Archive pour le Tag 'croissance'

Conjoncture économiques-Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Conjoncture économiques-Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Comme la plupart des autres instituts et comme le gouvernement, la Banque de France ne cesse de bricoler ses prévisions économiques pour cacher la tendance baissière de l’activité. Ainsi la banque de France a révisé sa prévision de croissance pour 2023 à 0,9 % au lieu de 0,7 % prévu en juin dernier. Le problème, c’est que les chiffres du troisième trimestre et du quatrième risque d’être mauvais en raison d’une part de la baisse des investissements, du tassement encore de la consommation et d’un moral des entreprises qui recule.

Pour preuve de cette tendance baissière de l’économie, la banque de France revoit par contre en baisse ses prévisions d’activité pour 2024 à 0,9% contre 1% en juin

La Banque de France par contre révise à la hausse ses projections macroéconomiques pour 2023 à 0,9% contre 0,7% en juin dernier. La Banque centrale s’aligne donc avec les derniers chiffres de l’Insee pour cette année.

De son côté, le gouvernement, a révisé à la baisse la croissance pour l’année prochaine à 1,4% contre 1,6% précédemment. Mais elle demeure encore bien supérieure à celle estimée par la Banque de France.

La Banque de France envisage une inflation plus élevée que prévue en 2023 à 5,8% contre 5,6% en juin. Ils ont également revu à la hausse l’inflation pour 2024 à 2,8% contre 2,6%.

Du coup, la facture est pour les ménages. L’indice des prix à la consommation a bondi vers des sommets . Résultat, la plupart des consommateurs ont perdu du pouvoir d’achat en 2022.

En revanche, pour 2023, la Banque de France s’attend cependant à une légère progression (+0,6%) en raison notamment de la hausse des revenus non salariaux (primes, intéressement) !!!

Mais la consommation fait du surplace cette année (0%). Elle pourrait toutefois remonter à partir de l’année prochaine (+1,8%).

Toutes ces prévisions sont faites pour beaucoup au doigt mouillé et s’inscrivent dans l’épaisseur d’un trait. De sorte qu’il n’est pas possible pour 2024 d’ailleurs comme pour 2023 de faire des perspectives précises à 0,1 ou 02 % de variations.

Croissance verte : un concept douteux ?

Croissance verte : un concept douteux ?


Pour son discours sur l’état de l’Union Européenne la semaine dernière, Ursula von der Leyen, cheffe de la Commission européenne, n’a pas dévié de sa ligne habituelle. Décrivant sa vision d’une Europe économiquement dynamique et durable à l’ère du changement climatique, elle a appelé l’UE à accélérer le développement du secteur des technologies propres, « de l’éolien à l’acier, des batteries aux véhicules électriques ». « En ce qui concerne le Green Deal européen, nous nous en tenons à notre stratégie de croissance », a-t-elle conclu. Rien de très révolutionnaire, en somme. La notion de croissance verte, c’est-à-dire l’idée que les objectifs environnementaux peuvent être alignés sur une croissance économique continue – reste l’orthodoxie économique commune à de grandes institutions telles que la Banque mondiale et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

par

Ivan Savin
Associate Professor of Business Analytics at ESCP Business School, Madrid campus & Research Fellow at ICTA-UAB, ESCP Business School

Lewis King
Lecturer in climate policy and green economics, Universitat Autònoma de Barcelona dans the conversation

L’OCDE a quant à elle promis de « renforcer leurs efforts pour poursuivre des stratégies de croissance verte […], en reconnaissant que la croissance verte et la croissance peuvent aller de pair », tandis que la Banque mondiale a appelé à une « croissance verte inclusive » où « l’écologisation de la croissance est nécessaire, efficace et abordable ».

Dans son Green Deal européen, l’UE a défini la croissance verte comme « une base pour soutenir les niveaux d’emploi et garantir les ressources nécessaires à l’augmentation du bien-être public […] en transformant la production et la consommation de manière à concilier l’augmentation du PIB avec les limites environnementales. »
En dépit de ce consensus au niveau des organisations, notre nouvelle enquête menée auprès de près de 800 chercheurs en politique du Climat du monde entier révèle, elle, un scepticisme généralisé à l’égard de ce concept de croissance verte dans les pays à revenu élevé, avec notamment de plus en plus d’ouvrages affirmant que ce principe n’est ni viable ni souhaitable. Au lieu de cela, d’autres paradigmes post-croissance, dont la « décroissance » et l’« acroissance » ( agrowth en Anglais ) gagnent du terrain.

La « Décroissance » est une école de pensée proposant une réduction planifiée de la consommation matérielle dans les pays riches afin de créer des sociétés plus durables et plus équitables. De leur côté, les partisans de « l’acroissance » choisissent d’adopter une vision neutre de la croissance économique, et de se concentrer sur la réalisation de la durabilité indépendamment des fluctuations du PIB.

Pour résumer, les deux positions se montrent donc sceptiques à l’égard du paradigme prédominant de la « croissance verte », la décroissance représentant cependant une vision plus critique de la croissance économique.

Une grande partie du débat porte sur le concept de « découplage » (decoupling en anglais), c’est-à-dire sur la question de savoir si l’économie peut croître sans que la dégradation de l’environnement ou les émissions de gaz à effet de serre n’augmentent en conséquence. Il s’agit d’une rupture du lien historique entre la croissance du PIB et ses effets néfastes sur l’environnement. Pour que la croissance verte soit réussie, il faut un découplage absolu plutôt relatif. En d’autres termes, les émissions doivent diminuer au cours de la croissance économique, et non simplement croître plus lentement.

Les partisans de la croissance verte affirment que le découplage absolu est réalisable à long terme, bien que les avis soient partagés sur la question de savoir si la croissance économique sera affectée à court terme. Les partisans de la décroissance critiquent le fait que le découplage absolu est réalisable à l’échelle mondiale et peut être atteint au rythme rapide requis pour rester dans les limites des objectifs de l’Accord de Paris. Une étude récente a révélé que les taux actuels de découplage dans les pays à revenu élevé sont loin d’être suffisants pour limiter le réchauffement de la planète à un niveau nettement inférieur à 2 °C, comme le prévoit l’accord de Paris.

La position des partisans de l’accroissance se traduit elle par des points de vue plus mitigés et intermédiaires sur le débat sur le découplage. Certains affirment que le découplage est potentiellement plausible avec les bonnes politiques, mais qu’il faut se concentrer sur les politiques plutôt que sur les objectifs, car cela revient à confondre les moyens et les fins. D’autres soutiennent que le débat est largement hors de propos car le PIB est un mauvais indicateur du progrès sociétal – il existe à cet égard un « paradoxe du PIB » s’étonnant du fait que l’indicateur continue d’être dominant en économie et en politique malgré ses défaillances largement reconnues.

Vente à perte du carburant : du marketing gouvernemental pour masquer la croissance de la fiscalité

Vente à perte du carburant : du marketing pour masquer la croissance de la fiscalité

Le concept de vente à perte relève davantage du marketing politique que des réalités économiques.
D’abord, il est très difficile de mesurer si un produit est vendu ou non à perte, tout dépend de son coût d’une part et de la péréquation qu’effectue le commerçant entre les produits. Ainsi depuis toujours la vente du carburant constitue une sorte d’appel au consommateur qui achète aussi d’autres produits plus lucratifs dans le même magasin.

Globalement , il est vrai que le bénéfice au litre des distributeurs est relativement faible mais iles distributeurs se rattrapent sur d’autres achats ( sauf pour les indépendants). Dans ce cas le concept de vente à perte est un argument publicitaire.

Concrètement, cette idée de vente à perte n’aura que peu d’effets sur le prix du litre de carburant. Quelques centimes seulement. Contrairement à ce qu’a avancé le porte-parole très bavard du gouvernement Olivier Véran qui a parlé d’une réduction de 0,50 €. Un chiffre totalement aberrant en l’état du prix du baril de pétrole qui remonte vers les 100 $. Mais Olivier Véran est coutumier du bavardage approximatif.

La hausse du prix du carburant est une extraordinaire opportunité pour le gouvernement d’augmenter encore les recettes fiscales du carburant (autour de 60 % du prix). Il n’est donc pas question pour le gouvernement et le ministre de l’économie en particulier d’y renoncer.

Vente à perte du carburant : du pipeau pour masquer la croissance de la fiscalité

Vente à perte du carburant : du pipeau pour masquer la croissance de la fiscalité

Le concept de vente à perte relève davantage du marketing politique que des réalités économiques.
D’abord, il est très difficile de mesurer si un produit est vendu ou non à perte, tout dépend de son coût d’une part et de la péréquation qu’effectue le commerçant entre les produits. Ainsi depuis toujours la vente du carburant constitue une sorte d’appel au consommateur qui achète aussi d’autres produits plus lucratifs dans le même magasin.

Globalement , il est vrai que le bénéfice au litre des distributeurs est relativement faible mais iles distributeurs se rattrapent sur d’autres achats ( sauf pour les indépendants). Dans ce cas le concept de vente à perte est un argument publicitaire.

Concrètement, cette idée de vente à perte n’aura que peu d’effets sur le prix du litre de carburant. Quelques centimes seulement. Contrairement à ce qu’a avancé le porte-parole très bavard du gouvernement Olivier Véran qui a parlé d’une réduction de 0,50 €. Un chiffre totalement aberrant en l’état du prix du baril de pétrole qui remonte vers les 100 $. Mais Olivier Véran est coutumier du bavardage approximatif.

La hausse du prix du carburant est une extraordinaire opportunité pour le gouvernement d’augmenter encore les recettes fiscales du carburant (autour de 60 % du prix). Il n’est donc pas question pour le gouvernement et le ministre de l’économie en particulier d’y renoncer.

Croissance 2023 France: L’OCDE optimiste, prévoit 1%

Croissance 2023 France: L’OCDE optimiste, prévoit 1%


Comme la Banque de France, l’OCDE a légèrement relevé de 0,1 % sa prévision de croissance pour l’année en cours. On attendrait ainsi une croissance de 1 %. D’abord le pari est audacieux car on se fonde surtout sur la dynamique du deuxième trimestre alors que le troisième et le quatrième afficheront des résultats moins favorables. En outre et surtout, des variations de 0,1 ou 0,2 % n’ont guère de signification car elles se situent dans l’épaisseur du trait.

On aura observé que les experts et le gouvernement choisissent volontiers de se montrer optimiste d’autant que l’année 2024 sera, elle, moins dynamique que prévu avec une croissance qui dépasserait tout juste 1 %.

L’OCDE a revu mardi en hausse sa prévision de croissance française pour 2023 à 1%, à la faveur d’un deuxième trimestre vigoureux, mais s’est montrée plus prudente pour 2024 avec 1,2% attendu contre 1,3% lors de sa prévision de juin.

La prévision de l’Organisation de coopération et de développement économiques publiée dans ses anticipations trimestrielles de croissance et d’inflation mondiales s’aligne ainsi sur celle du gouvernement français pour cette année.

L’OCDE prévoyait 0,8% de croissance en France jusqu’alors pour 2023. Lundi déjà, la Banque de France s’était dite plus optimiste qu’auparavant pour l’économie française en 2023, anticipant 0,9% de croissance contre 0,7% jusqu’ici, grâce à des exportations dynamiques au printemps, et après une croissance de 2,5% l’an dernier. Cette prévision de la Banque de France pour 2023 est la même que celle de l’Insee (Institut national des statistiques et des études économiques) publiée début septembre, qui avait été elle aussi revue à la hausse.

L’inflation en France devrait commencer à refluer progressivement, prédit également l’organisation internationale, avec 5,8% attendus cette année, et 2,9% l’an prochain. Idem en zone euro avec 5,5% cette année et 3% l’an prochain, ce qui pourrait encourager la BCE à une politique monétaire moins restrictive. Le problème c’est que l’inflation évidemment ce cumul et qu’en conséquence les prix ne sont pas près de reculer. Ils vont continuer d’augmenter mais moins.

Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

Comme la plupart des autres instituts et comme le gouvernement, la Banque de France ne cesse de bricoler ses prévisions économiques pour cacher la tendance baissière de l’activité. Ainsi la banque de France a révisé sa prévision de croissance pour 2023 à 0,9 % au lieu de 0,7 % prévu en juin dernier. Le problème, c’est que les chiffres du troisième trimestre et du quatrième risque d’être mauvais en raison d’une part de la baisse des investissements, du tassement encore de la consommation et d’un moral des entreprises qui recule.

Pour preuve de cette tendance baissière de l’économie, la banque de France revoit par contre en baisse ses prévisions d’activité pour 2024 à 0,9% contre 1% en juin

La Banque de France par contre révise à la hausse ses projections macroéconomiques pour 2023 à 0,9% contre 0,7% en juin dernier. La Banque centrale s’aligne donc avec les derniers chiffres de l’Insee pour cette année.

De son côté, le gouvernement, a révisé à la baisse la croissance pour l’année prochaine à 1,4% contre 1,6% précédemment. Mais elle demeure encore bien supérieure à celle estimée par la Banque de France.

La Banque de France envisage une inflation plus élevée que prévue en 2023 à 5,8% contre 5,6% en juin. Ils ont également revu à la hausse l’inflation pour 2024 à 2,8% contre 2,6%.

Du coup, la facture est pour les ménages. L’indice des prix à la consommation a bondi vers des sommets . Résultat, la plupart des consommateurs ont perdu du pouvoir d’achat en 2022.

En revanche, pour 2023, la Banque de France s’attend cependant à une légère progression (+0,6%) en raison notamment de la hausse des revenus non salariaux (primes, intéressement) !!!

Mais la consommation fait du surplace cette année (0%). Elle pourrait toutefois remonter à partir de l’année prochaine (+1,8%).

Toutes ces prévisions sont faites pour beaucoup au doigt mouillé et s’inscrivent dans l’épaisseur d’un trait. De sorte qu’il n’est pas possible pour 2024 d’ailleurs comme pour 2023 de faire des perspectives précises à 0,1 ou 02 % de variations.

Carburant et Vente à perte : du pipeau pour masquer la croissance de la fiscalité

carburant et Vente à perte : du pipeau pour masquer la croissance de la fiscalité

Le concept de vente à perte relève davantage du marketing politique que des réalités économiques.
D’abord, il est très difficile de mesurer si un produit est vendu ou non à perte, tout dépend de son coût d’une part et de la péréquation qu’effectue le commerçant entre les produits.
Ainsi depuis toujours la vente du carburant constitue une sorte d’appel au consommateur qui achète aussi d’autres produits plus lucratifs dans le même magasin.

Globalement il est vrai que le bénéfice au litre des distributeurs et relativement faible mais ils se rattrapent sur d’autres achats ( sauf pour les indépendants). Dans ce cas le concept de vente à perte est un argument publicitaire.

Concrètement, cette idée de vente à perte n’aura que peu d’effets sur le prix du litre de carburant. Quelques centimes seulement. Contrairement à ce qu’a avancé le porte-parole très bavard du gouvernement Olivier Véran qui a parlé d’une réduction de 0,50 €. Un chiffre totalement aberrant en l’état du prix du baril de pétrole qui remonte vers les 100 $. Mais Olivier Véran est coutumier du bavardage approximatif.

La hausse du prix du carburant est une extraordinaire opportunité pour le gouvernement d’augmenter encore les recettes fiscales du carburant (autour de 60 % du prix). Il n’est donc pas question pour le gouvernement et le ministre de l’économie en particulier d’y renoncer.

Stratégie économique :Le choix entre l’inflation et la croissance ?

Stratégie économique :Le choix entre l’inflation et la croissance ?

Nombre d’experts patentés surtout néolibéraux considèrent que le choix du ralentissement de l’économie voire de la récession est préférable au maintien de l’inflation.

Ce qu’oublient cependant ces experts distingués c’est qu’aujourd’hui il n’y a pas le choix entre récession et inflation mais qu’on risque de subir les deux phénomènes en même temps. C’est encore le cas en 2023.

Il est de bon ton d’affirmer que l’inflation est intenable et que pour la contenir il faut sérieusement affaiblir la croissance, développer le chômage et empêcher la spirale salaire prix.

On oublie que la science économique est une science molle en tout cas qui ne peut prétendre à l’exactitude scientifique, elle est soumise à des réactions des acteurs économiques le plus souvent insuffisamment prises en compte. Ainsi par exemple face au phénomène de l’inflation, les ménages ont déjà réagi en réduisant le coût moyen du panier concernant l’alimentation. Le résultat sera une baisse de la consommation et derrière de la croissance.

Une partie de l’inflation sera combattue de cette manière mais l’inflation contrairement encore aux dires des mêmes experts n’est nullement uniquement conjoncturelle, elle est aussi structurelle et va donc s’installer dans le temps. En cause , la moindre dépendance vis-à-vis de la Chine qui renchérit les coûts de production, le réajustement des monnaies ( notamment la baisse de l’euro), les préoccupations environnementales et l’augmentation générale des matières premières et de l’énergie.

Il n’y aura donc pas à choisir entre récession et inflation. L’économie européenne ( et la moitié environ du monde d’après le FMI) va cumuler les deux. L’inflation en 2023 par exemple sera a du même ordre qu’en 2022 .

Ceux qui proposent la récession pour lutter contre l’inflation ont en fait un autre objectif : limiter à tout prix l’augmentation du pouvoir d’achat. Or il n’est pas démontré qu’une certaine inflation soit forcément contradictoire avec un développement économique de l’activité. Par contre, une fois la tendance baissière de la croissance installée personne ne sait quand le PIB peut se redresser. La crise peut alors durer plusieurs années .

Brefs certains économistes ont encore besoin de réviser leurs théories.

France : vers la croissance zéro ?

France : vers la croissance zéro ?

En dépit de l’enflure des discours sur le dynamisme de la croissance, la France évidemment n’est pas à l’abri du très net ralentissement économique constaté en Europe. Du coup la croissance prévue pour le troisième trimestre pourrait être presque nulle. En cause évidemment la question du pouvoir d’achat qui ne suit pas l’inflation et qui pèse sur la consommation et la croissance.

Après un deuxième trimestre dynamique (+0,5%), la croissance du produit intérieur brut (PIB) pourrait brutalement marquer le pas. Dans sa dernière enquête mensuelle de conjoncture, la Banque de France table sur une activité économique modeste entre 0,1% et 0,2% pour le troisième trimestre de 2023. Les économistes n’ont pas révisé leurs projections sur cette période. Il s’agit d’un scénario proche de celui de l’Insee. En revanche, la banque centrale n’a pas donné de chiffre pour le dernier trimestre.

Résultat, les indicateurs virent au rouge dans l’industrie. L’activité trimestrielle devrait augmenter de seulement 0,2% entre juillet et septembre, contre 1,2% au deuxième trimestre. La récente hausse des prix du pétrole l’été dernier, et la moindre demande mondiale, pèsent sur la demande adressée aux industriels. De ce fait, es carnets de commandes enregistrent une baisse spectaculaire depuis l’éclatement de la guerre en Ukraine.

S’agissant de la construction, la conjoncture est morose, avec une activité en repli entre avril et septembre. Là encore, les carnets de commandes continuent de plonger. De fait, le resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) a pesé sur les conditions d’octroi des crédits et l’investissement des ménages.

L’annonce d’une nouvelle hausse des taux d’intérêt le 14 septembre prochain par l’institution de Francfort pourrait empirer la situation, faisant craindre une crise à rallonge du secteur. Au final, les difficultés d’offre rencontrées depuis la pandémie de 2020 ont laissé la place à de vastes problèmes de demande.

Tassement de la croissance européenne

Tassement de la croissance européenne

La croissance annoncée déjà très molle pourrait encore se tasser d’ici la fin de l’année. En cause surtout, l’inflation notamment sur les biens de consommation courante mais pas seulement. Certaines augmentations correspondent à des facteurs conjoncturels objectifs mais d’autres lèvent tout simplement de la spéculation.

Du coup en dépit des hausses de salaire, le pouvoir d’achat est largement entamé et plombe la consommation et de façon mécanique la croissance. Une croissance prévue à 1 % et qui pourrait péniblement atteindre 0,8 % sur l’ensemble de l’année 2023.

Dans ses nouvelles prévisions, publiées lundi, la Commission estime que la croissance ne devrait croître que de 0,8 % en 2023, alors qu’elle annonçait 1 % en mai dernier. L’Europe pâtit de la récession prévue en Allemagne, première économie du bloc. L’ex-locomotive souffre de la faiblesse de l’export et de son industrie, ses deux moteurs traditionnels. Bruxelles a également revu à la baisse les chiffres de l’UE pour 2024, tablant sur une hausse du PIB de 1,4 %, contre 1,7 % précédemment.

Economie-Le prix du carburant va plomber la consommation et la croissance

Economie-Le prix du carburant va plomber la consommation et la croissance


En maintenant un niveau très haut le prix du baril de pétrole , les producteurs de pétrole et en particulier l’Arabie Saoudite risquent simplement de tuer la croissance mondiale déjà très molle. C’est l’Arabie Saoudite qui a pris l’initiative de réduire la production de 10 % pour augmenter les ressources financières dont elle a besoin. La conséquence notamment c’est d’amener le prix du carburant à environ deux euros pour l’utilisateur. Un prix excessif qui contribue largement à rogner le pouvoir d’achat des ménages avec aussi l’envolée des prix de l’alimentaire. En clair pour nombre de ménages du fait de l’alimentaire et du carburant, le pouvoir d’achat aura diminué de 25 % en deux ans. Une diminution qui n’a pas été compensée par l’augmentation des revenus conf contrairement à ce qu’affirme le gouvernement et certains experts. D’où d’ailleurs la montée de la pauvreté dans les couches sociales les plus fragilisées

Les prix de l’or noir sont au plus haut depuis la mi-novembre 2022, s’installant au-dessus des 88 dollars pour le baril de Brent, en raison de la réduction de l’offre de l’Arabie saoudite.

Les prix du pétrole brut évoluent depuis la fin de la semaine dernière à leur plus haut niveau depuis la mi-novembre 2022. Le cours du baril de Brent était vendredi autour de 89,5 dollars, après avoir atteint son meilleur cours depuis le 17 novembre 2022.

Le passage au-dessus des 88 dollars est soutenu, d’abord, par la réduction de l’offre de 1 million de barils par jour (mb/j) décidée unilatéralement par l’Arabie saoudite et appliquée depuis juillet. Elle bénéficie aussi du ralentissement économique en Amérique du Nord et en Europe, ainsi que d’une reprise plus faible que prévu en Chine qui limitent la croissance de la demande mondiale.

Pour l’Arabie saoudite, la question est de savoir si sa réduction de 1 mb/j sera reconduite en octobre et restera à ce niveau. En juillet, la production du royaume est tombée à 9 mb/j.

Economie-La croissance en hausse….. à cause des prix

Economie-La croissance en hausse….. à cause des prix

L’Insee et nombre d’experts proches du pouvoir font dans le volontarisme en annonçant une croissance légèrement en hausse. Ainsi pour l’INSEE , on prévoit une croissance 0,9% en 2023, contre 0,6% en juin dernier. Le seul problème est que cette croissance est fictive puisqu’elle découle surtout de l’ampleur des prix qui forcément augmentent la valeur. Et mécaniquement comme l’inflation est aussi sous-estimée par l’INSEE, on en conclut à une augmentation plus forte de l’économie alors que le climat des affaires se dégrade fortement comme l’emploi et les investissements.

Pourtant, les prix du pétrole toujours élevés et des taux d’intérêt au plus haut, l’activité pourrait frôler la stagnation. Dans son dernier point de conjoncture dévoilé ce jeudi 7 septembre, l’Insee table sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) oscillant entre 0,1% et 0,2% pour les deux derniers trimestres de l’année 2023. Sur cette période, les statisticiens n’ont pas révisé leurs prévisions par rapport à la note de conjoncture établie en juin dernier.

En revanche, l’institut statistique a fortement revu à la hausse son chiffre de croissance du second trimestre à 0,5%, au lieu de 0,1% précédemment. Pour 2023, les économistes anticipent désormais 0,9% de croissance, contre 0,6% au début de l’été.

S’agissant de l’inflation, l’indice des prix devrait s’établir à 5% en moyenne annuelle et finir l’année 2023 à 4,2%. Il s’agit, certes, d’un niveau plus faible que prévu en juin dernier (4,8%). Mais il demeure bien plus élevé qu’avant la guerre en Ukraine. Les prix de l’alimentaire continuent de peser largement sur le portefeuille des ménages.

« On observe un ralentissement des prix de l’alimentaire depuis juin sans enregistrer de baisse », a souligné Julien Pouget lors d’un point presse.

Le cri d’alarme des associations d’aide alimentaire ces derniers jours a jeté une lumière crue sur les difficultés de nombreux ménages en France.

Quant aux tarifs de l’énergie, ils font toujours grimper la facture. La hausse de 10% des prix de l’électricité en août dernier et l’envolée des prix du pétrole risquent de miner le pouvoir d’achat des ménages les plus dépendants des énergies fossiles au quotidien. Le gouvernement a mis fin à la ristourne généralisée sur l’essence mise en œuvre en 2022. Au final, la consommation des ménages a augmenté en valeur, mais elle a diminué en volume. Ce serait évidemment pire si on tenait compte de l’inflation réelle

Et la poursuite de la politique monétaire restrictive ne risque pas d’arranger la situation de la demande. Du côté des entreprises, l’Insee table sur un essoufflement des investissements. Après avoir rencontré des difficultés d’offres, plusieurs secteurs comme la fabrication de biens d’équipement ou l’industrie font part d’une demande exsangue.

Sur le front de l’emploi, l’Insee n’a pas donné de nouvelles prévisions pour la fin de l’année, mais les statistiques rendues publiques jeudi matin révèlent un essoufflement des créations de postes. L’économie tricolore a créé un peu plus de 20.000 emplois entre avril et juin (0,1%) contre 100.000 (0,4%) sur les trois premiers mois de l’année. L’emploi intérimaire est en repli après un précédent recul au premier trimestre. Dans les services et l’industrie, les entreprises ont continué d’embaucher. Mais les recrutements ont plongé dans la construction témoignant des vastes difficultés du secteur.

Contrairement à 2021 et à 2022, la croissance de l’emploi est devenue inférieure à celle de l’activité.

L’euro: accélérateur ou frein à la croissance

L’euro: accélérateur ou frein à la croissance


Dans la zone euro, la croissance stagne. En France, le ministre de l’Économie et des Finances salue « la performance remarquable » de l’économie française. L’euro géré par la BCE a-t-il contribué à une accélération ou à un ralentissement économique ? Faut-il recalculer les taux de conversion des monnaies nationales ? Par Gabriel Gaspard, Chef d’entreprise à la retraite, spécialiste en économie financière.

L’unification monétaire européenne. Au XIXe siècle, plusieurs expériences d’union monétaire ont émergé, mais aucune n’eut le rayonnement de l’actuelle Union économique et monétaire UEM. L’Europe a connu l’union monétaire austro-allemande (1857-1866), l’union monétaire scandinave (1863-1914) qui regroupa la Suède, la Norvège et le Danemark, et enfin l’union monétaire latine (1865- 1914) conclue entre la France, la Belgique, l’Italie, la Suisse, la Grèce, l’Espagne et la Roumanie.

Créé en 1999, l’euro a été introduit dans l’Union économique et monétaire UEM, ou zone euro, dans onze pays européens. Cette zone devait renforcer l’intégration économique et politique au sein de l’Union Européenne. En ce sens, l’euro a été voulu comme un accélérateur de la croissance, dans la mesure où l’utilisation d’une seule monnaie intensifierait la concurrence dans la zone euro et renforcerait l’intégration des marchés. Plusieurs raisons avaient justifié ce choix : lutter contre les coûts des opérations de change, renforcer la compétitivité des entreprises, contrecarrer la puissance du dollar, etc. Après plus de 20 ans, l’euro a un bilan qui demeure mitigé.

L’euro aurait de nombreux défauts. Pour certains économistes, la zone euro n’a pas été constituée comme une zone monétaire optimale (ZMO). L’Europe ne remplit pas trois conditions majeures : la mobilité des travailleurs n’y est pas parfaite, il n’y a pas de diversification sectorielle et il n’existe pas de fédéralisme budgétaire et fiscal, etc. D’après R. Mundell, prix Nobel d’économie, « parrain » de l’euro et père de la macroéconomie internationale, une zone monétaire, pour être « optimale », doit être dotée de mécanismes d’ajustements permettant de réduire l’impact de chocs asymétriques. De tels mécanismes ne sont pas réellement opérationnels au sein de la zone euro où la solidarité budgétaire entre les différents États est à un stade rudimentaire.

Selon Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, l’euro au lieu de rapprocher les européens a fini par les diviser et plomber l’économie. En d’autres termes, l’euro a contribué à un ralentissement économique et à des pertes de pouvoir d’achat pour les ménages européens. Est-ce effectivement le cas ?

De 1985 à 1991. C’est la perestroïka et la fin de l’URSS. C’est la Bulle spéculative au Japon où les grandes villes japonaises ont connu une période de très forte hausse des prix fonciers et immobiliers. La bulle et son dégonflement sont à l’origine des formes urbaines actuelles : « néo-libéralisation, financiarisation de l’urbain, mégaprojets privés, verticalisation, polycentrisme, et aménagement du front de mer en sont les héritages ». La croissance mondiale reste très bonne à 3,59%, la zone euro (avant l’euro) avec 3,14% faisait mieux que les États-Unis à 2,99%.

De 1992 à 1998. On note : la crise du système monétaire européen (SME) à l’occasion du référendum français sur le traité de Maastricht, la crise du mécanisme de change européen en 1992 et 1993, la crise économique mexicaine de 1994, la crise économique asiatique en 1997, etc. La croissance américaine dépasse la croissance mondiale mais la croissance de la zone euro diminue de 1,28%.

De 1999 à 2007. En novembre 1999, le président Clinton abroge la loi Glass-Steagall, instaurée en 1933 par le président Franklin Roosevelt pour séparer les activités des banques de dépôt de celles des banques d’investissement. C’est la période qui va du début de la zone euro à la crise des subprimes. La croissance de la zone euro reste nettement en deçà de celle des États-Unis et de la croissance mondiale. Le 8 février 2007, la banque HSBC avertit que les impayés des crédits immobiliers à risque vont amputer son bénéfice annuel de 105 milliards de dollars. C’est le début de la crise de 2008 dites des subprimes.

De 2008 à 2016. Pour lutter contre la crise financière de 2008, la Banque centrale européenne adopte des mesures « non conventionnelles ». Ces mesures ont pris des formes telles que : une politique de taux accommodante y compris de taux négatifs, un accès assoupli aux liquidités pour les banques commerciales et la mise en place d’opérations de refinancement (TLTRO), des programmes d’achat d’actifs publics et privés (quantitative easing), complétées par des facilités de prêts de titres. In fine beaucoup de liquidités ont profité aux banques et à la Bourse. Hélas les politiques budgétaires nationales des pays de la zone euro, qui ne sont pas cordonnées, ont plutôt eu un effet négatif sur la croissance et ont amplifié les pressions déflationnistes. Le résultat est un recul historique de la croissance en zone euro à 0,46%.

De 2017 à 2022. Le 18 mars 2020, la BCE annonce le lancement d’un programme d’achats d’urgence face à la pandémie, le PEPP (Pandemic Emergency Purchase Programme) qui injecte beaucoup de liquidités. La BCE achète les titres grâce à de la création monétaire. L’économie mondiale, qui ne s’est pas encore remise de la pandémie et de la guerre de l’Ukraine, fait face à des perspectives de plus en plus sombres et incertaines. L’aboutissement d’une inflation plus forte que prévue provoque un durcissement des conditions financières. La zone euro a le taux de croissance le plus faible à 1,47%, alors que l’indice IPCH (inflation) passe de 1,34% en 2017 à 9,22% en 2022.

Le constat. Avec l’euro, les signataires espéraient que cette monnaie provoquerait une union rapide des économies des États membres. L’objectif était d’organiser une convergence des politiques industrielles et sociales vers un modèle plus libéral : plus de flexibilité du marché du travail, plus de concurrence sur les marchés des biens, réduction du rôle de l’État et du secteur public, baisse des dépenses de protection sociale. On note aujourd’hui que cette stratégie ne correspondait pas toujours aux souhaits des citoyens européens. Cette orientation a affaibli la construction européenne. Dans la plupart des pays, l’introduction de l’euro n’a pas provoqué l’accélération promise de la croissance. Pour d’autres, l’accélération de la croissance s’est accompagnée de l’accroissement de déséquilibres structurels.

La proposition de Joseph Stiglitz. Dans son ouvrage, Comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe, publié chez LLL les liens qui libèrent en 2016, Joseph Stiglitz préconise soit une sortie en douceur de l’euro soit la mise en place d’un « euro flexible ». Dans cette seconde hypothèse, « des pays (ou groupes de pays) différents pourraient avoir chacun leur propre euro », dont la valeur fluctuerait au sein d’une fourchette commune.

Du point de vue juridique, l’intégration d’un État membre dans la zone euro a été conçue comme un processus irrévocable. Le traité de Lisbonne ne contient aucun mécanisme permettant la sortie de la zone euro. Les experts prévoient plusieurs scénarios difficilement applicables pour sortir de l’UEM. Du point de vue financier, la BCE a acheté pour 457,3 milliards des titres de dette émis par les États de la zone euro à partir de 2010 en fonction de leur part dans son capital. Il parait inabordable à un pays de la zone euro de faire racheter ses obligations détenues par la BCE par des acteurs locaux ou étrangers.

Faut-il recommencer les vicissitudes du « Serpent monétaire » ? Instauré en 1972, les gouvernements des banques centrales européennes créent un système de rétrécissement des marges : un serpent monétaire européen dans le tunnel. Ce système a permis aux banques centrales d’intervenir en monnaies européennes dans les limites des marges de fluctuation réduite à 2,25%. Cette expérience n’obtient pas le succès requis. En mai 1972, la livre sterling, irlandaise et la couronne danoise rejoignent ce serpent. Elles seront contraintes d’en sortir au bout de quelques semaines à causes des nouvelles spéculations financières.

L’aboutissement. Il faut arriver à une décision qui intègre plusieurs constituants : des nouvelles règles de convergences, une solidarité budgétaire entre les États de la zone euro, une gestion saine des liquidités au niveau de la Banque centrale européenne, un équilibre entre l’endettement extérieur des États (accès aux marchés financiers) et l’endettement intérieur via les acteurs locaux (économies des ménages). Sans sortir de l’euro pour revenir au franc avec la même valeur que l’euro ou non, sans euro flexible, en attendant une zone monétaire optimale, il faut réajuster son taux de conversion au temps et à la réalité du poids de chaque pays dans la zone euro et aller vers une économie écosociale.

Pour comprendre. La valeur de l’euro est un taux de conversion et non un taux de change calculée sur la base des monnaies des États membres. Elle a été fixée au 1er janvier 1999 par 11 pays d’Europe. Les taux de conversion de chaque pays ont été déterminés par le Conseil de l’Union européenne sur la base des taux du marché au 31 décembre 1998. Le cours du dollar a joué un rôle essentiel pour évaluer la pondération des cours nationaux.

En tenant compte de plusieurs éléments tels que différence de productivité, poids dans les échanges ou importance économique des pays membres de l’Union Economique et Monétaire (UEM) et la position euro dollar, les spécialistes peuvent calculer aujourd’hui, comme en 1999, de manière équitable les nouvelles valeurs monétaires nationales pour les pays concernés de la zone euro.

À titre de comparaison en 1999, le PIB de la France était de 4,55% du PIB mondial, celui de la zone euro de 21,74% et celui des États-Unis de 29,40%. En 2022, le PIB de la France tombe à 2,76%, les États-Unis affirment leur position à 25,32% et la zone euro fléchit à 13,96% (source Banque mondiale).

Le dernier pays européen rentré dans la zone euro est la Croatie au 1er janvier 2023. Le taux de conversion entre l’euro et la kuna croate fut fixé à 7,53450 kunas pour un euro, ce qui correspondait au taux central de la kuna dans le mécanisme de change MCE II.

Face au futur incertain, pour renforcer le pouvoir de l’euro et contrer la puissance du dollar, pour rétablir l’équité entre les pays de la zone euro, pourquoi ne pas recalculer tous les taux de conversion des monnaies nationales des 20 pays de la zone euro ?

Economie- Le prix du carburant va tuer la consommation et la croissance

Economie- Le prix du carburant va tuer la consommation et la croissance


En maintenant un niveau très haut le prix du baril de pétrole , les producteurs de pétrole et en particulier l’Arabie Saoudite risquent simplement de tuer la croissance mondiale déjà très molle. C’est l’Arabie Saoudite qui a pris l’initiative de réduire la production de 10 % pour augmenter les ressources financières dont elle a besoin. La conséquence notamment c’est d’amener le prix du carburant à environ deux euros pour l’utilisateur. Un prix excessif qui contribue largement à rogner le pouvoir d’achat des ménages avec aussi l’envolée des prix de l’alimentaire. En clair pour nombre de ménages du fait de l’alimentaire et du carburant, le pouvoir d’achat aura diminué de 25 % en deux ans. Une diminution qui n’a pas été compensée par l’augmentation des revenus conf contrairement à ce qu’affirme le gouvernement et certains experts. D’où d’ailleurs la montée de la pauvreté dans les couches sociales les plus fragilisées

Les prix de l’or noir sont au plus haut depuis la mi-novembre 2022, s’installant au-dessus des 88 dollars pour le baril de Brent, en raison de la réduction de l’offre de l’Arabie saoudite.

Les prix du pétrole brut évoluent depuis la fin de la semaine dernière à leur plus haut niveau depuis la mi-novembre 2022. Le cours du baril de Brent était vendredi autour de 89,5 dollars, après avoir atteint son meilleur cours depuis le 17 novembre 2022.

Le passage au-dessus des 88 dollars est soutenu, d’abord, par la réduction de l’offre de 1 million de barils par jour (mb/j) décidée unilatéralement par l’Arabie saoudite et appliquée depuis juillet. Elle bénéficie aussi du ralentissement économique en Amérique du Nord et en Europe, ainsi que d’une reprise plus faible que prévu en Chine qui limitent la croissance de la demande mondiale.

Pour l’Arabie saoudite, la question est de savoir si sa réduction de 1 mb/j sera reconduite en octobre et restera à ce niveau. En juillet, la production du royaume est tombée à 9 mb/j.

L’euro: accélérateur ou frein à la croissance

L’euro: accélérateur ou frein à la croissance


Dans la zone euro, la croissance stagne. En France, le ministre de l’Économie et des Finances salue « la performance remarquable » de l’économie française. L’euro géré par la BCE a-t-il contribué à une accélération ou à un ralentissement économique ? Faut-il recalculer les taux de conversion des monnaies nationales ? Par Gabriel Gaspard, Chef d’entreprise à la retraite, spécialiste en économie financière.

L’unification monétaire européenne. Au XIXe siècle, plusieurs expériences d’union monétaire ont émergé, mais aucune n’eut le rayonnement de l’actuelle Union économique et monétaire UEM. L’Europe a connu l’union monétaire austro-allemande (1857-1866), l’union monétaire scandinave (1863-1914) qui regroupa la Suède, la Norvège et le Danemark, et enfin l’union monétaire latine (1865- 1914) conclue entre la France, la Belgique, l’Italie, la Suisse, la Grèce, l’Espagne et la Roumanie.

Créé en 1999, l’euro a été introduit dans l’Union économique et monétaire UEM, ou zone euro, dans onze pays européens. Cette zone devait renforcer l’intégration économique et politique au sein de l’Union Européenne. En ce sens, l’euro a été voulu comme un accélérateur de la croissance, dans la mesure où l’utilisation d’une seule monnaie intensifierait la concurrence dans la zone euro et renforcerait l’intégration des marchés. Plusieurs raisons avaient justifié ce choix : lutter contre les coûts des opérations de change, renforcer la compétitivité des entreprises, contrecarrer la puissance du dollar, etc. Après plus de 20 ans, l’euro a un bilan qui demeure mitigé.

L’euro aurait de nombreux défauts. Pour certains économistes, la zone euro n’a pas été constituée comme une zone monétaire optimale (ZMO). L’Europe ne remplit pas trois conditions majeures : la mobilité des travailleurs n’y est pas parfaite, il n’y a pas de diversification sectorielle et il n’existe pas de fédéralisme budgétaire et fiscal, etc. D’après R. Mundell, prix Nobel d’économie, « parrain » de l’euro et père de la macroéconomie internationale, une zone monétaire, pour être « optimale », doit être dotée de mécanismes d’ajustements permettant de réduire l’impact de chocs asymétriques. De tels mécanismes ne sont pas réellement opérationnels au sein de la zone euro où la solidarité budgétaire entre les différents États est à un stade rudimentaire.

Selon Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, l’euro au lieu de rapprocher les européens a fini par les diviser et plomber l’économie. En d’autres termes, l’euro a contribué à un ralentissement économique et à des pertes de pouvoir d’achat pour les ménages européens. Est-ce effectivement le cas ?

De 1985 à 1991. C’est la perestroïka et la fin de l’URSS. C’est la Bulle spéculative au Japon où les grandes villes japonaises ont connu une période de très forte hausse des prix fonciers et immobiliers. La bulle et son dégonflement sont à l’origine des formes urbaines actuelles : « néo-libéralisation, financiarisation de l’urbain, mégaprojets privés, verticalisation, polycentrisme, et aménagement du front de mer en sont les héritages ». La croissance mondiale reste très bonne à 3,59%, la zone euro (avant l’euro) avec 3,14% faisait mieux que les États-Unis à 2,99%.

De 1992 à 1998. On note : la crise du système monétaire européen (SME) à l’occasion du référendum français sur le traité de Maastricht, la crise du mécanisme de change européen en 1992 et 1993, la crise économique mexicaine de 1994, la crise économique asiatique en 1997, etc. La croissance américaine dépasse la croissance mondiale mais la croissance de la zone euro diminue de 1,28%.

De 1999 à 2007. En novembre 1999, le président Clinton abroge la loi Glass-Steagall, instaurée en 1933 par le président Franklin Roosevelt pour séparer les activités des banques de dépôt de celles des banques d’investissement. C’est la période qui va du début de la zone euro à la crise des subprimes. La croissance de la zone euro reste nettement en deçà de celle des États-Unis et de la croissance mondiale. Le 8 février 2007, la banque HSBC avertit que les impayés des crédits immobiliers à risque vont amputer son bénéfice annuel de 105 milliards de dollars. C’est le début de la crise de 2008 dites des subprimes.

De 2008 à 2016. Pour lutter contre la crise financière de 2008, la Banque centrale européenne adopte des mesures « non conventionnelles ». Ces mesures ont pris des formes telles que : une politique de taux accommodante y compris de taux négatifs, un accès assoupli aux liquidités pour les banques commerciales et la mise en place d’opérations de refinancement (TLTRO), des programmes d’achat d’actifs publics et privés (quantitative easing), complétées par des facilités de prêts de titres. In fine beaucoup de liquidités ont profité aux banques et à la Bourse. Hélas les politiques budgétaires nationales des pays de la zone euro, qui ne sont pas cordonnées, ont plutôt eu un effet négatif sur la croissance et ont amplifié les pressions déflationnistes. Le résultat est un recul historique de la croissance en zone euro à 0,46%.

De 2017 à 2022. Le 18 mars 2020, la BCE annonce le lancement d’un programme d’achats d’urgence face à la pandémie, le PEPP (Pandemic Emergency Purchase Programme) qui injecte beaucoup de liquidités. La BCE achète les titres grâce à de la création monétaire. L’économie mondiale, qui ne s’est pas encore remise de la pandémie et de la guerre de l’Ukraine, fait face à des perspectives de plus en plus sombres et incertaines. L’aboutissement d’une inflation plus forte que prévue provoque un durcissement des conditions financières. La zone euro a le taux de croissance le plus faible à 1,47%, alors que l’indice IPCH (inflation) passe de 1,34% en 2017 à 9,22% en 2022.

Le constat. Avec l’euro, les signataires espéraient que cette monnaie provoquerait une union rapide des économies des États membres. L’objectif était d’organiser une convergence des politiques industrielles et sociales vers un modèle plus libéral : plus de flexibilité du marché du travail, plus de concurrence sur les marchés des biens, réduction du rôle de l’État et du secteur public, baisse des dépenses de protection sociale. On note aujourd’hui que cette stratégie ne correspondait pas toujours aux souhaits des citoyens européens. Cette orientation a affaibli la construction européenne. Dans la plupart des pays, l’introduction de l’euro n’a pas provoqué l’accélération promise de la croissance. Pour d’autres, l’accélération de la croissance s’est accompagnée de l’accroissement de déséquilibres structurels.

La proposition de Joseph Stiglitz. Dans son ouvrage, Comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe, publié chez LLL les liens qui libèrent en 2016, Joseph Stiglitz préconise soit une sortie en douceur de l’euro soit la mise en place d’un « euro flexible ». Dans cette seconde hypothèse, « des pays (ou groupes de pays) différents pourraient avoir chacun leur propre euro », dont la valeur fluctuerait au sein d’une fourchette commune.

Du point de vue juridique, l’intégration d’un État membre dans la zone euro a été conçue comme un processus irrévocable. Le traité de Lisbonne ne contient aucun mécanisme permettant la sortie de la zone euro. Les experts prévoient plusieurs scénarios difficilement applicables pour sortir de l’UEM. Du point de vue financier, la BCE a acheté pour 457,3 milliards des titres de dette émis par les États de la zone euro à partir de 2010 en fonction de leur part dans son capital. Il parait inabordable à un pays de la zone euro de faire racheter ses obligations détenues par la BCE par des acteurs locaux ou étrangers.

Faut-il recommencer les vicissitudes du « Serpent monétaire » ? Instauré en 1972, les gouvernements des banques centrales européennes créent un système de rétrécissement des marges : un serpent monétaire européen dans le tunnel. Ce système a permis aux banques centrales d’intervenir en monnaies européennes dans les limites des marges de fluctuation réduite à 2,25%. Cette expérience n’obtient pas le succès requis. En mai 1972, la livre sterling, irlandaise et la couronne danoise rejoignent ce serpent. Elles seront contraintes d’en sortir au bout de quelques semaines à causes des nouvelles spéculations financières.

L’aboutissement. Il faut arriver à une décision qui intègre plusieurs constituants : des nouvelles règles de convergences, une solidarité budgétaire entre les États de la zone euro, une gestion saine des liquidités au niveau de la Banque centrale européenne, un équilibre entre l’endettement extérieur des États (accès aux marchés financiers) et l’endettement intérieur via les acteurs locaux (économies des ménages). Sans sortir de l’euro pour revenir au franc avec la même valeur que l’euro ou non, sans euro flexible, en attendant une zone monétaire optimale, il faut réajuster son taux de conversion au temps et à la réalité du poids de chaque pays dans la zone euro et aller vers une économie écosociale.

Pour comprendre. La valeur de l’euro est un taux de conversion et non un taux de change calculée sur la base des monnaies des États membres. Elle a été fixée au 1er janvier 1999 par 11 pays d’Europe. Les taux de conversion de chaque pays ont été déterminés par le Conseil de l’Union européenne sur la base des taux du marché au 31 décembre 1998. Le cours du dollar a joué un rôle essentiel pour évaluer la pondération des cours nationaux.

En tenant compte de plusieurs éléments tels que différence de productivité, poids dans les échanges ou importance économique des pays membres de l’Union Economique et Monétaire (UEM) et la position euro dollar, les spécialistes peuvent calculer aujourd’hui, comme en 1999, de manière équitable les nouvelles valeurs monétaires nationales pour les pays concernés de la zone euro.

À titre de comparaison en 1999, le PIB de la France était de 4,55% du PIB mondial, celui de la zone euro de 21,74% et celui des États-Unis de 29,40%. En 2022, le PIB de la France tombe à 2,76%, les États-Unis affirment leur position à 25,32% et la zone euro fléchit à 13,96% (source Banque mondiale).

Le dernier pays européen rentré dans la zone euro est la Croatie au 1er janvier 2023. Le taux de conversion entre l’euro et la kuna croate fut fixé à 7,53450 kunas pour un euro, ce qui correspondait au taux central de la kuna dans le mécanisme de change MCE II.

Face au futur incertain, pour renforcer le pouvoir de l’euro et contrer la puissance du dollar, pour rétablir l’équité entre les pays de la zone euro, pourquoi ne pas recalculer tous les taux de conversion des monnaies nationales des 20 pays de la zone euro ?

12345...114



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol