Archive pour le Tag 'deuxième'

Croissance deuxième trimestre : petite hausse …fragile

Croissance deuxième trimestre : petite hausse …fragile

Hausse du PIB de 0,5 % au 2e trimestre, surtout grâce à l’exportation livraison d’un paquebot. Bercy confirme sa prévision d’une croissance de 1 % en 2023.

Une inquiétude toutefois pour l’avenir: la faiblesse de la consommation.

La consommation des ménages a fléchi de 0,4 % au deuxième trimestre, avec un repli marqué de 2,7 % dans l’alimentaire et malgré une relance de 0,9 % sur le mois de juin. Elle recule pour le sixième trimestre de suite, toujours affecté par une inflation à deux chiffres. Dans une publication distincte, l’Insee a toutefois fait état d’un net rebond (2,5 %) de la consommation alimentaire sur le seul mois de juin.

La hausse des prix à la consommation a une nouvelle fois ralenti en juillet, s’établissant à 4,3 % sur un an après avoir atteint 4,5 % en juin et plus de 6 % en début d’année, a également annoncé l’Insee. Cette décélération s’explique à la fois par une moindre augmentation des prix alimentaires (hausse de 12,6 % sur un an, contre 13,7 % en juin) et un recul plus marqué qu’en juin des prix de l’énergie (baisse de 3,8 %, contre 3 % précédemment).

Economie-Croissance deuxième trimestre : petite hausse …fragile

Economie-Croissance deuxième trimestre : petite hausse …fragile

Hausse du PIB de 0,5 % au 2e trimestre, surtout grâce à l’exportation livraison d’un paquebot. Bercy confirme sa prévision d’une croissance de 1 % en 2023.

Une inquiétude toutefois pour l’avenir la faiblesse de la consommation.

La consommation des ménages a fléchi de 0,4 % au deuxième trimestre, avec un repli marqué de 2,7 % dans l’alimentaire et malgré une relance de 0,9 % sur le mois de juin. Elle recule pour le sixième trimestre de suite, toujours affecté par une inflation à deux chiffres. Dans une publication distincte, l’Insee a toutefois fait état d’un net rebond (2,5 %) de la consommation alimentaire sur le seul mois de juin.

La hausse des prix à la consommation a une nouvelle fois ralenti en juillet, s’établissant à 4,3 % sur un an après avoir atteint 4,5 % en juin et plus de 6 % en début d’année, a également annoncé l’Insee. Cette décélération s’explique à la fois par une moindre augmentation des prix alimentaires (hausse de 12,6 % sur un an, contre 13,7 % en juin) et un recul plus marqué qu’en juin des prix de l’énergie (baisse de 3,8 %, contre 3 % précédemment).

Croissance deuxième trimestre : petite hausse

Croissance deuxième trimestre : petite hausse

Hausse du PIB de 0,5 % au 2e trimestre, surtout grâce à l’exportation livraison d’un paquebot. Bercy confirme sa prévision d’une croissance de 1 % en 2023.

Une inquiétude toutefois pour l’avenir la faiblesse de la consommation.

La consommation des ménages a fléchi de 0,4 % au deuxième trimestre, avec un repli marqué de 2,7 % dans l’alimentaire et malgré une relance de 0,9 % sur le mois de juin. Elle recule pour le sixième trimestre de suite, toujours affecté par une inflation à deux chiffres. Dans une publication distincte, l’Insee a toutefois fait état d’un net rebond (2,5 %) de la consommation alimentaire sur le seul mois de juin.

La hausse des prix à la consommation a une nouvelle fois ralenti en juillet, s’établissant à 4,3 % sur un an après avoir atteint 4,5 % en juin et plus de 6 % en début d’année, a également annoncé l’Insee. Cette décélération s’explique à la fois par une moindre augmentation des prix alimentaires (hausse de 12,6 % sur un an, contre 13,7 % en juin) et un recul plus marqué qu’en juin des prix de l’énergie (baisse de 3,8 %, contre 3 % précédemment).

Température: Deuxième record mondial en deux jours

température: Deuxième record mondial en deux jours

La journée de mardi a été la plus chaude jamais mesurée au niveau mondial, battant largement le record établi la veille, selon des mesures préliminaires mercredi d’un observatoire météorologique américain, alors que les températures mondiales sont quasi quotidiennement à des niveaux inédits depuis début juin. Pendant la journée du 4 juillet, la température moyenne de l’air à la surface de la planète a été mesurée à 17,18°C par un organisme dépendant de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), qui n’a cependant pas encore donné de confirmation officielle pour cette journée.

Cette mesure dépasse nettement les 17,01°C mesurés lundi et qui battaient déjà avec une marge significative le record journalier précédent (16,92°C) établi le 14 août 2016 et répété le 24 juillet 2022, selon ces données produites par un modèle des National Centers for Environmental Prediction du NOAA, et mises en lignes par des chercheurs de l’université du Maine. Ces données remontent jusqu’à 1979. La température de l’air, qui oscille entre environ 12°C et 17°C de moyenne journalière au cours de l’année, était en moyenne de 16,20°C début juillet entre 1979 et 2000 selon ce système de mesures.

Début juin déjà, les températures moyennes mondiales ont été les plus chaudes jamais enregistrées pour cette période par le service européen Copernicus, battant les précédents records avec une «marge substantielle». Ces observations sont un probable avant-goût du phénomène El Niño- généralement associé à une augmentation des températures mondiales – couplé aux effets du réchauffement climatique provoqué par l’activité humaine.

Activité économique : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

Activité économique : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

L’économie française évite de justesse la récession avec une toute petite croissance de 0,1 % par rapport au premier trimestre. Notons cependant que ce chiffre pourrait bien être rectifié par la suite ! Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) progresserait selon ses prévisions de 0,1% par rapport au premier trimestre, où il avait augmenté de 0,2%. «Mois après mois, l’activité continue de progresser même si c’est sur un rythme modéré», a déclaré jeudi Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international à la Banque de France.

Sur le front des prix, la Banque de France a fait état d’une amélioration, dans un contexte d’inflation qui reste toutefois élevée. Comme le mois précédent déjà dans l’industrie, qui retrouve un rythme de progression des prix comparable à la période pré-Covid, «on voit maintenant aussi une nette inflexion du côté des prix des services», a souligné Olivier Garnier. Les prix ralentissent aussi dans le bâtiment. «Ceci nous conforte dans l’idée que le pic de l’inflation est probablement atteint au cours du deuxième trimestre de cette année, et qu’on devrait voir un ralentissement au cours du second semestre», a-t-il ajouté.

Pour les prix, une première estimation de l’Insee, l’inflation a marqué un net ralentissement en mai en France, bénéficiant d’un sérieux coup de frein dans l’énergie, à l’origine du choc inflationniste mais supplantée depuis par l’alimentation. Les prix ont ainsi continué à augmenter sur un an, de 5,1%, mais moins fortement que les mois précédents (5,9% en avril et 6% en début d’année). Selon la Banque de France, ce relâchement des prix bénéficie notamment de moindres difficultés d’approvisionnement. Dans l’industrie, 23% des entreprises interrogées les mentionnent en mai, contre 28% en avril. La proportion passe de 17% à 15% dans le bâtiment. «Dans beaucoup de secteurs, on est à peu près revenus à la normale», a estimé Olivier Garnier.

Mais si les industriels mentionnent une «nette baisse» des prix des matières premières en mai, ils doutent de pouvoir la répercuter dans son intégralité sur les prix de vente en raison du renchérissement des intrants et des hausses salariales. Ainsi, 5% des industriels disent avoir baissé leurs prix de vente en mai, 10% les ont augmentés et même 13% dans l’agro-alimentaire, secteur accusé par le gouvernement de traîner des pieds pour revoir ses prix à la baisse. Dans les services, 12% des entreprises disent avoir augmenté leur prix, contre 19% en avril.

Les industriels anticipent par ailleurs un nouveau recul de leurs carnets de commandes. Pour l’ensemble de l’année, la Banque de France table toujours sur une croissance du PIB de 0,6%, inférieure à celle prévue par le gouvernement (1%) et bien moindre que les 2,6% enregistrés en 2022.

Économie : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

Économie : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

L’économie française évite de justesse la récession avec une toute petite croissance de 0,1 % par rapport au premier trimestre. Notons cependant que ce chiffre pourrait bien être rectifié par la suite ! Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) progresserait selon ses prévisions de 0,1% par rapport au premier trimestre, où il avait augmenté de 0,2%. «Mois après mois, l’activité continue de progresser même si c’est sur un rythme modéré», a déclaré jeudi Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international à la Banque de France.

Sur le front des prix, la Banque de France a fait état d’une amélioration, dans un contexte d’inflation qui reste toutefois élevée. Comme le mois précédent déjà dans l’industrie, qui retrouve un rythme de progression des prix comparable à la période pré-Covid, «on voit maintenant aussi une nette inflexion du côté des prix des services», a souligné Olivier Garnier. Les prix ralentissent aussi dans le bâtiment. «Ceci nous conforte dans l’idée que le pic de l’inflation est probablement atteint au cours du deuxième trimestre de cette année, et qu’on devrait voir un ralentissement au cours du second semestre», a-t-il ajouté.

Pour les prix, une première estimation de l’Insee, l’inflation a marqué un net ralentissement en mai en France, bénéficiant d’un sérieux coup de frein dans l’énergie, à l’origine du choc inflationniste mais supplantée depuis par l’alimentation. Les prix ont ainsi continué à augmenter sur un an, de 5,1%, mais moins fortement que les mois précédents (5,9% en avril et 6% en début d’année). Selon la Banque de France, ce relâchement des prix bénéficie notamment de moindres difficultés d’approvisionnement. Dans l’industrie, 23% des entreprises interrogées les mentionnent en mai, contre 28% en avril. La proportion passe de 17% à 15% dans le bâtiment. «Dans beaucoup de secteurs, on est à peu près revenus à la normale», a estimé Olivier Garnier.

Mais si les industriels mentionnent une «nette baisse» des prix des matières premières en mai, ils doutent de pouvoir la répercuter dans son intégralité sur les prix de vente en raison du renchérissement des intrants et des hausses salariales. Ainsi, 5% des industriels disent avoir baissé leurs prix de vente en mai, 10% les ont augmentés et même 13% dans l’agro-alimentaire, secteur accusé par le gouvernement de traîner des pieds pour revoir ses prix à la baisse. Dans les services, 12% des entreprises disent avoir augmenté leur prix, contre 19% en avril.

Les industriels anticipent par ailleurs un nouveau recul de leurs carnets de commandes. Pour l’ensemble de l’année, la Banque de France table toujours sur une croissance du PIB de 0,6%, inférieure à celle prévue par le gouvernement (1%) et bien moindre que les 2,6% enregistrés en 2022.

Croissance France : légère augmentation au deuxième trimestre

Croissance France : légère augmentation au deuxième trimestre

Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) serait « en légère hausse » par rapport au premier trimestre où il avait augmenté de 0,2 %.

En avril, l’activité a progressé dans les trois grands secteurs : industrie, services et bâtiment », a indiqué Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international au sein de l’instance en présentant l’enquête mensuelle de conjoncture de La banque de France.

L’activité se stabiliserait ensuite en mai dans les services, tandis que l’industrie et le bâtiment se replieraient, des anticipations attribuables pour partie aux congés plus nombreux. Pour l’ensemble de l’année, la Banque de France table toujours sur une croissance du PIB de 0,6 %, inférieure à celle prévue par le gouvernement (1 %) et bien moindre que celle de 2,6 % enregistrée en 2022.

Contre la réforme des retraites : Deuxième jour des manifestations spontanées

Contre la réforme des retraites : Deuxième jour des manifestations spontanées

On a assisté hier au deuxième jour de manifestations spontanées dans de nombreuses villes en France afin de protester contre la réforme des retraites et en particulier l’utilisation par le pouvoir de l’article 49. Trois qui constituent un passage en force.

Le danger, c’est que le pays s’installe après cette crise politique dans une sorte de chienlit général affectant non seulement le domaine politique mais aussi social voire sociétal.

Jusque-là les syndicats ont réussi à manifester de façon très massive très organisée et très pacifique. Ils n’ont reçu en retour que le mépris pouvoir. Il se pourrait bien qu’à leur ce substitut à cette protestation démocratique des mouvements violents et anarchiques types gilet jaunes qui viendraient à leur très difficile à maîtriser.

À Paris, 4 000 personnes ont manifesté ce vendredi soir sur la place de la Concorde. Un incendie a été allumé sur la place dans la soirée. Les militants ont été dispersés par les forces de l’ordre, après de nombreux face-à-face et des jets de grenades lacrymogènes. À 23h30, 68 personnes avaient été interpellées.

À Lyon (Rhône), une « manifestation sauvage » s’est improvisée dans le centre-ville avec plusieurs centaines de personnes vendredi soir. La mairie du 4e arrondissement (Croix-Rousse) a été attaquée vers 22h45 : caillassages de vitres et porte fracturée. La préfecture confirme l’intrusion et le saccage des locaux. Quatre personnes ont été interpellées. France 3 Rhône-Alpes rapporte aussi des affrontements avec la police, des dégradations de mobiliers urbains et des feux de poubelles dans le centre-ville. La police a tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants autour de l’Hôtel de ville vers 20h30, selon France 3.

À Saint-Étienne (Loire), une centaine de manifestants s’est rassemblée spontanément vendredi soir. La police tentait de les disperser place de l’Hôtel de ville vers 20 heures, rapporte France Bleu Saint-Etienne Loire.

Entre 2 600 personnes, selon la préfecture, et 5 000 selon les syndicats, ont défilé à Rennes (Ille-et-Vilaine) vendredi dans la journée, indique France Bleu Armorique. Vers 23h, les manifestants étaient moins nombreux que les forces de l’ordre dans le centre-ville de Rennes. La soirée s’est déroulée dans le calme.

Montbéliard
Une petite centaine de manifestants a prolongé le rassemblement à Montbéliard (Doubs) vers 19h30, selon France Bleu Belfort Montbéliard.

Bordeaux
À Bordeaux (Gironde), après l’occupation de la gare vendredi midi, plusieurs centaines de manifestants ont défilé dans les rues de la ville pendant la soirée, rapporte France 3 Nouvelle-Aquitaine. Ils étaient 500 selon la police et 1 500 selon les syndicats. Aux alentours de 19h30, une partie du cortège s’est détachée pour une manifestation sauvage, en remontant vers Tauzia, le long des rails du tramway.

Lille
Plusieurs centaines de manifestants se sont mobilisés vendredi soir place de la République à Lille, selon France Bleu Nord. Vers 20 heures, 1 500 opposants à la réforme des retraites se sont rassemblés dans le quartier Porte des Postes, pour protester contre le 49.3. Certains manifestants ont crié des slogans hostiles à la police, selon France 3 Hauts-de-France.

Marseille
À Marseille, 200 personnes se sont rassemblées devant la préfecture, selon la préfecture de police, vendredi en début de soirée. Quelques poubelles ont été renversées et les forces de l’ordre ont reçu des projectiles, avant de disperser les manifestants vers 20 heures.

Dante de nombreuses villes on a constaté des protestations y compris dans des très petites villes.

Revenu: un recul plus important en France qu’ailleurs au deuxième trimestre

Revenu: un recul plus important en France qu’ailleurs au deuxième trimestre

D’une certaine manière, l’OCDE confirme le recul du pouvoir d’achat en France. Un constat facilement compréhensible puisque l’inflation sera de l’ordre de 6 % et que l’augmentation des salaires va tourner autour de 3 %. Soit une perte de 3 % sur l’année.

Le revenu réel (c’est-à-dire en tenant compte de l’inflation) des ménages français, par personne, a reculé au deuxième trimestre, selon l’OCDE. L’organisation internationale chiffre cette baisse à 1,2 % par rapport au trimestre précédent. Soit une perte plus de deux fois plus importante que la moyenne des 38 pays de l’OCDE (sauf le Japon dont les données ne sont pas encore ¬disponibles). En Allemagne, le revenu réel a augmenté de 0,4 %.

Dans l’Hexagone, il avait déjà reculé, de 1,6 %, au premier trimestre, mais sur les trois derniers mois de 2021, il était en progression de 1,2 %. L’ensemble des pays de l’OCDE, en moyenne, a en¬registré son troisième recul trimestriel consécutif.

Recul du revenu plus important en France qu’ailleurs au deuxième trimestre

Recul du revenu plus important en France qu’ailleurs au deuxième trimestre

D’une certaine manière, l’OCDE confirme le recul du pouvoir d’achat en France. Un constat facilement compréhensible puisque l’inflation sera de l’ordre de 6 % et que l’augmentation des salaires va tourner autour de 3 %. Soit une perte de 3 % sur l’année.

Le revenu réel (c’est-à-dire en tenant compte de l’inflation) des ménages français, par personne, a reculé au deuxième trimestre, selon l’OCDE. L’organisation internationale chiffre cette baisse à 1,2 % par rapport au trimestre précédent. Soit une perte plus de deux fois plus importante que la moyenne des 38 pays de l’OCDE (sauf le Japon dont les données ne sont pas encore ¬disponibles). En Allemagne, le revenu réel a augmenté de 0,4 %.

Dans l’Hexagone, il avait déjà reculé, de 1,6 %, au premier trimestre, mais sur les trois derniers mois de 2021, il était en progression de 1,2 %. L’ensemble des pays de l’OCDE, en moyenne, a en¬registré son troisième recul trimestriel consécutif.

Politique-Le deuxième quinquennat de Macron déjà fini ?

Politique-Le deuxième quinquennat de Macron déjà fini ?

 

Plusieurs experts s’interrogent déjà depuis des semaines sur la possibilité pour Macron de terminer son nouveau quinquennat. Cette interrogation trouve une légitimité dans les résultats des législatives. Des résultats qui constituent une véritable catastrophe pour la majorité.

Il est clair que politiquement le pays sera difficilement gouvernable. En effet la seule possibilité de légiférer pour Macron sera de s’allier aux républicains qui vont tirer la politique de la majorité encore davantage à droite. De quoi nourrir l’opposition de l’alliance électorale de Mélenchon. Quant au front national il profitera de la plupart des occasions pour bloquer la politique au risque même d’être en contradiction avec ses propres orientations.

 Les électeurs ont infligé un sérieux revers à Macron en raison notamment de la confusion de ce dernier entre le régime démocratique et le  régime monarchique. Ce résultat est surtout un vote sanction à l’égard d’un président largement détesté dans le pays. On objectera qu’il a été juridiquement élu pour la seconde fois. La raison principale est due à l’absence d’offre politique et de candidats sérieux à droite comme à gauche. Bref, une page du macronisme  se tourne . Macronisme qui par ailleurs pourrait bien disparaître de l’histoire politique compte tenu de ses contradictions, de son flou et de sa réduction finalement à un seul personnage trop immature pour gouverner longtemps le pays. 

Le deuxième quinquennat de Macron déjà fini ?

Le deuxième quinquennat de Macron déjà fini ?

 

Plusieurs experts s’interrogent déjà depuis des semaines sur la possibilité pour Macron de terminer son nouveau quinquennat. Cette interrogation trouve une légitimité dans les résultats des législatives. Des résultats qui constituent une véritable catastrophe pour la majorité.

Il est clair que politiquement le pays sera difficilement gouvernable. En effet la seule possibilité de légiférer pour Macron sera de s’allier aux républicains qui vont tirer la politique de la majorité encore davantage à droite. De quoi nourrir l’opposition de l’alliance électorale de Mélenchon. Quant au front national il profitera de la plupart des occasions pour bloquer la politique au risque même d’être en contradiction avec ses propres orientations.

 Les électeurs ont infligé un sérieux revers à Macron en raison notamment de la confusion de ce dernier entre le régime démocratique et le  régime monarchique. Ce résultat est surtout un vote sanction à l’égard d’un président largement détesté dans le pays. On objectera qu’il a été juridiquement élu pour la seconde fois. La raison principale est due à l’absence d’offre politique et de candidats sérieux à droite comme à gauche. Bref, une page du macronisme  se tourne . Macronisme qui par ailleurs pourrait bien disparaître de l’histoire politique compte tenu de ses contradictions, de son flou et de sa réduction finalement à un seul personnage trop immature pour gouverner longtemps le pays. 

Le deuxième quinquennat de Macron déjà fini

Le deuxième quinquennat de Macron déjà fini

 

Plusieurs experts s’interrogent déjà depuis des semaines sur la possibilité pour Macron de terminer son nouveau quinquennat. Cette interrogation trouve une légitimité dans les résultats des législatives. Des résultats qui constituent une véritable catastrophe pour la majorité.

Il est clair que politiquement le pays sera difficilement gouvernable. En effet la seule possibilité de légiférer pour Macron sera de s’allier aux républicains qui vont tirer la politique de la majorité encore davantage à droite. De quoi nourrir l’opposition de l’alliance électorale de Mélenchon. Quant au front national il profitera de la plupart des occasions pour bloquer la politique au risque même d’être en contradiction avec ses propres orientations.

 Les électeurs ont infligé un sérieux revers à Macron en raison notamment de la confusion de ce dernier entre le régime démocratique et le  régime monarchique. Ce résultat est surtout un vote sanction à l’égard d’un président largement détesté dans le pays. On objectera qu’il a été juridiquement élu pour la seconde fois. La raison principale est due à l’absence d’offre politique et de candidats sérieux à droite comme à gauche. Bref, une page du macronisme  se tourne . Macronisme qui par ailleurs pourrait bien disparaître de l’histoire politique compte tenu de ses contradictions, de son flou et de sa réduction finalement à un seul personnage trop immature pour gouverner longtemps le pays. 

Présidentielle : un deuxième tour plus serré que prévu

Présidentielle : un deuxième tour plus serré que prévu

 

Si Emmanuel Macron reste largement en tête des intentions de votes au premier tour (28%), l’écart se réduit de sept points au second tour entre le président sortant et Marine Le Pen, donnés respectivement à 52,5% et 47,5%, selon un sondage Elabe pour BFMTV et l’Express.

En cause, des résultats d’une politique assez contradictoire de Macron sans parler de certaines affaires qui remontent comme l’affaire McKinsey
.Une somme astronomique, 1 milliard d’euros. Un cabinet de conseil américain. Des accusations d’optimisation fiscale. Des soupçons de collusion. Un «scandale d’État», selon les mots des opposants d’Emmanuel Macron. À dix jours du premier tour de l’élection présidentielle, le candidat redoute l’impact de la polémique sur son image.Et le score au second tour ne paraît pas aussi assuré que précédemment.

 

 

 

Sondage société: la guerre, deuxième préoccupation chez les Français

Sondage société: la guerre, deuxième préoccupation chez les Français

 

Selon un sondage de l’institut Ipsos Sopra Steyria,  si le pouvoir d’achat reste la préoccupation principale des Français (52%), la guerre en Ukraine, déclenchée le 24 février, arrive désormais en deuxième position (33%) devant l’environnement (28%) et le système de santé (26%).

90% des sondés sont «plutôt» ou «très inquiets» de l’impact de la guerre en Ukraine (+ 2 points en une semaine), et 76% le sont face à «un possible conflit nucléaire».

Le président sortant, désormais candidat à sa réélection, est crédité de 30,5% des intentions de vote au premier tour, gagnant quatre points par rapport à la précédente enquête du même institut Ipsos-Sopra-Steria fin février, devant les candidats d’extrême droite Marine Le Pen (14,5%, -1) et Eric Zemmour (13%, -2). Valérie Pécresse poursuit sa chute (11,5, -1), passant derrière le candidat de gauche radicale Jean-Luc Mélenchon (12%, +0,5).

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol