Archive pour le Tag 'un'

La BCE n’exclut pas un risque de récession

La BCE n’exclut pas un risque de récession

La BCE a longtemps a contesté le caractère durable de l’inflation. Devant les réalités, elle consent aujourd’hui à reconnaître un phénomène auquel il faut s’adapter notamment par exemple face  une hausse brutale  du coût de l’argent. De la même manière, la Banque centrale européenne prévoit toujours une croissance en 2023 mais recommande cependant d’étudier le scénario de récession. La BCE invite notamment  les banques de la zone euro à intégrer dans leurs prévisions  un « scénario récessionniste ». La  BCE Évoque également le risque d’une crise du crédit à cause d’une remontée brutale des taux d’intérêt.

La  présidente de la BCE Christine Lagarde disait s’attendre à une croissance de 2,8% en 2022 et 2,1% en 2023. Toutefois, la BCE prend en compte une possible dégradation de l’environnement économique, sur fond d’inflation, de crise énergétique et de guerre en Ukraine.

L’institution basée à Francfort n’exclut pas un arrêt de l’approvisionnement de l’Europe de l’Ouest en gaz russe, sur fond de poursuite voire d’escalade de la guerre en Ukraine. Ce qui mènerait la zone euro à la récession en 2023 dans le plus noir des scénarios. La BCE souhaite que les banques intègrent ces perspectives négatives à leurs prévisions.

Autre grand risque qui plane sur la croissance européenne : la remontée des taux d’intérêt prévue par la BCE,  en théorie bénéfique pour les établissements de crédit, mais qu’une hausse brutale et désordonnée du coût du crédit constituerait un risque potentiel, notamment pour les clients très endettés.

Assemblée nationale : un affrontement inévitable ?

Assemblée nationale : un affrontement inévitable

Le compromis semble étranger à une certaine culture politique française. L’histoire politique montre que celle-ci valorise la confrontation, l’affrontement. Par Philippe Nivet, Université de Picardie Jules Verne (UPJV)

 

À l’issue des élections législatives des 12 et 19 juin 2022, les députés soutenant l’action du président de la République ne sont que 248 à l’Assemblée nationale, élus sous les étiquettes LREM, Modem et Horizons. Ils n’ont donc pas la majorité absolue, celle-ci étant de 289 sièges. Cette Assemblée élue au scrutin majoritaire à deux tours a des allures d’assemblée élue à la proportionnelle.

La situation politique est donc assez exceptionnelle : jusque-là, dans l’histoire de la Ve République, une majorité nette se dégageait toujours à l’issue des élections législatives, soit qu’elle était favorable au président de la République, soit qu’elle ouvrait la voie à une cohabitation (1986, 1993, 1997), marginalisant certes temporairement le président, mais n’empêchant pas l’adoption des textes à l’Assemblée.

Deux précédents sont souvent invoqués comme étant proches de la situation actuelle : celui de 1958 et celui de 1988. En 1958, à l’issue des élections législatives qui précèdent l’élection de Charles de Gaulle à la présidence de la République par le collège des grands électeurs, la nouvelle formation gaulliste, l’Union pour la nouvelle République (UNR), n’a pas la majorité absolue, avec un peu moins de 200 députés sur 465 (en métropole).

En 1988, après la dissolution prononcée par François Mitterrand, qui avait déclaré lors de sa traditionnelle ascension de la roche de Solutré : « Il n’est pas sain qu’un seul parti gouverne… Il faut que d’autres familles d’esprit prennent part au gouvernement de la France », le groupe socialiste n’atteint pas le seuil des 289 élus. Mais ces deux situations sont en fait très différentes.

Alors qu’en 2022 les députés d’opposition manifestent, quelle que soit leur étiquette, un anti-macronisme exacerbé, les élections législatives de 1958 avaient été, au contraire, marquées par le « gaullisme universel ». Des députés se disaient gaullistes, même élus sous une autre étiquette.

Le premier président de la Ve République n’eut donc pas de mal à trouver une majorité, d’abord grâce au soutien de la droite indépendante puis, alors qu’évolue sa politique algérienne, grâce à des voix venues de la gauche. Le 2 février 1960, après la semaine des barricades, les députés de gauche (sauf les communistes) s’associent à l’UNR, au Mouvement républicain populaire (centriste, démocrate-chrétien) et à une partie des indépendants pour voter au gouvernement les pouvoirs spéciaux qu’il demande, tandis que 75 élus de droite et d’extrême droite votent contre.

En 1988, il ne manque que 14 voix au gouvernement de Michel Rocard pour faire voter ses textes, et non 40. Avec les 25 députés communistes, la gauche est majoritaire à l’Assemblée, même si Michel Rocard est loin d’être assuré de leur soutien. L’opposition RPR (Rassemblement pour la République)-UDF (Union pour la démocratie française)-UDC (Union du Centre) compte 262 députés, dont 40 centristes parmi lesquels le Premier ministre peut espérer trouver des appuis selon les textes présentés.

Quant aux 15 non-inscrits, dont 6 élus d’outre-mer, leurs votes sont imprévisibles. Guy Carcassonne, agrégé de droit public et membre du cabinet du Premier ministre, joue un rôle essentiel dans la négociation permanente entre le gouvernement et le Parlement, sans qu’un contrat de gouvernement explicite ne soit conclu. Son travail consiste à s’assurer, texte après texte, que le gouvernement disposera d’une majorité, tantôt grâce au vote ou à l’abstention communiste, tantôt grâce aux voix ou au refus d’obstruction de centristes ou non-inscrits. Guy Carcassonne invente le vocable de « majorité stéréo ».

Ces deux gouvernements avaient la possibilité d’utiliser sans limitation l’article 49.3 de la Constitution, ainsi initialement rédigé :

« Le Premier ministre peut, après délibération du Conseil des ministres, engager la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale sur le vote d’un texte. Dans ce cas, ce texte est considéré comme adopté, sauf si une motion de censure, déposée dans les vingt-quatre heures qui suivent, est votée. »

Les anciens présidents du conseil Pierre Pflimlin et Guy Mollet, bons connaisseurs de l’instabilité ministérielle de la IVe République, avaient poussé en ce sens. Charles de Gaulle et Michel Debré en firent usage en novembre 1959 puis durant l’hiver 1960 à propos de la loi instituant la force de dissuasion nucléaire. Michel Rocard l’utilisa à vingt-huit reprises.

Mais, désormais, la révision constitutionnelle de juillet 2008 en limite l’usage à cinq fois par an :

« Le Premier ministre peut, après délibération du Conseil des ministres, engager la responsabilité du Gouvernement devant l’Assemblée nationale sur le vote d’un projet de loi de finances ou de financement de la sécurité sociale. Dans ce cas, ce projet est considéré comme adopté, sauf si une motion de censure, déposée dans les vingt-quatre heures qui suivent, est votée dans les conditions prévues à l’alinéa précédent. Le Premier ministre peut, en outre, recourir à cette procédure pour un autre projet ou une proposition de loi par session. »

L’obtention d’une majorité permettant de voter les textes proposés par le gouvernement semble donc délicate. Pour sortir de cette situation, depuis le 19 juin 2022, se multiplient les appels au « compromis ». Ce « compromis » exclurait les extrêmes, comme l’a montré une déclaration du président de la République le 25 juin envisageant un gouvernement allant des communistes aux « Républicains » de LR, sans les élus de LFI et du Rassemblement national.

Les références historiques existent. Sous la IIIᵉ République, après « l’Union sacrée » en 1914 (où les socialistes, suivis des catholiques étaient entrés au gouvernement Painlevé), les gouvernements Poincaré, en 1926, et Doumergue, en 1934, apparaissent comme des gouvernements de compromis, plus que d’Union nationale, puisque les marxistes (socialistes et communistes) en sont exclus.

Le Gouvernement provisoire de la République (1944-1946) réunit communistes, socialistes, radicaux, MRP, excluant les formations de droite trop marquées par Vichy. Le dernier gouvernement de la IVe République, présidé par Charles de Gaulle, rassemble des ministres issus des différents partis politiques, à l’exclusion des extrêmes, poujadistes et communistes.

Mais ces gouvernements de compromis n’ont pu être fondés que dans des circonstances exceptionnelles : l’entrée dans la Première Guerre mondiale ; la panique financière de 1926 après l’échec du Cartel des gauches ; les manifestations du 6 février 1934 perçues comme une tentative de coup de force contre le régime ; la fin de la Seconde Guerre mondiale, la chute du régime de Vichy et la nécessaire reconstruction de la France ; la crise algérienne et l’impuissance de la IVe République à la résoudre.

En dépit des difficultés que connaît la France actuellement, la situation est-elle comparable à ces crises ?

Rappelons que les compromis d’alors ont été de courte durée. En 1917, le parti socialiste abandonne l’Union sacrée. En 1928, le parti radical, après avoir exclu de ses rangs Franklin-Bouillon et ses partisans qui souhaitaient faire de « l’unionisme » une formule permanente, rompt « l’Union nationale » au congrès d’Angers.

De nouveau, en janvier 1936, les radicaux mettent fin à l’expérience initiée en 1934 pour se reclasser à gauche avec le « Front populaire ». De Gaulle démissionne de la présidence du GPRF en 1946 et les socialistes quittent le gouvernement fin 1958 après la mise en place de la Ve République ; après la résolution de la crise algérienne, ils se retrouveront même dans le « Cartel des non » hostile à de Gaulle.

C’est que le compromis semble étranger à une certaine culture politique française. Celle-ci valorise la confrontation, l’affrontement. Pour être élu au scrutin majoritaire à deux tours, le plus usité sous les IIIe et Ve Républiques, il faut « battre » ses adversaires. Le débat parlementaire porte par définition en lui-même une part de violence

Et il n’est pas si éloigné le temps où, dans la rue, « gaullistes d’ordre » ou membres d’Occident se confrontaient aux « gauchistes ». Un compromis politique durable, découlant d’une situation ne s’apparentant pas à une crise aiguë, marquerait incontestablement une nouveauté dans l’histoire politique française contemporaine.

________

Par Philippe Nivet, Historien, Université de Picardie Jules Verne (UPJV).

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Quel placement financier dans un environnement de stagflation ?

Quel placement financier dans  un environnement de stagflation ?

Les marchés évoluent actuellement dans un environnement en complète mutation. Exacerbées par le contexte géopolitique, les tensions inflationnistes font craindre que le ralentissement actuel de la croissance ne se transforme en récession globale. Pourtant, les opportunités existent sur les marchés actions et obligataires ainsi que dans l’univers du Private Equity. Par Vincent Manuel, Chief Investment Officer chez Indosuez Wealth Management et Gilles de Foucault, Directeur des Investissements Private Equity chez Indosuez Gestion.(la Tribune)

 

La donne a changé sur les marchés alors que le contexte économique se dégrade. La hausse de l’inflation pousse les grandes banques centrales à réviser en profondeur leur politique monétaire. En Chine, le maintien d’une politique zéro Covid contribue à prolonger les tensions sur les chaînes d’approvisionnement. Les sanctions prises contre la Russie amplifient la hausse des prix du pétrole, sans que la décision de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), début juin, de relever les quotas de production ne parvienne à rétablir les équilibres antérieurs.

Or, si cette augmentation du prix du baril devait se poursuivre, elle devrait conduire à un ralentissement plus prononcé de la croissance au cours des prochains mois. Si les prévisions de croissance mondiale en 2022 restent très incertaines (estimé à 3,1% au niveau mondial, et en particulier entre 2 et 2,5% en zone euro et aux Etats-Unis et inférieure à 4% en Chine*), elles cachent néanmoins une quasi-stagnation des trimestres à venir, après un premier trimestre bénéficiant d’un effet de base qui a été très important par rapport au T1 2021.

« La tendance des dernières semaines confirme l’hypothèse d’un choc significatif, déjà constaté depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine et qui est visible dans les statistiques relatives à la confiance des ménages au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en zone euro. Ce choc inflationniste est surtout supporté par les ménages.

Cette baisse déjà visible du pouvoir d’achat conduit à une contraction des ventes de détail. Ceci contraste avec le moral des entreprises, dont les indicateurs d’activité (PMI composite**) restent encore en expansion (au-dessus de 50) malgré une décélération qui fait jour.

Celle-ci pourrait s’amplifier en écho à la baisse inquiétante du sentiment de confiance des CEO américains revenu aux niveaux de mars 2020 », prévient Vincent Manuel, Chief Investment Officer, Indosuez Wealth Management.

Inflation structurelle

Conjuguée à des perspectives de ralentissement économique, l’inflation ressort à des niveaux inédits, qui n’avaient plus été atteints depuis quarante ans (8,6% aux Etats-Unis en mai en glissement annuel, 8,1% en zone euro**) compliquant la donne pour des banques centrales et des gouvernements, qui ont perdu l’habitude d’évoluer dans un tel environnement de stagflation. En 2023, l’inflation devrait rester à des niveaux élevés (+4,6% aux Etats-Unis, +4,9% en zone euro***), s’installant dans le paysage économique et demeurant à des niveaux largement supérieurs aux objectifs des banques centrales.

« Ce choc d’inflation revêt une composante cyclique importante, liée à des déséquilibres offre / demande, aux matières premières, aux tensions salariales actuelles, qui peuvent s’inverser en cas de ralentissement.

Cependant, les facteurs de déflation structurelle observés au cours des dernières années (mondialisation des échanges, coûts modérés de l’énergie et des transports, digitalisation de l’économie, etc.) laissent une place grandissante aux facteurs inflationnistes comme l’aspiration à plus d’autonomie dans un certain nombre de secteurs stratégiques qui pourrait conduire à une régionalisation croissante de l’économie mondiale.

On peut aussi citer un consensus social plus fort pour un rééquilibrage du poids des salaires dans le partage de la valeur ajoutée dans les pays matures, et en parallèle la hausse des coûts salariaux dans le monde émergent, notamment en Chine. Enfin, la transition climatique requiert des investissements considérables et devrait à ce titre alimenter durablement les pressions inflationnistes », analyse Vincent Manuel.

Après la hausse de 75 points de base annoncée mercredi 15 juin, la Réserve Fédérale (Fed) devrait avoir remonté ses taux directeurs au-delà de 3% d’ici la fin de l’année alors que la Banque centrale européenne (BCE) s’orientera vers une sortie des taux négatifs avec une première hausse programmée début juillet. Pour autant, les taux réels restent en territoire encore négatif étant donné le niveau de l’inflation. A ce titre, il est difficile de parler de resserrement monétaire. Le terme « normalisation » convient davantage. La réduction du bilan de la Fed contribue toutefois à la remontée des taux longs (le 10 ans américain atteint 3,5%). La question est désormais de savoir jusqu’à quel point les banques centrales mèneront leurs programmes de hausse des taux tandis que le risque de récession grandit.

« Les craintes de récession et le niveau d’endettement des économies occidentales finira probablement par limiter la capacité des banques centrales à poursuivre la remontée les taux d’intérêt au-delà du début d’année 2023 », note Vincent Manuel.

L’ajustement actuel des marchés prend en compte cette hausse des taux qui affecte comme prévu les valorisations alors que les entreprises n’ont pas encore révisé à la baisse leurs prévisions de résultat, après des publications trimestrielles très satisfaisantes. On estime qu’une hausse de 100 points de base du taux 10 ans américain correspond historiquement à une baisse de 3,5 points du ratio cours/bénéfices de l’indice S&P 500**.

« La normalisation monétaire en cours conduit les investisseurs à accélérer leur désendettement. Ceci contribue à amplifier la baisse du prix des actifs », explique Vincent Manuel.

Toutefois, le momentum est propice aux titres Value, aux valeurs de rendement et aux défensives. Au niveau sectoriel, les matières premières, les banques, l’énergie ainsi que la santé, les télécommunications, les services aux collectivités permettent de construire des portefeuilles générant du rendement. Enfin, les valeurs offrant des cash-flows élevés et du pricing power restent à privilégier.

A la faveur du ralentissement économique en cours, les taux de défaut pourraient remonter au cours des prochains mois. Mais dans un contexte favorable aux valeurs de rendement, il est préférable de privilégier les obligations d’entreprises.

« Le rendement moyen des obligations d’entreprises est de l’ordre de 3% en zone euro et de 4,5% aux Etats-Unis alors qu’il peut atteindre 6% pour les obligations à haut rendement de la zone euro et 8% aux Etats-Unis** », constate Vincent Manuel.

Dans cet environnement difficile pour les marchés financiers, le marché des actifs non cotés conserve tout son attrait au sortir d’une année record en 2021. Les taux de croissance et de rentabilité sont restés à des niveaux très élevés. Plus de 1.000 milliards de dollars ont été investis l’an dernier sur les marchés du Private Equity et de la dette privée, renforçant la confiance des investisseurs sur ces classes d’actifs. Ces marchés ne se limitent plus à financer des entreprises technologiques ou évoluant dans l’univers de la santé mais s’étendent aux secteurs plus traditionnels (industrie, consommation, etc.).

« Depuis le début de l’année, les multiples de valorisation ont peu évolué. L’enjeu à plus long terme réside dans la capacité des entreprises à préserver leur croissance et leurs marges dans un contexte de ralentissement. Or, les sociétés capables d’offrir du « pricing power » et d’imposer des barrières à l’entrée devraient faire la différence », estime Gilles de Foucault, Directeur des Investissements Private Equity, Indosuez Gestion.

D’autant que la baisse du nombre d’entreprises s’introduisant en Bourse va de pair avec l’augmentation du nombre d’opérations de Private Equity, mettant en lumière un phénomène a priori durable.

« Les opportunités sont là. Le ralentissement de l’économie devrait inciter certains grands groupes à se recentrer sur leurs activités les plus rentables, leur cœur de métier. En outre, de nombreux chefs d’entreprises pourraient accélérer les processus de transmission en faisant appel à des managers ou à des partenaires extérieurs (LBO primaires).

Le contexte se prête également à l’intervention des investisseurs en quête de liquidités sur le marché secondaire. Pour les investissements en infrastructures ou en immobilier, le financement de la transition énergétique constitue un thème d’investissement attractif et pérenne », conclut Gilles de Foucault.

_____

* Indosuez Wealth Management sur la base des mises à jour d’Amundi et de Crédit Agricole SA
** Bloomberg, Indosuez Wealth Management
*** Prévisions CACIB, Juin 2022 (sous l’hypothèse d’un prix du pétrole à 123$)

Assemblée : Un anarcho communiste incompétent à la tête de la commission des finances ?

 

 

L’opposition de gauche a choisi  le plus  incompétent à savoir Éric Coquerel comme futur président de la prestigieuse commission des finances de l’assemblée.

L’intéressé à la formation à la fois douteuse et approximative s’est surtout fait remarquer par son comportement anarchiste ( son premier engagement ) autant que  par ses convictions néocommunistes. Il ne connaît strictement rien à la problématique des finances mais  sait hurler  encore plus fort que le plus corporatiste  des syndicalistes. Bref une grande gueule qui ne grandira pas la crédibilité de l’opposition.

On pourrait cependant assister à une surprise du vote secret tellement la candidature d’Éric Coquerelle paraît incongrue et d’une certaine manière provocatrice.

La présidence de cette commission, qui examine notamment tous les projets de budget avant qu’ils arrivent dans l’hémicycle, est traditionnellement dévolue à l’opposition. La gauche unie représentant la force la plus importante de cette nouvelle législature, Eric Coquerel, qui en a été membre les cinq dernières années, part donc favori. Il sera opposé à la candidate des Républicains Véronique Louwagie et à celui du Rassemblement national Jean-Philippe Tanguy.

Alors que les 70 membres de la commission doivent prendre part au vote à bulletin secret jeudi matin, le parti de Marine Le Pen ne compte pas se laisser faire et a dénoncé une « piraterie » de la Nupes. Avec 89 députés, le RN estime avoir le premier groupe d’opposition. Effectivement, ceux-ci sont plus nombreux que les 75 élus de La France insoumise, mais moins que les 131 députés de l’alliance de gauche (LFI-PCF-PS-EELV) dans son ensemble.

Estimant qu’une candidature unique de la Nupes est « en rupture avec la pratique républicaine », Jean-Philippe Tanguy a indiqué qu’il espérait convaincre des députés LR de voter pour lui, leur candidate n’ayant quasiment aucune chance de l’emporter.

Pendant plusieurs jours, les socialistes ont milité pour la candidature de l’élue du Tarn-et-Garonne Valérie Rabault. Députée depuis dix ans, celle-ci présentait un C.V. pour le moins convaincant : membre de la commission des Finances depuis dix ans, secrétaire de cette même commission entre 2017 et 2022 et surtout rapporteur général du budget entre 2014 et 2017. L’ancienne ingénieure est réputée au Palais-Bourbon pour sa rigueur et son sérieux, salués au-delà de son groupe politique.

Finalement on ne peut pas écarter l’hypothèse que le candidat des insoumis soit battu … grâce au vote secret !

Un président éclaté

Un président éclaté

 

Conséquence de la défaite aux législatives, un président de la république déjà écartelé avec son « en même temps » et désormais complètement éclaté d’après un papier de la Tribune

 

Là, « on entre dans le bizarre », aurait dit selon Libération Emmanuel Macron dimanche dernier après avoir eu confirmation de sa défaite aux législatives : le « bizarre » en question étant en fait une appropriation dans le champ de la politique d’un dialogue bien connu de Michel Audiard où les Tontons Flingueurs se « risquent sur le bizarre », un alcool où « il n’y a pas que de la pomme » : « il faut reconnaître, c’est du brutal » s’étouffe Bernard Blier… Le même qui, pour se venger de l’oncle Lino Ventura, aura aussi cette autre réplique fameuse : « on va le trouver éparpillé façon puzzle, il connaît pas Raoul » !

Eparpillé façon Puzzle, c’est un peu ce qui arrive à Emmanuel Macron : il n’a pas vraiment perdu – il a été réélu, mais sans chèque en blanc – ni vraiment gagné -il lui manque tout de même 44 députés pour avoir la majorité absolue de 289 sièges ! Mais il se retrouve otage du jeu des partis, avec une majorité relative coincée entre 89 députés RN et presque autant d’Insoumis.

Une défaite, quelle défaite ? Mercredi soir, dans une allocution de 8 minutes chrono dans laquelle il ne cite pas sa Première ministre Elisabeth Borne, le Président pratique habilement la prise de judo, donnant 48 heures aux oppositions, dont il a reçu les ténors à l’Elysée, pour faire des propositions constructives et l’aider à sortir du blocage politique. Une inversion de l’ordre des facteurs habile, mais pour l’heure, infructueuse. Un désaveu unique dans l’histoire politique de la Cinquième République, « le roi est nu », écrit notre chroniqueur Marc Endeweld et la situation semble bloquée.

Alors que Macron exclut tout gouvernement d’Union nationale, aucune coalition ou majorité ne semble poindre à l’horizon. Du coup, « il faudra bâtir des compromis, des enrichissements, des amendements, mais le faire en toute transparence, à ciel ouvert si je puis dire, dans une volonté d’union et d’action pour la nation », a déclaré le président de la République dans son allocution télévisée« Pour avancer utilement, il revient maintenant aux groupes politiques de dire en toute transparence jusqu’où ils sont prêts à aller ». Tout se passe comme si le chef de l’Etat avait pris son parti de la situation et renvoyait aux « groupes politiques » la responsabilité d’une paralysie de l’action. Au risque de l’impuissance ? Macron ne se voit pas en roi fainéant, mais prêt à prendre à parti l’opinion sur les causes de l’impossibilité d’agir. C’est qui le patron ici ? Celui qui a le pouvoir de dissoudre ? Ou celui qui a l’intelligence de faire des compromis ? « La France sait faire des compromis y compris votre serviteur », assure Emmanuel Macron. On l’attend désormais à pied d’oeuvre.

« Le régime des partis, c’est la pagaille » a dit le fondateur de la Vème République à propos de la IVème. CQFD : mettre tel un De Gaulle le feu au parlementarisme débridé, c’est l’option « brutale ». Mais d’un autre côté, les partis auront beau jeu de dénoncer la duplicité d’un président qui voudrait imposer au pays un projet sans cap clair qui a rassemblé une majorité contre lui. Il n’y a pas de « majorité alternative », chante-t-on dans les rangs d’Ensemble.

Au final, et même si la situation de blocage inquiète à l’étranger, on remarque plus la fin d’une exception, le fait majoritaire et la culture monarchiste, et une France qui rejoint le lot commun des démocraties : un parlementarisme qui oblige les forces politiques à se parler. Ce qui manque cruellement au paysage français tel qu’il ressort de près d’un an d’une campagne électorale sans honneur, où personne n’a vraiment brillé. Il est plus que temps qu’Emmanuel Macron redescende de son Elysée et dise clairement où il veut emmener le pays pour savoir qui acceptera de monter dans sa Blablacar faire un peu de covoiturage avec lui. Après tout, quand on appelle sa majorité Ensemble, c’est l’occasion de le démontrer.

Pour en sortir, il faut se préparer à bien des surprises : majorité d’action au cas par cas, avec la gauche ici, avec la droite là ? Pas très glorieux. Ou coalition à l’allemande, Orange et bleu, associant Ensemble et LR, faisant du micro-parti Horizons d’Édouard Philippe, associé au Modem de Bayrou le nouveau pivot central du pouvoir… L’élu de Pau, Commissaire au Plan, qui se rêve depuis 2017 en vice-Président, ne cesse de répéter qu’il faut mettre un « profil politique » à Matignon : lui… Pour Macron, ce serait le moment cardinal de Retz, qui a prévenu : « on ne sort de l’ambiguïté qu’à ses dépens ».

Une chose semble sûre : avec la flambée de l’inflation et des prix des carburants, les Français, notamment les plus modestes, qui s’apprêtent à partir en vacances, ne vont pas rester sans voix en cas de paralysie à l’Assemblée. Si 7 Français sur 10 se disent satisfaits que le chef de l’Etat n’ait pas de majorité, ce qui va l’obliger à des compromis, les Gilets Jaunes attendent des actes rapides sur le pouvoir d’achat.

Il faudra définir des priorités  et la première ne fait pas de doute, quand l’Insee prévient que la hausse des prix atteindra +5,5% en moyenne en 2022 entraînant une perte de 1% du pouvoir d’achat. « Les urgences des travailleurs ne doivent pas souffrir de la situation politique » a dit Laurent Berger, tout en répétant l’opposition de la CFDT au report à 65 ans de l’âge du départ à la retraite, qui semble sombrer avec la majorité perdue, écrit Fanny Guinochet.

Tic-tac, tic-tac, pendant ce temps-là, le compteur de la dette tourne. La dette publique a encore progressé au premier trimestre 2022 et frôle désormais les 3000 milliards d’euros et ceux qui comptent sur l’inflation pour la faire disparaître par magie se font des illusions.

L’été s’annonce donc orageux, entre reprise épidémique avec un Covid en embuscade et l’épée de Damoclès d’une guerre en Ukraine aux conséquences de plus en plus douloureuses. L’Allemagne se prépare à manquer de gaz et la France établit un plan d’action pour éviter une pénurie cet hiver.

Signe de craquements dans la transition écologique, dont Bruxelles fixe le tempo, l’industrie automobile italienne dit tout haut ce que toute l’auto européenne pense tout bas. La fin du moteur thermique en 2035 est trop brutale pour être réalisée sans casse sociale et les italiens réclame un report à … 2040. Un sommet européen doit statuer d’ici la semaine prochaine sur le texte adopté par le Parlement interdisant la vente de voitures thermiques neuves à partir de 2035. Outre l’Italie, plusieurs pays veulent un report de l’agenda à 2040. Même l’Allemagne, jusqu’ici soutien de poids à la date de 2035, semble hésiter…

Encore un plaidoyer pour les cryptomonnaies !

Encore un plaidoyer pour les cryptomonnaies !

.Comme un retour aux sources, la monnaie devient un outil d’échange, d’unité de compte, de réserve, et de troc digital, sous forme d’actifs physiques digitaux, parfois intelligents, ou d’actifs financiers. (*) Par Yann Le Floch, expert en monnaies digitales ( dans la Tribune)

 

Un nouveau plaidoyer pour les cryptos qui fait par ailleurs un peu l’impasse sur les enjeux d’une politique monétaire. Un plaidoyer peu convaincant dans une période où les crypto s’écroulent.

Ainsi a crise des cryptomonnaies fait une nouvelle victime. Le fonds d’investissement Three Arrows Capital devait rembourser avant le 27 juin un prêt contracté auprès du courtier Voyager Digital. Le hedge fund se retrouve finalement en défaut de paiement selon son créancier. Il n’a pas remboursé les 675 millions de dollars empruntés sous la forme de 15.250 bitcoins et 350 millions de dollars en USD Coin, une monnaie stable dont la valeur est fixée au dollar. La nouvelle est d’autant plus gênante que «3AC» finance à hauteur de 10 milliards de dollars l’écosystème des cryptos. Un milieu qui est déjà mis en danger par la conjoncture. Sa chute potentielle pourrait alors provoquer un effet domino destructeur. NDLR

Tribune 

Il est pour habitude de considérer que la monnaie, outil économique que nous utilisons tous les jours, a pour fonction d’être un instrument d’échange, d’unité de compte, et de réserve de valeur, définition attribuée souvent à Aristote, 4 siècles avant notre ère.

Dans l’environnement économique ambiant, il est possible d’observer qu’un vent d’innovation se projette sur les questions monétaires, dont l’écosystème des dites cryptomonnaies a pu être l’initiateur, les monnaies digitales de banques centrales pouvant être le relais de ce type d’initiatives.

Il apparaît de manière marquée au sein de l’écosystème des dites cryptomonnaies, que certaines monnaies, tel que le Bitcoin, présentent d’un point de vue économique un caractère hybride d’actifs financiers, se fondant avec les fonctions classiques de la monnaie. Le Bitcoin est aujourd’hui un outil d’échange, de réserve de valeur, et d’unité de compte dans certains référentiels, et aussi un actif financier volatil régi par des processus de marché.

Le monde économique et financier a eu pour habitude d’aborder la question monétaire dans une approche d’abord comptable, la monnaie étant ainsi perçue comme un étalon, l’unité de compte. Cela se traduit dans l’écosystème des monnaies digitales, par une définition technologique de la monnaie comme « account based », traduit littéralement par « basé sur un compte ». Dans l’usage courant que les citoyens peuvent avoir de la monnaie, avec une approche physique réelle ou symbolique, la monnaie peut être aussi perçue comme une pièce ou un jeton, ce qui se traduit par une définition technologique de la monnaie comme « token based », littéralement traduit par basé sur un jeton. Dans l’écosystème financier et économique traditionnel, notre monnaie électronique est basée sur un compte, ce qui est aussi le cas pour Bitcoin dans une certaine mesure avec une adresse publique sur laquelle se trouve des unités de compte. Concernant Ethereum, à l’adresse publique d’un Ether, est associé des jetons technologiques qui peuvent être programmés, via les dits « smart contracts » ou contrats intelligents. Cette différence de perception de la monnaie entre une approche comptable d’unité de compte, ou physique d’instrument d’échange, peut être perçu comme un verbiage secondaire, mais a un impact sur les choix technologiques afférents, et l’usage des monnaies qui en est faite ensuite dans la pratique. En effet, l’approche technologique physique basée sur un jeton d’Ethereum a ainsi permis la création des fameux NFTs artistiques notamment, ces œuvres d’art ou de luxe dont les jetons NFTs en sont la représentation et certification digitale, avec une forme de digitalité physique de jetons.

Pour aller au-delà, la monnaie peut ainsi démontrer avoir une propriété physique et économique d’actif, un « asset » dans la langue de Shakespeare :

- plus proche d’un actif d’usage comme il était le cas dans le monde du troc dans l’échange d’objets physique, un poulet, des pommes, un kilo de farine, et pourquoi pas un NFT.

- ou d’un actif financier comme il est le cas pour beaucoup des cryptomonnaies de premier rang.

Cette réalité physique qui se dégage dans la nature et la définition de la monnaie apparaît ainsi en filigrane dans l’écosystème pratique des monnaies digitales, la monnaie devient ainsi, un outil d’échange, d’unité de compte, de réserve, et de troc digital, sous forme d’actifs physiques digitaux, parfois intelligents, ou d’actifs financiers, comme un retour aux sources.

Cette porosité qui apparaît ainsi entre les différentes fonctions économiques des outils monétaires, présente dans la pratique des potentialités d’usage et technologiques très marquées.

Ainsi, Bernard Lietaer, économiste et universitaire belge, qui a été membre du board de la création de l’ECU, ancêtre monétaire de l’Euro, et professeur à l’université de Berkeley en Californie jusqu’à son décès en 2019, œuvrait pour la création d’un écosystème monétaire institutionnelle présentant une richesse de monnaies de natures différentes, et hybrides, projet que les technologies contemporaines, dont la Blockchain, permettraient de réaliser.

Sa vision de la nature de la monnaie était une approche complémentaire entre des monnaies Yang, masculine symboliquement, et des monnaies Yin, à la philosophie féminine.

Synthétiquement, les monnaies Yang, sont les monnaies nationales, rares, incitant à la compétition, créant des capitaux financiers, utilisées pour le commerce international. Les monnaies Yin sont considérées comme des monnaies complémentaires, coopératives, émis en quantité suffisante, ayant pour vocation de créer du capital social.

Les nouvelles technologies permettent ainsi de réaliser d’un point de vue théorique dans le monde réel l’ensemble de ces visions monétaires sur une nature différente de la monnaie, le tout dans un cadre institutionnel sage et avisé, mais innovant et audacieux.

Au-delà, en couplant les philosophies de monnaies complémentaires, avec la nature de la monnaie qui s’exprime pas à pas comme un actif monétaire, il est possible de créer des monnaies actifs à la potentialité économique et humaine tout à fait remarquable.

Un exemple pourrait être les monnaies duales. Il est parfois dit dans certaines philosophies de vie « qu’il faut donner pour recevoir ». Dans l’économie classique, le paiement/don d’argent se fait contre un actif économique ou financier, selon des règles dites de marché. Serait-il ainsi envisageable de créer une « monnaie », un actif monétaire dual, dont le paiement d’un bien ou d’un service, se fasse dans un échange bilatéral d’actif monétaire, ou complémentaire d’actif monétaire. Concrètement, vous allez à la pizzeria, vous payez à la fin de votre repas votre pizza en euros selon des modalités classiques, vous avez la possibilité de payer avec des actifs monétaires institutionnelles dédiés, des jetons, des bons points, pour le service du restaurant, ou d’en recevoir comme client agréable. Ces jetons complémentaires étant par exemple distribués à l’origine en « Air Drop », ou monnaie hélicoptère, par les états en coordination avec les banques centrales aux particuliers et commerçants. Dans cet exemple, l’axe de dualité de l’échange pourrait être monétisable en argent de référence euros, que si un certain nombre de « Match » entre bons points/jetons reçus et bons points/jetons donnés, pouvaient s’exprimer, dans un équilibre complémentaire des échanges marchands. La relation économique classique s’ouvrant ainsi sur des dimensions différentes dans une dualité de rapports commerciaux et économiques complémentaires. Il va de soi que la dimension de satisfaction réciproque dans la relation commerciale, pourrait s’étendre à des dimensions environnementales, à des dimensions de perception de qualité, à des dimensions humaines et sociales en tout genre. Un point d’attention serait que la monétisation duale de ces dimensions non monétisées à ce jour, nécessiterait une architecture économique fine, pour éviter des effets de bord délétères.

Au-delà, nous pouvons comprendre ainsi, que des monnaies duales, ouvertes à des dimensions de monétisation complémentaires des échanges, selon des axes par exemple ESG (Environnement, Social, Gouvernance), ouvrent une forme de vision spectrale de l’échange économique, et s’échanger des spectres de fréquences économiques différents, c’est ainsi s’échanger des ondes, et des énergies, selon la définition physique (voir par exemple les définitions des transformations de Fourrier sur Wikipedia pour les plus curieux sur ces thèmes). Les nouvelles technologies monétaires feront-elles donc sur le long terme de l’économie un jeu d’échange d’énergie, cela est tout à fait probable.

Ainsi, de par les dites nouvelles technologies, une nouvelle mise en perspective de la nature de la monnaie se dessine pas à pas. Est-ce que Bitcoin, Ethereum, Hyperledger, seront aux monnaies digitales, un acte fondateur de transformations monétaires et technologiques encore plus profondes structurellement, cela est très probable. Existe-t-il aujourd’hui des technologies monétaires conçues par conception pour s’échanger des actifs monétaires au sens strict, voir des actifs monétaires ondulatoires, pas « by design ». La monnaie programmée n’est pas ainsi au sens strict une monnaie programmable.

Dans cette période où il se dit dans différents milieux du renseignement militaire, et sous différents drapeaux, que le nerf de certaines guerres est le rapport de force entre des zones monétaires concurrentes, existantes ou en construction, et que de trouver des raisons pratiques de se faire la guerre, et ensuite assez aisée, il serait peut-être de bon ton, de réfléchir à d’autres perspectives monétaires pour l’humain et l’humanité.

En France, nos spécialistes des technologies de pointe comme Thales, Dassault, Atos, Wordline, seront-ils en capacité de développer des technologies avancées de paix monétaire dans la guerre économique, sur la base de changements potentiels de la nature de la monnaie, au service de l’humain et du progrès ?

Un autre rapport au travail de la nouvelle génération ?

 Un autre rapport  au travail de la nouvelle génération ?

Les appels à la désertion se multiplient, mais les étudiants continuent majoritairement de choisir les mêmes carrières que leurs aînés, soutient le chercheur associé à l’ESCP Tristan Dupas-Amory.

 

 

Si des cérémonies de remise de diplôme se sont muées en tribunes politiques, une majorité des jeunes continuent de choisir les mêmes carrières que leurs aînés, observe Tristan Dupas-Amory, chercheur associé à l’ESCP, où il prépare une thèse sur les carrières des jeunes diplômés.

Au-delà des « appels à la désertion » dans les grandes écoles, vous soulignez que la majorité des jeunes sortis de ces établissements mènent des carrières classiques. Quelle est la véritable portée de ce phénomène ?

Je suis surpris par la portée accordée aux appels à la désertion prononcés lors des remises de diplômes. Il y a quelques coups d’éclat – admirables –, mais combien de jeunes ont changé de trajectoire après une telle intervention ? En juin 2016, déjà, à HEC, Emmanuel Faber, alors PDG de Danone, priait les futurs diplômés de « rendre le monde meilleur ». Les bifurcations affichées par une poignée d’étudiants lors des remises de diplômes ne doivent pas occulter un phénomène bien plus massif : loin des réorientations spectaculaires, la majorité des étudiants continuent de choisir les mêmes carrières que leurs aînés. C’est ce que j’appelle la grande rétention.

Par exemple, plus d’un tiers des diplômés 2021 des grandes écoles se sont dirigés vers le conseil ou les services financiers, d’après la dernière enquête d’insertion de la Conférence des grandes écoles. Plus discrets, plus conventionnels, moins enthousiastes peut-être, ces choix n’en méritent pas moins toute notre attention. Non pas pour les stigmatiser, mais pour comprendre ce qui conduit ces jeunes à cet éventail assez étroit d’options professionnelles.

Ces perspectives sont aussi celles qu’on leur propose dans les écoles…

Les étudiants qui arrivent dans une grande école connaissent mal tous le panel de métiers qui s’offrent à eux. Ils choisissent majoritairement les voies empruntées par les promotions qui les précèdent, venant grossir les rangs des professions historiquement les plus présentes dans les établissements. Ils sont aussi poussés à embrasser une carrière considérée à la hauteur de leur diplôme. On peut citer le cas du conseil : si ce secteur continue à autant attirer les jeunes diplômés, c’est qu’il est sélectif et réputé.

Qu’est-ce que ces « appels à la désertion » racontent du rapport au travail de cette fraction de la jeunesse ?

Ils contribuent à libérer la parole et poussent les grandes écoles à se mobiliser, notamment pour intégrer les problématiques liées à la transition écologique dans les cursus. Finalement, la grande démission comme la grande rétention sont les deux faces d’une même pièce, celle du rapport au travail de cette nouvelle génération. Les jeunes réclament une raison d’être. En cours, ils posent beaucoup de questions sur le sens et l’impact de leurs actions. Il faut les aider à concilier leur engagement avec leur future profession… Sans forcément partir sur un changement de vie radical.

Une grande partie des étudiants ne se projette pas dans les désertions spectaculaires, ils ne se voient pas troquer leur avenir de cadre pour de l’artisanat, une vie à la ville pour la campagne. Mais ils peuvent opter pour des reconversions plus douces, en passant, par exemple, du conseil pour l’industrie au conseil en transition écologique. Ou quitter une banque traditionnelle pour une entreprise qui œuvre dans la finance verte.

Crise environnementale : surtout un choix politique

 Crise environnementale : surtout un choix politique

 

La destruction de l’environnement relève avant tout de choix politiques, et n’a pas grand-chose à voir avec les afflux de dopamine dans le cortex des individus, dénonce dans sa chronique Stéphane Foucart, journaliste au « Monde ».

 

La crise environnementale ? Ce serait à cause de notre cerveau. Pas notre faute à nous, non. Celle de l’enchevêtrement de neurones que nous avons entre les oreilles. Le changement climatique, le saccage et la surexploitation des océans, l’industrialisation de l’agriculture et de l’élevage, l’effondrement de la biodiversité commune, la destruction des habitats naturels, la prolifération du plastique : tout cela serait déterminé par nos structures cérébrales profondes. A la faveur de quelques ouvrages publiés récemment, cette petite musique berce ces jours-ci la conversation publique.

Le coupable serait le striatum, niché sous le cortex, modelé par des centaines de milliers d’années d’évolution pour faire pétiller de plaisir notre cerveau à chaque comportement susceptible de garantir la survie et celle de l’espèce : manger, copuler, s’élever dans la hiérarchie sociale, glaner des informations nouvelles et surprenantes… Tout cela sans limite, jusqu’à l’excès. Jusqu’à la destruction de la biosphère et du climat. L’homme serait ainsi programmé pour se comporter en espèce invasive, pour n’être en somme, vis-à-vis de son environnement, guère autre chose qu’un parasite dans la charpente.

Il est indéniable que, ces dernières années, les travaux menés en psychologie cognitive et en neurosciences ont permis d’explorer – dans une certaine mesure – les ressorts cérébraux des choix individuels (encore que la portée et l’interprétation de certains de ces résultats soient fortement débattues). Mais faire de ces mécanismes une cause dominante du destin des sociétés revient simplement à nier à peu près toutes les connaissances accumulées par les sciences humaines et sociales.

La destruction de l’environnement ne découle pas d’une somme de décisions et d’arbitrages individuels sur le temps que l’on passera sous la douche, sur la quantité de viande que l’on mangera dans la semaine ou sur le nombre de déplacements en avion que l’on s’autorisera dans l’année. Elle relève avant tout de choix politiques qui contribuent à construire et faire fonctionner les structures économiques et sociales, et n’a pas grand-chose à voir avec les afflux de dopamine dans les cerveaux des individus.

Il est bien sûr probable que le système économique que nous avons bâti tire parti de notre fonctionnement cérébral pour générer toujours plus de croissance et détruire toujours plus vite l’environnement, mais qui est alors « responsable » : les individus (équipés de leur cerveau), ou plutôt les choix politiques qui induisent le fonctionnement de l’économie ?

Pétrole : un prix maximum ?

Pétrole : un prix maximum ?

 

L’idée du plafonnement prix du pétrole paraît a priori séduisante. En effet le pétrole est passé nettement au-dessus des 100 $ le baril depuis plusieurs semaines en raison en particulier de la situation géopolitique en Ukraine et des obstacles mis à la commercialisation pétrole russe ( parenthèse vendue quand même à bas prix en Chine et en Inde et qui revient parfois en Europe !).

La question de savoir à propos du prix du baril qui déciderait de la mesure. La France suggère qu’elle soit prise par des pays producteurs qui forcément n’y ont pas intérêt. Les États-Unis de leur côté reposent une limitation par les pays acheteurs. Le problème est qu’il y a peu de moyens de substitution et que la sobriété n’est encore pas installée.

La conséquence sans doute ce que les mécanismes de marché vont continuer de fonctionner. Pour l’instant des prix sont à la hausse mais avec l’écroulement prévisible des croissances mondiales, le pétrole devrait s’inscrire dans une tendance baissière d’ici quelques mois

Les raisons pour lesquelles le prix du baril de brut s’est installé au-dessus des 100 dollars depuis plusieurs semaines se trouvent dans la crise énergétique qu’a traversé l’Europe durant la période hivernale ainsi que les embargos pétroliers imposés par les pays occidentaux, notamment l’Europe, pour sanctionner l’invasion de l’Ukraine par la Russie à la fin du mois de février.

Vendredi, le prix du baril de Brent s’affichait à quelque 113 dollars, ayant progressé de 1,8% sur un mois.

Depuis plusieurs semaines, l’administration Biden a lancé des appels au pays producteurs du Golfe Persique, notamment l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, pour qu’ils pompent davantage de pétrole, mais sans succès pour le moment. Le président américain a prévu de se rendre au Proche-Orient, notamment à Riyad, à la mi-juillet pour en discuter.

 

Un gouvernement « d’action »…… provisoire (Macron)

Un gouvernement d’action…… provisoire (Macron)

Macron en quelque sorte a confirmé Élisabeth Barnes au poste de première ministre mais sans doute de manière provisoire que le gouvernement sera revu au mois de juillet. Cette hypothèse d’un nouveau gouvernement n’est pas exclue car à peine en fonction, le gouvernement subit déjà une crise de popularité.

Selon le dernier baromètre Ifop pour le JDD, avec seulement 38 % de Français satisfaits (- 3 points) contre 61 % qui ne le sont pas (+ 3), le Président affiche en juin une cote de popularité qui n’est plus que la moitié de celle qu’il enregistrait au début de son premier quinquennat, à l’été 2017. Pis, pour la première fois, « il est minoritaire dans les catégories qui constituent son socle électoral », relève ­Frédéric Dabi, directeur général du département Opinion de l’Ifop.

 

Un « nouveau gouvernement d’action » sera formé dans  »les premiers jours du mois de juillet », a affirmé le président. D’ici là, Elisabeth Borne est chargée de sonder les différents groupes de l’Assemblée nationale, notamment sur leur volonté de participer au gouvernement, de voter la confiance en la Première ministre et le projet de budget.

On voit mal comment cette première ministre qui n’a aucune expérience politique et ne dégage pas un grand charisme pourrait convaincre les oppositions à se rallier à la république en marche au Parlement.

 « la Première ministre me soumettra des propositions pour une feuille de route pour le gouvernement de la France sur les prochains mois et les prochaines années, et également pour la composition d’un nouveau gouvernement d’action au service de la France », détaille Emmanuel Macron dans cet entretien.

Ce gouvernement pourra aller « des communistes aux LR », mais pas au-delà, prévient Emmanuel Macron, qui exclut la participation du Rassemblement national et de La France insoumise : « Je ne confonds pas les extrêmes, mais par leur expression, leur positionnement, (…) ces formations ne s’inscrivent pas comme des partis de gouvernement ». En fait,  chaque courant de l’opposition a déjà en tête la perspective d’une dissolution le moment venu évidemment et  ne voudra pas porter le chapeau de l’échec politique de Macron. 

Bref on pourra éventuellement se diriger vers des alliances au cas par cas mais certainement pas de ralliements (saufs quelques débauchages) à la politique de la République en marche.

L’hypothèse la plus vraisemblable c’est que ce gouvernement ne durera pas davantage que quelques mois voire quelques semaines compte tenu d’une part de la baisse de la popularité du pouvoir et de la détérioration de la conjoncture (baisse de croissance, inflation, retour du covid etc).

 

La Cour suprême porte un coup à la démocratie aux États-Unis

La Cour suprême porte un coup à la démocratie aux États-Unis

 

Les deux arrêts, l’un sur les armes, l’autre sur le droit à l’avortement, rendus le 23 et le 24 juin par la plus haute instance judiciaire du pays, contrôlée par des juges proches de la droite religieuse, accentuent les fractures de la société américaine. ( papier du Monde)

 

Le grillage de protection qui enserre aujourd’hui à Washington le siège immaculé de la plus haute instance judiciaire des Etats-Unis d’Amérique dit bien le péril qui la menace : celui de se couper du pays par pure dérive idéologique. En deux arrêts rendus le 23 et le 24 juin, les juges conservateurs de la Cour suprême, qui compte neuf membres, ont en effet sacrifié à deux totems de la droite religieuse : la défense intraitable des armes à feu au nom d’une liberté qui ne doit souffrir aucune limite ; et la lutte inlassable contre le droit des femmes à disposer de leur propre corps.

 

Ces deux obsessions ont beau n’être partagées que par une minorité de leurs concitoyens, ces juges ont passé outre au sage conseil du constitutionnaliste John Freund selon lequel ils devraient ne jamais être influencés « par la météo du jour », mais tenir compte en revanche « du climat de l’époque ». Ils sont en effet revenus à la fois sur une loi restreignant le port d’arme en vigueur dans l’Etat de New York depuis plus d’un siècle, et sur le célèbre arrêt Roe v. Wade, réaffirmé en 1992, qui sanctuarisait le droit à l’avortement depuis 1973.

En confiant aux Etats le pouvoir de légiférer en la matière (en dépit de la vaine réserve du président, également conservateur, de la Cour suprême, le chief justice John Roberts), tout en les corsetant lorsqu’il s’agit d’encadrer le port d’arme, ces juges revendiquent sans vergogne d’être en mission pour un camp et que cette loyauté-là l’emporte sur toute autre considération. L’un d’eux, Clarence Thomas, a encore alimenté l’inquiétude en s’interrogeant sur la protection constitutionnelle dont bénéficient la contraception, les relations sexuelles entre personnes du même sexe et le mariage gay, au nom d’un ordre moral d’un autre âge.

Cet épilogue dévastateur pour l’image des Etats-Unis est le produit de la tyrannie d’une minorité permise par un système électoral outrageusement favorable aux Etats les plus conservateurs. Il a fait qu’un président largement battu dans le vote populaire, Donald Trump, désigne trois juges sélectionnés par un lobby, et que ces derniers soient ensuite confirmés par un Sénat qui est un reflet déformé du pays.

Que penser du rédacteur de l’arrêt contre l’avortement, Samuel Alito, lorsqu’il justifie ce revirement de jurisprudence au nom de celui qui avait mis fin à la ségrégation raciale ? L’arrêt du 24 juin ne consacre pas un droit nouveau, il en supprime un. On y relève une assertion selon laquelle l’avortement n’est pas « profondément enraciné dans l’histoire et les traditions de la nation ». Notons aussi le fait que deux des juges nommés par Donald Trump avaient assuré avant leur confirmation par le Sénat, pour passer l’obstacle, qu’ils considéraient Roe v. Wade comme acquis…

La Cour suprême aurait dû se tenir à distance de la polarisation mortifère qui divise de plus en plus profondément les Etats-Unis, pour préserver une légitimité essentielle. Le consentement des concitoyens la protège bien plus sûrement que l’inamovibilité de juges nommés à vie. En manquant à ce devoir de réserve, elle attise les passions. Ses membres sont déjà sous protection policière après qu’un homme armé venu pour tuer l’un des conservateurs après une fuite de la première mouture de l’arrêt contre l’avortement s’était rendu préventivement à la police.

 

Au cœur de la capitale fédérale, face à un Congrès assailli le 6 janvier 2021 par une horde contestant le résultat de la présidentielle, cette Cour suprême en état de siège est désormais une triste allégorie, celle de l’affaissement démocratique américain.

Un risque de récession mondiale

Un  risque de récession mondiale

 

Tous les voyants sont désormais au rouge pour l’économie mondiale, entre le ralentissement, l’inflation et les politiques d’austérité.D’aprés Géraldine Sundstrom, Managing director et gestionnaire de portefeuilles au bureau de Londres de Pimco  ( la Tribune)

Quelles sont les principales conclusions du forum séculaire de Pimco, qui dresse les perspectives économiques des cinq années à venir ?

Nous avons maintenu à moyen terme les trois grandes transitions que représentent le vert, le digital et le social. Mais la guerre en Ukraine apporte une nouvelle donne : elle met fin aux goldilocks, les « boucles d’or », qui conjuguaient croissance et inflation à bonne température et des banques centrales et gouvernements avec de larges marges de manœuvre. Nous anticipons un risque élevé de récession à moyen terme et, à un horizon de cinq ans, nous estimons que des cycles économiques plus courts, une volatilité élevée et des réponses de politiques publiques et monétaires diminuées exigeront une recherche de résilience dans les portefeuilles pour obtenir du rendement. Aujourd’hui, c’est un peu l’« anti-goldilocks », avec une faible croissance, une inflation élevée, alimentée par les prix de l’énergie, des denrées alimentaires et les problèmes sur les chaînes d’approvisionnement, contraignant au durcissement des politiques monétaires, tandis que les Etats sont dans une logique de désendettement, après les excès de précédentes crises. Le niveau élevé d’inflation et d’endettement rend beaucoup plus difficile le soutien des politiques monétaires et budgétaires auquel nous nous étions habitués ces dernières années.

Pensez-vous que le durcissement actuel des politiques monétaires soit adapté ?

Entre la pandémie, la politique zéro Covid en Chine et la guerre en Ukraine, l’incertitude a tellement augmenté qu’il faut faire preuve de la plus grande humilité dans les prévisions, notamment sur le moment où l’inflation atteindra un pic. En attendant, les banques centrales sont obligées d’agir. Leur réaction est unanime et très musclée, avec souvent des hausses de taux de 50, 75 voire 100 points de base. Après, les données seront réétudiées à chaque réunion pour décider de la marche à suivre. Elles seront bien entendu contraintes de tempérer la normalisation monétaire si l’environnement économique se détériorait.

Va-t-on vers une démondialisation et une réindustrialisation des économies développées, qui permettraient à la fois de revenir à plus de souveraineté et de limiter le changement climatique ?

Oui, la guerre en Ukraine a augmenté le désir de « résilience » des chaînes d’approvisionnement, qui est l’un des thèmes centraux des perspectives séculaires de Pimco. Les industries les plus sensibles, comme les semi-conducteurs, les batteries et autres, seront peu à peu rapatriées. Des sondages menés auprès des chefs d’entreprise montrent que la résilience des chaînes d’approvisionnement est l’une de leurs principales préoccupations et un sujet sur lequel ils travaillent activement.

Craignez-vous que l’inflation, malgré tout, ne s’installe durablement ?

Il y aura probablement une phase de transition, avec le rapatriement des sources d’approvisionnement, lors de laquelle les entreprises devront investir et seront moins efficientes, ce qui aura un coût élevé, alimentant l’inflation. Le réchauffement climatique est aussi de nature à alimenter la hausse des prix : par exemple, confronté à la pire sécheresse depuis soixante-dix ans, l’Italie du Nord a perdu près de 40 % de ses récoltes, tandis que la génération d’hydroéléctricité faiblit, et il faut davantage de liquide de refroidissement pour les centrales nucléaires.

A quel pourcentage évaluez-vous le risque de récession aux Etats-Unis et dans le monde à moyen terme ?

Avec le resserrement des conditions financières visibles dans les courbes de taux, la probabilité d’une récession mondiale dans les deux prochaines années est élevée (i.e., supérieure à 50 %). Cette récession sera mondiale car la hausse des prix touche tous les pays, et en particulier les plus défavorisés puisque ce sont surtout les cours des denrées de base qui s’envolent. Alors que les ménages pourront encore dépenser leur épargne accumulée ces dernières années cet été, à très court terme l’hiver risque d’être plus difficile en raison d’une hausse des dépenses d’électricité et des denrées alimentaires, avec l’épuisement des stocks.

Un arrêt probable des importations de gaz russe en Europe, comme le craint l’AIE, peut-il faire basculer l’Europe en récession ?

Oui, absolument, c’est notre scénario dans un tel cas de figure. Comme le craint l’Union européenne, un arrêt total des importations de gaz russe entraînerait des fermetures d’usines et des rationnements d’électricité très néfastes à la croissance. En attendant, c’est la course contre la montre pour diversifier l’approvisionnement et réactiver d’autres sources d’énergie, comme les centrales à charbon en Allemagne. De fait, le ralentissement économique est mondial, mais l’Europe, voisine du conflit, est dépendante au niveau énergétique.

Quelles sont aujourd’hui les innovations disruptives les plus prometteuses pour la croissance à venir ?

Les plus importantes sont les énergies vertes, qui prendront peu à peu le pas sur les énergies fossiles, les véhicules électriques, l’intelligence artificielle et la robotisation. Avec le phénomène de résilience et de réindustrialisation, l‘automatisation et la robotisation des chaînes de production seront cruciales pour amortir le coût de ce transfert. Ils permettront aussi de pallier la pénurie de main-d’œuvre.

Craignez-vous un enlisement du risque politique en France ?

Aujourd’hui le risque politique est mondial. Les ménages voient leur revenu réel diminuer en raison de l’inflation, ce qui crée partout des tensions sociales. S’ensuivent un environnement politique dégradé, un phénomène de désenchantement et la montée des extrêmes. Pointés du doigt comme coupables principaux, les gouvernements en place vont avec plus ou moins de bonheur tenter de minimiser l’impact de l’inflation. Mais l’hiver sera compliqué.

Quels sont vos conseils aujourd’hui en matière d’allocation d’actifs ?

De nombreux investisseurs avaient jusqu’ici pour réflexe d’acheter dans les creux buy the dip. Mais, cette fois, avec l’absence des soutiens budgétaires et monétaires, nous sommes bien plus prudents sur les actions et les obligations. Sans bouée de secours, il va probablement y avoir plus de faillites, plus de défauts, il va donc falloir être très sélectif. D’autant plus que le risque géopolitique (Etats-Unis/Chine, Russie) crée un risque de pertes. Point positif, les rendements ont repris des couleurs et peuvent désormais jouer un rôle dans les portefeuilles, même en Europe, où les rendements sont repassés en territoire positif. En ce qui concerne les obligations, les marchés anticipent des hausses de taux dont l’ampleur ne verra peut-être pas le jour, étant donné le ralentissement économique et le tassement à venir de l’inflation sous-jacente (hors éléments volatils tels que l’énergie et l’alimentaire). Dans ce cas, les rendements baisseront, et le prix des obligations, qui évolue en sens inverse des taux, s’apprécieront. Les obligations souveraines sont aussi à privilégier, compte tenu de l’adversité ambiante. Du côté des actions, il faudra privilégier les secteurs qui connaîtront de la croissance, même en récession, comme les éoliennes, les batteries, les panneaux solaires, les robots ou les composants électroniques. S’il n’y a pas de soutien public généralisé, ces activités représentent des enjeux tellement importants que des budgets colossaux y ont été alloués (plan REPowerEU, etc.) et permettront d’y maintenir l’activité à flot.

Problématique environnementale : un sujet très ancien sans réponse

Problématique environnementale : un sujet très ancien sans réponse

 

L’historien Christophe Bonneuil rappelle, dans une tribune au « Monde », que la réduction du poids des combustibles fossiles et de leurs effets néfastes sur le climat a été inscrite à l’agenda politique international dès 1972.

 

Il y a cinquante ans, le 16 juin 1972, se clôturait à Stockholm la Conférence des Nations unies sur l’environnement humain, premier sommet onusien de la Terre, avant celui de Rio, en 1992. Alors que les questions environnementales n’étaient guère mentionnées dans la Charte des Nations unies de 1945, l’« environnement » et la possibilité que les modèles de développement humain altèrent l’habitabilité de la planète se voyaient érigés en enjeu global.

Que se passe-t-il à l’approche de la conférence de Stockholm pour que « l’environnement global » soit dans toutes les bouches et que l’écologie mette des millions de personnes dans les rues (20 millions en avril 1970 lors du premier « Jour de la Terre ») ? Avec un PIB mondial multiplié par 2,5 et des échanges mondiaux quadruplant entre 1950 et 1970, la transformation massive des armements et des modes de production, d’échange et de consommation malmène déjà l’habitat terrestre. La guerre froide a déjà généré des dizaines de milliers de mètres cubes de déchets nucléaires. Le basculement vers un système énergétique à dominante pétrolière a multiplié la consommation d’énergie par 16 au XXe siècle et favorisé l’urbanisation, le règne de l’automobile, une agriculture motorisée et chimiquement perfusée. Les polluants menacent les équilibres des forêts, des océans, des zones humides et altèrent le cadre de vie et la santé des urbains. Surtout, dans un contexte de détente Est-Ouest, d’anti-impérialisme (guerre du Vietnam, luttes postcoloniales, mouvement des droits civiques) et de radicalisation de la jeunesse, les aspirations des sociétés et les horizons des diplomates ont changé.

 

Quatre synthèses majeures participent à la visibilité croissante des enjeux écologiques : le livre Printemps silencieux (1962), de la biologiste américaine Rachel Carson (1907-1964) ; le rapport « Restaurer la qualité de notre environnement » remis en 1965 à la Maison Blanche ; le rapport Meadows sur les « limites à la croissance » de 1972 ; le livre Only One Earth (« une seule Terre »), commandé par l’ONU à Barbara Ward et René Dubos, pour poser les bases du sommet de Stockholm.

Deux des 109 recommandations finales du sommet de Stockholm prônent une vigilance sur les « activités pour lesquelles il existe un risque appréciable d’effets sur le climat ». Si le réchauffement climatique n’est encore qu’un des nombreux problèmes, avec les pollutions, les marées noires, l’urbanisation incontrôlée, les déchets, les limites des ressources, les dégâts des pesticides, qui s’agrègent pour former le concept d’« environnement global », il n’en est pas moins présent. Le rôle des produits de combustion dans l’effet de serre est connu depuis le début du XXe siècle, mais il faut attendre le milieu des années 1950 pour que la teneur croissante de l’atmosphère en CO2 soit surveillée. Les services géologiques des Etats-Unis annoncent, à la fin des années 1950, une montée des océans déjà en cours. En 1967, les premiers modèles 3D du climat prévoient un net réchauffement planétaire : + 0,5 °C entre 1970 et l’an 2000, puis entre + 2 et + 4 °C au cours du XXIe siècle.

Adaptation au climat :Un cout de 2,3 milliards d’euros par an

Adaptation au climat :Un cout de 2,3 milliards d’euros par an 

 

Le retard de la France en matière d’adaptation au changement climatique est à nouveau pointé par l’Institut de l’économie pour le climat (I4CE). Dans un rapport publié jeudi 23 juin, cette ONG de référence estime qu’il faudrait investir au minimum 2,3 milliards d’euros par an pour lancer l’adaptation du pays aux inondations, aux canicules, ou aux incendies.

I4CE s’est donné pour objectif de chiffrer les coûts de l’adaptation au changement climatique. Dans cette première publication, l’institut a dressé une liste de 18 décisions budgétaires qui peuvent être  »prises dès à présent » pour anticiper les effets négatifs du changement climatique et prévenir ou minimiser les dommages que ces effets peuvent causer. Par exemple, « augmenter et maintenir dans la durée les moyens dont disposent les agences de l’eau pour leur action en faveur du grand cycle de l’eau et de la biodiversité », pour un montant de 300 millions par an ; « pérenniser une enveloppe annuelle de soutien à l’extension des bonnes pratiques d’adaptation en ville », pour 500 millions d’euros ; « prendre en charge le surcoût pour renforcer les exigences en matière de constructions durables et adaptés aux chaleurs futures dans la construction des bâtiments d’enseignement et de recherche », pour 500 millions.

Selon I4CE, la politique d’adaptation en France est encore trop timide. « On ne part pas de rien. Des actions sont engagées, mais qui restent largement insuffisantes face à l’ampleur des enjeux.

 

 

 

Un nouveau cadre politique sur leur chemin vers l’Union Européenne ?

Un nouveau cadre politique sur leur chemin vers l’Union Européenne ?

 

Alors que les adhésions de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie à l’UE seront discutées lors du Conseil européen des 23 et 24 juin, le politiste Thierry Chopin et le directeur de l’Institut Jacques-Delors, Sébastien Maillard, définissent, dans une tribune au « Monde », le nouveau cadre à même de favoriser l’intégration politique des futurs candidats.

Les Vingt-Sept s’apprêtent à donner à l’Ukraine et à la Moldavie le statut convoité de candidat à l’adhésion à l’Union européenne. Un pas historique. Ces candidatures n’augurent pas d’un énième élargissement de plus. Elles dessinent l’Europe d’après-guerre. Elles marquent un saut conceptuel dans le projet européen, qui s’était gardé jusqu’ici de trop empiéter sur ce que Moscou considère comme le « monde russe ». Mais l’invasion de l’Ukraine a fait éclater sa prétendue « sphère d’influence », dont veulent s’extraire ce pays, la Moldavie et, dans une autre mesure, la Géorgie. En allant en personne à Kiev soutenir cette candidature, les dirigeants allemand, français et italien ont enfin montré qu’ils s’affranchissaient de prévenance à l’égard des susceptibilités russes qu’une telle perspective d’élargissement ne pourra laisser de marbre.

C’est pourquoi il faut sans attendre compléter ces candidatures d’une « communauté politique européenne »comme y appelle le président Macron, en écho au projet de confédération repris par l’ancien président du conseil italien Enrico Letta. L’expérience montre que l’adhésion est une marche longue, incertaine, qui peut tomber dans l’enlisement (Balkans), voire la paralysie (Turquie), au risque de décourager les aspirants et de lasser les opinions. L’accélération n’est pas une solution. Une entrée à la hâte dans l’Union braderait les légitimes exigences à l’adhésion. La sécurisation des frontières extérieures, la désoligarchisation de l’économie ainsi que la lutte contre la corruption sont autant de défis à relever avant de devenir pleinement Etat membre de l’Union.

La « communauté politique européenne » servirait justement à accompagner ce chemin semé d’embûches, à permettre une entrée graduelle dans l’Union. Elle permettrait de donner à voir aux populations la couleur de l’adhésion par des projets concrets sectoriels (sécurité, énergie, éducation et recherche), que peuvent faciliter, pour certains d’entre eux, les accords d’association de l’UE déjà en vigueur avec ces pays. Elle aurait aussi pour conséquence de sortir le pays négociant son adhésion du seul tête-à-tête avec la Commission européenne, en donnant un cadre multilatéral, où s’opère une acculturation politique approfondie entre dirigeants qui partagent les valeurs communes promues par l’Union.

A cet égard, une ratification de la Charte européenne des droits fondamentaux par les pays candidats leur permettrait de signifier solennellement leur attachement à ce socle d’appartenance. Des sommets réguliers à Bruxelles de la « communauté politique européenne » verraient les dirigeants dans et hors de l’Union s’asseoir à la même table européenne pour donner au respect de l’Etat de droit et à la maturation de la démocratie libérale les impulsions politiques qu’ils méritent, au-delà des procédures institutionnelles dont ils font déjà l’objet. Dans cette nouvelle étape de la construction européenne, il faut empêcher que ne ressurgissent des situations comme celles que nous connaissons aujourd’hui avec la Pologne et la Hongrie, qui violent le contrat sur les valeurs politiques européennes inhérent à l’adhésion ; un contrat politique que mettrait en exergue la communauté éponyme.

 » Un bouleversement institutionnel actuel et démocratique » ?

« Un bouleversement institutionnel actuel  et démocratique »  ? 

 

Face à une « situation d’urgence » écologique, sociale et économique, un collectif d’universitaires, de militants et de responsables d’ONG propose, dans une tribune au « Monde », de « changer en profondeur la méthode » de gouvernement et les institutions, pour y impliquer les citoyens.

Un article intéressant qui souligne le besoin démocratique mais qui fait largement l’impasse sur les facteurs négatifs structurels des faiblesses actuelles ( exemple notamment la sous-représentation chronique dans le système politique des couches moyennes et défavorisées). Bref, une réflexion un peu courte. NDLR

 

« Une France ingouvernable », « une situation de blocage sans précédent », « une impasse institutionnelle »… au lendemain d’élections législatives marquées par une abstention massive (53,77 % à l’échelle nationale. Plus de 70 % des 18-24 ans) et par l’entrée de 89 députés du Rassemblement national (RN) sur les bancs de la nouvelle Assemblée, le président de la République n’obtient pas de majorité absolue au Parlement après son élection.

 

Nous en sommes persuadés, le bouleversement institutionnel que nous vivons aujourd’hui constitue une formidable occasion d’ouvrir enfin sérieusement le chantier démocratique, afin de transformer en profondeur nos institutions, vers une nouvelle méthode de gouvernement, plus participative. Les solutions sont nombreuses pour améliorer le fonctionnement de notre système politique : proportionnelle, reconnaissance du vote blanc, scrutin au jugement majoritaire, référendum d’initiative citoyenne (RIC), financement structurel de l’innovation démocratique, généralisation du service civique pour former des jeunes citoyens actifs, institutionnalisation des conventions citoyennes…

Durant les derniers mois, de nombreuses organisations ont sélectionné les propositions les plus pertinentes, réunies dans un « pacte démocratique ». Les candidats à l’élection présidentielle se sont vu proposer [par la coalition d’associations et d’ONG Démocratie ouverte] de le signer. Plus récemment, un sommet citoyen, le #G500, a été organisé à Marseille [les 3 et 4 juin], aboutissant à des propositions pour faire entrer les citoyens dans le fonctionnement de notre démocratie.

Côté politique, les grandes forces demandent elles aussi une telle refondation démocratique, que ce soit au travers d’une convention citoyenne pour réformer nos institutions, suivie d’un référendum (socialistes et écologistes), au travers d’une Constituante (« insoumis ») ou au travers d’une conférence des partis et d’un « conseil national de la refondation » (Ensemble !). Un consensus politique et citoyen semble se dessiner sur le sujet, et les événements poussent à enclencher rapidement une telle réforme, mais il est important de ne pas se tromper de méthode.

Repenser le fonctionnement politique d’une nation est un défi de taille, qui requiert une méthode robuste. Il est essentiel que l’ensemble des acteurs concernés soient présents autour de la table : les grandes forces politiques évidemment, mais aussi les acteurs de la société civile organisée, les élus locaux et surtout les premiers concernés : les citoyennes et les citoyens !

Environnement : la transition écologique est surtout un enjeu économique

Environnement : la transition écologique est surtout un enjeu économique

La transition peut réussir à condition de réunir quatre préalables : taxer le pétrole, assurer l’efficacité énergétique, sortir du mythe du bien commun et repenser la filière nucléaire, estime, dans une tribune au « Monde », l’énergéticien Gilles David.

 

La situation est grave, et les perspectives sombres. Le temps est compté avant le point de non-retour et le chaos. C’est en tout cas ce que beaucoup affirment dès que le sujet de la transition énergétique est abordé.

Pourtant, être un entrepreneur lucide et investi dans les « cleantech » [technologies propres] donne une vision autre de la réalité. Le sérieux et la complexité des enjeux ne doivent pas empêcher un optimisme lucide. Car, loin d’une foi aveugle dans la technologie et la science, c’est l’histoire qui nous ramène à la mesure et la raison.

En effet, si la crise énergétique et existentielle que nous traversons est d’une intensité inédite, elle n’en est pas moins une nouvelle réplique des secousses récurrentes que connaît notre monde en matière d’énergie. Moulins à vent et à eau ont ainsi permis, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, à l’industrie européenne de produire farine, papier et… armes. A cette date, presque toutes les chutes d’eau en France sont équipées.

En Angleterre, ce sont les besoins croissants en énergie qui provoquèrent, aux XVIIe et XVIIIsiècles, une grave pénurie de bois et l’émergence du charbon, d’abord pour remplacer le bois dans les cheminées, les hauts-fourneaux et les fours à verre et ensuite pour remplacer les barrages, grâce à la machine à vapeur. C’est aussi la crise pétrolière de 1973 – et la forte hausse des tarifs du pétrole – qui a conduit le nucléaire à remplacer le pétrole dans notre pays. Le nucléaire n’aurait pas connu un tel développement sans cette crise.

En réalité, les avancées énergétiques se sont toujours faites pour des raisons d’abord économiques. La transition énergétique que nous appelons tous de nos vœux n’échappe pas à cette règle. Elle se fera si les conditions économiques d’un marché de la production d’énergie sans CO2 et l’efficacité énergétique sont réunies. Elle réussira si elle est technologique, libérale et régulée par des politiques visionnaires.

A l’échelle de l’homme, l’énergie disponible est illimitée. Entre le soleil, le vent, la géothermie, les combustibles fossiles ou le nucléaire, le problème n’est pas la raréfaction de l’énergie. Le problème est celui de son coût de production, de son stockage et de ses externalités. L’énergie n’est pas gratuite.

Elle coûte en capital et en main-d’œuvre. Pour produire de l’énergie, il convient donc de mobiliser du capital, de disposer de moyens humains ainsi que de conditions de marché permettant de vendre la production. La question est d’abord économique et non physique.

Vers un haut niveau de sécurité concernant l’identité numérique

Vers un haut niveau de sécurité concernant l’identité numérique

Les deux spécialistes du numérique Rayissa Armata et Marc Norlain expliquent, dans une tribune au « Monde », pourquoi la certification française en matière d’identité numérique est très attendue par les pays européens, en vue d’une possible harmonisation.

 

L’année 2022 marque une étape importante pour la vérification d’identité à distance. La France se dote en effet d’une nouvelle certification « prestataire de vérification d’identité à distance » (PVID), capable de garantir l’équivalence d’un face-à-face aux citoyens lorsqu’ils prouvent leur identité sur Internet.

La vérification d’identité à distance consiste à s’assurer qu’une personne est bien en possession d’un titre d’identité authentique et que ce titre lui appartient avec le même niveau de précision et de sécurité qu’une vérification en présentiel. Cette vérification intervient dans de nombreuses situations de nos vies quotidiennes : ouvrir un compte en banque, réserver une chambre d’hôtel, jouer à des jeux d’argent, louer un véhicule, se connecter à des services administratifs étatiques.

En pratique, la solution numérique demande à l’utilisateur de prendre une photo de son document d’identité puis une photo ou vidéo portrait, et enfin procède aux comparaisons nécessaires des données pour fournir un verdict. Grâce à un appareil connecté, la vérification se fait quasiment n’importe où, en un temps record (de quelques secondes) sur smartphone, ordinateur ou même en point de vente physique.

Comme dans tous les secteurs nécessitant du partage de données numériques, on observe une multitude de risques dans une identification à distance. Les fraudeurs tentent leur chance et l’usurpation d’identité demeure le risque principal. L’usurpation d’identité représente le fait de collecter les informations personnelles d’un individu et de les utiliser pour effectuer des actes, plus ou moins criminels, en simulant son identité.

Plusieurs types de fraude existent tant les fraudeurs ne manquent pas d’ingéniosité : falsification documentaire, achat de « vrais » faux documents sur le dark Web, rejeu

Il devient essentiel de redoubler de vigilance et d’engager l’ensemble des secteurs à opérer une vérification d’identité à distance encadrée avant une entrée en relation, c’est l’une des clés de voûte des législations nationales et européennes en vigueur et de la lutte contre la fraude en général mais aussi dans la lutte contre le blanchiment d’argent.

Pour y faire face et tenter de les déjouer, la France a engagé une réflexion sur l’importance de garantir le plus haut niveau de sécurité aux citoyens dans la vérification de leur identité à distance et à terme de leur identité numérique. Développée par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), cette certification PVID imposée aux prestataires de solutions de vérifications pourrait devenir la pierre angulaire dans la construction de l’harmonisation réglementaire de la preuve d’identité à distance et est d’ailleurs suivie de près par l’ensemble des pays membres.

Macron: un discours vide pour rien

Macron: un discours pour rien

Comme souvent, Macron sait parler pour ne rien dire. En fait, l’essentiel de son propos n’apporte rien de nouveau à savoir qu’après le résultat des élections législatives, faute de majorité absolue, le pouvoir sera contraint de passer des compromis avec les oppositions. Macron qualifie cet exercice de nouvelle manière de gouverner. En fait il s’agit d’un retour à la IVe République.

Macron lui-même n’a pas eu l’air très convaincu de son propre discours- très court- sans doute assommé par sa défaite aux législatives. Il a exclu d’emblée cette idée d’union nationale d’autant plus facilement qu’ aucune formation de l’opposition n’est prête à s’engager dans ce processus. Personne ne veut en effet partager la responsabilité de l’échec de Macron qui le conduira assez rapidement à dissoudre l’Assemblée nationale. Ne reste évidemment que la possibilité de légiférer avec des majorités au cas par cas.

Ce sera sans doute possible mais sur des orientations largement amendées et surtout quantitativement limitées. Un seul exemple la question de la retraite même plus évoquée par le président de la république alors que cela constituait la mesure phare de son programme.

Pour résumer,  Macron n’a pas apporté grand chose de nouveau et a tenté un exercice de renversement du fardeau de la responsabilité sur l’opposition en l’interrogeant pour la mettre éventuellement en contradiction avec l’opinion publique. Bref toujours cette stratégie de Machiavel raté victime de ses propres insuffisances et principale responsable de la montée des extrémismes.

La gauche radicalisée, un renoncement au pouvoir

La gauche radicalisée, un renoncement au pouvoir

 

En acceptant l’alliance de la Nupes, la gauche sociale-démocrate s’est rangée et dissoute dans la gauche radicale, analyse le journaliste Renaud Dély dans le Figaro. En plus de la faire disparaître, cette ligne contestataire va la tenir éloignée du pouvoir.

Renaud Dély est journaliste et auteur d’Anatomie d’une trahison. La gauche contre le progrès (Éditions de l’Observatoire, 2022).

Jean-Luc Mélenchon a proposé de former un groupe au Parlement, proposition qu’ont déclinée le PS, EELV et le PCF. N’était-ce qu’une alliance de façade ? Va-t-elle perdurer dans l’hémicycle ?

Renaud DÉLY. – En faisant cette proposition, Jean-Luc Mélenchon continue de faire ce qu’il sait très bien faire : de la politique. Je suis assez surpris par la naïveté confondante de ses partenaires socialistes, écologistes et communistes. Ils ont l’air estomaqués et se récrient… Mais dès lors qu’ils ont accepté de se ranger derrière l’accord de la Nupes, c’est-à-dire derrière 650 propositions communes (même s’il y avait des désaccords), derrière des candidatures uniques dans chaque circonscription et surtout, derrière le mot d’ordre de Jean-Luc Mélenchon, «Élisez-moi à Matignon», cette proposition d’absorption était logique et attendue.

Avec cette tentative, Jean-Luc Mélenchon poursuit l’OPA sur l’ensemble de la gauche qu’il a déjà initiée dès le début du mois de mai, lorsqu’il a rassemblé toute la gauche sur son nom, sur son programme, et même derrière 350 de ses candidats. Il n’y a rien de surprenant à ce qu’il fasse cette proposition. C’était d’autant plus prévisible qu’il a perdu les élections, que le résultat est décevant pour lui, et qu’il s’interroge maintenant sur son rôle dans les années qui viennent. En effet, celle qui va réellement incarner le leadership de l’opposition à l’Assemblée nationale, c’est Marine Le Pen, à la tête du groupe RN de 89 députés.

Par ailleurs, il est logique que les écologistes, socialistes et communistes refusent. En effet, il y a des désaccords de fond qui demeurent entre eux: sur des sujets aussi importants que la situation en Ukraine, l’Otan, l’avenir de l’Union européenne mais aussi sur des sujets qui ont trait aux libertés publiques. Peu importe pour Jean-Luc Mélenchon que ses supplétifs s’indignent, le coup est déjà réussi: il a pris à témoin publiquement l’électorat de gauche qui aura du mal à comprendre ce refus de constituer un groupe à l’Assemblée alors que jusque-là tous ses partenaires étaient d’accord sur tout avec l’insoumis jusqu’à clamer « Mélenchon premier ministre ! ».

Les désaccords profonds entre toutes ces formations de gauche n’avaient donc été mis entre parenthèses que pendant quelques semaines de campagne. Ils demeurent donc et heureusement d’ailleurs, que cette alliance n’a pas gagné les élections, elle aurait été bien incapable de diriger le pays au vu de l’ampleur de ses divisions.

On constate que cette alliance n’était bien qu’un cartel électoral, une conjonction d’intérêts électoraux à très court terme et dans laquelle les différences de fond demeurent. Le principal ciment de cette alliance était et demeure, l’antimacronisme.

Quel est le nouvel équilibre des forces entre les différents partis de gauche ?

Cet équilibre repose très clairement sur l’hégémonie de Jean-Luc Mélenchon. Il a construit cette hégémonie avec son score au premier tour de l’élection présidentielle et il l’a confortée avec cette alliance de la Nupes qu’il a réussi à faire avaler, si j’ose dire, et même digérer par tous ses partenaires, de Julien Bayou à Olivier Faure. Ils se sont tous rangés sans ciller derrière Jean-Luc Mélenchon, le programme des Insoumis et le mot d’ordre « Élisez-moi à Matignon ». Seul Fabien Roussel a fait preuve d’un peu de résistance en essayant de conserver un semblant d’autonomie.

Dès lors, le rapport de forces internes à la gauche est extrêmement clair: ce qui reste de la gauche, c’est une gauche mélenchoniste, voire mélenchonisée. Les autres ne sont que des supplétifs. Le risque qu’ils courent, et qu’ils ont accepté de prendre dès lors qu’ils ont conclu cette alliance qui allait à l’encontre de nombre de leurs convictions, en particulier celles des écologistes et des socialistes sur les questions européennes, est celui de devenir les supplétifs, voir les complices de la gauche mélenchoniste et radicale.

Cette union entérine-t-elle un effacement de la gauche sociale-démocrate, initié lors des dernières élections présidentielles (2017 et 2022) ?

C’est le drame qu’entraîne cette union: la gauche sociale-démocrate, la gauche réformiste, celle qui accepte de s’atteler au réel, de le changer, de la réformer et de le corriger, s’est ralliée, rangée et même dissoute dans la gauche radicale. De nombreux responsables du Parti socialiste ont préféré rogner sur une grande partie de leurs convictions pour sauver quelques mandats de députés. Et le résultat accouche finalement d’une grande stabilité pour le PS: c’est le seul partenaire qui n’a pas progressé en nombre de députés. Tout ça pour ça…

Mais ce reniement a de lourdes conséquences. En effet, cette gauche-là a rompu avec la culture de gouvernement pour préférer se réfugier dans l’imprécation, l’indignation, la radicalité. Les réformistes se sont enfermés dans une posture qui les tient durablement éloignés du pouvoir et leur influence s’est de plus en plus marginalisée.

Le problème c’est que cette gauche réformiste s’est engagée dans cet engrenage au risque d’être avalée et détruite par la gauche radicale mélenchoniste. Même si les socialistes reprennent de la distance à l’Assemblée nationale en conservant leur propre groupe, dans l’esprit des électeurs de gauche, ils se sont dissous dans le mélenchonisme. Cette gauche radicale est, à mon sens, durablement minoritaire dans le pays. Elle a avalé et anéanti ce qui restait de la gauche réformiste et ne pourra pas reconquérir le pouvoir avant très longtemps.

131 sièges, c’est le plus bas score de la gauche en nombre de députés aux législatives, à l’exception de 1993 et 2017.

La Nupes a finalement obtenu 131 sièges Doit-on considérer cela comme une victoire ou une défaite de la gauche ?

C’est un échec assez net. 131 sièges, c’est le plus bas score de la gauche en nombre de députés aux législatives, à l’exception de 1993 et 2017. Bien sûr, il y a un progrès par rapport à 2017: le nombre de députés a doublé. Mais Jean-Luc Mélenchon espérait beaucoup mieux et sa défaite est claire. Le nombre de députés de gauche est inférieur à celui qu’elle détenait dans l’Assemblée nationale lors de ses défaites législatives de 2002, après la réélection de Jacques Chirac à l’Élysée, et en 2007, après la victoire de Nicolas Sarkozy. Rappelons qu’en 2002, la gauche était déjà absente du second tour de l’élection présidentielle. Il n’y a que lors des débâcles de 1993 et 2017 que la gauche a eu moins de députés que cette année.

C’est une nette défaite en voix d’abord: il n’y a eu aucune dynamique électorale. L’accord de la Nupes n’a pas rapporté de suffrages à la gauche qui reste au même niveau qu’en 2017. En fait, c’est un succès stratégique certes, car la stratégie d’union a permis à la gauche de limiter les dégâts en nombre d’élus, mais c’est avant tout un échec électoral et politique.

Plus grave, c’est même une défaite idéologique parce que cette gauche s’est rangée sur une ligne radicale, contestataire et protestataire qui va la tenir éloignée du pouvoir. Elle sera représentée à l’Assemblée nationale par une grande partie de députés eux-mêmes essentiellement contestataires et qui n’ont aucune culture de gouvernement et ne veulent pas l’acquérir. Ils se prétendent les porte-parole du « peuple en colère » et ne vont siéger que pour protester et bloquer. Ce n’est pas sur ces bases que la gauche peut essayer de se reconstruire pour essayer de reconquérir le pouvoir demain et se mettre à nouveau à essayer de transformer, changer et améliorer le réel.


À VOIR AUSSI - Législatives: Olivier Faure juge que «c’est une folie» de considérer la gauche comme antirépublicaine

12345...181



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol