Archive pour le Tag 'un'

Anne Cabana anime un débat sur son compagnon le ministre-Blanquer sur i24News

Anne Cabana anime un débat sur son compagnon -le ministre-Blanquer- sur i24News

 

 

 

Il est bien connu que certains entretiennent des relations assez ésotériques avec la déontologie journalistique.

.

Cette fois , c’est  Anne Cabana ( par ailleurs bonne journaliste) qui a animé un débat sur son époux, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, dans la tourmente entre les grèves des enseignants et les dernières révélations de Mediapart . Il n’en fallait pas plus pour affoler le petit monde jounalistico-médiatique. Certains se demandant au départ si ce n’était pas une «fake news» qui circulait. Après vérification, il est confirmé que cette émission s’est bel et bien tenue sur l’antenne d’information francophone de la télévision israélienne la veille.

Vivendi un « petit nain … très politique !

Vivendi un « petit nain … très politique !

 

Bolloré a réussi un excellent numéro de claquettes face à une commission sénatoriale enquêtant sur le pluralisme dans les médias,.

Bolloré a réussi à noyer le poisson en mélangeant la problématique de l’information avec la problématique du divertissement. Il n’a cessé de sous-estimer le poids de Vivendi dans les médias. Sans doute pour dissimuler ses vraies intentions politiques situées nettement à l’extrême droite. Le problème, c’est que le groupe Bolloré jusque-là a surtout fait ses profits  grâce à ses activités en Afrique dans des conditions parfois discutables. Ces activités sont actuellement en vente et le recentrage est général dans les médias. D’une certaine manière, Vincent Bolloré s’investit dans un terrain très dangereux qui est celui de la politique. Mélanger politique et les affaires n’a jamais porté chance à ceux qui ont tenté le pari.

 Bolloré est en effet un groupe industriel dont l’objectif est évidemment de réaliser le meilleur profit. En ce moment Bolloré investit surtout dans des médias dont le taux de rentabilité est insignifiant voire complètement nul.

Il suffit pour se persuader de cet investissement dans la politique de constater l’évolution de la chaîne de télévision C news , chaîne très populiste et marquée à l’extrême droite. Pas vraiment une chaîne d’information à la française plutôt une chaîne à l’américaine au service d’une idéologie.

Il y a chez Vincent Bolloré l’envie d’en découdre avec le politiquement correct et d’assurer la promotion du radicalisme d’extrême droite. Avec en plus un populisme un peu provincial et pour tout dire un peu archaïque. Sur C News on ne gère pas l’information, on prophétise, on condamne, on pratique le prosélytisme radical de droite. Témoin cette tribune offerte pendant des heures et des heures, pendant des mois et des mois à l’évangéliste Zémmour. Les trois ou quatre complices qui l’entourent ne sont que des alibis pour conforter les propos du prédicateur ( Et Zemmour  a été remplacé par un   sociologue verbeux  encore plus insupportable à écouter).  Quant à l’émission qui suit celle de Pascal Prod, c’est évidemment une véritable caricature de débat, une vraie discussion de bistrot.

Il n’est pas certain que les investisseurs apprécient très très longtemps cette espèce de mélange des genres d’un Bolloré vieillissant reconverti  dans une activité médias aussi douteuse qu’incertaine.

Hier , Vincent Bolloré a cherché à relativiser le poids de son groupe dans le paysage médiatique ainsi que son pouvoir personnel. Il s’est également lancé dans une défense du patriotisme économique, lui qui a surtout fait sa fortune en Afrique.

Pour un apprentissage des méthodes de débat

Pour un apprentissage des méthodes de débat

 

Les deux professeurs Irena Descubes et Yann Duzert proposent, dans une tribune au « Monde », de mettre au cœur du nouvel Institut national du service public, créé le 1er janvier, la capacité à « parler à l’ensemble des parties prenantes ».

 

Tribune. 

 

L’ensemble des hauts fonctionnaires va être amené à suivre une formation commune au sein de l’Institut national du service public (INSP), qui a ouvert le 1er janvier 2022. C’est l’occasion ou jamais de renouveler les modes d’intervention étatique, en mettant au cœur de l’action publique la capacité à négocier.

Sur bien des sujets, en effet, il est devenu aujourd’hui indispensable de réunir autour de la table l’ensemble des parties prenantes et d’arriver à un accord, si l’on veut aboutir à des décisions communes, réellement acceptées et mises en œuvre. Un modus operandi qui nécessite une très bonne maîtrise des techniques de négociation, malheureusement trop rare dans la haute fonction publique française.

Les situations de blocage de longue durée se sont multipliées ces dernières années. On peut citer l’affaire de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ou la crise des « gilets jaunes ». On y a vu l’Etat embourbé pendant de longs mois.

Mais la question est plus large. Au quotidien, on voit la grande difficulté de beaucoup d’autorités morales à convaincre. Les patients ne suivent, en moyenne, que la moitié des prescriptions faites par leurs médecins ! Ne pas prendre le temps de discuter avec eux, d’entendre leur point de vue, pour négocier et les faire évoluer, coûte finalement très cher…

Dans les hôpitaux, les autorités administratives et les médecins tirent également à hue et à dia, souvent sans parvenir à s’entendre, au détriment du fonctionnement des services. En matière de justice aussi, une meilleure capacité à négocier serait cruciale. Aux Etats-Unis, plus de 90 % des conflits civils sont réglés par des accords négociés. Beaucoup d’affaires en France pourraient être traitées grâce à des médiations et cesser d’engorger les tribunaux. Au Brésil, nous avons formé des magistrats pour minimiser le nombre d’appels sur des questions écologiques sensibles. Les résultats ont été au rendez-vous.

Des recherches récentes en sciences cognitives, en psychologie expérimentale, en théorie des jeux, en sciences de l’information, ont profondément renouvelé les approches de la négociation. Les négociateurs modernes appliquent les concepts de l’autopoïèse, cette capacité du vivant à se renouveler dans des environnements complexes et incertains. Ils pratiquent l’« énaction » du neurobiologiste Francisco Varela, cette capacité à faire surgir du neuf, à penser hors du cadre. Ces nouvelles connaissances, nées en France, sont enseignées au plus haut niveau dans des pays comme la Chine, les Etats-Unis, le Brésil. La France est en retard de vingt ans en ce domaine.

Fonctionnaires : 1 million en plus sur un peu plus de 20 ans

Fonctionnaires : 1 million en plus sur un peu plus de 20 ans

 

Emmanuel Macron avait lui-même promis de réduire le nombre de fonctionnaires de 150 000 ; résultat : le nombre a encore augmenté comme depuis des années; ainsi depuis 1997; on a créé plus d’un million d’emplois de fonctionnaires supplémentaires.  De quoi mieux comprendre pourquoi la France est enlisée à la fois dans la bureaucratie mais aussi dans la dérive budgétaire.

Certes des fonctionnaires sont utiles dans des missions d’intérêt général mais on comprend mal que certains soient employés dans des tâches qui peuvent relever du secteur privé dans des conditions économiques beaucoup  moins coûteuses. Du coup, ces fonctionnaires sont mal payés, mal considérés et globalement assez inefficaces. Dans certains domaines on est même en situation de prolétarisation comme dans l’école.

La France est surtout victime d’une grande confusion entre les missions régaliennes, leurs conditions d’exécution et le statut des personnels. Du coup certains dans le privé  ( transports scolaires par exemple)  exécutent des tâches d’intérêt réellement régional tandis que d’autres, comme les hordes de jardiniers qui plantent des pâquerettes dans les massifs municipaux exécutent des tâches qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’intérêt général.

Dans le détail,  les effectifs de la fonction publique d’État (2.524.000 personnes fin 2020) ont augmenté de 6 % de 1997 à 2020, + 154 000. Ceux de la fonction publique territoriale (1.932.000 personnes fin 2020), de 44 %, + 549 000. Et ceux de la fonction publique hospitalière (1.207.000 personnes fin 2020).

Omicron: Le pic atteint ! mais un nouveau record qui contredit !

  • Omicron: Le pic atteint ! mais un nouveau record qui contredit ! 
  •  
  •  
  • D’après les experts et même les médias qui avaient bouclé pratiquement leurs tirages, le pic omicron serait atteint et même en régression. Manque de chance ou de lucidité puisqu’au contraire la France vient d’enregistrer un record 464.769 nouveaux cas en 24 heures, un record ; Mardi dernier, 368.149 cas avaient été recensés.
  • Le taux de positivité des tests augmente aussi , s’établissant à 23,9%. Le taux d’incidence est lui de 3063 personnes contaminées pour 100.000 habitants.Bref, beaucoup d’experts, les politiques et les grands médias devraient se montrer prudents dans leurs pronostics quant à l’évolution de la maladie concernant en particulier le nombre de contaminées. Un nombre record même au monde rapporté à la population. Dans nombre de fourneaux on  titre « . Le pic des cas semble donc atteint » reprenant tout simplement les affirmations du gouvernement. La vérité sans doute ce qu’il y a encore des normes inconnues concernant cette maladie aussi bien concernant les conditions de son évolution, de sa contamination et même de sa gravité à moyen et longs terme.

Le pire dans cette désinformation, c’est l’unanimité de la tonalité qui fait croire que la crise omicron est pratiquement terminée. Un joli coup de pied au cul à l’information formatée des grands médias avec ce nouveau record de contamination

Droit: Non à un concours d’agrégation au rabais

Droit: Non à un concours d’agrégation au rabais

Dans une tribune au « Monde », les juristes Jean-François Cesaro et Pierre-Yves Gautier critiquent le projet, en provenance du ministère de l’enseignement supérieur, d’abandon de la « leçon de 24 heures » des épreuves de droit.

 

Tribune.

 

Il existe un mauvais génie français. Il est tel qu’il faut souhaiter qu’il ne s’intéresse pas à vous. Il prend sa source dans le centralisme qui a survécu à la Révolution, fondé sur la récusation du mérite, l’indifférence à l’effort, dès lors qu’il ne touche pas l’accès aux grands corps de la fonction publique, jalousement gardés en dépit des réformes essentiellement d’annonce.

Un projet d’arrêté en provenance du ministère de l’enseignement supérieur en constitue une inquiétante illustration. Il porte sur le concours d’agrégation pour le recrutement des professeurs des universités des disciplines juridiques, politiques et de gestion, très différent des autres types d’agrégations de l’enseignement. Celui-là même que [l’avocat et académicien] Jean-Denis Bredin, récemment disparu, et [l’ancien ministre de la justice] Robert Badinter réussirent avec panache.

Ce concours comporte quatre épreuves, dont une, particulièrement exigeante, qui fait la sidération, empreinte d’admiration, de la part des professeurs étrangers, à travers la planète : il s’agit de la fameuse « leçon de 24 heures ». Demain, si cet arrêté est adopté, elle disparaîtrait.

Le principe de cette leçon est d’une stimulation exceptionnelle : le candidat tire un sujet qui impose la maîtrise de nombreuses disciplines, c’est le jeu même (exemples du dernier concours de droit privé : « la vérité », « les troubles », « le climat », « la vulnérabilité »). De sorte qu’il devra en sortir l’ampleur et la variété, et en dégager le fil conducteur. Cette épreuve est une ouverture de l’esprit, une évasion des spécialisations, autre mal de ce siècle, du moins lorsqu’elles manquent de mesure.

Entouré d’une équipe qu’il a choisie, le candidat dispose d’une journée et d’une nuit pour rédiger une leçon de 45 minutes qu’il présentera le lendemain au jury, comme s’il s’exprimait devant un amphithéâtre. Il pourra, s’il le souhaite, s’entourer de philosophes, d’historiens, de sociologues, d’économistes, car les questions du droit sont par essence celles de la cité.

Au petit matin, après une nuit de fiévreuses discussions, de construction d’un plan, de recherche d’une trame et d’écriture, le candidat sera seul pour porter sa leçon. Eloquence, résistance du cerveau et du corps, esprit de synthèse et rapidité intellectuelle sont ainsi mis à l’épreuve, car c’est bien ce qui attend le futur professeur, homme ou femme, durant sa carrière.

Le caractère collectif de l’épreuve est une singularité. Elle exige du candidat le sens du travail en commun. Ce sont des qualités que l’on attendra de lui, s’il est reçu : identifier les meilleurs collaborateurs dès leur recrutement, conduire des équipes de chargés de travaux dirigés, mener un groupe de recherche scientifique. Les participants ne sont pas en reste : on commence « petite main », puis corédacteur, c’est l’apprentissage par l’expérience, le cheminement, qui fait un agrégé du supérieur, ici, de droit.

SONDAGE « POLITIQUE » de BFM -: Un Français sur deux prévoit la victoire de Macron !

SONDAGE « POLITIQUE » de BFM  -: Un Français sur deux prévoit la victoire de Macron !

 

 

Un sondage d’une nouvelle nature. On connaissait déjà les très discutables enquêtes sur les intentions de vote méthodologiquement  et politiquement très critiquable. Maintenant on passe à l’idée que se font les Français du résultat du vote. Un sondage encore davantage ésotérique surtout quand on sait que plus de la moitié des Français n’ont pas son instant l’intention d’aller voter. Ainsi Emmanuel Macron resterait  le grand favori puisque près d’un Français sur deux pronostique une victoire du président sortant, Emmanuel Macron, selon  Elabe Opinion 2022 pour BFMTV. Aucun autre candidat ne s’approche de ce score.

Ainsi, 14% des interrogés seulement voient une victoire à venir de Valérie Pécresse, invitée ce mardi soir de l’émission La France dans les yeux sur BFMTV. Marine Le Pen obtient le même score. Derrière, 6% des Français voient une victoire d’Éric Zemmour, et 5% imaginent Jean-Luc Mélenchon s’imposer. Tous les autres candidats sont sous la barre des 3%.

Si les sympathisants de LaREM et du Modem croient à 91% en une victoire d’Emmanuel Macron, et que ceux du RN sont 65% à être confiants dans la victoire de leur camp, les autres partis se montrent partagés. Ainsi, 52% des proches des Républicains voient une victoire de leur candidate Valérie Pécresse. Une faible confiance également perçue chez Reconquête (54%).

À gauche, l’espoir semble plus que jamais avoir quitté les rangs. Les sympathisants de La France Insoumise ne croient qu’à 39% dans la victoire de Jean-Luc Mélenchon. Un chiffre qui tombe à 16% pour les électeurs socialistes en ce qui concerne Anne Hidalgo ou Christiane Taubira. Enfin, 11% seulement des écologistes croient en une victoire de Yannick Jadot, pourtant mieux classé dans les sondages que la maire de Paris ou l’ancienne garde des Sceaux.

Ecole: un nouvel appel à la grève de trop jeudi ?

Ecole: un nouvel appel à la grève de trop jeudi ?

 

 

Indéniablement le dernier mouvement de grève à l’appel de tous les syndicats a  constitué un succès d’autant qu’il était largement appuyépar les parents mettant ainsi en cause la complexité du protocole sanitaire et son caractère inapplicable. Les syndicats très marqués à gauche remettent le couvert ce jeudi. Peut-être une grève de trop car les syndicats réformistes ne sont pas de la partie et l’opinion pourrait se fatiguer  de ces grèves à répétition. Le danger est aussi syndical mais aussi politique. La grève est un outil à gérer de façon intelligente et de manière majoritaire. L’expérience de ces dernières années a démontré que la poursuite de mouvements trop répétés se retournait en fait  contre leurs instigateurs.

FSU, CGT Educ’action, FO et SUD Education, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d’élèves, ont lancé cet appel à la mobilisation.

Les enseignants et autres personnels de l’Education nationale, exaspérés par la valse des protocoles sanitaires liés au Covid-19, ont mené jeudi une grève d’ampleur, à l’issue de laquelle le gouvernement leur a promis 5 millions de masques FFP2 et des remplaçants, avec notamment le recrutement de « 3.300 contractuels de plus » et le recours aux listes complémentaires (candidats qui ont passé le concours et n’ont pas été recrutés, mais étaient bien classés).

Le gouvernement a aussi annoncé que les évaluations de « mi-CP » seraient « reportées à un délai qui reste à définir », et qu’un éventuel report des épreuves de spécialités du bac, prévues en mars, serait étudié.

L’appel à la mobilisation pour jeudi est cependant moins large que pour le 13 janvier, les syndicats enseignants SE-Unsa, Snalc et Sgen-CFDT n’ayant cette fois-ci pas rejoint le mouvement.

Présidentielle 2022 : encore un sondage contradictoire

Présidentielle 2022 : encore un sondage contradictoire

Les sondages multiplient et les contradictions aussi. Ainsi par exemple dans certains sondages Valérie Pécresse serait à égalité avec Macron au second toujours et pourrait même l’emporter. Dans d’autres au contraire Macron  domine assez largement. De toute manière il y a de vrais problèmes méthodologiques relatifs aux   » intentions de vote »  surtout quand 50 % ne sont pas certains d’aller voter. Sans parler des manipulations en fonction des intérêts des arts et des autres.

 

Concernant le match entre Marine Payne et Zemmour seuls 40% des Français considèrent désormais la candidate du Rassemblement national comme étant la «représentante d’une extrême droite nationaliste et xénophobe» (soit 9 points de moins qu’en février 2019), contre 64% pour Éric Zemmour. C’est ce que révèle le baromètre annuel de l’image du Rassemblement national, réalisé par Kantar Public pour Franceinfo et Le Monde , publié ce lundi 17 janvier.

Inspirant moins de rejet que son concurrent, la candidate du RN est également vue comme plus à même d’accéder à l’Élysée en avril. 29% des personnes interrogées jugent en effet probable que Marine Le Pen soit élue présidente de la République, alors que seules 10% croient pour l’instant en la victoire d’Éric Zemmour.

Fraude fiscale Wendel: un jugement 15 ans après !

Fraude fiscale  Wendel: un jugement 15 ans après !

 

 

Un détournement des anciens patrons de la sidérurgie Wendel, qui porte sur 315 millions d’euros en actions. Un montage financier très sophistiqué pour éviter l’imposition

En décembre 2010, quelques jours seulement avant la prescription fiscale, tous s’étaient vu notifier un lourd redressement: 240 millions au total, en incluant les pénalités. Et en 2012, Bercy avait transmis à la justice une volée de plaintes pénales pour fraude fiscale, entraînant l’ouverture d’une information judiciaire. Certains dirigeants du groupe ont contesté le redressement fiscal mais  la quasi-totalité des cadres a finalement accepté une transaction avec le fisc. Un ancien avocat fiscaliste alors membre du cabinet réputé Debevoise & Plimpton, qui a contribué à façonner les délicats contours du montage, est lui aussi jugé pour complicité de fraude fiscale.

Tous encourent 37.500 euros d’amende et cinq ans d’emprisonnement. Finalement une broutille et une sanction relativement anecdotique pour les  anciens dirigeants du groupe.Le pire c’est que les avocats des accusés pourraient bien démontrer que légalement ce montage très tordu n’était pas illégal. Un des principaux bénéficiaires est le baron Seillière, ancien patron du Medef !

 

Créations d’entreprises 2021 : un record surtout des autos entrepreneurs

Créations d’entreprises 2021 : un record surtout des autos entrepreneurs

Un chiffre en apparence très séduisant : celui de la création des entreprises. En réalit,é il s’agit surtout de la progression des micro entreprises de salariés éjectés du marché du travail. Ces micro entreprises représentent en effet près de 65 % du total des entreprises en France. Des chiffres donc à prendre avec des pincettes dans la mesure où nombre de ces micro entreprises se situent  dans une sorte de marais entre des vraies entreprises individuelles et des sociétés classiques avec des taux de rentabilité très relatifx voir même insignifiantx. Le total des créations d’entreprises pour l’ensemble de l’année 2021 s’est élevé à 995.868, en augmentation de 17,4% par rapport à 2020, établissant un nouveau record historique, a rapporté vendredi l’Insee. Le nombre de micro-entreprises créées par des auto-entrepreneurs a augmenté de 17%.

En 2021, les créations d’entreprises qui ont le plus augmenté sont celles de services aux ménages, en hausse 30%, d’activités financières et assurance (+30,6%), d’information et communication (+25,4%) et de transports et entreposage (+24,9%). Cette dernière catégorie comprend notamment les livraisons à domicile, qui ont explosé avec la crise sanitaire.

En décembre, les créations d’entreprises ont progressé de 0,8%, après une baisse de 3,6% en novembre. Le mois dernier, les immatriculations de micro-entrepreneurs, qui représentent 64,4% du total, ont augmenté de 2,7%, tandis que celles d’entreprises individuelles classiques ont fléchi de 2,4%. Les créations ont augmenté fortement en décembre dans le soutien aux entreprises (+5,3%) et dans la construction (+5,6%), détaille encore l’Insee.

55 organisations pour un grand débat sur la santé

55 organisations pour un grand débat sur la santé

 Frédéric Valletoux, le président de la FHF, résume l’objectif des 55 organisations: « Notre combat, c’est que les politiques se réveillent et prennent la mesure de l’urgence. »

 tribune : 

« Faisons du 17 mars l’occasion d’un débat public sur l’avenir de notre système de santé »

« C’est désormais une certitude : le 17 mars 2022, deux ans après le choc historique du 1er confinement, la bataille du Covid ne sera toujours pas gagnée. 730 jours et six vagues plus tard, l’ensemble des acteurs du soin seront encore sur le pont, pleinement mobilisés pour prendre en charge les Français et continuer de faire bouclier contre l’épidémie.

La crise sanitaire a mis en exergue la souffrance globale de notre système de santé, qui connaît depuis une vingtaine d’année des problèmes chroniques. Le dévouement des soignants dans leur ensemble a permis de faire face à la pandémie malgré des conditions d’exercice très difficiles. Ces deux années ont été particulièrement éprouvantes. Après des mois passés à gérer l’immédiat comme à composer avec les difficultés et les soubresauts de la crise, il devient vital que nous prenions, collectivement, le temps de réfléchir et de débattre pour le futur de notre système de santé.

 

Parce que les crises sont des moments de mise à l’épreuve collective qui appellent à nous remettre en question, et qu’un événement de l’ampleur de celui qui nous frappe nous oblige à combattre le fatalisme d’un système de santé à la croisée des chemins, à le repenser pour aujourd’hui et les générations à venir ;

Parce que la santé demeure l’une des préoccupations majeures des Français, mais que le sujet reste insuffisamment traité puisqu’il n’est jamais parvenu, jusqu’à présent, à trouver une volonté politique suffisante ;

Il est indispensable de faire de la santé une thématique prioritaire du débat politique. C’est pourquoi la Fédération hospitalière de France et l’Institut Covid-19 Ad Memoriam ont proposé d’organiser, à cette date symbolique du 17 mars, une journée d’hommage aux soignants et de réflexion sur notre système de santé, en partenariat avec Sciences Po Lille et l’École Supérieure de journalisme de Lille.

Après une matinée d’hommage et de débats, l’après-midi, portée par la FHF avec Sciences Po Lille, sera consacrée aux auditions des candidats à la présidentielle.

L’initiative se veut collective et inédite en rassemblant les institutions appartenant au secteur sanitaire et médico-social, hospitalier et ambulatoire, public et privé et les associations représentant les malades et les usagers.

L’accessibilité aux soins, les conditions de travail des soignants comme condition sine qua non de la qualité des soins, le grand âge, la prévention et le financement sont autant d’enjeux qu’il s’agira de porter à discussion. Le constat des difficultés auxquelles notre système de santé fait face et de son essoufflement, aussi bien en ville qu’à l’hôpital, est partagé par tous. Il s’agit désormais de débattre des solutions pour parvenir à relever les défis actuels et à venir.

A l’approche des échéances électorales de 2022, il est fondamental que les candidats à la présidentielle mesurent la nécessité de la refonte du système de santé et qu’ils s’expriment sur les réponses qu’ils comptent apporter. Ainsi, nous, patients, hospitaliers, professionnels de ville, des établissements et services à domicile du médico-social, élus, étudiants, citoyens ; nous, acteurs et bénéficiaires du système du santé dans son ensemble, demandons aux candidats déclarés à l’élection présidentielle de venir débattre avec nous le 17 mars prochain. »

Les premiers signataires :

  • Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France
  • Pierre Mathiot, directeur de Sciences Po Lille
  • Catherine Duchêne, enseignante en politiques de santé à Sciences Po Lille et l’ESJ

Les autres signataires :

  • Jean-Christophe Amarantinis, Président du SYNERPA
  • Florence Arnaiz-Maumé, Déléguée générale du SYNERPA
  • Romain Aulanier, Président du CoD3S
  • Michel Benard, Président de la Fédération Nationale Avenir et Qualité de Vie des Personnes Agées (FNAQPA)
  • Pr Jean-Yves Blay, Président d’Unicancer
  • Dr Rachel Bocher, Présidente de l’Intersyndicat National des Praticiens Hospitaliers (INPH)

  • Dr Patrick Bouet, Président de l’Ordre des médecins
  • Christophe Bouillon, Président de l »Association des Petites Villes de France
  • Dr François Braun, Président de Samu Urgences de France
  • Caroline Cayeux, Présidente de Villes de France
  • Patrick Chamboredon, Président de l’Ordre des infirmiers
  • Philippe Chêne, Président du SNITEM (Syndicat National de l’Industrie des Technologies Médicales)
  • Dr Jean-François Cibien, Président d’Action praticiens hospitaliers (APH)
  • Dr Hélène Colombani, Présidente de la Fédération Nationale des Centres de Santé (FNCS)
  • Anne-Marie Curat, présidente de l’Ordre des Sages-femmes
  • Carole Delga, Présidente des Régions de France
  • Marie-Sophie Desaulle, Présidente de la Fédération des Établissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne privés solidaires
  • Pr Patrick Doutreligne, Président de l’Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux (UNIOPSS)
  • Dr Gael Durel, Président de l’Association nationale des médecins coordonateurs et du secteur médico-social
  • Marie-Noëlle Gérain-Breuzard Présidente de la Conférence DG CHU
  • Lamine Gharbi, Président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée Président
  • Dr Thierry Godeau, Président de la Conférence des présidents de commissions médicales d’établissement CH
  • Jérôme Goeminne, Président du Syndicat des Managers Publics de Sant (SMPS)
  • Sophie Guinoiseau, Présidente de la Fédération Nationale des Etablissements de Santé de Proximité
  • Tatiana Henriot, Présidente de l’Union nationale des infirmiers en pratique avancée (Unipa)
  • Elisabeth Hubert, Présidente de la Fédération Nationale des Etablissements d’Hospitalisation à Domicile
  • Claude Jeandel, Président du CNP DE GERIATRIE (Conseil National Professionnel de gériatrie)
  • Pr Claude Leicher  Président de la Fédération des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (FCPTS)
  • David Lisnard, Président de l’Association des maires de France
  • Nicolas Lunel, Président Association Nationale des Étudiants en Médecine de France (ANEMF)
  • Pascal Mariotti, Président de l’ADESM Association des établissements du service public de santé mentale
  • Pascale Mathieu, Président de l’Ordre des masseurs kinésithérapeutes
  • Anne Meunier Secrétaire générale du Syncass-CFDT
  • Gerard Mick, Président de la Fédération Nationale des Dispositifs de Ressources et d’Appui à la Coordination des Parcours de Santé
  • Dr Christian Muller , Président Conférence des présidents de commissions médicales d’établissement CHS
  • Gilles Noël, Président de la commission nationale santé de l’Association des maires ruraux de France
  • Mathilde Padilla, Présidente de la Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers (FNESI)
  • Dr Philippe Pommarede Président de l’Ordre des chirurgiens-dentistes
  • François Randazzo, Président d’Alizé Kiné
  • Dr Gérard Raymond, Président de France Assos Santé
  • Mathilde Renker, Présidente de l’InterSyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale (ISNAR IMG)
  • Jean-Pierre Riso, Président de la FNADEPA
  • Johanna Rolland, Présidente de France Urbaine
  • Francis Saint-Hubert, Président de la Conférence DG CH
  • Nathalie Salles, Présidente de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie
  • Pr Rémi Salomon, Président de la Conférence des présidents de commissions médicales d’établissement CHU
  • François Sauvadet, Président de l’Assemblée des départements de France
  • Emmanuel Sys, Président de la CNDEPAH
  • Pr Brigitte Tarkowski, Présidente de l’Ordre des pédicures podologues
  • Karim Tazarourte, Président de la Société française de médecine d’urgence
  • Marie-Reine Tillon, Présidente de l’Union Nationale de l’Aide, des Soins et des Services aux Domiciles (UNA)
  • Philippe Vermesch, Président du Syndicat des Médecins Libéraux

Covid Un nouveau vaccin Novavax sans ARN

Covid Un nouveau vaccin Novavax sans ARN

Le vaccin du laboratoire américain Novavax qui, comme le vaccin Janssen,  utilise la technique classique sans recours à l’ARN vient d’être autorisé. Il pourrait offrir une possibilité supplémentaire aux personnes réticentes vis-à-vis de l’ARN messager alors qu’il existe environ encore 5 millions de personnes non vaccinées.

Pour les deux premières doses, ces personnes peuvent être vaccinées soit avec Janssen (deux mois entre les doses) soit avec Novavax (trois semaines entre les doses), à condition qu’elles aient 55 ans et plus. Si elles ont moins de 55 ans, elles peuvent être vaccinées avec Novavax.

Covid Royaume-Uni : un pot festif de Boris Johnson la veille des funérailles du prince Philip

Covid Royaume-Uni : un pot festif de Boris Johnson la veille des funérailles du prince Philip

Boris Johnson se rapproche de plus en plus de la sortie en effet un pot festif a été organisé à Downing Street résidence du Premier ministre la veille des funérailles du prince Philip. Une nouvelle révélation  du journal The Telegraph,  qui s’ajoute à d’autres montrant le caractère irresponsable et irrévérencieux de Boris Johnson.  Ce dernier de plus en plus critiqué au sein même de sa majorité pourrait bien être amené à démissionner de son poste.

 

En cause aussi sa piètre gestion du brexit qui jusque-là n’a pas donné les résultats escomptés et notamment créer une vaste pagaille des approvisionnements.

Enfin la politique sanitaire est également particulièrement contestée puisque le Royaume-Uni fait parti des pays les plus touchés avec des mesures très contradictoires d’une part, très laxiste d’autre part qui ont grandement favorisé les contaminations

Contenir l’inflation autour de 2% : un vœu pieux

Contenir l’inflation autour de 2% : un vœu pieux

la BCE et la banque de France auraient pour objectif de contenir l’inflation autour de 2 %. Un vœu pieux dans la mesure où l’inflation a déjà marqué de façon considérable la conjoncture économique avec une hausse en moyenne des prix à la consommation de 5 %. Une hausse de 2021 qui va évidemment peser sur 2022. La prévision d’ailleurs très théorique est une inflation à 2,6 % supplémentaires pour 2022 .

La hausse des prix à la consommation a atteint 5% sur un an au mois de décembre dans la zone euro, son niveau le plus élevé depuis 25 ans, donc depuis le lancement de la monnaie unique. En France, cette hausse n’a atteint que 2,8% sur un an en décembre, comme en novembre, ce qui est le taux le plus élevé depuis 2008. Une sorte de miracle cependant que personne n’explique et qui est surtout due à un biais méthodologique de l’indice INSEE devenu obsolète avec la modification structurelle de la consommation en France et la sous-estimation de certaines dépenses ( logement, et dépenses contraintes notamment).

Cet objectif très théorique de contenir l’inflation autour de 2 % vise évidemment à influencer la réévaluation des revenus du travail et de l’épargne. Pour la BCE comme pour la banque de France, il s’agit de convaincre que l’inflation ne s’est envolée que de manière assez transitoire et qu’il n’est donc pas nécessaire de réajuster le pouvoir d’achat.

Pour un nouveau contrat social avec les universités

Pour un nouveau contrat social avec les universités

 

Définir une identité, une signature pour une université est crucial pour faire coexister quelques établissements de recherche, en compétition mondiale, et tous les autres, estime, dans une tribune au « Monde », Jean-Luc Dubois-Randé, président de l’université Paris-Est-Créteil.

 

Tribune.

 

A quoi sert une université pour nos citoyens ? Cette question simple, absurde sans doute, est pourtant pertinente au moment où les universités entrent en compétition tant au niveau national qu’international. Définir différents modèles d’université avec une cohérence d’ensemble à l’échelle nationale est plus que jamais nécessaire alors que l’organisation imposée par les programmes d’investissements d’avenir très compétitifs – avec des jurys internationaux souvent très éloignés des modèles nationaux – est devenue la règle.

Au cours des vingt dernières années, les gouvernements du monde entier ont poussé leurs universités à devenir plus compétitives au niveau mondial. Ceci a profondément transformé les écosystèmes de l’enseignement supérieur et de la recherche de pays comme la France, en érodant les catégories nationales telles que la distinction entre les grandes écoles et les universités, tout en creusant l’écart entre les institutions à forte intensité de recherche et celles qui ne le sont pas.

Cela conduit à un système à deux vitesses dans lequel les universités étroitement liées à leurs communautés, relativement récentes pour la plupart, ont vocation à former des étudiants de premier cycle et répondre aux besoins du territoire local (dans de nombreux pays, elles sont connues sous le nom d’universités de sciences appliquées, aux Etats-Unis sous celui de community colleges). A l’opposé, les universités de recherche sont moins en phase avec les besoins de leurs territoires, précisément parce qu’elles sont en concurrence au niveau mondial.

Avantages comparatifs pour la recherche

Dans un monde professionnel où l’accès aux connaissances et le développement des compétences sont essentiels et où la recherche alimente l’ « économie de la connaissance », un tel phénomène exacerbe les inégalités : les établissements de pointe en recherche concentrent des financements conséquents, renforcent leurs avantages comparatifs et connaissent des processus de reproduction sociale des élites, alors que les catégories socio-économiques les plus défavorisées ont un moindre accès à un enseignement supérieur pleinement ouvert à la recherche.

Dans un environnement dont le caractère concurrentiel continue de se renforcer, le risque est majeur que des chercheurs de premier plan souhaitent en grand nombre être affectés dans les universités à forte intensité de recherche, où se dirigent les étudiants les plus performants, et que les autres universités deviennent progressivement, en grand nombre, des community colleges. Ce schéma est d’ailleurs proposé dans un récent rapport de la Cour des comptes.

 

Protéger les lanceurs d’alerte, un enjeu démocratique

Protéger les lanceurs d’alerte, un  enjeu démocratique

 

Dans une tribune au « Monde », un collectif de lanceurs d’alerte, dont Antoine Deltour et Irène Frachon, craint que le Sénat n’affaiblisse la proposition de loi Waserman qu’ils voient comme une vraie avancée pour leur protection.

 

Tribune.

 

Nous, lanceurs d’alerte, payons un prix élevé pour avoir osé dire la vérité. Représailles, licenciement, perte d’employabilité, procédures judiciaires interminables, campagnes de dénigrement, ces embûches s’accompagnent généralement d’un préjudice financier voire de difficultés familiales et relationnelles. Cette réalité n’est pas acceptable, car elle est très dissuasive pour tous les futurs ladnceurs d’alerte. Or, pour chaque lanceur d’alerte qui baisse les bras, c’est un dysfonctionnement grave qui perdure. Au bout du compte, c’est l’information du public, nécessaire à toute société démocratique, qui en pâtit.

La loi Sapin 2, adoptée en 2016, avait jeté les bases d’un cadre relativement protecteur. En particulier, sa définition large uniformisait plusieurs dispositifs incohérents et devait couvrir la plupart des situations : « Un lanceur d’alerte révèle ou signale une menace ou un préjudice graves pour l’intérêt général. » Malheureusement, certains d’entre nous n’ont pas pu bénéficier de cette loi, notamment parce qu’elle impose un parcours complexe.

Elle prévoit un premier palier de l’alerte consistant à adresser le signalement en interne, auprès d’une hiérarchie qui, mise en cause, risque de déclencher des représailles ou de dissimuler des preuves. Par ailleurs, le soutien financier initialement prévu dans la loi Sapin 2 n’avait pas résisté à la censure du Conseil constitutionnel, pour une raison purement juridique. Pour de nombreux lanceurs d’alerte, ce soutien financier constitue pourtant une aide cruciale.

Le droit européen offre maintenant à la France l’occasion de combler ces lacunes. Convaincue de la nécessité de sécuriser les alertes, une coalition d’associations, de syndicats et de quelques eurodéputés progressistes a obtenu de haute lutte une directive adoptée en 2019 pour améliorer très significativement la protection des lanceurs d’alerte partout en Europe. Si le délai officiel est déjà dépassé, le processus de transposition dans le droit français est déjà bien engagé. Ses débuts étaient même très encourageants : la proposition de loi du député (MoDem) Sylvain Waserman introduisait des avancées significatives et a été adoptée à l’unanimité le 17 novembre 2021 par l’Assemblée nationale.

Le vote du texte au Sénat le 19 janvier nous préoccupe cependant. Les travaux en commission des lois le 15 décembre 2021 ont en effet conduit à des reculs qui dépassent l’entendement. De nombreux progrès issus de la proposition de loi disparaissent. Il en va ainsi de la protection accordée aux « facilitateurs personnes morales », c’est-à-dire à toutes les associations susceptibles de nous assister dans l’alerte et qui s’exposent elles-mêmes à diverses représailles.

« passe vaccinal « : ce sera un jour supprimé ! (Castaner)

« passe vaccinal « : ce sera un jour supprimé ! (Castaner)

 

 

 

Castaner le président du groupe de la majorité assure que le pass vaccinal sera un jour supprimé. Une déclaration qui normalement devrait rassurer mais qui en fait nourrit une certaine inquiétude car cela sous-entend que l’obligation du passvaccinal va se prolonger dans le temps, ce qui implique des mesures restrictives qui vont couvrir y compris la période des élections présidentielles et législatives… et même au-delà..

 

Une suppression future évidente qui justifie une déclaration qui , elle  est assez ambiguë.  «Personne n’entend faire du passe vaccinal une mesure permanente, mais tant que nous serons dans la situation où, le 8 janvier, samedi, il y avait 303.669 cas de Covid, le sujet n’est pas de présupposer la fin (du dispositif, NDLR) mais de se battre avec toutes les armes possibles pour faire reculer le Covid en France», a réagi Christophe Castaner lundi sur France Inter. Le passe «n’a pas vocation à être illimité dans le temps et nous n’avons pas vocation à légiférer tout le temps», a-t-il souligné.

Futures centrales nucléaires : un besoin de financement de 500 milliards dans l’Union européenne ( Thierry Breton)

Futures centrales nucléaires : un besoin de financement de 500 milliards dans l’Union européenne ( Thierry Breton)

 

En France, le développement du nucléaire décidé par les pouvoirs publics notamment les EPR nouvelle génération , voire les SMR,( petites centrales nucléaires de 1 à 300 MW), va justifier un besoin de financement de leur de 50 milliards. Un chiffre à multiplier par 10 pour l’ensemble de l’union européenne d’après le commissaire européen, qui plaide en faveur de la labellisation verte du nucléaire. Une labellisation qui doit être décidée en principe en janvier 2022

Les centrales nucléaires européennes de nouvelle génération nécessiteront un investissement de «500 milliards d’ici à 2050», estime le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton, qui juge «crucial» d’ouvrir la labellisation verte au nucléaire dans le cadre de la transition énergétique.

«Les centrales nucléaires existantes, à elles seules, nécessiteront 50 milliards d’euros d’investissements d’ici à 2030. Et 500 milliards d’ici à 2050 pour celles de nouvelle génération !», affirme le commissaire français dans un entretien au Journal du dimanche (JDD) .

Un chiffre sans doute approximatif concernant le renforcement de la sécurité des centrales existantes. En effet rien qu’en France le grand carénage va déjà représenter 50 milliards. Or la France dispose de presque 60 réacteurs pour environ 150 en Europe. Conclusion le coût de l’entretien de tous les recteurs européens sera plus proche de 150 milliards que de 50.

Calculé sur la période 2014-2025, ce cout en France été estimé en 2015, à 55 milliards d’euros de 2013, avant d’être réévalué deux fois. D’abord à la baisse en 2018, à 45 milliards d’euros 2013, soit 48,2 milliards d’euros courants, puis à la hausse en octobre 2020, à 49,4 milliards d’euros courants.

«Cette nouvelle estimation intègre essentiellement les premiers enseignements sur les travaux à mener, induits par le processus d’instruction du 4e réexamen périodique des réacteurs 900 MW (les réacteurs concernés par le grand carénage).

Le financement des nouvelles centrales en Europe est sans doute lui aussi assez approximatif. Pour la France le seul coup des EPR nouvelle génération atteindra une cinquantaine de milliards. Mais l’évaluation est difficile à faire compte tenu de la dérive des prix les concernant enregistrées dans le monde entier ( Le prix de départ a été multiplié par 3,5 concernant EDF) . Le chiffre avancé par le commissaire européen de 500 milliards correspondrait à la construction de 50 à 70 nouveaux réacteurs . En l’état de l’opinion européenne, cette perspective peut être discutée. Cependant cette opinion pourra évoluer car la demande d’énergie ne va pas diminuer, elle sera même nécessairement en hausse pour faciliter la transition énergétique.

 

Covid: un variant « Deltacron » découvert à Marseille

Covid: un variant Deltacron découvert à Marseille

 

Un variant  B.1.640.2, identifié notamment par l’IHU (Institut Hospitalo-Universitaire) Méditerranée Infection de Marseille, dirigé par le Pr. Didier Raoult, et annoncé par un « tweet » début décembre mais il serait relativement bien circonscrit.

Dans l’Hexagone, selon la dernière analyse de risque, actualisée le 15 décembre par Santé publique France, la famille de ce variant (B.1.640) représentait moins de 0,2% des cas détectés par séquençage du 8 au 10 novembre dernier, selon les derniers chiffres connus et disponibles. Au total, 431 exemplaires de cette famille ont été repérés dans 19 pays le 6 janvier 2022, dans la base de données internationale Gisaid,  mais surtout en France (316).

12345...165



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol