Archive pour le Tag 'climat'

Action climat : le cœur de la problématique pour l’élection de 2022

Action climat : le cœur de la problématique pour l’élection de 2022

 

Transport, logement, agriculture… A l’attention des candidats à la présidentielle, l’économiste Alain Grandjean et la physicienne Farah Hariri plaident, dans une tribune au « Monde », pour une série d’actions prioritaires à mettre en œuvre afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

 

Tribune.

 

L’envergure et l’intensité des inondations, les canicules et les incendies estivaux, la montée irréversible du niveau de la mer, le sévère rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, la poursuite de la croissance des émissions de CO2 et de méthane nous obligent à accélérer l’action climatique. Que faire ?

 

Nous avons formulé un plan en douze propositions d’actions prioritaires à mener en France. Il ne s’agit pas d’un catalogue dans lequel on pourrait piocher, mais d’un ensemble articulé pour réaliser l’objectif de neutralité carbone à 2050 que nous nous sommes donné. Nous avons la conviction que l’action climatique doit désormais être la colonne vertébrale du programme des candidats à l’Elysée. C’est également le chemin pour aller vers l’emploi pour tous, une meilleure santé publique et plus de justice sociale.

 

Les douze propositions, chacune à fort effet de levier, traitent, d’une part, des enjeux de gouvernance et de financement et, d’autre part, des enjeux sectoriels en se concentrant sur les secteurs les plus émissifs. Nous avons raisonné en fonction des priorités en matière d’émissions de gaz à effet de serre (GES) et d’importance en matière d’adaptation au changement climatique. Ce programme apporte des solutions nécessaires pour lever les freins culturels, économiques et politiques. Il doit être porté au plus haut niveau de l’Etat.

Nous demandons que le premier ministre rende compte mensuellement de l’évolution de l’action climatique et de ses indicateurs-clés. Un plan massif d’investissements de 2 % à 3 % du PIB annuel sera nécessaire. L’interprétation des règles budgétaires doit être adaptée de sorte que le montant de ce plan d’investissements ne soit pas comptabilisé dans le calcul du déficit public. Nous proposons qu’il soit financé par une facilité européenne dont la Banque centrale européenne (BCE) pourra assurer le refinancement. N’oublions pas que l’argent n’a pas le pouvoir de réaliser la transformation nécessaire à la transition ; c’est à l’Etat de fixer le cap et de lancer les opérations pour qu’ensuite la BCE mette l’argent à disposition. Nous proposons de conjuguer ce plan d’investissements avec une « taxonomie brune » afin d’identifier et de faire cesser les activités carbonées. Enfin, un signal-prix incitatif, calculé en fonction d’un score carbone, guidera les choix des agents économiques.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Climat : la France n’est toujours pas dans les clous pour atteindre ses objectifs en 2030

Face aux menaces de pénuries et aux tensions géopolitiques liées aux matériaux, il faut réinventer la politique industrielle française. Relocalisation, revalorisation et résilience doivent être au cœur de la transformation industrielle à conduire. Les entreprises devront, en plus, élaborer un plan d’arrêt des activités nuisibles au climat conformément à la « taxonomie brune ». Les semi-conducteurs étant des composants incontournables pour accélérer la transition énergétique, nous proposons dans cette nouvelle optique d’installer une usine de production de semi-conducteurs bas carbone en France, et de mettre l’intelligence artificielle (IA) au service de cette transformation. En effet, l’IA a son plein potentiel à jouer tant pour comprendre finement le problème climatique que pour élaborer des solutions de réduction des GES. Enfin, l’électricité française étant bas carbone, elle permet de développer une filière de production d’hydrogène bas carbone qui devra être fléchée vers des usages bien précis : industrie, kérosène de synthèse pour l’aviation, transports maritimes.

Afghanistan : Les talibans installent un climat de terreur

Afghanistan : Les talibans installent un climat de terreur

D’après des O.N.G. les talibans installent un climat de terreur. Leur  rapport documente une « litanie » de violations des droits humains : intimidation et répression des femmes, des défenseurs des droits de l’homme, représailles contre les fonctionnaires de l’ancien gouvernement, atteintes à la liberté d’expression. Basé notamment sur une dizaine de témoignages directs, le rapport couvre une période allant du 15 août, date de la chute de Kaboul aux mains des talibans, au 12 septembre.

« Conséquence du climat de peur engendré par la prise de pouvoir des talibans, de nombreuses Afghanes portent aujourd’hui la burka, s’abstiennent de sortir de chez elles sans un tuteur masculin et cessent certaines activités pour éviter violences et représailles », selon le rapport.

Climat et sécurité: Thèmes de l’Union économique du Sud

Climat et sécurité: Thèmes de l’Union économique du Sud

 

 

Neuf pays du Sud de l’Union européenne vont se réunir en Grèce, avec la participation de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, pour traiter des questions climatiques et sécuritaires. Seront traités aussi les questions migratoires et les rapports avec la Turquie.

Selon l’Elysée, la réunion sera l’occasion d’une «forme de retour d’expérience» sur le mécanisme européen de protection civile et «la nécessité d’avoir désormais recours plus directement à ce dispositif» mis en place il y a deux ans pour «renforcer notre force de frappe collective» contre les incendies. Le sommet d’Athènes devrait également déboucher sur la réaffirmation «d’engagements sur la lutte contre la déforestation et sur la gestion des forêts en Méditerranée et en matière de protection civile», selon la même source.

Environnement–Climat et marché : quelle compatibilité ?

Environnement–Climat et marché : quelle compatibilité ?

Face à l’idée prônée par le Prix Nobel Jean Tirole que la « bonne » économie consiste à combiner le jeu des intérêts particuliers, Benjamin Coriat , Économiste, développe dans son essai un modèle qui permettrait d’organiser une gestion durable et partagée des biens nécessaires à la vie de tous.( analyse du Monde, extrait)

 

 L’économiste Benjamin Coriat est l’un des principaux commentateurs et diffuseurs en France des idées d’Elinor Ostrom. L’Américaine, décédée en 2012, avait reçu le prix Nobel d’économie en 2009 pour ses travaux théoriques et empiriques sur la façon dont les communautés humaines gèrent ce que les Anglo-Saxons appellent les commons, et que l’on traduit en français de façon ambiguë soit par « les biens communs » (la nature, l’air, l’eau, le climat, l’énergie – tout objet dont l’appropriation par les uns prive les autres), soit par « le bien commun » au singulier (tout ce qui fait progresser le bonheur de l’humanité). Aussi son sang n’a-t-il fait qu’un tour lorsque Jean Tirole a publié, en 2016, Economie du bien commun (PUF), un essai dans lequel il tente de mettre ses travaux à portée du public. Pour le Prix Nobel d’économie (2014) en effet, « l’économie est au service du bien commun ; elle a pour objet de rendre le monde meilleur ».

Mais le fil rouge de son approche du bien commun n’en reste pas moins l’idée que la bonne économie consiste à combiner le jeu des intérêts particuliers. Or comme chacun cherche à obtenir un optimum de richesse pour lui-même, ce bien commun ne peut être atteint que sous ce que Tirole appelle le « voile de l’ignorance », qui empêche chacun d’agir rationnellement au mieux de ses intérêts, et permet aux marchés régulés d’atteindre un optimum collectif. Par exemple en incitant consommateurs et entreprises à accomplir la transition énergétique en organisant un marché du carbone où s’échangeraient des quotas de CO2.

C’est précisément ce que réfute Benjamin Coriat, pour qui le jeu, même régulé, des intérêts égoïstes ne peut que conduire à la catastrophe, et pour qui la justification de la recherche du bien commun par le « voile de l’ignorance » n’est qu’une pirouette rhétorique. Il est vrai que le cas du marché carbone européen tel qu’il a fonctionné jusqu’ici, décortiqué par l’auteur, n’est pas convaincant.

Aussi l’économiste préfère montrer que les solutions proposées par Elinor Ostrom restent le meilleur moyen d’éviter la catastrophe climatique. A savoir un modèle d’économie « polycentrée », qui permettrait à chaque niveau de collectivité humaine d’organiser à son échelle une gestion sobre, durable et partagée des biens nécessaires à la vie de tous, sans qu’aucune appropriation privée ni aucun niveau politique supérieur ou aucune « règle de marché » surplombante ne vienne l’entraver, mais plutôt l’appuyer.

Climat et marché : quelle compatibilité ?

Climat et marché : quelle compatibilité ?

Face à l’idée prônée par le Prix Nobel Jean Tirole que la « bonne » économie consiste à combiner le jeu des intérêts particuliers, Benjamin Coriat , Économiste, développe dans son essai un modèle qui permettrait d’organiser une gestion durable et partagée des biens nécessaires à la vie de tous.( analyse du Monde, extrait)

 

 L’économiste Benjamin Coriat est l’un des principaux commentateurs et diffuseurs en France des idées d’Elinor Ostrom. L’Américaine, décédée en 2012, avait reçu le prix Nobel d’économie en 2009 pour ses travaux théoriques et empiriques sur la façon dont les communautés humaines gèrent ce que les Anglo-Saxons appellent les commons, et que l’on traduit en français de façon ambiguë soit par « les biens communs » (la nature, l’air, l’eau, le climat, l’énergie – tout objet dont l’appropriation par les uns prive les autres), soit par « le bien commun » au singulier (tout ce qui fait progresser le bonheur de l’humanité). Aussi son sang n’a-t-il fait qu’un tour lorsque Jean Tirole a publié, en 2016, Economie du bien commun (PUF), un essai dans lequel il tente de mettre ses travaux à portée du public. Pour le Prix Nobel d’économie (2014) en effet, « l’économie est au service du bien commun ; elle a pour objet de rendre le monde meilleur ». 

Mais le fil rouge de son approche du bien commun n’en reste pas moins l’idée que la bonne économie consiste à combiner le jeu des intérêts particuliers. Or comme chacun cherche à obtenir un optimum de richesse pour lui-même, ce bien commun ne peut être atteint que sous ce que Tirole appelle le « voile de l’ignorance », qui empêche chacun d’agir rationnellement au mieux de ses intérêts, et permet aux marchés régulés d’atteindre un optimum collectif. Par exemple en incitant consommateurs et entreprises à accomplir la transition énergétique en organisant un marché du carbone où s’échangeraient des quotas de CO2.

C’est précisément ce que réfute Benjamin Coriat, pour qui le jeu, même régulé, des intérêts égoïstes ne peut que conduire à la catastrophe, et pour qui la justification de la recherche du bien commun par le « voile de l’ignorance » n’est qu’une pirouette rhétorique. Il est vrai que le cas du marché carbone européen tel qu’il a fonctionné jusqu’ici, décortiqué par l’auteur, n’est pas convaincant.

Aussi l’économiste préfère montrer que les solutions proposées par Elinor Ostrom restent le meilleur moyen d’éviter la catastrophe climatique. A savoir un modèle d’économie « polycentrée », qui permettrait à chaque niveau de collectivité humaine d’organiser à son échelle une gestion sobre, durable et partagée des biens nécessaires à la vie de tous, sans qu’aucune appropriation privée ni aucun niveau politique supérieur ou aucune « règle de marché » surplombante ne vienne l’entraver, mais plutôt l’appuyer.

Climat : changer les habitudes alimentaires

Climat : changer les habitudes alimentaires

 

Changer les habitudes alimentaires, ce que propose dans le Figaro (extrait) Sylvain Pellerin ,directeur de recherche Inrae et chef adjoint du département AgroEcoSystem.

 

- En France, quelle part représente l’agriculture dans nos émissions de gaz à effet de serre?

 

L’agriculture stricto sensu représente 19 % des émissions françaises mais contrairement aux autres secteurs, elle rejette assez peu de CO2, ce dernier provenant surtout de l’utilisation des engins agricoles. En effet, 51 % des émissions sont du méthane (un puissant gaz à effet de serre émis par les ruminants et par le stockage des effluents d’élevage), et 46 % du protoxyde d’azote dus à l’usage d’engrais azotés.

 

Pourra-t-on nourrir la France en 2050 tout en réduisant drastiquement ces émissions?

La France s’est dotée d’une stratégie visant la neutralité carbone en 2050, l’objectif étant alors de ne pas émettre plus que ce que les écosystèmes peuvent absorber. Cette stratégie est déclinée par secteurs: pour l’agriculture, il s’agit de réduire de moitié les émissions .

Climat : Quelle civilisation techniquement soutenable ?

Climat : Quelle civilisation techniquement soutenable ?

Dans l’industrie, sur la question du réchauffement climatique, le professeur d’économie Christian Le Bas démontre, dans une tribune au « Monde », qu’il est vain de vouloir opposer les low-tech aux high-tech, car il faut conjuguer les deux.

 

Christian Le Bas,Professeur d’économie à Esdes Institute of Sustainable Business and Organizations Lyon Business School et UR Confluence, Sciences & Humanités – Université catholique de Lyon

Tribune

Dans l’industrie, sur la question du réchauffement climatique, le professeur d’économie Christian Le Bas démontre, dans une tribune au « Monde », qu’il est vain de vouloir opposer les low-tech aux high-tech, car il faut conjuguer les deux.

Les travaux sur les types de technologies permettant d’affronter en particulier l’impérieuse question du réchauffement climatique et de créer les bases d’une (nouvelle) économie soutenable d’après-crise ont fait resurgir une polarisation des débats sur des positions extrêmes entre les partisans du tout low-tech et les tenants de toujours plus de high-tech. Dans son livre L’Age des low tech (Seuil 2014), Philippe Bihouix défend l’idée d’une civilisation techniquement soutenable.

La thèse centrale est que les solutions à la crise environnementale et sociale ne doivent pas être recherchées « dans toujours plus d’innovations, de hautes technologies, de métiers à valeur ajoutée, de numérique… » On doit « au contraire nous orienter, au plus vite et à marche forcée, vers une société essentiellement basée sur des basses technologies, nettement plus économes en ressources et maîtrisables localement ».

 

L’économie circulaire n’aurait pas plus de valeur écologique aux yeux de l’auteur. Le livre se caractérise également par une forte critique de l’innovation. Or, les secteurs de basses technologies peuvent être extrêmement innovants, contrairement à ce que le livre laisse supposer. Et toute innovation n’est pas (loin de là) high-tech !

Une autre attitude extrême est celle qui consiste à refuser, en quelque sorte par principe, les solutions low-tech. Un bon exemple de ce point de vue a été récemment fourni par Les Sept Ecologies, de Luc Ferry (L’Observatoire. 2021). L’auteur parle du « retour au low-tech », du « retour au terroir et au low-tech » , « du retour en arrière aux low-tech ». Celles-ci sont irrémédiablement associées au passé, or, rien n’est plus faux. Les low-tech nous sont contemporaines.

Des secteurs industriels entiers sont low-tech tels que le textile et l’habillement, et l’agroalimentaire. Luc Ferry voit dans les technologies low-tech des secteurs peu innovants alors que l’innovation technologique y est présente et rapide. Elle est ainsi associée à la production pour de nouveaux marchés, à l’amélioration de la qualité des biens, à l’adaptation aux nouveaux goûts.

Environnement–Une manifestation cyclonudiste pour le climat !

Environnement–Une manifestation cyclonudiste pour le climat !

 

Finalement la préfecture de Gironde a interdit une « manifestation cyclonudiste pour le climat, la biodiversité et les libertés » prévue dimanche 5 septembre à Bordeaux, rapportent auprès de l’AFP les organisateurs et la préfecture.

Les organisateurs, dont le Mouvement naturiste, ont annoncé dans un communiqué avoir déposé un référé-liberté au tribunal administratif. Ils appellent à un rassemblement de soutien dimanche à 14 heures au point de départ de la manifestation.  Les organisateurs ne précisent pas si ces soutiens devront manifester à poil !

Une manifestation cyclonudiste pour le climat !

Une manifestation cyclonudiste pour le climat !

 

Finalement la préfecture de Gironde a interdit une « manifestation cyclonudiste pour le climat, la biodiversité et les libertés » prévue dimanche 5 septembre à Bordeaux, rapportent auprès de l’AFP les organisateurs et la préfecture.

Les organisateurs, dont le Mouvement naturiste, ont annoncé dans un communiqué avoir déposé un référé-liberté au tribunal administratif. Ils appellent à un rassemblement de soutien dimanche à 14 heures au point de départ de la manifestation.  Les organisateurs ne précisent pas si ces soutiens devront manifester à poil !

Climat : le label bas carbone

Climat : le label bas carbone

 

Le label bas carbone est un outil de certification climatique qui permet d’encourager la réduction du carbone contre des attestations de compensation carbone correspondantes ( ce qui ne sera pas négligeable avec l’évolution de la taxe carbone qui va évoluer en nette hausse) . Ce label , dopté depuis 2019 pour atteindre les objectifs climatiques de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC), le Label bas-carbone est le premier cadre de certification climatique volontaire en France. Il garantit que les projets de réduction ou séquestration du carbone réalisés sur le territoire national contribuent correctement et de manière transparente à atteindre les objectifs grâce à des méthodes crédibles et vérifiées de comptabilisation des émissions des gaz à effet de serre (GES).

Le label a été élaboré par le ministère de la Transition écologique et solidaire, en lien avec le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et de nombreux autres partenaires (I4CEAdemeInstitut de l’élevageCNIELCNPFONF, ONG, etc.), pour inciter à changer les comportements et aider la transition en motivant les investissements pour une économie française bas-carbone.

 

L’agriculture peut s’engager dans le Label bas-carbone notamment en augmentant la matière organique des sols par différentes techniques agronomiques (agroécologie, agriculture de conservation). En élevage et en cultures végétales, il est possible d’utiliser l’agroforesterie, par exemple en plantant des haies, de valoriser les déjections animales (prairies permanentes, méthanisation), de réduire l’utilisation d’engrais chimiques par exemple en utilisant des plantes légumineuses. On peut aussi agir sur l’empreinte globale par exemple en limitant les importations d’aliments pour animaux. D’une manière générale, toutes ces initiatives ont un impact global sur l’environnement et la société (biodiversité, qualité de l’eau, de l’air et des aliments, santé).

Les exploitations pourront être accompagnées financièrement dans leurs projets certifiés Label bas-carbone par les entreprises ou collectivités locales qui souhaitent compenser leurs émissions de CO2 grâce à des « crédits carbone ». En définitive, le Label bas-carbone permet d’impliquer toute la société dans la lutte contre le changement climatique à travers des projets collaboratifs.

Le secteur forêt bois joue un rôle majeur en matière d’atténuation du changement climatique. La forêt est en effet capable de séquestrer le carbone présent dans l’atmosphère sous forme de CO2, grâce à l’activité de photosynthèse. Le carbone est ainsi stocké dans l’écosystème forestier et dans les produits bois obtenus après la récolte. Le secteur forêt bois permet également de limiter certaines émissions de CO2, en utilisant le bois en lieu et place de matériaux ou d’énergie plus émetteurs. Il s’agit des effets de substitution matériau et substitution énergie.

Le Label bas-carbone permet l’émergence de projets forestiers bénéficiant d’un bilan carbone amélioré par rapport à une situation de référence. Les cobénéfices apportés par les projets, en matière environnementale notamment (biodiversité, qualité des sols, de l’eau…) sont également valorisés. Trois méthodes forestières sont actuellement disponibles afin d’encadrer les projets forestiers : boisement, restauration de peuplements forestiers dégradés, et transformation de taillis en futaie.

Climat : d’agir dès maintenant

Climat : d’agir dès maintenant

 

 

Le dernier rapport du GIEC est la plus importante contribution scientifique sur le climat. C’est elle qui sera prise en compte lors du prochain grand sommet réunissant les dirigeants du monde entier. Par Eddy Pérez, Université de Montréal (*)

Le Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a présenté lundi 9 août le premier des trois rapports attendus d’ici 2022 dans le cadre de son sixième cycle d’évaluation du climat. Ces textes présentent la plus importante contribution sur l’état des connaissances actuelles sur la crise climatique, ses origines, ses causes, ses impacts, et les mesures de réponse à notre disposition.

Il s’agit d’un exercice rigoureux qui se tient à tous les cinq à six ans. Le rapport publié lundi a été approuvé par 234 auteurs et 195 gouvernements. C’est la plus importante contribution scientifique sur le climat et c’est elle qui sera prise en compte lors de la COP26 — ce grand sommet climatique qui aura lieu à Glasgow en novembre 2021. En 2022, le GIEC publiera deux autres rapports qui porteront sur les impacts des changements climatiques et sur les possibilités d’atténuation.

Essentiellement, ce rapport donne raison aux militants et activistes du climat, ainsi qu’à tous ces représentants des pays du Sud qui, en 2015, ont fortement insisté pour que les États membres de la Convention climatique de l’ONU s’engagent à garder la hausse des températures bien en deçà de deux degrés Celsius et, de préférence, à 1,5 degré Celsius, tel que stipulé dans l’Accord de Paris

Je suis directeur de la diplomatie climatique internationale du Réseau action climat Canada. Chargé de cours à l’Université de Montréal, j’enseigne la justice climatique et la coopération internationale. J’analyse et je suis les négociations climatiques internationales, surtout en ce qui concerne les obligations et responsabilités climatiques du Canada à l’échelle internationale, l’implantation des plans climatiques à l’échelle domestique et la finance climatique internationale.

Bien qu’une augmentation de la température de 1,5 °Celsius ait des conséquences bien pires que celles que l’on observe aujourd’hui, une telle hausse serait bien plus désastreuse à 2 °Celsius. Et le scénario deviendrait plus dangereux — et injuste pour les populations du Sud — si la température continuait d’augmenter au-delà des deux degrés Celsius. D’ailleurs, les vagues de chaleur extrêmes que le Canada et l’Amérique du Nord ont vécues cet été sont aujourd’hui 150 fois plus probables que depuis la fin du XIXe siècle.

Les conclusions de ce rapport permettent au GIEC d’être plus clair et plus incisif sur le lien direct entre l’activité humaine et le réchauffement climatique actuel. Le GIEC montre comment l’activité humaine a provoqué l’accélération du rythme du réchauffement au cours des quatre dernières décennies par rapport aux 80 années précédentes.

Image du Sommaire des décideurs (SPM.2) : Contributions évaluées au réchauffement observé en 2010-2019 par rapport à 1850-1900. a) : Réchauffement climatique observé (augmentation de la température de la surface de la planète) et sa plage très probable {3.3.1, encadré 2.3}. b) : Preuves issues des études d’attribution, qui synthétisent les informations provenant des modèles climatiques et des observations. Le panneau montre les changements de température attribués à l’influence humaine, aux changements dans les concentrations de gaz à effet de serre, aux aérosols, à l’ozone et au changement d’affectation des terres, aux facteurs solaires et volcaniques, et à la variabilité climatique interne. c) : Preuve de l’évaluation du forçage radiatif et de la sensibilité du climat. Le panneau montre les changements de température dus aux différentes composantes de l’influence humaine, notamment les émissions de gaz à effet de serre, les aérosols et leurs précurseurs, les changements d’affectation des terres et les traînées de condensation des avions. Les estimations tiennent compte à la fois des émissions directes dans l’atmosphère et de leur effet, le cas échéant, sur d’autres facteurs climatiques. Pour les aérosols, les effets directs (par rayonnement) et indirects (par interaction avec les nuages) sont pris en compte {6.4.2, 7.3}. IPCC (2021) Figure SPM.2

Nous pouvons constater nos empreintes digitales sur le système climatique. La science est en mesure de démontrer comment le réchauffement climatique actuel a rendu plus probables les incendies, inondations, tempêtes et vagues de chaleur que nous ressentons présentement. Nous vivons donc dans une planète avec un système climatique que nous avons altéré et qui est désormais moins stable.

L’Amérique du Nord, l’Europe, l’Australie, une grande partie de l’Amérique latine, l’Afrique australe occidentale et orientale, la Sibérie, la Russie et toute l’Asie connaissent déjà des températures extrêmes. L’accélération des changements dans les océans, les glaciers et les niveaux de la mer sont parmi les symptômes les plus visibles et les plus dramatiques de la crise climatique. Cette accélération se poursuivra même si le réchauffement causé par nos activités s’arrête.

Chaque augmentation de température, si petite soit-elle, aura des incidences sur la fréquence et l’intensité des phénomènes extrêmes. Ces derniers sont amplifiés avec chaque augmentation supplémentaire du réchauffement planétaire.

Changements prévus dans l’intensité et la fréquence des températures extrêmes sur terre, des précipitations extrêmes sur terre, et des sécheresses agricoles et écologiques dans les régions sèches. IPCC (2021)

S’il est vrai que certains changements dans le climat sont irréversibles, nous avons toujours le choix de mettre de l’avant des solutions audacieuses et responsables afin de protéger les populations des impacts les plus dévastateurs de cette injuste crise.

C’est d’ailleurs le message principal du Secrétaire général des Nations unies à la suite de la publication du rapport : « La viabilité de nos sociétés dépend des dirigeants des gouvernements, des entreprises et de la société civile qui exigeront des politiques, des actions et des investissements qui limiteront la hausse des températures à 1,5 °Celsius. »

Les différents scénarios

En 2015, les pays membres de la convention climat de l’ONU se sont donnés comme objectif de limiter l’augmentation de la température d’ici la fin du siècle à 2 °Celsius. Ils se sont aussi engagés à faire tout ce qui est possible pour que cette limitation ne dépasse pas la barre du 1,5 °Celsius.

Dans son rapport, le GIEC présente cinq scénarios différents pour illustrer comment les émissions peuvent augmenter pendant le reste du siècle. Dans tous ces scénarios, nous pourrions atteindre 1,5 °Celsius d’ici vingt ans. Cependant, dans les scénarios où les émissions seraient plus élevées, nous dépasserons plus rapidement l’objectif du 1,5 °Celsius au cours du siècle.

Changements prévus dans l’intensité et la fréquence des températures extrêmes sur terre, des précipitations extrêmes sur terre, et des sécheresses agricoles et écologiques dans les régions sèches. IPCC (2021)

En revanche, pour le scénario d’émissions le plus faible, le GIEC suggère que les températures augmenteront d’un peu plus de 1,5 °Celsius, avant de redescendre à la fin du siècle, à mesure que le carbone sera éliminé de l’atmosphère — ce qui est compatible avec l’objectif ultime de l’Accord de Paris.

Atteindre la carboneutralité

Le GIEC a donc confirmé l’importance de réduire rapidement les émissions de CO2, ainsi que celles des autres gaz à effet de serre pendant cette décennie et de paver la voie pour atteindre la carboneutralité vers 2050. Rien ne peut remplacer la réduction des émissions de gaz à effet de serre à la source.

 

S’il est vrai que les puits de carbone naturels — des réservoirs qui captent et stockent le carbone atmosphérique, comme les puits océaniques, la biosphère, les forêts et les tourbières — sont importants pour nous aider à atteindre le reste du chemin vers la carboneutralité, la quantité de carbone pouvant être absorbé par les écosystèmes et les océans est très limitée. Le GIEC émet même des réserves sur l’utilisation des technologies d’élimination de carbone artificielles qui peuvent avoir des incidences négatives importantes sur la qualité et la quantité de l’eau, la production alimentaire et la biodiversité.

Émissions anthropiques cumulées de CO₂ absorbées par les puits terrestres et océaniques d’ici 2100 selon les cinq scénarios illustratifs. IPCC (2021)

Limiter la hausse de température à 1,5 °Celsius ne sera pas facile. Mais, plus nous dépassons ce seuil, plus nous sommes exposés à de futurs risques imprévisibles et graves avec des points de bascule qui peuvent se produire à l’échelle mondiale et régionale. Le Secrétaire général de l’ONU a déclaré qu’aucune nouvelle centrale au charbon ne doit être construite après 2021. Il va sans dire que devons éliminer progressivement le charbon existant d’ici 2030, et tous les autres pays doivent suivre d’ici 2040 et mettre fin à toute nouvelle prospection et production de combustibles fossiles.

Le rôle du Canada

Le Canada doit réviser son plan climatique afin de s’assurer qu’il soit compatible avec cet objectif de réduction. Le pays n’atteindra pas ses objectifs climatiques sans un engagement clair visant à mettre fin à toute expansion du secteur pétrolier et gazier.

En 2018, le GIEC a d’ailleurs estimé que pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °Celsius, la production pétrolière mondiale devait diminuer d’ici 2030 de 37 % sous les niveaux de 2010 et de 87 % d’ici 2050.

Malgré ces conclusions claires, le Canada prévoit toujours une production de pétrole et de gaz bien plus importante en 2050 qu’en 2019. À lui seul, le secteur pétrolier pourrait émettre jusqu’à 200 Mt de CO2 le jour où il est censé atteindre la carboneutralité.

Le Canada est responsable de 2 % des émissions mondiales en moyenne, mais selon ses projections actuelles, son expansion pétrolière et gazière devrait épuiser jusqu’à 16 % du budget carbone mondial. Tout scénario qui mène donc à l’expansion des énergies fossiles pourrait tout simplement détruire notre planète telle qu’on la connait.

Les données présentées dans ce premier rapport du GIEC sont bouleversantes. Désormais, chaque tonne d’émissions, chaque fraction de degré aura un impact direct sur notre santé et notre sécurité.

Cependant, tant et aussi longtemps qu’il le sera possible, nous devons faire tout ce qui est nécessaire pour nous protéger et protéger les gens qu’on aime des pires impacts des changements climatiques.

_____

(*) Par Eddy Pérez, Lecturer, certificat en coopération internationale, Université de Montréal

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Climat : avec le rapport du GIEC, il est impératif d’agir dès maintenant

Climat : avec le rapport du GIEC,  il est impératif d’agir dès maintenant

 

 

Le dernier rapport du GIEC est la plus importante contribution scientifique sur le climat. C’est elle qui sera prise en compte lors du prochain grand sommet réunissant les dirigeants du monde entier. Par Eddy Pérez, Université de Montréal (*)

Le Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a présenté lundi 9 août le premier des trois rapports attendus d’ici 2022 dans le cadre de son sixième cycle d’évaluation du climat. Ces textes présentent la plus importante contribution sur l’état des connaissances actuelles sur la crise climatique, ses origines, ses causes, ses impacts, et les mesures de réponse à notre disposition.

Il s’agit d’un exercice rigoureux qui se tient à tous les cinq à six ans. Le rapport publié lundi a été approuvé par 234 auteurs et 195 gouvernements. C’est la plus importante contribution scientifique sur le climat et c’est elle qui sera prise en compte lors de la COP26 — ce grand sommet climatique qui aura lieu à Glasgow en novembre 2021. En 2022, le GIEC publiera deux autres rapports qui porteront sur les impacts des changements climatiques et sur les possibilités d’atténuation.

Essentiellement, ce rapport donne raison aux militants et activistes du climat, ainsi qu’à tous ces représentants des pays du Sud qui, en 2015, ont fortement insisté pour que les États membres de la Convention climatique de l’ONU s’engagent à garder la hausse des températures bien en deçà de deux degrés Celsius et, de préférence, à 1,5 degré Celsius, tel que stipulé dans l’Accord de Paris

Je suis directeur de la diplomatie climatique internationale du Réseau action climat Canada. Chargé de cours à l’Université de Montréal, j’enseigne la justice climatique et la coopération internationale. J’analyse et je suis les négociations climatiques internationales, surtout en ce qui concerne les obligations et responsabilités climatiques du Canada à l’échelle internationale, l’implantation des plans climatiques à l’échelle domestique et la finance climatique internationale.

Bien qu’une augmentation de la température de 1,5 °Celsius ait des conséquences bien pires que celles que l’on observe aujourd’hui, une telle hausse serait bien plus désastreuse à 2 °Celsius. Et le scénario deviendrait plus dangereux — et injuste pour les populations du Sud — si la température continuait d’augmenter au-delà des deux degrés Celsius. D’ailleurs, les vagues de chaleur extrêmes que le Canada et l’Amérique du Nord ont vécues cet été sont aujourd’hui 150 fois plus probables que depuis la fin du XIXe siècle.

Les conclusions de ce rapport permettent au GIEC d’être plus clair et plus incisif sur le lien direct entre l’activité humaine et le réchauffement climatique actuel. Le GIEC montre comment l’activité humaine a provoqué l’accélération du rythme du réchauffement au cours des quatre dernières décennies par rapport aux 80 années précédentes.

Image du Sommaire des décideurs (SPM.2) : Contributions évaluées au réchauffement observé en 2010-2019 par rapport à 1850-1900. a) : Réchauffement climatique observé (augmentation de la température de la surface de la planète) et sa plage très probable {3.3.1, encadré 2.3}. b) : Preuves issues des études d’attribution, qui synthétisent les informations provenant des modèles climatiques et des observations. Le panneau montre les changements de température attribués à l’influence humaine, aux changements dans les concentrations de gaz à effet de serre, aux aérosols, à l’ozone et au changement d’affectation des terres, aux facteurs solaires et volcaniques, et à la variabilité climatique interne. c) : Preuve de l’évaluation du forçage radiatif et de la sensibilité du climat. Le panneau montre les changements de température dus aux différentes composantes de l’influence humaine, notamment les émissions de gaz à effet de serre, les aérosols et leurs précurseurs, les changements d’affectation des terres et les traînées de condensation des avions. Les estimations tiennent compte à la fois des émissions directes dans l’atmosphère et de leur effet, le cas échéant, sur d’autres facteurs climatiques. Pour les aérosols, les effets directs (par rayonnement) et indirects (par interaction avec les nuages) sont pris en compte {6.4.2, 7.3}. IPCC (2021) Figure SPM.2

Nous pouvons constater nos empreintes digitales sur le système climatique. La science est en mesure de démontrer comment le réchauffement climatique actuel a rendu plus probables les incendies, inondations, tempêtes et vagues de chaleur que nous ressentons présentement. Nous vivons donc dans une planète avec un système climatique que nous avons altéré et qui est désormais moins stable.

L’Amérique du Nord, l’Europe, l’Australie, une grande partie de l’Amérique latine, l’Afrique australe occidentale et orientale, la Sibérie, la Russie et toute l’Asie connaissent déjà des températures extrêmes. L’accélération des changements dans les océans, les glaciers et les niveaux de la mer sont parmi les symptômes les plus visibles et les plus dramatiques de la crise climatique. Cette accélération se poursuivra même si le réchauffement causé par nos activités s’arrête.

Chaque augmentation de température, si petite soit-elle, aura des incidences sur la fréquence et l’intensité des phénomènes extrêmes. Ces derniers sont amplifiés avec chaque augmentation supplémentaire du réchauffement planétaire.

Changements prévus dans l’intensité et la fréquence des températures extrêmes sur terre, des précipitations extrêmes sur terre, et des sécheresses agricoles et écologiques dans les régions sèches. IPCC (2021)

S’il est vrai que certains changements dans le climat sont irréversibles, nous avons toujours le choix de mettre de l’avant des solutions audacieuses et responsables afin de protéger les populations des impacts les plus dévastateurs de cette injuste crise.

C’est d’ailleurs le message principal du Secrétaire général des Nations unies à la suite de la publication du rapport : « La viabilité de nos sociétés dépend des dirigeants des gouvernements, des entreprises et de la société civile qui exigeront des politiques, des actions et des investissements qui limiteront la hausse des températures à 1,5 °Celsius. »

Les différents scénarios

En 2015, les pays membres de la convention climat de l’ONU se sont donnés comme objectif de limiter l’augmentation de la température d’ici la fin du siècle à 2 °Celsius. Ils se sont aussi engagés à faire tout ce qui est possible pour que cette limitation ne dépasse pas la barre du 1,5 °Celsius.

Dans son rapport, le GIEC présente cinq scénarios différents pour illustrer comment les émissions peuvent augmenter pendant le reste du siècle. Dans tous ces scénarios, nous pourrions atteindre 1,5 °Celsius d’ici vingt ans. Cependant, dans les scénarios où les émissions seraient plus élevées, nous dépasserons plus rapidement l’objectif du 1,5 °Celsius au cours du siècle.

Changements prévus dans l’intensité et la fréquence des températures extrêmes sur terre, des précipitations extrêmes sur terre, et des sécheresses agricoles et écologiques dans les régions sèches. IPCC (2021)

En revanche, pour le scénario d’émissions le plus faible, le GIEC suggère que les températures augmenteront d’un peu plus de 1,5 °Celsius, avant de redescendre à la fin du siècle, à mesure que le carbone sera éliminé de l’atmosphère — ce qui est compatible avec l’objectif ultime de l’Accord de Paris.

Atteindre la carboneutralité

Le GIEC a donc confirmé l’importance de réduire rapidement les émissions de CO2, ainsi que celles des autres gaz à effet de serre pendant cette décennie et de paver la voie pour atteindre la carboneutralité vers 2050. Rien ne peut remplacer la réduction des émissions de gaz à effet de serre à la source.

 

S’il est vrai que les puits de carbone naturels — des réservoirs qui captent et stockent le carbone atmosphérique, comme les puits océaniques, la biosphère, les forêts et les tourbières — sont importants pour nous aider à atteindre le reste du chemin vers la carboneutralité, la quantité de carbone pouvant être absorbé par les écosystèmes et les océans est très limitée. Le GIEC émet même des réserves sur l’utilisation des technologies d’élimination de carbone artificielles qui peuvent avoir des incidences négatives importantes sur la qualité et la quantité de l’eau, la production alimentaire et la biodiversité.

Émissions anthropiques cumulées de CO₂ absorbées par les puits terrestres et océaniques d’ici 2100 selon les cinq scénarios illustratifs. IPCC (2021)

Limiter la hausse de température à 1,5 °Celsius ne sera pas facile. Mais, plus nous dépassons ce seuil, plus nous sommes exposés à de futurs risques imprévisibles et graves avec des points de bascule qui peuvent se produire à l’échelle mondiale et régionale. Le Secrétaire général de l’ONU a déclaré qu’aucune nouvelle centrale au charbon ne doit être construite après 2021. Il va sans dire que devons éliminer progressivement le charbon existant d’ici 2030, et tous les autres pays doivent suivre d’ici 2040 et mettre fin à toute nouvelle prospection et production de combustibles fossiles.

Le rôle du Canada

Le Canada doit réviser son plan climatique afin de s’assurer qu’il soit compatible avec cet objectif de réduction. Le pays n’atteindra pas ses objectifs climatiques sans un engagement clair visant à mettre fin à toute expansion du secteur pétrolier et gazier.

En 2018, le GIEC a d’ailleurs estimé que pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °Celsius, la production pétrolière mondiale devait diminuer d’ici 2030 de 37 % sous les niveaux de 2010 et de 87 % d’ici 2050.

Malgré ces conclusions claires, le Canada prévoit toujours une production de pétrole et de gaz bien plus importante en 2050 qu’en 2019. À lui seul, le secteur pétrolier pourrait émettre jusqu’à 200 Mt de CO2 le jour où il est censé atteindre la carboneutralité.

Le Canada est responsable de 2 % des émissions mondiales en moyenne, mais selon ses projections actuelles, son expansion pétrolière et gazière devrait épuiser jusqu’à 16 % du budget carbone mondial. Tout scénario qui mène donc à l’expansion des énergies fossiles pourrait tout simplement détruire notre planète telle qu’on la connait.

Les données présentées dans ce premier rapport du GIEC sont bouleversantes. Désormais, chaque tonne d’émissions, chaque fraction de degré aura un impact direct sur notre santé et notre sécurité.

Cependant, tant et aussi longtemps qu’il le sera possible, nous devons faire tout ce qui est nécessaire pour nous protéger et protéger les gens qu’on aime des pires impacts des changements climatiques.

_____

(*) Par Eddy Pérez, Lecturer, certificat en coopération internationale, Université de Montréal

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

 

Climat : des ruptures irréversibles

 Climat : des ruptures irréversibles 

 

La climatologue suisse, Sonia Seneviratne, explique à la Tribune que des ruptures sont irréversibles

 

 

Considérée comme l’une des climatologues les plus influentes au monde, Sonia Seneviratne enseigne à l’École polytechnique fédérale de Zurich, en Suisse.

 Quels nouveaux éléments cette publication fournit-elle, que l’on ignorait au moment du dernier rapport de 2014 ?

SONIA SENEVIRATNE - Globalement, ce rapport confirme les pires prévisions sur le réchauffement climatique déjà formulées il y a plusieurs années par le Giec. La principale nouveauté, c’est qu’il s’appuie sur des bases scientifiques encore plus solides : depuis 2014, la science du climat a évolué, la littérature sur le sujet s’est étoffée, et nous arrivons donc mieux à montrer l’effet du changement des températures sur l’apparition d’événements extrêmes. Certes, cela avait déjà été observé par des tendances claires, avec une multiplication des canicules et des précipitations extrêmes dans plusieurs régions du monde. Mais nous avons aujourd’hui des preuves formelles du lien de l’augmentation de ces événements avec le dérèglement. Ces avancées permettent d’établir de meilleures projections sur les implications concrètes d’un monde à +1,5°C ou +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Cette meilleure compréhension est en grande partie due au développement important de ce qu’on appelle la science de l’attribution, qui permet d’affilier des événements isolés au changement climatique induit par les activités humaines. Ainsi, nous pouvons être sûrs que des événements très extrêmes, comme les records de chaleur au Canada cet été, auraient eu une chance quasi-nulle d’avoir lieu en l’absence de réchauffement du climat. Pour ce faire, nous comparons des données multiples, celles-ci faisant apparaître des tendances. Si toutes les études délivrent le même signal, nous pouvons alors nous appuyer sur un taux de confiance très élevé quant à l’implication de l’homme dans les événements passés au crible. C’est très clair pour les vagues de chaleur, mais ça l’est moins pour les sècheresses dans certaines zones, faute à un manque de données disponibles sur ce sujet dans plusieurs régions.


Ces études d’attribution permettent aussi de consacrer un fait scientifique : on sait aujourd’hui que le réchauffement climatique est à 100% dû aux émissions humaines. On peut identifier ce rôle des émissions humaines non seulement à l’échelle globale, mais aussi dans différentes régions du globe, avec des effets clairement identifiables.

Est-il toujours possible de respecter l’objectif de l’accord de Paris, de maintien des températures en-deçà de 2°C, si possible +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle ?

La possibilité de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C s’éloigne de plus en plus. Dans le meilleur scénario retenu par le GIEC, on parviendrait peut-être à le limiter autour de cette valeur mais on aurait quand même un léger dépassement à +1,6°C – avant de revenir peu à peu à +1,5°C à la fin du siècle. Mais c’est l’hypothèse la plus ambitieuse : il faut réaliser qu’il n’y a eu vraiment aucun progrès réalisé dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre ces dernières années, qui continuent à augmenter en même temps que la hausse de la concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, malgré les nombreuses alertes.

C’est pour ça qu’on se trouve à un moment charnière : si on continue comme ça, ce sera vraiment trop tard d’ici à un ou deux ans. Il faut une réelle prise de conscience, et la mise en place d’une action immédiate. Et les technologies de captage du CO2 ne nous sauveront pas : elles sont déjà incluses dans le « meilleur » scénario du GIEC pour diminuer un peu la température d’ici à 2100, mais cela reste très hypothétique puisque ces techniques n’existent pas aujourd’hui.

Quel serait l’impact d’un réchauffement à +1,5°C et à +2°C sur la survenue des événements extrêmes ?

Dans les deux cas, les conséquences seront nombreuses, mais chaque fraction de degré compte pour limiter ces crises : à +2°C, il est sûr que beaucoup plus de régions subiront des événements extrêmes qu’à +1,5°C. Dans ce dernier cas de figure, on n’aurait pas encore de signal clair pour les sècheresses en Europe, par exemple, alors que ce serait le cas à +2°C. Concernant les précipitations extrêmes, le GIEC a identifié que leur intensité a augmenté de 7% à chaque degré supplémentaire. Alors que les températures ont déjà augmenté d’environ 1°C depuis l’ère pré-industrielle, 7% d’augmentation a déjà eu lieu. A +1,5°C, on serait plus près des 10-11%, et à +2°C des 14%.

Quant aux températures en tant que telles, leurs augmentations seront aussi plus élevées sur les continents en cas de réchauffement global de la planète. Dans un monde à +1,5°C, on aurait en moyenne des canicules de 2°C de plus sur les continents, tandis qu’à +2°C au global, ces canicules seraient de l’ordre de +2,5° ou 2,6°C. L’explication est simple : le réchauffement des continents est de l’ordre de 50% plus élevé qu’à l’échelle globale. C’est pour ça que dans certaines régions, comme en Méditerranée, on a en fait déjà dépassé les +1,5°C.

Surtout, les événements extrêmes combinés vont se multiplier : pour les inondations côtières, par exemple, il y aura une combinaison entre augmentation des précipitations extrêmes et hausse du niveau des mers, ce qui augmentera encore les périls. Il ne faut pas regarder les changements de manière isolée, mais comprendre qu’ils se combineront pour induire plus de risque.

Quelles régions seront particulièrement touchées ?

Ces phénomènes toucheront toutes les régions du monde : on voit d’ailleurs déjà des catastrophes climatiques se déclencher partout sur le globe. Mais ce sera particulièrement important dans certaines zones sensibles. En France, la région méditerranéenne sera plus affectée que d’autres : la hausse des températures, plus forte qu’à l’échelle mondiale, et la récurrence des sècheresses vont encore s’accentuer à mesure que le réchauffement s’amplifie, et aggraver le risque de feux de forêts. Sans compter que la région sera directement touchée par l’augmentation du niveau de la mer.

Ces changements auront des conséquences sur la biodiversité, sur la santé humaine, mais aussi sur l’agriculture : si des événements extrêmes ont lieu en même temps dans plusieurs régions agricoles, cela affectera forcément la production mondiale. Or, à +2°C, la probabilité d’une concomitance d’événements dans plusieurs zones sera plus forte.


Y a-t-il des phénomènes sur lesquels il est désormais trop tard pour agir ?

En fait, la plupart des changements qui ont déjà eu lieu sont irréversibles, en tout cas à l’échelle humaine, dans la mesure où le CO2 reste dans l’atmosphère pendant très longtemps – des centaines à des milliers d’année. Ainsi, si on arrêtait demain toutes les émissions de CO2, sa concentration diminuerait progressivement mais resterait bien plus élevé qu’en temps « normal » pendant tout ce temps.

D’autres phénomènes sont aussi impossibles à enrayer sur un très très long terme. Comme l’augmentation du niveau des mers, à cause de la quantité de CO2 déjà émises et de réactions en chaîne, liées à la fonte entamée des masses de glace. On a mis en route des processus qui vont continuer d’avoir lieu, peu importe les mesures qu’on mettra en place. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas agir : toute réduction supplémentaire peut, au moins, limiter l’augmentation supplémentaire du réchauffement et d’autres conséquences qui deviendraient elles aussi irréversibles. Mais c’est notre dernière chance pour rester dans la fourchette prévue des 1,5 à +2°C maximum.

Climat Espagne : près de 50°

Climat Espagne : près de 50°

La vague de chaleur caniculaire qui frappe l’Espagne a battu samedi le record absolu de température dans ce pays avec 47,4 degrés enregistrés à Montoro, dans la province de Cordoue (sud du pays), selon l’agence météorologique de l’État (AEMET). «Il s’agirait de la température la plus élevée enregistrée en Espagne», a déclaré dimanche le porte-parole d’AEMET, Rubén del Campo, soulignant qu’il s’agissait de données provisoires devant être validées dans les prochains jours.

Evolution climat : décarboner en urgence et radicalement

Evolution climat : décarboner en urgence et radicalement

Réagissant aux dernières conclusions du GIEC, le scientifique suédois Johan Rockström estime qu’il y a des « raisons d’espérer » même si « nous ne voyons, jusqu’à présent, aucun signe crédible que nous allons parvenir » à limiter le réchauffement à 1,5 °C. (Le monde, extrait)

 

Après la publication du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), lundi 9 août, le directeur de l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (Allemagne), Johan Rockström, prévient que nous nous rapprochons de points de basculement majeurs. Il a identifié, en 2009, neuf seuils limites qui ne peuvent être dépassés sans mettre l’humanité en danger. Quatre de ces limites planétaires sont désormais franchies (le climat, la biosphère, la biodiversité et les nutriments), et deux sont sur le point de l’être : l’eau douce et l’acidification des océans.

Quelles sont les principales conclusions de ce nouveau rapport du GIEC ?

C’est le rapport du GIEC le plus robuste scientifiquement : il va très loin dans la confirmation de l’aspect global du changement climatique. Il avance des preuves irréfutables de la gravité de la situation, en confirmant non seulement, sans équivoque, que nous réchauffons la planète, mais aussi de manière indiscutable que la fréquence et la gravité des événements climatiques extrêmes augmentent. Les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations sont désormais attribuées au changement climatique d’origine humaine avec un degré de certitude très élevé. Il s’agit donc de véritables munitions scientifiques en faveur d’une action urgente.

Il s’agit aussi du premier rapport du GIEC à ne pas exclure des points de basculement, qu’il s’agisse de l’instabilité de la calotte glaciaire en Antarctique ou de la déstabilisation de l’AMOC, la circulation méridienne de retournement Atlantique [la circulation des courants océaniques de l’Atlantique, parmi lesquels le Gulf Stream]. Il montre aussi que la capacité des forêts, des sols et des océans à absorber les émissions de COrisque de s’affaiblir. Ces puits ont jusqu’à présent absorbé 56 % de nos émissions anthropiques.

Avons-nous déjà passé des points de rupture ?

Le rapport du GIEC ne le conclut pas. Mon évaluation est également que nous n’avons pas encore franchi un point de basculement majeur. Malheureusement, nous disposons de plus en plus de preuves scientifiques que nous nous en rapprochons, qu’il s’agisse de la déstabilisation de l’ouest de la calotte antarctique, de l’AMOC, de l’Arctique ou des récifs coralliens. Cela signifie-t-il que la planète entière a franchi une sorte de point de non-retour ? La réponse est non.

 

La fenêtre est encore ouverte, mais à peine ouverte, pour être en mesure de limiter le réchauffement à une température globale gérable sur Terre. Un réchauffement de 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle [l’un des objectifs de l’accord de Paris de 2015] entraînerait de nombreux événements extrêmes, des défis majeurs pour de nombreuses économies et sociétés humaines, pour les récifs coralliens et les océans, mais serait très probablement gérable. C’est si nous dépassons 2 °C de réchauffement que nous risquons de franchir des points de basculement.

Evolution du Climat : des ruptures irréversibles

Evolution du Climat : des ruptures irréversibles 

 

La climatologue suisse, Sonia Seneviratne, explique à la Tribune que des ruptures sont irréversibles

 

 

Considérée comme l’une des climatologues les plus influentes au monde, Sonia Seneviratne enseigne à l’École polytechnique fédérale de Zurich, en Suisse.

 Quels nouveaux éléments cette publication fournit-elle, que l’on ignorait au moment du dernier rapport de 2014 ?

SONIA SENEVIRATNE - Globalement, ce rapport confirme les pires prévisions sur le réchauffement climatique déjà formulées il y a plusieurs années par le Giec. La principale nouveauté, c’est qu’il s’appuie sur des bases scientifiques encore plus solides : depuis 2014, la science du climat a évolué, la littérature sur le sujet s’est étoffée, et nous arrivons donc mieux à montrer l’effet du changement des températures sur l’apparition d’événements extrêmes. Certes, cela avait déjà été observé par des tendances claires, avec une multiplication des canicules et des précipitations extrêmes dans plusieurs régions du monde. Mais nous avons aujourd’hui des preuves formelles du lien de l’augmentation de ces événements avec le dérèglement. Ces avancées permettent d’établir de meilleures projections sur les implications concrètes d’un monde à +1,5°C ou +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Cette meilleure compréhension est en grande partie due au développement important de ce qu’on appelle la science de l’attribution, qui permet d’affilier des événements isolés au changement climatique induit par les activités humaines. Ainsi, nous pouvons être sûrs que des événements très extrêmes, comme les records de chaleur au Canada cet été, auraient eu une chance quasi-nulle d’avoir lieu en l’absence de réchauffement du climat. Pour ce faire, nous comparons des données multiples, celles-ci faisant apparaître des tendances. Si toutes les études délivrent le même signal, nous pouvons alors nous appuyer sur un taux de confiance très élevé quant à l’implication de l’homme dans les événements passés au crible. C’est très clair pour les vagues de chaleur, mais ça l’est moins pour les sècheresses dans certaines zones, faute à un manque de données disponibles sur ce sujet dans plusieurs régions.


Ces études d’attribution permettent aussi de consacrer un fait scientifique : on sait aujourd’hui que le réchauffement climatique est à 100% dû aux émissions humaines. On peut identifier ce rôle des émissions humaines non seulement à l’échelle globale, mais aussi dans différentes régions du globe, avec des effets clairement identifiables.

Est-il toujours possible de respecter l’objectif de l’accord de Paris, de maintien des températures en-deçà de 2°C, si possible +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle ?

La possibilité de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C s’éloigne de plus en plus. Dans le meilleur scénario retenu par le GIEC, on parviendrait peut-être à le limiter autour de cette valeur mais on aurait quand même un léger dépassement à +1,6°C – avant de revenir peu à peu à +1,5°C à la fin du siècle. Mais c’est l’hypothèse la plus ambitieuse : il faut réaliser qu’il n’y a eu vraiment aucun progrès réalisé dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre ces dernières années, qui continuent à augmenter en même temps que la hausse de la concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, malgré les nombreuses alertes.

C’est pour ça qu’on se trouve à un moment charnière : si on continue comme ça, ce sera vraiment trop tard d’ici à un ou deux ans. Il faut une réelle prise de conscience, et la mise en place d’une action immédiate. Et les technologies de captage du CO2 ne nous sauveront pas : elles sont déjà incluses dans le « meilleur » scénario du GIEC pour diminuer un peu la température d’ici à 2100, mais cela reste très hypothétique puisque ces techniques n’existent pas aujourd’hui.

Quel serait l’impact d’un réchauffement à +1,5°C et à +2°C sur la survenue des événements extrêmes ?

Dans les deux cas, les conséquences seront nombreuses, mais chaque fraction de degré compte pour limiter ces crises : à +2°C, il est sûr que beaucoup plus de régions subiront des événements extrêmes qu’à +1,5°C. Dans ce dernier cas de figure, on n’aurait pas encore de signal clair pour les sècheresses en Europe, par exemple, alors que ce serait le cas à +2°C. Concernant les précipitations extrêmes, le GIEC a identifié que leur intensité a augmenté de 7% à chaque degré supplémentaire. Alors que les températures ont déjà augmenté d’environ 1°C depuis l’ère pré-industrielle, 7% d’augmentation a déjà eu lieu. A +1,5°C, on serait plus près des 10-11%, et à +2°C des 14%.

Quant aux températures en tant que telles, leurs augmentations seront aussi plus élevées sur les continents en cas de réchauffement global de la planète. Dans un monde à +1,5°C, on aurait en moyenne des canicules de 2°C de plus sur les continents, tandis qu’à +2°C au global, ces canicules seraient de l’ordre de +2,5° ou 2,6°C. L’explication est simple : le réchauffement des continents est de l’ordre de 50% plus élevé qu’à l’échelle globale. C’est pour ça que dans certaines régions, comme en Méditerranée, on a en fait déjà dépassé les +1,5°C.

Surtout, les événements extrêmes combinés vont se multiplier : pour les inondations côtières, par exemple, il y aura une combinaison entre augmentation des précipitations extrêmes et hausse du niveau des mers, ce qui augmentera encore les périls. Il ne faut pas regarder les changements de manière isolée, mais comprendre qu’ils se combineront pour induire plus de risque.

Quelles régions seront particulièrement touchées ?

Ces phénomènes toucheront toutes les régions du monde : on voit d’ailleurs déjà des catastrophes climatiques se déclencher partout sur le globe. Mais ce sera particulièrement important dans certaines zones sensibles. En France, la région méditerranéenne sera plus affectée que d’autres : la hausse des températures, plus forte qu’à l’échelle mondiale, et la récurrence des sècheresses vont encore s’accentuer à mesure que le réchauffement s’amplifie, et aggraver le risque de feux de forêts. Sans compter que la région sera directement touchée par l’augmentation du niveau de la mer.

Ces changements auront des conséquences sur la biodiversité, sur la santé humaine, mais aussi sur l’agriculture : si des événements extrêmes ont lieu en même temps dans plusieurs régions agricoles, cela affectera forcément la production mondiale. Or, à +2°C, la probabilité d’une concomitance d’événements dans plusieurs zones sera plus forte.


Y a-t-il des phénomènes sur lesquels il est désormais trop tard pour agir ?

En fait, la plupart des changements qui ont déjà eu lieu sont irréversibles, en tout cas à l’échelle humaine, dans la mesure où le CO2 reste dans l’atmosphère pendant très longtemps – des centaines à des milliers d’année. Ainsi, si on arrêtait demain toutes les émissions de CO2, sa concentration diminuerait progressivement mais resterait bien plus élevé qu’en temps « normal » pendant tout ce temps.

D’autres phénomènes sont aussi impossibles à enrayer sur un très très long terme. Comme l’augmentation du niveau des mers, à cause de la quantité de CO2 déjà émises et de réactions en chaîne, liées à la fonte entamée des masses de glace. On a mis en route des processus qui vont continuer d’avoir lieu, peu importe les mesures qu’on mettra en place. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas agir : toute réduction supplémentaire peut, au moins, limiter l’augmentation supplémentaire du réchauffement et d’autres conséquences qui deviendraient elles aussi irréversibles. Mais c’est notre dernière chance pour rester dans la fourchette prévue des 1,5 à +2°C maximum.

Climat : près de 50° en Sicile

Climat : près de 50° en Sicile

La péninsule affronte actuellement sa semaine la plus chaude de l’été qui provoque aussi d’immenses incendies  Une vague de chaleur portée par l’anticyclone Lucifer touche cette semaine l’Italie, qui a enregistré mercredi 11 août une température de 48,8 degrés en Sicile, dans la région de Syracuse.

Il s’agit de la température la plus élevée jamais enregistrée en Italie. Le précédent record datait de 1999 avec 48,5 degrés, déjà en Sicile.

Evolution Climat : des ruptures irréversibles

Evolution Climat : des ruptures irréversibles 

 

La climatologue suisse, Sonia Seneviratne, explique à la Tribune que des ruptures sont irréversibles

 

 

Considérée comme l’une des climatologues les plus influentes au monde, Sonia Seneviratne enseigne à l’École polytechnique fédérale de Zurich, en Suisse.

 Quels nouveaux éléments cette publication fournit-elle, que l’on ignorait au moment du dernier rapport de 2014 ?

SONIA SENEVIRATNE - Globalement, ce rapport confirme les pires prévisions sur le réchauffement climatique déjà formulées il y a plusieurs années par le Giec. La principale nouveauté, c’est qu’il s’appuie sur des bases scientifiques encore plus solides : depuis 2014, la science du climat a évolué, la littérature sur le sujet s’est étoffée, et nous arrivons donc mieux à montrer l’effet du changement des températures sur l’apparition d’événements extrêmes. Certes, cela avait déjà été observé par des tendances claires, avec une multiplication des canicules et des précipitations extrêmes dans plusieurs régions du monde. Mais nous avons aujourd’hui des preuves formelles du lien de l’augmentation de ces événements avec le dérèglement. Ces avancées permettent d’établir de meilleures projections sur les implications concrètes d’un monde à +1,5°C ou +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Cette meilleure compréhension est en grande partie due au développement important de ce qu’on appelle la science de l’attribution, qui permet d’affilier des événements isolés au changement climatique induit par les activités humaines. Ainsi, nous pouvons être sûrs que des événements très extrêmes, comme les records de chaleur au Canada cet été, auraient eu une chance quasi-nulle d’avoir lieu en l’absence de réchauffement du climat. Pour ce faire, nous comparons des données multiples, celles-ci faisant apparaître des tendances. Si toutes les études délivrent le même signal, nous pouvons alors nous appuyer sur un taux de confiance très élevé quant à l’implication de l’homme dans les événements passés au crible. C’est très clair pour les vagues de chaleur, mais ça l’est moins pour les sècheresses dans certaines zones, faute à un manque de données disponibles sur ce sujet dans plusieurs régions.


Ces études d’attribution permettent aussi de consacrer un fait scientifique : on sait aujourd’hui que le réchauffement climatique est à 100% dû aux émissions humaines. On peut identifier ce rôle des émissions humaines non seulement à l’échelle globale, mais aussi dans différentes régions du globe, avec des effets clairement identifiables.

Est-il toujours possible de respecter l’objectif de l’accord de Paris, de maintien des températures en-deçà de 2°C, si possible +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle ?

La possibilité de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C s’éloigne de plus en plus. Dans le meilleur scénario retenu par le GIEC, on parviendrait peut-être à le limiter autour de cette valeur mais on aurait quand même un léger dépassement à +1,6°C – avant de revenir peu à peu à +1,5°C à la fin du siècle. Mais c’est l’hypothèse la plus ambitieuse : il faut réaliser qu’il n’y a eu vraiment aucun progrès réalisé dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre ces dernières années, qui continuent à augmenter en même temps que la hausse de la concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, malgré les nombreuses alertes.

C’est pour ça qu’on se trouve à un moment charnière : si on continue comme ça, ce sera vraiment trop tard d’ici à un ou deux ans. Il faut une réelle prise de conscience, et la mise en place d’une action immédiate. Et les technologies de captage du CO2 ne nous sauveront pas : elles sont déjà incluses dans le « meilleur » scénario du GIEC pour diminuer un peu la température d’ici à 2100, mais cela reste très hypothétique puisque ces techniques n’existent pas aujourd’hui.

Quel serait l’impact d’un réchauffement à +1,5°C et à +2°C sur la survenue des événements extrêmes ?

Dans les deux cas, les conséquences seront nombreuses, mais chaque fraction de degré compte pour limiter ces crises : à +2°C, il est sûr que beaucoup plus de régions subiront des événements extrêmes qu’à +1,5°C. Dans ce dernier cas de figure, on n’aurait pas encore de signal clair pour les sècheresses en Europe, par exemple, alors que ce serait le cas à +2°C. Concernant les précipitations extrêmes, le GIEC a identifié que leur intensité a augmenté de 7% à chaque degré supplémentaire. Alors que les températures ont déjà augmenté d’environ 1°C depuis l’ère pré-industrielle, 7% d’augmentation a déjà eu lieu. A +1,5°C, on serait plus près des 10-11%, et à +2°C des 14%.

Quant aux températures en tant que telles, leurs augmentations seront aussi plus élevées sur les continents en cas de réchauffement global de la planète. Dans un monde à +1,5°C, on aurait en moyenne des canicules de 2°C de plus sur les continents, tandis qu’à +2°C au global, ces canicules seraient de l’ordre de +2,5° ou 2,6°C. L’explication est simple : le réchauffement des continents est de l’ordre de 50% plus élevé qu’à l’échelle globale. C’est pour ça que dans certaines régions, comme en Méditerranée, on a en fait déjà dépassé les +1,5°C.

Surtout, les événements extrêmes combinés vont se multiplier : pour les inondations côtières, par exemple, il y aura une combinaison entre augmentation des précipitations extrêmes et hausse du niveau des mers, ce qui augmentera encore les périls. Il ne faut pas regarder les changements de manière isolée, mais comprendre qu’ils se combineront pour induire plus de risque.

Quelles régions seront particulièrement touchées ?

Ces phénomènes toucheront toutes les régions du monde : on voit d’ailleurs déjà des catastrophes climatiques se déclencher partout sur le globe. Mais ce sera particulièrement important dans certaines zones sensibles. En France, la région méditerranéenne sera plus affectée que d’autres : la hausse des températures, plus forte qu’à l’échelle mondiale, et la récurrence des sècheresses vont encore s’accentuer à mesure que le réchauffement s’amplifie, et aggraver le risque de feux de forêts. Sans compter que la région sera directement touchée par l’augmentation du niveau de la mer.

Ces changements auront des conséquences sur la biodiversité, sur la santé humaine, mais aussi sur l’agriculture : si des événements extrêmes ont lieu en même temps dans plusieurs régions agricoles, cela affectera forcément la production mondiale. Or, à +2°C, la probabilité d’une concomitance d’événements dans plusieurs zones sera plus forte.


Y a-t-il des phénomènes sur lesquels il est désormais trop tard pour agir ?

En fait, la plupart des changements qui ont déjà eu lieu sont irréversibles, en tout cas à l’échelle humaine, dans la mesure où le CO2 reste dans l’atmosphère pendant très longtemps – des centaines à des milliers d’année. Ainsi, si on arrêtait demain toutes les émissions de CO2, sa concentration diminuerait progressivement mais resterait bien plus élevé qu’en temps « normal » pendant tout ce temps.

D’autres phénomènes sont aussi impossibles à enrayer sur un très très long terme. Comme l’augmentation du niveau des mers, à cause de la quantité de CO2 déjà émises et de réactions en chaîne, liées à la fonte entamée des masses de glace. On a mis en route des processus qui vont continuer d’avoir lieu, peu importe les mesures qu’on mettra en place. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas agir : toute réduction supplémentaire peut, au moins, limiter l’augmentation supplémentaire du réchauffement et d’autres conséquences qui deviendraient elles aussi irréversibles. Mais c’est notre dernière chance pour rester dans la fourchette prévue des 1,5 à +2°C maximum.

Climat: la dérive judiciaire

Climat:  la dérive judiciaire

Gilles Savary dénonce dans le journal l’opinion l’emprise grandissante du système judiciaire sur la société concernant le climat.

 

Sur saisine de l’association Les Amis de la Terre, le Conseil d’Etat a condamné le gouvernement à une astreinte de 10 millions d’euros pour carences récurrentes de sa politique de « qualité de l’air ​» en regard des objectifs européens. Six agglomérations françaises sont encore exposées à des dépassements de seuils légaux d’émissions polluantes.

Sans contester les failles et les atermoiements de la France, tous gouvernements confondus, à se donner les moyens de ses engagements écologiques ni même le rôle d’aiguillon du Conseil d’Etat, on éprouve un malaise à ce que ce soit le juge, hors contentieux individuel, qui sanctionne une politique publique plutôt que le citoyen électeur.

D’abord, parce que cette dérive conforte l’idée déresponsabilisante et mystique, certes hypertrophiée dans notre pays, que l’Etat et ses gouvernements sont les uniques responsables du destin des décisions publiques. Il n’est pas utile d’avoir poussé la formation en sciences politiques au niveau de nos vénérables conseillers d’Etat, pour savoir qu’il n’y a pas de réforme réussie, fut-elle votée par les chambres, sans consentement collectif à sa mise en œuvre. Et il n’y a guère plus systémique que la question environnementale, en particulier celle de la qualité de l’air qui engage indistinctement une chaîne de responsabilités et de comportements individuels et collectifs sur lesquels les Etats ne disposent pas d’un pouvoir de contrainte illimité.

On prétend même que le bassin parisien souffre d’épisodes polluants venus de pays voisins. Le sud de la France est habitué à des épisodes de dépôts de sables sahariens. Il n’y a guère que les radiations de Tchernobyl qui se sont accommodées de frontières nationales…

Responsabilité. Un gouvernement peut être animé, en toute bonne foi, des meilleures intentions du monde et de la plus grande détermination à les mettre en œuvre, et devoir y renoncer la mort dans l’âme face à des impondérables ou à des résistances inattendues du corps social de son pays.

Les gouvernements qui ont fait le choix de renoncer à l’écotaxe en 2016, ou à l’augmentation de la taxe carbone sur le carburant en 2018, face aux risques d’escalade des manifestations de Bonnets rouges et de Gilets jaunes, ne l’ont pas fait de bonne grâce, mais en considération de risques collectifs qu’ils jugeaient démesurés pour le pays. On peut leur contester ces renoncements, mais ils procèdent d’une responsabilité imprescriptiblement et honorablement politique, qui ne peut être appréciée, et encore moins jugée, à l’aune exclusif d’objectifs écologiques.

Notre pays, qui s’est toujours montré réfractaire à l’évaluation des politiques publiques, épouse l’air du temps qui consiste à en judiciariser les résultats

La qualité de l’air à Paris, Lyon ou Toulouse dépend tout autant de décisions locales d’urbanisme, de politiques de transports publics et de mesures de police de la circulation que de décisions gouvernementales centralisées. En quoi le gouvernement est-il responsable du fait qu’aucune agglomération ne se soit portée volontaire pour expérimenter des péages urbains, comme l’autorise la loi française ?

Notre pays, qui s’est toujours montré réfractaire à l’évaluation des politiques publiques, épouse l’air du temps qui consiste à en judiciariser les résultats. Opérée ces dernières années sous la pression d’influentes ONG, cette dérive judiciaire dévalue la sanction électorale et entretient un sentiment délétère d’inutilité et d’impuissance de la classe politique, même si cette dernière y prête inconsidérément la main dans l’élaboration des lois.

On peut s’en consoler en constatant que l’amende qui frappe le gouvernement français est très largement recyclée dans des agences étatiques, sans grande incidence finale pour le budget de l’Etat.

Gilles Savary est ancien député PS de la Gironde et délégué général de Territoires de progrès

Climat : décarboner en urgence et radicalement

Climat : décarboner en urgence et radicalement

Réagissant aux dernières conclusions du GIEC, le scientifique suédois Johan Rockström estime qu’il y a des « raisons d’espérer » même si « nous ne voyons, jusqu’à présent, aucun signe crédible que nous allons parvenir » à limiter le réchauffement à 1,5 °C. (Le monde, extrait)

 

Après la publication du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), lundi 9 août, le directeur de l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (Allemagne), Johan Rockström, prévient que nous nous rapprochons de points de basculement majeurs. Il a identifié, en 2009, neuf seuils limites qui ne peuvent être dépassés sans mettre l’humanité en danger. Quatre de ces limites planétaires sont désormais franchies (le climat, la biosphère, la biodiversité et les nutriments), et deux sont sur le point de l’être : l’eau douce et l’acidification des océans.

Quelles sont les principales conclusions de ce nouveau rapport du GIEC ?

C’est le rapport du GIEC le plus robuste scientifiquement : il va très loin dans la confirmation de l’aspect global du changement climatique. Il avance des preuves irréfutables de la gravité de la situation, en confirmant non seulement, sans équivoque, que nous réchauffons la planète, mais aussi de manière indiscutable que la fréquence et la gravité des événements climatiques extrêmes augmentent. Les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations sont désormais attribuées au changement climatique d’origine humaine avec un degré de certitude très élevé. Il s’agit donc de véritables munitions scientifiques en faveur d’une action urgente.

Il s’agit aussi du premier rapport du GIEC à ne pas exclure des points de basculement, qu’il s’agisse de l’instabilité de la calotte glaciaire en Antarctique ou de la déstabilisation de l’AMOC, la circulation méridienne de retournement Atlantique [la circulation des courants océaniques de l’Atlantique, parmi lesquels le Gulf Stream]. Il montre aussi que la capacité des forêts, des sols et des océans à absorber les émissions de COrisque de s’affaiblir. Ces puits ont jusqu’à présent absorbé 56 % de nos émissions anthropiques.

Avons-nous déjà passé des points de rupture ?

Le rapport du GIEC ne le conclut pas. Mon évaluation est également que nous n’avons pas encore franchi un point de basculement majeur. Malheureusement, nous disposons de plus en plus de preuves scientifiques que nous nous en rapprochons, qu’il s’agisse de la déstabilisation de l’ouest de la calotte antarctique, de l’AMOC, de l’Arctique ou des récifs coralliens. Cela signifie-t-il que la planète entière a franchi une sorte de point de non-retour ? La réponse est non.

 

La fenêtre est encore ouverte, mais à peine ouverte, pour être en mesure de limiter le réchauffement à une température globale gérable sur Terre. Un réchauffement de 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle [l’un des objectifs de l’accord de Paris de 2015] entraînerait de nombreux événements extrêmes, des défis majeurs pour de nombreuses économies et sociétés humaines, pour les récifs coralliens et les océans, mais serait très probablement gérable. C’est si nous dépassons 2 °C de réchauffement que nous risquons de franchir des points de basculement.

12345...17



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol