Archive pour le Tag 'L’Iran'

Politique-L’Iran piégée par ses contradictions

Politique-L’Iran piégée par ses contradictions

L’Iran vient sans doute de commettre une erreur géostratégique majeure en attaquant directement et massivement Israël. Israël qui en a profité pour montrer l’efficacité de son système de défense puisque 95 % des missiles et autres drones ont été détruits.

La propagande iranienne affirme cependant que les objectifs ont été atteints ! Il s’agit évidemment de donner le change aux plus extrémistes du pays. L’Iran était en effet agitée en ce moment par des contradictions internes au sommet du pouvoir avec d’un côté les plus radicaux et de l’autre des plus modérés y compris dans la hiérarchie religieuse mais aussi militaire.

Les plus modérés dans les rangs militaires savent bien que le pays ne ferait pas le poids dans une guerre directe avec Israël et que l’extension du conflit au Moyen-Orient pourrait se traduire par un affaiblissement du mouvement chiite.

L’erreur stratégique majeure est surtout d’avoir réussi l’exploit de ressouder les pays arabes d’obédience sunnite autour d’Israël pour détruire l’attaque iranienne.

Il y a aussi les contradictions relatives à la société iranienne avec un fort mouvement qui lutte contre les contraintes religieuses. Et la vérité c’est que le pouvoir religieux et militaire est de plus en plus mal supporté par la population. En faisant appel au nationalisme,  le pouvoir iranien pensait  à la fois satisfaire des objectifs de politique interne et des objectifs de politique externe. L’opération est ratée sur tous les plans.

Il faut espérer qu’Israël ne tombera pas dans le piège de l’extension du conflit car les alliances contre l’Iran pourraient alors se défaire.

L’Iran est tombée dans le piège d’Israël

 

En forçant Téhéran à s’engager davantage dans le conflit qui l’oppose au Hamas, Israël a tendu un piège à la République islamique, obligée de choisir entre le soutien à ses alliés de « l’axe de la résistance » et le risque d’une guerre ouverte.(dans « Le Monde ») 

Le constat s’impose après l’attaque d’Israël par l’Iran, le 13 avril : « l’unité des fronts », invoquée par Téhéran et ses alliés au sein de « l’axe de la résistance » pour voler au secours du Hamas palestinien face à Israël, s’est refermée comme un piège sur la République islamique.Les limites de cette stratégie étaient très vite apparues. Pensée comme un « front défensif » des intérêts iraniens, elle ne s’est jamais traduite autrement que par l’ouverture, au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen, de fronts de diversion aux ambitions limitées. Ignorant les appels du Hamas, qui a embarqué ses alliés malgré eux dans son entreprise dévastatrice contre Israël le 7 octobre 2023, l’Iran s’est refusé à engager une confrontation totale avec l’Etat hébreu.

Jusqu’alors, l’Iran invoquait la « patience stratégique » pour se soustraire à une riposte dont il ne voulait pas. Il se montrait prêt à assumer l’élimination méthodique par Israël des cadres des gardiens de la révolution iraniens, du Hezbollah libanais ou du Hamas et les entailles portées à son pouvoir de dissuasion, convaincu que l’issue de la guerre serait une défaite d’Israël, déjà dans l’impasse militaire à Gaza et isolé sur la scène internationale.

Politique-L’Iran piégée par ses contradictions

Politique-L’Iran piégée par ses contradictions

L’Iran vient sans doute de commettre une erreur géostratégique majeure en attaquant directement et massivement Israël. Israël qui en a profité pour montrer l’efficacité de son système de défense puisque 95 % des missiles et autres drones ont été détruits.

La propagande iranienne affirme cependant que les objectifs ont été atteints ! Il s’agit évidemment de donner le change aux plus extrémistes du pays. L’Iran était en effet agitée en ce moment par des contradictions internes au sommet du pouvoir avec d’un côté les plus radicaux et de l’autre des plus modérés y compris dans la hiérarchie religieuse mais aussi militaire.

Les plus modérés dans les rangs militaires savent bien que le pays ne ferait pas le poids dans une guerre directe avec Israël et que l’extension du conflit au Moyen-Orient pourrait se traduire par un affaiblissement du mouvement chiite.

L’erreur stratégique majeure est surtout d’avoir réussi l’exploit de ressouder les pays arabes d’obédience sunnite autour d’Israël pour détruire l’attaque iranienne.

Il y a aussi les contradictions relatives à la société iranienne avec un fort mouvement qui lutte contre les contraintes religieuses. Et la vérité c’est que le pouvoir religieux et militaire est de plus en plus mal supporté par la population. En faisant appel au nationalisme,  le pouvoir iranien pensait  à la fois satisfaire des objectifs de politique interne et des objectifs de politique externe. L’opération est ratée sur tous les plans.

Il faut espérer qu’Israël ne tombera pas dans le piège de l’extension du conflit car les alliances contre l’Iran pourraient alors se défaire.

L’Iran piégée par ses contradictions

L’Iran piégée par ses contradictions

L’Iran vient sans doute de commettre une erreur géostratégique majeure en attaquant directement et massivement Israël. Israël qui en a profité pour montrer l’efficacité de son système de défense puisque 95 % des missiles et autres drones ont été détruits.

La propagande iranienne affirme cependant que les objectifs ont été atteints ! Il s’agit évidemment de donner le change aux plus extrémistes du pays. L’Iran était en effet agitée en ce moment par des contradictions internes au sommet du pouvoir avec d’un côté les plus radicaux et de l’autre des plus modérés y compris dans la hiérarchie religieuse mais aussi militaire.

Les plus modérés dans les rangs militaires savent bien que le pays ne ferait pas le poids dans une guerre directe avec Israël et que l’extension du conflit au Moyen-Orient pourrait se traduire par un affaiblissement du mouvement chiite.

L’erreur stratégique majeure est surtout d’avoir réussi l’exploit de ressouder les pays arabes d’obédience sunnite autour d’Israël pour détruire l’attaque iranienne.

Il y a aussi les contradictions relatives à la société iranienne avec un fort mouvement qui lutte contre les contraintes religieuses. Et la vérité c’est que le pouvoir religieux et militaire est de plus en plus mal supporté par la population. En faisant appel au nationalisme,  le pouvoir iranien pensait  à la fois satisfaire des objectifs de politique interne et des objectifs de politique externe. L’opération est ratée sur tous les plans.

Il faut espérer qu’Israël ne tombera pas dans le piège de l’extension du conflit car les alliances contre l’Iran pourraient alors se défaire.

Quelle réponse d’ Israël à l’Iran ?

Quelle réponse d’ Israël à l’Iran

 

La guerre entre Israël l’Iran prend trois dimensions. Il y a d’abord évidemment la guerre militaire traditionnelle en quelque sorte et qui s’est  traduite par l’expédition par l’Iran de 200 bombes (drones et missiles). 95 % de ces engins ont été éliminés par le système de défense d’Israël et de ses alliés dont les pays arabes voisins.

Il y a forcément des dégâts et quelques blessés mais finalement marginaux. Pourtant l’Iran se félicite d’avoir atteint tous les objectifs qu’elle avait fixées. C’est évidemment , le deuxième aspect de la guerre, celui de la communication. L’aspect peut-être le plus fondamental est le plus nouveau, c’est la riposte des alliés américains bien sûrs, britanniques, Français mais aussi de Jordanie et d’Arabie Saoudite.

Compte tenu de cette situation il n’est pas certain qu’Israël ait beaucoup à gagner à riposter sur le territoire de l’Iran. La réplique devrait plutôt être en quelque sorte mesurée pour ne pas affecter justement cette nouvelle alliance. Surtout après les erreurs faites à Gaza.

À noter la position très ambiguë de l’Iran qui considère maintenant l’affaire comme terminée et qui montre ainsi les limites de ses forces; Aussi les contradictions internes dans le pays avec un particulier d’un côté des faucons et de l’autre des plus pacifistes. Sans parler de la dictature religieuse de moins en moins bien supportée.

 

 

Les attaques de l’Iran rapprochent Israël et les États-Unis

Les attaques de l’Iran rapprochent Israël et les États-Unis

 Alors que le différend devenait très significatif entre les États-Unis et Israël à propos de Gaza, les attaques de l’Iran contre Israël paradoxalement servent le rapprochement entre Nétanyahou et Biden dans les forces sont notoirement supérieures à celles de l’Iran.

«  La conséquence, c’est que les États-Unis, qui étaient en difficulté avec monsieur Netanyahou, se sont portés immédiatement (…) à la défense de l’État hébreu », commente le politologue Gilles Kepel.

Selon lui, « d’une certaine manière, l’Iran est pris dans un piège ». En effet, si le pays attaque, « les conséquences risques d’être terribles, parce que la capacité militaire réunie d’Israël et des États-Unis excède très largement celle de l’Iran ». 

Il s’agit d’un pays par ailleurs « fragilisé », qui n’avait, rappelle-t-il, pas pu répondre à l’attentat lors de la commémoration de la mort du général Soleimani, qui a causé plus d’une centaine de morts au début de l’année. L’Iran devient par ailleurs selon le spécialiste davantage une « dictature militaire », celle des Pasdaran, que « le régime religieux qui était jusqu’alors prévalent »« S’ils tapent, ils risquent d’avoir une rétorsion très forte, qui peut faire éclater leur pouvoir », résume Gilles Kepel.

voir les 46 commentaires

Guerre: L’Iran attaque directement Israël

 

Selon l’armée israélienne, l’Iran aurait tiré au total plus de 200 drones et missiles. « Le régime en Iran a lancé un essaim massif de 200 drones tueurs, des missiles balistiques et des missiles de croisière », a déclaré le contre-amiral Daniel Hagari dans une allocution télévisée. De fortes détonations ont également été entendues à Damas et à Beyrouth. Les sirènes d’alerte ont été activées dans la région du Negev, dans le sud d’Israël, mais aussi dans le nord, a indiqué l’armée. La question est désormais de savoir si on va vers l’escalade en intensité et sur le plan géographique avec une éventuelle extension au Liban mais aussi en Syrie et en Irak. Jusque-là l’Iran s’était contenté en quelque sorte d’intervenir indirectement via les Houthis du Yémen, le Liban et les milices chiites d’Irak ou de Syrie

Les interceptions des drones ont été réalisées avec l’appui des Etats-Unis. Les forces américaines ont abattu plusieurs drones iraniens visant Israël, a ainsi indiqué un responsable du ministère de la Défense des Etats-Unis. « Conformément à notre engagement inébranlable en faveur de la sécurité d’Israël, les forces américaines présentes dans la région continuent d’abattre des drones lancés par l’Iran et ciblant Israël », a indiqué ce responsable sous couvert de l’anonymat. « Nos forces restent positionnées pour fournir un soutien défensif supplémentaire et pour protéger les forces américaines opérant dans la région ».

 

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a pour sa part indiqué « fermement condamner la grave escalade » que représente l’attaque de l’Iran contre Israël, et appelé à « une cessation immédiate de ces hostilités ». « Je suis profondément alarmé par le danger très réel d’une escalade dévastatrice à l’échelle de la région », a encore déclaré le secrétaire général dans un communiqué.

Menace de l’Iran sur Israël

Menace de l’Iran sur Israël
Selon les informations de Bloomberg, le renseignement américain anticipe une « attaque massive imminente » de l’Iran et de ses groupes alliés, comme le Hezbollah, contre Israël. La question n’est pas de savoir si une attaque aura lieu, mais quand, assure une source auprès de Bloomberg.

 

L’Iran « menace de lancer une attaque importante contre Israël », a confirmé le président américain Joe Biden ce mercredi 10 avril lors d’une conférence de presse commune à la Maison Blanche avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

« Comme je l’ai dit au Premier ministre   Netanyahu, notre engagement pour la sécurité d’Israël, face à ces menaces de l’Iran et de ses alliés, est inébranlable », a-t-il ajouté.
Cependant on observe une certaine prise de distance des États-Unis vis-à-vis d’Israël concernant certaines actions discutables.

Ainsi, États-Unis avaient assuré mardi n’avoir « rien à voir » avec la frappe sur le consulat d’Iran à Damas. « Nous n’étions pas impliqués de quelque manière que ce soit », a déclaré à la presse le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby. « Les commentaires du ministre iranien des Affaires étrangères selon lesquels nous devrions rendre des comptes ou que nous serions à blâmer sont tout simplement absurdes », a-t-il ajouté.

La porte-parole adjointe du Pentagone, Sabrina Singh, a également précisé qu’Israël n’avait pas « informé » les États-Unis au préalable. « Nous avons fait savoir très clairement à l’Iran, par des voies privées, que nous n’étions pas responsables de cette frappe », a-t-elle insisté.

Gaza-L’instrumentalisation par l’Iran

Gaza-L’instrumentalisation par l’Iran

par
André Versaille
Editeur et documentariste

Derrière les attaques meurtrières perpétrées par le Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre et le déclenchement d’un nouveau conflit israélo-palestinien, l’éditeur et documentariste André Versaille pointe, dans une tribune au « Monde », le jeu de l’Iran. La doctrine de la République islamique d’Iran est de « vaincre sans tirer une seule cartouche ». Avec les relais dont celle-ci dispose, elle parvient à s’épargner des guerres en en chargeant ses séides. C’est ce qu’elle a fait avec le Hamas. Depuis des années, la question palestinienne avait disparu des radars des chancelleries. Celles-ci ayant considéré ce dossier sorti des agendas diplomatiques, Israël s’était convaincu que cet effacement délitait la question palestinienne dans les territoires occupés.

C’était oublier la détermination du Hamas, l’un des mouvements terroristes les plus riches du monde, de détruire l’Etat hébreu. Cette émanation des Frères musulmans lutte beaucoup moins pour la libération des territoires occupés de la Cisjordanie que pour l’éradication totale et définitive de toute présence juive en terre d’islam. Tant il est vrai qu’après le retrait de la bande de Gaza par Israël en 2005, le Hamas au pouvoir a utilisé les centaines de millions de dollars, envoyés par plusieurs Etats, pour surarmer l’enclave et la bunkériser.

Au lieu de se bonifier, les conditions de vie déjà difficiles des Palestiniens se sont, dès lors, dramatiquement érodées. Depuis la prise de pouvoir du Hamas, l’autoritarisme et l’extrémisme l’ont toujours emporté sur le souci du bien-être et de l’amélioration de la vie quotidienne de la population gazaouie.

Le Hamas a les mêmes objectifs que Daech. Loin d’être nationalistes comme le Fatah, ces deux mouvements ont pour finalité l’exclusion de l’oumma de toute présence juive, quels que soient les moyens à mettre en œuvre et le coût humain (y compris du côté palestinien), pour y parvenir. Le pogrom du 7 octobre avait pour but de montrer que les services secrets de l’« entité sioniste » n’étaient plus guère performants. Et, afin de frapper les esprits, l’attaque devait avoir lieu cinquante ans après l’offensive égyptienne de 1973, qui avait plongé les Israéliens dans la guerre du Kippour.

Comment comprendre l’aveuglement des autorités israéliennes à la préparation de l’invasion dont elles voyaient les entraînements depuis quelque deux années ? Car ces manœuvres étaient exécutées à Gaza sans dissimulation (elles étaient même filmées et diffusées), dans des décors copiés de villages israéliens. Pour le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, il ne s’agissait là que de gesticulations. Il en tenait pour preuve le fait que, depuis quatre ou cinq ans, ses membres avaient fait l’effort de réduire leurs diatribes

Politique–L’instrumentalisation de Gaza par l’Iran

Politique–L’instrumentalisation de Gaza par l’Iran

par
André Versaille
Editeur et documentariste

Derrière les attaques meurtrières perpétrées par le Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre et le déclenchement d’un nouveau conflit israélo-palestinien, l’éditeur et documentariste André Versaille pointe, dans une tribune au « Monde », le jeu de l’Iran. La doctrine de la République islamique d’Iran est de « vaincre sans tirer une seule cartouche ». Avec les relais dont celle-ci dispose, elle parvient à s’épargner des guerres en en chargeant ses séides. C’est ce qu’elle a fait avec le Hamas. Depuis des années, la question palestinienne avait disparu des radars des chancelleries. Celles-ci ayant considéré ce dossier sorti des agendas diplomatiques, Israël s’était convaincu que cet effacement délitait la question palestinienne dans les territoires occupés.

C’était oublier la détermination du Hamas, l’un des mouvements terroristes les plus riches du monde, de détruire l’Etat hébreu. Cette émanation des Frères musulmans lutte beaucoup moins pour la libération des territoires occupés de la Cisjordanie que pour l’éradication totale et définitive de toute présence juive en terre d’islam. Tant il est vrai qu’après le retrait de la bande de Gaza par Israël en 2005, le Hamas au pouvoir a utilisé les centaines de millions de dollars, envoyés par plusieurs Etats, pour surarmer l’enclave et la bunkériser.

Au lieu de se bonifier, les conditions de vie déjà difficiles des Palestiniens se sont, dès lors, dramatiquement érodées. Depuis la prise de pouvoir du Hamas, l’autoritarisme et l’extrémisme l’ont toujours emporté sur le souci du bien-être et de l’amélioration de la vie quotidienne de la population gazaouie.

Le Hamas a les mêmes objectifs que Daech. Loin d’être nationalistes comme le Fatah, ces deux mouvements ont pour finalité l’exclusion de l’oumma de toute présence juive, quels que soient les moyens à mettre en œuvre et le coût humain (y compris du côté palestinien), pour y parvenir. Le pogrom du 7 octobre avait pour but de montrer que les services secrets de l’« entité sioniste » n’étaient plus guère performants. Et, afin de frapper les esprits, l’attaque devait avoir lieu cinquante ans après l’offensive égyptienne de 1973, qui avait plongé les Israéliens dans la guerre du Kippour.

Comment comprendre l’aveuglement des autorités israéliennes à la préparation de l’invasion dont elles voyaient les entraînements depuis quelque deux années ? Car ces manœuvres étaient exécutées à Gaza sans dissimulation (elles étaient même filmées et diffusées), dans des décors copiés de villages israéliens. Pour le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, il ne s’agissait là que de gesticulations. Il en tenait pour preuve le fait que, depuis quatre ou cinq ans, ses membres avaient fait l’effort de réduire leurs diatribes

Attaques des Houthis en mer Rouge : les États-Unis désignent directement l’Iran comme responsable

Attaques des Houthis en mer Rouge : les États-Unis désignent directement l’Iran comme responsable

Les États-Unis accuse directement l’Iran d’être responsable des attaques perpétrées par les outils contre les navires de guerre et de commerce empruntant la mer Rouge.

« Le soutien iranien aux Houthis est solide et se traduit en livraisons d’équipements militaires sophistiqués, en aide en matière de renseignement, en aide financière et en formation », a précisé la porte-parole de la Maison-Blanche, Adrienne Watson, en affirmant que Téhéran avait « rendu possibles » ces attaques tout en « déléguant les décisions opérationnelles aux Houthis ». Et d’ajouter que sans aide de l’Iran, les rebelles yéménites « auraient du mal à repérer et frapper » les bateaux circulant en mer Rouge.

Selon le Pentagone, les Houthis ont lancé plus de 100 attaques, ciblant 10 navires marchands liés à plus de 35 pays. En novembre, ils se sont emparés du Galaxy Leader, prenant en otage ses 25 membres d’équipage. Le navire et son équipage se trouvent toujours au Yémen. Des attaques qui visent, selon les Houthis, les navires « traitant avec Israël ».
Les Houthis, qui contrôlent une grande partie du Yémen, mais qui ne sont pas reconnus par la communauté internationale, répètent qu’ils continueront tant que la nourriture et les médicaments ne rentreraient pas en quantité suffisante dans la bande de Gaza.

En réponse aux attaques, les Etats-Unis ont lancé, la semaine dernière, une coalition navale de désormais vingt pays pour défendre le trafic maritime en mer Rouge. Elle rassemble notamment la France, la Grèce, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l’Espagne, ou encore les Seychelles. Cette coalition militaire « doit faire office de gendarme routier, patrouillant en mer Rouge et dans le golfe d’Aden pour répondre aux (appels de) bateaux commerciaux qui passent par cette voie internationale vitale, et les aider si besoin », a détaillé le porte-parole du Pentagone.

Jusqu’ici, le président américain Joe Biden, qui veut éviter une propagation régionale du conflit entre Israël et le Hamas, a opté pour la dissuasion, en particulier via l’envoi de navires de guerre au Moyen-Orient. Mais selon plusieurs médias américains, il réfléchirait désormais à déclencher des frappes directes contre les Houthis.

Attaques Houthis mer rouge : la main de l’Iran contre le commerce international

Attaques Houthis mer rouge : la main de l’Iran contre le commerce international

Les outils du Yémen instrumentalisés par l’Iran ont pour objectif de contribuer à la montée du chaos économique et politique non seulement dans le Proche-Orient mais dans le monde entier. En effet le passage via la mer Rouge est stratégique pour une grande partie du commerce international.

« On touche à la colonne vertébrale de la mondialisation », explique le spécialiste des enjeux maritimes Vincent Groizeleau, rédacteur en chef du site Mer et Marine, après les attaques des rebelles houthis du Yémen lundi 18 décembre.

Franceinfo : Est-ce que la mer Rouge est un passage important dans le transport maritime mondial ?

Vincent Groizeleau : Important et complètement stratégique ! Ce qu’il faut comprendre, c’est que là, on touche à la colonne vertébrale de la mondialisation. 90% à peu près des marchandises dans le monde transitent par la mer. Et la mer Rouge, c’est une des routes majeures, notamment pour les liaisons entre l’Asie et l’Europe. Pour vous donner un ordre d’idée : c’est 26 millions de conteneurs qui transitent entre l’Asie et l’Europe chaque année. Et dans ces marchandises, on va retrouver ce qu’on trouve dans votre supermarché, le bricolage, l’électroménager, les jouets de Noël, des composants dont l’industrie européenne a besoin, etc. Et donc, ces bateaux vont plus vite et s’ils passent par l’océan Indien et ensuite remontent directement vers la Méditerranée pour ensuite toucher l’Europe du Nord par le canal de Suez et donc par la mer Rouge. Et aujourd’hui effectivement, cette route, elle est complètement perturbée, donc les armateurs n’ont d’autre choix que se dérouter vers une route plus longue en contournant l’Afrique. Et ça va avoir un impact inévitablement, parce que c’est des milliers de kilomètres supplémentaires. On peut atteindre des délais qui peuvent être de près de deux semaines supplémentaires, ça va donc avoir un impact sur les chaînes d’approvisionnement, particulièrement sur les conteneurs. Et là, depuis aujourd’hui, on a des pétroliers.

On comprend donc le point stratégique du lieu. Est-ce qu’il est impossible de le protéger ?

Non, il faut le protéger. Mais pour ça, il faut des moyens. Les Américains sont en train, avec les autres Occidentaux, de travailler à la mise en place d’un dispositif de protection en mer Rouge. Il va y avoir des annonces très certainement sur ce sujet sous peu. Mais pour ça, il faut des bateaux. Les Américains en ont, mais pas pour tout faire. Il y a un bateau de la marine française, mais la marine française a une poignée de frégates pour faire toutes ses missions. Aujourd’hui, elle n’est pas en capacité d’en envoyer une demi-douzaine en mer Rouge pour faire la protection du trafic maritime, parce qu’il n’y en a pas assez. Donc il va falloir s’appuyer sur les Américains, sur les Britanniques, les Français, les pays riverains également, qui ont tout intérêt à protéger ce trafic maritime, je pense à l’Égypte notamment. Il va falloir mettre beaucoup de bateaux pour protéger tous ces navires. Pour vous donner un exemple, pour la seule journée de samedi [16 décembre], un seul destroyer américain a intercepté quatorze drones et missiles. C’est énorme ! Cette montée en puissance du nombre d’attaques nécessite des moyens considérables.

Techniquement, c’est compliqué de faire changer d’itinéraire à tout un tas de navires ?

Pour les navires, ce n’est pas un souci. C’est l’avantage du navire, il peut aller où il veut et profiter des mers, de la liberté de naviguer. La difficulté, c’est la logistique. Ce sont les ports qui vont devoir se reconfigurer pour recevoir les marchandises. Et ensuite, tout le post-acheminement, c’est-à-dire les camions, les trains, les vedettes et les avions fluviaux qui évacuent toutes ces marchandises. Et là, effectivement, on a certainement quelques semaines un peu compliquées en termes de logistique à venir.

Est-ce que c’est déjà arrivé, cette forme de piraterie, ces actes terroristes, sur certains navires ?

On a déjà eu des attaques en 2016 notamment, les houthis avaient fait parler d’eux en attaquant des navires en mer Rouge. Les Américains avaient répliqué en tirant des missiles de croisière sur des positions radars dans les côtes yéménites, sur des zones qui étaient tenues par les outils. Pour l’heure, les Américains n’ont pas encore répliqué parce que la situation est très sensible et le but du jeu, c’est n’est pas non plus d’aller dans une escalade, notamment parce que les houthis nous ont montré à la fin du mois de novembre qu’ils étaient capables de tirer des missiles et des drones sur l’océan Indien, donc de taper très, très loin. L’idée, ce n’est pas d’avoir l’océan Indien à feu et à sang avec des bateaux endommagés partout. Tout le monde y va donc avec beaucoup de sensibilité. La dernière fois où il y a eu un très gros problème dans le secteur, c’était la guerre Iran-Irak, à la fin des années 80, une bonne partie de la Marine nationale avait été déployée, notamment pour protéger les pétroliers dans le détroit d’Ormuz face à l’Iran, pour leur permettre de passer en toute sécurité et ne pas être attaqués.

Attaques Houthis : Une attaque de l’Iran contre le commerce international

Attaques Houthis : Une attaque de l’Iran contre le commerce international

Les outils du Yémen instrumentalisés par l’Iran ont pour objectif de contribuer à la montée du chaos économique et politique non seulement dans le Proche-Orient mais dans le monde entier. En effet le passage via la mer Rouge est stratégique pour une grande partie du commerce international.

« On touche à la colonne vertébrale de la mondialisation », explique le spécialiste des enjeux maritimes Vincent Groizeleau, rédacteur en chef du site Mer et Marine, après les attaques des rebelles houthis du Yémen lundi 18 décembre.

Franceinfo : Est-ce que la mer Rouge est un passage important dans le transport maritime mondial ?

Vincent Groizeleau : Important et complètement stratégique ! Ce qu’il faut comprendre, c’est que là, on touche à la colonne vertébrale de la mondialisation. 90% à peu près des marchandises dans le monde transitent par la mer. Et la mer Rouge, c’est une des routes majeures, notamment pour les liaisons entre l’Asie et l’Europe. Pour vous donner un ordre d’idée : c’est 26 millions de conteneurs qui transitent entre l’Asie et l’Europe chaque année. Et dans ces marchandises, on va retrouver ce qu’on trouve dans votre supermarché, le bricolage, l’électroménager, les jouets de Noël, des composants dont l’industrie européenne a besoin, etc. Et donc, ces bateaux vont plus vite et s’ils passent par l’océan Indien et ensuite remontent directement vers la Méditerranée pour ensuite toucher l’Europe du Nord par le canal de Suez et donc par la mer Rouge. Et aujourd’hui effectivement, cette route, elle est complètement perturbée, donc les armateurs n’ont d’autre choix que se dérouter vers une route plus longue en contournant l’Afrique. Et ça va avoir un impact inévitablement, parce que c’est des milliers de kilomètres supplémentaires. On peut atteindre des délais qui peuvent être de près de deux semaines supplémentaires, ça va donc avoir un impact sur les chaînes d’approvisionnement, particulièrement sur les conteneurs. Et là, depuis aujourd’hui, on a des pétroliers.

On comprend donc le point stratégique du lieu. Est-ce qu’il est impossible de le protéger ?

Non, il faut le protéger. Mais pour ça, il faut des moyens. Les Américains sont en train, avec les autres Occidentaux, de travailler à la mise en place d’un dispositif de protection en mer Rouge. Il va y avoir des annonces très certainement sur ce sujet sous peu. Mais pour ça, il faut des bateaux. Les Américains en ont, mais pas pour tout faire. Il y a un bateau de la marine française, mais la marine française a une poignée de frégates pour faire toutes ses missions. Aujourd’hui, elle n’est pas en capacité d’en envoyer une demi-douzaine en mer Rouge pour faire la protection du trafic maritime, parce qu’il n’y en a pas assez. Donc il va falloir s’appuyer sur les Américains, sur les Britanniques, les Français, les pays riverains également, qui ont tout intérêt à protéger ce trafic maritime, je pense à l’Égypte notamment. Il va falloir mettre beaucoup de bateaux pour protéger tous ces navires. Pour vous donner un exemple, pour la seule journée de samedi [16 décembre], un seul destroyer américain a intercepté quatorze drones et missiles. C’est énorme ! Cette montée en puissance du nombre d’attaques nécessite des moyens considérables.

Techniquement, c’est compliqué de faire changer d’itinéraire à tout un tas de navires ?

Pour les navires, ce n’est pas un souci. C’est l’avantage du navire, il peut aller où il veut et profiter des mers, de la liberté de naviguer. La difficulté, c’est la logistique. Ce sont les ports qui vont devoir se reconfigurer pour recevoir les marchandises. Et ensuite, tout le post-acheminement, c’est-à-dire les camions, les trains, les vedettes et les avions fluviaux qui évacuent toutes ces marchandises. Et là, effectivement, on a certainement quelques semaines un peu compliquées en termes de logistique à venir.

Est-ce que c’est déjà arrivé, cette forme de piraterie, ces actes terroristes, sur certains navires ?

On a déjà eu des attaques en 2016 notamment, les houthis avaient fait parler d’eux en attaquant des navires en mer Rouge. Les Américains avaient répliqué en tirant des missiles de croisière sur des positions radars dans les côtes yéménites, sur des zones qui étaient tenues par les outils. Pour l’heure, les Américains n’ont pas encore répliqué parce que la situation est très sensible et le but du jeu, c’est n’est pas non plus d’aller dans une escalade, notamment parce que les houthis nous ont montré à la fin du mois de novembre qu’ils étaient capables de tirer des missiles et des drones sur l’océan Indien, donc de taper très, très loin. L’idée, ce n’est pas d’avoir l’océan Indien à feu et à sang avec des bateaux endommagés partout. Tout le monde y va donc avec beaucoup de sensibilité. La dernière fois où il y a eu un très gros problème dans le secteur, c’était la guerre Iran-Irak, à la fin des années 80, une bonne partie de la Marine nationale avait été déployée, notamment pour protéger les pétroliers dans le détroit d’Ormuz face à l’Iran, pour leur permettre de passer en toute sécurité et ne pas être attaqués.

Hamas-Gaza: la victoire de l’Iran

Hamas-Gaza: la victoire de l’Iran

Depuis 1979 et l’accession au pouvoir du régime de l’ayatollah Khomeini, les Occidentaux n’ont jamais manqué une occasion de sous-estimer les capacités de l’Iran, oubliant régulièrement qu’il s’agissait de l’Empire perse et que, malgré sa forte dominante religieuse, il savait s’en souvenir. En résistant à la guerre qui lui avait été opposée par le biais de son frère ennemi irakien, et en gagnant peu à peu sa domination sur les milices chiites locales, en déclenchant attentats et opérations spéciales tout le long de l’arc chiite (Liban et Yémen, avec succès, Bahreïn sans y parvenir), en étendant son influence grâce à ses comptoirs africains, en enrôlant sous le drapeau du jihad le Hamas (renouant ainsi avec la protection accordée par les Frères musulmans égyptiens à l’ayatollah Khomeiny avant son exil en France), le régime iranien a su tenir, malgré la détestation de sa propre population, et devenir un acteur majeur du chaos mondial.

par Alain Bauer* dans l’Opinion

Si l’Occident, les pays arabes limitrophes et Israël, ont tout fait, entre l’assassinat de Yitzhak Rabin et la mort d’Ariel Sharon, pour détruire les accords d’Oslo et le plan Wolfensohn qui prévoyait de créer un « Dubaï sur Gaza », la normalisation relative entre l’Etat hébreu et ses voisins arabes — tout en mettant de côté la question palestinienne, devenue une simple variable d’ajustement — et la signature des accords d’Abraham — auxquels ne manquait que le paraphe saoudien — permettaient d’imaginer un processus de paix durable par le haut.

Depuis qu’il a réussi à enfumer ses partenaires au nom d’une réconciliation dont on mesure désormais le côté factice, le joueur d’échec iranien a réussi une opération d’une exceptionnelle complexité en se gardant des critiques diplomatiques, tout en lançant une opération militaro-terroriste dont il ne peut être que le bénéficiaire, quels qu’en soient les résultats.

Depuis 1973, Israël avait promis de ne plus être surpris. Les divisions intérieures, l’arrogance hier face au Hezbollah, aujourd’hui face au Hamas, ont ruiné pour longtemps la confiance qui faisait l’unité du pays.

En mettant fin à la prétendue supériorité absolue d’Israël sur son territoire, en ruinant la confiance qui existait entre le peuple juif, Tsahal et le gouvernement Netanyahu, en utilisant la crise politique interne inventée par le Premier ministre d’Israël pour éviter des poursuites judiciaires personnelles au prix de la sécurité de son propre pays, l’Iran a ouvert la voie à une opération combinée, préparée, entraînée et en partie supervisée par ses forces spéciales, qui a permis de briser la ligne Maginot installée à Gaza, de prendre le contrôle d’installations militaires et du renseignement majeures pendant plusieurs dizaines d’heures, de massacrer des civils dans un pogrom moderne, rappelant Oradour, Boutcha ou le Bataclan, et de s’enfuir avec plus de deux cents otages.

L’Iran a détruit un mythe. Depuis 1973, Israël avait promis de ne plus être surpris. Les divisions intérieures, l’arrogance hier face au Hezbollah, aujourd’hui face au Hamas, ont ruiné pour longtemps la confiance qui faisait l’unité du pays.

L’attaque du 7 octobre n’a rien réglé. Les désaccords militaires, politiques, entre militaires et politiques, la dégradation du moral et des moyens de Tsahal, le fétichisme technologique, ont interdit pendant trois semaines de définir une politique qui dépasse vengeance et revanche. Le réveil de l’opinion publique sur la question des otages et de leur sauvetage, le poids des enjeux moraux, ont perturbé le pouvoir politique hésitant entre négociation impossible, incursions nécessaires, invasion potentielle et occupation intenable.

Les bombardements ont longtemps servi de masque à ces hésitations impensables dans l’histoire militaire des armées israéliennes. Le déclenchement d’opérations lourdes à compter du 27 octobre, malgré la médiation plutôt efficace — mais au compte-gouttes — du Qatar, les alarmes de l’Egypte et de la Jordanie, les inquiétudes du parrain américain et des Occidentaux, indique que ce qui reste du pouvoir en place a choisi la fuite en avant, pensant, grâce à un réseau de renseignement partiellement reconstitué qu’il vaut mieux appliquer la directive « Hannibal » (selon laquelle il faudrait mieux sauver une nation qu’un ou des individus pris en otage) que de jouer le temps.

Comme il n’existe pas vraiment, dans la logique du Hamas, de zones civiles ou de zones de combat, que tout peut servir de cache ou de paravent à des installations souterraines structurées, les frappes israéliennes contre Gaza ne pouvaient, à court terme, que révulser bien au-delà de la rue arabe. Un enfant mort, juif ou palestinien, reste insupportable. Et le Hamas le sait mieux que quiconque.

Israël n’a pas su, sur les brasiers de la haine allumés depuis si longtemps à Gaza, en Cisjordanie, dans le monde arabe, mais aussi un peu partout dans le monde, obtenir plus que quelques instants de compassion. Les résultats du vote de l’amendement canadien à la résolution présentée pour obtenir un cessez-le-feu à Gaza sans aucune mention de ce qui a précédé les opérations militaires de Tsahal, en constitue une démonstration qui éclaire la position traditionnelle d’Israël, considérant que le pays ne peut, en définitive, compter que sur lui-même.

Si la résolution principale a obtenu 120 voix contre 14 et 45 abstentions (avec un vote des Européens totalement illisible, la France, l’Espagne ou la Belgique ont voté pour le texte, l’Allemagne, l’Italie et la Finlande se sont abstenues, tandis que l’Autriche, la République tchèque et la Hongrie ont voté contre), le texte canadien, qui ciblait le Hamas n’a obtenu que 88 voix contre 55….

Le temps du consensus sur la lutte contre les terrorismes et les crimes de l’humanité est bien loin. L’immense travail qui avait permis aux consciences du monde d’établir le Tribunal de Nuremberg contre le nazisme ou la Cour pénale internationale ont, eux aussi, été victimes du 7 octobre. Tout le monde a perdu. L’ONU, Israël, les juifs, les Occidentaux, les Arabes, les Palestiniens, le peuple de Gaza, l’Egypte, la Jordanie, l’Arabie saoudite, les signataires présents ou pressentis des accords d’Abraham, l’humanité.

La Chine regarde.

L’Iran a gagné.

*Alain Bauer est professeur au Conservatoire national des arts et métiers. Il est l’auteur d’« Au Commencement était la guerre » (nouvelle édition augmentée à paraître le 31 octobre, chez Fayard).

L’instrumentalisation de Gaza par l’Iran

L’instrumentalisation de Gaza par l’Iran

par
André Versaille
Editeur et documentariste

Derrière les attaques meurtrières perpétrées par le Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre et le déclenchement d’un nouveau conflit israélo-palestinien, l’éditeur et documentariste André Versaille pointe, dans une tribune au « Monde », le jeu de l’Iran. La doctrine de la République islamique d’Iran est de « vaincre sans tirer une seule cartouche ». Avec les relais dont celle-ci dispose, elle parvient à s’épargner des guerres en en chargeant ses séides. C’est ce qu’elle a fait avec le Hamas. Depuis des années, la question palestinienne avait disparu des radars des chancelleries. Celles-ci ayant considéré ce dossier sorti des agendas diplomatiques, Israël s’était convaincu que cet effacement délitait la question palestinienne dans les territoires occupés.

C’était oublier la détermination du Hamas, l’un des mouvements terroristes les plus riches du monde, de détruire l’Etat hébreu. Cette émanation des Frères musulmans lutte beaucoup moins pour la libération des territoires occupés de la Cisjordanie que pour l’éradication totale et définitive de toute présence juive en terre d’islam. Tant il est vrai qu’après le retrait de la bande de Gaza par Israël en 2005, le Hamas au pouvoir a utilisé les centaines de millions de dollars, envoyés par plusieurs Etats, pour surarmer l’enclave et la bunkériser.

Au lieu de se bonifier, les conditions de vie déjà difficiles des Palestiniens se sont, dès lors, dramatiquement érodées. Depuis la prise de pouvoir du Hamas, l’autoritarisme et l’extrémisme l’ont toujours emporté sur le souci du bien-être et de l’amélioration de la vie quotidienne de la population gazaouie.

Le Hamas a les mêmes objectifs que Daech. Loin d’être nationalistes comme le Fatah, ces deux mouvements ont pour finalité l’exclusion de l’oumma de toute présence juive, quels que soient les moyens à mettre en œuvre et le coût humain (y compris du côté palestinien), pour y parvenir. Le pogrom du 7 octobre avait pour but de montrer que les services secrets de l’« entité sioniste » n’étaient plus guère performants. Et, afin de frapper les esprits, l’attaque devait avoir lieu cinquante ans après l’offensive égyptienne de 1973, qui avait plongé les Israéliens dans la guerre du Kippour.

Comment comprendre l’aveuglement des autorités israéliennes à la préparation de l’invasion dont elles voyaient les entraînements depuis quelque deux années ? Car ces manœuvres étaient exécutées à Gaza sans dissimulation (elles étaient même filmées et diffusées), dans des décors copiés de villages israéliens. Pour le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, il ne s’agissait là que de gesticulations. Il en tenait pour preuve le fait que, depuis quatre ou cinq ans, ses membres avaient fait l’effort de réduire leurs diatribes

123