Archive pour le Tag 'Enseignement'

Économie française : Productivité en baisse

Économie française : Productivité en baisse

Dans de récents travaux, les économistes de la Banque de France ont calculé que le niveau de productivité en France avait chuté lourdement (-8,5%) depuis 2019.

La France a eu du mal à digérer les 35 heures et cela pèse encore sur la productivité. Deuxième facteur important celui du Covid  qui a encore davantage modifié le rapport au travail.

A l’échelle du pays, entre 2019 et mi-2023, la valeur ajoutée – la richesse produite – a augmenté de 2 %, mais les effectifs salariés, eux, ont progressé de 6,5 %. Depuis la crise sanitaire, les entreprises ont en effet massivement recruté : selon les derniers chiffres publiés, mercredi 29 novembre, par l’Insee, l’économie française comptait à cette date près de 1,2 million d’emplois salariés de plus que fin 2019.

Ce  phénomène est loin d’épargner l’industrie, un secteur bien plus crucial pour assurer des gains de productivité dans l’économie tricolore. Rien que dans le secteur industriel, la productivité a plongé de 7,3% entre fin 2019 et 2023. « Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces moindres gains de productivité : le rapport au travail depuis la pandémie, les difficultés de recrutement. Face à ces difficultés, les entreprises ont embauché des salariés moins qualifiés et moins formés. Toutefois, on sent un début de normalisation, du moins on l’espère. Si la France ne réalise pas de gains de productivité, elle ne pourra pas être dans la compétition industrielle européenne », prévient l’expert Olivier Lluansi, chargé par le gouvernement d’un rapport prospectif très attendu sur l’industrie en 2035.

La productivité horaire du #travail a baissé en #France depuis 2019, contrairement à presque tous les autres pays de l’union européenne.

Le boom de l’apprentissage n’en explique qu’une partie.

Enseignement et violences -Une force mobile nationale de 20 personnes !

Enseignement et violences -Une force mobile nationale  de 20 personnes !

La création d’une force scolaire mobile nationale par la ministre de l’éducation va générer sans doute beaucoup de perplexité. Comment en effet une vingtaine de personnes pouvant se déplacer sur l’ensemble du territoire pourrait résoudre en effet une crise générale d’autorité. Cette force mobile scolaire ressemble un peu aux CRS spécialisées pour lutter contre les violences. Il aurait  doute été plus efficace d’annoncer d’une part un renforcement de la formation des enseignants est un durcissement drastique des règles de discipline et des sanctions  pour l’école .

La ministre de l’Éducation Nicole Belloubet a annoncé ce vendredi 29 mars la création d’une «force mobile scolaire» nationale qui pourra être envoyée dans les établissements scolaires en cas de «difficultés» en termes de sécurité. «Je déploierai une force mobile scolaire qui sera nationale et qui pourra être projetée dans les établissements qui connaîtraient des difficultés», a indiqué la ministre.

«Cette force scolaire, qui permettra aux établissements qui sont en difficulté de prendre en charge pendant un temps assez long la difficulté, est destinée à rassurer les enseignants et les équipes éducatives», a-t-elle ajouté, lors d’un déplacement dans un lycée professionnel de Bordeaux dont les personnels ont récemment fait l’objet de «menaces».

 


Samuel Paty et Dominique Bernard ont été assassinés en raison de leur enseignement

 Samuel Paty et Dominique Bernard ont été assassinés en raison de leur enseignement 

 

En se focalisant sur la question des signes d’appartenance religieuse, les débats et les lois successives concernant la laïcité à l’école passent à côté de l’essentiel, estime l’historien Claude Lelièvre dans une tribune au « Monde » : c’est-à-dire la contestation de certains enseignements et la multiplication des entraves à la liberté d’enseigner.

 

La loi du 15 mars 2004 ne se résume pas à la question des signes d’appartenance religieuse. La circulaire d’application qui l’a suivie a longuement insisté là-dessus ; et pourtant la focalisation dans la sphère politico-médiatique sur la seule question des signes d’appartenance domine presque sans partage. Ce centrage sur ce qui est le plus visible, sur les « apparences », voire l’apparence, devrait faire problème pour les esprits éclairés…

La circulaire d’application du 18 mai 2004 signée par François Fillon, ministre de l’éducation nationale de l’époque, comporte en effet un long passage au titre significatif : « Les obligations qui découlent, pour les élèves, du respect du principe de laïcité ne se résument pas à la question des signes d’appartenance religieuse. »

Il édicte : « Les convictions religieuses des élèves ne leur donnent pas le droit de s’opposer à un enseignement (…). Si certains sujets appellent de la prudence dans la manière de les aborder, il convient d’être ferme sur le principe selon lequel aucune question n’est exclue a priori du questionnement scientifique et pédagogique (…). Les élèves doivent assister à l’ensemble des cours inscrits à leur emploi du temps sans pouvoir refuser les matières qui leur paraîtraient contraires à leurs convictions. Les convictions religieuses ne peuvent justifier un absentéisme sélectif par exemple en éducation physique et sportive ou en sciences de la vie et de la Terre. »

Et pourtant on doit noter l’étrange comportement du même ministre de l’éducation nationale lors de la réception, en juin 2004, du rapport de l’inspection générale rédigé par Jean-Pierre Obin intitulé « Les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires ». François Fillon ne le rend public qu’en mars 2005, sans qu’aucune autre initiative soit prise par le ministre. Et cela alors même que la question du « voile » est présentée dans ce rapport comme « l’arbre qui cache la forêt » des détériorations de la vie scolaire et des contestations de certains enseignements – notamment en éducation physique et sportive, en histoire, en sciences de la vie et de la Terre.

En revanche, François Fillon se met en avant quant à ce qui est le plus « apparent » : il revendique d’avoir été moteur dans l’interdiction du port du voile dans les établissements scolaires, puis se prononce pour l’extension de cette interdiction à l’université.

Enseignement–Nicole Belloubet : Pour enterrer la réforme de l’éducation nationale

Enseignement–Nicole Belloubet : Pour enterrer la réforme de l’éducation nationale

On peut légitimement se demander pourquoi Macron a retenu la candidature d’une femme de gauche au ministère de l’éducation nationale. Certes l’intéressé ne manque pas de pedigree. C’est à la fois une professionnelle de l’enseignement et une politique chevronnée. La vérité est évidente, elle connaît parfaitement les arcanes et le corporatisme du milieu. Elle vient d’être nommée pour enterrer toutes les réformes un moment envisagé pour relever le niveau lamentable de l’enseignement en France. Elle va donc négocier, négocier de concert avec les syndicats corporatistes. En clair, la France va prendre encore un retard de 10 ans dans l’enseignement et le pire est que ce retard est constaté dès l’enseignement primaire et se prolonge jusqu’à l’université avec nombre de diplômes bidons.

Dans un article de 2016 pour la revue Après-demain de la Fondation Seligmann, intitulé « Supprimer le ministère de l’Éducation nationale ? », Belloubet défendait principalement la réforme du collège initiée par la ministre socialiste Najat Vallaud-Belkacem, malgré les critiques des syndicats d’enseignants.

Elle y critiquait les idées reçues sur le renforcement de l’autorité ou le port de la blouse, préconisant plutôt une sortie du modèle traditionnel du cours magistral, en favorisant l’autonomie et le droit à l’erreur dans l’apprentissage. Elle appréciait en fait l’essence de la « pédagogie de projet » de cette réforme socialiste. Les initiatives récentes de Gabriel Attal, comme les groupes de niveaux au collège ou l’instauration de l’uniforme, semblent en contradiction directe avec ses opinions antérieures.

De plus, certaines de ses déclarations antérieures commencent à refaire surface, notamment celles concernant l’affaire Mila, une jeune fille qui avait été menacée de mort pour avoir critiqué l’islam sur les réseaux sociaux. Belloubet avait semblé initialement confondre « l’insulte à la religion » avec une « violation de la liberté de conscience », déclenchant ainsi une vague d’indignation.

Enseignement : nouvelle grève mardi

Enseignement : nouvelle grève mardi

Le Snes-FSU, premier syndicat du second degré, veut « continuer l’action ». Dans un communiqué, il assure vouloir « amplifier la mobilisation pour nos salaires et contre le choc des savoirs ». Mais dans le primaire on appelle pas directement à la grève

« Des actions diversifiées seront en outre proposées le reste de la semaine pour faire entendre les revendications des personnels pour l’école publique, laïque et obligatoire et l’augmentation des salaires », poursuit-il, n’excluant pas une « inscription dans la durée » à la rentrée des vacances d’hiver.

De son côté, la FSU-Snuipp, principal syndicat du primaire, s’est félicitée de la « réussite du 1er février ». Selon les chiffres du ministère de l’Éducation, 20,26% d’enseignants étaient grévistes. Le Snes-FSU a estimé le taux de grévistes dans les collèges et lycées à 47%, et la FSU-Snuipp a compté 40% de grévistes dans les écoles maternelles et élémentaires.

Mais la FSU-Snuipp n’a pas directement appelé à la grève mardi mais encouragé des « initiatives » comme les « rassemblements le mercredi, le soir ou pour les instances carte scolaire, grèves départementales ».

Enseignement–une catastrophe en lecture !

Enseignement–

Ecole-  Une catastrophe en lecture

Un rapport parlementaire souligne à nouveau la nouvelle catastrophe qui caractérise les jeunes élèves à l’école 20 % des 16 à 24 ans ne sont pas capables d’une lecture efficace.

Au-delà de ces traditionnelles contestations de principe, la difficulté des enseignants vient de leur formation. Selon un rapport de l’inspection générale rendu en septembre 2022, seuls 34 % des professeurs des écoles français pensent être prêts à enseigner à l’issue de leur formation, contre 65 % et 85 % dans les autres pays. Dans cette formation, la lecture n’a pas la place qu’elle devrait avoir, martèlent les rapporteurs, avant de lister «l’éducation à la sécurité routière, à la santé et à la sécurité, au développement durable, à la vie affective et sexuelle, etc…», qui ont pris beaucoup de place à l’école primaire.

Seulement 55 % de la formation consacrée aux savoirs fondamentaux

À l’arrivée, seule 55 % de la formation des enseignants est consacrée aux savoirs fondamentaux, parmi lesquels la lecture est « noyée » dans la formation plus large à l’enseignement du français. « En l’absence de formation, certains enseignants adoptent des pédagogies à départ global totalement inacceptables au regard des connaissances scientifiques actuelles», soulignait le Conseil scientifique de l’Éducation nationale dans une note d’alerte publiée en octobre 2022.

Pour les rapporteurs, il est aussi urgent de renforcer l’accompagnement des élèves en difficulté, à commencer par les «dys», en faisant appel à des enseignants retraités de la réserve citoyenne de l’Éducation nationale, qui existe depuis 2015 au sein de chaque académie. Car, selon l’enquête internationale Pirls 2021, seuls 16 % des enseignants français mettent en place des mesures de différenciation pédagogique, contre 36 % dans les autres pays. Enfin, alors que Gabriel Attal a prôné le retour du redoublement, les rapporteurs appellent de leurs vœux la mise en place de cette mesure à la fin du CP. Chaque année, si 98 % des élèves passent en CE1, 15 % ne maîtrisent pas la compréhension des textes à l’oral et 8 % ne lisent pas correctement des nombres entiers.

 

Enseignement-Macron,, Lemaire, Darmanin, la ministre de l’éducation etc : tous élèves de l’école privée

Enseignement-Macron, Lemaire, Darmanin, la ministre de l’éducation etc : tous élèves de l’école privée

Ce qui semble caractériser la plupart des responsables de ce gouvernement et d’autres c’est le choix d’être candidat à la gestion de l’intérêt général mais de choisir son intérêt particulier pour l’éducation des enfants. Ainsi la plupart des responsables comme Macon, Bruno Lemaire, Dar mana ou encore l’actuel ministre de l’éducation ont tous choisis l’école privée soit comme élève, soit pour leurs enfants.

Sur le plan légal il n’y a rien à redire sinon qu’en général le coût d’accès école privé n’est pas le même que le coût dans le public. En bref pour l’essentiel ce sont les plus favorisés qui choisissent l’établissement d’enseignement privé.

Sur le plan strictement scolaire, il est clair que la déliquescence du système français a largement contribué au déclassement de la France dans ce domaine comme ailleurs. Le choix est donc légitime mais on peut reprocher à nos plus grands responsables la grande faiblesse de l’enseignement en France et d’une certaine manière leur hypocrisie par rapport à leur choix personnel.

Enseignement : des bacs bidons…. aux vrais bacs professionnels

Enseignement : des bacs bidons…. aux vrais bacs professionnels

124 PDG s’engagent « pour la réussite du lycée professionnel .Selon ces chefs d’entreprise, « il y va de notre cohésion sociale .

Tribune collective dans la « Tribune »

Nous, cheffes et chefs d’entreprise, souhaitons la réussite de tous les lycéens professionnels. Il y va de notre cohésion sociale. Sept cent mille jeunes se forment dans des établissements professionnels longtemps négligés. Le décrochage y est dix fois plus fréquent qu’au lycée général. L’accès à l’emploi y est plus difficile, même une fois le diplôme obtenu. Les métiers visés sont encore trop peu valorisés.

Il y va de notre dynamisme économique. Comment réussir la réindustrialisation et la transition écologique sans préparer de nouveaux opérateurs ou techniciens ? Comment assurer le rayonnement culturel du pays sans former les nouvelles générations des métiers d’art ? Comment prendre soin de nos anciens ou des nouveau-nés sans accompagnateurs professionnels ?

En laissant de côté une partie de la jeunesse, notre société prend le risque de s’affaiblir.

Nous sommes conscients de notre responsabilité. Les entreprises sont un moteur pour la France et doivent investir pour la jeunesse. Nous sommes tout aussi conscients de nos nécessités. De plus en plus de métiers connaissent des difficultés de recrutement. Ils peuvent manquer de reconnaissance ou induire des conditions de travail difficiles, qu’il faudra améliorer. Ce sont ces mêmes défi s qui nous avaient mobilisés lors de la réforme de l’apprentissage, qui a aujourd’hui porté ses fruits. Le taux de chômage des jeunes atteint un niveau historiquement bas.

Désormais, c’est le renouveau du lycée professionnel qui nous mobilise. Nous demanderons beaucoup. Une carte des formations qui réponde aux besoins de l’économie. Des cursus et des formations actualisés pour tenir compte de l’évolution rapide des métiers, pour mieux préparer les futurs salariés. Un équilibre entre enseignements généraux et formation professionnelle en alternance. Nous sommes prêts à apporter beaucoup. Des stages de meilleure qualité. Plus de contrats d’apprentissage. Plus d’attention aux diplômés des premiers niveaux de qualification. Moins de préjugés qui éloignent encore trop souvent les filles des métiers industriels. Des entreprises plus accueillantes, aussi, pour les enseignants intéressés par nos transformations. Oui, nos entreprises s’engagent. Ensemble, par l’intermédiaire de la communauté Les entreprises s’engagent, soyons toujours plus engagés pour la réussite de ces jeunes.

École : retour du redoublement

École : retour du redoublement

Évidemment avec le temps, on a oublié les règles simples et efficaces qui permettaient de réguler le niveau des élèves. Le ministre à juste titre vient enfin de rétablir le principe du renouveau redoublement. Un redoublement qui n’était possible précédemment qu’avec l’accord des parents autant dire à partir d’une appréciation forcément arbitraire. Pas étonnant, ces parents eux-mêmes avaient déjà bénéficié du laxisme du système scolaire. Et de proche en proche, tout le système s’est affaibli : le niveau des élèves, le niveau des enseignants et celui des parents.

Sauf vraiment exception, il paraît évident que l’enseignant est le plus compétent pour évaluer un élève et envisager son redoublement. La suppression du redoublement a d’ailleurs favorisé un abaissement général dramatique pour la France puisqu’en sortie de quatrième c’est à peine si la moitié peuvent lire vraiment correctement. La vérité c’est que compte tenu du contexte nombre d’enseignants font du gardiennage pour éviter la pression des élèves voire de leurs parents

Il «faut revoir» la «question du tabou du redoublement» , avait déclaré Gabriel Attal, le 22 novembre dernier, lors du Congrès des maires de France. À l’offensive sur «l’élévation du niveau des élèves» depuis la rentrée scolaire, le ministre de l’Éducation nationale s’était alors engagé à «prendre des décisions» sur ce sujet brûlant. «Un élève qui rentre en 6e sans savoir lire ou compter, c’est quasiment de la maltraitance», insistait-il. Ces mesures sont désormais connues. Dans un courrier électronique envoyé aux enseignants mardi matin, puis lors de sa conférence de presse l’après-midi au collège Charles-Péguy, dans le 14e arrondissement de Paris, le benjamin du gouvernement a annoncé que «pour donner toutes les chances aux élèves de réussir», le «dernier mot» en matière de redoublement reviendrait désormais aux enseignants et non plus aux parents.

«D’année en année, de réforme en réforme, l’autorité de votre expertise pédagogique a pu être progressivement affaiblie»

Enseignement– «L’immigration, ce tabou dans l’effondrement du niveau scolaire en France»

Enseignement– «L’immigration, ce tabou dans l’effondrement du niveau scolaire en France»

Alors que la France connaît un effondrement historique dans le rapport Pisa, le lien entre immigration et crise de l’école n’est jamais interrogé, remarque l’essayiste et enseignant Joachim Le Floch-Imad, qui montre, chiffres à l’appui, combien ce phénomène aggrave les difficultés de l’Éducation nationale.


Proche de Jean-Pierre Chevènement, Joachim Le Floch-Imad est professeur de culture générale dans le supérieur et essayiste. Il vient de publier « Tolstoï. Une vie philosophique » (Éditions du Cerf, 2023).

En 1989, dans Le niveau monte, Christian Baudelot et Roger Establet se proposaient de « réfuter une vieille idée concernant la prétendue décadence de notre école ». Le déclin éducatif de la France y était jugé absurde et la notion de niveau impossible à définir. Pendant des décennies, cette culture du déni a caractérisé l’essentiel des discours au sein de l’Éducation nationale. La publication des évaluations communes à l’ensemble des collèges comme l’effondrement historique de notre pays dans le classement Pisa publié cette semaine ont depuis contribué à faire céder un certain nombre de digues. Et l’actuel ministre n’a désormais plus d’autre choix que d’en appeler à « un choc des savoirs » et à des mesures ambitieuses pour « élever le niveau de l’école » et « redonner de l’autorité…

Enseignement : classement PISA catastrophique pour la France

Enseignement : classement PISA catastrophique pour la France

Résultat cohérent dans le classement PISA des élèves français qui enregistrent une nouvelle catastrophe. En cause, surtout le laxisme généralisé. La perte de la valeur travail, le manque d’autorité, les programmes aussi l’immigration. Plus précisément une certaine immigration. Notons par exemple que dans le 13e arrondissement où résident de nombreux immigrés ou étrangers d’origine asiatique les premières places sont occupées par les enfants des migrants au point d’ailleurs que des parents d’élèves, français depuis longtemps, se sont plaints de cette hégémonie asiatique. Il en va évidemment différemment pour l’immigration du Maghreb, des Balkans ou de l’Afrique. Un constat qui n’est pas très politiquement correct mais pourtant qui est admis par exemple pour l’Allemagne qui enregistre elle aussi une forte immigration.

Résultat du Classement Pisa 2023 : la France 23e, le niveau des élèves dégringole en mathématiques et….. en lecture.

L’étude mondiale qui classe et évalue les systèmes éducatifs dans le monde souligne une « baisse inédite » des performances des élèves. La France est 23e, et chute lourdement en mathématiques

L’Asie, Singapour en tête, s’illustre une nouvelle fois dans l’enquête Pisa 2022 de l’OCDE sur l’éducation publiée mardi, marquée par une « baisse inédite » des performances des élèves après la crise du Covid, y compris pour la France. Voici ce qu’il faut retenir :

L’étude Pisa, publiée tous les trois ans (mais repoussée cette fois d’un an en raison de l’épidémie de Covid-19), est devenue une référence mondiale, très scrutée par les gouvernements.

Elle sonde depuis 2000 les performances des systèmes éducatifs, à travers les compétences en sciences, mathématiques et compréhension de l’écrit des élèves de 15 ans. A chaque fois, un de ces trois domaines est plus amplement développé, les mathématiques cette fois-ci. Les exercices ont été soumis en 2022 à 690.000 jeunes de 81 pays et territoires.

Comme pour la précédente édition, où quatre métropoles et provinces chinoises (Pékin, Shanghaï, Jiangsu, Zhejiang, qui n’ont pas pu participer cette fois) étaient arrivées en tête, plusieurs pays asiatiques figurent parmi les meilleurs élèves.

Singapour caracole largement en tête en mathématiques, sciences et lecture, comme en 2016. Il est suivi par Macao, Taïwan, Hong Kong, le Japon et la Corée du Sud en maths. « On continue d’avoir des pays d’Asie, et notamment sur les mathématiques, qui trustent vraiment les premières performances », explique Eric Charbonnier, spécialiste de l’éducation à l’OCDE.

La France, 23e du classement, se situe comme en 2018 dans la moyenne des pays de l’OCDE, « à un niveau comparable à celui de l’Espagne, la Hongrie et la Lituanie dans les trois matières », relève Irène Hu, analyste de l’OCDE. Elle est classée 22e en maths, 24e en compréhension de l’écrit et 22e en sciences parmi les 38 pays de l’OCDE (statistiquement « entre la 15e et la 29e place en mathématiques et sciences » et « entre la 11e et la 29e » en lecture, selon l’OCDE).

Enseignement : des groupes de niveaux qui remettent en cause le collège unique

Enseignement : des groupes de niveaux qui remettent en cause le collège unique

Pour ne pas remettre en cause totalement la politique menée depuis des années et des années qui a considérablement abaissé le niveau des élèves, le ministre de l’éducation actuelle cherche des solutions. Ainsi il prévoit de mettre en place au collège des groupes de niveaux. Ce qui aura pour effet de faire peut-être progresser l’ensemble mais d’accroître encore l’écart entre les bons et les mauvais. Et quand on parle d’écarts il s’agit en fait d’un véritable précipice puisque certains à l’issue du collège savent tout juste de lire et encore quand d’autres maîtrisent les mathématiques et le français notamment.

Les syndicats de l’enseignement qui penchent évidemment à gauche et même à l’extrême gauche contestent cette réforme mais finalement leurs arguments curieusement rejoignent ceux du ministre , des experts et de l’opinion.

La plupart des syndicats enseignants voient d’un mauvais œil cette mesure, dont ils craignent l’effet «stigmatisant». Le Snes et le SE-Unsa rappellent par ailleurs l’importance de l’hétérogénéité des groupes, «qui ne freine pas les meilleurs et accélère les progrès des plus fragiles». Le Snalc, en revanche, souligne à quel point il est difficile pour les professeurs d’enseigner à des élèves de niveaux très divers. Et défend un projet de collège modulaire dans lequel le français et les mathématiques seraient dispensés en groupes de niveau «à effectif réduit» pour les élèves les plus en difficulté.

«Élever le niveau de l’école» et «redonner de l’autorité aux enseignants». Tel est, depuis la rentrée scolaire, le mantra de Gabriel Attal qui, le 5 octobre, avait lancé la mission «exigence des savoirs». Deux mois plus tard jour pour jour, l’heure est déjà aux annonces choc. Dans un mail envoyé aux enseignants ce mardi matin, puis lors d’une conférence de presse au collège parisien Charles Péguy (19e arrondissement), le ministre de l’Éducation nationale a détaillé son «choc des savoirs» visant à provoquer «un sursaut pour l’avenir de notre école». Le Figaro fait le point.

Attal a fait savoir qu’au premier trimestre 2024, il publiera un décret qui donnera à l’équipe pédagogique et non plus aux parents «le dernier mot s’agissant du redoublement de l’élève» afin de «donner toutes les chances à nos élèves de réussir». «Personne ne connaît mieux que vous le niveau de vos élèves, et pourtant… Votre avis quant aux conditions de passage de vos élèves dans la classe supérieure a été rendu accessoire dans le texte même du Code de l’éducation», déplore le ministre.

Les professeurs pourront par ailleurs «recommander, voire prescrire» des stages de réussite «conditionnant le passage des élèves en classe supérieure» pendant les vacances scolaires.

Le redoublement est une pratique en perte de vitesse en France depuis plusieurs années. Le classement Pisa 2022 publié ce mardi montre que 10% des élèves français âgés de 15 ans avaient redoublé au moins une fois dans leur scolarité, contre 40% en 2003, «ce qui dénote un grand changement en vingt ans». Aujourd’hui, la part des redoublants en France est à peine supérieure à celle de la moyenne des pays de l’OCDE. Ce qui convient plutôt bien aux organisations syndicales, qui estiment que le redoublement «n’est efficace que pour certains élèves dans des situations bien particulières».

«Tout se joue dès l’école primaire», estime Gabriel Attal. Le ministre annonce donc que de nouveaux programmes s’appliqueront en primaire, à commencer, dès septembre prochain, par les classes de la maternelle au CE2, avec pour ligne directrice «la clarification», l’intégration d’objectifs annuels et «le choix clair de la pédagogie explicite.» Pour les classes de CM1 et CM2, les nouveaux programmes entreront en vigueur à la rentrée 2025.

«Dès la rentrée prochaine, la révision des programmes de l’école primaire nous permettra d’adopter progressivement la méthode de Singapour pour les mathématiques, anticipant par exemple l’apprentissage des fractions et des nombres décimaux dès la classe de CE1», explique aussi le ministre, affirmant que cette méthode, désormais appliquée par 70 pays, «a fait ses preuves».

Mi-novembre, après la publication des résultats des évaluations nationales de septembre dernier, Gabriel Attal avait fait part de son «inquiétude» concernant le niveau des élèves de quatrième dans un entretien accordé au Parisien . La «réponse» pourrait être «des groupes de niveau» au collège, avait-il alors estimé, reprenant une piste qu’il avait déjà évoquée lors de la Journée mondiale des enseignants, début octobre. Ce mardi, il a confirmé que des groupes de niveau en français et en mathématiques seraient instaurés dès 2024 en sixième et en cinquième, avec des effectifs réduits pour les groupes d’élèves les plus en difficulté. À partir de 2025, cette organisation sera étendue aux classes de quatrième et troisième. Un «changement majeur et très profond», a insisté le ministre.

Enseignement: le danger des écrans

Enseignement: le danger des écrans pour les enfants

« Un enfant de moins de 6 ans passe en moyenne 830 heures par an devant un écran, c’est-à-dire un nombre d’heures équivalent à celui qu’il passe en classe », alerte Gabriel Attal, le ministre de l’Éducation nationale.

Comme nombre d’autres experts Michel Desmurget dénonce le danger d’exposition aux écrans notamment chez les plus jeunes. ILvient de publier Faites-les lire! Pour en finir avec le crétin digital (Seuil).

Michel Desmurget est octeur en neurosciences et directeur de recherches à l’Inserm,

LE FIGARO.- Les messages de prévention sur l’usage des écrans pour les plus jeunes manquent-ils de clarté? Les pouvoirs publics sont-ils restés trop silencieux sur ce sujet?

Michel DESMURGET.- Jusqu’à présent, oui. Après des années d’ambiguïté, nous arrivons à un moment de vérité. Alors que notre système scolaire est en train de s’effondrer, il est grand temps que les politiques agissent. Rappelons que le niveau d’éducation est un élément prédictif majeur du développement économique et du PIB d’une nation. Dans plusieurs pays, les gouvernements commencent à prendre des mesures sévères. La Chine, qui a fait le constat de l’effet délétère des écrans sur le sommeil et la réussite scolaire, vient d’imposer des mesures drastiques pour limiter le temps d’usage des enfants et ados. Certes, on imagine mal la France adopter les mêmes restrictions. Mais d’autres modes d’actions sont possibles. Aux États-Unis, plus de quarante États ont décidé de poursuivre Meta(Facebook et Instagram, NDLR) en justice…

D’après une étude de Santé Publique France l’an dernier, un enfant de deux ans passe en moyenne 56 minutes par jour sur un écran.

« Une catastrophe sanitaire et éducative chez les enfants et les ados » : ce sont les mots du ministre de l’Éducation nationale Gabriel Attal, dans les colonnes du magazine Madame Figaro, concernant l’usage des écrans à la maison. Le ministre s’est alarmé des chiffres : « Un enfant de moins de 6 ans passe en moyenne 830 heures par an devant un écran, c’est-à-dire un nombre d’heures équivalent à celui qu’il passe en classe. » Pour Gabriel Attal, il faut proposer des alternatives aux écrans dès le plus jeune âge, dans toutes les écoles primaires.

Très souvent, les plus jeunes regardent la télévision, et plus ils grandissent, plus ils multiplient les supports : ordinateurs, tablettes, smartphones et consoles de jeux. Une durée bien supérieure aux recommandations de l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom), qui conseille de ne pas exposer les enfants de moins de 3 ans à un écran, et pas plus de 30 minutes par jour entre 3 et 8 ans.

Les principales inquiétudes des spécialistes concernent l’utilisation du numérique seul à la maison, par exemple lorsque le jeune utilise son téléphone tout en faisant autre chose à côté. « Le fait d’avoir ce type de pratiques va être associé à une plus grande distractibilité attentionnelle et à des troubles de la mémoire, c’est-à-dire des difficultés à mémoriser des informations », explique Séverine Erhel, maîtresse de conférence en psychologie cognitive à l’université de Rennes.

« Si vous faites vos devoirs tout en regardant votre téléphone, il y a de plus grandes chances que vous ayez de mauvaises performances scolaires. »

Enseignement-Redoublement : le tabou qui plombe le niveau scolaire

Enseignement-Redoublement : le tabou qui plombe le niveau scolaire


À la veille de la sortie du nouveau placement PISA qui évalue le système scolaire de chaque pays, la France va sans doute encore se retrouver entre en fin de tableau confirmant ainsi la dernière étude du ministère de l’éducation nationale qui montrait que seulement la moitié des élèves de quatrième sont capables de faire une lecture correcte.

Nombre d’élèves entrent au collège non seulement sans capacité de lecture suffisante mais évidemment sans les bases de la langue française et des mathématiques. Le ministre de l’Éducation nationale dévoilera donc début décembre un plan destiné à «élever le niveau général à l’école». Parmi les mesures envisagées : revoir le «tabou du redoublement». Une pratique aux bénéfices contestés.

Après l’interdiction des abayas, le retour du bac en juin, la réflexion autour de l’uniforme ou encore la lutte contre le harcèlement, Gabriel Attal impose un nouveau thème dans l’actualité éducative : la hausse du niveau des élèves. Assurant n’avoir «aucun tabou», le ministre de l’Éducation nationale distille depuis plusieurs jours ses pistes pour «élever le niveau général à l’école», avant ses annonces officielles prévues début décembre, dans la foulée de la publication du très attendu classement Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves).

Mercredi 22 novembre, au 105e congrès des maires de France, l’homme politique est revenu sur son idée de mettre en place des groupes de niveau en français et en mathématiques au collège puis a lâché une phrase tout sauf anodine. Il «faut revoir» la «question du tabou du redoublement», a-t-il déclaré, selon l’AFP, promettant de «prendre des décisions» en la matière.

Le pire évidemment c’est que les pédagogistes ont protesté contre cette éventualité du rétablissement du redoublement. Or les mauvais élèves tirent évidemment l’ensemble des classes vers le bas et c’est tout le système qui se trouve appauvri y compris jusqu’à l’université où nombre d’étudiants affichent de graves failles en français et en mathématiques. Résultat, nombre de diplômés à bac plus 3 ou bac plus 5 se retrouvent au chômage avec la seule perspective de se faire embaucher dans l’administration; Ce qui n’augmente pas son propre niveau y compris dans l’enseignement !

Enseignement -Vacances scolaires : la fin des zones ?

Enseignement -Vacances scolaires : la fin des zones ?

Passer de trois à deux zones de vacances dans le calendrier scolaire est contesté mais est cependant soutenu par certains. l’idée est partagée par beaucoup de ceux qui planchent sur le sujet dans le cadre de la commission consacrée au calendrier scolaire, installée au printemps dernier. La question de la durée des vacances se pose aussi mais peut-être encore davantage le contenu même des études si l’on se fie au faible niveau des élèves français.

Créée à la demande de la fédération de parents FCPE, elle regroupe syndicats enseignants, associations de parents et d’élus. La majorité des participants veut un meilleur équilibre pour les rythmes des enfants et éviter les déséquilibres actuels, avec tantôt cinq semaines de cours entre deux périodes de vacances, tantôt onze semaines. Les chronobiologistes plaident pour une alternance entre sept semaines de cours et deux semaines de vacances. Un tel rythme pourrait être possible avec des vacances d’hiver et de printemps réduites à deux zones au lieu de trois, plaident les partisans de cette idée.

Le débat relance aussi la question des vacances d’été. « Il y a trop de vacances », avait lancé Emmanuel Macron l’été dernier. « Les élèves […] qui en ont besoin, il faut qu’on puisse les faire rentrer dès le 20 août pour leur permettre de faire du rattrapage. » Des industriels du tourisme s’inquiètent , eux, d’une réduction du nombre de semaines de vacances.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol