Archive pour le Tag '20%'

Inflation Russie: Plus 20 % sur l’alimentaire

Inflation Russie:Plus 20 % sur l’alimentaire

 

L’inflation, qui s’envole en Russie depuis des mois, a encore accéléré en avril, atteignant 17,8% sur un an, selon les données de l’agence de statistiques Rosstat publiées vendredi, un niveau jamais vu depuis 2002.

À. Les produits de base sont parmi les plus touchés: les céréales (+35,5%), les pâtes (+29,6%), le beurre (+26,1%) et les fruits et légumes (+33,0%). Les prix du matériel audiovisuel, comme les télévisions, ont progressé de 22,7%, tandis que les pris des matériaux de construction ont augmenté de 27,5%. Par rapport au mois de mars de cette année, les prix ont progressé de 1,6% en avril.

Sur l’ensemble de l’année 2022, l’inflation annuelle pourrait atteindre 23%, avant de ralentir l’année prochaine et de revenir à l’objectif de 4% en 2024, selon la Banque centrale russe. L’inflation, galopante depuis des mois, est liée à la reprise post-pandémie et à la flambée des prix des matières premières, auxquelles s’ajoutent désormais les sanctions occidentales contre la Russie et leur lot de perturbations de la logistique. La hausse de prix mine le pouvoir d’achat des Russes, qui ont peu d’épargne, et s’avère un casse-tête pour les autorités, qui ont tenté des mesures de contrôle des prix controversées.

La Banque centrale a drastiquement augmenté son taux à 20% dans la foulée des premières sanctions après l’entrée des troupes russes en Ukraine fin février, avant de commencer une baisse graduelle. Il est actuellement à 14%

Economie, politique, société: les plus lus (20 avril 2022- 7h20)

Poutine un jour devant la justice internationale ?

Covid France 20 février 2022 : baisse mais encore 76 638 cas en 24 heures

  • Covid France 20 février 2022 : baisse mais encore 76 638 cas en 24 heures 
  • 7.052.362 cas de contaminations au total dont au moins +76.638 ces dernières 24h. On recense ce samedi 19 février 2022, +148 morts en 24h soit 136.594 au total. Le nombre total de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.002 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 108.592 (+148 en 24h). 53.105.746 personnes sont totalement vaccinées contre la covid-19 en France.

covid France 20 Janvier 2022: Encore 436 167 cas en 24 heures

Covid France 20 Janvier 2022: Encore 436 167 cas en 24 heures 
La  France enregistre +231 morts supplémentaires au total. On recense ce mercredi 19 janvier 2022, 127.869 morts au total et +436.167 nouveaux cas confirmés en 24h.

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 15.175.464 cas confirmés soit +436.167 en 24h.

On recense ce mercredi 19 janvier 2022 : 127.869 morts au total, +231 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.299 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 100.570 (+231 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,27 le taux d’incidence à 3.098,19 et la tension hospitalière à 76,2 %. Le taux de positivité est à 25,4 %.

La France compte actuellement 27.230 (+704) personnes hospitalisées et 3.852 (-29) malades en réanimation.

bilan des régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 7.409 (+219) hospitalisées, 955 (-14) en réanimation et +65 décès en 24h
  • Grand Est : 1.922 (+61) hospitalisés, 263 (-12) en réanimation et +18 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.856 (+77) hospitalisés, 274 (+1) en réanimation et +14 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 3.497 (+40) hospitalisés, 486 (-14) en réanimation et +35 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.937 (+2) hospitalisé, 479 (+7) en réanimation et +19 décès en 24h
  • Bretagne: 806 (+49) hospitalisés, 89 (-7) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Normandie : 1.282 (+24) hospitalisés, 129 (-2) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.502 (+34) hospitalisés, 237 (-1) en réanimation et +16 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 830 (+42) hospitalisés, 104 (+1) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Occitanie: 2.118 (+63) hospitalisés, , 371 (+1) en réanimation et +15 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 807 (+10) hospitalisés, 114 (-4) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 1.101 (+61) hospitalisés, 161 (+5) en réanimation et +5 décès en 24h

Fonctionnaires : 1 million en plus sur un peu plus de 20 ans

Fonctionnaires : 1 million en plus sur un peu plus de 20 ans

 

Emmanuel Macron avait lui-même promis de réduire le nombre de fonctionnaires de 150 000 ; résultat : le nombre a encore augmenté comme depuis des années; ainsi depuis 1997; on a créé plus d’un million d’emplois de fonctionnaires supplémentaires.  De quoi mieux comprendre pourquoi la France est enlisée à la fois dans la bureaucratie mais aussi dans la dérive budgétaire.

Certes des fonctionnaires sont utiles dans des missions d’intérêt général mais on comprend mal que certains soient employés dans des tâches qui peuvent relever du secteur privé dans des conditions économiques beaucoup  moins coûteuses. Du coup, ces fonctionnaires sont mal payés, mal considérés et globalement assez inefficaces. Dans certains domaines on est même en situation de prolétarisation comme dans l’école.

La France est surtout victime d’une grande confusion entre les missions régaliennes, leurs conditions d’exécution et le statut des personnels. Du coup certains dans le privé  ( transports scolaires par exemple)  exécutent des tâches d’intérêt réellement régional tandis que d’autres, comme les hordes de jardiniers qui plantent des pâquerettes dans les massifs municipaux exécutent des tâches qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’intérêt général.

Dans le détail,  les effectifs de la fonction publique d’État (2.524.000 personnes fin 2020) ont augmenté de 6 % de 1997 à 2020, + 154 000. Ceux de la fonction publique territoriale (1.932.000 personnes fin 2020), de 44 %, + 549 000. Et ceux de la fonction publique hospitalière (1.207.000 personnes fin 2020).

Covid France 20 décembre 2021: tendance en augmentation

Covid France 20 décembre 2021: tendance en augmentation 

Dimanche 19 décembre, 48.473 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en 24 heures (très haut niveaux pour un dimanche). Le taux de positivité des tests s’établissait samedi à 6,8 %.

 Les services de réanimation, où le nombre de patients atteints du Covid-19 est reparti à la hausse fin novembre, approchent des 3.000 patients, alors que la moyenne quotidienne des contaminations s’installe au-dessus de 50.000, selon les chiffres publiés dimanche par Santé publique France. Ces services de soins critiques, où sont traités les cas les plus graves, comptaient dimanche 2.936 patients, contre 2.933 la veille. Il y a eu 91 admissions en 24 heures.En 24 heures, 75 personnes ont succombé au Covid à l’hôpital. Le bilan total s’élève à 121.493 morts depuis le début de l’épidémie.

Covid France 20 novembre 21 : toujours en hausse avec 22 678 cas

Covid France 20 novembre 21  : toujours en hausse avec 22 678 cas

 

Toujours la hausse pour la France avec 22 678 cas en 24 heures ( il y a environ un mois la France était seulement sur une moyenne de 5000 cas). Une hausse moins fulgurante que dans d’autres pays comme en Allemagne, en Autriche ou au Royaume-Uni pour l’instant. Toutefois sur la tendance, la France pourrait atteindre facilement les 50 000 cas d’ici un mois. On recense ce samedi 20 novembre 2021 118.428 morts au total,+23 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 26.908 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 91.520 (+23 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,34 le taux d’incidence à 143,88 et la tension hospitalière à 26,4 %. Le taux de positivité est à 5,0 %.

La France compte actuellement 7.974 (+34) personnes hospitalisées et 1.333 (-20) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 1.784 (+4) hospitalisées, 297 (-3) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Grand Est : 543 (+9) hospitalisés, 104 (+1) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Hauts de France : 749 (+2) hospitalisés, 109 (-3) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 764 (+26) hospitalisés, 128 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 894 (+6) hospitalisé, 142 (-3) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Bretagne: 289 (-8) hospitalisés, 31 (-1) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Normandie : 386 (+1) hospitalisés, 45 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 619 (-9) hospitalisés, 111 (-1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 341 (-2) hospitalisés, 76 (-1) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Occitanie: 621 (-2) hospitalisés, , 122 (-3) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 305 (0) hospitalisés, 67 (-1) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 234 (+7) hospitalisés, 39 (-1) en réanimation et 0 décès en 24h

Ce samedi 20 novembre 2021, le virus Covid-19 touche 255.226.298 cas confirmés et a fait au total 5.130.437 morts dans le monde.

Vaccination: Seulement 20% de la population des pays pauvres d’ici la fin de l’année

Vaccination: Seulement 20% de la population des pays pauvres d’ici la fin de l’année

l’Alliance du vaccin (Gavi) et l’Organisation mondiale de la santé, est censé permettre à 92 États et territoires défavorisés de recevoir gratuitement des vaccins financés par des nations plus prospères.

Mais Gavi et l’OMS dénoncent régulièrement l’inégalité criante dans l’accès à la vaccination entre les populations des pays pauvres et des pays riches. Dans un communiqué conjoint, ils ont souligné que l’inégalité d’accès reste «inacceptable», avec seulement 20% des habitants des pays à revenu faible et moyen inférieur qui ont reçu une première dose de vaccin, contre 80% dans les pays à revenu élevé et moyen supérieur.

20 % en situation de pauvreté

  • 20 % en situation de pauvreté
  • 20 % des personnes en France seraient en situation de pauvreté devant se contenter de 60 % du revenu médian, soit 1063 euros par mois pour une personne seule en 2018. L’Insee a publié ce mercredi d’autres indicateurs, prenant en compte des critères non monétaires, comme les difficultés matérielles ou les privations, pour objectiver la mesure du phénomène.
  • 13,6 % de la population est pauvre monétairement, 13,1 % l’est au sens de la privation matérielle et sociale: 21 % de la population est pauvre au sens d’au moins un de ces deux critères». Soit une personne sur cinq. Parmi les personnes en situation de privation matérielle et sociale, plus de 9 sur 10 déclarent une insuffisance de ressources, près de 4 sur 10 au moins un retard de paiement et les trois quarts une difficulté de logement.
    • 49 % des 16-29 ans et 39 % des 30-44 ans en situation de privation matérielle et sociale déclarent rencontrer des difficultés pour payer leur loyer ou leurs factures d’électricité.
    • : 68,4 % des personnes vivant dans un ménage dont la personne de référence est au chômage sont pauvres. Le type de ménage est aussi déterminant. Les familles monoparentales sont les plus touchées (41,7 %), devant les personnes en couple avec trois enfants ou plus (32,9 %) et les personnes seules (27,9 %).

À Bruxelles 20 % des lobbys sont américains

À Bruxelles 20 % des lobbys sont américains

D’après une étude, à Bruxelles il y a environ 600 entreprises de lobbying et 20 % sont américaines. Au total elles auraient dépensé de l’ordre de 100 millions sur un an. L’objectif évidemment est de s’immiscer dans les procédures de décision et d’influencer les décideurs européens.

 

Google domine ainsi le classement des dépenses de lobbying avec 5,75 millions d’euros investis, suivi par Facebook (5,5 millions), Microsoft (5,25 millions), Apple (3,5 millions), selon l’étude menée par l’ONG Corporate Europe Observatory (CEO) publiée mardi 31 août. L’autre fait notable est cette année la cinquième place du Chinois Huawei, avec 3 millions d’euros dépensés.

En 6e position se trouve Amazon avec 2,75 millions d’euros, suivi par IBM, Intel, Qualcomm et Vodafone Belgium (ayant dépensé 1,8 million d’euros chacun). Au total, 20% des entreprises pratiquants le lobbying à Bruxelles sont basées aux Etats-Unis, selon cette étude qui précise que les firmes se regroupent parfois sous le statut d’autres entités, telles des associations, pour porter leurs intérêts auprès des décideurs.

Covid Etats-Unis : campagne de rappel du vaccin à partir du 20 septembre …. et en France ?

  • Covid  Etats-Unis : campagne de rappel du vaccin à partir du 20 septembre …. et en France ?

 

Alors que le président français a annoncé la perspective d’un rappel du vaccin mais sans date précise, les Américains, eux, décident que ce rappel aura lieu à partir du 20 septembre. «Les données disponibles montrent clairement que la protection contre l’infection au SARS-CoV-2 commence à baisser avec le temps après les premières doses de vaccin», ont justifié dans un communiqué commun de hauts responsables, dont la directrice des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) Rochelle Walensky et la cheffe par intérim de l’Agence américaine des médicaments (FDA) Janet Woodcock.

 

Pour l’instant des scientifiques français ne s’exprime guère sur le sujet par ailleurs controversé par l’agence européenne de la santé et les politiques comme d’habitude se réfugie derrière deux vagues promesses mais sans décision et modalités précises.

Vaccin de Moderna : 20 milliards de dollars de revenus

 Vaccin de Moderna : 20 milliards de dollars de revenus

On comprend évidemment que les laboratoires , appuyés par les principaux grands Etats, s’opposent à la levée sur les brevets des vaccins Covid. En effet, ils réalisent  des Chiffre d’affaires et des profits records. Après Pfizer, c’est au tour de Moderna d’annoncer des revenus records de plus de 20 milliards en 2021.

La biotech américaine revoit à la hausse les revenus issus des contrats de vente de son vaccin à base d’ARN messager. Il devrait lui rapporter 20 milliards de dollars en 2021, contre 19,2 milliards annoncés précédemment. Moderna a déjà écoulé toutes ses doses de l’année et signé pour 12 milliards de contrats en 2022.

CAC 40 : en hausse 20 % depuis le début de l’année

CAC 40 : en hausse  20 % depuis le début de l’année

 

Le CAC 40 affiche une progression étonnante de 20 % depuis le début de l’année cela moins en raison du résultat des entreprises que de la perfusion de masses de liquidités déversées par les banques centrales. Des liquidités qui compte  tenu des taux proches de zéro s’investit surtout en bourse et beaucoup moins en obligations. La question est évidemment de savoir si cette situation va durer. En effet globalement la rentabilité des entreprises est loin d’avoir atteint ce taux de 20 %. Il y a d’ailleurs beaucoup de dispersions dans cette évolution de la situation financière des entreprises selon leurs activités.

La banque centrale européenne, comme d’ailleurs nombre d’autres banques centrales comme la Fed,  inonde l’économie  de milliards supposés soutenir l’activité. Mais nombre de ces sommes n’atterrissent pas sur le terrain concret de l’économie mais dans les canaux bancaires et financiers qui préfèrent spéculer plutôt que de soutenir des entreprises dont certaines à l’avenir douteux en tout cas fragiles.

La réalité économique en France c’est que la croissance au second trimestre n’a atteint que 0,9 % (après 0 % au premier trimestre) qu’on peut espérer une croissance de 4 à 5 % en 2021 mais qu’on sera encore en dessous du niveau de 2019. Globalement la situation financière des entreprises est loin d’être reluisante mais il y a longtemps que la bourse n’est plus corrélée avec la situation économique réelle.

Attentat raté près de Notre-Dame de Paris : 30 ans de réclusion est une période de sûreté de 20 ans

Attentat raté près de Notre-Dame de Paris : 30 ans de réclusion est une période de sûreté de 20 ans

 

Effet de mode, jugement de circonstance, pression de l’opinion ?  En tout cas cette fois, la justice a eu la main lourde non seulement en confirmant les 30 ans de réclusion pour la principale accusée mais en l’assortissant d’une période de sûreté de 20 ans. Bref la justice « indépendante » évolue aussi en fonction du sentiment de la sécurité. À comparer quand même au verdict particulièrement bienveillant concernant le meurtre d’un militant de gauche par deux skinheads. En faite les meurtriers feront tout au plus deux à quatre ans de prison.

 

Lors du premier procès concernant le projet d’attentat près de Notre-Dame de Paris, qui s’était tenu en septembre-octobre 2019, la jeune femme avait été condamnée à trente ans de réclusion. Les sept autres accusés, cinq femmes et deux hommes, avaient écopé de peines allant de trois ans de prison avec sursis à la réclusion criminelle à perpétuité. Seuls Inès Madani et un jeune homme nommé Mohamed Lamine Aberouz avaient fait appel et étaient donc rejugés en ce printemps 2021.

Inès Madani, âgée de 19 ans à l’époque, a reconnu les faits lors de ses deux procès, mais n’en a pas assumé toute la responsabilité, mettant en cause une autre femme, Ornella Gilligmann. Celle-ci, qui renvoyait de son côté la faute sur Inès Madani, a été condamnée à 25 ans de réclusion en première instance et n’a pas fait appel. Ce deuxième procès n’a pas permis d’en savoir plus sur le rôle exact de chacune. Ce qui n’a pas empêché la justice de punir sévèrement les deux jeunes femmes.

Pour une augmentation de 20% des salaires ¸(Guillaume Peltier)

Pour une augmentation de 20% des salaires ¸(Guillaume Peltier)

 

 

Une proposition qui va sans doute surprendre à gauche mais aussi à droite. Sans doute une proposition qui s’inspire des mesures de relance sociale des États-Unis. Peut-être aussi une proposition qui tient compte des perspectives de renaissance d’un inflation incontournable compte tenu notamment de l’envolée de toute les matières premières et du prix de certains composants nécessaires à l’industrie.

 

La question que soulève surtout cette proposition est celle de son financement qui serait à assurer indirectement par une taxation des transactions financières pouvant apporter jusqu’à 500 milliards voir au-delà. Des ressources qui viendraient compenser l’allégement de certaines cotisations sociales.

 

Cette mesure ne coûterait donc rien, selon Guillaume Peltier, «pas un centime de plus». «Les 490 milliards d’euros de la protection sociale seront intégralement financés par un micro-prélèvement de 2 % sur les transactions financières et les paiements électroniques, qui rapporterait 540 milliards d’euros par an à l’État», affirme-t-il, évoquant «une révolution pour les milieux de cordée et les travailleurs de première ligne, dont les salaires sont trop bas».

 

En même temps, M. Peltier prône une «règle d’or budgétaire » de «zéro déficit à l’horizon 2030». «Nous réduirons de 100 milliards d’euros les dépenses publiques », notamment avec la mise en place d’une carte Vitale biométrique «pour lutter contre les fraudes sociales». Il envisage aussi d’économiser 15 milliards sur «les retraites et les abus des arrêts maladie» et «10 milliards sur l’immigration».

 

Concernant les retraites, M. Peltier veut que «chacun cotise quarante-quatre ans sans âge légal couperet», avec une décote pour les métiers pénibles. Sur l’immigration, il propose d’organiser un référendum portant sur cinq questions, «dont la suspension de l’immigration – à l’exception des réfugiés politiques et des étudiants – et le conditionnement de l’accès aux aides sociales à cinq années de travail et de résidence en France».

 

A «l’inverse d’Emmanuel Macron», M. Peltier estime qu’il faut à la France «un président courageux, venu des provinces». Lui-même promet d’être «au service de notre futur candidat». En clair un appel net pour Xavier Bertrand.

 

Des propositions dans le chiffrage demeurent cependant encore flous surtout concernant la fiscalité sur les transactions financières et les paiements électroniques qui pourront difficilement se passer d’un accord international d’ailleurs en cours. L’idée cependant d’une relance du pouvoir d’achat paraît intéressante pour relancer une économie balbutiante sous réserve évidemment de ne pas mettre en cause la compétitivité déjà très faible du pays

COVID-19: crise au sommet vers le 20 avril ?

COVID-19: crise au sommet vers le 20 avril ?

Peut-être pour se racheter de la polémique récente avec le gouvernement concernant la situation dramatique des réanimations, l’AP–HP de Martin Hirsch fait le dos rond et rejoint les prévisions du pouvoir sur un pic possible de la crise sanitaire le 20 avril.

En fait, des hypothèses très fragiles si l’on se réfère à tous ceux depuis des semaines voire des mois avait pronostiqué un plateau pour les contaminations et non une troisième vague.

Visiblement Martin Hirsch a voulu se réhabiliter auprès du gouvernement avec des propos relativement rassurants. «L’application de mesures restrictives supplémentaires (…) nous permet, pour la première fois, de projeter un tournant, avec des hypothèses qui restent fragiles», a déclaré le patron d’AP-HP, Martin Hirsch, dans un courriel adressé au personnel.

«L’hypothèse centrale est que la deuxième vague culmine vers le 20 avril, alors qu’en région parisienne, nous aurions un peu moins de 2 000 patients en réanimation», a-t-il déclaré.

En début de mois, juste après que le président Emmanuel Macron a ordonné à la France de procéder à son troisième verrouillage national, le ministre de la Santé Olivier Veran a déclaré que le pic de l’USI, au niveau national, devrait être atteint fin avril.

Les nouvelles infections quotidiennes au COVID-19 en France ont doublé depuis février pour atteindre en moyenne entre 35 000 et 40 000. Le nombre de patients atteints de COVID-19 en soins intensifs atteint un niveau record de 5 705 depuis près d’un an.

FACEBOOK : piratage de 20 MILLIONS DE FRANÇAIS

FACEBOOK : piratage de 20 MILLIONS DE FRANÇAIS

Un immense piratage des numéros de téléphone de près de la moitié des utilisateurs de Facebook en France. Des listes de téléphones qui seront vendus à prix d’or pour le démarchage commercial. La moitié des 40 millions d’utilisateurs français de Facebook sont touchés: comme le révèle le chercheur en cybersécurité Alon Gal, les numéros de téléphone de 533 millions d’utilisateurs du réseau social – qui en compte près de trois milliards dans le monde – sont désormais librement accessibles sur le Web. La fuite de données, l’une des plus graves ayant touché la multinationale, avait été découverte en janvier dernier.

Avant la mise à disposition gratuite du fichier sur des forums de hackers, les numéros de téléphone pouvaient être achetés par le biais de la messagerie russe Telegram. Cette nouvelle étape devrait faire prendre une autre ampleur à la diffusion de ces données, désormais facilitée.

En plus des numéros de téléphone, la fuite concerne l’identifiant Facebook des victimes, permettant de faire le lien avec leur profil. Autant d’informations sensibles qui pourraient être utilisées par des personnes peu scrupuleuses pour du démarchage téléphonique, mais aussi des tentatives d’escroquerie en ligne. La fuite est qualifiée de “négligence absolue” par Alon Gal, sur son compte Twitter.

En plus de la France, d’autres pays européens sont particulièrement concernés, avec 36 millions de victimes en Italie, 11 millions en Espagne ou encore 6 millions en Allemagne. Aux États-Unis, 32 millions de personnes sont touchées.

Toujours sur Twitter, une cadre de Facebook rappelle que la fuite de données est liée à une faille de sécurité qui a été corrigée en 2019, sans toutefois que n’ait pu être empêchée cette collecte massive par les hackers.

Variant britannique « 20 à 25% des cas … pour l’instant

Variant britannique « 20 à 25% des cas … pour l’instant

Olivier Véran a estimé que le variant britannique représentait désormais « 20 à 25% » des cas de Covid-19 en France. Sa diffusion n’est toutefois « pas inéluctable », a-t-il ajouté. Les variants brésiliens et sud-africains représentent quant à eux environ 4% des cas de Covid-19 enregistrés dans l’Hexagone.

Le ministre a par ailleurs défendu les moyens de diagnostic dont la France est dotée, annonçant la généralisation prochaine des « PCR multiplexes », un séquençage accéléré qui permettra de repérer rapidement les cas de Covid-19 correspondant à l’un des variants.

VARIANT ANGLAIS : PRESQUE 20 % EN ÎLE-DE-FRANCE

VARIANT ANGLAIS : PRESQUE 20 % EN ÎLE-DE-FRANCE

Le variant anglais ne représentait qu’autour de 1 %début janvier maintenant il tournerait autour de 20 % et pourrait atteindre rapidement 40 à 60 % d’ici mars. De quoi craindre une envolée exponentielle de la pandémie. « Une étude flash a été faite aujourd’hui en collaboration avec le centre national de référence et les autorités sanitaires, a indiqué Jonas Amzalag, biologiste aux laboratoires Biogroup, ce mercredi soir sur BFMTV. Les chiffres ne sont pas encore tous arrêtés mais sur 1700 prélèvements, on est déjà à plus de 17% de suspicions. »

Les cas suspects, souligne l’intéressé, font ensuite l’objet d’un séquençage pour établir un diagnostic définitif. Et « sur l’étude du 7-8 janvier, le taux de confirmation était de 90% », rappelle Jonas Amzalag. « Si on extrapole les 17% de suspicions, on devrait être autour de 15 à 16% de positifs en Île-de-France. »

Ces données s’inscrivent dans une dynamique « de nette augmentation du taux de suspicion » dans la région depuis le début du mois. Le taux de positivité au variant anglais était « de l’ordre de 1% la première semaine de janvier », avant de dépasser « 10% la troisième semaine », a-t-il noté.

Au cours d’une conférence de presse, mardi, différents médecins de l’AP-HP ont fait part de leur inquiétude quant à la diffusion du virus mutant. Avec une souche anglaise « de 40 à 60% plus contagieuse », le Pr Frédéric Batteux, chef du service d’immunologie de l’hôpital Cochin, dit s’attendre à « une augmentation très significative quand ce variant prendra le dessus ».

 

Deutsche Bank : 20 % des agences supprimées

Deutsche Bank : 20 % des agences supprimées

 

 La saignée continue dans le secteur bancaire avec la succession d’annonces de suppressions de postes et de fermeture d’agences. Dernière en date, l’annonce de la Deutsche Bank de supprimer 20 % des agences très rapidement. Le motif principal avancé est celui du changement de comportement des clients qui à l’occasion de la pandémie fréquentent encore moins souvent les établissements bancaires.

 

En France mais partout dans le monde le secteur bancaire fait succéder les plans de réduction d’effectifs au motif d’une part que les postes  des activités d’investissement doivent se réduire en raison de la crise mais que les activités générales, sont affectés d’une part par le traitement numérique des données, les habitudes des consommateurs mais aussi par la moindre rentabilité des banques du fait de la faiblesse des taux d’intérêt.

D’une certaine manière le secteur bancaire connaît à peu près le même phénomène de transformation que l’industrie automobile par exemple.

Deutsche Bank prévoit donc de fermer 20% de ses agences en Allemagne “aussi rapidement que possible” pour tirer parti des changements d’habitude de ses clients pendant la crise du coronavirus, au-delà de ses efforts de réduction des coûts, a dit à Reuters le responsable de son activité de banque de détail dans le pays.

Philipp Gossow a précisé que cette réduction d’environ 500 à 400 du nombre d’agences en Allemagne concernerait essentiellement les centres urbains.

Ces fermetures sont décidées alors que Deutsche Bank est déjà engagée depuis 2019 dans une vaste réorganisation de ses activités internationales après des années de pertes.

Les banques en Allemagne disposent traditionnellement de plus d’agences que dans d’autres pays d’Europe comme les Pays-Bas ou la Grande-Bretagne, où la clientèle est moins réticente à l’utilisation des outils numériques pour la gestion de leurs comptes. Avec la crise du coronavirus et les confinements de population, les banques à travers l’Europe ont engagé une réflexion sur leur présence géographique avec les agences.

Commerzbank, deuxième banque d’Allemagne derrière Deutsche Bank, a récemment annoncé la fermeture de 200 de son millier d’agences. Elle a prévenu qu’elle pourrait en fermer des centaines d’autres.“Le coronavirus a accentué l’évolution de la demande envers les services de conseil et l’activité de détail”, a dit Deutsche Bank.

“Même les clients qui auparavant n’étaient pas très à l’aise avec la banque en ligne effectuent désormais beaucoup de transactions bancaires de base de chez eux, sur leur ordinateur ou leur iPad”, a-t-il ajouté.

Des opérations plus complexes de conseil se déroulent désormais de plus en plus par téléphone ou entretien vidéo, a poursuivi Deutsche Bank qui veut investir dans le développement de ces services pour un montant non précisé.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol