les chiffres communiqués par l’institut de statistiques. Les prix des services ont également augmenté de 3 % en février sur un an, contre 2,6 % en janvier, tout comme ceux des produits manufacturés, avec une hausse mesurée à 4,7 % en février sur un an contre 4,5 % en janvier.

Energie. A l’inverse, les prix de l’énergie ont ralenti en février avec une hausse de 14,1 % en rythme annuel après 16,3 % le mois précédent. « La hausse des prix de l’électricité sous l’effet de la revalorisation des tarifs réglementés est en partie contrebalancée par le repli des prix des produits pétroliers », écrit l’Insee dans un communiqué.

L’inflation sous-jacente, qui exclut les prix des produits alimentaires non transformés et de l’énergie, les plus volatils, a atteint 6,1 % en février sur un an, après 5,6 % en janvier. Par rapport à janvier, l’inflation a augmenté de 1 % sur un mois, contre 0,4 % en janvier. L’indice des prix à la consommation harmonisée aux normes européennes (IPCH) a aussi été revu en hausse, à 7,3 % sur un an et 1,1 % d’un mois sur l’autre, contre 7,2 % et 1 % en première estimation.

(Avec Reuters)

Covid France 15 mars 2023 : forte hausse avec 9937 cas supplémentaire en 24 heures

Covid France 15 mars 2023 : forte hausse avec 9937 cas supplémentaire en 24 heures

On enregistre mardi 14 mars 2023 : une forte hausse avec 9937 cas supplémentaires en 24 heures et 27 morts soit au total 165 240 morts.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS est de 29.587 (0) et celui de décès en milieu hospitalier est de 135.653 (+27 depuis le dernier bilan).

Le taux de reproductivité R est de 1,27 le taux d’incidence à 54,34 et la tension hospitalière à 15,0 %.

La France compte actuellement 13.281 (-4) personnes hospitalisées et 760 (+2) malades en réanimation.

Bilan des régions :

Ile-de-France : 4.488 (+26) hospitalisées, 304 (-2) en réanimation et +7 décès en 24h
Grand Est : 1.216 (-7) hospitalisés, 64 (+2) en réanimation et +3 décès en 24h
Hauts de France : 1.359 (+20) hospitalisés, 70 (0) en réanimation et +2 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 970 (-34) hospitalisés, 56 (-5) en réanimation et +3 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 816 (-4) hospitalisé, 45 (-1) en réanimation et +3 décès en 24h
Bretagne: 294 (0) hospitalisés, 11 (+1) en réanimation et +1 décès en 24h
Normandie : 843 (+13) hospitalisés, 22 (+1) en réanimation et +4 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.142 (+13) hospitalisés, 76 (+1) en réanimation et 0 décès en 24h
Pays de la Loire : 176 (+1) hospitalisés, 8 (+1) en réanimation et 0 décès en 24h
Occitanie: 750 (-13) hospitalisés, , 45 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 616 (-5) hospitalisés, 24 (+2) en réanimation et 0 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 442 (-9) hospitalisés, 24 (0) en réanimation et +1 décès en 24h

Réforme des retraites : forte critique aussi du Medef


Réforme des retraites : forte critique aussi du Medef

Patrick Martin ,Numéro deux du Medef , président du Mouvement des entreprises de France c sévèrement la manière dont la réforme des retraites est menée par le gouvernement. critique sans doute aussi inspirée par l’éventuelle décision concernant des sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas le quota de seniors.

Le Medef refuse en effet que de l’index senior « puisse entraîner des sanctions car il est impossible d’instaurer des standards », le vice-président du Medef se montre aussi méfiant vis-à-vis du dossier de la qualité de vie au travail que le gouvernement a ouvert avec les assises du travail. Il estime que les 35 heures ont obligé les entreprises françaises à gagner en productivité. Il appelle aussi à se méfier des « mesures générales qui ne tiennent pas compte de la situation ».

Sur le fond, le dirigeant patronal n’exprime aucun désaccord. Au contraire, même, la réforme est pour lui indispensable pour « augmenter la « capacité productive » du pays, le nombre de personnes en emploi » et « assurer l’équilibre financier du régime ».

Mais « le bébé est mal né » et « on peut comprendre une forme de défiance de l’opinion », estime Patrick Martin. Le patron de Martin Belaysoud Expansion juge que la réforme « n’a probablement pas été suffisamment présentée », revenant sur « la valse-hésitation entre la réforme systémique ou paramétrique », « les errements sur ses objectifs », mais aussi le congrès de la CFDT qui a « bloqu [é] toute marge de discussion » et les « surenchères », les « jeux de rôle » provoqués par « le panorama politique parlementaire actuel ».

Des surenchères qui conduisent à des « mesures ajoutées à la demande des partis ou des syndicats » qui compromettent l’objectif de la réforme d’assurer « un équilibre indispensable et durable du régime ».

Enfin, sur le partage de la valeur , sur lequel une dernière séance de négociation doit avoir lieu avec les syndicats vendredi prochain, Patrick Martin estime que l’on est « encore loin du but », notamment du fait de la volonté du gouvernement d’imposer de nouvelles obligations aux entreprises de moins de 50 salariés. Mais il pointe « un souhait d’aboutir de part et d’autre ». Il alerte aussi, en cas d’accord, sur le respect que devront en avoir les pouvoirs publics.

Forte envolée des prix de l’énergie et des matières premières dans les entreprises

Forte envolée des prix de l’énergie et des matières premières dans les entreprises


Selon l’enquête annuelle d’Initiative France, 58% des entrepreneurs interrogés se disent affectés par la flambée des matières premières.

Contrairement aux idées reçues et surtout à celle du gouvernement, l’économie française est loin d’en avoir fini avec une forte inflation. Parmi les autres principaux facteurs de difficultés cités dans l’étude, arrivent la hausse de l’énergie (45%), les ruptures d’approvisionnement (26%), ou encore les difficultés de recrutement (21%). A l’opposé, les changements des comportements post-covid (1%), la conjoncture économique (1%) ou encore la baisse du pouvoir d’achat (2%) sont relégués en bas de tableau.

Sans surprise, quelques secteurs sont en première ligne face à l’explosion des prix des matières premières et ceux de l’énergie. Ainsi, 86% des agriculteurs se disent affectés par l’augmentation des matières premières. Dans l’hôtellerie et la restauration, 80% des gérants affirment qu’ils sont particulièrement touchés par ces hausses. Enfin, les professionnels dans l’artisanat et l’industrie font également part d’un grand désarroi. 69% d’entre eux déclarent être concernés par cette envolée des prix.

Face à l’envolée des prix, certaines entreprises ont dû passer en revue les sources d’économies possibles, notamment à court-terme. Le principal levier mentionné par les répondants est tout simplement la baisse du chauffage (41%). Viennent ensuite la chasse aux dépenses énergétiques inutiles (37%), la sensibilisation des équipes aux mesures de sobriété (28%).
En revanche, très peu de répondants ont évoqué un recours aux énergies renouvelables (1%), un basculement vers un modèle moins énergivore (2%) ou encore un déménagement vers un site moins gourmand en énergie (1%). Enfin, seulement 14% ont installé de nouveaux équipements pour optimiser la consommation d’énergie.

Autre résultat frappant de cette enquête : 59% des dirigeants interrogés estiment que la prise en compte de l’impact écologique, social et sociétal est aussi important que l’enjeu économique. 6% affirment même que cet impact écologique est plus important que l’enjeu économique.

Parmi les principaux leviers envisagés, figurent en premier lieu le renforcement du tri des déchets et le recyclage (47%), la baisse de la consommation d’énergie et de matières premières (39%), l’utilisation de produits respectueux de l’environnement (37%). Viennent ensuite l’optimisation des déplacements (33%), le fonctionnement en circuit court (32%) ou encore la réduction de l’empreinte carbone de l’entreprise (28%)

En revanche, la mise en place de nouvelles pratiques en matière de gouvernance (7%), de ressources humaines (9%) ou la formation aux enjeux de la transition écologique (10%) sont très loin d’être des priorités pour la plupart des patrons interrogés dans le cadre de cette enquête.

Méthode : enquête nationale réalisée auprès de 1.732 entrepreneurs soutenus par le réseau initiative France entre le 10 novembre et le 13 décembre 2022.

Manif réforme des retraites 31 janvier 2023 : participation encore plus forte

Manif réforme des retraites 31 janvier 2023 : participation encore plus forte

Si effectivement on constate un léger tassement du nombre de grévistes, par contre la participation au mouvement du 31 janvier a encore été supérieur à la précédente mobilisation. Un véritable succès non seulement dans les grandes villes mais aussi dans les plus petites localités.

Grâce à l’unité syndicale des salariés qui n’avaient jamais participé à la moindre manifestation se sont joints au cortège pour protester contre la réforme injuste et inefficace du gouvernement. La mobilisation doit aussi son succès à la conjoncture sociale très maussade et notamment à l’envolée de l’inflation qui ampute gravement le pouvoir d’achat. En faite nombre de salariés n’accepte pas de travailler plus pour gagner moins surtout avec de telles inégalités.
La majorité politique et fortement secouée et surtout les députés de Macon.; Il y a en effet fort à parier que les députés qui ont l’intention de voter la réforme seront fortement interpellés par les électeurs dans leur circonscription respective. Le risque pour eux, c’est qu’il traîne pendant longtemps ce vote honteux et qu’il soit balayé lors des prochaines élections. De toute manière le pouvoir a d’ores et déjà perdus la bataille de l’opinion. Dans toutes les circonstances, il laissera des plumes dans cette affaire. S’il maintient la réforme le mécontentement sera tellement grand dans le pays que toute action politique ultérieure risque d’être paralysée. Inversement si la retire, ce sera de sa part une preuve de faiblesse.

Dans la plupart des grandes villes, comme Montpellier, Nantes, Rennes ou Marseille, la participation était même supérieure à celle du 19 janvier, lors de la première mobilisation.

En parallèle des manifestations, de nombreux secteurs connaissaient des mouvements de grèves, dans le public comme dans le privé mais les grévistes semblaient moins nombreux mardi que le 19. Il y avait ainsi 36,5% de grévistes à la SNCF, contre 46,3% le 19 de source syndicale. Dans l’Education nationale, le ministère comptabilisait à la mi-journée un quart de grévistes, en recul par rapport à la précédente journée de mobilisation. Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, chiffrait à 55% le nombre de professeurs des collèges et des lycées en grève. Mardi matin, des lycéens et des étudiants se sont mobilisés, comme sur le site Saint-Charles de l’université Aix-Marseille ou à Sciences Po Paris.

De son côté, la CGT a annoncé 75 à 100% de grévistes dans les raffineries et dépôts de TotalEnergies. Quant aux grévistes d’EDF (40,3% contre 44,5% le 19, selon la direction), ils ont occasionné dans la nuit des baisses de charges dans les centrales électriques de « près de 3.000 MWH », sans toutefois causer de coupures.

Pris en étau entre la mobilisation de la rue et la virulence des oppositions à l’Assemblée, où le projet est débattu depuis lundi, le gouvernement a durci le ton ce week-end. Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a dénoncé « le profond mépris de la valeur travail » d’une partie de la gauche, et la volonté de la France insoumise de « bordéliser » le débat.

É

Consommation- Secteur Automobile : Forte hausse des prix des voitures d’occasion

Consommation- Secteur Automobile : Forte hausse des prix des voitures d’occasion

La cote Argus a dû revoir ses références en raison de la hausse des prix de l’occasion.. Une nécessité, selon sa maison mère, afin de coller aux soubresauts que l’industrie automobile a connus au cours des deux dernières années.

« Les prix de vente des voitures d’occasion ont augmenté d’environ 30% en deux ans. Ce n’était jamais arrivé sur un laps de temps aussi court. Comme nous avons constaté un écart qui devenait beaucoup trop fort entre les prix de vente des voitures d’occasion et nos cotes qui sont forcément plus basses, nous avons rectifié nos courbes de dépréciation pour s’assurer qu’elles collent plus au marché », explique dans un communiqué Olivier Flavier, vice-président Mobility France du groupe Adevinta, maison mère de L’Argus et propriétaire du Bon Coin.

L’un des facteurs explicatifs c’est la nouvelle grosse déprime des ventes de voitures neuves en Europe. Il y a la hausse des prix des voitures neuves mais surtout les inquiétudes des automobilistes vis-à-vis des mutations vers la voiture électrique encore beaucoup trop chère et insuffisamment fiable. S’ajoute à cela en Europe une réglementation kafkaïenne qui est en train de tuer son industrie.

 

En 2022, le marché européen des ventes de voitures neuves est retombé à son niveau de 1993, selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles (Acea) qui compile les ventes de l’ensemble des constructeurs dans les vingt-sept pays de l’Union. Malgré une légère amélioration des ventes depuis le mois d’août, le marché a reculé de 4,6 % sur l’année, avec 9,3 millions de véhicules neufs écoulés. En 2019, c’était 15,3 millions

Les ventes de véhicules neufs restent à un niveau très bas depuis 2020 et la crise sanitaire. Après le choc des confinements, d’autres crises se sont ajoutées: le manque de semi-conducteurs, les perturbations de la chaîne logistique, les pénuries de certains composants liées à la guerre en Ukraine, l’inflation des coûts. Pis, en Europe, la demande est encore plus en berne qu’en Amérique du Nord ou en Chine.

Secteur Automobile : Forte hausse des prix des voitures d’occasion

 Secteur Automobile : Forte hausse des prix des voitures d’occasion

 

La cote Argus a dû revoir ses références en raison de la hausse des prix de l’occasion.. Une nécessité, selon sa maison mère, afin de coller aux soubresauts que l’industrie automobile a connus au cours des deux dernières années.

« Les prix de vente des voitures d’occasion ont augmenté d’environ 30% en deux ans. Ce n’était jamais arrivé sur un laps de temps aussi court. Comme nous avons constaté un écart qui devenait beaucoup trop fort entre les prix de vente des voitures d’occasion et nos cotes qui sont forcément plus basses, nous avons rectifié nos courbes de dépréciation pour s’assurer qu’elles collent plus au marché », explique dans un communiqué Olivier Flavier, vice-président Mobility France du groupe Adevinta, maison mère de L’Argus et propriétaire du Bon Coin.

L’un des facteurs explicatifs c’est la nouvelle grosse déprime des ventes de voitures neuves en Europe. Il y a la hausse des prix des voitures neuves mais surtout les inquiétudes des automobilistes vis-à-vis des mutations vers la voiture électrique encore beaucoup trop chère et insuffisamment fiable. S’ajoute à cela en Europe une réglementation kafkaïenne qui est en train de tuer son industrie.

 

En 2022, le marché européen des ventes de voitures neuves est retombé à son niveau de 1993, selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles (Acea) qui compile les ventes de l’ensemble des constructeurs dans les vingt-sept pays de l’Union. Malgré une légère amélioration des ventes depuis le mois d’août, le marché a reculé de 4,6 % sur l’année, avec 9,3 millions de véhicules neufs écoulés. En 2019, c’était 15,3 millions

Les ventes de véhicules neufs restent à un niveau très bas depuis 2020 et la crise sanitaire. Après le choc des confinements, d’autres crises se sont ajoutées: le manque de semi-conducteurs, les perturbations de la chaîne logistique, les pénuries de certains composants liées à la guerre en Ukraine, l’inflation des coûts. Pis, en Europe, la demande est encore plus en berne qu’en Amérique du Nord ou en Chine.

 

Retraites : très forte mobilisation à Paris comme en province

Retraites : très forte mobilisation à Paris comme en province

 

L’objectif syndical de rassembler dans la rue 1 million de manifestants a été largement dépassé;  même le ministère de l’intérieur en a compté 1,2 millions ( pour 2 millions estimés par les syndicats). La mobilisation a été très forte à Paris avec environ 400 000 personnes mais aussi en province y compris dans les très petites villes. La preuve sans doute que l’opinion est largement remontée contre cette réforme considérée comme injuste et inefficace.

.

Plus de 200 manifestations ont eu lieu à Paris et en régions, très majoritairement dans le calme, pour faire reculer le gouvernement sur son projet de porter l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

Les huit principaux syndicats français se sont accordés sur une nouvelle date de mobilisation contre la réforme des retraites, le 31 janvier,

Comme prévu, le trafic était très perturbé sur les métros comme sur les RER en région parisienne. La grève était, également, très suivie dans les transports notamment du côté de la SNCF. Le taux de grévistes y était de 46,3%, dont 77,4% des conducteurs de trains de voyageurs, selon des sources syndicales. En conséquence, le trafic régional était quasiment arrêté.

Chez Engie, quelque 40% des effectifs au statut des électriciens et gaziers étaient en grève contre le projet de réforme des retraites, a indiqué l’énergéticien français. On compte 24.000 collaborateurs du groupe Engie, soit 55% des effectifs totaux pour la France, à être au statut des industries électriques et gazières et à bénéficier d’un régime spécial de retraites.

Chez EDF, la participation des salariés à la grève s’élevait à mi-journée à 44,5% de l’effectif total, a indiqué la direction de l’énergéticien. Contrairement à celui d’Engie, ce chiffre est beaucoup plus important que lors des précédentes manifestations de ce type.

 

Enfin, dans les raffineries, la mobilisation était, là aussi, largement suivie. La CGT TotalEnergies comptait entre 70% et 100% de grévistes, sur la plupart des sites du groupe.

Les 5,7 millions d’agents de la fonction publique sont, eux aussi, concernés par le décalage progressif de l’âge de départ à la retraite de 62 à 64 ans en 2030. En milieu de journée, près de trois fonctionnaires sur dix (28%) étaient en grève dans la fonction publique d’Etat, qui compte 2,5 millions d’agents, selon des chiffres communiqués par le ministère de la Fonction publique. Ce chiffre est toutefois en baisse de cinq points par rapport à 2019.

Dans la fonction publique territoriale, qui compte près de deux millions d’agents, le taux de grévistes s’élevait à 11,3%. Dans la fonction publique hospitalière (1,2 million d’agents), il atteignait 9,9%, soit seulement deux pourcentages supérieurs à ceux du 5 décembre 2019, premier jour de grève contre le premier projet de réforme des retraites.

Parmi eux, les enseignants étaient particulièrement mobilisés. Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, a annoncé un taux de 65% des professeurs de collèges et lycées grévistes, et le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, recense 70% d’enseignants grévistes.

Selon le ministère, la mobilisation nationale se traduisait par un taux d’enseignants grévistes de 42,35% dans le primaire et de 34,66% dans le secondaire (collèges et lycées), bien en deçà des chiffres des syndicats.

La participation au manifestations a été particulièrement massive à Paris mais aussi en province y compris dans les petites villes. Ils étaient plus de 13.000 manifestants à Pau, 8.000 à Châteauroux, ou encore 6.500 à Mulhouse, 10.000 à Chartres, 7.200 à Alès. Des chiffres dépassant ceux de 2019 dans de nombreuses villes moyennes, selon les chiffres des autorités. C’était notamment le cas à Angoulême, où la police a dénombré 9.000 participants, près du double de la première mobilisation contre la précédente réforme des retraites. La jauge du 5 décembre 2019 est aussi nettement dépassée dans d’autres préfectures du sud-ouest comme Périgueux (6.500), Agen (5.000) et Guéret (3.300).

Dans les grandes villes, les chiffres étaient aussi souvent supérieurs à ceux du 5 décembre 2019, comme à Toulouse (36.000), Nantes (25.000) ou Lyon (23.000). Dans certaines, néanmoins, ils étaient légèrement inférieurs comme à Bordeaux (16.000) ou Montpellier (15.000).

Comme à l’accoutumée, les comptages des autorités diffèrent de ceux des syndicats, la plupart du temps du simple au double comme à Orléans (de 12.000 à 25.000), sauf à Marseille où l’écart varie de un à cinq (entre 26.000 et 140.000). Certaines estimations sont à l’inverse très proches, comme à Tours (entre 14.000 et 15.000).

Economie-Faillite d’entreprises : très forte augmentation en 2022

Economie-Faillite d’entreprises : très forte augmentation en 2022

Les défaillances ont bondi de 49,9% entre 2021 et 2022 pour s’établir à 42.000 (contre 28.000 en 2021, 32.000 en 2020 et 51.000 en 2019), selon les derniers chiffres dévoilés par le cabinet Altares. Les faillites ont grimpé en flèche dans toutes les régions françaises. Le débranchement progressif des aides du « quoi qu’il en coûte », la guerre en Ukraine et le coup de frein de l’économie ont allongé les files d’attente dans les tribunaux de commerce. Les PME et jeunes entreprises, fragilisées par les longues années de pandémie, sont les plus menacées par la poursuite de la crise énergétique en 2023 et les menaces de récession.

 

Selon un bilan d’Altares dévoilé ce mardi 17 janvier, le nombre de faillites d’entreprises s’est envolé de 50% entre 2021 et 2022, mais sans retrouver son niveau d’avant-Covid. Le cabinet a enregistré 42.500 faillites l’année dernière, contre 28.371 en 2021 et 32.280 en 2020, mais encore assez loin des 52.144 de 2019.

« Sur 2022, le nombre de 42.000 reste en deçà de celui d’avant Covid [52.144 en 2019]. Sur le chiffre de 50%, il s’agit d’un record. Cela signifie que sur chaque mois, il y a eu une forte hausse », détaille Thierry Millon, directeur des études chez Altares interrogé par La Tribune.

 « Depuis la fin 2021, il y a eu une amorce des hausses de défauts dans les entreprises. C’est plus difficile depuis le début de l’année 2022. Cette tendance lourde, qui ne s’est pas démentie en fin d’année 2022, nous embarque sur une trajectoire inconfortable en 2023 », a ajouté Thierry Millon.

Les plus grandes entreprises sont loin d’être épargnées avec une hausse de 28%, mais ce chiffre reste très en deçà de la moyenne nationale (+50%). Sur le front de l’emploi, le nombre d’emplois menacés a bondi à plus de 140.000 l’année dernière, contre moins de 100.000 en 2021.

Les entreprises entament 2023 dans un contexte économique particulièrement dégradé. La plupart des économistes et instituts de conjoncture ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance ces derniers mois et le spectre d’une récession en Europe se renforce de jour en jour.

Faillite d’entreprises : très forte croissance en 2022

Faillite d’entreprises : très forte croissance en 2022

Les défaillances ont bondi de 49,9% entre 2021 et 2022 pour s’établir à 42.000 (contre 28.000 en 2021, 32.000 en 2020 et 51.000 en 2019), selon les derniers chiffres dévoilés par le cabinet Altares. Les faillites ont grimpé en flèche dans toutes les régions françaises. Le débranchement progressif des aides du « quoi qu’il en coûte », la guerre en Ukraine et le coup de frein de l’économie ont allongé les files d’attente dans les tribunaux de commerce. Les PME et jeunes entreprises, fragilisées par les longues années de pandémie, sont les plus menacées par la poursuite de la crise énergétique en 2023 et les menaces de récession.

 

Selon un bilan d’Altares dévoilé ce mardi 17 janvier, le nombre de faillites d’entreprises s’est envolé de 50% entre 2021 et 2022, mais sans retrouver son niveau d’avant-Covid. Le cabinet a enregistré 42.500 faillites l’année dernière, contre 28.371 en 2021 et 32.280 en 2020, mais encore assez loin des 52.144 de 2019.

« Sur 2022, le nombre de 42.000 reste en deçà de celui d’avant Covid [52.144 en 2019]. Sur le chiffre de 50%, il s’agit d’un record. Cela signifie que sur chaque mois, il y a eu une forte hausse », détaille Thierry Millon, directeur des études chez Altares interrogé par La Tribune.

 « Depuis la fin 2021, il y a eu une amorce des hausses de défauts dans les entreprises. C’est plus difficile depuis le début de l’année 2022. Cette tendance lourde, qui ne s’est pas démentie en fin d’année 2022, nous embarque sur une trajectoire inconfortable en 2023 », a ajouté Thierry Millon.

Les plus grandes entreprises sont loin d’être épargnées avec une hausse de 28%, mais ce chiffre reste très en deçà de la moyenne nationale (+50%). Sur le front de l’emploi, le nombre d’emplois menacés a bondi à plus de 140.000 l’année dernière, contre moins de 100.000 en 2021.

Les entreprises entament 2023 dans un contexte économique particulièrement dégradé. La plupart des économistes et instituts de conjoncture ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance ces derniers mois et le spectre d’une récession en Europe se renforce de jour en jour.

Automobiles : Forte hausse des prix des voitures d’occasion

Automobiles : Forte hausse des prix des voitures d’occasion

 

La cote Argus a dû revoir ses références en raison de la hausse des prix de l’occasion.. Une nécessité, selon sa maison mère, afin de coller aux soubresauts que l’industrie automobile a connus au cours des deux dernières années.

« Les prix de vente des voitures d’occasion ont augmenté d’environ 30% en deux ans. Ce n’était jamais arrivé sur un laps de temps aussi court. Comme nous avons constaté un écart qui devenait beaucoup trop fort entre les prix de vente des voitures d’occasion et nos cotes qui sont forcément plus basses, nous avons rectifié nos courbes de dépréciation pour s’assurer qu’elles collent plus au marché », explique dans un communiqué Olivier Flavier, vice-président Mobility France du groupe Adevinta, maison mère de L’Argus et propriétaire du Bon Coin.

 

Forte baisse des prix de l’énergie : récession et climat en cause

Forte baisse des prix de l’énergie : récession et climat en cause

Lundi, le prix du gaz a chuté au plus bas depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, avec un mégawattheure (MWh) vendu pour le lendemain à 73 euros après à 300 euros le MWh après l’annonce d’une réduction des livraisons par Moscou.

Pour l’électricité : alors que, le 12 décembre dernier, le MWh de courant s’échangeait à 750 euros pour une moyenne lundi à 170 euros en moyenne.

En cause, la consommation en baisse de l’ordre de 15% cours des six derniers mois . Le résultat d’une baisse de l’activité économique et d’une certaine sobriété
Il faut aussi prendre en compte la météo particulièrement clémente.

Difficile de prévoir l’avenir soumise aux fluctuations météorologiques, à la situation géo politique et à l’énorme spéculation de certains acteurs en particulier sur l’électricité.

La France pourrait se libérer largement des contraintes de cette spéculation si elle parvenait à remettre en marche la totalité du parc nucléaire y compris de Fessenheim. Encore faudrait-il aussi abandonner le système de marché des prix de l’électricité complètement incohérent. Un système imposé par l’Allemagne la commission européenne et qui se fondait sur un pétrole russe bon marché.

Covid France 30 novembre 2022 : forte hausse avec 91 814 cas supplémentaires en 24 heures

Covid France 30 novembre 2022 : forte hausse avec 91 814 cas supplémentaires en 24 heures

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 962.687 cas confirmés soit +91.814 en 24h.
On enregistre mardi 29 novembre 2022 : 91 814 cas supplémentaires en 24 heures , 158.859 morts au total, +88 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.354 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 129.505 (+88 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,32 le taux d’incidence à 449,33 et la tension hospitalière à 21,3 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.
La France compte actuellement 19.061 (+279) personnes hospitalisées et 1.076 (+11) malades en réanimation.

Bilan des régions :

• Ile-de-France : 5.137 (+55) hospitalisées, 310 (+2) en réanimation et +11 décès en 24h
• Grand Est : 1.688 (-2) hospitalisés, 94 (+1) en réanimation et +12 décès en 24h
• Hauts de France : 1.633 (-4) hospitalisés, 85 (-8) en réanimation et +13 décès en 24h
• Auvergne Rhône Alpes : 2.012 (+5) hospitalisés, 120 (-1) en réanimation et +6 décès en 24h
• Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.709 (+77) hospitalisé, 99 (+5) en réanimation et +10 décès en 24h
• Bretagne: 581 (-8) hospitalisés, 34 (-3) en réanimation et +4 décès en 24h
• Normandie : 952 (-15) hospitalisés, 27 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
• Nouvelle-Aquitaine : 1.430 (+41) hospitalisés, 86 (-2) en réanimation et +7 décès en 24h
• Pays de la Loire : 415 (+34) hospitalisés, 26 (+5) en réanimation et +4 décès en 24h
• Occitanie: 1.334 (+35) hospitalisés, , 75 (+5) en réanimation et +7 décès en 24h
• Centre-Val de Loire : 879 (+24) hospitalisés, 43 (+5) en réanimation et +4 décès en 24h
• Bourgogne-Franche-Comté : 938 (+22) hospitalisés, 59 (+1) en réanimation et +7 décès en 24h

12345...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol