Archive pour le Tag 'Trump !!!'

États-Unis : Donald Trump pour un report des élections !

  • États-Unis : Donald Trump pour un report des élections !
    • Le vent tourne et devient très mauvais pour Donald Trump qui du coup qui évoque l’hypothèse d’un report des élections. L’environnement électoral de l’actuel président des États-Unis devient en de plus en plus délétère. En cause,  une situation sanitaire complètement incontrôlée dès le départs et qui ne cesse de se dégrader. Le second point du mécontentement de l’opinion concerne l’état de l’économie. Donald Trump pensait  compenser ses insuffisances en matière de politique de santé par un bilan économique présentable. Mais la  situation sanitaire est tellement dégradée qu’elle a largement détruit une partie de l’économie. Du coup, le chômage se développe ce que confirme la baisse des emplois. Le président américain évoque donc le risque de contamination pour éventuellement reporter la date des élections. Ce jeudi, pour la première fois, Donald Trump a posé la question d’un report de l’élection présidentielle du 3 novembre au détour d’un tweet. « Reporter l’élection jusqu’à ce que les gens puissent voter normalement, en ­sécurité et sans risque ??? », s’est-il interrogé, après avoir critiqué vigoureusement le mode de scrutin par correspondance – ses adversaires veulent le privilégier en temps de Covid, mais lui le voit comme une porte ouverte à toutes les fraudes.

Accord commercial Chine États-Unis : non à une phase 2 ( Trump)

Accord commercial Chine États-Unis : non à une phase 2 ( Trump)

 

“ Dès que l’accord de la phase1 a été conclu avec la Chine a été conclu, l’encre n’était même pas sèche, et ils nous ont frappés avec l’épidémie”, a-t-il déclaré, en faisant référence au nouveau coronavirus qui est apparu pour la première fois en décembre dernier dans la ville chinoise de Wuhan avant de se propager au reste du monde.

“Je ne donc pas intéressé pour discuter avec la Chine pour l’instant”, a-t-il dit lors d’un entretien sur CBS News en réponse à la question de savoir si la phase 2 des négociations commerciales était enterrée.

“Nous avons conclu un accord commercial important”, a ajouté Donald Trump en référence à l’accord de phase 1 signé en janvier.

“Donc pour l’instant, je n’ai pas envie de parler à la Chine d’un autre accord”, a dit Donald Trump.

Trump veut supprimer Obamacare

Trump veut supprimer Obamacare

Une dernière provocation encore plus irresponsable que les autres de la part du président américain qui veut proposer que la cour suprême supprime le système de sécurité sociale appelée Obamacare. Un système d’autant plus nécessaire pour les moins favorisés avec le développement complètement incontrôlé de la crise du Coron virus

La Cour suprême pourrait examiner l’affaire à partir d’octobre pour une décision qui interviendrait après la présidentielle de novembre, dans laquelle les questions de santé sont un enjeu majeur. La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a condamné l’initiative de l’administration Trump et l’a qualifiée d’«acte d’une cruauté inimaginable» durant la pandémie. Selon elle, 130 millions d’Américains avec des antécédents médicaux pourraient perdre les garanties de l’ACA et jusqu’à 23 millions de personnes risquent de se retrouver sans aucune assurance. «Il n’existe aucune justification légale et aucune excuse morale pour les efforts désastreux de l’administration Trump en vue de démolir la couverture sanitaire», a-t-elle déclaré. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé par le coronavirus, avec plus de 120.000 morts. La pandémie est loin d’être enrayée dans le pays, surtout dans les États du Sud et de l’Ouest où elle connaît ces jours-ci une recrudescence.

Un conseiller de Trump l’accuse d’avoir demandé l’aide de la Chine sa réélection

Un conseiller de Trump l’accuse d’avoir demandé l’aide de la Chine sa réélection

Selon John Bolton, ancien conseiller à la Sécurité nationale, de Trump  le président américain a sollicité Xi Jinping lors d’une réunion à huis clos organisée en juin 2019. «Tout à coup, Trump a fait basculer la conversation sur l’élection présidentielle à venir, fait allusion au potentiel économique chinois et demandé à Xi de l’aider à gagner», écrit John Bolton. «Il a souligné que les agriculteurs et l’augmentation des achats de soja par les Chinois auraient une grande importance dans l’issue du scrutin.»

Cet ouvrage fait souffler un vent de panique à la Maison-Blanche où l’on cherche à tout prix à l’empêcher de paraître. Selon les avocats de l’ancien conseiller de Donald Trump, il paraîtra le 23 juin prochain.

Le président américain a brutalement limogé le 10 septembre dernier celui qui était alors l’un de ses principaux conseillers sur fond de désaccords sur la gestion de plusieurs dossiers comme la Corée du Nord, l’Iran, l’Afghanistan et la Russie.

John Bolton a dit avoir des informations sur les interactions de Donald Trump avec l’Ukraine l’été dernier, quand les démocrates ont accusé le locataire républicain de la Maison-Blanche d’avoir tenté d’obtenir de l’Ukraine l’ouverture d’une enquête contre Joe Biden, favori de la course à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de novembre – et devenu de fait, depuis lors, le candidat démocrate. Comme le veut la procédure lorsque des informations couvertes par le secret peuvent être en jeu, le manuscrit a été transmis à la Maison blanche pour validation.

 

« Donald Trump : l’incarnation de la “blanchitude»

« Donald Trump : l’incarnation de la “blanchitude»

Trump cherche à forcer les électeurs à se positionner, à choisir pour ou contre lui, estime le journaliste et essayiste Guillaume Debré, dans une tribune au « Monde ». Une stratégie qui vise à réussir un nouvel « hold-up électoral » en novembre.

Tribune. Le contraste est saisissant. Vendredi dernier [29 mai], en réaction aux émeutes raciales dans le Minnesota, Donald Trump a menacé les manifestants, à majorité noire, dans un Tweet glaçant : « Quand le pillage commence, la fusillade démarre. » Quelques semaines plus tôt dans le même Etat, plusieurs groupes de militants armés, blancs pour la plupart, défiaient les autorités locales en protestant contre le confinement. Trump avait alors affiché son soutien en tweetant : « Libérez le Minnesota. »

Ces deux Tweet symbolisent à eux seuls la manière insidieuse avec laquelle Trump tente d’hystériser le débat politique pour diviser les Etats-Unis. Comme s’il voulait garder le pays dans un état de stress politique constant, depuis qu’il occupe la Maison-Blanche, il n’a eu de cesse d’attiser les flammes de la discorde. Dès qu’une controverse émerge, plutôt que d’apaiser, Trump cherche à polariser.

« Fils de pute »

En 2017, plusieurs joueurs afro-américains de football américain décident de protester contre les violences policières faites aux Noirs en s’agenouillant avant chaque match de la ligue. Le débat enflamme les Etats-Unis. Trump s’en empare en traitant ces joueurs professionnels de « fils de pute », qui devraient être « virés ».

En essentialisant son discours, en glissant constamment hors du champ du politique pour jouer sur les peurs et les rancœurs de ses électeurs et en injectant une forte dose d’anxiété dans sa narration, Trump a choisi d’activer des mécanismes identitaires pour consolider sa mobilisation électorale. Aucun président n’avait osé le faire avant lui.

La singularité politique de Trump est d’avoir voulu incarner depuis la Maison-Blanche une offre politique disruptive articulée autour d’un concept controversé : la « blanchitude ».

La « blanchitude » ne s’oppose pas à la négritude. La « blanchitude » s’oppose au multiculturalisme bien pensant, au politiquement correct, à la discrimination positive, au progressisme inclusif. La « blanchitude » rassemble un ensemble de symboles et de référents qui dépasse le champ du politique et active chez les électeurs un réflexe de protection identitaire. La sémantique et la sémiotique de Trump, comme son action politique et son positionnement électoral, ne prennent leur sens que dans le cadre de cette « blanchitude ».

Une rhétorique systématiquement « anti »

Trump est le premier président à avoir fait de l’homogénéité culturelle le socle de son offre électorale. Il est le premier président à ne s’être adressé qu’à ses électeurs en justifiant son comportement, son programme et son action par la nécessité d’incarner leurs exaspérations. Son « Make America Great Again » fait partie de cette méta-narration. Rendre à l’Amérique

Trump cherche à forcer les électeurs à se positionner, à choisir pour ou contre lui, estime le journaliste et essayiste Guillaume Debré, dans une tribune au « Monde ». Une stratégie qui vise à réussir un nouvel « hold-up électoral » en novembre.

Tribune. Le contraste est saisissant. Vendredi dernier [29 mai], en réaction aux émeutes raciales dans le Minnesota, Donald Trump a menacé les manifestants, à majorité noire, dans un Tweet glaçant : « Quand le pillage commence, la fusillade démarre. » Quelques semaines plus tôt dans le même Etat, plusieurs groupes de militants armés, blancs pour la plupart, défiaient les autorités locales en protestant contre le confinement. Trump avait alors affiché son soutien en tweetant : « Libérez le Minnesota. »

Ces deux Tweet symbolisent à eux seuls la manière insidieuse avec laquelle Trump tente d’hystériser le débat politique pour diviser les Etats-Unis. Comme s’il voulait garder le pays dans un état de stress politique constant, depuis qu’il occupe la Maison-Blanche, il n’a eu de cesse d’attiser les flammes de la discorde. Dès qu’une controverse émerge, plutôt que d’apaiser, Trump cherche à polariser.

« Fils de pute »

En 2017, plusieurs joueurs afro-américains de football américain décident de protester contre les violences policières faites aux Noirs en s’agenouillant avant chaque match de la ligue. Le débat enflamme les Etats-Unis. Trump s’en empare en traitant ces joueurs professionnels de « fils de pute », qui devraient être « virés ».

En essentialisant son discours, en glissant constamment hors du champ du politique pour jouer sur les peurs et les rancœurs de ses électeurs et en injectant une forte dose d’anxiété dans sa narration, Trump a choisi d’activer des mécanismes identitaires pour consolider sa mobilisation électorale. Aucun président n’avait osé le faire avant lui.

La singularité politique de Trump est d’avoir voulu incarner depuis la Maison-Blanche une offre politique disruptive articulée autour d’un concept controversé : la « blanchitude ».

La « blanchitude » ne s’oppose pas à la négritude. La « blanchitude » s’oppose au multiculturalisme bien pensant, au politiquement correct, à la discrimination positive, au progressisme inclusif. La « blanchitude » rassemble un ensemble de symboles et de référents qui dépasse le champ du politique et active chez les électeurs un réflexe de protection identitaire. La sémantique et la sémiotique de Trump, comme son action politique et son positionnement électoral, ne prennent leur sens que dans le cadre de cette « blanchitude ».

Une rhétorique systématiquement « anti »

Trump est le premier président à avoir fait de l’homogénéité culturelle le socle de son offre électorale. Il est le premier président à ne s’être adressé qu’à ses électeurs en justifiant son comportement, son programme et son action par la nécessité d’incarner leurs exaspérations. Son « Make America Great Again » fait partie de cette méta-narration. Rendre à l’Amérique

sa grandeur implique un retour dans le temps.

G7 : faute de participants , Trump reporte le sommet

G7 : faute de participants , Trump reporte le sommet

 

L’absence de Merkel aura été déterminante pour reporter le G7organisé cette fois par le président américain. Une absence assez diplomatique pour l’Allemagne qui ne souhaite pas se trouver coincée dans les contradictions entre la Chine et les États-Unis. Il semble bien que le président américain ait l’intention de porter à l’ordre du jour la question chinoise et cela évidemment aussi  à des fins de politique intérieure.

L’Allemagne veut ménager ses intérêts tant en Chine aux États-Unis. Le président américain en profite pour changer le dimensionnement du G7 et l’étendre à d’autres pays comme l’Australie, la Russie, la Corée du Sud et l’Inde

.Le problème avec Trump c’est qu’il est partisan de genre de réunion à 7, 8 ou 10 voire12  mais qu’ils ne se sent pas tenus par les déclarations communes.  Ainsi par exemple il ne s’est jamais privé de critiquer les déclarations communes. Il n’y a donc pas simplement une question de dimensionnement de la rencontre internationale mais aussi son rôle. De ce point de vue, la priorité des priorités de Trump et de faire prendre position au maximum de pays contre la Chine. Pas vraiment de quoi mettre à l’aise certain participants potentiels

Durant le vol retour de Cap Canaveral, Trump a déclaré aux journalistes que les pays formant actuellement le G7 étaient “très datés”.“Je reporte le sommet car je ne pense pas que le G7 représente convenablement ce qui se passe dans le monde”, a-t-il ajouté. Il n’était pas clair si Trump souhaitait inviter les pays supplémentaires dans l’idée d’étendre le G7 de façon permanente.

La porte-parole de la Maison blanche, Alyssa Farah, a annoncé que Trump désire que les pays parlent de la Chine durant le sommet. Ce report est inattendu, Trump ayant souhaité réunir le groupe des grands pays développés à Washington afin de démontrer que les Etats-Unis sortent de l’épidémie de coronavirus, épidémie qui a, à ce jour, tué plus de 103.000 américains.

D’après la Maison blanche, le président français Emmanuel Macron soutenait l’idée d’une rencontre mais le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, avait refusé l’offre disant qu’il y avait trop de risques sanitaire. La chancelière allemande Angela Merkel a elle aussi décliné l’invitation.

Le G7 regroupe les Etats-Unis, l’Italie, le Japon, le Canada, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Merkel absence remarquée au G7 organisé par Trump

Merkel absence remarquée  au G7 organisé par trump

 

Une absence qui sera remarquée celle de Merkel au G7 organisé par Trump aux États-Unis. Une absence sans doute liée à l’état de santé relativement fragile de la chancelière, aussi au climat encore difficile concernant la situation sanitaire mais aussi à la complexité des relations futures entre l’Europe  et les États-Unis. On sait qu’après la Chine, l’Europe  sera la prochaine cible du président américain qui voudrait rééquilibrer le commerce international en augmentant les  tarifs douaniers notamment ceux des voitures allemandes. Sans la présence de Merkel, il est clair que l’Europe  sera  affaiblie face à TRUMP et aux autres grandes puissances mêmes s’il est vraisemblable que Macron tentera de combler le vide avec sa faconde habituelle. Il pourrait même lancer une idée nouvelle à usage électoral essentiellement interne Reste à savoir quelle crédibilité les grandes puissances accorderont à ce discours.

 

 

Covid-19 : Trump se soigne à l’hydroxychloroquine depuis dix jours

Covid-19 : Trump se soigne à l’hydroxychloroquine depuis dix jours

 

Par prévention, le président américain déclare qu’il prend depuis 10 jours de la chloroquine ( commercialisé souvent sous le nom de nivaquine). On sait qu’une polémique est née quand à l’efficacité de l’Hydrochloroquine utilisée notamment par le très médiatique professeur français Raoult. Plusieurs études ont été menées pour tenter d’évaluer l’efficacité du traitement ( il s’agit d’un traitement pas d’un vaccin ); rien de probant n’est sorti de ces évaluations. Certaines démontrent l’utilité de la molécule, d’autres non. De toute façon des clivages très importants entre experts et mandarins sont intervenus très tôt à propos de l’usage de la chloroquine.

Derrière ces querelles, il y a évidemment des les enjeux de financement des instituts ( financement publiques et financements par des industries pharmaceutiques), aussi des querelles d’ego et des positions liées à la proximité avec le pouvoir. Il n’est pas certain que le cobaye Donald Trump  constitue un échantillon représentatif pour déboucher sur une évaluation pertinente de chloroquine.

Notons quand même qu’il s’agit d’une molécule très ancienne en général utilisée pour lutter contre le paludisme depuis des dizaines d’années est bien connue dans des pays tropicaux notamment en Afrique. Il est certainement bien trop tôt pour tirer des conclusions scientifiquement pertinentes et sereines de ce traitement comme d’autres d’ailleurs car les études notamment épidémiologiques vont demander du temps.

Donald Trump en tout cas a révélé lundi qu’il prenait tous les jours de l’hydroxychloroquine, un médicament contre le paludisme dont l’efficacité contre le coronavirus n’a pas été démontrée à ce stade. «J’en prends depuis dix jours (…) je prends un comprimé par jour», a déclaré le président américain à la stupéfaction générale, lors d’un échange avec les journalistes à la Maison Blanche. «J’entends beaucoup de choses extraordinairement positives» sur ce médicament, a-t-il justifié. «Vous connaissez l’expression: qu’est-ce que vous avez à perdre?»

Preuve qu’il était content de l’effet produit sur son audience, l’ancien homme d’affaires de New York s’est amusé de son annonce devant les journalistes. «J’attendais de voir vos yeux s’illuminer quand j’ai dit ça… Oui, j’en prends depuis une semaine et demie et je suis toujours là!».

Répression affaire Ukrainienne: Trump révoque deux fonctionnaires qui ont témoigné contre lui

Répression affaire Ukrainienne: Trump révoque deux  fonctionnaires qui ont témoigné contre lui

Deux jours seulement après son acquittement très politique par le congrès, Trump  règle ses comptes avec deux fonctionnaires qui s’apprêtaient à témoigner contre lui. Encore une affaire qui démonte le surdimensionnement l’ego du président américain et sa brutalité.

Gordon Sondland, l’ambassadeur auprès de l’Union européenne, a publié un communiqué indiquant qu’il allait être révoqué, quelques heures après que l’avocat d’Alexander Vindman, principal conseiller sur l’Ukraine de la Maison blanche, a annoncé que son client avait été révoqué de son poste au Conseil national de sécurité (NSC).

Vindman, citoyen américain né en Ukraine et vétéran de l’armée qui a combattu en Irak, a été escorté hors de la Maison blanche vendredi, a annoncé David Pressman, ajoutant qu’il s’agissait d’une vengeance suite au témoignage de son client dans le cadre de l’enquête menée par la Chambre des représentants sur l’”affaire ukrainienne”.

“Il n’y a aucun doute dans l’esprit des Américains” sur les raisons pour lesquelles Vindman a perdu son poste, a dit l’avocat dans un communiqué. “On a demandé au colonel Vindman de partir pour avoir dit la vérité”.

En novembre dernier, durant les auditions menées par les commissions de la Chambre où les démocrates sont majoritaires, Alexander Vindman a dit avoir alerté un avocat du NSC sur une demande “inappropriée” faite par Donald Trump lors d’une conversation avec son homologue ukrainien Volodimir Zelenski.

Gordon Sondland, entendu à plusieurs reprises par les commissions de la Chambre, à huis clos puis lors d’auditions télévisées, a déclaré que Donald Trump avait conditionné le déblocage d’une aide financière à l’Ukraine à l’ouverture par Kiev d’enquêtes anticorruption qu’il réclamait.

L’entretien téléphonique de juillet dernier entre Trump et Zelenski fut au coeur de la procédure de destitution (“impeachment”) lancée en septembre dernier par la Chambre, qui a voté en décembre en séance plénière la mise en accusation du président républicain, pour abus de pouvoir et entrave au Congrès.

Un porte-parole de l’US Army a déclaré qu’Alexander Vindman ainsi que son frère Yevgeny, colonel qui travaillait lui aussi pour le NSC, ont été réaffectés dans l’armée, sans donner davantage de précisions “par respect pour leur vie privée”.

Le représentant démocrate Eliot Engel, qui préside la commission des Affaires étrangères de la Chambre – l’une des commissions ayant mené l’enquête dans l’impeachment -, a déclaré que la décision de révoquer Vindman était “honteuse”. “Le président pense que la seule loyauté qui compte est une loyauté envers sa personne”, a-t-il dit par écrit.

Interrogé plus tôt vendredi sur des informations de presse rapportant qu’il pourrait révoquer le colonel, Donald Trump a répondu qu’il n’était “pas content” de Vindman.

 

Trump acquitté

Trump acquitté

Trump a été politiquement acquitté non pas tellement en raison des faits sont reprochés mais grâce à la  majorité dont dispose le républicains au  congrès. Des faits  d’ailleurs pas tellement contestés mais simplement jugés secondaire.  Trump  était accusé d’avoir fait pression sur son homologue ukrainien Volodimir Zelenski et conditionné le déblocage d’une aide militaire à l’ouverture par les autorités ukrainiennes d’enquêtes contre Joe Biden, son possible adversaire démocrate à l’élection présidentielle de novembre prochain.

Le procès en destitution de Donald Trump s’est achevé sans surprise est en quelque sorte ensemble de mascarades mercredi au Sénat par l’acquittement du président des Etats-Unis, jugé depuis le mois dernier pour abus de pouvoir et entrave à l’action du Congrès.

La chambre haute a jugé le président non coupable d’abus de pouvoir par 52 voix contre 48, reflet quasi fidèle du rapport de forces entre la majorité républicaine et la minorité démocrate, Mitt Romney étant le seul républicain à se ranger du côté des démocrates. Elle a ensuite jugé le président non coupable d’entrave aux travaux du Congrès par 53 voix contre 47.

Donald Trump était le troisième président des Etats-Unis à faire l’objet d’un procès en destitution après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, tous deux ayant eux aussi été acquittés.

Ce vote met fin à une procédure initiée cet automne par les démocrates, majoritaires à la Chambre des démocrates, et concrétisée par la mise en accusation formelle du président américain le 18 décembre dernier en séance plénière.

Brexit: Boris Johnson, comme Trump, menace l’UE de taxes douanières

Brexit: Boris Johnson,  comme Trump, menace l’UE de taxes douanières

 

 

Les négociations sur le futur accord commercial entre l’Union économique et la Grande-Bretagne n’ont pas encore commencé et pourtant déjà Boris Johnson copie bêtement Trump en menaçant de créer de très fortes taxes douanières pour les produits importés en provenance de l’UE. Finalement la même stratégie que Trump qui consiste d’abord à dramatiser une situation, ensuite à promettre une guerre économique sans merci pour finalement reculer comme il a fait vis-à-vis de la Chine. La vérité, c’est que Johnson n’a guère de stratégie vis-à-vis de l’union économique. C’est un pur opportuniste qui sera capable de faire semblant d’opérer  une rupture spectaculaire avec l’union économique tout en acceptant finalement d’établir des relations qui ne changeront pas tellement la situation précédente. Rappelons qu’au départ , il n’était pas favorable au Brexit  et qu’il a changé sa position uniquement pour contrer le premier ministre britannique et saisir l’opportunité de prendre la tête de la contestation. En outre, il y a une grande différence entre la situation des États-Unis relativement dominante dans un certain nombre de secteurs et celle de la Grande-Bretagne aujourd’hui réduite un petit pays un peu comme la France et qui n’a plus la capacité d’imposer son modèle au monde entier et même pas à l’Europe. Certes l’Europe risque d’être perdante en cas de brexit  très dur mais la Grande-Bretagne encore davantage. .  À quelques jours du Brexit, les manœuvres d’intimidation se multiplient. Le premier ministre britannique joue des muscles, en brandissant la menace de «super-taxes» pour faire pression dans les négociations commerciales à venir avec l’UE. D’après le Times, en échafaudant une stratégie avec ses ministres la semaine dernière, Boris Johnson aurait avancé la menace de taxes douanières élevées, pouvant être utilisée comme «levier» dans les discussions avec les Européens mais aussi d’autres pays.

Ces taxes pourraient monter à 10% pour des voitures allemandes et jusqu’à 30% sur certains fromages français. Avec cette menace, il s’agirait pour Londres d’accélérer le rythme des négociations et de signer rapidement des accords. Pour tenir ses promesses électorales, Boris Johnson veut toujours boucler un accord avec Bruxelles avant le 31 décembre 2020, en excluant une prolongation de la période de transition.

Trump veut imposer un accord commercial à l’Union européenne

Trump veut imposer un accord commercial à l’Union européenne

 

Pour des questions économiques autant que pour des motifs électoraux, le président américain de nouveau agite la menace de sanctions contre l’Europe en particulier contre les voitures allemandes si un accord commercial n’est pas négocié entre les États-Unis et l’union économique. Il fixe même un délai , c’est-à-dire avant les élections américaines de novembre. Un délai plutôt rapproché si l’on tient compte du fait que les négociations de ce type demandent souvent des années. Compte tenu des difficultés de calendrier, le président américain pourrait bien reprendre la stratégie mise en œuvre dans ce domaine contre la Chine. Il s’agirait d’alterner les périodes de Google et les promesses de rapprochement. Et faute de véritables accords de maintenir l’augmentation de taxes sur les importations mais de manière moins importante que prévues initialement avec des engagements plus ou moins flous de rééquilibrage des exportations à destination des États-Unis. L’objectif est d’afficher une fermeté mais de trouver quand même un accord même bancal en tout cas provisoire dans la perspective des élections américaines.  Le président américain s’est cependant dit convaincu de pouvoir parvenir à un accord commercial UE-USA avant l’élection présidentielle américaine de novembre prochain, tout en ne cachant pas la difficulté des tractations qui sont selon lui plus difficiles qu’avec la Chine sur bien des aspects.

Les Etats-Unis ont signé le 15 janvier un accord commercial de “phase 1” avec la Chine qui, même s’il a apporté du soulagement sur les marchés financiers, laisse en chantier de nombreuses questions, structurelles notamment. Européens et Américains s’efforcent de conclure un accord visant à supprimer leurs barrières aux importations, mais les discussions bloquent sur la question des produits agricoles que Washington veut inclure dans les discussions.

“J’ai rencontré la nouvelle cheffe de la Commission européenne, qui est formidable. Et j’ai eu une super discussion. Mais j’ai dit: ‘écoutez, si nous n’obtenons pas quelque chose, je vais être obligé de prendre des mesures et ces mesures seront des taxes très élevées sur leurs voitures et d’autres choses qui entrent dans notre pays’,” a dit Trump dans une interview à CNBC. Les Européens, a poursuivi le président américain, ont intérêt à conclure un accord. “Ils n’ont pas d’autre choix”, a tonné le président des Etats-Unis.

Taxe « Gafa »: menace de guerre commerciale Macron- Trump

Taxe « Gafa »: menace de guerre commerciale Macron- Trump

 

Tout aussi provocateur l’un que l’autre, Macron et Trump risquent  de s’engager dans une guerre commerciale qui serait nuisible évidemment aux intérêts américains mais bien davantage aux  intérêts français compte t tenu du rapport de force. De manière fort peu diplomatique, les deux présidents n’ont cessé  de s’adresser des insultes qui ne font qu’amplifier les divergences tant sur le plan économique que sur le plan de la défense. Il faut reconnaître aussi que Macron a sans doute tiré le premier en voulant occuper une place de premier politique du monde qui ne peut évidemment revenir à la France compte tenu de son poids économique et politique. Macron a voulu donner des leçons à la terre entière et en particulier au président américain  américains lequel considère Macron un peu comme un président de la république français pourrait considérer un président de conseil départemental. Face à la décision de la France d’appliquer une taxe Gafa, les États-Unis menacent les importations françaises et même européennes. Les Etats-Unis ont  menacé de surtaxer l’équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français, dont le champagne et le fromage, en représailles à la taxe que Paris a imposée aux entreprises du numérique en vertu d’une loi votée en juillet.

“Ces sanctions seraient inacceptables”, a jugé le ministre français de l’Economie et des Finances, contestant le bien-fondé juridique de telles représailles.

“La taxe française n’est pas discriminatoire (…) Elle comprend des entreprises américaines mais aussi des entreprises françaises, des entreprises européennes et des entreprises chinoises”, a poursuivi Bruno Le Maire devant la presse, à Paris.

“En deuxième lieu, nous contestons le principe même de sanctions car ce n’est pas entre alliés la bonne politique, la bonne voie à suivre. Mais les Etats-Unis doivent savoir que s’ils s’engageaient dans un nouveau train de sanctions contre la France, l’Union européenne serait prête à réagir fortement”, a-t-il poursuivi, prônant la mise en oeuvre du projet proposé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

“Si l’administration américaine dit oui au projet de taxation des activités numériques tel qu’il a été négocié à l’OCDE et qui est sur la table, il n’y a plus aucune difficulté. La France retirera sa taxe internationale comme elle s’y est engagée”, a ajouté Bruno Le Maire, qui doit rencontrer mercredi à Bruxelles le commissaire européen au Commerce Phil Hogan.

A Bruxelles, la Commission européenne a assuré que les Etats membres de l’Union seraient solidaires de la France. “Dans ce cas comme dans tous les questions relatives aux commerce, l’Union européenne agira et réagira d’un bloc et restera unie”, a promis un porte-parole. Le problème c’est que les États-Unis pourraient bien taxer également l’automobile, ce que craint particulièrement l’Allemagne qui réfléchira à deux fois avant d’autoriser un durcissement de la mission européenne vis-à-vis des États-Unis

Otan : Trump soutient Erdogan contre Macron

Otan : Trump soutient Erdogan contre Macron

 

 

Il y a longtemps que la rupture est consommée entre Macron et Trump. en effet, les sujets de divergences ne cessent de s’accumuler. Il y a notamment les problèmes de droits dans les échanges internationaux, le retrait des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat et maintenant les propos mortifères de Macron à propos de l’OTAN. Pour enfoncer un peu plus Macoon, curieusement Trump se  fait l’interprète du président turc, Recep Tayyip Erdogan. Le président américain a en effet déclaré après sa rencontre avec le président turc que ce dernier est très déçu par les propos tenus par Emmanuel Macron sur la question de l’Otan. D’autres chefs d’État l’Allemagne en particulier ont considéré les propos de Macron excessifs voire contre-productisf même si personne ne peut contester les interrogations relatives à cette alliance. L’affaire est d’autant plus complexe que  la Turquie, memebr de lOTAN intervient en Syrie contre les kurdes qui ont collaboré avec l’alliance contre les islamistes. Trump  a sans doute profité de l’occasion pour brosser Erdogan dans le sens du poil afin d’éviter son rapprochement avec la Russie de plus en plus présente au Levant.

A un mois du sommet des 70 ans de l’Otan, les propos d’Emmanuel Macron, qui a déclaré au journal The Economist que l’Alliance atlantique était dans un état de “mort cérébrale”, ont provoqué une onde de choc et relancé le débat sur le devenir et la finalité stratégique de l’organisation, déjà sous le coup des critiques répétées de Donald Trump. “L’Otan en tant que système ne régule pas ses membres”, a-t-il dit à l’hebdomadaire. “C’est quoi, l’article 5 demain ? C’est-à-dire que si le régime de Bachar al Assad décide de répliquer à la Turquie (membre de l’Otan, NDLR), est-ce que nous allons nous engager, c’est une vraie question”.

“Je pense que je peux le dire parce que d’autres personnes sont au courant, et d’autres personnes pensent la même chose, qu’ils ont été très déçus et qu’il (Erdogan) a été très déçu par les déclarations de la France sur les engagements vis-à-vis de l’Otan”, a déclaré Donald Trump en présence du chef d’Etat turc. “Je pense que cela a beaucoup irrité le président et je ne pense qu’il en a été très content et d’autres personnes pensent la même chose”, sans plus de précisions.

USA-Chine: Trump recule sur l’accord commercial

USA-Chine: Trump  recule sur l’accord commercial

Donald Trump souffle chaud et le froid concernant les perspectives du futur accord commercial entre les États-Unis et la Chine. On sait que compte tenu du déficit abyssal de la balance commerciale les États-Unis ont imposé plusieurs vagues d’augmentation des tarifs douaniers et cela de manière unilatérale. De son côté la Chine a répliqué un peu de la même manière. Pour l’instant, on ne peut pas dire qu’il y ait de bénéficiaire dans cette guerre économique dans la mesure où la Chine enregistre un net tassement de sa croissance. Les effets ne sont guère bénéfiques pour les États-Unis qui connaît aussi un affaiblissement de son activité générale et devrait perdre autour de 1 % d’augmentation du PIB en 2020. La balance commerciale des États-Unis est toujours aussi déséquilibrée. Certes le volume des échanges a diminué entre les deux pays mais cela n’a pas profitéaux États-Unis. DonaldTrump  est par ailleurs très influencé par son électorat mais sa stratégie est fluctuant. Selon les moments, il menace de punir sévèrement les importations d’origine chinoise en les assommant de taxes douanières. Dans d’autres moments,  il se montre  plutôt très conciliant considérant que l’accord avec la Chine est pratiquement réalisé sur les conditions futures des échanges . Le problème c’est que cette politique de punition douanière de la Chine porte aussi préjudice aux États-Unis et que l’activité s’en ressent ( exemple pour les exportations de soja et autres produits agricole). Cet effet a tendance à rendre Trump  plus conciliant vis-à-vis de  la Chine. En même temps, il doit afficher une certaine radicalité vis-à-vis des électeurs nationalistes qui ne comprennent pas grand-chose à l’économie. Dans sa dernière déclaration , le président américain a remis en cause ses propos précédents, il  a déclaré vendredi à des journalistes ne pas avoir donné son accord à la levée des droits de douane imposés à la Chine et précisé qu’un accord commercial entre Pékin et Washington serait signé aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis et la Chine se sont mis d’accord pour lever par étapes les droits de douane supplémentaires qu’ils se sont imposés ces derniers mois, dans le cadre de la première phase d’un accord censé mettre fin à leur guerre commerciale.

Cette perspective suscite une vive opposition de la part de plusieurs conseillers de Donald Trump qui espère signer la “phase 1” de l’accord avec son homologue Xi Jinping avant la fin de l’année. Le problème c’est que Donald Trump  est coincé entre une problématique économique et une problématique électorale.

Les tarifs douaniers de Trump ont coûté 35 milliards de dollars à la Chine

Les tarifs douaniers de Trump ont coûté 35 milliards de dollars à la Chine

 

L’augmentation des tarifs douaniers décidés par Trump  pour les importations chinoises a eu pour effet de réduire de 35 milliards de dollars (31,6 milliards d’euros), soit plus d’un quart, les importations de produits chinois aux Etats-Unis au cours du premier semestre de l’année, selon une étude de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) publiée mardi.

Ce conflit engagé il y a seize mois a aussi pour effet de pousser à la hausse les prix à la consommation aux Etats-Unis, note la Cnuced, qui estime que les deux premières puissances économiques de la planète sont perdantes.

“Au total, ces résultats montrent que les droits de douane imposés par les Etats-Unis à la Chine font souffrir économiquement les deux pays”, peut-on lire dans le rapport de la Cnuced. “Les pertes pour les Etats-Unis sont largement liées à l’augmentation des prix pour les consommateurs, tandis que les pertes de la Chine sont liées à des pertes significatives d’exportation.”

Entre les mois de janvier et juin, les importations aux Etats-Unis de produits chinois frappés par des droits de douanes sont tombées à 95 milliards de dollars, contre 130 milliards sur le premier semestre 2018.

L’étude de la Cnuced montre aussi que certains pays ont mis à profit ce conflit pour augmenter leurs exportations vers les Etats-Unis. C’est particulièrement vrai pour Taiwan, dont les exportations vers le marché américain ont progressé de 4,2 milliards de dollars. Le Mexique (+3,5 milliards) et l’Union européenne (+2,7 milliards) en ont également profité.

Trump considère le Royaume-Uni comme une colonie ou un État américain

Trump considère le Royaume-Uni comme une colonie ou un État américain

 

 

 

Dans le monde démocratique développé, il est rare que les chefs d’État interviennent de manière très explicite dans la politique intérieure des pays voisins ou partenaires surtout lors d’élections. C’est pourtant ce que devient de faire Trump. Trump s’est  déjà prononcé sur le problème du brexit considérant que la Grande-Bretagne avait intérêt à quitter le plus rapidement possible et brutalement l’union européenne, promettant au passage un avenir radieux pour le Royaume-Uni grâce à un accord avec les États-Unis.

Cette fois, le président américain condamne d’une part l’accord passé entre Boris Johnson et l’union européenne tout en soutenant le Premier ministre., D’autre part Trump démolit la candidature du travailliste Jérémy Korben. Une nouvelle fois Trump rompt  avec tous les usages diplomatiques et démocratiques considérant sans doute le Royaume-Uni comme un énième État des États-Unis voir une colonie. Trump ne se rend  sans doute pas compte des traditions démocratiques profondément ancrées au Royaume-Uni,  les Britanniques sont particulièrement chatouilleux quant à leur indépendance démocratique. La déclaration surprenante autant que provocatrice de Trump aura sans doute l’effet contraire de ce qu’il recherche. Il faut observer la sémantique particulièrement lamentable de  Trump pour  constater qu’il est bien l’auteur de cette nouvelle diatribe. Le chef de file de l’opposition travailliste britannique, Jeremy Corbyn, a donc accusé jeudi Donald Trump de chercher à s’ingérer dans le processus électoral au Royaume-Uni pour faire élire “son ami” Boris Johnson.

Le dirigeant du Labour réagissait à des propos tenus un peu plus tôt par le président américain, qui a déclaré que Jeremy Corbyn serait “tellement mauvais” s’il dirigeait le Royaume-Uni, dans une interview accordée à la radio britannique LBC, menée par le chef du Parti du Brexit, Nigel Farage.

“Corbyn serait tellement mauvais pour votre pays. Il serait si mauvais, il vous dirigerait si mal”, a notamment déclaré Donald Trump, qui a au contraire dit voir en Boris Johnson “un homme fantastique, exactement l’homme qu’il faut en ce moment”.

“Je sais que vous (Nigel Farage) et lui finirez pas faire quelque chose qui pourrait être fantastique. Si vous alliez vos forces, vous serez inarrêtables.” Une formulation qui confirme qu’il y a bien longtemps que les États-Unis ont eu un président aussi idiot et maladroit. Jeremy Corbyn a dénoncé sur son compte Twitter une tentative d’ingérence électorale de la part de Donald Trump, au lendemain de l’accord au Parlement britannique sur la tenue d’élections législatives anticipées le 12 décembre.

“Trump essaie de s’immiscer dans les élections au Royaume-Uni pour faire élire son ami Boris Johnson”, a accusé le chef du Labour, dont le parti est nettement devancé dans les sondages par les conservateurs du Premier ministre.

Trump : procédure de destitution votée

Trump : procédure de destitution votée

 

Une enquête est déjà ouverte à la chambre des représentants mais la décision d’ouverture officielle de la procédure signifie que les audiences seront désormais publiques- En clair, cela signifie que les médias rendront  compte des témoins qui accusent clairement le président américain d’avoir marchandé une enquête du gouvernement  ukrainien contre son concurrent démocrate en échange d’une aide militaire. Trump  a tout fait pour tenter de s ‘opposer à l’ouverture de cette enquête officielle car connaît les médias et sait  parfaitement que le défilé des témoignages accusateurs vont grandement nuire à son image voire à sa popularité.

La Chambre américaine des représentants a donné jeudi son feu vert à la poursuite de la procédure d’”impeachment” contre Donald Trump, soupçonné d’avoir fait pression sur l’Ukraine pour servir ses intérêts politiques, en définissant les règles des auditions publiques à venir au Congrès.

Les élus, majoritairement démocrates, ont donné leur accord à 232 voix contre 196.

Ce vote permet aux démocrates de montrer qu’ils sont soudés sur cette question et pourront probablement réunir à nouveau les voix nécessaires pour approuver la mise en accusation du président américain (l’impeachment) s’ils jugent, au terme de l’enquête, que les éléments réunis sont suffisamment accablants.

L’opposition souhaitait en outre neutraliser l’argument invoqué par Donald Trump et les élus républicains, lesquels affirmaient depuis des semaines que la procédure était illégitime, faute de vote en séance plénière à la Chambre.

Le président républicain a dénoncé “la plus grande chasse aux sorcières de l’histoire des Etats-Unis” dans un message publié sur Twitter dans la foulée du vote à la Chambre.

Les démocrates estiment que Trump est passible d’une destitution pour avoir demandé à un dirigeant étranger, le président ukrainien Volodimir Zelenski, que l’Ukraine enquête sur Joe Biden, ex-vice-président de Barack Obama et candidat à l’investiture démocrate qu’il pourrait donc affronter lors de l’élection présidentielle de novembre 2020.

 

Mort d’al-Baghdadi: Trump a menti

Mort d’al-Baghdadi: Trump a menti

 

 

Avec des détail scabreux relevant davantage de l’exhibitionnisme que de la vérité, Trump a mis en scène le récit de la mort de Baghdadi , le chef de Daesh. Une mise en scène par ailleurs idiote avec des propos excessifs qui ne peuvent qu’attiser le velléités meurtrières  de déséquilibrés. Comme d’habitude , l’expression de Trump n’a pas de finalité diplomatique mais vise seulement à renforcer les convictions de ses fans en interne. En tout ce que Trump a dit de la fin du chef des terroristes est en grande partie faux.

D’après la presse américaine, les images auxquelles le chef d’Etat a eu accès en temps réel étaient en fait une captation aérienne du site, offrant plusieurs angles de vue, colorée par les signatures thermiques des protagonistes, le tout retransmis sur plusieurs écrans. Les militaires déployés au sol étaient bien équipés de caméras arrimées à leur torse mais elles ne faisaient qu’enregistrer sans diffuser aussitôt. Pour les visionner, il fallait les télécharger a posteriori. Ni le Pentagone ni la Maison Blanche n’avaient donc pu consulter ces images, selon le New York Times, au moment où Donald Trump s’est installé derrière les micros.

De surcroît, Donald Trump n’a rien pu entendre des échanges sur place. S’il était bien renseigné par des rapports in vivo, à l’instar de Barack Obama, abreuvé d’informations livrées par Leon Panetta, alors directeur de la CIA, lors de l’intervention ayant conduit à l’élimination d’Oussama Ben Laden au Pakistan en 2011, il n’existait pas de communication audio en direct entre le site syrien et la Maison Blanche.  Un dernier obstacle, bien qu’hypothétique à ce stade, vient gêner le récit de Donald Trump et sa faculté à avoir eu connaissance des derniers instants d’Abou Bakr al-Baghdadi : on ne sait pas si le chien qui a suivi al-Baghdadi dans le tunnel - dont l’action a été saluée sur Twitter par Donald Trump lundi - portait une caméra.

 

Etats-Unis : Trump contre la suppression du bouton d’accueil des iPhone d’Apple !!!

Etats-Unis : Trump contre la suppression du bouton d’accueil des iPhone d’Apple !!!

Trump s’occupe de tout ou plu exactement de rien réduisant sa fonction à une émission de tweets plus invraisemblables les uns que les autres. Trump qui a viré à peu près la plupart de ses conseillers réduit la politique à son dialogue permanent avec les tweets émis directement par lui ( la pauvreté du langage en témoigne) en utilisant un IPhone d’Apple. Ainsi il vient de prendre position sur un aspect « fondamental » l’évolution de l’IPhone d’Appel. Pour Donald Trump, c’était mieux avant. Le président américain a regretté, vendredi 25 octobre, la disparition du bouton physique d’accueil sur les nouveaux iPhone. Il a adressé sa réclamation directement à Tim Cook, le patron d’Apple, sur Twitter. « Pour Tim : le bouton de l’iPhone était BIEN mieux que le balayage ! », a-t-il ainsi écrit.

To Tim: The Button on the IPhone was FAR better than the Swipe!

Donald Trump est passé d’un smartphone Android à un iPhone, en mars 2017, l’année où Apple a abandonné le bouton physique d’accueil de ses modèles haut de gamme, au profit d’une utilisation 100% tactile. Il faut désormais appuyer sur l’écran pour faire apparaître la page d’accueil et balayer le cadran pour y revenir. Ce changement semble être la cible de l’agacement présidentiel, plutôt que le nouvel iPhone 11 d’Apple, sorti en septembre.

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump critique les choix de conception d’Apple. « Je n’arrive pas à croire qu’Apple n’ait pas sorti un iPhone avec un écran plus grand. Samsung va en profiter. Steve Jobs doit se retourner dans sa tombe », avait-il lâché, en septembre 2013.

12345...13



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol