Archive pour le Tag 'direction'

Air France: un syndicat pour les propositions de la direction

Air France: un syndicat pour les propositions de la direction

Le SPAF, le deuxième syndicat représentatif des pilotes de la compagnie, a décidé d’accepter la proposition salariale de Ben Smith, un « compromis ». Samedi 6 octobre, lors d’une réunion avec tous les syndicats, le nouveau directeur général d’Air France-KLM et d’Air France, a proposé une hausse des salaires en deux temps : 2% en 2018 et 2% le 1er janvier 2019, avec la promesse d’un rendez-vous en octobre 2019 pour parler de la suite.Cette proposition faisait suite à l’annonce du départ du Franck Terner et de Gilles Gateau, respectivement directeur général et directeur des ressources humaines d’Air France.« Nous pensons que la sortie d’une équipe directoriale déconfite doit permettre de mettre la suivante au défi dès son arrivée, sans aucunement faire table rase du passé. Il ne faut pas chercher, auprès de certains dirigeants, une forme de vengeance pour des erreurs commises par d’autres. Le SPAF, syndicat revendicatif et combatif, cherche des solutions plutôt que des querelles. Entre l’inertie et le mouvement, nous avons choisi le second », a déclaré le syndicat dans un communiqué.Et d’ajouter : « 4%, c’est à la fois peu et beaucoup. C’est peu, si on envisage les huit années de disette sans augmentation des barèmes des pilotes, et beaucoup si on évalue les maigres résultats des négociations passées. (…) Il s’agit de défendre un schéma auquel nous croyons, non parce qu’il est le seul possible, le meilleur ou le moins pire, mais parce qu’il est juste et qu’il ouvre la porte au dialogue et au mouvement ». Le SNPL, syndicat le plus corpo, est en désaccord avec les propositions de la direction mais  certaines personnalités du SNPL ont demandé au bureau du syndicat de consulter les pilotes sur cette proposition.

 

Telecom Italia : Vivendi viré de la direction

Telecom Italia : Vivendi viré de la direction

 

Ce qui va arriver après le vote qui attribue  au  fond activiste Elliott les deux-tiers des sièges au conseil d’administration de Telecom Italia, affaiblissant l’influence que détenait jusque-là le français Vivendi, premier actionnaire de l’opérateur télécoms italien. Cinq candidats du groupe de médias et de divertissement, dont l’actuel administrateur délégué de TIM Amos Genish et le président du directoire de Vivendi Arnaud de Puyfontaine, pourront toutefois faire partie du conseil. Les deux adversaires seront ainsi contraints de trouver les moyens d’enterrer la hache de guerre et de coexister pour redresser l’ancien monopole, lourdement endetté. La principale interrogation porte désormais sur le choix d’Amos Genish, un soutien affiché de Vivendi mais respecté par le gouvernement et les autres investisseurs, de rester ou non à la tête de l’opérateur. Considéré comme la carte maîtresse de Vivendi, ce dernier a fait savoir que sa position serait “intenable” si Telecom Italia se retrouvait avec un conseil qui ne soutient pas son plan stratégique. Il s’agit d’un nouveau coup dur pour Vivendi qui n’est pas parvenu à ce jour à résoudre son conflit avec le diffuseur italien Mediaset dans lequel il a également investi. “C’est un revers stratégique. L’objectif de créer un géant des médias et des télécoms sud-européen est enterré”, estime Jean-Baptiste Sergeant, analyste à Mainfirst.

Suppression de l’ »exit tax » : nouveau signal de Macron en direction des riches

Suppression de  l’ »exit tax » : nouveau signal de Macron en direction des riches

 

Macron voudrait incarner le président des très riches qu’il ne s’y prendrait pas autrement ; Il a en effet choisi le premier mai pour annoncer son intention de supprimer l’exit tax qui frappe ceux qui déménagent à l’étranger pour des raisons fiscales  L’ »exit tax », instaurée en 2011, impose les plus-values sur des participations détenues par les contribuables qui quittent la France, afin de dissuader le transfert de domicile fiscal à l’étranger. Cette mesure, qui s’applique aux contribuables détenant un patrimoine en actions et obligations supérieur à 800.000 euros ou au moins 50% du capital d’une entreprise. Pour Macron cet exit tax  serait symbole « négatif » pour l’attractivité de l’économie française ! E Macron affirmer aussi  que son choix est justifiée  par le faible rendement de l’ »exit tax ». En fait le faible rendement s’explique par son caractère relativement dissuasif. Contacté par l’AFP, l’ex-secrétaire d’Etat au Budget Christian Eckert s’est dit pour sa part « choqué » par le choix d’Emmanuel Macron, s’interrogeant également sur le calendrier de cette annonce, « effectuée le 1er mai »« soit le jour de la fête du Travail ». « L’argument selon lequel cette taxe rapporterait peu d’argent ne tient pas », assure l’ancien député socialiste, qui attribue le faible rendement de l’ »exit tax » à son effet « dissuasif »« Au moment où tout le monde parle de lutter contre l’évasion fiscale, il semble incompréhensible de la supprimer », ajoute Christian Eckert, pour qui le dispositif bénéficiait d’un « relatif consensus politique ». De critiques rejointes par la gauche comme par la droite. Surtout un mauvais signe qui aggrave le déséquilibre de la politique sociale. Au delà d’aspect économique et financier, une erreur politique. 

 

Air France : une proposition « finale » de la direction

Air France : une proposition « finale » de la direction

Alors que L’intersyndicale a confirmé son appel à la grève pour les journées des 18, 19, 23 et 24 avril, la direction propose un accord  de négociation  « final ». En clair c’est à prendre ou à laisser. La grève aurait déjà couté autour de 200 millions d’ après Ar France qui veut y mettre fin avec cette nouvelle proposition d’augmentation de salaires. Celle-ci porte sur une hausse salariale de 1% supplémentaire en 2018 qui s’ajoute au 1% déjà proposé et sur une augmentation générale de 1,65% par an pour les années 2019, 2020 et 2021 (soit + 5% en moyenne) qui entraînerait pour les salariés, selon la direction, une hausse de salaire de 12,5% en moyenne entre 2018 et 2021, en tenant compte des augmentations individuelles et du GVT (glissement vieillesse technicité). Pour les pilotes, la hausse sera supérieure. La compagnie est prête à se mettre autour de la table pour discuter de leurs revendications spécifiques. En plus de la hausse générale, ils demandent 4,7% supplémentaires. Par ailleurs, pour les plus bas salaires, les hausses salariales de 1% en 2018 et de 1,65% par an entre 2019 et 2021 s’accompagnent d’un plancher de 25 euros par mois en 2018 et de 40 euros par mois pour les trois années suivantes. La direction intègre une clause de revoyure en cas de baisse des résultats financiers. Elle sera déclenchée si le résultat d’exploitation passe en dessous de 200 millions d’euros. Pour rappel, ils ont atteint en 2017 588 millions d’euros. “Poursuivre le conflit et refuser cette proposition d’accord particulièrement favorable pour les salariés d’Air France serait prendre une lourde responsabilité vis-à-vis de toute l’entreprise et de ses clients.” Air France précise que le projet d’accord final qu’elle a présenté lundi à l’intersyndicale est soumis à signature jusqu’à vendredi 20 avril à 12h00.

Scandale pollution Volkswagen : un cadre reconnait avoir été manipulé par la direction

Scandale  pollution Volkswagen : un cadre reconnait avoir été manipulé par la direction

 

Comme dans la plupart des scandales économiques, financiers ou environnementaux, on choisit  des boucs émissaires pour ne pas affecter l’image de la société et de ses dirigeants. Des boucs émissaires souvent impliqués mais qui n’étaient pas les vrais décideurs. C’est d’ailleurs la même démarche qui a été effectuée par d’autres constructeurs automobiles y compris en France Ainsi chez Volkswagen on a rapidement désigné quelques cadres responsables auxquels on a demandé de réciter des discours écrits par la direction. Dans le cadre de sa procédure de plaider coupable, Oliver Schmidt  cadre  des services d‘ingénierie environnementale de VW à Auburn Hills, dans le Michigan, jusqu‘en février 2015  reconnait avoir accepté de réciter un discours, ou des éléments de langage, convenu avec la direction de Volkswagen et un avocat de haut rang lors de sa rencontre avec Alberto Ayala, “Avec le recul, je n‘aurais jamais dû accepter de rencontrer le docteur Ayala ce jour-là”, écrit-il. “Ou mieux encore, j‘aurais dû me rendre à cet entretien et ignorer les instructions qui m‘avaient été données et dire au docteur Ayala qu‘il y avait un appareil de manipulation dans les véhicules à moteur diesel de VW et que VW trichait depuis plus d‘une décennie. Je ne l‘ai pas fait et c‘est pourquoi je me retrouve là aujourd‘hui.” “Je dois dire que j‘ai le sentiment d‘avoir été manipulé par ma propre entreprise dans le scandale diesel ou ‘dieselgate’”, écrit Oliver Schmidt au juge Sean Cox dans cette lettre enregistrée auprès d‘un tribunal fédéral américain. Cette lettre a été mentionnée dans un premier temps par le journal allemand Bild am Sonntag. Un porte-parole de Volkswagen a refusé de s‘exprimer sur le sujet en invoquant la procédure en cours. Ce scandale a déjà coûté 30 milliards de dollars (25,2 milliards d‘euros) au constructeur allemand, qui a reconnu en septembre 2015 avoir installé des logiciels de manipulation des émissions polluantes sur ses moteurs diesel. Dans le cadre de sa procédure de plaider coupable, Oliver Schmidt risque sept ans de prison et une amende de 40.000 à 400.000 dollars après avoir reconnu sa participation à un complot destiné à tromper les autorités américaines et à enfreindre la législation environnementale sur la qualité de l‘air aux Etats-Unis.

Front national : la direction KO après le débat

Front national : la direction KO après le débat

 

Nombre de membres de la direction sont encore ko debout  après la défaite de Marine Le Pen lors du débat avec Macron.  D’un coup, tout s’est  écroulé ;  la bulle médiatique du parti extrême a explosé. Elle a d’abord révélé l’ignorance de ce parti vis-à-vis des réalités économiques. Elle a mis en évidence l’incohérence totale des orientations  Des orientations irresponsables que n’aurait pas nié le parti communiste dans les années 60 –Le débat a mis au jour le manque de consistance politique de Marine Le Pen. Une Marine Le Pen qui a détruit sa perspective de présidentiable avec  sa grossièreté, sa vulgarité et sa brutalité. Bref le Front National avec son vrai visage utilisant même l’intox  pour discréditer l’adversaire. Ainsi Marine Le Pen a  évoqué un hypothétique compte offshore de Macron en se fondant sur des informations dites d’origine américaine mais alimentées par les sites  Russes anti Macron. Après le dépôt de plainte de Macron, une enquête judiciaire a d’ailleurs été entamée. Après la déroute de Marine Le Pen il faut s’attendre à de sérieuses secousses  au sein national. Entre la tendance par le vice président  Philippot sorte de néo communiste à la sauce fasciste, de l’autre celle incarnée par Marion Maréchal Le Pen qui fait du combat identitaire le socle de son fonds de commerce. Une Marine Le Pen qui a  détruit sa perspective de présidentiable Le second tour de l’élection présidentielle approchant, Marine Le Pen a fait des choix qui ont brouillé son discours et son image, en particulier lors du tumultueux débat avec Emmanuel Macron qui a semé le doute dans ses rangs sur sa stature réelle. Malentendus sur l’euro, plagiat d’un discours de François Fillon et promotion d’un cadre de la première heure accusé de négationnisme : les impairs ont rythmé la fin de campagne après une première semaine d’entre-deux-tours pourtant menée sous le signe du volontarisme et du coup d’éclat tactique. Les instituts de sondages mesurent toutefois un tassement des intentions de vote en sa faveur et, mécaniquement, une remontée d’Emmanuel Macron, crédité de près de 25 points d’avance à deux jours du scrutin. La série noire a commencé avec la nomination de Jean-François Jalkh à la tête du parti d’extrême droite pour assurer l’intérim de Marine Le Pen, en « congé » de la présidence. Aussitôt, la presse a exhumé des déclarations prêtées à ce dirigeant historique mais jusque-là resté dans l’ombre, dans lesquelles il cite les thèses d’un auteur négationniste concernant l’usage de Zyklon B dans les chambres à gaz nazies. A partir du week-end dernier, c’est un pan essentiel du programme – la volonté d’abandonner la monnaie unique européenne – qui a donné lieu à un imbroglio au sommet de la hiérarchie frontiste. L’accord de gouvernement scellé avec Nicolas Dupont-Aignan et révélé le 29 avril précise que cette mesure, sur laquelle Marine Le Pen fonde l’essentiel de son programme économique, n’avait rien d’un « préalable », ouvrant la voie à des interprétations divergentes. Une partie de l’état-major semble avoir déjà fait une croix sur la présidentielle et songe désormais à l’étape suivante, les législatives du mois de juin, la jauge qui permettra d’évaluer la place exacte du parti au cours des cinq prochaines années – à la marge ou au coeur du jeu politique. Au-delà, se pose la question du sort de Marine Le Pen, créditée de 38% des intentions de vote dans un sondage Odoxa publié vendredi. « Si ce résultat se confirme dimanche prochain, ce sera un sérieux coup dur pour Marine Le Pen qui, malgré sa qualification en finale, ne sera pas/plus forcément la mieux placée pour incarner l’opposition à Emmanuel Macron et se mettre en bonne situation pour les législatives », note l’institut.

Royal au chômage faute de direction du PNUD

Royal au chômage faute de direction du PNUD

 

 

Ce n’est pas véritablement un drame social mais Ségolène Royal risque de se retrouver au chômage. Elle avait en effet visé plusieurs postes internationaux mais sa candidature ne semble pas recueillir un grand enthousiasme. Il faut dire que ses  sorties anachroniques, ses  approximations, ses  contradiction aussi ont nui à l’image de la ministre de l’écologie. En outre, sa gestion financière catastrophique de la région Poitou Charente lorsqu’elle était présidente n’a pas manqué d’interroger sur ses compétences en matière de gestion.  Dernier élément sans doute : Ségolène Royal ne représente plus grand-chose politiquement puisque son parti sera complètement marginalisé lors des présidentielles pour atteindre à peine 10 % des intentions de vote.  L’Allemand Achim Steiner devrait donc être nommé directeur du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD), douchant les espoirs de la ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal, d’occuper cette fonction. »Il y a un jury qui s’oriente vers ça », a-t-elle reconnu mercredi sur France 5. « Je le regrette bien sûr, ça ne correspond pas à ce qui avait été dit mais ça c’est la vie. » Ségolène Royal a ajouté que la procédure n’était « pas terminée » et jugé surprenant que ce soit un homme qui obtienne le poste alors qu’il était selon lui promis à une femme. « De toute façon, je trouverai l’opportunité de mettre au service du combat climatique et des enjeux internationaux ma force de conviction », a-t-il expliqué. L’ex-compagne de François Hollande avait officialisé sa candidature le 24 mars à New York, expliquant qu’elle inscrivait cette candidature dans la continuité de la présidence de la 21e conférence des Nations unies sur le climat (COP21), qu’elle a assumée à la suite de Laurent Fabius.

 

Volkswagen : la direction au courant depuis 2014

Volkswagen : la direction au courant depuis 2014

 

Alors que la direction de Volkswagen tente vainement de circonscrire le champ des responsabilités on apprend que le patron de la marque aux États-Unis était au courant depuis 2014. Voilà de quoi remettre en cause la stratégie de Fabrice vagal qui veut faire porter le chapeau à quelques lampistes. Pour allumer un contre-feu la marque a en effet licencié 10 personnes dont trois ingénieurs supposés être les seuls responsables de cette tricherie. En vue de son audition par une Commission du Congrès américain, le patron de Volkswagen aux Etats-Unis, Michael Horn a reconnu avoir été informé dès 2014 d’un problème concernant les tests anti-pollution de certains de ses véhicules. Michael Horn, le PDG de Volkswagen Group of America, affirme avoir été informé par des ingénieurs de la société que le constructeur allemand trichait « peut-être » avec les tests d’émissions de ses moteurs diesels aux Etats-Unis.
 Alors que la police allemande est en train de procéder aux premières perquisitions au siège allemand de Volkswagen, à Wolfsburg ce jeudi, le scandale se poursuit outre-Atlantique. Le patron de la filiale américaine du constructeur, Michael Horn, s’apprête à répéter devant une Commission du Congrès américain chargée de l’auditionner ce qu’il a déjà affirmé dans un témoignage écrit, adressé à l’institution hier : oui, il était au courant qu’un problème grave pouvait affecter les tests d’émissions des moteurs diesel de ses véhicules aux Etats-Unis. Le PDG de Volkswagen Group of America aurait été informé dès le printemps 2014 que le constructeur allemand violait peut-être les règles aux Etats-Unis. Dans son témoignage écrit, le PDG précise : « Au printemps 2014 (…) j’ai été informé qu’il y avait une éventuelle non-conformité en termes d’émissions à laquelle il pourrait être remédié. » Il ajoute : « J’ai aussi été informé que des ingénieurs de la société travailleraient avec les agences pour résoudre le problème« , sans préciser l’identité de ses informateurs. Le problème aurait donc fait surface au moins 18 mois avant que le constructeur allemand ne reconnaisse sa responsabilité. 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol