Archive pour le Tag 'ministre'

Législatives : Aurélien Rousseau, ancien ministre de Macron , candidat… à gauche

Législatives : Aurélien Rousseau, ancien ministre de Macron , candidat… à gauche

 

 

Politique-Mélenchon, Candidat premier ministre !

Politique-Mélenchon,  Candidat premier ministre !

 

Invité du JT de France 2 ce mercredi 12 juin, Jean-Luc Mélenchon affirme se « sentir capable » d’aller à Matignon, tout en affirmant n’être candidat « à rien du tout » et appelant à « attendre » le résultat des élections.(info BFM)

Le leader insoumis a assuré soutenir la proposition faite par le socialiste Olivier Faure: « c’est le groupe parlementaire le plus important qui propose » son candidat, ce qui ne revient pas à « imposer », a-t-il précisé.

Les alliés socialiste, communiste et écologiste de La France insoumise ont déjà tous assuré que l’union de la gauche autour d’un « front populaire » pour les législatives anticipées ne se ferait pas derrière Jean-Luc Mélenchon, lui préférant une « personnalité consensuelle ».

« Il n’y a pas de logique à ce que Jean-Luc Mélenchon soit le candidat » de l’union de la gauche pour Matignon, en cas de majorité à l’Assemblée, a prévenu le premier secrétaire du PS Olivier Faure sur TF1, rappelant que pendant la campagne des européennes « certains mots sont restés en travers de ma gorge ».

Selon le député, « il y avait une espèce d’évidence » lors des précédentes législatives car le leader insoumis avait fait 22% à la présidentielle. Mais dimanche, « c’est Raphaël Glucksmann qui est arrivé en tête de la gauche », a-t-il complété.

Jean-Luc Mélenchon? « Il n’était pas dans les discussions, nous sommes en train de construire autre chose », a abondé le patron des communistes Fabien Roussel sur France2, dont l’inimitié avec l’ancien triple candidat à la présidentielle est notoire.

De son côté, la députée écologiste Sandrine Rousseau a défendu le choix d’une « personne consensuelle » pour mener la campagne du « front populaire ».

« La question de Jean-Luc Mélenchon n’est pas consensuelle dans cet accord », a-t-elle expliqué sur LCI, évoquant les noms de l’insoumis François Ruffin ou de l’ancien dirigeant de la CFDT Laurent Berger, déjà évoqué par Raphaël Glucksmann.

Mélenchon, Candidat premier ministre !

Mélenchon,  Candidat premier ministre !

 

Invité du JT de France 2 ce mercredi 12 juin, Jean-Luc Mélenchon affirme se « sentir capable » d’aller à Matignon, tout en affirmant n’être candidat « à rien du tout » et appelant à « attendre » le résultat des élections.(info BFM)

Le leader insoumis a assuré soutenir la proposition faite par le socialiste Olivier Faure: « c’est le groupe parlementaire le plus important qui propose » son candidat, ce qui ne revient pas à « imposer », a-t-il précisé.

Les alliés socialiste, communiste et écologiste de La France insoumise ont déjà tous assuré que l’union de la gauche autour d’un « front populaire » pour les législatives anticipées ne se ferait pas derrière Jean-Luc Mélenchon, lui préférant une « personnalité consensuelle ».

« Il n’y a pas de logique à ce que Jean-Luc Mélenchon soit le candidat » de l’union de la gauche pour Matignon, en cas de majorité à l’Assemblée, a prévenu le premier secrétaire du PS Olivier Faure sur TF1, rappelant que pendant la campagne des européennes « certains mots sont restés en travers de ma gorge ».

Selon le député, « il y avait une espèce d’évidence » lors des précédentes législatives car le leader insoumis avait fait 22% à la présidentielle. Mais dimanche, « c’est Raphaël Glucksmann qui est arrivé en tête de la gauche », a-t-il complété.

Jean-Luc Mélenchon? « Il n’était pas dans les discussions, nous sommes en train de construire autre chose », a abondé le patron des communistes Fabien Roussel sur France2, dont l’inimitié avec l’ancien triple candidat à la présidentielle est notoire.

De son côté, la députée écologiste Sandrine Rousseau a défendu le choix d’une « personne consensuelle » pour mener la campagne du « front populaire ».

« La question de Jean-Luc Mélenchon n’est pas consensuelle dans cet accord », a-t-elle expliqué sur LCI, évoquant les noms de l’insoumis François Ruffin ou de l’ancien dirigeant de la CFDT Laurent Berger, déjà évoqué par Raphaël Glucksmann.

Castex, « premier ministre » du métro renouvelé

Castex, « premier ministre » du métro renouvelé
Le président de la République vient d’annoncer qu’il envisageait le renouvellement de l’ancien Premier ministre, recasé à la tête de la Régie. 

Jean Castex est très attendu sur le bon fonctionnement des métros et RER Dans la perspective des J.O. Pour se prémunir de toute grève pendant les Jeux, la Régie a fait savoir, le 25 avril, que les conducteurs qui travailleront du 22 juillet au 8 septembre pourront toucher une prime de 1.600 euros, complétée par une prime « événement exceptionnel » de 44,10 euros par jour travaillé sur 12 lignes de métro et les RER A et B. Des conducteurs pourraient ainsi toucher jusqu’à 2.500 euros au total.
L’offre de transport doit être augmentée de 15% pendant la période des Jeux par rapport à un été normal afin de répondre à la demande.

 

Russie : le ministre de la défense limogé

Russie : le ministre de la défense limogé

  Vladimir Poutine a limogé le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou en poste depuis 2012. 

Finalement Poutine pourrait bien faire porter le chapeau de l’échec de sa guerre en Ukraine à son ministre de la défense. Dans un premier temps il vient en effet de le limoger. Sont en cause aussi des affaires de corruption dans le système militaire russe mais qui servent  de prétexte car c’est tout le  système Poutine qui est corrompu. Lieutenant proche de Vladimir Poutine et l’un des visages de l’assaut russe en Ukraine, Sergueï Choïgou n’aura donc pas survécu aux critiques sur sa gestion du conflit . La position de ce fidèle de longue date du pouvoir russe était précaire depuis des mois et avait été encore davantage affaiblie ces dernières semaines par des accusations de corruption visant notamment un de ses anciens vice-ministres.

Cette annonce intervient moins de trois semaines après que la décision de la justice russe de placer en détention provisoire un vice-ministre de la Défense, Timour Ivanov (48 ans), arrêté pour corruption et dont le train de vie avait été dénoncé en 2022 dans une enquête de l’organisation de l’opposant Alexeï Navalny. Un cas rare d’arrestation et de poursuites judiciaires graves au plus haut niveau de l’appareil militaire russe. En poste depuis 2016, Timour Ivanov est placé en détention préventive jusqu’au 23 juin, dans l’attente de son procès.

Il avait ensuite suivi, toujours selon Forbes, Sergueï Choïgou après sa nomination au poste de ministre de la Défense, qu’il occupe toujours actuellement. Par le passé, en particulier dans les années 1990 et 2000, après la dislocation de l’URSS, l’armée russe avait été éclaboussée par de multiples scandales de corruption ayant conduit à plusieurs reprises à de sévères peines de prison.

Andreï Belooussov, un technicien, est nommé  à la tête du ministère de la Défense notamment pour donner un signal sur la nécessité de «réduire la corruption et le rôle des affaires liées aux relations personnelles qui s’étaient accumulées autour du ministère de la Défense».

Pour la politologue Tatiana Stanovaya, l’arrivée de M. Belooussov à la Défense ne viserait pas un changement de leadership militaire – son expérience en la matière étant a priori faible – mais concernerait plutôt la gouvernance du complexe militaro-industriel, un domaine clé au moment où la priorité absolue est donnée à la production d’armements pour la guerre en Ukraine. «L’essentiel est maintenant de savoir si le général Valeri Guerassimov va rester à son poste», s’interrogeait dimanche Tatiana Stanovaya à propos du chef d’État-major des armées russes et principal maître d’œuvre des opérations en Ukraine.

 

« Surprise »en Russie : Le ministre adjoint de la Défense arrêté corruption

« Surprise »en Russie : Le ministre adjoint de la Défense arrêté pour corruption

L’arrestation d’un ministre russe ou corruption laisse un peu pantois. En effet si l’on devait arrêter tous les responsables politiques qui pillent les richesses du pays, il n’y avait sans doute plus aucun responsable russe en poste. À commencer par le premier d’entre eux à savoir Poutine qui a dû détourner autour d’une centaine de milliards. La guerre en Ukraine a d’ailleurs démontré l’immense détournement de fonds opérés par les responsables politiques et les oligarques. Conclusion pour le ministre adjoint de la défense russe il s’agit sans doute d’un règlement de compte du FSB (ex KGB).Le ministre adjoint de la Défense russe, Timour Ivanov, a été arrêté pour des accusations de corruption, a déclaré mardi via la messagerie Telegram le principal organe d’investigation du pays, précisant que l’enquête se poursuivait sur des pots-de-vin qu’aurait reçus le membre du gouvernement.

Le porte-parole du Kremlin, cité par les agences de presse officielles russes, a indiqué qu’un rapport d’enquête avait été présenté au président Vladimir Poutine. Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, avait été informé au préalable que Timour Ivanov allait être arrêté, a ajouté Dmitry Peskov.

Selon le magazine Forbes, Timour Ivanov, expert en cybernétique et industrie nucléaire, est l’un des hommes les plus riches présents au sein des structures sécuritaires de la Russie.

 

 

Politique-Sondage Attal: Un bon premier ministre pour 48 % mais ….

Sondage Attal: Un bon premier ministre pour 48 % mais ….

Le premier ministre bénéficie encore d’une relative bonne image de marque mais il est un peu plus critiqué sur l’efficacité de son action d’après un sondage au Odoxa pour le Figaro. Près d’un Français sur deux (48%) le qualifie de «bon premier ministre». Soit deux points de plus qu’Édouard Philippe (46%), treize points de plus que Jean Castex (35%), et sept points de plus qu’Élisabeth Borne (41%) au même moment.  Pour les présidentielles de 2027, Gabriel Attal fait désormais jeu égal avec Édouard Philippe

 

Une majorité le trouve «dynamique» (68%), «sympathique» (62%), «ouvert au dialogue» (59%) mais surtout «compétent» (53%). Dans une France en quête d’incarnations fortes, 45% des personnes interrogées estiment que le chef du gouvernement est «charismatique». Et fait preuve d’«autorité». Seule ombre au tableau de sa personnalité, 62% des sondés doutent qu’il puisse tenir tête à Emmanuel Macron.

Le premier ministre a beau être apprécié, son action, elle, n’obtient pas les mêmes faveurs. Odoxa qualifie d’ailleurs les Français d’«un peu schizophrènes en se montrant extrêmement critiques avec la politique qu’il conduit». Dans le détail, 69% d’entre eux jugent négativement le bilan de Gabriel Attal sur les huit grands domaines testés. Y compris sur la «jeunesse» (59%) et l’«école» (64%), alors même qu’il avait construit sa renommé sur ces questions. Quant à la «sécurité», 67% des sondés se montrent insatisfaits. Mais c’est surtout sur l’«immigration» (75%) et la priorité du «pouvoir d’achat» (78%) que les Français se montrent les plus mécontents.

Dans l’optique de la présidentielle de 2027, 44% des Français pensent que Gabriel Attal ferait un bon candidat pour représenter la majorité. Juste en dessous de celui qui était jusqu’à présent l’unique favori au sein de la macronie dans l’opinion : Édouard Philippe (45%).
Comment expliquer alors cette dichotomie entre la bonne d’image que renvoie Gabriel Attal et le mauvais jugement que suscite son action ? Selon l’institut de sondage, «nos concitoyens estiment que c’est le président et pas le premier ministre qui, en réalité, est le seul réellement comptable du bilan de l’action du gouvernement.» «C’est sans doute ce qui explique aussi à quel point Gabriel Attal est plus populaire qu’Emmanuel Macron, 65% des Français disant le préférer à “son” président», précise Odoxa. Qui évoque le «paradoxe du quinquennat» : «Désormais, l’impopularité des présidents protège la popularité de leurs premiers ministres.»

Sondage Attal: Un bon premier ministre pour 48 %

Sondage Attal: Un bon premier ministre pour 48 %

Le premier ministre bénéficie encore d’une relative bonne image de marque mais il est un peu plus critiqué sur l’efficacité de son action d’après un sondage au Odoxa pour le Figaro. Près d’un Français sur deux (48%) le qualifie de «bon premier ministre». Soit deux points de plus qu’Édouard Philippe (46%), treize points de plus que Jean Castex (35%), et sept points de plus qu’Élisabeth Borne (41%) au même moment.  Pour les présidentielles de 2027, Gabriel Attal fait désormais jeu égal avec Édouard Philippe


Une majorité le trouve «dynamique» (68%), «sympathique» (62%), «ouvert au dialogue» (59%) mais surtout «compétent» (53%). Dans une France en quête d’incarnations fortes, 45% des personnes interrogées estiment que le chef du gouvernement est «charismatique». Et fait preuve d’«autorité». Seule ombre au tableau de sa personnalité, 62% des sondés doutent qu’il puisse tenir tête à Emmanuel Macron.

Le premier ministre a beau être apprécié, son action, elle, n’obtient pas les mêmes faveurs. Odoxa qualifie d’ailleurs les Français d’«un peu schizophrènes en se montrant extrêmement critiques avec la politique qu’il conduit». Dans le détail, 69% d’entre eux jugent négativement le bilan de Gabriel Attal sur les huit grands domaines testés. Y compris sur la «jeunesse» (59%) et l’«école» (64%), alors même qu’il avait construit sa renommé sur ces questions. Quant à la «sécurité», 67% des sondés se montrent insatisfaits. Mais c’est surtout sur l’«immigration» (75%) et la priorité du «pouvoir d’achat» (78%) que les Français se montrent les plus mécontents.

Dans l’optique de la présidentielle de 2027, 44% des Français pensent que Gabriel Attal ferait un bon candidat pour représenter la majorité. Juste en dessous de celui qui était jusqu’à présent l’unique favori au sein de la macronie dans l’opinion : Édouard Philippe (45%).
Comment expliquer alors cette dichotomie entre la bonne d’image que renvoie Gabriel Attal et le mauvais jugement que suscite son action ? Selon l’institut de sondage, «nos concitoyens estiment que c’est le président et pas le premier ministre qui, en réalité, est le seul réellement comptable du bilan de l’action du gouvernement.» «C’est sans doute ce qui explique aussi à quel point Gabriel Attal est plus populaire qu’Emmanuel Macron, 65% des Français disant le préférer à “son” président», précise Odoxa. Qui évoque le «paradoxe du quinquennat» : «Désormais, l’impopularité des présidents protège la popularité de leurs premiers ministres.»

Ministre de la santé : «pour la consultation en soins infirmiers »

Ministre de la santé : «pour  la consultation en soins infirmiers »

 

Le ministre de la santé veut élargir les compétences des infirmiers en créant la consultation en soins infirmiers avant de soulager des médecins trop peu nombreux. Interview dans  » la tribune ».

- Les infirmiers réclament une meilleure reconnaissance de leur travail depuis de longs mois. Que leur répondez-vous ?

FRÉDÉRIC VALLETOUX - J’ai pleinement conscience du malaise de la profession. Le métier d’infirmier doit être mieux reconnu. Aujourd’hui, il est simplement défini par un ensemble de tâches listées dans un décret qui date de vingt ans. C’est une approche totalement obsolète et déconnectée. C’est pourquoi je souhaite faire évoluer la loi, afin d’élargir et de clarifier les compétences des infirmiers, de créer la consultation en soins infirmiers et de leur ouvrir un droit à certaines prescriptions.

Les infirmiers pourront remplacer les médecins ?

L’enjeu n’est pas du tout de remplacer les médecins mais de reconnaître pleinement les rôles et les compétences de chacun, avec comme seul souci d’améliorer l’accès aux soins. Les infirmiers doivent pouvoir assurer le suivi de maladies chroniques, par exemple un diabète, prolonger des ordonnances… Cela devra se faire en lien avec le médecin traitant mais avec une autonomie supplémentaire et une confiance renouvelée. Faire confiance à un plus grand nombre de professionnels de santé, c’est une priorité. Et la France est en retard par rapport aux autres pays européens. Chez nos voisins, les personnels paramédicaux réalisent déjà de nombreux actes de suivi des patients.

 

Cigarettes: 40 % de fraude

Cigarettes: 40 % de fraude
La Seita indique que 40% des cigarettes Sont achetés en fraude. Pour analyser cette situation, la Seita utilise une méthode éprouvée depuis plusieurs années. Des enquêteurs collectent des paquets vides laissés par les consommateurs dans l’espace public. Cette collecte se fait en France, mais aussi dans plusieurs villes européennes.
« Pour réaliser cette radiographie de la consommation, des collecteurs ramassent les paquets par terre ou sur le dessus des poubelles dans 126 villes de France. Ils sont ensuite envoyés chez les fabricants qui analysent leur provenance », nous explique Hervé Natali, responsable des relations territoriales Seita.

Ce comportement qualifié de fraude fiscale par les autorités s’explique par une politique tarifaire destinée à encourager les fumeurs à arrêter de fumer.
« Les catégories les moins favorisées sont celles qui fument le plus et cherchent à acheter moins cher, mais le phénomène touche bien plus de monde avec la facilité à se procurer des cigarettes à moitié prix », explique Hervé Natali.

Les cinq régions où les achats de contrebande sont les plus élevés sont Provence Alpes Côte d’Azur (41,80%), Nouvelle Aquitaine (41,50%), Ile-de-France (40,90%), Bretagne(40,30%) et Bourgogne Franche Comté (40,30%).

 

Michel-Edouard Leclerc, ministre à Bercy: un démago de plus !

Michel-Edouard Leclerc, ministre  à Bercy: un démago de plus !

Encore un qui ne doute de rien, Michel Édouard Leclerc qui se voit ministre des finances. Pourquoi pas compte tenu de l’incompétence générale d’un côté et la démagogie populiste d’autre part du très médiatique patron du magasin Leclerc.

C’est vrai que Michel Édouard Leclerc aurait toutes les qualités requises puisqu’il a pour habitude de dire tout et le contraire, d’attaquer tout le monde en se glorifiant lui-même. Oui vraiment le profil d’un politique mais encore plus démago que les autres. L’intéressé , suite à la crise de l’inflation, avait promis des baisses de prix puis s’est avisé et maintenant justifie les nouvelles hausses par leur caractère qui seraient structurelles . La vérité est différente car l’inflation a largement été alimentée certes par certains coûts de production mais surtout par la spéculation aussi bien des industriels que des distributeurs qui n’ont pas hésité à glisser des hausses supplémentaires par rapport à l’inflation générale. Michel Édouard Leclerc qui ne doute de rien — surtout pas de lui-même- – prétend pouvoir défendre les intérêts de la France met sa centrale d’achat en dehors de la France pour éviter d’avoir à subir les contraintes légales françaises.

Au point où nous en sommes, ce serait un charlatan de plus mais avec la voix sirupeuse du curé de campagne reprochant les péchés des autres mais ignorant les siens.

La vérité c’est que Michel Édouard Leclerc s’exprime à peu près surtout pour faire de la pub gratuite à son groupe. Se vantant en permanence d’être le meilleur. Faut-il aussi rappeler l’épisode de l’électricité verte produite et distribuée par Leclerc. En réalité une électricité nucléaire achetée à bas prix à EDF ; une activité liquidée quand la crise énergétique est venue !

Interrogé sur ses préférences en termes de partis politiques, le président du comité stratégique des centres Leclerc a indiqué être « d’une formation sociale-démocrate, il faut du marché, je crois aussi à la régulation, je regarde tout le monde ».Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique du leader de la distribution Leclerc, a indiqué jeudi sur LCI « penser tout le temps » à un engagement en politique, estimant également qu’il fallait « revoir le système fiscal » français tout en refusant de « dramatiser » sur le niveau de la dette.

À la question du journaliste qui lui demandait s’il pourrait s’engager en politique, Michel-Edouard Leclerc a répondu: « j’y pense tout le temps » et « je suis pas encore candidat à Bercy, j’y pense quand je me rase ».

« Je n’exclus rien, je veux être utile socialement, si je peux aider des plus jeunes que moi à grandir [...] Il y a des moments, c’est vrai que je suis tellement triste de voir le niveau quelquefois de débat à l’Assemblée nationale », a-t-il ajouté.

Certains objecteront que parfois on a connu des ministres de l’économie qui n’était pas des technocrates comme Maunoury; avec une différence, le bagout en moins et le talent en plus.

 

Ukraine : la France en «économie de guerre» !!!

 Ukraine : la France en «économie de guerre» !!!

À de nombreuses reprises macro a parlé de mettre la France en économie de guerre. Pourtant dans la réalité on a juste augmenté un peu la production de certaines armes et la France est loin de produire et de fournir à l’Ukraine autant de matériel. D’une certaine manière on pourrait dire que la France parle et que l’Allemagne agit.

 

Pour preuve cette déclaration tellement timide du ministre des armées Sébastien Lecornu, ministre des Armées, qui  a annoncé ce mardi lors d’une conférence de presse qu’il «n’exclu[ait] pas» de réquisitionner «des personnels, des stocks ou des outils de productions», voire à «imposer aux industriels d’accorder la priorité aux besoins militaires». Mais on est loin d’une économie de guerre Surtout quand on sait que la Russie mobilise 30 % de son budget au service des équipements militaires. La France dispose d’une armée très complète mais d’une micro armée qui ne résisterait pas longtemps face à la Russie. En cause des matériels, des effectifs et des financements très insuffisants face aux enjeux.

Et le ministre de s’emmêler les pieds dans des questions logistiques

«Si parfois les cadences de production sont trop lentes, c’est parce qu’il y a une tentation de faire du flux tendu et de ne pas avoir suffisamment de stocks de matières premières ou de composants», ce afin d’éviter d’immobiliser de la trésorerie pour constituer ces stocks, a-t-il justifié. Dans sa ligne de mire notamment, les délais de livraisons du missile anti-aérien de longue portée Aster produits entre la France et l’Italie par MBDA, qui sont trop longs au regard du ministre.

 

Réformes : « L’écrivain Bruno Le Maire devrait en parler au ministre de l’économie » ( Macron)

Réformes : « L’écrivain  Bruno Le Maire devrait en parler au ministre de l’économie » ( Macron)

Emmanuel Macon n’a pas spécialement apprécié les leçons de rigueur que donne Bruno Lemaire dans son dernier livre.  Cela d’autant plus que c’est son sixième livre depuis qu’il est ministre. Selon des propos rapportés mardi soir par Le Canard enchaîné, Emmanuel Macron aurait été cinglant Macron considère que le patron de Bercy «a raison sur la relance économique et les réformes à faire.» Mais d’ajouter : «Il devrait en parler à celui qui est ministre de l’Économie et des Finances depuis sept ans.» 

 

D’autant plus qu’Emmanuel Macron a décoché une autre flèche contre son ministre. «Il y a un temps pour l’écriture et un temps pour l’action, et ils sont rarement conciliables». «Quand des ministres écrivent des bouquins, ça donne toujours le sentiment qu’ils n’ont rien d’autre à faire», a-t-il encore cinglé. Des piques qui ne font visiblement pas changer Bruno Le Maire d’un iota.

 

Confusion-Qui gère la politique agricole : le ministre, Attal, Macron, la FNSEA ou Le Pen ?

Confusion-Qui gère la politique agricole : le ministre, Attal, Macron, la FNSEA  ou Le Pen ?

 

Pris dans le tourbillon des spasmes médiatiques quotidiens, on en vient à oublier qui est responsable de l’orientation de la politique agricole.

Normalement dans un pays comme la France  c’est au ministre de l’agriculture qu’il revient de gérer ce dossier. Le problème c’est que Macron a choisi une cloche pour occuper le poste. Marc Fesneau est sans doute gentil mais il a l’efficacité, la compétence et le charisme d’une limande.

À l’occasion de la crise récente, c’est le Premier ministre qui a géré directement la crise en se déplaçant sur le terrain et en proposant une soixantaine de mesures. Le ministre de l’agriculture se contentant de jouer les figurants. D’une certaine manière, le premier ministre a au moins réussi à éteindre l’incendie et à engager des pistes de réforme.

Une fois le climat un peu apaisé et comme d’habitude Macron a voulu mettre son grand nez dans le dossier pour récupérer à son profit le petit crédit obtenu par son premier ministre. À chaque fois c’est le même phénomène. Macron veut montrer qu’il est le patron, le seul quitte à se mettre  en contradiction avec son propre gouvernement. Et Macon n’a pas son pareil pour endormir médias et organisations professionnelles. Il pourrait parler pendant des heures et des jours au point de tuer par épuisement ses interlocuteurs. Il faut parfois plusieurs semaines voir plusieurs mois pour que ses interlocuteurs prennent conscience qu’ils ont été une nouvelle fois roulés dans la farine.

Il est clair par ailleurs que l’organisation agricole majoritaire à savoir la FNSEA comporte en son sein les pires contradictions entre les très gros agriculteurs qui s’en sortent bien grâce notamment aux subventions européennes ( qui sont proportionnelles à la taille des exportations) et des petits exploitants coincés dans la mono production et des prix de marché qui s’écroulent. La FNSEA a cogéré la politique agricole en France et à ce titre est aussi largement responsable de la crise.

Parmi les autres syndicats, il faut distinguer la coordination rurale qui roule surtout pour Le Pen et la confédération paysanne proche de l’extrême gauche. Bref un monde agricole aussi divisé que le monde salarié.

Ne parlons pas évidemment des organisations extérieures qui interviennent dans le champ agricole comme les écolos bobos.

Compte tenu de la diversité évoquée et de ses contradictions, le monde agricole est condamné à la crise permanente comme l’ensemble de l’économie française et européenne. Des solutions seraient possibles mais dirigées et discutées avec qui ?

Qui gère la politique agricole : le ministre, Attal, Macron, la FNSEA ou Le Pen ?

Qui gère la politique agricole : le ministre, Attal, Macron, la FNSEA  ou Le Pen ?

 

Pris dans le tourbillon des spasmes médiatiques quotidiens, on en vient à oublier qui est responsable de l’orientation de la politique agricole.

Normalement dans un pays comme la France  c’est au ministre de l’agriculture qu’il revient de gérer ce dossier. Le problème c’est que Macron a choisi une cloche pour occuper le poste. Marc Fesneau est sans doute gentil mais il a l’efficacité, la compétence et le charisme d’une limande.

À l’occasion de la crise récente, c’est le Premier ministre qui a géré directement la crise en se déplaçant sur le terrain et en proposant une soixantaine de mesures. Le ministre de l’agriculture se contentant de jouer les figurants. D’une certaine manière, le premier ministre a au moins réussi à éteindre l’incendie et à engager des pistes de réforme.

Une fois le climat un peu apaisé et comme d’habitude Macron a voulu mettre son grand nez dans le dossier pour récupérer à son profit le petit crédit obtenu par son premier ministre. À chaque fois c’est le même phénomène. Macron veut montrer qu’il est le patron, le seul quitte à se mettre  en contradiction avec son propre gouvernement. Et Macon n’a pas son pareil pour endormir médias et organisations professionnelles. Il pourrait parler pendant des heures et des jours au point de tuer par épuisement ses interlocuteurs. Il faut parfois plusieurs semaines voir plusieurs mois pour que ses interlocuteurs prennent conscience qu’ils ont été une nouvelle fois roulés dans la farine.

Il est clair par ailleurs que l’organisation agricole majoritaire à savoir la FNSEA comporte en son sein les pires contradictions entre les très gros agriculteurs qui s’en sortent bien grâce notamment aux subventions européennes ( qui sont proportionnelles à la taille des exportations) et des petits exploitants coincés dans la mono production et des prix de marché qui s’écroulent. La FNSEA a cogéré la politique agricole en France et à ce titre est aussi largement responsable de la crise.

Parmi les autres syndicats, il faut distinguer la coordination rurale qui roule surtout pour Le Pen et la confédération paysanne proche de l’extrême gauche. Bref un monde agricole aussi divisé que le monde salarié.

Ne parlons pas évidemment des organisations extérieures qui interviennent dans le champ agricole comme les écolos bobos.

Compte tenu de la diversité évoquée et de ses contradictions, le monde agricole est condamné à la crise permanente comme l’ensemble de l’économie française et européenne. Des solutions seraient possibles mais dirigées et discutées avec qui ?

12345...19



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol