Marchés financiers : le yo-yo de 2021 commence

Marchés financiers : le yo-yo de 2021 commence

 

Comme c’était prévu, l’année 2021 commence tôt son phénomène de yo-yo. À peine envolés, les cours replongent en raison des craintes découlant de l’aggravation de la pandémie et de ses conséquences économiques. Un phénomène qu’on va retrouver tout au long de l’année où vont alterner espérances de reprise encouragée par les plans de soutien massifs et craintes de nouvelles immobilisations de l’activité du fait de mesures restrictives voire de confinement total. En ce début d’année, les perspectives de reprise de l’activité économique sont marquées d’un certain pessimisme.

Les indices PMI “flash” pour le mois en cours témoignent d’une contraction plus importante de l’activité en zone euro et en France tandis qu’en Allemagne, l’indice composite a reculé à son plus bas niveau depuis sept mois.

Les Bourses européennes ont fini en baisse vendredi. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,56%. Le Footsie britannique a cédé 0,3% et le Dax allemand a perdu 0,24%. /Photo prise le 4 novembre 2020/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,56% à 5.559,57 points, un plus bas depuis le 6 janvier. Le Footsie britannique a cédé 0,3% et le Dax allemand a perdu 0,24%.

L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,44%, le FTSEurofirst 300 de 0,61% et le Stoxx 600 de 0,57%.

Les places européennes étaient déjà dans le rouge avant ces statistiques, rattrapées par les inquiétudes quant à la reprise économique face à la multiplication des mesures restrictives.

La Commission européenne a proposé jeudi aux chefs d’Etat et de gouvernement d’identifier les plus importants foyers épidémiques où les voyages seront déconseillés, la France va rendre obligatoires les tests PCR pour les voyageurs entrant sur son territoire et Joe Biden a promulgué un décret imposant une quarantaine aux passagers des vols internationaux à leur arrivée aux Etats-Unis.

Dans ce contexte, le rebond de l’économie pour cette année s’annonce moins important que prévu et il faudra attendre 2022 pour retrouver le niveau d’avant-crise, montre une enquête publiée par la Banque centrale européenne (BCE).

Boeing: des avions sans pétrole ici 2030 ? Un contresens écologique !

Boeing: des avions sans pétrole ici 2030 ? Un contresens écologique !

 

L’annonce de Boeing semble de nature purement commerciale après des problèmes que la société rencontre notamment dans le domaine des avions avec les déboires du 437 MAX en particulier. Boeing annonce en effet que ces avions pourront voler sans pétrole 2030. La réalité, c’est que les avions Boeing se proposent de voler avec du biocarburant qui bien souvent est contre productif par rapport à la problématique environnementale.

En effet si toute la flotte aérienne mondiale devait utiliser les bio carburants cela ne ferait qu’encourager la production massive et industrielle de carburant qui bouleverse totalement la biodiversité.

Cette annonce de l’utilisation de biocarburants par le transport aérien n’est pas très rassurante. Certes la production de biocarburants à partir de déchets agricoles notamment mérite d’être encouragée mais cette production doit être distinguée de celle qui résulte d’une industrialisation de la filière à partir de plantes spécialement cultivées pour produire des huîles, du pétrole et du carburant.

.

“C’est le défi de notre époque”, a déclaré à Reuters le directeur de la stratégie du développement durable de Boeing, Sean Newsum. L’aviation commerciale représente actuellement environ 2% des émissions mondiales de dioxyde de carbone et environ 12% des émissions du secteur des transports, selon les données de l’ATAG (Air Transport Action Group), groupement d’experts du secteur aéronautique.

Boeing n’a concrètement qu’une décennie pour atteindre cet objectif car les avions de ligne qui entreront en service en 2030 devraient continuer à voler jusqu’en 2050.En 2018, l’avionneur américain a inauguré le premier vol d’un appareil utilisant 100% de biocarburants. Il s’agissait d’un cargo 777 utilisé par la société de messagerie FedEx.Jusqu’à présent, les biocarburants peuvent être mélangés à du kérosène jusqu’à un niveau maximal de 50%, a précisé Boeing.

Coronavirus: une enquête nécessaire sur la confidentialité des vaccins

Coronavirus: une enquête nécessaire sur la confidentialité des vaccins

 

Ce n’est sans doute pas par hasard si nombre de responsables demandent que soit révélées les conditions confidentielles des contrats des vaccins passés par l’union européenne avec les laboratoires. La question des prix et des conditions de livraison est en cause mais pas seulement.

Comme certains pays en développement, il se pourrait aussi que les laboratoires aient  exigé d’être exonérés de toute responsabilité en cas de conséquences graves résultant directement ou indirectement de la vaccination.  Une manière pour les laboratoires d’éviter des poursuites judiciaires qui se traduisent parfois en cas de condamnation par des les amendes de plusieurs milliards.

“Nous venons d’ouvrir une enquête sur le refus de la Commission de donner accès au public aux documents concernant l’achat de vaccins contre le COVID-19”, a déclaré une porte-parole de la médiatrice européenne.

La commission, qui codirige avec les représentants des États membres les discussions avec les fabricants de vaccins, a déclaré que la confidentialité était importante pour permettre à l’UE de conclure de meilleurs accords avec les entreprises. La commission n’a pas été immédiatement disponible pour commenter l’enquête.

L’Observatoire de l’Europe industrielle (CEO) avait demandé l’accès au contrat signé avec AstraZeneca, le premier scellé par l’UE, et aux documents liés aux négociations sur les vaccins. La Commission a refusé la première demande et n’a pas statué sur la seconde, a déclaré la médiatrice.

“Compte tenu de l’intérêt public important que suscite cette affaire, je demande à la commission d’émettre une décision confirmative sur les deux demandes d’accès dès que possible et au plus tard le 11 février 2021”, a écrit la médiatrice dans une lettre adressée à l’exécutif européen vendredi.

Tout citoyen de l’UE peut faire appel au bureau de la Médiatrice pour enquêter sur une institution de l’UE pour cause de mauvaise administration.Les demandes de divulgation de documents peuvent être rejetées par les institutions de l’UE si la publication de certaines informations est considérée comme contraire à l’intérêt public.

Début janvier, la Commission a divulgué une version expurgée de son contrat relatif au vaccin anti-COVID-19 avec la société allemande CureVac, suite aux pressions exercées par les eurodéputés.

Les labos réduiront des livraisons déjà très insuffisantes

Les labos réduiront des livraisons déjà très insuffisantes

 

L’union européenne qui avait déjà fortement sous-estimé les besoins en vaccins formulés cet été a été informée par plusieurs laboratoires dont AstraZeneca  que les livraisons seront encore inférieures aux prévisions.

En cause, le fait que la demande mondiale ne cesse d’augmenter sous l’effet de la nouvelle remontée de la pandémie et que les prévisions européennes ont été formulées à un moment où on espérait la sortie du tunnel vers septembre. Au lieu de cela , le Coronavirus a repris de la force notamment sous l’effet de la percée des variants britanniques, sud-africains et brésiliens.

Il y a une double inadéquation de l’offre à la demande notamment en France où nombre de centres de vaccination ne servent strictement à rien et ont d’ailleurs arrêté les inscriptions pour demande de rendez-vous.

“Les volumes initiaux seront inférieurs à ceux qui étaient prévus en raison d’une baisse des rendements sur un site de production au sein de notre chaîne d’approvisionnement en Europe”, a expliqué un porte-parole du laboratoire anglo-suédois dans une déclaration écrite, confirmant une information donnée par le journal allemand Bild.

“Nous fournirons des dizaines de millions de doses à l’Union européenne en février et mars car nous continuons à augmenter les volumes de production”, a-t-il ajouté. Le vaccin d’AstraZeneca n’a pas encore été approuvé dans l’UE. L’Agence européenne des médicaments (EMA) doit se prononcer vendredi prochain.

Coronavirus: dérive encore confirmée avec 23.000 nouveaux cas et 649 nouveaux décès en 24 heures

Coronavirus: dérive encore confirmée avec 23.000 nouveaux cas et 649 nouveaux décès en 24 heures 

 

23.292 nouveaux cas de contamination vendredi par le coronavirus SARS-CoV-2 en 24 heures et 649 décès supplémentaires dans les hôpitaux et les Ehpad, montrent les chiffres publiés par les autorités sanitaires. Le nombre de personnes contaminées par le nouveau coronavirus dépasse désormais les 3 millions, avec 3.011.257 cas depuis le début de l’épidémie en février 2020.

Les hôpitaux français ont dénombré 319 nouveaux décès dus au COVID-19 en 24 heures, auxquels s’ajoutent 330 morts dans les Ehpad, dont les données sont mises à jour deux fois par semaine. Le bilan de l’épidémie s’établit ainsi à 72.647 morts.

Le nombre de patients hospitalisés pour une infection au COVID-19 en France s’élève à 25.908, soit 173 de plus que la veille, et le nombre de patients traités dans les services de réanimation à 2.912, soit 36 de plus.

Au total, 963.139 personnes avaient été vaccinées vendredi en France depuis le début de la campagne fin décembre, soit près de 140.000 de plus que jeudi, ont indiqué plusieurs médias, citant les chiffres des autorités sanitaires.

Economie, social, société : les plus lus

« Principes républicains » : un projet de loi ambiguë

« Principes républicains » : un projet de loi ambiguë

Nous n’avions pas imaginé que des principes ancrés au plus profond de nous-mêmes, et qui sont à la source de la Constitution, auraient un jour besoin d’être confortés, se désole la philosophe Ayyam Sureau dans une tribune au « Monde ».

P

Le projet de loi « confortant le respect des principes de la République » inspire une certaine tristesse et un sentiment d’inconfort. Après plusieurs changements de titre, un exposé des motifs plutôt bavard trahit encore la difficulté de traiter, dans un texte de portée générale, des menaces d’une idéologie particulière sans la nommer.

L’islamisme progresse en France depuis les années 1980. Qu’il soit devenu urgent et indispensableaprès quarante ans de compromissions, de renforcer par des lois explicites, des sanctions plus sévères, des mécanismes de contrôle plus efficaces, les manquements à des principes qui nous paraissaient aller de soi, personne ne peut encore en douter.

 

Le projet de loi s’immisce dans la vie privée, abolit le droit ancien d’enseigner à ses enfants à domicile, invente la notion comique de vie « en état de polygamie », fait du « rejet de la haine » un principe républicain. Il y aurait beaucoup à dire et cependant on préférera se taire. 

La grande habilité de l’islamisme est d’attendre que la défense de ses intérêts coïncide avec celle des défenseurs de la liberté. C’est là notre faiblesse. Nos ennemis l’ont repérée depuis longtemps. Ils nous prennent à revers, nous obligeant à admettre des restrictions à nos propres libertés pour les priver de celle de nous détruire. Est-ce si difficile de leur dire que la liberté, telle qu’elle est individuellement aimée, constitutionnellement garantie et politiquement espérée en France, a fort peu à voir avec celle qu’ils revendiquent ?

Le « contrat » n’a rien à faire ici

D’où viennent la tristesse et l’inconfort ? La tristesse de ce que nous n’avions pas imaginé que des principes, ancrés au plus profond de nous-mêmes et qui sont à la source de la Constitution, auraient un jour besoin d’être confortés. L’on s’adresse aux Français comme à un peuple à qui on imposerait, pour le rendre meilleur, des lois étrangères à sa culture.

Peut-on lire sans tristesse au sein d’un dispositif de lois françaises, au XXIe siècle, l’article consacré à l’interdiction de délivrer des certificats de virginité ? Cette intrusion de la loi entre les jambes des femmes est destinée à les protéger. On le sait, on y consent sans retenue. Une nausée nous envahit et l’on croit reconnaître l’étrange obscénité – dans le même temps émancipatrice et humiliante – du législateur colonial. Voilà pour la tristesse.

Quant à l’inconfort, il provient pour l’essentiel du « contrat d’engagement républicain », introduit dans l’article 6. « Toute association désireuse d’obtenir une subvention s’engagera par un contrat dengagement républicain, à respecter des principes et valeurs de la République, en particulier le respect de la dignité de la personne humaine, le principe d’égalité, notamment entre les femmes et les hommes, le principe de fraternité et le rejet de la haine ainsi que la sauvegarde de lordre public. » L’Etat soumettait déjà l’octroi d’un financement public à trois conditions : l’objet d’intérêt général, le fonctionnement démocratique et la transparence financière. Le projet de loi y ajoute la signature d’un contrat visant à obtenir le respect des principes républicains.

Economie française : prévoir une guérison plus structurelle

Economie française : prévoir une guérison plus structurelle

Matthieu Courtecuisse et Olivier Marchal dans l’Opinion évoque la problématique de remise sur pied structurel de l’économie française.

Matthieu Courtecuisse est président de Syntec Conseil et PDG de Sia Partner. Olivier Marchal est administrateur de Syntec Conseil et président de Bain & Company en France.

La crise du coronavirus a montré l’importance d’avoir en France des entreprises fortes et productives. Si la France veut redevenir durablement une terre de production, et pas seulement d’importation, il faut établir dès maintenant le bon diagnostic, puis envisager le bon remède. Après avoir interrogé 300 dirigeants ou décideurs d’entreprise avec l’Ifop, nous proposons quelques pistes.

Le diagnostic d’abord. La crise a frappé la France en février dernier alors que la situation s’améliorait enfin avec 10 000 emplois industriels créés en 2019 après deux décennies de désindustrialisation, le recul du déficit commercial et du chômage, grâce notamment à des réformes de compétitivité : trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés, allégement du Code du travail, transformation du CICE [crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi] en baisse de charges, réforme de l’apprentissage.

Les premiers résultats étaient bien là, et, s’ils n’étaient pas aussi importants qu’espérés, c’est parce que la France revient de trop loin. Rappelons qu’en dépit des réformes fiscales, le pays reste classé 141e sur 141 par la Banque Mondiale pour le poids de la fiscalité. Les entreprises françaises sont toujours privées chaque année de 61 % de leur résultat commercial par diverses taxes et cotisations, contre 40 % en moyenne pour leurs rivales européennes. Autant d’argent en moins pour investir, innover et créer des emplois en temps normal. En temps de crise, autant de réserves en moins pour résister et se relancer.

La crise liée à la Covid-19 n’invalidera pas les règles élémentaires de l’économie, au contraire : au-delà de la gestion de l’épidémie, on constate aujourd’hui que les pays qui redémarrent le plus vite et qui retrouveront rapidement leur richesse d’avant crise sont ceux qui affichent la meilleure compétitivité

Freins à la compétitivité. Le mal profond est donc clairement identifié, et la Covid ne l’a pas changé. Les dirigeants d’entreprise interrogés ce mois-ci par l’Ifop pour Syntec Conseil sont unanimes : ils placent toujours le coût de la main-d’œuvre et la fiscalité sur les entreprises en tête des freins à leur compétitivité, devant les contraintes réglementaires.

Le remède ensuite. A court terme, avec une récession de plus de 9 % en 2020 et une activité à l’arrêt dans certains secteurs, des mesures conjoncturelles de soutien sont indispensables pour ranimer l’économie. A cet égard, le plan de relance présenté par le gouvernement va globalement dans le bon sens et est bien perçu par les dirigeants en entreprise : une grande majorité d’entre eux le trouve satisfaisant.

Mais pour un rebond durable, il sera nécessaire de faire émerger une compétitivité nouvelle, et pour cela de continuer à traiter les faiblesses structurelles de notre économie.

La crise liée à la Covid-19 n’invalidera pas les règles élémentaires de l’économie, au contraire : au-delà de la gestion de l’épidémie, on constate aujourd’hui que les pays qui redémarrent le plus vite et qui retrouveront rapidement leur richesse d’avant crise sont ceux qui affichent la meilleure compétitivité. La récession cette année en Allemagne a été deux fois moins grave qu’en France, et nos voisins tablent sur un retour à l’équilibre budgétaire et à un taux de chômage à 5,5 % en 2022, sans compter les excédents commerciaux records.

A défaut de réforme en faveur de la compétitivité, le décrochage avec nos voisins risque de s’accentuer et de durer. Sans réforme, les discours sur les relocalisations resteront des incantations : ils ne seront pas suivis d’effets. Réciproquement, les délocalisations continueront, en particulier celles des emplois d’encadrement et de conception, en raison de charges sociales prohibitives pour ces salariés et des nouveaux horizons ouverts par le télétravail.

Dépenses publiques. Les sceptiques répondront que le gouvernement a les mains liées par un déficit abyssal, qu’un rétablissement de la compétitivité française est impossible. Ce serait oublier un grand enseignement de cette crise : chaque Français a pu constater qu’à dépenses publiques et niveaux d’impositions inférieurs, de nombreux pays bénéficiaient de meilleurs services publics et d’une organisation administrative plus efficace.

Dans les hôpitaux par exemple, le pourcentage de personnel administratif est de 34 % en France, contre 26 % en Allemagne, ce qui représente des milliards d’euros en moins pour s’équiper en matériel ou mieux payer les soignants, et des milliards de plus en taxes…

Pour quelle raison ? Certainement pas faute de dévouement et de professionnalisme des agents : soignants de l’hôpital public, policiers et autres font un travail exemplaire et sont applaudis des Français. Le problème est organisationnel : trop d’argent se perd dans le millefeuille administratif et social, trop peu arrive in fine sur le terrain. Dans les hôpitaux par exemple, le pourcentage de personnel administratif est de 34 % en France, contre 26 % en Allemagne, ce qui représente des milliards d’euros en moins pour s’équiper en matériel ou mieux payer les soignants, et des milliards de plus en taxes…

Idem dans l’éducation, où les personnels administratifs sont deux fois plus nombreux que chez nos voisins, pour des enseignants moins bien payés et des résultats moins bons. Les exemples de complexité administrative, de doublons de compétence, de gâchis, d’établissements publics et de dispositifs sociaux multipliés au gré des circonstances sont légion.

Les réformes structurelles sont donc possibles, à condition de revoir en profondeur les dépenses publiques. Les dirigeants en entreprise, en proie avec ces enjeux de « bonne gestion » au quotidien, ne s’y trompent pas : ils sont 85 % à se dire favorables à une revue des dépenses publiques une fois la crise de la Covid-19 terminée, et même 40 % à souhaiter une baisse drastique !

Pour produire de nouveau, se réindustrialiser, notre économie doit guérir : de la crise liée à la Covid-19, mais aussi et surtout du déficit structurel de compétitivité que le gouvernement avait commencé à traiter avec succès. Ce renouveau productif ne pourra advenir véritablement que si la sphère publique se réorganise et apprend à faire plus avec moins. C’est la condition nécessaire du rétablissement durable de la compétitivité. La bonne nouvelle est que tout le monde sait désormais cet objectif à notre portée !

Matthieu Courtecuisse est président de Syntec Conseil et PDG de Sia Partner. Olivier Marchal est administrateur de Syntec Conseil et président de Bain & Company en France.

 

Démocratie et mode de désignation des candidats : la fin du vote à la papa ?

Démocratie et mode de désignation des candidats : la fin du vote à la papa ?

A dix-huit mois de la présidentielle, les partisans de la primaire, contestée depuis les échecs de Benoît Hamon et François Fillon en 2017, essaient de redonner du crédit à ce mode de désignation. Jusqu’à chercher l’inspiration dans des vidéos YouTube de mathématiciens

Matthieu Deprieck    dans un papier de l’opinion engage une réflexion sur le mode de désignation des candidats aux élections.

Bruno Retailleau propose d’organiser une primaire à droite autour d’un nouveau mode de scrutin, le « vote préférentiel ». La République en marche en a choisi un autre pour ces élections internes : le « jugement majoritaire ». A gauche, la Fondation Jean-Jaurès regarde, elle, du côté des Etats-Unis.

A la mort de Valéry Giscard d’Estaing, une vidéo a ressurgi sur Twitter. Dans le studio d’Europe 1, Edouard Philippe, encore loin d’être Premier ministre, se souvenait de la leçon qu’il avait reçue de VGE à la création de l’UMP, ancêtre des Républicains. Cela ne marchera pas, avait asséné l’ex-Président, parce que « vous n’avez pas changé le mode de scrutin. C’est le mode de scrutin qui détermine la structuration de la vie politique. »

Deux décennies plus tard, dans le petit monde politique, quelques hommes et femmes d’appareil s’accrochent à cette sentence. A droite, à gauche, au centre, ils essaient de secouer le cocotier républicain pour en faire tomber le bon vieux vote, qui élimine plus qu’il ne désigne.

La proximité de la présidentielle n’y est pas pour rien. « Les primaires de 2016 ont représenté une expérience traumatisante pour le PS et Les Républicains. Elles ont désigné deux candidats soutenus par la base militante au prix d’une compétition qui a divisé leur camp », rappelle Chloé Ridel, cofondatrice de l’association Mieux voter. De nombreux ténors jurent aujourd’hui qu’on ne les y reprendra plus. En face, les défenseurs de la primaire se creusent les méninges pour la réhabiliter.

« Rien compris ». Pour convaincre ses camarades, le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau s’est tourné vers le « vote préférentiel », inspiré par un membre de son équipe, nourri aux vidéos de mathématiciens youtubeurs. Au moment de se lancer vers 2022, le sénateur de Vendée s’est souvenu des résultats d’une enquête menée cinq ans plus tôt auprès des sympathisants LR. Une majorité regrettait les attaques entre Alain Juppé et François Fillon dans l’entre-deux tours de la primaire. Comment éviter pareille confrontation, s’est-il alors demandé. Simple : en supprimant le second tour.

Le « vote préférentiel » le permet. « Ce mode de scrutin à un tour pourrait faire consensus, pour plus de sérénité et d’unité », écrit-il dans son document de présentation, envoyé aux 278 000 personnes qui constituent le fichier utilisé par François Fillon en 2017. 500 ont répondu qu’ils ne voulaient plus entendre parler de la primaire, 500 autres ont trouvé le système intéressant.

Il est pourtant complexe. L’électeur est invité à classer tous les prétendants. Si un candidat figure en première position sur 50 % des bulletins, il est élu. Sinon, le candidat qui récolte le moins de premières places est éliminé et ses bulletins sont réaffectés à celui qui y figure en deuxième choix. Ainsi de suite jusqu’à ce qu’un impétrant franchisse le seuil de 50 % de votes. « Franchement, je n’ai rien compris », a raillé sur Europe 1, Xavier Bertrand.

«  Excellent  » ou «  passable  ». En Australie, où ce mode de désignation est utilisé, le dépouillement peut prendre des heures, reconnaît l’équipe de Bruno Retailleau, qui se dit ouverte aux alternatives. Elle va d’ailleurs recevoir l’association Mieux voter, qui promeut, elle, le « jugement majoritaire ». Dans ce cas de figure, il ne s’agit plus de classer les candidats mais de leur attribuer une mention de « excellent » à « insuffisant », en passant par « bien » ou « passable ».

Le « jugement majoritaire » n’est pas qu’une lubie de geeks. La République en marche vient de l’utiliser pour désigner les animateurs de ses centaines de comités locaux. « Au début, il y a eu des réticences à abandonner le système majoritaire classique. Aujourd’hui, il y a de l’impatience », assure Justine Henry, cheville ouvrière de cette révolution. Elle y voit de nombreux avantages : « Les candidats sont élus avec une majorité pour eux alors que dans le système traditionnel, ils récoltent au maximum 30 % des suffrages. »

Chloé Ridel de l’association Mieux voter a récemment présenté le « jugement majoritaire » à Europe Ecologie-Les Verts. Le « parlement » du parti réfléchissait à l’adopter pour sa primaire prévue avant la fin septembre 2021. La majorité était emballée mais la décision est tombée : « Nous ne souhaitons pas l’expérimenter sur un vote aussi capital. » La bataille entre Yannick Jadot et Eric Piolle promet d’être assez intense pour ne pas ajouter une inconnue supplémentaire.

A l’américaine. Cela n’étonne pas Emeric Bréhier, directeur de l’Observatoire de la vie politique à la Fondation Jean-Jaurès. Changer le mode de désignation, c’est acter une rupture avec une tradition ancrée depuis des décennies dans l’histoire française. En 2010, il comptait parmi les membres du groupe de travail dirigé par Arnaud Montebourg pour rénover le Parti socialiste. Le futur ministre de François Hollande avait commencé à réfléchir à un mode de scrutin inspiré des primaires américaines. L’idée n’était pas allée très loin, faute de soutiens. « Déjà, convaincre de l’utilité d’organiser une primaire avait été difficile, alors installer un mode de désignation innovant… », souffle Emeric Bréhier.

Avec Sébastien Roy, l’ex-député PS a rédigé une note pour la Fondation Jean-Jaurès dans laquelle il propose une organisation pour une primaire de gauche en 2021. Le nom choisi a tout d’une fable de La Fontaine : l’escargot et l’entonnoir.

« Escargot » parce que le scrutin serait réparti sur cinq week-ends consécutifs. Chaque groupe de régions serait appelé aux urnes à tour de rôle. « Entonnoir » parce qu’à chaque session, le ou les candidats n’ayant pas atteint un seuil préalablement défini seraient éliminés. Un tel scrutin serait plus facile à organiser, argue Emeric Bréhier : « Pour tenir 10 000 bureaux de vote, il faut trouver 40 000 personnes sur tout le territoire. » Le PS en serait aujourd’hui incapable. Le gain politique ne serait pas non plus à négliger : « Avec une exposition politique plus longue, des candidatures pourraient briser le plafond de verre et monter en puissance. Qui en 2008 croyait aux chances de Barack Obama lorsqu’il s’est lancé à la conquête de la Maison Blanche ? »

Les résistances au changement sont fortes. Le débat sur le vote par correspondance l’a montré. De tous ceux qui y étaient favorables dans la majorité, il ne reste plus que le MoDem. Très tôt, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin avait douché les espoirs, s’interrogeant sur « cette volonté d’américaniser notre système institutionnel ».

Avec les mêmes arguments, la mission d’information du Sénat sur le vote à distance a rejeté l’idée d’amender le mode de scrutin pour les régionales et départementales de juin 2021. L’unité de temps et de lieu fait partie du « rituel républicain », estime le président de la commission des lois, le sénateur LR François-Noël Buffet : « Le décret pris par le Premier ministre indique bien qu’il convoque les électeurs. La concrétisation de cette convocation, c’est le passage par l’isoloir. »

Les portes de la présidentielle restent donc pour l’instant fermées au nez des révolutionnaires du « vote préférentiel », du « jugement prioritaire » ou de « l’escargot et de l’entonnoir ». Ils continuent malgré tout de pousser si ce n’est pour 2022, au moins pour 2027.

 

Vaccination Covid-19 : le nouveau mensonge d’Olivier Véran

Vaccination Covid-19 : le nouveau mensonge d’Olivier Véran

Le ministre de la Santé Olivier Véran une nouvelle fois a menti de façon éhontée quant aux perspectives de vaccination en France. Il a notamment annoncé que la totalité de la population, c’est-à-dire autour de 70 millions de personnes seraient vaccinés d’ici fin août. Or en janvier c’est tout juste si 1 million de personnes auront été vaccinées.

 

D’ailleurs la plupart des centres de vaccination ont fermé leurs portes et ne répond même plus au téléphone pour des prises de rendez-vous du fait  de l’insuffisance dramatique des doses. L’objectif premier était de vacciner les personnes de 75 ans et plus. On devait le faire en un mois, il faudra des mois pour tenir l’objectif.

Pour atteindre et respecter la promesse d’Olivier Véran  il faudrait vacciner presque 10 millions de personnes par mois. On n’en est très loin. À ce rythme il faudra même plusieurs années pour vacciner toute la population. Le problème c’est que d’ici là nombre de variants seront apparus et rendront peut-être même le bassin actuel inopérant. Et Olivier véran  d’égrener des perspectives de vaccination complètement irréaliste :

 

« Probablement, 4 millions de Français (vaccinés, ndlr) fin février. 9 millions à la fin du mois de mars. 20 millions à la fin avril. 30 millions à la fin mai. 43 millions à la fin du mois de juin, ça monte. 57 millions à la fin du mois de juillet » et enfin « 70 millions, c’est-à-dire la totalité de la population, d’ici à la fin août. » Ce que le ministre de la santé avoue d’une certaine manière

:  « dans une circonstance que je précise », nuance-t-il, « c’est si la totalité des vaccins que nous avons commandés sont validés par les autorités sanitaires européennes et mondiales« . Car à ce jour, seul le vaccin Pfizer/BioNTech est administré aux personnes prioritaires. La France attend de voir arriver sur son territoire les vaccins AstraZeneca/Oxford et Moderna, moins coûteux et plus faciles à produire ainsi qu’à stocker. Pour l’heure,  »on est dans la même situation que nos voisins allemands, italiens et espagnols », également dans l’expectative des nouveaux vaccins, souligne Olivier Véran.

Moral des patrons : très léger mieux en janvier

Moral des patrons : très léger mieux en janvier

L’indicateur synthétique qui reflète ce climat des affaires gagne 1 point par rapport à décembre à 92 points, mais reste encore très inférieur à sa moyenne de longue période qui est de 100, précise l’Institut national des statistiques. « Cette très légère hausse est le reflet d’évolutions différentes suivant les secteurs d’activité en lien avec l’incertitude quant à l’évolution de la situation sanitaire », souligne l’Insee.

Ainsi l’industrie et le commerce de gros connaissent une petite amélioration, tandis que le climat des affaires « fluctue à peine dans les services et le commerce de détail », davantage soumis à des restrictions. Le durcissement et l’élargissement du couvre-feu sur l’ensemble du territoire depuis une semaine devraient à nouveau plomber le moral des commerces.

Dans l’industrie, l’impact de la crise est nettement moins sévère que dans les services. Il reste que beaucoup de sites de production sont menacés et des milliers d’emplois risquent encore d’être détruits dans le sillage des faillites d’entreprises.  Le climat de l’emploi gagne lui aussi un point en janvier par rapport à décembre, à 85 points, quand il était à 105 points avant la crise.

Quelle régulation et quel stockage de l’électricité renouvelable

 Quelle régulation et quel stockage de l’électricité renouvelable

 

Stefan Ambec et Claude Crampes, Toulouse School of Economics évoque dans la Tribune la problématique du stockage d’électricité renouvelable et sa régulation.

 

 

. Tant que la demande d’électricité ne sera pas capable de s’adapter aux fluctuations de l’offre, l’équilibrage en temps réel du réseau nécessitera une grande flexibilité de l’offre, et notamment le stockage/déstockage de l’énergie électrique produite par le soleil et le vent. Dans le système électrique, on entend par stockage d’énergie « le report de l’utilisation finale de l’électricité à un moment postérieur à celui auquel elle a été produite, ou la conversion de l’énergie électrique en une forme d’énergie qui peut être stockée, la conservation de cette énergie et la reconversion ultérieure de celle-ci en énergie électrique ou son utilisation en tant qu’autre vecteur d’énergie» (Article 2(59) de la Directive (EU) 2019/944).

La définition est très large, n’excluant apparemment aucune technologie, aucun acteur ni aucune utilisation de l’énergie stockée. Mais selon le niveau des aides publiques qui seront accordées au stockage, il faut s’attendre à des discussions plus ou moins animées entre les différentes parties prenantes de l’industrie. Par exemple, faut-il considérer les ballons d’eau chaude qui équipent 11 millions de foyers en France comme des équipements de stockage ? Oui puisqu’il s’agit de chauffe-eaux électriques à accumulation, programmables pour chauffer en heures creuses l’eau utilisable à tout instant. Non car les heures creuses sont essentiellement nocturnes et ce ne sont donc pas les panneaux photovoltaïques qui permettent d’alimenter les cumulus, alors que la réglementation européenne vise explicitement à renforcer l’intégration de l’électricité produite à partir de sources renouvelables. Ainsi, pour l’Ofgem, si l’énergie thermique n’est pas reconvertie en électricité avant usage, elle n’est pas considérée comme du stockage. Les véhicules électriques quant à eux sont présentés comme des moyens de stockage décentralisé, mais selon les heures de recharge des batteries et les lieux de branchement, leur rôle peut se révéler bénéfique ou néfaste pour le système électrique ; ils sont donc à encourager ou à décourager selon leur usage temporel et spatial.

En ce qui concerne les installations de taille industrielle, pour l’heure l’essentiel du stockage se fait dans les stations de transfert d’énergie par pompage (STEP). Mais les choses sont en train de changer. Aux Etats-Unis, il est prévu de faire passer la puissance de stockage installée de 1,2 gigawatts en 2020 à 7,5 gigawatts en 2025 avec des super-batteries lithium-ion dont le coût a fortement baissé grâce au décollage des ventes de véhicules électriques. Mais ces installations ne sont utilisables à pleine puissance que pour des durées de l’ordre de 4 heures. Elles ne permettront donc pas de résoudre les problèmes posés par les fluctuations saisonnières de la production d’électricité à partir de ressources renouvelables.

Stockage et réseau

Tout le monde n’est pas autorisé à se lancer dans l’activité de stockage. D’après les article 36 et 54 de la Directive (EU) 2019/944, les gestionnaires de réseau de distribution et de transport ne peuvent pas être propriétaires d’installations de stockage d’énergie, ni les développer, les gérer ou les exploiter… sauf si aucun tiers n’est prêt à investir dans des installations nécessaires à l’accomplissement des tâches du distributeur ou du transporteur, et à condition que l’opérateur du réseau n’utilise pas ces installations pour faire de l’arbitrage sur les marchés de l’électricité. Pourquoi l’opérateur d’un réseau de distribution ou de transport est-il autorisé à posséder des installations de stockage seulement pour assurer la sécurité du réseau ? Pourquoi ne peut-il acheter ou vendre de l’électricité sur les marchés ? On peut avancer deux raisons : l’une est d’éviter les subventions croisées entre le stockage d’énergie et les fonctions réglementées de distribution ou de transport. La seconde est le risque de voir le gestionnaire d’une infrastructure user de sa position de contrôleur du réseau pour biaiser l’accès d’autres opérateurs et assurer ainsi à ses propres installations des profits abusifs sur le marché de l’électricité.

En effet, un réseau électrique est un monopole naturel puisque sa duplication est plus coûteuse qu’une installation unique, mais c’est aussi une « infrastructure essentielle » puisque, en l’état actuel des connaissances techniques, les producteurs d’électricité doivent passer par le réseau pour alimenter leurs clients. Cela fait deux bonnes raisons pour que la distribution et le transport soient des activités régulées, avec des niveaux de qualité de service et des tarifs d’utilisation fixés par une administration publique, en France la CRE. En revanche, le stockage est une activité économique concurrentielle … ou du moins devrait le devenir avec la baisse du coût des batteries. Donc, de même que les distributeurs et transporteurs d’électricité contrôlés par le régulateur sectoriel ne sont pas autorisés à produire d’énergie, ils ne sont pas autorisés à la stocker pour vendre sur les marchés de gros ou de détail, activités surveillées par les autorités de la concurrence.

La Directive citée prévoit même que les autorités de régulation doivent organiser au moins tous les cinq ans une consultation publique portant sur les installations existantes de stockage d’énergie afin d’évaluer la disponibilité et l’intérêt potentiels à investir dans ces installations. Si la consultation publique montre que des tiers sont en mesure d’être propriétaires et d’exploiter de manière rentable des installations, l’autorité de régulation demande au gestionnaire de réseau concerné de cesser progressivement son activité dans ce domaine dans un délai de 18 mois, éventuellement contre compensation pour récupérer la valeur résiduelle des investissements réalisés.

Stockage et marché

En plus des opérations d’équilibrage du réseau pour lesquelles une rémunération spécifique peut être arrêtée par le régulateur, les installations de stockage permettent de dégager des bénéfices sur les places de marché en achetant quand le prix est bas et en vendant quand le prix est élevé. Puisque les opérateurs de réseau sont exclus de ces transactions commerciales, les candidats potentiels sont tous les autres acteurs de l’industrie électrique (producteurs, commercialisateurs, agrégateurs, consommateurs), mais aussi les équipementiers, sans oublier les fabricants de véhicules électriques (voir le billet du 2 juin 2020). La question de savoir s’il faut en passer par la création d’un statut ad hoc d’opérateur de stockage reste ouverte (CRE).

Pour accéder aux places de marché, les opérateurs des installations de stockage ont besoin bien sûr d’une connexion physique, mais aussi d’une autorisation. Aux Etats-Unis, il a fallu plusieurs années de bataille juridique et une ordonnance de la Cour d’appel du district de Columbia donnant raison au régulateur fédéral (FERC) pour autoriser les exploitants d’installations de stockage situées dans un réseau de distribution ou derrière un compteur de détail à participer directement aux marchés de gros alors qu’ils étaient interdits d’accès par les autorités de régulation des États.

On sait que les marchés de gros fonctionnent par classement des offres et demandes par « ordre de mérite » et détermination d’un prix d’équilibre pour chaque tranche horaire ou bihoraire. L’insertion des enchères soumises par les exploitants d’installations de stockage devrait se faire selon les mêmes principes, sachant bien entendu qu’une installation peut à chaque instant se présenter comme acheteuse si le prix est bas et vendeuse s’il est élevé, donc intervenir sur les deux côtés du marché. Cette insertion passe par le calcul dynamique de la valeur de l’énergie contenue dans le « réservoir » et la comparaison de cette valeur interne avec le prix de marché, en tenant compte des pertes provoquées par la double transformation de l’énergie électrique. Reste l’épineuse question des risques de manipulation de prix par les gros opérateurs du stockage, et les gros producteurs ou les gros consommateurs d’énergie. L’intérêt d’interdire ou d’autoriser une intégration verticale producteur/stockeur ou consommateur/stockeur dépend de la configuration du réseau puisque selon le degré de congestion des lignes la même capacité d’injection ou de retrait d’électricité peut avoir des effets différents sur l’équilibre des marchés.

La progression de l’industrie du stockage d’électricité poussée par le développement des énergies renouvelables va demander une répartition claire des tâches entre les organismes de régulation. Il ne sera pas toujours facile de distinguer entre les installations entièrement dévolues à la sécurité du réseau, donc sous contrôle du régulateur sectoriel, et celles utilisées pour participer aux marchés, donc surveillées par les autorités de la concurrence. Beaucoup d’acteurs économiques sont intéressés par cette activité puisque l’appel à contributions sur le stockage de l’électricité par batteries lancé par la CRE au début de 2019 a suscité près de 50 réponses. Le recours au système du « bac à sable réglementaire » donne la possibilité d’encourager l’émergence de nouvelles idées pour encadrer de façon efficace les innovations proposées par les parties intéressées.

Hydrogène Air Liquide : un très gros projet d’électrolyseur de grande capacité

 Hydrogène  Air Liquide :  un très gros projet d’électrolyseur de grande capacité

 

Alors que Total et Engie.  viennent il y a quelques jours d’annoncer un accord la production d’hydrogène dit veet , air liquide annonce à son tour un gros projet associé aussi à NJ Désormais associé à Engie, H2V Normandy projette de construire un complexe d’électrolyseurs pour produire de l’hydrogène renouvelable et bas carbone dans l’estuaire de la Seine. L’investissement est estimé à 230 millions d’euros . L’hydrogène est devenu la nouvelle terre promise pour les groupes gaziers. Après Engie associé à Total à La Mède, c’est au tour d’Air Liquide de sortir du bois. Le groupe vient d’annoncer avoir pris une participation au capital de la société H2V Normandy qui porte un projet de complexe d’électrolyseurs XXL dans la zone industrielle de Port-Jérôme, proche du Havre.

Nouvelles technologies Ordinateur quantique : Pour quand ?

Nouvelles technologies

Ordinateur quantique : Pour quand ?

Passer de l’ordinateur classique à l’ordinateur quantique , c’est se donner une puissance de calcul dont il est difficile de prendre l’ampleur. Un peu comme si on comparaît le boulier à l’ordinateur actuel. Les champs d’application du calcul quantique concerneraient énormément  de domaines par exemple la médecine, la logistique, la finance, l’intelligence artificielle ou la traduction des langues.

 

« Dans un entretien de vulgarisation avec Etienne KleinThierry Breton schématise le fonctionnement d’un calcul quantique comme un avis de recherche : si l’on cherche dans une salle de mille personnes quelqu’un mesurant plus de 1,80 m et parlant anglais, il compare l’informatique classique à l’interrogation de chaque participant un par un en posant les questions « Mesurez-vous plus de 1,80 m ? » et « Parlez-vous anglais ? » et en notant les numéros de ceux qui répondent « oui » aux deux questions, ce qui va prendre un certain temps. En calcul quantique, tout se passe comme si on lançait un appel général : « Les personnes mesurant plus de 1,80 m et parlant anglais peuvent-elles lever la main ? » et on a la réponse quasi instantanément. Thierry Breton parle de calcul holistique et non plus séquentiel. Reste à mettre au point des langages traitant globalement un ensemble de valeurs possibles comme une seule. Pour le moment, Atos travaille sur une sorte d’assembleur approprié, nommé AQAL (Atos Quantum Assembly Language). Le nom d’ »assembleur » peut induire en erreur, puisqu’il s’agit d’un langage de description de traitements qui est au contraire indépendant de la machine utilisée (contrairement à un assembleur au sens classique, donc) à condition qu’elle respecte quelques grandes lignes d’une sorte de machine virtuelle. » (Wikipédia)

Un pas important pourrait avoir été franchi ces jours-ci. Un mois après avoir fait fuiter l’information par erreur, Google a annoncé mercredi avoir atteint la suprématie quantique. Dans un communiqué publié le 23 octobre, la firme de Mountain View prétend avoir « démontré sa capacité à calculer en quelques secondes ce qui prendrait des milliers d’années aux supercalculateurs les plus grands et avancés, atteignant ainsi une étape majeure connue comme la suprématie quantique« .

Mais il y a loin la théorie à la réalité d’après un papier du Monde

« . Dompter les lois de la physique à l’échelle de l’infiniment petit pour créer un appareil avec une puissance de calcul sans équivalent avec les machines actuelles capable de résoudre les problèmes les plus complexes. Après l’espace dans les années 50, la communauté scientifique et technologique s’emploie aujourd’hui à conquérir une nouvelle frontière, celle de l’informatique quantique, un horizon de plus en plus convoité depuis les années 80.

Aux avant-postes de cette course technologique mondiale, on retrouve les Etats-Unis et la Chine, dont les grands industriels investissent massivement en R&D pour ne pas rester à quai de la révolution annoncée. Côté américain, Google, IBM et Microsoft sont convaincus de pouvoir réaliser des calculs quantiques totalement inaccessibles aux ordinateurs traditionnels dans les prochaines années.

Un pas important pourrait avoir été franchi ces jours-ci. Un mois après avoir fait fuiter l’information par erreur, Google a annoncé mercredi avoir atteint la suprématie quantique. Dans un communiqué publié le 23 octobre, la firme de Mountain View prétend avoir « démontré sa capacité à calculer en quelques secondes ce qui prendrait des milliers d’années aux supercalculateurs les plus grands et avancés, atteignant ainsi une étape majeure connue comme la suprématie quantique« .

La suprématie quantique est un concept né dans les années 80. Elle désigne le moment où est démontrée la supériorité d’un ordinateur quantique sur un ordinateur classique sur une tâche particulière. Les ingénieurs de Google, aidés par la Nasa et le laboratoire national d’Oak Ridge, affirment avoir réussi à créer un processeur capable de réaliser un calcul en 200 secondes quand le plus avancé des ordinateurs actuels aurait besoin de 10.000 ans. »

Un plan quantique de 1,8 milliard

Un plan quantique de 1,8 milliard

La France fixe un objectif très ambitieux de mettre au point le premier ordinateur quantique. Doté de 1,8 milliard d’euros sur cinq ans dont 1 milliard directement financé par l’Etat,. Des chiffres qui dépassent les attentes

. « J’ai rarement vu une stratégie d’Etat sur une technologie aussi précise, complète, bien ficelée et bien financée. Honnêtement, je suis aux anges« , confie à La Tribune Elie Girard, le directeur général du groupe d’informatique Atos, l’un des pionniers mondiaux du quantique.

En exploitant les propriétés de la matière à l’échelle de l’infiniment petit (atome, ion, photon, électron…), les technologies quantiques portent la promesse d’ordinateurs qui ridiculiseront les plus puissants des supercalculateurs actuels. Cela signifie que le quantique est promis à briser de nombreux verrous et devrait permettre de s’attaquer enfin à des défis aujourd’hui insolubles.

Marque presse : en tête le Figaro, suivi de Téléloisirs, le Parisien , Ouest-France et le Monde

Marque presse : en tête le Figaro, suivi de téléloisirs, le parisien et Ouest-France

 

 

 

 Le classement des marques de presse révèle que le Figaro conforte sa première place. Par contre ce classement ressemble un peu à une auberge espagnole puisqu’on trouve en deuxième position téléloisirs qui n’est pas vraiment un média d’information. Suit le très populiste : le Parisien puis  le très légitimiste Ouest-France enfin le journal élitiste le Monde.

 

 

Un classement qui n’a pas vraiment beaucoup de sens sinon sur le plan de la notoriété générale. De toute manière,  ce classement quoi qu’on pense de la ligne éditoriale révèle que le Figaro est le plus les apprécié. Sans doute aussi parce que c’est le journal où l’on travaille le plus. Quand certains journaux se réduisent à quelques pages le Figaro, lui, fournit information et analyse de manière abondante. Un peu le contraire du populiste Parisien qui se contente surtout de gros titres accrocheurs et d’une ligne éditoriale très simplificatrice. Téléloisirs n’a évidemment rien à faire dans ce palmarès.

Derrière on trouve le très puissant journal Ouest-France et ses nombreuses déclinaisons locales. Un journal très légitimiste qui suit le courant du pouvoir en place non seulement au plan national mais aussi au plan local. On est à peu près sûr de retrouver dans les différentes déclinaisons de ce groupe  l’agenda photographié et décrit des élites locales allant inaugurer les chrysanthèmes. Pas une oreille ne dépasse dans ce titre qui évite toutes les aspérités et surtout toutes les contestations.

Le monde garde évidemment son statut de référence des intellos. Un journal qui a cependant perdu quantitativement et surtout qualitativement avec lui aussi une adhésion aux légitimisme ambiant et à la culture française des 35 heures. Une dernière observation qu’on peut d’ailleurs faire à l’ensemble de la presse qui à partir du vendredi midi jusqu’au lundi adoptent une posture de RTT en se limitant à reprendre d’anciennes informations complétées par que quelques dépêches d’agence. Et de ce point de vue les versions Web ne valent pas mieux.

Baisse de l’immigration

Baisse de l’immigration

La crise sanitaire a provoqué une chute de 41% des demandes d’asile en 2020, par rapport à l’année précédente. 81.669 premières demandes et 11.757 renouvellements ont été enregistrés en Guichets Uniques de demande d’Asile (GUDA), soit 38,2 % en deçà de 2019. Bien entendu ces chiffres ne tiennent pas compte de l’immigration illégale qui pourrait représenter autour de 100 000 personnes par an.

 

Les nationalités les plus représentées dans les demandes d’asile sont les Afghans, les Bangdladais, les Pakistanais, les Guinéens et les Turcs, évoque l’exécutif. Les Géorgiens et les Albanais ne figurent donc plus dans le top 10. Le nombre de personnes s’étant vu octroyer en France une protection s’élève à 24.118 en 2020, contre 36.275 en 2019 (- 33,5 %).

Les expulsions sont aussi en chute brutale. Le total des éloignements d’étrangers en situation irrégulière s’est rétracté de -47,8%, en raison des «plus grandes difficultés à organiser des déplacements (…) avec le resserrement des frontières des pays destinataires, la fermeture de nombreux consulats, l’effondrement du trafic aérien, et la difficulté à obtenir des tests PCR.» Les éloignements forcés ont ainsi diminué de 51,8%.

 

Au total, 15.950 étrangers en situation irrégulière ont quitté le territoire national en 2020 (éloignements, départs volontaires aidés et départs spontanés), soit un niveau inférieur de moitié à celui de 2019 (31.400 à l’époque).

Quant à l’acquisition de la nationalité française, elle s’est également faite plus rare, enregistrant une baisse de -20%. «Du fait de la suspension de la réception du public pendant le premier confinement et de la réouverture progressive des guichets», commente le ministère de l’Intérieur. Cette évolution recouvre une diminution des acquisitions par décret qui passent de 49.671 en 2019 à 41.927 (-15,6 %) ainsi que de celle du nombre d’acquisitions par déclarations (mariage par exemple), qui déclinent de 27,9 % (18.223 contre 25.262 en 2019).

Selon des données de 2019, non renouvelées, 5 millions d’étrangers vivent en France.

Encore 3 millions de personnes en chômage partiel en novembre

Encore 3 millions de personnes en chômage partiel en novembre

 

Nul doute que le dispositif de chômage partiel à évité des drames économiques et sociaux. Il a permis à nombre  d’entreprises notamment les PME de résister à la diminution voir la suppression totale d’activité pendant une période. Il a permis aux salariés de leur assurer des revenus faute de travail effectif. Évidemment, ce dispositif qui va encore être prolongé sans doute encore assez longtemps avec la hausse exponentielle de la pandémie comporte un coup. Un coup qu’on évalue autour de 25 milliards entre janvier et novembre. Soit autour de 30 milliards par an.

 

Sur l’ensemble de l’année, en prenant également en compte le dispositif d’activité partielle de longue durée (APLD), le ministère du Travail table sur une dépense avoisinant les 30 milliards. Ce dispositif déployé depuis l’été et qui peut s’étendre jusqu’à 24 mois couvre désormais 420.000 salariés, avait dévoilé vendredi dernier Élisabeth Borne. Si ce chiffre est encourageant, celui des plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) l’est beaucoup moins…

Le nombre hebdomadaire de ruptures de contrats de travail envisagées en janvier dans le cadre d’un plan social fait plus que tripler par rapport aux deux dernières semaines de décembre, passant de 620 à 2 040. Preuve que 2021 s’annonce aussi compliquée, si ce n’est plus, que 2020 sur le front de l’emploi…

«66 millions de procureurs» : les propos méprisants d’un Macron sur le recul

«66 millions de procureurs» : les propos méprisants d’un Macron sur le recul

 

Une nouvelle fois Emmanuel Macron n’a pu s’empêcher de sortir une petite formule condescendante et même méprisante vis-à-vis de l’ensemble des Français. Ainsi lors de sa visite chez les chercheurs de Saclay, Macron a marqué son agacement vis-à-vis des critiques qui ne cessent de s’accumuler contre la politique sanitaire du pouvoir. Et d’accuser les Français de ce comporter comme : « 66 millions de procureurs » !

 

Emmanuel Macon ne peut s’empêcher cette  sorte de sortie sarcastique et dédaigneuse vis-à-vis de toutes les contestations. Il s’agit évidemment d’une grave erreur de communication qui rappelle des petites phrases particulièrement malencontreuses du président comme celle consistant à dire qu’il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi ou  que les Français sont des gaulois réfractaires. Bref la posture d’un président plus que jamais monarque républicain absolu. Absolu non seulement parce qu’il a mis sous l’éteignoir la plupart des institutions démocratiques y compris le Parlement grâce à la martingale des conseils de développement mais aussi parce qu’il ne tolère pas la moindre observation.

 

Il est vrai que la situation sanitaire et particulièrement grave, beaucoup plus grave que ce que prévoyait les pouvoirs publics qui se sont complètement plantés encore une fois à propos du nombre de vaccins. La France prévoit en effet une vaccination concernant 1 million de personnes par mois quand le président américain Biden a pour objectif d’en vacciner 1 million par jour..

 

À droite, Les Républicains sont eux montés au créneau. Le député des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, a estimé qu’Emmanuel Macron avait «un problème avec le peuple». «La critique de son action par les Français n’est pas celle de procureurs mais de citoyens éclairés et libres ! Accepter la critique populaire c’est aussi cela l’esprit républicain», a-t-il déclaré. «La démocratie c’est rendre des comptes», a quant à lui rappelé le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau.

La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a enfin ironisé sur la situation. «Virus ou pas, il y a au moins une chose qui ne change pas, c’est la propension d’Emmanuel Macron à vilipender les Français à tout bout de champ !», a-t-elle affirmé.

L’escroquerie des centres de vaccination

L’escroquerie des centres de vaccination

Au départ pour tenter de rassurer la population inquiète du manque de matériel de vaccination, les autorités centrales comme les autorités locales avaient annoncé la création d’une centaine de vaccinodromes . Puis comme les vaccins ont commencé à cruellement manquer, on a paradoxalement augmenté le nombre de centres de vaccination à 300, à 500 et maintenant on en compterait 900 à 1000 selon le bavard ministre de la santé.

Le problème c’est que la plupart de ces centres de vaccination ne prennent  désormais plus aucune inscription. Pire pour beaucoup,  ils ne répondent même plus haut téléphone et sont incapables de préciser quand reprendront les prises de rendez-vous. Cette affaire de sens de vaccination constitue une véritable escroquerie. La raison la plus fondamentale c’est que la France manque dramatiquement de vaccins. Les commandes ont été notoirement sous-estimées par l’Europe quand elles ont été passées au cours de l’été. À ce moment-là ont pensé voir le bout du tunnel.

 La deuxième escroquerie est celle de l’annonce de ce que la France appelle les vacinodromes  . Et qui ne sont en réalité que quelques cloisons posées dans un local public. Il n’était nul besoin de mettre en place ces centres de vaccination a fortiori qui ne disposent  pas des doses suffisantes. Il suffisait de faire pour le Coronavirus ce qu’on fait pour les autres vaccinations : les confier aux intervenants habituels notamment les médecins généralistes, les pharmaciens. C’est cathédrale administrative médical ne sert strictement à rien sinon à servir l’activisme des autorités centrales mais aussi locales.

1...34567...1950



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol