Archive pour le Tag 'sur'

Chine-tarifs douaniers : menace de Trump sur 200 milliards s

Chine-tarifs douaniers : menace de Trump  sur 200 milliards 

Ce n’est pas la première fois que le président des États-Unis menace de taxer 200 milliards supplémentaires sur des produits chinois. Soit une hausse des tarifs douaniers sur presque la moitié des importations chinoises. Donald Trump va encore plus loin puis puisqu’il n’a pas  exclu par l’hypothèse de taxer la totalité des importations de Chine et cela en dépit des protestations de nombre de multi nationale américaine forcément concernée puisqu’elles ont délocalisé une partie de leur production en Chine. Une menace pourrait affecter la compétitivité américaine et  une sorte de manière de se tirer une balle dans le pied. Notons que la même menace pèse aussi sur l’Europe tant qu’on ne sera pas parvenu à un accord entre les deux zones. “Trump a chargé ses équipes de mettre en œuvre des tarifs douaniers sur quelque 200 milliards de dollars supplémentaires sur des produits chinois en dépit de la tentative de son secrétaire au Trésor (Steven Mnuchin) de relancer des discussions avec Pékin pour résoudre la guerre commerciale”, a écrit Bloomberg. Ces 200 milliards de dollars étaient déjà en discussions. Et le président américain s’était même dit prêt à aller au-delà, jusqu’à taxer la totalité des importations chinoises. “Les 200 milliards de dollars dont nous parlons pourraient s’appliquer très prochainement, suivant ce qui se passe avec eux. Dans une certaine mesure, c’est à la Chine d’en décider. Et je déteste le dire, mais ensuite, ce sont 267 milliards de dollars supplémentaires qui seront rapidement concernées si je le souhaite. Cela change l’équation”, a-t-il déclaré le 7 septembre dernier. L’administration Trump a déjà imposé des droits de douane de 25% sur un ensemble de produits d’importations chinoises représentant un montant annuel de 50 milliards de dollars. Pékin a riposté sur des montants similaires. En 2017, les Etats-Unis ont importé pour 505 milliards de dollars de produits chinois, contre 130 milliards d’exportations américaines vers la Chine. D’après les données du Census Bureau, les exportations jusqu’à fin juillet ont progressé de près de 9% par rapport à la même période de l’an dernier.

Inflation : hausse à 2,3% sur un an

Inflation : hausse  à 2,3% sur un an

Les prix à la consommation ont augmenté de 2,3% en août sur un an, comme en juillet, l’accélération de l’inflation alimentaire compensant un ralentissement dans l’énergie, selon des chiffres définitifs publiés jeudi par l’Insee.

« Cette stabilité de l’inflation résulte d’un ralentissement sur un an des prix de l’énergie, compensé par une accélération des prix de l’alimentation », détaille l »institut public de statistique dans son communiqué.

Pauvreté : la crainte de 6 Français sur 10

Pauvreté : la crainte de 6 Français sur 10

 

 

 

59% des Français reconnaissent avoir déjà craint dans leur vie de sombrer dans une situation de précarité. La pauvreté, une crainte et même une angoisse pour un grand nombre de Français ce que montre une étude de l’Institut Ipsos pour le Secours populaire  le seuil de pauvreté et considérer à partir d’un salaire inférieur à environ 1100 € pour une personne seule. À noter qu’environ 15 % des Français connaissent régulièrement des difficultés financières Cette année, seuls 41% de Français partent au moins une fois en vacances, contre 45% en 2017.  L’alimentation est surtout une source de dépense problématique pour une part significative de Français. Pour 86% des revenus les plus modestes, consommer des fruits et légumes frais au quotidien, du poisson ou payer la cantine de ses enfants sont des sources de difficultés régulières. Et ces difficultés sont encore exacerbées chez les femmes aux revenus modestes. Enfin, pour l’immense majorité des Français, le constat est alarmant. 81% d’entre eux restent persuadés que leurs enfants seront plus vulnérables à la pauvreté que leur génération.

(*) Sondage réalisé par téléphone du 22 juin au 26 juin 2018 auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 1.016 personnes âgées de plus de 15 ans.

« Non-assistance à

Déficit budget : La sous les 3% en 2019 ? Pas sûr

Déficit budget : La sous les 3% en 2019 ? Pas sûr

Pas sûr du tout que la France soit encore sous les 3 % de déficit par rapport aux pipes en 2019. Cette année déjà il y aura en effet un net  décalage entre les prévisions et la réalisation. Le déficit budgétaire était en effet annoncé à 2,3 % il devrait tourner de 2,6 à 2,8 du PIB. En cause , le reclassement de la dette de la SNCF comme administration publique mais surtout en raison du net tassement de la croissance. Une croissance qui était attendue à 2,3 % par les experts et qui en faites tournera autour de 1,5 %. La conséquence directe sera un affaiblissement des rentrées fiscales qui viendra creuser le déficit public. Le ministre des finances, Bruno Lemaire s’avance beaucoup en déclarant :“Nous tiendrons notre objectif d’être sous les 3% en 2019. Le rétablissement des comptes publics n’est pas négociable”, a dit Bruno Le Maire en marge d’une réunion avec ses homologues de l’Union européenne, à Vienne. Or la croissance en 2019 ne sera pas supérieure à celle de 2018 et par ailleurs il n’est pas prévu de réduction significative des dépenses de l’État dans le projet de budget de l’année prochaine. On a même enterré le rapport dit CAP 22 qui proposé de réformer de manière substantielle le rôle et le fonctionnement de l’État. La vérité, c’est que la France pourrait à nouveau flirter avec la barre symbolique d’un déficit à 3 % en 2019. Ces nouvelles perspectives ont valu à Paris une mise en garde du commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici. Il a souligné dans une interview publiée vendredi par L’Opinion l’”effet symbolique et politique indéniable” d’un éventuel retour au-dessus des 3%.

UE: Macron et Merkel semblent d’accord sur rien !

UE: Macron et Merkel semblent d’accord sur rien !

 

Curieuse cette rencontre entre Macron et Merkel qui n’avait d’autre but que de faire semblant d’affirmer la solidité du couple franco allemand. De fait,  Macon et Merkel ont parlé de tout et surtout de rien en matière d’orientation. Pas étonnant depuis déjà des mois l’Allemagne montrent la plus grande indifférence à l’égard des propositions du président de la république française. Un président de la république française qui voulait un budget de la zone euro, une réforme de l’union économique avec la théorie des cercles et plus particulièrement pour la zone euro, un budget unique, un ministre des finances commun, un plan de relance des investissements et un véritable fonds monétaire européen. De tout cela, il n’en n’est pas question en Allemagne. Une Allemagne qui sent derrière les propositions de la France la tentation permanente d’imposer une solidarité financière qui ferait payer à l’Allemagne les insuffisances de gestion de pays trop laxistes comme la France. Et ce n’est pas la remontée du taux d’endettement français à 100 % du PIB en 2018 ou encore les déséquilibres accrus dans le budget 2019 qui pourraient convaincre Merkel. Même sur la question des migrations Merkel a été contrainte de mettre la pédale douce compte tenu de la montée du nationalisme et du populisme en Allemagne. Macron ne fait d’ailleurs pas même s’il affirme le contraire. Notons enfin que sur la taxation des géants du numérique l’Allemagne est très réticente pour ne pas encourir les sanctions américaines sur ses exportations notamment d’automobiles. Du coup, la discussion s’est conclue par des considérations très générales. Chancelière allemande ont évoqué au début de leur rencontre à Marseille l’approfondissement de la zone euro, l’union bancaire, la taxation des géants du numérique et les migrations, sans oublier la sortie du Royaume-Uni de l’UE, sujet sur lequel Londres et Bruxelles peinent encore à s’accorder, la politique étrangère et la défense. Objectif des discussions, “préparer cette rentrée et un agenda des six prochains mois qui s’annonce chargé mais où, je le sais, l’Allemagne et la France continueront d’œuvrer ensemble pour préparer l’avenir”, a dit Emmanuel Macron. “Notre programme sera bien rempli”, a dit Angela Merkel, en énumérant les sujets comme autant de défis auxquels l’Union est confrontée. “Je pense que nous allons pouvoir progresser en faveur d’une Europe indépendante qui est capable de résoudre elle-même ses problèmes.”Bref la langue de bois !

Alimentation : 6 pesticides sur dix dangereux

Alimentation : 6 pesticides sur dix dangereux

 

Un article de France info révèle les conclusions de l’étude de Générations futures dans un rapport publiée mardi 4 septembre ; une étude qui soulève les dangers des perturbateurs endocriniens.  Générations futures a constaté que 157 substances sur les 350 types de résidus de pesticides détectés dans les aliments sont des perturbateurs endocriniens suspectés. Et ces substances sont particulièrement répandues. Sur les 109 843 résidus de pesticides quantifiés par l’Efsa, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, 69 433 sont des perturbateurs endocriniens suspectés, soit plus de six sur dix. Pour obtenir ces chiffres, Générations futures a combiné deux bases de données. La première est le rapport de l’Efsa sur les résidus de pesticides dans les aliments, publié à l’été 2018 et dont les résultats datent de 2016. La deuxième est une liste de perturbateurs endocriniens suspectés établie par TEDX, l’organisation créée par la scientifique Theo Colborn à l’origine de la découverte des phénomènes de perturbation endocrinienne. Cette liste regroupe 1 457 molécules ou familles de molécules pour lesquelles au moins une étude universitaire publiée dans une revue scientifique a montré un effet de perturbation endocrinienne.

Le rapport de l’Efsa établissait que 96,2% des échantillons alimentaires analysés ont des concentrations de résidus de pesticides inexistantes ou inférieures aux limites maximales en résidus (LMR). Un chiffre rassurant mais qui masque un autre problème, souligne Générations futures : l’association affirme que, pour les perturbateurs endocriniens, le respect de la LMR ne suffit pas à garantir l’innocuité des résidus trouvés dans l’alimentation.

« Ce n’est pas tant une question de dose qu’une question de période d’exposition, souligne François Veillerette, directeur et porte-parole de Générations futures. Les doses alimentaires d’un pesticide perturbateur endocrinien peuvent être totalement inoffensives pour un homme de 50 ans mais catastrophiques pour un fœtus de 3 mois. » Il existe en effet des périodes de vulnérabilité accrue aux perturbateurs endocriniens : la formation du fœtus, la petite enfance et la puberté. Les enfants seraient ainsi tous contaminés aux perturbateurs endocriniens, peu importe leur lieu de vie, révèle une étude du magazine 60 millions de consommateurs publiée en avril 2017. Et les effets de ces agents peuvent être transmissibles entre générations. 

En empêchant les hormones de fonctionner correctement, les perturbateurs endocriniens sont, entre autres, soupçonnés de perturber le développement des fœtus, de favoriser les pubertés précoces, les cancers, l’obésité, les diabètes et les problèmes cardiovasculaires, détaille l’OMS.

Le pertubateur endocrinien suspecté le plus souvent identifié dans l’alimentation européenne est le boscalide, un des fongicides SDHi (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) les plus utilisés. Or, en avril dernier, des scientifiques français du CNRS, de l’Inserm et de l’Inra ont publié une étude et une tribune dans Libération appelant à suspendre l’utilisation de ces fongicides. Leurs recherches ont en effet montré qu’ils provoquent l’accumulation, dans l’organisme humain, d’une petite molécule, le succinate, et expliquent, à terme, un changement de la structure de notre ADN et l’apparition de tumeurs.

Parmi les autres perturbateurs endocriniens les plus fréquemment rencontrés dans les aliments analysés par l’Efsa, on trouve aussi le fludioxonil, le pyrimethanil et le cyprodinil. Or, une étude publiée en 2012 montrait la toxicité de la combinaison de ces trois fongicides. « Ce travail montre que certains pesticides, isolément ou en combinaisons, peuvent induire du stress et des modifications du devenir des cellules humaines », expliquait à ce sujet le professeur Michael Coleman, responsable de l’étude.

« L’alimentation est un vecteur majeur d’exposition aux perturbateurs endocriniens », analyse François Veillerette à la lumière des résultats du rapport. Une conclusion que les autorités publiques doivent prendre en compte dans l’élaboration d’une nouvelle Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens (SNPE 2), sur laquelle planche le gouvernement actuel, estime-t-il.

Problème : le pré-projet de la SNPE 2 qui a été présentée à Générations futures en juillet a été jugé « décevant et incomplet » par l’association, notamment sur le volet de l’alimentation :  »C’est très faible sur ce point-là, ce qui est surprenant », estime François Veillerette.

Pour renforcer la sensibilisation des risques à l’exposition aux perturbateurs endocriniens par voie alimentaire, l’association suggère par exemple d’entériner l’étiquetage de produits de consommation courante susceptibles d’en contenir.

Droits de douane : sur 200 milliards avec la Chine (Trump)

Droits de douane : sur 200 milliards avec la Chine (Trump)

Un sérieux coup de froid sur les marchés après la déclaration de d’augmenter les tarifs douaniers sur 200 milliards d’importations chinoises supplémentaires. On sait que respectivement la Chine et les États-Unis ont déjà augmenté ces tarifs sur un volume de 50 milliards de dollars. La nouvelle déclaration du président des États-Unis toucherait donc à peu près la moitié des importations chinoises. De quoi évidemment renchérir les produits importés ester atteinte à la compétitivité américaine cela d’autant plus que les Chinois ne resteront pas sans réponse face à cette entorse  aux échanges commerciaux. Les menaces respectives font craindre une intensification de la guerre commerciale avec des conséquences non seulement sur les échanges mais sur la croissance mondiale à partir de 2019  Les nouveaux droits de douane viseraient des produits de consommation comme les matériaux de construction, les produits technologiques, les vélos et le textile. Wall Street a accentué ses pertes jeudi en réaction à cette information, tous comme les rendements des obligations du Trésor américain. L’indice S&P-500 perdait 0,51% une demi-heure avant la clôture et le Dow Jones cédait 0,56%.

Taxe sur le sel : le retour de la gabelle

Taxe sur le sel : le retour de la gabelle

 

La recherche en ingénierie fiscale progresse finalement peu. En effet des députés de la majorité réfléchissent à la mise en place d’une taxation des produits trop salés. Une sorte de retour à la gabelle instituée par les Romains, repris à leur compte par l’autorité royale à partir du XIe siècle. Sous prétexte de santé, on aura ainsi ajouté une taxe aux taxes (il en existe environ 500 et on vient d’en supprimer une trentaine !). Évidemment il serait plus efficace et plus utile sur le plan de la santé de réguler la composition des produits.   »La première chose à faire, la première brique de lutte contre l’excès de sel, c’est d’avoir des mesures qui obligent les professionnels de l’agroalimentaire à revoir leurs recettes », a estimé mercredi 29 août sur franceinfo Alain Bazot, le président de l’UFC-Que Choisir, alors que des députés réfléchissent à taxer les produits les plus salés. Une commission d’enquête parlementaire travaille sur le sujet et doit remettre son rapport fin septembre.

Plus qu’une taxe sur les produits trop salés, il faudrait « un grammage de sel imposé en fonction des produits et des sanctions », selon Alain Bazot, qui prône « des objectifs chiffrés, par catégorie de produits, avec un échéancier ». Il considère qu’une taxe serait « difficile à mettre en œuvre ».Les  Français sont traités pour de l’hypertension » et « un million d’hospitalisations sont  liées à des maladies cardiovasculaires »« Il y a un coût humain, un coût économique tout à fait considérable, il faut prendre des mesures qui sont radicales, puisqu’on tergiverse depuis des années, pour ne pas dire des décennies », souligne Alain Bazot.

 

 

 

Macron cherche un ministre de l’environnement sur le Bon coin

Macron cherche un ministre de l’environnement sur le Bon coin

 

 

Il est possible que Macron recrute un nouveau ministre de l’environnement sur le Bon coin. En effet, il ne sera pas facile de remplacer Nicolas Hulot qui parlait si bien de l’écologie même s’il agissait peu. Ce ne serait pas la première fois que Macron recrute par petites annonces au hasard de rencontres sulfureuses. C’est ainsi qu’il a procédé pour le recrutement de la plupart de ses députés qui bénéficient de la légitimité politique mais des  chèvres auraient pu être élues à leur place. Quand on entend ces députés, jeunes pour la plupart, on se demande un peu d’où ils sortent. De quelle légitimité politique ou sociale ils peuvent se prévaloir certes chacun dans son petit domaine a sans doute obtenu quelques résultats mais pour l’essentiel des résultats personnels qui n’ont qu’une relation approximative avec la prise en compte de l’intérêt général. Pour le recrutement de ses ministres, Macron a plutôt utilisé le hasard de ses rencontres. Celle par exemple qui lui a fait recruter Benalla, Ferrand, Koehler ou encore Bayrou tous impliqués dans des scandales. D’autres ministres recrutés avec le même hasard font moins parler d’aux. Pas étonnant ils ne servent à peu près rien. Hormis deux ou trois ministres qui émergent, les autres sont comme Hulot : inutiles.  Car macro décide tout même du montant du permis de chasse. À quand une rencontre avec le lobby des joueurs de pétanque ? L’affaire de la démission de Nicolas Hulot révèle en fait ce qu’est le macronisme a, une sorte d’opportunisme ramasse-tout soutenu par les lobbys notamment financiers en grande délicatesse, le mot est faible, avec les problématiques sociales et sociétales. Pour remplacer Hulot, pas de doute c’est encore sur le Bon coin qu’on trouvera le ministre opportuniste compatible avec le macronisme

Des progrès rapides sur le commerce entre les Etats-Unis et l’UE

Des progrès rapides sur le commerce entre les Etats-Unis et  l’UE

 

Les États-Unis qui semblent sur le point de conclure un nouvel accord commercial avec le Mexique (ensuite avec le Canada) qui se substituera à l’ancien Alena veulent aussi avancer dans un nouvel accord commercial avec l’union économique. Cet accord fait suite a à la rencontre entre Trump et Juncker  qui avaient pour objet de mettre entre parenthèses la menace de droits de douane sur l’acier et l’aluminium européens en attendant de nouvelles négociations. Reste que le contenu même des principes retenus par le président américain et par le président de la commission européenne demeurent relativement flous et qu’il n’est pas certain qu’uen conclusion soit rapidement possible. En cause,  notamment la position de la France qui souhaite exclure de cet accord l’activité agricole. L’Allemagne de son côté serait beaucoup plus favorable à un nouveau traité avec l’États-Unis pour ménager son industrie notamment automobile. Pour l’instant la position de la France est de refuser tout traité avec les États-Unis.  ce que craint la France c’est notamment qu’un éventuel accord sur l’agriculture toute contrainte en matière de normes environnementales ou de santé Un dossier supplémentaire qui risque d’empoisonner les relations entre l’Allemagne et la France. Les Etats-Unis pressent  cependant l’Union européenne d’accélérer les négociations commerciales initiées le mois dernier par le sommet entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker à Washington, ont déclaré samedi deux responsables allemands. Les Etats-Unis pressent l’Union européenne d’accélérer les négociations commerciales initiées le mois dernier par le sommet entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker à Washington, ont déclaré samedi deux responsables allemands.

Des économies sur le « pognon de dingue » des prestations sociales

Des économies sur le « pognon de dingue » des prestations sociales

 

 

 Les prestations sociales coûtent un pognon de dingue, c’est ce qu’avait complaisamment déclaré Macron sous l’œil d’uen camera officielle de l’Elysée. Une déclaration presque spontanée ! Macron en tire les conclusions et selon les Echos va réduire certaines prestations en ne les revalorisant pas. En clair, la perte sera de l’ordre de 1.3% si l’on se fie à l’inflation sur un an calculée en juillet. . Bref on va gratter 10 euros par ci, par là à des gens qui touchent 600 à 800 euros. Tout cela parce que Macron s’est planté dans sa politique économique qui a fait chuté la croissance et mécaniquement accru les déséquilibres financiers du budget et autres comptes sociaux. Concernant le RSA (revenu de solidarité active), L’Express a évoqué jeudi une lettre de la ministre de la Santé Agnès Buzyn datant de juillet et dans laquelle elle s’oppose à un gel de cette prestation. « Je souhaite que le revenu de solidarité active soit exclu de la liste des prestations sociales dont l’évolution ne suivra pas celle des prix à la consommation », a-t-elle écrit. Ses arguments: l’ »économie modeste » que cela représenterait – « 135 millions d’euros en 2019 et 180 millions en 2020″ -, le fait que « l’intégralité de ces économies profitera(it) aux départements qui sont aujourd’hui financeurs de la prestation » et le fait que cette mesure serait « difficile à porter » en parallèle du plan pauvreté, attendu à la rentrée.

Le pétrole : yo-yo sur tendance haussière

Le pétrole : yo-yo sur tendance haussière

Le pétrole pourrait faire du yo-yo entre 70 dollars pour le Brent et 75 voire 80 dollars sur une tendance légèrement haussière.  Les cours du pétrole ont ainsi terminé en hausse de quelque 0,8% sur le marché new-yorkais Nymex, commençant la semaine sur une note positive après sept baisses hebdomadaires d’affilée, à la faveur d’un apaisement des craintes concernant une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Le contrat septembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 52 cents, soit 0,79%, à 66,43 dollars le baril. Au moment de la clôture du Nymex, le Brent prenait 28 cents (+0,39%) à 72,11 dollars. Le Brent a accusé la semaine dernière un troisième repli hebdomadaire de suite en raison de la perspective de voir les tensions entre Pékin et Washington entraîner un ralentissement de la croissance mondiale et, partant, de la demande pour l’or noir. Une délégation chinoise menée par le vice-ministre du Commerce, Wang Shouwen, se rendra aux Etats-Unis pour des négociations commerciales à la fin du mois d’août, des pourparlers organisés à l’initiative des Etats-Unis et se tiendront avec le sous-secrétaire américain au Trésor pour les affaires internationales. Par ailleurs, la remise en place de sanctions américaines à l’encontre de l’Iran, troisième plus gros producteur de brut au sein de l’Opep, est également un facteur de soutien des cours.

Aquarius: 60 rescapés sur 255 en France

Aquarius:  60 rescapés sur 255 en France

 

C’est en toute discrétion et après beaucoup de palabres que les derniers rescapés de l’Aquarius ont été répartis sur différents pays européens. Il a fallu d’abord se mettre d’accord pour désigner un port acceptant le navire. Ce sera à Malte. Ensuite de subtiles négociations sont intervenues entre les différents pays. En général il s’agissait de montrer à la fois la générosité des pays d’accueil mais de manière suffisamment discrète pour ne pas soulever le mécontentement des populations en désaccord avec cette politique d’immigration. Un exercice très difficile. Aucune fanfaronnade, aucun tweet sur un sujet il y a suffisamment plus de voix à perdre qu’à gagner-  Le gouvernement maltais a fait état d’un accord entre la France, Malte et un certain nombre d’Etats membres de l’Union européenne, pour se partager “les responsabilités en regard des migrants secourus à bord de l’Aquarius”. Malte doit servir de base logistique après l’accueil du navire, afin que les 141 migrants soient répartis entre la France, l’Allemagne, le Luxembourg, le Portugal et l’Espagne. L’Espagne devrait recueillir 60 migrants et le Portugal, 30, précise l’Elysée. L’accord concerne aussi une partie des 114 personnes secourues lundi en mer par les autorités maltaises, a précisé le gouvernement maltais.

Alerte sur le pétrole ?

Alerte sur le pétrole ?

Ce n’est pas encore la crise et rien n’indique que le pétrole va s’envoler vers les 100 $ le baril. Par contre forcé constaté que les conséquences sont importantes pour le consommateur qui utilise du carburant ou du fioul. Le pétrole qui il y a quelques mois se situer à 50 $ le baril tourne autour aujourd’hui de 75 $ avec des mouvements de yo-yo. Le contrat septembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu hier 2,36 dollars, soit 3,41%, à 66,81 dollars le baril. Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 2,39 dollars (-3,2%) à 72,26 dollars. Pour les mois à venir, les cours devraient se maintenir autour de 75 $ et en tout cas ne pas dépasser 80 $ compte tenu de l’état de la demande caractérisée par un certain tassement de la croissance au plan mondial. Reste qu’en France les automobilistes ont subi une double punition. Une punition qui s’est traduite par une augmentation de 0,10 € le litre de carburant en raison de la hausse du pétrole auxquels il faut ajouter encore 0,10 € du fait de la hausse de la fiscalité. Une augmentation très conséquente qui a amputé le pouvoir d’achat des ménages et par répercussion a pratiquement tué la consommation des ménages. Pas étonnant que la croissance soit pratiquement nulle au cours du premier semestre.

Droit d’auteur sur internet: une forme de censure

Droit d’auteur sur internet: une forme de censure

La cour de justice européenne reconnaît le droit d’auteur des photographies. En clair, elle interdit la reproduction sans accord de l’auteur. Certes on comprend que des œuvres intellectuelles et artistiques doivent être protégées mais systématiser cette protection pour toutes les productions relève de la censure. En effet, si cela concerne pour l’instant la photographie, cette décision pourrait être éventuellement étendue à l’information écrite. On pourra toujours démontrer qu’un article s’est inspiré d’un auteur. Cela va évidemment à l’encontre de la liberté initiale d’Internet non seulement maintenant confisquée par les grandes plates-formes mais aussi par des intérêts mercantiles. Cet arrêt pourrait marquer le début d’une vaste série de recours.
Les juges européens étaient saisis par la justice allemande d’un contentieux entre un photographe et les autorités régionales du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. Le photographe, Dirk Renckhoff, avait autorisé un site consacré aux voyages à publier une de ses photos de la ville de Cordoue. Une lycéenne l’a téléchargée à partir de ce site (où il était librement accessible) pour illustrer un exposé. La photo a ensuite été reproduite sur le site internet de son établissement scolaire sans autorisation de son auteur. Dans son arrêt rendu mardi, la Cour européenne juge que “la mise en ligne sur un site internet d’une photographie librement accessible sur un autre site internet avec l’autorisation de l’auteur nécessite une nouvelle autorisation de cet auteur. . Une conception qu’on peut défendre pour des productions vraiment artistiques mais qui pour les autres laissent dégager une forte odeur de corporatisme et d’argent.

Guerre commerciale : la chine taxe sur 16 milliards

guerre commerciale : la chine taxe sur 16 milliards

Réponse du berger à la bergère les chinois pénalisent aussi le commerce américain. Les Etats unis qui ont décidé de taxer 50 milliards d’imports chinois (sur un total de 500 milliards) subiront eux aussi une imposition des exports à destination de la Chine pour un montant de 16 Milliards. Le ministère chinois du Commerce a annoncé mercredi qu’il imposait des droits de douane de 25% sur 16 milliards de dollars (13,8 milliards d’euros) de produits américains en représailles à une mesure similaire prise par les Etats-Unis sur des produits chinois. La mesure prendra effet le 23 août et portera sur une liste de 333 produits américains dont le charbon, le diesel, des produits sidérurgiques ainsi que certaines automobiles, des marques de bicyclettes et des équipements médicaux. Le ministère chinois du Commerce explique que cette décision intervient en réponse à la décision de Washington de taxer à hauteur de 25% une seconde tranche de produits chinois à partir du 23 août. L’administration américaine a annoncé mardi qu’elle finalisait cette seconde tranche de produits chinois soumis à des taxes douanières qui vient s’ajouter à une première tranche portant de 34 milliards de dollars de biens Made in China taxés depuis le 6 juillet. Ces deux tranches représentent au total les 50 milliards de dollars d’importations en provenance de Chine dont Donald Trump avait annoncé le 15 juin qu’elles seraient frappées par des droits de douane de 25%.

Alerte sur internet (Tim Berners-Lee)

Alerte sur internet (Tim Berners-Lee)

 

 L’informaticien, inventeur internet a lancé à plusieurs reprises de véritables cris d’alerte sur les dérives du Web qui d’outil d’émancipation est en train de devenir un instrument d’aliénation  du fait des grandes plate-formes marchandes.  

 

« Le Web auquel beaucoup se connectaient il y a des années n’est plus celui que les nouveaux utilisateurs trouveront aujourd’hui. Ce qui était autrefois une riche sélection de blogs et de sites Internet a été comprimé sous le lourd poids de quelques plateformes dominantes. Ces plateformes sont capables de verrouiller leur position en créant des barrières pour les concurrents, […] achètent de nouvelles innovations et embauchent les meilleurs talents de l’industrie. »En cause les Gafam et autres,

Google, Facebook et Amazon etc. c’est bien de vous qu’on parle : votre obsession du monopole est en train de tuer Internet et sa sacro-sainte hétérogénéité au profit d’une autre entité, bien plus lugubre et dominatrice. Berners-Lee préconise la mise en place d’un cadre de régulation, « tenant compte des objectifs sociaux », impulsé par les gouvernements. En d’autres termes, que les pouvoirs publics trouvent des moyens pour obliger les géants du Web à se concentrer un peu plus sur le bien-être de leurs utilisateurs, alors qu’ils « ont été conçus pour maximiser les profits plus que pour maximiser le bien social ». Dans l’Union européenne, par exemple, des mesures comme le droit à l’oubli numérique, la nouvelle directive RGPD qui réglemente les libertés individuelles en ligne, ou les mesures coercitives de modération des contenus offensants, sont des initiatives à pérenniser pour garder un semblant de contrôle sur ces conglomérats, quand l’impact de leurs algorithmes opaques est de plus en plus important dans nos sociétés tant pour la marchandisation des biens et services  que pour la formation des idées et des comportements.

Impôt sur la fortune: 1 milliard au lieu de 4

Impôt sur la fortune: 1 milliard au lieu de 4

 

 

 

Bonne nouvelle titre un journal économique : l’impôt sur la fortune va rapporter 1 milliard au lieu de 800 000 € prévus. C’est évidemment oublié que l’impôt sur la fortune ne porte désormais que sur l’immobilier et que cet impôt a  rapporté précédemment 4 milliards. Bref en clair, Macron a fait un petit cadeau de 3 milliards au fortunés sous le prétexte que cette retourne fiscale devrait alimenter l’investissement productif. Or la suppression de l’ancien un impôt sur la fortune n’a été assorti d’aucune condition. De sorte qu’une grande partie des 3 milliards seront investis dans la spéculation qui n’apporte rien à la croissance (exemples : spéculation sur les cours de matières premières, sur les taux ou encore sur les devises). Pour Macon c’est un peu un renvoi d’ascenseur puisque ce sont surtout les milieux financiers qui l’ont porté à  l’Élysée ;  pas étonnant que Macron traîne avec lui cette étiquette de président des riches. Notons enfin que les plus fortunés ont rarement un patrimoine immobilier important. Souvent rien ne leur appartient et l’immobilier, quand ils en possèdent, est noyé dans des sociétés écrans.

 

Magouilles sur l’éventuel accord entre l’union européenne et les États-Unis

  • Magouilles sur l’éventuel accord entre l’union européenne et les États-Unis

 

 

Il fallait  s’attendre à cette confusion sur  les éléments de négociation d’un éventuel accord entre les États-Unis et l’union européenne. Pas tellement étonnant puisque ces négociations ont  été entamés par Trame d’une part et par Juncker, le sulfureux président de la commission européenne. Il semblerait que Juncker ait surtout défendu notamment les intérêts allemands et accepté que l’agriculture figure dans sa futur traité ; ce que refuse délibérément la France. Du coup,  officiellement les autorités européennes estiment maintenant qu’il n’a pas été question que l’agriculture soit intégrée dans le futur accord mais à l’inverse les autorités  américaines affirment, elles,  que l’agriculture fera bien partie des négociations commerciales.   »Même s’ils préfèrent que l’agriculture soit en dehors (des discussions), il est tout à fait dans notre intérêt d’aborder cette question avec l’UE, en particulier sur les barrières non-tarifaires qu’ils continuent de mettre en place », a déclaré le ministre américain, Sonny Perdue.

Un responsable européen avait assuré la semaine dernière que l’agriculture ne faisait pas partie de l’accord conclu entre le président américain, Donald Trump, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Mais M. Perdue a affirmé lundi: « franchement, ce n’est pas ce que nous entendons ».

Moins de monde sur le tour de France

Moins de monde sur le tour de France

D’une manière générale, le tour de France a été moins suivi que l’année précédente aussi bien sur le terrain qu’à la télévision. Il faut sans doute voir la l’écrasante supériorité de l’équipe Skype qui de puis des années trust les titres. L’équipe Skype dispose de moyens financiers sans commune mesure avec les autres équipes. Il y a aussi les soupçons de dopage de Fromm par ailleurs largement sifflé tout au long du tour. Pour la victoire finale, le suspense est réduit à pas grand-chose. Sans doute faut-il prendre en compte aussi la difficulté des  coureurs français depuis des années a vraiment brillé. Peut-être les affaires sous-jacentes de dopage ont-elles  aussi terni l’image d’un événement qui demeure cependant populaire. On sait qu’en France les contrats les contrôles antidopage sont particulièrement rigoureux alors qu’ils sont notoirement plus laxistes dans certains autres pays. France Télévisions proposait pour la deuxième année consécutive de suivre en intégralité les 21 étapes du Tour, regardées par plus de 33 millions de téléspectateurs cumulés sur France 2 et France 3 entre le 7 et le 29 juillet, contre 37 millions l’an dernier du 1er au 23 juillet. Sur France 2, la Grande Boucle a réuni en moyenne 3,3 millions de téléspectateurs, soit 35,2% de part d’audience, un niveau élevé mais en baisse par rapport à 2017 (3,8 millions de téléspectateurs et 38,4% de pda).

Sur France 3, la compétition cycliste a rassemblé en moyenne 2,1 millions de téléspectateurs, soit 19,7% de pda, également  en baisse par rapport à l’édition 2017 (2,3 millions de téléspectateurs et 21,3% de pda). Sur l’ensemble du Tour, les étapes de montagne ont réalisé une meilleure part d’audience qu’en 2017 (37,5% sur les deux chaînes), France 2 et France 3 se plaçant en tête des audiences sur l’ensemble des directs lors de ces étapes, souligne le groupe. Les victoires françaises d’étape ont également séduit les téléspectateurs, comme celle de Julian Alaphilippe qui a passé la ligne d’arrivée devant plus de 5,1 millions téléspectateurs sur France 2 le 24 juillet. L’offre numérique Francetv Sport a de son côté enregistré 8,5 millions de visites et 41 millions de vidéos ont été visionnées.

 

12345...27



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol