Archive pour le Tag 'législatives'

Post Législatives : les clés d’un nouveau débat

Post Législatives : les clés d’un nouveau débat 

 

Sans majorité à l’Assemblée, une nouvelle façon de gouverner va voir le jour : ni jupitérienne, ni cohabitation, mais citoyenne expose le cercle de réflexion l’Odissée*

 

Une réflexion très intéressante mais qui suppose un changement de culture tout autant qu’ une nette amélioration des connaissances des bouleversements systémiques affectant aussi bien l’économie, la technologie, l’environnement que la société. NDLR

Après les élections présidentielles et législatives 2022, la France n’est pas gouvernable en l’état. Non parce qu’il n’y a plus de parti ni coalition majoritaire, mais surtout parce qu’il n’y a ni pratique ni même de culture de débat. Les résultats électoraux sont le produit du déclassement de la France, des non-dits politiques et sociaux, du rejet des sortants, du hasard des incidents électoraux, des interactions difficiles à la vitesse des médias sociaux et de l’abstention.

 

  • Le déclassement - Francophonie, influence dans le monde, PIB par habitant, chômage, système de santé, Éducation Nationale, dette publique… : le pays est en décrochage depuis des décennies. Au décalage entre l’imaginaire des Français et leur vécu correspond la difficulté de leurs élus à aligner leurs actes sur leurs discours. Certes, les attentes sont telles que qu’il est bien ardu d’y répondre. Ceux qui maîtrisent le verbe, voire la pensée, savent manœuvrer pour obtenir la victoire électorale. Mais la victoire économique et sociale à long terme sur la scène internationale nécessite un tout autre genre de profil et de compétences. Les échecs prévisibles et visibles sur les sujets stratégiques produisent chaque fois un peu plus d’insatisfaction. Et les mécontents sortent à nouveau les sortants.
  • Les non-dits - La logique du front républicain, qui a présidé à plusieurs séquences électorales depuis quarante ans, a remplacé la formulation de diagnostics partagés sur les grands enjeux. Le système public centralisé a réussi à tenir non par son efficacité, mais par sa faculté d’exclusion de certains acteurs et, avec eux, d’informations, analyses et idées dont ils sont porteurs. Mais les faits sont têtus et rattrapent les acteurs : les effets réduits de solutions imparfaites à des problèmes mal posés finissent par se voir. Les citoyens découvrent que l’État et ses représentants sont démunis et leurs masques s’estompent.
  • Le rejet - Rejeter les uns n’est pas adhérer aux autres. Le grand-écart des reports de voix entre les extrêmes entre les deux tours révèle que les électeurs sont loin de tous approuver les idées du candidat de leur second choix. Si le parti majoritaire en 2017 a fait l’objet d’un rejet en 2022, les votes recueillis par ses concurrents ne révèlent pas un accord avec leurs propositions. Dans nombre de territoires, les vainqueurs bénéficient plutôt du licenciement de leurs prédécesseurs et prennent tout simplement sa place devenue vacante.
  • Le hasard - Dans quantité de circonscriptions, le résultat s’est joué à peu de voix. Les derniers événements médiatisés auraient pu être tout autres. Ils auraient alors fait pencher la balance autrement… Et une majorité aurait pu surgir d’un coin ou d’un autre de l’échiquier politique. De plus, l’équation individuelle d’une personnalité dans son terroir joue en sa faveur ou sa défaveur, quelle que soit son orientation politique, parfois elle-même en désaccord partiel avec son parti. Le vent aléatoire qui pousse ici ou là peut changer de cap au moindre incident de dernière minute lors de la prochaine élection.
  • La déconnexion - Les internautes ont pris l’habitude de s’exprimer aisément avec l’outil qu’ils ont dans leur poche : ils ne se contentent plus d’une voix… ils prennent la parole et aspirent désormais à être entendus ! Si l’interaction facile et immédiate devient une norme, elle ne produit cependant pas encore de raisonnement collectif. Convertir des empilements de monologues en dialogue fécond est un défi pour tout décideur. Comme les autres, partis et candidats sont encore loin de répondre à cette exigence.
  • L’abstention - Avec près de 54% d’abstention (environ 57% au sein du corps électoral, non-inscrits inclus), le premier choix du corps électoral est donc : un non-choix ! Quel qu’il soit, l’élu n’obtient que le second score. Une alliance entre tous les candidats n’obtiendrait pas un score supérieur à l’abstention. Aussi, aucune alliance de second plan ne sera assez représentative pour asseoir une légitimité réelle et durable aux yeux de nombreux citoyens.

Nouvelle situation, nouvelle méthode

L’élection ne relève donc que rarement d’un ancrage intellectuel compris et assumé à la fois par l’élu et par ses électeurs. Si la légitimité légale est indéniable, il n’en va donc pas de même pour la légitimité éthique : si le choix des électeurs n’est pas affirmé, le mandat qu’ils confient n’est pas clair non plus. Aussi, un élu se doit de concilier son programme électoral avec la variété des nuances de la diversité des citoyens. Cette ré-conciliation des divergences ne peut s’opérer qu’à travers le débat producteurs d’évolutions perceptibles.

Certes, l’émiettement de l’Assemblée Nationale constitue une occasion d’établir une meilleure qualité de délibération intergroupe. Et donc au sein des groupes et des partis qui devront s’y préparer. Cela pourrait même constituer une bouée de sauvetage pour la Ve République, pour un temps au moins.

Mais le débat entre leurs représentants ne pourrait suffire pour provoquer le réveil de nos concitoyens, pour les extirper de leur rancœur issue de discours infantilisants et des petites phrases simplistes dont ils sont abreuvés depuis des générations. Les parlementaires doivent donc parlementer entre eux, mais aussi parlementer avec les citoyens, et même jouer de médiateur entre citoyens opposés, voire hostiles. Surtout que les contraintes désagréables vont s’enchainer du fait de l’entrée dans la transition globale de la planète (climat, énergie, pollutions, biodiversité, matières premières…). Cela au moment même où l’État n’a bientôt plus de moyens, d’autant que l’inflation qui arrive va augmenter la charge du remboursement de sa dette, alors qu’il reste cependant attendu partout et par tous.

Comment faire passer nos concitoyens de l’état de vassaux qui attendent la protection de l’état-providence centralisé et lointain à celui d’inventeurs proactifs d’une nouvelle société ?  Pour accélérer la qualité du discernement et la créativité collective, puis le repérage et la mise en œuvre des meilleures solutions, encore faut-il activer la responsabilité intellectuelle de chacun vis-à-vis de tout et de tous.

Actionner sans délai toutes les intelligences suppose un réveil citoyen. Or, pour que le citoyen se lève, il faut lui donner une raison, lui démontrer l’importance de ses contributions, lui donner le signal de son utilité dans la société.

Cela passe par l’appel à participer à des débats non partisans. Mais attention, il s’agit de débattre, débattre véritablement : il faut casser les miroirs aux alouettes et les outils de marketing politique. Car, faire croire aux électeurs qu’ils seront entendus alors que l’on a que faire de leurs propos ferait encore le lit de la violence.

L’attractivité du processus dépend de sa faculté à organiser la production de consensus forts car fertiles, innovants et visibles. Pour cela, la méthode de réflexion collective doit garantir la consolidation interactive du raisonnement collectif par l’intégration de la diversité des apports de tous :

  • Informations, analyses, expériences et propositions,
  • Paramètres politiques, économiques et sociaux,
  • Dimensions locales, nationales et internationales,
  • Enjeux personnels, professionnels et sociétaux,
  • Intérêts particuliers, intérêts collectifs et intérêt général,
  • Idéaux, contingences et comportements actuels,
  • Orientations à long terme et objectifs opérationnels à court terme,

Les sujets, y compris les plus stratégiques, doivent être abordés les uns après les autres, selon un calendrier préétabli en accord avec les participants. Tous doivent être retravaillés à fréquence suffisamment élevée pour optimiser leurs interconnections entre eux ainsi que leur ré-adéquation systématique au monde qui bouge.

Dans tous les territoires et à tous les niveaux, les décideurs politiques, économiques et sociaux vont devoir assumer un nouveau rôle d’organisateur de débats responsables et efficaces. Dans tous les partis, syndicats et entreprises, l’enjeu consiste à réinventer le lien dirigeant-dirigé. Il s’agit de placer chacun en situation de contribuer à la réécriture de leurs propres projets. De la faire avec toutes les parties concernées. Et de les inscrire dans un nouveau projet de société forgé peu à peu ensemble. Il revient à chaque décideur de décider de rompre avec la verticalité, d’adapter à la France l’exemple des pays du Nord de l’Europe qui fonctionnent mieux qu’elle.

Alors seulement la France et les Français procéderont à une relecture de leur présent et de leur passé, ainsi qu’à l’articulation d’une vision partagée et enthousiasmante de leur avenir. Chacun pourra s’engager dans l’accomplissement du destin commun défini ensemble et abonder avec ses moyens, ses talents et ses énergies. Sans cet accouchement collectif, quels qu’ils soient, élus et citoyens ne seront pas en mesure de prendre en mains le destin français.

Sans cela, l’inertie sociale fera ressurgir la colère et la violence, encore amplifiées. Ce serait alors la dissolution, une nouvelle roulette électorale sans plus d’assise socio-politique qu’aujourd’hui et, quel que soit le vainqueur, la poursuite de l’affaissement !

________

NOTES

(*) Afin d’éviter les écueils des faux dialogues générateurs de suspicion, de rupture et de conflits, La Tribune ouvre ses colonnes à l’Odissée. Pilotée par son directeur et expert de la dialectique, Jean-François Chantaraud, la chronique hebdomadaire « Ne nous fâchons pas ! » livrera les concepts, les clés opérationnelles de la méthode en s’appuyant sur des cas pratiques et sur l’actualité.

L’Odissée, l’Organisation du Dialogue et de l’Intelligence Sociale dans la Société Et l’Entreprise, est un organisme bicéphale composé d’un centre de conseil et recherche (l’Odis) et d’une ONG reconnue d’Intérêt général (les Amis de l’Odissée) dont l’objet consiste à « Faire progresser la démocratie dans tous les domaines et partout dans le monde ».

Depuis 1990, l’Odissée conduit l’étude interactive permanente Comprendre et développer la Personne, l’Entreprise, la Société. Dès 1992, elle a diffusé un million de Cahiers de doléances, ce qui l’a conduit à organiser des groupes de travail regroupant des acteurs des sphères associative, sociale, politique, économique qui ont animé des centaines d’auditions, tables rondes, forums, tours de France citoyens, démarches de dialogue territorial et à l’intérieur des entreprises.

L’Odissée (*)

 

Campagne législatives : Elisabeth Borne, pas à la hauteur

Campagne législatives : Elisabeth Borne, pas à la hauteur 

  • Pascal Perrineau, politologue, estime qu’ Élisabeth Bernard pas été à la hauteur lors  de la campagne électorale des législatives .  Elisabeth Borne n’a pas joué son rôle de chef de la majorité durant la campagne. Par ailleurs, il relativise les résultats dans l’Opinion. 
Le bloc majoritaire a perdu environ trois points, les composantes de la Nupes ont gagné deux ou trois points. Au fond, on assiste à une assez grande stabilité de ces blocs même si, avec la Nupes, une gauche radicale est de retour. »

On évoque beaucoup une « résurrection de la gauche » mais la Nupes dépasse tout juste un quart des voix. « Ce n’est pas un score fabuleux, juge le professeur émérite à Sciences Po. Comparé à ce que des candidats comme Yannick Jadot ou Jean-Luc Mélenchon ont su attirer au premier tour, c’est même une érosion. 25% à 26% pour un bloc de gauche, en France, ce n’est pas grand-chose. »

Toujours est-il que le résultat reste une déception pour le camp macroniste. « Les forces qui constituent Ensemble! ne sont jamais devenues de vrais partis locaux, analyse Pascal Perrineau. Or une élection législative, c’est aussi une élection locale. Même les députés sortants de la macronie sont souvent inconnus au bataillon ». En outre, « la campagne a été indigente : programme extrêmement tardif, extrêmement flou, manque d’énergie… Et Elisabeth Borne n’a pas joué son rôle de chef de la majorité durant la campagne. »

Si Emmanuel Macron devait décrocher moins de 289 députés à l’issue du second tour, la situation serait-elle comparable à ce qu’a connu François Mitterrand en 1988 ? « Elle serait proche, car en 1988, Mitterrand ne dispose pas de la majorité. Mais il ne lui manque que quelques unités pour atteindre la barre des 289 et le gouvernement de Michel Rocard va de temps en temps s’appuyer sur les élus d’Outre-Mer, sur les centristes et les modérés, de temps en temps les communistes… Et il y avait l’article 49.3 qui a été utilisé 28 fois, ce qui n’est plus possible aujourd’hui. Ça sera plus difficile, surtout s’il manque une vingtaine de députés (…). Ça apprendra à Emmanuel Macron un peu de culture parlementaire ! On se mettra autour d’une table, on discutera, on cherchera des compromis… Je vis ça plutôt comme une qualité que comme un défaut. »

Pour Pascal Perrineau, « l’électorat est de plus en plus exaspéré qu’on lui dise de voter contre la droite radicale, contre la gauche radicale… Les électeurs ont envie qu’on leur donne de bonnes raisons pour voter. Un projet, une ambition pour le pays et il faut bien reconnaître que ce n’était pas le cas pour ces législatives. »

Campagne électorale Législatives 2022 : une caricature ?

Campagne électorale  Législatives 2022 : une caricature ? 

 

Entamée sur de lourds non-dits, la campagne des élections législatives qui prend fin vendredi 17 juin menace de se terminer dans la caricature. Chaque jour, le ton monte un peu plus entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, comme si l’on était encore dans le prolongement du match présidentiel, alors qu’il s’agit d’élire 572 députés (cinq l’ayant déjà été au premier tour) pour un travail primordial d’élaboration de la loi et de contrôle de l’exécutif. L’excessive présidentialisation du régime se lit à travers l’impossibilité d’exister pour les autres acteurs, à commencer par la première ministre, Elisabeth Borne, qui échoue à imprimer sa marque en ce début de quinquennat.( papier du Monde)

 

La feinte dont use depuis des mois le camp présidentiel face au retournement de la conjoncture et à l’impopularité de son projet de retraite à 65 ans est en passe de se retourner contre lui. En en disant le moins possible, le président de la République espérait anesthésier le débat et éviter la cristallisation d’un camp contre lui. En parvenant à réaliser l’union des gauches derrière sa personne, l’« insoumis », qui n’était arrivé qu’en troisième position lors du premier tour de la présidentielle, a déjoué le piège. Il s’est mis en situation de pouvoir priver le président de la République d’une majorité, dimanche 19 juin, si un nombre suffisant d’abstentionnistes le rallient.

 

Depuis, l’Elysée peine à reprendre la main, alternant silence et déclarations dramatiques, comme celle prononcée sur le tarmac de l’aéroport d’Orly, mardi 14 juin. Avant de s’envoler pour la Roumanie, le président de la République a solennellement exhorté les Français à donner « une majorité solide au pays », en soulignant le risque d’ajouter « un désordre français au désordre du monde ».

Il est normal qu’un chef d’Etat fraîchement réélu demande à son peuple de lui donner les moyens de présider. Mais la dramatisation excessive du ton, alors que la campagne s’est déroulée sous anesthésie, comme à distance du chaos du monde, a surpris. Si la France vit, comme le dit Emmanuel Macron, « un moment historique », il eût été nécessaire que les citoyens y soient associés de près.

 

Faute de l’avoir fait, le chef de l’Etat en est réduit à pratiquer ce qu’il a longtemps dénoncé : la politique politicienne. Pour tenter de réveiller les électeurs du centre et de la droite, il s’emploie à rejeter Jean-Luc Mélenchon dans le camp de ceux qui menacent la République. Ce faisant, il renvoie dos à dos l’extrême droite et une partie de la gauche, rompt avec la logique du front républicain qui prévalait depuis 2002, suscite le malaise au sein même de ses troupes, pour un résultat aléatoire. A gauche, la dynamique repose sur la fierté d’avoir retrouvé le chemin de l’union, si bien que, à ce stade, les sorties de route de son porte-drapeau comptent relativement peu, de même que l’incohérence programmatique de la coalition qu’il a fait naître.

 

Se trouvent ainsi réunies les conditions d’une fin de campagne à côté des vrais sujets : plus l’environnement international s’obscurcit, plus les effets du réchauffement climatique deviennent tangibles, plus la France se rétrécit dans des querelles qui n’ont pas lieu d’être. Le camp de la Nupes y prend toute sa part. Depuis dimanche, son propos n’est pas de tenter de crédibiliser un coûteux projet de rupture qui promet la retraite à 60 ans ou le smic à 1 500 euros net, mais de révéler de prétendues hausses d’impôts cachées du projet Macron. La ficelle a beau être grosse, elle est complaisamment relayée, achevant de donner à cette campagne le caractère qu’elle ne devrait pas avoir : celui de ne pas être sérieuse, en des temps d’une extrême gravité.

Législatives : claque pour Macron et pays ingouvernable

Législatives : claque pour Macron et pays  ingouvernable

Sur fond de rumeurs de démission d’Elisabeth Borne, les discussions vont déjà bon train pour trouver la recette qui permettra à Emmanuel Macron de gouverner cette assemblée introuvable et inédite. Tractations avec la droite LR encore très rétive, construction d’une majorité d’action, tous les scénario sont sur la table au risque du grand bazar qui fait surtout le jeu de Marine Le Pen. (papier de la Tribune)

 

La situation est inédite sous la Vème République : les Français n’ont pas permis à Emmanuel Macron d’avoir une majorité absolue à l’Assemblée Nationale. « Ensemble », est même loin de la barre fatidique des 289 députés. Pour la coalition présidentielle, l’échec est cuisant. Pour Renaissance, encore plus. Emmanuel Macron ne se retrouve donc pas uniquement face à un pays ingouvernable, il devra aussi composer dans son « camp » avec Edouard Philippe et François Bayrou. Pour le président, c’est la fin d’une aventure initiée en 2017, celle d’un hyper président qui adorait contourner les corps intermédiaires, mépriser les partis, et traiter parfois avec une certaine désinvolture l’ensemble des Français.

Dès le début de la soirée électorale, l’ambiance était pesante au sein de la macronie. Plusieurs figures du mouvement, notamment Richard Ferrand, jusqu’alors président de l’Assemblée Nationale, ou Christophe Castaner, ancien ministre de l’Intérieur, ont été battus. Plusieurs ministres également, comme Amélie de Montchalin ou Brigitte Bourguignon. Résultat, la cacophonie sur les plateaux de télévision au cours de la soirée électorale. En pleine déroute, certains macronistes sont allés jusqu’à faire des clins d’oeil appuyés au Rassemblement National qui a réussi une percée importante dans l’hémicycle du Palais Bourbon en multipliant par dix le nombre de ses députés. Ce fut le cas d’Éric Dupont Moretti ou d’Olivia Grégoire qui ont demandé aux représentants du RN s’ils étaient capables de voter dans le sens du gouvernement au cas par cas.

De son côté, après trois heures de réunion de crise à l’Elysée, Elisabeth Borne s’est pliée au traditionnel discours d’après résultat. Malgré le marasme politique, la Première ministre restait droite dans ses bottes en annonçant vouloir travailler « à constituer une majorité d’action », et rappelant que pour réaliser ces « compromis », « des sensibilités multiples devront être associées ». Selon plusieurs sources pourtant, Elisabeth Borne pourrait finalement donner sa démission. L’Elysée envisagerait de nommer à Matignon un profil LR compatible pour s’assurer les bonnes grâces du parti de droite au sein de l’Assemblée. Au cours de la soirée, la panique a gagné l’Elysée quand les projections de sondeurs donnaient un total des députés Ensemble et de LR inférieur aux 289 sièges nécessaire pour constituer une majorité absolue. Reste que chez les Républicains, le débat fait rage, entre un Jean-François Copé qui en a appelé à un créer un « pacte de gouvernement » et d’autres de ses camarades, comme Rachida Dati, beaucoup plus rétifs à donner un blanc seing à Emmanuel Macron.e

C’est tout le paradoxe de la séquence politique de 2022. Celui que la presse aime présenter comme « Jupiter », pourtant réélu à la présidentielle, doit désormais composer comme jamais pour un président nouvellement élu avec l’Assemblée Nationale. Le « disrupteur » Macron aura réussi à faire imploser la Vème République en restaurant par cette élection le bazar de la IVème. Et pour ne rien arranger, il doit faire face à un pays particulièrement divisé. Peu de temps après l’annonce des résultats, Jacques Sisteron, cette source « off » qui avait participé au coeur de la campagne macroniste de 2017, laisse éclater sa colère : « En fait, Macron a voulu optimiser le bordel. Résultat, les Français se retrouvent avec une bordelisation maximale. Avec cette majorité relative, le Palais Bourbon, ça va être Sarajevo. Sur le tarmac, c’était moi ou le chaos, ce soir, c’est mon chaos à moi. Bravo le génie ! »

Au parlement, Emmanuel Macron devra également compter sur la NUPES, devenue principale force d’opposition. « Ne méprisons jamais notre peuple », a prévenu Jean-Luc Mélenchon dans un discours très combatif dans lequel il avait néanmoins du mal à cacher sa déception. L’homme qui avait promis à ses électeurs d’imposer une cohabitation n’a pas réussi à mobiliser suffisamment dans une campagne électorale où ses adversaires ont tous joué la démobilisation. Avec 54 % d’abstention, ce second tour des législatives souligne une nouvelle fois la désaffection des Français pour le jeu démocratique, en particulier chez les jeunes, pourtant majoritairement acquis aux idées défendues par la NUPES.

Dans ce contexte explosif, Emmanuel Macron pourrait de nouveau avoir la tentation de passer en force s’il réussit à rallier à lui suffisamment de Républicains, notamment sur le dossier des retraites. Dans ce scénario, la NUPES ne réussira pas forcément à catalyser la colère sociale chez les Français. Les mouvements sociaux vont prendre le relais dans un troisième tour social. Pour ne rien arranger, avec l’explosion des prix à venir, les Gilets jaunes vont de nouveau se mobiliser.

Et le chaos ambiant pourrait finalement aboutir à tous les scénarios à la prochaine présidentielle. Comme un mauvais présage, Marine le Pen est la première à être intervenue à la télévision lors de cette soirée électorale. La patronne du parti d’extrême droite est alors apparue tout sourire et a réussi à griller la politesse à Jean-Luc Mélenchon qui était sur le point d’intervenir lui aussi. Autant dire que dans ce paysage politique fragmenté, la question de l’alternative politique à Emmanuel Macron se pose avec encore plus de force.

Elections législatives 2022 : un vote sanction contre la méthode Macron

Elections législatives 2022 : un vote sanction contre la méthode Macron

 

 

Le désir de renouvellement des élus qui habite les électeurs a empêché Emmanuel Macron d’obtenir la majorité absolue. Le président semble avoir été sommé de changer radicalement de méthode d’après Jérôme Fenoglio dans le Monde .

 

Une fois mis en mouvement, le dégagisme s’avère un mécanisme électoral presque impossible à enrayer. Porté au pouvoir par ce puissant phénomène de rejet, de ses prédécesseurs tout autant que de ses concurrents issus des partis traditionnels, Emmanuel Macron pensait lui avoir échappé en obtenant sa réélection à la présidence de la République, il y a près de deux mois. Las, c’est la majorité absolue qu’il revendiquait à l’Assemblée nationale qui vient d’être frappée de plein fouet par ce désir de renouvellement des têtes et de bouleversement des situations acquises qui semble tenailler les électeurs français. Au soir de ce second tour des élections législatives, M. Macron se retrouve face à un état des lieux tout aussi inédit que celui qui avait été dressé à son entrée à l’Elysée, cinq ans plus tôt.

Un vote sanction, sans équivalent après une réélection aussi récente, a presque réduit de moitié le nombre des députés de son parti, LRM, au sein d’une coalition, Ensemble !, à laquelle manquent plus de quarante sièges pour atteindre la majorité absolue, alors qu’elle était si large au cours du premier quinquennat. Il lui faudra donc se résigner à une majorité relative bien plus ténue, plus isolée, et infiniment moins souhaitée que celle à laquelle François Mitterrand avait confronté son premier ministre, Michel Rocard, après sa réélection de 1988.

Cette secousse politique majeure a valu bien des déconvenues au camp présidentiel durant la soirée : trois ministres défaites, nombre de figures du parti et du groupe parlementaire battues – dont Christophe Castaner et Richard Ferrand, piliers de la conquête puis de l’exercice du pouvoir – vont obliger à recomposer en profondeur la physionomie de la Macronie. Mais c’est un chiffre qui scelle, plus que tous les autres, l’échec du président. Dans la nouvelle Assemblée nationale siégeront, selon les décomptes du Monde, 91 députés issus de l’extrême droite, dont 89 du Rassemblement national. Ce nombre représente le triple du sommet historique atteint par le Front national de Jean-Marie Le Pen en 1986. Cette fois sans proportionnelle, alors que c’était le cas à l’époque. C’est au scrutin majoritaire, réputé si pénalisant pour ses troupes, que Marine Le Pen a cueilli ce succès au terme d’une campagne si relâchée qu’elle-même en semblait la première surprise.

Face à cette extrême droite, un mécanisme électoral, bien moins solide que le dégagisme ambiant, a été cassé : le front républicain. A force d’entorses passées, il était de fait déjà bien déréglé. Mais c’est le parti présidentiel qui lui a porté le coup fatal, dans l’entre-deux-tours de ces législatives, en ne donnant pas de consigne nationale pour faire battre les candidats RN, alors qu’Emmanuel Macron doit en bonne partie sa réélection face à Marine Le Pen au respect de cette discipline entre formations républicaines. Dimanche, ce sentiment de trahison s’est traduit par un effondrement général du réflexe républicain : d’après les sondages, les électeurs de LRM ne se sont pas davantage déplacés que ceux de la Nupes pour barrer la route à un concurrent RN. De la part de la majorité sortante, cette absence de réciprocité ne signe pas seulement le cynisme d’une manœuvre à courte vue – qui aura finalement contribué à nuire à son propre résultat.

Elle constitue surtout, pour M. Macron, un reniement majeur par rapport aux principes affichés lors de la fondation de son parti et des prémices de sa conquête du pouvoir. Les citations prononcées alors sont nombreuses et éloquentes. La lutte contre les causes du vote RN, et contre la formation politique qui en tire profit, figurait au premier rang des priorités. Jamais aucun signe d’égalité n’avait été tiré entre le parti d’extrême droite – dont les racines xénophobes n’ont pas évolué – et la protestation radicale portée par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, quels que soient les griefs formulés à son encontre.

Plus récemment, avant le second tour, des emprunts ont même été effectués dans le programme et les slogans du candidat « insoumis », des paroles amènes ont été prononcées à l’attention de ses partisans. Jusqu’à ce que l’accord conclu au sein de la Nupes ne modifie le rapport de force et conduise brusquement à traiter la coalition autour de M. Mélenchon comme le plus grand des périls, et comme une proposition « extrême ». Au risque de laisser penser que cet adjectif sert avant tout à disqualifier, au gré des circonstances, tout ce qui gêne l’accès puis le maintien au pouvoir d’Emmanuel Macron.

Dimanche soir, un homme était involontairement le révélateur de ces calculs et de ces reniements. Clément Beaune, ministre délégué chargé de l’Europe, a arraché de justesse son siège de député de Paris après avoir été l’un des très rares de son camp à appeler à voter, sans ambiguïté aucune, contre les candidats du RN. Au milieu de l’hécatombe des figures de la majorité, sa victoire sonnait comme un rappel bienvenu de ce que fut l’essence proclamée du macronisme : un attachement à la construction européenne viscéralement lié au rejet du nationalisme d’extrême droite.

Toutefois, les défaillances de la coalition présidentielle n’expliquent pas, à elles seules, le nombre historique de députés RN et l’attraction que ce parti exerce sur des électeurs loin d’être tous conscients des périls que cachent les nouvelles postures protectrices de Marine Le Pen. La complaisance prêtée par certains médias, et quelques intellectuels, aux premiers mois de campagne d’Eric Zemmour a certainement accentué le trouble, en laissant accroire que ces délires racistes et xénophobes étaient compatibles avec un rassemblement de toutes les composantes de la droite et de son extrême. La délimitation de ce qui peut être dit, et surtout être fait, en démocratie, n’en finit plus de susciter l’ironie. Les votes de barrage sont devenus objets de moquerie, l’invocation de principes républicains est assimilée à un bruit de quincaillerie.

Lors de ces législatives, les Républicains ont fini par payer le prix fort de cette banalisation, en voyant leur nombre de députés amputé de plus d’un tiers. Le RN pourra constituer un groupe plus puissant que le leur, et sans doute même revendiquer le statut de deuxième parti le mieux représenté à l’Assemblée, devant La France insoumise, composante la plus fournie de la Nupes.

Pour la gauche, ces élections laisseront un goût d’inachevé. Le mécanisme d’union a permis d’entrer en force dans l’Hémicycle. Les « insoumis » et les Verts obtiennent un nombre de sièges inédit, le PS maintient les siens à un niveau que ne laissait pas augurer le rapport des scores entre Anne Hidalgo et Jean-Luc Mélenchon. Mais le nombre de suffrages obtenus par la coalition n’a pas vraiment progressé par rapport au total de 2017, et l’objectif d’installer le troisième homme de la présidentielle à Matignon est loin d’avoir été atteint. La coalition devra se passer de la présence de son mentor pour s’imposer comme la première force d’opposition, et donner de la visibilité à ses propositions.

Face à ces deux blocs puissants, étant donné que pour l’heure Les Républicains refusent de devenir la force d’appoint d’une majorité absolue, que peuvent faire Emmanuel Macron et sa première ministre, Elisabeth Borne ? A l’évidence pas grand-chose si le président persiste dans les postures et les erreurs qui ont conduit à l’échec de ces législatives. Au jeune élu du premier mandat, qui voulait incarner tous les attraits de la nouveauté, a succédé, ces derniers jours, un chef de la majorité prêt à tirer toutes les ficelles usées du sortant pour s’épargner une vraie campagne : le refrain « moi ou le chaos », l’appropriation des symboles de la République, l’utilisation à outrance de la fonction, la dissimulation du programme, le dénigrement à géométrie variable des adversaires. Bref, à recourir à une hyperprésidentialisation si caricaturale qu’elle invalidait d’avance toutes les promesses de changement.

Le pire serait de persister dans cette tactique et de jouer sur le temps pour démontrer que la paralysie et le blocage sont le fait des oppositions, en rongeant son frein jusqu’à une dissolution. Le temps ne permet plus de se livrer à ces calculs tactiques. Les années du quinquennat qui s’ouvre constituent de fait une période sans retour, où, sur plusieurs fronts, des décisions doivent impérativement être prises.

La fournaise des jours qui ont précédé ce second tour a souligné à quel point l’action face à la crise climatique devient impérieuse. Les réformes et adaptations de nos sociétés de surconsommation doivent être lancées au plus vite. La crise géopolitique prend pour l’heure la forme d’une guerre sur notre continent, et débouche à court terme sur un risque de choc économique, fait de pénuries et d’inflation. La crise démocratique menace de défaire les Etats-Unis ; en France, nous l’avons sous les yeux, elle prend la forme d’une abstention qui n’a jamais été aussi forte, et elle vient d’envoyer près de cent représentants d’un parti d’extrême droite au Parlement. La conjonction de ces périls place, qu’on le veuille ou non, une responsabilité immense sur les épaules du président qui a été réélu pour les cinq prochaines années.

Par leur vote, les électeurs ne lui en ont pas dénié toute capacité, qu’il a montrée au plus fort de la pandémie de Covid-19. Mais ils semblent l’avoir sommé de changer radicalement de méthode : ne plus gouverner seul ou presque, consentir à débattre, prendre le temps de convaincre, composer au lieu d’imposer. Au cours de la si brève campagne écoulée, M. Macron avait théorisé, maladroitement, une « refondation » de la vie démocratique à l’écart de la représentation nationale. La majorité relative donne l’occasion de s’y atteler sans délai, à l’intérieur de l’Hémicycle.

 

Elections Législatives: le parachutage électoral, un vrai scandale démocratique

Elections Législatives: le  parachutage électoral, un vrai scandale démocratique

par Anne Chemin dans le Monde

 

C’est une métaphore politique qui renvoie au registre de la guerre : le « parachutage » consiste à envoyer sur le front électoral un officier étranger au bataillon. Pour les législatives, Eric Zemmour avait ainsi choisi de mener campagne dans le Var, Manuel Bompard à Marseille ou Jean-Michel Blanquer dans le Loiret – ce qui leur a valu un procès en illégitimité. Les débarquements de dernière minute, constate le politiste Michel Hastings dans le livre collectif Le Parachutage politique (L’Harmattan, 2003), suscitent le plus souvent une « réprobation éthique » opposant « le petit au gros, la province à la capitale, les gens d’en bas aux gens d’en haut, le bon sens à l’idéologie ».

La pratique est pourtant très ancienne. Sous la monarchie censitaire, au début du XIXe siècle, Guizot et Lamartine se portent candidats dans des régions où ils n’ont aucune attache. « Cette tradition se poursuit sous la IIIe République, observe Bernard Dolez, professeur de science politique à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. A la fin du XIXe, le système des candidatures multiples permet à Thiers, à Gambetta ou au général Boulanger d’être élus dans plusieurs départements – donc, forcément, dans des endroits qu’ils ne connaissent pas. La règle est supprimée en 1889, mais les parachutages restent fréquents : en 1929, Léon Blum devient député d’un département où il se rend très rarement, l’Aude. »

Si l’usage a plus de deux siècles, le terme, en revanche, est récent. Pour l’universitaire François Rangeon, il apparaît en 1951 dans un ouvrage de Maurice Duverger consacré aux partis. « L’auteur met le mot entre guillemets, ce qui indique qu’il s’agit, à l’époque, d’un néologisme », note-t-il dans Le Parachutage politique. Huit ans plus tard, le terme « parachuté » est cité dans L’Année politique, la revue des faits politiques, diplomatiques, économiques et sociaux d’André Siegfried, Roger Seydoux et Edouard Bonnefous : l’adversaire poujadiste d’Edgar Faure lors des législatives de 1958 est alors qualifié de « parachuté de la dernière heure ».

Le parachutage ne constitue pas « une entorse à la loi ou à la théorie démocratique », souligne le politiste François Rangeon. Parce qu’un député n’est pas censé représenter ses électeurs mais la nation tout entière, rien n’interdit en effet à un candidat aux législatives de se présenter dans une circonscription où il n’a aucune attache. « Cette pratique est cependant stigmatisée : elle sert à délégitimer son adversaire, souligne Bernard Dolez. Ce n’est pas le cas en Grande-Bretagne, où la vie politique est beaucoup moins territorialisée que dans l’Hexagone : la coutume veut ainsi qu’un ministre dépourvu de mandat parlementaire se présente dans la première circonscription qui se libère – où qu’elle soit. »

Législatives: Une victoire pour Marine Le Pen (Gilles Ivaldi)

Législatives: Une victoire pour Marine Le Pen (Gilles Ivaldi)

 Le RN a obtenu 90 sièges lors de ce second tour dimanche. Pour Gilles Ivaldi, chercheur spécialiste de l’extrême droite, ce résultat est « une victoire personnelle pour Marine Le Pen ».( Franceinfo)

 

 

 

Gilles Ivaldi, chargé de recherche au CNRS et au Cevipof (Sciences Po) et auteur de la note « Marine Le Pen, Éric Zemmour : social-populisme contre capitalisme populaire » (en PDF) en mars, analyse cette percée historique du RN après une présidentielle où Marine Le Pen avait déjà progressé au second tour.

Franceinfo : comment expliquez-vous le résultat du Rassemblement national pour ce second tour des élections législatives ?

Gilles Ivaldi : Pour moi, il y a trois explications principales à ce séisme politique que personne n’avait vu venir. La première, c’est que Marine Le Pen et le Rassemblement national ont mené une campagne discrète et furtive, mais sur une thématique qui était au cœur des préoccupations des Français : le pouvoir d’achat. Ses sorties sur la sécurité en fin de campagne après les incidents du Stade de France ont aussi sans doute convaincu son électorat.

Le deuxième élément est que la stratégie de dédiabolisation du RN n’a jamais eu autant d’effets, tout comme le renouvellement progressif de ses cadres qui sont parvenus à s’ancrer localement dans de nombreux territoires partout en France.

La tripolarisation de la politique française a, enfin, bénéficié au parti d’extrême droite en lui ouvrant un véritable espace à droite. Emmanuel Macron est victime d’un retour de flamme. Avec sa stratégie d’occuper l’espace central et le vote de rejet contre sa politique, il a laissé s’engouffrer la Nupes à gauche et le RN à droite. Avec cette victoire, le parti de Marine Le Pen prend, pour la première fois, l’ascendant sur Les Républicains et donc sur la droite. Quelque chose me dit qu’elle va devoir réfléchir très vite à cette stratégie de l’union des droites, défendue jusque-là par Eric Zemmour.

« Le vote RN est un vote contestataire et donc difficilement prévisible par les sondages. Pour ma part, jamais je n’aurais imaginé qu’il puisse constituer un groupe de cette taille à l’Assemblée nationale. »

Est-ce que l’ambiguïté de la majorité présidentielle autour des consignes de vote en cas de duels RN-Nupes au second tour n’a pas bénéficié à l’extrême droite ?

Oui, il faudra regarder les circonscriptions concernées dans le détail, mais il est vrai que l’absence de consignes de vote claires de la part d’Ensemble ! n’a pas permis au barrage républicain de fonctionner totalement. Le « ni-ni » de la droite sarkozyste avait déjà creusé les premières brèches, mais cette fois, la très grande ambiguïté de la majorité a sans doute permis au Rassemblement national de remporter de précieux sièges.

Cette entrée en force du RN au Palais-Bourbon renforce-t-elle Marine Le Pen en vue de l’élection présidentielle de 2027 ?

C’est une victoire personnelle pour Marine Le Pen. Elle a accompli quelque chose que son père n’avait jamais réussi à mettre en place avant elle. Je ne sais pas quelles sont ses intentions pour la suite de sa carrière, mais ce qui est désormais certain, c’est qu’elle emmène le RN à un niveau jamais atteint. Après, il va quand même falloir faire vivre ce groupe de députés et le gérer. Beaucoup de ces derniers ont très peu d’expérience politique et le parti devra évoluer culturellement : de la contestation à un parti d’alternative. Ce soir, c’est un vrai succès pour Marine Le Pen, mais c’est aussi un vrai défi.

Législatives : le pire scénario pour la majorité

Législatives : le pire scénario pour la majorité

Marie-Pierre Bourgeois tire les conclusions d’une élection législative catastrophique pour la majorité ( sur BFM)

 

 

Sans majorité absolue, le président va devoir s’assurer de la fidélité d’Édouard Philippe et de François Bayrou. La droite pourrait également jouer le rôle de force d’appoint. Dans cette nouvelle mandature aux contours déjà très compliquées, certains s’inquiètent du profil d’Élisabeth Borne.

La tension se lit sur les visages des piliers de Renaissance – le nouveau nom de LaREM – ce dimanche soir. « C’est loin de ce qu’on espérait », a concédé le ministre des Comptes publics Gabriel Attal, ajoutant que le camp présidentiel allait devoir « dépasser (ses) certitudes, (ses) clivages ».

L’absence de majorité absolue pour Emmanuel Macron dont la coalition ne devrait obtenir que 210 à 230 députés selon notre projection, très loin derrière les 308 sièges gagnés sur son seul nom en 2017, change la couleur du second quinquennat du président.

Le locataire de l’Élysée ne va pas avoir le choix. Pour tenter de faire passer son programme, il va devoir non seulement composer avec ses partenaires d’Ensemble – le Modem, Horizons et Agir – mais aussi aller au-delà. Il faudra « beaucoup d’imagination » pour agir, a reconnu le ministre de l’Économie Bruno Le Maire ce dimanche soir.

Face à cette situation, certains essaient de se rassurer en convoquant un précédent historique. « François Mitterrand s’était retrouvé dans la même situation en 1988 et ça ne l’avait pas empêché de faire des réformes très emblématiques comme la création du RMI », analysait un conseiller du groupe macroniste à l’Assemblée auprès de BFMTV.com, avant de connaître l’ampleur de la contreperformance.

« La situation complique donc les choses mais ça ne nous empêche pas d’être aux manettes », assurait-il.

Peut-être bien mais le contexte, cette fois-ci, est très différent. « À l’époque, (les Premiers ministres) Michel Rochard puis Édith Cresson et enfin Pierre Béregovoy avaient eu recours très souvent au 49.3 (qui permet d’engager la responsabilité du gouvernement sur le vote d’un projet de loi, NDLR) », rappelle le constitutionnaliste Paul Cassia. « Ça, c’est fini. Maintenant, c’est une fois par an plus éventuellement pour les projets de loi de Finances. »

Très concrètement, cela signifie qu’Emmanuel Macron va d’abord devoir convaincre les troupes de François Bayrou tout comme celle d’Édouard Philippe. Pour s’assurer de leur fidélité, les députés se sont d’ailleurs engagés à « soutenir l’ensemble des engagements d’Emmanuel Macron » et à siéger dans l’un des groupes de la coalition présidentielle.

Problème: les deux hommes ont déjà commencé à jouer leur propre partition lors de ces derniers jours de campagne.

La preuve sur la question du recul de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans, au lieu de 62 aujourd’hui. L’ancien Premier ministre a par exemple expliqué dans les colonnes du Figaro en début de semaine dernière que la réforme des retraites devrait « être mené jusqu’au bout », se disant « certain qu’une réforme ambitieuse » était « possible ».

Le son de cloche est assez différent de celui d’Élisabeth Borne, qui a jugé que les 65 ans n’étaient pas « un totem ». Ou même de celui d’Emmanuel Macron qui a assuré vouloir « entendre les angoisses » pendant l’entre-deux-tours de la présidentielle tout en promettant l’application de la réforme à « l’été 2023″.

François Bayrou n’a lui pas hésité à remettre sur la table la question de la proportionnelle aux prochaines législatives, une option écartée tout le long du quinquennat par le président sortant, avant de revenir dans le débat ces dernières semaines.

 » Emmerder tout le quinquennat »

Preuve que les deux ténors ont bien compris leurs intérêts réciproques: Édouard Philippe et François Bayrou n’ont de cesse ces derniers temps de s’afficher ensemble tout sourire comme dans l’Yonne mercredi dernier pour un meeting. S’ils ont eu des relations très difficiles tout au long du quinquennat, les frères ennemis de la macronie ont su allier leurs forces pour peser lors des négociations liés aux investitures.

« C’est sûr qu’ils vont bien nous emmerder tout le quinquennat maintenant », lâche, remonté un cadre du parti présidentiel. « La question, c’est à partir de quand ils décident de marquer le premier acte de leur indépendance. C’est le pire scénario pour nous. »

« Je ne vois pas Édouard Phillippe marquer d’entrée de jeu sa différence », assure de son côté Frédéric Valletoux, élu député de Seine-et-Marne sous les couleurs d’Horizons, auprès de BFMTV.com. Avant de lancer: « Peut-être qu’au fur et à mesure des réformes, il fera entendre sa position s’il n’est pas entendu. »

Du côté du Modem, on se refuse à tout pronostic sur la suite. « On ne va non plus pleurer des larmes de crocodile sur l’absence de majorité absolue », sourit cependant une députée du Modem.

Pour faire passer ses lois, Emmanuel Macron pourrait également tenter de s’appuyer sur LR, qui limite la casse après sa déroute historique à la présidentielle avec Valérie Pécresse. Malgré la division par deux du nombre de leurs députés, avec 60 à 70 élus, le parti pourrait devenir un allié de circonstance pour la macronie.

« Chaque chose en son temps », commente-t-on ce dimanche soir au sein de la macronie, appelant à ne pas faire de « politique fiction ». « On a toujours bossé avec les autres », assure-t-on dans le camp présidentiel. « Soyez certains que nous trouverons les moyens d’agir au mieux pour les Français. »

Le gouvernement « composera avec toutes les bonnes volontés », a assuré sa porte-parole Olivia Grégoire sur BFMTV. La question est de savoir si Emmanuel Macron négocie une sorte de contrat de mandature, comme l’avait un temps espéré Nicolas Sarkozy et comme le réclame désormais une figure comme Jean-François Copé, ou si les discussions se font texte par texte.

« On ne va pas faire du cas par cas sur tous les projets de loi. On ira chercher des alliés solides, notamment pour voter le budget », reconnaisait, avant les résultats, un député marcheur issu des rangs du Parti socialiste.

Mais les choses ne seront peut-être pas aussi simples. Si plusieurs ténors de la droite ont déjà acté que certaines réformes pourraient recueillir leur assentiment, à commencer par la réforme des retraites à 65 ans, les raisons de passer un contrat de mandature avec Emmanuel Macron se font bien rares.

« Nous sommes dans l’opposition, nous resterons dans l’opposition », a tancé Christian Jacob dès ce dimanche soir.

La droite a en effet les moyens de patienter, avec un ancrage local qui reste puissant: elle dirige la moitié des villes de plus de 9000 habitants et 7 régions sur 17, tout en conservant une majorité forte au Sénat.

« On n’a pas tenu cinq ans loin de Macron pour tomber dans ses bras alors que c’est son dernier mandat. Quel intérêt on a aujourd’hui à se rapprocher de lui? Je ne vois pas bien », analyse un collaborateur du groupe LR.

La défaite dès le premier tour de Guillaume Larrivé, élu dans l’Yonne depuis une décennie, a d’ailleurs été vu par certains comme un signe. Conseiller politique de Valérie Pécresse pendant la campagne présidentielle, il avait appelé avant même l’entre-deux-tours à construire « une nouvelle majorité » avec Renaissance.

« Il n’y a pas de tentation Macron. On nous en promettait 25 députés qui partiraient vers le président, ils sont finalement 5« , avance de son côté l’ancien député LR Alain Marleix.

Pour affronter le Modem et Horizons qui feront acte d’indépendance et parvenir à convaincre les LR de s’allier au moins sur certains textes, Emmanuel Macron aura besoin de faire preuve d’un grand doigté politique et de pouvoir compter sur ses têtes de proue. Mais certains doutent que le casting gouvernemental soit à la hauteur des enjeux, à commencer par Élisabeth Borne.

« Je n’ai rien contre elle, c’est une très bonne technicienne. Mais on va avoir besoin de quelqu’un de très politique qui sache mettre les mains dans la tambouille politique et qui pourra calmer Édouard Philippe quand il faut et motiver les LR si nécessaire. Je ne la sens pas vraiment dans cette dynamique », analyse un conseiller ministériel de Bercy.

Sur les bancs de Renaissance, les prestations d’entre-deux-tours de la Première ministre, entre une prise de parole confuse sur les consignes de vote en cas de duels Nupes-RN le soir du premier tour et une visioconférence le lendemain dans la pénombre, son ordinateur juché sur un carton, n’ont pas convaincu.

De quoi la voir déjà en sursis ? « Emmanuel Macron déteste décider sous la pression. Mais si elle ne fait pas l’affaire dans ce contexte très compliqué, je doute qu’il ait beaucoup d’états d’âme », continue ce collaborateur.

Richard Ferrand, un intime du président, s’est d’ailleurs assuré de faire passer le message à sa façon. « Il ne faut pas qu’on fasse une campagne sous Lexomil », a-t-il tancé lors du petit-déjeuner de la majorité mardi dernier.

Certains voyaient d’ailleurs dans le président de l’Assemblée nationale, qui se verrait bien rester au Perchoir, le grand gagnant de cette séquence. « Le président va avoir besoin de quelqu’un qui maîtrise tous les rouages, qui tient la majorité et qui arrive à parler à tout le monde. Il a ce profil en or », reconnaît d’ailleurs un député LR. Las, il a été battu ce dimanche soir.

En attendant, au sein de la macronie, on tente se rassurer sur les résultas du gouvernement: « Plus de la moitié de (ses) membres se sont présentés dans leur circonscription », « et la très, très grande majorité a été élue ».

Législatives: Résultats catastrophiques pour la majorité

La seule lecture des résultats bruts témoigne du terrible échec politique de Macron lequel sur chaque texte devra désormais négocier avec d’autres forces politiques en attendant la dissolution de l’Assemblée nationale

 

Selon les résultats du ministère de l’Intérieur, qui a compilé les sièges par nuance politique, la majorité présidentielle Ensemble! disposera de 245 députés à l’Assemblée nationale.

La Nupes obtient 131 sièges.

Le Rassemblement national obtient 89 députés.

Les Républicains obtiennent 61 députés.

Les députés divers gauche seront 22 à l’Assemblée nationale.

Les régionalistes obtiennent 10 députés.

Les divers droite obtiennent 10 députés.

Les divers centre seront 4 à l’Assemblée.

L’UDI cumule 3 députés.

Un élu de droite souverainiste sera présent à la chambre basse du Parlement.

Aucun élu divers extrême droite (Reconquête!) n’a été élu.

Législatives, un référendum anti Macron pour le Figaro

Législatives, un référendum anti Macron pour le Figaro

 

Alexis Brezet analyse avec sévérité l’échec de Macron lors des législatives dans le Figaro. Des législatives qui ont ressemblé à un référendum anti Macron

 

« Rien n’y aura fait. Ni les appels tardifs au «sursaut républicain» lancés par le président de la République, ni son escapade ukrainienne cousue de fil blanc. Et ne parlons pas de ces étranges tirades d’Élisabeth Borne contre l’«extrême droite», alors que l’extrême gauche était aux portes! Cette fois, la stratégie du «vote utile» n’a pas fonctionné. Les stratèges macronistes avaient fait le pari que le rejet de Jean-Luc Mélenchon et de son projet politique délirant serait plus fort que tout ; grave erreur! Miroir inversé de l’élection présidentielle, ce second tour des législatives ressemble furieusement à un référendum anti-Macron. Rançon du «en même temps»: il s’était fait fort d’assécher les extrêmes ; ils n’ont jamais été aussi puissants: la Nupes, bien sûr, mais aussi le RN, dont la percée historique constitue l’autre surprise. Quant à la droite, quoiqu’en recul, elle parvient à limiter la casse mieux qu’elle ne pouvait l’espérer. »

Après les législatives, le retour à la IVe République

,

 

 

Les résultats des législatives confirment l’éclatement des forces politiques en trois groupes particulièrement inconciliables. Du coup Macron pourrait être réduit à passer son temps à trouver d’impossibles majorités sur chaque texte à l’Assemblée nationale.

 

 

Inévitablement tout cela finira par une motion de censure et par une dissolution. La France installe donc dans une situation politique très instable au moment de grands enjeux sont à prendre en compte en particulier l’explosion de l’inflation, la crise sanitaire qui est loin d’être terminée, et les questions récurrentes concernant la santé, l’école, le climat  ou encore la sécurité. Sans parler évidemment de la situation financière très précaire.

Finalement une sorte de retour à la IVe République qui consistera régulièrement à débaucher certains leaders  (une pratique constante chez Macron) et à trouver des alliances de circonstance après marchandage. Le second septennat de Macron pourrait dégager un certain parfum de IVe République avec à la fois son inefficacité et ses compromissions fragiles et temporaires. 

Elections législatives 2022 : Une campagne en dehors du sujet

Elections législatives 2022 : Une campagne en dehors du sujet

 

Atone avant le premier tour, le débat politique tourne, depuis, à la caricature. Plutôt que de débattre des graves enjeux du moment, la majorité s’applique à présenter la gauche en menace pour la République et les candidats de la Nupes prétendent dévoiler l’« agenda caché » du président. ( papier du Monde)

 

Entamée sur de lourds non-dits, la campagne des élections législatives qui prend fin vendredi 17 juin menace de se terminer dans la caricature. Chaque jour, le ton monte un peu plus entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, comme si l’on était encore dans le prolongement du match présidentiel, alors qu’il s’agit d’élire 572 députés (cinq l’ayant déjà été au premier tour) pour un travail primordial d’élaboration de la loi et de contrôle de l’exécutif. L’excessive présidentialisation du régime se lit à travers l’impossibilité d’exister pour les autres acteurs, à commencer par la première ministre, Elisabeth Borne, qui échoue à imprimer sa marque en ce début de quinquennat.

La feinte dont use depuis des mois le camp présidentiel face au retournement de la conjoncture et à l’impopularité de son projet de retraite à 65 ans est en passe de se retourner contre lui. En en disant le moins possible, le président de la République espérait anesthésier le débat et éviter la cristallisation d’un camp contre lui. En parvenant à réaliser l’union des gauches derrière sa personne, l’« insoumis », qui n’était arrivé qu’en troisième position lors du premier tour de la présidentielle, a déjoué le piège. Il s’est mis en situation de pouvoir priver le président de la République d’une majorité, dimanche 19 juin, si un nombre suffisant d’abstentionnistes le rallient.

Depuis, l’Elysée peine à reprendre la main, alternant silence et déclarations dramatiques, comme celle prononcée sur le tarmac de l’aéroport d’Orly, mardi 14 juin. Avant de s’envoler pour la Roumanie, le président de la République a solennellement exhorté les Français à donner « une majorité solide au pays », en soulignant le risque d’ajouter « un désordre français au désordre du monde ».

Il est normal qu’un chef d’Etat fraîchement réélu demande à son peuple de lui donner les moyens de présider. Mais la dramatisation excessive du ton, alors que la campagne s’est déroulée sous anesthésie, comme à distance du chaos du monde, a surpris. Si la France vit, comme le dit Emmanuel Macron, « un moment historique », il eût été nécessaire que les citoyens y soient associés de près.

Faute de l’avoir fait, le chef de l’Etat en est réduit à pratiquer ce qu’il a longtemps dénoncé : la politique politicienne. Pour tenter de réveiller les électeurs du centre et de la droite, il s’emploie à rejeter Jean-Luc Mélenchon dans le camp de ceux qui menacent la République. Ce faisant, il renvoie dos à dos l’extrême droite et une partie de la gauche, rompt avec la logique du front républicain qui prévalait depuis 2002, suscite le malaise au sein même de ses troupes, pour un résultat aléatoire. A gauche, la dynamique repose sur la fierté d’avoir retrouvé le chemin de l’union, si bien que, à ce stade, les sorties de route de son porte-drapeau comptent relativement peu, de même que l’incohérence programmatique de la coalition qu’il a fait naître.

Se trouvent ainsi réunies les conditions d’une fin de campagne à côté des vrais sujets : plus l’environnement international s’obscurcit, plus les effets du réchauffement climatique deviennent tangibles, plus la France se rétrécit dans des querelles qui n’ont pas lieu d’être. Le camp de la Nupes y prend toute sa part. Depuis dimanche, son propos n’est pas de tenter de crédibiliser un coûteux projet de rupture qui promet la retraite à 60 ans ou le smic à 1 500 euros net, mais de révéler de prétendues hausses d’impôts cachées du projet Macron. La ficelle a beau être grosse, elle est complaisamment relayée, achevant de donner à cette campagne le caractère qu’elle ne devrait pas avoir : celui de ne pas être sérieuse, en des temps d’une extrême gravité.

Elections législatives : entre abstention et vote d’opposition

Elections  législatives : entre abstention et débauchage 

ANALYSE. Abstention record, coalition de gauche bien installée face à la coalition présidentielle : ce qu’il faut retenir de ce premier tour des législatives. Par Julien Robin, Université de Montréal.

Au soir du premier tour des élections législatives, la majorité présidentielle (Ensemble) recueille la majorité des suffrages (25,75 %), au coude à coude avec la NUPES (Nouvelle union populaire écologique et sociale) obtenant 25,66 % des suffrages et devant Rassemblement avec 18,68 % des voix. Alors, au regard de ces résultats, quelles sont les clefs de lecture de ce premier tour ?

Le premier tour de ces élections législatives se solde d’abord par une forte abstention, atteignant les 52,61 %, soit 1,3 point de plus qu’en 2017. Ce niveau d’abstention s’inscrit dans une tendance de fond, avec une hausse continue depuis les élections législatives de 1993.

Une des raisons de la croissance abstentionniste aux législatives peut être institutionnelle. La réforme du quinquennat en 2000, alignant les mandats présidentiels et législatifs, conjuguée à l’inversion du calendrier électoral (la présidentielle précédant les législatives) ont renforcé la présidentialisation du régime et affaiblit la place du Parlement.

Une autre raison peut être conjoncturelle. Comme le rappelle le journaliste Gérard Courtois, depuis 1981, la logique politique voulait que dans la lignée de l’élection présidentielle, il fallait donner une majorité à l’Assemblée nationale pour le président nouvellement élu (François Mitterrand ayant dissout l’Assemblée nationale après ses deux élections présidentielles en 1981 et en 1988). Or, cette année, les deux camps arrivés en tête à la présidentielle (LREM devenu Renaissance et le Rassemblement national) ont mené une campagne législative quasi inexistante.

D’un côté, le président Macron semble avoir opté pour une « stratégie du chloroforme » en se faisant discret lors de cette campagne, mais aussi en temporisant la nomination d’un nouveau gouvernement (trois semaines après sa réélection). De l’autre, Marine Le Pen semblait s’avouer déjà vaincue en ne visant qu’une soixantaine de députés RN à l’Assemblée et était devenue moins visible dans les médias, à tel point que l’on s’est demandé où elle était passée.

En conséquence, cette campagne législative n’aura intéressé que 15 % des Français et n’aura pas été marquée par un thème central lors des débats.

La création de la NUPES a rappelé les grandes heures de la gauche unifiée (le Front Populaire de 1936 ou le Programme Commun de 1972) et a tenté d’insuffler une nouvelle dynamique pour ces législatives. Le slogan « Jean-Luc Mélenchon Premier ministre » adopté par la coalition aura personnifié et nationalisé ces élections et la stratégie du « troisième tour » suit finalement la logique de présidentialisation du régime.

La forte mobilisation (notamment médiatique) de la NUPES conjuguée à une campagne en demi-teinte de la majorité présidentielle peuvent alors expliquer la surprise de cette élection : pour la première fois sous la Ve République, le camp présidentiel n’obtient pas une franche majorité des suffrages exprimés lors du premier tour des élections législatives. Dès lors, il se pourrait que la « macronie » ne dispose pas de la majorité absolue au soir du second tour de cette élection.

Elections Législatives : des députés non représentatifs

Elections Législatives : des députés non représentatifs

 

Une nouvelle fois le taux d’abstention met en cause le fonctionnement démocratique. Ainsi ce taux d’abstention autour de 50 % se traduit par l’élection de députés qui n’auront obtenu en moyenne que 12,5 % des inscrits.

Globalement le taux d’abstention est même supérieur à 50 % car il faut ajouter autour de 15 % de non-inscrits ou de mal inscrits.

Si l’on tient seulement compte de la population inscrite sur les listes électorales chaque député en moyenne ne pourra revendiquer premier tour qu’un peu plus de 10 %. Au soir du premier tour la majorité est à peu près et à égalité avec la gauche avec chacun 25 % environ des voix des inscrits soient effectivement en moyenne un peu plus de 10 %. La question s’était déjà posée pour d’autres élections avec des élus qui ne sont absolument pas représentatifs. C’était en particulier le cas lors des dernières élections locales et les dernières élections régionales. C’est le résultat du système à deux tours en France. La question de la représentation via  des élections proportionnelles est posée depuis longtemps, promise mais jamais mise en œuvre.

Certes le système français assure une certaine stabilité politique. Le problème c’est que d’une part les élus ne sont pas représentatifs en moyenne et qu’au deuxième tour ils doivent leur élection aux voix d’un parti opposé. C’était le cas y compris lors de l’élection présidentielle de Macron qui a bénéficié du soutien de Mélenchon. Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner de l’ambiguïté des politiques poursuivies puisque en réalité le mandat des élus demeure particulièrement flou en plus d’être très minoritaire.

Politique-Législatives : des députés non représentatifs

Politique-Législatives : des députés non représentatifs

 

Une nouvelle fois le taux d’abstention met en cause le fonctionnement démocratique. Ainsi ce taux d’abstention autour de 50 % se traduit par l’élection de députés qui n’auront obtenu en moyenne que 12,5 % des inscrits.

Globalement le taux d’abstention est même supérieur à 50 % car il faut ajouter autour de 15 % de non-inscrits ou de mal inscrits.

Si l’on tient seulement compte de la population inscrite sur les listes électorales chaque député en moyenne ne pourra revendiquer premier tour qu’un peu plus de 10 %. Au soir du premier tour la majorité est à peu près et à égalité avec la gauche avec chacun 25 % environ des voix des inscrits soient effectivement en moyenne un peu plus de 10 %. La question s’était déjà posée pour d’autres élections avec des élus qui ne sont absolument pas représentatifs. C’était en particulier le cas lors des dernières élections locales et les dernières élections régionales. C’est le résultat du système à deux tours en France. La question de la représentation via  des élections proportionnelles est posée depuis longtemps, promise mais jamais mise en œuvre.

Certes le système français assure une certaine stabilité politique. Le problème c’est que d’une part les élus ne sont pas représentatifs en moyenne et qu’au deuxième tour ils doivent leur élection aux voix d’un parti opposé. C’était le cas y compris lors de l’élection présidentielle de Macron qui a bénéficié du soutien de Mélenchon. Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner de l’ambiguïté des politiques poursuivies puisque en réalité le mandat des élus demeure particulièrement flou en plus d’être très minoritaire.

Politique–Campagne Législatives 2022 : une caricature ?

Politique–Campagne Législatives 2022 : une caricature ? 

 

Entamée sur de lourds non-dits, la campagne des élections législatives qui prend fin vendredi 17 juin menace de se terminer dans la caricature. Chaque jour, le ton monte un peu plus entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, comme si l’on était encore dans le prolongement du match présidentiel, alors qu’il s’agit d’élire 572 députés (cinq l’ayant déjà été au premier tour) pour un travail primordial d’élaboration de la loi et de contrôle de l’exécutif. L’excessive présidentialisation du régime se lit à travers l’impossibilité d’exister pour les autres acteurs, à commencer par la première ministre, Elisabeth Borne, qui échoue à imprimer sa marque en ce début de quinquennat.( papier du Monde)

 

La feinte dont use depuis des mois le camp présidentiel face au retournement de la conjoncture et à l’impopularité de son projet de retraite à 65 ans est en passe de se retourner contre lui. En en disant le moins possible, le président de la République espérait anesthésier le débat et éviter la cristallisation d’un camp contre lui. En parvenant à réaliser l’union des gauches derrière sa personne, l’« insoumis », qui n’était arrivé qu’en troisième position lors du premier tour de la présidentielle, a déjoué le piège. Il s’est mis en situation de pouvoir priver le président de la République d’une majorité, dimanche 19 juin, si un nombre suffisant d’abstentionnistes le rallient.

 

Depuis, l’Elysée peine à reprendre la main, alternant silence et déclarations dramatiques, comme celle prononcée sur le tarmac de l’aéroport d’Orly, mardi 14 juin. Avant de s’envoler pour la Roumanie, le président de la République a solennellement exhorté les Français à donner « une majorité solide au pays », en soulignant le risque d’ajouter « un désordre français au désordre du monde ».

Il est normal qu’un chef d’Etat fraîchement réélu demande à son peuple de lui donner les moyens de présider. Mais la dramatisation excessive du ton, alors que la campagne s’est déroulée sous anesthésie, comme à distance du chaos du monde, a surpris. Si la France vit, comme le dit Emmanuel Macron, « un moment historique », il eût été nécessaire que les citoyens y soient associés de près.

 

Faute de l’avoir fait, le chef de l’Etat en est réduit à pratiquer ce qu’il a longtemps dénoncé : la politique politicienne. Pour tenter de réveiller les électeurs du centre et de la droite, il s’emploie à rejeter Jean-Luc Mélenchon dans le camp de ceux qui menacent la République. Ce faisant, il renvoie dos à dos l’extrême droite et une partie de la gauche, rompt avec la logique du front républicain qui prévalait depuis 2002, suscite le malaise au sein même de ses troupes, pour un résultat aléatoire. A gauche, la dynamique repose sur la fierté d’avoir retrouvé le chemin de l’union, si bien que, à ce stade, les sorties de route de son porte-drapeau comptent relativement peu, de même que l’incohérence programmatique de la coalition qu’il a fait naître.

 

Se trouvent ainsi réunies les conditions d’une fin de campagne à côté des vrais sujets : plus l’environnement international s’obscurcit, plus les effets du réchauffement climatique deviennent tangibles, plus la France se rétrécit dans des querelles qui n’ont pas lieu d’être. Le camp de la Nupes y prend toute sa part. Depuis dimanche, son propos n’est pas de tenter de crédibiliser un coûteux projet de rupture qui promet la retraite à 60 ans ou le smic à 1 500 euros net, mais de révéler de prétendues hausses d’impôts cachées du projet Macron. La ficelle a beau être grosse, elle est complaisamment relayée, achevant de donner à cette campagne le caractère qu’elle ne devrait pas avoir : celui de ne pas être sérieuse, en des temps d’une extrême gravité.

Après les législatives, un pays impossible à gouverner ( Jérôme Fourquet)

Après les législatives, un pays impossible à gouverner ( Jérôme Fourquet)

 Poussée de l’extrême gauche, anti-macronisme, hausse des prix… Quand il ne choisit pas l’abstention, l’électeur vote majoritairement pour les partis qui garantissent une dépense publique élevée et transforment l’État en guichet d’aides en tout genre, décrypte l’essayiste.

Avec L’Archipel français. Naissance d’une nation multiple et divisée (Seuil), publié en 2019, puis La France sous nos yeux. Économie, paysages, nouveaux modes de vie (Le Seuil), coécrit avec Jean-Laurent Cassely et publié l’année dernière, Jérôme Fourquet est devenu le plus lu des analystes contemporains de la dissolution du lien politique. Le directeur du département Opinion de l’Ifop regarde la carte de France des élections, scrutin après scrutin. Elle confirme à chaque fois la fragmentation des forces politiques et la montée de l’abstention. Même les blocs auxquels chacun se réfère par commodité ne sont que des coalitions fragiles autour d’un chef plus que d’un parti.

 

 

Elections législatives 2022 : Une campagne à côté de la plaque

Elections législatives 2022 : Une campagne à côté de la plaque

 

Atone avant le premier tour, le débat politique tourne, depuis, à la caricature. Plutôt que de débattre des graves enjeux du moment, la majorité s’applique à présenter la gauche en menace pour la République et les candidats de la Nupes prétendent dévoiler l’« agenda caché » du président. ( papier du Monde)

 

Entamée sur de lourds non-dits, la campagne des élections législatives qui prend fin vendredi 17 juin menace de se terminer dans la caricature. Chaque jour, le ton monte un peu plus entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, comme si l’on était encore dans le prolongement du match présidentiel, alors qu’il s’agit d’élire 572 députés (cinq l’ayant déjà été au premier tour) pour un travail primordial d’élaboration de la loi et de contrôle de l’exécutif. L’excessive présidentialisation du régime se lit à travers l’impossibilité d’exister pour les autres acteurs, à commencer par la première ministre, Elisabeth Borne, qui échoue à imprimer sa marque en ce début de quinquennat.

La feinte dont use depuis des mois le camp présidentiel face au retournement de la conjoncture et à l’impopularité de son projet de retraite à 65 ans est en passe de se retourner contre lui. En en disant le moins possible, le président de la République espérait anesthésier le débat et éviter la cristallisation d’un camp contre lui. En parvenant à réaliser l’union des gauches derrière sa personne, l’« insoumis », qui n’était arrivé qu’en troisième position lors du premier tour de la présidentielle, a déjoué le piège. Il s’est mis en situation de pouvoir priver le président de la République d’une majorité, dimanche 19 juin, si un nombre suffisant d’abstentionnistes le rallient.

Depuis, l’Elysée peine à reprendre la main, alternant silence et déclarations dramatiques, comme celle prononcée sur le tarmac de l’aéroport d’Orly, mardi 14 juin. Avant de s’envoler pour la Roumanie, le président de la République a solennellement exhorté les Français à donner « une majorité solide au pays », en soulignant le risque d’ajouter « un désordre français au désordre du monde ».

Il est normal qu’un chef d’Etat fraîchement réélu demande à son peuple de lui donner les moyens de présider. Mais la dramatisation excessive du ton, alors que la campagne s’est déroulée sous anesthésie, comme à distance du chaos du monde, a surpris. Si la France vit, comme le dit Emmanuel Macron, « un moment historique », il eût été nécessaire que les citoyens y soient associés de près.

Faute de l’avoir fait, le chef de l’Etat en est réduit à pratiquer ce qu’il a longtemps dénoncé : la politique politicienne. Pour tenter de réveiller les électeurs du centre et de la droite, il s’emploie à rejeter Jean-Luc Mélenchon dans le camp de ceux qui menacent la République. Ce faisant, il renvoie dos à dos l’extrême droite et une partie de la gauche, rompt avec la logique du front républicain qui prévalait depuis 2002, suscite le malaise au sein même de ses troupes, pour un résultat aléatoire. A gauche, la dynamique repose sur la fierté d’avoir retrouvé le chemin de l’union, si bien que, à ce stade, les sorties de route de son porte-drapeau comptent relativement peu, de même que l’incohérence programmatique de la coalition qu’il a fait naître.

Se trouvent ainsi réunies les conditions d’une fin de campagne à côté des vrais sujets : plus l’environnement international s’obscurcit, plus les effets du réchauffement climatique deviennent tangibles, plus la France se rétrécit dans des querelles qui n’ont pas lieu d’être. Le camp de la Nupes y prend toute sa part. Depuis dimanche, son propos n’est pas de tenter de crédibiliser un coûteux projet de rupture qui promet la retraite à 60 ans ou le smic à 1 500 euros net, mais de révéler de prétendues hausses d’impôts cachées du projet Macron. La ficelle a beau être grosse, elle est complaisamment relayée, achevant de donner à cette campagne le caractère qu’elle ne devrait pas avoir : celui de ne pas être sérieuse, en des temps d’une extrême gravité.

Campagne Législatives 2022 : une caricature ?

 Campagne Législatives 2022 : une caricature ? 

 

Entamée sur de lourds non-dits, la campagne des élections législatives qui prend fin vendredi 17 juin menace de se terminer dans la caricature. Chaque jour, le ton monte un peu plus entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, comme si l’on était encore dans le prolongement du match présidentiel, alors qu’il s’agit d’élire 572 députés (cinq l’ayant déjà été au premier tour) pour un travail primordial d’élaboration de la loi et de contrôle de l’exécutif. L’excessive présidentialisation du régime se lit à travers l’impossibilité d’exister pour les autres acteurs, à commencer par la première ministre, Elisabeth Borne, qui échoue à imprimer sa marque en ce début de quinquennat.( papier du Monde)

 

La feinte dont use depuis des mois le camp présidentiel face au retournement de la conjoncture et à l’impopularité de son projet de retraite à 65 ans est en passe de se retourner contre lui. En en disant le moins possible, le président de la République espérait anesthésier le débat et éviter la cristallisation d’un camp contre lui. En parvenant à réaliser l’union des gauches derrière sa personne, l’« insoumis », qui n’était arrivé qu’en troisième position lors du premier tour de la présidentielle, a déjoué le piège. Il s’est mis en situation de pouvoir priver le président de la République d’une majorité, dimanche 19 juin, si un nombre suffisant d’abstentionnistes le rallient.

 

Depuis, l’Elysée peine à reprendre la main, alternant silence et déclarations dramatiques, comme celle prononcée sur le tarmac de l’aéroport d’Orly, mardi 14 juin. Avant de s’envoler pour la Roumanie, le président de la République a solennellement exhorté les Français à donner « une majorité solide au pays », en soulignant le risque d’ajouter « un désordre français au désordre du monde ».

Il est normal qu’un chef d’Etat fraîchement réélu demande à son peuple de lui donner les moyens de présider. Mais la dramatisation excessive du ton, alors que la campagne s’est déroulée sous anesthésie, comme à distance du chaos du monde, a surpris. Si la France vit, comme le dit Emmanuel Macron, « un moment historique », il eût été nécessaire que les citoyens y soient associés de près.

 

Faute de l’avoir fait, le chef de l’Etat en est réduit à pratiquer ce qu’il a longtemps dénoncé : la politique politicienne. Pour tenter de réveiller les électeurs du centre et de la droite, il s’emploie à rejeter Jean-Luc Mélenchon dans le camp de ceux qui menacent la République. Ce faisant, il renvoie dos à dos l’extrême droite et une partie de la gauche, rompt avec la logique du front républicain qui prévalait depuis 2002, suscite le malaise au sein même de ses troupes, pour un résultat aléatoire. A gauche, la dynamique repose sur la fierté d’avoir retrouvé le chemin de l’union, si bien que, à ce stade, les sorties de route de son porte-drapeau comptent relativement peu, de même que l’incohérence programmatique de la coalition qu’il a fait naître.

 

Se trouvent ainsi réunies les conditions d’une fin de campagne à côté des vrais sujets : plus l’environnement international s’obscurcit, plus les effets du réchauffement climatique deviennent tangibles, plus la France se rétrécit dans des querelles qui n’ont pas lieu d’être. Le camp de la Nupes y prend toute sa part. Depuis dimanche, son propos n’est pas de tenter de crédibiliser un coûteux projet de rupture qui promet la retraite à 60 ans ou le smic à 1 500 euros net, mais de révéler de prétendues hausses d’impôts cachées du projet Macron. La ficelle a beau être grosse, elle est complaisamment relayée, achevant de donner à cette campagne le caractère qu’elle ne devrait pas avoir : celui de ne pas être sérieuse, en des temps d’une extrême gravité.

Sondage législatives : la majorité absolue en danger pour Macron

Sondage législatives : la majorité absolue en danger pour Macron

 

Selon un nouveau sondage réalisé par Elabe pour BFMTV, l’Express , la coalition Ensemble (Renaissance, le MoDem, Horizons et Agir) n’est pas assurée de parvenir à remporter la majorité absolue à l’Assemblée nationale

.

Ensemble pourrait en effet obtenir entre 255 et 295 sièges, ce qui représenterait entre 55 et 95 sièges de moins qu’en 2017. En cause, la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes, composée de la France Insoumise, Europe Ecologie Les Verts, du Parti socialiste et du Parti communiste) qui parviendrait à obtenir entre 150 et 200 sièges, soit entre 77 et 127 de plus qu’en 2017.

Les Républicains et l’UDI, eux, n’obtiendraient qu’entre 55 et 75 sièges, ce qui représente 61 à 81 sièges de moins par rapport à 2017. Quant au Rassemblement National, il progresse en nombre de sièges par rapport à 2017, puisqu’il pourrait dégoter entre 30 et 50 sièges, ce qui représenterait 22 à 42 sièges supplémentaires par rapport à il y a cinq ans.

Par ailleurs, la projection du taux de participation se situe entre 44 et 47% des Français pour le second tour du scrutin, puisque 47% des sondés inscrits sur les listes électorales se disent « tout à fait certains d’aller voter », et 11% l’envisagent sérieusement. Pour rappel au premier tour, la projection du niveau de participation était également située entre 44 et 47%. Au final, le taux de participation à l’échelle nationale s’est élevé à 52,49%: soit une abstention record pour un premier tour.

12345...8



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol