Archive pour le Tag 'retour'

France: Retour de la social-démocratie ?

France: Retour de la  social-démocratie ?

 

La coalition de gauche baptisée « Nouveau Front populaire » (NFP) peut se définir comme une réaction. Une réaction d’urgence et de circonstance en contexte accéléré, celui de la dissolution du 9 juin 2024, consécutive au score du Rassemblement national (31,37 % des suffrages exprimés) aux élections européennes. Cette vitesse, ce brouillard dans lesquels sont plongés tous les partis de gauche comme de droite – à commencer par Les Républicains – ouvre des perspectives à bien des mouvements opportunistes mais aussi des tensions. On pense notamment aux différends qui ont émergé durant la campagne, notamment avec le parti de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, comme le soulignait récemment François Ruffin qui a acté sa rupture avec ce dernier.

 

par 

Doctorant en science politique, Université de Liège dans The Conversation

Suivant la maxime de la maire PS de Lille, Martine Aubry : « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup. » Pour le NFP, ce loup c’est l’entrisme du « bloc bourgeois » – un concept développé dans L’illusion du bloc bourgeois par les économistes Bruno Amable et Stefano Palombarini. À travers leur texte, nous nous demanderons si le courant moderniste du Parti socialiste peut devenir un facteur de déstabilisation supplémentaire au sein du Nouveau Front populaire. Le score de Raphaël Glucksmann au scrutin européen et ses positions récentes sur la social-démocratie présagent-t-il d’un retour ou d’une rupture pour ce courant de pensée ?

Apparu dans les années trente, mis au point par les mouvements trotskistes, l’entrisme consiste à infiltrer une organisation rivale en vue d’en infléchir les orientations politiques de l’intérieur. Parmi les politiques français formés à ces méthodes, on retrouve Lionel Jospin, ancien Premier ministre socialiste (1997-2002) ; Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste (2014-2017) ; ou encore Julien Dray, député socialiste (1988-2012).

De ce passé trotskiste, ces élus ne conserveront que les méthodes entristes, l’opposition au PCF et un goût pour l’international (traduit dans leur engagement pro-européen).

Au sein du Parti socialiste, ils feront leur mue au cours des années 1980 puis 1990, en se convertissant aux thèses économiques « modernistes » à savoir : une critique du modèle libéral traditionnel qu’il convient de réformer, la peur du déclin économique dont il faut confier les rênes à des technocrates, et la limitation des interférences démocratiques dont les intérêts particuliers des électeurs menaceraient le bien commun.

Bruno Amable et Stefano Palombarini, posent le tournant de la rigueur de 1983 comme la victoire idéologique de cette nouvelle gauche, si pour le politologue Antony Berlaud « la portée exacte du tournant économique est sujette à controverse, le tournant politique et partisan, lui, est bien réel ».

Les anciens trotskistes vont progressivement réorienter la ligne du PS, isoler les communistes et assécher les propositions plus à gauche comme celles de Jean-Pierre Chevènement et de ses soutiens :

« Seule la transformation socialiste de la société française […] peut assurer la survie, le redressement, la grandeur de la France en tant que nation libre et indépendante. »

Ce modernisme trouve un écho favorable dans les grandes écoles telles que l’ENA ou Polytechnique, dont certains anciens élèves pèseront sur les orientations politiques de la gauche, à l’instar de François Hollande, Michel Rocard ou Jacques Attali. En ce qui concerne les hauts fonctionnaires, l’historienne Florence Descamps parle du tournant de 1983 comme d’un virage « gestionnaire » ou « réaliste » :

« Ce n’est pas tant que les “hiérarques” des Finances “ne croyaient pas” au programme du candidat François Mitterand […] mais qu’ils croient à d’autres “réalités”, qui s’imposent à eux sous la pression de la crise. »

Cette dynamique s’inscrit dans un double contexte : d’une part, ce qui est qualifié de « temps des années-frics » par l’historien Jean Guarrigues avec la pénétration du patronat au sein du PS (par exemple : Pierre Bergé, Jérôme Seydoux ou Bernard Tapie). D’autre part, l’effondrement de l’Union soviétique, signe selon Francis Fukuyama de La Fin de l’histoire.

C’est dans cette continuité que les communistes seront écartés des ministères régaliens sous le gouvernement Lionel Jospin (1997-2002), puis absents des gouvernements sous le mandat de François Hollande (2012-2017).

La présidence de ce dernier se caractérise par un tournant « social-démocrate » (soit libéral sur le plan économique), avec la purge des ministres « frondeurs » comme Christiane Taubira, ou le chevènementiste Arnaud Montebourg – remplacé au ministère de l’Économie par Emmanuel Macron en 2014.

À la suite de la présidence sociale-démocrate de François Hollande, nous observons une diminution du score du PS aux élections présidentielles avec 6,36 % des suffrages exprimés en 2017, pour chuter à 1,75 % en 2022. Cela fera dire à Alain Minc :

« À mon avis, François Hollande a rendu un formidable service à la France en la débarrassant du socialisme, comme François Mitterrand nous a débarrassés du communisme. Il a tué la vieille idéologie économique socialiste. Il en a fait un discours complètement minoritaire. Il faut lui en savoir gré. »

Pourtant, les élections européennes de 2024 montrent un formidable retour du PS à travers son alliance avec Place Publique, une liste menée par Raphaël Glucksmann qui obtient 13,83 %. Ce retour ne diminue pas la dynamique de La France Insoumise (LFI) dont le score progresse entre 2019 et 2024 de 3,6 points. Ces résultats mettent à mal certaines analyses, comme celle de la journaliste Cécile Cornudet, pour qui « Glucksmann doit exister pour fragiliser LFI ».

Ce sont en réalité deux électorats bien distincts sur le plan social et spatial. Le nouveau PS offre une alternative aux électeurs des centres urbains, pro-européens et déçus du macronisme ou d’EELV. Par contraste, les positions pro-palestiniennes et anti-néocoloniales (questions palestinienne et kanake) ont pu mobiliser des abstentionnistes de banlieues modestes au bénéfice de LFI et du PCF. Pour l’économiste Stefano Palombarini :

« On peut affirmer sans trop de risques que les populations jeunes et précarisées qui vivent dans les banlieues de grandes villes occupent une position absolument centrale dans le bloc de la gauche de rupture. »

Mais outre ces différences sociales, spatiales et programmatiques, se dresse un point commun : l’antilibéralisme économique des partis de gauche en 2024. Et c’est ce point – l’économie – qui explique la rapidité du Nouveau Front populaire à s’unir, et l’incapacité qu’on eut le RN et une portion du parti Les Républicainsà se rassembler pour les élections législatives.

Nous pouvons nous demander si la ligne économique antilibérale, du NFP en général et du PS en particulier, résistera à ces élections législatives ? Deux aspects sont à prendre en considération.

Des facteurs exogènes à la NFP peuvent modifier cette ligne antilibérale, à l’instar d’une coalition sans LFI proposé par Gabriel Attal, la tribune de Bernard Cazeneuve et Manuel Valls, les prises de paroles de Julien Dray, ces quelques exemples posent un cadre médiatique et politique favorable au retour du bloc bourgeois.

Des facteurs endogènes à la NFP, comme la défaite de Fabien Roussel au premier tour des élections législatives, le départ, voire la purge de certains cadres de LFI, tend à fragiliser les partis économiquement antilibéraux au sein de l’union.

Quant à François Hollande, son retour sur le plan électoral marque la reprise du courant social-démocrate, en souhaitant « affirmer une orientation européenne [et] rester dans le champ de la crédibilité » ; revenant à cette idée moderniste qu’une seule politique rationnelle existe : le liberalism – There is no alternative ! (« il ny’ a pas d’alternative »).

Pour François Hollande :

« Le rassemblement doit aller au-delà de la gauche, il doit s’adresser à tous ceux qui à un moment cherchent comment éviter le pire et peut-être proposer le meilleur. »

Avec ces mots, l’ancien président pense peut-être aux sociaux-démocrates allemands habitués à former des coalitions avec le centre et la droite, dans ce qu’ils nomment einGroße Koalition ? Doit-on voir dans cette phrase, l’avenir de la XVIIe législature ?

Grèce: retour à la semaine de 6 jours.

Grèce: retour à la semaine de 6 jours.

 

Alors que dans certains pays de l’Europe on évoque de plus en plus la semaine de quatre jours, la Grèce va à contre-courant et envisage la semaine de six jours pour faire face à la pénurie de travailleurs qualifiés.

Le pays va à contre-courant de certains États européens comme la Belgique ou le Royaume-Uni qui expérimentent une réduction du temps de travail.

La Grèce détient déjà le record du temps de travail hebdomadaire de l’Union européenne, avec 41 heures. En instaurant la semaine de six jours, soit 48 heures – deux heures de plus par jour – pour certaines catégories d’entreprises, le pays va à contre-courant d’une Europe où certains États comme la Belgique et le Royaume-Uni expérimentent la semaine de quatre jours.

L’idée du gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis est de trouver la parade au recul inexorable de la population – la Grèce détient l’un des plus bas taux de natalité d’Europe – et de pallier la pénurie de travailleurs qualifiés qui touche le pays.

En légalisant la possibilité de travailler un jour de plus, l’exécutif estime que « c’est ainsi que les heures supplémentaires non payées jusqu’à présent le seront et que le travail non déclaré diminuera, assène-t-on dans les couloirs du ministère des Finances d’Athènes. C’est du gagnant-…

 

Economie- Le retour de l’inflation après les législatives ?

Economie- Le retour de l’inflation après les législatives  ?

 

Une vague d’inflation a submergé l’économie mondiale depuis 2022. Largement due aux crises énergétiques et à la guerre en Ukraine, ce mouvement de hausse des prix était sans précédent depuis les répliques du deuxième choc pétrolier au tournant des années 70 et 80. Alors que le pire semble derrière nous en France, l’incertitude récente concernant la situation politique intérieure sème le doute quant à l’impact des mesures sur le pouvoir d’achat, qui ont pourtant contribué à contenir la hausse des prix. Quelles conséquences pourraient avoir les boucliers tarifaires ou les hausses de salaire promises par les uns et les autres, étant donné la trajectoire de la dette publique ? À moyen et long terme, de quelle façon ces mesures pourraient-elles atteindre la croissance et l’évolution des prix ?

 

par 

Associate Professor of Finance, International University of Monaco dans The Conversation 

Mais revenons à la période récente. En mai 2024, l’indice des prix à la consommation (IPC) est ressorti stable sur un mois, affichant une hausse de 2,3 % sur un an. L’inflation française se situe ainsi dans la moyenne de la zone euro après avoir été en dessous de nombreux pays européens au plus haut de la crise inflationniste. Ces bons résultats relatifs durant l’épisode inflationniste aigu de 2022 s’expliquent par le choix fort du gouvernement français de contenir la hausse des prix de l’énergie (gaz et électricité). L’instauration d’un bouclier tarifaire a limité l’impact de la hausse pour les ménages, comme l’a montré, après coup, la Cour des comptes. Toutefois, ce résultat a eu un coût budgétaire important : le gouvernement estime la mesure à 11 milliards d’euros pour le prix du gaz et, pour l’électricité, à 44 milliards d’euros nets en 2024.

Sans le bouclier tarifaire, les prix du gaz auraient augmenté de +78,3 % au 1er mai 2022 par rapport au 1er octobre 2021. L’Institut national de la statistique (Insee) estime que le bouclier tarifaire a contribué à diviser par deux le niveau d’inflation sur la période, ce qui correspond en effet à l’écart observé avec nos voisins européens. Dans les faits, la hausse des tarifs a été limitée à 15 % TTC en moyenne, et empiriquement l’objectif a été atteint.

Toutefois, la hausse reste forte, sur l’électricité notamment, avec des variations annuelles de près de 20 %, alors que le gaz voit ses tarifs diminuer fortement début 2024. Grâce aux mesures et à la baisse de consommation, le poids de la facture énergétique dans le budget des ménages a finalement assez peu augmenté, en deçà des 10 %.

Avant la dissolution, il était prévu que le dispositif serait prolongé jusqu’au début de 2025 pour l’électricité mais devait s’assouplir pour être recentré sur les contrats signés avec des prix élevés. Seuls sont maintenant éligibles les contrats qui ont été signés avant le 30 juin 2023. La baisse des prix de l’énergie se confirme dans tous les pays de la zone euro sur les trois derniers mois, du fait aussi du repli des prix des produits pétroliers de 2,4 %. Les prix de l’énergie en France ont été inférieurs à ceux de la zone euro, mais la variation sur un an affiche quand même encore 5,7 % dans l’hexagone. Et les augmentations ne sont pas terminées

Pour juger de la future trajectoire des prix, la question qui se pose aujourd’hui plus que jamais est celle de la boucle prix-salaires. Cette dernière faisait craindre, au début de la crise, l’enclenchement d’un cercle vicieux : la hausse des prix entraîne une hausse des salaires, qui, à son tour, provoque une hausse des prix… soit le retour de l’inflation persistante.

Après avoir atteint un pic à 5,3 % au quatrième trimestre de 2022, les salaires ralentissent graduellement dans ce contexte de reflux de la hausse des prix. Les rémunérations ont progressé de 2,9 % au premier trimestre de 2024, après une croissance de 3,2 % au trimestre précédent.

Quelles conséquences entraîneraient un changement de majorité au Parlement français et une nouvelle politique économique sur le pouvoir d’achat ? L’indexation des salaires fréquemment citée dans les programmes de deux des coalitions conduirait à des anticipations d’inflation moins bien ancrées d’après une étude de la Banque de France.

Cela pourrait ainsi engendrer une plus forte volatilité de l’inflation, ce qui est généralement observé dans les pays ayant choisi l’indexation, même partielle comme la Belgique. En effet, les chocs, même temporaires, d’inflation, dans un pays incluant une fraction plus élevée d’indexation automatique des salaires nominaux sur l’inflation, amorcent la boucle prix-salaires, ce qui a un impact sur le comportement des agents économiques qui modifient alors leurs anticipations de hausse des prix à moyen et long terme. Or, toutes les études économiques montrent qu’un surplus d’incertitude sur les prix ralentit l’activité économique, notamment parce qu’elle dissuade les agents économiques d’investir.

Enfin, la mauvaise tenue des comptes publics est, à moyen long terme, une autre source d’instabilité pour la performance économique, et pour l’inflation en particulier. La situation des comptes nationaux français s’est encore dégradée en 2023. La France a affiché un déficit de -5,5 % du PIB avec une dette dépassant maintenant les trois mille milliards d’euros. Certes, beaucoup d’autres États membres de l’Union européenne affichent un déficit (les seules exceptions sont Chypre et le Danemark (+3,1 % chacun), l’Irlande (+1,7 %) et le Portugal (+1,2 %)), et nos voisins italiens enregistrent toujours les déficits les plus élevés (-7,4 %). Mais les marchés obligataires se tournent de plus en plus vers la France.

Si des mesures coûteuses sont prises par le nouveau gouvernement français, et si le taux d’intérêt de la dette devient supérieur au taux de croissance du PIB en valeur, le déficit primaire et la dette seront plus élevés. Une telle situation aurait à n’en pas douter des répercussions importantes sur les primes de risque payées par la France (on appelle ainsi la part du taux d’intérêt qui correspond au risque particulier estimé par les prêteurs) sur les marchés obligataires, et notre capacité à se financer.

Une combinaison de stagflation, c’est-à-dire la conjonction de la hausse des prix et du recul de l’activité, façon années 70, et une crise de la dette souveraine comme en 2012 deviennent de plus en plus un scénario envisageable, selon de nombreux économistes. Alors qu’on attendait la rigueur en 2024, la France craint désormais le chaos. Pourra-t-on compter sur la banque centrale européenne pour mettre de l’ordre et rassurer les marchés encore une fois ?

Economie- Le retour de l’inflation après la dissolution ?

Economie- Le retour de l’inflation après la dissolution ?

 

Une vague d’inflation a submergé l’économie mondiale depuis 2022. Largement due aux crises énergétiques et à la guerre en Ukraine, ce mouvement de hausse des prix était sans précédent depuis les répliques du deuxième choc pétrolier au tournant des années 70 et 80. Alors que le pire semble derrière nous en France, l’incertitude récente concernant la situation politique intérieure sème le doute quant à l’impact des mesures sur le pouvoir d’achat, qui ont pourtant contribué à contenir la hausse des prix. Quelles conséquences pourraient avoir les boucliers tarifaires ou les hausses de salaire promises par les uns et les autres, étant donné la trajectoire de la dette publique ? À moyen et long terme, de quelle façon ces mesures pourraient-elles atteindre la croissance et l’évolution des prix ?

 

par 

Associate Professor of Finance, International University of Monaco dans The Conversation 

Mais revenons à la période récente. En mai 2024, l’indice des prix à la consommation (IPC) est ressorti stable sur un mois, affichant une hausse de 2,3 % sur un an. L’inflation française se situe ainsi dans la moyenne de la zone euro après avoir été en dessous de nombreux pays européens au plus haut de la crise inflationniste. Ces bons résultats relatifs durant l’épisode inflationniste aigu de 2022 s’expliquent par le choix fort du gouvernement français de contenir la hausse des prix de l’énergie (gaz et électricité). L’instauration d’un bouclier tarifaire a limité l’impact de la hausse pour les ménages, comme l’a montré, après coup, la Cour des comptes. Toutefois, ce résultat a eu un coût budgétaire important : le gouvernement estime la mesure à 11 milliards d’euros pour le prix du gaz et, pour l’électricité, à 44 milliards d’euros nets en 2024.

Sans le bouclier tarifaire, les prix du gaz auraient augmenté de +78,3 % au 1er mai 2022 par rapport au 1er octobre 2021. L’Institut national de la statistique (Insee) estime que le bouclier tarifaire a contribué à diviser par deux le niveau d’inflation sur la période, ce qui correspond en effet à l’écart observé avec nos voisins européens. Dans les faits, la hausse des tarifs a été limitée à 15 % TTC en moyenne, et empiriquement l’objectif a été atteint.

Toutefois, la hausse reste forte, sur l’électricité notamment, avec des variations annuelles de près de 20 %, alors que le gaz voit ses tarifs diminuer fortement début 2024. Grâce aux mesures et à la baisse de consommation, le poids de la facture énergétique dans le budget des ménages a finalement assez peu augmenté, en deçà des 10 %.

Avant la dissolution, il était prévu que le dispositif serait prolongé jusqu’au début de 2025 pour l’électricité mais devait s’assouplir pour être recentré sur les contrats signés avec des prix élevés. Seuls sont maintenant éligibles les contrats qui ont été signés avant le 30 juin 2023. La baisse des prix de l’énergie se confirme dans tous les pays de la zone euro sur les trois derniers mois, du fait aussi du repli des prix des produits pétroliers de 2,4 %. Les prix de l’énergie en France ont été inférieurs à ceux de la zone euro, mais la variation sur un an affiche quand même encore 5,7 % dans l’hexagone. Et les augmentations ne sont pas terminées

Pour juger de la future trajectoire des prix, la question qui se pose aujourd’hui plus que jamais est celle de la boucle prix-salaires. Cette dernière faisait craindre, au début de la crise, l’enclenchement d’un cercle vicieux : la hausse des prix entraîne une hausse des salaires, qui, à son tour, provoque une hausse des prix… soit le retour de l’inflation persistante.

Après avoir atteint un pic à 5,3 % au quatrième trimestre de 2022, les salaires ralentissent graduellement dans ce contexte de reflux de la hausse des prix. Les rémunérations ont progressé de 2,9 % au premier trimestre de 2024, après une croissance de 3,2 % au trimestre précédent.

Quelles conséquences entraîneraient un changement de majorité au Parlement français et une nouvelle politique économique sur le pouvoir d’achat ? L’indexation des salaires fréquemment citée dans les programmes de deux des coalitions conduirait à des anticipations d’inflation moins bien ancrées d’après une étude de la Banque de France.

Cela pourrait ainsi engendrer une plus forte volatilité de l’inflation, ce qui est généralement observé dans les pays ayant choisi l’indexation, même partielle comme la Belgique. En effet, les chocs, même temporaires, d’inflation, dans un pays incluant une fraction plus élevée d’indexation automatique des salaires nominaux sur l’inflation, amorcent la boucle prix-salaires, ce qui a un impact sur le comportement des agents économiques qui modifient alors leurs anticipations de hausse des prix à moyen et long terme. Or, toutes les études économiques montrent qu’un surplus d’incertitude sur les prix ralentit l’activité économique, notamment parce qu’elle dissuade les agents économiques d’investir.

Enfin, la mauvaise tenue des comptes publics est, à moyen long terme, une autre source d’instabilité pour la performance économique, et pour l’inflation en particulier. La situation des comptes nationaux français s’est encore dégradée en 2023. La France a affiché un déficit de -5,5 % du PIB avec une dette dépassant maintenant les trois mille milliards d’euros. Certes, beaucoup d’autres États membres de l’Union européenne affichent un déficit (les seules exceptions sont Chypre et le Danemark (+3,1 % chacun), l’Irlande (+1,7 %) et le Portugal (+1,2 %)), et nos voisins italiens enregistrent toujours les déficits les plus élevés (-7,4 %). Mais les marchés obligataires se tournent de plus en plus vers la France.

Si des mesures coûteuses sont prises par le nouveau gouvernement français, et si le taux d’intérêt de la dette devient supérieur au taux de croissance du PIB en valeur, le déficit primaire et la dette seront plus élevés. Une telle situation aurait à n’en pas douter des répercussions importantes sur les primes de risque payées par la France (on appelle ainsi la part du taux d’intérêt qui correspond au risque particulier estimé par les prêteurs) sur les marchés obligataires, et notre capacité à se financer.

Une combinaison de stagflation, c’est-à-dire la conjonction de la hausse des prix et du recul de l’activité, façon années 70, et une crise de la dette souveraine comme en 2012 deviennent de plus en plus un scénario envisageable, selon de nombreux économistes. Alors qu’on attendait la rigueur en 2024, la France craint désormais le chaos. Pourra-t-on compter sur la banque centrale européenne pour mettre de l’ordre et rassurer les marchés encore une fois ?

Economie- Le retour de l’inflation après la dissolution ?

Economie- Le retour de l’inflation après la dissolution ?

 

Une vague d’inflation a submergé l’économie mondiale depuis 2022. Largement due aux crises énergétiques et à la guerre en Ukraine, ce mouvement de hausse des prix était sans précédent depuis les répliques du deuxième choc pétrolier au tournant des années 70 et 80. Alors que le pire semble derrière nous en France, l’incertitude récente concernant la situation politique intérieure sème le doute quant à l’impact des mesures sur le pouvoir d’achat, qui ont pourtant contribué à contenir la hausse des prix. Quelles conséquences pourraient avoir les boucliers tarifaires ou les hausses de salaire promises par les uns et les autres, étant donné la trajectoire de la dette publique ? À moyen et long terme, de quelle façon ces mesures pourraient-elles atteindre la croissance et l’évolution des prix ?

 

par 

Associate Professor of Finance, International University of Monaco dans The Conversation 

Mais revenons à la période récente. En mai 2024, l’indice des prix à la consommation (IPC) est ressorti stable sur un mois, affichant une hausse de 2,3 % sur un an. L’inflation française se situe ainsi dans la moyenne de la zone euro après avoir été en dessous de nombreux pays européens au plus haut de la crise inflationniste. Ces bons résultats relatifs durant l’épisode inflationniste aigu de 2022 s’expliquent par le choix fort du gouvernement français de contenir la hausse des prix de l’énergie (gaz et électricité). L’instauration d’un bouclier tarifaire a limité l’impact de la hausse pour les ménages, comme l’a montré, après coup, la Cour des comptes. Toutefois, ce résultat a eu un coût budgétaire important : le gouvernement estime la mesure à 11 milliards d’euros pour le prix du gaz et, pour l’électricité, à 44 milliards d’euros nets en 2024.

Sans le bouclier tarifaire, les prix du gaz auraient augmenté de +78,3 % au 1er mai 2022 par rapport au 1er octobre 2021. L’Institut national de la statistique (Insee) estime que le bouclier tarifaire a contribué à diviser par deux le niveau d’inflation sur la période, ce qui correspond en effet à l’écart observé avec nos voisins européens. Dans les faits, la hausse des tarifs a été limitée à 15 % TTC en moyenne, et empiriquement l’objectif a été atteint.

Toutefois, la hausse reste forte, sur l’électricité notamment, avec des variations annuelles de près de 20 %, alors que le gaz voit ses tarifs diminuer fortement début 2024. Grâce aux mesures et à la baisse de consommation, le poids de la facture énergétique dans le budget des ménages a finalement assez peu augmenté, en deçà des 10 %.

Avant la dissolution, il était prévu que le dispositif serait prolongé jusqu’au début de 2025 pour l’électricité mais devait s’assouplir pour être recentré sur les contrats signés avec des prix élevés. Seuls sont maintenant éligibles les contrats qui ont été signés avant le 30 juin 2023. La baisse des prix de l’énergie se confirme dans tous les pays de la zone euro sur les trois derniers mois, du fait aussi du repli des prix des produits pétroliers de 2,4 %. Les prix de l’énergie en France ont été inférieurs à ceux de la zone euro, mais la variation sur un an affiche quand même encore 5,7 % dans l’hexagone. Et les augmentations ne sont pas terminées

Pour juger de la future trajectoire des prix, la question qui se pose aujourd’hui plus que jamais est celle de la boucle prix-salaires. Cette dernière faisait craindre, au début de la crise, l’enclenchement d’un cercle vicieux : la hausse des prix entraîne une hausse des salaires, qui, à son tour, provoque une hausse des prix… soit le retour de l’inflation persistante.

Après avoir atteint un pic à 5,3 % au quatrième trimestre de 2022, les salaires ralentissent graduellement dans ce contexte de reflux de la hausse des prix. Les rémunérations ont progressé de 2,9 % au premier trimestre de 2024, après une croissance de 3,2 % au trimestre précédent.

Quelles conséquences entraîneraient un changement de majorité au Parlement français et une nouvelle politique économique sur le pouvoir d’achat ? L’indexation des salaires fréquemment citée dans les programmes de deux des coalitions conduirait à des anticipations d’inflation moins bien ancrées d’après une étude de la Banque de France.

Cela pourrait ainsi engendrer une plus forte volatilité de l’inflation, ce qui est généralement observé dans les pays ayant choisi l’indexation, même partielle comme la Belgique. En effet, les chocs, même temporaires, d’inflation, dans un pays incluant une fraction plus élevée d’indexation automatique des salaires nominaux sur l’inflation, amorcent la boucle prix-salaires, ce qui a un impact sur le comportement des agents économiques qui modifient alors leurs anticipations de hausse des prix à moyen et long terme. Or, toutes les études économiques montrent qu’un surplus d’incertitude sur les prix ralentit l’activité économique, notamment parce qu’elle dissuade les agents économiques d’investir.

Enfin, la mauvaise tenue des comptes publics est, à moyen long terme, une autre source d’instabilité pour la performance économique, et pour l’inflation en particulier. La situation des comptes nationaux français s’est encore dégradée en 2023. La France a affiché un déficit de -5,5 % du PIB avec une dette dépassant maintenant les trois mille milliards d’euros. Certes, beaucoup d’autres États membres de l’Union européenne affichent un déficit (les seules exceptions sont Chypre et le Danemark (+3,1 % chacun), l’Irlande (+1,7 %) et le Portugal (+1,2 %)), et nos voisins italiens enregistrent toujours les déficits les plus élevés (-7,4 %). Mais les marchés obligataires se tournent de plus en plus vers la France.

Si des mesures coûteuses sont prises par le nouveau gouvernement français, et si le taux d’intérêt de la dette devient supérieur au taux de croissance du PIB en valeur, le déficit primaire et la dette seront plus élevés. Une telle situation aurait à n’en pas douter des répercussions importantes sur les primes de risque payées par la France (on appelle ainsi la part du taux d’intérêt qui correspond au risque particulier estimé par les prêteurs) sur les marchés obligataires, et notre capacité à se financer.

Une combinaison de stagflation, c’est-à-dire la conjonction de la hausse des prix et du recul de l’activité, façon années 70, et une crise de la dette souveraine comme en 2012 deviennent de plus en plus un scénario envisageable, selon de nombreux économistes. Alors qu’on attendait la rigueur en 2024, la France craint désormais le chaos. Pourra-t-on compter sur la banque centrale européenne pour mettre de l’ordre et rassurer les marchés encore une fois ?

Le retour de l’inflation après la dissolution ?

Le retour de l’inflation après la dissolution ?

 

Une vague d’inflation a submergé l’économie mondiale depuis 2022. Largement due aux crises énergétiques et à la guerre en Ukraine, ce mouvement de hausse des prix était sans précédent depuis les répliques du deuxième choc pétrolier au tournant des années 70 et 80. Alors que le pire semble derrière nous en France, l’incertitude récente concernant la situation politique intérieure sème le doute quant à l’impact des mesures sur le pouvoir d’achat, qui ont pourtant contribué à contenir la hausse des prix. Quelles conséquences pourraient avoir les boucliers tarifaires ou les hausses de salaire promises par les uns et les autres, étant donné la trajectoire de la dette publique ? À moyen et long terme, de quelle façon ces mesures pourraient-elles atteindre la croissance et l’évolution des prix ?

 

par 

Associate Professor of Finance, International University of Monaco dans The Conversation 

Mais revenons à la période récente. En mai 2024, l’indice des prix à la consommation (IPC) est ressorti stable sur un mois, affichant une hausse de 2,3 % sur un an. L’inflation française se situe ainsi dans la moyenne de la zone euro après avoir été en dessous de nombreux pays européens au plus haut de la crise inflationniste. Ces bons résultats relatifs durant l’épisode inflationniste aigu de 2022 s’expliquent par le choix fort du gouvernement français de contenir la hausse des prix de l’énergie (gaz et électricité). L’instauration d’un bouclier tarifaire a limité l’impact de la hausse pour les ménages, comme l’a montré, après coup, la Cour des comptes. Toutefois, ce résultat a eu un coût budgétaire important : le gouvernement estime la mesure à 11 milliards d’euros pour le prix du gaz et, pour l’électricité, à 44 milliards d’euros nets en 2024.

Sans le bouclier tarifaire, les prix du gaz auraient augmenté de +78,3 % au 1er mai 2022 par rapport au 1er octobre 2021. L’Institut national de la statistique (Insee) estime que le bouclier tarifaire a contribué à diviser par deux le niveau d’inflation sur la période, ce qui correspond en effet à l’écart observé avec nos voisins européens. Dans les faits, la hausse des tarifs a été limitée à 15 % TTC en moyenne, et empiriquement l’objectif a été atteint.

Toutefois, la hausse reste forte, sur l’électricité notamment, avec des variations annuelles de près de 20 %, alors que le gaz voit ses tarifs diminuer fortement début 2024. Grâce aux mesures et à la baisse de consommation, le poids de la facture énergétique dans le budget des ménages a finalement assez peu augmenté, en deçà des 10 %.

Avant la dissolution, il était prévu que le dispositif serait prolongé jusqu’au début de 2025 pour l’électricité mais devait s’assouplir pour être recentré sur les contrats signés avec des prix élevés. Seuls sont maintenant éligibles les contrats qui ont été signés avant le 30 juin 2023. La baisse des prix de l’énergie se confirme dans tous les pays de la zone euro sur les trois derniers mois, du fait aussi du repli des prix des produits pétroliers de 2,4 %. Les prix de l’énergie en France ont été inférieurs à ceux de la zone euro, mais la variation sur un an affiche quand même encore 5,7 % dans l’hexagone. Et les augmentations ne sont pas terminées

Pour juger de la future trajectoire des prix, la question qui se pose aujourd’hui plus que jamais est celle de la boucle prix-salaires. Cette dernière faisait craindre, au début de la crise, l’enclenchement d’un cercle vicieux : la hausse des prix entraîne une hausse des salaires, qui, à son tour, provoque une hausse des prix… soit le retour de l’inflation persistante.

Après avoir atteint un pic à 5,3 % au quatrième trimestre de 2022, les salaires ralentissent graduellement dans ce contexte de reflux de la hausse des prix. Les rémunérations ont progressé de 2,9 % au premier trimestre de 2024, après une croissance de 3,2 % au trimestre précédent.

Quelles conséquences entraîneraient un changement de majorité au Parlement français et une nouvelle politique économique sur le pouvoir d’achat ? L’indexation des salaires fréquemment citée dans les programmes de deux des coalitions conduirait à des anticipations d’inflation moins bien ancrées d’après une étude de la Banque de France.

Cela pourrait ainsi engendrer une plus forte volatilité de l’inflation, ce qui est généralement observé dans les pays ayant choisi l’indexation, même partielle comme la Belgique. En effet, les chocs, même temporaires, d’inflation, dans un pays incluant une fraction plus élevée d’indexation automatique des salaires nominaux sur l’inflation, amorcent la boucle prix-salaires, ce qui a un impact sur le comportement des agents économiques qui modifient alors leurs anticipations de hausse des prix à moyen et long terme. Or, toutes les études économiques montrent qu’un surplus d’incertitude sur les prix ralentit l’activité économique, notamment parce qu’elle dissuade les agents économiques d’investir.

Enfin, la mauvaise tenue des comptes publics est, à moyen long terme, une autre source d’instabilité pour la performance économique, et pour l’inflation en particulier. La situation des comptes nationaux français s’est encore dégradée en 2023. La France a affiché un déficit de -5,5 % du PIB avec une dette dépassant maintenant les trois mille milliards d’euros. Certes, beaucoup d’autres États membres de l’Union européenne affichent un déficit (les seules exceptions sont Chypre et le Danemark (+3,1 % chacun), l’Irlande (+1,7 %) et le Portugal (+1,2 %)), et nos voisins italiens enregistrent toujours les déficits les plus élevés (-7,4 %). Mais les marchés obligataires se tournent de plus en plus vers la France.

Si des mesures coûteuses sont prises par le nouveau gouvernement français, et si le taux d’intérêt de la dette devient supérieur au taux de croissance du PIB en valeur, le déficit primaire et la dette seront plus élevés. Une telle situation aurait à n’en pas douter des répercussions importantes sur les primes de risque payées par la France (on appelle ainsi la part du taux d’intérêt qui correspond au risque particulier estimé par les prêteurs) sur les marchés obligataires, et notre capacité à se financer.

Une combinaison de stagflation, c’est-à-dire la conjonction de la hausse des prix et du recul de l’activité, façon années 70, et une crise de la dette souveraine comme en 2012 deviennent de plus en plus un scénario envisageable, selon de nombreux économistes. Alors qu’on attendait la rigueur en 2024, la France craint désormais le chaos. Pourra-t-on compter sur la banque centrale européenne pour mettre de l’ordre et rassurer les marchés encore une fois ?

Législatives-gauche: le retour de l’union ?

Législatives-gauche: le retour de l’union ?

 

Le soir des élections européennes, le 9 juin, et les jours qui ont suivis n’ont pas manqué de surprises politiques. Si la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron fut la première et la principale, l’annonce d’un « Front populaire » rassemblant, 24 heures après les résultats, les principales forces de gauche en constitua une autre. Inimaginable il y a quelques jours encore, l’entente de partis s’étant livrés durant la campagne à de violentes critiques réciproques est brutalement apparue comme indispensable : le risque d’un triomphe de l’extrême droite le 30 juin et le 7 juillet apparaît trop grand.

 

par 

Docteur en science politique, Université Paris-Panthéon-Assas dans The Conversation 

Dans un paysage politique dessinant de plus en plus explicitement trois blocs – social-écologiste à gauche, néolibéral-conservateur au centre-droit et xénophobe à l’extrême droite – la dissolution prononcée par Emmanuel Macron vise prioritairement la gauche. En effet, le chef de l’État pouvait miser sur la forte désunion de la gauche lors des élections européennes pour espérer répliquer dans chaque circonscription le second tour qui l’a opposé au Rassemblement national en 2022. Cette accélération du temps politique a ainsi imposé aux forces de gauche de rétablir le dialogue quelques mois après que la Nupes, l’alliance conclue lors des élections législatives de 2022, ait implosé.

Si la Nupes a souvent été décrite comme un échec, c’est d’abord parce qu’elle a été mal jugée. Plus qu’une alliance durable, il s’agissait surtout d’un programme d’urgence visant, après une défaite de la gauche à l’élection présidentielle, à maximiser le nombre de députés à l’Assemblée nationale et à permettre aux principales formations d’y obtenir un groupe. Ce fut chose faite. De même, ce qui se présente aujourd’hui sous le titre de Front populaire apparaît avant tout comme une coalition se voulant la plus large possible, face à la perspective crédible de l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite.

Quant à chercher dans un passé récent des expériences politiques comparables, la configuration actuelle apparaît singulière en raison de l’urgence de la situation.

En 1972, le programme commun de gouvernement, réunissant les signatures des communistes, des socialistes et des radicaux, apparaissait comme l’aboutissement de plusieurs années de travail. En 1997, la Gauche plurielle fut quant à elle mise sur pieds en quelques semaines après la dissolution prononcée par Jacques Chirac. Mais il s’agissait moins d’une union que d’une série d’accords sans programme commun. C’est finalement la Nupes, élaborée en 2022, qui paraît se rapprocher le plus de l’union qu’annonce le nouveau « Front populaire ». Elle fut la première entente avec des candidatures uniques dès le premier tour, et non des accords de désistement au second.

En s’emparant de l’appel à créer un nouveau « Front populaire » lancé par le député LFI François Ruffin au soir des élections européennes, la gauche a elle-même choisi sa référence historique.

Au cœur du parallèle, la mobilisation sociale antifasciste qui répondit aux émeutes orchestrées par l’extrême droite le 6 février 1934 et qui aboutit, en 1936, à l’élection du gouvernement de gauche de Léon Blum.

Plus largement encore que cette incarnation historique, la notion de « Front populaire » renvoie à une configuration critique : celle dans laquelle les forces révolutionnaires et réformistes de gauche, qu’elles soient partisanes, syndicales ou associatives, acceptent de s’entendre, y compris avec des segments de la bourgeoisie, face à la menace d’un péril fasciste.

C’est bien à cet élan collectif outrepassant les divisions face au danger que fait écho la référence au « Front populaire ».

Au-delà de la question de la pertinence historique de la comparaison avec une expérience presque centenaire, la référence traduit relativement bien les enjeux pour la gauche. Tout d’abord, elle précise la nature de l’entente : il ne s’agit pas prioritairement d’un accord idéologique. Non seulement l’imminence des élections ne permet pas d’aller au-delà d’une liste de mesures des « 100 premiers jours », mais surtout il s’agit avant tout d’empêcher l’accès au pouvoir de l’extrême droite. Ensuite, la référence au Front populaire éclaire l’étendue de l’alliance : elle vise à rassembler le plus largement possible les partis, mais également à s’appuyer sur le mouvement social en convoquant syndicats et associations.

Des négociations plus pragmatiques qu’idéologiques

Si la proximité des élections ne permet pas d’ouvrir un réel débat programmatique, les forces de gauche auront tout de même à discuter des principaux points d’accord à mettre en avant. Durant la campagne pour les européennes, les invectives réciproques entre PS–Place publique et La France Insoumise sont allées croissantes. Au lendemain des élections, Raphaël Glucksmann a fait du soutien militaire à l’Ukraine et du refus de « la brutalisation du débat public » les conditions préalables à toute négociation. La France Insoumise a quant à elle placé parmi les siennes le « retour de la retraite à 60 ans » et le rejet du projet d’autoroute A69.

La campagne des élections européennes a exposé, sinon exagéré, les différends entre les formations de gauche. Néanmoins, l’urgence actuelle de la situation permet finalement à la grande majorité de la gauche d’insister sur ses points communs et de relativiser ses dissensions. Cela vaut y compris sur des enjeux qui, comme la situation à Gaza, ont été au cœur des tensions à gauche.

Ainsi, l’âpreté des négociations devrait davantage être liée à des questions plus pragmatiques qu’idéologiques. Alors que le dépôt des candidatures est attendu pour le 16 juin, l’enjeu des discussions tient d’abord à la répartition des places. En 2022, la Nupes a été bâtie sur le score de l’élection présidentielle, où La France Insoumise (21,95 %) devançait nettement les écologistes (4,63 %), les communistes (2,28 %) et les socialistes (1,74 %). Cependant, à l’exception de la formation insoumise, tous auraient sans doute préféré que soient inclus dans l’équation les scores réalisés lors des scrutins précédents.

Quoi qu’il en soit, cette répartition a généré d’importantes frustrations au sein des partis et favorisé la rupture rapide de l’accord. Les élections européennes ont rebattu les cartes, sans clarifier la situation. La liste de Raphaël Glucksmann (PS-Place publique) en est sortie en tête (13,83 %), devant La France Insoumise (9,89 %). Avec un million de voix d’avance, Raphaël Glucksmann n’a cependant pas pleinement inversé le rapport de force qui avait accordé sept millions de voix d’avance à Jean-Luc Mélenchon en 2022.

Ensuite, avec les investitures, se joue la question des financements. En effet, les élections législatives constituent un enjeu financier primordial pour les partis : le financement public des partis est indexé sur leurs résultats au premier tour et sur leur nombre d’élus.

De ce point de vue, les négociations joueront déjà un rôle important dans la perspective de l’élection présidentielle de 2027. L’état du rapport de force au sein de la gauche étant au cœur des discussions, ce point ne manquera pas d’animer les échanges. La nature des tractations résulte de l’état du jeu politique à gauche. Depuis la rupture de l’élection de 2017, il n’est durablement dominé par aucun parti.

Retour de Hollande, atout ou handicap ?

Retour de Hollande, atout ou handicap ?

 

 

 

Le retour de Hollande est évidemment une surprise comme candidat aux législatives. En fait, l’intéressé n’a jamais lâché la politique et l’espérance d’un nouveau mandat y compris aux présidentielles. Il va même bénéficier d’une situation particulière pour sa candidature en Corrèze puisqu’il n’y aura pas de candidats de la majorité macroniste en face de lui.

Hollande peut être un atout à l’Assemblée nationale compte tenu de son expérience politique. Par contre, il n’a pas laissé un grand souvenir comme président et ce retour peut susciter des interrogations voir des critiques y compris au sein du nouveau Front populaire.

Pour faciliter sans doute cette élection, le  parti présidentiel a décidé de ne pas investir de candidat face à lui. L’entourage de l’ancien chef de l’État indique que ce dernier a en effet «constaté» l’absence de concurrent Renaissance, tout en affirmant ne pas avoir été concerté par la majorité pour cette décision.

 

 

Retour de la coqueluche en France ?

Retour de la coqueluche en France ?

 
Un très fort rebond de la coqueluche se confirme en France, où près de 6.000 cas ont été recensés sur les cinq premiers mois de l’année, bien plus que sur tout 2023, selon des données transmises ce mardi 4 juin par l’Institut Pasteur.

 
Pour cette maladie très contagieuse et parfois grave, c’est « un rebond assez explosif », a déclaré le directeur du CNR, Sylvain Brisse. « On s’attendait à une recrudescence de cette maladie cyclique, qui a un pic tous les trois à cinq ans, sachant que le dernier pic datait de 2018. La période Covid a retardé la reprise, là cela revient vraiment en force », a-t-il ajouté.
Une reprise de la circulation de la coqueluche « s’amorce en France » depuis début 2024, avait prévenu Santé publique France mi-avril, appelant à la vigilance et rappelant l’importance de la vaccination.

« Au premier trimestre, une quinzaine de clusters, majoritairement en collectivité (écoles maternelles, primaires, halte-garderies et maisons maternelles) mais aussi familiaux », a pointé l’agence.

La coqueluche, infection respiratoire causée par une bactérie, se transmet très facilement par voie aérienne, au contact d’une personne malade présentant une toux, principalement dans la famille ou en collectivités.

Elle provoque des quintes de toux fréquentes et prolongées, et peut être grave pour les nourrissons et les personnes vulnérables (malades respiratoires chroniques, immunodéprimés, femmes enceintes). Les décès sont rares mais peuvent survenir notamment chez les très jeunes nourrissons non vaccinés.

Sur le continent européen, plus de 32.000 cas de coqueluche ont été globalement recensés dans trente pays sur les trois premiers mois de 2024, plus que sur l’ensemble de l’année 2023 (plus de 25.000), selon un rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) paru le 8 mai.

Nucléaire: Retour sulfureux des turbines

Nucléaire: Retour  sulfureux  des turbines

D’une certaine manière Macon est particulièrement gonflé de se prévaloir du retour en France des turbines des centrales nucléaires. Des équipements stratégiques d’Alstom qui ont été bradés à General Electric puis que la société américaine a abandonné pour être rachetées par EDF (contre son avis).  Une opération à la fois tourmentée et très coûteuse liée aussi au lien particulier de Macron avec General Electric et les affaires de corruption

En 2014, GE rachète la branche énergie d’Alstom dans un contexte où l’entreprise française était engluée dans des affaires de corruption à l’étranger. Succinctement, Frédéric Pierucci, cadre dirigeant d’Alstom, est arrêté en avril 2013 aux États-Unis, Patrick Kron (PDG d’Alstom) négocie avec la direction de GE la cession de la branche énergie du groupe en 2014 sur fond de promesse américaine d’abandonner les poursuites contre Alstom et ses cadres dirigeants, Arnaud Montebourg, alors ministre du redressement productif, préfère d’abord un rapprochement entre Alstom et Siemens et accuse Patrick Kron de négocier dans son dos.

Alors que les négociations avec Siemens sont abandonnées, Arnaud Montebourg se rallie à l’option GE tout en cherchant une solution pour maintenir les activités nucléaires sous pavillon français. Nommé le 26 août 2014, Emmanuel Macron valide la cession de toute la branche énergie d’Alstom à GE en novembre 2014.

La même semaine, Frédéric Pierucci est libéré sous caution aux États-Unis. Un proche de Macron est alors nommé à la tête de général électricque en France. Il n’y a donc pas lieu de se glorifier de ce retour car l’abandon des turbines aux Américains a constitué une grave erreur stratégique. En plus on impose le rachat à EDF qui n’a pas les moyens financiers.

Nucléaire: Retour en France sulfureux et coûteux des turbines

Nucléaire: Retour en France sulfureux et coûteux des turbines

D’une certaine manière Macon est particulièrement gonflé de se prévaloir du retour en France des turbines des centrales nucléaires. Des équipements stratégiques d’Alstom qui ont été bradés à General Electric puis que la société américaine a abandonné pour être rachetées par EDF (contre son avis).  Une opération à la fois tourmentée et très coûteuse liée aussi au lien particulier de Macron avec General Electric et les affaires de corruption

En 2014, GE rachète la branche énergie d’Alstom dans un contexte où l’entreprise française était engluée dans des affaires de corruption à l’étranger. Succinctement, Frédéric Pierucci, cadre dirigeant d’Alstom, est arrêté en avril 2013 aux États-Unis, Patrick Kron (PDG d’Alstom) négocie avec la direction de GE la cession de la branche énergie du groupe en 2014 sur fond de promesse américaine d’abandonner les poursuites contre Alstom et ses cadres dirigeants, Arnaud Montebourg, alors ministre du redressement productif, préfère d’abord un rapprochement entre Alstom et Siemens et accuse Patrick Kron de négocier dans son dos. Alors que les négociations avec Siemens sont abandonnées, Arnaud Montebourg se rallie à l’option GE tout en cherchant une solution pour maintenir les activités nucléaires sous pavillon français. Nommé le 26 août 2014, Emmanuel Macron valide la cession de toute la branche énergie d’Alstom à GE en novembre 2014. La même semaine, Frédéric Pierucci est libéré sous caution aux États-Unis. Un proche de Macron est alors nommé à la tête de général électricque en France. Il n’y a donc pas lieu de se glorifier de ce retour car l’abandon des turbines aux Américains a constitué une grave erreur stratégique. En plus on impose le rachat à EDF qui n’a pas les moyens financiers.

Centrales nucléaires: Retour en France tourmenté et coûteux des turbines

Centrales nucléaires: Retour en France tourmenté et coûteux des turbines  

D’une certaine manière Macon est particulièrement gonflé de se prévaloir du retour en France des turbines des centrales nucléaires. Des équipements stratégiques d’Alstom qui ont été bradés à General Electric puis que la société américaine a abandonné pour être rachetées par EDF (contre son avis).  Une opération à la fois tourmentée et très coûteuse liée aussi au lien particulier de Macron avec General Electric et les affaires de corruption

En 2014, GE rachète la branche énergie d’Alstom dans un contexte où l’entreprise française était engluée dans des affaires de corruption à l’étranger. Succinctement, Frédéric Pierucci, cadre dirigeant d’Alstom, est arrêté en avril 2013 aux États-Unis, Patrick Kron (PDG d’Alstom) négocie avec la direction de GE la cession de la branche énergie du groupe en 2014 sur fond de promesse américaine d’abandonner les poursuites contre Alstom et ses cadres dirigeants, Arnaud Montebourg, alors ministre du redressement productif, préfère d’abord un rapprochement entre Alstom et Siemens et accuse Patrick Kron de négocier dans son dos. Alors que les négociations avec Siemens sont abandonnées, Arnaud Montebourg se rallie à l’option GE tout en cherchant une solution pour maintenir les activités nucléaires sous pavillon français. Nommé le 26 août 2014, Emmanuel Macron valide la cession de toute la branche énergie d’Alstom à GE en novembre 2014. La même semaine, Frédéric Pierucci est libéré sous caution aux États-Unis. Un proche de Macron est alors nommé à la tête de général électricque en France. Il n’y a donc pas lieu de se glorifier de ce retour car l’abandon des turbines aux Américains a constitué une grave erreur stratégique. En plus on impose le rachat à EDF qui n’a ni les compétences ni les moyens financiers.

Retour en France tourmenté et coûteux des turbines des centrales nucléaires

Retour en France tourmenté et coûteux des turbines  des centrales nucléaires

D’une certaine manière Macon est particulièrement gonflé de se prévaloir du retour en France des turbines des centrales nucléaires. Des équipements stratégiques d’Alstom qui ont été bradés à General Electric puis que la société américaine a abandonné pour être rachetées par EDF (contre son avis).  Une opération à la fois tourmentée et très coûteuse liée aussi au lien particulier de Macron avec General Electric et les affaires de corruption

En 2014, GE rachète la branche énergie d’Alstom dans un contexte où l’entreprise française était engluée dans des affaires de corruption à l’étranger. Succinctement, Frédéric Pierucci, cadre dirigeant d’Alstom, est arrêté en avril 2013 aux États-Unis, Patrick Kron (PDG d’Alstom) négocie avec la direction de GE la cession de la branche énergie du groupe en 2014 sur fond de promesse américaine d’abandonner les poursuites contre Alstom et ses cadres dirigeants, Arnaud Montebourg, alors ministre du redressement productif, préfère d’abord un rapprochement entre Alstom et Siemens et accuse Patrick Kron de négocier dans son dos. Alors que les négociations avec Siemens sont abandonnées, Arnaud Montebourg se rallie à l’option GE tout en cherchant une solution pour maintenir les activités nucléaires sous pavillon français. Nommé le 26 août 2014, Emmanuel Macron valide la cession de toute la branche énergie d’Alstom à GE en novembre 2014. La même semaine, Frédéric Pierucci est libéré sous caution aux États-Unis. Un proche de Macron est alors nommé à la tête de général électricque en France. Il n’y a donc pas lieu de se glorifier de ce retour car l’abandon des turbines aux Américains a constitué une grave erreur stratégique. En plus on impose le rachat à EDF qui n’a ni les compétences ni les moyens financiers.

Retour à l’ORTF voté

Retour à l’ORTF voté… et contesté

 

Curieusement ce sont à peu près les mêmes qui ont protesté contre l’éclatement de l’ORTF dans les années 1974 qui aujourd’hui critiquent le regroupement dans une même société de l’audiovisuel public. À l’époque les syndicats et les partis de gauche mettaient en avant surtout le risque de privatisation. Aujourd’hui il critique le risque de reprise en main politique. D’un point de vue structurel, la reconstruction d’une sorte de grosse cathédrale médiatique n’est pas pourtant une garantie d’innovation, de diversité et de compétitivité.

Notons que c’est la même droite à travers Dati qui recompose une sorte de nouvelle ORTF et c’est la même gauche qui critique un regroupement après l’avoir condamné. La vérité sans doute c’est que le positionnement politique dépend de la situation de pouvoir un moment donné. Le plus grand risque c’est que la nouvelle ORTF sorte la même bouillie médiatique et culturelle dans l’ensemble de ses composantes.

L’amendement gouvernemental prévoit la fusion de France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’Ina. Les députés ont voté mardi soir en commission la fusion des sociétés de l’audiovisuel public au 1er janvier 2026, voulue par la ministre de la Culture Rachida Dati mais décriée par la gauche et les syndicats.

L’amendement gouvernemental prévoyant cette fusion de France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’Ina a été adopté par 30 voix contre 18, dans le cadre de l’examen en première lecture d’une proposition de loi issue du Sénat.

 

 

Non au retour de l’ORTF !

Non au retour de l’ORTF !

 

Jean-Noël Jeanneney, historien : « La fusion de l’audiovisuel public nous ramènerait au temps antédiluvien du gargantuesque ORTF ».L’ancien président de Radio France fustige, dans une tribune au « Monde », le projet de la ministre de la culture, Rachida Dati, de réunir France Télévisions, Radio France, France 24, RFI et l’INA.

Etrange destinée des idées néfastes ! Il en est que l’on enfonce dans le sol à coups de pied et dont on se croit débarrassé. Mais il arrive qu’elles cheminent sous la terre, comme ferait une taupe, jusqu’à réapparaître, de façon inopinée, pour le pire. Tel est le cas de la résurrection du fantôme décavé de l’ORTF.

Rachida Dati, à peine nommée ministre de la culture, en confirme l’intention en la posant comme un élément majeur de son action prochaine. On intégrerait ensemble France Télévisions, Radio France, France Médias Monde (qui englobe France 24 et RFI [Radio France internationale]), et l’Institut national de l’audiovisuel [INA]. [L’ancien ministre de la culture, désormais chargé du commerce extérieur] Franck Riester, rue de Valois, avait fait naguère sa marotte de ce projet. L’histoire avançant souvent droit avec des lignes courbes, l’épidémie de Covid-19 paraissait nous en avoir délivrés. Hélas ! La ministre vient de nous dire, notamment sur France Inter, que si l’on procédait rapidement à cette fusion, si l’on avait devant soi un audiovisuel public regroupé, « fort, puissant, préservé, l’aspect budgétaire suivra[it] ».

Voilà bien une logique qui paraît douteuse, surtout si l’on considère le fond du tableau. L’impression a prévalu souvent, depuis 2017, que l’audiovisuel public était mal considéré par le pouvoir exécutif en place. Un premier signe, dérisoire, fut fourni en 2019 par la décision du ministre des comptes publics, Gérald Darmanin [aujourd’hui ministre de l’intérieur] de diminuer la redevance d’un euro symbolique. Il mêlait l’insolence au mépris. Ensuite, dans la même ligne, fut annoncée la suppression pure et simple, déplorable, de cette taxe « fléchée ». Suppression entourée de moult promesses, croix de bois, croix de fer, selon lesquelles la garantie d’un financement pérenne ne serait pas affectée : promesses parfaitement fragiles. Sous cette lumière, comment se laisser persuader que l’assemblage hétéroclite dont il est question changerait soudain, de façon positive, les choix budgétaires, c’est-à-dire la volonté politique ?
Certes, encourager ces sociétés séparées à coordonner des efforts au service de projets originaux et neufs ne peut qu’apparaître bienvenu. Qu’un gouvernement les y pousse, notamment lors de la négociation des « contrats d’objectifs et de moyens », rien de plus normal…

12345...35



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol