Archive pour le Tag 'bousculé'

Darmanin bousculé en Guadeloupe

Darmanin  bousculé en Guadeloupe

 

Encore un nouvel incident cette fois-ci dirigé vers le ministre de l’intérieur. Sans doute encore un  marginal mais qui témoigne d’une façon générale du climat de violence dans le pays. Gérald Darmanin a été vivement empoigné jeudi 18 avril près de Pointe-à-Pitre dans les locaux de la chaîne Guadeloupe  par un jeune homme qui a aussitôt été interpellé et placé en garde à vue.

 

Le ministre n’a pas été blessé, selon les témoins de la scène. Il a ensuite enregistré comme prévu son interview.

Les faits se sont déroulés alors que le ministre de l’Intérieur venait enregistrer une interview dans les locaux de cette télévision, à Baie-Mahault, au terme de son déplacement en Guadeloupe au cours duquel il a annoncé l’instauration d’un couvre-feu à partir de 20 heures pour les mineurs à Pointe-à-Pitre, ville qualifiée de «coupe-gorge» par son maire.

 

Le duel Macron Le Pen bousculé par les régionales

Le duel Macron Le Pen bousculé par les régionales

par Gilles Savary dans l’Opinion. 

L’équation politique d’Emmanuel Macron s’est compliquée à l’occasion des élections régionales. Ce sont précisément les formations des deux favoris pour la finale de la présidentielle de l’an prochain qui ont subi les revers les plus spectaculaires.

Pour ce qui concerne le RN, c’est une alerte sans précédent sur la mobilisation de son électorat, que l’on pouvait penser animé d’une combativité à toute épreuve après des décennies d’une progression électorale opiniâtre et constante. La majorité présidentielle touche les dividendes de sa stratégie de clarté en Paca, mais confirme l’attrition considérable de son périmètre électoral par rapport à la présidentielle de 2017.

On objectera que des circonstances sanitaires exceptionnelles ont plombé ces élections intermédiaires, qui ont confirmé tous les sortants de 2015 plutôt que leurs partis politiques. Pour autant, toute élection crée du sens et s’imprime dans le paysage politique, même au rabais de la participation électorale. En tout cas, l’échantillon des votants, fût-il très incomplet, est toujours plus significatif que celui d’un sondage.

Ce n’est pas tant la prime aux sortants qui constitue la surprise de ces élections, que la renaissance de LR et surtout la manière dont Xavier Bertrand s’est imposé dans le jeu présidentiel de l’an prochain, avec le concours d’une stratégie erronée de la majorité. Cinq années d’efforts de fracturation de la droite s’en trouvent compromises.

Le président du groupe macroniste au Sénat, François Patriat, a raison de relever que la présidentielle 2022 sera un tout autre match que ces élections territoriales, mais les actes de foi ne doivent pas dispenser de lucidité. Après les municipales de l’an dernier, ces élections régionales et départementales ont, à dix mois de la présidentielle, validé la stratégie de repolarisation de la vie politique française poursuivie par les partis de droite comme de gauche, en refusant obstinément – sauf en Paca au prix d’une crise de nerfs – toute alliance avec la majorité présidentielle.

C’est surtout un tout autre match que la finale annoncée Macron-Le Pen que ces élections réintroduisent. Pour le confirmer, il reste à la droite ressuscitée à se choisir un candidat unique, dans un contexte de droitisation du pays qui peut exacerber les ambitions de l’excès de présidentiables dont elle se trouve subitement dotée.

« Tout sauf Macron ». L’alternative qui s’offre à la gauche, entre une multiplication de candidatures de témoignage et une union baroque qui confirme en Pays de la Loire et en Ile-de-France qu’elle ne s’additionne pas, ne règle pas son problème de qualification pour le second tour, mais sa stratégie du « tout sauf Macron » lui permet d’envisager de retrouver une bonne part de ses électorats au premier tour.

Nonobstant les sondages qui placent le Président à des niveaux de popularité et de satisfaction très supérieurs à ceux de Hollande en 2016 et de Sarkozy en 2011, ces élections territoriales déplacent l’enjeu de l’élection présidentielle sur le premier tour. Jamais un président sortant ne l’abordera avec un parti aussi faible qu’Emmanuel Macron, s’il se représente. Mais ces élections ont aussi confirmé que la société politique était devenue très minoritaire au sein de la société française.

Cette situation n’est sans doute pas pour déplaire à Emmanuel Macron, mais elle n’est pas sans péril et interroge surtout la majorité parlementaire qu’il sera en mesure de fédérer autour de lui. Une chose est sûre : Macron 2 ne sera pas la réplique de Macron 1.

Gilles Savary est ancien député PS de Gironde et délégué général de Territoires de progrès.

Coronavirus : le variant anglais bouscule toutes les certitudes

Coronavirus : le variant anglais bouscule toutes les certitudes

 

Il y a encore quelques semaines, le monde s’interrogeait sur une éclaircie possible de la pandémie. On a même songé un peu avant les fêtes à desserrer très nettement l’étau des mesures de protection. Faut-il rappeler que la France par exemple envisageait pour la fin de l’année 2020 un seuil de 5000 contaminations par jour. Un seuil qui aurait permis d’alléger considérablement le dispositif sanitaire , les contraintes commerciales et sociétales.

 

Aujourd’hui on est loin des 5000 contaminations puisque depuis deux jours et nouvelles contaminations sont supérieurs à 20 000 et surtout que les hospitalisations sont  en assez nette hausse. Le phénomène n’est pas particulier à la France bien au contraire car le développement de la pandémie est encore plus inquiétant dans d’autres pays y compris des pays très proches de la France.

 

Ce mois de janvier donne une désagréable impression de déjà-vu. La situation épidémique reste très fragile. Le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes dépasse les 20 000 depuis deux jours, quand les hospitalisations et les admissions en réanimation sont en hausse depuis une dizaine de jours. Le taux de reproduction du virus, autrement dit le R effectif, est estimé à 1,19 par Santé publique France. Ce qui signifie que l’épidémie progresse.

 

La hausse est certes moins forte que celle que nous avons pu connaître en novembre dernier, et il est encore trop tôt pour mesurer les effets du couvre-feu à 18 heures, mais les projections des épidémiologistes ne sont pas très encourageantes. En cause sans doute la prolifération renforcée du faite du virus britannique. Mais aussi la perspective de la venue plus massive du virus sud-africain et du virus brésilien. Des virus beaucoup plus difficiles à identifier sauf aller séquencer ce qui constitue un travail d’analyse complexe et long. Aujourd’hui personne n’est en capacité de dire exactement quel est l’impact du virus britannique.

 

On parle de quelques cas ici ailleurs parce qu’ils ont été repérés. En réalité, rien d’autre que le virus britannique ne peut expliquer la très nette reprise de la pandémie en France comme ailleurs. Pire épidémiologistes prévoient un pic de contamination en mars. Autant dire que d’ici là le reconfirment se sera imposé.

 

 «S’il n’y avait pas eu la menace des nouveaux variants, la situation aurait pu se stabiliser pour les prochaines semaines», analyse Vittoria Colizza, directrice de recherches à l’Inserm et spécialiste en modélisation des maladies infectieuses. Elle vient de publier un rapport de modélisation

Référendum Russie: «Poutine est bousculé par la crise « 

Référendum Russie: «Poutine est bousculé par la crise « 

Arnaud Dubien, directeur de l’Observatoire franco-russe estime en quoi la crise bouleverse le calendrier qu’avait imaginé Poutine pour le référendum qui devrait l’autoriser à prolonger son mandat. Interview le Figaro

- Que vise Vladimir Poutine avec ce référendum?

ARNAUD DUBIEN. - Le président russe a, me semble-t-il, un triple objectif. D’une part, perpétuer le poutinisme en gravant dans le marbre ses principes fondateurs. D’autre part, résoudre le «problème 2024», terme de son quatrième mandat et date, pensait-on, de son départ du Kremlin. Enfin, relégitimer le pouvoir, alors que certains signes d’usure sont visibles, après vingt ans à la tête de la Russie. Les amendements à la Constitution de 1993 peuvent être classés en trois catégories: sociaux (par exemple l’indexation annuelle des retraites), «sociéto-historico-civilisationnels» (obligation pour l’État de défendre la «vérité historique», etc.) et institutionnels. La «remise à zéro» des mandats présidentiels,

bref une opération politicienne pour redonner une légitimité institutionnelle et politique qui a été acculée par les résultats économiques de la Russie est récemment par une crise sanitaire mal maîtrisée. Chez Poutine comme chez d’autres la mode est actuellement au bricolage institutionnel pour s’asseoir sur les principes démocratiques qui limitent les mandats. De ce point de vue la Chine aura précédé Poutine mais d’autres s’engagent sur ce chemin dangereux de forme dictatoriale

Remplacement de Rebsamen au ministère du Travail? Ça ne se bouscule pas au portillon

Remplacement de  Rebsamen au ministère du Travail? Ça ne se bouscule pas au portillon

C’est sans doute aujourd’hui que sera connu le nom du successeur de Rebsamen ministre du travail. Mais plusieurs semaines auront été nécessaires pour trouver ce remplaçant. En réalité les grands noms ne ce précipitent  pas au portillon pour assumer cette tâche délicate. On va donc trouver un candidat pas trop connu, de profil type Sapin, pratiquant bien la langue de bois. En effet ce ministre du travail sera chargé de dire que l’inversion de la courbe du chômage a été réalisée alors que les chiffres seront particulièrement douteux eu égard à la croissance attendue. On va sans doute faire ressortir une amélioration du chômage de quelques milliers en tordant encore un peu les chiffres grâce un bricolage méthodologique. De toute manière l’amélioration ne serait amortir les 500 000 chômeurs supplémentaires depuis l’arrivée de Hollande.  François Rebsamen avait lui-même fixé la date de son remplacement : le 9 septembre, soit « moins d’un mois » après son départ du gouvernement pour redevenir maire de Dijon. Depuis, rien n’avait filtré si ce n’est que François Hollande évaluait toutes les options : un remaniement de large ampleur avant les régionales pour jouer le va-tout dès maintenant ou un simple remplacement rapidement et un changement d’équipe ministérielle important après les élections de décembre et les nominations au Conseil constitutionnel début 2016. Finalement, c’est la seconde option qui a été choisie. Selon Le Monde et Le Point, le nouveau ministre du Travail sera connu lundi ou mardi, avant le Conseil des ministres de mercredi. Mais le flou règne encore sur son nom car les candidats de premier plan ne sont pas nombreux.

Le Conseil national du PS bousculé par les grévistes de PSA

Le Conseil national du PS bousculé par les grévistes de PSA

Ce Conseil national, qui rassemble quelque 300 cadres du PS, s’est ouvert dans un contexte marqué par l’affaire Cahuzac, une bombe politique qui a profondément marqué et choqué les militants, et quelques jours après les propos anti-austérité de plusieurs ministres, dont Arnaud Montebourg (Redressement productif), et Cécile Duflot (Logement).  Le Premier ministre venait juste d’achever son discours lorsque une cinquantaine d’ouvriers de l’usine PSA sont entrés dans la salle en clamant « le changement, c’est maintenant ». M. Ayrault s’est éclipsé. Le Premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a lui décidé de leur accorder la parole pendant une dizaine de minutes. C’est le représentant CGT de l’usine, Jean-Pierre Mercier, qui s’est exprimé à la tribune, devant plusieurs ministres et le conseiller de François Hollande, Aquilino Morelle. « On est venu ici pour vous demander qu’on obtienne une bonne fois pour toutes ce médiateur, qui puisse mettre le poids du pouvoir politique, du gouvernement dans la balance », a déclaré le dirigeant syndical.  Prenant à partie les ministres présents, comme Stéphane Le Foll, François Lamy ou Najat Vallaud-Belkacem, le représentant CGT leur a lancé : « vous avez vos menteurs, vos Cahuzac, nous on a M. (Philippe) Varin », le président de PSA, accusé de « mentir » aux ouvriers « depuis un an et demi ».  Le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, a lui aussi été apostrophé. « Vous connaissez dans le Doubs la famille Peugeot, vous pouvez avoir un poids vis-à-vis d’eux », a demandé M. Mercier au ministre, élu de ce département.  Des représentants de ces salariés ont dans la foulée été reçus par M. Désir. « Même si on désapprouve l’intrusion, il est tout à fait indispensable pour le PS de maintenir le dialogue avec les travailleurs car nous sommes le parti des droits des travailleurs », a assuré un membre de la direction.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol