Archive pour le Tag '50%'

Monnaie Argentine: une dévaluation plus de 50%

Monnaie Argentine: une dévaluation plus de 50%

L’Argentine est un des pays les plus endettés au monde et sa monnaie est très dévalorisée. Du coup, face à une perspective d’inflation actuellement de l’ordre de 10 à 150 % par an, le gouvernement décide de dévaluer la monnaie, le peso, de 50 %. Cette mesure drastique s’inscrit dans un plan de très grande rigueur constate consistant aussi réduire les investissements et les subventions. L’objectif est de réduire l’endettement et de limiter l’inflation.

Pour lutter contre cette hyperinflation, les autorités Précédentes avaient alors aligné le taux de change du peso sur le dollar américain, selon le principe 1 dollar = 1 peso. Cela a permis de reprendre confiance dans la monnaie argentine et d’arrêter l’effet « planche à billets », c’est-à-dire la création à outrance de monnaie par la Banque centrale, ce qui provoquait une inflation rapide.

Malgré ces mesures, voilà plusieurs décennies que l’Argentine connaît une inflation chronique. Celle-ci prend sa source dans des causes aussi bien internes qu’externes et s’inscrit en lien avec les crises qui ont fragilisé le pays et entravé son développement.

Après la crise de 2001, les politiques économiques mises en œuvre par les présidents de centre gauche Eduardo Duhalde (2002-2003) puis Nestor Kirchner (2003-2007) se sont essentiellement fondées sur le protectionnisme, l’interventionnisme de l’État et un soutien à la consommation.

En dépit de cela, Les inégalités, déjà prégnantes après des années de croissance économique erratique, se sont aggravées : le taux de pauvreté, en hausse depuis 2017, a atteint 42 % en 2020.

Les mesures budgétaires adoptées pour faire face à la crise (hausse des dépenses de santé, transferts financiers et soutien économique aux ménages et secteurs les plus touchés) ont augmenté le déficit public .

L’Argentine a solidement renoué avec la croissance en 2021 (10,2 % de croissance enregistrée) – une croissance soutenue notamment par une reprise de la consommation des ménages et des entreprises, et par la hausse des prix des matières premières.

Le taux de pauvreté demeure élevé et bien supérieur à son niveau pré-Covid, à 36,5 % (au premier semestre de 2022). En parallèle, l’emploi informel avoisine toujours les 49 %, tandis que les salaires réels demeurent inférieurs à leur niveau de 2017, sans qu’une véritable trajectoire haussière ne se dessine.

Parmi les différentes mesures à mettre en place, la consolidation budgétaire, c’est-à-dire la réduction du déficit public, est le premier point d’ancrage et le critère essentiel pour les autres éléments
.
Le ministre de l’Économie a assuré que le gouvernement va maintenir des programmes sociaux d’aide à l’accès à l’emploi et «renforcer les politiques sociales pour ceux qui en ont besoin, sans intermédiaires», a-t-il insisté, a l’image des «cartes alimentaires» (bons d’achat pour les plus démunis).

Stations européennes: 50 % manqueront de neige d’ ici 2050

Stations européennes: 50 % manqueront de neige d’ici 2050

Le chercheur grenoblois Hugues François (INRAE), l’un de ses principaux contributeurs de l’étude publiée par l’INRAE et Météo France sur l’avenir de l’enneigement des stations de ski européennes Estime que au moins la moitié des stations européennes manquerons de neige d’ici 2050. Une véritable catastrophe économique évidemment.

Interview dans le journal la Tribune

Vous avez étudié les scénarii à venir, en matière d’enneigement, de plus de 2.000 stations de ski européennes, dans 28 pays, de la Turquie à l’Islande en passant par les Balkans, la Scandinavie, les Carpates, les Alpes etc. Quelles sont les conclusions ? Devrons-nous faire une croix sur le ski ?

Hugues François – En partant du scenario le plus probable désormais, c’est-à-dire un réchauffement planétaire de plus deux degrés qui devrait être atteint à horizon 2050, il apparaît que 53% des stations européennes seront exposées à un risque qualifié de « très élevé » de manque de neige, sans production de neige. Avec une hausse de + 3 degrés, cette proportion passerait à 75% environ et à 98% dans l’hypothèse d’une hausse de quatre degrés.

Les situations sont très variables selon l’implantation géographique. Plus spécifiquement, dans les Alpes françaises, la proportion est de 31% des stations présentant un très haut risque de faible enneigement avec une hypothèse de + 2 degrés. Dans les Pyrénées, ce sont 89% des stations qui seraient exposées à un très haut niveau de risque de faible enneigement et 80% dans les moyennes montagnes Franco-Suisse (Massif-Central, Vosges et Jura).

Sur quels outils vous êtes-vous appuyés pour arriver à ces conclusions ?

Cette étude repose sur une dynamique de recherche amorcée depuis assez longtemps et qui croise les outils et les compétences de Météo France et de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE). Nous avons développé des outils de modélisation permettant d’avoir une vision assez précise de ce qu’on peut attendre en matière d’enneigement dans les prochaines décennies, en fonction du changement climatique.

Est-ce que la production de neige artificielle pourrait permettre de compenser ce faible enneigement ?

Il n’est pas possible de généraliser, car la contribution de la production de neige pour s’adapter aux impacts du changement climatique est très hétérogène, en fonction des massifs et à l’intérieur des massifs. La capacité à produire de la neige dépend également des conditions météo locales et varie donc beaucoup d’une station à l’autre. Cela dépend notamment de la latitude et de l’altitude. La production de neige peut avoir un impact positif sur les conditions d’enneigement des domaines skiables mais ne constitue pas une solution générique. En outre, la capacité de production diminue également en fonction du niveau de réchauffement.

Pour donner quelques chiffres, selon nos modélisations, à + 2° de réchauffement planétaire en 2050, la production de neige permettrait de faire passer à 27% la proportion des stations européennes exposées à un haut risque de faible enneigement. Avec 50% des pistes couvertes par les installations de production de neige, la proportion de stations exposées à un risque très élevé passe de 31 à 7% dans les Alpes françaises. Dans les Pyrénées, ce chiffre passe de 89 à 9%. En revanche, dans les moyennes montagnes franco-suisses, l’exposition au risque est réduite de manière moins importante : il passe de 80% de stations exposées à un très haut niveau de risque de faible enneigement à 54%.

Mais cette production de neige artificielle ne participe-t-elle pas elle-même au cycle du réchauffement climatique ?

L’empreinte carbone de la production de neige en elle-même est assez limitée. Cependant, elle ne peut pas être détachée de celle de l’activité touristique et des émissions de gaz à effet de serre principalement dues au transport pour se rendre en station et à l’hébergement durant le séjour au ski. La question est également celle du lien entre le maintien des activités touristiques et les objectifs de décarbonation des économies pour limiter le changement climatique dont les impacts menacent le tourisme de montagne.

Autre point à ne pas négliger sur ce sujet : l’eau. Notre étude évalue le besoin en eau nécessaire pour produire de la neige en fonction du besoin et des conditions climatiques, mais ne tient pas compte de la disponibilité des ressources en eau nécessaires. En outre, notre étude n’évalue pas non plus les conditions de partage de la ressource entre différents usages, y compris pour répondre aux besoins des écosystèmes.

Finalement, quel est le message de cette étude ?

Le principal enjeu est de permettre aux stations d’évaluer les risques auxquelles elles sont exposées face au réchauffement climatique et la capacité de la production de neige pour en limiter les effets et jusqu’à quel point. D’une certaine manière, l’enjeu c’est de rentrer dans une forme de démarche coûts/bénéfices pour évaluer l’opportunité de concentrer les efforts sur le tourisme de neige par rapport à d’autres voies de développement. L’ensemble de ces éléments apporte des données objectivées aux responsables de stations de sports d’hiver pour définir leur stratégie d’adaptation. Jusqu’à quel point investir dans les installations de production ? Dans le renouvellement des remontées mécaniques ?


Sports d’hiver : les stations des Alpes françaises vont-elles tenir le choc face aux crises ?

Il faut savoir que dans un premier temps, le changement climatique a été ignoré par de nombreux professionnels du tourisme de ski. Ceci est sans doute lié aux progrès techniques de la production de neige qui ont amélioré la capacité des gestionnaires à composer avec la variabilité naturelle de l’enneigement d’une année à l’autre, contribuant ainsi à masquer les premiers effets sensibles du réchauffement climatique. Du côté de la recherche, la première étude publiée à l’échelle européenne, au début des années 2000, ne tenait pas compte de la production de neige. Le fait de prendre en compte les pratiques de gestion de l’enneigement utilisées par les stations de sports d’hiver a contribué à la reconnaissance du changement climatique et de ses impacts au sein de la profession.

L’avenir des stations de sports d’hiver est un objet de débat généralement clivant et un des enjeux de nos travaux est d’apporter des éléments factuels comme bases d’échanges aussi constructifs que possible. En France, nos travaux contribuent depuis 2020 à la production du service climatique ClimSnow, en partenariat avec le bureau d’étude Dianeige, qui a été utilisé par plus de 150 stations. Cet outil dresse un état des lieux de l’enneigement et de son évolution projetée sous la forme d’un ensemble de graphiques et de cartes établi pour chaque station.

Internet à très haut débit par satellite : une offre d’Orange à 50 euros

Internet à très haut débit par satellite : une offre d’Orange à 50 euros

Nombre d’internautes ne possèdent pas encore la fibre et certains ne l’auront jamais compte tenu des zones blanches. Du coup Orange propose une offre alternative par satellite avec un abonnement à 50 € par mois. Cet abonnement permet d’accéder au très haut débit, soit une connexion supérieure à 30 Mbit/s.

Son prix, de 49,99 euros par mois, équivaut globalement à celui d’un abonnement à la fibre haut de gamme chez l’opérateur.

Les clients devront toutefois se doter d’un « kit satellite » à 299 euros (ou 8 euros par mois en location). En outre, sa pose par Nordnet sera facturée 299 euros, avec une garantie d’un an. Orange rappelle que les foyers qui ne disposent pas d’un bon débit via les réseaux filaires (ADSL ou fibre) peuvent bénéficier d’une subvention, laquelle s’élève à 300 euros.

Automobiles électriques: 50% dans quatre ans, l’utopie!

Automobiles électriques: 50% dans quatre ans, l’utopie!

Comme souvent, le gouvernement annonce un objectif économique dont il ne maîtrise pas les données à savoir un pourcentage de voiture électrique de 50 % d’ici 2027 et 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Pour atteindre l’objectif de vente, il faudra augmenter le nombre de bornes de recharge, notamment rapides, de façon considérable. Le gouvernement table sur 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Comme si l’industrie française était capable de réaliser un tel objectif alors que la quasi-totalité des voitures électriques sont soit totalement soit en partie construite à l’étranger actuellement. Et celles qui sont construites partiellement en France sont loin d’être compétitives.

Théoriquement, les ventes de voitures thermiques neuves seront interdites en 2035 et le secteur des transports s’est engagé à la neutralité carbone d’ici à 2050 en Europe.

Mais réellement la part des ventes en électrique atteignait à peine les 15 % en France et 8 % pour l’hybride rechargeable.

En outre, les commandes actuelles ne sont pas au beau fixe. En cause évidemment le manque de compétitivité et la charge financière trop lourde pour

Mais aussi un prix des véhicules électriques encore bien au-dessus de leurs équivalents thermiques. « Sur la seule force du marché actuel, vous n’avez aucune raison d’aller vers l’électrique », affirme Julien Pillot, économiste et enseignant-chercheur à l’INSEEC. C’est pourquoi il faut veiller à alimenter la demande en continuant et en prolongeant les dispositifs d’aide à l’achat de véhicule neuf électrique.

Le levier principal du gouvernement et d’agir sur les bonus comme si c’était le rôle d’un État de participer au financement des voitures surtout en l’état catastrophique du budget et du déficit.

Voitures électriques: 50% dans quatre ans, l’utopie!

Voitures électriques: 50% dans quatre ans, l’utopie!

Comme souvent, le gouvernement annonce un objectif économique dont il ne maîtrise pas les données à savoir un pourcentage de voiture électrique de 50 % d’ici 2027 et 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Pour atteindre l’objectif de vente, il faudra augmenter le nombre de bornes de recharge, notamment rapides, de façon considérable. Le gouvernement table sur 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Comme si l’industrie française était capable de réaliser un tel objectif alors que la quasi-totalité des voitures électriques sont soit totalement soit en partie construite à l’étranger actuellement. Et celles qui sont construites partiellement en France sont loin d’être compétitives.

Théoriquement, les ventes de voitures thermiques neuves seront interdites en 2035 et le secteur des transports s’est engagé à la neutralité carbone d’ici à 2050 en Europe.

Mais réellement la part des ventes en électrique atteignait à peine les 15 % en France et 8 % pour l’hybride rechargeable.

En outre, les commandes actuelles ne sont pas au beau fixe. En cause évidemment le manque de compétitivité et la charge financière trop lourde pour

Mais aussi un prix des véhicules électriques encore bien au-dessus de leurs équivalents thermiques. « Sur la seule force du marché actuel, vous n’avez aucune raison d’aller vers l’électrique », affirme Julien Pillot, économiste et enseignant-chercheur à l’INSEEC. C’est pourquoi il faut veiller à alimenter la demande en continuant et en prolongeant les dispositifs d’aide à l’achat de véhicule neuf électrique.

Le levier principal du gouvernement et d’agir sur les bonus comme si c’était le rôle d’un État de participer au financement des voitures surtout en l’état catastrophique du budget et du déficit.

Le problème n’est pas cependant une question de demande mais insuffisante et beaucoup trop chère.

Conséquence les objectifs ne seront pas tenus et la voiture thermique va pouvoir rouler encore des dizaines d’années après 2035.

L’industrie automobile rejoint le gouvernement dans ses pronostics optimistes. L’objectif est davantage d’obtenir des réductions de fiscalité et des aides que de se préoccuper réellement de l’environnement. Notons par ailleurs une grande partie de l’industrie française a été liquidée avec les délocalisations.

Objectif gouvernemental voitures électriques: 50% dans quatre ans: l’utopie!

Objectif gouvernemental voitures électriques: 50% dans quatre ans: l’utopie!

Comme souvent, le gouvernement annonce un objectif économique dont il ne maîtrise pas les données à savoir un pourcentage de voiture électrique de 50 % d’ici 2027 et 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Pour atteindre l’objectif de vente, il faudra augmenter le nombre de bornes de recharge, notamment rapide, de façon considérable. Le gouvernement table sur 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Comme si l’industrie française était capable de réaliser un tel objectif alors que la quasi-totalité des voitures électriques sont soit totalement soit en partie construite à l’étranger actuellement. Et celles qui sont construites partiellement en France sont loin d’être compétitives.

Théoriquement, les ventes de voitures thermiques neuves seront interdites en 2035 et le secteur des transports s’est engagé à la neutralité carbone d’ici à 2050 en Europe.

Mais réellement la part des ventes en électrique atteignait à peine les 15 % en France et 8 % pour l’hybride rechargeable.

En outre, les commandes actuelles ne sont pas au beau fixe. En cause évidemment le manque de compétitivité et la charge financière trop lourde pour

Mais aussi un prix des véhicules électriques encore bien au-dessus de leurs équivalents thermiques. « Sur la seule force du marché actuel, vous n’avez aucune raison d’aller vers l’électrique », affirme Julien Pillot, économiste et enseignant-chercheur à l’INSEEC. C’est pourquoi il faut veiller à alimenter la demande en continuant et en prolongeant les dispositifs d’aide à l’achat de véhicule neuf électrique.

Le levier principal du gouvernement et d’agir sur les bonus comme si c’était le rôle d’un État de participer au financement des voitures surtout en l’état catastrophique du budget et du déficit.

Le problème n’est pas cependant une question de demande mais insuffisante et beaucoup trop chère.

Conséquence les objectifs ne seront pas tenus et la voiture thermique va pouvoir rouler encore des dizaines d’années après 2035.

L’industrie automobile rejoint le gouvernement dans ses pronostics optimistes. L’objectif est davantage d’obtenir des réductions de fiscalité et des aides que de se préoccuper réellement de l’environnement. Notons par ailleurs une grande partie de l’industrie française a été liquidée avec les délocalisations.

50 % de voitures électriques dans quatre an: l’utopie du gouvernement

50 % de voitures électriques dans quatre an: l’utopie du gouvernement

Comme souvent, le gouvernement annonce un objectif économique dont il ne maîtrise pas les données à savoir un pourcentage de voiture électrique de 50 % d’ici 2027 et 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Pour atteindre l’objectif de vente, il faudra augmenter le nombre de bornes de recharge, notamment rapide, de façon considérable. Le gouvernement table sur 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Comme si l’industrie française était capable de réaliser un tel objectif alors que la quasi-totalité des voitures électriques sont soit totalement soit en partie construite à l’étranger actuellement. Et celles qui sont construites partiellement en France sont loin d’être compétitives.

Théoriquement, les ventes de voitures thermiques neuves seront interdites en 2035 et le secteur des transports s’est engagé à la neutralité carbone d’ici à 2050 en Europe.

Mais réellement la part des ventes en électrique atteignait à peine les 15 % en France et 8 % pour l’hybride rechargeable.

En outre, les commandes actuelles ne sont pas au beau fixe. En cause évidemment le manque de compétitivité et la charge financière trop lourde pour

Mais aussi un prix des véhicules électriques encore bien au-dessus de leurs équivalents thermiques. « Sur la seule force du marché actuel, vous n’avez aucune raison d’aller vers l’électrique », affirme Julien Pillot, économiste et enseignant-chercheur à l’INSEEC. C’est pourquoi il faut veiller à alimenter la demande en continuant et en prolongeant les dispositifs d’aide à l’achat de véhicule neuf électrique.

Le levier principal du gouvernement et d’agir sur les bonus comme si c’était le rôle d’un État de participer au financement des voitures surtout en l’état catastrophique du budget et du déficit.

Le problème n’est pas cependant une question de demande mais insuffisante et beaucoup trop chère.

Conséquence les objectifs ne seront pas tenus et la voiture thermique va pouvoir rouler encore des dizaines d’années après 2035.

L’industrie automobile rejoint le gouvernement dans ses pronostics optimistes. L’objectif est davantage d’obtenir des réductions de fiscalité et des aides que de se préoccuper réellement de l’environnement. Notons par ailleurs une grande partie de l’industrie française a été liquidée avec les délocalisations.

Construction de maisons : vers une chute de 50 % de la demande

Construction de maisons : vers une chute de 50 % de la demande

La tendance était déjà mauvaise depuis le début de l’année et elle risque de devenir encore pire d’ici fin 2023. La demande de construction des maisons pourrait en effet diminuer de 50 % en 2023.

En cause d’abord sans doute la hausse des taux d’intérêt qui surenchérit le prix des maisons. Aussi un manque de solvabilité qui atteint de plus en plus une grande partie de la population. À noter aussi l’augmentation des coûts de construction. L’immobilier risque de connaître un véritable sinistre avec une forme d’assèchement de la demande. De quoi nourrir une crise encore plus grave dans les mois et les années à venir.

A fin juillet, sur un an, les ventes de maisons neuves étaient en chute de 40 %, à 71.800, selon les chiffres de Pôle Habitat FFB, la principale fédération du secteur, qui tenait jeudi 21 septembre sa convention nationale. En 2022, 96.000 unités avaient été vendues, à comparer à 122.000 sur une moyenne annuelle de long terme.

Classement de Shanghai 2023 : les 20 meilleures universités

Classement de Shanghai 2023 : les 20 meilleures universités

A la 15e place, l’université française de Paris-Saclay est le premier établissement de l’Europe continentale du classement, et gagne une place par rapport à l’édition 2022. La France conserve au total quatre établissements parmi les 100 meilleurs mondiaux, avec également l’université Paris Sciences Lettres (41e) – qui regroupe différents établissements du supérieur dont l’Ecole Normale Supérieure (ENS) -, Sorbonne Université (46e) et l’université Paris Cité (68e).


clasemeent mondial .

Rang 2023 Rang 2022 Institution Pays
1 1 Harvard University États-Unis
2 2 Stanford University États-Unis
3 3 Massachusetts Institute of Technology (MIT) États-Unis
4 4 University of Cambridge Royaume-Uni
5 5 University of California, Berkeley États-Unis
6 6 Princeton University États-Unis
7 7 University of Oxford Royaume-Uni
8 8 Columbia University États-Unis
9 9 California Institute of Technology États-Unis
10 10 University of Chicago États-Unis
11 11 Yale University États-Unis
12 12 Cornell University États-Unis
13 13 University of California, Los Angeles États-Unis
14 15 University of Pennsylvania États-Unis
15 16 Université Paris-Saclay France
16 14 Johns Hopkins University États-Unis
17 18 University College London Royaume-Uni
18 17 University of Washington États-Unis
19 21 University of California, San Diego États-Unis
20 20 ETH Zurich Suisse

Tableau: Le Figaro Étudiant Source: Source: ShanghaiRanking Consultancy

Crédit immobilier: une baisse de 50%, pourquoi ?

Crédit immobilier: une baisse de 50%, pourquoi ?

s’enfonce de plus en plus dans la crise
En un an, le nombre de prêts octroyés par les banques s’est effondré de 50%. Idem pour le montant total de crédits. Du jamais vu depuis 6 ans, hors Covid explique un papier du Figaro.

Le nombre de prêts immobiliers a été divisé par deux en un an, selon l’Observatoire Crédit Logement. Idem pour la production de crédit qui a également chuté de 50%: de 22 milliards d’euros en mai 2022 à 11 milliards d’euros un an plus tard, selon la Banque de France. Du jamais depuis 6 ans, hors Covid! Deux dégringolades vertigineuses qui n’ont rien à voir, dans leur ampleur, avec le recul modéré des prix de l’immobilier. Car pour relancer le marché, cette baisse semble indispensable pour contrer la hausse des taux de crédit. Si la première est à l’œuvre, elle n’est pas suffisante. La seconde, quant à elle, continue sa progression et n’en finit plus de dégrader la solvabilité des emprunteurs.

Le blocage du marché immobilier prend ainsi la forme d’une crise du pouvoir d’achat. Pour inciter les vendeurs à baisser leur prix, les acheteurs, qui ont repris le pouvoir, imposent leur prix. Si le propriétaire est pressé, il accepte. Sinon, il refuse. Avec le risque que les prix continuent de baisser. Mais pendant ce temps-là, l’acheteur n’est pas forcément plus gagnant car les taux poursuivent leur ascension. C’est à celui qui perdra le moins de plumes. «C’est la faute des banques qui ne prêtent plus!», dénonce un quadragénaire, pourtant aisé, qui n’a pas pu obtenir de crédit pour acheter un logement à Bordeaux. «Nous sommes contraints par des règles très strictes», rétorque un banquier.

Il y en a trois. La première? Ne pas dépasser le taux d’usure, taux maximal fixé par la loi au-delà une banque ne peut pas prêter. Actuellement, il est fixé à 5,33%. Or, le taux de crédit moyen avoisine les 4%. Si vous ajoutez le taux de l’assurance et les frais annexes (caution/hypothèque, dossier), la barre des 5,33% ne devrait pas être dépassée *.

La seconde? Ne pas dépasser le taux d’endettement de 35% (des revenus). Problème: il l’est souvent à cause d’un apport trop faible ou d’un coût du crédit trop élevé. Car la troisième règle à respecter pour les banques, c’est de ne pas prêter sur plus de 25 ans. Or, la durée d’emprunt ne cesse de grimper et se rapproche lentement mais sûrement du seuil maximal: de 200 mois (16,7 ans) fin 2014 à 250 mois (21 ans) aujourd’hui.

Un chiffre prouve que le seuil maximal se rapproche: 66%. C’est la part de crédits accordés sur 20 à 25 ans, selon l’Observatoire Crédit Logement. En 2019, elle ne s’élevait qu’à 46%. Dans le même temps, les emprunts sur 15-20 ans ont fait le chemin inverse, passant de 31% à 19%. Pour relancer le marché du crédit et alléger la facture des emprunteurs, la solution serait d’allonger la durée maximale d’emprunt. Mais Bercy, pour l’heure, s’y refuse. «Pourquoi pas mais à condition que l’emprunteur reste longtemps dans son logement, analyse de son côté Maël Bernier, de Meilleurtaux. Si c’est pour vendre 2 ou 3 ans après avoir acheté, ce n’est pas intéressant. Sur 30 ans, on diminue les mensualités et l’endettement certes mais on amortit le coût de l’emprunt moins vite.» Résultat: au moment de la revente, le capital restant dû reste trop élevé (189.000 euros pour un emprunt de 200.000 euros sur 30 ans à 4,3% (hors assurance). Pour peu que les prix du nouveau logement n’aient pas baissé, ce sera la double peine.

Turquie : l’inflation à près de 50%…au moins !

Turquie : l’inflation à près de 50%!


Le pays dirigé par le dictateur Erdogan continue de s’enfoncer dans la crise financière avec une inflation qui plombe de pouvoir d’achat ; Une hausse des prix de près de 50 % sur un an.

L’inflation baissait depuis huit mois, mais elle est repartie à la hausse en juillet à 47,83% sur un an, soit + 9,6% sur un mois, la plus forte augmentation en dix-huit mois, selon les données officielles publiées jeudi.

Selon les prévisions annuelles, l’inflation doit atteindre 58%, plus du double des précédentes projections, à la fin 2023 mais les économistes indépendants du Groupe de recherche sur l’inflation (Enag) prévoient 122,88% sur les douze mois écoulés.

Cette flambée des prix suit la dégringolade de la livre turque, qui a perdu près du tiers de sa valeur depuis mai.

Rappelons que cette crise s’est amplifiée avec la décision aberrante d’Erdogan d’abaisser les taux d’intérêt au lieu de les relever. Ou quand les dictateurs incultes et incompétents se mêlent d’économie. Depuis, la banque centrale turque a changé sa stratégie en relevant les taux mais encore insuffisamment.

Fraude fiscale : « environ » 50 milliards par an ?

Fraude fiscale : « environ » 50 milliards par an ?

Environ 50 milliards par an, c’était l’évaluation très approximative du Sénat sur l’évasion fiscale. De quoi remettre dans les clous les équilibres budgétaires et relancer la croissance sans tuer la compétitivité. Mission pourtant impossible car la politique de la zone euro repose précisément sur le principe de la concurrence fiscale.

Comment faire avec la financiarisation internationale de l’économie ? Il y a environ 30 000 filiales françaises à l’étranger ; des filiales dont l’objet pour beaucoup est de faciliter l’externalisation des bénéfices et l’internalisation des pertes. Exemple, Total qui n’a pas payé de bénéfices en France pendant des années. Le mécanisme est simple pour les grands groupes (pas les PME) : surfacture des pseudos prestations de l’étranger et à l’inverse sur minimiser les coûts de celles destinées à l’export. Ensuite pour laver encore plus blanc, on délocalise ces profits dans des paradis fiscaux. La lutte fiscale suppose donc de mettre en cause ce principe de financiarisation excessive de l’économie, d’harmoniser aussi les conditions de concurrence (fiscale, sociale, environnementale etc.).Très récemment, l’OCDE a lancé un cri d’alerte sur le développement de » l’optimisation fiscale »(euphémisme pour parler d’évasion).

Qui peut s’attaquer à ce système, le FMI, les banques centrales ? L’OMC ? Surement pas car leur philosophie repose sur la libre circulation des biens et des capitaux. Dès lors que les mesures préconisées par le sénat paraissent bien dérisoires. Pour lutter contre l’ Qui peut s’attaquer à ce système, le FMI, les banques centrales ? L’OMC ? Surement pas car leur philosophie repose sur la libre circulation des biens et des capitaux. Dès lors que les mesures préconisées par le sénat paraissent bien dérisoires. Pour lutter contre l’ Qui peut s’attaquer à ce système, le FMI, les banques centrales ? L’OMC ? Surement pas car leur philosophie repose sur la libre circulation des biens et des capitaux. Dès lors que les mesures préconisées par le sénat paraissent bien dérisoires. Pour lutter contre l’évasion fiscale, annuellement en France à plus de 50 milliards d’euros.

L’évasion fiscale, entre 50 et 60 milliards d’euros chaque année en France, « représente, au moins, le montant du remboursement des intérêts de la dette française chaque année ».

Evasion fiscale : une fraude d’« environ » 50 milliards par an ?

Evasion fiscale : une fraude d’« environ » 50 milliards par an ?

Environ 50 milliards par an, c’était l’évaluation très approximative du Sénat sur l’évasion fiscale. De quoi remettre dans les clous les équilibres budgétaires et relancer la croissance sans tuer la compétitivité. Mission pourtant impossible car la politique de la zone euro repose précisément sur le principe de la concurrence fiscale.

Comment faire avec la financiarisation internationale de l’économie ? Il y a environ 30 000 filiales françaises à l’étranger ; des filiales dont l’objet pour beaucoup est de faciliter l’externalisation des bénéfices et l’internalisation des pertes. Exemple, Total qui n’a pas payé de bénéfices en France pendant des années. Le mécanisme est simple pour les grands groupes (pas les PME) : surfacture des pseudos prestations de l’étranger et à l’inverse sur minimiser les coûts de celles destinées à l’export. Ensuite pour laver encore plus blanc, on délocalise ces profits dans des paradis fiscaux. La lutte fiscale suppose donc de mettre en cause ce principe de financiarisation excessive de l’économie, d’harmoniser aussi les conditions de concurrence (fiscale, sociale, environnementale etc.).Très récemment, l’OCDE a lancé un cri d’alerte sur le développement de » l’optimisation fiscale »(euphémisme pour parler d’évasion).

Qui peut s’attaquer à ce système, le FMI, les banques centrales ? L’OMC ? Surement pas car leur philosophie repose sur la libre circulation des biens et des capitaux. Dès lors que les mesures préconisées par le sénat paraissent bien dérisoires. Pour lutter contre l’ Qui peut s’attaquer à ce système, le FMI, les banques centrales ? L’OMC ? Surement pas car leur philosophie repose sur la libre circulation des biens et des capitaux. Dès lors que les mesures préconisées par le sénat paraissent bien dérisoires. Pour lutter contre l’ Qui peut s’attaquer à ce système, le FMI, les banques centrales ? L’OMC ? Surement pas car leur philosophie repose sur la libre circulation des biens et des capitaux. Dès lors que les mesures préconisées par le sénat paraissent bien dérisoires. Pour lutter contre l’évasion fiscale, annuellement en France à plus de 50 milliards d’euros.

L’évasion fiscale, entre 50 et 60 milliards d’euros chaque année en France, « représente, au moins, le montant du remboursement des intérêts de la dette française chaque année ».

Covid France 21 mars 2023: 1470 cas supplémentaires et 50 morts

Covid France 21 mars 2023: 1470 cas supplémentaires et 50 morts

On enregistre lundi 20 mars 2023 :1470 cas supplémentaires en 24 heures soit 165.377 morts au total.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS est de 29.590 (0) et celui de décès en milieu hospitalier est de 135.787 (+50 depuis le dernier bilan).

Le taux de reproductivité R est de 1,27 le taux d’incidence à 67,82 et la tension hospitalière à 15,0 %.

La France compte actuellement 13.358 (+147) personnes hospitalisées et 760 (+6) malades en réanimation.

Bilan des régions :

Ile-de-France : 4.566 (-7) hospitalisées, 305 (0) en réanimation et +15 décès en 24h
Grand Est : 1.215 (+42) hospitalisés, 61 (-2) en réanimation et +3 décès en 24h
Hauts de France : 1.439 (+40) hospitalisés, 74 (+2) en réanimation et +4 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 823 (-10) hospitalisés, 33 (0) en réanimation et +6 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 835 (+33) hospitalisé, 49 (+1) en réanimation et +2 décès en 24h
Bretagne: 308 (+1) hospitalisés, 14 (0) en réanimation et +1 décès en 24h
Normandie : 852 (-5) hospitalisés, 25 (-1) en réanimation et +1 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.150 (+9) hospitalisés, 76 (+1) en réanimation et +2 décès en 24h
Pays de la Loire : 182 (-1) hospitalisés, 14 (+2) en réanimation et +3 décès en 24h
Occitanie: 757 (+11) hospitalisés, , 46 (+1) en réanimation et +9 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 610 (+13) hospitalisés, 27 (+2) en réanimation et +1 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 466 (+17) hospitalisés, 26 (0) en réanimation et +3 décès en 24h

Covid France 21 mars 2023: 1470 cas supplémentaires et 50 morts

Covid France 21 mars 2023: 1470 cas supplémentaires et 50 morts

On enregistre lundi 20 mars 2023 :1470 cas supplémentaires en 24 heures soit 165.377 morts au total.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS est de 29.590 (0) et celui de décès en milieu hospitalier est de 135.787 (+50 depuis le dernier bilan).

Le taux de reproductivité R est de 1,27 le taux d’incidence à 67,82 et la tension hospitalière à 15,0 %.

La France compte actuellement 13.358 (+147) personnes hospitalisées et 760 (+6) malades en réanimation.

Bilan des régions :

Ile-de-France : 4.566 (-7) hospitalisées, 305 (0) en réanimation et +15 décès en 24h
Grand Est : 1.215 (+42) hospitalisés, 61 (-2) en réanimation et +3 décès en 24h
Hauts de France : 1.439 (+40) hospitalisés, 74 (+2) en réanimation et +4 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 823 (-10) hospitalisés, 33 (0) en réanimation et +6 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 835 (+33) hospitalisé, 49 (+1) en réanimation et +2 décès en 24h
Bretagne: 308 (+1) hospitalisés, 14 (0) en réanimation et +1 décès en 24h
Normandie : 852 (-5) hospitalisés, 25 (-1) en réanimation et +1 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.150 (+9) hospitalisés, 76 (+1) en réanimation et +2 décès en 24h
Pays de la Loire : 182 (-1) hospitalisés, 14 (+2) en réanimation et +3 décès en 24h
Occitanie: 757 (+11) hospitalisés, , 46 (+1) en réanimation et +9 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 610 (+13) hospitalisés, 27 (+2) en réanimation et +1 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 466 (+17) hospitalisés, 26 (0) en réanimation et +3 décès en 24h

12345...11



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol