Archive pour le Tag 'Darmanin'

Direction de « Renaissance »: Attal grille la politesse à Darmanin

Direction de Renaissance: Attal grille la politesse à Darmanin

De retour des États-Unis pour la réunion de l’OTAN, Macron  a piqué  une nouvelle colère d’adolescent en constatant qu’Attal avait profité de la période pour se faire soutenir comme futur candidat du groupe renaissance à l’Assemblée nationale. Macron, avait en effet espérer une espèce de direction collégiale mais avec Darmanin à la manœuvre pour se rapprocher de l’ancien groupe des républicains. Attal a brillamment manœuvré depuis des semaines et surtout pendant toute la campagne électorale en multipliant les soutiens de son camp. Macron vient de s’apercevoir peut-être de son erreur dramatique de dissolution et pire sa perte de contrôle sur son clan.

 

En clair, c’est un nouveau coup de Brutus- pratiqué par Macron lui-même vis-à-vis d ‘Hollande-et qui acte le divorce entre les deux intéressés en même temps que la mise à l’écart du président de la conduite de la politique française. Autre exemple ,la décision unilatérale d’Attal de suspendre l’application de la réforme de l’ASSEDIC sans en avoir parlé au préalable au président

Le problème c’est que Macron est tellement égocentrique et aveugle qu’il risque à nouveau de prendre des initiatives insensées pour casser le jouet politique qu’vient de lui retirer. Le maintien de sa présence à l’Élysée pourrait alors se poser.

Législatives: Darmanin a besoin de LFI

Législatives:  Darmanin  a besoin de  LFI

Darmanin aura besoin des voies de pour être réélu député à Tourcoing.

Les résultats du premier tour, qui s’est tenu le dimanche 30 juin 2024 :

– Gérald Darmanin (Ensemble – Renaissance) : 36,03 %
– Bastien Verbrugghe (RN) : 34,31 %
– Leslie Mortreux (Front Populaire-LFI) : 24,83 %

 

Violences- Couvre-feu pour les moins de 13 ans : Darmanin favorable

Violences: Couvre-feu pour les moins de 13 ans : Darmanin favorable

 

Darmanin, le ministre de l’intérieur, s’est dit «favorable» au couvre-feu pour les moins de 13 ans. «Les mineurs, ça doit être chez eux, chez leurs parents», a martelé Gérald Darmanin.

 D’après le ministre, il «n’est pas normal que des enfants, des adolescents, des mineurs soient dans la rue à minuit, une heure, deux heures du matin.» «Ils doivent être chez eux, ils doivent dormir, ils doivent aller le lendemain à l’école», a-t-il tonné.

Couvre-feu pour les moins de 13 ans : Darmanin favorable

Couvre-feu pour les moins de 13 ans : Darmanin favorable

 

Darmanin, le ministre de l’intérieur, s’est dit «favorable» au couvre-feu pour les moins de 13 ans. «Les mineurs, ça doit être chez eux, chez leurs parents», a martelé Gérald Darmanin.

 D’après le ministre, il «n’est pas normal que des enfants, des adolescents, des mineurs soient dans la rue à minuit, une heure, deux heures du matin.» «Ils doivent être chez eux, ils doivent dormir, ils doivent aller le lendemain à l’école», a-t-il tonné.

Darmanin bousculé en Guadeloupe

Darmanin  bousculé en Guadeloupe

 

Encore un nouvel incident cette fois-ci dirigé vers le ministre de l’intérieur. Sans doute encore un  marginal mais qui témoigne d’une façon générale du climat de violence dans le pays. Gérald Darmanin a été vivement empoigné jeudi 18 avril près de Pointe-à-Pitre dans les locaux de la chaîne Guadeloupe  par un jeune homme qui a aussitôt été interpellé et placé en garde à vue.

 

Le ministre n’a pas été blessé, selon les témoins de la scène. Il a ensuite enregistré comme prévu son interview.

Les faits se sont déroulés alors que le ministre de l’Intérieur venait enregistrer une interview dans les locaux de cette télévision, à Baie-Mahault, au terme de son déplacement en Guadeloupe au cours duquel il a annoncé l’instauration d’un couvre-feu à partir de 20 heures pour les mineurs à Pointe-à-Pitre, ville qualifiée de «coupe-gorge» par son maire.

 

Trafic de drogue : Darmanin ment !

Trafic de drogue : Darmanin ment !

 

Le ministre de l’intérieur prend sûrement ses rêves pour des réalités. Ainsi il affirme que lors de sa nomination comme ministre de l’intérieur la France comptait 4000 points de deal et qu’aujourd’hui 1000 ont été supprimés. En réalité, ce serait plutôt l’inverse. Même s’il est difficile de procéder à une évaluation exacte des points de deal, le commerce de la drogue s’est considérablement développé.

Il n’y a sûrement pas 4000 points de deal seulement; malheureusement en France dans chaque département, on n’en compte 10 à 20 , ce qui ferait jusqu’à 20 000 points de deal. Toutes les villes mêmes les plus petites sont concernées. Les grandes métropoles bien sûr avec la souvent un phénomène de violence y compris meurtrière comme à Marseille. Mais les villes moyennes sont impliquées et jusqu’aux villes de l’ordre de 10 000 habitants.

Dans ce domaine, comme dans bien d’autres malheureusement, le pouvoir se saoule de mots. Certes des actions sont entreprises mais elles ne sont nullement à la hauteur des enjeux. La France proportionnellement est l’un des pays les plus consommateurs de drogues et un centre stratégique pour l’Europe.

Le trafic de drogue représentée de l’ordre de 3 milliards de chiffre d’affaires par an dont la moitié pour le cannabis. On note par ailleurs un développement inquiétant des drogues de synthèse. Les opérations coup de points du pouvoir sont surtout à effet médiatique. Pendant 24 heures ou quelques jours le trafic est en quelque sorte gelé par la police, on procède à quelques arrestations et après le départ des forces de l’ordre tout reprend comme avant.
Darmanin comme les autres ce satisfait de mots car les moyens et la volonté ne sont pas à la hauteur des enjeux

Gérald Darmanin a également expliqué qu’il y a trois ans, lorsqu’il est devenu ministre de l’Intérieur, « 4.000 points de deal étaient recensés » et que 1.000 parmi eux ont été supprimés « et ne se sont pas reconstitués ».

Alors que les saisies sont en augmentation, de « très nombreux trafiquants ont été arrêtés ». Selon le ministre, 2023 a été une « année record » avec 36.329 interpellés sur le territoire.

Enfin, le ministre de l’Intérieur a pointé du doigt « la responsabilité des consommateurs, notamment les plus bourgeois » et a assuré mettre la même intensité dans la lutte contre la drogue partout. « Les quartiers populaires subissent la consommation des quartiers bourgeois », a-t-il conclu de manière très démagogique.

« 1000 points de deals supprimés en trois ans » !!!! d’après Darmanin

« 1000 points de deals supprimés en trois ans » !!!! d’après Darmanin

Le ministre de l’intérieur prend sûrement ses rêves pour des réalités. Ainsi il affirme que lors de sa nomination comme ministre de l’intérieur la france comptait 4000 points de deal et qu’aujourd’hui 1000 ont été supprimés. En réalité, ce serait plutôt l’inverse. Même s’il est difficile de procéder à une évaluation exacte des points de deal, le commerce de la drogue s’est considérablement développé.

Il n’y a sûrement pas 4000 points de deal seulement; malheureusement en France dans chaque département, on n’en compte 10 à 20 , ce qui ferait jusqu’à 20 000 points de deal. Toutes les villes mêmes les plus petites sont concernées. Les grandes métropoles bien sûr avec la souvent un phénomène de violence y compris meurtrière comme à Marseille. Mais les villes moyennes sont impliquées et jusqu’aux villes de l’ordre de 10 000 habitants.

Dans ce domaine, comme dans bien d’autres malheureusement, le pouvoir se saoule de mots. Certes des actions sont entreprises mais elles ne sont nullement à la hauteur des enjeux. La France proportionnellement est l’un des pays les plus consommateurs de drogues et un centre stratégique pour l’Europe.

Le trafic de drogue représentée de l’ordre de 3 milliards de chiffre d’affaires par an dont la moitié pour le cannabis. On note par ailleurs un développement inquiétant des drogues de synthèse. Les opérations coup de points du pouvoir sont surtout à effet médiatique. Pendant 24 heures ou quelques jours le trafic est en quelque sorte gelé par la police, on procède à quelques arrestations et après le départ des forces de l’ordre tout reprend comme avant.
Darmanin comme les autres ce satisfait de mots car les moyens et la volonté ne sont pas à la hauteur des enjeux

Gérald Darmanin a également expliqué qu’il y a trois ans, lorsqu’il est devenu ministre de l’Intérieur, « 4.000 points de deal étaient recensés » et que 1.000 parmi eux ont été supprimés « et ne se sont pas reconstitués ».

Alors que les saisies sont en augmentation, de « très nombreux trafiquants ont été arrêtés ». Selon le ministre, 2023 a été une « année record » avec 36.329 interpellés sur le territoire.

Enfin, le ministre de l’Intérieur a pointé du doigt « la responsabilité des consommateurs, notamment les plus bourgeois » et a assuré mettre la même intensité dans la lutte contre la drogue partout. « Les quartiers populaires subissent la consommation des quartiers bourgeois », a-t-il conclu de manière très démagogique.

Enseignement-Macron,, Lemaire, Darmanin, la ministre de l’éducation etc : tous élèves de l’école privée

Enseignement-Macron, Lemaire, Darmanin, la ministre de l’éducation etc : tous élèves de l’école privée

Ce qui semble caractériser la plupart des responsables de ce gouvernement et d’autres c’est le choix d’être candidat à la gestion de l’intérêt général mais de choisir son intérêt particulier pour l’éducation des enfants. Ainsi la plupart des responsables comme Macon, Bruno Lemaire, Dar mana ou encore l’actuel ministre de l’éducation ont tous choisis l’école privée soit comme élève, soit pour leurs enfants.

Sur le plan légal il n’y a rien à redire sinon qu’en général le coût d’accès école privé n’est pas le même que le coût dans le public. En bref pour l’essentiel ce sont les plus favorisés qui choisissent l’établissement d’enseignement privé.

Sur le plan strictement scolaire, il est clair que la déliquescence du système français a largement contribué au déclassement de la France dans ce domaine comme ailleurs. Le choix est donc légitime mais on peut reprocher à nos plus grands responsables la grande faiblesse de l’enseignement en France et d’une certaine manière leur hypocrisie par rapport à leur choix personnel.

Macron, Lemaire, Darmanin, la ministre de l’éducation etc : tous élèves de l’école privée

Macron, Lemaire, Darmanin, la ministre de l’éducation etc : tous élèves de l’école privée

Ce qui semble caractériser la plupart des responsables de ce gouvernement et d’autres c’est le choix d’être candidat à la gestion de l’intérêt général mais de choisir son intérêt particulier pour l’éducation des enfants. Ainsi la plupart des responsables comme Macon, Bruno Lemaire, Dar mana ou encore l’actuel ministre de l’éducation ont tous choisis l’école privée soit comme élève, soit pour leurs enfants.

Sur le plan légal il n’y a rien à redire sinon qu’en général le coût d’accès école privé n’est pas le même que le coût dans le public. En bref pour l’essentiel ce sont les plus favorisés qui choisissent l’établissement d’enseignement privé.

Sur le plan strictement scolaire, il est clair que la déliquescence du système français a largement contribué au déclassement de la France dans ce domaine comme ailleurs. Le choix est donc légitime mais on peut reprocher à nos plus grands responsables la grande faiblesse de l’enseignement en France et d’une certaine manière leur hypocrisie par rapport à leur choix personnel.

Départ de Darmanin après les JO ?

Départ de Darmanin après les JO ?


Darmanin a beaucoup insisté pour demeurer dans le gouvernement avant que Attal ne soit nommé par Macron. En réalité, l’actuel ministre de l’intérieur visait le poste de Premier ministre et cela même avant la nomination d’Élisabeth Borne. Pour lui, c’est effectivement une désillusion. Il veut cependant montrer sa capacité de gestion à l’occasion du maintien de l’ordre lors des JO. Au lendemain, il pourrait bien partir si le bilan est satisfaisant. Il commencerait alors à s’inscrire dans une perspective visant directement l’échéance présidentielle de 2017. Darmanin a en effet compris que le jeune Attal avait été jeté dans ses roues justement pour l’empêcher d’être candidat en 2027.

Dans l’opposition, en tout cas dans la liberté d’expression, Darmanin pourra reconstruire sa dynamique d’expression pour combattre en particulier le rassemblement national. En tout cas pour l’instant car l’éventualité d’un grand succès du RN pourrait ensuite balayer tout le paysage politique à droite.

Le ministre de l’Intérieur depuis 2020, Gérald Darmanin, a déclaré au Figaro que « sa mission » est « de réussir les Jeux olympiques », ajoutant « qu’après un cycle au ministère de l’Intérieur sera atteint ».

Gérald Darmanin, gardien des clés de la place Beauvau depuis 2020, envisage-t-il de renoncer à sa fonction dans un futur proche? C’est ce que laissent sous-entendre ses paroles dans un article du Figaro.

Si le ministre affirme que « sa mission, c’est de réussir les Jeux olympiques », il souligne « qu’après, un cycle au ministère de l’Intérieur sera atteint ».

D’après les mots du quotidien, Gérald Darmanin suggère « qu’il faudra une respiration politique pour lui comme pour ses collègues » du gouvernement, constitué comme un « électrochoc fait pour gagner les élections européennes » de juin.

Darmanin, symbole des illusions perdues du macronisme

Darmanin, symbole des illusions perdues du macronisme

Le projet de loi sur l’immigration était annoncé comme un moment décisif pour les différents acteurs de la vie politique française et en particulier pour Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur. Il constitue sans doute un tournant important pour l’homme politique et illustre a plusieurs égards les difficultés auxquelles font face Emmanuel Macron, le macronisme et le système politique français dans son ensemble. Les derniers événements ont été particulièrement difficiles pour le ministre même si celui qui a remis sa lettre de démission, refusée par l’Élysée (suite au vote de la motion de rejet de la loi sur l’immigration) se félicite aujourd’hui de la séquence politique qui a vu l’adoption de cette même loi. L’homme politique est-il pour autant renforcé de cet épisode et que nous dit-il de l’état du macronisme ?

Par Olivier Guyottot, INSEEC Grande École dans La Tribune

Si Gérald Darmanin a pu publiquement interroger sa volonté de se positionner dans la course pour le poste de président de la République, il fait très clairement parti des personnes qui pourraient prétendre à la succession d’Emmanuel Macron.

Darmanin s’est construit une image d’homme de droite attaché au respect de l’ordre et son rôle de ministre de l’Intérieur a donné corps à ce positionnement. Mais plusieurs ratés (incidents du Stade de France, attaques terroristes…) et polémiques (affaire Karim Benzema, accusation de viol…) ont écorné sa réputation d’efficacité et de rigueur. Le rejet de « son » projet de loi sur l’immigration porte un coup certain à ses ambitions personnelles qui s’appuyaient en grande partie sur sa légitimité en matière de sécurité.

Difficile pourtant de prévoir ce qu’il adviendra des ambitions présidentielles de Darmanin tant la période qui s’ouvre est inédite sous la Ve République. Pour la première fois, un président encore jeune quittera la présidence sans avoir été battu… alors que la possibilité qu’il puisse se représenter de manière non consécutive n’est pas écartée.

Jamais, une telle situation n’était arrivée et la succession d’Emmanuel Macron risque donc de réserver des stratégies et des montages politiques nouveaux.

Pour la première fois, la favorite des sondages et de l’élection présidentielle pourrait être Marine Le Pen, la candidate du parti représentant l’extrême droite française. Dans ce contexte, le positionnement d’homme de droite de Darmanin et sa connaissance des dossiers régaliens, légitimés par son passage place Beauvau, seront sans doute recherchés par ceux qui décideront de se lancer dans la bataille face à Marine Le Pen.

Lors de sa première élection présidentielle, Emmanuel Macron s’était fait élire en promettant de dépasser le clivage droite/gauche.

Les sujets mis en avant, à l’image de l’immigration, et les mesures prises, comme dans le cadre de la réforme des retraites, semblent entériner l’idée que le parti présidentiel penche désormais fortement à droite.

Le départ d’anciens alliés issus de la gauche, à l’instar tout récemment de Daniel Cohn Bendit, parait d’ailleurs confirmer ce virage.

Lors de la seconde élection, il avait déclaré que le résultat morcelé du premier tour l’obligeait à faire de la politique autrement et qu’il avait compris le message. L’épisode des échanges et négociations entre Darmanin et Les Républicains (LR) lors de la loi sur l’immigration donne pourtant l’image de manœuvres politiciennes peu en accord avec l’idée de nouvelles pratiques politiques et de la recherche d’un consensus autour d’un projet commun. Alors que certains en appellent à une VIᵉ république, la façon dont les jeux de pouvoir s’organisent sous et autour d’Emmanuel Macron rappelle en tous points celles des époques précédentes.

La loi sur l’immigration symbolise à plusieurs égards la « politique à l’ancienne » que l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron devait faire disparaître. En ce sens, elle illustre l’échec de la tentative de faire de la politique autrement. La décision de certains élus macronistes de ne pas rempiler suite au premier quinquennat, avaient déjà en partie mis en exergue ce phénomène. Force est constater que l’utilisation répétée du 49.3 semble témoigner des difficultés du camp présidentiel à co-construire, à négocier, à convaincre.

L’incapacité de parvenir à mettre en place de nouvelles pratiques politiques illustre un phénomène plus profond pour la Ve République et le système démocratique : celui du décalage entre la façon dont les décideurs politiques comprennent les messages des urnes et des élections et la réalité des aspirations des électeurs et de la population. L’affaire de la loi sur l’immigration vient rappeler que le macronisme n’est pas parvenu à combler ce décalage… qui s’est sans doute amplifié au cours des dernières années suite à des scandales comme l’affaire Benalla ou la crise des « gilets jaunes ».

Mais l’épisode de la loi sur l’immigration est aussi un tournant politique car la motion de rejet de la loi sur l’immigration a donné lieu à un vote uni de LR, du Rassemblement national (RN) et de la gauche. Cette alliance, bien que de circonstance, montre à quel point le Rassemblement national est devenu un parti comme les autres au sein de la vie politique française.

Le Front Républicain contre l’extrême droite s’est transformé en un Arc Républicain visant tous les extrêmes. Et les partis « traditionnels » s’allient désormais de plus en plus avec le RN au hasard des circonstances. La stratégie de Marine Le Pen visant à cultiver une image sérieuse et modérée à l’Assemblée Nationale semble donc porter ses fruits, d’autant plus qu’elle positionne son groupe parlementaire en complète opposition avec la stratégie volontiers provocatrice et belliqueuse de LFI et de certaines personnalités de gauche.

Comme ses prédécesseurs, Emmanuel Macron, qui avait affirmé qu’il parviendrait à faire baisser l’extrême droite en France, ne parvient pas à empêcher l’expansion du RN. Les figures comme Gérald Darmanin semblaient pourtant destinées à élargir le spectre du parti présidentiel et devaient faire barrage au parti d’extrême droite en se positionnant sur ses thématiques et ses idées. Les déboires du ministre de l’Intérieur illustrent au contraire les limites des stratégies de lutte contre l’extrême droite visant à s’appuyer sur des personnalités censées reprendre et représenter leurs idées pour attirer les électeurs.

Mais l’expansion du RN est à mettre en perspective avec les succès des partis d’extrême droite dans plusieurs pays d’Europe comme en Italie ou au Pays Bas ou par exemple en Argentine. L’exemple français n’est pas exceptionnel et ces succès donnent un parfum de fatalité à l’incapacité d’Emmanuel Macron et du camp présidentiel à contrer l’expansion du parti présidé par Jordan Bardella.

La période de turbulences économiques, sociales, géopolitiques et environnementales actuelle est aussi un terrain particulièrement fertile pour la montée des extrêmes et des populismes. Dans le cas de la France, cette montée ne pourra être un tant soit peu contenue que si des personnes comme Gérald Darmanin et Emmanuel Macron parviennent à éviter des séquences comme celle de la loi sur l’immigration tant elles mettent en lumière les illusions perdues de leur aventure politique.

______
Par Olivier Guyottot, Enseignant-chercheur en stratégie et en sciences politiques, INSEEC Grande École

Démission de Darmanin : refusée !

Démission de Darmanin : refusée !


Darmanin a présenté sa démission après avoir échoué à l’Assemblée nationale à faire adopter son projet de loi sur l’immigration. Une démission refusée par Macron qui ne peut évidemment affaiblir encore un peu plus un gouvernement déjà très diminué. Certes Macron aurait pu accepter la démission du ministre de l’intérieur mais aussi en profiter pour procéder à une modification du gouvernement. Le seul problème, c’est qu’aucune personnalité ne convient au profil recherché par Macron.

Il faut dire aussi que l’annulation du projet de loi de Darmanin suscite la plus grande confusion. D’abord ce projet de loi a été en partie vidé de sa substance. Ensuite, il ne s’applique pas à l’Algérie enfin ceux qui l’ont refusé l’on fait pour des motifs complètement opposés. On a ainsi les voix de ceux qui sont pour une plus grande sévérité vis-à-vis de l’immigration et les voix de ceux qui au contraire souhaitent un plus grand laxisme voir une tolérance totale.

L’opinion publique aura du mal à voir clair dans ses additions de contradictions sur un sujet sensible comme l’immigration ou les prises de position politique comptent au moins autant que le contenu même de la loi.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a donc présenté lundi sa démission au président de la République, Emmanuel Macron, qui l’a refusée, après le refus de l’Assemblée nationale d’examiner son projet de loi sur l’immigration.

« Le président de la République a demandé à la Première ministre et au ministre de l’Intérieur et des Outre-Mer de lui faire des propositions pour avancer en levant ce blocage et aboutir à un texte de loi efficace », a-t-on ajouté.

La gauche, une partie des Républicains et le Rassemblement national ont voté ensemble lundi une motion de rejet du projet de loi sur l’immigration porté par Gérald Darmanin, empêchant ainsi son examen par l’Assemblée nationale.

Présidentielle 2027 : Darmanin futur Premier ministre d’ Édouard Philippe ?

Présidentielle 2027 : Darmanin futur Premier ministre d’ Édouard Philippe ?


Il est clair qu’au sein du gouvernement, personne ne parvient à s’imposer pour remplacer le moment venu Macron en 2027. Du coup Gérald Darmanin en tire sans doute des conclusions en prenant d’ores et déjà les devants pour annoncer qu’il soutiendra la candidature d’Édouard Philippe.

Une manière bien entendu aussi de se préparer comme futur premier ministre. Un poste qu’il envisage depuis longtemps afin d’obtenir la crédibilité suffisante avant la magistrature suprême.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est donc déclaré dimanche prêt à soutenir l’ex-Premier ministre Édouard Philippe à la présidentielle de 2027, parce qu’il est le «mieux placé» pour battre Marine Le Pen. «Je pense qu’Édouard Philippe est le mieux placé aujourd’hui, au moment où je vous parle», a déclaré Gérald Darmanin au média Brut qui l’interrogeait sur ses propres ambitions présidentielles.

«Moi je pense qu’il faut soutenir le mieux placé parce que je crois que Madame Le Pen peut gagner l’élection présidentielle. Je pense que c’est dangereux pour notre pays, même si je respecte Madame Le Pen», a-t-il dit dimanche au média Brut. «Je souhaite qu’Édouard Philippe puisse porter cela s’il respecte un certain nombre de choses sur lesquelles on peut être d’accord ou pas», a-t-il ajouté sans plus de précisions.

Société et Insécurité : 63 % ne font pas confiance au gouvernement et à Darmanin

Société et Insécurité : 63 % ne font pas confiance au gouvernement et à Darmanin

Selon un nouveau sondage Elabe pour BFMTV 84% des Français se disent inquiets face à la menace terroriste, dont 33% très inquiets.63 % ne font pas confiance au gouvernement et Darmanin dans ce domaine.

Si, après les événements des derniers jours, la majorité (56%) des Français ne compte pas modifier son quotidien, quatre sur 10 déclarent avoir l’intention de changer leurs comportements s’agissant de leur vie quotidienne et des sorties (éviter d’assister à de grands événements ou d’aller dans des lieux touristiques par exemple).

Mais pour 59% des Français, l’exécutif ne met pas en œuvre tous les moyens nécessaires à la lutte contre la menace terroriste en France (37% non, pas vraiment et 22% non, pas du tout). À l’inverse, pour 40% des Français, l’exécutif met en œuvre tous les moyens nécessaires, dont 32% plutôt et 8% tout à fait.

Les Français se montrent globalement peu confiants face aux capacités de l’exécutif dans ce dossier (63% ne font pas confiance à Gérald Darmanin pour lutter contre la menace terroriste et 55% ne font pas confiance à Gabriel Attal pour que l’école soit protégée).

Mais ce manque de confiance s’applique à l’ensemble de la classe politique: pour une majorité de Français, aucun parti d’opposition ne ferait mieux que l’exécutif. Seul le Rassemblement national tire un peu son épingle du jeu, avec 38% des Français qui déclarent que ce parti ferait mieux que le gouvernement d’Élisabeth Borne en matière de lutte contre le terrorisme.

Pour 75% des personnes interrogées par Elabe, l’expulsion de tous les étrangers considérés comme dangereux par les services de renseignement est une mesure efficace pour lutter contre le terrorisme en France (33% très efficace, 42% plutôt efficace). 19% jugent cette mesure pas vraiment efficace et 6% pas du tout efficace.

Mais l’ensemble de la population se montre très sceptique quant à sa mise en place: 77% pensent qu’elle ne va pas être appliquée. Un doute présent dans tous les électorats, y compris celui d’Emmanuel Macron (60%)

Société-Insécurité et terrorisme : 63 % ne font pas confiance au gouvernement et à Darmanin

Société-Insécurité et terrorisme : 63 % ne font pas confiance au gouvernement et à Darmanin

Selon un nouveau sondage Elabe pour BFMTV 84% des Français se disent inquiets face à la menace terroriste, dont 33% très inquiets.63 % ne font pas confiance au gouvernement et Darmanin dans ce domaine.

Si, après les événements des derniers jours, la majorité (56%) des Français ne compte pas modifier son quotidien, quatre sur 10 déclarent avoir l’intention de changer leurs comportements s’agissant de leur vie quotidienne et des sorties (éviter d’assister à de grands événements ou d’aller dans des lieux touristiques par exemple).

Mais pour 59% des Français, l’exécutif ne met pas en œuvre tous les moyens nécessaires à la lutte contre la menace terroriste en France (37% non, pas vraiment et 22% non, pas du tout). À l’inverse, pour 40% des Français, l’exécutif met en œuvre tous les moyens nécessaires, dont 32% plutôt et 8% tout à fait.

Les Français se montrent globalement peu confiants face aux capacités de l’exécutif dans ce dossier (63% ne font pas confiance à Gérald Darmanin pour lutter contre la menace terroriste et 55% ne font pas confiance à Gabriel Attal pour que l’école soit protégée).

Mais ce manque de confiance s’applique à l’ensemble de la classe politique: pour une majorité de Français, aucun parti d’opposition ne ferait mieux que l’exécutif. Seul le Rassemblement national tire un peu son épingle du jeu, avec 38% des Français qui déclarent que ce parti ferait mieux que le gouvernement d’Élisabeth Borne en matière de lutte contre le terrorisme.

Pour 75% des personnes interrogées par Elabe, l’expulsion de tous les étrangers considérés comme dangereux par les services de renseignement est une mesure efficace pour lutter contre le terrorisme en France (33% très efficace, 42% plutôt efficace). 19% jugent cette mesure pas vraiment efficace et 6% pas du tout efficace.

Mais l’ensemble de la population se montre très sceptique quant à sa mise en place: 77% pensent qu’elle ne va pas être appliquée. Un doute présent dans tous les électorats, y compris celui d’Emmanuel Macron (60%)

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol