Archive pour le Tag 'Chine'

Smartphones américains : 70 % fabriqués en Chine

Smartphones américains : 70 % fabriqués en Chine

 

C’est la contradiction de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. Dans les discours il est question de rupture des relations mais dans la pratique la réalité est différente. Par exemple concernant les Smartphones vendus aux États-Unis, 70 % sont fabriqués en Chine. Difficile de couper les ponts avec l’empire du milieu dans la mesure où en même temps pour nombre de marques américaines comme Apple par exemple le marché chinois est aussi le premier débouché extérieur.

Au deuxième trimestre, 70% des 31,8 millions de smartphones vendus sur le territoire américain étaient «made in China», selon une étude de Canalys.

Avec 47,1% de parts de marché sur la période, Apple pèse lourd dans la balance. Au cours des trois derniers mois, il a écoulé 15 millions d’iPhone dans son pays d’origine, soit une hausse de 10% sur un an. Or ses smartphones sont fabriqués en Chine. C’est aussi le cas de ceux des groupes chinois Lenovo et TCL, qui représentent à eux deux un peu moins de 12% de parts de marché.

Les coréens Samsung et LG pointent eux respectivement en deuxième et troisième position sur le marché américain avec respectivement 23 et 11% de parts de marché. L’essentiel de leur production de smartphone est situé en Corée et au Vietnam. «Les tensions entre les États-Unis et la Chine génèrent de nombreuses incertitudes pour tous les fabricants de smartphones, à l’exception de Samsung et LG», résument les analystes de Canalys.

Exportations Chine : en hausse

Exportations Chine :  en hausse

D’une certaine façon,  la Chine profite des mesures de soutien décidées dans les pays clients. Ces pays ont vu leurs stocks diminuer voire disparaître du fait de l’interruption d’une grande partie du commerce international. Il s’agit maintenant de les reconstituer grâce aux mesures d’aide à l’économie. De ce fait , les exportations de la Chine ont progressé de 7,2% le mois dernier sur un an, selon des chiffres publiés ce vendredi par les Douanes. Mais il n’est pas certain du tout que le phénomène soit durable une fois les stocks r constitués

Il s’agit pour juillet de la plus forte hausse depuis décembre 2019, lorsque les ventes de la Chine avaient augmenté de 7,6%, juste avant l’apparition du nouveau coronavirus dans le centre du pays.

Le chiffre de juillet est nettement meilleur qu’attendu par les analystes: les experts interrogés par l’agence financière Bloomberg misaient sur un recul de 0,7% des exportations en juillet. Ces dernières n’avaient augmenté que de 0,5% en juin.

Alors que le commerce de la Chine reste pénalisé par le recul de l’activité chez ses principaux clients, Europe et Amérique du Nord en tête, les experts ne s’attendent toutefois pas à ce que la reprise de l’export soit durable. En effet il s’agit en partie d’un phénomène de compensation de la faiblesse des exportations les mois précédents. Nombre de clients de la Chine recompose leurs stocks.

« La demande extérieure a commencé à se redresser en juin comme en juillet. Mais cette reprise sera précaire car nous savons que des foyers épidémiques ont fait leur apparition en août » dans plusieurs pays, relève l’économiste Iris Pang, de la banque ING.

Premier pays touché par le Covid-19 mais aussi premier à s’en sortir, la Chine a connu une reprise de l’activité au deuxième trimestre, avec une hausse de 3,2% du PIB, selon des chiffres officiels,

Mais des secteurs entiers de l’économie tournent toujours au ralenti, notamment les transports et le tourisme.

Signe de la faiblesse persistante de la demande intérieure, les importations ont reculé de 1,4% en juillet sur un an, selon les Douanes. Les experts s’attendaient à une hausse de 0,9%.

Les importations ont pu ralentir du fait de la baisse des achats de pétrole alors qu’augmentait le prix de l’or noir, remarque Iris Pang. La Chine avait profité de la baisse des prix en début d’année pour augmenter ses stocks.

Au final, l’excédent commercial s’est inscrit à 62,3 milliards de dollars, en forte hausse par rapport à juin (46,42 mds). Avec les seuls États-Unis, ce chiffre, qui constitue une pomme de discorde avec le président Donald Trump, a augmenté également à 32,45 milliards de dollars, contre 29,4 milliards en juin.

 

Dictature Chine: Xi Jinping, le nouveau Mao

Dictature  Chine: Xi Jinping, le nouveau Mao

 

Progressivement, le président xi Jim ping chausse les bottes de la dictature maoïste qui a fait 10 millions de morts. Dernier événement en date, le report des élections à Hong Kong sous le faux prétexte de risques de nouvelles épidémies du Coronavirus.

En fait le pouvoir chinois est en train d’organiser les élections et de choisir les candidats puisque  plusieurs ont déjà été écartés ou  arrêtés. La Chine a mis fin brutalement au statut de hongkongais contre tous les accords internationaux et impose sa dictature là comme ailleurs. Ailleurs, par exemple sur la communauté ouïgoure qui subit une répression massive avec des internements, des travaux forcés et des stérilisations de femmes, cela au nom de la lutte antiterroriste.

Rien ne semble arrêter maintenant la dictature chinoise qui se rapproche plus en plus du régime de Mao. Le président dispose maintenant d’un mandat à vie qui caractérise évidemment tous les régimes liberticides. La Chine ne se contente d’atteinte aux libertés sur son territoire, elle attaque par différents moyens les démocraties étrangères. Des attaques par voie informatique souvent, par voie diplomatique grâce à la corruption de dirigeants locaux, par voie idéologique.

Ainsi même à l’ambassade de France, les Chinois ont affirmé que les démocraties occidentales comme celle de la France était contestées par l’opinion et que nombre de citoyens occidentaux souhaitaient un régime de type chinois. L’agression verbale sur le fond comme sur la forme témoigne de l’impunité dont peut jouir la Chine. En effet l’Occident -et l’Europe en particulier- se montre particulièrement discret vis-à-vis des attaques répétées de la Chine.

Certes on prend ici ou là de manière d’ailleurs un peu éparse quelques moyens pour protester mais sans trop d’ampleur pour ne pas contrarier le business avec la Chine. La seule réaction un peu significative est celle des États-Unis notamment du fait de la proximité des élections présidentielles et encore en ménageant certaines relations commerciales. Pendant ce temps-là ,la Chine continue de jouir d’une balance commerciale très excédentaire vis-à-vis des démocraties occidentales et de multiplier les attaques de toutes sortes contre ces démocraties.

Répression en Chine : Xi Jinping, le nouveau Mao

Répression en Chine : Xi Jinping, le nouveau Mao

 

Progressivement, le président xi Jim ping chausse les bottes de la dictature maoïste qui a fait 10 millions de morts. Dernier événement en date, le report des élections à Hong Kong sous le faux prétexte de risques de nouvelles épidémies du Coronavirus.

En fait le pouvoir chinois est en train d’organiser les élections et de choisir les candidats puisque  plusieurs ont déjà été écartés voir arrêtés. La Chine a mis fin brutalement au statut de hongkongais contre tous les accords internationaux et impose sa dictature là comme ailleurs. Ailleurs, par exemple sur la communauté ouïgoure qui subit une répression massive avec des internements, des travaux forcés et des stérilisations de femmes, cela au nom de la lutte antiterroriste.

Rien ne semble arrêter maintenant la dictature chinoise qui se rapproche plus en plus du régime de Mao. Le président dispose maintenant d’un mandat à vie qui caractérise évidemment tous les régimes anti démocratiques et liberticides. La Chine ne se contente d’atteinte aux libertés sur son territoire, elle attaque par différents moyens les démocraties étrangères. Des attaques par voie informatique souvent, par voie diplomatique grâce à la corruption de dirigeants locaux, par voie idéologique.

Ainsi même à l’ambassade de France, les Chinois ont affirmé que les démocraties occidentales comme celle de la France était contestées par l’opinion et que nombre de citoyens occidentaux souhaitaient un régime de type chinois. L’agression verbale sur le fond comme sur la forme témoigne de l’impunité dont peut jouir la Chine. En effet l’Occident -et l’Europe en particulier- se montre particulièrement discret vis-à-vis des attaques répétées de la Chine.

Certes on prend ici ou là de manière d’ailleurs un peu éparse quelques moyens pour protester mais sans trop d’ampleur pour ne pas contrarier le business avec la Chine. La seule réaction un peu significative est celle des États-Unis notamment du fait de la proximité des élections présidentielles et encore en ménageant certaines relations commerciales. Pendant ce temps-là ,la Chine continue de jouir d’une balance commerciale très excédentaire vis-à-vis des démocraties occidentales et de multiplier les attaques de toutes sortes contre ces démocraties.

 

Croissance Chine: l’activité sort encore du rouge

Croissance Chine: l’activité sort encore du rouge

 

La croissance du secteur manufacturier seront encore du rouge en juillet. Pour l’ensemble de l’activité la Chine pourrait bien être un des rares pays à afficher une croissance légèrement positive de l’ordre de 1 %. On est cependant loin des 6 à 7 % absolument nécessaires en Chine pour éviter la crise économique et sociale.

L’indice PMI manufacturier officiel a progressé à 51,1 en juillet contre 50,9 le mois précédent, à un plus haut depuis mars, alors que les analystes anticipaient un ralentissement de l’activité avec un indice à 50,7.

Berceau de la pandémie de coronavirus, la Chine est parvenue à quasiment contrôler la crise sanitaire pour procéder au déconfinement après des semaines de paralysie économique, même si elle fait désormais face à un regain des infections sans précédent depuis plusieurs mois.

Les nouvelles commandes à l’exportation ont à nouveau décliné, mais à un rythme moins important qu’au cours des derniers mois, soulignant les pressions continues sur la demande étrangère.

Une enquête officielle distincte, dont les résultats ont aussi été communiqués vendredi, montre que l’activité du secteur des services a elle ralenti en juillet, avec un indice PMI de 54,2 contre 54,4 en juin.

La chaîne logistique américaine ébranlée par la mise sur liste noire de 11 sociétés chinoises (Wall Street Journal, extrait, paru dans l’Opinion)

La chaîne logistique américaine ébranlée par la mise sur liste noire de 11 sociétés chinoises (Wall Street Journal, extrait, paru dans l’Opinion)

Lundi, Washington a placé sur liste noire 11 entreprises chinoises accusées d’être liées à la persécution de la minorité ouïghoure dans la région autonome du Xinjiang – décision qui va compliquer la vie des grandes marques et modifier encore les chaînes d’approvisionnement.

Les autorités américaines ont sanctionné ces sociétés (parmi lesquelles des fabricants textiles et des fournisseurs de composants ayant des géants occidentaux pour clients) en les empêchant d’acheter des technologies américaines sans permis. Selon un rapport publié cette année par l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI), un think tank installé à Canberra, Apple et les stars de l’habillement Ralph Lauren et Tommy Hilfiger, entre autres, ont travaillé avec les entreprises ciblées.

Ces derniers mois, l’administration Trump a incité les entreprises américaines à se pencher sur leurs chaînes d’approvisionnement pour évaluer leur exposition potentielle à la persécution des Ouïghours. Début juillet, le département du Commerce a publié une note d’information, dans laquelle il affirme que les preuves de pratiques abusives s’accumulent : subventions pour construire au Xinjiang des usines employant les travailleurs des camps d’internement, transfert contraint de Ouïghours vers d’autres régions de Chine et travaux forcés dans les prisons.

Beaucoup d’entreprises placées lundi sur la liste noire fournissent des vêtements et des produits de base qui peuvent être fabriqués dans d’autres pays d’Asie, affirme Dennis Meseroll, directeur exécutif de la société de conseil Tractus Asia Ltd.

« Sur le plan de la réputation, ces entreprises sont désormais des pestiférées, estime le dirigeant, dont la société aide les entreprises à choisir les investissements étrangers et les stratégies d’approvisionnement. Les grandes marques ne voudront plus rien avoir à faire avec elles et vont chercher de nouveaux fournisseurs. ​»

Les 11 sociétés ciblées lundi vont rejoindre la presque quarantaine d’entreprises blacklistée depuis octobre en raison de soupçons de violation des droits de l’homme au Xinjiang.

De son côté, le département du Commerce a prévenu les entreprises que leur réputation pourrait être entachée et qu’elles s’exposent à des risques juridiques si leurs chaînes d’approvisionnement sont liées aux violations des droits de l’homme en Chine.

« On a une chaîne logistique qui se déploie dans toute la Chine et en Occident, a déclaré début juillet à la presse Robert Destro, secrétaire d’Etat adjoint. Si l’on découvre qu’une entreprise importe aux Etats-Unis, en toute connaissance de cause, des biens produits par du travail forcé, elle sera poursuivie. ​»

Traduit à partir de la version originale en anglais wsj

Répression des OUÏGHOURS: LA CHINE CONTESTE

 Répression des OUÏGHOURS: LA CHINE CONTESTE

La Chine a dénoncé mercredi des « mensonges » après les critiques de la France sur la situation de la minorité musulmane ouïghoure au Xinjiang, dans le nord-ouest du pays.

« Nous sommes fermement opposés à l’utilisation des questions religieuses à des fins politiques et d’ingérence dans les affaires intérieures de la Chine », a déclaré devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, interrogé sur les commentaires de Paris.

Devant l’Assemblée nationale, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait jugé mardi « inacceptable » l’internement de membres de la minorité ouïghoure.

Le ministre avait évoqué « des camps d’internement pour les Ouïghours, des détentions massives, des disparitions, du travail forcé, des stérilisations forcées, la destruction du patrimoine culturel ouïghour et en particulier des lieux de culte, la surveillance de la population et plus globalement tout le système répressif mis en place dans cette région ».

Jean-Yves Le Drian avait aussi réclamé « l’accès d’observateurs indépendants internationaux au Xinjiang ». En réponse, le porte-parole de Pékin a assuré que la politique de son pays dans la région ne relevait pas des droits de l’Homme ni de la liberté de culte, mais de la lutte contre « le terrorisme et le séparatisme ».

Répression des ouïghours en Chine. La France veut des observateurs

Répression des ouïghours en Chine. La France veut des observateurs

 

Le ton  se durcit nettement entre la Chine et nombre de pays occidentaux à propos des entraves à la démocratie. Notamment par rapport à la répression et au processus d’extermination des ouïghours  ( emprisonnement, stérilisation des femmes, travaux forcés etc.) . La France demande donc l’envoi d’observateurs indépendants dans la région concernée

“Toutes ces pratiques sont inacceptables (…) car elles vont contre les principes universels des droits de l’homme et nous les condamnons avec beaucoup de fermeté”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

“Dans l’immédiat, nous demandons à ce que la Chine permette l’accès des observateurs indépendants internationaux dans cette zone et qu’elle permette aussi à la haute commissaire des droits de l’homme (Michelle Bachelet, NDLR) de visiter le Xinjiang en toute liberté”, a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis ont ajouté lundi à leur liste noire onze entreprises chinoises impliquées selon Washington dans des violations des droits de l’homme au Xinjiang.

La Chine réfute tout mauvais traitement à l’encontre des Ouïghours et toute “ingérence” des autres pays dans ce dossier.

A l’Assemblée nationale, Jean-Yves Le Drian a souligné la préoccupation de la France concernant les informations faisant état “de camps d’internement, de détentions massives, de disparitions, de travail forcé, de stérilisations forcées, la destruction du patrimoine culturel ouïghour et en particulier les lieux de culte, la surveillance de la population et plus globalement, tout le système répressif mis en place dans cette région”.

La Chine veut sanctionner Nokia et Ericsson

La Chine veut sanctionner Nokia et Ericsson

La Chine envisage de prendre des mesures de rétorsion à l’égard des équipementiers Nokia et Ericsson si l’Union européenne suit les États-Unis et la Grande-Bretagne dans leur décision de bannir le Chinois Huawei du déploiement de la cinquième génération de téléphonie mobile (5G), a rapporté lundi le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.

La guerre économique s’amplifie entre la Chine et l’Occident. Dans l’affaire de la technologie 5G chinoise de Huwei que refuse les États-Unis et la Grande-Bretagne, la Chine menace de bloquer les éléments produits en Chine par Nokia et Ericsson – le dossier de la 5G est révélateur des grandes tendances de la guerre économique qui va s’installer bien au-delà des équipements téléphoniques.

La 5G  illustre aussi l’interdépendance des différents pays dans les processus de production et de distribution. Ainsi la Chine a besoin de composants américains par exemple mais les marques américaines fabriquent en Chine une partie de leur production, comme Nokia et Ericsson. Du coup, l’interdépendance des processus de production génère une interdépendance des mesures de sanction qui rebondissent comme des balles de ping-pong alternativement d’une zone à l’autre.

On observera que ce n’est sans doute pas la première fois que des mesures de restriction sont prises vis-à-vis du commerce international;  cette fois cependant les sanctions réciproques sont plus sévères et en plus s’inscrivent dans un environnement diplomatique très tendu où l’Occident met aussi en cause la dictature chinoise. Une sorte de réponse du berger à la bergère dans la mesure où la Chine ces temps derniers n’avait pas hésité à mettre en cause les vertus de la démocratie des pays développés et à vanter les mérites de son système de dictature.

La téléphonie 5g est sans doute l’un des premiers dossiers qui va marquer le durcissement de la guerre économique entre l’Occident et la Chine.

La Chine envisage donc  de prendre des mesures de rétorsion à l’égard des équipementiers Nokia et Ericsson si l’Union européenne suit les États-Unis et la Grande-Bretagne dans leur décision de bannir le Chinois Huawei du déploiement de la cinquième génération de téléphonie mobile (5G), a rapporté lundi le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.

Le gouvernement britannique a annoncé la semaine dernière que les équipements de Huawei, le numéro un mondial des équipements de réseaux de télécommunications, seront exclus de son réseau 5G d’ici 2027, s’attirant la colère de la Chine.

La décision du gouvernement de Boris Johnson place le Suédois Ericsson et le Finlandais Nokia parmi les bénéficiaires immédiats de la campagne contre Huawei, menée au départ par les Etats-Unis qui accusent la compagnie chinoise d’espionner pour le compte de Pékin.

Selon le quotidien financier, le ministère chinois du commerce envisage d’instaurer des contrôles à l’export pour empêcher Nokia et Ericsson d’expédier vers d’autres pays les produits qu’ils produisent en Chine.

L’UE n’a jusqu’à présent demandé l’interdiction de Huawei, mais a élaboré une “boîte à outils” avec les conditions de sécurité pour le déploiement de la 5G dans les États membres, notamment en ce qui concerne les fournisseurs considérés comme à haut risque.

Londres dénonce les crimes contre les Ouïghours en Chine

Londres dénonce les crimes contre les   Ouïghours en Chine  

Le Royaume-Uni accuse clairement la Chine, ce dimanche 19 juillet ,  de commettre des «atteintes graves, choquantes aux droits de l’homme» à l’égard des Ouïghours .

 

La dictature communiste chinoise se rapproche de plus en plus du modèle maoïste  avec d’une part son système dévaluation civique de chaque citoyen,  d’autre part la répression de tous les opposants. Par exemple ,  d’après des organisations de défense des droits de l’homme, plus d’un million de musulmans sont détenus au Xinjiang dans des camps de rééducation politique.

Pékin récuse ce chiffre et évoque des « centres de formation professionnelle » destinés à lutter contre la radicalisation islamiste, en réaction à une série d’attentats sanglants attribués ces dernières années à des militants ouïghours.

La France a appelé ce mercredi la Chine à cesser ses « détentions arbitraires de masse » au Xinjiang (nord-ouest), où plus d’un million de musulmans, principalement d’ethnie ouïghoure, seraient détenus dans ce que Pékin présente comme des « centres de formation professionnelle ».

« Nous appelons les autorités chinoises à mettre un terme aux détentions arbitraires de masse dans des camps », a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères au point de presse électronique quotidien du Quai d’Orsay.

« Nous invitons la Chine, outre la fermeture des camps d’internement, à inviter la Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme (de l’ONU, Michelle Bachelet) et les experts des procédures spéciales dans les meilleurs délais afin de rendre compte de manière impartiale de la situation », a ajouté le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Une nouvelle fuite de documents officiels chinois a jeté une lumière crue sur les « centres de formation professionnelle » où seraient détenus plus d’un million de musulmans. Ces documents, obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et publiés dimanche par 17 organes de presse à travers le monde, détaillent les règlements draconiens régissant les sites de détention installés au Xinjiang, vaste région du nord-ouest de la Chine à majorité musulmane.

 

. «Il est clair qu’il y a des atteintes graves, choquantes aux droits de l’homme», a déclaré Dominic Raab, chef de la diplomatie britannique, sur la BBC. «C’est profondément, profondément choquant».

Au sujet d’informations évoquant des «stérilisations forcées» ou des «camps de rééducation», il a souligné qu’elles «rappellent quelque chose que nous n’avons pas vu depuis très longtemps, et cela de la part d’un membre de premier plan de la communauté internationale qui veut être pris au sérieux». «Nous voulons une relation sérieuse (avec la Chine) mais nous ne pouvons voir un tel comportement et ne pas le dénoncer», a-t-il ajouté.

Des experts et des organisations de défense des droits de l’homme accusent Pékin d’avoir fait interner jusqu’à un million de musulmans, principalement de l’ethnie ouïghoure, dans des camps de la région au nom de la lutte antiterroriste, ce que la Chine dément.

Ces déclarations du chef de la diplomatie britannique interviennent alors que les relations entre Londres et Pékin se sont fortement tendues depuis l’imposition par la Chine de sa loi de sécurité nationale à Hongkong et l’exclusion par le Royaume-Uni du géant chinois Huawei de son réseau 5G, après des mois de pression de Washington.

L’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, Liu Xiaoming, a prévenu sur la BBC que Pékin répondrait de manière «résolue» si Londres imposait des sanctions à des responsables chinois concernant le Xinjiang, à l’instar de ce qui s’est passé avec les États-Unis. «Il n’y a pas de stérilisations forcées des Ouïghours. Il n’y a pas de camps de concentrations dans le Xinjiang», a déclaré Liu Xiaoming, précisant que «ce n’était pas la politique du gouvernement» et que «la Chine considérait tous les groupes ethniques de façon égale».

Interrogé sur une vidéo virale qui montre des centaines de prisonniers, masqués, les mains attaché dans le dos et qui sont forcés à monter dans un train, l’ambassadeur Liu Xiaoming a expliqué que, «parfois, vous avez des transferts de prisonniers, comme dans n’importe quel pays». «Je ne sais pas où vous avez obtenu cette vidéo. Les soit-disant agences de renseignement occidentales font de fausses accusations», ajoute-t-il. Cette vidéo, révélée l’année dernière, a été authentifiée par plusieurs chercheurs et agences de renseignement occidentales. Elle représenterait des prisonniers ouïghours dans la région du Xinjiang et daterait de 2018 ou 2019.

 

Dominic Raab a également indiqué qu’il informerait lundi les députés britanniques sur «les mesures supplémentaires» que le Royaume-Uni comptait prendre au sujet de Hongkong et sur les conclusions d’un examen du traité d’extradition avec le territoire. En ce sens, le Royaume-Uni a dénoncé comme une violation manifeste «de l’autonomie de Hongkong la loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine à l’ancienne colonie britannique, qui prévoit d’y punir les activités séparatistes, ‘terroristes’, la subversion et les ingérences étrangères». En réaction, Londres a déjà promis d’étendre les droits à l’immigration, et, à terme, l’accès à la citoyenneté britannique pour des millions d’habitants du territoire, une mesure dénoncée par Pékin comme une «ingérence grossière» dans ses affaires intérieures.

 

Croissance Chine : 3 % au second trimestre-

Croissance Chine : 3 % au second trimestre-

 

3,2% en rythme annuel au deuxième trimestre, selon les statistiques officielles La deuxième puissance économique mondiale s’était contractée au premier trimestre pour la première fois depuis au moins 1992, année de l’introduction des statistiques officielles sur la croissance.

Il s’agit d’un rebond supérieur au consensus, qui ressortait à +2,5%.

D’un trimestre sur l’autre, le PIB a progressé de 11,5% sur la période avril-juin, montrent les données communiquées par le Bureau national de la statistique (BNS).

 

 

Chine : rebond de 2,5 % deuxième trimestre ?

Chine : rebond de 2,5 % deuxième trimestre ?

 

D’après le Fonds monétaire international, la Chine pourrait peut-être sortir du rouge en matière de croissance sur l’ensemble de l’année 2020. Une petite hausse de 1 % est en effet possible en dépit des incertitudes relatives aux informations économiques de ce pays. Il est toujours difficile d’analyser les chiffres officiels de la Chine compte tenu de leur caractère très politique. Pour autant,  il semble bien que la croissance se redresse au deuxième trimestre Le produit intérieur brut (PIB) de la Chine aurait augmenté de 2,5% sur la période avril-juin en variation annualisée après avoir chuté de 6,8% au premier trimestre, ce qui marquait la première contraction de l’économie chinoise depuis au moins 1992.

Les prévisions des 55 analystes interrogés par Reuters s’échelonnent d’une contraction de 3,1% du PIB à une croissance de 4,0%, reflet de l’incertitude sur le rythme de la reprise de la deuxième économie mondiale. Le fonds monétaire international quant à lui prévoit une sortie du rouge avec une croissance de 1 % en 2020.

D’un trimestre sur l’autre, la croissance aurait été de 9,6% en avril-juin contre une baisse de 9,8% de janvier à mars.

 

Selon les analystes, la reprise reste fragile, la recrudescence de l’épidémie dans certains pays pénalisant l’amélioration des exportations chinoises, tandis que les nombreuses pertes d’emplois freinent la consommation.

Alors que l’économie chinoise affiche une reprise régulière, une bataille difficile reste à venir car la situation demeure grave, tant en Chine qu’à l’étranger, a déclaré lundi le Premier ministre Li Keqiang.

La statistique du PIB ainsi que celles sur la production industrielle, les ventes au détail et les investissement seront publiées le 16 juillet à 02h00 GMT.

Les analystes s’attendent à une accélération de la croissance de la production industrielle à 4,7% sur un an et à un rebond de 0,3% des ventes au détail, après une contraction en mai.

Accord commercial Chine États-Unis : non à une phase 2 ( Trump)

Accord commercial Chine États-Unis : non à une phase 2 ( Trump)

 

“ Dès que l’accord de la phase1 a été conclu avec la Chine a été conclu, l’encre n’était même pas sèche, et ils nous ont frappés avec l’épidémie”, a-t-il déclaré, en faisant référence au nouveau coronavirus qui est apparu pour la première fois en décembre dernier dans la ville chinoise de Wuhan avant de se propager au reste du monde.

“Je ne donc pas intéressé pour discuter avec la Chine pour l’instant”, a-t-il dit lors d’un entretien sur CBS News en réponse à la question de savoir si la phase 2 des négociations commerciales était enterrée.

“Nous avons conclu un accord commercial important”, a ajouté Donald Trump en référence à l’accord de phase 1 signé en janvier.

“Donc pour l’instant, je n’ai pas envie de parler à la Chine d’un autre accord”, a dit Donald Trump.

Hong Kong : sanctions contre la Chine

 Hong Kong : sanctions contre la Chine

Les Etats membres de l’UE sont largement favorables à des mesures de rétorsion, mais des sanctions sévères n’ont pas été discutées en détail en raison de l’opposition de plusieurs pays ayant des liens commerciaux étroits avec la Chine, comme la Grèce et la Hongrie.

« Nous avons convenu aujourd’hui d’élaborer une réponse coordonnée de l’Union européenne pour montrer notre soutien à l’autonomie et à la société civile de Hong Kong », a déclaré Josep Borrell, haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères, à l’issue d’une réunion des ministres de l’UE en charge de ces dossiers à Bruxelles.

« Cette réponse comprendra des mesures au niveau de l’Union européenne mais aussi des mesures relevant des compétences nationales des Etats membres dans le cadre d’une approche coordonnée », a-t-il ajouté.

Il a déclaré que rien de spécifique n’avait été décidé mais que les ministres des Affaires étrangères de l’UE avaient discuté de la possibilité d’étendre à Hong Kong l’interdiction d’exporter des « technologies sensibles » de l’UE.

Les gouvernements de l’UE pourraient également revoir leurs accords d’extradition avec les autorités de Hong Kong, réviser leurs recommandations aux voyageurs, augmenter les bourses pour les étudiants de Hong Kong et offrir plus de visas aux habitants de la ville, a encore détaillé Josep Borrell.

Le diplomate a indiqué que les pays de l’UE pourraient annoncer des mesures séparément mais que le bloc européen a considéré sa réponse comme un ensemble à définir et à concrétiser « dans les prochains jours ».

Vers un génocide des Ouïghours en Chine ?

 

 

Cette minorité ethnique musulmane vit un véritable cauchemar. La dictature chinoise a décidé de l’éliminer progressivement. Entre 1,5 et 3 millions d’entre eux sont emprisonnés dans des « camps de rééducation », selon des ONG. L’existence de camps de travail forcés, de prélèvement d’organes et de politiques coercitives de contrôle des naissances est également dénoncée par des chercheurs et militants associatifs. Malheureusement les grandes puissances sont bien peu nombreuses à dénoncer ce qui ressemble de plus en plus un génocide. La Chine nie en bloc les accusations et explique lutter contre le terrorisme sur son sol. Et la cause des Ouïghours trouve bien peu d’écho au sein de la communauté internationale. La puissance économique chinoise paralyse en effet toute opposition politique et seuls les Etats-Unis se dressent à leur encontre, s’emparant de la question ouïghoure dans leur bras de fer commercial avec la Chine.

 

Selon l’ONG Chinese Human Rights Defenders, les arrestations dans cette population ont explosé pour atteindre « 21% de toutes les arrestations en Chine en 2017, bien que la population du Xinjiang ne représente environ que 1,5% du total de la population chinoise ».

Visibles par satellite, les camps de concentration apparus à travers le Xinjiang depuis 2017 restent impénétrables. Quelques personnes ont pu les quitter, après avoir purgé leur peine, et en livrent des témoignages édifiants : apprentissage forcé du mandarin, actes de torture, agressions sexuelles, injections forcées de substances médicamenteuses…

Les dernières révélations, faisant état d’actes de stérilisation forcée, permettent de parler de génocide, selon les militants ouïghours, car il y a une volonté de réduire démographiquement la population en question.

Chine : face à la répression soutenir les avocats

Chine : face à la répression soutenir les avocats

 

Face à l’ampleur de la répression qui touche les avocats « weiquan », un collectif de chercheurs et de militants appelle, dans une tribune au « Monde », à une plus forte mobilisation de la communauté internationale.

 

Tribune. Le 19 janvier 2018, l’avocat pékinois Yu Wensheng est embarqué par une douzaine de policiers alors qu’il accompagnait son fils à l’école. Détenu au secret, il est soumis à la torture, sans accès à un avocat ni à sa famille, puis condamné, en mai 2019, à quatre ans de prison, à la suite d’un procès à huis clos dont le résultat a été notifié à sa femme, Xu Yan, il y a à peine un mois. Yu œuvrait pour la défense de militants et soutenait des réformes structurelles du système sociopolitique. La veille de son arrestation, il avait appelé à une réforme constitutionnelle et à la création d’un système de contrôle du Parti communiste chinois.

Yu est loin d’être un cas isolé en Chine : il fait partie des avocats weiquan (« défense des droits » en chinois), un groupe d’avocats se battant pour le respect des droits humains et l’état de droit, que Pékin s’efforce par tous les moyens de faire taire. Yu s’était déjà vu retirer sa licence d’avocat pour avoir défendu son célèbre collègue Wang Quanzhang, victime de la « rafle 709 » du 9 juillet 2015. Il y a cinq ans jour pour jour, plus de 250 avocats et militants ont été poursuivis et arrêtés ; certains ont disparu ou ont été emprisonnés pour « subversion du pouvoir de l’Etat », et contraints à des confessions diffusées sur des chaînes publiques.

Le mouvement de défense des droits (« weiquan yundong ») est né en 2003 avec l’abolition du système d’« hébergement et rapatriement » consécutif à la mort de Sun Zhigang, un travailleur migrant. Appuyés par des journalistes et des universitaires, des avocats ont décidé de prendre au mot le pouvoir, qui venait d’introduire la défense des droits humains dans la Constitution.

Tirant les leçons de la répression du mouvement pour la démocratie de 1989, ces professionnels engagés ont aidé des paysans, des ouvriers, des citadins persécutés par le pouvoir à défendre leurs droits devant les tribunaux, en s’appuyant sur la Constitution et sur les traités internationaux relatifs aux droits humains signés par la Chine. Conscients des risques que comportait la fondation d’une organisation, ils ont constitué des réseaux informels sur Internet, que les victimes d’abus n’hésitent pas à saisir.

Pour la première fois depuis 1989, un mouvement informel regroupant des citoyens appartenant à diverses classes sociales est apparu en Chine. Rapidement, les autorités ont commencé à harceler les avocats engagés dans le mouvement, leur retirant leur licence, ou les enlevant, comme en 2011. »

 

L’enjeu de la montée agressive de la Chine

L’enjeu de la montée agressive de la Chine 

 

Dans sa chronique, Alain Frachon, éditorialiste au « Monde », analyse les méthodes de Pékin pour accroître son influence géopolitique, et constate qu’elles sont bien plus brutales que le discours officiel.

Longtemps, les dirigeants chinois nous ont dit : « Dormez tranquilles ». La montée en puissance de leur pays se fera paisiblement. La réémergence de la Chine au premier rang des Grands sera une ascension harmonieuse. Comme dans un ballet de l’Opéra de Pékin, tout glissera dans la légèreté et l’élégance – une affaire quasi poétique en somme.

Forgée il y a presque vingt ans, en 2003, l’expression « montée en puissance pacifique » (« peaceful rise » en anglais), due à Zheng Bijian, l’un des pontes de l’Ecole centrale du Parti communiste (PCC), fait partie de la doctrine officielle. A maintes reprises, des diplomates chinois nous l’ont expliquée sur le mode de la leçon de morale. La Chine, sa stature parmi les nations retrouvée, ne se comportera pas comme les autres « empires ». Ni colonialisme européen, ni impérialisme américain, ni expansionnisme soviétique : la Chine se développera dans le respect absolu de la souveraineté des autres, nous disait-on.

Pour contenir une petite part de vérité, cette belle histoire n’a cependant jamais été tout à fait crédible. Et s’il fallait une date pour en signaler la fin, le mois de juin (et le début de juillet) 2020 serait un bon marqueur. A l’instar de ce que fut l’avènement d’autres puissances dans le passé, l’arrivée du géant chinois ne se fait pas pacifiquement. Elle advient dans la confrontation avec les autres, les heurts, la menace, la gesticulation militaire. Elle est conflictuelle. Ces dernières semaines ont été une succession de démentis à la fable de la « montée en puissance pacifique ».

Affrontement armé

La fin juin a vu le sang couler dans l’Himalaya, à 4 200 mètres d’altitude, le long d’une zone contestée entre l’Inde et la Chine. A coups de poings, de planches à clous et de barres de fer, soldats chinois et indiens se sont affrontés des heures durant. Les morts se comptent par dizaines. Le conflit frontalier est loin d’être réglé, la Chine se refuserait à présenter sa carte de la ligne frontalière, l’Inde renforce son dispositif militaire.

Fin juin encore, l’Australie subissait une cyberattaque massive qui visait pêle-mêle services publics, entreprises privées, infrastructures critiques. Personne n’a revendiqué. Le premier ministre, Scott Morrison, a dit que « seul un acteur étatique » pouvait être l’auteur d’une agression aussi large et sophistiquée. La Chine ? Canberra est en conflit avec Pékin pour avoir osé réclamer une enquête sur les origines de la pandémie de Covid-19.

 

 

Coronavirus Chine : huit nouveaux cas

 Coronavirus  Chine : huit nouveaux cas

 

Huit nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été recensés en Chine continentale, ont annoncé dimanche les autorités sanitaires chinoises.

Six de ces cas étaient « importés », selon la Commission nationale de la santé, les deux autres ont été enregistrés à Pékin.

Le nombre de décès causés par le coronavirus reste inchangé depuis la mi-mai, avec 4.634 morts dans le pays depuis le début de l’épidémie. Le nombre total de contaminations est de 83.553.

 

Dictature totale de la Chine sur Hong Kong

 

Dictature totale de la Chine sur Hong Kong

 À juste titre dans un édito du Monde s’inquiète de l’installation de fait  d’une dictature totale, économique, politique et sociétale de la Chine sur le territoire de Hong Kong. C’est évidemment une provocation interne pour renforcer encore pouvoir de la dictature communiste à l’intérieur de la Chine mais aussi vis-à-vis de tous les territoires proches que la Chine convoite et ou  veut contrôler davantage. Le risque d’une telle décision est évidemment considérable non seulement sur le plan économique mais aussi démocratique et politique. L’Occident-et notamment la France- ne pourra longtemps faire semblant d’ignorer un problème qui se résume en fait à une tentative d’hégémonie agressive politique et économique des Chinois non seulement en Chine mais aussi à l’extérieur.

« La loi dite « sur la sécurité nationale » imposée par Pékin, en criminalisant les atteintes à son pouvoir, viole la Constitution de Hongkong, selon laquelle le territoire doit se doter lui-même d’une telle législation en consultant sa population. Elle porte un coup fatal à la déclaration conjointe sino-britannique de 1984, qui garantissait, par un traité déposé à l’ONU, le haut degré d’autonomie de Hongkong durant cinquante ans. Elle impose par la force ce que les Hongkongais redoutaient, et ce contre quoi ils étaient descendus dans la rue en masse l’an dernier : des lois susceptibles d’envoyer en prison à vie des citoyens pour « subversion, sécession, terrorisme et collusion avec l’étranger ». Une brèche sinistre de non-droit dans le système judiciaire local, calqué sur la common law britannique.

La crainte des Hongkongais est nourrie par la farce tragique que constitue en Chine une justice qui, en sept ans de règne de Xi Jinping, a usé et abusé des délits de subversion, ou d’autres lois d’atteinte à l’ordre public, dans un mépris grossier à la fois de ses propres procédures, de sa Constitution et des droits à la défense. Le tout au nom de la suprématie absolue du Parti communiste et du rejet assumé des valeurs universelles, les deux principales composantes de la « pensée de Xi Jinping ».

La Chine s’était pourtant accommodée pendant vingt-trois ans du statut quasi démocratique de sa « région administrative spéciale ». Elle commence aujourd’hui à la phagocyter, montrant un appétit et une impatience qui reflètent sa spectaculaire montée en puissance économique, militaire et stratégique, et l’orgueil démesuré qui en résulte.

Ce ne sont pas les rares appels à l’indépendance de Hongkong lancés lors du mouvement de protestation de 2019, dans sa très grande majorité attaché à l’autonomie actuelle, que Pékin veut punir, mais les insultes proférées à son encontre, sous forme d’emblèmes ou de drapeaux souillés, ainsi que les tentatives des militants pour obtenir l’assistance des Etats-Unis et même celle de l’ancien colonisateur britannique.

Obsédé par la « sécurisation » du système politique et du parti, Xi Jinping considère que la guerre commerciale lancée par l’administration Trump et l’offensive des parlementaires américains contre les atteintes aux droits de l’homme, notamment au Xinjiang, ont augmenté les risques pour une Chine qui doit, selon lui, « prendre une place centrale sur la scène mondiale ». Il s’agit pour lui de crever l’abcès que constituait la protestation à Hongkong.

Le Covid-19 a fourni une occasion inattendue en permettant d’y interdire les manifestations et d’agir alors que les frontières sont fermées. Que les Etats-Unis et l’Europe affrontent les effets dévastateurs du virus est du pain bénit pour le dirigeant chinois, qui abreuve la population du récit de ses succès contre l’épidémie. La Chine, en imposant sa loi à Hongkong précisément au moment où elle est mise en cause pour sa politique sanitaire et son rôle de prédatrice dans la mondialisation, défie le monde occidental et prend un chemin inquiétant. »

Fin de l’illusion occidentale vis à vis de la Chine

Fin  de l’illusion occidentale vis à vis de la Chine

un papier dans le Monde de Fréderic Lemaitre rappelle à la réalité l’occident vis a vis  de ce qu’est réellement la Chine : une dictature impitoyable qui veut non seulement imposer son hégémonie économique mais aussi politique au maximum de pays.  L’adoption de la loi sécuritaire sur Hongkong sonne le glas d’espérances qui justifiaient la politique d’ouverture des Etats-Unis.

« Les Occidentaux ont-ils eu tort de faire confiance à la Chine ? La loi sur la sécurité nationale que Pékin impose à Hongkong relance le débat. Située à l’intersection du « socialisme aux caractéristiques chinoises » et du capitalisme occidental, Hongkong est l’un des meilleurs baromètres de la relation entre ces deux mondes. Le 1er juillet 1997, lorsque le Royaume-Uni rétrocède le territoire à la Chine, l’optimisme est de rigueur dans le camp occidental. Au début des années 1980, lorsque les négociations ont commencé, le premier ministre chinois Zhao Ziyang n’a-t-il pas jugé « évident que Hongkong sera gérée de façon démocratique » ?

Huit ans après la chute du mur de Berlin, mais aussi le massacre de Tiananmen, cette rétrocession pacifique est la preuve que, malgré leurs différences, ce qui rapproche les deux systèmes est plus important que ce qui les sépare. L’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en décembre 2001 constituera le point d’orgue de cette politique. Certains Occidentaux se prennent même à rêver. Et si Hongkong introduisait le virus démocratique au sein de la société chinoise ?

La loi sur la sécurité nationale sonne le glas de ces espérances. Washington et Pékin sont même « au bord d’une nouvelle guerre froide » selon Wang Yi, ministre chinois des affaires étrangères. Les Occidentaux doivent faire leur deuil d’une politique qui, pour les Français, a démarré en 1964 avec la reconnaissance de la Chine communiste par le général de Gaulle, mais qui s’est réellement imposée avec la visite de Richard Nixon en 1972. « Sur le long terme, on ne peut tout simplement pas se permettre de laisser la Chine éternellement en dehors de la communauté des nations. (…) Le monde ne peut pas être en sécurité tant que la Chine ne change pas. Ainsi, notre but, dans la mesure où nous pouvons influer sur les événements, devrait être d’induire ce changement », expliquait le président américain, pourtant anticommuniste convaincu.

12345...21



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol