Archive pour le Tag 'Macron'

Bilan Macron sur l’environnement: le délire verbal, l’incohérence et l’immobilisme

Bilan Macron sur l’environnement: le délire verbal, l’incohérence et l’immobilisme

 

C’est sans doute en matière d’environnement que Macron présentera le bilan le plus contrasté. En effet le président de la république n’a pas été avare de mots et de prestations médiatiques. Chaque fois qu’il le peut , il  glisse un couplet intégrant la problématique environnementale. Le problème c’est que l’action suit difficilement.

 

En outre, elle comporte de nombreuses contradictions avec des mesures gadgets le plus souvent mais aussi des mesures contre-productives non seulement sur le plan environnemental mais aussi sur le plan économique.

 

Ne parlons pas de ses relations tendues avec la commission dite citoyenne de 150 zozos choisis au hasard et qui ont débouché sur un magnifique programme qui aurait pu être élaboré dans un bistrot après quatre tournées l’apéritif. Une vraie auberge espagnole où les participants ont été savamment manipulés par les lobbies et les experts très orientés.

 

La pire hypocrisie consiste sans doute à continuer l’incontournable politique énergétique nucléaire mais  à la masquer avec d’inutiles éoliennes complètement improductives et qui engraissent  certains propriétaires de terrains souvent copains des responsables locaux qui aménagent en conséquence les plans locaux d’urbanisme et autre Scot.

 

Greenpeace juge «catastrophique» le bilan du chef de l’État, écrivant même : «Comment s’y prend-il pour toujours faire le contraire de ce qu’il dit ?» «Personne n’a fait autant que nous depuis trois ans ! Moi, je n’ai pas pris des lois pour dans dix ans», avait rétorqué le chef de l’État. Avant l’examen en mars du projet de loi climat, qu’a fait Emmanuel Macron pour l’environnement ?

 

 Il y a eu quand même quelques avancées avec la suppression des pailles en plastique, des cuillères en plastique et des coton-tige en plastique ! Mais rien évidemment sur le problème fondamental du scandaleux business de l’eau en bouteille plastique qui pollue toute la planète. «D’ici à 2022, nous avons pour objectif de doubler la capacité en éolien et en solaire photovoltaïque», avait annoncé Emmanuel Macron. Le parc solaire photovoltaïque affichait une capacité de 7660 MW en 2017, et de 10.072 MW en 2020. Pour tenir la promesse, elle devra s’élever à plus de 15.000 MW en 2022. Concernant le parc éolien, il affichait une puissance de 12.121 MW en mars 2017 et de 16.897 MW en mars 2020. Une capacité doublée signifierait plus de 24.000 MW en 2022. «Je m’engage à tenir l’objectif de 32% en termes d’énergies renouvelables» d’ici 2030, en faite on est tout juste à 17 18 %. Et la perspective c’est évidemment ce qui a toujours été prévu à savoir la construction de six réacteurs nucléaires EPR « la perspective d’une réduction de l’énergie nucléaire à 50 % en 2025 constitue une véritable escroquerie.

Sondage Macron : en baisse

Sondage Macron : en baisse

Le chef de l’État perd deux points  dans le baromètre du Figaro.

 

2021 commence difficilement pour Emmanuel Macron. Sa cote de confiance connaît une chute chez les retraités (-6, à 38%). Même érosion chez les sympathisants LR. Ceux-ci ne sont plus que 37% (-7) à lui faire confiance. «Emmanuel Macron joue gros sur cette période», estime un membre du gouvernement. Période qui va «d’aujourd’hui jusqu’au moment où on sort de la vague épidémique et épidermique». Moment que ce ministre espère au mois de juin. Il restera alors dix mois à Emmanuel Macron pour convaincre les Français de lui faire à nouveau confiance.

Macron veut-il vraiment sortir de la crise sanitaire ?

Macron veut-il vraiment sortir de la crise sanitaire ?

 

Des observateurs indiquent que Macron souhaiterait sortir du bourbier du Coronavirus pour mettre en avant son action passée et surtout dégager  un projet en prévision de 2022. Le problème, c’est que le chef de l’État n’a pas grand-chose à présenter dans son bilan et l’immobilisme sera sans doute de mise jusqu’en 2022.

 

La question est de savoir si cela constitue un handicap un atout pour lui. En effet , si l’on examine l’évolution de sa popularité, on se rend compte que la crise du Coronavirus lui a redonné une audience même si globalement beaucoup condamnent en tout cas critiquent les contradictions et la lenteur de la politique sanitaire.

 

Cette crise sanitaire permet de mettre sous le boisseau beaucoup de questions justifiant des réformes structurelles. Celle des retraites bien sûr mais aussi celles concernant le séparatisme, la sécurité, le climat ou encore l’explosive question des retraites. Il n’est pas sûr que sur ces derniers sujets le Parlement soit en capacité d’aller au bout de la réflexion et d’une proposition de loi.

 

On s’aperçoit par ailleurs un peu tous les jours que la crise sanitaire est sans doute plus profonde qu’on ne le dit. Une crise qui devait se régler en quelques mois et qui maintenant a déjà occupé plus d’un an. Aucun expert ne prévoit d’une sortie crise encore avant le début 2022. Ce qui signifie que tous les jours ou presque le gouvernement aura l’occasion de s’exprimer sur un sujet finalement assez consensuel même si les avis divergents sur les modalités de prise en charge de cette question.

 

D’une certaine façon, Macron s’installe en infirmier en chef de la France malade car l’instrumentalisation de la crise sanitaire lui profite politiquement. Sur ce sujet ,il est difficile pour l’opposition de se singulariser. Encore davantage de faire émerger les grandes questions économiques et politiques qui se posent au pays. Notons enfin que le concept de conseil de défense permet en toute légalité de mettre entre parenthèses le rôle du Parlement et au-delà une bonne partie de la vie politique. Plus que jamais le pays vit dans une république qui a rarement été aussi centralisatrice et monarchique.

 

Crise sanitaire : Macron navigue à vue

 

 

 

En quelques jours le gouvernement a complètement changé encore de stratégie. Alors que pour l’instant il se complaisait dans une stratégie dite progressive en faite de contingentement de la vaccination, d’un coup il a décidé d’ouvrir les verrous et finalement de faire avec beaucoup de retard ce que font la plupart des autres pays à savoir la plus grande campagne de vaccination possible. Le chef de l’État incarne ce changement perpétuel de stratégie que le ministre de la santé essaye vainement d’expliquer. Macon reconnaît à demi-mot ses hésitations et ses changements de position : «

 

le chef de l’État a reconnu – avec «beaucoup d’humilité» – qu’il travaillait «à la fois en anticipation, (mais aussi) en gestion». «Nous tenons, plusieurs fois par semaine, des réunions. Nous prenons des décisions. Elles sont importantes (…)», a-t-il rappelé, soulignant que ces arbitrages avaient «vocation à être clarifiés chaque jeudi», lors de la désormais traditionnelle conférence de presse de Jean Castex et Olivier Véran. Le chef du gouvernement et le ministre de la Santé devraient d’ailleurs faire de nouvelles annonces lors de ce prochain rendez-vous hebdomadaire, qui interviendra quinze jours après le Nouvel An, événement suspecté d’avoir relancé la circulation du virus.

 

 

Résultat, «face à ce virus qui évolue comme évolue le vivant», le président de la République a affirmé que son action était «éclairée par la science». Cela implique, certes, «des changements» de stratégie «d’une semaine à l’autre». Mais cela n’empêche pas, selon lui, de conserver du «pragmatisme» et de la «clarté». «Je gère la crise chaque jour. Le matin ; le midi ; le soir. C’est mon obsession», a enfin indiqué Emmanuel Macron. Une manière de répondre aux très vives critiques qui le visent depuis le lancement raté de la campagne vaccinale en France. Un faux départ qui l’a contraint à rectifier rapidement le tir. Et à convoquer de plus en plus de réunions, dont le très attendu Conseil de défense prévu mercredi. Un conseil qui va encore se traduire par une grande fébrilité en généralisant seulement le couvre-feu à 18 heures pour tout le monde avant peut-être de changer encore de position d’ici huit ou 15 jours.

De Gaulle : un costume trop grand pour Macron

De Gaulle : un costume trop grand pour Macron

 

 

Macron voudrait bien être le nouveau héros national mais son goût pour les commémorations des grands hommes du passé ne suffit pas en faire un personnage historique. De toute évidence, la comparaison avec De Gaulle montre que le costume du général est un peu grand pour Macron. Ce qui est expliqué de manière allusive et politiquement correct par l’ historien Pierre Nora

Tribune dans le Monde

 C’était le 9 novembre à Colombey-les-Deux-Eglises, en Haute-Marne. Emmanuel Macron se recueillait sur la tombe du général de Gaulle, pour le cinquantième anniversaire de sa mort. Au matin de ce pèlerinage sans discours, le président lui rendait hommage dans un Tweet contenant une vidéo compilant des extraits de discours du Général : « Résilience et volonté. Cet esprit fut incarné par Charles de Gaulle, engagé pour la France dans les moments de douleurs comme dans ceux de gloires. Cet esprit est un héritage, celui de la France. »

Résilience et volonté ? Deux mots, plus macroniens que gaulliens, adressés aux Français quelques jours après le début du second confinement. En faisant appel à la résilience, le président renouait avec les accents gaulliens qu’il emprunta lors de sa conquête de l’Elysée. « La résilience, c’est aussi s’assurer que, en temps de crise, le pays ne doute pas, qu’il soit fort et sûr de ce qu’il est », avait-il tweeté, le 10 avril 2017.

La résilience, c’est aussi s’assurer que, en temps de crise, le pays ne doute pas, qu’il soit fort et sûr de ce qu’il est. #LutteTerrorisme

— EmmanuelMacron (@Emmanuel Macron)

Quant à la volonté, M. Macron en avait fait, lors de son discours de candidature, le 16 novembre 2016, une condition pour réussir une « révolution démocratique profonde », un projet qui, depuis, a été balayé par une série de tempêtes : politique avec l’affaire Benalla ; sociale avec le mouvement des « gilets jaunes », puis les grèves contre la réforme des retraites ; sécuritaire avec les attentats terroristes ; sanitaire et économique avec l’épidémie de Covid-19.

« Besoin de héros »

En 2020, le chef de l’Etat a rendu hommage au Général à trois reprises : le 17 mai, pour le quatre-vingtième anniversaire de la bataille de Montcornet dans l’Aisne où le colonel de Gaulle, en stratège, parvint à freiner avec ses blindés l’avancée allemande ; au Mont-Valérien, puis à Londres, pour les 80 ans de l’appel du 18 juin ; et le 9 novembre enfin, à Colombey-les-Deux-Eglises. Autant de commémorations qui ont donné l’occasion à Emmanuel Macron de revendiquer l’héritage du Général et de s’identifier à lui. Un recours symbolique au « dernier grand Français » dont on peut toutefois questionner l’impact réel : l’héritage gaullien peut-il encore aider la France à se projeter pour affronter les défis contemporains ? La société française est-elle encore à même d’adhérer au message du Général ?

« Dans une époque aussi peu lourde d’histoire que la nôtre et si profondément dominée par sa mémoire, le Général est incontournable », constate l’historien Pierre Nora

Sondage Macron : plus 10 points en six mois grâce à la crise sanitaire

 

.

Dans le baromètre mensuel Elabe pour « Les Echos » et Radio Classique, la cote de confiance du chef de l’Etat progresse de 3 points en janvier pour atteindre 35 %. Après avoir perdu 3 points le mois dernier suite notamment à l’affaire Michel Zecler, tabassé par des policiers, Emmanuel Macron retrouve ce seuil des 35 %, autour duquel sa cote de confiance oscille depuis septembre dernier. Son socle reste stable. Marquée par la crise sanitaire, l’année 2020 n’a pas beaucoup modifié l’évolution de la perception du président par les Français. Au contraire la crise sanitaire permet de maintenir un certain niveau de popularité à Macron .

En effet la problématique du Coronavirus est partagée par nombre de Français. Parler d’autres questions très stratégiques mais particulièrement  clivantes dans le domaine économique, social ou encore financier serait susceptible de fragiliser l’audience du président

 

Macron : une énigme ou un grand vide ?

Macron  : une énigme ou un  grand vide ?

 

Beaucoup s’interrogent à propos de la philosophie et de l’idéologie de macron qui parle un peu de tout et de rien et qui souvent par opportunisme dit tout mais aussi son contraire.

« Plus il parle, et moins on l’entend. Plus il s’explique, et moins on le comprend. Plus le temps passe, et moins on y voit clair. «Le mystère s’épaissit», comme on dit dans les polars.Il y a décidément un mystère Macron. Ou mieux peut-être une énigme au grand jour, comme dans la célèbre Lettre volée d’Edgar Poe. La preuve: à peine avait-on pris connaissance dans L’Express de l’un de ces entretiens fluviatiles dont il nous régale désormais à cadence accélérée, que deux observateurs perspicaces nous faisaient part de leur appréciation. Pour Michel Wieviorka, le sociologue, pas de doute, nous avons désormais affaire à un «populisme en voie de décomposition» mâtiné de tendances nationalistes et autoritaires. « Pense Jacques Julliard.

En réalité. Il est vain  essayer de trouver une ligne directrice chez macron dont l’accès au pouvoir et son maintien constitue le seul objectif. Macron pratique l’opportunisme comme Monsieur Jourdain pratiquait la prose.

 

« Par ma foi ! il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela. » Disait Monsieur Jourdain.

Macron, lui, pratique l’immobilisme de l’action en même temps que la pensée  dite complexe mais en réalité surtout verbeuse et confuse. Une sorte d’ersatz de pensée scientifique et philosophique qui est ce que McDo est à la gastronomie. Bref un discours de représentant de commerce à coloration scientiste.

Bien entendu Macron sert les intérêts de ceux qui l’ont poussé au pouvoir notamment les financiers et les chefs de grandes entreprises. Mais il le fait bien maladroitement en plombant la richesse nationale. Notons que la France connaîtra en 2020 l’une des plus grandes dépressions mondiales avec un recul de l’ordre de 10 % du PIB.

Quelques journalistes complaisants( normal les plus grands médias appartiennent tous à des financiers et à des chefs de très grandes entreprises) pour trouver des vertus intellectuelles à ses interviews fleuves de Macron dont  l’intérêt ne résiste pas plus de quelques jours à une analyse un peu approfondie.

Témoin par exemple, cette affirmation du privilège blanc qui met dans le même panier toutes les origines étrangères qui seraient victimes de la même discrimination  ; le tout évidemment pour faire un clin d’œil aux banlieues. Or on se demande ce qu’il qui peut y avoir de commun entre par exemple la communauté d’origine chinoise et la communauté d’origine maghrébine.

Pas étonnant que Macron ait  échouée à normale Sup précisément en raison de sa faiblesse en lettres. Par contre, il a réussi l’ENA, l’école du bavardage sophiste.

Macron : l’espoir ….. en attendant le vaccin !

Macron :  l’espoir ….. en attendant le vaccin !

 

Un discours d’espoir de la part du chef de l’État qui a insisté sur la perspective du vaccin contre le Coronavirus. Le problème c’est qu’en même temps le chef de l’État faisait l’éloge de la lenteur. En justifiant les carences françaises par de supposées sûretés vis-à-vis des bonnes conditions dans lesquelles la vaccination doit se faire.

Au total, un discours assez fade et peu crédible avec des propos assez généraux “Les épreuves que nous avons affrontées auraient pu émousser notre enthousiasme, désaltérer l’espoir. Il n’en est rien. L’espoir est là. Dans ce vaccin que le génie humain a fait venir en un an seulement, c’était impensable il y a encore quelques mois”, a-t-il dit.

À noter toujours le fameux en même temps qui caractérise le président : “Je vous le dis avec beaucoup de détermination ce soir, je ne laisserai personne jouer avec la sureté et les bonnes conditions (…) dans lesquelles la vaccination doit se faire”, a assuré Emmanuel Macron.

Mais en même temps “Et je ne laisserai pas davantage, pour de mauvaises raisons, une lenteur injustifiée s’installer”, a-t-il ajouté.

“Chaque Français qui le souhaite doit pouvoir se faire vacciner”. Le problème, c’est quand ? En effet la vaccination massive ne pourra avoir lieu réellement qu’à partir du second trimestre. Aujourd’hui la France vaccine 300 à 400 personnes tandis que les États-Unis en ont vacciné plusieurs millions. La Russie 1 million, l’Allemagne près de 100 000, la Grande-Bretagne environ 200 000.

“Au moins jusqu’au printemps, l’épidémie pèsera encore beaucoup sur la vie de notre pays”, a-t-il dit. Mais “l’espoir grandit chaque jour dans cette relance qui déjà frémit en France plus qu’ailleurs et qui va nous permettre dès le printemps d’inventer une économie plus forte”.

Emmanuel Macron a également plaidé l’espoir “dans la liberté que nous retrouverons” alors que le pays est toujours soumis à un couvre-feu à partir de 20h00, limitant les festivités des Français pour le réveillon du Nouvel An.

“En 2020, nous avons su conduire les transformations nécessaires et renforcer notre crédibilité. Nous avons su convaincre l’Allemagne, puis les autres membres de l’Union européenne, de concevoir un plan de relance unique, de décider d’un endettement commun et solidaire pour mieux préparer notre avenir”, a-t-il rappelé.

Le couplet unitaire sonne assez faux quand le président affirme “Notre nation a traversé cette année avec une telle unité et une telle résilience, rien ne peut lui résister (…) En 2021, quoiqu’il arrive, nous saurons donc faire face aux crises »

Une sulfureuse rencontre entre un conseiller de Macron et Marion Maréchal-Le Pen

Une sulfureuse rencontre  entre un conseiller de Macron et Marion Maréchal-Le Pen

On se demande bien quel était  la finalité politique de la rencontre entre Bruno Roger-Petit, conseiller du chef de l’État et Marion Maréchal Le Pen. Un déjeuner,-organisé à l’initiative du conseiller de l’Élysée,-qui sent un peu la tambouille politique. Cela d’autant plus que Marion Maréchal Le Pen représente effectivement un courant mais pour l’instant sans parti et sans intention de se présenter en 2022. Par contre elle peut nuire à Marine Le Pen.

La nouvelle de leur rencontre a aussitôt suscité de nombreuses réactions.

«Bruno Roger-Petit est passé par un ami pour me proposer de me rencontrer», explique au Monde l’ex-députée du Vaucluse, qui se dit intriguée par cette entrevue. «J’ai accepté : je ne refuse jamais de discuter par principe. Surtout que j’étais assez curieuse de connaître celui qui s’amusait à me traiter de nazie toutes les deux semaines quand j’étais députée», ajoute Marion Maréchal-Le Pen.

 

Également contacté, Bruno Roger-Petit n’a pas nié avoir rencontré Marion Maréchal, mais souligne que ce rendez-vous n’a eu lieu qu’«à titre personnel» : «Je voulais savoir ce qu’elle avait à dire et si elle était en résonance avec l’état de l’opinion – ce qui n’est pas le cas. J’ai dû constater que nous étions en désaccord», a précisé le conseiller. On a de la peine à croire qu’il ne le savait pas avant !

 «Il y a des gens qu’on ne  »sonde » pas  »à titre personnel », on les combat à titre collectif. Marion Maréchal et toute sa clique en font clairement partie» a par exemple réagi Astrid Panosyan, co-fondatrice du mouvement En Marche! sur Twitter.

 

 «Le prétendu  »nouveau » monde est en train de basculer vers du très très rance» s’est émue Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture de François Hollande.

Politique– Macron : pensée complexe ou pensée confuse ?

Politique– Macron : pensée complexe ou pensée confuse ?

 

Il ne manque pas de journalistes complaisants pour vanter la pensée complexe de Macron. Une très longue interview dans l’Express donne encore à des admirateurs zélés d’en faire la démonstration. La vérité sans doute ce qu’ils confondent pensée complexe et pensée confuse. Exemple ce fumeux concept de privilèges de l’homme  blanc sur tous les autres mettant dans le même panier toutes les origines étrangères, comme si on pouvait confondre les conditions d’intégration et d’assimilation des populations asiatiques par exemple avec d’autres.

Essentialiser ainsi relève de la caricature pour faire plaisir à certaines minorités agissantes. Pour appuyer sa démonstration, Macron prend son propre exemple comme s’il était représentatif de la population moyenne française. Il doit sans doute ignorer ce que vivent certains Français dont le ménage doit se contenter d’un revenu au SMIC avec deux ou trois enfants dans un HLM de banlieue. Il y a un monde socio économique entre cette population et le jupitérien Macron dont le seul mérite a été de profiter d’amitiés proches du pouvoir.

Notons que s’il a réussi à l’école normale d’administration ( l’école du bla-bla) il  a par contre échoué à l’école normale supérieure en raison de son insuffisance en lettres !

Autre exemple de la pensée confuse de Macron quand il condamne la société de l’émotion permanente. Lui qui au moindre fait économique, social,  sociétal ou tout simplement divers se précipite sur l’événement pour en rajouter une couche et surtout paraître renforçant ainsi précisément le caractère émotionnel du fait en cause.

Jamais un président de la république n’a été aussi présent dans la sphère médiatique, jamais un président n’a confondu autant sa fonction, avec celle de premier ministre, de ministre et de directeur d’administration. Si Macon a apporté une contribution au domaine intellectuel, c’est avec son fameux en même temps. Une formule qui permet de tout dire et l’inverse. Et qui justifie tout autant son immobilisme politique que sa pensée fumeuse et contradictoire.

 

Macron critique encore les Français

Macron critique encore les Français

 

Une nouvelle fois Macron dans un long papier de l’express reporte la responsabilité de l’immobilisme sur les Français. Une manière de changer de statut. Macron se comporte davantage en commentateur qu’en président. On attend en effet encore son projet à long terme. Il est sans doute plus facile d’imputer la responsabilité des faiblesses aux Français que de préciser sa vision et sa stratégie de transformation.

De ce point de vue, il est évident que Macon ne parviendra plus engager la moindre réforme du fait qu’il pratique le même temps avec un pas en avant puis un pas en arrière.

« Ne  vous trompez pas: le camp de la défaite, des corporatistes, des égoïstes a toujours été très fort dans le pays. » Déclare-t-il. Il poursuit plus tard: « Un défaitisme est là depuis longtemps et sa responsabilité est énorme ».

« Ceux qui ont de l’ambition pour le pays, qui veulent relever le gant, qui croient en la grandeur, n’ont jamais été la majorité. L’esprit de capitulation, les gens qui doutent sont légion », prolonge-t-il. Emmanuel Macron ajoute alors: « Je pourrais vous renvoyer à Marc Bloch. Il y a une immense trahison des clercs dans ce malaise français que j’évoquais. »

Le problème est en effet que Macron incarne parfaitement ces clercs qui parlent, qui parlent mais n’agissent pas.

Et de s’attaquer au monde intellectuel « Beaucoup d’intellectuels n’ont pas su penser un avenir français durant ces décennies de crises », accuse d’ailleurs le chef de l’État qui développe: « L’élite économique s’est mondialisée, ce qui aurait pu être une excellente chose si cela avait consisté à aller tirer le meilleur de l’étranger pour le ramener chez nous. Sauf qu’elle est partie! Elle s’est nomadisée, elle est devenue de nulle part. »

Un charabia abscons et en plus populiste quand il affirme: « Mais le monde change, la génération qui est là n’est pas celle d’hier. Les patriotes sont de plus en plus nombreux », .

Macron : président ou commentateur dans les médias

  • Macron : président ou commentateur dans les médias

Une nouvelle fois,  le président est le champion des personnalités les plus médiatisées il dépasse par exemple les footballeurs MBappé et Neymar. Pas étonnant puisqu’il occupe régulièrement la petite lucarne non seulement pour exercer le rôle de président, mais aussi ceux  le Premier ministre, de ministre, de directeur d’administration enfin celui de journaliste commentateur.

Chaque jour pratiquement,  le président s’offre une sortie médiatique. Sa principale occupation consiste à commenter l’actualité comme un journaliste. Ainsi hier encore au fort de Brégançon où il se repose il n’a pu s’empêcher de faire un laïus à propos de ces français gaulois qui refusent la réforme. Et d’affirmer que seule une minorité- dont lui évidemment- sont pour des changements profonds. Un commentaire qui n’apporte strictement rien et qui se contente de reporter la responsabilité sur d’autres. Une espèce de bla-bla pseudo intellectuel typique de l’ENA qui consiste à parler, parler toujours,  pour ne rien dire. Dans ce palmarès des personnalités toutes activités confondues Angela Merkel occupe seulement la place de 15e. Il faut reconnaître que Merkel préfère l’action discrète et responsable aux propos verbeux, confus voire provocateur de Macon.

Le classement des politiques ressemble au classement général (Macon, Trump, Philippe, Véran) tant les décideurs ont été présents dans l’actualité cette année. Dans l’ensemble, l’attention des médias s’est assez nettement recentrée sur des personnalités politiques françaises (69%, en hausse de 8 points sur un an). Les ministres de la Santé (Olivier Véran), de l’Economie (Bruno Le Maire), de l’Education nationale (Jean-Michel Blanquer) progressent. De même que celui de l’Intérieur Gérald Darmanin, très présent dernièrement dans le cadre des débats sur la loi « sécurité globale » et son article 24.

Crise : Emmanuel Macron est « archaïque »(maire de Cannes)

Crise : Emmanuel Macron est « archaïque »(maire de Cannes)

Le maire de Cannes s’était exprimé avant la dernière intervention de Macron pour condamner l’archaïsme du pouvoir. Une déclaration qu’on pourrait reprendre aujourd’hui au moment où devrait être annoncé un nouveau reconfinement. La déclaration du maire de Cannes sur RTL :

 

« Dès leçons auraient dû être tirées du printemps. « Le gouvernement aurait dû travailler cet été, ce qu’il n’a pas fait, pour anticiper les différents scénarios et que les règles soient claires », dit-il. « La politique c’est par définition l’appréhension de la crise. Aujourd’hui, la difficulté c’est de recréer de la visibilité dans de l’incertain », ajoute-t-il.

« Le fait qu’on attende ainsi la parole du président révèle à mon avis l’obsolescence du régime », poursuit David Lisnard qui dénonce une « théâtralisation » et une « hypercommunication ». « On peut mieux lutter contre la maladie en ciblant autour des cas contagieux, qu’on n’a pas su tracer parce qu’on s’est fait bouffer par des procédures bureaucratiques« , estime le maire de Cannes.

Un excès de « bureaucratie »

« On a eu un excès de ce qui était bureaucratique, c’est-à-dire les auto-attestations, les autorisations de sortie. On est le seul pays d’Europe, où tous les jours on passe notre temps à faire de la bureaucratie pour aller acheter sa baguette ou sortir son chien », déclare l’élu. « La crise révèle un système qui n’est pas adapté à la bonne gestion publique« , explique encore David Lisnard.

 

Selon le maire de Cannes, « aujourd’hui on a, au sommet de l’État, des personnes qui sont l’archétype d’un système archaïque« , tout comme Emmanuel Macron. « Le système des élites qui nous gouverne est très conformiste », conclut-il. 

 

Macron : Fin de l’isolement sanitaire, début de l’isolement politique

Macron : Fin de l’isolement sanitaire, début de l’isolement politique

 

 

Macron sort  de l’isolement sanitaire mais va s’engager pour le temps qui lui reste dans une période particulièrement complexe et dangereuse. Il aura en effet à justifier un bilan économique assez catastrophique puisque par exemple la baisse de la croissance en France 2020 aura été à peu près le double de celle de l’Allemagne. Mécaniquement le chômage a suivi. Surtout ce chômage va s’amplifier de manière considérable en 2021. En 2020,  on a déjà perdu 700 à 800 000 emplois et en 2021 on atteindra sans doute 1 million supplémentaire.

 

Politiquement Macron va voir se décomposer progressivement sa majorité. Les alliés vont se montrer de plus en plus critiques et au sein même d’EN MARCHE les défections vont s’ajouter aux déceptions chez les députés dont la plupart vont hésiter à se présenter avec l’image du parti présidentiel.

 

On reprochera aussi à Macron sa gestion très contradictoire de la crise sanitaire alternant laxisme et étatisme. Pour parler clair, le temps n’est plus aux réformes mais à la justification du passé. Sur ce terrain, Macron sera de plus en plus isolé.

 

“Durant la maladie, il a pu rester mobilisé sur les principaux dossiers d’actualité de notre pays et tenir conseils et réunions prévus. Il poursuivra de la même manière son action dans les heures et jours à venir”, a précisé l’Elysée dans un communiqué très neutre qui traduit sans doute un peu l’expectative de l’Élysée.

Identité nationale : un « en même temps douteux » de Macron

Identité nationale : un « en même temps douteux » de Macron

Un inquiétant patchwork où le chef de l’Etat multiplie les références à des personnages historiques ennemis de la République : c’est ainsi que le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, commente, dans une tribune, l’interview d’Emmanuel Macron à « L’Express ».

Tribune Dans une interview fleuve publiée le 22 décembre par l’hebdomadaire L’Express, Emmanuel Macron a remis en selle l’idée naguère portée par MM. Sarkozy et Fillon d’organiser des débats sur l’« identité nationale ». Certes, l’expression semble, dans son propos, critiquée. Toutefois, elle ne l’est pas sur le fond mais uniquement en ce qu’elle était porteuse de trop de « polémiques ». En outre, la filiation sur ce point avec Nicolas Sarkozy est revendiquée par l’actuel chef de l’Etat.

Alors, dans un étonnant patchwork, on verra émerger la question de la place des personnes issues de l’immigration et la nécessité réaffirmée de se projeter dans la construction européenne. Mais, plus fondamentalement, que de clins d’œil douteux faisant écho à des propos déjà tenus ou à des actes déjà posés sous ce quinquennat !

L’on apprend ainsi qu’il faut pouvoir dire que Pétain fut un grand soldat en 1917. On se demande bien qui le nie. Et cela est d’autant moins nié que le crime de Pétain – la Collaboration et son lot de morts, de trahisons, de déportations et d’exactions – fut précisément facilité par le prestige qu’il avait acquis durant la Grande Guerre.

Pétain n’a plus à être honoré

Sans le Pétain de 1917, il n’y a pas de Pétain de 1940. Alors, si le Pétain de 1917 fut un grand soldat (même si sa stature d’alors relève aussi d’une construction politique et historiographique), du fait qu’il a usé de cette grandeur pour mieux trahir son pays et la République, cette grandeur n’a plus à être honorée. Il y a bien longtemps qu’elle a été souillée par les balles, allemandes ou françaises, qui abattirent Jean Zay, Georges Mandel, Victor Basch, Missak Manouchian et tant d’autres. Bien longtemps que les flammes des fours de Birkenau ont rendu indécente sa célébration.

L’on apprend également dans cette interview qu’il ne faut pas faire comme si Charles Maurras n’avait pas existé. Là encore, qui fait comme si ce détestable concepteur de la notion d’« antisémitisme d’Etat » n’avait pas existé ? Que signifie cette expression? Faut-il y voir un lien avec l’inscription de Charles Maurras au calendrier officiel des commémorations de l’année 2018 pour les 150 ans de sa naissance ?

On lit également l’emploi de la notion d’« Etat légal ». Etrange expression qui, en écho au « pays légal » honni par Maurras qui célébrait le « pays réel », montre que, décidément, Maurras n’est pas oublié. Pour notre part, comment pourrions-nous oublier celui qui considérait que la disparition de la République en 1940 était une « divine surprise » ? Ou qui, durant des années, dénonça les « quatre Etats confédérés » dont il fallait détruire l’influence néfaste sur la France : les juifs, les métèques, les protestants et les francs-maçons ?

 

 

Macron : pensée complexe ou pensée confuse ?

Macron : pensée complexe ou pensée confuse ?

 

Il ne manque pas de journalistes complaisants pour vanter la pensée complexe de Macron. Une très longue interview dans l’Express donne encore à des admirateurs zélés d’en faire la démonstration. La vérité sans doute ce qu’ils confondent pensée complexe et pensée confuse. Exemple ce fumeux concept de privilèges de l’homme  blanc sur tous les autres mettant dans le même panier toutes les origines étrangères, comme si on pouvait confondre les conditions d’intégration et d’assimilation des populations asiatiques par exemple avec d’autres.

Essentialiser ainsi relève de la caricature pour faire plaisir à certaines minorités agissantes. Pour appuyer sa démonstration, Macron prend son propre exemple comme s’il était représentatif de la population moyenne française. Il doit sans doute ignorer ce que vivent certains Français dont le ménage doit se contenter d’un revenu au SMIC avec deux ou trois enfants dans un HLM de banlieue. Il y a un monde socio économique entre cette population et le jupitérien Macron dont le seul mérite a été de profiter d’amitiés proches du pouvoir.

Notons que s’il a réussi à l’école normale d’administration ( l’école du bla-bla) il  a par contre échoué à l’école normale supérieure en raison de son insuffisance en lettres !

Autre exemple de la pensée confuse de Macron quand il condamne la société de l’émotion permanente. Lui qui au moindre fait économique, social,  sociétal ou tout simplement divers se précipite sur l’événement pour en rajouter une couche et surtout paraître renforçant ainsi précisément le caractère émotionnel du fait en cause.

Jamais un président de la république n’a été aussi présent dans la sphère médiatique, jamais un président n’a confondu autant sa fonction, avec celle de premier ministre, de ministre et de directeur d’administration. Si Macon a apporté une contribution au domaine intellectuel, c’est avec son fameux en même temps. Une formule qui permet de tout dire et l’inverse. Et qui justifie tout autant son immobilisme politique que sa pensée fumeuse et contradictoire.

 

Macron victime d’un Covid intellectuel

Macron victime d’un  Covid  intellectuel

 

 

Une nouvelle fois Macon revient sur certains problèmes sociétaux qui révèlent une idéologie confuse, molle et contradictoire. Presque une réflexion de bistrot  sans grande élévation intellectuelle. Bref du bla-bla confus d’un énarque capable d’affirmer tout et le contraire dans la même phrase, le même paragraphe grâce aux magiques « en même temps » ! Une sorte d’analyse psychosociologique voire psychiatrique inspirée de madame soleil.

Emmanuel Macron revient dès la première question sur l’expression de «gaulois réfractaire» qu’il avait utilisée en août 2018 pour comparer les Français aux Danois et vanter leur modèle social réformiste. .«Nous ne sommes pas un pays qui se réforme comme les pays anglo-saxons, scandinaves, ou l’Allemagne, nous sommes un pays qui se transforme», théorise-t-il, ajoutant qu’il «aime cette tension créatrice»…… et sans doute aussi les manifs du samedi !

 

 Dès que quelque chose ne va pas, on le reproche à l’État. L’État est tenu responsable de nos malheurs. Quand un problème surgit, les élus locaux dénoncent les manques ou les faiblesses de l’État, mais chacun se tourne vers l’État quand l’urgence ou la gravité sont là». Avant d’affirmer, optimiste, que «ces doutes sont une énergie politique très rare». Une « névrose » ajoute-t-il en pensant peut-être à la sienne.

 

 «Le jour où on a dit à la France qu’elle était une puissance moyenne, quelque chose de grave a commencé. Ce n’était pas vrai, et les Français ne pouvaient pas se vivre comme cela», regrette-t-il,

 

«Ce doute existentiel en nous, nous avons tenté de le dépasser par le rêve européen et ce fut la grande intuition de François Mitterrand. Mais le référendum de 2005 et les divisions lors de la crise de 2007 sont passés par là et chacun s’interroge : l’Europe nous rend-elle plus grands ou est-ce une machine qui nous oppresse il veut

: «non plus une Europe-marché mais une Europe géopolitique, une Europe de projet». En réaffirmant le vœu paradoxal – et typiquement macronien — de «retrouver la force et le sens d’une souveraineté qui ne soit ni repli ni conflictualité, mais qui puisse s’appuyer sur une autonomie stratégique européenne indispensable».

 

 

Emmanuel Macron a dit craindre le «relativisme» et «l’obscurantisme», dévoiements du «doute» qui lui, «peut être moteur de progrès et de connaissance». En cause, «l’écrasement des hiérarchies induit par la société du commentaire permanent : ….Autant de symptômes d’une société qui «s’horizontalise». Et plus profondément, d’une crise de la démocratie. Sur ce point, Emmanuel Macron ose une surprenante illustration. S’il admet que l’État doit recréer de la confiance et ne plus donner l’impression de changer «les textes et les lois, plus que la vie des Français», le chef de l’État précise «qu’à ce titre, le deuxième confinement a été un exemple d’efficacité»!

 

 

À propos de la société victimaire , il déclare : «, nous assistons à une forme de primat de la victime. Son discours l’emporte sur tout et écrase tout, y compris celui de la raison», juge-t-il.

 «Par conséquent, celui qui a tenu un discours antisémite ou a collaboré tombe forcément dans le camp du mal radical. Je combats avec la plus grande force l’antisémitisme et le racisme, je combats toutes les idées antisémites de Maurras mais je trouve absurde de dire que Maurras ne doit plus exister», distingue Emmanuel Macron, avant de revenir sur Pétain. «Je me suis construit dans la haine, dans le rejet de l’esprit de défaite et de l’antisémitisme de Pétain mais je ne peux pas nier qu’il fut le héros de 1917 et un grand militaire. On doit pouvoir le dire. À cause de la société de l’indignation, qui est bien souvent de posture, on ne regarde plus les plis de l’Histoire et on simplifie tout». En 2018, devant les protestations, il avait néanmoins fini par renoncer à inclure Pétain dans l’hommage national.

 

En matière d’identité nationale, Macon préfère la république plurielle. Emmanuel Macron précise l’importance d’une «aventure française» à laquelle se raccrocher et l’exigence d’une certaine intégration : «ma matrice intellectuelle et mon parcours (!)  doivent beaucoup à Jean-Pierre Chevènement et à une pensée républicaine» confie-t-il, avant de rendre hommage à Nicolas Sarkozy. «Au fond, son intuition il y a dix ans était bonne même s’il me semble que la formule ‘d’identité nationale’ était sujette à trop de polémiques». Invité à préciser sa vision de cette identité française, le résident de la Lanterne a d’abord rejeté tout critère d’appartenance trop stricte : «Il me semble qu’être français, c’est d’abord habiter une langue et une histoire, c’est-à-dire s’inscrire dans un destin collectif». Avant d’ajouter que «c’est aussi une citoyenneté définie par des valeurs ‘liberté, égalité, fraternité, laïcité’ qui reconnaissent l’individu rationnel libre comme étant au-dessus de tout», et de rejeter toute «approche par le sang».

 

 «la République est plurielle», explique-t-il, avant de préciser que «l’erreur c’est affirmer qu »au fond, vous n’aimez pas la France si vous choisissez des prénoms qui ne sont pas vraiment français’». «Quand vous parlez l’arabe à la maison, que votre famille vient des rives du fleuve Congo, que vous possédez une histoire qui ne se noue pas entre l’Indre et la Bretagne, vous avez une singularité qui importe et il faut pouvoir la reconnaître. Chacun doit pouvoir vivre entre plusieurs horizons culturels», continue-t-il,.

 

Et de conclure avec le très flou concept de privilège blanc qui met toutes les origines étrangères dans le même panier, une belle manière d’ignorer les spécificités et les degrés d’intégration voire d’assimilation bref du bla-bla d’oral de l’ENA où il faut équilibrer son propos avec des dorures approximatives pour masquer la pauvreté du contenu et son ambiguïté.

« Les failles affectives de Macron qui remettent en cause les résultats de son intelligence »

  • « Les failles affectives de Macron qui remettent en cause les résultats de son intelligence »
  •  L’ancien ministre de la Culture de Nicolas Sarkozy, Jack Lang livre dans l’Opinion ses vérités sur cette période d’épidémie, où la fragilité de nos vies s’est rappelée à nous.
  • Que révèle de la société française la crise sanitaire sans fin que nous traversons ?
  • Que la relation du pouvoir avec les citoyens demeure très paternaliste. Le pouvoir traite les citoyens comme de grands enfants. Les citoyens, très disciplinés, obéissent à ce qu’on leur dit de faire. Le fait qu’Emmanuel Macron se prenne pour le roi de France, qu’il ait cette nostalgie, alimente ce côté paternaliste. Ce n’est pas à lui d’expliquer tout le temps ce que l’on doit faire, comme s’il était le roi qui guérissait les écrouelles. Imagine-t-on De Gaulle ou Mitterrand donner les détails à la télévision du déconfinement ? On est toujours dans la même relation avec les présidents de la République (mais peut-être que ce sont les institutions qui le veulent) : tout procède d’eux, tout remonte à eux. Soit ils nous bluffent, soit on les haït. Ce rapport me semble dangereux.
  • Que vous inspire, après plus de trois années et demie à l’Elysée, le président Macron ?
  • En fait, je ne sais pas. Au début, j’étais totalement séduit. Je trouvais le côté adolescent qui prend la ville assez formidable. Ses premiers pas m’ont laissé pantois. Et puis après, il y a eu cette succession de petites phrases terribles, qui ont trahi autre chose. Quand il a violemment remis à sa place un jeune qui l’avait appelé « Manu » [« Tu m’appelles Monsieur ou Monsieur le président de la République. Et tu fais les choses dans le bon ordre : le jour où tu veux faire la révolution, tu apprends d’abord à avoir un diplôme et à te nourrir toi-même»], j’ai imaginé comment François Mitterrand aurait réagi. Emmanuel Macron a un amour de lui-même trop intense. Ses qualités intellectuelles sont remarquables, son énergie et son désir de bien faire évidents. Il montre une vraie résilience face à la série de crises sans précédent qu’il affronte depuis le début de son quinquennat. Mais il a des failles affectives qui viennent remettre en cause les résultats de son intelligence. Peut-être les compensera-t-il avec l’âge ? Il a la chance d’avoir à ses côtés une épouse très sympathique, qui est sa seule amie, et qui sans doute l’aide beaucoup. La haine qu’il récolte est la résultante de sa demande d’amour. Cela dit, Emmanuel Macron ne m’a jamais vu, ni parlé. Il y a chez moi certainement une part de déception personnelle, un sentiment pas très noble. Je ne suis pas le seul dans ce cas. Il y a eu un désir chez lui de passer l’aspirateur et de se débarrasser de tout le passé. Je sens le soufre pour lui. Stéphane Bern, qui est adorable, est consensuel ; moi, je le suis moins. Les gens clivants dans le domaine culturel, cela l’embête.
  • Est-il un président de droite ou de gauche ?
  • C’est un président d’ordre. C’est ce que disait Marguerite Duras : « Il est comme tous les gens de droite, il est fasciné par les gens de gauche ». Les gens de droite, ce qui les empêche de dormir, c’est la résilience de la gauche. Quand il va chez Philippe de Villiers, affiche une relation d’amitié avec lui, il montre qu’il y a en lui une connivence avec ce que cela représente, le côté scout. Parallèlement, il a à ses côtés un socialiste sincère comme Jean-Yves Le Drian. Emmanuel Macron donne plus de questions que de réponses.
  • L’Elysée a annoncé qu’après l’année De Gaulle, ce serait l’année Mitterrand. Le chef de l’Etat lui rendra hommage à plusieurs reprises. Qu’ont en commun Emmanuel Macron et François Mitterrand ?
  • La réponse la plus facile, ce serait « rien », mais je ne pense pas que cela soit vrai. Ils ont une curiosité intellectuelle commune, notamment vis-à-vis de leurs homologues étrangers. Ils savent se projeter sur la scène internationale et construire des relations fortes avec leurs interlocuteurs. Ce point commun s’explique par la haute idée que tous les deux se font de leur fonction, peut-être biaisée par leur narcissisme. Mais Mitterrand a été élu à un âge avancé. Il avait eu assez d’expérience, d’échecs dans la vie pour avoir un narcissisme plus raisonnable. La comparaison qui vient immédiatement à l’esprit est celle avec Valéry Giscard d’Estaing : le Président aimé, séduisant, qui rapte la République comme un séducteur emmenant la jeune fille dans son château, l’intelligence exceptionnelle, le désir de bien faire, la façon dont tout se retourne… Mais j’avais le sentiment que Giscard d’Estaing, que je voyais de temps en temps, ne l’aimait pas beaucoup.
  • «A l’Elysée, sous Sarkozy, passer de Claude Guéant à Jean Castex, cela a été vraiment autre chose. On passait du croque-mort de Lucky Luke au type hyper sympa. Jean Castex est courageux, il incarne la droite civilisée, si le terme existe»
  • Dans Une drôle de guerre, vous êtes plus sympathique avec Edouard Philippe ou Bruno Le Maire…
  • Heureusement que Bruno Le Maire est là. Il donne le sentiment de tenir à bout de bras notre économie. Je l’ai beaucoup pratiqué quand j’étais ministre. C’est un mec très sérieux. Il arrive assez bien à être à la fois solidaire du gouvernement, fidèle au Président et en même temps à faire entendre sa propre personnalité.
  • « Que de bons souvenirs lorsqu’il était à l’Elysée et que j’avais affaire à lui. Sympa, solide. Perdu de vue et revoilà », rapportez-vous au sujet de Jean Castex, que vous avez connu secrétaire général adjoint de Nicolas Sarkozy.…
  • A l’Elysée, passer de Claude Guéant à Jean Castex, cela a été vraiment autre chose. On passait du croque-mort de Lucky Luke au type hyper sympa. Quand il a été nommé à Matignon, j’ai cru que ce serait le Pompidou de Macron. Mais ce n’est pas cela. Il est courageux, incarne la droite civilisée, si le terme existe. J’espère que le côté sacrificiel sera mis à son crédit. Avec lui, Emmanuel Macron aura un type très loyal. Il sera le soutier du Président, dans la tradition des Premiers ministres sous la Ve République.
  • Autre remarque au détour d’une page : « Sarkozy embrasse Macron pour mieux l’étrangler »…
  • On sent tellement qu’il a envie de revenir. Il se dit que si c’est le chaos, entre l’incapacité de la droite à se mettre d’accord sur un candidat et la folie de la gauche qui court désespérément derrière Anne Hidalgo, il peut avoir une partition à jouer. Contrairement à ce que certains ont pensé, je ne partageais pas la vision du monde politique de Nicolas Sarkozy. Mais il a toujours été impeccable avec moi. Lui si interventionniste, il m’a laissé tranquille à la Culture. Récemment, je suis allé le voir et je le lui ai dit. Je crois qu’il en a été touché. On a une relation presque familiale.
  • « Presque tous les évènements qui dessinent l’aventure de ce siècle ont été pour les contemporains des surprises presque totales.» Cette citation de René Rémond figure en exergue de votre livre. C’est ce à quoi il faut s’attendre pour la présidentielle de 2022 ?
  • L’irrationnel est devenu la règle. Cette épidémie nous l’a rappelé. L’ampleur des destructions morales, citoyennes introduites par ce virus est impossible à imaginer pour l’instant. Que sortira-t-il de tout cela ? Aujourd’hui, je voterais Emmanuel Macron tout de suite malgré mes réticences.
  • Comment jugez-vous Roselyne Bachelot à la Culture ?
  • Très bien. Même si elle ne gagne pas tous les combats qu’elle mène, elle a réussi à tisser un pacte de confiance avec le monde culturel, chez qui la confiance peut être une donnée assez évanescente.
  • Le monde culturel peut-il se relever de la crise qu’il vit ? Quelles seront les conséquences ?Ce qui se passe est épouvantable. Je pense tout le temps aux artistes, comédiens, directeurs de salle, comme Laurent Bayle, le directeur de la Philharmonie de Paris, qui doivent se battre face à mille vents. Beaucoup prennent des initiatives pour mettre en ligne leur production, mais rien ne peut remplacer le spectacle vivant. On ne pourra jamais en faire une visioconférence. Et puis c’est toute la structure de la ville, vidée de son âme, qui s’en ressent. Pour l’instant, on le supporte, on fait le dos rond. Mais dans quel état le monde culturel sortira-t-il de tout cela ? Je n’ai pas la réponse.
  • Dans Le temps des tempêtes, Nicolas Sarkozy écrit : « Au ministère de la Culture, qui dispose d’un petit budget et d’une administration faible et fragmentée, le manque de charisme public devient rapidement un immense problème ». Etes-vous d’accord ?
  • C’est son côté paillettes ! S’il y a eu deux grands ministres de la Culture, Malraux et Lang, d’autres ont fait des choses et ne doivent pas être oubliés : Jacques Duhamel, Michel Guy qui, si Valéry Giscard d’Estaing ne l’avait pas sacrifié face à Raymond Barre, serait devenu son Jack Lang, Renaud Donnedieu de Vabres… Un bon ministre de la Culture est d’abord un ministre qui a des idées, parvient à les mettre en œuvre. Et puis s’il a du charisme, il s’impose. Quel Français connaissait Jack Lang quand il a été nommé ?

Écologie: le référendum de Macron, gros coup de com’

Écologie: le référendum de Macron, gros coup de com’

 

C’est évidemment un énorme coup de com’ cette proposition de référendum concernant la constitution pour y intégrer les préoccupations écologiques qui par parenthèse y figurent déjà avec la charte de l’environnement de Chirac de 2005 qui a valeur constitutionnelle.

 

Comme tous référendum, le risque est à double tranchant. Il peut mettre en difficulté l’opposition mais aussi ce retourner contre le chef d’État. En effet l’intégration dans la constitution ne changera strictement rien.

Ce que recherchent Macron c’est d’une part de faire semblant de donner satisfaction à la fameuse convention citoyenne qui se rebelle contre les abandons du gouvernement en matière écologique, d’autre part surtout d’obtenir un plébiscite sur une question sans enjeu pour compenser son manque de soutien politique dans la population.

Bref une manœuvre habituelle qui va être détaillée, analysée quant à son enjeu réel et pourrait se retourner contre le chef de l’État.

Élection présidentielle de 2022 : les Républicains avec ou contre Macron ?

Élection présidentielle de 2022 : les Républicains avec ou contre Macron ?

 

La situation ne paraît guère confortable pour les Républicains par rapport à la future élection présidentielle. En effet, certains républicains ont déjà rejoint Macron au gouvernement. Théoriquement ,le groupe parlementaire républicain demeure dans l’opposition. Le problème fondamental est celui de l’homme ou de la femme susceptible d’incarner le rassemblement à droite. Or actuellement aucun leader ne parvient réellement à s’imposer sauf sans doute Sarkozy mais empêtré dans ses affaires politico-financières. On s’interroge de plus en plus à propos d’une candidature Macron. L’intérêt pour le parti républicain serait de faire partie de la majorité mais aussi de compter le groupe le plus puissant à l’assemblée nationale puisque les candidatures à la députation En marche risquent d’être balayées par l’opinion. Une manière de faire contrepoids à Macron et de le contrôler.

12345...80



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol