Archive pour le Tag 'ans'

Sondage Pouvoir d’achat : 56 % des Français perdant depuis cinq ans

 

 

56% des sondés estiment qu’il a plutôt diminué depuis cinq ans selon un sondage* OpinionWay-Square pour Les Echos et Radio Classique.

 Ce sentiment est le plus fort au sein des catégories populaires, des employés et des sympathisants du Rassemblement national comme de La France Insoumise.

A l’inverse, les catégories aisées et les habitants de l’Île-de-France pensent que leur pouvoir d’achat a augmenté.

Dans le détail des mesures phare prises pendant le quinquennat, les aides aux entreprises pendant la crise sont jugées comme une bonne chose pour 87% des sondés. La suppression de la taxe d’habitation est considérée comme une bonne mesure par 80% des sondés. Cette exonération bénéficiera à tous les contribuables sur la résidence principale à partir de 2021.

Même bilan pour le prélèvement à la source. La réforme de l’assurance-chômage est bien perçue par 58% des sondés. Par contre, ils ne sont que 31% à soutenir la suppression de l’ISF, remplacée par l’impôt sur la fortune immobilière en 2018.

 

À propos du bilan économique du quinquennat Macron, les Français le juge négatif pour 58% comme négatif, selon un sondage* OpinionWay-Square pour Les Echos et Radio Classique.

Rien de surprenant. Emmanuel Macron fait même mieux que ses prédécesseurs puisque le bilan de François Hollande était jugé négatif par 78% des Français, et celui de Nicolas Sarkozy, par 70%. Et ce, malgré la crise sanitaire qui a entraîné une crise économique.

Macron, « président des riches »

Le sondage met en lumière une fracture entre les différentes catégories sociales. Les classes moyennes et populaires sont les plus sévères: elles jugent à 64% et à 56% que les actions économiques du gouvernement ont eu un impact négatif. Les catégories aisées ne sont que 19% à le penser mais sont 50% à considérer qu’elles ont eu un impact positif.

 

Afghanistan : La responsabilité des Occidentaux depuis 40 ans

Afghanistan :La responsabilité des Occidentaux depuis 40 ans

« L’horreur que constitue la victoire des talibans en Afghanistan est avant tout le résultat d’une multitude de fautes graves imputables aux gouvernements occidentaux, estime Sylvain Foulquier dans le Monde.

Nous vivons l’une des pages les plus sombres de l’Histoire humaine : une sorte de siècle des Ténèbres, parfaite antithèse du siècle des Lumières. L’horreur que constitue la victoire des talibans en Afghanistan est avant tout le résultat d’une multitude de fautes graves imputables aux gouvernements occidentaux, et tout particulièrement anglo-saxons.

Tout a vraiment commencé lors de la guerre d’Afghanistan ayant opposé l’URSS aux moudjahidins, de 1979 à 1989. Rappelons au passage que l’Armée rouge n’était intervenue dans ce pays qu’à la demande du gouvernement local (comme la France au Mali) pour lutter contre le fascisme djihadiste, et que ce sont les Nord-Américains (ainsi que certains pays européens) qui ont alors armé et financé les talibans – dont la nature criminelle était pourtant déjà connue.

Le président américain Joe Biden pendant sa conférence de presse consécutive au double attentat de Kaboul.

La défaite de l’URSS a donc été un désastre dont seuls des fous peuvent se réjouir. Les dirigeants occidentaux étaient et continuent d’être parmi les plus irresponsables au monde : on l’a vu avec Donald Trump abandonnant les Kurdes à leur triste sort, puis avec Joe Biden décidant de retirer ses troupes d’Afghanistan. Exemples parmi une infinité d’autres.

Ajoutons que les talibans ne sont pas différents des fanatiques du Hamas et du Hezbollah, lesquels continuent de bénéficier d’une très grande complaisance en Europe, sur fond d’antisémitisme totalement décomplexé. Ou de certains imams salafistes ayant pignon sur rue en France, en Angleterre, en Belgique…

Les salafistes et les islamistes ne sont forts que parce que les Occidentaux d’aujourd’hui sont faibles. Cela fait des décennies que les très rares intellectuels (Boualem Sansal, Georges Bensoussan, Céline Pina, etc.) présents dans l’espace public tentent de sonner l’alerte… Sans jamais être écoutés par les différents pouvoirs en place. Et le résultat est là, effarant et sinistre, sous nos yeux.

Biodiversité : 70 ans des espèces disparues depuis 50 ans

Biodiversité : 70 ans des espèces disparues depuis 50 ans

depuis 1970, 68% des vertébrés ont disparu, et depuis 30 ans, c’est 75% des insectes qui ont été effacés de la surface du globe. C’est dire la nécessité de la  COP15 sur la biodiversité, qui voit, à partir de lundi 23 août, les délégations des 193 pays membres de la Convention sur la diversité biologique (CBD) des Nations Unies entamer leurs négociations en ligne, lesquelles dureront jusqu’au 3 septembre. Le but : s’entendre sur un premier cadre mondial pour la protection de la faune et la flore, en définissant les 21 cibles à atteindre d’ici à 2030, et en révolutionnant le fléchage des subventions.

La a biodiversité doit être placée dès à présent « sur la voie du rétablissement d’ici à 2030 », alertent-ils : modification des habitats naturels, surexploitation des ressources ou invasion d’espèces exotiques… selon l’IPBES (la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques), un million d’espèces animales sont menacées de disparition, et la mauvaise santé des écosystèmes menace l’avenir des humains.

Depuis 30 ans, c’est 75% des insectes qui ont été effacés de la surface du globe, selon les chiffres du WWF (Fonds mondial pour la nature).

Samsung : un investissement massif 175 milliards d’euros en trois ans

Samsung : un investissement massif 175 milliards d’euros en trois ans

 

Samsung dévoile  son plan d’investissement 2021-2023 d’un tiers, à 205 milliards de dollars -175 milliards d’euros. L’objectif : rester dans la course dans cette industrie stratégique tout investissant massivement dans les technologies, des biotech à la robotique en passant par l’intelligence artificielle, pour tenir la dragée haute aux géants du Net américains et chinois.

Traduction : Samsung veut conforter sa position dans le secteur hautement stratégique des semi-conducteurs, déjà la spécialité de son vaisseau amiral Samsung Electronics, et se positionner sur des marchés stratégiques déjà attaqués par les géants du Net américains et chinois, notamment l’intelligence artificielle et la robotique.

Sondage : En France, les moins de 35 ans veulent partir en retraite à 55 ans !

Sondage : En France, les moins de 35 ans veulent partir en retraite à 55 ans !

 

D’après l’étude réalisée par SD Worx auprès de 5000 salariés européens  de grandes disparités apparaissent entre les desiderata des différentes générations. Si les salariés français de plus de 55 ans aimeraient prendre leur retraite à 62 ans, leurs collègues entre 18 et 34 ans se verraient bien partir à… 55 ans, et même 52 ans pour les indépendants de la même tranche d’âge. Pour cette dernière catégorie professionnelle, les jeunes Allemands sont ceux qui se voient raccrocher le plus tôt, à 40 ans, alors que la moyenne européenne se situe à 47 ans.

Des souhaits qui s’ils étaient pris en compte feraient exploser tous les systèmes de retraite.

Macron joue super toubib pour les plus de 80 ans

Macron joue super toubib pour les plus de 80 ans

 

 En dépit des critiques de l’agence européenne de santé, Macron persiste dans son intention de lancer une campagne de vaccination pour les personnes âgées avec une troisième dose dès la fin de l’année. Macron qui ne doute pas de ses compétences de scientifiques s’engage dans une voie démagogique particulièrement inquiétante. Plus l’élection présidentielle va se rapprocher et plus Macron risque de jouer les aventuriers médicaux. Pour récupérer quelques voix il sera prêt à promettre tout et n’importe quoi.

Le pire évidemment c’est que certains scientifiques en quête de reconnaissance et qui mange dans la gamelle politique soutiennent de façon très ambiguë la position du président de la république. Ainsi, Olivier Guérin, gériatre au CHU de Nice et membre du Conseil scientifique avait rédigé le rapport rendu au Président début juillet sur cette troisième dose. « Il est important d’utiliser le terme de rappel car le schéma vaccinal classique comporte toujours bien deux doses, explique-t-il. Certaines personnes avec des pathologies ou des traitements spécifiques en ont déjà reçu une troisième. Ce qui est en jeu aujourd’hui c’est un rappel pour les plus de 80 ans qui sont aussi ceux à avoir été vaccinés les premiers, dès le mois de janvier».

Le type de déclaration tordue qui s’accommode de la tambouille politique avec les nécessités sanitaires. Il est en effet évident que ceux qui ont été vaccinés dès janvier mériteront une troisième dose un an après. Mais c’est autre chose que de prévoir des maintenant une troisième dose générale tous les plus de 80 ans dont certains n’ont été vaccinés qu’en avril mai ……ou pas du tout.

30 000 personnes victimes de chauffards sans assurance

30 000 personnes victimes de chauffards sans assurance

 

En France, le nombre de conducteurs qui roulent sans assurance est estimé à 800 000 par la délégation à la sécurité routière. Selon un baromètre du fonds de garantie des victimes, ces personnes seraient en majorité de jeunes hommes, rapporte BFMTV.

Afin d’établir un portrait de ces conducteurs sans assurance, l’organisme d’indemnisation a croisé les données recueillies par les assureurs lors d’accidents avec celles des forces de l’ordre pendant les contrôles routiers. Ainsi, 60 % des automobilistes qui roulent sans assurance ont moins de 35 ans et 80 % sont des hommes.

Si une minorité conduit sans assurance en raison d’un non-renouvellement, un grand nombre décide de ne pas souscrire de contrat d’assurance automobile pour des raisons économiques. En effet, 31,3 % des non-assurés sont sans emploi et environ 24 % sont ouvriers.

Selon le Fonds de garantie des victimes (FGAO) à France Info  mercredi 4 août : quelque 30.000 personnes ont été victimes d’un accident de la route causé par un conducteur en défaut d’assurance sur les routes de France au cours de l’année 2020.

Cinquante ans d’anarchie monétaire

 Cinquante ans d’anarchie monétaire

Le 15 août 1971, les Etats-Unis ont suspendu la convertibilité en or du dollar. Une décision qui a façonné toute l’histoire monétaire depuis cinquante ans, et dont le bilan est jugé calamiteux par Jean-Marc Daniel.

Par Jean-Marc Daniel (professeur émérite à l’ESCP Business School, chroniqueur aux « Echos ») Extrait

 

Il y a cinquante ans, le monde a amorcé un changement radical dans son organisation monétaire. Le 15 août 1971, le président Nixon annonçait la suspension de la convertibilité en or du dollar. Son objectif officiel était de se donner du temps pour établir une nouvelle parité du dollar par rapport à l’or.

En décembre 1971, le prix de l’once d’or passe de 35 dollars, le cours fixé en janvier 1934, à 38 dollars. Ce cours se révélant intenable, en mars 1973, le dollar est de nouveau dévalué, le prix de l’once d’or étant porté à 42,20 dollars.

Le lundi 19 mars 1973,  l’ouverture des places financières se fait dans la fébrilité, les opérateurs vendant massivement la devise américaine. Les autorités américaines décident alors de s’en remettre au marché et instaurent des changes flottants.

L’épilogue a lieu à l’assemblée générale du Fonds monétaire international (FMI) de janvier 1976, à Kingston en Jamaïque. Celle-ci entérine, d’une part, la pérennisation des changes flottants et, d’autre part, l’abandon de l’or comme étalon monétaire au profit du dollar. Cinquante ans après, le bilan de cette rupture paraît plus que mitigé…

French Tech: Déjà 120 start-ups et 163 000 salariés; En attendant 225 000 dans trois ans

French Tech: Déjà 120 start-ups et 163 000 salariés; En attendant 225 000 dans trois ans

La Tribune fait le point sur le poids économique et sociétal des startups françaises à partir d’une étude du cabinet Roland Berger.(Extrait)

 En 2020, les 120 pépites du French Tech 120 ont créé à elles seules 163.000 emplois directs et indirects en France, et 233.000 à l’international. Si la part des emplois directs est faible -26.000 contre 136.000 emplois indirects en France-, c’est parce que ces entreprises créent d’importants effets de ruissellement.

« Chaque emploi direct qu’elles créent permet, à son tour, de créer 5,2 emplois indirects qui dépendent de son activité, qu’ils soient fournisseurs, sous-traitants ou prestataires de services. La moyenne de l’ensemble des entreprises industrielles en France s’établit plutôt à 1,4 emplois indirects créés pour chaque emploi direct », explique l’étude.

Autre bonne nouvelle : le salaire médian dans les entreprises du French Tech 120 est 60% plus élevé que la médiane française. 82% des emplois sont en CDI, contre 73% dans les autres secteurs. Globalement, « les emplois du French Tech Next40/120 sont à la fois mieux rémunérés, plus stables et davantage tournés vers la jeunesse », résume l’étude. Seule ombre au tableau : la place des femmes dans les instances de direction -26%- et au poste de dirigeants -9%-. Mais ces chiffres faibles sont plus élevés que ceux des grands groupes français et européens, d’après l’index de la Commission européenne.

D’ici à 2025, Roland Berger estime que ces entreprises vont créer 224.000 nouveaux emplois directs et indirects en France. Ce qui fait de la tech le secteur le plus dynamique de l’économie française en termes de croissance des emplois. En revanche, les inégalités territoriales persistent : 76% des emplois directs dans les startups se concentrent en Ile-de-France.

L. D’après l’étude, le taux de croissance annuel moyen est de 41%. Mais il peut monter à plus de 100% par an pour les produits et solutions à destination des consommateurs (BtoC) et des professionnels (BtoB). A titre de comparaison, les entreprises du CAC40 ont atteint entre 2015 et 2019 une croissance annuelle moyenne de leur chiffre d’affaires de… 3%.Logiquement, « la contribution du French Tech Next40/120 à la relance économique et au rayonnement international de la France, à l’horizon 2025, sera déterminante« , écrit l’étude. Ses entreprises devraient ainsi représenter 6% de la croissance du PIB de la France. Signe d’une ouverture toujours plus importante à l’international, elles devraient peser 14% de la croissance des exportations françaises de biens et de services entre 2020 et 2025. De leur côté, les nouveaux emplois créés -224.000 d’ici à 2025- « contribueront notamment à la reconstitution du tissu industriel français« .

Plutôt que d’aborder la French Tech sous le prisme des secteurs d’activité que ces startups disruptent -fintech, agritech, mobilités, publicité, e-santé…-, l’étude de Roland Berger prend un parti pris intéressant qui consiste à les classer en groupes selon leur modèle d’activité. Une petite révolution méthodologique, car c’est la première fois qu’on pense la tech en tant que secteur à part entière, avec ses propres caractéristiques et ses propres modèles économiques, indépendamment des secteurs « d’origine » des startups. « Inédite, cette segmentation a permis de distinguer les spécificités propres à chaque groupe et motrices de leur succès, et de tracer des trajectoires de croissance différenciées pour chacun » précise l’étude.

L

Attentat raté près de Notre-Dame de Paris : 30 ans de réclusion est une période de sûreté de 20 ans

Attentat raté près de Notre-Dame de Paris : 30 ans de réclusion est une période de sûreté de 20 ans

 

Effet de mode, jugement de circonstance, pression de l’opinion ?  En tout cas cette fois, la justice a eu la main lourde non seulement en confirmant les 30 ans de réclusion pour la principale accusée mais en l’assortissant d’une période de sûreté de 20 ans. Bref la justice « indépendante » évolue aussi en fonction du sentiment de la sécurité. À comparer quand même au verdict particulièrement bienveillant concernant le meurtre d’un militant de gauche par deux skinheads. En faite les meurtriers feront tout au plus deux à quatre ans de prison.

 

Lors du premier procès concernant le projet d’attentat près de Notre-Dame de Paris, qui s’était tenu en septembre-octobre 2019, la jeune femme avait été condamnée à trente ans de réclusion. Les sept autres accusés, cinq femmes et deux hommes, avaient écopé de peines allant de trois ans de prison avec sursis à la réclusion criminelle à perpétuité. Seuls Inès Madani et un jeune homme nommé Mohamed Lamine Aberouz avaient fait appel et étaient donc rejugés en ce printemps 2021.

Inès Madani, âgée de 19 ans à l’époque, a reconnu les faits lors de ses deux procès, mais n’en a pas assumé toute la responsabilité, mettant en cause une autre femme, Ornella Gilligmann. Celle-ci, qui renvoyait de son côté la faute sur Inès Madani, a été condamnée à 25 ans de réclusion en première instance et n’a pas fait appel. Ce deuxième procès n’a pas permis d’en savoir plus sur le rôle exact de chacune. Ce qui n’a pas empêché la justice de punir sévèrement les deux jeunes femmes.

Facebook : Trump suspendu pour deux ans au moins

Facebook : Trump suspendu pour deux ans au moins

une suspension de deux ans sur Facebook qui pourra être prolongée si des ­experts estiment que le retour de Donald Trump sur Facebook présente un danger. En cas de nouvelles infractions aux règles, l’ex-président risquera une désactivation permanente de ses comptes.

Cette règle a été pensée pour le cas de Donald Trump, mais s’appliquera à l’ensemble des personnalités publiques lors de circonstances graves, comme des troubles civils. Les suspensions de comptes pourront aller de un mois à deux ans, comme le montre un graphique publié par Nick Clegg, directeur des affaires publiques de Facebook.

Les dirigeants politiques vont perdre en partie leur totem d’immunité. Leurs écrits ne seront plus automatiquement protégés et pourront donc être modérés.

Seulement huit ans et cinq ans de prison pour le meurtre d’un militant antifasciste !

Seulement huit ans et cinq ans de prison pour le meurtre d’un militant antifasciste !

La cour d’assises de l’Essonne a condamné vendredi en appel deux anciens skinheads à huit et cinq ans d’emprisonnement pour la mort du militant antifasciste Clément Méric, tué lors d’une rixe à Paris en 2013, des peines moins lourdes qu’en première instance.Conclusion avec les remises de peine, les coupables feront de leur de quatre à deux ans de prison pour un meurtre. Ne pas s’étonner dans ces conditions que le sentiment d’impunité participe de la montée de la violence dans le pays.

 

Esteban Morillo, 28 ans, et Samuel Dufour, 27 ans, tous deux vêtus d’une chemise, ont accueilli leur condamnation dans le calme. «Vous allez être reconduits à la maison d’arrêt», a indiqué le président de la cour d’assises Thierry Fusina, précisant que la feuille de motivation expliquant le choix de la cour sera communiquée lundi.

Foot -D1 féminine : Paris va sans doute détrôner Lyon

Foot -D1 féminine : Paris va sans doute détrôner Lyon

le PSG enfin vers le premier titre de champion de France de son histoire. Les Parisiennes ont fait un grand pas vers le sacre en obtenant le match nul sur la pelouse de l’Olympique Lyonnais dimanche 30 mai au Groupama Stadium (0-0). Le PSG peut mettre fin à une série de 14 titres consécutifs de Lyon s’il s’impose contre Dijon vendredi prochain, lors de la dernière journée de championnat.Une occasion supplémentaire pour le grincheux président Aulas de Lyon d’accuser les arbitres, les joueurs et l’entraîneur.

Hausse des inégalités en dix ans

Hausse des inégalités en dix ans

D’après l’INSEE, le niveau de vie des 20% de ménages les plus aisés était 4,43 fois supérieur à celui des 20% les moins aisés en 2018, contre 4,35 fois en 2008, évalue l’Institut national de la statistique dans son rapport sur les revenus et le patrimoine des ménages. Mais cet écart aurait été beaucoup plus important sans les mesures de redistribution existantes, telles que les aides sociales, souligne l’Insee.

Dans le détail, sur la période, la moitié de la population avait un niveau de vie inférieur à 1 771 euros par mois, soit un niveau  »légèrement plus élevé » qu’en 2008. De même, le niveau de vie des 10% les plus modestes est inférieur en 2018 à son niveau de 2008, la hausse du chômage en dix ans ayant réduit leurs revenus, avant redistribution. A l’inverse, les revenus des plus aisés ont augmenté, en particulier leurs revenus du patrimoine.

Vaccin Covid-19 : une protection à 87 % pour les plus de 75 ans

Vaccin Covid-19 : une protection à 87 % pour les plus de 75 ans

La vaccination réduit de 87% le risque de formes graves de Covid-19 chez les plus de 75 ans dès sept jours après l’injection de la 2e dose, selon l’étude d’Epi-Phare associée avec l’Assurance maladie et l’Agence du médicament (ANSM),

Cela signifie que «les personnes vaccinées de plus de 75 ans ont neuf fois moins de risque d’être hospitalisées pour Covid que les personnes du même âge non vaccinées», dit à l’AFP le professeur Mahmoud Zureik, directeur d’Epi-Phare qui a réalisé l’étude.

L’étude d’Epi-Phare associée avec l’Assurance maladie et l’Agence du médicament (ANSM), a porté sur plus de quatre millions de Français âgés de plus de 75 ans. Sur ces 4 millions, quelque 1,4 million ont été vaccinés (entre le 27 décembre 2020 et le 24 février 2021). Les deux populations ont été suivies pendant une durée médiane d’une quarantaine de jours.

L’efficacité, c’est-à-dire la réduction du risque d’être hospitalisé pour Covid, est meilleure chez les moins âgés: elle est de 91% chez les 75-84 ans et de 81% chez les 85 ans et plus.

D’après des «résultats préliminaires», la réduction du risque de décès par Covid-19 chez les vaccinés, sept jours après la 2e dose, est de 91%, selon les auteurs de l’étude.

Livret A : épargne toujours au très haut niveau

L’épargne des Français continue de demeurer à un très haut niveau; la confiance en cause. Avec le déconfinement, on espère que cette épargne sera utilisée pour relancer la consommation et la croissance. Reste une interrogation centrale à savoir si cette épargne est justifiée uniquement par la crise sanitaire ou si elle obéit à des causes plus structurelles relatives notamment aux changements de comportements des consommateurs. Tout dépendra aussi de l’évolution de la confiance des ménages.

D’après la Caisse des dépôts, les ménages sont restés frileux, en avril, au milieu du troisième confinement. Le livret A et le livret de développement durable et solidaire (LDDS) ont engrangé 3,79 milliards d’euros le mois dernier, légèrement plus qu’en mars.

Au total, la collecte nette de ces deux produits atteint 18,42 milliards d’euros depuis le début de l’année, dont 14,93 milliards pour le Livret A. Dans le détail, le livret A a engrangé un peu moins de 3 milliards d’euros, contre 840 millions d’euros pour le LDDS. «L’encours total sur les deux produits atteint 466,7 milliards d’euros à fin avril 2021», précise la Caisse des dépôts.

À titre de comparaison, la collecte avait été exceptionnellement élevée l’année dernière à la même époque : en avril, le premier confinement avait poussé les ménages à épargner près de 5,5 milliards d’euros sur le livret A et 1,93 milliard d’euros sur le LDDS. La collecte de cette année est donc moins importante, mais elle reste bien supérieure aux 2,48 milliards d’euros déposés en avril 2019. Et elle demeure supérieure, en cumul, aux niveaux atteints entre janvier et avril en 2020.

 

Remboursement de la dette sociale des entreprises: un nouveau délai de trois ans

Remboursement de la dette sociale des entreprises: un nouveau délai de trois ans

« La dette sociale pourra être étalée pour ceux qui sont le plus en difficulté jusqu’à trois ans », a déclaré mercredi Bruno Le Maire sur CNews.

Cette dette sociale représente 12 milliards d’euros. Le ministre de l’économie prévoit un étalement qui pourra aller de 24 à 36 mois », a-t-il ajouté.

Pour les secteurs les plus affectés par la crise (tourisme, sport, culture, évènementiel), le fonds de solidarité compensera 40 % de la perte de chiffre d’affaires en juin, 30 % en juillet et 20 % en août, dans la limite d’un plafond de 20 % du chiffre d’affaires réalisé avant la crise.

Covid: une vaccination tous les ans (Moderna)

Covid: une vaccination tous les ans (Moderna)

D’après le directeur général de Moderna un rappel sera nécessaire tous les ans

 

Stéphane Bancel explique que c’est un virus qui ne disparaîtra plus:

 

« Il faut qu’on vive avec comme la grippe, on sait très bien faire ça. Alors il y a une période d’un an ou deux qui va être un peu compliquée parce qu’on est pas capables de vacciner toute la planète », a déclaré le chef d’entreprise sur notre antenne. « On est dans un monde interconnecté aujourd’hui (…), et donc nous anticipons des variants qui vont revenir vers l’hémisphère nord à l’automne et l’hiver prochain et donc on sait que les rappels seront bien sûr très importants ».

 

 

Bagnolet : deux ans de prison seulement pour avoir tabassé un policier

Bagnolet : deux ans de prison seulement pour avoir tabassé un policier

 

L’homme qui a tabassé policier à Bagnolet le 26 avril a écopé seulement de deux ans de prison. En outre il était interdit de séjour et devait retourner dans son pays, le Maroc.

L’agression des deux policiers de la CSI75 (compagnie de sécurisation et d’intervention, NDLR), survenue lundi lors d’une opération contre des dealers, a été particulièrement violente. L’un des agents, âgé de 32 ans, a été roué de coups par une vingtaine d’individus, notamment à la tête. «Le collègue a des contusions sur tout le corps. Il a vraiment eu peur de mourir et doit la vie à son casque dont la visière a été explosée», explique au Figaro Josias Claude, secrétaire départemental pour Paris du syndicat Unité SGP Police-FO.

 

Emprunt: le taux français à 10 ans passe positif

Emprunt: le  taux français à 10 ans passe positif 

 Le rendement des OAT – les obligations d’Etat françaises - à 10 ans est remonté au-dessus de 0 % lundi après midi, pour la deuxième fois de l’année. Il a touché 0,03 %, son plus haut depuis juin 2020, avant de retomber à 0,01 %. Déjà, en février , il avait franchi à la hausse la barre symbolique des 0 %. A l’époque, il s’agissait principalement d’un effet de contagion. Les taux américains avaient bondi sur fond de crainte d’une explosion de l’inflation après l’adoption du méga plan de relance voulu par Joe Biden.

Mais cette fois-ci, les causes semblent plus profondes. Il ne s’agit pas d’une réaction face à l’explosion récente de la dette des Etats , mais plutôt d’un regain d’optimisme sur les perspectives économiques du Vieux Continent. Le mouvement frappe toutes les obligations souveraines européennes, alors que les Treasuries américains sont épargnés . L’accélération des programmes de vaccination en Europe laisse entrevoir un redémarrage plus rapide que prévu de l’activité. Les investisseurs ressentent donc moins le besoin de se porter sur les valeurs refuges que sont les obligations d’Etat.

Projet d’attentat 2016 : 24 ans de réclusion

Projet d’attentat 2016 : 24 ans de réclusion

24 ans de réclusion dans le procès de Réda Kriket et de ses complices présumés, jugés par la Cour d’assises

Le 24 mars 2016, deux jours après les attentats islamistes de Bruxelles, les policiers français découvraient dans un appartement loué par Kriket à Argenteuil (Val d’Oise) cinq fusils d’assaut, sept armes de poing, des munitions en quantité, 105 grammes de TATP (un explosif apprécié des terroristes comme des voyous, NDLR) 1,3 kilo d’explosif industriel et plus de 10.000 billes d’acier. Si l’enquête et le procès n’ont pas permis d’établir le ou les objectifs précis, l’accusation a affirmé que cet arsenal avait été réuni pour perpétrer un ou des attentats majeurs.

Présentés par le ministère public comme le cœur de la cellule terroriste, les trois principaux accusés, contre lesquels avait été requise la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 22 ans, ont été condamnés à de lourdes peines notamment pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme. Réda Kriket, 39 ans, vétéran de droit commun radicalisé, a été condamné à 24 ans de réclusion criminelle assortie d’une période de sûreté des deux tiers. Le 8 mars, au premier jour du procès, il avait affirmé ne reconnaître que la loi d’Allah. Même peine pour Anis Bahri, 37 ans, qui a reconnu son engagement djihadiste, et pour Abderrahmane Ameuroud, 43 ans, ancien d’Afghanistan, condamné par le passé en France pour terrorisme et expulsé du territoire français à l’issue de sa peine (en 2016, il vivait en Belgique).

Les quatre comparses de Kriket, Bahri et Ameuroud, accusés de leur avoir apporté un soutien logistique, connaissent quant à eux des sorts bien distincts. Miloud Feia, 45 ans, djihadiste aguerri pour l’accusation, a été condamné à 12 ans (contre 13 ans requis) assortis d’une période de sûreté des 2/3. Une peine de 8 ans de réclusion criminelle pour association de malfaiteurs de droit commun a été prononcée contre Yassine Alami, 38 ans, (pour des réquisitions de 10 ans assortis de deux tiers de période de sûreté).

12345...9



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol