La Bourse de Paris : forte hausse

La Bourse de Paris : forte hausse

Le CAC 40 a ouvert en hausse de 4,12% au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle. Les titres du secteur bancaire prenaient près de 8%. A 09h12, l’action Société Générale prenait la tête du CAC 40 (+8,03% à 50 euros) devant Crédit Agricole (+7,68% à 13,39 euros) et BNP Paribas (+6,74% à 66,18 euros) dans un marché en forte progression de 3,66%. De son côté, la Bourse de Londres a également ouvert en hausse de 1,37%, dans un marché rassuré par l’arrivée en tête du centriste pro-européen Emmanuel Macron. Dans les premiers échanges, l’indice FTSE-100 des principales valeurs grimpait de 97,23 points à 7.211,78 points. A l’ouverture, la Bourse de Madrid a grimpé de 3%, tirée par les valeurs bancaires. A 9h04, l’Ibex 35 était en hausse de 3,48% à 10734.4 points. La première banque espagnole Banco Santander, l’une des principales de la zone euro, progressait de 5,03% à 5,96 euros, et BBVA, la seconde, de 7,08% à 7,59 euros. L’indice Dax, à la Bourse de Francfort, bondit de 2,06%, à 12.296,56 points au démarrage de la séance, tandis que le MDax des valeurs moyennes s’appréciait de 0,88% à 24.195,57 points.

Marine Le Pen : bon score relatif mais mauvaise campagne

Marine Le Pen : bon score relatif mais mauvaise campagne

Marine Le Pen fait un bon score avec près de 22 %, un succès toutefois relatif car son potentiel électoral lui promettait 30 % au regard des sondages d’il y a quelques mois mais surtout des derniers résultats électoraux. En cause, une mauvaise campagne de Marine Le Pen qui s’est enfermée dans des contradictions invraisemblables concernant notamment le domaine économique avec la sortie de l’Europe et l’abandon de l’euro. Dans les derniers jours de campagne,  elle a  complètement changé son orientation électorale en se recentrant sur ce qui fait le fonds de commerce du Front National : le repli identitaire. En cause également la personnalité de l’intéressé dont le profil manque sérieusement de compétences et qui ne parvient pas à convaincre réellement qu’elle peut être présidentiable. Le score mi-figue mi-raisin de Marine Le Pen vient donc sanctionner une campagne en demi-teinte, où elle a parfois péché par excès d’optimisme, et commis quelques erreurs. A plusieurs reprises, sa ligne est apparue brouillonne, sans colonne vertébrale, réagissant à l’actualité immédiate. « C’est comme s’il n’y avait pas de direction de campagne. Il n’y a pas de séquençage, elle n’impose jamais ses thèmes », estimait un ancien conseiller cité par RTL avant le premier tour. En interne, certains choix stratégiques sont critiqués, comme celui de défendre une sortie de l’euro, une perspective inquiétante pour de nombreux électeurs potentiels. « Moi, je m’en fous d’avoir l’euro ou pas, si on reste submergé par l’immigration », confiait ainsi à franceinfo Philippe Olivier, l’un des stratèges de la campagne de Marine Le Pen. « Elle navigue à vue, mais elle finit toujours par retomber sur ses deux pieds en revenant aux fondamentaux du FN », observe pour sa part l’historienne Valérie Igounet, spécialiste du parti frontiste. De fait, dans la dernière ligne droite, Marine Le Pen a d’ailleurs tenté de revenir à ses fondamentaux – insécurité et immigration – mais sans doute trop tard. Cette inflexion de ligne politique traduit en tout cas le débat qui traverse le Front national depuis quelques années, entre le discours souverainiste de Florian Philippot et les velléités identitaires de Marion Maréchal-Le Pen.

 

Boutin pour Le Pen ?

Boutin pour Le Pen ?

 

Jusque-là les cathos  réacs n’avaient pas franchi le Rubicon moral pour se positionner en faveur de Marine Le Pen. Christine Boutin, elle vient de le faire puisqu’elle n’exclut plus de voter pour la candidate du front national. D’une certaine manière les cathos réacs révèlent leur vraie visage celui de chrétiens rabougris. Christine Boutin, ex-candidate à la présidentielle et ex-ministre de Nicolas Sarkozy, a déclaré dimanche à l’AFP qu’elle jugeait « possible » de voter pour Marine Le Pen au second tour si la présidente du Front national s’engage sur des « points fondamentaux » à ses yeux. « Je ne peux pas dire que Marine Le Pen, ce soit ma tasse de thé, mais Emmanuel Macron, jamais! Lui, c’est la peste et le choléra », a affirmé l’ancienne présidente du Parti chrétien démocrate. De manière un peu plus hypocrite Christine Boutin et également rejointe par d’autres chrétiens réactionnaires qui au passage salissent sérieusement l’image de modernité que veulent donner l’église et le pape. Une sorte de schisme religieux.   »Nous laisserons à chacun sa liberté de conscience », estime ainsi  le président de Sens Commun, Christophe Billan, dans une interview publiée sur le site de Famille Chrétienne. Dans un registre proche, Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, a dit ne pouvoir « soutenir ni l’un ni l’autre » et invité « les Français à choisir en conscience, sans se soumettre à aucune pression ou chantage moral ».L’ex-ministre Christine Boutin, fondatrice du PCD, a pour sa part exprimé sur Twitter sa « honte » à la suite de l’appel de François Fillon. « Je sens nos valeurs trahies (…) Je ne serai pas du côté de la Mondialisation », a-t-elle écrit. Il faut cependant sans doute s’attendre à des prises de position complètement opposée à celle de Boutin, de Poisson et de sens commun de catholiques beaucoup plus ouverts à la modernité et qui ne peuvent accepter les orientations sociétales du front national en particulier dans le domaine du racisme.

 

Mélenchon-le Pen-même combat ?

Mélenchon-le Pen-même combat ?

 

Mélenchon a certes fait une bonne campagne mais il n’est pas parvenu à se qualifier. Sa victoire c’est surtout d’avoir enfoncé voie peut-être faire exploser le parti socialiste. Le tribun talentueux, indiscutablement le meilleur de cette campagne, ne s’est pas montré à son avantage dimanche soir. Il s’est en effet montré triste, même sinistre,  surtout ambiguë en refusant de se prononcer contre le front national sous couvert de démocratie interne. La vérité impose de dire que nombreux aspects des orientations de Mélenchon ce rapprochent  de celle de Marine Le Pen en matière de souverainisme, de repli sur soi et de corporatisme. Des orientations  nationalistes  qui se rapprochent  sur le plan économique mais aussi politique par exemple quand aux liens à entretenir avec Poutine. D’une certaine façon, Mélenchon se retrouve un peu coincé par ses positions précédentes quand finalement il avait été contraint de soutenir Hollande avant de s’en mordre les doigts. Mais ne pas soutenir Macon c’est en fait apporter une aide sérieuse à Le Pen. Un curieux positionnement républicain chez celui qui s’en est souvent paré des vertus. Ou quand l’extrême gauche est en faite plus proche qu’on ne le pense de l’extrême droite sauf sur certains terrains sociétaux

L’Europe et les marchés rassurés

L’Europe et les marchés rassurés

 

 

 

On a échappé un scénario noir avec notamment la perspective d’un duel Mélenchon Le Pen au second tour. Une possibilité qui était susceptible de faire éclater l’Europe. En outre cela permet de mettre un peu la pédale douce sur scepticisme qui sévit actuellement dans l’union européenne. Les résultats électoraux français sont donc de nature à rassurer les observateurs économiques et les marchés mêmes s’il convient de faire preuve de la plus grande prudence en matière d’évolution européenne. Il reste encore le brexit à négocier et l’euro scepticisme, un peu ralenti par les résultats des élections françaises, constitue encore une menace sérieuse pour l’avenir de l’union. Une nouvelle qui va un peu à l’encontre des replis constatés tant au États-Unis qu’au Royaume-Uni et ailleurs lors des consultations électorales. « Les marchés sont rassurés d’échapper au redouté duel Le Pen-Mélenchon », a confirmé dans un commentaire Diego Iscaro, économiste chez IHS Markit. « Cependant, beaucoup de choses peuvent se produire en deux semaines ». M. Saito a lui aussi appelé à la vigilance. « Que va-t-il se passer entre aujourd’hui et le second tour? »: scandale, attaques terroristes, tout est possible », avertit-il. « Nous ne sommes certainement pas en position de tomber dans l’euphorie ». Les marchés financiers affichaient un soulagement prudent ce lundi en Asie après les résultats du premier tour de l’élection présidentielle française, pariant sur une victoire du pro-européen Emmanuel Macron. Arrivé en tête, l’ancien ministre de l’Economie devance légèrement, avec 23,86% des voix, la candidate FN Marine Le Pen (21,43%), selon les derniers résultats du ministère de l’Intérieur. « C’est le scénario parfait dont le marché rêvait désespérément », a commenté pour l’agence Bloomberg News Sebastien Galy, analyste chez Deutsche Bank AG à New York, après le vote du Brexit en juin dernier au Royaume-Uni et l’accession du protectionniste Donald Trump à la Maison Blanche outre-Atlantique. Aussitôt les premières estimations connues, alors que Sydney se réveillait, l’euro a bondi de 2% par rapport à vendredi, jusqu’à 1,0937 dollar, son plus haut niveau depuis novembre 2016, après la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis. Il retombait plus tard autour de 1,0840 dollar. Vis-à-vis de la devise nippone, délaissée quand les incertitudes se dissipent, la monnaie unique est montée à 120,91 yens, contre 117,07 yens en fin de semaine dernière, avant de repasser sous la barre des 120 yens. Le dollar a lui aussi grimpé, à 110,64 yens (contre 109,15 yens). « La réaction initiale des marchés a été plus forte que prévu, signe qu’ils étaient sur leurs gardes », a réagi auprès de l’AFP Yuji Saito, analyste des changes au Credit Agricole, basé à Tokyo. « Il y avait de quoi être prudent. C’était une course serrée entre quatre candidats à l’issue difficile à prédire ». A la Bourse de Tokyo, première grande place financière à ouvrir dans la foulée du scrutin français, le Nikkei gagnait 1,34% à la mi-journée, tandis que Sydney comme Séoul évoluaient en hausse. Hong Kong démarrait dans le vert mais fléchissait peu après. M. Saito a lui aussi appelé à la vigilance. « Que va-t-il se passer entre aujourd’hui et le second tour? »: scandale, attaques terroristes, tout est possible », avertit-il. « Nous ne sommes certainement pas en position de tomber dans l’euphorie ».

Fillon : une déroute sans précédent grave pour la droite

Fillon : une déroute sans précédent grave pour la droite

 

Fillon est sans doute le principal responsable de la défaite du camp des républicains. Normalement cette élection était imperdable. Malheureusement les républicains du fait des primaires et des rivalités internes se sont trompés de candidats (comme les socialistes). Juppé aurait dû remporter haut la main le premier tour des élections présidentielles et devenir président. Au lieu de cela,  les républicains de Sarkozy ont saboté la candidature de Juppé au profit de Fillon. Seconde erreur,  la nature même de la campagne de Fillon qui au lieu de rassembler s’est ancré sur les soutiens partisans les plus sectaires comme par exemple les cathos  fachos de sens commun dans le vrai visage se révèle aujourd’hui puisqu’ils refusent de voter contre Marine Le Pen. Troisième erreur évidemment les affaires de Fillon qui ont fini de le couler ;  lui,  qui voulait incarner la rigueur et la morale. C’est l’histoire d’un naufrage sans précédent pour la droite sous la Ve République. L’amorce d’un aggiornamento douloureux pour un parti, Les Républicains, déchiré par ses ambiguïtés idéologiques et ses querelles d’egos face au Front national. Favori pour l’Elysée jusqu’à un fatidique 25 janvier qui vit la révélation, par Le Canard enchaîné, des emplois présumés fictifs de son épouse et de deux de ses enfants, François Fillon incarnera dans les annales historiques, qu’il aime à invoquer, l’élimination de la droite républicaine au premier tour d’une élection présidentielle depuis la réélection au suffrage universel direct du général de Gaulle en 1965. »Ce n’est pas la droite et le centre qui ont perdu, c’est François Fillon », a déclaré sur Europe 1 Eric Woerth, qui avait soutenu Nicolas Sarkozy durant la primaire et contribué bon an mal an à la nouvelle mouture du programme de la droite. Ceux qui avaient poussé pour son retrait au plus fort de la crise, en mars, et plébiscité Alain Juppé, finaliste malheureux de la primaire, pour le remplacer, étaient sans indulgence. « Après le choc et la déception, les Français, comme je m’y attendais, ont tranché. Comme François Fillon lui-même l’avait dit, on ne peut pas être poursuivi par la justice et être candidat à la magistrature suprême », a déclaré le député Pierre Lellouche dans un communiqué. Le député LR George Fenech, qui avait tenté sans succès de prendre la tête d’une fronde anti-Fillon, a dénoncé dans un communiqué « l’obstination de François Fillon et de tous ceux qui lui ont apporté un soutien aveugle ». « C’est une défaite globale », a réagi sur RTL Brice Hortefeux, lieutenant de Nicolas Sarkozy. « C’était une élection imperdable qui s’est transformée en une élection ingagnable ».

 

Les cathos fachos refusent de voter contre Le Pen

Les cathos fachos refusent de voter contre Le Pen

 

 

Les cathos  fachos refusent de voter contre Le Pen certains même comme Christine Boutin se déclarent même prêts à voter pour Marine Le Pen sous réserve de quelques amendements du programme du front national. Le mouvement Sens commun, qui avait activement soutenu François Fillon durant la campagne présidentielle, et le Parti chrétien-démocrate, allié des Républicains, ont refusé dimanche de choisir entre les deux qualifiés pour le second tour, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Ces prises de position plus qu’ambigu porte un coup de plus à la crédibilité de Fillon mais aussi à leurs propres organisations. En cause, la sociologie de ces organisations essentiellement des électeurs chrétiens aisés, souvent âgés et réactionnaires. Bref pas vraiment l’image que veut donner le pape et ceux qui veulent une église généreuse largement ouverte sur le monde. Ces organisations assombrissent sérieusement l’image de modernité que veut donner l’église qui par ailleurs n’a pas à s’investir  en tant que tel dans le système politique. La décision de ces mouvements conservateurs contraste avec celle de François Fillon, qui a annoncé sa préférence pour l’ancien ministre de l’Economie face au Front national, dépeint par l’ex-Premier ministre comme le dépositaire d’une tradition de « violence » et d’ »intolérance ». « Nous laisserons à chacun sa liberté de conscience », estime le président de Sens Commun, Christophe Billan, dans une interview publiée sur le site de Famille Chrétienne. Dans un registre proche, Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, a dit ne pouvoir « soutenir ni l’un ni l’autre » et invité « les Français à choisir en conscience, sans se soumettre à aucune pression ou chantage moral ».L’ex-ministre Christine Boutin, fondatrice du PCD, a pour sa part exprimé sur Twitter sa « honte » à la suite de l’appel de François Fillon. « Je sens nos valeurs trahies (…) Je ne serai pas du côté de la Mondialisation », a-t-elle écrit. Au sein des Républicains (LR), de nombreux ténors ont appelé à voter pour Emmanuel Macron, voire à l’aider, et certains représentants de l’aile la plus à droite, à l’image de Laurent Wauquiez, ont plaidé pour une position moins catégorique, consistant à faire battre Marine Le Pen.

Hamon balayé, vers l’explosion du PS ?

Hamon  balayé, vers l’explosion du PS ?

 

 

Au parti socialiste on ne se faisait guère d’illusions sur une possible qualification du candidat pour le second tour des élections. On savait par avance qu’il fallait s’attendre à une défaite plus ou moins catastrophique. Avec Hamon,  le parti socialiste aura connu un cataclysme. On pouvait s’attendre à un score de 10 % voir légèrement plus mais certainement pas à des résultats aussi insignifiants qui font du parti socialiste une organisation marginale. En cause évidemment,  cette logique des primaires qui a fait émerger le candidat le plus radical mais aussi l’entêtement de Hamon  à ce positionner sur les positions gauchistes des frondeurs. Le PS, dont la blessure de 2002 – avec l’élimination de Lionel Jospin au premier tour – était à peine cicatrisée, a subi la plus cuisante des débâcles depuis la présidentielle de 1969 (Gaston Defferre, 5%, et Michel Rocard, 3,6%). La question qui se pose est de savoir si le parti socialiste pourra ce relevé après des résultats aussi lamentables. Pourra ce relevé après des résultats aussi lamentables. Certes des résultats qui sanctionnent en grande partie la gestion de François Hollande mais aussi le choix délibéré de Benoît Hamon de se rabougrir sur des positions les plus radicales voir les plus surréalistes en particulier avec son fameux revenu universel. Pour sauver sa peau, le parti socialiste n’a plus d’autre choix que de tenter des alliances avec le mouvement en marche sinon il pourrait presque disparaître totalement de l’assemblée nationale.  D’une certaine manière, c’est la conclusion de contradictions impossibles à gérer depuis des années au parti socialiste avec des orientations d’un côté de crypto marxistes et de l’autre de socio démocrates voire de socio libéraux. Des contradictions jusque-là masquées par des synthèses confuses réalisées aussi bien par Mitterrand que par Hollande.

 

Macron : une bulle médiatique ?

Macron : une bulle médiatique ?

 

Avec le recul,  on mesure combien étaient désuets de commentaires de nombre  d’observateurs politiques. Pendant longtemps, et certains jusqu’à la veille des élections, ont  considéré que macro n’était que le produit d’une bulle médiatique destinée à éclater. C’était évidemment faire l’impasse sur l’énorme demande de renouvellement politique qui a  essentiellement profité au  leader d’en marche, lequel  devrait normalement être élue au second tour. Le vote en faveur de Macron remet en cause le vieux clivage droit gauche même si les extrêmes sortent plutôt renforcés de ces sélections. Ceux qui ont voté Macron pour l’essentiel centrent  leurs préoccupations sur la problématique économique et souhaitent  que soit engagée des réformes de structures pour moderniser le pays. Ils veulent s’affranchir des vieux clivages partisans qui ne correspondent plus aux enjeux  de la période. En outre, les contradictions et les réticences de certains Français face aux transformations nécessaires vont nécessairement passer par une forme d’union nationale. Sinon les réformes seront bloquées par les forces conservatrices et des syndicats corpos. Par ailleurs la victoire de Macron correspond à une demande de renouvellement politique ;  avec le souhait qu’on ne voit plus les mêmes depuis 20 ans 40 ans. Un renouvellement économique, politique mais aussi sociologique avec l’arrivée des femmes au pouvoir et de représentants de la société civile. D’une certaine manière, la plupart des opposants à macro, se sont trompés de stratégie en s’attaquant à la personnalité de l’intéressé au lieu de tenter de l’affronter sur le terrain du renouvellement des idées, des pratiques et des hommes. Emmanuel Macron et Marine Le Pen s’affronteront donc le 7 mai pour la présidence de la République française à l’issue d’un premier tour historique, qui voit le candidat de la droite républicaine, François Fillon, éliminé et la gauche socialiste décimée. Inconnu du public jusqu’à sa nomination au ministère de l’Economie en 2014, Emmanuel Macron, à 39 ans le benjamin de ce scrutin, relève un pari jugé fou il y a encore un an avec un positionnement idéologique inédit, ni droite ni gauche, à la tête de son mouvement En Marche!, créé le 6 avril 2016. Héraut du renouvellement politique, il s’est placé en tête avec environ 24% des suffrages et la plupart des « grands » perdants ont appelé à voter pour lui dans deux semaines. « Je souhaite, dans 15 jours, devenir (…) le président des patriotes face à la menace des nationalistes », a-t-il dit.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

2017 sondages du 22 avril : Macron toujours en tête

2017 sondages du 22 avril : Macron toujours en tête

 

Dernier sondage du premier tour, selon le sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNEWS et Sud Radio publié vendredi,   Emmanuel Macron accroît très légèrement son avance dans les intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle, avec 24,5% (+0,5), devant Marine Le Pen (22,5%, stable), selon le sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNEWS et Sud Radio publié vendredi, à deux jours du scrutin. François Fillon (19,5%, stable) et Jean-Luc Mélenchon (18,5%, stable) sont donnés en troisième et en quatrième positions, selon cette étude réalisée en partie après l’attaque commise jeudi contre des policiers sur les Champs-Elysées.  Le socialiste Benoît Hamon, cinquième, est crédité de 7% des intentions de vote, un résultat stable. Au second tour, Emmanuel Macron battrait Marine Le Pen avec 60,5% des voix, contre 39,5% à la présidente du Front national. La publication de nouvelles enquêtes sera interdite samedi et dimanche jusqu’à la fermeture des derniers bureaux de vote, à 20h00 (18h00 GMT). Cette étude a été menée en ligne, du 18 au 21 avril, auprès d’un échantillon de 2.823 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 3.000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Le G20 Finances pour une mondialisation plus « équitable »

Le G20 Finances pour une mondialisation plus « équitable »

 

Le G20 commence à prendre conscience du rapport méfiant qu’entretiennent nombre de citoyens vis-à-vis de la mondialisation ;  une découverte un peu tardive dans la mesure où l’incompréhension se traduit par des choix démocratiques qui privilégient le souverainisme, le nationalisme voire la haine. Sur ce terrain,  l’analyse ne peut être manichéenne : le refus total de toute mondialisation ou son acceptation. La mondialisation est un fait incontournable, elle découle de plusieurs phénomènes notamment de la complexification des processus de production mais aussi de l’aspiration à nombre de pays en développement d’accéder au progrès social. La question  n’est donc pas  pour contre la mondialisation mais quelle régulation mettre en œuvre pour mieux tenir compte des conditions de concurrence dans les domaines économiques, fiscaux, sociaux, environnementaux et de la santé. Bref comment faire en sorte pour progressivement harmoniser ces conditions et permettent aussi une répartition plus juste de la richesse produite. Ceci vaut dans les pays développés mais encore davantage dans les pays en développement ou des fortunes naissent en quelque années grâce aux relations avec des pouvoirs corrompus. Cette régulation reste à mettre en œuvre et même à concevoir. Faute de cela le risque est grand de voir se multiplier les replis nationalistes avec des menaces  de guerre qui y sont liées. Les principales puissances économiques se sont donc « entendues »  pour faire en sorte que la mondialisation soit plus « équitable » afin d’éviter des poussées protectionnistes, a assuré vendredi le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble à l’issue d’une réunion du G20 Finances à Washington. « Beaucoup de personnes ont l’impression de ne pas bénéficier des avantages de la croissance et de la mondialisation et il faut qu’on s’attaque à cela. Autrement, on verra plus de protectionnisme et de pays délaissant la mondialisation », a assuré le ministre dont le pays préside le G20 cette année.

Orange Bank mise sur son réseau pour devenir la première banque française

Orange Bank  mise sur son réseau pour devenir la première banque française

Orange mise surtout sur son reéseau et la gamme des services offerts pour devenir la première banque. 100% des opérations pourront être effectuées via le mobile, dès l’ouverture du compte. Il suffira de scanner les documents nécessaires. Les virements pourront être effectués par SMS.  Orange qui se lance dans l’activité bancaire entend devenir l’une des principales banques françaises sinon la première. Il est clair qu’Orange avec son portefeuille clients en télécoms disposent d’un potentiel assez considérable. En outre le paiement par téléphone portable, internet ou Smartphone notamment pourrait constituer un atout supplémentaire. Il reste cependant du chemin à parcourir pour qu’Orange dépasse par exemple la BNP. Orange vise en effet 2 millions de clients avant 10 ans. Cela étant on peut faire la confusion entre le nombre de clients et le nombre de comptes. Pour les ménages en effet le nombre de comptes tourne autour de 130 millions. Orange  veut compter parmi les leaders. Ses ambitions sont spectaculaires: selon les syndicats, Orange vise 400.000 clients dès la première année, et 2 millions d’ici à 2024. C’est par exemple deux fois plus que les leaders historiques comme ING Direct ou Boursorama, la filiale de la Société Générale qui vient tout juste de franchir le cap des 900 000 clients. Pour Orange le chemin est encore long à parcourir si l’on s’en tient à la situation des banques en France que fait culture banque ci-dessous :

 

BNP Paribas affiche un produit net bancaire en augmentation de 9,6% pour atteindre 42,9 milliards d’euros en 2015 contre 39,2 milliards d’euros l’an dernier. BNP Paribas valide encore sa première place au palmarès des banques françaises en termes d’activité. Le coût du risque est stable, mais la banque aux 4 étoiles n’est plus pénalisée comme l’an passé par une amende de 6 milliards d’euros des Autorités des Etats-Unis, ainsi le résultat net part du groupe retrouve un niveau très élevé à 6,7 milliards d’euros.

Groupe Crédit Agricole : La banque verte (les caisses régionales, la holding et ses filiales dont LCL) présente un PNB de 31,8 milliards d’euros pour s’offrir une nouvelle fois la seconde place de notre classement 2016, une performance bien aidée par la dynamique de la gestion de l’épargne et l’assurance du groupe. Le RNPG ressort lui aussi en hausse à 6 milliards d’euros.

Société Générale : La banque de La Défense poursuit sa croissance en 2015 avec un PNB en hausse à 25,6 milliards d’euros. La banque précise qu’il s’agit d’une bonne performance commerciale de l’ensemble des métiers, notamment en banque de détail avec 305 000 ouvertures nettes de comptes à vue et une bonne dynamique du crédit. Le RNPG de la Société Générale termine en belle hausse à 4 milliards d’euros, il bénéficie aussi de la baisse du coût du risque.

Groupe BPCE : Le groupe Banque Populaire et Caisse d’Epargne (Natixis et ses filiales) présente un PNB de 23,8 milliards d’euros, une hausse notamment portée par les métiers spécialisés de Natixis. Le groupe BPCE est désormais en 4ème position de notre classement des banques. Le résultat net part du groupe est en hausse à 3,2 milliards d’euros.

Groupe CM11-CIC : Ce groupe est composé de 11 fédérations Crédit Mutuel, du Crédit Industriel et Commercial (CIC) et ses filiales. Le groupe mutualiste réalise un Produit Net Bancaire en hausse à 12,8 milliards d’euros, avec développement notable des activités extra-bancaire : assurances, téléphonie, télésurveillance et ventes immobilières… Le résultat net part du groupe affiche un niveau record pour ce groupe à 2,3 milliards d’euros.

La Banque Postale : La banque du groupe La Poste présente une légère hausse de son PNB 5,7 milliards d’euros (stable avec les arrondis…). Tout comme sa rentabilité qui atteint 707 millions d’euros. Son activité de crédit immobilier progresse de +43% profitant du contexte de renégociation des prêts immobiliers. La Banque Postale mise également sur la clientèle de professionnels et d’entreprises pour l’année 2016.

Crédit Mutuel Arkéa : Composé de 3 caisses régionales Crédit Mutuel Arkéa, la banque en ligne Fortuneo, et de nombreuses des filiales (bail, affacturage, assurance…). Ce groupe breton se fait remarquer par sa volonté d’indépendance vis-à-vis du groupe national Crédit Mutuel-CIC. Les irréductibles bretons communiquent un PNB de à 1,8 milliards d’euros et une rentabilité de 296 millions d’euros.

 

« Un attentat pour aider Le Pen »! (Trump)

« Un attentat pour aider  Le Pen »!  (Trump)

 

 

 

Toujours aussi pitoyable,  le président américain Donald Trump ne fait pas dans la dentelle pour apporter un soutien implicite à Marine Le Pen. Il a déclaré que l’attentat contre des policiers sur les Champs-Elysées, jeudi, allait « probablement aider » Marine Le Pen. D’une certaine manière le président américain instrumentalise les tragédies à des fins politiques. Une attitude évidemment indigne. L’exploitation de tels événements à des fins politiques discrédite évidemment eux qui se livrent à de tels  procédés lamentables. Lamentables mais aussi irresponsables car aucun pays ne peut aujourd’hui affirmer qu’il est à l’abri d’actes de terrorisme. Quand Marine Le Pen  affirme que si elle avait été présidente les différents événements tragiques de ces dernières années ne se seraient pas produits, elle se disqualifie comme présidente potentielle. Dans une interview à AP, Trump toutefois précisé qu’il n’apportait pas un soutien officiel à la candidate du Front national. Selon Trump, Marine Le Pen va être boostée car « c’est la plus ferme sur les frontières et la plus ferme sur les événements récents en France  ». Après l’attaque, il avait déjà spéculé sur ses conséquences, tweetant : « Une autre attaque terroriste à Paris. Le peuple français n’acceptera pas cela très longtemps. Cela aura un gros effet sur l’élection présidentielle ». On en vient à se demander si certains politiques ne souhaitent se développent des événements dramatiques pour justifier leur politique. Les responsables du monde entier devraient se montrer beaucoup plus prudents car aucun pays n’est épargné par ces actes de terrorisme même en Russie pays pourtant très policé. En fait, on instrumentalise les  criminels  islamistes pour justifier une politique souverainiste et nationaliste qui malheureusement n’a pas grand-chose à voir avec les événements tragiques évoqués.

 

Débat France 2: Macron et Le Pen les plus regardés ?

Débat France 2: Macron et Le Pen les plus regardés ?

Pas vraiment un succès pour France 2 pour son débat avec chaque candidat. En cause la forme de l’émission relativement répétitive et ennuyeuse aussi une certaine overdose de politique chez des électeurs auxquels ont promets la lune depuis les primaires débutées en novembre. Le premier débat sur TF1 avait réuni 10 millions de téléspectateurs le 20 mars. Le second 6,3 millions sur BFM. L’émission de France 2 a été suivie par seulement 4,66 millions de téléspectateurs. macro suivie de Le Pen ont été les plus suivis tandis que l’extra terrestre Cheminade figure en dernière position Au cours de la soirée, les deux candidats les plus suivis, selon les audiences recensées par le site Puremédias , ont été Emmanuel Macron avec 5,26 millions de téléspectateurs (21,3% du public) entre 22h11 et 22h29 et Marine Le Pen avec 5,10 millions entre 20h39 et 20h56 (20,2% de l’audience). Suivent Benoît Hamon (5,07 millions entre 21h15 et 21h33, soit 19,6% du public) et Philippe Poutou, qui avait fait sensation lors du débat du 4 avril : de 21h52 à 22h10, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste a rassemblé 5,03 millions de téléspectateurs (19,9%). Viennent ensuite Nicolas Dupont-Aignan (4,95 millions entre 21h33 et 21h51, soit 19,1%), François Asselineau (4,85 millions de 20h57 à 21h14, 18,9%), Nathalie Arthaud (4,68 millions de 20h21 à 20h38, 19,7%) et Jean-Luc Mélenchon qui a débuté la soirée et été suivi par 4,50 millions de téléspectateurs (20,4% de l’audience), selon Puremédias. Les moins suivis ont été les trois candidats passés en fin de soirée : François Fillon, dernier à passer (4,40 millions entre 23h06 et 23h25, soit 26,4% du public), Jacques Cheminade (4,17 millions entre 22h29 et 22h48, soit 18,4%) et enfin Jean Lassalle qui, de 22h48 à 23h06 a été suivi par 4,06 millions de personnes soit 21,2% du public). 

Présidentielle 2017 : Cheminade, Lassalle et Asselineau : des vieux qui s’ennuient !

Présidentielle 2017 : Cheminade, Lassalle et Asselineau : des vieux qui s’ennuient !

 

On se demande si ce n’est pas par ennui que certains candidats âgés ont présenté leur candidature pour l’élection présidentielle. Le plus caricatural et le plus lunaire aussi, c’est sans doute Cheminade cet  ENA qui déjà s’ennuyait au ministère des affaires étrangères et qui débite un discours surréaliste et incompréhensible proposant notamment de coloniser Mars.  C’est sa troisième candidature à l’élection présidentielle. Jacques Cheminade est le fondateur du parti Solidarité et Progrès et candidat au scrutin. En 1995, il avait récolté 0,28% des voix et en 2012, 0,25%. Il veut notamment   »Lancer des programmes pour la construction de transporteurs spatiaux de troisième génération et l’industrialisation de la lune, plateforme future vers mars et le reste du système solaire et pour raccourcir la durée future des trajets Terre-Mars et au-delà, développer la propulsion nucléaire », peut-on lire dans son programme. Autre personnage extra terrestre François Asselineau qui veut transformer la France en village gaulois et dont le propos est difficilement compréhensible tellement il son discours de référence juridique et administratif. Comme ancien énarque lui aussi il entretient avec les réalités socio-économiques des liens assez approximatifs. Comme tout énarque bien constitué, Asselineau peut débiter son discours avec force précisions juridiques ou administratives. Par contre, il est incapable de connaître le prix d’un porte-avions. Dommage car dans son programme il demande que la France commande un second porte-avions. Sur CNews il est tombé dans le piège de l’incompétence car il était incapable d’indiquer le prix d’un porte-avions dont pourtant il demande l’achat. Du coup il s’est fortement énervé et a reproché au journaliste de lui poser des questions trop pointues.  Il est ensuite parti dans une colère froide. «Est-ce que vous avez demandé comment MM. Macron et Fillon sont en train de préparer, eux, le programme des Français? Arrêtez de poser ce genre de questions pointues!», s’est-il emporté. Alors que le journaliste s’étonnait de constater que le candidat ne maîtrisait pas son propre programme, il s’est à nouveau énervé. «Non, c’est pas vrai, ça coûte pas 3 à 4 milliards», a-t-il affirmé, à tort – un porte-avion coût bien 4 à 7 milliards. «Vous voulez que je fasse du Macron?», a-t-il enfin interrogé. Le dernier extraterrestre est Lasalle, au demeurant sympathique et sans doute honnête, mais qui ne parvient pas à construire une seule phrase et qui inlassablement répond à n’importe quelle question posée « je reconstruirai un état et j’ai un budget » ! On se demande bien ce que ce candidat lunaire vient faire dans une telle élection. Peut-être ces trois candidats âgés veulent-ils combler l’ennui pour apparaître le temps d’une campagne sur les écrans télévisés. La vieillesse est parfois un naufrage avait dit Malraux.

Attentat à Paris : Poutou ou le gauchisme irresponsable

Attentat à Paris : Poutou ou  le gauchisme  irresponsable

Poutou  illustre sans doute le mieux ce qu’est le gauchisme complètement irresponsable. Un gauchisme qui s’exprime le plus souvent à travers les positions radicales des syndicats rétros et corpos. Une stratégie syndicale qui privilégie la lutte pour la lutte et refuse tout compromis dans l’intérêt des salariés qu’ils sont supposés représenter. Un courant politique qui pourrit nombre d’organisations syndicales et au-delà une grande partie du syndicalisme français. Poutou en se présentant aux présidentielles a montré toute l’étendue de son irresponsabilité lorsqu’il a proposé le désarmement de la police en apprenant l’attentat des Champs-Élysées. En effet Au cours de ses « 15 minutes pour convaincre », sur France 2, le candidat du NPA a détaillé l’une des propositions de son programme : le désarmement de la police. Or, quelques instants auparavant, David Pujadas avait alerté les téléspectateurs qu’une fusillade venait de se produire à Paris et qu’un policier avait perdu la vie dans l’attaque. En outre sa diatribe contre la police « qui fait chier les jeunes » est apparue pour le moins déplacée. « On a vu ce qui s’est passé lors des manifestations de la loi Travail, il y a des agressions de la police. La répression policière dans les quartiers, avec 10 à 15 jeunes qui sont tués sous les coups de la police chaque année »  Même s’il s’est dit « attristé » en fin d’émission, le candidat anticapitaliste s’est sans doute mis à dos une large part de l’électorat.  Des policiers en tenue lui auraient même signifié verbalement leur mépris , à la sortie du studio. Philippe Poutou a ravivé la polémique sur LCI. « Si les policiers n’étaient pas armés, peut-être qu’ils n’auraient pas été visés par ces gens. »  Pour le candidat du NPA, « l’Etat est de plus en plus répressif » et « l’état d’urgence n’est en rien une réponse au terrorisme, il ne sert à rien ». Dénonçant « le racisme d’Etat » qui engendre « une violence en retour », il n’a pas hésité à relativiser l’attentat des Champs-Elysées.  « Pourquoi on ne réagit pas pareil lorsqu’il y a des morts au travail ? La violence prend plein de formes différentes. Il y a une violence du travail et de la précarité. Tant qu’on n’a pas une société d’égalité, on crée plein de problèmes par la suite ». Et de confier, à propos des personnes suspectées de radicalisation :  « Je n’en sais rien de ce qu’il faut faire des fichés S. Et le gouvernement, il n’est pas fiché S ? ». Bref l’étalage de l’irresponsabilité totale du gauchisme tant sur le terrain social que sur le terrain politique. Heureusement un candidat qui aura du mal à dépasser les 2 % est en décalage complet avec la société française. Même si certaines critiques de Poutou sont justes.

 

2017 : des sondages douteux, pourquoi ?

2017 : des sondages douteux,  pourquoi ?

 

Certains derniers sondages paraissent assez discutables ; en effet ; soit ils annoncent que les quatre principaux candidats se tiennent tous à environ 20 %, soit que l’écart est de cinq points entre Macron  et Fillon. Plus le vote se rapproche et plus et plus les tentations de manipulation sont grandes. En cause, plusieurs facteurs explicatifs : la taille de l’échantillon, la méthodologie, la marge d’erreur, le redressement et l’interprétation politique. Un sondage fournit  une photo à un moment donné de l’état de l’opinion et ne peut constituer une prévision des résultats d’une élection. Pour autant, l’addition de plusieurs sondages permet de dégager des tendances lourdes. Deux instituts ont poussé cette logique jusqu’à l’extrême : Ifop-Fiducial (pour Paris Match, iTélé et Sud Radio) et OpinionWay-Orpi (pour Les Echos et Radio Classique), qui publient un sondage quotidien, selon la méthode du « rolling ». Ces organismes interrogent tous les jours environ 500 personnes environ et calculent leur résultat sur trois jours pour obtenir un échantillon de près de 1.500 personnes. Parmi les insuffisances, il faut relever la faiblesse des échantillons construits sur la base de quotas supposés représenter les catégories socioprofessionnelles telles que l’INSEE les identifie. En général,  environ 1000 personnes participent à ce sondage, en tout cas répondent  aux questions mais quelquefois 500 ou 700 réponses sont réellement exploitables. Du coup, les marges d’erreur sont importantes. D’une façon générale plus l’échantillon est restreint et plus les marges d’erreur sont grandes. Des marges d’erreur pratiquement impossibles à calculer de manière précise. En général on retient une marge de 2,5 à 3 % mais compte tenu des indécis, aujourd’hui de la proportion importante cette marge est souvent plus proche de 5 %. Du coup, tous les sondages actuels peuvent être remis en cause car il donne des résultats précisément dans cette marge d’erreur.  Prendre pour argent comptant un écart de 2 points, c’est presque de la naïveté », explique Emmanuel Rivière, de la Sofres. Or ces l’écart qu’on constaterait aujourd’hui entre les premiers et les derniers des quatre principaux prétendants. Dernière observation, celle concernant les sondages bidons qui s’affranchissent des méthodologies scientifiques et qui s’appuient  par exemple sur le volume d’informations d’Internet voire sur des panels de leaders d’opinion. Du bricolage méthodologique ;  les expressions sur Internet relève de l’auberge Espagnole ; on n’y trouve le meilleur le pire et même des manipulations dans certaines proviennent de l’étranger en particulier de sites d’origine russe.  Exemple, Asselineau serait en tête danser classement avec Le Pen et Mélenchon. En conclusion, on ne peut condamner ces sondages mais leur résultat et surtout leur interprétation doivent  susciter la plus grande prudence.

2017 sondage : Fillon remonte ? (Opinionway)

2017 sondage : Fillon remonte ? (Opinionway)

 

Avec 21% des intentions de vote au premier tour de la : présidentielle, François Fillon progresserait  d’un point et talonne le duo de tête constitué d’Emmanuel Macron (23%, stable) et de Marine Le Pen (22%, stable), selon le sondage quotidien Opinionway-Orpi pour Les Echos et Radio Classique publié vendredi. Un sondage un peu contradictoire avec celui de l’IFOP qui donne Macron à près de 24,5%. Mais tous les résultats se situent dans la marge d’erreur.  Le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, recule quant à lui d’un point, à 18%, tandis que le socialiste Benoît Hamon est stable, à 8%.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

12345...1130



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol