Macron « arrogant » ?

Macron « arrogant » ?

 

La question est tellement récurrente que le président de la république lui-même a dû se défendre de cette accusation dans une interview au Spiegel. D’une certaine façon, macro, est cependant victime de la posture qu’il a adoptée depuis son élection. En opposition à Hollande et à Sarkozy, le nouveau président de la république s’inscrit dans une attitude jupitérienne. Témoin par exemple la cérémonie au Louvre pour célébrer sa victoire ou sa longue marche à pas très mesurés vers le podium touchait un peu au ridicule. Il y a aussi l’hyper centralisation pouvoir autour de sa personne de sorte que la parole présidentielle domine  totalement son entourage au point de l’étouffer. Macron se justifie en affirmant qu’il veut modifier le rapport entre la politique et les médias. Il affirme qu’il veut ménager son expression en prenant de la hauteur. Reste cependant que chaque jour il crée le buzz en se positionnant à peu près sur tout. Paradoxalement le président jupitérien se laisse aller à quelques écarts de langage de nature un peu plus lisse populiste(les feignants, le bordel etc.). En outre il revient sur sa relation avec les médias en acceptant de se faire interviewer par précisément ceux  qu’il voulait éviter. En cause évidemment sa chute de popularité. Une chute  liée à la complexité et aux difficultés des réformes qu’il met en œuvre mais aussi à son attitude pas forcément arrogante mais un peu hautaine. Une attitude qui a alimenté son procès en mépris de classe. Il ne s’agit pas seulement d’une question de comportement mais aussi d’équilibre entre des mesures libérales et des mesures sociales. Même s’il faut reconnaître au président de la république que des orientations significatives ont été prises dans le domaine social par exemple concernant la suppression de la taxe d’habitation ( l’impôt de loin le plus lourd pour nombre de ménages peu favorisés), il faut bien admettre que son propos est souvent déséquilibré sans doute pour donner des gages d’une part aux investisseurs, d’autre part à l’Europe et en particulier à l’Allemagne   “Je ne suis pas arrogant”, dit le chef de l‘Etat, qui fait avec cette phrase la une de l‘hebdomadaire allemand.  Pour un président, être constamment en train de parler avec des journalistes, être constamment entouré de journalistes, n‘a rien à voir avec le fait d’être proche du peuple”, ajoute-t-il. “Un président doit garder les médias à distance”. Depuis son élection le 7 mai dernier, Emmanuel Macron a opté pour une communication verrouillée : parole raréfiée par rapport aux ères Nicolas Sarkozy et François Hollande, déclarations la plupart du temps sans questions, distance avec les journalistes et priorité à l‘image.  Le chef de l‘Etat, qui a vécu de l‘intérieur sous le quinquennat précédent l‘effet ravageur des prises de parole intempestives, a toutefois accordé une série d‘interviews, à la presse internationale comme à la presse française. Il sera l‘invité d‘une émission spéciale sur TF1 dimanche soir et d’une certaine façon se contredit sur son rapport aux médias. “Certains voudraient juste me coller une étiquette comme des entomologistes le feraient avec un papillon séché et puis dire : ‘regardez, c‘est le banquier qui n‘aime pas les gens’”, note-t-il dans les colonnes du Spiegel. “Si c’était le cas, je ne serais pas là. Je ne suis pas arrogant à l’égard des Français, je suis déterminé”, poursuit-il. “Pendant la campagne présidentielle, j‘ai voyagé dans tout le pays. J‘aime mon pays et les Français. J‘adore leur parler et les convaincre (…) mais je ne dois pas succomber à la démagogie et aux mensonges.”  ” Dans le sillage de la présentation du projet de budget pour 2018, le couple exécutif a également dû endiguer les critiques grandissantes sur une présumée “présidence des riches”. Concernant la suppression de l‘ISF, “contrairement à ce que certains prétendent, je ne fais pas cela pour aider les riches”, indique Emmanuel Macron. “Mon prédécesseur a taxé les riches à un taux jamais égalé. Et qu‘est ce qu‘il s‘est passé? Ils sont partis. Est-ce que le chômage a baissé? Non”. Sur le fond, Macon a sans doute raison car la grande priorité doit être accordée à la compétitivité de l’économie pour faire diminuer le chômage. Pour autant Macon devra mettre un peu de simplicité et d’équilibre dans sa posture. Le fait qu’il incarne trop seul pouvoir le conduit parfois à s’enivrer de son propre parfum d’autant que son entourage (gouvernemenet, parlement et le mouvement  En marche paraissent un peu inodore et incolore.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Corruption Airbus : le gouvernement embarrassé

Corruption  Airbus : le gouvernement embarrassé

Le ministre de l’économie et des finances Bruno Lemaire s’est montré pour le moins embarrassé par les accusations de corruption concernant Airbus. Le ministre s’est contenté de dire qu’il demeurait vigilant alors que cette situation chez Airbus  fait l‘objet d‘enquêtes anti-corruption en Grande-Bretagne et en France. On serait embarrassé à moins car il s’agit d’informations qui ont sans doute été divulgué par Boeing, le concurrent d’Airbus. La guerre entre les deux constructeurs n’est pas nouvelle, elle s’accuse réciproquement de bénéficier d’aides publiques qui faussent la concurrence aussi d’employer des moyens douteux emporter des marchés. . Il est clair que ces marchés représentent un enjeu économique souvent considérable et que des moyens de persuasion borderline sont utilisés par les uns et les autres. Des moyens politiques bien sûrs mais aussi des moyens plus discutables. De ce point de vue les procédés employés par Airbus ne sont sans doute pas différent de ceux  utilisés par Boeing. Il faut être bien naïf pour penser que ces transactions s’opère toujours dans des conditions de parfaite transparence et d’équité. Mais pour sans doute sauver la face le ministre de l’économie se dit attentif à l’évolution de cette affaire. Il prend cependant la précaution de ne guère se mouille “Croyez bien que, avec le président de la République, bous sommes totalement vigilants sur ce qui se passe chez Airbus”, a-t-il dit sur BFMTV. “Nous sommes vigilants et nous le resterons. Maintenant l‘affaire est dans les mains de la justice. C‘est à la justice d‘apporter tous les éléments d‘informations nécessaires”, a-t-il ajouté. Bruno Le Maire, qui s‘exprimait depuis Washington, a indiqué que, dès qu‘il avait été informé de l‘affaire, il avait demandé au président du conseil d‘administration d‘Airbus, Denis Ranque, “de faire toute la transparence sur ce sujet” pour l‘Etat actionnaire “et surtout de me proposer un plan d‘action pour remédier à ces difficultés si ces allégations étaient confirmées”.

Aurélie Filippetti exclue du PS ?

Aurélie Filippetti exclue du PS ?

Règlement de comptes au parti socialiste avec la mise à l’écart de l’ancienne ministre Aurélie Filipe qui avait choisi de soutenir la liste dissidente conduite par Philippe Gasparella, ex-suppléant de la candidate aux législatives. Et ce choix n’a pas convenu à l’ancien secrétaire d’État Jean-Marc Todeschini, qui a malgré tout été réélu sénateur., l’ex-ministre, devenue conseillère municipale à Metz, ainsi que tous ceux qui l’ont suivie, a reçu un avis de «sortie» du parti.  les socialistes «légitimistes» s’appuient sur les statuts du parti. «On n’est pas dans une logique d’exclusion mais de clarification», «La même règle s’est d’ailleurs précédemment appliquée à Richard Lioger et Ludovic Mendes après qu’ils se sont présentés aux législatives contre nos candidats»,. Avant de lancer une bravade: «Aurélie Filippetti peut toujours faire appel, mais il lui faudra prouver qu’elle n’a pas enfreint nos statuts». C’est justement ce que compte faire l’intéressée. Dans un message publié sur Facebook, elle annonce sa riposte à venir: «Je confirme avoir reçu cette lettre ainsi que mes amis. La procédure utilisée – la lettre recommandée – était sans doute ce que l’on pouvait attendre de plus élégant de la part de la Fédération de Moselle du Parti socialiste et de ses dirigeants. Le délit d’opinion n’existant pas en démocratie, n’ayant enfreint aucune règle interne, j’ai adressé un recours à la Commission de dsicipline.

Pesticides dans l’alimentation : 93% inquiets

Pesticides  dans l’alimentation : 93% inquiets

D’après une  enquête de l’IFOP pour WWF, 9 personnes sur 10 font part de leur souhait d’être mieux informées, via l’étiquetage, sur la présence de pesticides dans les aliments. Le désir d’être mieux informé s’étend aussi à la question de la rémunération des agriculteurs.  90% des sondés souhaiteraient la mise en place d’une « transparence complète sur les prix ». L’étiquetage plébiscité indiquerait la part du prix de vente payée au producteur et au grossiste par la grande distribution. Le sort réservé aux agriculteurs est une préoccupation grandissante dans l’opinion. L’enquête révèle que 7 sondés sur 10 se disent prêts à payer plus cher leurs aliments afin de mieux rémunérer les producteurs. En 2010, moins de 6 personnes sur 10 se disaient prêtes à une telle concession. Les produits certifiés « bio » sont ainsi plébiscités par les sondés : 62% des personnes interrogées affirment acheter des produits « bio » souvent ou au moins de temps en temps. Une part qui pourrait augmenter à l’avenir, alors que 72% des sondés affirment être prêts à augmenter la part de produits « bio » dans leur alimentation, à la condition que le budget global de leurs dépenses alimentaires n’augmente pas de ce fait. En 2014, un sondage BVA estimait qu’un français sur quatre seulement achetait des produits biologiques au moins une fois par semaine. Même si les deux études ne se recoupent pas totalement, le sondage commandé par WWF semble ainsi confirmer le souci grandissant, chez le consommateur, de mieux consommer dans une perspective écologique.

Nicolas Hulot : à quand le départ ?

Nicolas Hulot : à quand le départ ?

 

La question n’est sans doute pas de savoir si Nicolas Hulot va un jour quitter le gouvernement mais quand. Il s’interroge d’ailleurs lui-même sérieusement après avoir effectué une enquête d’opinion sur le sujet.  Certes, Nicolas Hulot reste encore l’un des plus populaires dans le gouvernement mais cette popularité doit beaucoup à son ancienne image médiatique et surtout à sa grande discrétion pour ne pas dire son immobilité. Par exemple il ne sait absolument pas positionné sur le dossier nucléaire, même sur la fermeture de Fessenheim ou  le lancement de Flamanville. Idem pour  Notre dame des landes. Autant de dossiers sensibles qu’il évite d’aborder et qu’il tente de masquer avec quelques mesures gadgets. Il faut dire que Nicolas Hulot traîne comme un boulet le mode de financement de ses sociétés et associations largement financées par de grandes entreprises comme EDF soutenues par TF1 et qui lui ont permis d’accumuler la plus grosse fortune du gouvernement (autour de 200 millions). Pour masquer son inutilité, voir son incompétence, Nicolas Hulot agite le gadget par exemple des éoliennes ou la taxation de telle ou telle activité polluante du point de vue environnementale. Nicolas Hulot ne sert à peu près à rien sauf à Macon auquel il apporte une caution écolo. Exemple, les  « Etats généraux de l’alimentation » (EGA)  dont il a été pratiquement écarté et confiés à Stéphane Travert, arrivé en juin à la faveur du premier remaniement gouvernemental. « Il y a une telle dissension avec Travert qu’il n’arrive pas à communiquer avec lui, renchérit auprès du Monde Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace France. C’est d’autant plus dur que les EGA étaient son idée, il y a une frustration personnelle de Hulot dans ce dossier. » Même chose pour le CETA accord commercial entre l’union économique et le Canada qui va remettre en cause nombre de normes européennes de santé et d’environnement même si Macron affirme le contraire. Bref Nicolas Hulot ne cesse d’avaler des couleuvres consciemment ou inconsciemment.

Affaire Kerviel : c’est la policière qui est mise en examen !

Affaire Kerviel : c’est la policière qui est mise en examen !

 

Dans l’affaire de la Société générale l’indécent voir au ridicule. Une affaire qui démontre que la justice se couche devant la puissance de l’institution financière. Non seulement la justice continue de faire porter le chapeau au seul Kerviel en étouffant ses arguments sur la responsabilité de la banque concernant l’énormes de la perte de 5 milliards mais en plus la justice met  maintenant en examen la policière qui avait recueilli les confidences d’une magistrate qui mettait en cause la responsabilité de la banque. Certes juridiquement cette policière n’avait sans doute pas à enregistrer de manière clandestine cette magistrate mais au-delà de la forme reste le fond à savoir que la justice ne veut pas être impliquée de quelque manière que ce soit dans un scandale qu’elle tente d’étouffer . L’ancienne policière de la Brigade financière, Nathalie Le Roy, a donc été mise en examen à Lille le 16 août dans l’affaire de l’enregistrement, à son insu, d’une magistrate qui avait été produit devant la justice par la défense de l’ex-trader Jérôme Kerviel, a appris l’AFP vendredi de source judiciaire. Comme l’a révélé le Journal du Dimanche dimanche dernier, la policière a été mise en examen pour « atteinte à l’intimité de la vie privée » dans cette instruction ouverte à Paris puis dépaysée à Lille après une plainte de cette magistrate du parquet de Paris, désormais à la retraite, Chantal de Leiris.   »Nathalie Le Roy a fait cela de manière tout à fait désintéressée. Tous les critères juridiques sont réunis pour qu’elle bénéficie du statut de lanceuse d’alerte », a commenté l’avocat de la policière Gilles-William Goldnadel. Chargée de l’enquête Kerviel, l’ancienne policière avait elle-même procédé à l’enregistrement, mi-juin 2015, lors d’un rendez-vous dans un café parisien avec cette magistrate, vice-procureur au parquet de Paris pendant l’enquête sur les agissements de Jérôme Kerviel à la Société générale. Durant cette conversation, la vice-procureur donnait du crédit à l’hypothèse d’une enquête biaisée en faveur de la banque, assurant que les juges étaient « sous la coupe » des avocats de la Société générale.  »La Société générale n’a pas eu prise sur moi, ni sur la Brigade financière », avait rectifié la magistrate publiquement, avant de porter plainte.

Nicolas Hulot : à quand le départ ?

Nicolas Hulot : à quand le départ ?

 

La question n’est sans doute pas de savoir si Nicolas Hulot va un jour quitter le gouvernement mais quand. Il s’interroge d’ailleurs lui-même sérieusement après avoir effectué une enquête d’opinion sur le sujet.  Certes, Nicolas Hulot reste encore l’un des plus populaires dans le gouvernement mais cette popularité doit beaucoup à son ancienne image médiatique et surtout à sa grande discrétion pour ne pas dire son immobilité. Par exemple il ne sait absolument pas positionné sur le dossier nucléaire, même sur la fermeture de Fessenheim ou  le lancement de Flamanville. Idem pour  Notre dame des landes. Autant de dossiers sensibles qu’il évite d’aborder et qu’il tente de masquer avec quelques mesures gadgets. Il faut dire que Nicolas Hulot traîne comme un boulet le mode de financement de ses sociétés et associations largement financées par de grandes entreprises comme EDF soutenues par TF1 et qui lui ont permis d’accumuler la plus grosse fortune du gouvernement (autour de 200 millions). Pour masquer son inutilité, voir son incompétence, Nicolas Hulot agite le gadget par exemple des éoliennes ou la taxation de telle ou telle activité polluante du point de vue environnementale. Nicolas Hulot ne sert à peu près à rien sauf à Macon auquel il apporte une caution écolo. Exemple, les  « Etats généraux de l’alimentation » (EGA)  dont il a été pratiquement écarté et confiés à Stéphane Travert, arrivé en juin à la faveur du premier remaniement gouvernemental. « Il y a une telle dissension avec Travert qu’il n’arrive pas à communiquer avec lui, renchérit auprès du Monde Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace France. C’est d’autant plus dur que les EGA étaient son idée, il y a une frustration personnelle de Hulot dans ce dossier. » Même chose pour le CETA accord commercial entre l’union économique et le Canada qui va remettre en cause nombre de normes européennes de santé et d’environnement même si Macron affirme le contraire. Bref Nicolas Hulot ne cesse d’avaler des couleuvres consciemment ou inconsciemment.

Un comité de chapeaux à plume chargé de « transformer » l’administration ! Bon courage

Un  comité de chapeaux à plume chargé de « transformer » l’administration ! Bon courage

 

Un comité de chapeaux à plumes de 34 membres a donc été mis en place par le premier ministre. Il s’agit surtout d’obtenir une meilleure qualité des services publics et de rechercher une meilleure maîtrise des dépenses publiques. Un objectif sans doute nécessaire mais un peu restrictif par rapport à la problématique globale. De ce point de vue, ce comité composé essentiellement d’anciens hauts fonctionnaires pose la question de son indépendance même si on a complété la liste des membres avec des politiques, des économistes voire des responsables étrangers. L’objectif est un peu restrictif dans la mesure la problématique globale imposerait de se poser la question primordiale du champ d’intervention de la puissance publique et pas seulement celle des moyens. Faut-il rappeler que la France atteint un niveau de 57 % par rapport au PIB pour ses dépenses publiques. À peu près le record du monde. Il ne s’agit donc pas de faire simplement du bricolage mais de redéfinir non seulement le champ des responsabilités réellement régaliennes mais autant de revoir  la manière de les assumer. Nombre d’activités relevant de l’État ou des collectivités locales n’ont rien à faire dans l’espace public. En outre quand certaines relèvent effectivement de la responsabilité collective rien ne justifie qu’elles soient toutes exercées par des fonctionnaires. Un seul exemple celui du contrôle technique des véhicules transféré au privé dans des conditions qui satisfont à la fois la sécurité, les usagers et les finances publiques alors que précédemment ces contrôles s’embourbaient dans l’entonnoir coûteux du service des mines. Autre exemple celui de ces milliers de fonctionnaires affectés à des tâches qui n’ont rien à voir avec le service public comme l’entretien des massifs de fleurs, le nettoyage, la restauration, les services d’entretien etc. autant d’activités dites publiques qui ont souvent transformé les services communaux en premier employeur dans nombre de villes. Pour les services de l’État sans doute au moins la moitié pourrait être transférée au privé sans dommages sur la qualité et les coûts. On peut toujours espérer que ce énième comité fera quelques propositions utiles mais il conviendrait d’impliquer plus largement les différents acteurs ‘(usagers, collectivités publiques, salariés, entreprises, contribuables). Sur ce sujet des états généraux largement décentralisés auraient été nécessaires. Édouard Philippe a donc nommé vendredi un comité de 34 membres, issu principalement de la haute fonction publique, du monde politique et économique, pour dessiner la future réforme de l’administration, sur fond de grogne de la fonction publique. Parmi les membres, l’ex-président du Conseil italien Enrico Letta est la figure la plus connue. Trois jours après une forte mobilisation lors de la grève des fonctionnaires, le Premier ministre a dévoilé le nom des membres de ce comité, baptisé « Action publique 2022″, lors d’une conférence de presse à Matignon, au côté notamment du ministre du Budget et de la Fonction Publique, Gérald Darmanin.

Allocations familiales : la fin de l’universalité repoussée à plus tard

Allocations familiales : la fin de l’université l’universalité repoussée à plus tard

Pour faire plus »« gauche» les députés de la république en marche avaient t proposé de supprimer les allocations pour les ménages aisés à l’occasion de l’examen budget 2018. Une manière de s’attaquer à l’universalité des allocations familiales. Une suppression qui n’aurait pas été seulement symbolique (les ménages aisés ne perçoit plus grand-chose) mais qui aurait pu tuer définitivement le concept de l’universalité. En outre, il faut être conscient que l’équilibre de cette prestation comme d’autres est largement assurée par les cotisations des salaires moyens et supérieurs. L’éventuelle suppression  des allocations sociales pourrait faire émerger une demande de rupture par les cadres de la solidarité nationale. Le gouvernement a décidé de remettre à plus tard cet éventuel réforme et de confier une mission parlementaire pour réfléchir à l’ensemble de la politique familiale. De son côté le député de la république en marche qui envisageait  cette suppression des allocations familiales a déclaré   »Je l’ai déjà dit, à titre personnel, que j’étais d’accord pour qu’un couple qui perçoit plus de 8000 euros et qui a encore 32,40 euros d’allocations par mois ne les perçoive plus », a rappelé le député de l’Isère ce vendredi sur RMC. « Je crois qu’il y a à peu près 20 prestations famille qui sont versées, différentes, personne ne s’y retrouve. (…) C’est tout ça qu’il faut être capable d’analyser, dans un ensemble. Il ne s’agit pas de dire l’universalité ou non », explique Olivier Véran. Il faut dire que le gouvernement est attentif aux conséquences des différentes mesures qui ont affecté le revenu des cadres plusieurs années.  Fin 2014, le gouvernement avait en effet décidé de « moduler » les allocations familiales, c’est-à-dire diviser par deux voire quatre le montant des allocations suivant les revenus d’un ménage. À l’heure actuelle, un couple avec deux enfants touche 129,86 euros d’allocations si ses revenus sont inférieurs à 5617 euros. Passé ce seuil, l’allocation tombe à 65 euros, puis 32,5 euros si le couple gagne plus de 7487 euros. Les mesures frappant les familles aux revenus élevés se sont ainsi empilées. Or, « les plus aisés sont aussi des gens qui contribuent beaucoup: plus leur salaire est élevé, plus ils versent de cotisations sociales. Ils ne seraient donc bons qu’à payer si on les privait de ce système de redistribution », fait valoir Jean-Louis Deroussen, le président du conseil d’administration de la Cnaf, au Parisien. Allocations du débat envisagé,  la question  du quotient familial pourraient être à nouveau posée. Sa remise en cause pourrait alors susciter des oppositions d’une autre ampleur.

Réforme sociale : la CFDT ne veut plus être piégée

Réforme sociale : la CFDT ne veut plus être piégée

D’une certaine manière en réclamant une nouvelle méthode de concertation pour la deuxième phase des réformes sociales, la CFDT ne veut plus être prise au piège. Sur le code du travail,  l’organisation réformiste avait obtenu un certain nombre de concessions de la part du gouvernement mais globalement avait considéré que ses orientations n’avaient pas été suffisamment prises en compte notamment concernant la représentation des salariés. La CFDT avait notamment regretté que le gouvernement  refuse de s’engager dans la voie d’une cogestion à l’allemande. Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a demandé ce vendredi à Emmanuel Macron l’organisation d’une multilatérale, entre l’État et les partenaires sociaux sur la réforme de l’assurance chômage à l’issue d’une tête à tête à l’Élysée. La CFDT réclame de pouvoir élaborer une analyse partagée de la situation de l’Unedic considérant que des reproches faits par le gouvernement à cet organisme sont injustes. En clair la CFDT veut favoriser dès le départ un rapport de force intersyndicale s’opposait aux velléités du gouvernement d’évincer en grande partie les syndicats de la gestion de l’assurance chômage. Pour résumer la CFDT durcit sa position sur ce sujet.  « Sur l’assurance chômage, j’ai souhaité qu’on démarre non pas par des bilatérales, mais par une multilatérale », a-t-il ainsi déclaré, après une heure d’entretien avec le président de la République. Il pense que ses « arguments ont pesé » et qu’il a été « entendu » par Emmanuel Macron au sujet de cette multilatérale, qui permettrait d’avoir « un diagnostic partagé » sur la situation. « Les partenaires sociaux ont fait preuve, par le passé, de responsabilité dans la gestion de l’assurance chômage », a-t-il ajouté. « Nous n’avons pas démérité sur l’assurance chômage. Une partie du déficit s’explique parce qu’il y a un haut niveau de chômage. Il est aussi lié au fait que l’Unedic (qui gère l’assurance chômage, NDLR) participe au financement de Pôle emploi et d’autres politiques publiques », a rappelé le leader syndical. La réforme de l’assurance chômage doit être étendue aux indépendants et aux démissionnaires, une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Les syndicats craignent que l’arrivée de ces nouveaux bénéficiaires n’entraîne une baisse des allocations pour l’ensemble des chômeurs. « J’ai posé la question. Le président de la République a été extrêmement clair en disant qu’il ne voulait pas des réductions des droits. Je serai satisfait lorsque j’aurai vu que c’est exactement le cas », a souligné Laurent Berger.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Déserts médicaux : des maisons de la santé qui ne changent rien

Déserts médicaux : des maisons de la santé qui ne changent rien

 

Les maisons de la santé seraient la solution pour répondre aux problèmes des déserts médicaux. Certes dans certains cas ces maisons peuvent être utiles mais dans la plupart des cas elles  ne répondent pas à la question récurrente de l’insuffisance voire de l’absence de personnel médicaux. Un exemple très récent dans une petite localité du Maine-et-Loire : il faut attendre environ 10 mois pour obtenir un rendez-vous chez un cardiologue et 4mois chez un ophtalmologue. Le médecin généraliste proche de la retraite, lui, sait qu’il ne sera pas remplacé. On a construit dans deux localités voisines des maisons de santé mais les effectifs des personnels du médicaux n’ont pas changé pour autant. Du coup pour se faire soigner,  il faut le plus souvent se rendre dans un petit hôpital situé à 30 km qui manque aussi  cruellement de spécialistes ou qui n’en dispose pas du tout dans certains domaines. Du coup il faut se résoudre à aller à l’hôpital ou  les cliniques du chef-lieu de département. En cause évidemment l’idiotie du numerus clausus insuffisamment  compensée par l’arrivée de médecins diplômés à l’étranger. Aussi les conditions de rémunération et de travail des généralistes globalement sous-payés. Des généralistes dont la rémunération moyenne nette mensuelle est de l’ordre de 7000 € pour souvent 12 heures de travail. Des conditions de travail qui ne sont plus acceptés par les jeunes praticiens et leurs familles. Au-delà de la question des déserts médicaux se posent le problème de l’aménagement du territoire dans tous les domaines car l’insuffisance de services publics ou privés se combine avec la désertification économique. Comme la mode est aux grandes métropoles il y a fort à parier que les petites villes et les zones rurales continueront pour longtemps à demeurer des déserts en particulier dans le domaine médical et la construction de maisons de santé n’y changera pas grand-chose.

 

Allocations familiales: remise en cause du caractère universel ?

Allocations familiales: remise en cause du caractère universel ?

Édouard Philippe le premier ministre a renvoyé dans ses baskets une députée de la république en marche opposant de remettre en cause le caractère universel des allocations familiales. Toutefois la question reste ouverte et le Premier ministre souhaite que s’engage un débat sur cette problématique. Un débat qui n’est pas évident car on peut légitimement considérer pour des motifs de justice sociale que les allocations familiales doivent être prioritairement  fléchées en direction des moins favorisés cependant la remise en cause de l’universalité de cette prestation mais aussi des autres allocations pourraient remettre en cause certains principes. On pourrait aussi parler par exemple des prestations de la sécurité sociale ou de l’indemnisation du chômage. Le problème c’est que les catégories plus favorisées participent largement au financement des prestations sociales et que faute de retour,  les intéressés pourraient t être amené à se désolidariser de ces systèmes sociaux et à recourir à des assurances privées. Pour ce qui concerne plus spécifiquement les allocations familiales,  il faudra intégrer l’impact sur la natalité même si pour des revenus confortables même si ce critère est peu pris en compte dans la décision d’avoir des enfants. Faute de soutien de son parti, Caroline Janvier, députée de la république en marche du Loiret, a défendu seule sa proposition d’attribuer les allocations familiales seulement en-dessous d’un certain plafond de ressources. Mais l’idée avait peu de chances de prospérer, alors qu’une mission parlementaire sur la politique familiale va être lancée et que le Premier ministre Edouard Philippe souhaite un « vrai bon débat » avant toute décision sur ce sujet sensible. La députée pourrait cependant déposer un amendement en son nom, avec les signatures de quelques collègues. Mais Édouard Philippe s’est engagé mercredi soir à mener un « vrai bon débat » sur une possible remise en cause de « l’universalité » des allocations familiales, qui pourrait se traduire par une baisse ou une disparition du dispositif pour des ménages aisés. Lors de son nouveau rendez-vous hebdomadaire en direct sur Facebook, où il répond à des questions posées par des internautes, le Premier ministre a souligné que cette « bonne » question « méritait d’être posée » mais affiché sa prudence en la matière. « On va se poser cette question, mais après un vrai bon débat, et pas simplement le soir au détour d’un amendement budgétaire qui n’aurait pas été complètement mesuré dans ses implications », a déclaré Édouard Philippe lors de cette émission réalisée depuis son bureau à Matignon.  Cinq Le débat aura lieu « calmement en réfléchissant à l’ensemble des prestations versées dans le cadre de la politique familiale », a-t-il assuré.

Route : mortalité en baisse pourquoi ? On n’en sait rien !

Route : mortalité en baisse pourquoi ? On n’en sait rien !

13,5 % de  baisse en septembre et une baisse de 2 % sur un an. Pourquoi ?  Réponse comme à chaque fois : on n’en sait rien. Régulièrement le ministre ou l’office national de la sécurité routière annonce soit des chiffres en augmentation ou en baisse pour les tués et blessés de la route. En réalité aucun organisme compétent n’analyse de manière scientifique les facteurs explicatifs de ces variations. Du coup, on s’en remet à des explications de bistrot ou alors  on en profite pour justifier une augmentation du nombre de radars (par ailleurs sans doute indispensables). L’Etat va multiplier les radars embarqués (qui ne sont pas repérables par les dispositifs antiradars) en externalisant leur exploitation à des opérateurs agréés. Après avoir testé les radars à double sens, les autorités vont également déployer des radars de nouvelle génération capables de détecter de nouvelles formes d’infractions (comme l’interdiction de demi-tour). Des dispositifs de leurre seront également installés de manière à accroître la vigilance des conducteurs. Techniquement, les radars fixes seront toujours signalés par un panneau d’avertissement. Mais près de 10.000 panneaux annonceront des radars qui n’existent pas.les gouvernement successifs tentent de justifier cette intensification des contrôles radars, très impopulaires et souvent soupçonnés d’alimenter les caisses de l’Etat. Recettes engrangées par les radars (environ  milliards)) servent à financer l’entretien et l’installation de ces contrôles et participent au financement des infrastructures routières ainsi qu’aux collectivités locales. La vérité c’est que cette ressource n’est pas réellement affectée et qu’elle tombe dans le vaste trou du budget. Tendanciellement sur très longue période l’insécurité routière à heureusement diminué mais il est bien difficile d’identifier les facteurs explicatifs. La qualité des infrastructures peut jouent évidemment un rôle comme l’amélioration des dispositifs de sécurité des véhicules, les contrôles et les sanctions. Par contre on est bien incapable d’expliquer des variations parfois assez fortes entre certains mois voir certaines années. Par exemple, on est bien incapable de mesurer l’incidence de l’utilisation illégale de portables par les conducteurs qui pourtant sont encore nombreux à ne pas pouvoir se séparer de leur téléphone et autre Smartphones. Cette incapacité tient surtout au fait  que le pays ne dispose pas d’un véritable service de la sécurité routière dont les responsabilités sont éparpillées sur plusieurs administrations et corps de contrôle.

 

Les « farfelus » de France Stratégie (Matignon)

Les « farfelus » de  France Stratégie (Matignon)

« France Stratégie » sorte de thik thank mais rattaché au Premier ministre rappelé à l’odre et même pratiquement dissout par Matignon. En cause des propositions jugées farfelues par l’entourage du Premier ministre. Il faut dire que cette espèce de club de réflexion composée essentiellement de fonctionnaires produisait parfois des études intéressantes mais d’autres particulièrement incongrues démontrant le manque de compétence des  intéressés. Des études avec des propositions naviguant entre l’ultralibéralisme et l’étatisme. De toute manière, l’autonomie de cette structure pouvait être discutée dans la mesure où les membres de France stratégie étaient en fait sous  la tutelle de l’État. Du côté de Matignon, on estime que France stratégie avait pris l’habitude de publier des idées irréalistes, sans aucune impulsion politique », a déploré auprès de l’AFP un proche du Premier ministre Edouard Philippe. (Crédits : Axel Schmidt)Dans ce rapport « irréaliste » pour Matignon, France Stratégie proposait une solidarité financière des Etats de la zone euro, un rachat de la dette publique des Etats par la BCE, ainsi qu’un impôt exceptionnel sur le capital immobilier. Edouard Philippe va annoncer vendredi une reprise en main de France Stratégie, l’organisme de réflexion économique dépendant de Matignon, après un rapport aux propositions jugées « farfelues« , notamment un nouvel impôt immobilier, a-t-on appris jeudi de source proche du Premier ministre. La décision fait suite à la publication d’un rapport mercredi aux pistes volontairement « radicales » pour résorber les dettes publiques en Europe, aux propositions visiblement très éloignées de l’esprit de l’exécutif Macron-Philippe. On se souvient que France stratégie avait déjà fait parler d’elle lorsqu’elle avait inventé le concept de loyer fictif pour les propriétaires afin évidemment de les taxer.

Des carottes bio aux pesticides !

Des carottes bio aux pesticides !

 

Ce que révèle une enquête de France 3. Pire certaines carottes non bio afficheraient des taux de pesticides inférieurs à celles des produits bio. La vérité c’est que le marché en croissance exponentielle constitue une véritable foire à l’esbroufe. Certes certaines productions bios sont assurées dans des conditions qui respectent les critères  de qualité. Mais d’autres un peu moins voire  même pas du tout notamment quand certaines productions ont transité pour partie par certains  pays étrangers. De plus le 100 % bio est à peu près impossible dans le cas de proximité géographique avec des lieux  de production industrielle, sans parler de l’eau souvent contaminée par les pesticides et autres produits chimiques. Tout doit être revu, les conditions de travail du sol, l’origine des graines (ou des animaux), l’origine de l’alimentation, les amendements, les traitements, les circuits de commercialisation, les labels et les contrôles.  Cela ne condamne pas les productions à caractère bio mais il serait temps de faire le ménage dans ce secteur boosté de façon inconsidérée par les médias et les bobos. L’étude menée par France 3 n’est sans doute pas scientifique mais elle révèle cependant les carences voir l’escroquerie de certains produits affichés comme bio.  L’équipe de France trois a fait tester en laboratoire plusieurs marques de carottes. Quatre d’entre elles sont certifiées bio, les quatre autres sont issues de l’agriculture conventionnelle. Les carottes conventionnelles de chez Carrefour et Leader Price ne contiennent aucune trace de pesticide. En revanche, celles de Lidl et du primeur contiennent des traces, toutefois « inférieures aux limites autorisées ». Mais c’est du côté du bio que le bât blesse. Si les carottes vendues par Carrefour, Naturalia et la Vie Claire sont propres, celles vendues par Bio c’Bon présentent « des résidus de trois produits phytosanitaires », qui sont « totalement interdits dans la culture biologique », précise la journaliste de France 3. Les carottes non-bio à 0,89 euros contiennent finalement moins de pesticides que les carottes bio à 2,10 euros.

Deuxième chantier social : les partenaires sociaux dubitatifs

Deuxième chantier social : les partenaires sociaux dubitatifs

  •  

Si sur le dossier de la formation permanente les partenaires sociaux ne semblent pas opposés au principe d’une réforme qui d’ailleurs devrait faire l’objet d’une vraie négociation, par contre sur d’autres réformes surtout sur l’assurance-chômage de fortes oppositions pourraient se manifester d’autant que le gouvernement semble décidé, comme pour le code du travail, à procéder par ordonnance.  Certes cette gestion de l’UNEDIC  est loin d’avoir été exemplaire, ceci étant, le déficit assez récurrent de l’Unedic découle largement de l’insuffisance de croissance et de la montée du chômage qui l’accompagne. Pas sûr qu’une gestion par l’État soit plus efficiente. En outre les partenaires sociaux craignent que l’ouverture de droits aux travailleurs indépendants ou  démissionnaire soit de nature à accroître de manière sensible les déséquilibres financiers. Ou alors il faudrait augmenter de manière sensible les cotisations, ce que ne souhaitent  ni les syndicats ni le patronat.  Cette nouvelle vague de réformes, promesses de campagne du chef de l‘Etat, doit déboucher sur un projet de loi qui sera présenté au printemps prochain – en avril – pour une entrée en vigueur des réformes au 1er janvier 2019. En effet, parmi les mesures phares des nouvelles réformes, l‘ouverture de l‘assurance chômage aux indépendants et, une fois tous les cinq ans, aux salariés démissionnaires. Le coût de ce dispositif a été estimé, selon Les Echos, entre 8 et 14 milliards d‘euros la première année puis entre trois à cinq milliards d‘euros les années suivantes, un chiffre que n‘a pas confirmé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Pour le président du Medef, Pierre Gattaz, “cette équation économique est encore compliquée”. “Il y a une répartition à faire. (…) On parle en milliards d‘euros et il n‘est pas question qu‘on augmente le coût du travail”, a-t-il déclaré. Sur la question de la gouvernance de l‘assurance chômage, qui inquiète notamment FO, Emmanuel Macron a indiqué lors de ses entretiens qu‘il souhaitait une “présence renforcée ”de l‘Etat tout en conservant en son sein les organisations patronales et syndicales, a fait savoir l‘Elysée. Par ailleurs Le gouvernement souhaite par ailleurs entreprendre une refonte totale de l‘apprentissage et de la formation professionnelle, un secteur qui a coûté 31,6 milliards d‘euros en 2014, selon le ministère du Travail. Il a annoncé, à cette fin, un investissement massif additionnel de 15 milliards d‘euros sur le quinquennat pour former un million de chômeurs et un million de jeunes. “Il faut faire le tri dans les organismes de formation. Aujourd‘hui, tout le monde peut monter une boite de formation (…) il n‘y a aucun contrôle qui est fait”, a estimé Jean-Claude Mailly à propos des 66.362 organismes de formation qui existaient en 2013. Le président du Medef, Pierre Gattaz réclame, quant à lui, “la main” totale ou en “coresponsabilité” sur la filière de l‘apprentissage.

 

L’équilibre budgétaire menacé par la suppression de la taxe sur les dividendes

L’équilibre budgétaire menacé par la suppression de la taxe sur les dividendes

 

Une taxe considérée comme  illégale qui risque de coûter cher au budget et même de mettre en cause la réduction du déficit.   La fin de la taxe de 3% sur les dividendes  a en effet été sous-estimée et pourrait coûter 10 milliards d‘euros à l‘Etat selon une nouvelle évaluation du ministère de l‘Economie et des Finances, rapporte le Figaro dans son édition à paraître vendredi. Dans son projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022, le gouvernement a estimé que l’État pourrait avoir à rembourser 300 millions d’euros en 2018, puis 1,8 milliard chaque année en 2019, 2020 et 2021, aux entreprises qui ont dû s’acquitter de cette taxe ces dernières années, ce qui représente un coût total de 5,7 milliards d’euros. Saisi en juillet par le Conseil d’État d’une question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil constitutionnel a estimé vendredi que cette différence de situation méconnaissait les « principes d’égalité devant la loi et devant les charges publiques » et jugé dès lors que c’était « contraire à la Constitution ». Cette contribution avait été mise en place en 2012 peu après l’arrivée de François Hollande à la présidence pour compenser une perte de recettes budgétaires et encourager les entreprises à réinvestir leurs bénéfices. Au-delà du manque à gagner, c‘est surtout le coût des contentieux engagés par les grands groupes qui devrait peser sur les finances publiques. Le gouvernement a prévu dans le budget 2018 une provision de 300 millions d‘euros pour ces litiges. “Si le gouvernement ne compense pas le coût du contentieux par des économies ou des recettes supplémentaires, l‘objectif de parvenir à 2,6% de déficit par rapport au PIB en 2018 sera largement dépassé”, écrit Le Figaro. Selon Le Figaro, l‘exécutif négocie par ailleurs avec l‘Association française des entreprises privées (Afep), qui regroupe les grands groupes, pour étaler ses remboursements sur dix ans.

Sondage : Macron, Président des riches ?

Sondage : Macron, Président des riches ?

Oui, en tout cas c’est le sentiment des Français. En cause sans doute,  l’incapacité du gouvernement à persuader de la cohérence de sa politique globale des revenus aussi l’absence quasi-totale de la république en marche sur le terrain.  D’après un  sondage Odoxa pour Aviva, Challenges et BFM Business publié jeudi  82% des Français estiment que les grandes fortunes sont “plutôt avantagées” par la politique fiscale voulue par le président de la République. Les sondés sont également 77% à dire que les chefs d‘entreprises sont plutôt avantagés et 74% à dire que les salariés à haut revenus le sont aussi. Les propriétaires immobiliers assujettis à l‘ISF sont également considérés, par 68% des personnes interrogées, comme plutôt avantagés. A l‘inverse, les retraités modestes sont considérés, par 76% des sondés, comme plutôt désavantagés. Les salariés modestes sont également considérés, par 69% des Français, comme plutôt désavantagés par la politique fiscale. L‘enquête a été réalisée par internet les 27 et 28 septembre auprès d‘un échantillon de 1.023 personnes représentatif de la population française en âge de voter.

 

123456...1204



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol