Archive pour le Tag 'et'

Législatives et marchés financiers, « on n’a encore rien vu »

Législatives et marchés financiers, « on n’a encore rien vu »

À juste titre la Tribune titre que les législatives pourraient provoquer des bouleversements sur les marchés financiers et qu’on a sans doute encore rien vu. En effet pour l’essentiel, la plupart des programmes politiques celui du Front National, celui du Front populaire ou même celui d’Attal sont essentiellement marqués de préoccupations sociales. Les aspects économiques, technologiques et financiers sont largement absents. Bref des programmes à usage essentiellement de campagnes électorales mais qu’il s’ils étaient appliqués pourraient créer une crise financière grave.

Le plongeon a démarré dès lundi, après l’annonce de la dissolution. Le CAC 40, l’indice phare de la Bourse de Paris, a chuté de 6,48 % en cinq jours (-2,66 % pour la seule journée de vendredi). Près de 160 milliards d’euros de capitalisation se sont évaporés, dans la pire semaine boursière enregistrée depuis mars 2022, après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Si toutes les entreprises du CAC 40 ont subi les dégâts de cette tempête, ce sont les banques (qui détiennent 7,7 % de la dette publique nationale), BNP Paribas, Crédit Agricole, Société générale et BPCE, qui en ont été les premières victimes. La Société générale (-14,87 %), déjà fragilisée avant le scrutin européen, a été davantage sanctionnée que ses concurrentes. Les groupes spécialisés dans les infrastructures – plus exposés à leur marché domestique – ont également encaissé de fortes baisses, à l’image de Veolia (-9,89 %).

FOOT et politique: Appel des bleus de l’équipe de France à voter : quelle légitimité ?

FOOT et politique: Appel des bleus de l’équipe de France à voter : quelle légitimité ?

 

S’il est clair que le vote constitue un des éléments majeurs de la démocratie, on ne peut cependant la réduire à cela. La démocraties devant être permanente et  vivante et pas seulement le jour d’une élection. De ce point de vue, l’appel des bleus de l’équipe de France de foot pour inciter au vote  n’éclaire guère le sujet de la démocratie aujourd’hui trop confisquée par une élite politique et-ou  technocratique.

Par ailleurs, on peut se poser la question de la légitimité des footballeurs à s’immiscer dans le champ politique. Jusqu’alors ,  ils n’ont pas forcément démontré leurs compétences dans ce domaine.

Il y a à ce propos une grande confusion entre les personnalités compétentes et le star-system. De la même manière, les vedettes du spectacle vont également intervenir sans davantage de légitimité autre que l’éclairage médiatique. De quoi ajouter encore un peu plus de confusion dans une crise politique déjà fort complexe.

Productivité : l’Europe et la France en panne

Productivité : l’Europe et la France en panne

 La productivité horaire a baissé dans la zone euro en 2023 : -1% contre +1,5% aux États-Unis. Cette divergence n’est pas nouvelle ; elle affecte depuis le début de la décennie 2010 plusieurs pays européens alors que les États-Unis (ou la Suisse) affichent des gains de productivité élevés et que la Corée du Sud réalise une performance exceptionnelle. La France est en queue de peloton : sa productivité horaire se situe aujourd’hui à un niveau inférieur à celui de 2015. La Fabrique de l’Industrie vient de produire une courte analyse à laquelle nous faisons ici référence.
Par Louis Gallois et Pierre-André de Chalendar (*). dans la Tribune

Cette situation est préoccupante. L’absence de gains de productivité freine la compétitivité des productions européennes et, bien sûr, françaises ; elle réduit la croissance potentielle des économies concernées. Elle caractérise leur faible dynamisme. Elle explique, au moins pour partie, la divergence des taux de croissance entre les États-Unis et l’Europe.

Ce phénomène touche tous les secteurs d’activité et en particulier l’industrie. Ses causes sont multiples et pas encore totalement élucidées par les économistes qui divergent sur leur pondération. Certaines sont conjoncturelles : en France, la croissance de l’apprentissage ou la réduction du chômage qui se traduit par l’embauche de travailleurs moins « productifs » et moins formés… D’autres causes semblent plus profondes : excès de réglementations, vitesse  insuffisante d’adaptation aux évolutions des marchés et des compétences nécessaires, politiques macroéconomiques peu favorables à la croissance au niveau européen, et surtout sans doute, investissements insuffisants notamment dans les nouvelles technologies porteuses de productivité ainsi que dans la recherche et le développement.

Le prix Nobel Paul Krugman est clair « La productivité n’est pas tout, mais à  long terme,c’est presque tout ». Cela veut dire que la reprise des gains de productivité est un  enjeu majeur pour les économies européennes et, au premier chef , pour la France où la « panne » est, semble-t-il, la plus forte.

Les causes étant multiples, il n’y a pas de remède unique. Mais on sent bien les domaines sur lesquels il faut faire porter l’effort en France : l’éducation (mathématiques, lycées pro, BTS, apprentissage), la formation, notamment pour faire face aux mutations qu’entraine la transition énergétique et écologique, la diffusion des nouvelles technologies avec une attention particulière portée aux PME, l’effort de recherche privé et public qui doit être accru le plus rapidement possible pour atteindre au moins 3% du PIB contre 2,2% actuellement (c’est dire que ce n’est pas le moment de toucher au Crédit d’Impôt Recherche !). La France doit être  présente dans la compétition technologique, aussi bien au niveau de la recherche et du développement que dans la mise en œuvre au sein des processus de production. il y a là un enjeu décisif pour la relance de la productivité, mais aussi pour la croissance et la souveraineté

Le rapport Letta n’aborde pas le sujet directement ; il évoque néanmoins le besoin d’investissement des entreprises européennes et les moyens de le financer. Il est probable que le rapport Draghi sur la compétitivité attendu avant cet été traitera plus directement de l’insuffisance de productivité européenne. L’UE doit se mobiliser sur ce qui apparait être une faiblesse majeure par rapport aux États-Unis et aux pays asiatiques ; cela concerne aussi bien les excès de réglementations,les politiques concernant les aides aux entreprises, le soutien à l’innovation et à la recherche que le réglage macroéconomique qui doit être plus favorable à la croissance.

S’agissant de la France, les pouvoirs publics ne sont pas restés inertes : réforme fructueuse de  l’apprentissage qui doit maintenant concerner plus fortement les niveaux en deçà du bac, réforme très (trop ?) prudente des lycées professionnels, programme France 2030 sur des champs technologiques majeurs… Mais il faut aller plus loin, amplifier ces efforts, en particulier sur les champs scientifiques et technologiques, leur donner une cohérence et une visibilité renforcées, en faire un véritable enjeu national. A contrario, leur remise en cause ou leur étalement dans le temps pour cause de finances publiques dégradées ne pourrait conduire qu’à aggraver le retard pris par notre pays dans une course où se joue sa compétitivité et sa capacité de croissance.

____

(*) Louis Gallois est diplômé de l’Ecole des hautes études commerciales et de l’Ecole nationale d’administration (promotion Charles de Gaulle). Après une carrière dans l’administration publique, il devient successivement PDG de la Snecma (1989), d’Aérospatiale (1992), président de la SNCF (1996), et président exécutif d’EADS N.V. (2007), président du conseil de surveillance de PSA (2014-2021). Il est co-président de La Fabrique de l’industrie depuis sa création en 2011.

Pierre-André de Chalendar est diplômé de l’ESSEC et ancien Inspecteur des Finances. Son aventure industrielle au sein de Saint-Gobain, dont il devient PDG en juin 2010, débute dès 1989. Il est par ailleurs administrateur de BNP Paribas et vice-président d’Entreprises pour l’environnement (EpE), qu’il préside de 2012 à 2015.Il devient co-président de La Fabrique de l’industrie en juillet 2017.

Législatives et Macron, « Qu’il se taise » !

Législatives et Macron, « Qu’il se taise » !

D’après Franceinfo,  Emmanuel Macron voudrait prendre la tête de cette campagne : en plus de cette conférence de presse, jusqu’à trois prises de parole par semaine sont évoquées. Sauf qu’à cette volonté présidentielle, la majorité répond « merci, mais non merci ». Un conseiller de l’exécutif s’énerve : « C’est un repoussoir, il va polluer notre campagne »« C’est un enfer, qu’il se taise », s’emporte un autre.

Au palais Bourbon, même avis de la part de parlementaires : « S’il ne veut pas comprendre : qu’on se prenne une taule, et ça le calmera peut-être ». Un président trop bavard, contre l’avis de ses troupes, au point que François Bayrou, lundi soir à l’Elysée, a essayé de convaincre le chef de l’État de ne pas trop s’investir, quand le patron des députés Renaissance Sylvain Maillard a appelé le chef de l’Etat à faire « profil bas ».

Mardi matin, lors de la réunion de groupe, un cadre Renaissance indiquait avec malice : « Il faudra compter le nombre de candidats qui auront la tête du président sur leurs affiches, contre ceux qui auront celle du Premier ministre : ce sera flagrant… »

Ciotti réhabilité par la justice: Un imbroglio judiciaire et politique

Ciotti réhabilité par la justice: Un imbroglio judiciaire et politique

 

 

Désavoué par 98 % des responsables nationaux de son parti, Ciotti a obtenu de la justice l’annulation de son exclusion. Un véritable imbroglio judiciaire et politique.

D’un point de vue purement formel, Ciotti  n’avait pas complètement peur de contester les modalités de son exclusion. Pourtant sur le fond, il est apparu à toute la classe politique et à l’opinion comme celui qui a trahi en décidant seul un ralliement au RN. Un ralliement qui peut se concevoir évidemment d’une telle portée qu’elle demande une discussion collective que  Ciotti a refusée.

Cette affaire ne sert pas l’image de la politique quand les intérêts personnels prennent le pas sur les intérêts collectifs. En effet Ciotti a pris sa décision quand il s’est aperçu que dans sa circonscription le RN avait obtenu autour de 40 % des voix et qu’il n’avait donc aucune chance d’être réélu député avec l’étiquette des républicains. En outre, il a sans doute négocié une place au gouvernement. Même pour le RN, ce recrutement spectaculaire ne sert pas forcément sa cause.

 

LES ÉLECTEURS DE ZEMMOUR ET GLUCKSMANN SONT « COCUS » ( DUPOND-MORETTI)

LES ÉLECTEURS DE ZEMMOUR ET GLUCKSMANN SONT « COCUS » ( DUPOND-MORETTI)

Interrogé sur les forces en présence pour les législatives , le ministre n’a pas retenu ses coups et a étrillé l’ensemble du spectre politique, de droite à gauche, dénonçant une « escroquerie démocratique. »
« Les électeurs qui ont voté Zemmour et qui voient les Zemmouristes repartir au RN, qu’est-ce qu’ils se disent? ‘On est cocus’ », a taclé le ministre. Interrogée ce matin sur le sujet, Marion Maréchal a indiqué qu’elle n’a « en aucun cas rallié le RN » mais « apporté son soutien à une coalition. »

« Comme d’ailleurs les électeurs de Raphaël Glucksmann sont aujourd’hui cocus », a repris Éric Dupond-Moretti dans un nouvel assaut cette fois-ci adressé au Parti socialiste, qui a rejoint en début de semaine le nouveau « Front populaire. »

« Monsieur Faure a vendu le Parti socialiste, qui était un grand parti de gouvernement, pour un plat de lentilles, pour quelques places. Qui serait leur Premier ministre si par malheur ils gagnaient, monsieur Mélenchon, monsieur Boyard, madame Panot, c’est ça qu’on veut pour la France? », a-t-il encore tancé.

Taux d’intérêt aux États-Unis : une seule baisse en 2024 et plus tard

Taux d’intérêt aux États-Unis : une seule baisse en 2024 et plus tard 

Contrairement à la BCE qui a diminué ses taux de 25 points, la Réserve fédérale américaine (Fed) a maintenu ses taux inchangés, dans la fourchette de 5,25 à 5,50%, mercredi à l’issue de sa réunion, et indiqué que ses responsables pensent en moyenne les abaisser à une seule reprise cette année;  Ce qui sera sans doute aussi maintenant le cas pour la BCE qui ne voudra pas trop affaiblir l’euro

 

Le comité de politique monétaire (FOMC) de la banque centrale a révisé à la hausse sa prévision d’inflation pour 2024 et 2025, à 2,6% et 2,3% et fait état de «modestes progrès supplémentaires» vers l’objectif de 2% d’inflation. Les prévisions de croissance du Produit intérieur brut (PIB) restent en revanche identiques à celles publiées en mars: 2,1% en 2024 et 2,0% en 2025.

Mi-mars, lors de la dernière actualisation, les responsables de la Fed anticipaient trois baisses. Mais depuis, un rebond de l’inflation les a incités à la prudence, pour éviter une nouvelle flambée des prix. Le mois d’avril avait toutefois connu une timide amélioration. Et en mai, l’inflation a ralenti à 3,3% sur un an contre 3,4% en avril, et même une absence de hausse des prix sur un mois, selon l’indice CPI de l’inflation, sur lequel sont indexées les retraites, et qui a été publié mercredi matin, juste avant que la reprise des débats à la Fed.

La Fed a en revanche confirmé ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB): 2,1% en 2024 et 2,0% en 2025. Quand au taux de chômage, la prévision reste identique pour cette année, à 4,0%, mais est un peu révisée pour 2025, à 4,2% contre 4,1%.

 

LR et macronistes menacés de disparition

D’après une étude du Figaro, sur la base des résultats du 9 juin, 536 duels sur 577 pourraient opposer le parti nationaliste au «Front populaire». Ce serait la disparition de LR comme des macronistes si les résultats des législatives étaient à peu près identiques à ceux des européennes. 

La liste de Jordan Bardella est arrivée en tête dans 457 circonscriptions, soit huit sur dix, les autres se répartissant entre Manon Aubry (48), Valérie Hayer (39), Raphaël Glucksmann (30), François-Xavier Bellamy (2) et Marion Maréchal (1). Certes le jeu des alliances peut changer les choses et on pourrait assister à des duels entre d’une part le bloc RN et ses alliés face à la gauche  regroupée au sein du « Front populaire ».

Après les européennes leRN  théoriquement compter sur le soutien des électeurs à hauteur de 31 % auxquels s’ajoutent ceux d’une partie de Marion Maréchal et certains LR soit au moins  35 %. En face la gauche ne peut compter que sur 30 %. Le parti de macro avec 14 % et LR avec 7 % risque de se trouver marginalisés même avec certaines alliances entre eux. Bien entendu la campagne électorale peut  encore modifier les rapports de force mais sans doute par les grandes tendances.

 

Le vote RN et l’école

Le  vote RN et l’école

par , Postdoctorant, CESDIP, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) – Université Paris-Saclay dans The Conversation
 

La faiblesse du niveau de diplôme est un des facteurs les plus prédictifs du vote pour le Rassemblement national (RN), et avant lui le Front national (FN). Derrière ce constat statistique, ce que la sociologie de terrain retrouve, ce sont des trajectoires scolaires souvent heurtées, relativement courtes, vécues difficilement. C’est ainsi un certain rapport à l’école, distant voire défiant, qui apparaît comme l’un des facteurs communs à une partie importante de l’électorat lepéniste. Il ne s’agit pas de suggérer qu’il y aurait un lien direct et nécessaire entre un « manque de culture » et les penchants xénophobes nourrissant le vote RN – après tout, il y a toujours eu des manières très cultivées d’être d’extrême droite, et l’idéologie raciste s’est toujours reposée sur des constructions intellectuelles et savantes. La faiblesse du diplôme a en revanche des conséquences socioprofessionnelles importantes, du fait de la fragilité sur le marché du travail qu’elle engendre. Dans une société où la possession de capitaux scolaires est devenue si importante, en être dépourvu produit une incertitude et un pessimisme structurant les préférences électorales pour le RNCette situation génère aussi une relation spécifique à l’ordre scolaire, y compris pour les électeurs étant parvenus à une certaine stabilité sociale. C’est sur cette relation à l’école et ses conséquences sociales et politiques que j’aimerais m’attarder ici.

 

par ,Postdoctorant, CESDIP, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) – Université Paris-Saclay dans The Conversation 

 

De 2016 à 2022, dans le cadre d’une enquête de terrain menée dans le sud-est de la France, j’ai rencontré des électeurs de classes populaires et de petites classes moyennes votant ou ayant déjà voté pour le RN. Durant les entretiens, l’enjeu de l’école a été régulièrement convoqué, souvent sous un registre négatif. À propos de leurs parcours scolaires, beaucoup de personnes m’indiquent n’avoir « pas aimé » l’école, ou n’être « pas faites pour les études », trahissant le désajustement entre leur propre socialisation et les attentes de l’institution scolaire.

Pour ces électeurs, qui étaient pour beaucoup des parents au moment de l’enquête, la question scolaire émerge de plusieurs façons. D’abord comme inquiétude pour leurs enfants face à une dégradation de l’école publique – ce qui peut amener certaines familles à se tourner vers les établissements privés. Ensuite, comme moteur d’antagonisme vis-à-vis d’autres groupes sociaux, notamment ceux davantage dotés en capital culturel – antagonisme qui s’accompagne souvent d’une défiance envers la gauche.

La moindre maîtrise de l’univers scolaire a pour première conséquence de se sentir démuni face à ce qui est considéré comme une détérioration de l’offre scolaire publique. Sur mon terrain comme ailleurs, l’école publique pâtit d’une mauvaise réputation. La conviction que « le public » s’est « dégradé » semble très largement partagée, en particulier dans certains quartiers en cours d’appauvrissement dans lesquels vivent souvent les personnes interrogées. Cette situation est vécue d’autant plus durement que l’importance des certifications scolaires pour leurs enfants a parfaitement été intégrée par les parents de classes moyennes et de classes populaires. Mais contrairement aux groupes mieux pourvus en ressources culturelles, il est plus difficile pour eux de mettre en place des stratégies de compensation du niveau jugé insatisfaisant de certaines écoles publiques (faire les devoirs à la maison, voire détourner la carte scolaire, etc.).

Dans certains cas, le faible capital culturel peut être compensé en partie par un (petit) capital économique, notamment en ayant recours à l’école privée. Beaucoup de personnes rencontrées m’indiquent ainsi avoir choisi de scolariser leurs enfants dans le privé, et ce parfois au prix de sacrifices financiers importants. Dans les territoires dans lesquels j’ai enquêté, il n’est un secret pour personne que l’inscription dans ces établissements doit être demandée très en avance, car les listes d’attente ne cessent de s’allonger. Par contraste avec les établissements publics, les écoles privées sont réputées de meilleur niveau, avec une sélection des élèves plus importante, une « discipline » et une « surveillance » accrues pour les enfants et adolescents. Le privé est donc le prix à payer par les parents pour, comme on me l’a souvent dit, être « tranquilles » quant à l’éducation scolaire et aux « fréquentations » de leurs enfants.

Il faut noter que cette décision n’est jamais prise de gaieté de cœur. Comme me l’exprime une électrice ayant scolarisé ses enfants dans le privé, « c’est quand même malheureux d’en arriver là ». Ce choix du privé est conçu, au fond, comme anormal, et les élites dirigeantes en sont en grande partie tenues responsables. Le recours au privé n’est donc pas un refus de l’État, mais le symptôme d’une déception vis-à-vis de ce que les institutions publiques devraient offrir aux citoyens.

L’offre scolaire locale est ainsi perçue comme faisant partie d’un système concurrentiel, avec des classements informels des établissements circulant selon leur réputation. Dans les discours des personnes interrogées, ces perceptions s’avèrent souvent profondément racialisées. La proportion de personnes identifiées comme immigrées fréquentant les écoles fonctionne comme une sorte de signal du niveau scolaire global de l’établissement, orientant les stratégies parentales de placement scolaire. Dans certains quartiers, le déclassement social des écoles publiques est ainsi d’autant plus visible qu’il est perçu racialement, et d’autant plus difficile à enrayer que cette perception renforce, par circularité, les pratiques d’évitement des ménages blancs.

Cette situation suscite des désirs de protectionnisme non plus seulement sur le terrain de l’emploi, mais également sur celui de l’accès aux ressources communes et aux services publics. Le problème n’est plus ici l’immigré travailleur, mais les familles immigrées, dont les enfants vont être scolarisés dans les écoles du quartier. De ce fait, les discours politiques comme ceux du RN prônant la réduction de l’immigration et l’arrêt du regroupement familial trouvent ici des échos favorables.

Dans mon enquête, ces inquiétudes éducatives touchent davantage les électrices que les électeurs. On sait que l’éducation des enfants continue d’être une prérogative majoritairement féminine, ce qui pourrait constituer une des causes du vote des femmes (et notamment des mères) pour le RN. Le vote d’extrême droite a longtemps été un vote majoritairement masculin, les femmes votant traditionnellement beaucoup moins pour cette famille politique. En France, ce « gender gap » (écart entre les sexes) s’est cependant progressivement réduit au fil des élections récentes. Il a même désormais complètement disparu pour le RN (tout en refaisant son apparition sur le vote Zemmour).

Les causes de ce rattrapage électoral féminin sont multiples, d’un « effet Marine Le Pen » (par comparaison avec le virilisme explicite de son père) à des causes plus structurelles, comme la précarisation croissante de secteurs d’emplois majoritairement féminins (aides à la personne, secteur du care, etc.). Mon enquête invite aussi à prendre davantage en compte la question scolaire dans l’explication du progressif ralliement des femmes à l’extrême droite. À bien des égards, un autre ressort crucial du vote RN féminin réside dans cette situation dégradée de l’école en France et dans les appréhensions parentales qu’elle suscite.

Le rapport à l’école a aussi des conséquences sur les manières de percevoir les autres groupes sociaux et, derrière eux, les formations politiques. Comme suggéré plus haut, pour beaucoup d’électeurs du RN, c’est le travail, plus que l’école, qui leur a permis d’accéder à un emploi (relativement) stable et à un petit patrimoine (souvent leur propre logement dont ils sont propriétaires). Ils se caractérisent ainsi par un capital économique supérieur à leur capital culturel. Cette structure du capital que l’on retrouve de façon transversale au sein de l’électorat lepéniste se traduit par la valorisation de styles de vie orientés davantage vers la réussite économique que vers « des ressources culturelles distinctives ».

Dès lors, lorsqu’il s’agit de qualifier les groupes situés dans le « haut » de l’espace social, les électeurs du RN vont davantage valoriser les élites spécifiquement économiques. Sur mon terrain, si l’on peut certes critiquer une richesse trop ostentatoire (ceux qui « veulent montrer qu’ils ont de l’argent ») ou démesurée (ceux qui « se gavent »), la figure du « bon patron » ou de la personne qui a « réussi » économiquement revient souvent de façon positive dans les discours.

Par contraste, les groupes et individus les plus pourvus en capital culturel, les « sachants », et notamment les professions spécialisées dans l’usage du savoir, de la parole et des symboles (enseignants, journalistes, artistes…), vont souvent susciter scepticisme et hostilité. Ces derniers sont souvent associés à une position de privilégié moralisateur, des « beaux parleurs » et des « donneurs de leçons ». Cette défiance se rejoue dans le rejet de la gauche, camp politique souvent associé – non sans un certain réalisme sociologique – à ces « élites du diplôme ».

À bien des égards, le mépris de classe dont s’estiment parfois victimes les électeurs du RN fait écho aux formes de violence symbolique dont l’école est un des principaux foyers. Comme si la distance à l’univers scolaire, aux positions professorales, à la culture dite légitime et aux styles de vie qui lui sont associés exprimait une réaction de défense face à une domination scolaire subie antérieurement.

L’institution scolaire reste pour beaucoup avant tout un lieu de classements, de frustrations et d’humiliations. Il faut donc s’interroger sur ce que produit politiquement notre école, sur les visions du monde et les préférences électorales qu’elle engendre sur le long terme chez les individus.

Economie-Productivité : l’Europe et la France en panne

Economie-Productivité : l’Europe et la France en panne

 La productivité horaire a baissé dans la zone euro en 2023 : -1% contre +1,5% aux États-Unis. Cette divergence n’est pas nouvelle ; elle affecte depuis le début de la décennie 2010 plusieurs pays européens alors que les États-Unis (ou la Suisse) affichent des gains de productivité élevés et que la Corée du Sud réalise une performance exceptionnelle. La France est en queue de peloton : sa productivité horaire se situe aujourd’hui à un niveau inférieur à celui de 2015. La Fabrique de l’Industrie vient de produire une courte analyse à laquelle nous faisons ici référence.
Par Louis Gallois et Pierre-André de Chalendar (*). dans la Tribune

Cette situation est préoccupante. L’absence de gains de productivité freine la compétitivité des productions européennes et, bien sûr, françaises ; elle réduit la croissance potentielle des économies concernées. Elle caractérise leur faible dynamisme. Elle explique, au moins pour partie, la divergence des taux de croissance entre les États-Unis et l’Europe.

Ce phénomène touche tous les secteurs d’activité et en particulier l’industrie. Ses causes sont multiples et pas encore totalement élucidées par les économistes qui divergent sur leur pondération. Certaines sont conjoncturelles : en France, la croissance de l’apprentissage ou la réduction du chômage qui se traduit par l’embauche de travailleurs moins « productifs » et moins formés… D’autres causes semblent plus profondes : excès de réglementations, vitesse  insuffisante d’adaptation aux évolutions des marchés et des compétences nécessaires, politiques macroéconomiques peu favorables à la croissance au niveau européen, et surtout sans doute, investissements insuffisants notamment dans les nouvelles technologies porteuses de productivité ainsi que dans la recherche et le développement.

Le prix Nobel Paul Krugman est clair « La productivité n’est pas tout, mais à  long terme,c’est presque tout ». Cela veut dire que la reprise des gains de productivité est un  enjeu majeur pour les économies européennes et, au premier chef , pour la France où la « panne » est, semble-t-il, la plus forte.

Les causes étant multiples, il n’y a pas de remède unique. Mais on sent bien les domaines sur lesquels il faut faire porter l’effort en France : l’éducation (mathématiques, lycées pro, BTS, apprentissage), la formation, notamment pour faire face aux mutations qu’entraine la transition énergétique et écologique, la diffusion des nouvelles technologies avec une attention particulière portée aux PME, l’effort de recherche privé et public qui doit être accru le plus rapidement possible pour atteindre au moins 3% du PIB contre 2,2% actuellement (c’est dire que ce n’est pas le moment de toucher au Crédit d’Impôt Recherche !). La France doit être  présente dans la compétition technologique, aussi bien au niveau de la recherche et du développement que dans la mise en œuvre au sein des processus de production. il y a là un enjeu décisif pour la relance de la productivité, mais aussi pour la croissance et la souveraineté

Le rapport Letta n’aborde pas le sujet directement ; il évoque néanmoins le besoin d’investissement des entreprises européennes et les moyens de le financer. Il est probable que le rapport Draghi sur la compétitivité attendu avant cet été traitera plus directement de l’insuffisance de productivité européenne. L’UE doit se mobiliser sur ce qui apparait être une faiblesse majeure par rapport aux États-Unis et aux pays asiatiques ; cela concerne aussi bien les excès de réglementations,les politiques concernant les aides aux entreprises, le soutien à l’innovation et à la recherche que le réglage macroéconomique qui doit être plus favorable à la croissance.

S’agissant de la France, les pouvoirs publics ne sont pas restés inertes : réforme fructueuse de  l’apprentissage qui doit maintenant concerner plus fortement les niveaux en deçà du bac, réforme très (trop ?) prudente des lycées professionnels, programme France 2030 sur des champs technologiques majeurs… Mais il faut aller plus loin, amplifier ces efforts, en particulier sur les champs scientifiques et technologiques, leur donner une cohérence et une visibilité renforcées, en faire un véritable enjeu national. A contrario, leur remise en cause ou leur étalement dans le temps pour cause de finances publiques dégradées ne pourrait conduire qu’à aggraver le retard pris par notre pays dans une course où se joue sa compétitivité et sa capacité de croissance.

____

(*) Louis Gallois est diplômé de l’Ecole des hautes études commerciales et de l’Ecole nationale d’administration (promotion Charles de Gaulle). Après une carrière dans l’administration publique, il devient successivement PDG de la Snecma (1989), d’Aérospatiale (1992), président de la SNCF (1996), et président exécutif d’EADS N.V. (2007), président du conseil de surveillance de PSA (2014-2021). Il est co-président de La Fabrique de l’industrie depuis sa création en 2011.

Pierre-André de Chalendar est diplômé de l’ESSEC et ancien Inspecteur des Finances. Son aventure industrielle au sein de Saint-Gobain, dont il devient PDG en juin 2010, débute dès 1989. Il est par ailleurs administrateur de BNP Paribas et vice-président d’Entreprises pour l’environnement (EpE), qu’il préside de 2012 à 2015.Il devient co-président de La Fabrique de l’industrie en juillet 2017.

Dissolution : pari osé et dangereux

Dissolution : pari osé et dangereux 

Le résultat des futures élections législatives dépendra de la recomposition de la gauche, et des choix effectués par les candidats LR, vers la Macronie ou vers le RN, analyse l’historien Jean Garrigues dans une tribune au « Monde ».

 

« Tu commets une faute, Jacques, une lourde faute. Je devrais te mettre mon poing dans la gueule. » Ainsi parlait Pierre Mazeaud, député gaulliste historique, prenant au collet son ami Jacques Chirac, qui venait de lui annoncer sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale, le 21 avril 1997. Juriste chevronné, M. Mazeaud estimait qu’il s’agissait d’une « dissolution de convenance », incompatible avec l’esprit de l’article 12 de la Constitution. A ses yeux, elle était justifiée pour François Mitterrand après son élection en 1981 et sa réélection en 1988 car il était alors confronté à des majorités de droite, donc incapable de gouverner.

Mais tel n’était pas le cas en 1997, car le gouvernement d’Alain Juppé pouvait s’appuyer sur une confortable majorité de 484 sièges issue des élections de 1993. En organisant de nouvelles élections, Chirac voulait rendre cette majorité plus cohérente et disciplinée. Ce fut tout le contraire qui se produisit, car la « gauche plurielle », réunie sous la bannière de Lionel Jospin, remporta haut la main les élections de juin 1997, ce qui conduisit à la troisième cohabitation de la Ve République.

 Quelles conclusions tirer de ce précédent historique pour analyser la dissolution surprise annoncée par Emmanuel Macron au soir de la défaite cuisante de son camp aux élections européennes ? A priori, on pourrait estimer, à l’instar de Pierre Mazeaud en 1997, qu’il s’agit d’une dissolution « de convenance », puisque le président dispose encore, à l’heure qu’il est, d’une majorité à l’Assemblée nationale, et que la France ne traverse pas une crise grave justifiant l’usage de l’article 12.

Mais ce serait négliger les énormes difficultés de la gouvernance, telles qu’elles se sont posées depuis 2022, dans une situation de majorité relative qui se heurte d’un côté aux ambiguïtés des Républicains et de l’autre à la stratégie de conflictualité paralysante déployée par La France insoumise au Palais-Bourbon. Dans ce contexte d’une France ingouvernable, et par ailleurs pour répondre à une demande sociale de « respiration démocratique » qui ne cesse de monter dans l’opinion, notamment depuis la crise des « gilets jaunes », on peut considérer qu’une dissolution peut largement se justifier. Mieux encore, elle correspond à la notion d’appel au peuple qui est dans le droit-fil de l’interprétation gaullienne….

La privatisation de l’audiovisuel public menace TF1 et M6 en Bourse

La  privatisation de l’audiovisuel public menace  TF1 et M6 en Bourse

Sébastien Chenu, le vice-président du parti d’extrême droite et député du Nord  a affirmé, ce lundi sur BFMTV, que la privatisation de l’audiovisuel public pourra « être mise en place rapidement » en cas de victoire aux législatives. TF1 et M6, les deux géants du paysage de la télévision privée en feraient aussi les frais. C’est d’ailleurs ce qui explique leur chute en Bourse. Ce mardi, en milieu d’après-midi, le titre TF1 perdait plus de 8%, à 8 euros, quand celui de son grand rival M6 reculait de 3,7%, à près de 13 euros.

A l’AFP, les analystes d’Oddo BHF rappellent qu’une privatisation de l’audiovisuel public « serait naturellement très négatif pour les acteurs privés ». Ceux-ci pourraient alors voir leurs revenus et leurs marges fondre. Pourquoi ? Parce que l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché renforcerait fortement la compétition. Trop même, estiment les analystes d’Oddo BHF. Ces derniers affirment même que « la situation de marché pourrait rendre impossible une privatisation totale ».

Les revenus de TF1 et M6 proviennent de la publicité. Une privatisation les obligerait à partager ces ressources  avec des concurrents. 

David Lisnard salue ceux qui ne vont pas à la soupe et dénonce le théâtre politique

 David Lisnard salue ceux qui ne vont pas à la soupe et dénonce le théâtre politique 

 David Lisnard salue ceux qui ne vont pas à la soupe et dénonce le théâtre politique .  Invité du JT de 20h de France 2, le président de l’association des Maires de France et maire LR de Cannes, considère que la crise politique qui secoue la France doit servir à une transformation du modèle actuel.

L’accord annoncé par Eric Ciotti de s’allier au RN secoue sévèrement le parti dont le député des Alpes-Maritimes est le président. Et si de nombreux membres, élus ou non, sont montés au créneau assez vite pour dénoncer cette alliance, d’autres apportent leur soutien au patron des Républicains. Proche d’Eric Ciotti, David Lisnard a choisi de placer le débat un cran au-dessus. Invité de France 2 et de son JT de 20h, le maire LR de Cannes a d’abord assuré avoir eu vent de ce qui était une rumeur, avant sa confirmation officielle mais assurant tout aussi immédiatement que « pour sortir de cette polarisation, la seule solution est d’être constant ».

Un David Lisnard qui a opté pour l’option prospective. « Cette décision lui est personnelle. L’enjeu n’est pas là : l’enjeu ce sont les difficultés quotidiennes, les écoles qui se dégradent… », pointe le président de l’association des Maires de France, pour qui « la solution n’est clairement pas la Macronie ». Ni une « extrême gauche qui prend le pas sur la gauche ».

Et de considérer que la crise actuelle doit être le terreau d’un renouveau, d’un nouveau modèle. Le patron de Nouvelle Energie, le parti qu’il déploie au niveau national depuis 2021, défend la vision d’un Etat recentré sur ses missions essentielles, vilipendant le trop de bureaucratie, appelant à une maîtrise des déficits publics et de la dette, des arguments qu’il répète inlassablement. « Cette crise est une étape de plus dans la situation chaotique que vit notre pays. Elle doit être une première étape vers un renouveau, il faut rendre l’Etat au service des gens, des vraies causes ». D’estimer aussi que « nous sommes dans une crise de l’exécution publique ». Que Les Républicains doivent se transformer, « je le souhaite ardemment ». Saluant ceux « qui ne vont pas à la soupe ». Un message sibyllin mais clair.

 

Politique-élections législatives : Un saut vers l’inconnu et un piège ?

Politique-élections législatives : Un saut vers l’inconnu et un piège ?

 

Indiscutablement la décision du président de dissoudre l’Assemblée nationale est un acte démocratique; le président reconnaît qu’il a été désavoué par les électeurs et normalement fait donc appel à eux pour reconstituer une représentation nationale. Un véritable saut vers l’inconnu pour tous les partis  sauf les marginaux qui dans toutes les circonstances sont condamnés à être des partis d’opposition

.L’inconnu pour le pouvoir, c’est de savoir s’il pourra ou non reconstituer une majorité perdue en regroupant des démocrates au-delà de « Renaissance »avec au minimum les républicains. Le risque pour le pouvoir actuel,  c’est de disparaître politiquement à terme. Pas sûr qu’il puisse regrouper au-delà des « Républicains« .

L’inconnu pour la gauche,c’est qu’elle n’est pas en capacité de présenter un front uni du fait précisément de la radicalité gauchiste de Mélenchon et surtout du changement de rapport de force interne. Logiquement les sociaux-démocrates socialistes et autres voudront diriger une éventuelle alliance mais sans doute elle aussi limitée aux écolos qui viennent d’éviter tout juste l’élimination.

Enfin l’inconnu pour le Front National, c’est la perspective de passer d’une logique d’opposition à une logique de gouvernants qui pourrait faire apparaître de nombreuses contradictions et les limites d’un parti attrape-tout. L’exemple de l’Italie est là pour montrer la différence qu’il y a entre l’opposition et le pouvoir. Meloni antieuropéenne avant les élections s’est très fortement rapprochée de Bruxelles après. Même contradiction à propos de l’immigration.

Le piège encore pour le Front National c’est de faire l’expérience de la gestion pendant 3 ans et en même temps précisément afficher ses limites, ses faiblesses voire ses compétences. Au minimum le Front national sera attendu à propos du rétablissement de l’autorité partout : sur la sécurité, sur l’immigration, sur la justice, sur le trafic de drogue. Mais il devra aussi traiter d’autres nombreuses crises  beaucoup plus complexes par exemple comme sa compétitivité, son système éducatif, son endettement. On comprend que le Front National se soit montré particulièrement prudent après son succès et le discours de Bardella  a fait l’objet d’une  certaine retenue sans doute entenant compte de cet inconnu.

Le risque pour le Front National c’est d’arriver prématurément au pouvoir suprême et de se discréditer par sa gestion d’ici 2027.

Enfin le risque pour la France c’est de connaître une très forte période d’incertitude voir même de chaos si des mesures suffisamment cohérentes, partagées et significatives ne sont pas prises.

Gauche et législatives : un accord défensif sans programme

Gauche et législatives : un accord défensif sans programme

 

L’accord des différentes composantes de la gauche qui en réalité ne partagent pas grand chose en commun se limite à la désignation de candidature commune les législatives. Il s’agit d’une posture défensive pour sauver les meubles puisque les sondages ne prévoient pour cette union que de l’ordre de 23 %.

Pour l’instant pas de programme politique mais la promesse d’une série de mesures sans doute suffisamment vagues pour masquer les nombreuses divergences avec sans doute aussi pas mal de démagogie d’autant que le succès est hors  de portée.

La bataille la plus dure va concerner la désignation des candidats aux législatives, une lutte sans doute sanglante car la France Insoumise sera comme d’habitude intransigeante alors que les socialistes retrouvés voudront cette fois imposer leur domination. Sans parler des écolos et du PCF qui voudront des investitures possibles à gagner pour ne pas disparaître.

Comme Macron sans doute, la gauche va centrer son argumentation sur le danger que représente le Front National pour la démocratie. Or  n’est pas sur ce terrain que la grande majorité des électeurs attendent tous les partis. Pour résumer à outrance les principales préoccupations des électeurs concernent le pouvoir d’achat et la demande d’autorité sur le terrain sociétal. Même dans le domaine  international, la gauche ne pourra s’opposer de façon cohérente au Front National à Macron tellement les positions sont divergentes

Les quatre principaux partis de gauche se sont donc entendus sur le principe de candidatures uniques. «Dans chaque circonscription, nous voulons soutenir des candidatures uniques dès le premier tour», stipule un bref communiqué. Les chefs de parti l’ont annoncé tout sourire devant une foule de jeunes manifestants réclamant à tue-tête un «front populaire» devant le QG des Verts où se sont tenues les négociations.

Les candidats «porteront un programme de rupture détaillant les mesures à engager dans les 100 premiers jours du gouvernement  ( Formule déjà entendue !)du nouveau front populaire», explique le texte partagé massivement par les différentes formations.

12345...349



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol