Archive pour le Tag '4%'

Covid monde : Plus de 4,3 millions de morts « officiels »

  • Covid monde : Plus de 4,3 millions de morts « officiels »

Au  moins 4.370.427 morts « officiels » dans le monde, selon un bilan établi par l’AFP. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 622.321 décès, devant le Brésil (569.492 morts) et l’Inde (432.079 morts). Parmi les pays les plus durement touchés, le Pérou est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est calculé à partir des chiffres officiels.

Covid monde : 4,29 millions de morts

  • Covid  monde : 4,29 millions de morts

La pandémie a fait plus de 4,29 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, sur plus de 202 millions de contaminations confirmées, selon un bilan établi par l’AFP lundi. Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (616.829), devant le Brésil (563.151) et l’Inde (428.309). L’OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.

Economie -hausse Inflation: de 4 % dans l’OCDE

Economie -hausse Inflation:  de 4 % dans l’OCDE

Une hausse jamais vu depuis 1997. L’inflation avait atteint à cette époque 4,5 %. Or  en 2021 l’inflation affiche déjà 4,1 % dans les pays de l’OCDE. Il y a des facteurs explicatifs objectifs qui peuvent expliquer cette hausse ( problèmes logistiques et hausse des matières premières notamment) mais comment cependant à poindre la perte de confiance dans la valeur des monnaies largement dévalorisées par la masse de liquidités déversées par les banques centrales et qui se trouvent en décalage avec la richesse réelle produite.

En France, l’inflation s’est élevée officiellement à à 1,5 % Mais il y a longtemps que l’indicateur de l’INSEE est obsolète. En  Allemagne , le taux s’est établi à 2,3 %, malgré une légère baisse par rapport au mois de mai. La Banque centrale européenne (BCE) avait fixé un objectif à moyen terme de 2 %, mais elle a assuré qu’elle était prête à accepter un dépassement « temporaire » de ce seuil, précise Le Figaro. Autrement, la hausse des prix dans les pays de l’OCDE au mois de juin a surtout été tirée par les Etats-Unis, où l’inflation a atteint 5,4 %. Globalement, la BCE et plusieurs experts estiment que cette inflation constatée dans les pays de l’OCDE est temporaire, et liée à la reprise de l’économie.

Le seul problème c’est que cet aspect temporaire pourrait durer longtemps et qu’il n’est pas seulement lié à la reprise de l’économie.

Hausse Inflation: de 4 % dans l’OCDE

hausse Inflation:  de 4 % dans l’OCDE

Une hausse jamais vu depuis 1997. L’inflation avait atteint à cette époque 4,5 %. Or  en 2021 l’inflation affiche déjà 4,1 % dans les pays de l’OCDE. Il y a des facteurs explicatifs objectifs qui peuvent expliquer cette hausse ( problèmes logistiques et hausse des matières premières notamment) mais comment cependant à poindre la perte de confiance dans la valeur des monnaies largement dévalorisées par la masse de liquidités déversées par les banques centrales et qui se trouvent en décalage avec la richesse réelle produite.

En France, l’inflation s’est élevée officiellement à à 1,5 % Mais il y a longtemps que l’indicateur de l’INSEE est obsolète. En  Allemagne , le taux s’est établi à 2,3 %, malgré une légère baisse par rapport au mois de mai. La Banque centrale européenne (BCE) avait fixé un objectif à moyen terme de 2 %, mais elle a assuré qu’elle était prête à accepter un dépassement « temporaire » de ce seuil, précise Le Figaro. Autrement, la hausse des prix dans les pays de l’OCDE au mois de juin a surtout été tirée par les Etats-Unis, où l’inflation a atteint 5,4 %. Globalement, la BCE et plusieurs experts estiment que cette inflation constatée dans les pays de l’OCDE est temporaire, et liée à la reprise de l’économie.

Le seul problème c’est que cet aspect temporaire pourrait durer longtemps et qu’il n’est pas seulement lié à la reprise de l’économie.

Inflation Record: hausse de plus de 4 % dans l’OCDE

Inflation Record:  hausse de plus de 4 % dans l’OCDE

Une hausse jamais vu depuis 1997. L’inflation avait atteint à cette époque 4,5 %. Or  en 2021 l’inflation affiche déjà 4,1 % dans les pays de l’OCDE. Il y a des facteurs explicatifs objectifs qui peuvent expliquer cette hausse ( problèmes logistiques et hausse des matières premières notamment) mais comment cependant à poindre la perte de confiance dans la valeur des monnaies largement dévalorisées par la masse de liquidités déversées par les banques centrales et qui se trouvent en décalage avec la richesse réelle produite.

En France, l’inflation s’est élevée officiellement à à 1,5 % Mais il y a longtemps que l’indicateur de l’INSEE est obsolète. En  Allemagne , le taux s’est établi à 2,3 %, malgré une légère baisse par rapport au mois de mai. La Banque centrale européenne (BCE) avait fixé un objectif à moyen terme de 2 %, mais elle a assuré qu’elle était prête à accepter un dépassement « temporaire » de ce seuil, précise Le Figaro. Autrement, la hausse des prix dans les pays de l’OCDE au mois de juin a surtout été tirée par les Etats-Unis, où l’inflation a atteint 5,4 %. Globalement, la BCE et plusieurs experts estiment que cette inflation constatée dans les pays de l’OCDE est temporaire, et liée à la reprise de l’économie.

Le seul problème c’est que cet aspect temporaire pourrait durer longtemps et qu’il n’est pas seulement lié à la reprise de l’économie.

Covid Monde: Plus de 4 millions de morts

Covid Monde: Plus de 4 millions de morts

 

La pandémie a fait au moins 4.128.543 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP. Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 609.862 décès, suivis du Brésil (545.604 morts), de l’Inde (418.987), du Mexique (237.207) et du Pérou (195.429). L’OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.


Covid Monde : 4 millions de morts

  • Covid Monde : 4 millions de morts

La pandémie a fait au moins 3.932.561 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 10h00 GMT. Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 604.115 morts. Le Brésil, qui compte 514.092 morts, est suivi par l’Inde (397.637), le Mexique (232.608) et le Pérou (192.163), pays déplorant le plus de morts par rapport à sa population. Proportionnellement sa démographie la France est aussi l’un des pays les plus touchés (plus de 100 000 morts).

Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. L’Organisation mondiale de la santé estime que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement calculé.

Croissance 2021 : dans le rouge au premier trimestre au lieu de plus 0,4 %

Croissance 2021  : dans le rouge au premier trimestre au lieu de plus 0,4 %

 

L’ INSEE s’est notoirement planté en annonçant d’abord une augmentation du PIB  de 0,4 % pour le premier trimestre. Au lieu de cela l’institut statistique constate maintenant que la croissance est tombée dans le rouge avec -0,1 %. En 2020 la croissance avait perdu 8 %.

Le PIB est encore 4,7% sous son niveau de fin 2019, juste avant le début de la crise sanitaire. Et l’acquis de croissance pour 2021, qui correspond à la croissance que l’on aurait si l’activité restait au niveau du premier trimestre jusqu’à la fin de l’année, se situe désormais à 3,5% contre 4,1% estimé précédemment. L’Insee ne donne pas encore de prévision pour l’ensemble de l’année, tandis que la Banque de France table sur 5,5%, l’OCDE sur 5,9% et la Commission européenne sur 5,7%.

En cause, la grande faiblesse de la consommation des ménages. Des ménages qui hésitent encore entre dépenses et épargne compte tenu des incertitudes économiques et sociales des mois à venir. Durant la période du trimestre étudié la consommation n’a en effet progressé que de 0,1 %., La production, elle, restant stable

Croissance France : encore un recul de 4 % en mai par rapport à 2019

Croissance France : encore un recul de 4 % en mai par rapport à 2019

Le niveau d’activité en France devrait encore être inférieur en mai de 4% par rapport à celui d’avant-crise estime la Banque de France dans son enquête de conjoncture mensuelle. En avril, le niveau s’est établi à 6% en dessous de ce même niveau. Un chiffre revu à la baisse.

.

Selon l’enquête réalisée entre le 28 avril et le 5 mai, l’activité a été freinée en avril par le durcissement des mesures sanitaires qui ont affecté les services marchands. Mais ceux-ci devraient rebondir en mai, avec la réouverture programmée des commerces, terrasses de restaurants, musées, cinémas et théâtres à partir du 19.

En avril, les services aux entreprises résistent mieux et «dans le secteur du bâtiment, l’activité est quasi stable, très proche de son niveau d’avant-crise, selon les chefs d’entreprise interrogés», avec des carnets de commandes particulièrement bien remplis qui dépassent leurs niveaux déjà très élevés de 2019, selon l’enquête.

Dans l’industrie, la situation est contrastée selon les secteurs. Le taux d’utilisation des capacités de production progresse légèrement, de 80% à 81% entre mars et avril, mais recule de 81% à 77% dans l’automobile en raison notamment de difficultés d’approvisionnement qui ont frappé ce secteur au niveau mondial.

Réchauffement climatique : jusqu’à +4° en France

Réchauffement climatique : jusqu’à +4° en France

Selon une information de France Info rendant compte d’une étude climatique les gaz à effet de serre vont modifier de manière sensible le climat. Pour résumer de moins en moins de période d’hiver, la disparition de la neige dans de nombreux endroits, des étés de plus en plus chauds, des canicules plus régulières, des périodes de sécheresse surtout dans le sud-est de la France

 

De plus en plus chaud surtout lorsqu’il est de la France À partir d’une série de modélisations réalisées pour les experts de l’ONU sur le climat (GIEC), Météo France, l’Institut Pierre Simon Laplace et le Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique ont en effet produit des estimations à l’échelle régionale pour la France métropolitaine. Ces simulations ont été réalisées à partir de trois scénarios modélisés par le GIEC (d’émissions de gaz à effet de serre maîtrisées, modérées ou non réduites) et à trois horizons: 2050, 2070 et 2100.

Au niveau national, par rapport à la période de référence retenue – 1976 à 2005 – le réchauffement est contenu, dans les trois scénarios, à 1 degré environ jusqu’en 2040. Mais c’est ensuite que les températures s’emballent et que les trajectoires divergent fortement, avec une stabilisation autour de +1° C dans un scénario d’émissions maîtrisées, une hausse de 2,2°C en moyenne dans le scénario intermédiaire et de +4,5°C dans le scénario extrême, qui aurait lieu si rien n’était fait pour réduire les émissions de GES responsables du réchauffement climatique. »>

Pour les scénarios les moins optimistes, on se rend ainsi compte que les prévisions s’éloignent fortement des objectifs de l’accord de Paris, qui prévoit de limiter le réchauffement «nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels» et de tendre vers un réchauffement de +1,5°C. Ce seuil de 1,5°C pourrait même être franchi dès 2024, tandis que 2020, avec son lot d’ouragans, de canicules et de méga-feux, a été l’année la plus chaude jamais enregistrée dans le monde, à égalité avec 2016, clôturant une décennie de températures record.

 

 

La France métropolitaine est inégalement affectée par cette hausse des températures moyennes, avec «un réchauffement plus marqué sur les zones de montagne», selon ce nouveau rapport. Dans les Alpes et les Pyrénées par exemple, certaines zones affichent une hausse de 6°C des températures moyennes à l’horizon 2100, dans le pire scénario. Résultat, presque plus de neige, ni de gelées. Se dessine également une division du pays selon une diagonale sud-est/nord-ouest, «avec une différence de 1°C entre ces deux zones». Le réchauffement est un peu moindre de la Bretagne aux Hauts-de-France.

L’évolution des températures se traduit aussi par une multiplication à venir des événements extrêmes, avec une hausse prévue du nombre de jours de vagues de chaleur dans tous les scénarios. Les épisodes de canicules et de «nuits tropicales», quand la température ne descend pas sous 20°, se multiplieraient jusqu’à dix fois pour les canicules dans le pire des scénarios en termes d’émissions de GES. «Cette évolution est exacerbée dans les régions actuelles les plus chaudes, notamment l’arc méditerranéen, le couloir rhodanien et la vallée de la Garonne. Sur ces régions, les vagues de chaleur et journées caniculaires pourront s’étaler sur des périodes supérieures à un ou deux mois en été», précise le rapport. Et les épisodes de sécheresse pourraient enregistrer en fin de siècle «une augmentation de 30 à 50%», avertissent les chercheurs.

A contrario, en fin de siècle, le nombre de jours de vagues de froid pourrait être divisé par deux dans le meilleur des cas, et se réduire à un seul et unique jour par an en moyenne sur les scénarios les moins optimistes.

Gafam et Apocalypse cognitive : une surinformation accélérée sans contenu

Gafam et  Apocalypse cognitive : une surinformation accélérée sans contenu

 

 

Dans son essai Apocalypse cognitive, le sociologue Gérald Bronner analyse dans l’Opinion les dérives de la dérégulation du marché de l’information associée à la puissance des réseaux sociaux. Au point que nos cerveaux tournent souvent à plein régime mais, surtout, de plus en plus à vide…

Surinformation, puissance des réseaux sociaux, dérégulation du marché de l’information vont croissant. La question, expliquez-vous dans Apocalypse cognitive est de savoir qui, dans cette « lutte finale » pour capter notre attention, va l’emporter. C’est bien l’enjeu ?

Notre temps de « cerveau disponible » (qui reste après le sommeil, le travail, les loisirs, etc) n’a cessé d’augmenter. Il est huit fois supérieur à ce qu’il était en 1800 et cinq fois supérieur à 1900. Mais, aujourd’hui, il est en grande partie capté par les écrans, qui sont consultés, pour le téléphone, en moyenne 221 fois par jour, et qui occupent jusqu’à 6 h 40 de la vie quotidienne des ados. Un chercheur allemand a même montré que nous préférions nous priver de nourriture ou de relations sexuelles plutôt que de notre connexion Internet ! De plus, nous sommes happés par les notifications, les alertes.

Et presque prêts, comme des souris de laboratoire, à recevoir un choc électrique plutôt que de ne rien faire ?

Nous avons effectivement beaucoup de mal à supporter le vide, le silence, auxquels nous substituons la consultation frénétique d’un petit appareil. Plusieurs exemples illustrent ce symptôme. Dans les supermarchés, les chewing-gums et bonbons se vendent beaucoup moins bien parce qu’au lieu de regarder les présentoirs lorsqu’on attend à la caisse, nous avons l’œil sur notre écran. Même chose pour les affiches publicitaires sur les quais du métro : elles ne font plus recette. On leur préfère des panneaux si possible animés dans les couloirs. Et encore ! En Israël, ils en sont arrivés à mettre des signaux sur les trottoirs pour inciter les gens à relever la tête.

Résultat, ce que vous appelez une « cacophonie informationnelle » ?

Nous ne pouvons évidemment pas traiter cette masse d’informations. Les gate keepers (éditorialistes journalistes) jouent moins leur fonction de tri. Dans cette dérégulation du marché de l’information, nous choisissons nous-mêmes ce qui va retenir notre attention.

« La crédulité est très présente sur ce marché cacophonique de l’information, elle part avec un avantage concurrentiel. Le fait d’aller dans le sens de nos intuitions prédispose aux théories du complot »

Et nous sommes « guidés » par des algorithmes qui orientent nos choix ?

Ils « éditorialisent » en effet l’information en fonction des traces numériques que nous laissons. Nous avons nos sujets de prédilection : les conflits, la peur, l’indignation morale, la sexualité, les informations egocentrées. Ils ont toujours existé, mais prennent aujourd’hui une place considérable. L’« apocalypse cognitive », c’est, au sens étymologique du mot, la révélation des obsessions de notre espèce. Nous sommes ainsi beaucoup plus attirés — les volumes de recherche sur Internet le prouvent — par la gifle reçue par Manuel Valls que par son action politique. Ou par les insultes des Gilets jaunes dont a été victime Alain Finkielkraut que par son œuvre. Ou encore par la bagarre à Orly entre Booba et Kaaris que par leur rap. Cette tendance est transculturelle. Ainsi, sur Weibo, le Twitter chinois, les informations les plus virales sont celles assorties de l’émoticône colère. On assiste à une indignation collective sur Twitter tous les deux jours.

Des algorithmes sont aussi conçus pour casser la routine apparente de nos existences. C’est le cas, soulignez-vous, du site de rencontres Tinder ?

Oui, encore une fois dans le but de retenir notre attention. Plutôt que de vous présenter des profils correspondant strictement à votre recherche — une femme de tel âge, dans telle catégorie socioprofessionnelle —, Tinder, qui a parfaitement intégré le fonctionnement de nos cerveaux, introduit une part d’aléatoire, de surprise, de contre-intuitif.

Le besoin de « validation sociale » est également très fort sur les réseaux sociaux. Cette soif de reconnaissance n’a-t-elle pas aussi toujours existé ?

C’est un trait constant de l’humanité. Il est prouvé qu’un médaillé d’argent aux Jeux olympiques, qui regrette la médaille d’or, est plus malheureux qu’un médaillé de bronze, déjà content d’être sur le podium. Aujourd’hui, en s’évaluant sur Facebook ou Instagram, on ressort plus malheureux car les autres vont toujours avoir tendance à poster des images d’eux valorisantes, des situations heureuses. Le taux de frustration, collective comme individuelle, augmente donc.

Quelles sont les principales conséquences de cette dérégulation de l’information ?

La crédulité est très présente sur ce marché cacophonique de l’information, elle part avec un avantage concurrentiel. Le fait d’aller dans le sens de nos intuitions prédispose aux théories du complot. On l’a vu à Washington avec les événements du Capitole, la croyance que les élections étaient truquées, le conspirationnisme de la mouvance QAnon.

Est-ce la raison pour laquelle le discours de Joe Biden lors de son investiture était axé sur le besoin de vérité ?

Il a effectivement cherché à désolidariser les extrêmes du reste de la société américaine. Sinon, la réconciliation qu’il appelle de ses vœux ne peut pas fonctionner, on ne se réconcilie pas avec quelqu’un dont on pense qu’il appartient à des réseaux pédophiles ou sataniques.

Le fait que Donald Trump n’ait pas été réélu ne montre-t-il pas que les contre-vérités, le pouvoir exercé à coups de tweets ne l’emportent pas ?

Je dirais plutôt que Trump n’a pas suffisamment réussi à convaincre pour gagner les élections, mais a quand même emporté quelque 74 millions de voix. Il a déposé des récits qui ne disparaîtront pas avec lui. Certes, cette administration néopopuliste a peut-être été vaincue, mais si difficilement… Il n’est pas du tout impossible que les Etats-Unis traversent encore des moments de violence politique, voire de terrorisme. Mercredi encore, jour de l’investiture, des gens pensaient que le voile allait être levé sur l’imposture de Biden… Une partie d’entre eux ne reviendra pas de son voyage au pays de la radicalité.

« L’indignation, la colère ou l’identité de victimes : tout est fait pour attirer l’attention des autres. Et le statut de “victime” est enviable dans un monde où l’intimidation est permanente »

Face à cette quasi-manipulation de nos cerveaux, faut-il mettre en place des mécanismes de régulation ?

C’est un des plus gros chantiers du XXIe siècle, concevoir une ingénierie de cette régulation sans altérer nos libertés individuelles. On a vu la polémique sur l’interdiction du compte Twitter de Donald Trump et de 70 000 comptes plus ou moins liés à QAnon. Il est quand même préoccupant qu’une entreprise privée interagisse sur le bien commun de l’information. Une réflexion devrait être en cours sur l’insertion dans les algorithmes, de normes morales, relatives à la défense du vrai. Les Gafam, bien que s’en défendant, classent déjà l’information. Ils ont donc à se préoccuper de sa régulation, même s’ils prétendent que cela ne les regarde pas. Ce sont des entreprises richissimes qui ne se donnent pas les vrais moyens de l’exercer. Elles embauchent quelques milliers de personnes pour le faire, mais cela reste dérisoire par rapport au flux d’informations.

Et qu’en est-il de notre capacité individuelle de régulation ?

Elle est évidemment essentielle dans la mesure où nous sommes tous devenus des agents du marché de l’information. Cette régulation passe par le développement de l’esprit critique, de la tempérance, du temps accordé à l’analyse. Alors qu’aujourd’hui on se précipite pour partager ou « liker » parce qu’on est d’abord d’accord avec une information, parce que son titre nous plaît, sans se donner la peine d’aller plus loin. On s’enferme de plus en plus dans notre « chambre d’échos ».

Vous évoquez aussi le succès grandissant de la posture victimaire ?

L’indignation, la colère ou l’identité de victimes : tout est fait pour attirer l’attention des autres. Et le statut de « victime » est enviable dans un monde où l’intimidation est permanente. D’une certaine façon, ce statut vous protège.

Les excuses présentées par Le Monde après la publication du dessin de Xavier Gorce ont été très commentées. Le quotidien les a justifiées par le fait de ne pas vouloir choquer les victimes d’inceste ?

Il faudrait plus de quiétude. Le dessin peut-être jugé bon ou mauvais, peu importe, Le Monde a eu peur d’être dans le camp du Mal, de blesser la sensibilité d’une partie de son lectorat. A force, on crée une tétanie collective et de la colère constante.

La crise de la Covid-19 ne comporte-t-elle pas beaucoup d’ingrédients propices à « l’apocalypse cognitive » ?

La période sert effectivement d’accélérateur au phénomène que je décris. Le confinement a donné plus de temps de cerveau disponible, mais cette disponibilité a été en partie cambriolée par la logique du monde numérique. On a vu surgir tant de théories du complot, tant de rage…

 

Le sociologue Gérald Bronner.

Dans son essai Apocalypse cognitive, le sociologue Gérald Bronner analyse les dérives de la dérégulation du marché de l’information associée à la puissance des réseaux sociaux. Au point que nos cerveaux tournent souvent à plein régime mais, surtout, de plus en plus à vide…

Surinformation, puissance des réseaux sociaux, dérégulation du marché de l’information vont croissant. La question, expliquez-vous dans Apocalypse cognitive est de savoir qui, dans cette « lutte finale » pour capter notre attention, va l’emporter. C’est bien l’enjeu ?

Notre temps de « cerveau disponible » (qui reste après le sommeil, le travail, les loisirs, etc) n’a cessé d’augmenter. Il est huit fois supérieur à ce qu’il était en 1800 et cinq fois supérieur à 1900. Mais, aujourd’hui, il est en grande partie capté par les écrans, qui sont consultés, pour le téléphone, en moyenne 221 fois par jour, et qui occupent jusqu’à 6 h 40 de la vie quotidienne des ados. Un chercheur allemand a même montré que nous préférions nous priver de nourriture ou de relations sexuelles plutôt que de notre connexion Internet ! De plus, nous sommes happés par les notifications, les alertes.

Et presque prêts, comme des souris de laboratoire, à recevoir un choc électrique plutôt que de ne rien faire ?

Nous avons effectivement beaucoup de mal à supporter le vide, le silence, auxquels nous substituons la consultation frénétique d’un petit appareil. Plusieurs exemples illustrent ce symptôme. Dans les supermarchés, les chewing-gums et bonbons se vendent beaucoup moins bien parce qu’au lieu de regarder les présentoirs lorsqu’on attend à la caisse, nous avons l’œil sur notre écran. Même chose pour les affiches publicitaires sur les quais du métro : elles ne font plus recette. On leur préfère des panneaux si possible animés dans les couloirs. Et encore ! En Israël, ils en sont arrivés à mettre des signaux sur les trottoirs pour inciter les gens à relever la tête.

Résultat, ce que vous appelez une « cacophonie informationnelle » ?

Nous ne pouvons évidemment pas traiter cette masse d’informations. Les gate keepers (éditorialistes journalistes) jouent moins leur fonction de tri. Dans cette dérégulation du marché de l’information, nous choisissons nous-mêmes ce qui va retenir notre attention.

« La crédulité est très présente sur ce marché cacophonique de l’information, elle part avec un avantage concurrentiel. Le fait d’aller dans le sens de nos intuitions prédispose aux théories du complot »

Et nous sommes « guidés » par des algorithmes qui orientent nos choix ?

Ils « éditorialisent » en effet l’information en fonction des traces numériques que nous laissons. Nous avons nos sujets de prédilection : les conflits, la peur, l’indignation morale, la sexualité, les informations egocentrées. Ils ont toujours existé, mais prennent aujourd’hui une place considérable. L’« apocalypse cognitive », c’est, au sens étymologique du mot, la révélation des obsessions de notre espèce. Nous sommes ainsi beaucoup plus attirés — les volumes de recherche sur Internet le prouvent — par la gifle reçue par Manuel Valls que par son action politique. Ou par les insultes des Gilets jaunes dont a été victime Alain Finkielkraut que par son œuvre. Ou encore par la bagarre à Orly entre Booba et Kaaris que par leur rap. Cette tendance est transculturelle. Ainsi, sur Weibo, le Twitter chinois, les informations les plus virales sont celles assorties de l’émoticône colère. On assiste à une indignation collective sur Twitter tous les deux jours.

Des algorithmes sont aussi conçus pour casser la routine apparente de nos existences. C’est le cas, soulignez-vous, du site de rencontres Tinder ?

Oui, encore une fois dans le but de retenir notre attention. Plutôt que de vous présenter des profils correspondant strictement à votre recherche — une femme de tel âge, dans telle catégorie socioprofessionnelle —, Tinder, qui a parfaitement intégré le fonctionnement de nos cerveaux, introduit une part d’aléatoire, de surprise, de contre-intuitif.

Le besoin de « validation sociale » est également très fort sur les réseaux sociaux. Cette soif de reconnaissance n’a-t-elle pas aussi toujours existé ?

C’est un trait constant de l’humanité. Il est prouvé qu’un médaillé d’argent aux Jeux olympiques, qui regrette la médaille d’or, est plus malheureux qu’un médaillé de bronze, déjà content d’être sur le podium. Aujourd’hui, en s’évaluant sur Facebook ou Instagram, on ressort plus malheureux car les autres vont toujours avoir tendance à poster des images d’eux valorisantes, des situations heureuses. Le taux de frustration, collective comme individuelle, augmente donc.

Quelles sont les principales conséquences de cette dérégulation de l’information ?

La crédulité est très présente sur ce marché cacophonique de l’information, elle part avec un avantage concurrentiel. Le fait d’aller dans le sens de nos intuitions prédispose aux théories du complot. On l’a vu à Washington avec les événements du Capitole, la croyance que les élections étaient truquées, le conspirationnisme de la mouvance QAnon.

Est-ce la raison pour laquelle le discours de Joe Biden lors de son investiture était axé sur le besoin de vérité ?

Il a effectivement cherché à désolidariser les extrêmes du reste de la société américaine. Sinon, la réconciliation qu’il appelle de ses vœux ne peut pas fonctionner, on ne se réconcilie pas avec quelqu’un dont on pense qu’il appartient à des réseaux pédophiles ou sataniques.

Le fait que Donald Trump n’ait pas été réélu ne montre-t-il pas que les contre-vérités, le pouvoir exercé à coups de tweets ne l’emportent pas ?

Je dirais plutôt que Trump n’a pas suffisamment réussi à convaincre pour gagner les élections, mais a quand même emporté quelque 74 millions de voix. Il a déposé des récits qui ne disparaîtront pas avec lui. Certes, cette administration néopopuliste a peut-être été vaincue, mais si difficilement… Il n’est pas du tout impossible que les Etats-Unis traversent encore des moments de violence politique, voire de terrorisme. Mercredi encore, jour de l’investiture, des gens pensaient que le voile allait être levé sur l’imposture de Biden… Une partie d’entre eux ne reviendra pas de son voyage au pays de la radicalité.

« L’indignation, la colère ou l’identité de victimes : tout est fait pour attirer l’attention des autres. Et le statut de “victime” est enviable dans un monde où l’intimidation est permanente »

Face à cette quasi-manipulation de nos cerveaux, faut-il mettre en place des mécanismes de régulation ?

C’est un des plus gros chantiers du XXIe siècle, concevoir une ingénierie de cette régulation sans altérer nos libertés individuelles. On a vu la polémique sur l’interdiction du compte Twitter de Donald Trump et de 70 000 comptes plus ou moins liés à QAnon. Il est quand même préoccupant qu’une entreprise privée interagisse sur le bien commun de l’information. Une réflexion devrait être en cours sur l’insertion dans les algorithmes, de normes morales, relatives à la défense du vrai. Les Gafam, bien que s’en défendant, classent déjà l’information. Ils ont donc à se préoccuper de sa régulation, même s’ils prétendent que cela ne les regarde pas. Ce sont des entreprises richissimes qui ne se donnent pas les vrais moyens de l’exercer. Elles embauchent quelques milliers de personnes pour le faire, mais cela reste dérisoire par rapport au flux d’informations.

Et qu’en est-il de notre capacité individuelle de régulation ?

Elle est évidemment essentielle dans la mesure où nous sommes tous devenus des agents du marché de l’information. Cette régulation passe par le développement de l’esprit critique, de la tempérance, du temps accordé à l’analyse. Alors qu’aujourd’hui on se précipite pour partager ou « liker » parce qu’on est d’abord d’accord avec une information, parce que son titre nous plaît, sans se donner la peine d’aller plus loin. On s’enferme de plus en plus dans notre « chambre d’échos ».

Vous évoquez aussi le succès grandissant de la posture victimaire ?

L’indignation, la colère ou l’identité de victimes : tout est fait pour attirer l’attention des autres. Et le statut de « victime » est enviable dans un monde où l’intimidation est permanente. D’une certaine façon, ce statut vous protège.

Les excuses présentées par Le Monde après la publication du dessin de Xavier Gorce ont été très commentées. Le quotidien les a justifiées par le fait de ne pas vouloir choquer les victimes d’inceste ?

Il faudrait plus de quiétude. Le dessin peut-être jugé bon ou mauvais, peu importe, Le Monde a eu peur d’être dans le camp du Mal, de blesser la sensibilité d’une partie de son lectorat. A force, on crée une tétanie collective et de la colère constante.

La crise de la Covid-19 ne comporte-t-elle pas beaucoup d’ingrédients propices à « l’apocalypse cognitive » ?

La période sert effectivement d’accélérateur au phénomène que je décris. Le confinement a donné plus de temps de cerveau disponible, mais cette disponibilité a été en partie cambriolée par la logique du monde numérique. On a vu surgir tant de théories du complot, tant de rage…

 

 

 

 

SNCF: une aide de 4,05 milliards

SNCF: une aide de 4,05 milliards

.

Une aide de 4 milliards d’euros de la part de l’État sous forme de renforcement du capital pour soutenir une entreprise durement touchée par le Coronavirus avec la quasi paralysie du réseau pendant une longue période. Cette  injection de capitaux frais “vise à soutenir les investissements de sa filiale SNCF Réseau en faveur de la régénération du réseau ferré national, du renforcement de la sécurité et du développement durable de ses activités”, expliquent dans un communiqué commun la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, celui de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, et le ministre délégué en charge des transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Parmi les engagements pris par la SNCF en contrepartie d’un soutien public qualifié d’”exceptionnel” figure la promesse d’une réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre du groupe entre 2015 et 2030.

Interrogé la semaine dernière par France Info, Jean-Pierre Farandou, le PDG de la SNCF, avait expliqué que le chiffre d’affaires du groupe avait chuté de cinq milliards d’euros sur les neuf premiers mois de l’année, en rappelant que sa perte nette s’était élevée à 2,5 milliards sur le seul premier semestre.

« Affaire des Écoutes » Sarkozy: 4 ans de prison, requis

« Affaire des Écoutes » Sarkozy: 4 ans de prison, requis

 

Selon le réquisitoire, Gilbert Azibert, premier avocat général à la Cour de cassation, est allé pêcher des informations sur le pourvoi formé par M. Sarkozy après son non-lieu dans l’affaire Bettencourt, dans le but de récupérer ses agendas présidentiels saisis par des juges bordelais., M. Sarkozy aurait promis à M. Azibert un « coup de pouce » pour qu’il obtienne un poste honorifique à Monaco, poste qu’il n’a pas décroché.

.

À noter que sur les 150 conversations interceptées, seules 20 ont donné lieu à des retranscriptions partielles. « Pourquoi faire l’acquisition de lignes occultes, puisque MM. Herzog et Sarkozy savent que les propos entre un avocat et son client ne peuvent pas être retranscrits [sauf suspicion d'un délit] ? ». Le PNF, pour qui tous les délits sont constitués, requiert 4 ans de prison, dont deux avec sursis, à l’encontre de Gilbert Azibert ; 4 ans de prison dont 2 avec sursis, assortis de 5 années d’interdiction professionnelle, à l’encontre de Thierry Herzog ; 4 ans de prison dont 2 avec sursis à l’encontre de Nicolas Sarkozy.

Vaccin d’AstraZeneca efficace à 70,4% ?

Vaccin d’AstraZeneca efficace à 70,4% ?

Des interrogations planent sur l’efficacité du vaccin AstraZeneca . Se posera aussi comme pour les autres vaccins la question de la durabilité.  L’étude, publiée par le journal médical The Lancet, montre que l’efficacité du candidat vaccin a été de 62% pour ceux qui ont reçu deux doses complètes et de 90% dans un sous-groupe n’ayant reçu qu’une demi-dose puis une dose complète.

AstraZeneca a commencé à soumettre des données aux autorités réglementaires du monde entier pour obtenir une homologation rapide, a déclaré Pascal Soriot, PDG du groupe anglo-suédois.

“Nos chaînes d’approvisionnement mondiales sont opérationnelles, prêtes à commencer rapidement à livrer des centaines de millions de doses”, ajoute-t-il le communiqué publié par l’Université d’Oxford.

Inflation Russie: à 4,4% sur un an

Inflation Russie: à 4,4% sur un an

la Russie cumule actuellement toutes les difficultés. Il y a d’abord un net ralentissement économique, aussi une baisse des recettes des ressources pétrolières et gazières. En même temps, s’ajoute à cette dépression une montée des prix qui vient un peu plus amputer le pouvoir d’achat des consommateurs. En cause, notamment l’affaiblissement de la monnaie russe qui alimente l’inflation sur les biens importés. La Russie se trouve dans une situation financière et économique particulièrement délicate.

En novembre, les prix ont augmenté de 0,7% par rapport au mois précédent. Ils sont notamment tirés vers le haut par les denrées alimentaires (+6,1% sur un an), avec une forte progression des prix du sucre (+65%). L’inflation est notamment poussée par un rouble très affaibli qui est tombé début novembre à son plus bas niveau depuis décembre 2014 face à l’euro, dépassant les 94 roubles pour un euro, avant de se reprendre.

Croissance France: nouvelle chute du PIB de 4,5 % au 4T

Croissance France: nouvelle chute du PIB de 4,5 % au 4T

 

Comme c’était prévisible, le PIB  retombe nettement dans le rouge en cette fin d’année. En cause, notamment les très mauvais résultats de novembre imputables pour partie à la crise sanitaire. Au total pour l’ensemble de l’année 2020, l’ INSEE prévoit une baisse de croissance de 9 %. Pour l’avenir le PIB pourrait enregistrer une augmentation de environ 6 % en 2021 et 3 % en 2022. En clair il faudra attendre 2023 au moins pour retrouver le niveau de fin 2019.

“Après un vif rebond en partie mécanique au troisième trimestre, l’activité économique française chuterait à nouveau lors d’un quatrième trimestre en partie confiné”, écrit l’Insee dans sa note de conjoncture de décembre.

L’Insee y rappelle que le produit intérieur brut (PIB) a rebondi de 18,7% au troisième trimestre après un plongeon historique de 13,8% sur la période avril-juin.

L’impact du deuxième confinement, instauré en France le 30 octobre, devrait ainsi être nettement moins brutal que le premier, qui avait duré deux mois, de mi-mars à fin mai.

“Ce dernier [confinement] diffère du confinement du printemps quant à son périmètre et sa durée, ce d’autant plus en considérant l’apprentissage induit par l’expérience du printemps. Ainsi, l’écart d’activité avec le niveau d’avant-crise se serait certes creusé à nouveau en novembre, à –12%, mais de façon moindre qu’en avril (–30% environ)”, précise l’institut, en s’appuyant sur les enquêtes de conjoncture et des données à haute fréquence.

Pour l’ensemble de l’année, l’Insee table sur un recul d’environ 9% du PIB.

Le gouvernement, pour sa part, prévoit une contraction de 11% mais le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a suggéré il y a deux semaines que la baisse définitive pourrait être moindre.

Avec la levée par paliers des mesures de confinement, la situation économique devrait s’éclaircir prudemment en cette fin d’année, avec notamment une reprise progressive de la consommation, estime l’Insee.

La “perte” de consommation par rapport au niveau d’avant-crise devrait être limitée à 6% en décembre contre -14% en novembre.

Alors que la consommation des ménages a subi une chute de 11,4% lors du deuxième trimestre, elle ne reculerait que de 6% sur l’ensemble du quatrième trimestre, du fait du “caractère un peu moins contraignant du deuxième confinement, mais aussi avec la poursuite de la forte dynamique des ventes en ligne observée dès l’entrée en confinement”.

Croissance mondiale 2021 : une reprise de 4 % ?

Croissance mondiale 2021 : une reprise de 4 %  ?

 

 

Face aux dégâts terribles de la crise sanitaire l’OCDE comme d’autres institutions tentent de désormais d’insuffler un vent d’optimisme en annonçant des projections plutôt positives pour l’activité économique l’année prochaine. Globalement l’activité mondiale aura enregistré une baisse de l’art de 4 % en 2020 avec des disparités selon les régions. L’Europe pourrait enregistrer par exemple une baisse de 7 % et la France de l’ordre de 10 %. Pour l’année 2021, l’OCDE prévoit un scénario avec une reprise de l’ordre de 4 % qui annulerait donc la baisse connue cette année.

Les experts mettent en avant la grande hétérogénéité entre les pays. La Chine, d’où est partie la pandémie fin 2019 et qui a réussi à la maîtriser plus rapidement, sera l’une des rares économies à échapper à la récession (+ 1,8 % prévue cette année). En Europe, la Grande-Bretagne et l’Espagne vont enregistrer les plus fortes baisses, suivies de la France et l’Italie. Le PIB français va chuter de 9,1 % – contre 5,5 % en Allemagne – avant de rebondir de 6 % l’an prochain. « La France, l’Italie et l’Espagne ont été touchées plus tôt que l’Allemagne », note l’OCDE. Les confinements y ont été plus stricts quand la construction par exemple fonctionnait toujours en Allemagne. D’autres facteurs ont joué : l’efficacité des politiques de santé publique et le poids plus important, en particulier en Europe du Sud, des secteurs durement touchés comme le tourisme. Les économies ouvertes, dépendantes des échanges et des investissements étrangers, sont également plus vulnérables, explicite l’OCDE. Citant les États-Unis, « pays le plus autosuffisant au monde », qui va connaître une baisse du PIB de 3,7 %, deux fois moins forte qu’en zone euro.

 

Relocalisation : 4% des industriels français intéressés

Relocalisation : 4% des industriels français intéressés

 

Il est évident que la perspective de relocalisation d’activités existantes relève du fantasme en raison des conditions générales administratives et de compétitivité qui plombent  l’économie française. Au lieu de parler de relocalisation, le terme localisation serait plus approprié. En cas de nouvelle activité, les opérateurs économiques pourront en effet adapter des moyens de production pour compenser ce déficit chronique de manque de compétitivité.

Dévoilé en exclusivité par l’Opinion, le cinquième baromètre de la compétitivité franco-allemande Randstad/Opinionway révèle que seul 1 % des industriels allemands et 4 % des français envisagent de relocaliser une partie de leur production. « Ce n’est pas la priorité des chefs d’entreprise, qui sont très concentrés sur la gestion de la crise pour l’instant », explique le directeur général de Randstad, Gaëtan Deffrennes. « Le rapatriement d’une partie de la production ne se décrète pas du jour au lendemain. Ce sont des décisions lourdes en matière d’investissement avec des débouchés incertains. Est-ce que le consommateur sera prêt à payer plus cher pour ces produits ? Rien n’est moins sûr », ajoute-t-il. Quatre cents entreprises industrielles ont été sondées pour l’étude, 200 en France, 200 en Allemagne. « Nous avons interrogé des entreprises de toute taille, grandes et moins grandes. Les relocalisations concernent surtout les grands groupes », précise Gaëtan Deffrennes.

Cette analyse est partagée par le Gilles de Margerie. « Relocaliser une activité n’est pas toujours facile, et ça ne vaut la peine dans certains cas que s’il y a un enjeu stratégique », indique le commissaire général de France Stratégie. Le centre de réflexion rattaché à Matignon vient justement de remettre aux parlementaires du comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques une étude sans concessions sur la politique industrielle en France. Ou plutôt sur ses échecs depuis trente ans. Pour Gilles de Margerie, c’est là que doit se concentrer l’effort du gouvernement.

Le niveau de prélèvements obligatoires est si élevé sur le travail que plus de six salariés sur 10 travaillant pour des groupes industriels français sont aujourd’hui installés à l’étranger

Le constat fait froid dans le dos : depuis la fin des années 1980, la part de l’industrie dans le PIB a reculé de 10 points et l’emploi industriel a été divisé par deux (2,2 millions d’emplois perdus). Il ne représente plus aujourd’hui qu’un emploi sur dix.

 

 

 

Commerce- Amazon reporte au 4 décembre la promotion bidon du « Black Friday » en France

Commerce- Amazon reporte au 4 décembre la promotion bidon du « Black Friday » en France

 

 

La France évidemment n’a pas pu résister à la mode du Black Friday. Un phénomène tout à fait bidon qui  annonce des réductions jusqu’à 80 % et qui constitue en fait un jour de solde. Un phénomène médiatique fait croire à des rabais insensés alors qu’en moyenne les prix ne vont évoluer que de 1 à 2 % à la baisse-

Bien entendu,  comme pour toutes les soldes il y a des produits d’appel, d’ailleurs vite épuisés pour inciter le consommateur à se reporter sur l’achat de biens financièrement moins intéressants. Ce report du Black Friday en France demeure tout à fait virtuel dans la mesure les autorités françaises n’ont aucun pouvoir sur les plates-formes numériques des grands distributeurs et sur les Market place. Ce qui ne sera pas acheté sur Amazon le 24 novembre pourra par exemple l’être sur la plate-forme du chinois Alibaba.

De toute manière ces opérations seules ont de moins en moins d’intérêt. Pratiquement, on constate des opérations rabais est aussi plus ou moins bidon sur l’ensemble de l’année. Pour attirer les gogos, certains commerçants distribuent des produits à très bas coûts mais de très mauvaise qualité. Ce ne sont pas à proprement parler des soldes mais les opérations promotion. Amazon aurait donc annoncé jeudi soir le report au 4 décembre du “Black Friday” en France, une semaine avant le coup d’envoi de cette opération promotionnelle m la promotion bidon mondiale à succès, alors que le confinement décrété pour enrayer l’épidémie de coronavirus oblige une partie des commerces à rester fermés dans l’Hexagone.

Frédéric Duval, directeur général d’Amazon France. Amazon a annoncé jeudi soir le report au 4 décembre du « Black Friday » en France, une semaine avant le coup d’envoi de cette opération promotionnelle mondiale à succès, alors que le confinement décrété pour enrayer l’épidémie de coronavirus oblige une partie des commerces à rester fermés dans l’Hexagone.

La pression était montée d’un cran sur le géant de commerce en ligne après que les principaux distributeurs français, Carrefour et Leclerc, se sont dits ouverts à un report d’une semaine à la condition que tous les commerces puissent rouvrir d’ici-là.

L’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a réagi sur Twitter aux discussions sur le Black Friday en estimant que le gouvernement devrait avant tout chercher à “encadrer ce genre de promotions bidon”.

À la différence des soldes qui restent réglementées avec deux périodes de quatre semaines en hiver et en été, «les promotions sont des offres commerciales qui ne bénéficient pas d’un encadrement spécifique», précise le site officiel de l’administration française service-public.fr. Selon le texte réglementaire, «le commerçant est libre de les proposer quand il le souhaite et pour les produits qu’il souhaite. (…) Le commerçant détermine librement la durée de ces opérations. Elles doivent néanmoins rester marginales par rapport aux périodes de vente normales. Si la réduction et la promotion sont valables pour une durée précise, celles-ci doivent être clairement indiquées par le commerçant»De fait, le gouvernement a les poings liés si les e-commerçants refusent de renoncer à l’une de leurs plus grosses périodes de vente annuelle.

 

Amazon reporte au 4 décembre la promotion bidon du « Black Friday » en France

Amazon reporte au 4 décembre la promotion bidon du « Black Friday » en France

 

 

La France évidemment n’a pas pu résister à la mode du Black Friday. Un phénomène tout à fait bidon qui  annonce des réductions jusqu’à 80 % et qui constitue en fait un jour de solde. Un phénomène médiatique fait croire à des rabais insensés alors qu’en moyenne les prix ne vont évoluer que de 1 à 2 % à la baisse-

Bien entendu,  comme pour toutes les soldes il y a des produits d’appel, d’ailleurs vite épuisés pour inciter le consommateur à se reporter sur l’achat de biens financièrement moins intéressants. Ce report du Black Friday en France demeure tout à fait virtuel dans la mesure les autorités françaises n’ont aucun pouvoir sur les plates-formes numériques des grands distributeurs et sur les Market place. Ce qui ne sera pas acheté sur Amazon le 24 novembre pourra par exemple l’être sur la plate-forme du chinois Alibaba.

De toute manière ces opérations seules ont de moins en moins d’intérêt. Pratiquement, on constate des opérations rabais est aussi plus ou moins bidon sur l’ensemble de l’année. Pour attirer les gogos, certains commerçants distribuent des produits à très bas coûts mais de très mauvaise qualité. Ce ne sont pas à proprement parler des soldes mais les opérations promotion. Amazon aurait donc annoncé jeudi soir le report au 4 décembre du “Black Friday” en France, une semaine avant le coup d’envoi de cette opération promotionnelle m la promotion bidon mondiale à succès, alors que le confinement décrété pour enrayer l’épidémie de coronavirus oblige une partie des commerces à rester fermés dans l’Hexagone.

Frédéric Duval, directeur général d’Amazon France. Amazon a annoncé jeudi soir le report au 4 décembre du « Black Friday » en France, une semaine avant le coup d’envoi de cette opération promotionnelle mondiale à succès, alors que le confinement décrété pour enrayer l’épidémie de coronavirus oblige une partie des commerces à rester fermés dans l’Hexagone.

La pression était montée d’un cran sur le géant de commerce en ligne après que les principaux distributeurs français, Carrefour et Leclerc, se sont dits ouverts à un report d’une semaine à la condition que tous les commerces puissent rouvrir d’ici-là.

L’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a réagi sur Twitter aux discussions sur le Black Friday en estimant que le gouvernement devrait avant tout chercher à “encadrer ce genre de promotions bidon”.

À la différence des soldes qui restent réglementées avec deux périodes de quatre semaines en hiver et en été, «les promotions sont des offres commerciales qui ne bénéficient pas d’un encadrement spécifique», précise le site officiel de l’administration française service-public.fr. Selon le texte réglementaire, «le commerçant est libre de les proposer quand il le souhaite et pour les produits qu’il souhaite. (…) Le commerçant détermine librement la durée de ces opérations. Elles doivent néanmoins rester marginales par rapport aux périodes de vente normales. Si la réduction et la promotion sont valables pour une durée précise, celles-ci doivent être clairement indiquées par le commerçant»De fait, le gouvernement a les poings liés si les e-commerçants refusent de renoncer à l’une de leurs plus grosses périodes de vente annuelle.

 

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol